Version classiqueVersion mobile

Banque coloniale ou banque d’affaires

 | 
Yasuo Gonjo

Troisième partie : L’époque de l’incertitude (1914-1939)

Chapitre VI. La gestion de la Banque en période de prospérité et durant la crise (1920‑1939)

Texte intégral

  • 1 Alors qu’à partir de 1920, les documents fondamentaux des établissements coloniaux (rapports mensue (...)

1Toutes les observations que nous allons faire sur l’activité de la Banque de l’Indochine entre les deux guerres concerneront presque exclusivement l’Indochine. Une des raisons principales de cet état de fait tient à ce que les documents pouvant servir à l’étude de cette époque (documents statistiques entre autres) sont abondants pour les établissements coloniaux et extrêmement pauvres pour ce qui est des agences situées à l’étranger1.

  • 2 C’est d’abord le Rapport général sur l’industrie française : sa situation, son avenir (Paris, 1919, (...)
  • 3 L’interdiction d’exporter des capitaux fut levée par un décret émis le 10 janvier 1928. ANSOM, Créd (...)
  • 4 Le passage suivant du rapport à l’assemblée général des actionnaires de Paribas laisse apparaître l (...)

2Cette lacune, toutefois, ne suffirait pas à justifier une telle limitation de notre étude. Il y a une autre raison : reflétant le déséquilibre de l’économie mondiale ainsi que les nouvelles orientations de la politique extérieure de l’État français et de la stratégie des firmes françaises qui en découlaient, l’activité commerciale de la Banque de l’Indochine tendait, durant cette époque, à se concentrer dans les colonies et surtout en Indochine. Au cours de la décennie 1920, l’insuffisance de la réserve en numéraire et la balance défavorable des paiements provoquées par la guerre amenèrent les gouvernements d’après-guerre à faire de la « mise en valeur des colonies françaises » un des éléments fondamentaux de leur politique2 ; le 3 avril 1918, une loi interdit l’exportation des capitaux français (jusqu’en 1928)3 ; le flottement du franc se poursuivit jusqu’en 1926 ; les capitaux français furent, dans un tel contexte, placés dans les colonies4. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, la Banque subit à cette époque de très fortes pressions qui l’obligèrent à se consacrer aux opérations coloniales. Puis, au cours de la décennie 1930, la grande crise et le démembrement en blocus de l’économie mondiale qui s’ensuivit enfermèrent encore plus dans les colonies l’activité des firmes françaises destinées à l’outre-mer.

  • 5 Cette agence fut fondée à la demande du gouvernement français pour permettre les opérations financi (...)
  • 6 On ne comptait qu’une seule sous-agence, celle de Hué, les autres étant des agences.

3S’il ne fait aucun doute que l’on découvrira tout au long de ce chapitre que la Banque de l’Indochine s’adapta à la situation en participant activement à l’économie indochinoise, nous donnerons néanmoins d’avance un exemple, significatif puisqu’il permet de vérifier aisément ce point. Le tableau 44 nous apprend que durant la période de prospérité ayant précédé la première guerre mondiale (1897-janvier 1914), la Banque ouvrit 11 succursales et agences. Les colonies ne se virent attribuer que 3 de ces nouveaux établissements, les 8 autres étant destinés à des pays étrangers, à la Chine principalement. Les 7 établissements créés après la guerre furent en revanche, à l’exception de celui de Vladivostok qui fermait moins d’un an après son ouverture5, installés dans des petites et moyennes villes de l’Indochine – et en tant qu’agences ou sous-agence6.

Tableau 44 – BIC : Dates d’ouverture des succursales et agences

Tableau 44 – BIC : Dates d’ouverture des succursales et agences

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1940 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1940

4Précisons pour terminer que, pour être centrée sur l’Indochine, notre étude n’en donnera pas moins une idée assez exacte de l’activité de la Banque durant cette époque.

I. Les opérations de la Banque dans les années 1920

A. Cinquième augmentation du capital (1920) et opérations chinoises

  • 7 La moitié des 48 000 actions émises fut distribuée en priorité aux anciens actionnaires et l’autre (...)
  • 8 La libération du capital fut relevée sous deux prétextes : 1e les banques coloniales avaient toutes (...)

5Nous avons vu, dans le chapitre IV, que le cours par rapport au franc des monnaies asiatiques (dont la piastre indochinoise) enregistra, à la fin de la guerre, une hausse importante provoquée par l’augmentation de la valeur du métal argent et l’inflation qui se développait alors dans la métropole. Cette situation influença évidemment les montants, évalués en francs, des opérations des succursales et agences de la Banque de l’Indochine qui augmentèrent brusquement (voir tableau annexe 2 à la fin du volume). Durant les dernières années de la guerre la Banque éprouvait ainsi une insuffisance sérieuse des disponibilités, ce qui explique qu’elle procéda, immédiatement après la guerre, à une augmentation de capital qui lui fournit des capitaux. En février 1920, une émission de 48 000 actions faisait passer le capital de 48 mil lions de francs à 72 millions de francs7. Jusqu’alors de 125 francs, le montant versé pour une action de 500 francs fut relevé à 475 francs8. Ces mesures permirent à la Banque d’acquérir un capital versé supplémentaire de 22 800 000 francs ainsi qu’un montant de primes à l’émission de nouvelles actions s’élevant à 45 600 000 francs et de surmonter provisoirement la crise.

  • 9 ANSOM, Crédit carton 34, rapport du commissaire, 22 novembre 1927.
  • 10 ANSOM, Crédit carton 50, rapport du commissaire, 9 juin 1920.

6Mais avec les troubles qui marquèrent la politique financière des gouvernements d’après-guerre, l’inflation continua de faire rage en France. Le franc fut alors l’objet de spéculations internationales formidables qui aboutirent aux deux fameuses crises qui durèrent, l’une d’octobre 1923 à mai 1924 et l’autre de janvier à octobre 1926. La Banque de l’Indochine se comporta alors comme toutes les autres firmes françaises et dut consacrer tous ses efforts à lutter contre l’inflation. Selon le commissaire du gouvernement auprès de la Banque, « rapprocher progressivement son avoir et ses distributions aux actionnaires du montant de leur or d’avant-guerre9 : tel fut le thème de la politique adoptée par le conseil d’administration. Pour y parvenir, ce dernier mettait tous ses espoirs dans le marché étranger asiatique principalement chinois : « Il voit, écrivait le commissaire au ministre des Colonies, dans les pays d’Extrême-Orient, et malgré les risques à courir, un champ d’action et de bénéfices susceptible de sérieux développement »10.

  • 11 Ibid.
  • 12 ANSOM, Crédit carton 35, rapport du commissaire, 17 novembre 1937.
  • 13 Ibid.

7Après l’augmentation de capital, la Banque se lança donc dans une politique de renforcement des établissements situés hors des colonies où elle exerçait son privilège. En mai 1920, elle commença par affecter la totalité des 45 600 000 francs de primes d’émission des nouvelles actions au crédit des agences de la Chine, du Siam et de Singapour. Ce crédit qui se montait alors à 4 400 000 francs passa d’un seul coup à 50 millions de francs11. Il profita, en 1921, de la liquidation du « compte spécial » du gouvernement général de l’Indochine qui avait été créé lors de la crise monétaire indochinoise de 1919-1920, pour faire passer le montant des prêts de la succursale de Saigon aux agences étrangères de 15 500 000 à 26 671 000 piastres12. Cette politique entreprenante se solda par une augmentation rapide des bénéfices des agences chinoises du deuxième semestre 1920 au premier semestre 1922 (voir tableau 60 que l’on trouvera plus loin). Les opérations ordinaires en Chine furent ensuite déstabilisées par des guerres civiles et des mouvements nationalistes, et les bénéfices se mirent, par conséquent, à stationner. Les affaires extraordinaires subirent le même sort. Durant la guerre, ces dernières avaient déjà perdu beaucoup de leur dynamisme et ne furent que sporadiques après 1919 (tableau 45). Le nombre des entreprises ayant leurs activités en Chine au capital desquelles participait la Banque de l’Indochine continua, après 1921, de plafonner à sept (tableau 46). Ce manque d’activité des opérations chinoises est parfaitement symbolisé par le devenir des avances de la succursale de Saigon à l’égard des agences chinoises. Très rapidement, 1 671 000 piastres de ces emprunts qui s’élevaient, comme nous venons de le voir, à 26 671 000 piastres furent remboursés à la succursale de Saigon. Les 25 millions de piastres (ou 250 millions de francs) furent centralisés chez l’agence de Shanghaï et affectés, en 1934, à l’achat, porté au compte de cette dernière, de Bons du Trésor 4 1/2 % français. Suite à une demande du Trésor français13 intervenue en juillet 1937, ces titres furent transformés en Bons 4 %. « L’excédent de capitaux » de l’Indochine ne put plus être placé sur les marchés de l’Asie orientale et finit ainsi par être exporté vers la métropole – capitaux qui vont des régions périphériques vers le centre !

Tableau 45 – BIC : Répartition géographique des affaires extraordinaires (1920‑1929)

Tableau 45 – BIC : Répartition géographique des affaires extraordinaires (1920‑1929)

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1920-1929

Tableau 46 – BIC : Répartition géographique des participations financières (1917, 1921, 1928, 1933, 1937)

Tableau 46 – BIC : Répartition géographique des participations financières (1917, 1921, 1928, 1933, 1937)

Unité : 1 000 francs (excepté pour les nombres d’entreprises). 
1. Actions et parts détenues ; 
2. Les entreprises dont les activités se répartissent sur plusieurs régions sont classées dans la région où leur activité est la plus importante ; 
3. Entreprises qui déploient leurs activités sur d’autres régions ou bien entreprises pour lesquelles on peut définir de zone d’activité précise.

Sources : ANSOM, Crédit carton 31, 50, 66 et 84 ; Id., Affaires économiques 190 (B)

B. Le développement des opérations indochinoises

  • 14 De 1905 à 1913, le cours moyen du riz nº 1 de Saigon était de 7,7 piastres pour 100 kilos. Il s’éle (...)
  • 15 ANSOM, Crédit carton 87, Note sur la situation économique dans ses rapports avec le problème monéta (...)
  • 16 Ibid.

8Pour compenser la stagnation des opérations chinoises, la Banque se concentra, surtout à partir de 1924-1925, sur les opérations coloniales. La hausse des prix des matières premières ainsi que la dépréciation du franc provoquèrent un boum de l’économie coloniale particulièrement important en Indochine. Le cours du riz était, dans la deuxième moitié des années 1920, deux fois plus élevé qu’avant la guerre et les exportations de ce produit ne cessaient d’être prospères14. Les rizières étaient « une poule aux œufs d’or » et leur mise en valeur par les propriétaires vietnamiens se poursuivait à un rythme très rapide. En Cochinchine, leur superficie passa, entre 1920 et 1930, de 1 752 000 à 2 214 000 hectares, augmentant ainsi de 30 %15. L’ardeur déployée dans la même colonie à cultiver le caoutchouc, encouragée par des grosses demandes pendant la guerre, supplanta même l’enthousiasme pour la culture du riz : de 10 livres pour 100 kilos en 1921, le cours de ce produit était passé, sur le marché international, à un peu plus de 30 livres en 1925-1926 ; la surface cultivée était, en 1929, de 126 408 hectares alors qu’elle n’était que de 25 880 hectares en 192016.

  • 17 Une note du département des Colonies décrivait le boum dans les termes suivants : « À partir de 192 (...)

9L’afflux des capitaux de la métropole contribua également à ce boum colonial basé principalement sur le riz et le caoutchouc. La convertibilité de la piastre qui avait provisoirement cessé après la guerre reprit en 1922. De plus, le cours du métal argent qui avait enregistré une hausse considérable à la fin de la guerre montra à partir de 1922 (et jusqu’en 1928) une stabilité avec une tendance à la baisse légère. En métropole, l’étalon d’or continuait d’autre part d’être suspendu et le franc était le jouet de spéculations internationales. L’Indochine représentait donc « un refuge » idéal pour les capitaux de la métropole17. Le tableau annexe 3 et la figure annexe 1 de la fin de ce volume sont très éloquents sur la quantité de capitaux métropolitains absorbés par l’Indochine au cours des années 1920. Entre 1924 et 1929 furent ainsi investis 417 050 000 francs (en francs de décembre 1913) de capitaux privés, soit 39,2 % du montant total des capitaux privés investis entre 1880 et 1940.

1. Les opérations ordinaires : développement des opérations de crédit agricole

  • 18 La courbe des billets de banque de la figure 18 inclut les colonies autres que l’Indochine. Cette d (...)
  • 19 Nous prendrons, à titre d’exemple, les montants des opérations de change retenus par la Banque de l (...)

10Contrairement à la période précédant la guerre, il ne reste aucun chiffre pouvant permettre de résumer les opérations ordinaires dans les colonies au cours de ces années. La croissance de la courbe des billets de banque18 (figure 18) ainsi que l’augmentation des bénéfices I (tableau 58 que l’on trouvera plus loin) permettent d’imaginer que le développement de ces opérations fut remarquable. Les chiffres partiels et les documents disponibles prouvent pour leur part que la majorité de ces opérations était, comme dans le passé, des opérations de change et que la Banque disposait d’une supériorité écrasante sur les marchés de change des colonies19.

Figure 18 – BIC : Principales ressources (1919-1939) Situation au 31 décembre

Figure 18 – BIC : Principales ressources (1919-1939) Situation au 31 décembre

Unité : Million de francs (à partir de 1914, francs constants de décembre 1913)

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1910-1939

  • 20 On trouve également dans les organismes de crédit agricole mutuel fondés dans les années 1920, la C (...)
  • 21 ANSOM, Crédit carton 124, Rapport fait par Pages, inspecteur de 2e classe des colonies, concernant (...)

11Nous ne pouvons pas ne pas aborder un changement intervenu dans les opérations locales au cours des années 1920 et caractérisé par le développement du crédit agricole. Ce dernier représentait, en fin 1927, 10,7 % des opérations locales indochinoises. Ce pourcentage augmenta brusquement durant la seconde moitié des années 1920 puisqu’il était de 18,9 en fin 1929 (tableau 47). Les opérations de crédit de cette catégorie étaient effectuées par l’intermédiaire d’organismes indigènes de crédit mutuel, les Sociétés Indigènes de Crédit Agricole Mutuel (SICAM) pour la Cochinchine et le Crédit Populaire Agricole pour le Tonkin, l’Annam et le Cambodge20. C’était notamment par les SICAM que la plupart de ces crédits passaient. En effet, en fin 1929, sur un encours de prêts atteignant 14 millions de piastres, une masse de 12 millions étaient passés par leur intermédiaire21.

Tableau 47 – BIC : Situation des opérations sur place pour tous les établissements de l’Indochine (1927‑1929)

Tableau 47 – BIC : Situation des opérations sur place pour tous les établissements de l’Indochine (1927‑1929)

Unité : Millions de piastres (chiffres entre parenthèses : pourcentages).

Source : ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 7 avril 1932

  • 22 Ibid.

12La fondation des SICAM en Indochine avait été autorisée par une loi métropolitaine du 5 novembre 1894 et par un arrêté du gouvernement général de l’Indochine du 8 novembre 1912. Cet organisme fut créé pour atténuer le mal social de l’usure dont souffrait la colonie indochinoise : 1º en assistant le petit propriétaire qui avait besoin de capitaux pour exploiter son domaine ; 2º en favorisant l’action individuelle du fermier ou « Tadien » à l’accession à la petite propriété, au moyen de prêt d’argent22. Sa principale fonction était d’attribuer des prêts fonciers sur gage (riziaire) aux producteurs agricoles vietnamiens et de faire réescompter les reconnaissances de dettes par la Banque de l’Indochine et avec l’aval du gouvernement général (les SICAM s’approvisionnaient ainsi en capital d’opération). La Banque de l’Indochine appliquait un intérêt de 8 % (6 % revenait à la Banque de l’Indochine et 2 % au gouvernement général) à ces effets agricoles (que nous appellerons par la suite « effets SICAM »). Les SICAM pratiquaient un intérêt de 10 % sur leurs prêts. Ces crédits équivalaient donc, pour la Banque, à des escomptes de billets garantis par les SICAM d’une part et le gouvernement général d’autre part. La forme de prêts ainsi que le type d’intérêt qui s’y appliquait ne différait pas fondamentalement des prêts sur les récoltes pendantes pratiqués jusqu’alors. Les nouveaux prêts se différenciaient pourtant des anciens en ce qu’ils se développèrent très rapidement. Ce succès s’explique par le fait que la caution ne venait plus des communautés villageoises mais d’un organisme financier autonome, les SICAM, et que le gouvernement général qui veillait au développement de la colonie se portait activement garant des effets SICAM. Les SICAM connurent également une croissance rapide. La première SICAM fut fondée en 1913 à Mytho. Le tableau 48 nous montre qu’elles augmentèrent rapidement après la guerre, entre 1925 et 1928 notamment. En 1929, elles étaient au nombre de 20 (12 833 membres d’adhérent) et chaque province de la Cochinchine possédait la sienne.

Tableau 48 – Évolution des SICAM (1913-1930)

Tableau 48 – Évolution des SICAM (1913-1930)

Sources : ANSOM, Crédit carton 124, réponses du gouverneur de Cochinchine à l’inspecteur général des colonies, Saïgon, 25 février 1937 ; id., note de la direction des Services économiques de l’Indochine, Hanoï, 22 avril 1938 ; Pierre Melin, L’endettement agraire en Cochinchine, Paris, 1939, p. 75

  • 23 Ibid.
  • 24 Le 28 janvier 1928, un arrêté du gouvernement général distinguait trois types d’utilisation de prêt (...)
  • 25 ANSOM, Crédit carton 124, note de la direction des Services économiques de l’Indochine pour le gouv (...)

13Cette forme de crédit agricole caractérisé par l’escompte d’effets SICAM mérite trois observations. D’abord, les principaux bénéficiaires en étaient les gros propriétaires. D’après les conclusions d’une analyse faite par les autorités du gouvernement général, cela provenait de trois causes : 1º les prêts accordés par les SICAM prenaient la forme de prêts fonciers sur gage ; 2º les postes de leurs conseils d’administration sont occupés par des gros propriétaires ; 3º il n’existait pas d’organisme neutre contrôlant les activités des SICAM23. En 1928, le gouvernement général intervint pour ramener les SICAM à l’objectif pour lequel elles furent créées et pour faire tourner leurs opérations à l’avantage des petits et moyens cultivateurs en apportant aux prêts plusieurs sortes de limites24. Cette action ne réussit pas à départir les SICAM de leur caractère d’organisme financier destiné aux gros propriétaires. Les prêts nouveaux accordés en 1929 par la totalité des SICAM nous apprennent, par exemple, que 6 % seulement des gros débiteurs (endettés de plus de 5 000 piastres) absorbaient 33 % du montant total des prêts25.

  • 26 Le 31 décembre 1929, par exemple, le montant des prêts de toutes les SICAM était de 9,14 millions d (...)
  • 27 À cette époque, la réalisation, par les autorités coloniales, de grands travaux d’irrigation dans l (...)

14La deuxième observation découle de la première. Ce crédit n’a pas joué le rôle qu’on lui avait attribué au départ puisque les bénéficiaires en furent les gros propriétaires qui caractérisaient la Cochinchine (tableau 49). La majorité de ce crédit provenait des SICAM de la Cochinchine occidentale, notamment de la région de Transbassac (dont les provinces de Baclieu, Soctrang, Rachgia, Cantho), qui était, dans les années 1920, le cœur de la mise en valeur de nouvelles rizières26. Les propriétaires de cette région se livraient à des investissements à caractère spéculatif en accumulant les terres avec l’argent emprunté27. Une partie de ce crédit servait également à alimenter des prêts usuriers pratiqués dans les villages. Un inspecteur des colonies rapportait à ce sujet :

  • 28 ANSOM, Bibliothèque, D 3144, L’endettement agraire en Cochinchine : rapport d’ensemble au gouverneu (...)

« Les propriétaires susceptibles de bénéficier des prêts ont parfois servi d’intermédiaires à des emprunteurs moins accrédités auprès des [SICAM] et auxquels ils transmettaient, à des conditions infiniment plus onéreuses (24 % au minimum), le prêt qui leur avait été consenti à 10 % »28.

Tableau 49 – Répartition des propriétés foncières des principales provinces de Cochinchine en fonction de leur taille, vers 1930

Tableau 49 – Répartition des propriétés foncières des principales provinces de Cochinchine en fonction de leur taille, vers 1930

Unité : Pourcentage.

Source : Yves Henry, Économie agricole de l’Indochine, Hanoï, 1932, p. 189

  • 29 Rapport fait par Pages, op. cit.
  • 30 Les cinq principaux de ces organismes étaient : 1º Société Financière Française et Coloniale, 2º Cr (...)

15Notre troisième observation concernera l’accélération de l’inflation du crédit marquant l’Indochine de la seconde moitié des années 1920. Les chiffres du tableau 48 montrent que beaucoup des effets SICAM étaient renouvelées tous les quatre mois, augmentant ainsi les sommes de prêts en cours des SICAM et provoquant une dilatation de leur dette envers la Banque de l’Indochine et, par conséquent, de la circulation fiduciaire de celle-ci. Les pourcentages des dettes de toutes les SICAM par rapport aux montants de la circulation fiduciaire en Indochine donnent (au 1er janvier des années citées) 3,05 % en 1926, 3,45 % en 1927, 4,3 % en 1928, 6,55 % en 1929 et 8,15 % en 193029. L’expansion du crédit agricole par la Banque de l’Indochine et le boum qui eut lieu à la même époque amenèrent les autres organismes financiers à pratiquer, eux aussi, le crédit agricole. Les années 1920 virent se succéder les créations d’organismes de crédit foncier fondés avec des capitaux de la métropole30 et qui se précipitèrent sur les propriétaires vietnamiens. Par ailleurs, loin de diminuer sous la pression de l’expansion de ces organismes de crédit, l’activité des financiers asiatiques traditionnels – les commerçants chinois et surtout les Indiens « Chettys » – qui pratiquaient l’usure, s’en trouva découplée. Cette situation apparemment contradictoire tient aux raisons suivantes :

  • 31 L’endettement agraire, op. cit.

« On aurait pu croire que la clientèle des Chettys se serait trouvée diminuée par la concurrence de ces établissements [de crédit foncier], prêtant à bien meilleur compte pour une durée plus longue, à un taux d’intérêt plus facile. Mais la propriété de l’Indochine poussait les riziculteurs à étendre une culture qui semblait un gage assuré de richesse ; pour financer ces extensions [...], les propriétaires cherchaient à emprunter jusqu’à l’extrême limite de leur crédit. Or, les sociétés foncières ne prêtaient qu’à concurrence du tiers, ou de la moitié au maximum, de ce qu’elles estimaient être le prix de la terre. Les Chettys, connaissant cette marge de sécurité, sachant la prudence qui était réputée présider à l’octroi des prêts, la sévérité avec laquelle les titres de propriété étaient examinés, estimèrent que les moindres risques seraient encourus par eux quand ils prêteraient à des propriétaires annamites qui seraient déjà les débiteurs d’une banque ou d’un établissement foncier. Et ils se fiaient, en cas de déconfiture, à leur habitude de la procédure, à la vigilance de leurs avocats spécialisés et aux bienfaits de l’hypothèque judiciaire, même venant en second rang. Ils offrirent donc largement aux propriétaires déjà endettés, des sommes égales, au moins nominalement, à celles que les banques et les établissements avaient déjà avancées. »31

  • 32 ANSOM, Crédit carton 124, Lettre de Yves Henry au gouverneur général, Chatel-Guyon, 20 mai 1929.
  • 33 Mémoire préliminaire, op. cit.
  • 34 La Banque demanda de fixer cette limite à environ 9 millions de piastres. ANSOM, Crédit carton 47, (...)

16Ce n’est qu’en 1929 que la Banque de l’Indochine et le gouvernement général prirent conscience de la gravité des problèmes renfermés par le crédit agricole. En avril, le gouvernement général envoya dans les colonies d’Afrique du Nord un inspecteur général, Yves Henry, qui fut chargé d’une étude sur « la réorganisation des institutions de crédit en Indochine »32. Le 12 avril de la même année, Henry présentait un « mémoire préliminaire »33 dans lequel il insistait sur la nécessité d’unifier ces institutions et d’établir un contrôle gouvernemental. Le 7 mai de la même année, la Banque de l’Indochine exprimait pour sa part au gouvernement général ses craintes devant l’augmentation ainsi que l’immobilisation des prêts accordés aux SICAM. Elle demanda en conséquence de fixer des limites à ces prêts34. Cette proposition et cette demande ne furent réalisées que lors de l’apparition de la grande crise : le 8 août 1932, le gouvernement général décidait la création d’un organisme de crédit public à l’image de celui proposé par Henry, la Caisse Centrale de Crédit Agricole Mutuel (CCCAM), destiné à centraliser les opérations des organismes de crédit agricole mutuel et à exercer une fonction de contrôle ; le 1er janvier 1930, un plafond de 12 millions de piastres était fixé à la caution accordée par l’administration coloniale aux SICAM.

2. Les affaires extraordinaires

17En Indochine, la Banque de l’Indochine traita, de 1920 à 1929, 43 affaires extraordinaires, nombre nettement supérieur à celui des autres colonies (voir tableau 45). Ces affaires se répartissent en 4 emprunts publics et obligations privées, 5 avances et 34 participations au capital d’entreprises. Les chiffres laissent supposer que la Banque participa activement au boum de création d’entreprises survenu dans les années 1920. La nature des entreprises au capital desquelles participa la Banque était très variée, et couvrait aussi bien les plantations ou sociétés d’exploitation minière que la navigation ou les transports aériens (tableau annexe 5 à la fin du volume) ; les trois secteurs des plantations, de l’industrie et de l’exploitation minière sont les plus remarquables aussi bien sur le plan du nombre d’entreprises que sur celui des montants de participation (voir les chiffres de la fin de l’année 1928 du tableau 50). Signalons que l’on retrouve la même tendance au niveau de la répartition par secteur des montants d’actions émises dans le secteur privé en Indochine (tableau annexe 3). Les investissements de la Banque ont donc évolué, durant cette époque, dans le même sens que ceux de l’économie générale de la colonie.

Tableau 50 – BIC : Participations financières en Indochine1 (1917‑1937)

Tableau 50 – BIC : Participations financières en Indochine1 (1917‑1937)

Unité : Francs (excepté pour les nombres d’entreprises). 
1. Actions et parts détenues ; 
2. Les entreprises dont les activités englobent plusieurs secteurs sont classées en fonction de leur secteur principal ; 
3. Entreprises relevant d’autres secteurs ou dont le secteur principal ne peut être déterminé.

Source : Identique au tableau 46

  • 35 PV, Banque de l’Indochine, 14 février 1923.
  • 36 Roume (président), Homberg (vice-président qui est en même temps administrateur délégué) et Thion d (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., 17 juin 1927.
  • 39 « Un petit nombre d’actions » de cet organisme fut cependant distribué à « quelques annamites influ (...)

18En matière d’affaires extraordinaires, nous accordons une attention particulière aux trois points suivants. Le premier concerne la création du Crédit Foncier de l’Indochine (CFI). Cet organisme créé en février 1923 était destiné à effectuer des prêts hypothécaires fonciers et des transactions immobilières. Lors de sa fondation, la Banque de l’Indochine avait apporté un sixième du capital (de 6 millions de francs) et venait en tête sur le plan des actionnaires35 ; elle avait délégué au conseil d’administration trois de ses membres qui occupaient les postes de président et de vice-président cumulant administrateur-délégué36. Le CFI était donc littéralement une filiale de la Banque de l’Indochine. Sa croissance fut étonnamment rapide. Il effectua, en moins de cinq ans, trois augmentations de capital portant ce dernier à 110 millions de francs (en 1927) et devenant ainsi le plus important représentant de ce type d’organisme de crédit. Dès ses débuts, cet organisme entendait « ne pas limiter son activité aux centres urbains » et il se proposait de « pratiquer le plus largement possible les prêts agricoles qui doivent aider puissamment au développement de la force productrice du pays »37. En 1926, il fit dépendre de l’agence de Saïgon « une organisation spéciale, chargée d’étudier les affaires qui [lui] sont soumises et de procéder à l’estimation des gages qui [lui] sont offerts »38, et il se lança dans la réalisation de prêts agricoles avec hypothèque sur riziaires. En 1928, cette « organisation » devenait autonome et donnait naissance au Crédit Foncier Agricole de l’Indochine39. Comme nous aurons l’occasion de le vérifier dans le paragraphe suivant, c’est ce dernier qui contribua largement à développer, à la veille de la grande crise, les prêts attribués aux propriétaires vietnamiens et ainsi le boum terrien. La Banque de l’Indochine participa donc à l’inflation du crédit agricole non seulement par ses prêts envers les SICAM mais également en créant le CFI.

  • 40 Voir les propres mémoires de Homberg : Les coulisses de l’histoire, op. cit.
  • 41 PV, Banque de l’Indochine, 4 février 1920.
  • 42 Jacques Boudet, Le monde des affaires, Paris, 1952, p. 49-50.
  • 43 Ce rôle joué par Homberg apparaît dans les affaires suivantes. Lorsqu’à la fin de l’année 1930, la (...)

19Le deuxième point que nous devons mentionner concerne les affaires extraordinaires combinées en commun avec deux banques d’affaires, la Banque de l’Union Parisienne et la Société Financière Française et Coloniale (SFFC) ; parmi ces nombreuses affaires Figurent la création et les augmentations de capital du CFI. La coopération avec ces deux banques d’affaires est liée à la venue de Octave Homberg au conseil d’administration. Ce dernier était le fils du banquier parisien du même nom qui avait été directeur de la Société Générale, administrateur de la Banque de l’Indochine et qui avait également pris un poste de censeur à la Banque de France. Après avoir été diplomate, secrétaire général de la Banque de l’Indochine et vice-président de la Banque de l’Union Parisienne, il occupait le poste de président de la Commission des changes, instituée en 1917 par le ministre des Finances, Joseph Thierry40. En février 1920, à la demande du ministre des Finances, Louis Klotz, et de son successeur, Frédéric François-Marsal, la Banque de l’Indochine le faisait entrer dans son conseil d’administration41. Dès son arrivée, Octave Homberg fonda une banque d’affaires coloniale, la SFFC mentionnée ci-dessus dont il devint le président. S’appuyant par la suite sur cette banque, il promut hardiment et sur une grande échelle, les nouvelles entreprises coloniales ; et cette activité lui valut d’être surnommé « le romantique de la finance »42. Ses anciennes relations avec la Banque de l’Union Parisienne dont il était maintenant séparé, lui permirent de participer activement aux affaires coloniales dans lesquelles cette banque était engagée43 (la création, en Indochine, du Crédit Foncier d’Extrême-Orient est, à cet égard, un exemple très représentatif).

20Le dernier point que nous mentionnerons découle des deux précédents. La fondation du CEI ainsi que la participation de Homberg à son conseil d’administration permirent à la Banque de l’Indochine de se comporter en « groupe » et d’étendre encore plus son activité en Indochine. On doit donc considérer que le boum des années 1920 – et surtout de la deuxième moitié de cette décennie – a été amplifié, sur le plan financier, par la politique de crédit de la Banque de l’Indochine en tant que banque centrale des colonies, ainsi que par les relations qui se sont nouées entre cette banque et les entreprises coloniales de nature variée ou les groupes de celles-ci qui se sont formées dans son entourage.

II. La grande crise et la politique bancaire : le cas indochinois

21Les années 1930 sont une époque où fut mise en cause la véritable valeur de la Banque de l’Indochine, considérée en tant qu’une banque centrale des colonies. Cela ne tint pas seulement au contexte particulier de l’époque : la grande crise. Par la réorganisation de 1931, la Banque reçut, parmi son capital social, des capitaux de l’État et acceptait également des représentants de l’État au sein de son conseil d’administration ; et elle engageait désormais à collaborer directement avec l’administration coloniale à la conduite de l’économie coloniale et à ce que les gouvernements de la métropole et des colonies nommaient « la mise en valeur des colonies ».

  • 44 Ce taux est inférieur de 20 % à celui évalué par rapport à l’argent à l’époque de la stabilisation. (...)
  • 45 William Oualid, « Le privilège de la Banque d’Indo-Chine (2) », L’Europe nouvelle, 4 novembre 1922.
  • 46 Nous citons un extrait d’un document du gouvernement de l’Annam rédigé en juin 1931 qui analyse ave (...)
  • 47 Rappelons que l’un des objectifs de la fondation de la Banque de l’Indochine fut de permettre la fo (...)
  • 48 Comme nous le verrons en partie dans ce paragraphe, une véritable réforme agraire (redistribution d (...)

22Cette nouvelle responsabilité endossée par la Banque concernait avant tout l’Indochine. La courbe des cours des valeurs au marché de Paris montre que cette colonie fut particulièrement affectée par la crise (figure 19). De plus, le 31 mai 1931, l’étalon de change-or y fut introduit. La monnaie coloniale devenait ainsi dépendante de celle de la métropole puisque le cours de la piastre était fixé à 10 francs or44 ; l’Indochine, jusqu’alors « une sorte de colonie chinoise » (selon William Oualid45) était définitivement réorganisée en « colonie française ». Nous mentionnerons pour terminer les formidables soulèvements de paysans vietnamiens qui ont eu lieu en 1930 dans les régions de l’Annam du centre et de la Cochinchine où la culture du riz était très développée. Ces insurrections uniques dans l’histoire de l’Indochine, dirigées par des communistes et rassemblant une foule de petits fermiers et de paysans « non-possédants », étaient dirigées contre le système de la propriété foncière et le régime colonial46. Bien que ces révoltes paysannes aient été pratiquement écrasées par la force militaire qui intervint de l’automne à l’hiver 1930, elles n’en posèrent pas moins le problème de la formation des petits cultivateurs-propriétaires et de la démocratisation des villages47, principes que le gouvernement colonial avaient avancés dès le début de la colonisation mais qui n’avaient jamais été réalisés, faute des mesures efficaces. La question était si sérieuse que le ministre des Colonies, Paul Reynaud se rendit, pour la première fois, en Indochine48.

Figure 19 – Indices des cours des valeurs mobilières à Paris (1928‑1937)

Figure 19 – Indices des cours des valeurs mobilières à Paris (1928‑1937)

N.B. – Base 100 en 1928 (décembre 1927 pour les valeurs indochinoises)

Source : ministère des Colonies, Bulletin mensuel de statistiques coloniales, février 1938

23Nous nous limiterons, dans ce paragraphe, à l’Indochine et étudierons l’impact de la crise sur l’économie coloniale ainsi que la politique adoptée par la Banque de l’Indochine et le gouvernement général durant cette époque.

A. La naissance de la crise et la Banque

  • 49 AG, Banque de l’Indochine, 31 mai 1933.
  • 50 Y. Henry, Économie agricole, op. cit., p. 370 et suiv.
  • 51 Dans le domaine du caoutchouc, le boum cessa en 1926.
  • 52 Au 1er décembre 1931, la SFFC participait au capital de 35 entreprises qui se répartissaient géogra (...)
  • 53 Le 19 décembre 1930, un groupe de banques et le gouvernement général passaient un accord avec la SF (...)

24Tout comme la France et ses Colonies, l’Indochine fut frappée relativement tard par la crise : à la Fin de 1930 ou au début 1931. La production de riz, « base de l’économie indochinoise »49, fut prospère jusqu’à fin 1930 et ne se trouva confrontée à une crise sérieuse que lors de la saison des travaux agricoles de 1931. Ainsi le cours du riz (sur le marché de Saigon) qui, durant tout l’été 1930 se maintint au prix record de 5 piastres pour 1 picul, commença à décroître au début de l’automne mais était encore au niveau de 3,5 piastres en décembre. Début 1931, ce cours descendait au-dessous de 3 piastres, entrant alors véritablement dans la crise50. Les plantations (principalement de caoutchouc), également secteur essentiel de l’économie coloniale, entrèrent, quant à elles, plus précipitamment dans la crise puisqu’elles montraient, dès 1928, des signes de déclin51. La situation de ce secteur prit des proportions catastrophiques avec l’apparition, en décembre 1930, de la chute de la SFFC de Octave Homberg. Cette banque d’affaires s’était développée en un véritable holding qui possédait, à l’époque, plus de vingt entreprises coloniales affiliées52 (pour les entreprises en relation avec l’Indochine, voir le tableau 51). Tout comme le Crédit Mobilier de Émile et Issac Péreire au XIXe siècle, la vente, sur le marché de Paris, de titres d’entreprises qu’elle avait contribué à fonder lui permettait de s’approvisionner en capitaux d’affaires. Cette vente devint impossible lorsque, parallèlement à l’effondrement des prix du riz, augmenta soudainement, sur le marché, l’inquiétude vis-à-vis de l’économie coloniale provoquant une chute brutale des valeurs coloniales. La SFFC se vit ainsi privée de sa voie d’approvisionnement en capitaux et fut précipitée dans une crise. Elle évita cependant la faillite grâce à un crédit de secours que lui accordèrent la Banque de l’Indochine, la Banque de l’Union Parisienne et la haute banque parisienne à la demande du gouvernement général et des ministres des Colonies et des Finances53. La crise de cette banque affecta immédiatement les entreprises affiliées et entraîna même une perte du crédit des entreprises coloniales du même type.

Tableau 51 – Situation des participations de la SFFC aux entreprises indochinoises1, le 1er décembre 1931

Tableau 51 – Situation des participations de la SFFC aux entreprises indochinoises1, le 1er décembre 1931

Unité : 1 000 francs. 
1. On considérait que les entreprises dont la participation au capital social était supérieure à 10 % appartenaient au groupe de la SFFC ; 
2. Montant des actions détenues par la SFFC ; 
3. Montant des avances (uniquement dans ce cas).

Source : ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2875, Rôle et difficultés de la Société financière française et coloniale

  • 54 Ne pas oublier que l’introduction, en Indochine, du système étalon de change-or s’accompagna d’une (...)
  • 55 En 1930, le volume des exportations de riz (en mille de tonnes) et le montant des exportations de c (...)
  • 56 Entre août 1930 et septembre 1931, la Banque de l’Indochine perdit ses avoirs or de 262 millions de (...)
  • 57 Un document du ministère des Colonies rédigé en 1931 disait ceci : « Le noyau solide du personnel d (...)
  • 58 Par l’article 3 du décret du 31 mai 1930, l’encaisse de la Banque de l’Indochine était modifiée, pa (...)
  • 59 ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, Chappedelaine, 7 avril 1932

25La Banque de l’Indochine fut doublement menacée par l’apparition de la grande crise. Elle vit d’une part diminuer brutalement son encaisse (en or et en change-or54). La figure 20 montre que cette dernière commença à chuter en octobre 1930 et n’atteignait plus que 26 millions de piastres en septembre 1931, soit 29 % de moins que l’année précédente. Cet effondrement venait essentiellement du renversement de la balance des paiements de l’Indochine, qui fut provoqué par les trois causes suivantes : 1º forte chute des montants des exportations de riz due à la baisse des prix de ce produit55 ; 2º interruption de l’afflux de capitaux en provenance de France (par émission de titres coloniaux sur le marché français) ; 3º fuite de capitaux56 due aux retraits effectués par les banques étrangères et par les nombreux Français qui regagnèrent leur pays57. Cette diminution de l’encaisse de garantie de la Banque entraîna une baisse du taux de couverture. Le 24 décembre 1930, ce dernier franchissait la limite légale fixée à un tiers du montant total des billets en circulation et des comptes courants créditeurs58. Le 29 avril 1931, il n’était que de 14,5 %59. La piastre était alors, par conséquent, au bord de la crise.

Figure 20 – BIC : Situation de l’encaisse de garantie (septembre 1930‑mars 1932)

Figure 20 – BIC : Situation de l’encaisse de garantie (septembre 1930‑mars 1932)

Unité : Million de piastres.

Source : ANSOM, Crédit carton 87

26La crise du crédit constituait la deuxième menace qui pesait sur la Banque. Dans un document classé comme « confidentiel » au ministère des Colonies et qui aurait été élaboré durant l’été 1931, on trouve énumérés quatre sujets d’inquiétude dus à la crise :

« 1º Toutes les banques indochinoises sont très engagées et leurs gages très en péril.

« 2º La presque totalité des affaires indochinoises sont débitrices, à des titres divers, des banques indochinoises ou de fournisseurs métropolitains.

« 3º Les taux d’avances des banques d’Indochine, qui varient, toutes commissions trimestrielles et taxes comprises entre 8 1/2 et 10 1/2 %, sont devenus aujourd’hui des taux impossibles à rémunérer ; les affaires sont tellement mauvaises en Indochine qu’il n’est plus question de « gain » mais de « moindre perte » ; par conséquent, obliger les firmes commerciales, agricoles, minières, industrielles, à payer de 9 à 10 % c’est les amener petit à petit à la disparition complète ; c’est la mort lente, mais certaine, et il ne faut pas craindre de le dire hautement.

  • 60 ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2328.

« 4º Par ailleurs, les garanties exigées jadis par les banques et acceptées librement par les emprunteurs ont aujourd’hui perdu de 70 à 80 % environ de leur valeur ; il s’en suit qu’aussi bien les banquiers que les emprunteurs sont en mauvaise position, du fait de circonstances indépendantes de leur volonté »60.

27Les quatre faits énumérés ci-dessus résument admirablement la gravité, révélée par la crise, des « over-loans » qui couvraient les années 1920. Pour parfaire cet exposé, il faudrait ajouter que la politique trop facile de mise en valeur du gouvernement général ainsi que la politique de crédit libérale poursuivie par la Banque de l’Indochine ont ni plus ni moins contribué à créer cette situation.

  • 61 ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Hanoï, 4 avril 1932.

28Quoi qu’il en soit, la non-recouvrabilité de ses créances dans les affaires coloniales posait à la Banque de l’Indochine un problème grave. Le tableau 52 montre la composition de ces créances, au 31 décembre 1931, dans les trois principaux établissements de la Banque de l’Indochine, ceux de Saigon, de Hanoï et de Haïphong. Les 12 198 000 piastres classées dans la rubrique « Avances diverses » représentaient « l’ensemble des opérations pour lesquelles la clientèle, soit à titre définitif, soit provisoirement, ne peut faire honneur à ses engagements »61. La plus grande partie de cette somme concernait des entreprises françaises ou des propriétaires vietnamiens qui se consacraient, pour la plupart, à des plantations de caoutchouc ou de thé. Les 10 379 000 piastres de « Prêts agricoles » avaient été accordées principalement à des propriétaires vietnamiens par l’intermédiaire des SICAM et posaient également des problèmes de remboursement. Ces deux rubriques totalisaient 22 577 000 piastres, soit 36,6 % du montant des créances des trois établissements précédemment cités ; ils représentaient, pour le cas de la succursale de Saïgon, 47,9 % du montant total des créances de cette succursale. Cette situation illustre le fait que ce fut l’inflation de crédit observée, avant la crise, dans les secteurs de la culture du riz et des plantations de Cochinchine qui contribua largement à la crise du crédit. Il va sans dire que l’irrecouvrabilité de sommes aussi considérables mettait la Banque de l’Indochine en danger et la privait certainement de toute élasticité au niveau de sa politique monétaire.

Tableau 52 – BIC : Situation des risques des trois principaux établissements indochinois au 31 décembre 1931

Tableau 52 – BIC : Situation des risques des trois principaux établissements indochinois au 31 décembre 1931

Unité : 1 000 piastres (sommes arrondis à l’unité inférieure).

Source : ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Hanoï, 4 avril 1932

29Nous allons maintenant voir comment évoluèrent par la suite ces différents problèmes d’encaisse de garantie (et proportion de couverture) de la Banque de l’Indochine et de créances dans les entreprises coloniales.

B. Mise en pratique d’une politique déflationniste et agitation des producteurs

1. La politique déflationniste

30Face à la diminution de l’encaisse de garantie, la Banque de l’Indochine tenta, en dernier ressort, de limiter le crédit. Pour la première fois depuis l’irruption de la crise, le siège donnait, le 31 mars 1931, des instructions globales au directeur de Saïgon :

  • 62 Cit. in Rapport du commissaire, 8 mai 1931 (ANSOM, Crédit carton 77).

« Pour les importations, vous pouvez être favorable à l’escompte des effets à bonnes signatures, en remplacement d’avances en compte courant, mais devez être opposé à toute augmentation des stocks. Refusez les immobilisations sur rizières ou plantations, mais pour les exportations vous pouvez consentir des avances sur paddy, si elles sont régulièrement gagées. Vous devrez soumettre au siège social avec justification les demandes de crédit qui vous paraîtront saines et que vous n’êtes pas autorisé à consentir vous-même par nos instructions »62.

  • 63 Pour plus de commodité, nous nous alignons sur le vocabulaire du gouvernement général et du ministè (...)

31Cette politique déflationniste n’obtint cependant pas les résultats escomptés. Le tableau 53 montre que les « Avances au commerce et à l’industrie » commencèrent à diminuer dès le second semestre 1930. Cette baisse était cependant compensée, dans une certaine mesure, par l’augmentation parallèle des « Avances au gouvernement général ». Ces dernières se composaient : 1º des avances aux producteurs agricoles63 (propriétaires vietnamiens, plantations) cautionnés par le gouvernement général, opérations que la Banque appelait « prêts agricoles » ; 2º d’une avance statutaire sans intérêt de 2 millions de piastres, imposée par la loi du 31 mars 1931 ; 3º du débit du compte piastres du gouvernement général. C’est cette troisième catégorie de crédit qui augmentèrent soudainement avec la crise.

Tableau 53 – BIC : Situation des opérations locales dans les établissements indochinois (1930-1931)

Tableau 53 – BIC : Situation des opérations locales dans les établissements indochinois (1930-1931)

Unité : millions de piastres. 
1. Imposée par la loi du 31 mars 1931.

Source : ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’indochine à ministre des Colonies, 7 avril 1932

  • 64 Le budget général pour l’exercice 1931 avait été arrêté primitivement en recettes et dépenses à 180 (...)
  • 65 ANSOM, Crédit carton 124, Rapport de Bargues, inspecteur de 2e classe des colonies, concernant la v (...)

32On peut se demander pourquoi le compte du Trésor, toujours largement créditeur depuis sa création en 1900, était alors passé débiteur. Cette situation s’explique par la diminution soudaine, du fait de la crise, des recettes du budget général de la colonie qui enregistrèrent un déficit permanent de 1930 à 1934. Le gouvernement général tenta de faire front par une sérieuse compression des dépenses budgétaires mais, avec l’aggravation rapide de la crise, l’ampleur de la chute des recettes dépassa largement les prévisions de ce dernier64. De plus, après les révoltes de paysans de 1930, l’accroissement des dépenses consacrées au maintien de l’ordre public ainsi que la réalisation, guidée par « des raisons d’ordre surtout politique »65, de crédits de secours pour les petits propriétaires vietnamiens et les plantations mirent des limites à la compression des dépenses. Le budget colonial devint ainsi déficitaire. Le gouvernement général proposa de combler ce déficit par un emprunt qu’il fut autorisé à lancer, pour un montant maximum de 250 millions de francs, par une loi datée du 28 avril 1932. Toutefois, le choix du moment de l’émission de cet emprunt ainsi que la fixation du montant de celle-ci se subordonnant aux conditions du marché métropolitain, il ne put être utilisé pour réguler les déséquilibres budgétaires qui apparaissaient au jour le jour au sein des opérations du Trésor. Un emprunt à la Banque de l’Indochine sous forme de découvert s’avérait alors nécessaire.

  • 66 ANSOM, Crédit carton 124, Lettre personnelle du secrétaire général par intérim, 11 janvier 1932.
  • 67 Ce n’est qu’à partir de 1935 que le compte du Trésor passa à une tendance créditrice. Voir le table (...)
  • 68 De 1931 à 1938, le gouvernement général lança tous les ans (excepté en 1936) des emprunts considéra (...)

33À ce propos, la Banque de l’Indochine avait conclu, le 5 mai 1931, un accord avec le gouvernement général. Tout en ratifiant le découvert qui se maintenait depuis le second semestre de l’année précédente, elle consentait à un débit pouvant atteindre jusqu’à 10 millions de piastres à condition que ce dernier n’excède pas une durée de 6 mois66. Avec la prolongation et l’aggravation de la crise, ce découvert devint, par la suite, constant67. Il contribua par la suite à annuler (au moins partiellement) les effets de la politique déflationniste de la Banque et à faire baisser le pourcentage de l’encaisse de garantie. La diminution de ce dernier ne resta, cependant, jamais bien longtemps en deçà du seuil critique des 20 %. Lorsque tel fut le cas (comme lorsqu’il descendit, par exemple, à 14,5 % en avril 1931 ou à 16,6 % en novembre 1932), la Banque demanda au gouvernement général de diminuer le montant de ses débits. Pour ramener la garantie à son niveau légal et rembourser ses dettes, ce dernier émettait, en toute hâte, un emprunt sur la métropole dont il faisait transférer le revenu dans la colonie68.

  • 69 ANSOM, Affaires politiques 2647 (5).

34Tout ceci fait apparaître que le succès de la politique déflationniste de la Banque de l’Indochine dépendait des deux mesures mises en œuvre par le gouvernement général : la déflation des dépenses budgétaires et des emprunts lancés pour réparer cette dernière. Signalons, à cet égard, que ces mesures reposaient sur la prise de conscience du caractère particulier de la crise. Nous présenterons comme suit cette reconnaissance que l’on peut découvrir dans deux lettres adressées par le gouverneur général, Pierre Pasquier, au ministre des Colonies, datées, l’une du 14 mai 1932 et l’autre du 1er juin de la même année69 :

35La balance des paiements de l’Indochine n’est normalement pas équilibrée. Comme le montre le tableau 54, l’excédent de la balance commerciale ne peut financer les envois considérables de fonds vers la métropole. « L’Indochine est une colonie d’exploitation, et l’activité de tout ordre qu’y déploient les Européens a, avant tout, pour effet de constituer entre les mains des fonctionnaires, colons et firmes françaises, des disponibilités en monnaie locale dont ils demandent normalement le transfert ». La partie de ces capitaux que ne pouvait financer l’excédent de la balance commerciale était couverte, dans les années 1920, par l’arrivée de nouveaux capitaux. Mais cette dernière cessa avec la crise, tandis que les rapatriements de capitaux pour le compte privé continuent de s’effectuer selon un rythme particulièrement rapide. C’est à ce moment qu’apparurent les problèmes. « Le marché monétaire indochinois [...] ne souffre pas d’une balance commerciale déficitaire, mais seulement d’un excès d’exportation de capitaux ». Des mesures de dévaluation de la piastre ou de contrôle des transferts de fonds vers la métropole ne peuvent régler les problèmes, ou plutôt elles tendent à aggraver une crise de confiance et à prolonger le marasme économique.

« Dès lors, le seul remède, dont le caractère artificiel ne m’échappe pas, consiste à alimenter périodiquement par des fonds d’emprunt l’Institut d’émission, en attendant que la fin de la crise mondiale réalise des conditions propres à rétablir, de nouveau, la confiance dans l’avenir de la colonie et des perspectives meilleures pour les diverses matières premières qui y sont produites ».

Tableau 54 – Balance des paiements de l’Indochine (1928‑1931)

Tableau 54 – Balance des paiements de l’Indochine (1928‑1931)

Unité : Millions de francs. 
1. Commandes des administrations publiques en France (20 millions) et achats privés payés par mandats postaux (60 millions).

Source : ANSOM, Affaires politiques 2467 (5), note sur la situation monétaire de l’Indochine, Saïgon, octobre 1931

2. Agitation des producteurs : inflation ou déflation ?

36Comme nous l’avons montré, la politique du gouvernement général consistait, d’une part, à poursuivre la déflation budgétaire et d’autre part à rétablir l’équilibre des finances coloniales et de la balance des paiements par le transfert en Indochine des capitaux provenant de l’émission des emprunts coloniaux, en mettant tous ses espoirs dans la reprise de la conjoncture. Cette politique gouvernementale ainsi que la politique de crédit déflationniste de la Banque de l’Indochine durent cependant affronter la violente résistance des producteurs de la colonie (entreprises françaises et propriétaires vietnamiens) qui se manifesta entre l’automne 1933 et le printemps 1934.

  • 70 De nombreux pays asiatiques, touchés par la suspension de la convertibilité de la livre en septembr (...)
  • 71 Le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine faisait de la situation économique de l’Ind (...)

37L’année 1933 fut, pour l’Indochine, l’année où la crise fut la plus sérieuse. À la dépréciation de l’argent métal engagée depuis 1931, vint s’ajouter l’effondrement des diverses monnaies de l’Asie orientale70, dont le Siam et la Birmanie qui rivalisaient avec l’Indochine sur le plan des exportations de riz. Le protectionnisme se généralisa en Asie orientale provoquant une détérioration des exportations indochinoises71. De plus, la Banque de l’Indochine renforça, à partir du printemps, la poursuite des débiteurs en vue d’un « assainissement » de l’économie coloniale, mettant les producteurs en alarme. En Europe, d’autre part, la Conférence économique mondiale, tenue en juin à Londres, ne réussissait pas à réaliser la collaboration internationale qui devait permettre de surmonter la crise. La France qui persistait dans son attachement au rétablissement de l’étalon d’or international s’isolait du reste du monde ; sa doctrine classique du maintien de cet étalon et, par conséquent, sa politique déflationniste perdirent beaucoup de leur prestige. En 1933, plus particulièrement, à partir de mai-juin de la même année, la situation intérieure et extérieure était pleine de difficultés à l’égard des autorités coloniales.

  • 72 Cité in Lettre du gouverneur général de l’Indochine aux présidents de la Chambre de Commerce de Coc (...)
  • 73 Cité in Note sur la situation économique, op. cit., décembre 1933.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.
  • 76 Ibid.

38Dès le 21 juin 1933, les présidents de trois organismes de Cochinchine – la Chambre de commerce de Cochinchine, la Chambre d’agriculture de Cochinchine et le Conseil colonial de Cochinchine – envoyaient au gouvernement général une lettre commune dans laquelle ils demandaient l’« abandon de la politique de déflation à outrance » et la « réduction du loyer de l’argent et du taux de l’escompte »72. Mais c’est à la fin des vacances d’été que l’on assista à la montée véritable de l’agitation des producteurs. Le Syndicat des Commerçants et des Industriels de Cochinchine commença par adresser, par l’intermédiaire du gouverneur général, une pétition au ministre des Colonies, le 1er septembre. Par la suite, le Conseil Colonial de Cochinchine, la Chambre d’Agriculture de Cochinchine et le Syndicat des Planteurs de Caoutchouc de Cochinchine envoyèrent successivement des dépêches au même ministre, réclamant l’« arrêt par la Banque des exécutions de débiteurs n’ayant pas fait honneur à leurs engagements », un « abattement de crise sur le principal des dettes commerciales » et la « réduction du taux de l’intérêt »73. D’après une analyse des autorités du ministère des Colonies, ce mouvement de revendications était une manifestation du mécontentement provoqué par « la politique d’assainissement que, d’accord avec le gouvernement général de l’Indochine, la Banque poursuit dans la colonie »74. Et les initiateurs de ce mouvement étaient les « entreprises dont la disparition serait nécessaire à l’assainissement du pays »75, c’est-à-dire les entreprises médiocres qui avaient contracté des dettes excessives et qui n’attendaient, en fin de compte, qu’une dévaluation de la piastre qui diminuerait leurs dettes76.

  • 77 ANSOM, Affaires économique 2647 (5).
  • 78 Syndicat des Commerçants et des Industriels de Cochinchine, Syndicat des Planteurs de Caoutchouc de (...)
  • 79 Ibid.
  • 80 ANSOM, Crédit carton 47, rapport du commissaire, 30 mai 1934.

39C’est en octobre que ce mouvement parvint à son apogée. Le 10 octobre fut organisée, pour la première fois, une manifestation dans la rue qui transforma Saïgon en une « ville morte »77. Le meeting du 27 octobre constitué de huit organismes et associations de la Cochinchine78, dont le Syndicat des Commerçants et des Industriels de Cochinchine déjà cité, à laquelle vinrent se joindre 3 000 Français et Vietnamiens, attaqua « la criminelle politique de déflation d’un Institut d’émission menant à la ruine toutes les branches de l’activité économique » ainsi que « la carence d’un gouvernement général »79. Le mouvement se calma provisoirement grâce à l’abaissement du taux officiel d’escompte par la Banque de l’Indochine qui passait de 6,5 % à 5,5 %80. Mais il reprit vigueur au printemps de l’année suivante à l’initiative des riziculteurs. Ce fut précisément au moment où l’étude de la « Commission chargée d’étudier les répercussions des fluctuations de l’argent métal sur la situation économique de l’Extrême-Orient et spécialement de l’Indochine » (abrégée en « Commission de l’argent métal »), créée le 16 juin 1933 par un arrêt du ministère des Colonies, entrait dans sa phase finale ; et où il était tenu pour certain qu’en matière de monnaie indochinoise, l’avis de cette dernière allait soutenir le maintien des conditions actuelles. La Commission de l’argent métal comprenait 11 membres : 5 représentants du gouvernement français, un représentant du gouvernement général de l’Indochine, 2 représentants des Instituts d’émission (Banque de l’Indochine et Banque de France), 3 anciens ministres et un représentant de l’économie coloniale. Nous présentons ci-dessous les points fondamentaux du débat soulevé par cette commission car ils sont essentiels pour une bonne connaissance de la politique de mise en valeur de l’Indochine des années 1930.

  • 81 À cette époque, Outrey était considéré par le gouvernement général comme « le porte-parole de la ri (...)
  • 82 ANSOM, Crédit carton 13-14, Commission chargée d’étudier les répercussions des fluctuations de l’ar (...)

40Jusqu’au 19 avril 1934, la Commission de l’argent métal s’est réunie dix fois. La délibération avait pris la forme d’une discussion sur le retour de l’Indochine à l’étalon d’argent, défendu par Ernest Outrey81, député et représentant de la colonie, et critiqué par les autres membres de la Commission. La thèse défendue par Outrey et par trois Vietnamiens qui s’étaient joints à la Commission en tant que participants, pouvait se résumer ainsi ; l’attachement, en 1931, de la piastre à l’or, suivi d’une dépréciation de 55 % de la valeur de l’argent, a considérablement gêné les exportations de riz depuis l’Indochine vers la Chine ; cette réforme monétaire, qui « a surtout été prise pour la sauvegarde des intérêts européens »82, est une des principales causes du marasme économique de la colonie ; il y a donc grande urgence à ce que la colonie revienne à l’étalon d’argent ; il s’ensuivra une forte dévaluation de la piastre qui, tout en stimulant les exportations, accélérera la reprise des affaires et allégera les dettes des riziculteurs.

  • 83 Ibid.

41Les membres gouvernementaux de la Commission opposaient unanimement à cette thèse la doctrine monétaire selon laquelle les effets de la dévaluation seraient annulés par l’inflation qui en résulterait et ne feraient qu’aggraver les difficultés économiques. Cette doctrine était cependant animée par deux exigences politiques évidentes. Depuis l’abandon de l’étalon d’or en Angleterre (septembre 1931), le gouvernement français ne devait pas se départir de la position qu’il avait continuellement maintenue sur la scène politique internationale, consistant à soutenir le rétablissement de l’étalon d’or international. Pierre-Eugène Fournier, sous-gouverneur de la Banque de France, faisait, à ce sujet, la déclaration suivante devant la Commission : « Le gouvernement français et notre institut d’émission national doivent actuellement lutter contre les tendances dévaluatrices qui se font jour dans tous les pays et dans tous les milieux. Ce serait dangereusement affaiblir notre doctrine monétaire [...] que d’admettre que la solution de la crise économique dans une de nos plus importantes colonies, puisse être recherchée dans une mesure dévaluatrice »83. La deuxième exigence politique répondait à la nécessité de ne pas exacerber les contradictions économiques et sociales dans la colonie. Elle apparaît dans les propos de Georges Keller, directeur des Affaires économiques du ministère des Colonies :

  • 84 Ibid.

« [la dévaluation de la piastre] ne serait faite qu’au bénéfice d’une minorité de riziculteurs endettés, et au détriment de la masse des travailleurs agricoles dont les salaires ne seraient pas augmentés »84.

  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid.

42Le débat au sein de la Commission, par ailleurs, fut mené par un haut fonctionnaire expert en son métier : Georges Keller. Son raisonnement prouvait une connaissance approfondie de la réalité coloniale et se distinguait nettement de celui des autres membres de la Commission. Il insistait sur les deux points suivants. L’entrée dans les années 1930 avait vu une modification des conditions du marché de l’Indochine. L’accentuation de la tendance protectionniste des pays de l’Asie avait augmenté, d’année en année, le degré de dépendance des produits coloniaux vis-à-vis du marché métropolitain (voir tableau 55) ; « il n’est donc plus exact de dire que le pôle d’attraction économique de l’Indochine se trouve en Extrême-Orient »85. Keller constatait également que la riziculture indochinoise demeurait fort en retard sur celle des pays voisins, tant au point de vue du rendement qu’au point de vue de la qualité. Il voyait dans cette situation une des causes essentielles du manque d’activité des exportations coloniales. Ce qui était en question c’étaient la rationalisation de la production et la détention de capitaux servant à réaliser cette rationalisation. « Je crois donc pouvoir affirmer que la rationalisation conditionne le problème du riz en Indochine et que seule, elle permettra de gagner ce que l’on peut appeler “la patrie du riz”. Mais, [...] pour rationaliser, il faut des capitaux. Ces capitaux, l’Indochine, qui n’a ni réserves ni crédit extérieur, ne les trouvera qu’en France et ne les trouvera qu’à condition d’avoir une monnaie saine »86. Keller voyait donc la possibilité de surmonter la crise dans un rapprochement économique entre la colonie et la métropole et non pas dans les manipulations de la monnaie coloniale.

Tableau 55 – Répartition géographique du commerce extérieur de l’Indochine (1913, 1929, 1932)

Tableau 55 – Répartition géographique du commerce extérieur de l’Indochine (1913, 1929, 1932)

Unité : 1 000 piastres (stabilisées de 1931).

Source : ANSOM, Crédit carton 18, Statistiques commerciales de l’Indochine

  • 87 Outrey rédigea individuellement un « rapport spécial » et proposa un retour à l’étalon d’argent. AN (...)
  • 88 Id., Rapport au ministre des Colonies, 24 mai 1934.

43Le 24 mai 1934, la Commission présenta, avec l’accord de tous ses membres, à l’exception d’Outrey87, au ministre des Colonies un rapport dont le contenu rejoignait à peu près la thèse de Keller. Le chapitre intitulé Avis de la Commission commençait ainsi : « La Commission conclut nettement au rejet de toute mesure qui aboutirait, sous une forme quelconque, à une dévaluation volontaire de la piastre indochinoise. La Commission se prononce, tout d’abord, contre le retour au régime de la piastre argent. Elle considère, en effet, qu’il y a un intérêt majeur, non seulement pour la métropole, mais pour une colonie dont le développement exige une adduction continue de capitaux métropolitains, à maintenir une relation définie entre la piastre et le franc »88. Quant au chapitre intitré Suggestions formulées par la Commission, il débutait en ces termes :

  • 89 Ibid.

« Dire que l’Indochine tend de plus en plus à graviter dans l’orbite économique de la métropole, c’est reconnaître à cette dernière le devoir de faire une place de plus en plus large dans ses importations aux produits indochinois et de pratiquer vis-à-vis de l’Union indochinoise une politique “impériale” basée sur des relations commerciales étroites »89.

  • 90 ANSOM, Crédit carton 18, Meeting et manifestation de rue du 17 avril 1934 (rapport de Nadaud, chef (...)

44Passons maintenant à un événement quelque peu antérieur, survenu le 17 avril 1934, alors qu’avait déjà presque pris forme le contenu du rapport exposé ci-dessus. Les organismes et associations de Cochinchine déjà mentionnés, voulant exercer une pression sur la Commission de l’argent métal, organisèrent un gigantesque meeting à Saigon. D’après un rapport de la police de Saigon90, à 17 heures  30, le hall et la place de la Mairie de Saïgon, transformés pour la circonstance en lieu de réunion, étaient remplis par une foule comprenant environ 3 000 personnes, en grande majorité des vietnamiens (« riziculteurs », « curieux », « badauds », [...]). Après avoir écouté les explications des trois délégués cochinchinois à la Commission, cette foule forma un défilé en colonne par trois. Vers 18 heures 25, le cortège se dirigea vers le quai de Belgique pour défiler devant la succursale de la Banque de l’Indochine. Les manifestants avaient érigé 20 banderoles sur lesquelles on pouvait lire les slogans de protestation suivants :

  • 91 Ibid.

« Vive la révision du privilège de la Banque de l’Indochine » (pour 2 banderoles).
« Vive la piastre argent » (pour 3 banderoles).
« Sauvons nos riz » (pour 2 banderoles).
« À bas la dictature financière » (pour 2 banderoles).
« La Cochinchine veut vivre ».
« L’étalon-or nous tue ».
« Déstabilisons ».
« À bas les requins ».
« La piastre-or nous tue ».
« À bas l’étalon-or ».91

  • 92 ANSOM, Crédit carton 47, rapport du commissaire, 6 juillet 1934.
  • 93 « L’amélioration économique de la colonie a eu pour conséquence un apaisement de la campagne menée (...)

45Quelques mois après ce rassemblement, le cours du riz passait à la hausse et l’économie coloniale voyait naître l’espoir d’échapper à la crise. La Banque de l’Indochine, quant à elle, accéda, tout comme elle l’avait fait lors des agitations de l’année précédente, à la demande du gouvernement général et abaissa de 5,5 à 5 %, le taux de l’escompte en mai92. Dans ces conditions, les mouvements de protestation dirigés contre la Banque de l’Indochine et le gouvernement général perdirent très rapidement de leur vitalité93.

C. Aménagement des dettes

  • 94 La Banque de l’Indochine et le gouvernement général se sont ainsi partagés les responsabilités, par (...)
  • 95 ANSOM, Crédit carton 87. Note sur la situation économique, op. cit., décembre 1933.
  • 96 ANSOM, Crédit carton 87, gouverneur général à ministre des Colonies, 15 juin 1932.

46Comment allait-on aménager les dettes considérables accumulées chez les producteurs coloniaux ? Comment arriverait-on à faciliter le renflouement de l’économie coloniale ? Les deux gouvernements métropolitain et colonial fixèrent leur ligne directrice lors de la visite en Indochine du ministre des Colonies, Paul Reynaud, à l’automne 1931. Il fut décidé d’appliquer deux principes. D’une part, la Banque de l’Indochine est chargée du règlement des dettes des entreprises françaises et le gouvernement général, de la liquidation des dettes des producteurs vietnamiens94. D’autre part, les entreprises françaises ayant besoin d’être secourues seront soumises à un tri dont la base consiste dans « une discrimination entre les entreprises débitrices afin, par des exécutions judicieusement décidées, de faire disparaître les entreprises malsaines et peu viables dont le maintien nuisait au sauvetage de la partie de l’économie coloniale »95. Quant au règlement des dettes des propriétaires vietnamiens, on posa en principe de ne pas simplement les amortir par des moyens artificiels, parmi lesquels la déstabilisation de la piastre et le moratoire général, mais de « les mettre à même de les payer »96.

47Nous examinerons ces entreprises d’aménagement de dettes réalisées par la Banque de l’Indochine et le gouvernement général en deux partie, l’une consacrée aux entreprises françaises et l’autre aux propriétaires vietnamiens.

1. Poursuite de la « politique d’assainissement » : restructuration et fusion des entreprises coloniales françaises

  • 97 ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Saigon, 11 février 1933.
  • 98 « [...] il est constant que, depuis quelques mois, les difficultés propres à l’Indochine ne se sont (...)

48La Banque de l’Indochine commença relativement tard, au printemps 1933 lorsque la crise s’interrompit pour un court moment, à aménager systématiquement ses créances défectueuses. C’est en effet à partir de décembre 1932 que les créances dont le recouvrement posait des problèmes et qui étaient, jusque-là, inscrites dans la rubrique « Avances diverses » sur le tableau exprimant la situation des risques élaboré, en fin de mois, pour chaque établissement de l’Indochine (voir tableau 52), firent l’objet d’une rubrique indépendante intitulée « Créances en cours de règlement »97. C’est, de plus, en avril 1933 que le gouverneur général Pasquier demanda au directeur général du siège de Paris d’entreprendre positivement l’aménagement des dettes en se basant sur le principe d’un secours sélectif, que la Banque et le gouvernement général nommaient « politique d’assainissement »98.

49Pour réaliser cet objectif, la Banque utilisa des méthodes de restructuration et de fusion des entreprises endettées. Elle se servit de l’un des trois moyens énoncés ci-dessous qu’elle combina parfois :

  1. Confiscation pure et simple des biens conservés en gage (plantations et autres établissements) ou mise aux enchères et rachat de ces biens sur le lieu de la vente ; dans un deuxième temps, création d’une nouvelle société destinée à utiliser les biens ainsi acquis.

  2. Restructuration des entreprises endettées auxquelles on fait émettre de nouveaux titres dont une partie ou la totalité sera acquise par la Banque à titre de dédommagement.

    • 99 Cf. PV, Banque de l’Indochine, 1934-1938.

    Création d’une nouvelle société regroupant plusieurs entreprises endettées dont une partie des titres nouvellement acquis servira à compenser les dettes des anciennes entreprises99.

  • 100 ANSOM, Crédit carton 31, rapport du commissaire, 11 décembre 1933.
  • 101 ANSOM, Crédit carton 31, gouverneur général à ministre des Colonies, 15 mai 1934.
  • 102 Les principales affaires de réorganisation des entreprises viables, communiquées aux actionnaires d (...)

50Comme nous l’avons déjà vu dans le paragraphe précédent, la politique d’assainissement de la Banque rencontra, à l’automne 1933, une forte résistance chez les entreprises coloniales. La Banque n’y renonça pourtant pas malgré la forte baisse des prix des produits coloniaux enregistrée à peu près à la même époque (figure 21). En novembre, le siège, en vue d’expliquer sa politique devant les autorités coloniales et les chambres de commerce et de leur demander d’être compréhensifs face à sa politique, donnait les instructions au directeur de Saigon de classer les entreprises indochinoises en trois catégories : « 1º celles qui ont une situation saine, auxquelles une aide peut être prêtée, le cas échéant, sans hésitation ; 2º celles qui sont viables et qui ont dès maintenant besoin de cette aide ; elle peut leur être accordée à la condition qu’elles fassent elles-mêmes un effort pour réduire leurs frais généraux ; 3º celles dont la position paraît irrémédiablement compromise ; les secours de la Banque ne pourraient que prolonger leur agonie au détriment des autres, envers lesquelles elles continueraient une concurrence sans espoir pour leur propre relèvement »100. Au printemps de l’année suivante, lorsque la baisse des prix des produits coloniaux stoppa une nouvelle fois et que les affaires commencèrent à reprendre, la Banque se lança énergiquement dans cette restructuration-fusion des entreprises endettées. Le 17 mai, le gouverneur général par intérim, Maurice Fernand Graffeuil, faisait le rapport suivant au ministre des Colonies : « Nous nous trouvons donc actuellement en présence d’une tendance très nette à un regroupement de sociétés, paraissant s’effectuer sous l’égide de la Banque de l’Indochine et qui s’opère soit dans le sens de l’absorption complète d’une société par une société plus forte, soit par apport d’éléments de l’actif d’une ancienne société au profit d’une nouvelle qui se crée à cette fin et qui, en contrepartie de ces apports, doit remettre à la première un certain nombre de ses actions. Je crois devoir signaler à votre haute attention cet important mouvement de concentration de sociétés »101. Depuis ce printemps jusqu’en 1938, la Banque poursuivit sans trêve cette politique dans une phase de lente reprise d’affaires, conjoncture favorable à cette politique102.

Figure 21 – Cours des principaux produits indochinois (1931-1936)

Figure 21 – Cours des principaux produits indochinois (1931-1936)

Source : BEI, 1936

  • 103 Cela ne signifie pas que la « valeur d’achat » n’avait pas de point faible. Beaucoup de ces titres (...)

51Il serait difficile d’exprimer avec les chiffres appropriés l’envergure et les mouvements de ces opérations d’aménagement. Ces opérations ayant abouti à l’acquisition, par la Banque, de titres d’entreprises coloniales, on peut considérer que les chiffres relatifs aux participations financières reflètent leurs mouvements. D’après le tableau 50 précédemment cité, le nombre d’entreprises indochinoises au capital desquelles participait la Banque était tombé de 46 à 39 entre 1928 et 1933 pour remonter à 53 en 1937. Toujours sur le même tableau, les montants des titres de participation sont inscrits en tant que « valeur actuelle » et « valeur d’achat ». Mise à part la « valeur actuelle », souvent influencée par les cours de la Bourse, la « valeur d’achat » non soumise à ce genre de fluctuations permet dans une certaine mesure d’évaluer les mouvements de participations financières. Les chiffres exprimant les mouvements de cette dernière ont ainsi été multipliés par 2,6 en quatre ans passant de 38 millions de francs en 1933 à 98,92 millions de francs en 1937103. Le secteur où la participation a été la plus grande est celui des plantations qui, entre 1933 et 1937, passera de 6 à 12.

52Tout ce qui vient d’être dit permet de déduire que la politique d’assainissement développée dans une étroite collaboration entre la Banque et le gouvernement général se solda par l’élargissement de la domination de la Banque sur les entreprises coloniales dont, notamment, les plantations. Les autorités coloniales reconnurent elles-mêmes cette réalité. Un document du ministère des Colonies, vraisemblablement élaboré en 1938, résumait ainsi sa critique de la politique suivie par la Banque depuis le début de la crise :

  • 104 ANSOM, Affaires économiques 190 (B), rapport de M. Lasserre sur les banques coloniales.

« en somme, la politique suivie par la B.I. depuis la crise est une politique d’accaparement de toutes les entreprises viables qui finiront, si l’on n’y prend pas garde et si l’on n’y met pas bon ordre, par former un vaste trust ou Konzern dominant toute la colonie. On reviendrait ainsi, insensiblement, à la colonisation par une grande compagnie privilégiée, formule détestable, ayant fait dans le passé la preuve de sa nocivité, et aujourd’hui unanimement condamnée même pour l’Afrique noire ; à fortiori pour une colonie comme l’Indochine »104.

2. Aménagement des dettes des propriétaires vietnamiens

53Les problèmes rencontrés par l’aménagement des dettes des propriétaires vietnamiens étaient de nature beaucoup plus délicate. La majeure partie de ces dettes contractées sur hypothèque des rizières était, en effet, totalement étrangère à la riziculture. Dans une note du 15 octobre 1931, le directeur des Finances de l’Indochine posait le problème en ces termes :

« Le propriétaire annamite n’est pas, en effet, un exploitant du sol ; du moins, il ne l’est pas resté, et dans la phase actuelle, il est devenu avant tout un spéculateur et un prêteur à usure. »

54En ce sens, l’endettement présent de la propriété a rigoureusement pour origine, non pas des besoins strictement culturaux, mais l’achat spéculatif de nouvelles rizières, la conquête, en vue d’un bénéfice rapide, des régions récentes du Transbassac, le profit énorme que procure la possibilité de prêts à 100 % aux petits cultivateurs et aux métayers, parfois même des opérations commerciales ou des pertes de jeu. [...]

  • 105 ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 1518, Note sur la situation de la riziculture indochinoise, par le (...)

« Ainsi, la crise actuelle de la riziculture cochinchinoise n’est qu’accessoirement une crise de prix de revient et, par conséquent, n’exige pas un allégement des charges fiscales ; elle s’avère, avant tout, une crise d’organisation sociale et d’aménagement de crise »105.

  • 106 Cf. ANSOM, Nouveaux Fonds, Indochine 2200, gouverneur général de l’Indochine à ministre des Colonie (...)
  • 107 Note sur la situation de la riziculture, op. cit.
  • 108 Gouverneur général à ministre des Colonies, op. cit., 19 novembre 1931.

55Le ministre des Colonies, Paul Reynaud, lui-même, approuva, au cours de son voyage en Indochine, une telle définition du problème106. Le devoir qui s’imposait dès lors à l’administration locale, en matière d’aménagement des dettes des propriétaires, consistait à réaliser « un équilibre social plus satisfaisant, et une libération progressive de l’exploitant réel de la terre »107 ou, pour reprendre l’expression plus directe du gouverneur général Pasquier, à pratiquer « une politique résolument sociale, qui limite l’extension des grands domaines, mette à la disposition de la masse rurale de petits lots de terres, et facilite, par tous les moyens, l’accession des indigènes à la petite propriété »108.

  • 109 Pour plus de détails, consulter : Rapport de Bargues, inspecteur de 2e classe des Colonies, concern (...)

56Une loi du 26 avril 1932 et un décret du 29 avril 1932 fixèrent le procédé devant permettre de régler ces dettes. Le Crédit Foncier de France accordera, dans la limite de 100 millions de francs (10 millions de piastres), les crédits garantis par le gouvernement général aux établissements de la colonie spécialisés dans les prêts hypothécaires. Ces derniers prêteront ces capitaux avec un intérêt modéré (7,7 % l’an) et à long terme (15 ans) aux propriétaires vietnamiens endettés qui pourront rembourser les dettes contractées auprès des organismes financiers coloniaux. Cette opération avait donc pour but de remplacer, avec l’assistance de l’administration locale, par un grand organisme financier métropolitain les créanciers coloniaux des propriétaires et de modifier le caractère des dettes autrefois à court terme qui passaient à long terme109.

  • 110 ANSOM, Bibliothèque, D 3144, L’endettement agraire en Cochinchine : rapport d ensemble au gouverneu (...)

57Le service des Prêts fonciers à long terme fut créé, auprès du gouvernement général, par un décret daté du 19 avril 1932 pour assurer la réalisation de cette opération. Dès juin, ce service commença à recenser ceux qui désiraient bénéficier de ce prêt à long terme. La liste fut close le 31 décembre. Elle comprenait 2 696 demandeurs de prêts qui totalisaient 464 332 hectares de rizières hypothéquées et 38 116 734 piastres de dettes déclarées (soit une moyenne de 14 138 piastres par débiteur)110. Le tableau 56 donne le détail de ces dettes. Sur les dettes ainsi déclarées devant le service des Prêts fonciers, il faudrait signaler les quatre points suivants :

    • 111 Ibid.

    Les sommes déclarées ne représentent qu’entre 69 et 76 % du montant total de toutes les dettes gagées sur les rizières. Elles ne prennent, en effet, en compte que la partie des grosses dettes concernant tous les organismes financiers européens. Le chef du service de la Propriété foncière en Indochine, chargé du service des Prêts fonciers, en donne lui-même les raisons dans les déclarations suivantes :
     – on estime que le montant total des dettes de toute la colonie se situe entre 50 et 55 millions de piastres ;
     – les dettes contractées envers les organismes européens sont toujours exactement recensées car elles mettent en jeu des montants importants et leur recouvrement se fait dans des conditions très rigoureuses. Les dettes concernant les organismes financiers indigènes ne sont bien souvent pas déclarées parce qu’elles sont très nombreuses et leurs montants modiques ;
     – après la clôture de la liste, le 31 décembre, il y eut encore 1 476 demandes de prêts qui ne concernaient cependant tous que de faibles sommes111.

    • 112 Nous avons déjà exposé les relations entre la Banque de l’Indochine et le Crédit Foncier Agricole d (...)
    • 113 L’origine des capitaux ayant servi aux prêts usuraires des propriétaires vietnamiens a déjà été men (...)

    Si l’on considère maintenant la répartition de ces dettes par organisme, on s’aperçoit que la proportion des organismes ayant un lien avec la Banque de l’Indochine est élevée. Le tableau 56 nous apprend que les « Annamites » (propriétaires) et les « Indiens » (Chettys) totalisent une part relativement importante comparée à celle des organismes européens. Cependant, les capitaux de la Caisse de Crédit Agricole Mutuel provenaient de crédits octroyés par la Banque de l’Indochine ; et le Crédit Foncier Agricole de l’Indochine, la Compagnie Foncière d’Indochine, la Société d’Union Immobilière et la Société Foncière Saïgonnaise étaient toutes des organismes de crédit foncier affiliés à la Banque de l’Indochine112. Ces derniers formaient donc, avec la Banque de l’Indochine, un groupe totalisant 37,9 % des dettes. Dans la réalité, cette proportion était plus importante car les « Annamites » (propriétaires-usuriers) s’approvisionnaient en capitaux de prêts auprès des organismes de ce groupe113.

    • 114 L’endettement agraire, rapport de P. de Feyssal, op. cit.

    La majeure partie de ces dettes était concentrée sur la Cochinchine puisque 93,4 % des sommes en jeu, 92 % de la surface hypothéquée et 98,7 % du nombre des demandeurs étaient accaparés par cette région. La Cochinchine occidentale était la plus concernée et les trois provinces de Baclieu, Rachgia et Soctrang rassemblaient 16 783 960 piastres de dettes, 225 801 hectares de rizières gagées et 624 demandeurs de prêts, représentant 47,1 %, 52,8 % et 23,4 % du total, pour les douze provinces de la Cochinchine, de ces catégories respectives114.

    • 115 Ibid.

    Nous terminerons en évoquant un aspect des dettes en elles-mêmes qui confirmera les « abus de crédit » dont témoigne le directeur des Finances de l’Indochine, déjà cité. Considérons, parce qu’il est typique, l’exemple d’un propriétaire répertorié sous le numéro V.H.H.-74-B. Ce dernier possédait 3 550 hectares de rizières qui lui servirent de garantie pour obtenir différents crédits dont 260 000 piastres du Crédit Foncier Agricole de l’Indochine, plus de 71 000 piastres de sept Chettys et 12 000 piastres des SIC AM. 60 000 piastres du crédit en provenance du Crédit Foncier Agricole de l’Indochine furent prêtées (avec des intérêts usuriers) à des voisins et le restant passa dans la construction de 18 compartiments et une grande villa. Ce propriétaire était également mêlé à diverses sortes d’autres affaires si bien que le montant de ses créances irrecouvrables était monté à 438 000 piastres115.

Tableau 56 – Situation des dettes hypothécaires des propriétaires vietnamiens, le 31 décembre 1931. Résultats d’une enquête réalisée par le service des Prêts fonciers à long terme

Tableau 56 – Situation des dettes hypothécaires des propriétaires vietnamiens, le 31 décembre 1931. Résultats d’une enquête réalisée par le service des Prêts fonciers à long terme

Source : L’endettement agraire, rapport de P. de Feyssal, op. cit

  • 116 Rapport de Bargues, op. cit., 12 décembre 1936.
  • 117 Ibid.

58Nous constatons donc que les dettes déclarées ne se répartissaient pas uniformément, que ce soit sur le plan géographique ou sur celui des organismes financiers qui y correspondaient. Cette répartition inéquitable des dettes devant faire l’objet d’un aménagement fut encore accentuée par un examen du service des Prêts fonciers. Avant de commencer toute étude, ce dernier décida de ne prendre en compte que les dettes dépassant 5 000 piastres et d’écarter les autres. Cette mesure se justifiait par le fait que le montant des demandes de prêt (somme des dettes déclarées) était de 3,8 fois supérieur aux dix millions de piastres dont disposait le service des Prêts fonciers. Elle fut aussi dictée par le souci : « l’élément de population, dont il importait d’éviter le mécontentement, était la plus grande, c’est-à-dire la classe des gros propriétaires »116. En vertu de ces considérations, les 1 647 demandes de prêts concernant des sommes modiques enregistrées après le délai de souscription furent toutes rejetées. Environ 1 000 dossiers seulement, sur les 2 696 présentés avant la clôture, furent retenus pour une étude. Jusqu’à la fin de l’année 1936, époque où il termina pratiquement cette opération, le service des Prêts fonciers n’autorisa que 351 prêts représentant un montant de 9 726 662 piastres117. Seulement 8,4 % des demandeurs (y compris ceux qui avaient souscrit après la date limite) purent donc bénéficier de prêts et rembourser, par conséquent, les dettes contractées auprès des organismes financiers coloniaux. Le montant moyen d’un prêt fut de 27 711 piastres, soit deux fois plus élevé que celui calculé sur les 2 696 demandeurs.

  • 118 « Évidemment [le Crédit Hypothécaire de l’Indochine qui avait succédé au Crédit Foncier Agricole de (...)

59Comment se répartissaient ces 351 dettes dans les organismes ? Si nous ne disposons d’aucun chiffre pouvant nous éclaircir à ce sujet, certains éléments permettent d’imaginer que les dettes contractées vis-à-vis du groupe de la Banque de l’Indochine bénéficièrent d’un traitement de faveur. En effet, les montants des dettes envers des organismes de ce groupe étaient relativement élevés ; ce sont deux organismes du même groupe, le Crédit Foncier Agricole de l’Indochine et la Société Foncière Indochinoise, qui furent chargés par le service des Prêts fonciers, de l’évaluation des garanties118.

  • 119 Ibid.

60Toutes ces constatations font apparaître que le règlement des dettes des propriétaires vietnamiens entrepris par le gouvernement général s’écarta complètement de l’objectif fixé au départ et se solda, en définitive, par une aide apportée à une poignée de gros propriétaires qui, pour reprendre l’expression de Bargues dont nous allons parler par la suite, « vivent du travail et aussi, hélas ! de la misère du Tadiên119 [très petits fermiers et métayers] ». Cet inspecteur des colonies qui contrôla en 1936 les affaires du service des Prêts fonciers fit une synthèse pleine d’amertume de cette opération bourrée de contradictions qui dura quatre ans. Nous citons un passage de ce long texte :

« [...] un propriétaire sur cent était endetté au point de ne pouvoir supporter la charge des emprunts qu’il avait souscrits et qu’un cinquième de la superficie des rizières de Cochinchine se trouvait ainsi gagé. [...] la grande masse de la population rurale n’était en aucune façon atteinte et la plus grande partie des terres cultivées n’avaient rien à craindre de mesures d’exécution provoquées par des créanciers exigeants.

« En définitive, la crise atteignait des éléments assez peu nombreux de la population, et dont l’action ne présentait, pour le développement économique de la colonie, qu’un intérêt plutôt limité. Mais la grande masse laborieuse, la vraie force vive du pays, n’était pas touchée.

« Dans ces conditions, une intervention administrative se révélait-elle nécessaire ? Au premier abord, et en considérant uniquement la situation personnelle des créanciers impayés et des débiteurs défaillants, il eût semblé que la réponse à cette question dût être négative. Cependant, d’autres éléments d’appréciation devaient entrer en ligne de compte. [...] la réalisation massive d’un grand nombre de gages aurait entraîné des conséquences fâcheuses. Elle aurait abouti, en effet, à la mise sur le marché, dans un délai assez bref, de 400 000 hectares de rizières. Il devait s’ensuivre une forte dévalorisation de la terre, à un moment où déjà une baisse considérable se faisait sentir. Le mal aurait été aggravé.

« Par ailleurs, le “gel” des capitaux avait provoqué une déflation immédiate et massive, dans un pays où l’épargne est inconnue ; d’où gêne, arrêt presque complet de la vie économique. Il était nécessaire de remettre des capitaux en circulation.

« Enfin, la dépossession de toute une classe de la population risquait de créer un sérieux malaise politique, d’autant plus grand que cette classe était composée d’éléments souvent cultivés, évolués, ayant une influence sociale puissante.

« Du point de vue philanthropique, donc, l’intervention administrative ne se justifiait en aucune manière. Ce sont des considérations d’ordre politique qui seules l’ont commandée. La morale n’y a pas gagné ; et c’est regrettable. [...]

  • 120 Ibid.

« Malheureusement, rien n’a été changé. Pire : la situation des gros propriétaires terriens a été affermie, alors que leur imprévoyance, leur prodigalité avaient eu pour effet de la compromettre. Par voie de conséquence, leur puissance s’est trouvée consolidée. Cependant, les petits propriétaires, moins lourdement endettés, étaient obligés de liquider leur situation par leurs propres moyens ; quant aux fermiers, leur sort ne subissait aucun changement. [...] Si quelques grands domaines avaient été divisés, si quelques fermiers avaient pu ainsi accéder à la petite propriété, grâce à des avances de l’Administration, au moyen, par exemple, de contrats de location-vente, on aurait pu réaliser une expérience de transformation de la tenure des terres, transformation éminemment souhaitable, puisqu’elle a pour but l’amélioration du sort d’une classe laborieuse et misérable de la population »120.

  • 121 ANSOM, Crédit carton 124, rapport de Bargues concernant la vérification de la Caisse centrale de cr (...)

61Nous devons, pour terminer, voir comment furent aménagées les dettes contractées par les propriétaires vis-à-vis de la Banque de l’Indochine. Les prêts en souffrance de cette dernière se répartissaient en deux groupes : prêts fonciers hypothécaires directs ; prêts fonciers hypothécaires indirects sous forme d’escomptes d’effets SICAM. Fin 1931, les premiers atteignaient un montant de 3 065 180 piastres et les seconds représentaient une somme de 11 036 000 piastres. Les prêts directs étaient presque totalement remboursés avant fin 1936 grâce au changement de créancier réalisé par le service des Prêts fonciers. Les prêts indirects posaient, quant à eux, un problème car seulement 1 014 818 piastres (875 609 piastres de capitaux d’origine et 139 209 piastres d’intérêts) firent l’objet d’un remplacement121

  • 122 Le taux d’intérêt du crédit agricole, autrefois de 10 % (6 % pour la Banque de l’Indochine, 2 % pou (...)

62Considérons le tableau 57. Après 1932, la Banque de l’Indochine cessa pratiquement d’accorder des nouveaux crédits aux SICAM. Par contre, les montants des remboursements diminuèrent considérablement en 1933 et 1934 pour augmenter ensuite à partir de 1935. Il faudrait voir, dans ces différents mouvements, l’influence conjuguée : de la conséquence de la relève des créances prises par le service des Prêts fonciers ; de la centralisation et du contrôle des créances SICAM par la Caisse Centrale de Crédit Agricole Mutuel (CCCAM) qui entra en activité à la fin de 1932 ; des différentes mesures prises, dès juillet 1934, par le gouvernement général pour alléger les charges des propriétaires endettés (abaissements successifs du taux des intérêts, abandon partiel des intérêts et rachat, sur les fonds disponibles des budgets communaux, de terres hypothéquées122 ; et de la reprise économique amorcée en 1934. En janvier 1936, il restait pourtant encore 9 millions de piastres à rembourser. Pour en finir avec ces derniers remboursements, le gouvernement général et la Banque de l’Indochine entamèrent, en 1936, une discussion qui, après bien des péripéties, aboutit à une convention datée du 31 août 1936 dont l’essentiel tenait dans les trois points suivants :

  • le CCCAM recevra les effets SICAM détenus par la Banque de l’Indochine et s’engagera, vis-à-vis de cette dernière, à récupérer les créances auprès des propriétaires ;

  • le CCCAM garantissait à la Banque de l’Indochine, de 1937 à 1944, un remboursement annuel d’un minimum de 500 000 piastres (du capital d’origine) ainsi que le versement des intérêts ;

    • 123 Ibid.

    au cas où le prêt ne serait pas intégralement remboursé au 31 décembre 1944, le gouvernement général et la Banque de l’Indochine discuteraient d’une révision de ce mode de règlement123.

63On considéra donc en 1936 que les montants de ces prêts indirects en souffrance avaient été convertis en créances à long terme et que le problème était définitivement résolu.

Tableau 57 – Dettes contractées par les SICAM à l’égard de la Banque de l’Indochine (1925‑1937)

Tableau 57 – Dettes contractées par les SICAM à l’égard de la Banque de l’Indochine (1925‑1937)

Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Sources : ANSOM, Crédit carton 124, réponses de gouverneur de la Cochinchine à inspecteur général des colonies, Saigon, 25 février 1937 ; Id., note de la direction des Services économiques de l’Indochine, Hanoï, 22 avril 1938

III. Bénéfices, répartition des bénéfices et politique financière

64Nous devons d’abord signaler qu’entre les deux guerres, la Banque apporta des changements importants dans la façon d’inscrire ses bénéfices. Le tableau 59 représentant le détail de l’« Amortissement » et de la « Réserve » fait apparaître que dès 1923, les pertes comme les effets impayés ou les créances irrecouvrables ne sont plus rapportées devant le conseil d’administration. Les années 1930 virent, de plus, la suppression de pratiquement toutes les autres déductions. Par conséquent, les bénéfices I, pour nous saisibles, se rapprochent, à partir du début des années 1920, des bénéfices I’ ; puis, les bénéfices I et I’ont tendance à rejoindre, dans les années 1930, les bénéfices III (voir tableau 58). Les raisons de ces modifications ne sont pas très claires. Il est évidemment impensable que les pertes aient cessé à cette époque ou qu’il ne fût plus nécessaire d’inscrire les fonds de prévoyance. Il faudrait penser que fut peut-être introduite progressivement une nouvelle façon d’inscription des bénéfices consistant, au lieu de soustraire (comme dans le passé) l’« Amortissement » et la « Réserve » des bénéfices II, à déduire par avance les montants de ces deux rubriques et à inscrire le restant en tant que bénéfice initial (que nous appelons bénéfices I). Nous voudrions en tout cas signaler que, durant cette période, les bénéfices I, I’ et II furent beaucoup moins comptabilisés que par le passé.

Tableau 58 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1920‑1939)

Tableau 58 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1920‑1939)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
N. B – Les chiffres entre parenthèse sont en francs de décembre 1913 corrigés d’après un indice des prix de gros calculé sur 45 articles.

Sources : Banque de l’Indochine, 1940 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1920-1939

Tableau 59 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1920‑1939)

Tableau 59 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1920‑1939)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
1. Pertes dues à la dépréciation du portefeuille, participations financières, etc.

Sources : PV, Banque de lֹ’Indochine, 1920-1939

65Le tableau 58 représente les divers bénéfices de 1920 à 1939. La figure 22 représente l’évolution de ces bénéfices en francs de décembre 1913 corrigés d’après un indice des prix de gros. Les bénéfices I montrent, dans l’ensemble, une tendance à la stagnation car, s’ils ont enregistré une hausse soudaine immédiatement après la cinquième augmentation de capital en 1920, ils ont, par ailleurs, subi de fortes baisses entre 1927 et 1928 ainsi qu’entre 1930 et 1934. Les bénéfices III qui étaient les bénéfices publiés, quant à eux, montrent une tendance à la hausse lente. Quoi qu’il en soit, les mouvements de ces bénéfices ne reflètent absolument pas la conjoncture de l’époque caractérisée par la hausse des années 1920 (surtout dans la seconde moitié de cette décennie) et par la baisse des années 1930 (plus particulièrement de la première moitié de cette période). Cette constatation ne signifie nullement que la gestion de la Banque a été stable durant cette période. Il suffit pour s’en persuader de considérer les mouvements des taux de bénéfices et des dividendes des actionnaires.

Figure 22 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1914‑1939)

Figure 22 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1914‑1939)

N.B. – Les millions de francs et les francs servant d’unité sont en francs de décembre 1913 corrigés d’après un indice des prix de gros calculé sur 45 articles.

Source : Tableaux 39 et 58

  • 124 Au cours des séances de l’assemblée générale des actionnaires des années 1920, le conseil d’adminis (...)

66Le taux de bénéfices, obtenu en divisant les bénéfices I’ par le capital versé, a rapidement augmenté durant les années 1920 (plus exactement de 1920 à 1926) et fortement diminué pendant la décennie suivante (de 1930 à 1934). La hausse des années 1920 repose principalement sur la chute du franc qui entraîna une augmentation de la valeur des bénéfices des succursales et agences, et doit, par conséquent, être largement relativisée124. La baisse des années 1930 reflète, en revanche, assez fidèlement la réalité puisqu’à partir de 1931, le taux de change entre le franc et la piastre fut fixe. D’une façon générale, alors que le boum des années 1920 ne contribua guère à l’amélioration des résultats de la Banque, la crise des années 1930 joua pour beaucoup dans la détérioration des chiffres enregistrée durant cette décennie.

67Considérons maintenant les dividendes des actionnaires. La courbe des dividendes (a) représente les montants des dividendes d’une action convertis en francs-décembre 1913. Elle amorce une croissance au milieu des années 1920. Après avoir légèrement dépassé, entre les premiers semestres 1930 et 1931, la hauteur atteinte avant la guerre, elle décroît brusquement pour stagner, à partir de 1933, avec des dividendes qui resteront faibles. Ces mouvements ne reflètent cependant pas la réalité. En effet, le montant versé du capital-actions de la Banque, qui avait été fixé à 125 francs (pour une action) depuis les premières années de la fondation, fut relevé une première fois à 475 francs à l’occasion de l’augmentation de capital de 1920 et une seconde fois à 500 francs (c’est-à-dire au versement intégral) au moment du renouvellement du privilège en 1931. Pour permettre une comparaison avec les dividendes d’avant 1919, on a divisé par 3,8 les dividendes couvrant les années 1920-1930 et par 4 ceux des années 1931-1939 et obtenu la courbe (b) des dividendes calculés pour un versement de 125 francs. Le montant le plus élevé fut enregistré pour le second semestre de 1930. À 8,6 francs, il était pourtant largement inférieur au montant le plus faible obtenu pendant la Première Guerre mondiale (9,4 francs au second semestre de 1918). La Banque n’a pu finalement atteindre l’objectif, qu’elle s’était elle-même fixé et que nous avons déjà mentionné, de ramener ces dividendes au niveau du franc-or d’avant la guerre.

  • 125 ANSOM, Crédit carton 34, rapport du commissaire, 22 novembre 1927.

68Comment les différentes régions étaient-elles respectivement touchées par ces mauvais résultats ? Le tableau 60 représente le détail, par régions, des bénéfices I exprimés en francs courants ainsi qu’en francs constants (de décembre 1913). Le tableau 61 reprend les chiffres en francs constants et les groupe, par époque. Nous y lisons que, de 1920 à 1929, les établissements indochinois comptabilisaient 51,6 % et les agences chinoises 26,9 % du total des bénéfices. Ces deux rapports s’inversèrent en revanche au cours des dix années suivantes, de 1930 à 1939 puisque l’Indochine ne réalisaient plus que 41 % des bénéfices alors que la Chine en accaparait 50,4 %. Ces mêmes pourcentages, calculés sur la période allant de 1920 à 1939, donnent néanmoins 46,5 % pour l’Indochine et seulement 38,2 % pour la Chine. Une comparaison avec la veille de la Première Guerre mondiale permet de considérer que les mauvais chiffres réalisés par la Banque à cette époque sont dus au manque d’activité des agences chinoises que n’ont pu compenser les succursales et agences de l’Indochine125.

Tableau 60 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par année

Tableau 60 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par année

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
N.B. – 1. Les chiffres entre parenthèses représentent des francs corrigés d’après un indice des prix calculé sur 45 articles. – 2. Le signe – annonce des nombres négatifs.

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1920-1940

Tableau 61 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par période

Tableau 61 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par période

Unité : 1 000 francs (francs constants de décembre 1913 ; sommes arrondies à l’unité inférieure). 
N.B. – Les chiffres entre parenthèses représentent des pourcentages.

Source : Tableau 60

  • 126 Voici, à titre d’exemple, le détail des amortissements des immeubles et terrains réalisés avec les (...)

69Nous terminerons en essayant de dégager, à partir de l’étude de la répartition des bénéfices et des fonds de réserve, les orientations de la politique financière de la Banque. L’attention est d’abord attirée, en matière de répartition des bénéfices, par les amortissements à la fois considérables et systématiques d’immeubles et de terres réalisés dans les années 1920. Ceci est le résultat de l’exécution d’un vaste programme de reconstruction, décidé par la Banque en 1923, des immeubles de succursales et agences ainsi que d’autres établissements leur étant liés126. Les frais nécessaires à cette opération furent amortis avec les bénéfices semestriels. Il est impossible de vérifier directement, avec les documents disponibles, le genre de mobile qui présida à ce considérable développement autofinancé d’équipements. Compte tenu de l’ambiance dans laquelle baignait la Banque à cette époque, il est probable que cette opération fut guidée au moins par les deux raisons suivantes : d’une part, sauvegarder le patrimoine qui s’émiettait du fait de l’inflation ; d’autre part, réduire les bénéfices publiés (bénéfices III) pour faire taire la critique liée à la question du renouvellement du privilège.

70Le tableau 62 compare la composition de la réserve à deux moments différents, le 1er juillet 1920 et le 30 juin 1937. Le montant total de la réserve, 89 650 000 francs pour l’année 1920 et 166 962 000 francs pour l’année 1937, donne respectivement, exprimé en francs-décembre 1913, 17 820 000 francs et 31 030 000 francs. De 1920 à 1937 il a donc été multiplié par 1,7. Le capital versé est passé, quant à lui, de 13 590 000 francs à 22 300 000 francs (en francs-décembre 1913) ayant été multiplié, au cours de la même période, par 1,6. La réserve a donc régulièrement progressé en suivant le rythme du développement de la Banque.

Tableau 62 – BIC : Relevé des réserves (1920‑1937)

Tableau 62 – BIC : Relevé des réserves (1920‑1937)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Sources : rapport du commissaire, 7 décembre 1920 et 19 janvier 1938 (ANSOM, Crédit cartons 35 et 50) ; AG, Banque de l’Indochine, 25 mai 1921 et 24 mai 1938

  • 127 ANSOM, Crédit carton 35, rapport du commissaire, 19 janvier 1938.

71La composition de ladite réserve pose néanmoins un problème. Deux points méritent ici d’être signalés. La part statutaire a augmenté considérablement (de 14,7 % à 45,1 %) alors que la part hors statutaire a, au contraire, fortement diminué (de 64,1 % à 36,9 %). Ce changement est peut-être dû, d’une part à la stagnation, durant cette époque, des bénéfices I qui aurait mis la Banque dans l’obligation de ne pas développer la réserve facultative ; et d’autre part, à la participation, datée de 1931, des représentants de l’État au conseil d’administration de la Banque qui aurait rendu difficile cette réserve volontaire au caractère trop arbitraire. Le deuxième point devant être mentionné concerne la réserve occulte tenue cachée (à distinguer de la réserve occulte semi-publiée en écritures dans le compte « Créditeurs divers ») dont le montant a augmenté. Le contenu de cette réserve était un actif complètement amorti. Le commissaire du gouvernement estimait à 157 millions de francs la valeur marchande, au 30 juin 1937, de cette réserve en immeubles et terres et à 94 300 000 francs sa valeur en titres127. Si l’on ajoute maintenant cette réserve à la réserve publiée (figurant ouvertement au bilan) et à la réserve occulte semi-publiée, on obtient, pour 1937, un montant total de 418 260 000 francs constitué pour 18 % de la part statutaire, pour 14,7 % de la part hors statutaire, pour 7,2 % de la réserve occulte semi-publiée et pour 60,1 % de la réserve occulte tenue cachée. Ce dernier pourcentage est vraiment déterminant.

72Etant donné qu’il ne subsiste aucun document relatif à l’année 1920, il est impossible de traiter les mouvements de cette réserve occulte tenue cachée. Toutefois, si l’on se souvient qu’une part non négligeable des immeubles et terres fut acquise, comme nous l’avons vu récemment, dans les années 1920 et qu’une grande partie des titres se constitua, comme nous l’avons étudié dans le paragraphe précédent, lors de l’aménagement des créances effectué dans les années 1930, il est permis de considérer la dilatation de cette réserve comme un phénomène caractéristique de l’époque. Dans ces conditions, notre remarque précédente concernant la stagnation de la réserve volontaire ne prend peut-être en compte qu’un seul aspect de la situation. La reconstruction des immeubles et l’acquisition de terrains qui s’ensuivit au cours des années 1920 ainsi que l’aménagement des créances réalisé dans les années 1930 ont fourni à la Banque la base d’une réserve considérable. Cette constatation signifie que, comme à la veille de la Première Guerre mondiale, la Banque a développé, entre les deux guerres, une politique de forte réserve. On peut affirmer de toutes façons que, durant cette période pleine de troubles, la Banque réussit, plus encore qu’avant la Première Guerre mondiale, à maintenir une base financière solide.

Conclusion et perspectives

  • 128 Expression souvent utilisée par la Banque elle-même dans les années 1920.

73Le boum colonial des années 1920 favorisa le transfert du centre des activités de la Banque de l’Indochine en Indochine où elle se livra activement à des prêts agricoles ainsi qu’à la création et aux augmentations de capital d’entreprises coloniales. Malheureusement, cette « collaboration à la mise en valeur de la colonie »128, réalisée par la Banque à la demande et avec le soutien du gouvernement général de l’Indochine, ne se tourna pratiquement exclusivement que vers les gros propriétaires vietnamiens et les plantations dont elle encouragea les activités spéculatives. La grande crise dont l’Indochine fut le théâtre se caractérisa, par conséquent, par la crise des gros propriétaires et des plantations et confirma énergiquement les limites de la politique entreprenante adoptée par la Banque au lendemain de la première guerre mondiale vis-à-vis de la colonie. Elle révéla également que la mise en valeur de la colonie, recherchée par le gouvernement général, était impossible sans la modernisation et la transformation des structures économiques et sociales traditionnelles de la colonie.

  • 129 Sur la notion « système jinushien », voir : H. Kohachiro Tokahashi, Du féodalisme au capitalisme. P (...)

74La grande crise exigeait donc un changement radical de la politique de la Banque et du gouvernement de la colonie. L’administration coloniale (ainsi que les dirigeants de la Banque) avaient conscience de ce problème. Redoutant l’écroulement du système colonial, les gouvernements métropolitain et colonial n’en adoptèrent pas moins une politique consistant, par une forte ingérence, à renflouer les gros propriétaires et les entreprises endettées ainsi que la Banque de l’Indochine par la même occasion. La liquidation de la crise vit, d’une part, le relèvement du système jinushien129 (les rapports entre propriétaires fonciers parasitaires et très petits fermiers ou métayers) qui en sortait renforcé, et d’autre part la mutation de la banque privilégiée (la Banque de l’Indochine) en un gigantesque holding. Alors que le secteur traditionnel (la riziculture) voyait se poursuivre et se consolider l’« ancien régime », le secteur transplanté (les plantations) assistait à la résurrection de la « compagnie coloniale privilégiée » qui, jusqu’au milieu du XIXe siècle, avait disparu du devant de la scène mondiale. Plus que jamais, « la morale » ne pouvait lutter contre « la politique » (Bargues) et la colonie continuait d’être dominée par ses contradictions économiques et sociales.

  • 130 ANSOM, Crédit carton 124, rapport nº 30 de Bargues, 23 décembre 1936.

75On pourrait ajouter que, réorganisée en 1931 en « société d’économie mixte », la Banque de l’Indochine accepta une participation de l’État à son capital et à son conseil d’administration. Malgré cette transformation, la Banque ne changea rien à sa politique et à ses opérations. Tous les inspecteurs des colonies ayant vérifié les opérations de la Banque dans les années 1930 s’accordèrent à remarquer que cette dernière continuait d’agir non pas en institut d’émission, incarnant des intérêts généraux du pays, mais en « commerçant », en « banquier »130.

76Comment le gouvernement de la métropole percevait-il cette évolution de la Banque de l’Indochine après la grande crise et sous le régime de la loi du 31 mars 1931 ? Quelles mesures tenta-t-il pour faire face à la situation ? Nous essaierons de répondre à ces questions en avançant les points suivants.

*
* *

  • 131 ANSOM, Crédit carton 126, rapport nº 37 de Bargues en 1937.

77C’est le gouvernement du Front populaire qui fut le premier à s’attaquer aux contradictions qui s’étaient manifestées après la grande crise. L’occasion lui en fut donnée avec le rapport intitulé Rôle de la Banque de l’Indochine dans la distribution du crédit et l’aménagement des dettes, présenté en 1937 par l’inspecteur des colonies, Bargues, au ministre des Colonies, Marius Moutet131. Bargues dénonçait la politique de la Banque de l’Indochine à qui il reprochait de s’être intéressée, dès 1900, davantage aux participations à des entreprises coloniales et au contrôle des entreprises qu’à sa fonction première d’institut d’émission chargé des opérations d’avances et d’escomptes. Il reconnaissait de plus que cette tendance n’avait fait que s’accentuer avec la crise et que la Banque de l’Indochine avait réussi à quasiment truster le crédit commercial et les affaires financières de la colonie. Pour atténuer les dommages causés à l’économie coloniale du fait de ce « monopole de fait » de la banque centrale de la colonie, l’inspecteur préconisait les deux mesures suivantes : d’une part, la constitution d’une commission d’escompte qui comprendrait des représentants du commerce local ; et d’autre part, la scission absolue entre le « département d’émission » et le « département d’affaires » de la Banque de l’Indochine, dont la confusion est à la base de la fâcheuse situation.

78Cette proposition intéressa d’autant plus le ministre des Colonies que le nouveau gouvernement de gauche venait de réorganiser, l’année précédente, la Banque de France où il avait exclu du conseil général les régents désignés par « les deux cents familles » et réussi à asseoir l’autorité de l’État et de représentants de divers milieux. Moutet soumit ce projet au directeur des Affaires économiques après y avoir ajouté un troisième article demandant de diriger l’activité de la Banque de l’Indochine vers le financement de la récolte pendante. Voici quelle était la substance de la réponse qui fut envoyée par ce directeur, le 24 novembre 1937. Une réforme du conseil d’escompte déjà existant ne serait guère efficace puisque l’escompte est encore très peu développé en Indochine. Il ne fallait pas davantage compter sur une réorganisation de la Banque « si on laisse le même conseil d’administration, les mêmes hautes personnalités de direction ». Quant au financement de la récolte pendante, rien ne peut être changé car les statuts ne comportant aucune obligation à ce sujet, la Banque « se soucie assez peu des recommandations administratives, forte de son influence et de ses appuis ». Le directeur des Affaires économiques concluait en disant :

  • 132 ANSOM, Crédit carton 57, note pour le ministre, 24 novembre 1937.

« La véritable solution est celle de la création d’un institut d’émission. Le reste n’est que palliatifs. On peut, certes, envisager un remaniement de son conseil, mais si cela doit constituer un danger pour les animateurs de la Banque de l’Indochine, la résistance sera aussi vive que pour une réorganisation complète. [...] Enfin, la question de la création d’un institut d’émission sera mise à l’étude incessamment, pour être utilisée, le cas échéant »132.

  • 133 ANSOM, Affaires économiques 190 (B), rapport Lasserre, déjà cité.
  • 134 Ibid.

79Cette réponse du directeur des affaires économiques attira l’attention dans la mesure où les autorités compétentes suprêmes du gouvernement y reconnaissaient que l’organisation de la Banque de l’Indochine en une « banque d’économie mixte », réalisée en 1931, n’avait entraîné aucun changement notable dans les rapports entre cette banque et l’État. Elle laisse, en tout cas, percevoir que, dès 1937, on avait commencé à étudier la question d’une nouvelle banque d’émission qui devrait être créée après que la Banque de l’Indochine aura restitué son privilège. Il reste dans les archives de la direction des Affaires économiques un long rapport concernant la réorganisation de la Banque de l’Indochine, signé par Georges Lasserre133. Ce document aurait été élaboré au second semestre de 1938, c’est-à-dire à un moment où les travaux d’études étaient certainement pratiquement terminés. Lasserre y proposait la création d’une banque d’émission caractérisée par une participation financière et une gestion communes à l’État et aux usagers (et non aux capitalistes), d’une formule nouvelle qui « se rattache à la fois à l’idée de l’économie mixte et à l’idée coopérative, tout en s’inspirant de la réforme de 1936 de la Banque de France »134. Il convient de faire quelques remarques au sujet du projet de Lasserre qui visait la « démocratisation du crédit » du même type que la réorganisation de la Banque de France (mais replacée dans un contexte colonial). Il est certain que ce projet qui proposait d’éliminer les grandes banques parisiennes du capital et du conseil d’administration de la nouvelle banque, aurait pu contribuer, dans une certaine mesure, à la démocratisation du crédit dans les secteurs transplantés grâce à une attribution « impartiale » du crédit aux entreprises coloniales françaises. Dans les secteurs traditionnels caractérisés par le système jinushien et la domination financière des commerçants chinois sur les petits et moyens paysans, il était par contre évident que la démocratisation du crédit (notamment l’attribution de crédit aux petits paysans) était impossible. En effet, depuis sa fondation, la Banque de l’Indochine s’était sans cesse trouvée confrontée au problème de savoir comment elle pourrait octroyer des prêts à des petits paysans qui n’offraient aucune garantie fiable ; mais le projet de réforme ne faisait aucune mention concernant ce problème de la réalisation des opérations financières de l’institut d’émission.

80Cette réforme ne fut pas, de toutes façons, réalisée par les gouvernements du Front populaire. Si les raisons de cet échec demeurent obscures, il n’en demeure pas moins certain que l’évolution de la situation politique joua certainement un grand rôle, l’affaiblissement du gouvernement provoquant une alternance se répétant de plus en plus fréquemment avec un glissement progressif vers la droite.

  • 135 Le ministre des Finances alors en poste, Yves Bouthillier, justifia, plus tard, la nécessité d’une (...)
  • 136 PV, Banque de l’Indochine, 11 décembre 1940.

81C’est le gouvernement de Vichy arrivé au pouvoir en juillet 1940 qui réussit à apporter de véritables modifications à la loi de 1931. Ce gouvernement, s’appuyant sur la défaite face à l’Allemagne, se servit de la dégradation du capitalisme français et surtout de la critique virulente contre l’immobilisme des patrons de firmes que l’on rendait responsables de la situation, pour mener toutes sortes de réformes interventionnistes que leurs protagonistes se plaisaient à qualifier de « révolutionnaires »135. Le secteur des banques coloniales n’échappa pas à la règle puisque deux lois, votées l’une le 16 novembre 1940 et l’autre le 9 décembre de la même année, imposèrent à ces banques les trois conditions suivantes : 1º le président du conseil d’administration (nommé par le gouvernement) doit cumuler cette fonction avec celle de directeur général ; 2º le nombre des administrateurs est fixé à 12 ; 3º la nomination des administrateurs doit être soumise à l’agrément du gouvernement136. Conformément à ces dispositions, l’organisation administrative de la Banque de l’Indochine subit de profondes modifications entre décembre 1940 et février 1941.

  • 137 Voir à ce sujet, Ibid., 11 et 30 décembre 1940, 5 février et 26 mars 1941.

82Paul Baudoin, cet ancien inspecteur des finances, fut désigné pour être le premier président directeur général alors que le président, Borduge, n’était plus que président honoraire. A partir de 1931, Baudoin avait été directeur général de la Banque de l’Indochine, fonction qu’il avait cumulée, à partir de 1937, avec celle d’administrateur-délégué. Il avait été appelé au gouvernement, en mars 1940, et ne travaillait donc plus à la Banque à cette époque. Grâce à cette carrière embrassant à la fois l’État et la Banque de l’Indochine, son cas ne posa pas de problème particulier. Il en fut tout autrement des membres du conseil d’administration dont le nombre fut fixé à 12. Autrefois composé de 20 membres (avec les 6 administrateurs nommés par le gouvernement), il perdait 8 membres. Les intentions gouvernementales étaient d’imposer à la Banque un conseil d’administration constitué de représentants de l’État, de diverses banques et des colonies au nombre de 4 pour chacun de ces secteurs. Le bouleversement de personnel inévitable qui en résulta se déroula de la façon suivante. Six des dix représentants des diverses banques démissionnèrent. Restèrent en place les quatre représentants du Crédit Lyonnais, du Comptoir d’Escompte, de Paribas et de la Société Générale. Il fut demandé au gouvernement de reconnaître en tant que représentants des intérêts coloniaux le directeur général Baudoin, le vice-président Roume et les administrateurs Charles Michelet-Côte et Fernand Bernard – ces trois derniers avaient refusé de donner leur démission. Seul Baudoin fut accepté. Les trois autres membres désignés pour représenter les intérêts coloniaux au sein du conseil d’administration furent Joseph Deschamps (vice-président de la Société Française des Charbonnages du Tonkin et président du Crédit Industriel et Commercial), Pierre Julien (administrateur d’État de la Banque de l’Indochine et secrétaire général honoraire du ministère de l’Intérieur) et Philippe Langlois (président du Syndicat Français des Planteurs de Caoutchouc de l’Indochine)137. On peut imaginer que ce remaniement de personnel fut extrêmement pénible.

  • 138 Comme on peut le vérifier avec le tableau annexe 6 à la fin de ce volume, la Banque de l’Indochine (...)

83Quoi qu’il en soit, la réforme du gouvernement de Vichy mit un point final à la domination exclusive, qui s’étala sur 65 ans, des grandes banques parisiennes sur le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine. La majorité absolue, jusqu’alors détenue par ces banques, tomba brutalement à quatre membres. Nous ne disposons d’aucun indice permettant de savoir si les banques concernées prirent des mesures pour répondre à cette nouvelle situation. On imagine aisément qu’au moins à long terme, ces événements poussèrent les banques à revoir la stratégie de leurs affaires en Asie. Considérée sous cet angle, la réforme du gouvernement de Vichy acquiert une valeur très importante dans le cadre du processus historique au cours duquel, parallèlement à la guerre d’indépendance nationale de l’Indochine, la Banque de l’Indochine restitua progressivement son privilège à partir de 1955 et se reconstitua en banque d’affaires privée, amenant ainsi les banques parisiennes à renoncer à son statut de banque privilégiée. Il faut toutefois noter que cette réforme fut limitée puisqu’elle n’apporta aucun changement véritable aux fonctions de la Banque de l’Indochine considérée en tant que banque coloniale. Les modifications n’affectèrent, en effet, que le personnel de la gestion centrale et ne portèrent pas sur la politique ou les opérations de la Banque. Si, de plus, le conseil d’administration accueillait des représentants des intérêts coloniaux, ces derniers étaient des représentants de l’État déjà en place à la Banque de l’Indochine (les cas de Baudoin et Julien) et des administrateurs de sociétés coloniales affiliées à la Banque138 (les cas de Deschamps et Langlois). Il n’avait jamais été question de désigner des représentants locaux. Pas plus que le projet de réforme du gouvernement du Front populaire, la réforme du gouvernement de Vichy n’était pas d’une nature à toucher à la structure socio-économique des colonies.

Notes

1 Alors qu’à partir de 1920, les documents fondamentaux des établissements coloniaux (rapports mensuels d’opérations des directeurs, comptes rendus mensuels des censeurs, bilans et tableaux de risques de chaque succursale ou agence) furent dans les archives ministérielles, il ne subsiste, pour les établissements de l’étranger, aucun document de ce genre. De plus, à partir de 1929, même le rapport annuel de la Commission de surveillance des banques coloniales ne contenait plus aucune information concernant les activités des agences de l’étranger. Il semble que cette modification au niveau des traces de documents n’est pas due au hasard et doit être imputée au changement de la politique extérieure du gouvernement français après la guerre ainsi qu’au déplacement géographique du centre de la Banque de l’Indochine intervenu à la même époque.

2 C’est d’abord le Rapport général sur l’industrie française : sa situation, son avenir (Paris, 1919, 3 vol.), rédigé à la fin des hostilités sur les instructions du ministre du Commerce, Étienne Clémentel, par le Comité consultatif des arts et manufactures qui donna une importance particulière à la mise en valeur des colonies en mettant cette dernière en relation avec la reconstruction économique de la France. La mise en valeur des colonies acquit un contenu plus concret avec ce qu’on appelait le « plan Sarraut » ou « Projet de loi portant fixation d’un programme général de mise en valeur des colonies françaises » établi en 1921 par le ministre des Colonies, Albert Sarraut. Ce projet de loi qui proposait d’investir sur dix ans 3 milliards de francs dans les travaux publics (pour la plupart des entreprises d’installation de moyens de transports) devint finalement caduc et ne fut jamais appliqué tel quel. Une partie des travaux inscrits dans ce projet fut néanmoins réalisée, au cours des années 1920, à la charge des budgets locaux de chaque colonie. La « mise en valeur des colonies françaises » devint une expression à la mode après 1923 avec la publication d’un ouvrage d’A. Sarraut portant ce titre. Cf. A. Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Paris, 1923 ; ANSOM, Affaires économiques 2647 (3), Exécution du plan Sarraut.

3 L’interdiction d’exporter des capitaux fut levée par un décret émis le 10 janvier 1928. ANSOM, Crédit carton 113.

4 Le passage suivant du rapport à l’assemblée général des actionnaires de Paribas laisse apparaître l’espoir considérable mis, au milieu d’affaires français, après la guerre, en marché colonial : « L’état défavorable de notre change doit inciter à rechercher dans notre domaine colonial, si étendu et si varié, des produits naturels payables en notre monnaie. Cette mise en valeur comporte des études centralisées et un outillage qui exige d’importants concours financiers. Pour aider à la réalisation de ce programme nous avons pris l’initiative de créer la Compagnie Générale des Colonies. La plupart des établissements de crédit et des grandes entreprises coloniales ont concouru à la fondation de cette compagnie. Nous avons aussi participé à la formation du capital des affaires coloniales suivantes : Compagnie Minière et Métallurgique de l’Indochine, Compagnie Cotonnière du Niger, Société Commerciale et Industrielle des Palmeraies Africaines, Compagnie Africaine de Commerce [...] » (AG, Banque de Paris et des Pays-Bas, 12 avril 1921).

5 Cette agence fut fondée à la demande du gouvernement français pour permettre les opérations financières de l’armée française envoyée en Sibérie. Elle ferma lorsque le corps expéditionnaire quitta la Sibérie. PV, Banque de l’Indochine, 25 septembre 1918 et 4 août 1920.

6 On ne comptait qu’une seule sous-agence, celle de Hué, les autres étant des agences.

7 La moitié des 48 000 actions émises fut distribuée en priorité aux anciens actionnaires et l’autre moitié fit l’objet d’une souscription publique. Cette dernière donna la priorité aux résidents des colonies, la Banque devant faire face à la critique croissante que lui adressait le milieu colonial. C’est ainsi qu’une partie des nouvelles actions aboutit dans les mains des colons. Cf. PV. Banque de l’Indochine, 21 janvier 1920.

8 La libération du capital fut relevée sous deux prétextes : 1e les banques coloniales avaient toutes (à l’exception de la Banque de l’Afrique Occidentale) adopté un système de libération intégrale ; 2e le public regardait d’un œil critique le faible taux de libération, compte tenu de l’augmentation constante affichée par les dividendes de la Banque de l’Indochine. Les versements supplémentaires furent réalisés grâce à la suppression de la totalité des 33 600 000 francs du fonds de « Réserve spéciale » de la Banque (primes d’émission versées par les souscripteurs lors des différentes augmentations de capital) qui furent répartis entre les anciens actionnaires. Cf. AG extraordinaire, Banque de l’Indochine, 28 mai 1919 ; ANSOM, Crédit carton 50, ministre des Finances à ministre des Colonies, 25 octobre 1918.

9 ANSOM, Crédit carton 34, rapport du commissaire, 22 novembre 1927.

10 ANSOM, Crédit carton 50, rapport du commissaire, 9 juin 1920.

11 Ibid.

12 ANSOM, Crédit carton 35, rapport du commissaire, 17 novembre 1937.

13 Ibid.

14 De 1905 à 1913, le cours moyen du riz nº 1 de Saigon était de 7,7 piastres pour 100 kilos. Il s’élevait, de 1924 à 1929, à 13,7 piastres. Le volume annuel moyen des exportations de riz de l’Indochine s’élevait, entre 1903 et 1913, à 1 030 000 tonnes et, entre 1924 et 1929, à 1 540 000 tonnes. ANSOM, Crédit carton 18.

15 ANSOM, Crédit carton 87, Note sur la situation économique dans ses rapports avec le problème monétaire et la politique suivie par la Banque de l’Indochine, décembre 1933.

16 Ibid.

17 Une note du département des Colonies décrivait le boum dans les termes suivants : « À partir de 1924, l’Indochine a bénéficié d’un afflux de capitaux neufs qu’elle n’avait jamais enregistré jusqu’alors : sous la double influence de la dépréciation du franc français et de la hausse vertigineuse du caoutchouc, toutes les affaires indochinoises cotées en Bourse se sont vues portées à des niveaux singulièrement élevés : les actions et parts de fondateur des sociétés nouvellement créées trouvaient immédiatement un marché actif et largement orienté vers la hausse [...] » (ANSOM, Affaires politiques, carton 2647, Note sur la situation de l’Indochine, Saigon, octobre 1931).

18 La courbe des billets de banque de la figure 18 inclut les colonies autres que l’Indochine. Cette dernière représente néanmoins la quasi-totalité du montant des billets en circulation : de 75,3 millions de piastres en 1920, la part de l’Indochine passait à 109,4 en 1925 puis à 129,9 en 1927 et enfin à 146,2 en 1929.

19 Nous prendrons, à titre d’exemple, les montants des opérations de change retenus par la Banque de l’Indochine sur le marché saïgonnais :
Unité : 1 000 piastres (excepté pour l’importation).
Image 10000000000002C10000016DF121887B.jpg
Source : Rapport-bilan de la succursale de Saigon, cit. in Rapport du commissaire, 6 octobre 1927 (ANSOM, Crédit carton 34).

20 On trouve également dans les organismes de crédit agricole mutuel fondés dans les années 1920, la Caisse Française de Crédit Agricole Mutuel. Comme son nom l’indique, cet organisme était un établissement de crédit mutuel de colons français. ANSOM, Crédit carton 124, Mémoire préliminaire sur la réorganisation du crédit agricole en Indochine, par Yves Henry, 12 avril 1929.

21 ANSOM, Crédit carton 124, Rapport fait par Pages, inspecteur de 2e classe des colonies, concernant la vérification de M. Eutrope..., 8 février 1930.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Le 28 janvier 1928, un arrêté du gouvernement général distinguait trois types d’utilisation de prêts : 1º l’aménagement, la constitution ou le développement des propriétés, 2º l’accession des indigènes à la propriété, 3º les besoins courants de l’exploitation – et définissait les conditions dans lesquelles chacun serait pratiqué, en particulier la limite globale de ces prêts ainsi que le montant maximal d’un prêt. Ibid.

25 ANSOM, Crédit carton 124, note de la direction des Services économiques de l’Indochine pour le gouverneur général, Hanoï, 22 avril 1938.

26 Le 31 décembre 1929, par exemple, le montant des prêts de toutes les SICAM était de 9,14 millions de piastres pour les 8 provinces de la région de Transbassac et de 2,8 millions de piastres pour les 11 autres « vieilles provinces ». Ibid.

27 À cette époque, la réalisation, par les autorités coloniales, de grands travaux d’irrigation dans l’Ouest et l’extrême Ouest rendait possible le défrichement de plusieurs milliers d’hectares. Il s’ensuit qu’« un rush irrésistible portait vers ces Eldorados des hommes plus riches d’espoir que de capitaux d’exploitation » (ANSOM, Crédit carton 124, réponses du gouverneur de la Cochinchine à l’inspecteur des colonies, chef de mission, Saïgon, 25 février 1937).

28 ANSOM, Bibliothèque, D 3144, L’endettement agraire en Cochinchine : rapport d’ensemble au gouverneur général de l’Indochine par P. de Feyssal, inspecteur de l’enregistrement, chef du service de la propriété foncière en Indochine, chargé du service des prêts fonciers, mai 1932-juillet 1933.

29 Rapport fait par Pages, op. cit.

30 Les cinq principaux de ces organismes étaient : 1º Société Financière Française et Coloniale, 2º Crédit Foncier de l’Indochine, 3º Crédit Foncier Agricole de l’Indochine, 4º Crédit Foncier d’Extrême-Orient, 5º Compagnie Foncière d’Indochine. Comme nous le verrons par la suite, le premier avait été fondé par Octave Homberg, le deuxième était une filiale de la Banque de l’Indochine, le troisième, une filiale du deuxième (et par conséquent une sous-filiale de la Banque de l’Indochine), le quatrième, une filiale de la Banque de l’Union Parisienne, et le cinquième, une filiale de la Banque Franco-Chinoise.

31 L’endettement agraire, op. cit.

32 ANSOM, Crédit carton 124, Lettre de Yves Henry au gouverneur général, Chatel-Guyon, 20 mai 1929.

33 Mémoire préliminaire, op. cit.

34 La Banque demanda de fixer cette limite à environ 9 millions de piastres. ANSOM, Crédit carton 47, note sur les SICAM, 2 octobre 1934.

35 PV, Banque de l’Indochine, 14 février 1923.

36 Roume (président), Homberg (vice-président qui est en même temps administrateur délégué) et Thion de La Chaume. AG, Crédit Foncier de l’Indochine, 30 septembre 1924.

37 Ibid.

38 Ibid., 17 juin 1927.

39 « Un petit nombre d’actions » de cet organisme fut cependant distribué à « quelques annamites influents » et l’on fit même participer au conseil d’administration « deux indigènes gros propriétaires de rizières qui jouissent d’une situation importante en Cochinchine » (Ibid., 21 juin 1929).

40 Voir les propres mémoires de Homberg : Les coulisses de l’histoire, op. cit.

41 PV, Banque de l’Indochine, 4 février 1920.

42 Jacques Boudet, Le monde des affaires, Paris, 1952, p. 49-50.

43 Ce rôle joué par Homberg apparaît dans les affaires suivantes. Lorsqu’à la fin de l’année 1930, la SFFC connut une crise, Homberg participait au conseil d’administration de 45 sociétés coloniales : 20 sociétés rattachées à la SFFC, 11 sociétés rattachées à la Banque de l’Union Parisienne, 7 sociétés rattachées à la Banque de l’Indochine et 7 autres sociétés. ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2875, Note sur la situation personnelle de M. Octave Homberg.

44 Ce taux est inférieur de 20 % à celui évalué par rapport à l’argent à l’époque de la stabilisation. Note sur la situation économique, op. cit.

45 William Oualid, « Le privilège de la Banque d’Indo-Chine (2) », L’Europe nouvelle, 4 novembre 1922.

46 Nous citons un extrait d’un document du gouvernement de l’Annam rédigé en juin 1931 qui analyse avec justesse ces insurrections paysannes :
« La rapidité et la force avec lesquelles la doctrine communiste s’est propagée au sein de la population rurale des provinces de Vinh et Hatinh tout d’abord, puis plus tard de celle de Quang-Ngai, ont profondément surpris les autorités du protectorat et le gouvernement annamite. Celui-ci était habitué depuis toujours à ne voir dans la partie la plus pauvre de cette population, la foule des “non-possidentes” [sic], qu’une masse inerte d’êtres ataviquement résignés à leur sort [...].
« Bien que la propriété en pays annamite soit extrêmement morcelée et qu’il y ait un nombre considérable de petits propriétaires possédant des lopins parfois infimes de terrains, il y a dans chaque village un contingent important de ‘non-possidentes’ [sic], qui ne peuvent vivre que du louage de leurs services. La proportion de cette catégorie d’individus varie suivant les villages de 30 à 70 % de la population. Or on remarque que plus un terroir est riche, et plus le nombre des propriétaires fonciers est restreint par rapport au nombre des propriétaires qui s’y entassent. Cela s’explique par l’accaparement auquel se livrent les richards – généralement anciens hauts dignitaires du gouvernement annamite, entrepreneurs ou commerçants ayant fait leur fortune dans les grandes villes – de toutes les bonnes terres. Cet accaparement s’opère suivant un mécanisme de prêt du droit annamite qui n’est autre que l’antichrèse de notre code civil. Les opérations de cadastrage et d’immatriculation de la propriété foncière poursuivies dans la province de Vinh au cours de ces dernières années a permis de constater que dans certains villages les sept dixièmes des parcelles étaient cultivés pour le compte des créanciers antichrésistes, soit par leur propriétaire véritable soit par des métayers. L’annamite qui possède un bien de famille, où sont les tombeaux de ses ancêtres, ne s’en défait pas volontiers. Il préfère lorsqu’il a besoin d’argent le remettre en gage à un créancier par un contrat d’antichrèse et, pratiquement, dans la moyenne des cas, il lui en abandonne la gestion. Ainsi, progressivement, certains richards parviennent à s’assurer la possession et le revenu de nombreuses parcelles [...].
« Ceci explique le déséquilibre qui règne dans ces campagnes annamites entre la répartition du capital foncier et celle des richesses produites. Le capital foncier est nominalement disséminé entre une infinité de propriétaires petits et grands mais le revenu des terres est pour la majeure partie drainé par une minorité qui comprend les gros propriétaires [...].
« L’amodiation des biens communaux est d’autre part une source féconde de mécontentements populaires. Les règles du droit annamite prévoient que ces biens doivent être répartis entre les habitants tous les trois ans, à charge par les occupants de payer au village une redevance. Dans la pratique, l’oligarchie communale des grands notables, qui comprend les hommes les plus influents de la commune, s’arrange toujours pour favoriser ses protégés ou pour accaparer une partie des revenus des biens communaux pour des fins autres que les dépenses d’intérêt communal. La classe pauvre souffre de ne pouvoir jouir complètement de ces biens, comme la loi le prescrit théoriquement.
« Il est aisé d’apercevoir que la paysannerie pauvre, celle à laquelle il a été facile d’insinuer qu’elle était exploitée, se compose à la fois des gens qui ne possèdent absolument aucun bien et des petits paysans dépossédés pour un temps plus ou moins long de leur maigre héritage par leurs créanciers antichrésistes, qui se comportent en réalité comme des usuriers. C’est cette masse paysanne qu’on a organisée en syndicat paysan rouge [...].
« La haine sommeillait donc au cœur de tous ces pauvres gens et il n’a pas fallu beaucoup de discours pour les convaincre que, puisqu’ils étaient les plus nombreux, il leur suffirait de se révolter en masse pour se débarrasser de tous leurs oppresseurs. Le plus douloureux pour le protectorat dans cette affaire c’est que ces mêmes paysans ne peuvent pas comprendre pourquoi l’autorité légale prend la défense de la classe moyenne et exige le rétablissement de l’ordre des choses traditionnel. Ils se laissent persuader que sans l’appui du gouvernement leurs oppresseurs seraient déjà vaincus. Les meneurs ont donc la partie belle pour insuffler à cette masse la haine du régime comme complément de la haine contre la classe privilégiée » (ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2327 (2), Rapport au département sur la situation politique en Annam, 1er juin 1931).

47 Rappelons que l’un des objectifs de la fondation de la Banque de l’Indochine fut de permettre la formation des petits propriétaires indépendants en chassant l’usure des villages.

48 Comme nous le verrons en partie dans ce paragraphe, une véritable réforme agraire (redistribution démocratique de la terre entre les paysans vietnamiens) n’avait pas encore été réalisée même dans les années 1930.

49 AG, Banque de l’Indochine, 31 mai 1933.

50 Y. Henry, Économie agricole, op. cit., p. 370 et suiv.

51 Dans le domaine du caoutchouc, le boum cessa en 1926.

52 Au 1er décembre 1931, la SFFC participait au capital de 35 entreprises qui se répartissaient géographiquement comme suit : Indochine, 19 ; Afrique, 6 ; Madagascar, 4 ; autres, 6. ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2875.

53 Le 19 décembre 1930, un groupe de banques et le gouvernement général passaient un accord avec la SFFC. À la fin du même mois, un crédit de 105 millions de francs était ouvert à cette dernière. Ce crédit se composait de 25 millions de francs alloués par le gouvernement général, 35 millions de francs par la Banque de l’Indochine, 20 millions de francs par la maison Lazard frères et Cie, 20 millions de francs par la Banque de l’Union Parisienne et 5 millions de francs par la maison Worms et Cie (ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2875). En échange d’une telle quantité de capitaux, Homberg fut dépossédé des postes de conseil d’administration qu’il avait, jusqu’alors, occupé à la Banque de l’Indochine et dans six entreprises coloniales affiliées à cette banque (voir : Note sur la situation personnelle de M. Octave Homberg, op. cit.).

54 Ne pas oublier que l’introduction, en Indochine, du système étalon de change-or s’accompagna d’une transformation de l’encaisse de la Banque de l’Indochine qui ne fut plus en argent mais en or ou en change-or.

55 En 1930, le volume des exportations de riz (en mille de tonnes) et le montant des exportations de ce produit (en millions de piastres or de 1931) étaient respectivement 1 121 et 119. En 1931, ces chiffres passaient à 959 et 62, et en 1932, à 1 214 et 60. ANSOM, Crédit carton 18.

56 Entre août 1930 et septembre 1931, la Banque de l’Indochine perdit ses avoirs or de 262 millions de francs, uniquement dans les opérations de change avec les diverses banques de la ville de Saigon. ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 206, Situation monétaire, Saigon, 22 octobre 1931.

57 Un document du ministère des Colonies rédigé en 1931 disait ceci : « Le noyau solide du personnel dirigeant français, qui formait l’armature de toutes les entreprises, se réduit, se diminue, s’effrite actuellement chaque jour ; c’est par chaque navire partant pour France, d’Haïphong ou de Saigon, des départs massifs et définitifs d’employés : les cadres partout deviennent squelettiques. Depuis le premier janvier 1931 jusqu’au 1er juillet, 25 % de la population française est rentrée en France, sans espoir de retour ! l’Indochine deviendra bientôt un vaste cimetière des énergies françaises, mal récompensées dans leur labeur, dans leur initiative, dans leur courage » (ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2329, La crise économique en Indochine).

58 Par l’article 3 du décret du 31 mai 1930, l’encaisse de la Banque de l’Indochine était modifiée, passant de plus d’un tiers des billets en circulation à plus d’un tiers du total des billets en circulation et des comptes courants créditeurs.

59 ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, Chappedelaine, 7 avril 1932.

60 ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2328.

61 ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Hanoï, 4 avril 1932.

62 Cit. in Rapport du commissaire, 8 mai 1931 (ANSOM, Crédit carton 77).

63 Pour plus de commodité, nous nous alignons sur le vocabulaire du gouvernement général et du ministère des Colonies et désignons par « producteurs agricoles » tous patrons au sens large du terme (propriétaires parasites y compris) qui avaient un lien avec la production agricole.

64 Le budget général pour l’exercice 1931 avait été arrêté primitivement en recettes et dépenses à 180 040 000 piastres, tandis qu’en clôture les dépenses s’élevaient à 98 430 000 piastres et les recettes à 87 290 000 piastres. Pour l’exercice 1932, ces trois montants étaient respectivement de 90 300 000, 82 990 000 et 69 130 000 piastres. ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 2494, mission 1933-1934 : Rapport d’ensemble sur la situation financière de l’Indochine, par Louis Demongin, inspecteur général des colonies.

65 ANSOM, Crédit carton 124, Rapport de Bargues, inspecteur de 2e classe des colonies, concernant la vérification de la Caisse Centrale de Crédit Agricole Mutuel de Cochinchine, 23 décembre 1936.

66 ANSOM, Crédit carton 124, Lettre personnelle du secrétaire général par intérim, 11 janvier 1932.

67 Ce n’est qu’à partir de 1935 que le compte du Trésor passa à une tendance créditrice. Voir le tableau annexe 1 de la fin de ce volume.

68 De 1931 à 1938, le gouvernement général lança tous les ans (excepté en 1936) des emprunts considérables sur la métropole. Se reporter à la figure annexe 1 de la fin du volume.

69 ANSOM, Affaires politiques 2647 (5).

70 De nombreux pays asiatiques, touchés par la suspension de la convertibilité de la livre en septembre 1931, avaient déstabilisé leurs monnaies.

71 Le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine faisait de la situation économique de l’Indochine en 1933, le compte rendu suivant : « L’Indochine a encore plus souffert que les années précédentes de la persistance de la crise mondiale. Aux causes d’ordre général d’avilissement continu du prix des céréales se sont ajoutées celles qu’entraîne l’adoption en Extrême-Orient des mesures de protection douanière dont l’Occident donne l’exemple. La Colonie a vu se fermer peu à peu tous les marchés voisins. Successivement les Philippines, la Malaisie, les Indes néerlandaises, le Japon et la Chine se sont efforcés de développer la culture du riz à l’intérieur de leurs frontières par voie de contingentement ou d’imposition de lourdes taxes à l’entrée. Chaque jour plus isolée, l’Indochine pouvait se demander si elle n’allait pas voir une partie de sa récolte pourrir faute d’acheteurs et faute de magasins pour la stocker » (AG, Banque de l’Indochine, 30 mai 1934).

72 Cité in Lettre du gouverneur général de l’Indochine aux présidents de la Chambre de Commerce de Cochinchine, du Conseil Colonial de Cochinchine et de la Chambre d’Agriculture de Cochinchine, 22 juillet 1933 (ANSOM, Crédit carton 87).

73 Cité in Note sur la situation économique, op. cit., décembre 1933.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Ibid.

77 ANSOM, Affaires économique 2647 (5).

78 Syndicat des Commerçants et des Industriels de Cochinchine, Syndicat des Planteurs de Caoutchouc de Cochinchine, Conseil Colonial de Cochinchine, Chambre de Commerce de Cochinchine, Syndicat des Ateliers et Limonadiers de Cochinchine, Syndicat des Pharmaciens d’Indochine, Syndicat de la Presse de Cochinchine, Syndicat des Riziculteurs. ANSOM, Affaires économiques 2647 (5), note sans date.

79 Ibid.

80 ANSOM, Crédit carton 47, rapport du commissaire, 30 mai 1934.

81 À cette époque, Outrey était considéré par le gouvernement général comme « le porte-parole de la riziculture cochinchinoise ». ANSOM, Affaires économiques 2647 (5), gouverneur général à ministre des Colonies, 1er juin 1932.

82 ANSOM, Crédit carton 13-14, Commission chargée d’étudier les répercussions des fluctuations de l’argent métal..., séance du 10 mars 1934 (8e séance).

83 Ibid.

84 Ibid.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Outrey rédigea individuellement un « rapport spécial » et proposa un retour à l’étalon d’argent. ANSOM, Affaires économiques 190 (B), Commission chargée d’étudier les répercussions des fluctuations de l’argent métal..., Rapport spécial au ministre des Colonies établi par M. Outrey, 30 avril 1934.

88 Id., Rapport au ministre des Colonies, 24 mai 1934.

89 Ibid.

90 ANSOM, Crédit carton 18, Meeting et manifestation de rue du 17 avril 1934 (rapport de Nadaud, chef local des services de police), Saigon, 18 avril 1934.

91 Ibid.

92 ANSOM, Crédit carton 47, rapport du commissaire, 6 juillet 1934.

93 « L’amélioration économique de la colonie a eu pour conséquence un apaisement de la campagne menée dans certains milieux contre la Banque d’émission » (Ibid., 18 octobre 1934).

94 La Banque de l’Indochine et le gouvernement général se sont ainsi partagés les responsabilités, parce que la première possédait directement des créances considérables vis-à-vis des entreprises françaises et parce que le second, en se portant garant des effets SICAM, était impliqué dans les dettes des propriétaires vietnamiens.

95 ANSOM, Crédit carton 87. Note sur la situation économique, op. cit., décembre 1933.

96 ANSOM, Crédit carton 87, gouverneur général à ministre des Colonies, 15 juin 1932.

97 ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Saigon, 11 février 1933.

98 « [...] il est constant que, depuis quelques mois, les difficultés propres à l’Indochine ne se sont pas accrues, et que le maximum de la dépression locale semble atteint. Pendant cette période de restriction monétaire et économique, toutes les mesures que vous avez très judicieusement prises pour tenter de résorber le volume exagéré des engagements de vos débiteurs indochinois ont eu, d’autre part, mon entière approbation et sont allées de pair avec l’effort de déflation budgétaire poursuivi par mon Administration. Au point actuel de la crise, il m’apparaît toutefois qu’une action positive pourrait s’exercer avec fruit : celles des affaires locales qui sont irrémédiablement perdues doivent, sans ménagement, disparaître, celles qui sont gravement compromises, mais qui conservent certains éléments de vitalité, doivent être réorganisées et définitivement redressées ; la catégorie – malheureusement plus rare – des entreprises saines et offrant des perspectives d’avenir doit, enfin, trouver auprès des banques des facilités suffisantes de crédit. Or, seul votre Établissement dispose de l’organisation, de l’indépendance et des moyens matériels nécessaires pour mener à bien cette discrimination, rétablir sur des bases normales, après les excès spéculatifs antérieurs, l’activité locale et rendre ainsi possible, dès que les conditions générales le permettront, une reprise modérée des affaires indochinoises » (ANSOM, Affaires politiques 2647 (5), gouverneur général de l’Indochine à directeur général de la Banque de l’Indochine, Hanoï, 26 avril 1933).

99 Cf. PV, Banque de l’Indochine, 1934-1938.

100 ANSOM, Crédit carton 31, rapport du commissaire, 11 décembre 1933.

101 ANSOM, Crédit carton 31, gouverneur général à ministre des Colonies, 15 mai 1934.

102 Les principales affaires de réorganisation des entreprises viables, communiquées aux actionnaires de la Banque de l’Indochine, sont au nombre de 5 en 1934, 1 en 1935, 5 en 1936, 3 en 1937 et 3 en 1938. AG, Banque de l’Indochine, exercices 1934-1938.

103 Cela ne signifie pas que la « valeur d’achat » n’avait pas de point faible. Beaucoup de ces titres avaient été acquis en dédommagement de dettes et, par conséquent, gratuitement ; dans de nombreux cas, les créances étaient déjà amorties. Etant donné que, pour cette raison, la « valeur d’achat » était largement inférieure à sa valeur réelle au moment de l’acquisition, l’important est, pour nous, davantage dans le taux de variation temporel que dans les montants absolus.

104 ANSOM, Affaires économiques 190 (B), rapport de M. Lasserre sur les banques coloniales.

105 ANSOM, Nouveaux fonds, Indochine 1518, Note sur la situation de la riziculture indochinoise, par le directeur des Finances de l’Indochine, Saigon, 15 octobre 1931.

106 Cf. ANSOM, Nouveaux Fonds, Indochine 2200, gouverneur général de l’Indochine à ministre des Colonies, 19 novembre 1931.

107 Note sur la situation de la riziculture, op. cit.

108 Gouverneur général à ministre des Colonies, op. cit., 19 novembre 1931.

109 Pour plus de détails, consulter : Rapport de Bargues, inspecteur de 2e classe des Colonies, concernant le service des Prêts fonciers à long terme, Saigon, 12 décembre 1936 (ANSOM, Crédit carton 88).

110 ANSOM, Bibliothèque, D 3144, L’endettement agraire en Cochinchine : rapport d ensemble au gouverneur général de l’Indochine par P. de Feyssal...

111 Ibid.

112 Nous avons déjà exposé les relations entre la Banque de l’Indochine et le Crédit Foncier Agricole de l’Indochine. Pour ce qui est des autres organismes de crédit foncier, c’est dans le début des années 1930 que la Banque de l’Indochine participa à leur capital.

113 L’origine des capitaux ayant servi aux prêts usuraires des propriétaires vietnamiens a déjà été mentionné à plusieurs reprises au cours de cet ouvrage.

114 L’endettement agraire, rapport de P. de Feyssal, op. cit.

115 Ibid.

116 Rapport de Bargues, op. cit., 12 décembre 1936.

117 Ibid.

118 « Évidemment [le Crédit Hypothécaire de l’Indochine qui avait succédé au Crédit Foncier Agricole de l’Indochine] a quelque peu oublié, en l’occurrence, qu’il était un auxiliaire de l’Administration. Il a agi en commerçant, en banquier ; ce qu’il est en premier lieu. Qu’il ait favorisé, par les moyens qui étaient mis en son pouvoir, le règlement d’affaires entreprises par lui, dans lesquelles il avait engagé d’importants capitaux, il n’y a rien là, somme toute, que d’assez naturel. » (Ibid.)

119 Ibid.

120 Ibid.

121 ANSOM, Crédit carton 124, rapport de Bargues concernant la vérification de la Caisse centrale de crédit agricole mutuel de Cochinchine, 23 décembre 1936.

122 Le taux d’intérêt du crédit agricole, autrefois de 10 % (6 % pour la Banque de l’Indochine, 2 % pour le gouvernement général et 2 % pour les SICAM), fut rabaissé à 7,5 % (6 % pour la Banque de l’Indochine, 1 % pour le gouvernement général et 0,5 % pour les SICAM) en juillet 1934 puis à 6 % (5 % pour la Banque de l’Indochine et 1 % pour le gouvernement général) en janvier 1936. Pour ce qui est des versements des intérêts, les arriérés des intérêts SICAM accumulés de 1929 à 1933 furent exonérés pour un montant total de 1 509 696 piastres et pris en charge par le budget colonial. En dernier lieu, les villages, sous la direction du gouvernement général, rachetèrent avec leur budget des terres hypothéquées pour un montant de 301 416,37 piastres. Les terres ainsi rachetées furent incorporées aux terres communes des villages et prêtées aux anciens propriétaires. Voir : note de la direction des Services économiques pour le gouverneur général, Hanoï, 22 avril 1938 (ANSOM, Crédit carton 124).

123 Ibid.

124 Au cours des séances de l’assemblée générale des actionnaires des années 1920, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine insiste sur cette situation répétitive.

125 ANSOM, Crédit carton 34, rapport du commissaire, 22 novembre 1927.

126 Voici, à titre d’exemple, le détail des amortissements des immeubles et terrains réalisés avec les bénéfices du second semestre de l’année 1928 : Saigon, 220 971 piastres ; Haïphong, 8 400 piastres ; Hanoï, 84 255 piastres ; Nam-Dinh, 78 227 piastres ; Pnom-Penh, 19 276 piastres ; Fort-Bayard, 5 670 piastres ; Vinh, 12 983 piastres ; Cantho, 95 256 piastres ; Quinhon, 21 583 piastres ; Pondichéry, 23 000 francs ; Paris, 4 100 000 francs. PV, Banque de l’Indochine, 13 février 1929.

127 ANSOM, Crédit carton 35, rapport du commissaire, 19 janvier 1938.

128 Expression souvent utilisée par la Banque elle-même dans les années 1920.

129 Sur la notion « système jinushien », voir : H. Kohachiro Tokahashi, Du féodalisme au capitalisme. Problèmes de la transition, Paris, 1982, p. 58 et passim.

130 ANSOM, Crédit carton 124, rapport nº 30 de Bargues, 23 décembre 1936.

131 ANSOM, Crédit carton 126, rapport nº 37 de Bargues en 1937.

132 ANSOM, Crédit carton 57, note pour le ministre, 24 novembre 1937.

133 ANSOM, Affaires économiques 190 (B), rapport Lasserre, déjà cité.

134 Ibid.

135 Le ministre des Finances alors en poste, Yves Bouthillier, justifia, plus tard, la nécessité d’une réforme bancaire en ces termes : « [...] le monde bancaire était chez nous la proie de contradictions et la victime d’une indolence néfaste. Un accroissement déraisonnable des frais généraux grevait le prix du crédit. Les banques importantes se considéraient comme les collaboratrices du Trésor avant d’être les auxiliaires du commerce et de l’industrie. Or la fonction de banque est un moyen de la vie du pays. La banque est un organe au service de l’économie. Il convenait de le rappeler à des praticiens excellents, mais fascinés par la puissance de l’État » (Yves Bouthillier, Le drame de Vichy, t. 2, Paris, 1951, p. 298).

136 PV, Banque de l’Indochine, 11 décembre 1940.

137 Voir à ce sujet, Ibid., 11 et 30 décembre 1940, 5 février et 26 mars 1941.

138 Comme on peut le vérifier avec le tableau annexe 6 à la fin de ce volume, la Banque de l’Indochine participait au capital de la Société Française des Charbonnages du Tonkin ainsi qu’au Syndicat Français des Planteurs de Caoutchouc de l’Indochine.

Table des illustrations

Titre Tableau 44 – BIC : Dates d’ouverture des succursales et agences
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1940 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1940
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 45 – BIC : Répartition géographique des affaires extraordinaires (1920‑1929)
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1920-1929
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 46 – BIC : Répartition géographique des participations financières (1917, 1921, 1928, 1933, 1937)
Légende Unité : 1 000 francs (excepté pour les nombres d’entreprises). 1. Actions et parts détenues ; 2. Les entreprises dont les activités se répartissent sur plusieurs régions sont classées dans la région où leur activité est la plus importante ; 3. Entreprises qui déploient leurs activités sur d’autres régions ou bien entreprises pour lesquelles on peut définir de zone d’activité précise.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 18 – BIC : Principales ressources (1919-1939) Situation au 31 décembre
Légende Unité : Million de francs (à partir de 1914, francs constants de décembre 1913)
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1910-1939
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 47 – BIC : Situation des opérations sur place pour tous les établissements de l’Indochine (1927‑1929)
Légende Unité : Millions de piastres (chiffres entre parenthèses : pourcentages).
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 7 avril 1932
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 48 – Évolution des SICAM (1913-1930)
Crédits Sources : ANSOM, Crédit carton 124, réponses du gouverneur de Cochinchine à l’inspecteur général des colonies, Saïgon, 25 février 1937 ; id., note de la direction des Services économiques de l’Indochine, Hanoï, 22 avril 1938 ; Pierre Melin, L’endettement agraire en Cochinchine, Paris, 1939, p. 75
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 49 – Répartition des propriétés foncières des principales provinces de Cochinchine en fonction de leur taille, vers 1930
Légende Unité : Pourcentage.
Crédits Source : Yves Henry, Économie agricole de l’Indochine, Hanoï, 1932, p. 189
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 50 – BIC : Participations financières en Indochine1 (1917‑1937)
Légende Unité : Francs (excepté pour les nombres d’entreprises). 1. Actions et parts détenues ; 2. Les entreprises dont les activités englobent plusieurs secteurs sont classées en fonction de leur secteur principal ; 3. Entreprises relevant d’autres secteurs ou dont le secteur principal ne peut être déterminé.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 19 – Indices des cours des valeurs mobilières à Paris (1928‑1937)
Légende N.B. – Base 100 en 1928 (décembre 1927 pour les valeurs indochinoises)
Crédits Source : ministère des Colonies, Bulletin mensuel de statistiques coloniales, février 1938
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 51 – Situation des participations de la SFFC aux entreprises indochinoises1, le 1er décembre 1931
Légende Unité : 1 000 francs. 1. On considérait que les entreprises dont la participation au capital social était supérieure à 10 % appartenaient au groupe de la SFFC ; 2. Montant des actions détenues par la SFFC ; 3. Montant des avances (uniquement dans ce cas).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 20 – BIC : Situation de l’encaisse de garantie (septembre 1930‑mars 1932)
Légende Unité : Million de piastres.
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 87
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 52 – BIC : Situation des risques des trois principaux établissements indochinois au 31 décembre 1931
Légende Unité : 1 000 piastres (sommes arrondis à l’unité inférieure).
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 49, rapport du censeur, Hanoï, 4 avril 1932
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 53 – BIC : Situation des opérations locales dans les établissements indochinois (1930-1931)
Légende Unité : millions de piastres. 1. Imposée par la loi du 31 mars 1931.
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 68, Banque de l’indochine à ministre des Colonies, 7 avril 1932
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 54 – Balance des paiements de l’Indochine (1928‑1931)
Légende Unité : Millions de francs. 1. Commandes des administrations publiques en France (20 millions) et achats privés payés par mandats postaux (60 millions).
Crédits Source : ANSOM, Affaires politiques 2467 (5), note sur la situation monétaire de l’Indochine, Saïgon, octobre 1931
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 55 – Répartition géographique du commerce extérieur de l’Indochine (1913, 1929, 1932)
Légende Unité : 1 000 piastres (stabilisées de 1931).
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 18, Statistiques commerciales de l’Indochine
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 21 – Cours des principaux produits indochinois (1931-1936)
Crédits Source : BEI, 1936
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 56 – Situation des dettes hypothécaires des propriétaires vietnamiens, le 31 décembre 1931. Résultats d’une enquête réalisée par le service des Prêts fonciers à long terme
Crédits Source : L’endettement agraire, rapport de P. de Feyssal, op. cit
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 57 – Dettes contractées par les SICAM à l’égard de la Banque de l’Indochine (1925‑1937)
Légende Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Sources : ANSOM, Crédit carton 124, réponses de gouverneur de la Cochinchine à inspecteur général des colonies, Saigon, 25 février 1937 ; Id., note de la direction des Services économiques de l’Indochine, Hanoï, 22 avril 1938
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 58 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1920‑1939)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). N. B – Les chiffres entre parenthèse sont en francs de décembre 1913 corrigés d’après un indice des prix de gros calculé sur 45 articles.
Crédits Sources : Banque de l’Indochine, 1940 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1920-1939
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 59 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1920‑1939)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 1. Pertes dues à la dépréciation du portefeuille, participations financières, etc.
Crédits Sources : PV, Banque de lֹ’Indochine, 1920-1939
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 22 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1914‑1939)
Légende N.B. – Les millions de francs et les francs servant d’unité sont en francs de décembre 1913 corrigés d’après un indice des prix de gros calculé sur 45 articles.
Crédits Source : Tableaux 39 et 58
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 60 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par année
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). N.B. – 1. Les chiffres entre parenthèses représentent des francs corrigés d’après un indice des prix calculé sur 45 articles. – 2. Le signe – annonce des nombres négatifs.
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1920-1940
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau 61 – BIC : Répartition géographique des bénéfices I (1920‑1939), par période
Légende Unité : 1 000 francs (francs constants de décembre 1913 ; sommes arrondies à l’unité inférieure). N.B. – Les chiffres entre parenthèses représentent des pourcentages.
Crédits Source : Tableau 60
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 62 – BIC : Relevé des réserves (1920‑1937)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Sources : rapport du commissaire, 7 décembre 1920 et 19 janvier 1938 (ANSOM, Crédit cartons 35 et 50) ; AG, Banque de l’Indochine, 25 mai 1921 et 24 mai 1938
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4524/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search