Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle

 | 
Maurice Lévy-Leboyer

Première partie. L’héritage du XIXe siècle : la position française au début du siècle

L’insertion de la France dans les réseaux internationaux de l’échange (fin XIXe-début XXe siècle)

Patrick Verley

Texte intégral

  • 1 A. Broder, « Les échanges extérieurs et la longue stagnation », in Yves Breton, Albert Broder, Mich (...)

1Dans la perspective de ce colloque portant sur le XXe siècle, une brève analyse de la position de la France dans les flux d’échange dans les premières années de ce siècle ne saurait être une analyse exhaustive des produits et des partenaires. Une étude très détaillée a par ailleurs été menée par Albert Broder1 sur la période 1873-1897 dont il serait inutile de rappeler les éléments. Il s’agit davantage de faire un état initial de la situation, un « audit », en comparaison à la fois avec ce que cette situation avait été trente ou cinquante ans auparavant et avec l’évolution de quelques pays voisins européens, afin de préciser la position du pays dans le système de l’économie internationale. On visera davantage au constat qu’à un jugement sur les responsabilités des politiques ou des entrepreneurs dans les évolutions. Ce type de débats est en général dominé par des a priori comme celui, récurrent, sur l’incidence du protectionnisme que l’on ne pourrait traiter avec pertinence qu’au niveau très décontracté de la filière de production et du marché de chaque produit, dans le cadre de ce qui était alors politiquement concevable et politiquement acceptable.

I. Des résultats commerciaux médiocres

2Au milieu du XIXe siècle, la France avait été la seconde puissance commerciale du monde, certes loin derrière le Royaume-Uni. À partir des années 1880, elle est passée au quatrième rang, car elle a cédé la seconde place à l’Allemagne, qui, en 1913, est en passe de parvenir à égaler le niveau britannique, et la troisième place aux États-Unis. Ce recul relatif ne révèle pas obligatoirement une faiblesse de l’économie nationale, car il est surtout la conséquence de la plus grande vigueur de la croissance démographique et économique de l’Allemagne et des États-Unis. Mais le résultat en fut de modifier la capacité d’action des importateurs et exportateurs nationaux sur les marchés internationaux. Si les pays au commerce le plus important ont un avantage de marché par leur taille qui diminue la contrainte externe pour leurs producteurs, les pays au commerce plus modeste compensent souvent leur manque de prise sur les marchés internationaux en s’orientant vers des stratégies de créneaux. Les relations commerciales sont donc d’abord le reflet des variables démographiques et économiques internes.

3Un fait majeur qui explique le recul relatif de la position économique française dans le monde est sa lente croissance démographique. Alors qu’elle faisait encore 17,6 % de la population européenne (Russie exclue) en 1850, cette proportion était tombée à 12,4 % en 1913. Ce peu de vigueur démographique n’affectait néanmoins pas à l’identique tous les types de relations avec les autres pays. Cette remarque permet de hiérarchiser les indicateurs de l’activité commerciale plutôt que d’étudier, en sacrifiant à la tradition, importations, exportations et solde de la balance commerciale, avec ce soupçon habituel de mercantilisme qui incite à considérer les importations comme « mauvaises », comme un facteur négatif si elles croissent trop vite, les exportations comme « bonnes », et de considérer comme un résultat souhaitable d’avoir une balance positive et une faiblesse d’avoir une balance négative. Les typologies classiques des structures des balances des paiements, fondées sur une analogie avec le cycle de la vie, tendent à conforter cette lecture subjectiviste.

4Les importations sont d’abord le reflet de la démographie et de la croissance économique. Leur structure révèle le plus souvent, dans le cas d’un pays industriel, une prédominance des matières premières dont la croissance est une conséquence de l’industrialisation. La France des années 1900 était conforme à ce schéma, puisque sur les principaux postes qu’étaient, par exemple, les matières premières textiles (soit, en y incluant le lin, 22 % des importations), la consommation de fibres était proportionnelle à la production.

5En reprenant la nomenclature de l’époque, 65 % des importations spéciales portaient en 1900 sur les matières premières nécessaires à l’industrie, 17 % sur des produits alimentaires et 18 % seulement sur des produits manufacturés. Cette proportion était déjà la même en moyenne entre 1865 et 1875, montrant une permanence de la structure des importations. Elle avait diminué jusqu’à 51 % dans la décennie 1880, révélant le ralentissement de la croissance industrielle. La constatation souvent effectuée que les importations crûrent plus vite entre 1870 et 1913 que les exportations ne doit donc pas conduire à considérer le gonflement des importations comme la résultante d’une faiblesse de l’économie intérieure devant la concurrence étrangère. Il ne s’agissait pas d’une substitution de la production nationale par des importations puisque cette croissance des importations était au contraire le résultat de la croissance de l’industrie et de celle des niveaux de vie qui permettait en particulier une diversification de l’alimentation vers des produits tropicaux comme le café.

Tableau 1. Les quatorze premières importations faisant près de 60 % de la valeur des importations françaises spéciales en 1899‑1900

Tableau 1. Les quatorze premières importations faisant près de 60 % de la valeur des importations françaises spéciales en 1899‑1900

6À partir des années 1870 en effet, les importations de matières premières représentèrent de manière assez stable 30 % de la valeur ajoutée industrielle, avec une très bonne corrélation annuelle entre les séries (R2 = 0,89). Quant aux conséquences de la hausse des niveaux de vie, on constate que les importations de café, de cacao et de riz, produits dont la culture n’était pas possible en France, représentaient dès 1900 une valeur non négligeable (3,2 % du total), supérieure par exemple à celle des céréales, désormais sans grande importance, ou même à celles des machines et mécaniques. Les importations apparaissaient ainsi déterminées de manière rigide par la croissance industrielle et l’élévation des niveaux de vie pour des produits que ne fournissait pas l’économie nationale ou qu’elle ne fournissait plus en quantités suffisantes ou dans les qualités demandées, comme la laine, la houille ou le minerai de fer.

  • 2 Bien sûr on peut observer une corrélation avec le PNB, ainsi que le remarque A. Broder, in « Les éc (...)

7Les exportations en revanche avaient plus d’indépendance par rapport aux indicateurs internes de taille, démographique ou économique2, car le premier déterminant des exportations est la capacité d’absorption des marchés extérieurs, c’est-à-dire la croissance économique dans les autres pays. « Toutes choses restant égales par ailleurs », un effet mécanique aurait dû faire évoluer les exportations françaises à la même vitesse que la demande mondiale. C’est donc un mauvais critère de jugement que de comparer la valeur des importations et des exportations qui n’ont aucune raison de s’équilibrer puisque leurs déterminants ne sont pas les mêmes et qu’aucune contrainte ne s’exerce à l’intérieur de la balance des paiements dans ce sens. D’autres postes en effet – services et revenus des capitaux placés ou investis à l’étranger – concourraient à son équilibre sans qu’il y ait pour autant une modification de la position créditrice ou débitrice du pays, au travers d’un ajustement par les flux de capitaux. La variation des changes entre les points d’or pouvait avoir un effet sur les flux de capitaux à court terme, mais était trop faible pour influencer les flux de marchandises et donc pour établir un mécanisme d’équilibrage mettant en relation exportations et importations.

8Plutôt donc que de déplorer le recul des exportations françaises à partir de l’apogée en valeur courante de 1875 qui n’allait être dépassé qu’en 1899, puis de se féliciter sur leur essor à partir de 1900 dans la mesure où leur valeur nominale s’accrut de 68 % entre 1900 et 1913, soit plus vite que le PIB qui n’augmentait que de 49 %, il est plus pertinent de les apprécier en part de marché dans les importations mondiales, elles-mêmes égalent – aux conventions de mesure près – aux exportations mondiales.

Graphique 1. Produit industriel et importations de matières premières industrielles (indices, base 100 = moyenne des valeurs entre 1860 et 1913)

Graphique 1. Produit industriel et importations de matières premières industrielles (indices, base 100 = moyenne des valeurs entre 1860 et 1913)

Tableau 2. Part de la France dans les exportations du monde et des pays développés (pourcentages)

Tableau 2. Part de la France dans les exportations du monde et des pays développés (pourcentages)

Source : évaluations de Paul Bairoch, « La France dans le contexte international… », in Le commerce extérieur français de Méline à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ADHE, 1993, p. 11

9Quelle que soit l’incertitude des données reconstruites, le recul relatif est sensible sur les deux périodes. Cela signifie d’une part que le ralentissement de l’activité mondiale, que les difficultés d’un certain nombre de pays dans la période dite de la Grande Dépression et que les modifications concomitantes dans les flux internationaux affectèrent particulièrement les exportations françaises. Cela révèle aussi que la reprise de l’activité mondiale à partir de 1895-1900 eut un effet positif sur les exportations françaises, mais que cette impulsion ne s’exerça pas dans toute son ampleur potentielle.

  • 3 Alfred Maizels, Industrial Growth and World Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 1971.

10Alfred Maizels a proposé une méthode, devenue classique, d’analyse des mouvements des exportations. Il l’a appliquée à leur évolution au plan mondial entre 1899 et 1913 – une période malheureusement courte dont le choix s’explique par le fait qu’il s’intéressait surtout aux évolutions ultérieures. Son étude se limitait par ailleurs aux produits manufacturés3. Il décomposait l’écart à la variation de la demande mondiale en trois facteurs : la croissance du marché soit l’effet mécanique de l’augmentation de la demande mondiale, la diversification-pays et produits, qu’il ne distinguait pas l’une de l’autre, et enfin la compétitivité. Pour les exportations de produits manufacturés, il évaluait la décomposition de l’évolution pour les deux grands pays qui perdaient des parts de marché, la Grande-Bretagne et la France, et pour les deux grands pays qui en gagnaient, l’Allemagne et les États-Unis, de la manière suivante :

Tableau 3. Variation des exportations de produits manufacturés entre 1899 et 1913 (calculs en prix constants)

Tableau 3. Variation des exportations de produits manufacturés entre 1899 et 1913 (calculs en prix constants)

Source : d’après A. Maizels, op. cit., p. 199-200

11Son analyse concluait donc à une forte perte de compétitivité comme facteur de l’important déclin relatif britannique, et en revanche à une trop faible diversification pour le déclin relatif français, qui apparaissait moins accentué. À cela s’opposait la progression allemande qui aurait été surtout due à la compétitivité et à la progression américaine plutôt due à la diversification. Faute de pouvoir reprendre tous les calculs – très lourds – de Maizels, on peut néanmoins essayer d’enrichir ses résultats en prenant une perspective temporelle plus large et surtout en distinguant entre la diversification-pays et la diversification-produits.

II. Les raisons de la médiocre progression des exportations françaises

A. La diversification-pays

12Les exportateurs s’efforcent de s’adapter à l’évolution des marchés nationaux, c’est-à-dire aux évolutions différentielles de la croissance économique et démographique des pays importateurs. Ils ont avantage à se dégager peu à peu des pays dont le marché intérieur ne manifeste qu’une croissance lente et à affirmer leur présence sur les marchés les plus dynamiques.

Tableau 4. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1876‑1886 et 1900‑1913

Tableau 4. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1876‑1886 et 1900‑1913

13Le tableau nº 4 révèle une médiocre concordance entre les marchés en progression et le dynamisme des pays qui étaient les principaux clients des exportateurs français, dans une comparaison en longue durée entre les années 1870 et les premières années du XXe siècle. La progression des exportations a été très forte vers la Chine, l’Inde et la Russie, sans doute parce qu’elles partaient d’un niveau très bas. Cette croissance restait néanmoins sans effet significatif parce que ces pays représentaient de très petits marchés pour le commerce français. En ce qui concerne les clients plus importants, la progression des ventes était supérieure à la moyenne vers l’Allemagne, un des pays dont le taux de croissance était le plus fort. En revanche la croissance des ventes vers les États-Unis restait très médiocre, même si ce pays a mené une politique de protection croissante : les importations américaines augmentèrent, au cours de cette même période, de 130 % alors que les exportations françaises sur ce marché ne croissaient que de 31 %. Il est significatif aussi que les exportations vers l’Amérique latine, qui avait représenté un marché non négligeable au milieu du XIXe siècle, ne représentaient plus que des valeurs faibles au début du XXe siècle. Ces pays, comme l’Argentine dont la croissance du PNB est la plus élevée de tous les pays de l’échantillon, ne virent qu’une faible progression des ventes françaises. Les positions commerciales acquises, au Mexique par exemple, dans les années 1850 furent ensuite perdues. Faute d’analyser les raisons de ces médiocres performances pays par pays, on remarquera que de manière générale le recul en Amérique latine semble sans doute dû au repli des réseaux français de commercialisation. Le repli des exportations françaises en Amérique latine fut particulièrement marqué dans les trente dernières années du XIXe siècle : entre 1876-1896 et 1898-1908 les ventes vers l’Argentine diminuèrent de 19 % en valeur nominale, vers le Brésil de 31 % et vers le Chili de 40 %.

14Mais la tendance était à une amélioration de la diversification-pays dans les années qui précédèrent la guerre à en juger par une comparaison similaire sur une période courte, entre les données de 1898-1908 et 1900-1913.

15La concordance était désormais plus grande. Le commerce français progressait en Argentine, l’un des pays nouveaux les plus prometteurs. Mais la progression sur le marché américain restait toujours limitée et le bond important que faisait l’économie russe dans les années qui précédèrent la guerre ne profitait que faiblement aux exportateurs français. Quant aux autres pays « neufs » de peuplement européen et de niveau de vie élevé, qui semblaient au début du XXe siècle répéter le miracle américain du XIXe siècle – des marchés particulièrement intéressants du fait de leur forte croissance démographique, de leur urbanisation rapide et de leur faible niveau d’industrialisation qui en faisaient de grands acheteurs d’un ensemble très diversifié de produits manufacturés, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Canada –, ils restaient toujours dans l’orbite du commerce anglo-saxon et n’étaient pénétrés que de manière infime par le commerce français. Le bilan de la diversification par pays était donc médiocre.

Tableau 5. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1898‑1908 et 1900‑1913

Tableau 5. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1898‑1908 et 1900‑1913

Source : Exportations, calculs d’après la série Tableau général du commerce et de la navigation…, op. cit., P. I. B. d’après Angus Maddison, L’économie mondiale, 1820-1992, Paris, OCDE, 1998

B. La diversification-produits

16Elle signifie la capacité des pays à faire évoluer leur structure d’exportations par produits en diminuant la part de ceux pour lesquels la demande mondiale fléchit et en augmentant ceux pour lesquels cette demande est dynamique. On ne peut aborder leur évolution qu’entre 1899 et 1913, la période pour laquelle Maizels les a réunis, faute de refaire le travail très lourd de collecte des données sur une période plus large. Mais cela ne modifierait sans doute guère les conclusions de l’analyse.

Tableau 6. Exportations mondiales de produits manufacturés entre 1899 et 1913

Croissance des ventes entre 1899 et 1913 à prix constants (multiplication par)

Croissance en rapport avec la croissance moyenne des ventes

Matériel de transports

3,35

90 %

Produits chimiques finis

2,62

48 %

Machines

2,46

39 %

Métaux

2,35

33 %

Produits chimiques intermédiaires

2,01

14 %

Autres produits manufacturés intermédiaires

2,01

14 %

Autres articles en métal

1,77

0 %

Autres produits manufacturés finis

1,77

0 %

Tissus

1,44

– 19 %

Vêtements

1,23

– 30 %

Filés

1,13

– 36 %

Ensemble

1,77

0 %

Source : Calculs d’après le tableau A6, A. Maizels, op. cit., p. 435

  • 4 David Asseo, La filature de coton dans le monde en 1910 : une analyse comparée (1908-1913), Centre (...)

17À partir de 1900 le marché mondial des produits textiles ne présentait plus de fortes possibilités de croissance, à la fois par la saturation d’une demande devenue de plus en plus inélastique et par l’entrée dans une phase initiale d’industrialisation de nombreux pays extra-européens. Les produits dont la demande croissait le plus vite étaient alors les biens d’équipement, en particulier le matériel de transport, ferroviaire ou automobile, et les produits chimiques finaux. Quant aux demi-produits autres que les filés, dont les ventes déclinaient, ils étaient dans une position intermédiaire, à croissance néanmoins supérieure à la moyenne dans la mesure où de nombreux pays du monde – même ceux qui étaient en cours d’industrialisation – n’étaient pas parvenus au stade de leur fabrication ou n’en produisaient pas encore en quantités suffisantes. L’écart entre la régression très forte du commerce des filés et celle plus modérée du commerce des tissus provenait en revanche du décalage, dans les pays peu développés d’Amérique latine ou d’Asie, entre la filature du coton désormais bien implantée depuis les années 18904 et le tissage, qui, restant encore souvent artisanal, constituait un goulet d’étranglement dans la filière textile.

18Au plan de la diversification par produits, la structure des exportations françaises s’était mal adaptée à l’évolution de la demande mondiale.

  • 5 Patrick Verley, « Dynamique des marchés et croissance industrielle », in Maurice Lévy-Leboyer (dir. (...)

19La spécialisation des exportations françaises sur les biens de consommation de qualité destinés aux classes moyennes et supérieures, fondée sur le savoir-faire, le « goût » et une réputation que les exportateurs français parvinrent à imposer dans la division internationale du travail opérée lors des années 1840-1860 ne correspondit plus à des débouchés dynamiques à partir de 1870. Et en revanche le retard en matière de biens d’équipement ne permettait pas aux industriels français de profiter du dynamisme de ce segment de la demande mondiale. Les évolutions au plan mondial étaient peu favorables au commerce français. La conjoncture de ralentissement de la croissance déprima les revenus des classes moyennes et supérieures dans de nombreux pays jusqu’aux années 1890. L’accélération de la croissance mondiale à compter des dernières années du siècle restaura certes les conditions d’un marché pour des produits de qualité, mais désormais le développement d’ébauches de marchés de masse dans les pays industriels avancés et le début d’un processus de « moyennisation » de la qualité des produits ne pouvaient qu’en limiter la part des ventes sur les marchés internationaux5. Néanmoins le segment des produits de luxe et de demi-luxe retrouva en France une nouvelle vigueur dans les dix années qui précédèrent la guerre pendant lesquelles le renouveau de la croissance gonfla les profits en faisant évoluer en leur faveur la répartition du revenu national.

Tableau 7. Répartition des exportations des grands pays selon le dynamisme des produits

Tableau 7. Répartition des exportations des grands pays selon le dynamisme des produits

Source : Calculs d’après les données de A. Maizels, op. cit., p. 476-487

  • 6 Joseph Soavi, « Les exportations de produits de luxe dans l’entre-deux-guerres », in Jacques Marsei (...)

20Les maisons de luxe recoururent alors à des innovations de produits et de marketing. En dehors du pionnier qu’avait été Worth sous le Second Empire, la haute couture resta peu développée jusqu’à 1900. L’entreprise de Paul Poiret, fondée en 1904, qui connut un grand succès, inventa le défilé semestriel de présentation des modes en 1912 – un élément constitutif de la définition de la haute couture parisienne. En 1911, elle diversifia avec la vente de parfums conditionnés dans des flaconnages de luxe (Lalique). Cette stratégie de diversification des couturiers, des selliers (Hermès), des bagagistes (Vuitton), des bijoutiers (Cartier) qui offraient sous leurs noms de marque toute une gamme de produits devait s’amplifier dans les années vingt. Elle redonna une impulsion aux exportations françaises de produits manufacturés dont les produits de luxe allaient alors contribuer pour près de 20 %6.

C. La compétitivité

21Elle est le dernier élément explicatif des évolutions, mais le plus difficile à saisir. Dans un régime de changes rigides qui n’a pas connu de réajustement, elle se décompose en deux éléments, l’évolution relative des productivités du travail et la « vérité » des taux de change, c’est-à-dire l’écart entre le taux commercial et la parité de pouvoir d’achat. Les différentiels d’évolution des prix aux exportations entre pays donnent une mesure des compétitivités comparées qui synthétisent ces deux variables.

  • 7 Stephen Broadberry, « Understanding International Differences in Productivity, 1870-1990 : A Sector (...)

22L’évaluation des productivités est un chantier ouvert par plusieurs chercheurs dans les dix dernières années7. Ce chantier n’est pas clos et il est sans doute prudent de ne prendre les résultats obtenus que comme des hypothèses de travail. Ce qui importe pour comprendre le recul relatif du commerce français à la fin du XIXe siècle est moins la comparaison des niveaux de productivité en 1913 qui a surtout préoccupé les chercheurs, que l’évolution relative depuis 1860-1870. Les données établies par Jean-Pierre Dormois conduisent à deux observations.

23Les écarts entre la productivité dans l’industrie française et celles des industries allemande et britannique se seraient sensiblement accrus entre les années 1870 et 1913, un léger rattrapage intervenant néanmoins à partir du début du XXe siècle. La progression relative de l’Allemagne en matière de productivité aurait été très forte entre 1871 et les dernières années du XIXe siècle, soutenant une percée commerciale dont les résultats furent des gains de parts de marché au détriment du Royaume-Uni. Puis l’écart de productivité avec l’industrie britannique se serait alors stabilisé ou réduit au début du XXe siècle.

Graphique 2. Écarts de la productivité dans l’industrie manufacturière française et allemande par rapport à l’industrie britannique (= indice 100)

Graphique 2. Écarts de la productivité dans l’industrie manufacturière française et allemande par rapport à l’industrie britannique (= indice 100)

Source : J.-P. Dormois, Les effets du protectionnisme sur l’industrie en Europe 1870-1914, manuscrit d’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris X, 2000-2001, p. 306

  • 8 Les exportations de marchandises représentaient, en 1913, 20,9 % du PIB du Royaume-Uni, 17,5 % de c (...)
  • 9 Le mémoire de Yann Decorzant (Différentiels de coût de la vie, salaires, niveaux de vie (Genève, Sa (...)

24Le système rigide des paiements internationaux de la fin du XIXe siècle ne permettait pas de corriger les variations des niveaux de productivité et de prix aux exportations entre pays par une variation des taux de change. Au contraire, la fixité des changes était rendue possible par des ajustements des prix intérieurs au travers de variations de l’activité dans le cycle court. Bien que les économies des pays industriels avancés soient déjà, à l’exception des États-Unis, très ouvertes8, cet ajustement des prix intérieurs par le commerce international, les déplacements de main-d’œuvre et la variation des conjonctures intérieures ne se faisait que très imparfaitement, si bien que des différentiels de niveaux de prix et de salaires pouvaient exister entre pays, et même entre régions transfrontalières9. L’industrie française du milieu du XIXe siècle parvenait ainsi à produire des tissus de coton au même prix que la Grande-Bretagne en compensant par des niveaux salariaux plus faibles la moindre productivité du travail, le coût plus élevé de l’énergie, de la matière première et des équipements par rapport aux industriels de Manchester qui profitaient en outre d’importantes externalités. À productivité égale, le travail français était en effet moins coûteux. En 1913 en revanche, la comparaison des taux de change à parité de pouvoir d’achat calculés par Jean-Pierre Dormois avec les taux de change officiels révèle une légère surévaluation du franc français par rapport au dollar américain, à la livre sterling et au mark allemand.

Tableau 8. Valeur du franc par rapport au dollar américain en 1913

Valeur en PPA*

Cours officiel

Mark                      

0,245

0,240

Franc                      

0,184

0,191

Livre sterling                

4,913

4,868

*Parité de pouvoir d’achat (PPA)

Source : J. P. Dormois, op. cit., p. 317.

25D’où il en découle par calcul :

Tableau 9. Rapport avec le cours officiel du franc et parité de pouvoir d’achat

Tableau 9. Rapport avec le cours officiel du franc et parité de pouvoir d’achat

26La surévaluation d’environ 5 % du change français par rapport aux monnaies des deux pays concurrents du commerce français pour l’exportation de produits manufacturés – le Royaume-Uni et l’Allemagne – provenait sans doute d’une croissance plus faible de la productivité industrielle que les mécanismes de l’étalon or ne suffisaient pas à compenser par une variation interne des prix – en particulier par rapport à l’Allemagne. S’ils l’avaient compensée, cela aurait été par ailleurs au prix de pressions déflationnistes néfastes pour la croissance de l’économie.

27Le franc français était également surévalué vis-à-vis du sterling, bien que la productivité britannique ait crû beaucoup moins vite que celle de l’industrie allemande. Car l’industrie britannique était parvenue à limiter la hausse de ses prix aux exportations grâce à la baisse des prix des produits primaires importés. Une part importante des exportations de capitaux britanniques fut en effet consacrée, à la fin du XIXe siècle, à développer la production à l’étranger des matières premières de l’industrie et des produits alimentaires de base, dont le prix était un des éléments de la fixation du niveau des salaires. La politique de protection de la production agricole nationale en France avait eu en revanche un effet inverse sur les prix.

28Sans doute ne faut-il pas exagérer les conséquences des variations de productivité et de prix. De grandes différences de prix sont nécessaires pour atteindre le quantum d’action à partir duquel se modifient les flux d’échanges. Le commerce international possédait une grande inertie, stabilisé par la structure des réseaux commerciaux et de paiements. Les exportateurs français avaient en outre, dès le milieu du XIXe siècle, choisi une stratégie d’adaptation fondée sur une segmentation sociale de la demande dont l’objectif était de limiter l’élasticité-prix des exportations, c’est-à-dire l’effet négatif d’une évolution défavorable des prix. Ce rappel chronologique incite à étendre à toute la seconde moitié du XIXe siècle les résultats de l’analyse plus limitée dans le temps de Maizels, qui attribuait la responsabilité du repli relatif du commerce français à la faible diversification plutôt qu’à la perte de compétitivité. Et sans doute faut-il davantage insister sur la diversification-produits, sur l’inertie de la structure des exportations. Les ventes françaises, en dehors de quelques points forts comme l’automobile, restaient encore très concentrées en 1913 sur des produits qui correspondaient à une division internationale du travail datant du milieu du XIXe siècle.

29Les évolutions de la géographie et du volume des flux eurent pour conséquence de modifier les soldes bilatéraux du commerce français avec chacun de ses partenaires, d’exercer une influence sur les autres flux de la balance des paiements, en particulier sur les flux de capitaux et donc de modifier la place de la France dans les paiements internationaux.

III. D’une position mondiale à une position régionale dans les paiements internationaux

  • 10 P. Verley, L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 605-615.

30Au milieu du XIXe siècle, la France occupait une place centrale dans les règlements internationaux, juste derrière la Grande-Bretagne car elle pouvait aider au règlement des dettes de l’Europe moyenne et surtout méditerranéenne envers les États-Unis sur lesquels les exportateurs français avaient d’importantes créances10. Cette position des banquiers parisiens dans les flux de capitaux à court terme a été une des raisons du développement de leurs affaires entre 1830 et 1870. Mais ce système se déstructura dans les années 1860 et 1870. La non-convertibilité du franc y concourut, la modification de la géographie économique mondiale, donc des flux d’échanges et des soldes des balances commerciales y concoururent encore davantage. Par exemple, la balance commerciale française avec les États-Unis devenait désormais déficitaire, ce qui enlevait à la France qui n’avait aucune autre opération créditrice sur ce pays, son rôle d’intermédiaire dans les paiements avec les débiteurs à court terme des exportateurs américains.

Schéma 1. Le multilatéralisme des échanges en 1910 (créances et dettes en millions de livres sterling)

Schéma 1. Le multilatéralisme des échanges en 1910 (créances et dettes en millions de livres sterling)

Légende : La flèche se dirige vers le pays débiteur

Source : S. B. Saul, Studies in British Overseas Trade, 1870-1914, Liverpool UP, 1960.

  • 11 Samuel. B. Saul, Studies in British Overseas, Trade, Liverpool, 1960, chapitres 2 et 3.

31Dans les années 1890 se mit en place un nouveau circuit de compensation axé sur des positions complémentaires du Royaume-Uni, des pays neufs fournisseurs de produits agricoles, des États-Unis et de l’Inde, maillon important dans le bouclage du système. C’était un système anglo-saxon, consacrant le rôle central du Royaume-Uni dans les relations économiques mondiales. Samuel Berrick Saul l’a décrit dans un ouvrage qui reste une référence11.

32Il y eut donc dans les flux de paiements à court terme une marginalisation de la France, qui à partir des années 1870 n’a plus été qu’un centre de compensation secondaire. À défaut d’une place centrale dans les circuits de compensation à l’échelle mondiale, la France était désormais plutôt insérée dans des circuits européens, voire continentaux. La phase initiale d’exportations de capitaux vers la Russie ne fut, avant 1900-1905, possible que par des flux importants de capitaux, créant les moyens de paiements à partir de créances françaises sur d’autres pays, dans la mesure où la balance des paiements courants de la France avec la Russie était fortement déficitaire. Le travail pour préciser ces circuits initiaux, avant que les revenus des capitaux sur la Russie puissent financer les nouvelles exportations de capitaux, n’est pas encore réalisé.

33En revanche, on peut mieux comprendre les paiements vers 1910 en reconstituant le haut des balances bilatérales des paiements de la France avec un certain nombre de pays partenaires. Les soldes des balances commerciales et des métaux précieux français étaient alors caractérisés par un fort excédent sur la Belgique, sur la Grande-Bretagne, sur la Suisse et l’Italie, avec des déficits sur la plupart des autres pays, en particulier pour ne prendre que les plus grosses dettes, sur les États-Unis, l’Amérique latine, l’Inde, la Russie, les pays du Nord, l’Allemagne, l’Espagne. En tenant compte des quelque 500 millions que représentaient l’apport du tourisme étranger au total et en le répartissant par origine nationale, il fallait compter un doublement des créances françaises sur la Grande-Bretagne et une forte diminution des dettes françaises sur les États-Unis. À ce niveau, les soldes ne font apparaître qu’une compensation qui se faisait au travers de la place de Londres et non à Paris. Les créances françaises sur la Grande-Bretagne permettaient évidemment de régler les déficits sur l’Inde. En revanche, ces créances ne permettaient pas de régler d’autres déficits dans la mesure où la Grande-Bretagne était elle-même endettée sur la plupart des autres pays.

34Mais en 1910 les rentrées des revenus tirés des placements à l’étranger étaient devenues très importantes et totalement indépendantes des autres flux de capitaux, ce qui justifie de les inclure dans la balance des paiements courants et non dans celle des capitaux. En répartissant grossièrement les quelque 1 450 millions qu’ils rapportaient en fonction de la structure du portefeuille français, la situation des balances bilatérales des paiements courants apparaît désormais très différente pour quelques partenaires. La dette commerciale envers l’Amérique latine était totalement et précisément compensée par les revenus des capitaux, les dettes envers les pays scandinaves et l’Espagne étaient fortement amoindries. Les dettes envers les pays centraux se transformaient en créances. Et le fait majeur est que la position envers la Russie devenait ainsi créditrice, ce qui rendait cohérente une continuation de l’exportation de capitaux même sans qu’il y eût de phénomènes de compensation.

35Si ce travail de reconstitution n’est pas entièrement achevé, on pressent divers circuits limités, qui complètent le circuit général de Samuel Berrick Saul. Les quelque 200 millions de créances françaises sur la Suisse favorisaient des exportations précoces de capitaux français vers ce pays dont les historiens suisses auraient trouvé la trace à partir de sources bancaires. Ils pouvaient également permettre de payer les déficits français sur les États-Unis, dans la mesure où la Suisse était un des rares pays européens à avoir des excédents sur ce pays. Les créances françaises sur l’Italie étaient insérées dans des circuits similaires dans la mesure où les capitaux envoyés par les Italiens immigrés donnaient d’importants moyens de paiement au système bancaire italien sur les États-Unis qui contribuaient à changer de signe le solde de la balance des paiements courants italo-américaine. Les créances françaises sur l’Italie permettaient donc aussi de régler les déficits commerciaux français avec les États-Unis. Quant aux créances sur la Russie, elles pouvaient servir, dans la mesure où elles n’étaient pas utilisées pour financer les exportations de capitaux, d’instruments de compensation d’autant plus utilisables que la plupart des pays étaient commercialement endettés envers ce grand fournisseur de matières premières.

Schéma 2. Estimation des balances des paiements courants bilatérales de la France en 1910 (en millions de francs)

Schéma 2. Estimation des balances des paiements courants bilatérales de la France en 1910 (en millions de francs)

Légende : C = balance commerciale, M = métaux précieux, T = tourisme, F = revenus des capitaux

  • 12 Voir aussi P. Verley, « Conflictualité et/ou division du travail dans la première mondialisation (1 (...)

Sources : Calculs d’après la série Tableau général du commerce et de la navigation, et d’après Maurice Lévy-Leboyer, « La balance des paiements et l’exportation des capitaux français », in M. Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers XIXe-XXe siècles, Paris, EHESS, 197712.

Schéma 3. Deux des circuits français de compensation

Schéma 3. Deux des circuits français de compensation

36En conclusion donc, et sans anticiper sur des recherches en cours, l’état provisoire des travaux révèle que par suite du déclin relatif des exportations et des modifications de la géographie des flux commerciaux internationaux, Paris ne jouait plus qu’un rôle secondaire de centre international de paiements à la veille de la Grande Guerre. Ce rôle ne s’exerçait qu’au travers de circuits limités qui profitaient sans doute davantage à l’activité de banquiers étrangers comme ceux de Londres et peut-être de Genève. Ensuite, l’état des recherches montre que l’ensemble des balances bilatérales des paiements courants de la France était dominé par l’ampleur des flux de revenus tirés de l’étranger et que les soldes ainsi consolidés étaient cohérents avec la géographie des exportations de capitaux. Ceci signifie que ces exportations étaient financées dans un cadre bilatéral sans qu’il en résulte des problèmes complexes de compensation multilatérale. Cette relative facilité n’était pas paradoxalement un facteur vraiment positif, car il tendait à renforcer le bilatéralisme des flux au lieu d’engendrer des flux multilatéraux favorisant le renforcement de la position internationale du pays.

Notes

1 A. Broder, « Les échanges extérieurs et la longue stagnation », in Yves Breton, Albert Broder, Michel Lutfalla, La longue stagnation en France. L’autre grande dépression 1873-1897, Paris, Economica, 1997.

2 Bien sûr on peut observer une corrélation avec le PNB, ainsi que le remarque A. Broder, in « Les échanges extérieurs… », op. cit., p. 180, mais – semble-t-il –, sur des séries quinquennales et non annuelles. À ce niveau la plupart des agrégats montrent un coefficient de corrélation important.

3 Alfred Maizels, Industrial Growth and World Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 1971.

4 David Asseo, La filature de coton dans le monde en 1910 : une analyse comparée (1908-1913), Centre d’histoire économique internationale, Université de Genève, monographie 1, 1989.

5 Patrick Verley, « Dynamique des marchés et croissance industrielle », in Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996.

6 Joseph Soavi, « Les exportations de produits de luxe dans l’entre-deux-guerres », in Jacques Marseille (dir.), Le luxe en France du siècle des Lumières à nos jours, Paris, ADHE, 1999, p. 153.

7 Stephen Broadberry, « Understanding International Differences in Productivity, 1870-1990 : A Sectoral Approach », XIe congrès de l’Association européenne d’économie, Saint-Jacques de Compostelle, 1-4 septembre 1999. Stephen Broadberry and N. F. R. Crafts, « European Productivity in the 20th Century », Oxford Bulletin of Economics & Statistics, vol. 52, nº 4, p. 403-422. Jean-Pierre Dormois et Carlo Bardini, « Comparative Levels of Manufacturing Productivity and their Relation to the Degree of Industry Protection in Western Europe before 1914 », Colloque Economic Growth and Structural Change, Katholieke Universiteit Leuven, septembre 1993. Jean-Pierre Dormois et Carlo Bardini, « La productivité du travail dans l’industrie des divers pays d’Europe avant 1914 », Économies et sociétés, vol. AF 21, 1995, nº 12, p. 77-103.

8 Les exportations de marchandises représentaient, en 1913, 20,9 % du PIB du Royaume-Uni, 17,5 % de celui de l’Allemagne et 13,5 % de celui de la France selon Angus Maddison, L’économie mondiale au XXe siècle, Paris, OCDE, 1989, p. 155.

9 Le mémoire de Yann Decorzant (Différentiels de coût de la vie, salaires, niveaux de vie (Genève, Savoie, 1890-1939), Genève, Département d’histoire économique, 2002) révèle de sensibles différences de niveaux de prix et de salaires entre Genève et la France voisine au début du XXe siècle.

10 P. Verley, L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 605-615.

11 Samuel. B. Saul, Studies in British Overseas, Trade, Liverpool, 1960, chapitres 2 et 3.

12 Voir aussi P. Verley, « Conflictualité et/ou division du travail dans la première mondialisation (1750-1914) », in Hans-Jörg Gilomen, Margrit Müller et Béatrice Veyrassat (éd.), Globalisierung-Chancen und Risiken. Die Schweiz in der Weltwirtschaft 18.-20. Jahrhundert, Zurich, Chronos Verlag, 2003, p. 56-59.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les quatorze premières importations faisant près de 60 % de la valeur des importations françaises spéciales en 1899‑1900
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-1.jpg
Fichier image/, 156k
Titre Graphique 1. Produit industriel et importations de matières premières industrielles (indices, base 100 = moyenne des valeurs entre 1860 et 1913)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-2.jpg
Fichier image/, 140k
Titre Tableau 2. Part de la France dans les exportations du monde et des pays développés (pourcentages)
Crédits Source : évaluations de Paul Bairoch, « La France dans le contexte international… », in Le commerce extérieur français de Méline à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ADHE, 1993, p. 11
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-3.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Tableau 3. Variation des exportations de produits manufacturés entre 1899 et 1913 (calculs en prix constants)
Crédits Source : d’après A. Maizels, op. cit., p. 199-200
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-4.jpg
Fichier image/, 72k
Titre Tableau 4. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1876‑1886 et 1900‑1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-5.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Tableau 5. Croissance des exportations françaises par pays, des PIB, et rangs correspondants entre 1898‑1908 et 1900‑1913
Crédits Source : Exportations, calculs d’après la série Tableau général du commerce et de la navigation…, op. cit., P. I. B. d’après Angus Maddison, L’économie mondiale, 1820-1992, Paris, OCDE, 1998
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-6.jpg
Fichier image/, 168k
Titre Tableau 7. Répartition des exportations des grands pays selon le dynamisme des produits
Crédits Source : Calculs d’après les données de A. Maizels, op. cit., p. 476-487
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-7.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Graphique 2. Écarts de la productivité dans l’industrie manufacturière française et allemande par rapport à l’industrie britannique (= indice 100)
Crédits Source : J.-P. Dormois, Les effets du protectionnisme sur l’industrie en Europe 1870-1914, manuscrit d’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris X, 2000-2001, p. 306
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-8.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Tableau 9. Rapport avec le cours officiel du franc et parité de pouvoir d’achat
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-9.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Schéma 1. Le multilatéralisme des échanges en 1910 (créances et dettes en millions de livres sterling)
Légende Légende : La flèche se dirige vers le pays débiteur
Crédits Source : S. B. Saul, Studies in British Overseas Trade, 1870-1914, Liverpool UP, 1960.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-10.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Schéma 2. Estimation des balances des paiements courants bilatérales de la France en 1910 (en millions de francs)
Légende Légende : C = balance commerciale, M = métaux précieux, T = tourisme, F = revenus des capitaux
Crédits Sources : Calculs d’après la série Tableau général du commerce et de la navigation, et d’après Maurice Lévy-Leboyer, « La balance des paiements et l’exportation des capitaux français », in M. Lévy-Leboyer (dir.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers XIXe-XXe siècles, Paris, EHESS, 197712.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-11.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Schéma 3. Deux des circuits français de compensation
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4681/img-12.jpg
Fichier image/, 87k

Auteur

Professeur d’histoire économique à la Faculté des Sciences économiques et sociales de l’Université de Genève. Il a enseigné à l’Université de Paris I Sorbonne et de Paris VIII avant d’occuper en 2000 une chaire à Genève. Il est co-éditeur, pour la partie économique, du Dictionary of Transnational History (Palgrave Macmillan). Ses travaux portent sur différents aspects de l’histoire économique : histoire des relations internationales, histoire de l’industrialisation, histoire de la consommation, histoire du luxe. Parmi ses publications : L’échelle du monde, Paris, Gallimard, 1997 ou Entreprises et entrepreneurs (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Colin, 1992

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540