Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle

 | 
Maurice Lévy-Leboyer

Deuxième partie. Les crises et le repli français, de la guerre de 1914 aux années cinquante

Dépréciation du franc et compétition internationale durant l’entre‑deux‑guerres

Bertrand Blancheton et Samuel Maveyraud-Tricoire

Texte intégral

Introduction

1L’entre-deux-guerres est caractérisé par une détérioration des positions commerciales françaises sur les marchés internationaux. En 1913, les exportations françaises représentent 7,2 % des exportations mondiales, 5,9 % en 1929 et seulement 3,7 % en 1937. Le recul français est perceptible sur quasiment tous les types de produits : au premier chef les produits manufacturés – les plus significatifs du point de vue de la « compétitivité » – mais aussi sur les produits agricoles (qui représentent alors environ la moitié des exportations mondiales 50 % en 1913, 46 % en 1929). Ce recul est également perceptible sur quasiment tous les marchés extérieurs : les parts de marché de la France diminuent aussi bien en Allemagne, en Italie et en Espagne, qu’en Suisse où en Angleterre (voir à ce niveau les graphiques rassemblés en annexes) : ce constat tend à minimiser grandement le rôle des considérations politiques dans les échanges internationaux.

2Mais comme le montre également le graphique nº 1 ce recul s’inscrit dans une tendance de fond entamée vers 1860 et interrompue seulement au sortir immédiat de la seconde guerre mondiale. L’économie française a dû faire face à l’émergence de nouveaux concurrents récemment industrialisés qui ont trouvé une place dans la division internationale du travail et érodé ses positions dans les échanges internationaux. Les pays engagés les premiers dans la croissance économique moderne ont connu le même sort : les graphiques réunis en annexes illustrent aussi ce phénomène en particulier pour le Royaume-Uni (point d’appui significatif dans la perspective d’une analyse comparative). Plus largement ce recul est celui de l’ensemble du continent européen qui cesse peu à peu d’être le centre de gravité des échanges internationaux : vers 1870 les exportations de l’Europe constituaient 68 % des exportations mondiales, 60 % vers 1929, 43 % vers 1953.

Graphique 1. Part relative de la France dans les exportations de l’Europe et du monde entre 1830 et 2000

Graphique 1. Part relative de la France dans les exportations de l’Europe et du monde entre 1830 et 2000

Sources : d’après P. Bairoch (1977 et 1993, p. 11-14), données complétées par les auteurs pour 2000 à partir d’une source OMC

3Notons à ce niveau que si une baisse de part de marché signifie un recul relatif des positions commerciales d’une nation, elle ne traduit pas systématiquement une détérioration de sa compétitivité : pour les premiers pays industrialisés le recul des parts de marché paraissait inévitable. Ce constat liminaire appelle une réflexion sur le concept de compétitivité nationale. Cette notion est en fait assez délicate à manier. Il nous semble qu’une nation est compétitive si elle passe avec succès des tests de concurrence (comparaison de coûts, de niveau de productivité, de part de marché) et des tests d’équilibre (signe des soldes intermédiaires de la balance des paiements le plus significatif du point de vue de la compétitivité étant le solde commercial, ampleur des déficits et des excédents rapportés au produit intérieur brut).

4Cela étant, à ce niveau, il importe de ne pas avoir une approche mercantiliste de la balance des paiements et de considérer aussi la nature des flux d’échanges : des importations de biens d’équipement auront des effets positifs sur le futur potentiel d’exportations. En termes plus dynamiques il convient que l’acquisition de ses positions n’entrave pas la progression du niveau de vie de sa population, ne soit pas obtenue de « façon artificielle » en sacrifiant les profits (comportements de marges) ou par un dopage monétaire, deux pratiques qui auront des effets en retour préjudiciables à plus long terme. De même la qualité des spécialisations à la date t est décisive pour la compétitivité future : la diversification des produits et des marchés doit être à la fois large et « pertinente ». La capacité à présenter de « bonnes spécialisations » dépend certainement à la fois du hasard (Paul Krugman insiste sur l’importance de ce facteur dans l’origine de la localisation des activités ; l’avantage comparatif est ensuite rendu durable par le développement d’économies d’échelle externes), de la nécessité et de la volonté (au niveau microéconomique les entrepreneurs doivent manifester une agressivité commerciale suffisamment forte ; les politiques industrielles, les politiques en faveur de l’éducation et de la recherche ont un rôle important à jouer).

5Le concept de positions commerciales internationales d’un pays est plus neutre et plus large que la compétitivité. Un recul des positions ne signifie pas forcément une détérioration de facteurs explicatifs du commerce international. La notion de positions commerciales incorpore également l’aspect géographique des échanges internationaux.

6Sur la base de ces constats et de ces observations liminaires, l’enjeu devient pour nous d’analyser non pas le caractère absolu du recul français, mais son intensité relative au regard de l’expérience d’autres nations comme le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Allemagne, ainsi que le rythme de cette détérioration. Plus précisément l’objet de cette contribution est de chercher à faire le lien entre les phénomènes monétaires de l’évolution des positions commerciales françaises. Dans quelle mesure l’évolution du taux de change effectif réel du franc permet-elle d’expliquer la détérioration des positions françaises ? Sur quels horizons temporels ce facteur joue-t-il ? Comment s’articule-t-il avec d’autres déterminants du commerce extérieur ?

I. Vue d’ensemble et position des problèmes

A. Le tournant de 1929

7Sur la base des soldes intermédiaires de la balance des paiements et de l’évolution des parts de marché, le découpage de la période étudiée est relativement aisé. Les indicateurs font apparaître un retournement entre 1928 et 1930, la date de 1929 pouvant être retenue comme point de basculement. Les années vingt apparaissent comme une période de bonne résistance de la France dans les échanges internationaux, alors que les années trente marquent un effondrement complet, sans équivalent historique.

8Le graphique nº 2 retrace l’évolution du solde de la balance du commerce extérieur spécial (voisin de l’actuel solde commercial) durant l’entre-deux-guerres. L’intensité de la demande durant la reconstruction et une certaine inélasticité de l’offre nationale explique l’intensité du déficit au début des années vingt. Assez vite cependant la situation se rétablit. Au niveau de cet indicateur la date de 1929 constitue un tournant, le déficit se creuse (il dépasse alors 2 % du PIB), le solde reste dès lors lourdement déficitaire jusqu’à la seconde guerre mondiale.

9Au niveau de la balance des revenus (proche de l’actuelle balance courante), c’est davantage l’année 1930 qui paraît constituer une rupture. Comme le montre le graphique nº 3 le solde est excédentaire sur la période 1921-1929, à l’équilibre en 1930 puis structurellement déficitaire entre 1931 et 1937.

Graphique 2. Solde du commerce extérieur spécial entre 1919 et 1938

Graphique 2. Solde du commerce extérieur spécial entre 1919 et 1938

Sources : A. Sauvy (1965) pour les chiffres du commerce extérieur spécial et P. Villa (1993, p. 447) pour la série de PIB

Graphique 3. Solde de la balance des revenus entre 1919 et 1938

Graphique 3. Solde de la balance des revenus entre 1919 et 1938

Sources : A. Sauvy. (1984, p. 406) pour la série de soldes de la balance des revenus et P. Villa (1993, p. 447) pour la série de PIB

10Pour ce qui est de l’évolution des parts de marché, les graphiques nº 5 à 9 rassemblés en annexes qui retracent notamment l’évolution des parts de marché de la France respectivement en Belgique, en Suisse, en Italie, en Espagne, en Allemagne et au Royaume-Uni invitent à retenir la date de 1929 comme point de basculement dans une phase de véritable marasme commercial, le recul français – entamé quelques mois plus tôt – s’accélère alors de façon très sensible.

B. Les caractéristiques monétaires de la période étudiée

11De manière très générale, rappelons que l’entre-deux-guerres est marqué par une très grande instabilité, en rupture radicale avec l’ordre monétaire international d’avant 1913. La vacance du leadership mondial empêche selon la thèse « traditionnelle » de Charles Kindleberger la mise en place d’un système monétaire international crédible. En France cette instabilité se manifeste par des changements de régime monétaire et une tendance lourde à la dépréciation de la monnaie nationale. La période 1919-1926 constitue une première phase de dépréciation « sanctionnée » par la stabilisation/dévaluation de 1926-1928 le franc est amputé d’environ 80 % de sa valeur métallique. Au cours d’une seconde phase – entre 1936 et 1939 – le franc est plusieurs fois dévalué et abandonne cette fois 58 % de sa valeur. En termes relatifs, le graphique nº 4 retraçant l’évolution du taux de change effectif réel du franc permet d’opposer les années vingt marquées par sa sous-évaluation aux années trente caractérisées par son appréciation réelle, puis sa surévaluation entre 1931 et 1936 avant un nouvel effondrement à la veille de la guerre.

Graphique 4. Évolution du taux de change effectif réel de la France entre 1919 et 1939

Graphique 4. Évolution du taux de change effectif réel de la France entre 1919 et 1939

Légende : Pays pris en compte : Belgique, Grande-Bretagne, États-Unis et Italie. Expression au certain du taux de change (voir annexes pour plus de détails). Calcul base 1 en 1913, on suppose que la forme absolue de la parité de pouvoir d’achat (PPA) est alors vérifiée. Le taux de change effectif réel est un rapport pondéré entre cours de change nominaux et cours de change correspondant à la forme relative de la PPA (prix de détail)

C. Nature du lien entre positions commerciale et valeur de la monnaie

12Le lien entre la dynamique du taux de change effectif réel et l’évolution relative des positions commerciales peut, selon nous, être établi sur deux horizons temporels : le court/moyen terme bien évidemment dans la mesure où le taux de change effectif réel est sur le plan théorique un déterminant du volume des exportations et des importations. Mais aussi le plus long terme, en effet, le niveau du taux de change effectif réel ne peut-il pas également être considéré comme un catalyseur de réforme structurelle ? La sous-évaluation réelle d’une monnaie, si elle est durable, ne freine-t-elle pas la recherche de bonnes spécialisations ? Ne fige-t-elle la structure des échanges ? Ne paralyse-t-elle l’effort d’adaptation à la demande ?

13Sur le plan théorique le lien entre taux de change effectif réel, exportations et importations fait partie intégrante de la « boîte à outil » des économistes, pour reprendre l’expression de Joan Robinson, théoricienne de l’influence du change sur le solde commercial avec le théorème des élasticités critiques. Cela étant, mettre au jour la réalité empirique de ce lien grâce à l’inférence économétrique se révèle en pratique assez difficile comme en témoigne notre tentative ci-dessous.

  • 1 Le faible nombre de données oblige à une grande prudence quant à la portée de résultats qui auront (...)

14Nous considérons pour cette étude statistique un groupe de cinq pays industrialisés parmi les grands partenaires commerciaux de la France : la Belgique, la Grande Bretagne, l’Italie, la Suisse et les États-Unis. La période considérée s’étend de 1919 à 1938, les chiffres disponibles étant annuels le travail statistique ne pourra être réalisé qu’avec 19 données1.

15Nous procédons à deux régressions par la méthode des moindres carrés ordinaires. Les régressions sont possibles car toutes les séries sont intégrées d’ordre un.

  • 2 Eichengreen B., Wyplosz C. (1988), « The Economic Consequences of the Franc Poincaré », in Helpman (...)

16La première régression, inspirée des travaux d’Eichengreen et Wyplosz (1988)2, analyse le lien entre le taux de croissance du volume des exportations (d ln X), le taux de change effectif réel (TCER) évalué au certain et la demande mondiale (caractérisée par le taux de croissance de la production industrielle brute mondiale) (d ln Y) :

dln Xt =    

1,289 dlnYt    

– 1,532 dlnTCERt    

– 0,055    

(5,38)

(– 5,09)

(– 1,77)

17Les chiffres entre parenthèses représentent les t de Student. Nous testons l’hypothèse de la nullité des coefficients : le taux de croissance de la production industrielle mondiale et le taux de croissance du taux de change effectif réel sont significatifs au seuil de 5 %. Les exportations françaises apparaissent relativement sensibles à la demande mondiale. De même, elles progressent assez vivement suite à une dépréciation du change (qui correspond ici à une baisse car nous travaillons sur des cours de change au certain). La qualité de la régression est assez bonne (R² = 0,74), de plus il n’y a de problème majeur concernant les caractéristiques statistiques des résidus.

18La seconde régression s’intéresse au lien entre la croissance des importations (d ln M), la croissance du taux de change effectif réel et la croissance de la production industrielle française (d ln PIFR) :

dlnMt =    

– 0,094    

+ 0,2717 dlnTCERt    

+ 0,971 dlnPIFRt    

(– 1,63)

(0,49)

(2,289)

19Seule la croissance de la production industrielle intérieure semble peser sur la croissance des importations (au niveau de significativité de 95 %). Le taux de croissance des importations est quasi insensible à l’évolution du taux de change du franc : les entraves aux échanges (notamment dans les années trente) contribuent sans doute à expliquer le phénomène. Au total la qualité de la régression est cependant médiocre (R² = 0,25). Néanmoins, le lien entre le TCER et la variation des importations est conforme à la théorie.

20Une manière de davantage « faire parler » les données et notamment d’obtenir un lien significatif entre le taux de change effectif réel du franc et les flux commerciaux serait sans doute d’établir des séries trimestrielles. Durant les années vingt plutôt caractérisées par un faible niveau de protection, le lien avec le change devrait être plus fort qu’au cours des années trente.

II. Sous-évaluation du franc et résistance des positions commerciales françaises dans les années vingt : « coup de veine » ou « dangereux dopant » ?

21La dépréciation du franc débute dès l’immédiat après-guerre, la levée de la solidarité financière alliée s’accompagne d’une chute substantielle du franc : surévalué début 1919, il apparaît nettement sous-évalué en termes réels dès la fin de cette même année (voir Blancheton, 2001, chapitre 2). Suite au choc financier de la guerre et aux contraintes de la Reconstruction, les opérateurs sur le marché des changes doutent de la capacité du franc à retrouver son ancienne parité or. Les déséquilibres financiers nourrissent des anticipations baissières à caractère auto-validant. Deux phases de tension exacerbée doivent être mentionnées. Une attaque de spéculateurs autrichiens, allemands et néerlandais provoque d’abord une chute entre décembre 1923 à mars 1924, l’attaque est endiguée par une intervention directe sur le marché des changes au moyen notamment du crédit Morgan. Après presque un an d’accalmie, la dépréciation s’accentue suite à la révélation de l’affaire des faux bilans de la Banque de France en avril 1925 qui ôte toute crédibilité aux autorités monétaires françaises. À l’acmé de cette seconde crise du franc en juillet 1926, la livre sterling cote 243,50 francs (contre 25,97 fin décembre 1918), le pays est alors au bord de la crise de régime. Le retour au pouvoir de Poincaré provoque « comme par miracle » un retournement des anticipations et l’entrée dans une phase d’appréciation rapide du franc : en décembre 1926, il a regagné la moitié du terrain perdu ; il faut alors stabiliser les cours par des interventions directes sur le marché autour d’un peu plus de 120 francs pour une livre sterling. Cette stabilisation de fait du franc couvre la période décembre 1926-juin 1928, date à laquelle par la réforme monétaire il retrouve une convertibilité or. Le franc est dévalué de près de 80 %.

22À première vue, en matière de commerce international les années vingt paraissent particulièrement favorables à la France. Malgré les très fortes contraintes internes liées à la reconstruction, le volume des exportations retrouve dès 1923 son niveau de 1913, entre 1927 et 1929 il lui est supérieur de deux tiers. Comme le montre le graphique nº 2 le solde du commerce extérieur spécial est même positif entre 1924 et 1927. Cette situation contraste avec l’avant-guerre où le déficit commercial avait alors un caractère structurel. Le solde de la balance des revenus (moins significatif du point de vue de la « compétitivité nationale » puisqu’il intègre des revenus du capital) représenté sur le graphique nº 3 est, quant à lui, sans cesse largement excédentaire entre 1921 et 1929, en 1926 l’excédent dépasse 3 % du PIB. En ce qui concerne les parts de marché de la France, les graphiques font ressortir une tendance nette à la progression entre le début des années vingt et les années 1925-1928, c’est notamment vrai sur les marchés suisse, belge et italien. Si la perspective est biaisée par les particularités de l’environnement du point de départ artificiellement bas, les chiffres montrent cependant que la France tend à retrouver (voire surpasser) au milieu des années vingt, ses parts de marché d’avant-guerre : en 1925, à un moment où la sous-évaluation réelle du franc est particulièrement forte (elle dépasse les 30 %), les exportations françaises représentent 14,9 % des exportations européennes ; en 1929 12,2 % du même ensemble contre 12,6 % en 1913.

  • 3 Voir le travail de Jean-Charles Asselain (1991, p. 232) à ce propos, voir aussi la réflexion de Pau (...)

23Ce rétablissement des positions commerciales françaises doit être relié en priorité d’une part à la restitution de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine à la France, deux régions très industrialisées et à fort potentiel d’exportations3 et d’autre part à la permanence de la sous-évaluation réelle du franc durant la décennie 1919-1929 (voir graphique nº 4).

  • 4 Voir par exemple le travail de Pierre Sicsic (1993).

24Les témoignages des contemporains convergent : l’immense majorité des exportateurs se félicite de ce « coup de veine » de plusieurs années de forte sous-évaluation du franc inimaginable dans l’ancien ordre monétaire. À l’instar de Pierre Mendès France, les économistes soulignent les effets dynamisant de « la prime à l’exportation » (1928, p. 56) sur le commerce extérieur. Notons – dans le même ordre d’idée – que l’argument de l’importance du niveau du change a été très présent dans le débat stabilisation versus revalorisation du franc4 entre le second semestre 1926 et le premier semestre 1928, le niveau retenu en décembre 1926, puis en juin 1928, préserve finalement la sous-évaluation du franc comme le montre le graphique nº 4.

25De fait, la sous-évaluation réelle du franc paraît profiter à l’ensemble de l’industrie française. Aux secteurs dynamiques et porteurs de la « seconde révolution industrielle » comme l’automobile, la métallurgie ou la chimie. Mais aussi aux secteurs traditionnels, qui devraient être assez logiquement en perte de vitesse, notamment le textile et le vêtement dont la part de marché dans les exportations manufacturières françaises atteint en 1924 son niveau le plus élevé depuis la fin du XIXe siècle (45,1 %). La part de la France dans les exportations de treize grands pays exportateurs passe pour le textile/habillement de 14,8 % en 1913 à 15,5 % en 1929. L’indice de spécialisation relatif aux exportations françaises dans ce secteur progresse passant de 1,04 en 1913 à 1,29 en 1929. D’autres branches traditionnelles connaissent le même cheminement (voir J.-Ch. Asselain, 1991).

  • 5 Michel Lescure (1993) souligne que les PME des secteurs traditionnels ne sont pas forcément pour au (...)

26Si à court et moyen termes l’effet bénéfique de cette sous-évaluation sur le commerce international de la France ne saurait être contesté dès lors que l’élasticité du prix des exportations et des importations est relativement forte, on peut se demander si à plus long terme ses conséquences structurelles n’ont pas été défavorables. Il semble que la sous-évaluation a contribué à figer la structure d’échanges déjà fragile d’avant 1913 (médiocre diversification produits et marchés). La dépréciation a renforcé la spécialisation dans des secteurs dits traditionnels en perte de vitesse. A contrario, elle a freiné le développement des nouvelles industries et a retardé la recherche de nouvelles spécialisations5.

27L’analyse de l’évolution de la nature de l’investissement dans les années vingt paraît aller dans le sens de cette thèse. Selon Michel Lescure (1996, p. 119), entre 1924 et 1926 en moyenne, les investissements réalisés sont à 75 % des investissements de capacité contre 25 % pour les investissements de rationalisation, alors qu’en 1930 – après plusieurs années d’appréciation du franc – les parts sont respectivement de 60 et 40 %.

28Finalement à mesure que l’étai monétaire s’est fissuré (appréciation réelle du franc puis basculement vers une surévaluation) et à mesure que l’intensité du protectionnisme (années 1930 et 1931) s’est accrue, la vulnérabilité de la structure du commerce extérieur est apparue, ses contradictions se sont manifestées par un effondrement de la compétitivité.

III. L’effondrement commercial des années trente, la double influence du franc

29La trajectoire du franc est marquée à partir de 1930 par une appréciation substantielle et un basculement vers sa surévaluation réelle à partir de la fin de l’année 1931. L’attachement à l’or réaffirmé en 1933 avec le bloc or et la politique de déflation (voir Margairaz, 1991 et Mouré, 1998) contribuent à maintenir en permanence entre 1933 et 1936 une surévaluation voisine de 10 %.

30Tous les indicateurs rassemblés en annexes convergent : les années trente marquent un véritable effondrement des positions commerciales françaises.

31Le verdict des tests d’équilibre est sans appel : le solde de la balance des revenus devient négatif à partir de 1931 et le reste jusqu’en 1937, l’ampleur du déficit reste néanmoins assez faible (jamais supérieure à 2 % du PIB). Le déficit de la balance du commerce extérieur spécial se creuse très nettement à partir de 1929, entre 1931 et 1933 il dépasse 3 % du PIB. Dans un premier temps – au tout début des années trente – les exportations de la France chutent avec la diminution de la demande mondiale alors que son relatif dynamisme interne est un facteur de résistance de ses importations. À partir de 1932, la généralisation des mesures de protection entraîne un ralentissement de l’ensemble des flux commerciaux. La France ayant des difficultés structurelles pour comprimer ses importations notamment de produits agricoles (à la veille de la guerre elle est en situation de dépendance alimentaire). Le déficit commercial tend à se creuser en fin de période jusqu’à dépasser 5 % du PIB en 1937.

32La part de la France dans le total des exportations de l’Europe passe de 12,2 % en 1929 à 7,9 % en 1937. Le recul relatif est tout aussi important dans l’ensemble des pays précocement industrialisés puisque la part de la France passe de 18,7 % en 1929 à 12,6 % en 1937. Les graphiques nº 5, 6 et 7 illustrent l’intensité de la détérioration notamment sur les marchés suisse, italien, et belge où les parts de marché de la France passent respectivement de 17,94 %, 9,59 % et 19,47 % en 1929, à seulement 13,55 %, 3,52 % et 12,34 % en 1937.

33La détérioration de la compétitivité est particulièrement visible au niveau des produits manufacturés : la part relative de la France parmi un groupe de treize grands pays exportateurs passe de 11,2 % à 5,8 %.

34Le problème de la faible pénétration des exportations françaises outre-mer (en dehors des colonies) – déjà manifeste avant 1913 et dans les années vingt – s’aggrave dans les années trente. Les exportateurs français se replient sur les colonies, leur part dans les exportations françaises passe de 17 % en 1928 à 27 % en 1938.

35Les phénomènes monétaires semblent porter une double responsabilité dans l’effondrement commercial français. L’évolution du change dans les années vingt explique dans une certaine mesure la structure défavorable des échanges au seuil des années trente même si d’autres facteurs entrent – en la matière – en ligne de compte (traditionnelle faible agressivité commerciale française). L’appréciation réelle du franc à partir de la toute fin des années vingt puis sa surévaluation réelle pénalisent bien évidemment les exportations en particulier celles des secteurs traditionnels qui avaient le plus profité de la dépréciation monétaire des années vingt. Ainsi la part de la France dans les exportations de textiles et d’habillements passe de 15,5 % en 1929 à 6,6 % en 1937, pour les seuls vêtements l’effondrement est plus spectaculaire encore de 11,9 % à 2,8 %.

36La comparaison avec l’expérience britannique est particulièrement instructive pour tenter de mettre au jour le lien entre les échanges internationaux et les cours de change réel. Les graphiques nº 5 et 6 montrent la capacité de résistance de l’économie britannique à partir de 1931. Une sorte de chassé-croisé peut être établie avec l’expérience française. Dans les années vingt la surévaluation de la livre sterling associée à un recul des positions commerciales alors que le « réalisme » monétaire des années trente combiné avec d’autres formes de protectionnisme permet une stabilisation des positions commerciales britanniques. Sur le marché belge la part de marché du Royaume-Uni évolue de la sorte : 16,75 % en 1923, 8,15 % en 1931 et 11,38 % en 1937. Sur le marché suisse : 8,11 % en 1923, 4,39 % en 1931 et 6,25 % en 1937. Ces progrès britanniques apparaissent paradoxaux : la stratégie de « bloc or » aurait dû conduire à une intensification des échanges entre pays membres et non à des gains de parts de marché de tiers.

Conclusion

37Notre contribution fait ressortir le double horizon temporel de l’influence du taux de change effectif réel d’une monnaie. À court terme, un taux de change effectif réel favorable agit sur la compétitivité de l’économie nationale via une amélioration des termes de l’échange (passée une courte période dite de currency contract) mais à plus long terme il peut figer dangereusement la structure des échanges et être à l’origine d’un handicap d’ordre plus structurel. Ainsi dans le cas français l’importante sous-évaluation réelle du franc dans les années vingt a été un facteur de dynamisation du commerce extérieur français, de préservation voire d’amélioration des positions commerciales française. Cela étant ce « dopant monétaire » a manifestement figé la structure d’échanges déjà fragiles avant 1913 (médiocre diversification des produits et des marchés), a renforcé la spécialisation dans des secteurs traditionnels comme le textile, a ralenti l’effort d’adaptation à la demande et a retardé la recherche de spécialisations porteuses. Dans les années trente, la surévaluation réelle du franc révèle la fragilité de la structure du commerce extérieur français et provoque l’effondrement (d’ailleurs inéluctable) de la compétitivité nationale.

38L’étude attire plus largement l’attention sur l’importance (la non-neutralité) des phénomènes monétaires dans l’environnement de l’entre-deux-guerres (caractérisé par de nombreuses rigidités notamment nominales). La dynamique de la valeur extérieure du franc confirme les difficultés rencontrées par les autorités françaises pour affronter des phénomènes économiques nouveaux et renforce l’intérêt d’étudier l’apprentissage des politiques économiques notamment conjoncturelles.

Bibliographie

Asselain J.-Ch. (1989), « La réinsertion de l’économie française dans les échanges internationaux (1950 et 1960) », in Lesourne J. (dir.), L’urgence du futur. Existe-t-il des stratégies économiques de long terme pour la France ?, Paris, Economica, p. 119-142.

Asselain J.-Ch. (1991), « La stagnation économique », in Lévy-Leboyer M., Casanova J.-C. (dir.), Entre l’État et le marché, Paris, Gallimard, p. 199-250.

Asselain J.-Ch., Blancheton B., Bordes Ch., Sénégas M.-A. (2002), « L’inflation française de 1922-1926 : les enseignements de la FTPL en perspective historique », Économies et sociétés, série Monnaie, nº 2, 2002, p. 305-325.

Bairoch P. (1977), « La place de la France sur les marchés internationaux », in Lévy-Leboyer M. (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, Paris, éditions de l’EHESS, p. 37-52.

Bairoch P. (1993), « La France dans le contexte international : politique commercial et commerce extérieur », in Le commerce extérieur français de Méline à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ADHE, p. 3-33.

Blancheton B. (2001), Le pape et l’empereur, Paris, Albin Michel.

Bussière É. (1992), La France, la Belgique et l’organisation de l’Europe, 1918-1935, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Carré J.-J. (1972), La croissance française, Paris, Le Seuil.

Eichengreen B., Wyplosz Ch. (1988), « The Economic Consequences of the Franc Poincaré », in Helpman E., Razin A., Sadka E., Economic Effects of the Government Budget, Cambridge, MIT Press, p. 257-286.

Kindleberger Ch. (1988), La grande crise mondiale 1919-1939, Paris, Economica.

Lescure M. (1993), « Les petites et moyennes entreprises et l’exportation en France au XXe siècle », in Le commerce extérieur français de Méline à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ADHE, p. 97-115.

Lescure M. (1996), PME et croissance économique, l’expérience française des années vingt, Paris, Economica.

Margairaz M. (1991), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, 2 vol., Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Marseille J. (1980), « Les origines “inopportunes” de la crise de 1929 en France », Revue économique, vol. 31, nº 4, p. 648-684.

Marseille J. (1984), Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel.

Mendès France P. (1928), L’œuvre financière du gouvernement Poincaré, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Mitchell B. R. (1992), International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992.

Mouré K. (1998), La politique du franc Poincaré, Paris, Albin Michel.

Sauvy A. (1965-1975), Histoire économique de la France entre les deux guerres, 4 vol., Paris, Fayard.

Sicsic P. (1993), « Le franc Poincaré a-t-il été délibérément sous-évalué ? », Études et documents V, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, p. 261-291.

Toutain J.-C. (1977), « La structure du commerce extérieur de la France, 1789-1970 », in Lévy-Leboyer M. (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, Paris, éditions de l’EHESS, p. 53-73.

Villa P. (1993), Une analyse macroéconomique de la France au XXe siècle, Paris, CNRS éditions.

Annexes

Graphique 5. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Belgique entre 1846 et 1938

Graphique 5. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Belgique entre 1846 et 1938

Source : B. R. Mitchel, International Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 554 et 558 pour le total des importations belges et p. 572-574 pour la décomposition par pays

Graphique 6. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Suisse entre 1885 et 1938

Graphique 6. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Suisse entre 1885 et 1938

Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 557 et 562 pour le total des importations de la Suisse et p. 641-642 pour une décomposition par pays

Graphique 7. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Italie entre 1861 et 1938

Graphique 7. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Italie entre 1861 et 1938

Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 555 et 560 pour le total des importations de l’Italie et p. 605-607 pour une décoposition par pays

Graphique 8. Parts de marché de quatre grands exportateurs en Espagne entre 1849 et 1935

Graphique 8. Parts de marché de quatre grands exportateurs en Espagne entre 1849 et 1935

Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 556 et 562 pour le total des importations de l’Espagne et p. 631-633 pour une décomposition par pays

Graphique 9. Part de marché de la France en Allemagne et au Royaume-Uni entre 1880 et 1938

Graphique 9. Part de marché de la France en Allemagne et au Royaume-Uni entre 1880 et 1938

Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 557 et 562 pour le total des importations du Royaume-Uni, p. 555 et 559 pour le total des importations de l’Allemagne, p. 644-646 pour la part de la France au Royaume-Uni, p. 593-594 pour la part de la France en Allemagne

Détail des calculs du taux de change effectif réel du franc (graphique nº 4) :

Soit Pi, t : le niveau général des prix de la France à la période t

Soit Pj, t : le niveau général des prix du pays étranger

Soit Sij : le taux de change de la monnaie j exprimé en monnaie i (i. e. taux de change à l’incertain).

On suppose pour nos calculs que la forme absolue de la PPA (prix de détail) est approximativement vérifiée pour 1913. Cette hypothèse « traditionnelle » mériterait d’être plus solidement validée.

Le taux de change conforme à la parité des pouvoirs d’achat relative à la période t s’écrit :

Le taux de change réel bilatéral à la période t s’écrit :

Le taux de change effectif réel du pays i à la période t s’écrit ainsi :

avec :

αj représente les exportations du pays i vers le pays j rapportées aux exportations totales du pays i.

Notes

1 Le faible nombre de données oblige à une grande prudence quant à la portée de résultats qui auront avant tout un rôle d’illustration.

2 Eichengreen B., Wyplosz C. (1988), « The Economic Consequences of the Franc Poincaré », in Helpman E., Razin A., Sadka E. (éd.), Economic Effects of the Government Budget, Cambridge, MIT Press.

3 Voir le travail de Jean-Charles Asselain (1991, p. 232) à ce propos, voir aussi la réflexion de Paul Bairoch (1993, p. 9-10) sur les conséquences commerciales – difficiles à évaluer – de la cession de l’Alsace-Lorraine dans les années 1870.

4 Voir par exemple le travail de Pierre Sicsic (1993).

5 Michel Lescure (1993) souligne que les PME des secteurs traditionnels ne sont pas forcément pour autant des acteurs passifs : on a assisté dans les années vingt à un phénomène de concentration dans les industries textiles « pour s’adapter à l’évolution de la demande » et à un travail de prospection de débouchés externes.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Part relative de la France dans les exportations de l’Europe et du monde entre 1830 et 2000
Crédits Sources : d’après P. Bairoch (1977 et 1993, p. 11-14), données complétées par les auteurs pour 2000 à partir d’une source OMC
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2. Solde du commerce extérieur spécial entre 1919 et 1938
Crédits Sources : A. Sauvy (1965) pour les chiffres du commerce extérieur spécial et P. Villa (1993, p. 447) pour la série de PIB
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3. Solde de la balance des revenus entre 1919 et 1938
Crédits Sources : A. Sauvy. (1984, p. 406) pour la série de soldes de la balance des revenus et P. Villa (1993, p. 447) pour la série de PIB
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 4. Évolution du taux de change effectif réel de la France entre 1919 et 1939
Crédits Légende : Pays pris en compte : Belgique, Grande-Bretagne, États-Unis et Italie. Expression au certain du taux de change (voir annexes pour plus de détails). Calcul base 1 en 1913, on suppose que la forme absolue de la parité de pouvoir d’achat (PPA) est alors vérifiée. Le taux de change effectif réel est un rapport pondéré entre cours de change nominaux et cours de change correspondant à la forme relative de la PPA (prix de détail)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 5. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Belgique entre 1846 et 1938
Crédits Source : B. R. Mitchel, International Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 554 et 558 pour le total des importations belges et p. 572-574 pour la décomposition par pays
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 6. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Suisse entre 1885 et 1938
Crédits Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 557 et 562 pour le total des importations de la Suisse et p. 641-642 pour une décomposition par pays
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 7. Parts de marché de quatre grands pays exportateurs en Italie entre 1861 et 1938
Crédits Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 555 et 560 pour le total des importations de l’Italie et p. 605-607 pour une décoposition par pays
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 8. Parts de marché de quatre grands exportateurs en Espagne entre 1849 et 1935
Crédits Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 556 et 562 pour le total des importations de l’Espagne et p. 631-633 pour une décomposition par pays
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 9. Part de marché de la France en Allemagne et au Royaume-Uni entre 1880 et 1938
Crédits Source : B. R. Mitchell, International Historical Statistics. Europe 1750-1988, New York, Stockton Press, 1992, p. 557 et 562 pour le total des importations du Royaume-Uni, p. 555 et 559 pour le total des importations de l’Allemagne, p. 644-646 pour la part de la France au Royaume-Uni, p. 593-594 pour la part de la France en Allemagne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4688/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteurs

Agrégé des Universités, professeur de sciences économiques à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV et directeur de l’UFR « Sciences économiques et de gestion ». Ses recherches concernent l’histoire des faits économiques et les politiques économiques. Il est notamment l’auteur des ouvrages Les politiques économiques, Paris, Dunod, 2006 et Le Pape et l’Empereur, Paris, Albin Michel, 2001. Il a récemment publié avec Jean-Charles Asselain deux articles sur l’ouverture commerciale : « Dynamique de l’ouverture internationale. Paradoxes, enjeux, éléments d’interprétation à partir du cas de la France », Économies et Sociétés, série HEQ, nº 1, 2005, p. 49-179 et « Mondialisation et commerce international, une histoire ancienne », Cahiers Français, nº 325, 2005, p. 33-38

Samuel Maveyraud-Tricoire est post-doctorant au LAPE (Laboratoire d’Analyse et de Prospective Économique) de Limoges après avoir réalisé une thèse de doctorat à l’Université de Bordeaux sur la relation épargne-investissement en tant que mesure de l’intégration financière internationale. Parmi ses travaux en histoire économique, on peut citer le travail réalisé avec Bertrand Blancheton intitulé « Les indicateurs d’intégration financière internationale : un faisceau de mesures convergent » et parmi ses travaux récents, les publications de 2006 : « Hétérogénéité de la relation épargne-investissement : un indicateur d’intégration économique ? Une application au cas européen. » parue dans la revue Économie Internationale nº 105 et « What does the Feldstein-Horioka Coefficient with Panel Data Really Measure? An Illustration with the Case of a Monetary Area » publiée dans la revue Economics Bulletin, vol. 6, nº 8

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540