Version classiqueVersion mobile

Les modalités de paiement de l’État moderne

 | 
Marie-Laure Legay

Financer la guerre

Les artères de l’armée : la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres pendant le règne de Louis XIV

Guy Rowlands

Texte intégral

  • 1 On ne peut trouver une analyse approfondie que dans l’un des chapitres de mon livre : The Dynastic (...)
  • 2 Henri Legohérel, Les trésoriers généraux de la marine, 1517-1788, Paris, 1963, thèse de droit. Nous (...)

1À l’époque moderne, l’institution la plus importante en France pour faire la guerre était la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres. Au fond, ce fut l’Extraordinaire des guerres qui fit la plupart des versements financiers aux armées des rois. Ce qui est étonnant, c’est que les historiens l’ont presque entièrement ignorée1. Nous ne savons encore que très peu de chose sur cette trésorerie, qui a laissé très peu d’archives. Pour trouver des renseignements fragmentaires, il faut recourir à la correspondance des ministres de la Guerre (dans la série A1 du Service historique de l’Armée de Terre au château de Vincennes) et aux papiers des contrôleurs généraux des finances (dans la série G7 aux Archives nationales). Il reste néanmoins difficile de mener une analyse systématique. En ce qui concerne la marine, Henri Legohérel publia, il y a plus de quarante ans, sa thèse importante, mais délaissée, sur les trésoriers généraux de François Ier à la Révolution. Il fut également confronté aux énormes lacunes archivistiques2.

  • 3 Je poursuis actuellement mes recherches sur le fonctionnement de l’Extraordinaire des guerres penda (...)
  • 4 H. Legohérel, op. cit., p. 304.

2Malgré tout, on peut reconstruire le fonctionnement de la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres et tracer l’évolution de cette institution au cœur de l’état monarchique assez systématiquement des années 1680 à 17153. Le système que cet article veut décrire demeura la base du financement militaire français jusqu’en 1788, interrompu brièvement une seule fois au cours du premier ministère de Necker4. Nous nous attacherons donc à démontrer comment se structurait la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres, comment elle se situait au sein des réseaux financiers tant formels qu’officieux du règne personnel de Louis XIV et enfin, comment elle s’adapta à l’augmentation de la pression fiscale et du poids des dépenses, augmentation à laquelle l’état français dut recourir au cours des deux ultimes guerres du règne.

I. Structure de la trésorerie

  • 5 Bibliothèque Mazarine, ms 2626, fº 11, et Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) A1181, pi (...)

3Dans sa forme moderne, la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres apparut sous le règne de François Ier et son rôle consista à verser des financements prélevés en temps de guerre aux formations militaires. L’Ordinaire des guerres se consacrait essentiellement aux versements en temps de guerre et en temps de paix auprès des compagnies d’ordonnances (l’ancienne gendarmerie) et des garnisons permanentes. On peut dire que l’Ordinaire des guerres fut en désordre permanent tout au long du XVIIe siècle et en 1700, on négligeait encore les comptes de plusieurs exercices dont certains des années 1590 ! À l’époque de Richelieu, l’Extraordinaire des guerres affirma son rôle de principal établissement traitant des affaires financières pour les armées en expansion. Cette trésorerie prit également la responsabilité d’une partie de la direction des finances pour l’artillerie et les fortifications de la France5. Dès 1660, l’Ordinaire des guerres ne s’occupa plus que des dépenses militaires courantes. En 1700, l’Extraordinaire des guerres dépensait environ cinquante fois plus d’argent que l’Ordinaire. Théoriquement, on divisa ses comptes en deux parties : pour l’Extraordinaire de « déça les monts » et pour l’Extraordinaire de « delà les monts », avec une frontière de division qui courut de Nantes à Lyon. Néanmoins, cette division, conçue pour appuyer la stratégie liée aux guerres d’Italie avant 1559, devint vite obsolète et au XVIIe siècle, les trésoriers généraux s’intéressaient en réalité aux deux départements en même temps.

  • 6 Léon Mention, L’armée de l’ancien régime de Louis XIV à la Révolution, Paris, 1909, p. 249 ; P. J. (...)

4Pendant le règne personnel de Louis XIV, la trésorerie de l’Extraordinaire était sous la juridiction du secrétaire d’État à la Guerre et non du contrôleur général. Pendant la guerre franco-espagnole, Michel Le Tellier se trouva gêné par le pouvoir étendu des surintendants des finances, et Mazarin s’engagea peu pour obliger ces derniers à avancer des fonds suffisants. À partir de 1661, l’Extraordinaire acquit davantage d’indépendance vis-à-vis du bureau des finances. Le secrétaire de la guerre étendit plus sûrement sa protection sur cette trésorerie. Ces liens étaient tellement forts que les Le Tellier, qui possédèrent cette charge jusqu’en 1701, utilisèrent les trésoriers généraux pour faciliter leurs intérêts personnels. La responsabilité du ministère de la Guerre devint plus confuse uniquement lorsque Chamillart en prit les fonctions, en même temps que celles de contrôleur général de 1701 à 17086.

  • 7 Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires du duc de Saint-Simon, (rééd.) A. de Boislisle, Pari (...)

5Au cours de cette période, le nombre des trésoriers généraux varia entre deux et trois, mais chacun de ces officiers ne fut en exercice que pendant douze mois tous les deux ou trois ans. De 1661 à 1701, il y eut deux officiers, mais de 1701 à la fin du règne ce nombre passa à trois, et ce pour des raisons bien fondées. L’année passée hors de l’exercice des fonctions était capitale pour établir les comptes avec très peu de personnel, de même qu’elle donnait l’occasion à un trésorier général de renforcer sa réputation financière. Il disposait également de ce laps de temps pour constituer une équipe d’associés en vue de l’exercice suivant7. Parce que le fardeau était devenu trop lourd pendant la guerre francoespagnole avant 1659, les officiers réunissaient habituellement associés et bailleurs de fonds aussi bien secrets que publics. Dès 1684, il apparut évident que la besogne était trop importante pour deux officiers seuls, même avec des associés. Il fallut cependant attendre les années 1690 avant que l’office lui-même ne commençât à être partagé formellement. La rémunération des trésoriers généraux sera expliquée plus tard et dépendait directement des sommes d’argent manipulées.

6Aux bureaux centraux d’un trésorier général à Paris travaillait une vingtaine de commis et de teneurs de livres. Dans les provinces et aux armées, le réseau administratif évolua et s’affina au cours du règne de Louis XIV, mais l’on peut estimer que dès les années 1680, les chevilles ouvrières hors du bassin parisien composaient une équipe de commis de quelque 60 à 70 hommes. Ils s’occupaient de la recette et du versement de l’argent, ainsi que de la reddition des comptes réguliers et transparents – tout ceci sous le regard des agents principaux du ministère de la Guerre, intendants et commissaires des guerres. Ces tâches n’étaient pas faciles à exécuter ou à surveiller, mais quelques réformes ont amélioré la santé fisco-militaire de l’État français.

  • 8 Louis André, Michel Le Tellier et l’organisation de l’armée monarchique, Paris, 1906, p. 304-306, 3 (...)
  • 9 Arch. nat., G7 1774, pièce 33 : « extraict des Regres du Conel d’Estat », le 21 avril 1684 ; G7 177 (...)
  • 10 SHAT, X1 2 : édit, février 1684.
  • 11 SHAT, A1 1336, fº 1vº : Barbezieux au duc de Gramont, le 5 janvier 1695.

7Pour lutter contre la concussion, on obligea, dès janvier 1660, les agents de l’Extraordinaire des guerres à présenter des comptes pleins et entiers aux trésoriers généraux durant leur engagement et ce, au plus tard six mois après la fin d’un exercice annuel. Sur ce point, les trésoriers généraux augmentèrent leurs exigences et imposèrent une discipline rigoureuse à leurs subordonnés. Pendant la première moitié du règne personnel de Louis XIV néanmoins, des problèmes institutionnels et, d’une certaine façon, structurels ont limité les efforts d’amélioration du fonctionnement de cette administration. Ces problèmes ne se révélèrent qu’un peu après 16808. De 1682 à 1683, la lutte contre la corruption, perpétrée pendant plusieurs décennies dans les rangs intermédiaires de l’Extraordinaire des guerres, a été vainement poursuivie, de sorte que le Conseil royal décida que la meilleure façon de récupérer les pertes était de renvoyer les affaires aux trésoriers généraux afin qu’ils les poursuivent au civil9. Cet épisode contribua à instiller l’idée qu’il fallait donner une organisation plus claire et plus responsable à la Trésorerie de l’Extraordinaire. En 1684, toutes les charges vénales associées à l’Extraordinaire des guerres – les trésoriers provinciaux et quelques autres agents qui avaient été les plus coupables – furent abolies et toutes leurs fonctions, ainsi que les charges de trésorier général (la seule qui restait vénale) furent regroupées dans les mains des trésoriers généraux10. Désormais, ces derniers purent installer ceux qu’ils voulaient dans les provinces et aux rangs des armées, et par ce moyen fut créée une seule classe de commis non vénaux sous leur entière responsabilité. Ces commis devaient donner caution pour garantir leur probité et leur solidité. Le roi fit savoir qu’un commis ne devait servir plus de deux ans en un même lieu, afin d’éviter que ses finances ne fussent trop liées aux intérêts commerciaux d’une région seule11.

  • 12 SHAT, OM 14 : mémoire, [fin de 1683].
  • 13 SHAT, OM 14 : ordonnance du 6 décembre 1682.
  • 14 Pour des exemples de la fraude pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, voir : SHAT, A1 1394 : Ba (...)

8Outre cette réforme du personnel, le ministère continua d’exiger les comptes pour réduire la corruption. En avril 1682, une déclaration royale ordonna aux commis de faire leurs comptes chaque jour et leur défendit, soit de laisser des feuilles vierges dans leurs registres, soit d’arracher des feuilles, sous peine d’une amende de 10 000 livres en cas de violation de ces règles ! Le commis devait donc dresser deux comptes séparés – de recettes et de dépenses – et les présenter tous les mois pour qu’un intendant puisse les vérifier. Dans la première semaine de chaque mois, il devait transmettre au secrétaire de la guerre un résumé de l’état de ses comptes avec copies des pièces justificatives. Tous les trois mois (chaque « quartier »), ses registres devaient être contrôlés par un inspecteur des finances, qui, après vérification, autorisait le trésorier général à enregistrer comme valables les sommes que le commis avait maniées. À la fin de chaque année d’exercice, le commis transmettait enfin son registre et ses comptes au trésorier général12. Huit mois plus tard, en décembre 1682, une ordonnance du roi ordonna par ailleurs aux commissaires des guerres de signer toutes les feuilles des états de revues des troupes13. Naturellement, il est difficile d’imaginer que ces mesures suffirent à éradiquer entièrement les actes de concussion. Il est certain cependant qu’elles engageaient les commis à redoubler de prudence et à rechercher des complicités audacieuses au sein du ministère de la Guerre (les commissaires des guerres) pour gagner de grosses sommes d’argent. Les salariés de l’Extraordinaire continuèrent à frauder, mais dans des proportions assez faibles dans les armées en campagnes. Nul doute que la trésorerie des troupes du roi fut mieux tenue pendant les guerres de la Ligue d’Augsbourg et de Succession d’Espagne14.

II. La mobilisation du réseau de financiers

  • 15 Les meilleurs ouvrages sur ce sujet sont : Julian Dent, Crisis in Finance. Crown, Financiers and So (...)
  • 16 D. Dessert, op. cit., p. 79, 159 ; James B. Collins, The State in Early Modern France, Cambridge, 1 (...)

9Au-delà de cette présentation de l’administration de l’Extraordinaire des guerres, il faut étudier, pour bien saisir le fonctionnement de cette trésorerie, son insertion dans le système fisco-financier, aujourd’hui bien connu15. Plus qu’aucun autre État européen, la France dépendait dans les années 1680 de ces agents financiers dont les intérêts se chevauchaient et se recoupaient. Les trésoriers généraux sortaient des rangs des fermiers et des receveurs de haut statut, mais en prenant leurs fonctions, ils ne quittaient pas le monde des fiscofinanciers et en devenaient même les plus puissants, maniant revenus et crédits à un niveau jamais atteint par aucun de leurs contemporains. Surtout, les trésoreries de l’Extraordinaire et de la Marine étaient des receveurs adjoints, ou si l’on veut, des comptables. Ils continuaient à recevoir la plus grande partie des fonds des receveurs principaux tels que les receveurs généraux de la taille, ou, de plus en plus après 1701, des trésoriers des Monnaies royales16. Les modalités des paiements se faisaient par la distribution des assignations émises par le Trésor royal sur les ordres du roi et du contrôleur général. Les trésoriers généraux présentaient ensuite ces assignations aux receveurs nommés pour obtenir des ressources à l’échéance de l’assignation. Pour honorer ces billets, on voiturait des espèces dans le royaume ou on les exportait aux armées à l’étranger.

  • 17 H. Legohérel, op. cit., p. 236-244, 269-282, 307-308.
  • 18 Ronald T. Ferguson, « Blood and Fire: Contribution Policy of the French Armies in Germany (1668-171 (...)
  • 19 A. Smedley-Weill, Les intendants de Louis XIV, Paris, 1995, p. 35, 109 ; L. André, Michel Le Tellie (...)

10Henri Legohérel a démontré que les trésoriers généraux de la Marine étaient devenus vers 1700 des receveurs principaux et, ce qui est plus important, des créanciers royaux17. Les trésoriers généraux de l’Extraordinaire des guerres avaient été dotés de cette fonction dès le XVIe siècle, ce qui révèle l’expansion des armées de terre, bien plus précoce que le développement de la marine et explique aussi la pression budgétaire après 1627. Jusqu’à la guerre de Hollande, la quantité d’argent récoltée directement par l’Extraordinaire des guerres resta assez faible. Au cours de cette guerre néanmoins, et après 1688, l’Extraordinaire des guerres procura à elle seule plus de fonds comme receveur principal que chacun des receveurs généraux des tailles. D’abord, tout l’argent obtenu par les armées en guise de contributions ou confiscations sur les territoires étrangers fut placé dans les coffres de l’Extraordinaire – ce qui représente en moyenne 5 à 10 pour cent de toutes les dépenses de guerre18. Par ailleurs, la plupart des provinces frontalières nouvellement conquises et assimilées dépendaient du département de la Guerre. Plusieurs fonds supplémentaires provenant des fermes, des revenus casuels et des domaines royaux prélevés dans ces provinces furent acheminés vers les coffres du trésorier de l’Extraordinaire19. Enfin, les trésoriers généraux contractaient aussi de gros emprunts.

  • 20 SHAT, A1 1001, pièce 10 : Le Camus à Louvois, le 26 mars 1690.
  • 21 Sur les individus qui occupaient l’office de trésorier général et des liens dynastiques entre les f (...)

11Malgré les réformes au sein de l’administration de l’Extraordinaire et les améliorations importantes apportées par Colbert au système de prélèvement des impôts avant 1683, l’Extraordinaire des guerres commença après 1688 à supporter avec difficulté les demandes du roi et de ses armées. Pendant la guerre de Hollande et la paix qui suivit, les trésoriers généraux avaient avancé de l’argent ou, pour être plus précis, s’étaient fait les banquiers du roi (de même que pour les Le Tellier et quelques généraux !). Pour prêter de telles sommes, ils devaient mobiliser leurs ressources propres et les fonds de leurs associés et investisseurs. Néanmoins, ces prêts étaient contractés à court terme pour combler les pénuries temporaires dans l’attente de fonds du Trésor royal. Initialement, le montant de ces prêts n’était pas trop important, mais à partir de 1690 (il est possible de le dater de manière précise), les trésoriers généraux durent verser des avances de plus en plus lourdes, comme au temps de la guerre franco-espagnole. Dès cette année-là, on mesure les risques de cash-flow20. Cela signifie qu’il y eut des retards au Trésor royal dans l’assignation des fonds à l’Extraordinaire ou alors que des assignations faillirent. Les liens familiaux qui soutenaient les trésoriers généraux et les unissaient aux autres fisco-financiers étaient de plus en plus soumis à tension, et les profits légitimes diminuaient21.

  • 22 J’ai omis les gages dans mes calculs des revenus des trésoriers généraux publiés dans The Dynastic (...)

12Penchons-nous un instant sur la façon dont la monarchie payait les trésoriers généraux. D’abord, ils recevaient des gages, soit environ 100 000 livres par an pour chacun des offices22. Durant leur exercice, ils recevaient par ailleurs les taxations sur les fonds qu’ils maniaient pour le roi, environ 2,5 %, soit dans les années 1690, un montant global de 2 millions de livres par exercice. Cette « taxation » représentait une récompense personnelle, mais aussi un remboursement des frais de la trésorerie, les salaires des commis étant inclus. En outre, pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, le Conseil royal attendait des trésoriers généraux qu’ils utilisassent les fonds de taxation pour rembourser l’intérêt sur des emprunts qu’ils avaient contractés.

  • 23 G. Martin et M. Bezançon, L’histoire du crédit en France sous le règne de Louis XIV, Paris, 1913, p (...)
  • 24 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, p. 304 ; Dangeau, t. VIII, p. 117-118, le 6 et 7 juin 1701 ; Louis- (...)
  • 25 Arch. nat., G7 1775, pièce 29 : note, [1701-1703] ; pièce 30 : placet de Sauvion, [1701-1703].

13Malheureusement, ils durent contracter une quantité croissante d’emprunts au cours de cette guerre. Les dettes du trésorier général Charles Renouard, sieur de La Touanne, étaient montées à 10,2 millions de livres en 1701 (pour un actif de 6 millions seulement). Néanmoins, les marchés de crédit demeuraient étonnamment dynamiques après la guerre de la Ligue d’Augsbourg, et il fallut donc que l’État commette une succession d’erreurs pour jeter les finances dans le chaos. En avril 1700, Louis XIV fit savoir au monde financier qu’il voulait connaître les détails de tous les traités, les noms des investisseurs et bailleurs des fonds inclus ! Cette menace ébranla quelque peu le système fisco-financier et Chamillart en profita pour arracher à ses acteurs plus de dix millions de livres, évitant ainsi le recours à une chambre de justice23. La pression de ces demandes et le poids cumulatif des dettes des trésoriers généraux précipitèrent une débâcle financière pendant l’été 1701. Il ne serait pas excessif de dire que cette catastrophe a peut-être empêché les Bourbons de fermer l’Italie au prince Eugène et aux Autrichiens. Au cours de cet été en effet, non pas un, mais les deux trésoriers généraux – La Touanne et Arnauld – firent faillite ! D’abord, les officiers royaux essayèrent de minimiser le désastre aux yeux du roi, mais, grâce à Madame de Maintenon (il semble), Louis XIV entrevit le sérieux de la situation. Furieux, il réagit vivement. Au lieu de tempérer les marchés du crédit, il les paniqua en publiant une déclaration stupéfiante qui prescrivit la peine capitale pour tous les gens qui se serviraient des revenus royaux pour eux-mêmes ou les détourneraient24. Ses raisons étaient claires : il voulait renforcer la confiance publique dans le système fisco-financier en le rendant plus fiable et transparent. En vérité, le roi se trompait énormément, parce que la santé du système reposait entièrement sur le mystère grâce auquel fonctionnait le réseau de fonds, qu’un dépositaire utilisait et investissait selon ses propres volontés avant de les verser sur ordre de la cour. De plus, la cour des aides de Paris décréta que même les associés secrets des trésoriers généraux de l’Extraordinaire des guerres engageaient leur responsabilité publique quant aux obligations de ces derniers, ce qui détruisit précisément l’intérêt d’une association secrète25. En 1701 donc, le système de crédit en France, particulièrement pour les opérations militaires et navales, dut faire face non seulement à deux faillites sans précédent, mais aussi aux menaces du roi et aux instances judiciaires qui s’acharnèrent sur lui – ce qui endommagea la confiance publique dans la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres, ainsi que dans la capacité de financement des individus qui occupaient les charges de trésorier général.

III. Une adaptation difficile

  • 26 Arch. nat., G7 1778, pièce 110 : note [sur la succession de Turmenyes], le 14 avril 1706 ; G7 1 779 (...)
  • 27 SHAT, M. 1881, pièce 103 : édit, octobre 1701.
  • 28 Arch. nat., G7 1775, pièce 103 : mémoire sur les dettes de Montargis, [1703].
  • 29 Arch. nat., G7 1776, pièce 200 : édit pour le sieur Poulletier, le 20 décembre 1701 ; pièce 317 : « (...)
  • 30 Une étude sur l’activité financière de Samuel Bernard manque. Les ouvrages existants ignorent les d (...)

14Cependant, la monarchie sut rattraper la situation. Par plusieurs arrêts confidentiels, le contrôleur général dispensa les associés de la nécessité d’assumer la responsabilité des dettes des trésoriers généraux. Par ailleurs, le roi réforma l’administration des taxations et la structure de l’Extraordinaire. Quatre mesures confortèrent cette politique. Premièrement, le Conseil royal dut verser aux trésoriers généraux des indemnités supplémentaires, en plus des taxations, pour les rembourser des frais additionnels, en particulier des arriérés des prêts contractés pour renflouer les caisses de la monarchie, les frais de change, et les pertes issues des dévaluations monétaires. À partir du milieu de l’année 1701, les trésoriers généraux furent ainsi dédommagés26. Deuxièmement, une troisième charge de trésorier général fut créée en complément des deux autres en décembre 1701, pour alléger la besogne de l’Extraordinaire27. Troisièmement, la monarchie mit en partie cette troisième charge en régie. Le roi put dès lors réclamer à son nouveau trésorier général, de Montargis, l’allégement du poids de la dette28. Enfin, devant mobiliser énergiquement les ressources de crédit et les associés auxiliaires du nouveau titulaire, les ministres prirent conscience de la lourdeur de la tâche d’un trésorier général. À partir de 1702, les associés des officiers de finances furent autorisés à signer leurs billets d’emprunts sans être tenus pour responsables des autres aspects de l’exercice29. Le banquier Samuel Bernard, auquel Chamillart confia la coordination des opérations de l’Extraordinaire des guerres avec le monde financier international, prêta très largement son concours à cette nouvelle politique. De 1702 à 1705, son influence se répandit presque partout (moins en Allemagne cependant), tandis qu’en France, Chamillart lui permettait de distribuer les assignations à sa guise. Ajoutons en dernier lieu que les agents de la monarchie française acquirent une meilleure connaissance de la psychologie du marché et parvinrent plus aisément à manipuler le crédit et à obtenir des ressources à l’étranger30.

15Malgré tout, la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres demeurait fragile et de nouveaux signes de faiblesse se manifestèrent en 1706, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle recouvrait ses recettes avec difficulté depuis 1701 et dès 1703 il apparut que ces difficultés risquaient de perdurer, contrairement à ce qui s’était produit en 1693-1695. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, les trésoriers généraux se trouvèrent détenteurs d’un montant croissant d’assignations qui, soit ne pouvaient jamais être réalisées, soit l’étaient à trop longue échéance. Il fallut donc les trafiquer à perte pour trouver de l’argent ou du papier monnayable plus sûr. Deuxièmement, en dépit des recommandations de Samuel Bernard, le Conseil malmenait les marchés de crédit. La perte d’influence du banquier à partir de 1706 aggrava cette tendance. En dernier lieu, l’effort de guerre pendant la guerre pour la succession d’Espagne prit des proportions jamais atteintes lors des conflits précédents. En conséquence, les trésoriers généraux se chargèrent de dettes personnelles trop lourdes, furent tour à tour contraints de démissionner, et cette rotation rapide des officiers désorganisa les réseaux de crédit.

  • 31 Arch. nat., G7 1775, pièce 107 : note titrée « Extraordinaire des guerres 1702 », le ? ? août 1703.
  • 32 Arch. nat., G7 1775, pièce 109 : « Extraordre des guerres 1702 », le 20 février 1703 ; G7 1778, piè (...)
  • 33 Arch. nat., G7 1775, pièce 182 : mémoire concernant l’exercice de 1704 et le trésorier-général Mont (...)
  • 34 A. Vuitry, Le désordre des finances et les excès de la spéculation à la fin du règne de Louis XIV e (...)

16Pour devancer ces difficultés, Chamillart autorisa en 1702 les trésoriers généraux à lancer des emprunts publics pour combler l’écart entre les revenus perçus et la dépense à faire. Ils commencèrent donc à émettre des billets négociables, jusqu’à 27 millions de livres cette année-là31 ! Puis, à partir de février 1703, ils eurent recours à l’anticipation des fonds sur les années à venir. Initialement, ces anticipations ne devaient pas atteindre 10 % des dépenses totales, mais bientôt ce niveau fut dépassé et il fut très difficile d’y mettre un frein32. En outre, les officiers, suivant les ordres de Chamillart, ajournèrent en 1703 le remboursement de la dette accumulée en guise des billets pour l’amortir en 170433. Dès lors, les trésoriers généraux et leurs associés purent jouir de la confiance des marchés, tandis que l’opinion publique ignorait la véritable situation des finances royales. À partir de 1707 néanmoins, le poids financier de la guerre devint excessif. En 1708, la dette cumulée de l’Extraordinaire atteignit 62 millions. L’un des trésoriers démissionna avant même d’avoir exercé ses fonctions. Il fallut qu’un autre reportât son entrée de quatre mois parce qu’il n’avait pas pu mobiliser assez de crédit34.

  • 35 Arch. nat. G7 1782, pièce 90 : Sauroy à Chamillart, le 20 juin 1708 ; pièce 92 : copie d’une lettre (...)

17Telle fut donc la trésorerie de l’Extraordinaire des guerres à l’aube du renvoi de Chamillart du Contrôle général des finances. Nous ne connaissons pas toujours les raisons qui sapent la confiance d’un roi envers son ministre, mais cette démission de 1708 survint en grande partie parce que Chamillart ne sut comprendre la psychologie des marchés. Son successeur, Desmaretz, chargé du maniement des marchés en tant qu’adjoint de Chamillart, saura mieux s’y prendre que lui. Par ailleurs, Chamillart ne put résister à l’accroissement extraordinaire des dépenses, ce qui le poussa à faire d’une trésorerie chargée principalement de la transmission de l’argent – l’Extraordinaire des guerres – une banque, mais une banque sans aucun nantissement public sûr et accablée par des idées fausses du bureau des finances sur les marchés du crédit. Quelques mois après sa chute, quand il était encore secrétaire de la guerre, Chamillart dut supporter les conséquences de cette politique quand, dès juin 1708, l’Extraordinaire des guerres se trouva presque sans ressources pour payer le prêt aux soldats de plusieurs armées royales35.

18Ces premiers résultats méritent quelques approfondissements que nous présenterons bientôt. Pour l’heure, on terminera en insistant sur l’ironie de l’histoire de l’Extraordinaire des guerres : la trésorerie et son réseau financier, assez bien reconstruits par Louvois, purent soutenir la guerre de la Ligue d’Augsbourg quand la France se trouva seule et isolée face aux coalisés, mais parvinrent plus difficilement à supporter une guerre, quand, après 1701, le royaume s’associa des alliés qui sollicitèrent son assistance matérielle.

Notes

1 On ne peut trouver une analyse approfondie que dans l’un des chapitres de mon livre : The Dynastic State and the Army under Louis XIV : Royal Service and Private Interest, 1661-1701, Cambridge, 2002, p. 109-134.

2 Henri Legohérel, Les trésoriers généraux de la marine, 1517-1788, Paris, 1963, thèse de droit. Nous regrettons que M. Legohérel n’ait pas publié davantage de recherches sur les finances militaires.

3 Je poursuis actuellement mes recherches sur le fonctionnement de l’Extraordinaire des guerres pendant la guerre de Succession d’Espagne. Cet article se consacre en majeure partie aux années antérieures et ne présente que quelques hypothèses de travail concernant le ministère de Chamillart.

4 H. Legohérel, op. cit., p. 304.

5 Bibliothèque Mazarine, ms 2626, fº 11, et Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) A1181, pièce 11 : mémoire à Le Tellier, 1643 ; SHAT, Ordonnances Militaires (OM) 11 : édit, août 1669 ; OM 18 : ordonnances des maréchaux de France, le 10 avril 1698 ; Arch. nat., G1775, pièces 350, 354-356, 368-369, 374-375 : plusieurs documents au sujet des liquidations d’offices, 1702. Sur les fortifications et l’artillerie, voir G. Rowlands, The Dynastic State and the Army, op. cit., p. 120-122. J’examinerai les problèmes du financement de l’artillerie et la corruption dans cette arme dans un livre à paraître : The Last Argument of the King : Arms, Artillery and Absolutism under Louis XIV.

6 Léon Mention, L’armée de l’ancien régime de Louis XIV à la Révolution, Paris, 1909, p. 249 ; P. J. M. R. Frémont, Les payeurs d’armées. Historique du service de la trésorerie et des postes aux armées (1293-1870), Paris, 1906, p. 56 ; Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau…, (rééd.) E. Soulié, L. Dussieux et P. de Chennevières, Paris, 1854-60, p. 97, 117-18, le 9 mai, le 6 juin 1701 ; SHAT, A1 1136 : Barbezieux à Bagnols, le 21 février 1692 ; A1 1274, pièce 41 : Tessé à Barbezieux, le 14 mai 1694 ; A1 1287, nº 43 : La Touanne à Barbezieux, le 23 octobre 1694 ; Bibliothèque Mazarine, ms 2300 : Barbezieux à Fumeron, le 28 février 1696 ; Arch. nat., G7 1775, pièce 28 : debet de l’Extraordinaire des Guerres [1702] ; pièce 32 : mémoire par Arnauld [1701-1702] ; pièce 38 : note [1703].

7 Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires du duc de Saint-Simon, (rééd.) A. de Boislisle, Paris, 1879-1928, VIII, p. 303 ; SHAT, Mémoires et Reconnaissances (MR) 1881, nº 103 : édit, octobre 1701.

8 Louis André, Michel Le Tellier et l’organisation de l’armée monarchique, Paris, 1906, p. 304-306, 310-315, 320, 505-506, 631 ; SHAT, OM 10 : déclaration du roi, janvier 1660 ; OM 13 : ordonnance du 16 août 1676 ; OM 14 : ordonnances des 15 novembre 1679 et 9 décembre 1682 ; Bibliothèque de l’Arsenal, ms 10377 : Bezons à du Peyrou, le 18 août 1686.

9 Arch. nat., G7 1774, pièce 33 : « extraict des Regres du Conel d’Estat », le 21 avril 1684 ; G7 1775, pièce 8 : note sur la fraude pendant la guerre de Hollande [1701-1703] ; Bibliothèque de l’Arsenal, ms 10383 : note, le 27 septembre 1683, et une autre sans date.

10 SHAT, X1 2 : édit, février 1684.

11 SHAT, A1 1336, fº 1vº : Barbezieux au duc de Gramont, le 5 janvier 1695.

12 SHAT, OM 14 : mémoire, [fin de 1683].

13 SHAT, OM 14 : ordonnance du 6 décembre 1682.

14 Pour des exemples de la fraude pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, voir : SHAT, A1 1394 : Barbezieux à Voysin, le 7 mai 1697 ; A1 1326, fº 48vº-49rº : Barbezieux aux directeurs généraux de la cavalerie, le 17 janvier 1695 ; MR 1881, nº 95 : ordre pour la révocation d’un commissaire des guerres, le 8 mai 1695. Pour les autres cas, voir : A1 1526, pièce 259 : deuxième mémoire de Mairon, août 1701 ; Saint-Simon, Mémoires, XVI, p. 668.

15 Les meilleurs ouvrages sur ce sujet sont : Julian Dent, Crisis in Finance. Crown, Financiers and Society in Seventeenth-Century France, Newton Abbot, 1973 ; Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, 1988 ; Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, 1984.

16 D. Dessert, op. cit., p. 79, 159 ; James B. Collins, The State in Early Modern France, Cambridge, 1995, p. 107-108.

17 H. Legohérel, op. cit., p. 236-244, 269-282, 307-308.

18 Ronald T. Ferguson, « Blood and Fire: Contribution Policy of the French Armies in Germany (1668-1715) », thèse de PhD, université de Minnesota, 1970 ; SHAT, A1 1275, fº 123rº : Barbezieux à Bonval, le 18 février 1695. Pour des exemples des sommes reçues en guise de contributions ou confiscations, voir : Arch. nat., G7 1774, pièce 68 : « Exre de deça 1679. Receptes Extraordres » ; pièce 73 : « Extraordre des guerres de dela. 1691. M. de Turmenyes. Bordereau des Receptes et Depense de l’Estat au Vray […] » ; pièce 75 : « recete a faire au Tresor Royal par M. de Turmenyes », le 11 août 1691.

19 A. Smedley-Weill, Les intendants de Louis XIV, Paris, 1995, p. 35, 109 ; L. André, Michel Le Tellier…, op. cit., p. 182, 188 ; Arch. nat., G7 1774, pièce 30 : « Bordereau des Assignations qui restent a payer a Monsieur de la Touane », le 11 juillet 1699 ; J. Clamageran, Histoire de l’impôt en France, Paris, 1867-1876, t. III, p. 37 ; SHAT, A1 1413, pièce 252 : extrait des registres du Conseil d’État, le 8 août 1693 ; A1 1416, fº 40vº-41rº : Barbezieux à Esgrigny, le 21 février 1697.

20 SHAT, A1 1001, pièce 10 : Le Camus à Louvois, le 26 mars 1690.

21 Sur les individus qui occupaient l’office de trésorier général et des liens dynastiques entre les financiers associés à l’Extraordinaire, voir G. Rowlands, The Dynastic State and the Army…, op. cit., p. 128-130. On peut trouver quelques renseignements sur ces tensions dans : National Library of Scotland ms 14266, fº 3rº : journal de David Nairne ; Arch. nat., G7 1788, pièce 59 : mémoire sur les dettes d’un commis des années 1670, le 20 janvier 1714.

22 J’ai omis les gages dans mes calculs des revenus des trésoriers généraux publiés dans The Dynastic State and the Army under Louis XIV, p. 133. Mea culpa.

23 G. Martin et M. Bezançon, L’histoire du crédit en France sous le règne de Louis XIV, Paris, 1913, p. 141.

24 Saint-Simon, Mémoires, t. VIII, p. 304 ; Dangeau, t. VIII, p. 117-118, le 6 et 7 juin 1701 ; Louis-François du Bouchet, marquis de Sourches, Mémoires du marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, (rééd.) G.-J. Cosnac, A. Bertrand et E. Pontal, Paris, 1882-1893, t. VII, p. 73, le 5 juin 1701 ; G. Martin et M. Bezançon, L’histoire du crédit…, op. cit., p. 143.

25 Arch. nat., G7 1775, pièce 29 : note, [1701-1703] ; pièce 30 : placet de Sauvion, [1701-1703].

26 Arch. nat., G7 1778, pièce 110 : note [sur la succession de Turmenyes], le 14 avril 1706 ; G7 1 779, pièce 8 : « Conditions sur lesquelles le Sr. de Montargis entre en exercice de la charge de Tresorier general ancien de l’extraordinaire des guerres créé par édit du mois d’octobre mil sept cent un, pour l’année mil sept cent sept », le 11 décembre 1706.

27 SHAT, M. 1881, pièce 103 : édit, octobre 1701.

28 Arch. nat., G7 1775, pièce 103 : mémoire sur les dettes de Montargis, [1703].

29 Arch. nat., G7 1776, pièce 200 : édit pour le sieur Poulletier, le 20 décembre 1701 ; pièce 317 : « Projet de l’ordre du Roy », [vers la fin de 1703] ; G7 1778, pièce 297 : arrêt du conseil, [1704].

30 Une étude sur l’activité financière de Samuel Bernard manque. Les ouvrages existants ignorent les documents se rapportant à l’Extraordinaire des guerres dans les registres G7 1774 à G7 1788 aux Archives nationales. Néanmoins, très bien fondés sont les livres de : J. Saint-Germain, Samuel Bernard. Le banquier des rois, d’après de nombreux documents inédits, Paris, 1960 ; et V. de Swarte, Un banquier du Trésor Royal au XVIIIe siècle. Samuel Bernard. Sa vie, sa correspondance (1651-1739), Paris-Nancy, 1893. Je travaille actuellement à un article au sujet de Bernard et l’Extraordinaire des guerres.

31 Arch. nat., G7 1775, pièce 107 : note titrée « Extraordinaire des guerres 1702 », le ? ? août 1703.

32 Arch. nat., G7 1775, pièce 109 : « Extraordre des guerres 1702 », le 20 février 1703 ; G7 1778, pièce 49 : « Estat abregé des fonds qui sont deubs a l’exercice du Sr. de Mongelas […] », le 22 février 1707.

33 Arch. nat., G7 1775, pièce 182 : mémoire concernant l’exercice de 1704 et le trésorier-général Montargis, le 7 mars 1704 ; pièce 249 : [deux trésoriers de France] à Chamillart, le 20 décembre 1703 ; G7 1776, pièce 86 : Montargis à Le Rebours, le 12 avril 1704.

34 A. Vuitry, Le désordre des finances et les excès de la spéculation à la fin du règne de Louis XIV et au commencement du règne de Louis XV, Paris, 1885, p. 191 ; Arch. nat., G7 1782, pièce 267 : sommaire des comptes, le 22 décembre 1708 ; Arch. nat., G7 1780, pièce 156 : Montargis à Chamillart, le 14 juillet 1707 ; pièce 181 : « Mémoire de ce qui s’est fait pour l’exercice des charges de l’extraordinaire des guerres depuis le premier janvier 1695 » ; G7 1782, pièce 27 : note de 1707, [le 30 mars 1708] ; pièce 18 : mémoire de Galloys, [février 1708].

35 Arch. nat. G7 1782, pièce 90 : Sauroy à Chamillart, le 20 juin 1708 ; pièce 92 : copie d’une lettre de Sauroy à Desmaretz, le 21 juin 1708 ; copie d’une lettre de Pâris de la Montagne, le 19 juin 1708.

Auteur

Directeur du Centre for French History and Culture à l’Université de St Andrews en Ecosse. Il est l’auteur du livre The Dynastic State and the Army under Louis XIV : Royal Service and Private Interest, 1661-1701, Cambridge University Press, 2002, couronné du Gladstone Prize par le Royal Historical Society (2002). Il est également l’auteur d’une dizaine d’articles au sujet du règne de Louis XIV et la guerre à cette époque, et il rédige actuellement une étude générale sur la guerre de Succession d’Espagne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search