Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle

 | 
Maurice Lévy-Leboyer

Introduction

Maurice Lévy-Leboyer

Volltext

1C’est en décembre 1958 que la mise en place du Marché commun, prévue au traité de Rome, est entrée dans une phase active en France. Et quoique des doutes aient été exprimés à l’époque quant au bien-fondé de la mesure, par crainte de voir l’économie soumise à une concurrence par trop inégale, le processus engagé a été une réussite majeure. D’abord, parce que la réinsertion du pays dans le réseau des échanges a permis aux entreprises d’élargir leurs marchés, de réaliser des gains d’échelle souvent importants et de dédoubler les bases de la croissance. Les exportations, en effet, avaient cessé de compter après la crise de 1931 ; leur poids relatif ayant reculé à 7-8 % du produit national et en fait à moins de 5 % pendant les années de guerre. Or, les ventes ont repris à un niveau supérieur à 15 % dès 1951 et gagner par étapes 22-25 % de ce produit (en comprenant dans le chiffre les marchandises et les services), soit un niveau comparable à celui du tournant du siècle lorsque les relations avec l’étranger assuraient l’emploi d’un actif sur quatre. De plus, l’entrée du pays dans la CEE devait donner aux exportateurs la possibilité de réorganiser leurs marchés, donc de réduire les ventes destinées aux pays de l’Union française, dont le pouvoir d’achat était faible – les échanges, dans leur cas, ont reculé en quinze ans du tiers à moins de 5 % du total –, et de leur substituer des pays en expansion, à haut niveau de vie, capables d’importer des produits à forte valeur ajoutée, qui ont fait progresser le volume des ventes, pendant les années d’ouverture, à un taux de 11 % par an, au double de celui du PIB. Les échanges avec les pays de la CEE ont dépassé 54 % du total en 1973, venant du tiers en 1959.

  • 1 J.-J. Carré et al., La Croissance française. Un Essai d’analyse de l’après-guerre (1972), p. 396-39 (...)

2Sans doute cette redistribution des marchés n’a pas eu d’effets immédiats sur la structure des ventes, car les opérations ont pris la forme d’échanges croisés des mêmes produits. Mais à moyen terme, ce déplacement a permis aux entreprises d’accroître la part qu’elles réservaient aux articles de qualité, la différenciation des produits ayant toujours été l’une des clefs des réussites françaises, et de se renforcer dans le secteur des biens d’équipement que l’isolement du pays avait fait négliger. Les calculs présentés en 1972 par les auteurs de La Croissance française, et qui portent en particulier sur les élasticités d’importation par branches en 1953-1963, montrent que les progrès les plus nets ont été réalisés, pendant ces dix ans, dans le secteur des produits chimiques, les matériels de transport et les machines, soit ceux-là mêmes qui étaient en retard dans le cas français, mais dont on pouvait penser qu’ils se moderniseraient grâce à la réouverture du marché1. C’est cette progression parallèle des exportations et des industries modernes, au sein de la CEE, et le fait que le pays avait bénéficié d’une même expérience, au tournant du siècle, dans l’automobile, l’aéronautique et la chimie – le commerce extérieur avait progressé alors à un taux supérieur à celui du PIB, entre 1896 et 1929 –, qui ont conduit ces auteurs à caractériser la période comme celle d’un « retour à la normale », l’accélération des ventes et leur impact sur la croissance ayant aidé à compenser les retards dus à la crise des années trente.

  • 2 A. Prate, Les batailles économiques du général de Gaulle (1978), p. 174.

3Cette thèse a fait école. Et les auteurs ont été nombreux, depuis la publication de cet ouvrage, à souligner l’importance du rebond de l’après-guerre et l’efficacité des mesures prises pour mettre le pays à la parité de ses concurrents. Deux initiatives, en particulier, ont retenu l’attention. Premièrement, au plan conjoncturel, les dévaluations de 1958 et 1969, car l’amputation de 60 % de la valeur du franc a entraîné, les deux fois, des hausses de 40-45 % du volume des ventes, en deux ou trois ans, ce qui a permis de rééquilibrer la balance des opérations courantes, de rétablir les réserves de change, d’abaisser le prix du crédit et de maintenir les investissements à un niveau élevé. Et deuxièmement au plan des structures, le remembrement du tissu industriel, le gouvernement ayant annoncé, en juin 1964, sa décision de « créer, par voie de concentration, des groupes à capitaux français de taille internationale, et de les doter de moyens propres suffisants pour affronter la concurrence là où elle se porte, pour investir à l’étranger […], et avoir la possibilité de négocier des accords, dans un cadre plus large, avec des entreprises étrangères »2. Après un délai, correspondant au vote et à la mise en place d’une législation destinée à favoriser les fusions, un millier d’opérations de ce type ont été réalisées entre 1967 et 1973, entraînant des transferts d’actifs qui ont aidé à recentrer l’appareil de production et renforcé, au sommet de la pyramide, dix-huit groupes d’entreprises qui employaient à eux seuls le cinquième de la main-d’œuvre industrielle et réalisaient ensemble le quart des exportations. À la veille de la crise de 1974, la position du pays semblait donc entièrement rétablie : la croissance du PIB s’était maintenue, pendant cinq ans, à un taux moyen annuel de 5,7 %, contre 3,4 % et 4,8 % aux États-Unis et en Allemagne et les exportations avaient progressé, en volume, au taux de 12,7 % par an, soit mieux que les 9,3 % et 7,4 % réalisés dans ces deux pays.

La réouverture du marché

4Et pourtant, quand on reprend plus en détail les étapes de la période et l’action menée par les entreprises, l’impression favorable que donnent ces statistiques ne se trouve que partiellement confirmée, car le pays n’a pas connu, au moins dans les débuts, les succès que faisaient prévoir les rapports publiés à l’époque. Sans doute les ventes devaient-elles progresser après guerre à des taux plus élevés que ceux du PIB et leur poids relatif avait donc augmenté dans une première étape, jusqu’à l’époque du plan Marshall. Mais elles devaient revenir aussitôt en arrière et se stabiliser à 12-13 % du PIB dans les années cinquante et soixante, soit à un niveau très modeste comparé aux 16-22 % relevés dans le même temps en Allemagne et en Grande-Bretagne. Ceci, pour des raisons liées à la forte pression de la demande intérieure, à l’importance des capitaux réservés à des secteurs n’ayant pas vocation à exporter, au poids du réarmement et des guerres qui ont absorbé 7,8 % du PIB pendant dix ans à partir de 1951 et encore près de 5 % au début des années soixante et plus directement au fait que la surévaluation du franc qui avait été responsable de l’effondrement des ventes, après la crise de la livre sterling de 1931, avait été ré-adoptée à la conférence de Bretton Woods et maintenue sans changements par la suite. La parité avait été fixée à 119 francs en 1945, puis à 350 francs par dollar en 1948, contre 40 francs avant guerre, alors que les prix avaient été multipliés par douze. À la veille de l’ouverture du Marché commun, le pays se trouvait ainsi en net retard sur ses futurs partenaires. L’Allemagne, en particulier, avait préservé son potentiel industriel hérité de la guerre, stabilisé sa monnaie en 1948, donné la priorité à l’élargissement de ses marchés, de sorte que ses ventes d’articles manufacturés étaient au double de celles de la France, à 7,8 milliards de dollars en 1958 contre 3,6 milliards, quoique les deux pays aient été dans une position inverse, huit ans plus tôt, avec 1,4 et 2 milliards d’exportations.

5De plus, la reprise des contacts avec l’étranger, au début des années soixante, avait été lente à mettre en œuvre, du fait des échecs subis par les entreprises, notamment, aux États-Unis en 1958-1960, lors d’une tentative d’exportation organisée, sur une base collective, par le secteur de l’automobile. Du fait, également, d’un manque de soutien, l’administration étant surtout attentive aux problèmes que posaient la croissance intérieure et la nécessité de réduire l’emprise jugée excessive des étrangers dans des secteurs clefs tels que l’automobile, le pétrole et l’informatique ; les investissements directs des firmes américaines ont été limités à 515 millions de dollars, de 1963 à 1966, soit le tiers des 1 860 millions investis par elles en Allemagne et aux Pays-Bas. Mais c’est surtout l’inflation, due à la reprise très rapide de 1959-1962, qui devait handicaper l’industrie, car l’administration avait été contrainte de prendre des mesures de contrôle sur les prix et le crédit, et son action devait entamer les marges des entreprises et réduire leur capacité d’initiative. Le blocage des prix, adopté en septembre 1963, devait interrompre en particulier la modernisation des industries de base, alors en cours de relocalisation et de rénovation technique ; la dette de la sidérurgie, par exemple, a été portée à près de 80 % de son chiffre d’affaires, sans que le secteur ait réussi à combler son retard. La mesure, de même, avait pénalisé l’automobile, car les firmes n’avaient pu renouveler leurs gammes de production et se maintenir au niveau de leurs concurrents. Et surtout, les contrôles avaient handicapé les entreprises appartenant aux secteurs de la mécanique lourde et des matériels électriques, car elles avaient besoin d’argent frais pour se reconvertir du fait du tassement des commandes militaires et elles devaient donc subir une réduction de leurs ressources sans pouvoir recourir aux services de leurs banques, beaucoup parmi elles cherchant alors à se désinvestir, ni faire appel au marché financier, les actions des sociétés industrielles ayant perdu la moitié de leur valeur en bourse, entre 1962 et 1967. Un sondage montre que les 17 principales entreprises du secteur ont connu alors trois années déficitaires, en cinq ans, et subi un recul de leurs fonds propres de 35 % à 30 % de leurs chiffres d’affaires. Des firmes telles que les Machines Bull, CSF, la SACM, Hispano, Alsthom, la Compagnie des compteurs, Jeumont, Schneider ont dû accepter, au creux des années soixante, des fusions et des cessions d’actifs souvent onéreuses.

  • 3 B. Camus et al., La crise du système productif (1981), p. 91 ; INSEE, Fresque historique du système (...)

6Bien évidemment, ces difficultés ont été en partie surmontées dans l’étape de forte croissance de 1969-1973. Les entreprises, dans le secteur des biens d’équipement, mais aussi dans les transports, les constructions navales et militaires, l’aéronautique, le verre et la chimie ont tiré avantage de la reprise du marché financier et de la vague des fusions pour renforcer leurs fonds propres, diversifier leurs produits et consolider leurs marchés. La progression du volume des exportations s’est faite, pendant cinq ans, à des taux de 18-23 % par an dans plusieurs de ces branches et à 14,3 % en moyenne pour l’ensemble des industries (en dehors des produits intermédiaires). Des transferts de main-d’œuvre ont d’ailleurs été opérés à leur profit ; le personnel de ce groupe d’industries est passé de 34 % à plus de 38 % sur les six millions d’actifs employés dans l’industrie. Et leurs ventes à l’exportation ont pratiquement triplé, en prix courants, de 5,4 milliards à 13,3 milliards de dollars, pour des chiffres d’affaires de 15 et 29,9 milliards. Mais l’expansion était générale à l’époque et les comparaisons entre le pays et l’étranger montrent que les résultats n’ont pas été uniformément à l’avantage des firmes françaises. Les parts leur revenant dans les exportations de la CEE n’ont augmenté, en fait, que dans l’agriculture, les industries agroalimentaires et plus modérément dans l’automobile, tout en demeurant stables ou en repli dans les autres secteurs, alors que le Marché commun aurait dû aider le pays à se spécialiser dans les industries à base technique où leurs concurrents se sont renforcés3. Des fusions d’entreprises ont été conclues dans le domaine des ordinateurs et des composants, mais ici encore sans obtenir le succès attendu ; les accords passés par la CII avec Siemens et Philips en 1972 pour créer une entreprise à l’échelle de l’Europe et concurrencer les firmes américaines ont dû être annulés trois ans plus tard sur un constat d’échec. Et de la même façon, les programmes engagés avec l’appui des pouvoirs publics dans le pétrole, la chimie et la sidérurgie ont présenté des risques sérieux du fait des surcapacités existantes et du montant des capitaux engagés. À la veille de la crise de 1974, les résultats étaient donc encore incertains. La contribution des industries modernes (chimie, mécanique, matériel électrique, automobile) ne représentait que 47-48 % du chiffre des exportations, contre 60 %, dix ans plus tôt, dans le cas de l’Allemagne. Et le retour du pays dans le réseau des échanges était loin d’être achevé ; les exportations, tous secteurs confondus, ne comptaient que pour 15,7 % du PIB en 1969-1973, en retrait sur les 21-26 % des pays voisins de taille comparable.

Les crises, 1968-1979

7Il faut rappeler, en outre, que l’abolition des droits de douane à l’intérieur de la CEE, à la date du 1er juillet 1968, ainsi que la mise en place du tarif extérieur commun, conformément aux décisions du Kennedy Round, devaient imposer de nouvelles contraintes au pays. Tout d’abord, en provoquant une pression croissante de la concurrence étrangère dans les secteurs où les firmes françaises cherchaient à se développer. Le taux de pénétration du marché par les produits étrangers (donc le ratio importations/demande), qui n’était que de 16 % en 1968 pour les biens d’équipement, est passé à 24 %, puis à 32 % dans ce secteur, en 1973 et 1979, et jusqu’à 40-45 % puis 50-55 %, à ces deux dates, dans celui de la chimie de base, les fibres de synthèse, les machines, le matériel électrique, les biens d’équipement ménagers, etc. De ce fait, le déficit avec la CEE et les États-Unis est devenu un poste permanent presque égal au déficit global et par conséquent très difficile à combler. De plus, l’engagement du pays sur les marchés extérieurs s’est accompagné d’une plus grande instabilité des échanges car les phases d’expansion ont entraîné, du fait de la forte élasticité de la demande d’importations, des écarts marqués entre les achats et les ventes, les premiers l’emportant sur les secondes dans la montée des cycles. Ceci, parce que le pétrole, les matières premières, mais aussi les machines et les biens d’équipement, qui représentaient les deux tiers des importations, ont contribué à déséquilibrer les échanges, au sommet des cycles, et à en écourter la durée. Même si la progression de l’économie s’est maintenue à des taux élevés, les crises ont interrompu la croissance à quatre reprises en douze ans.

  • 4 F. Cairncross et H. McRae, The Second Great Crash (Londres, 1975), p. 20.

8Ce double handicap est apparu clairement dès la première crise, en 1968, parce que la libération des échanges avait coïncidé dans l’année avec des troubles graves, et parce que la hausse des salaires et des prix et la fuite devant la monnaie, qui en avait été la conséquence, devaient déclencher à l’entrée de l’hiver une vague d’achats d’une ampleur exceptionnelle qui allait faire une très large part aux produits importés. Le déficit avec les pays industrialisés (CEE, Angleterre, États-Unis) est passé de 1,3 milliard de dollars en 1967, à 1,8 et 2,4 milliards en 1968 et 1969 ; et des sorties de capitaux se sont produites qui ont fait perdre au pays 5,3 milliards de dollars de réserves en dix-huit mois, soit les quatre cinquièmes de leur montant initial, quatre fois les pertes de 1956-1957 lors de la crise de Suez. Ceci devait conduire à rétablir le contrôle des changes, à bloquer les prix, à dévaluer le franc et à imposer à deux reprises, à la fin de 1968 et de 1969, des mesures d’encadrement du crédit qui ont contribué à réduire des deux tiers le taux de progression des importations. Mais ces restrictions, tout comme celles de 1963, risquaient de dépasser leur but et de casser la croissance. Aussi le dispositif devait être rapidement inversé, une levée des contrôles et de nouvelles facilités de crédit étant accordées aux entreprises dès octobre 1970. De ce fait, le pays s’est trouvé entraîné, à nouveau, dans une étape d’expansion qui s’est amplifiée de manière quasi accidentelle, car la crise du dollar dans l’été de 1971 a provoqué un afflux de capitaux en Europe, ce qui a entraîné une reprise de la croissance dans les pays industrialisés à des taux de 6,65 % par an en 1972 et 1973, et de 8 % dans le premier semestre de 19744. La hausse des prix du pétrole et des matières premières, qui en a été le résultat direct, et la remontée des taux d’intérêt devaient toutefois déséquilibrer les échanges et renverser le cycle. Le pays a donc subi un nouveau déficit, au titre de ses opérations de base, d’un montant supérieur à 9 milliards de dollars en 1973 et 1974. Et parce que le même processus de relance et de freinage alternés est demeuré en place, de nouvelles crises de surchauffe et de nouveaux déficits ont été enregistrés, de 5,6 milliards de dollars (selon le même mode de calcul) en 1976, et de 37,4 milliards en 1980-1982, ces découverts étant financés, en proportions croissantes, grâce à des capitaux empruntés à court terme et à des taux d’intérêt élevés.

  • 5 Crédit Lyonnais, Rapport sur l’état des industries, mai 1966, DEE 79 522.
  • 6 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au XXe siècle (1986), p. 191 et 224 ; L (...)

9Cette répétition des crises montre que les initiatives publiques, pour justifiées qu’elles aient été jusque-là, avaient atteint leur limite d’efficacité. Le gouvernement avait pris en effet des mesures en 1966-1967 pour rendre leur liberté aux banques, étendre le réseau de leurs agences, alléger la fiscalité, redistribuer les subventions et relancer la croissance. Mais il avait continué de réserver une partie importante des aides publiques à la réalisation de nouveaux grands travaux, à l’équipement pétrolier du pays, à la construction de centrales électriques, à la modernisation des industries de base, soit des secteurs qui exigeaient des investissements très lourds, de l’ordre de 10-15 % du chiffre d’affaires, contre 4-5 % dans les secteurs techniques, sans offrir en contrepartie la possibilité d’améliorer les exportations ; celles-ci ne comptaient que pour 15-20 % des ventes dans les industries en amont du processus productif, contre 35-45 % dans les constructions mécaniques, l’automobile, l’aéronautique, etc.5. Les programmes retenus ne pouvaient pas avoir d’impact positif sur les exportations, tout en déclenchant par leurs effets sur la demande globale une hausse des achats à l’étranger. De plus, l’Allemagne avait adopté en 1966-1967 des mesures de stabilisation et de défense de sa monnaie, en opposition avec la politique de crédit bon marché que pratiquait la France, et cette différence explique que des mouvements spéculatifs se sont produits à chaque crise et qu’ils ont contribué à la dépréciation du franc ; le cours du mark est passé de 1,23 à 2,32 francs entre 1967 et 1979 et il sera porté jusqu’à 3,07 francs en 1984. Sans doute la modification des parités devait réduire le prix des exportations et favoriser leur reprise, mais à nouveau avec des contreparties négatives. Premièrement, parce que le fonctionnement du marché avait changé ; c’était, a-t-on écrit, « la technicité, la qualité et la fiabilité des produits, et non plus leur bon marché, qui étaient devenus des arguments de vente » dans les secteurs modernes. Et deuxièmement, parce que le recul du franc devait augmenter les charges pesant sur les entreprises, en majorant le prix des matières premières et des produits importés, et en entraînant par contagion des hausses de salaires qui réduisaient leurs marges, puisque les salaires suivaient le coût de la vie et que les prix de vente demeuraient sous contrôle. En dépit de la progression des indices, la période de haute conjoncture a d’ailleurs été marquée par une baisse de la rentabilité des entreprises ; les soldes à investir, d’après les données de l’INSEE, ont fléchi de 65 % à 45 % de leurs besoins en capitaux, entre 1969 et 1974, de sorte que les firmes ont dû se financer davantage par voie d’emprunts et prendre des risques souvent importants6.

10La retombée du cycle, dans les années soixante-dix, allait toutefois aider à rééquilibrer l’économie. La réduction des taux d’intérêt, à la veille de la crise de 1974, avait entraîné en effet des investissements en excès sur les besoins du marché, aussi les entreprises ont subi les effets d’un déstockage massif, au moment où de nombreuses installations entraient en service, et ceux plus anciens dus à la saturation du marché des logements, aux surcapacités affectant les industries de base, et au fait que les travaux avaient été financés pour une grande part à l’aide d’emprunts à taux fixe et que les charges financières (la dette de la sidérurgie a atteint 175 % de son chiffre d’affaires en 1977) sont venues s’ajouter aux pertes d’exploitation. Le pays a donc connu une vague de fusions et de cessions d’actifs qui ont affecté les entreprises leaders dans l’automobile, la chimie, la sidérurgie, etc. ; la hausse de la FBCF s’est stabilisée à un taux de 2 % par an dans le rebond de 1975-1979, contre 4,9 % et 8,7 % en Allemagne et aux États-Unis. Mais ce qui a été perdu, au plan intérieur, a été regagné dans les relations avec l’étranger, car la reprise de la croissance américaine, le maintien des prix du pétrole et des matières premières à des niveaux élevés ont fait que les années soixante-dix ont été une étape d’élargissement des marchés et d’accélération des échanges. La hausse des exportations s’est donc poursuivie au-delà de 1974 à un taux moyen de 5,5 % par an, au double de celui du produit national ; leur poids relatif a dépassé le seuil des 20 % du PIB à partir de 1977 ; et les transactions courantes (marchandises, services et transferts) ont fourni en six ans, de 1974 à 1979, un surplus de 11 milliards de dollars, au lieu du déficit de 5 milliards, accumulés dans les cinq années de haute conjoncture.

11Ce redressement final a été le résultat des progrès réalisés dans les différents compartiments des échanges. Le pays a bénéficié, tout d’abord, de la diversification du poste des services ; les firmes françaises se sont renforcées sur des marchés traditionnels (les transports, les voyages, la gestion des capitaux, etc.), mais aussi en prenant leur part dans les programmes de coopération technique et de grands travaux internationaux qui se sont développés à partir de 1974. Les revenus invisibles ont dépassé de ce fait le tiers des recettes courantes, contre moins de 25 % en 1967, et ils ont procuré, par solde, près de vingt milliards de dollars en six ans, alors que le poste de marchandises était en déficit. De plus, l’adaptation du pays aux besoins du marché s’est poursuivie, l’industrie se spécialisant en fonction du coût et des disponibilités en main-d’œuvre, donc en réduisant le poste des textiles et des produits à faible marge, revenus à moins de 8 % du total des ventes, en délocalisant des productions intermédiaires, en 1970-1972 notamment, après une série d’échecs au Japon et en Allemagne dans l’électronique grand public, mais aussi en modifiant la gamme des produits au profit des secteurs à composante technique (la pharmacie, par exemple, a atteint 47 % des ventes de la chimie en 1977, contre le quart dans les années soixante), et en renforçant les positions françaises dans le secteur de la consommation et des produits de luxe, ce qui a rééquilibré les échanges ; le taux de couverture des importations en provenance de la CEE et des États-Unis est passé en dix ans de 81 % à 91 %. Enfin, le développement de la concurrence intra-branche a permis aux industries modernes de porter leurs ventes à 55 % du total des ventes en 1979, contre 48 % en 1973. Ceci, grâce à la spécialisation des entreprises dans les produits des catégories moyennes, sur le modèle des avions moyen-courriers et des voitures dites populaires des années cinquante, et grâce aux ventes de biens d’équipement dans les pays du Moyen-Orient et le Tiers Monde ; le poste qui avait joué jusque-là un rôle secondaire est passé de 26 % à 32 % du total des ventes, entre 1973 et 1979 et de 33 % à 43 % de celles réservées à ces pays. Ce secteur et celui de l’automobile ont procuré un excédent de 56 milliards de francs en 1979 dans ces pays, et couvert les trois quarts du déficit pétrolier. Les entreprises ont donc surmonté l’obstacle que représentaient la faible diversification de leurs marchés, hors d’Europe, et leur spécialisation encore insuffisante.

  • 7 Th. Francq et D. Lamiot, « Les échanges extérieurs de la France durant les années quatre-vingt », É (...)

12Cela ne signifie pas que la position du pays ait été rétablie dès cette époque, d’autant que les entreprises ont dû compter avec la crise de 1978, puis avec le tassement de l’activité en 1981-1983, et surtout avec le contre-choc pétrolier de 1986, la chute du prix du brut et la baisse du dollar leur faisant perdre l’avantage du change dont elles avaient bénéficié jusque-là7. Mais les relations avec l’étranger ont continué à s’améliorer. La progression du volume des ventes s’est poursuivie à des taux au triple de ceux enregistrés pour le produit intérieur, de sorte que les opérations courantes ont dégagé des soldes positifs à partir de 1993. La plus forte élasticité des exportations a fait que les achats et les ventes ont cessé de se développer à l’avantage des importations au cours du cycle, ce qui a donné plus de stabilité à la croissance et facilité la revalorisation du franc. Enfin, la place de Paris a repris ses fonctions au plan international : les mouvements de capitaux ont dépassé la moitié du montant des opérations commerciales avec l’étranger en 1990, contre 26 % et 36 % en 1973 et 1985. La réinsertion du pays dans le réseau des échanges internationaux avait donc exigé plus de temps qu’il n’était prévu, mais dans les années quatre-vingt elle pouvait être tenue pour achevée.

*
* *

13Au total, si l’on s’en tient à des critères tels que la progression des ventes, le rang industriel du pays, ses réalisations techniques, on admettra sans peine que la participation de la France à la CEE a été une réussite, car elle a fait bénéficier le pays d’une nouvelle étape de croissance et contribué à diversifier ses marchés. Dans les vingt années qui ont suivi son entrée dans le Marché commun, le volume des exportations a été multiplié par six, soit une hausse au double de celle du produit intérieur et des investissements, et la restructuration de ses ventes lui a permis de se maintenir au quatrième rang des exportateurs d’articles manufacturés, avec des parts de marché de 8-9 %, à l’échelle du monde. Mais ce qui fait également l’originalité de l’expérience, ce sont les difficultés que le pays a rencontrées pour reprendre sa place dans le réseau des échanges. La position de la France, en fin de période, était toujours en retrait sur celle de ses voisins ; le niveau des ventes représentait 22-23 % du PIB, contre 29-31 % en Allemagne et dans les pays européens de même taille ; et le déficit avec la CEE et les États-Unis n’avait pas été résorbé, il était encore de 4,8 milliards de dollars en 1976-1978, soit 70 % du déficit global. Sans doute la structure des exportations avait-elle été améliorée : les biens de consommation étaient en recul à moins du quart du total et les produits à forte élasticité de demande, les machines, l’automobile, le matériel électrique, les armements, etc., avaient progressé au tiers des ventes d’articles manufacturés en 1966, puis à 40 % et 45 % en 1973 et 1979, soit le niveau atteint vingt ans plus tôt dans les pays voisins. Mais, comme on l’a vu, le manque de ressort des ventes avait aggravé l’impact des crises, écourté les périodes d’investissement et ralenti la croissance ; le coefficient de variation du PIB, qui mesure l’amplitude des cycles, avait doublé de 15 %, en 1949-1959, à 28 % dans les années soixante et soixante-dix, tandis que celui des échanges extérieurs était porté à 52-54 %. De plus, quoique l’ouverture du marché aurait dû faciliter l’emploi des technologies nouvelles en usage à l’étranger, ce transfert a été lent à prendre forme dans les industries récentes (le pays n’était crédité en 1977 que de 3-4 % de la production mondiale de circuits intégrés), et tout autant dans celles dont les ingénieurs français avaient maîtrisé la technique. La centrale nucléaire de Fessenheim, la première à utiliser la filière Westinghouse, le TGV, la commutation électronique dans le téléphone n’ont été mis en service qu’en 1977-1983, soit avec quinze ans de retard sur les mêmes réalisations aux États-Unis, au Japon et en Suède. Ce n’est donc pas tant la capacité technique des firmes françaises et leurs réalisations concrètes qui peuvent donner lieu à débats, puisque les résultats à terme ont été semblables à ceux de l’étranger, mais le fait que la remise à niveau du pays, pour se conformer aux normes internationales, a exigé plus de temps que les réussites antérieures des entreprises ne l’auraient fait penser.

  • 8 S. Nora, Rapport général sur les entreprises publiques (1967) ; M. Allais, L’inflation et la croiss (...)

14Ce retard a conduit plusieurs auteurs, dans les années soixante et soixante-dix, à faire des réserves sur la politique économique de la période. Certains, parmi eux, ont insisté sur les inégalités dans la répartition des capitaux, donc sur les facilités d’emprunt et les subventions réservées à des entreprises qui s’étaient développées dans le cadre de l’économie de guerre et qui s’étaient maintenues par la suite aux dépens des industries modernes. D’autres ont protesté contre la reprise de l’inflation à partir de 1968, en arguant du fait qu’elle avait enlevé aux prix et aux taux d’intérêt leur pouvoir régulateur et provoqué « un gaspillage de capital », en abaissant artificiellement le prix des investissements à long terme et en imposant des transferts injustifiés et une spoliation de l’épargne. Et lors du recul des années quatre-vingt, une nouvelle série d’ouvrages ont appelé l’attention sur le poids des grands programmes nationaux, sur la course à la taille menée par des firmes leaders (certaines ont quadruplé leurs chiffres d’affaires dans l’automobile et le pétrole, à la fin des années soixante-dix), et sur les pertes que plusieurs d’entre elles ont subies, en retour, après le second choc pétrolier de 19798. Les critiques ont porté, cette fois, sur le fait que les petites et moyennes entreprises n’avaient pas bénéficié d’un soutien plus actif des pouvoirs publics, en dépit de leur rôle traditionnel dans l’emploi des nouveaux procédés techniques et de l’ouverture des marchés.

  • 9 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile française (2001), p. 381-418.

15Et ce point de vue paraît fondé, car le déséquilibre des structures a fini par handicaper le pays. Sans doute les anciens groupes industriels ont figuré à nouveau parmi les très grandes entreprises du moment, de nouvelles multinationales ont été créées qui se sont réservé des parts de marché appréciables et des percées techniques ont été réalisées, notamment dans l’électronique professionnelle, par des unités de recherche opérant au sein de groupes diversifiés. Ceci a été le cas, entre autres exemples, de CIT-Alcatel, dans le domaine des centraux téléphoniques, et de la DSE, l’une des divisions de Thomson-CSF en charge des systèmes d’armes ; cette dernière a décuplé ses ventes, entre 1969 et 1976, lors de la mise en défense du Moyen-Orient et porté son carnet de commandes de 185 millions de francs à 4,7 milliards (95 % à l’exportation), avec un personnel limité à 850 salariés. Mais à un niveau moins technique, comme celui des constructions mécaniques, le tissu industriel, sacrifié pendant la guerre, n’a pas été reconstitué ; les firmes qui travaillaient en sous-traitance pour des usines d’assemblage et qui donnaient une grande souplesse d’adaptation au secteur, ont été réduites en nombre parce que la recherche de gains d’échelle incitait les entreprises à développer des unités de grande taille et des filières intégrées, et à moins faire appel à des services extérieurs. Or, avec l’introduction de nouvelles gammes de production, en réponse à la hausse du prix des carburants et à l’intégration des marchés, ce système était devenu un handicap face aux pays à bas salaires et à structures décentralisées. Une première alerte avait affecté le secteur des matériels grand public et celui des composants en 1970-1971, mais c’est une véritable crise que devait connaître l’industrie automobile, lorsqu’elle s’est trouvée en concurrence avec des firmes japonaises sur ses marchés extérieurs. Les ventes françaises, tous secteurs confondus, avaient atteint un chiffre de 37 milliards de dollars en 1973, à égalité avec celles du Japon, mais elles devaient leur être inférieures de moitié, treize ans plus tard, à 125 contre 250 milliards, beaucoup, parce que le pays avait gardé ses anciennes structures, de sorte que les firmes continuaient à décentraliser leurs fabrications et leurs stocks, à professionnaliser leur main-d’œuvre, à élargir la hiérarchie des salaires, à diversifier leurs productions, toutes choses qui avaient fait la force de l’industrie française au début du siècle, mais que le moindre rôle laissé aux petites entreprises avait fait sacrifier9. De ce point de vue, on peut mettre au compte de la politique générale la pause que le pays a connue à la fin de la période. Mais il est également possible que le passage à vide qui a décalé dans le temps l’adaptation du pays aux contraintes du marché ait été dû à un manque de confiance des pouvoirs publics dans la capacité d’initiative et dans l’efficacité des entreprises, en raison des présentations souvent négatives, et en grande partie infondées, de leurs réalisations passées. Ce qui justifie que l’on procède à un réexamen de leur performance au cours du siècle écoulé.

Anmerkungen

1 J.-J. Carré et al., La Croissance française. Un Essai d’analyse de l’après-guerre (1972), p. 396-398.

2 A. Prate, Les batailles économiques du général de Gaulle (1978), p. 174.

3 B. Camus et al., La crise du système productif (1981), p. 91 ; INSEE, Fresque historique du système productif (1974), p. 200 ; et ibid., La mutation industrielle de la France (1975), I, p. 63.

4 F. Cairncross et H. McRae, The Second Great Crash (Londres, 1975), p. 20.

5 Crédit Lyonnais, Rapport sur l’état des industries, mai 1966, DEE 79 522.

6 J.-P. Patat et M. Lutfalla, Histoire monétaire de la France au XXe siècle (1986), p. 191 et 224 ; Le mouvement économique en France 1949-1979 (INSEE, 1981), p. 278.

7 Th. Francq et D. Lamiot, « Les échanges extérieurs de la France durant les années quatre-vingt », Économie et prévision (1990), p. 1-12.

8 S. Nora, Rapport général sur les entreprises publiques (1967) ; M. Allais, L’inflation et la croissance. Mythologies et Réalités (1974) ; J.-M. Jeanneney, « Pourquoi cette langueur ? », Observations et diagnostics économiques (1987) ; V. Riches et al., « La France comparée à ses partenaires », in J.-M. Jeannneney, L’économie française depuis 1967 (1989), p. 107-133.

9 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile française (2001), p. 381-418.

Autor

Professeur émérite à l’Université de Paris X, Maurice Lévy-Leboyer est également président de la Commission scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Il a publié de nombreux ouvrages dont : L’économie française au XIXe siècle. Analyse macro-économique, Économica, 1985 ; Le patronat de la seconde industrialisation, Éditions de l’Atelier, 1989 ; La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers, XIXe-XXe siècles, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1995 ; L’histoire de la France industrielle, (dir.), Larousse, 1996

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540