Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les modalités de paiement de l’État moderne

 | 
Marie-Laure Legay

Financer la guerre

Payer pour la guerre du roi au temps de la Ligue : les comptes de l’Extraordinaire des guerres du trésorier des États de Bretagne

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Voir les remarques de Jean Kerhervé, L’État breton aux XIVe et XVe siècles. Les Ducs, l’Argent et l (...)
  • 2 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2912 à 2917 (aux cinq comptes annuels s’ajoute un compte d’apurement)

1La connaissance précise des modalités de paiement et de dépense, dans le cadre des finances monarchiques de la France d’Ancien régime, ne saurait se passer de l’étude des comptabilités officielles des agents du roi. Mais celles-ci ont subi des pertes dramatiques depuis le XVIIIe siècle. Ainsi les archives de la chambre des comptes de Paris pour le XVIe siècle, ne nous sont-elles guère connues que par des épaves. Dans le ressort des autres chambres, la situation est variable, mais le duché de Bretagne fait également partie des provinces pour lesquelles les disparitions sont considérables1. Pour autant, nous avons la chance de disposer de cinq registres des comptes de l’Extraordinaire des guerres pour une période particulièrement intéressante, celle de la Ligue, entre 1593 et 15972.

  • 3 Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V, La Bretagne province, Paris, 1913, p. 221-222 et p. (...)

2Cette conservation n’est nullement le fruit du hasard. Elle s’explique par les conditions mêmes dans lesquelles s’organisent les opérations de financement dans la province au cours de la période. Dans une Bretagne profondément divisée, où les grandes institutions (Parlement, Chambre des comptes…) se sont dédoublées entre Royaux et Ligueurs, le roi Henri IV a fini par accorder aux États qui lui sont fidèles le privilège d’assurer la gestion directe des fonds qu’ils lui votent. Ils servent au financement des opérations militaires contre le gouverneur ligueur, le duc de Mercœur, ceux qui le suivent ou l’appuient, Espagnols inclus3. Depuis 1589 et les débuts des troubles, la gestion de l’effort militaire reposait sur l’administration provinciale de l’Extraordinaire des guerres. Le maréchal d’Aumont, lieutenant général pour le roi et commandant en chef de l’armée royale en Bretagne à partir de 1592, semble pour sa part avoir appuyé auprès du Béarnais la revendication des États de prendre en main la gestion des fonds.

  • 4 Sur les origines de cette fonction, voir Michel Duval, « Le budget des États de Bretagne au XVIe si (...)
  • 5 Dom Charles Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1756, t. II, p. 423.
  • 6 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2912, fº 4. Cependant les deux trésoriers provinciaux de l’Extraordin (...)
  • 7 Il est difficile de savoir ce qu’ils contenaient. En théorie, on doit y trouver le paiement de la g (...)

3Ceux qui sont accordés par les États à partir de la fin de 1592 au titre de l’Extraordinaire des guerres et qui sont toujours levés dans le cadre de la fiscalité royale, sont donc désormais versés dans la caisse du trésorier des États4, Gabriel Hus, qui en assure ensuite la distribution, « sans que les commis [royaux] à l’extraordinaire des guerres puissent y toucher »5. Cette mesure rencontre évidemment l’opposition de l’administration financière royale dans la province : le personnel des caisses royales de l’Extraordinaire des guerres mais également les deux trésoriers généraux se considèrent gravement lésés. Mais ils ne parviennent pas à obtenir gain de cause6. Cette situation originale – et provisoire – explique pourquoi ces comptes, rendus au titre de l’Extraordinaire des guerres, ont été conservés dans les archives des États et non dans celles de la chambre des comptes de Bretagne (ou de Paris) où ils auraient très vraisemblablement subi le sort des centaines d’autres comptes aujourd’hui disparus. Ainsi les comptes des dépenses de l’Ordinaire des guerres, toujours gérées par l’administration royale n’ont semble-t-il pas laissé de trace pour cette période7.

  • 8 Anatole de Barthélemy, op. cit., p. 198-202.

4L’ensemble des comptes rendus par Gabriel Hus, qui représentent quelque 2 000 folios, soit 4 000 pages, n’a pu être entièrement étudié dans le cadre de cette communication. J’ai concentré mes investigations sur le compte de 1594 (C 2913). Celui de l’année 1593 en effet correspond à une phase de transition. Et en 1595, on voit réapparaître une tentative de contrôle d’une partie des fonds par l’administration royale : une somme de 321 500 écus destinée à des garnisons doit être acquittée par le trésorier de l’Extraordinaire des guerres ou son commis en Bretagne, ce qui entraîne des confusions et des tensions8. En outre l’année 1594 est marquée par d’importantes opérations militaires et l’étude du compte fournit des pistes nombreuses sur les modes de paiement et leur organisation. Elle introduit à la complexité des pratiques et des réseaux financiers : les opérations de dépenses, vues depuis le ras du sol des paiements et des procédures comptables, sont en effet loin d’être faciles à maîtriser pour l’historien. À partir de ces analyses, il sera cependant possible d’amorcer, pour finir, quelques réflexions sur les circuits financiers et leurs effets dans le contexte des guerres de la Ligue. Elles sont, pour certaines, éclairantes bien au-delà de cette période très particulière. Mais, au préalable, il est nécessaire de bien prendre la mesure du type de document auquel on a affaire et des enjeux comptables qui sont les siens.

I. Les logiques d’une comptabilité

  • 9 À titre d’exemple, le compte de 1594 est conclu le 27 juin 1596 en présence du premier président de (...)
  • 10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 38. Il s’agit des soldes pour la compagnie des chevaulégers (...)

5Saisir la logique à l’œuvre dans les comptes de Gabriel Hus, spécialement quand il s’agit de dépenses, suppose de bien cerner les modalités et les enjeux des pratiques comptables qui sont à l’œuvre. On repère tout d’abord, en leur sein, un discours à deux voix. Celle du trésorier des États en premier lieu qui, par son registre même, souhaite faire valider – le mot légitimer ne serait pas trop fort – non seulement les dépenses qu’il a effectuées mais les procédures comptables auxquelles il a eu recours pour ce faire. Dans les marges de ses comptes, parfois de façon très développée, une seconde voix s’exprime, celle de l’instance de contrôle. Celle-ci est une structure spécifique, en raison même du caractère original du circuit accompli par ces fonds « royaux » dépensés depuis les caisses de G. Hus. Aussi comprend-elle à la fois des représentants des États de la province et des membres de la Chambre des comptes fidèles à Henri IV9. Bien souvent, c’est le règne – logique – du soupçon qui domine : ainsi quand les montres des troupes se font attendre : « c’est frauder le service du Roy et un subtil moien d’envahir ses finances d’attendre en fin d’année à faire monstre pour un sy long temps » ; les conditions de certification du service par le chef d’unité font qu’en ces circonstances celui-ci « doit estre suspect »10.

  • 11 Des clercs sont payés pour de multiples écritures d’« états, commissions, ordonnances, tant pour le (...)
  • 12 Pour la première moitié du siècle, voir sur ce point Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Le (...)

6En fait, cette « commission mixte » s’attache avant tout à vérifier que le trésorier fournit les bons justificatifs comptables pour ses dépenses. La production de papiers pour ce faire est importante, et apparaît au travers du compte lui-même11. Cet attachement aux formes semble parfois un peu paradoxal, ainsi quand la validation des dépenses s’appuie sur les mentions portées sur le registre du contrôleur provincial des guerres, François Catillon. Cette « inscription au contrerolle » fait foi à plusieurs reprises… alors même que Catillon est à d’autres endroits soupçonné d’être peu fiable, voire même d’être complice dans une fraude… Quoi qu’il en soit, la religion du justificatif, à l’heure de la reddition, trouve bien souvent ses limites : le respect des procédures est loin d’être toujours satisfaisant. On pense tout d’abord que celui-ci est rendu plus délicat par des circonstances exceptionnelles nées de la guerre civile. En fait il s’agit d’un phénomène beaucoup plus large12. Et ceci vaut plus encore pour les dépenses que pour les recettes, car les premières font intervenir des acteurs plus nombreux et divers, dont beaucoup ne font pas partie de l’administration financière. D’où l’importance, dans le compte de 1594 de Gabriel Hus, des sommes « déportées », c’est-à-dire dont la validation est suspendue en attendant la production d’une documentation comptable satisfaisante : elles ne représentent pas moins des deux tiers des sommes en jeu !

  • 13 Un seul exemple : des deniers figurent en recette et à coup sûr n’ont pas été reçus. Pour autant il (...)
  • 14 À titre d’exemples en Bretagne, le quitus donné à Rieux-Sourdéac, lieutenant général d’Henri IV en (...)
  • 15 On note ainsi que, dès 1595, le contrôleur provincial des guerres François Catillon, évoqué plus ha (...)

7Paradoxalement, l’issue ne relève pas d’une véritable régularisation comptable. Elle paraîtrait pourtant souvent bien nécessaire, face au désordre de certains papiers financiers, voire à d’étonnantes disparitions comptables13. Cependant la commission de contrôle précise le plus souvent que la somme déportée l’est « en attendant sur ce le vouloir du Roy ». C’est la volonté d’Henri IV qui représente en fait l’instance de sanction légitime – ce qui souligne au passage la vanité des tentatives de respect complet des procédures. C’est à lui d’approuver ou non ces dépenses, qui ont été ordonnées pour l’essentiel par le maréchal d’Aumont, en tant que commandant en chef des troupes dans la province. La validation, à terme, relève donc avant tout d’un choix politique. On sait ce qu’il en advient, globalement, quand se déroulent les négociations qui mettent, province après province, un terme aux guerres de Religion. Henri IV entérine alors des gestions encore bien plus « irrégulières » que celles de Gabriel Hus, en particulier celles de ses ex-adversaires ligueurs14. À l’inverse, la structurelle approximation des dossiers comptables laisse toujours au pouvoir politique la possibilité de rompre, à son initiative, le contrat de confiance qui le lie à un ou plusieurs responsables financiers15. La documentation comptable est donc avant tout lieu et enjeu d’une confrontation – ou d’une collaboration – des pouvoirs.

  • 16 À titre exceptionnel, une rectification demandée : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 57. Mais (...)
  • 17 Même phénomène dans les comptes de fabrique de Haute-Bretagne au XVIe siècle : Bruno Restif, La par (...)
  • 18 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 45vº -46 : une compagnie de chevau-légers dont les soldes me (...)

8Ainsi, le problème essentiel de la commission de contrôle n’est nullement de vérifier des chiffres. On relève au fil du document un nombre considérable d’erreurs d’additions qui ne font, le plus souvent, l’objet d’aucune remarque16. Bien évidemment, il n’est pas possible de déterminer s’il s’agit toujours de fautes de calcul, ou s’il n’y a pas aussi, dans ces longues théories de chiffres, des erreurs de copies. Mais ceci importe peu, puisque les mentions marginales de la commission montrent que l’exemplaire du compte dont nous disposons est bien celui qui a été examiné. Ces erreurs fréquentes sont généralement minimes, ce qui se retrouve alors dans d’autres types de comptabilités17. Faut-il y voir le révélateur d’un phénomène plus large, celui d’une approche des données numériques marquée par une certaine approximation ? Il ne faut cependant pas croire que la commission se garderait de toute opération arithmétique. En ce domaine, elle veille au respect des cadres généraux de la comptabilité : elle vérifie ainsi que les mois comptables retenus sont bien dix (de 35 ou 36 jours) et non douze, et s’empresse de rayer les dépenses payées sur douze mois18. Elle s’assure également que les prêts faits à certaines unités « attendant la monstre » sont bien pris en compte lorsqu’une montre a enfin lieu, et qu’ils ne dépassent pas, pour la période concernée, le montant que représenteraient les soldes cumulées. Il y a donc bien ici des calculs, pour des montants parfois non négligeables, et le document les mentionne explicitement.

  • 19 Ibid., fº 37.

9Mais, dans la perspective de cette communication, le plus grave n’est pas tant l’intérêt pour le moins relatif accordé aux chiffres, que la très faible attention portée aux formes concrètes de la circulation de l’argent. Un élément paraît ici tout à fait révélateur : pour les dizaines de montres d’unités qui se tiennent, pas une fois le document ne précise qui paie aux troupes, et en quelles espèces, les sommes qui leur reviennent. Ce qui compte ici, c’est que les commissaires et les contrôleurs des guerres, qui ont fait la montre, fournissent les documents appropriés à Hus, et qu’il puisse également présenter la quittance du responsable de l’unité qui a reçu l’argent. Et cette absence des « payeurs » comme des espèces monétaires se retrouve quel que soit le poste de dépense. Il faut un grave dysfonctionnement pour qu’apparaisse au détour d’une page un personnage pourtant essentiel, « maistre Damien Lescuyer, qui faisoit le paiement à la suitte dud. sieur marechal [d’Aumont] pour led. Hus »19. Lescuyer en effet meurt « de malladye contagieuse » alors que l’armée royale est à Morlaix, au début d’octobre 1594 et ses papiers sont mis sous scellés. Ce sont eux qui représentent ici encore le véritable enjeu, puisque Hus ne peut fournir à cause des scellés certains justificatifs. De la caisse proprement dite de Lescuyer, qui doit solder les principales dépenses de l’armée partie mener campagne en Basse-Bretagne, on ne saura ici rien de plus.

10À ce stade, on conviendra qu’il faut faire preuve de beaucoup de prudence dans l’utilisation des données chiffrées de ce type de compte et en particulier se méfier de l’emploi un peu rapide des totalisations effectuées sur ces documents, censées nous donner avec une assez bonne fiabilité – après tout, il s’agit du compte même du principal responsable des débours – le montant des « dépenses de l’armée royale », simplement amputé du chiffre – inconnu faute de sources – de l’Ordinaire des guerres. Un seul exemple peut étayer notre méfiance. À la fin du compte (fº 422vº), un montant global figure pour la « charge » (recette) : 740 198 écus et pour la « mise claire » (dépense) : 712 931 écus. Or, parmi les dépenses figure plus haut (fº 384) la taxation de Hus, qui consiste en un droit sur la recette équivalent à un soixantième de son montant global (quatre deniers par livre). Or cette taxation se monte à 9 885 écus… ce qui suppose une recette de quelque 593 155 écus seulement…

  • 20 Ibid., fº 46.

11Ces longs préliminaires n’ont pas pour objectif de pousser à sombrer dans un hypercriticisme sans issue. Mais il est indispensable de savoir avec quoi l’on travaille, sans quoi on risque de se fourvoyer dans l’exploitation des documents, en particulier de succomber à une illusion des chiffres précis qui peut être lourdement préjudiciable. Pour autant, ces comptes renvoient bien à des actes effectifs de dépense, et les contrôleurs y sont eux-mêmes sensibles quand ils attirent l’attention sur certains procédés qui leur paraissent permettre de « frauder le service du Roy » par des dépenses excessives. Cependant, là encore, leur « satisfaction » n’est pas forcément la nôtre. Ainsi en va-t-il pour une partie rayée de 624 écus qui correspond à une somme perçue selon eux illégalement par le sieur de Villecarré, un capitaine de chevau-légers20. Un ultime « nota » nous apprend que Villecarré « a satisfaict à la partie » rayée sous son nom et qu’il est désormais quitte de cette somme. Mais a-t-il remboursé l’argent ? A-t-il fourni un justificatif comptable jugé recevable ? A-t-il bénéficié seulement d’une validation royale a posteriori ? Rien ne nous dit comment il « a satisfaict » la commission…

  • 21 Ibid., fº 38 (en marge). La commission de contrôle est convaincue que Bastenay « a apliqué à son pr (...)

12Quand on analyse en détail un compte de dépense, cependant, on comprend assez vite que les sommes pour lesquelles le trésorier demande une validation ont bien été dépensées. Tout le problème est évidemment alors de savoir à qui sont allés les fonds… S’il est sûr que l’argent s’est bien mis à circuler, les circuits précis demeurent souvent bien malaisés à percevoir. Quand une ordonnance du maréchal d’Aumont ordonne de passer dans un rôle de la compagnie de chevau-légers de Marc-Antoine de Rochefort, sieur de Bastenay (ou La Bastinaie) six hommes absents de la montre faite à Locronan et qui sont alors malades à Quimper, peut-on être sûr que la solde ainsi versée finit bien par leur revenir21 ? Ainsi faut-il admettre que l’on n’appréhende les actes de dépense que sous certaines modalités liées à la nature même des documents utilisés. Une analyse fine permet cependant d’évoquer des enjeux importants en matière de paiements.

II. Quelques pistes sur les paiements effectifs

  • 22 Ibid., fº 26-64. Pour l’ensemble des unités, vingt-cinq montres sont mentionnées au premier semestr (...)
  • 23 On remarque d’ailleurs qu’au titre des soldes pour 1594, il y a presque autant de montres au cours (...)

13Les versements de solde destinés à la cavalerie peuvent nous offrir, en 1594, un bon terrain d’observation. On note en effet, de façon globale, un dérèglement du système des paiements au cours de l’année. Les montres se tiennent de façon assez régulière dans les six premiers mois alors que, à partir de l’été, leur nombre s’effondre22. Les troupes sont alors souvent alimentées en argent par le versement de « prêts attendant la montre ». La compagnie de 48 gens d’armes du comte de Châteauroux, en cantonnement à Châteaugiron, fait l’objet de trois montres le 2 janvier, le 7 février puis le 30 juin. La moitié de la compagnie reçoit de l’argent, sans doute à Morlaix, le 26 septembre, dans des conditions confuses et pour des montants variables, et le 27 octobre, un « prêt attendant la montre » de dix écus par cavalier est accordé à trente d’entre eux… L’interprétation semble aisée : au début de 1594, à la suite des trêves conclues à l’été 1593, les troupes cantonnent, en garnison, dans le nord-est du duché : des montres ont lieu à La Guerche, Rennes, Châteaugiron, « Marsilly » (sans doute Marcillé-Raoul ou Marcillé-Robert)… Puis à partir de l’été, l’armée d’Aumont entre en campagne et fait mouvement vers la Basse-Bretagne où elle prend Morlaix, puis Quimper, avant de venir à bout, le 17 novembre, des Espagnols assiégés à la pointe de Roscanvel. Un tel contexte expliquerait bien le non-respect des procédures. Mais est-ce si simple ? Un sondage ponctuel, pour une unité de cavalerie, dans le compte de 1595, donne en effet un « cycle » proche – un passage des montres aux prêts – alors même que les opérations militaires ne suivent pas du tout le même calendrier puisque celles-ci, déjà assez réduites au début de 1595, entrent en sommeil à partir de l’été (mort du maréchal d’Aumont en août, trêves officielles en octobre)23.

  • 24 Ibid., fº 30-33. Sa dernière montre se déroule le 3 juin ; cependant les soldes alors versées le so (...)
  • 25 Ibid., fº 33vº-35vº.
  • 26 Ibid., fº 62vº-63vº. Ceci met en évidence le fait que ces « prêts » peuvent à l’occasion être assim (...)

14Mais ce qui est plus frappant encore, c’est le sort très variable, à l’intérieur de ce « cadre » d’ensemble, qui est le lot des diverses unités. Ainsi la compagnie de chevau-légers et d’arquebusiers à cheval de Louis de la Roche, sieur de la Ménardière, ne reçoit rien du tout pour la seconde partie de 159424. Les chevau-légers de Benjamin de la Chapelle, sieur de la Mouche, sont bien mieux lotis puisqu’ils reçoivent la totalité de ce qui leur est dû pour le second semestre de 159425. Il s’agit, certes, de prêts attendant la montre, mais il n’en reste pas moins que l’argent semble leur être remis, et il est ordonnancé par Aumont dès le troisième trimestre, ce qui signifie que les prêts ont pu leur être versés en bonne part en avance de service… à condition bien sûr que l’argent ne s’attarde pas dans les caisses des payeurs ou dans les fontes du capitaine et du lieutenant de l’unité. Dans le cas des arquebusiers à cheval de Jean du Four, c’est un prêt « intermédiaire » (pour la période d’avril à octobre) qui n’est pas « rabattu » sur la montre de la fin de l’année, alors même que les règlements l’imposent en théorie26. Pour expliquer de tels écarts, on peut postuler l’existence de contraintes involontaires liées par exemple aux conditions matérielles de la distribution des fonds ou à la localisation des unités ; le hasard a sans doute aussi sa part, même si tout cela reste largement indémontrable. Il n’en reste pas moins qu’il est fort probable que des choix, des arbitrages en matière de dépenses ont été faits, et c’est sur leur logique qu’il faut s’interroger maintenant.

  • 27 Mais si la montre est trop tardive, les suspicions comptables de la commission de contrôle sont éga (...)
  • 28 À titre d’exemple les prêts de René de Rieux, sieur de Sourdéac, gouverneur de Brest (ibid., fº 24v (...)
  • 29 Voir spécialement, dans Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, les fº 209-268 qui correspondent aux «  (...)

15On ne reviendra pas sur l’intérêt, en matière de trésorerie, des retards de paiements qui correspondent à une forme de crédit contraint. Ils peuvent concerner, sous des formes variées, tous les serviteurs et débiteurs de la monarchie, des soldats attendant la solde aux envoyés divers (ici ceux d’Aumont vers le roi, par exemple) qui réclament le remboursement de leurs frais27. Il est également probable que les chefs de guerres ou les gens de finances sont sollicités pour faire des avances28. Mais ce n’est pas là-dessus que je souhaite attirer l’attention : une telle situation en effet ne dit rien des disparités entre les bénéficiaires. En ce domaine, le rôle de Jean d’Aumont, lieutenant général et commandant de l’armée, ordonnateur des dépenses, apparaît essentiel. Le contrôle sur les modalités de distribution est en effet un instrument de pouvoir de premier ordre. Aumont a tout d’abord de larges possibilités de faire des dons individuels29. On repère assez facilement des catégories privilégiées : ses gardes, les gentilshommes de sa suite et les membres de la compagnie du comte de Châteauroux, son fils, absent pour l’heure de la province.

  • 30 Ibid., fº 296vº -297. La commission de contrôle demande que cet étrange règlement, contraire aux rè (...)

16Ensuite, pour de nombreux cas particuliers, il faut se contenter bien souvent d’un simple constat. Mais la présence de catégories surreprésentées incite à penser que, sur le plan individuel aussi, il n’y a pas que de l’aléatoire, et que la part de la faveur est loin d’être nulle. La possibilité d’avantager est sans doute également donnée, à un niveau moindre, aux responsables de rang inférieur et en particulier aux capitaines d’unités. Pour la garnison de Rennes, une compagnie de cent arquebusiers ne compte en fait que 81 soldats. En application d’un règlement du maréchal d’Aumont, l’argent de la solde des 19 « manquants » est alors remis au chef d’unité, Jean-Jacques de Lombard, sieur dudit lieu, pour qu’il en gratifie ceux de sa compagnie « qu’il voira mieux mériter »30. Reste à savoir si Lombard récompensera selon le mérite (et d’ailleurs, sur quels critères ?) ou en suivant les voies ordinaires de la faveur… De même, selon les unités, l’octroi ou non de « prêts attendant la montre » peut, selon les cas, alléger ou alourdir le fardeau financier qui pèse sur les responsables d’unités.

  • 31 On notera que Miron est crédité d’un rôle actif dans la bonne tenue de l’armée au cours de la campa (...)

17L’autonomie d’Aumont, qui s’exprime à travers les faveurs et avantages, directs ou indirects, qu’il peut dispenser, est-elle exceptionnelle, accrue et facilitée par le contexte de guerre civile, par la large délégation de pouvoir accordée par le roi, et par la possibilité de jouer sur l’existence de deux administrations financières parallèles et parfois rivales ? Cela n’est pas certain. D’autant que l’existence d’un intendant d’armée, en la personne de François Miron, l’un des deux trésoriers généraux des finances de la province, est censée assurer une régulation au moins relative, laquelle d’ailleurs, autant qu’on puisse le savoir, facilite sans doute la tâche du commandant en chef31. Même si les sommes concernées sont, en valeur, secondaires (voire marginales) par rapport à la masse des sommes versées, il n’en reste pas moins que l’on accède ainsi à une lecture socio-politique de ces dépenses, qui fournit des pistes fructueuses pour l’analyse des réseaux clientélaires.

  • 32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 27vº.
  • 33 Ibid., fº 47.

18Une telle logique entre parfois en contradiction avec les logiques comptables que cherche à faire prévaloir la commission de contrôle. Ainsi elle raye la partie qui concerne la solde d’Antoine d’Aumont, comte de Châteauroux, en tant que capitaine de compagnie : elle a été versée lors de la montre, alors même qu’il était absent et donc contre toute règle. Gabriel Hus tente cependant dans son compte même de justifier le versement à Antoine d’Aumont « à cause de son absence pour le service du Roy »32. D’ailleurs la commission elle-même est capable de prendre en compte, à titre exceptionnel, de tels arguments. Ainsi, constatant un sureffectif injustifié au sein des gardes du maréchal, elle ne raye pas la partie, mais se contente de la déporter, en attendant l’avis du roi, « considéré le décès advenu dud. feu seigneur marechal et ses signalez services »33.

  • 34 Ibid., fº 30, 37 et 209vº. Faute d’une étude prosopographique précise, une homonymie reste possible (...)
  • 35 Ibid., fº 3vº, 37 et 210vº.
  • 36 J. Collins, op. cit., p. 75 : la Bretagne est ainsi la seule généralité du royaume sans bureau des (...)

19À coup sûr, le personnel financier et celui du contrôle des troupes, s’inscrivent eux aussi dans les réseaux de la faveur et du service : on n’est pas surpris de voir figurer, parmi les commissaires des guerres, des secrétaires du maréchal d’Aumont comme Jean du Pré, Jean Cerberet et Jean Bobier ou des gentilshommes de sa suite, à l’image de Jean d’Estrelan. La détention de positions clés facilite, comme toujours, le jeu sur les finances, et le cas de Damien Lescuyer permet de souligner combien il serait hâtif d’imaginer que les hommes du trésorier des États et ceux de l’administration royale s’opposent frontalement. Lescuyer en effet, avant sa mort brutale en octobre 1594, est à la fois commis de Gabriel Hus en l’armée d’Aumont et clerc des trésoriers généraux des finances. Il est, pour faire bonne mesure, contrôleur extraordinaire des guerres34. Son successeur comme commis de Hus, Michel Toussain est également chargé de la recette des fouages des évêchés de Cornouaille et Tréguier35. Il est vrai que la faiblesse de l’appareil financier royal dans la province à la fois rend plus probables de tels cumuls et en accroît la nécessité36.

  • 37 Ibid., fº 6vº. Au fº 3vº, Hus déclare ne pas être sûr que le commis à la recette de l’évêché de Van (...)
  • 38 Exemples d’opérations pour lesquelles on ne peut trancher : la tenue de deux montres d’une même uni (...)
  • 39 Voir la brève mise au point de B. Pocquet, op. cit., p. 280-281.

20Pour autant, les logiques du système financier, en terme de circulation des fonds, tant en recette qu’en dépense, n’apparaissent pas ou très peu dans notre documentation comptable. Presque rien n’est dit, par exemple, de ces papiers financiers, assignations, rescriptions et autres, dont la circulation est si importante ; on note juste une allusion au fait que Gabriel Hus a fourni de nombreuses rescriptions aux receveurs, entre autres à ceux des fouages, « qui ont encorre une infinitté d’acquitz à luy rendre »37. Les circuits du crédit eux non plus n’apparaissent guère. Si on peut, à titre d’hypothèse, supposer que certaines rémunérations généralement jugées abusives par la commission de contrôle, que s’octroient commissaires et contrôleurs des guerres pourraient être en lien avec des avances aux troupes lors des montres, aucune preuve documentaire formelle, dans les comptes du moins, ne peut être avancée. D’autant que rien n’interdit de penser que les « coups de pouce » montrés du doigt par la commission peuvent relever de tentatives pour arrondir des gages somme toute assez modestes, voire être de pures et simples tentatives de fraude38. Il est probable que c’est en étudiant de plus près, ici comme ailleurs, des procédures pour malversations, à l’instar de celles qui sont déclenchées en 1595 à l’initiative des États, que certains des circuits financiers apparaîtront mieux en lumière39. Mais il s’agit là d’un autre sujet.

III. Extraordinaire des dépenses et succès royal

  • 40 C’est peut-être un membre de la famille Trémigon qui est bien implantée dans le nord-est du comté d (...)
  • 41 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 214.
  • 42 À titre d’exemple, voir les contributions versées à cette époque, dans le même secteur géographique (...)
  • 43 Voir un exemple en 1593 avec la répartition sur quarante et une paroisses des sommes levées pour le (...)

21Pour en revenir aux comptes de l’Extraordinaire des guerres, il importe maintenant d’insister sur le fait qu’ils sont loin de nous offrir un tableau complet des dépenses de guerre qui pèsent alors sur la Bretagne. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’Ordinaire des guerres auquel il a déjà été fait allusion (voir note 7), pas plus que d’évoquer les dépenses de l’autre camp, celui de Mercœur. Mais au sein même de l’Extraordinaire des guerres « royal » bien des opérations, à l’évidence, débordent les enregistrements des comptes de G. Hus. Une mention isolée au sein de celui de 1594 peut d’ailleurs nous servir d’indice. Elle concerne François de Trémignon (?), sieur de l’Espine40. Cet homme d’armes dans la compagnie de Gabriel de Montgomery établie à Pontorson, reçoit par ordonnance d’Aumont du 25 février 1594 la somme de 50 écus, à la place d’une somme équivalente dont il était assigné sur la paroisse de Saint-Ouen-des-Alleux, au nord-est de l’évêché de Rennes, près de Saint-Aubin-du-Cormier41. C’est très probablement à cause d’un problème local – impossible à éclaircir ici – et donc pour compenser un manque à gagner, que le sieur de l’Espine obtient de la faveur (toujours elle) du maréchal d’Aumont, une compensation. Mais il est évident qu’une telle assignation sur Saint-Ouen-des-Alleux n’était certainement pas unique. Bien des paroisses sont astreintes à des paiements « locaux » pour les troupes, dont le registre de Gabriel Hus ne portera jamais la trace42. Or cela représente au final des sommes importantes. Il en va ainsi en particulier pour les garnisons et les troupes dispersées dans des cantonnements43.

  • 44 A. de Barthélemy, op. cit., p. 92-94 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, états de prévision des p (...)
  • 45 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 169, 221vº, 318vº -320 et 381. En novembre 1595 Prestin Le P (...)
  • 46 Sur les frais de fortification – réglés par des commis spécifiques –, près de 10 000 écus semble-t- (...)

22Dans le cas de places un peu isolées dans la province, comme Clisson la royale, au sud d’un comté nantais largement tenu par Mercœur, la documentation disponible laisse apparaître une situation comptable bien confuse. Ainsi en 1591, il n’y aurait personne pour percevoir l’argent et verser à la garnison des soldes évaluées à 9 600 écus dans un état prévisionnel. L’importance stratégique de la place se traduit en 1592 par une forte hausse des effectifs (la dépense prévue pour 1592 se monte à près de 30 000 écus)44. En théorie, et jusqu’aux huit premiers mois de 1593, les soldes doivent être réglés par Prestin Le Pelletier, receveur des fouages pour le roi dans l’évêché de Nantes. Il acquitte encore, en mai 1594, les deux derniers mois dus au titre de 1593. Mais, depuis janvier 1594, un commis local est établi par Aumont pour la recette des deniers des paroisses proches ; c’est sans doute lui qui règle la montre de décembre 1594 qui permet d’assurer le versement des soldes de l’ensemble de l’année. Cependant Hus se refuse à prendre en charge tous les frais (plus de 26 000 écus) arguant du manque de fonds et de l’assignation telle qu’elle était prévue dans l’état général des garnisons du 26 février 1594 : il ne passe donc en dépense que 17 000 écus. Il incombe alors au gouverneur de la place de « se pourvoir du surplus » en raison, semble-t-il, d’un effectif de soldats supérieur à celui qui était envisagé par l’administration royale45. Quant aux travaux de fortifications entrepris entre 1592 et 1596, et qui sont inspectés en octobre 1593 et à la mi-1594, ils ne figurent pas dans le compte de Hus46. Finalement, il paraît évident que seules des levées locales – malgré l’interdiction royale – et des courses dans les environs peuvent assurer au quotidien la survie financière et matérielle d’une telle garnison.

  • 47 Ce qui ne va pas sans débats. Le 16 janvier 1594 un incident oppose à Rennes le sénéchal Guy Le Men (...)
  • 48 A. de Barthélemy, op. cit., p. 107-119. Voir les remarques générales de J. Collins, op. cit., p. 13 (...)
  • 49 Voir sur ce point les remarques de James Wood, The King’s Army. Warfare, soldiers, and society duri (...)

23Le contexte tendu de la guerre civile provoque d’ailleurs une implication croissante des troupes dans les levées, même officielles47. Mais alors on en vient insensiblement des taxations parafiscales aux opérations relevant du rançonnement et du pillage, dont le récit de Duval, maître d’école à Châteaugiron, au sud-est de Rennes, offre pour les années 1589-1594 un témoignage bien connu48. Ici il n’est pas excessif de parler de formes d’autofinancement et de privatisation d’unités en campagne ou de garnisons49. Et, en bonne logique, ce sont elles qui constituent, si on se place tant du point de vue des populations que des opérations de dépenses, le véritable « extraordinaire des guerres » du temps, ce qui souligne une fois de plus combien l’articulation entre système comptable et organisation des dépenses effectives n’est pas évidente.

  • 50 Dom Morice, op. cit., t. III, colonne 1556.
  • 51 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, interrogatoire d’officiers de finances, 14 décembre 1595. La na (...)

24En matière de financement d’ailleurs, le projet de descente de l’armée en Basse-Bretagne à l’été 1594 permet de lier directement opérations militaires et rentrées d’argent. Dès l’année précédente, un envoyé du duc de Montpensier, alors lieutenant général en Bretagne, venu demander des secours à la reine d’Angleterre, n’hésitait pas à affirmer à propos de la partie occidentale de la province : « De là [on] tirera de grandissimes deniers et est lieux fort propre pour faire guerroier l’armée »50. Dans une telle approche, il est clair qu’à terme on envisage d’accroître l’espace contrôlé par l’administration royale, et donc les levées d’impôts. Mais dans l’immédiat s’ouvre surtout un vaste champ pour des levées militaires, alors que le nord-est de la province est très sollicité depuis longtemps. Un témoignage de 1595 évoque même une interdiction de la part du maréchal d’Aumont de verser leurs soldes à certaines unités pour une partie de 1594 « par ce que les gens de guerre avoient estez nourriz sur le peuple et qu’il voulloit garder partie du fondz a autres affaires pour le soullaigement du peuple »51.

  • 52 Cité et analysé par J. Wood, op. cit., p. 281.

25Se pose alors un intéressant problème de psychologie historique, qui a des répercussions profondes en matière de dépenses. « Bénéficiaires » de toute une série de paiements et de versements, depuis les soldes régulières jusqu’aux prélèvements directs sur les populations, par qui les combattants ont-ils, en définitive, le sentiment d’être payés ? Se perçoivent-ils encore comme des soldats du roi ? On a suffisamment d’exemples, au temps de la Ligue, de troupes et de chefs qui prennent une certaine autonomie par rapport aux deux camps, pour juger que la question n’est pas de simple rhétorique. Brantôme juge que le soldat est devenu pillard, et de plus en plus nettement, alors que s’éternisent les guerres de Religion, parce qu’il n’est plus payé par le roi52. Mais on peut raisonner d’une autre façon – qui n’est pas contradictoire d’ailleurs – et souligner que l’existence de sources de financement diverses, fonds prélevés directement, accordés par les chefs d’unités ou versés par les États risque de remettre en cause la crédibilité monétaire du service du prince. Pour autant, on va voir qu’il n’est pas sûr qu’en matière de dépenses, le roi Henri IV, qui tente de reprendre le contrôle de son royaume, soit en définitive victime de ce phénomène.

  • 53 B. Pocquet, op. cit., p. 249.
  • 54 Un indice cependant, même s’il est ténu : dans sa publication de notes extraites des registres paro (...)
  • 55 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par Henri Waquet, Quimp (...)

26Brantôme, mais également d’innombrables sources locales à travers la Bretagne, font donc place au lieu commun du soldat pillard. Mais la question se pose de savoir si les troupes royales ne seraient pas ici moins prédatrices que d’autres en 1594. Lors de sa descente depuis Rennes jusqu’à Crozon, descente dont on vient de voir qu’elle n’est pas sans enjeux financiers, l’armée royale aurait fait preuve de retenue et de discipline, grâce à l’action du maréchal d’Aumont et de l’intendant d’armée François Miron53. Il est difficile de faire ici pleinement la part des représentations et de la réalité54. Cela ne peutil s’expliquer par un système de paiement moins mauvais que les autres ? À ce niveau, l’engagement des États de Bretagne, fort coûteux, s’avérerait probablement payant. Leur investissement en terme de personnel, sans doute de capitaux, et probablement de légitimité (croissante : il n’y aura plus d’États de la Ligue après mai 1594) a dû compter dans la réussite de cette prise de contrôle de la Basse-Bretagne. D’autant qu’arrivé dans la région, Aumont semble parvenir à concilier ordre et levées de fonds. À Quimper, le chanoine Moreau témoigne de la rigueur avec laquelle il lève des indemnités de guerre sur la ville qui vient de rentrer dans l’obéissance et sur les « paroisses aux champs » des alentours. Mais dans le même temps il admet que l’ordre règne et que « le sieur maréchal est encore louable en ce qu’il n’y eut la moindre insolence commise par les soldats à l’endroit des femmes quoique la ville, faubourgs et environs fussent pleins de gens de guerre de diverses nations »55.

  • 56 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic (...)
  • 57 Par exemple, pour le paiement des garnisons : vicomte Audren de Kerdrel, « Documents inédits relati (...)
  • 58 Faut-il mettre sur ce même plan (le manque de moyens financiers) l’abandon par Mercœur de places fo (...)

27On ne peut s’empêcher ici de faire le parallèle avec les analyses de Stuart Carroll au sujet de la situation en Normandie et supposer que la capacité dépensière supérieure du camp d’Henri IV finit par lui donner un avantage réel56. L’Extraordinaire des guerres du camp royal, quel que soit le périmètre que l’on retienne pour cette notion, finirait ainsi par faire la différence par rapport aux Ligueurs. Certes, il faut se garder de retomber dans l’illusion documentaire, le volume et l’ampleur des comptes royaux conservés jouant comme « effet de réel » pour distinguer un camp qui brasse des fonds abondants d’un autre qui ne fournit que des bribes documentaires57. Il n’empêche que les chefs ligueurs, en Bretagne comme en Normandie, ne paraissent plus, à partir de 1593-1594, en mesure d’assurer les dépenses nécessitées par des opérations militaires d’une certaine ampleur58. L’épuisement de leurs ressources se traduit par un endettement considérable. À partir de là, traiter avec le roi, qui seul peut supporter à terme le poids des dettes accumulées, et obtenir de lui des fonds ou une prise en charge de ces dettes, devient une issue… que de plus en plus de responsables ligueurs se mettent à envisager puis à rechercher, une fois le roi converti au catholicisme. Les multiples « dons » à ses anciens adversaires qu’accepte de faire Henri IV entre 1594 et 1598 trouvent alors une autre signification, au moins pour partie : dans le cadre de la pacification, le Béarnais prend indirectement à sa charge les obligations accumulées par les chefs ligueurs. Sans doute se produisent alors d’importants remboursements, mais les études des circuits du crédit manquent encore pour y voir clair.

  • 59 J. Collins, op. cit., p. 127-128 et 140.
  • 60 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Provincial Aris (...)

28Parvenus à ce point, on constate que, partie de la dépense monarchique, l’analyse débouche sur la question des formes de la redistribution de l’argent du roi et des troupes. Prélèvements et prédations divers entraînent des circulations financières, avec des phénomènes probables d’accumulation, voire d’enrichissement. Or, dans le cas breton, il semble bien que l’essentiel des fonds levés dans la province serve à couvrir, pour l’heure, des dépenses militaires locales. C’était déjà le cas au cours des années 1580, avec ici avant tout des dépenses pour la marine, et cela restera valable dans le premier tiers du XVIIe siècle59. Au cours de la période de la Ligue, les sommes dépensées atteignent des montants considérables, mais sans remettre en cause le caractère local des circuits. La redistribution « locale » (c’est-à-dire ici provinciale) des fonds a fait l’objet d’analyses stimulantes, par exemple en Languedoc au XVIIe siècle60. Mais il faudrait voir comment les choses se passent dans une province en pleine guerre civile.

  • 61 Franck Spooner, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France, SEVPEN, Paris, 1956, p. 26 (...)
  • 62 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Éditions Ouest-France, Rennes, 1993. Selon J. Col (...)
  • 63 J. Collins, op. cit., particulièrement le chapitre II.

29Il y a sûrement alors beaucoup d’argent en Bretagne, comme en témoigne le niveau exceptionnel des frappes monétaires des ateliers bretons, parmi les plus importantes de France à cette époque61. La Bretagne est alors une province fort riche qui, malgré la gravité des guerres de la Ligue, est structurellement au cœur de son « âge d’or »62. Elle se relèvera semble-t-il très vite. Quant aux phénomènes de circulation et de redistribution directement liés aux dépenses militaires assurées en particulier par l’Extraordinaire des guerres d’un roi bien épaulé par les États loyalistes, ils ont sûrement joué un rôle non négligeable dans l’évolution sociale, en particulier dans la noblesse. D’une façon générale, la période 1580-1610 est marquée en Bretagne par d’importantes mutations sociales63. Mais il faudrait aller bien au-delà de cette communication sur les riches comptes de Gabriel Hus, dont on est pourtant loin d’avoir ici épuisé la matière, en étudiant comment ces transferts financiers ont pu renforcer ou infléchir les positions antérieures des divers groupes sociaux. Cela nous mettrait probablement aussi sur la voie de l’épanouissement d’un système fisco-financier qui est né, ici comme ailleurs, au temps des guerres de Religion.

Notes

1 Voir les remarques de Jean Kerhervé, L’État breton aux XIVe et XVe siècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, Maloine, Paris, 1987, p. 7-8.

2 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2912 à 2917 (aux cinq comptes annuels s’ajoute un compte d’apurement).

3 Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V, La Bretagne province, Paris, 1913, p. 221-222 et p. 244-245.

4 Sur les origines de cette fonction, voir Michel Duval, « Le budget des États de Bretagne au XVIe siècle d’après les comptes d’Alain et Jean Avril (1535-1575) », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LX, 1983, p. 51-67.

5 Dom Charles Taillandier, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1756, t. II, p. 423.

6 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2912, fº 4. Cependant les deux trésoriers provinciaux de l’Extraordinaire des guerres continuent à percevoir sur ces recettes leurs gages, qui se montent à 1 300 écus : Anatole de Barthélemy, Choix de documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, 1880, p. 197.

7 Il est difficile de savoir ce qu’ils contenaient. En théorie, on doit y trouver le paiement de la gendarmerie, de l’ordinaire de l’artillerie et de frais de garnison. Cependant deux compagnies de gendarmes apparaissent dans les comptes de l’extraordinaire (celle du comte de Châteauroux et celle d’Yves de Liscouet) ; pour la première, cela pose d’ailleurs problème : voir pour 1594, Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 26vº où l’on réclame que le trésorier de l’Ordinaire des guerres certifie ne pas avoir payé leurs soldes. D’importantes dépenses de garnison figurent également dans ce compte, aux fº 295-380.

8 Anatole de Barthélemy, op. cit., p. 198-202.

9 À titre d’exemple, le compte de 1594 est conclu le 27 juin 1596 en présence du premier président de la chambre des comptes, Jean Avril, de sept maîtres des comptes et de trois députés des États : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 422vº. On notera d’ailleurs que Jean Avril est le fils du prédécesseur de Hus à la trésorerie des États. Sur l’audition au XVIIe siècle des comptes propres aux États par une commission mixte, James Collins, Classes, Estates and Order in Early Modern Brittany, Cambridge University Press, 1993, p. 211.

10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 38. Il s’agit des soldes pour la compagnie des chevaulégers du sieur de Bastenay.

11 Des clercs sont payés pour de multiples écritures d’« états, commissions, ordonnances, tant pour le fait des garnisons que des régiments » (ibid., fº 209vº). Pour les lettres du roi, ses règlements et ordonnances, on fait appel à un imprimeur : ibid., fº 210vº, 213, 215vº.

12 Pour la première moitié du siècle, voir sur ce point Philippe Hamon, « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1999, p. 158-168.

13 Un seul exemple : des deniers figurent en recette et à coup sûr n’ont pas été reçus. Pour autant ils ne sont pas mentionnés dans la rubrique des « deniers comptés et non reçus ».

14 À titre d’exemples en Bretagne, le quitus donné à Rieux-Sourdéac, lieutenant général d’Henri IV en Basse-Bretagne, ou celui qu’obtient le duc de Mercœur lui-même dans le cadre de l’accord conclu à Angers en avril 1598 : James Collins, op. cit., p. 131, note 84 (pour Sourdéac) ; Dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. III, col. 1659 et 1661-1662 (édit d’Angers du 20 mars 1598 pour la réduction du duc de Mercœur).

15 On note ainsi que, dès 1595, le contrôleur provincial des guerres François Catillon, évoqué plus haut, ainsi que quelques autres gens de finances font l’objet d’une attaque en règle des États de Bretagne pour malversations : B. Pocquet, op. cit, p. 281.

16 À titre exceptionnel, une rectification demandée : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 57. Mais rien ne signale les erreurs présentes aux fº 26-26vº, 33vº -34, 38, 39vº, 41.

17 Même phénomène dans les comptes de fabrique de Haute-Bretagne au XVIe siècle : Bruno Restif, La paroisse, cadre d’application de la réforme catholique en Haute-Bretagne (diocèses de Rennes, Dol et Saint-Malo), thèse sous la direction d’A. Croix, Rennes-2, décembre 2004, t. 1, p. 47. C’est un élément à prendre en compte dans une histoire d’ensemble des « comptabilités publiques » modernes, de la monarchie à la paroisse.

18 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 45vº -46 : une compagnie de chevau-légers dont les soldes mensuelles se montent à 312 écus, est censée avoir reçu 3 744 écus, soit douze mois de solde. La commission raye 624 écus, soit le montant des deux mois en trop. Le choix d’une comptabilité sur dix mois, retenu ici, mériterait lui aussi de plus amples investigations.

19 Ibid., fº 37.

20 Ibid., fº 46.

21 Ibid., fº 38 (en marge). La commission de contrôle est convaincue que Bastenay « a apliqué à son profit » l’argent des six malades.

22 Ibid., fº 26-64. Pour l’ensemble des unités, vingt-cinq montres sont mentionnées au premier semestre, contre huit seulement au second.

23 On remarque d’ailleurs qu’au titre des soldes pour 1594, il y a presque autant de montres au cours du premier trimestre de 1595 (six) que pour tout le second semestre de 1594 (huit). On assiste alors à une forme de « régularisation » de la situation de l’année antérieure.

24 Ibid., fº 30-33. Sa dernière montre se déroule le 3 juin ; cependant les soldes alors versées le sont en partie par anticipation – ce qui est contraire aux règlements – puisque la période concernée court jusqu’au premier juillet suivant. Mais on va voir que d’autres compagnies font beaucoup mieux.

25 Ibid., fº 33vº-35vº.

26 Ibid., fº 62vº-63vº. Ceci met en évidence le fait que ces « prêts » peuvent à l’occasion être assimilés de facto à des versements de solde.

27 Mais si la montre est trop tardive, les suspicions comptables de la commission de contrôle sont également fortes, car les risques de manipulations touchant aux effectifs sont alors accrus…

28 À titre d’exemple les prêts de René de Rieux, sieur de Sourdéac, gouverneur de Brest (ibid., fº 24vº) ou d’Yves de Liscoët, capitaine de cinquante hommes d’armes et gouverneur de Quintin (Dom Morice, op. cit., t. III, colonne 1633) ; avances de chefs de guerres en 1595 (sieur de la Tremblay, sieur de Bastenay…) dans un état abrégé : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, fº 5rº-6rº. Pour les gens de finances, voir J. Collins, op. cit., p. 203-204.

29 Voir spécialement, dans Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, les fº 209-268 qui correspondent aux « parties payées par ordonnances particulières [d’Aumont] extraordinaires et inopinées ».

30 Ibid., fº 296vº -297. La commission de contrôle demande que cet étrange règlement, contraire aux règles comptables habituelles, soit approuvé par le roi avant de valider cette dépense. Au fº 39vº, en marge, est mentionné un règlement, qui paraît être le nôtre, enjoignant de passer cent hommes en montre quand il en sera présenté quatre-vingts, pour donner moyen aux capitaines d’appointer quelques arquebusiers à cheval et entretenir ceux de leurs hommes qu’ils connaîtraient le mériter. Ici aussi, la commission s’en rapporte au roi.

31 On notera que Miron est crédité d’un rôle actif dans la bonne tenue de l’armée au cours de la campagne de 1594 car c’est lui qui « règle toutes les dépenses » : B. Pocquet, op. cit., p. 249. On reviendra plus loin sur cet aspect. En 1595, l’intendant de police et de finances dans l’armée est le maître des requêtes Charles Turquant (ou Turquam) : ibid., p. 267.

32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 27vº.

33 Ibid., fº 47.

34 Ibid., fº 30, 37 et 209vº. Faute d’une étude prosopographique précise, une homonymie reste possible, mais la relative originalité de la combinaison de ce prénom et de ce nom limite les risques. Sauf à supposer qu’on aurait affaire à un père et à son fils, ce qui valide encore largement la démonstration.

35 Ibid., fº 3vº, 37 et 210vº.

36 J. Collins, op. cit., p. 75 : la Bretagne est ainsi la seule généralité du royaume sans bureau des finances. Le maréchal d’Aumont a jugé nécessaire d’établir, par une ordonnance du 22 janvier 1594, dans toute une série de villes et de châteaux (Vitré, La Guerche, Clisson, Montfort (sur Meu), Hédé…) des commis « pour la recette des deniers deuz par les paroisses proches desd. tablyers [et destinées au paiement des garnisons] pour l’accélération desd. deniers et soullagement du peuple » : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 169. La commission de contrôle refuse de reconnaître la dépense que représente dans le compte leurs émoluments car pour elle, « c’est au receveur des fouages à paier les commis aux receveurs desd. garnisons sur les VIII deniers pour livre qu’ilz en tirent ».

37 Ibid., fº 6vº. Au fº 3vº, Hus déclare ne pas être sûr que le commis à la recette de l’évêché de Vannes, Julien de la Houlle, ait « aquitté les rescriptions levées sur luy par led. Hus pour le paiement des gens de guerre ».

38 Exemples d’opérations pour lesquelles on ne peut trancher : la tenue de deux montres d’une même unité, à quatre jours d’intervalle seulement, (ibid., fº 53-53vº), l’attribution de trois taxes de montre pour trois mois de soldes payés le même jour (ibid., fº 54-54vº, fº 55-56), l’écart de niveau de taxation pour deux opérations apparemment identiques, c’est-à-dire le règlement, pour la même unité, de quatre mois de solde (ibid., fº 296-296vº). À chaque fois bien sûr, la commission de contrôle censure ces procédés qui ne servent qu’à « surcharger les finances du Roy de diverses taxations ».

39 Voir la brève mise au point de B. Pocquet, op. cit., p. 280-281.

40 C’est peut-être un membre de la famille Trémigon qui est bien implantée dans le nord-est du comté de Rennes : voir Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne, Imprimerie de la Manutention (réédition), 1986, t. II, p. 617-618, mais il ne mentionne pas de seigneurie de l’Espine. En outre le nom de ce personnage est orthographié une seconde fois dans la même notice, et assez différemment (« Témiguit » ?).

41 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 214.

42 À titre d’exemple, voir les contributions versées à cette époque, dans le même secteur géographique, aux troupes de Pontorson par la paroisse de Bazouges-la-Pérouse. La garnison compte alors cinquante hommes d’armes « destinez pour servir en l’armée de Bretaigne » : Abbé Beuve, Pontorson, Éditions Rue des Scribes, Rennes, 1991, p. 208.

43 Voir un exemple en 1593 avec la répartition sur quarante et une paroisses des sommes levées pour le paiement de la garnison de Rostrenen pendant deux mois : Dom Morice, op. cit., t. III, colonne 1562. Pour des fournitures en nature aux troupes cantonnées à Hédé, au nord de Rennes, voir Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, lettre aux paroissiens de Mélesse, 9 novembre 1595.

44 A. de Barthélemy, op. cit., p. 92-94 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, états de prévision des paiements aux garnisons, 1er janvier 1591 et 1er janvier 1592.

45 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2913, fº 169, 221vº, 318vº -320 et 381. En novembre 1595 Prestin Le Pelletier déclare que les frais de la garnison de Clisson pour l’année se montent à environ 18 000 écus « dont touttefoys il n’y a aulcuns rolles de monstres et s’atant a les recepvoir a la fin de l’année de me Jan Huet son commis, qui les doibt retirer du seigneur d’Avaugour [gouverneur de la place] » : ibid., C 3669 (articles et mémoires de novembre 1595 rédigés par le président en parlement François Harpin sur la situation financière de la province).

46 Sur les frais de fortification – réglés par des commis spécifiques –, près de 10 000 écus semble-t-il, voir Paul de Berthou, Clisson et ses monuments. Étude historique et archéologique, Paris, Le Livre d’Histoire, 1999 (rééd.), p. 274-275 et 358 note 3.

47 Ce qui ne va pas sans débats. Le 16 janvier 1594 un incident oppose à Rennes le sénéchal Guy Le Meneust et René Marec, sieur de Montbarot, lieutenant particulier pour le roi dans la ville et l’évêché de Rennes. Selon Le Meneust, « c’estoit à la Justice de faire faire les tailles sur les pauvres paysans affin de ne fatiguer personne ». Montbarot pour sa part « dit que non, en fait de guerre » et refuse d’en démordre, malgré une injonction du maréchal d’Aumont lui-même. Journal du notaire Pichart dans Dom Morice, op. cit., t. III, colonne 1738.

48 A. de Barthélemy, op. cit., p. 107-119. Voir les remarques générales de J. Collins, op. cit., p. 130.

49 Voir sur ce point les remarques de James Wood, The King’s Army. Warfare, soldiers, and society during the Wars of Religion in France, 1562-1576, Cambridge University Press, 1996, p. 291-293.

50 Dom Morice, op. cit., t. III, colonne 1556.

51 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 3669, interrogatoire d’officiers de finances, 14 décembre 1595. La nature du témoignage – il s’agit d’une tentative de justification de sa gestion par le contrôleur des guerres François Catillon, qui ne peut plus être démenti par Aumont, mort quatre mois plus tôt – incite cependant à la prudence.

52 Cité et analysé par J. Wood, op. cit., p. 281.

53 B. Pocquet, op. cit., p. 249.

54 Un indice cependant, même s’il est ténu : dans sa publication de notes extraites des registres paroissiaux, Alain Croix ne reproduit aucun témoignage d’exactions de soldats entre le printemps de 1594 et celui de 1595 (alors même qu’elles sont bien présentes pour 1596) : Alain Croix, Moi Jean Martin, recteur de Plouvellec. Curés « journalistes » de la Renaissance à la fin du XVIIe siècle, Éditions Apogée, Rennes, 1993, p. 50-54.

55 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue en Bretagne, éd. par Henri Waquet, Quimper, 1960, p. 191 et 214.

56 Stuart Carroll, Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic cause in Normandy, Cambridge University Press, 1998, p. 243-246.

57 Par exemple, pour le paiement des garnisons : vicomte Audren de Kerdrel, « Documents inédits relatifs à l’histoire de la ligue en Bretagne », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, nº 2, 1862, p. 236-245.

58 Faut-il mettre sur ce même plan (le manque de moyens financiers) l’abandon par Mercœur de places fortes qu’il est désormais incapable de défendre ? Voir les remarques de Michel Duval, « La démilitarisation des forteresses au lendemain des guerres de la Ligue, 1593-1628 », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXIX, 1992, p. 285 et 287.

59 J. Collins, op. cit., p. 127-128 et 140.

60 William Beik, Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge University Press, 1985 (voir en particulier le chapitre XI).

61 Franck Spooner, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France, SEVPEN, Paris, 1956, p. 264-266. Pour la décennie 1581-1590, Rennes est, de loin, le premier atelier de frappe de France et Nantes, derrière Paris, dispute la troisième place à Toulouse ; entre 1591 et 1600, pour des montants moindres il est vrai, c’est Nantes la ligueuse qui en en tête : elle a relégué Rennes au quatrième rang. De 1601 à 1610, Nantes fait jeu égal au premier rang avec Bayonne, alors que Rennes occupe la troisième place.

62 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Éditions Ouest-France, Rennes, 1993. Selon J. Collins, op. cit., p. 269, c’est la plus riche province du royaume encore bien avant dans le XVIIe siècle.

63 J. Collins, op. cit., particulièrement le chapitre II.

Auteur

Ancien éléve de l’ENS de Saint-Cloud, est professeur d’histoire moderne à l’Université Rennes-2 Haute Bretagne et membre du Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (Cerhio, CNRS-FRE 3004). Il a publié au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, L’argent du roi. Les finances sous François Ier en 1994 et « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance en 1999. Le mémoire inédit de son habilitation (Rennes-2, 2003) s’intitulait L’or des peintres. Essai sur le rapport à l’argent à travers l’image dans les sociétés européennes de la première modernité (15e-17e siècles). Il poursuit actuellement des travaux sur les questions financières et sur la période de la Ligue, en, particulier en Bretagne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540