Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle

 | 
Maurice Lévy-Leboyer

Troisième partie. La réouverture aux échanges depuis les années soixante

L’insertion internationale de l’économie française et la conversion de la France à l’Union monétaire européenne : 1970‑2000

André Cartapanis

Texte intégral

Introduction

1La période 1970-2000 est de toute évidence une période charnière pour l’économie française. Indépendamment des alternances politiques, la contrainte externe et la politique de change ont fait l’objet de traitements profondément évolutifs. Au discours sur la nécessaire reconstruction du système monétaire international fondé sur des parités fixes et le maintien de la souveraineté monétaire a succédé l’adhésion au projet d’intégration monétaire européenne. Les politiques de dévaluation concurrentielle, de nature à préserver la compétitivité externe, ont laissé place à la stratégie de désinflation compétitive visant un objectif d’ancrage nominal et permettant, en outre, de catalyser une mutation profonde dans la spécialisation internationale de l’économie française. La Banque de France est devenue indépendante avant de se fondre dans le Système européen des banques centrales et la gouvernance monétaire est désormais déléguée à la Banque centrale européenne (BCE). Ainsi, la France, sous l’impulsion de Valéry Giscard d’Estaing, puis de François Mitterrand, est devenue l’un des principaux acteurs de la marche vers l’Union monétaire européenne.

2Dès la création de la CEE, en 1958, la nécessité de compléter la dynamique du Marché commun par un rapprochement monétaire ne manquait pas d’être soulignée. Mais c’était là une ambition lointaine et, plus encore, un discours convenu qui n’engageait pas véritablement les partenaires européens. Quant à la conversion de la France à l’Union monétaire, elle s’est opérée au terme de nombreuses crises du franc, tout au long des décennies soixante-dix et quatre-vingt, et après beaucoup d’hésitations, à gauche comme à droite, parmi les responsables politiques. Comment alors expliquer cette inflexion ?

3De fait, la conversion de la France à l’euro s’est progressivement imposée comme une solution inéluctable face aux nombreuses transformations qui s’opéraient, sur le plan géopolitique et dans la progression de l’idée européenne, dans le domaine du pilotage macroéconomique et sous l’angle de l’insertion internationale de l’économie française, en matière de commerce international mais aussi en référence à la globalisation financière. L’objet de cette analyse est de souligner l’importance de ce troisième volet, relatif à l’intégration accélérée de l’économie française dans l’économie mondiale, tout particulièrement sur le plan financier. Dans la section I, on rappelle rapidement les principaux arguments invoqués en faveur de l’Union monétaire européenne. Dans la section II, on dégage un ensemble de faits stylisés quant à l’insertion de la France dans la division internationale du travail, entre 1970 et 2000, avant de mener, dans la section III, une analyse de même nature sur le plan des mouvements internationaux de capitaux. Enfin, dans la section IV, on conclut le propos en soulignant l’importance des politiques de libéralisation financière qui ont profondément transformé la contrainte externe avant de rendre inéluctable le passage à l’euro.

I. Rappel des principales justifications du passage à l’euro

4La création de l’euro est la réponse politique apportée par les gouvernements européens aux contraintes macroéconomiques rencontrées dans les années soixante-dix et quatre-vingt : instabilité récurrente des taux de change et crises à répétition dans le cadre du serpent monétaire européen ou du SME, poids des contraintes de balances des paiements, ajustements macroéconomiques sur niveaux d’activité déprimés, taux d’intérêt réels élevés, forte inflation, montée du chômage… C’est là une stratégie qui révèle le choix d’un régime de change irrévocablement fixe à l’intérieur de l’Union mais qui visait en fait un triple objectif : une efficience microéconomique renforcée par la suppression des coûts de transaction associés à la volatilité des taux de change et permettant un approfondissement du Marché unique ; une stabilité macroéconomique accrue, par la combinaison d’une politique monétaire crédible, placée sous l’autorité d’une BCE indépendante, et d’un assainissement budgétaire imposé par les critères de convergence, puis par le pacte de stabilité, tout cela rendant possible une diminution significative des taux d’intérêt réels ; une autonomie externe renforcée par la suppression des ajustements des balances des paiements à l’échelle intra-européenne et la moindre sensibilité de la zone euro aux fluctuations du dollar. Sans nier les coûts d’ajustement élevés qu’une telle stratégie imposait, il y avait là un moyen pour la plupart des économies concernées d’accélérer la croissance économique et de recouvrer une part d’autonomie décisionnelle par la réduction des asymétries imposées jusqu’alors par la place de l’Allemagne et du deutsche mark dans le pilotage macroéconomique de l’économie européenne.

5Au-delà de ce rappel, le choix de l’Union monétaire européenne a fait l’objet de deux types de justifications sur le plan théorique : d’une part, en fonction des conditions systémiques de la mise en œuvre d’une union monétaire, en référence aux principes régissant les zones monétaires optimales ; d’autre part, en relation avec les avantages respectifs des taux de change fixes ou flexibles.

6En effet, nombre de défenseurs de l’Union monétaire ont invoqué les critères de la zone monétaire optimale pour justifier l’adoption de l’euro : mobilité des facteurs de production et symétrie de réaction à des chocs externes, degré d’ouverture et poids des échanges commerciaux intra-européens, diversification de la production, degré d’intégration financière, homogénéité des préférences parmi les policy makers. Mais il est douteux que la zone euro ait réellement répondu, dès le début de la décennie quatre-vingt-dix, à ces critères, et c’est beaucoup plus en termes de choix d’un régime de change, irrévocablement fixé à l’intérieur de la zone euro et flexible avec le reste du monde, que l’option de l’Union monétaire a été adoptée.

7Le débat entre changes fixes et changes flexibles est ancien et les arguments en faveur de l’un ou l’autre de ces deux régimes n’ont pas radicalement évolué depuis l’effondrement du système de Bretton Woods et les discussions menées alors à propos d’une éventuelle réforme : il s’agit toujours d’examiner les conditions dans lesquelles s’opèrent les ajustements macroéconomiques en économie ouverte et d’évaluer les marges de liberté dont disposent les policy makers. Les changes fixes présentent l’avantage de réduire l’incertitude et donc les risques de change, de diminuer les primes de risque et le coût d’accès aux marchés internationaux de capitaux, de réduire les spreads à l’échelle internationale et, par conséquent, les taux d’intérêt domestiques, de s’opposer au financement monétaire des déséquilibres budgétaires, de neutraliser l’impact des chocs monétaires… Dans le même temps, certains inconvénients sont inévitables : la crédibilité de l’engagement en faveur des changes fixes peut s’avérer fragile et le déclenchement d’une crise de change peut se révéler très coûteux ; la politique monétaire devient très dépendante des options du pays d’ancrage ; l’économie devient très sensible aux chocs externes, mais aussi aux chocs asymétriques d’origine interne ; on peut assister à une surévaluation du taux de change de nature à engendrer une dégradation des échanges extérieurs et une hausse du chômage… À l’actif des changes flexibles figurent la neutralisation des chocs externes ou des chocs réels grâce aux variations du change, mais aussi la résorption des effets sur la compétitivité externe d’une accélération de l’inflation… Au passif, on note le risque d’inflation importée, la contraction du commerce international ou des transferts d’épargne en présence d’une forte volatilité des taux de change, le risque de voir se développer des politiques de dépréciation compétitive dans une zone régionale donnée, voire l’absence d’incitation à la mise en œuvre de politiques d’ajustement ou de réformes structurelles…

8Dès l’effondrement des changes fixes, en 1971-1973, la France et les pays européens ont exprimé leur très nette préférence pour des changes intra-européens fixes mais ajustables. L’adoption de l’accord de réduction des marges de fluctuations, en l’occurrence le serpent européen, puis du SME, en 1979, en témoigne aisément. Mais la soutenabilité de ces dispositifs s’est avérée difficile, voire impossible, à assurer, et les décennies soixante-dix et quatre-vingt ont été marquées par une succession de crises, se traduisant par des réalignements de parités centrales ou par l’abandon de l’engagement de change de la part de tel ou tel pays membre.

9C’est dans ce contexte que le rapport Delors sur l’Union économique et monétaire, en 1989, apportera la démonstration des coûts considérables de la non-Europe monétaire et que les gouvernements adopteront, avec le traité de Maastricht, l’agenda politique qui conduira, non sans vicissitudes, à la naissance de l’euro en 1999.

10La France a joué un rôle majeur dans ce processus. D’abord avec l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing, lors du sommet de Brême, en 1978, qui donnera naissance au SME en 1979, puis avec l’impulsion donnée par Jacques Delors à la tête de la Commission, et, enfin, avec l’option européenne adoptée par François Mitterrand lors de la crise de 1983, puis au moment de la préparation et de la ratification du traité de Maastricht. L’engagement de la France dans ce processus a sans doute répondu à un infléchissement très net des priorités macroéconomiques, les politiques de désindexation et de désinflation compétitive ayant succédé aux politiques de dévaluations concurrentielles. Mais en même temps, l’économie française, tout au long des années soixante-dix et quatre-vingt, avait profondément évolué du point de vue de son insertion dans l’économie mondiale. Et cela a très certainement joué un rôle clé dans cette conversion à la stratégie de l’Union monétaire.

II. L’économie française dans la division internationale du travail

11On ne saurait examiner ici de façon approfondie les multiples mutations qui ont marqué l’insertion de l’économie française dans l’économie mondiale depuis trente ans. Il s’agit tout au plus de dégager quelques faits stylisés de nature à illustrer les changements profonds qui se sont opérés et qui ont sans doute joué un rôle fondamental dans le choix de l’Union monétaire européenne.

12Le graphique nº 1 illustre l’engagement massif de la France dans le commerce international. Au début des années soixante-dix, le taux d’ouverture est de l’ordre de 12 % et il s’élèvera de façon continue jusqu’à atteindre près de 20 % du PIB en 1982-1985, avant de décroître légèrement, notamment en 1994, puis de s’élever à nouveau autour de 24 % du PIB à la fin des années quatre-vingt-dix. Parallèlement, la structure géographique et sectorielle des échanges internationaux de biens a profondément évolué. Les tableaux nº 1 et 2 montrent combien la structure géographique des échanges a changé : entre 1970 et 1990, la part des échanges (exportations + importations) avec les partenaires de l’Europe des Quinze progresse de 5 points (de 62 % à 67 % du total), celle des pays moins développés ou en développement régresse puisque le cumul des échanges avec l’Asie du Sud-Est, l’Europe de l’Est, l’Amérique latine, le monde arabe et l’Afrique subsaharienne passe de 23 % à 15 %. S’agissant des partenaires commerciaux non-européens, le phénomène le plus significatif se situe dans le recul des échanges avec le monde arabe et l’Afrique subsaharienne : 37 % des flux commerciaux hors Union européenne en 1970 et 25 % en 1990. Il y a donc une réorientation massive des échanges qui s’est accompagnée d’une recomposition des spécialisations. C’est ce que montrent les graphiques nº 2, 3, 4 et 5.

13En effet, tout au long de ces trente années, la part des produits manufacturés exportés a beaucoup progressé. Pour se limiter, à nouveau, à la période 1970-1990 qui marque l’engagement dans la stratégie monétaire européenne, la part des produits mécaniques ou électriques exportés passe de 39 % à 45 % et celle des produits chimiques de 14 % à 17 %, tandis que celle de la sidérurgie-métallurgie régresse (de 11 % à 6 %), tout comme celle des produits textiles-cuirs (de 10 % à 6 %). On retrouve une évolution comparable dans les importations de ces divers types de biens, ce qui révèle l’accentuation de la spécialisation et le développement des échanges intrabranches. Les graphiques nº 4 et 5 confirment ces grandes tendances à partir d’un autre type de décomposition des échanges et l’on note la très forte progression de la part des biens d’équipement et des biens de consommation exportés.

14Le graphique nº 6 complète ce panorama en proposant de suivre l’évolution du taux de change effectif du franc, en termes réels et nominaux. La dépréciation tendancielle du franc apparaît nettement tout au long des années soixante-dix et quatre-vingt, et la stabilisation du taux de change réel à partir du début des années quatre-vingt-dix, dans le cadre de la politique de désinflation compétitive, est patente. La part croissante des produits manufacturés et celle des marchés des pays développés rend désormais possible l’ancrage du franc compte tenu du poids croissant des facteurs structurels de compétitivité et de la place plus réduite des prix relatifs.

15Mais l’intégration croissante de l’économie française dans la globalisation s’exprime plus encore dans le domaine des mouvements internationaux de capitaux.

Graphique 1. Taux d’ouverture externe de la France (1970‑2000)

Graphique 1. Taux d’ouverture externe de la France (1970‑2000)

Source : CHELEM

Tableau 1. Les principaux partenaires commerciaux de la France (1970‑2000) (exportations + importations)

Tableau 1. Les principaux partenaires commerciaux de la France (1970‑2000) (exportations + importations)

Parts en % des partenaires de la France

Source : CHELEM

Tableau 2. Les principaux partenaires commerciaux non-européens de la France (exportations + importations)

Tableau 2. Les principaux partenaires commerciaux non-européens de la France (exportations + importations)

Parts en % des partenaires non européens de la France

Source : CHELEM

Graphique 2. Structure des exportations françaises par grandes catégories de produits

Graphique 2. Structure des exportations françaises par grandes catégories de produits

Source : CHELEM

Graphique 3. Structure des importations françaises par grandes catégories de produits

Graphique 3. Structure des importations françaises par grandes catégories de produits

Source : CHELEM

Graphique 4. Structure des exportations françaises (1970‑2000)

Graphique 4. Structure des exportations françaises (1970‑2000)

Source : CHELEM

Graphique 5. Structure des importations françaises (1970‑2000)

Graphique 5. Structure des importations françaises (1970‑2000)

Source : CHELEM

Graphique 6. Évolution du taux de change effectif réel et nominal de la France entre 1970 et 1996 (1995 = 100)

Graphique 6. Évolution du taux de change effectif réel et nominal de la France entre 1970 et 1996 (1995 = 100)

Source : Statistiques Financières Internationales, FMI

III. Le renforcement de l’intégration financière internationale de l’économie française

16Là encore, il ne s’agit pas de dresser un tableau complet des modes d’intégration financière de l’économie française à l’échelle internationale, mais de dégager quelques faits stylisés à même d’en donner la mesure.

17Le graphique nº 7 propose de suivre l’évolution de la part respective des transactions courantes et des mouvements internationaux de capitaux dans la balance des paiements française. On ne saurait ici s’appuyer sur les soldes de la balance des paiements, mais au contraire sur les masses échangées, tant du côté des débits que des crédits, dans le domaine des transactions courantes, d’une part, incluant principalement les échanges internationaux de biens et services, et en ce qui concerne les transferts d’actifs ou de capitaux, d’autre part. On retient seulement les mouvements internationaux de capitaux à long terme qui recouvrent l’essentiel des flux de capitaux.

Graphique 7. Évolution de la part des transactions courantes et des mouvements de capitaux à long terme dans la balance des paiements française entre 1973 et 2001

Graphique 7. Évolution de la part des transactions courantes et des mouvements de capitaux à long terme dans la balance des paiements française entre 1973 et 2001

Source : Banque de France

18On a là une démonstration de la financiarisation des échanges internationaux de la France, phénomène que l’on retrouverait d’ailleurs, dans des proportions qui peuvent différer, dans les statistiques de balances des paiements de la plupart des pays développés. En effet, au début de la décennie soixante-dix, les échanges internationaux sont très largement constitués de flux réels puisque la part des transactions courantes représente entre 70 % et 80 % du total des paiements enregistrés entre les résidents et les non-résidents. Corrélativement, le poids des transactions financières reste limité, de l’ordre de 10 % à 15 %.

19À compter du début de la décennie quatre-vingt, une évolution particulièrement marquée se manifeste puisqu’en 1989 les deux types de flux occupent la même place, aux alentours de 45 % du total. Cette tendance se confirme et s’accentue par la suite. Depuis 1995, la part des transactions courantes est de l’ordre de 10 % du total tandis que les mouvements internationaux de capitaux à long terme représentent près de 90 % des échanges recensés dans la balance des paiements.

20Le graphique nº 8 montre clairement que l’essentiel de ces mouvements de capitaux est constitué d’investissements de portefeuille, en actions ou en obligations, et que les investissements directs occupent une part minime et surtout fortement décroissante, de l’ordre de 5 % à 10 % dans les années quatre-vingt, et plus proches de 3 % à 5 % dans les années quatre-vingt-dix.

21On est donc en présence, surtout à partir de 1983, d’un changement radical de la configuration de l’économie française qui s’explique par la libéralisation des marchés financiers et l’ouverture accélérée des circuits financiers sur l’extérieur. Cette transformation intervient dans un contexte planétaire de globalisation financière, mais elle résulte aussi d’un ensemble de choix politiques, qu’il s’agisse de moderniser et de libéraliser les marchés de capitaux domestiques ou bien de faire appel à l’épargne externe pour financer les déséquilibres macroéconomiques que doivent alors affronter les gouvernements français.

22Sur le graphique nº 9, on peut suivre l’évolution des besoins de financement externe de la France en réponse à la très nette dégradation du solde de la balance des paiements courants entre 1980 et 1986, puis de 1987 à 1991, couplée d’ailleurs à la très forte augmentation des excédents allemands. On imagine aisément les tensions que cette situation pouvait engendrer sur le taux de change franc-deutsche mark dans le cadre du SME… Mais cette financiarisation des échanges internationaux de la France a également répondu aux besoins de financement du déficit budgétaire et à la part qu’occupèrent les non-résidents dans les achats massifs de bons du Trésor ou d’obligations assimilables au Trésor (OAT). C’est ce que montre le graphique nº 10 sur lequel on peut d’abord observer la très nette dégradation des comptes publics, au début de la décennie quatre-vingt, et plus encore entre 1990 et 1995. On peut également suivre le très fort accroissement du financement extérieur de l’impasse budgétaire à compter de 1987 et jusqu’en 1990, pour atteindre un montant de l’ordre de 70 milliards de francs. On remarque également la très forte volatilité de ces investissements financiers et la place qu’occupèrent les non-résidents détenteurs de titres publics dans la crise de change de 1992-1993 : le solde net des financements extérieurs du déficit budgétaire français passe en effet, à cette époque, de + 35 milliards de francs en 1993 à – 45 milliards de francs en 1994… Indépendamment des péripéties que cette nouvelle configuration imposa dans le cadre du SME, avec le déclenchement de crises spéculatives à répétition tout au long des années soixante-dix et quatre-vingt, et encore au tout début de la décennie quatre-vingt-dix, faute d’une crédibilité suffisante des parités intra-européennes, notamment du taux franc-deutsche mark, les taux d’intérêt français furent principalement gouvernés par des considérations externes, en maintenant des différentiels d’intérêt significatifs avec les taux allemands ou américains, à court terme comme à long terme, qu’il s’agisse d’assurer l’attractivité des placements en francs ou de payer une prime de risque aux investisseurs internationaux. C’est ce qu’illustrent les graphiques nº 11 et 12.

23La stratégie française de conversion à l’Union monétaire paraît ainsi indissociable des changements profonds qui se sont dessinés tout au long des décennies soixante-dix, quatre-vingt et quatre-vingt-dix, en ce sens que les gouvernements français ont tout simplement découvert, sur le tas pourrait-on dire, la tyrannie des marchés financiers et le triangle des incompatibilités entre taux de change fixe, libéralisation financière et politique monétaire autonome. Dès lors que la libéralisation financière était intervenue, que la coordination des politiques économiques à l’échelle mondiale restait lettre morte et que le dollar poursuivait ses vicissitudes, l’euro constituait le moyen de recouvrer une marge d’autonomie, mais à l’échelle de la zone euro et, donc, en transférant la souveraineté monétaire à l’Union européenne.

Graphique 8. Parts repectives des investissements directs et des investissements de portefeuille dans les mouvements de capitaux à long terme de la France entre 1973 et 2001

Graphique 8. Parts repectives des investissements directs et des investissements de portefeuille dans les mouvements de capitaux à long terme de la France entre 1973 et 2001

Source : Banque de France

Graphique 9. Balances des opérations courantes française et allemande de 1974 à 2001 (en pourcentage du PIB)

Graphique 9. Balances des opérations courantes française et allemande de 1974 à 2001 (en pourcentage du PIB)

Source : Stati

Graphique 10. Déficit budgétaire de la France (administration publique centrale) de 1972 à 1997

Graphique 10. Déficit budgétaire de la France (administration publique centrale) de 1972 à 1997

Source : Stati

Graphique 11. Taux d’intérêt à court terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975‑2001)

Graphique 11. Taux d’intérêt à court terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975‑2001)

Source : Statistiques Financières Internationales, FMI

Graphique 12. Taux d’intérêt à long terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975 2001)

Graphique 12. Taux d’intérêt à long terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975 2001)

Source : Statistiques Financières Internationales, FMI

IV. Le triangle des incompatibilités et la solution naturelle de l’euro

24À chaque anniversaire de la naissance de l’euro, des voix se font entendre pour souligner le conservatisme excessif de la Banque centrale européenne (BCE) et, plus encore, l’inadéquation des exigences du pacte de stabilité dans le domaine budgétaire, surtout en période de ralentissement de l’activité économique. Cette mise en question des modalités du policy mix dans l’Union monétaire est sans doute justifiée, l’accent placé sur la stabilité monétaire ayant été poussé trop loin, au détriment des politiques contra cycliques qui s’imposent en phase basse du cycle économique. Mais en même temps, ce qui est fondamentalement nouveau avec l’euro, c’est que les pays européens peuvent désormais mener la politique économique de leur choix, certes sur une base collective, sans trop se préoccuper des chocs qui proviennent régulièrement de l’extérieur. Ces chocs, pourtant, furent légion depuis janvier 1999 : intervention de l’OTAN en ex-Yougoslavie ; politique monétaire nettement plus restrictive de la Federal Reserve et boom boursier aux États-Unis, avec l’appréciation du dollar qui s’en est suivie ; vive appréciation du yen, crises financières en Argentine, attentats du 11 septembre 2001 et intervention américaine en Afghanistan, éclatement de la bulle boursière aux États-Unis et en Europe, affaiblissement de l’économie américaine et du dollar, renforcement des tensions au Moyen-Orient… Jusqu’alors, ces événements suscitaient de violentes réactions sur les marchés des changes, déclenchaient la recherche de valeurs refuges en dollars ou en deutsche marks parmi les investisseurs internationaux et conduisaient à des tensions sur les parités en Europe qui plaçaient certains pays, la France au premier chef, dans l’obligation d’infléchir leur politique économique, d’augmenter violemment les taux d’intérêt et d’induire un ralentissement de la croissance, indépendamment de toute justification interne.

25Cette situation est désormais révolue. Grâce à la taille et à la profondeur des marchés financiers européens, au degré d’ouverture externe nettement plus faible qu’auparavant, de l’ordre de 13 % du PIB pour la zone euro, la conjoncture européenne est beaucoup moins sensible qu’elle ne l’était aux aléas de l’économie mondiale, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit devenue une économie insulaire à l’abri de toute influence externe. Quand l’économie américaine et l’économie japonaise voient leur croissance considérablement ralentir de concert, et même devenir négative pour le Japon, comme tel fut le cas en 2001-2002, alors il est inévitable que la zone euro en pâtisse sur le plan de ses débouchés. Mais désormais cela intervient sans crise, même si se manifestent des inflexions sur le cours dollar-euro, et surtout sans qu’apparaissent des tensions d’origine externe sur les taux d’intérêt européens.

26On a là, a contrario, une illustration des raisons profondes qui justifient l’engagement de la France dans le processus d’Union monétaire face au triangle des incompatibilités souligné par Mundell : une économie ne peut prétendre à la fois au contrôle de son taux de change et à l’autonomie de sa politique monétaire si la mobilité des capitaux est élevée. En libéralisant les marchés financiers dans les années quatre-vingt et en faisant très largement appel aux investisseurs internationaux pour financer les déficits jumeaux sans mener l’économie française à la récession, les gouvernements français ont conduit une mutation qui devait naturellement conduire à la monnaie européenne, dès lors, évidemment, que d’autres partenaires européens adoptaient la même voie. D’autant que la nouvelle configuration géographique et sectorielle des échanges de biens et services était devenue compatible avec la politique dite du franc fort, au cours de la phase de transition, et la stabilité attendue de l’euro à compter de 1999.

27Il n’est pas certain que les architectes de la libéralisation des marchés financiers français et de la suppression des dernières formes de contrôle des changes, à la fin des années quatre-vingt, aient été pleinement conscients des implications d’une telle politique sur le plan monétaire. Ils souhaitaient participer à la modernisation du système financier français, notamment afin de gérer plus facilement la contrainte externe et d’alléger les charges imposées par les déficits budgétaires, en un mot afin de renforcer la marge de liberté des politiques économiques en France. Ce faisant, ils ont objectivement favorisé le changement d’échelle des mouvements internationaux de capitaux, plaçant la politique économique et le franc sous l’emprise des marchés et la quête incessante de la crédibilité. Le passage à l’euro et l’abandon de la souveraineté monétaire étaient devenus inéluctables.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux d’ouverture externe de la France (1970‑2000)
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 1. Les principaux partenaires commerciaux de la France (1970‑2000) (exportations + importations)
Légende Parts en % des partenaires de la France
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 2. Les principaux partenaires commerciaux non-européens de la France (exportations + importations)
Légende Parts en % des partenaires non européens de la France
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2. Structure des exportations françaises par grandes catégories de produits
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 3. Structure des importations françaises par grandes catégories de produits
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 4. Structure des exportations françaises (1970‑2000)
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 5. Structure des importations françaises (1970‑2000)
Crédits Source : CHELEM
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 6. Évolution du taux de change effectif réel et nominal de la France entre 1970 et 1996 (1995 = 100)
Crédits Source : Statistiques Financières Internationales, FMI
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 7. Évolution de la part des transactions courantes et des mouvements de capitaux à long terme dans la balance des paiements française entre 1973 et 2001
Crédits Source : Banque de France
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 8. Parts repectives des investissements directs et des investissements de portefeuille dans les mouvements de capitaux à long terme de la France entre 1973 et 2001
Crédits Source : Banque de France
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 9. Balances des opérations courantes française et allemande de 1974 à 2001 (en pourcentage du PIB)
Crédits Source : Stati
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 10. Déficit budgétaire de la France (administration publique centrale) de 1972 à 1997
Crédits Source : Stati
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 11. Taux d’intérêt à court terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975‑2001)
Crédits Source : Statistiques Financières Internationales, FMI
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 12. Taux d’intérêt à long terme de la France, de l’Allemagne et des États‑Unis (1975 2001)
Crédits Source : Statistiques Financières Internationales, FMI
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Doyen honoraire de la Faculté des sciences économiques d’Aix-Marseille, André Cartapanis est aujourd’hui professeur d’économie et de finances internationales à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et chercheur au CEFI, Université de la Méditerranée. Ses travaux les plus récents portent sur le déclenchement des crises de change et les questions de gouvernance financière internationale. Il a publié ou édité de nombreux ouvrages parmi lesquels figurent : Reconstruire l’architecture du système financier international, Revue Économique, 2001 ; La gouvernance financière mondiale, Revue d’Économie Financière, 2003 ; The Macroeconomics of Exchange Rate Regimes, Revue Économique, 2003 ; Marchés financiers internationaux, Éd. La Découverte, 2004, ; Regional Currency Areas in Financial Globalization, Edward Elgar, 2005 ; Les nouvelles frontières de l’Europe, Revue Économique, 2006.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540