Version classiqueVersion mobile

Banque coloniale ou banque d’affaires

 | 
Yasuo Gonjo

Deuxième partie : L’époque de l’expansion (1875-1913)

Chapitre III. L’expansion sur le grand marché de l’Asie (1897‑1913) : la transformation en « banque mixte »

Texte intégral

1La période couvrant les années 1897-1913 correspond à l’époque de ce qu’on appelle l’« impérialisme classique » ainsi qu’à la phase « A » de François Simiand. Dans cette conjoncture politique et économique, la Banque de l’Indochine modifia son organisation et développa ses activités dans une direction tout à fait appropriée. Tout en installant des succursales et agences depuis l’Indochine jusqu’en Chine, Siam, Somalie et Détroits, c’est-à-dire même jusque dans les pays étrangers de l’Asie ainsi que dans une partie de l’Afrique et de l’Océanie, elle rajouta à l’éventail d’opérations ordinaires qu’elle effectuait auparavant en tant que banque coloniale, des activités de banque d’affaires telles que la souscription aux emprunts, la création d’entreprises ou la participation au capital d’entreprises. Grâce à cette multinationalisation de son activité commerciale et à l’élargissement de ses fonctions, elle développa largement des opérations variées et améliora considérablement ses résultats, parvenant ainsi à son apogée.

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous exposerons, comme nous l’avons fait dans le chapitre précédent, quelques points relatifs au développement historique de la Banque.

3Nous commencerons par nous pencher sur le contexte historique ayant donné lieu à l’élargissement de la zone d’activités et au changement d’organisation. Ce qui est ici en cause, c’est la relation entre la stratégie française face à la Chine et la Banque de l’Indochine, c’est-à-dire plus généralement parlant le rapport entre la politique et l’économique au sein de l’expansion impérialiste.

4Le caractère unique de la Banque de l’Indochine, devenu au début du XXe siècle à la fois banque d’émission et banque d’affaires, retiendra également notre attention. Comment la Banque de l’Indochine put-elle adopter un comportement aussi peu conforme à l’orthodoxie bancaire et pratiquer des opérations financières à long terme en s’appuyant sur des capitaux à court terme (les billets de banque) ? Cette question éveille d’autant plus notre curiosité que la majorité du conseil d’administration étaient des représentants de banques de dépôts parisiennes connues pour le sérieux de leurs activités.

  • 1 Se reporter, sur ce genre de critique, à II du chapitre V du présent ouvrage.

5Nous nous demanderons ensuite quel fut l’impact de la Banque de l’Indochine sur l’économie « périphérique » où la Banque s’était implantée. Ce problème revient tout au long de notre recherche mais il est particulièrement crucial à l’époque considérée. Ici deux questions se posent : qu’est-ce qui distinguait, au niveau de l’approvisionnement en capitaux et de leur utilisation, les activités commerciales des succursales et agences installées dans les colonies de celles implantées dans des pays étrangers ? Quelles étaient les positions respectives du marché colonial et du marché étranger dans la stratégie multinationale déployée par la Banque ? À ce propos, on reprocha souvent à la Banque d’avoir, au début du XXe siècle, nettement séparé les opérations coloniales des activités étrangères (dont les affaires chinoises) en accordant une trop grande priorité aux deuxièmes, négligeant ainsi sa fonction d’origine de banque pour exploitation des colonies1.

I. L’expansion sur le grand marché de l’Asie

A. L’implantation en Chine

1. La stratégie française vis‑à‑vis de la Chine et la Banque au lendemain de la guerre sino‑japonaise : la création de l’agence de Shanghaï

6Nul n’ignore qu’une fois la guerre sino-japonaise terminée, la France développa activement une politique d’ingérence en Chine et tenta de pénétrer dans ce pays à la fois par le nord et par le sud. La route passant par le sud démarrait d’Indochine. Juste après avoir essayé, avec la Russie et l’Allemagne, l’« ingérence tripartite » face au Japon, vainqueur de la guerre, la France conclut, le 20 juin 1895, une convention avec le gouvernement chinois par laquelle elle obtenait :

    • 2 Les villes de Mongtsé et Long-Tchéou avaient déjà été ouvertes au commerce français (et vietnamien) (...)

    que les villes de Se-Mao et de Ho-Kéou situées à la frontière sino-indochinoise (province de Yunnan) viennent s’ajouter à Mongtsé (province de Yunnan) et à Long-Tchéou (province de Kouang-si) sur la liste des villes ouvertes au commerce français (et vietnamien)2 ;

  • la prolongation du chemin de fer depuis le Tonkin vers l’intérieur de la Chine ;

  • un droit de priorité sur l’exploitation des mines des trois provinces de Yunnan, Kouang-si et Canton.

  • 3 Pour la convention du 20 juin 1895, se porter à Ibid., p. 922-924.

7Dès lors, la France consacra tous ses efforts diplomatiques à la réalisation de ces droits en Chine méridionale et obtint finalement en 1898 le droit de prolonger le chemin de fer de Yunnan depuis Laokaï, à la frontière sino-indochinoise, jusqu’à la capitale de la province de Yunnan, Yunnan-sen3.

Figure 13 – Carte de la Chine

Figure 13 – Carte de la Chine
  • 4 Noetzlin, administrateur de Paribas, qui avait préparé la fondation de la Banque Russo-Chinoise fai (...)
  • 5 Pour les conditions qui ont entouré la création de la Banque Russo-Chinoise, consulter les ouvrages (...)
  • 6 G. Kurgan-Van Hentenryk, ibid., p. 104.
  • 7 Correspondance entre le ministre des Finances et Paribas (AN, F30 372).

8Si cette expansion par le sud était officielle, la pénétration par le nord était officieuse. Elle était l’œuvre commune avec la Belgique et la Russie. Le pivot de cette œuvre était la construction du chemin de fer de l’Est chinois et surtout celle du chemin de fer Hankéou-Pékin qui devait relier ce dernier à la région du fleuve Yangtsé. Le droit d’installer ces deux lignes fut accordé, pour la ligne de l’Est chinois à la Banque Russo-Chinoise en 1896, et pour la ligne Hankéou-Pékin à la Société d’Étude de Chemins de Fer en Chine en 1897. Le premier de ces deux concessionnaires était une banque russe créée en janvier 1896 et destinée à financer le commerce extérieur de la France et de la Russie en Chine ainsi qu’à permettre à ces deux pays d’obtenir des concessions en Chine4. Paribas et la Banque Internationale de Saint-Pétersbourg avaient été à l’origine de sa fondation. Cinq huitièmes de son capital qui s’élevait à six millions de roubles avaient été apportés par le groupe des banques françaises (et belges) composé de Paribas, du Comptoir d’Escompte, du Crédit Lyonnais et de la maison Hottinguer5. La Société d’Études de Chemins de Fer en Chine était une entreprise belge fondée en mars 1897 par Paribas et la Société Générale belge pour acquérir le droit à l’exploitation du chemin de fer en Chine. Sur le plan de la participation au capital, Paribas arrivait en tête en détenant 60 000 francs d’un capital qui s’élevait à 250 000 francs6. On avait donc, dans les deux cas, une large participation des banques parisiennes (dont Paribas) qui étaient elles-mêmes fortement soutenues par le gouvernement français7. La comptabilité de la ligne Hankéou-Pékin fut confiée à la Banque Russo-Chinoise, symbolisant l’étroite imbrication des entreprises belges et russes en Chine réalisée par l’intermédiaire des banques françaises.

  • 8 La Chambre de commerce de Lyon a joué un rôle déterminant dans ce travail d’investigation. Dans le (...)
  • 9 Maurice Zimmermann, « Lyon colonial », in Chambre de commerce de Lyon, Lyon et la région lyonnaise,(...)

9C’est ainsi qu’avant 1898 furent déterminées les deux routes de pénétration en Chine, dont on peut se demander quelle était leur signification sur un plan stratégique. Nous retiendrons deux points qui nous semblent importants. Ces deux voies allaient, d’une part, permettre aux capitaux français de se rapprocher de la région située en bordure du fleuve Yangtsé, artère principale de l’économie chinoise dominée par les capitaux anglais selon la règle du « laissez faire ». On avait, d’autre part, imaginé à l’époque de prolonger la ligne de Yunnan depuis la capitale de cette province (Yunnam-sen) jusqu’à Tchong-king, ainsi que la ligne Hankéou-Pékin depuis Hankéou jusqu’à Tchong-king et Tchen-tou. Au cas où ce projet se réaliserait finalement, permettant aux deux lignes de se rencontrer dans la province de Setchuen, la soie et le thé, principaux produits d’exportation chinois, pourraient être directement saisis sur le lieu de production par les capitaux français. En réalité, dès le milieu du XIXe siècle, les groupes des commerçants et industriels français s’unissant autour de la Chambre de commerce de Lyon avaient déjà l’œil sur la route méridionale. À partir du milieu des années 1880, où fut arrêtée l’annexion du Tonkin par la France, ces derniers avaient entrepris des recherches pour organiser l’exploitation de cette route8. De plus, en faisant passer le commerce par le Tonkin, ces groupes visaient à faire évoluer en leur faveur la lutte pour le contrôle du commerce de la production de Setchuen qui les opposait aux Anglais qui dominaient le fleuve Yangtsé ainsi que le port de Shanghaï9.

  • 10 Sur les rapports franco-anglais (conflits, ententes) concernant les intérêts en Chine, consulter : (...)

10Il était certain que cette route méridionale allait représenter une sérieuse menace pour les Anglais qui bénéficiaient d’une position avantageuse en Chine. Ces derniers, à la fin des années 1890, dès que ce projet français d’expansion fut fixé, réagirent en modifiant la règle du « laissez faire » qui avait jusqu’alors caractérisé leur politique face à la Chine et commencèrent à œuvrer pour acquérir le droit d’installer leurs concessions minières et de chemin de fer, parmi lesquelles la ligne birmano-thaïlandaise qui reliait la Birmanie à la province de Setchuen ainsi que la ligne Hankéou-Tchen-tou et le droit d’exploiter les mines se trouvant aux alentours de ces deux lignes. La lutte entre la France et l’Angleterre pour l’expansion dans la province de Setchuen portait en germe la crise qui devait déboucher sur le deuxième « Fachoda » où la politique d’expansion en Asie orientale des deux pays devait se heurter de front10. Comme nous le verrons par la suite, cette crise fut évitée par une entente franco-anglaise qui se matérialisa par la création d’un syndicat en octobre 1905 : Chinese Central Railways Company.

11Nous n’irons pas plus loin que l’automne 1905 et reviendrons en arrière : fin 1897 lorsqu’en liaison avec la stratégie française en Chine décrite précédemment, le gouvernement français demandait à la Banque de l’Indochine de créer des établissements en Chine. Le 18 novembre de la même année, le ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, s’exprimait ainsi dans une lettre adressée au ministre des Finances, Georges Cochery :

  • 11 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Finances, 18 novembre 1897

« J’ai, à plusieurs reprises, exposé au Conseil [des ministres], dans quelle position désavantageuse me plaçait, pour la défense des intérêts politiques et économiques de la France en Chine, l’absence dans ce pays de tout établissement financier français. Depuis la conclusion de la guerre sino-japonaise, la Chine est dans la nécessité de faire de fréquents appels au crédit, tant pour payer au Japon l’indemnité à laquelle elle a dû souscrire, que pour reconstituer son armement, sa flotte, ses arsenaux, pour créer les voies de communication utiles à la défense de son territoire et au développement de son commerce, pour mettre en valeur ses ressources minières et industrielles, afin de pouvoir satisfaire aux charges nouvelles qui lui incombent. Elle s’adresse, tout naturellement, à cet effet, aux maisons de banque étrangères qui sont installées à Shanghaï et celles-ci sont ainsi en mesure d’obtenir pour leur pays les avantages de toute nature que la Chine est amenée à concéder en échange de leurs bons offices. Quant à nous, au contraire, lorsque les emprunts chinois se présentent sur notre marché, il n’est plus en notre pouvoir de mettre à leur admission les conditions que réclamerait l’intérêt français »11.

  • 12 Cit. in Note de la Banque de l’Indochine, 9 décembre 1897 (ANSOM, Crédit carton 78).

12S’appuyant sur cette analyse de la situation en Chine après la guerre sino-japonaise, Hanotaux avait ciblé la Banque de l’Indochine parce que cette banque, selon lui, satisfaisait aux deux conditions suivantes : 1º « un établissement de crédit important, et de nature à tenir son rang auprès des grandes banques étrangères (Hongkong and Shanghaï Banking Corporation et Chartered Bank of India, Australia and China pour l’Angleterre, Banque Russo-Chinoise pour la Russie, Deutsch-Asiatische Bank pour l’Allemagne, Yokohama Specie Bank pour le Japon) » ; 2º « un établissement purement français, qui puisse suivre les négociations directement avec les autorités chinoises »12. Ce ministre proposait donc à Cochery de demander à la Banque de l’Indochine de s’installer à Shanghaï ou à Tientsin. Ce dernier transmit, le 1er décembre de la même année, ce projet Hanotaux au ministre des Colonies qui le soumit à la Banque en le présentant comme étant l’opinion officielle du gouvernement.

  • 13 Ibid.

13La Banque de l’Indochine répondit par la négative. Dans une note qu’elle adressa le 12 décembre au ministre des Colonies, elle donnait les raisons qui tenaient en quatre articles et concluait de la façon suivante : « Non seulement la création d’une agence à Shanghaï ne présentera aucun intérêt pour la Banque, elle constituera au contraire pour elle une très lourde charge, mais surtout le but poursuivi par le gouvernement ne semble pas pouvoir être atteint »13. Cette affaire ayant un lien avec les conditions spécifiques des marchés chinois et également avec le renouvellement du privilège de la Banque que nous verrons par la suite, nous donnons ci-dessous un résumé de cette note.

  1. « Sa qualité de banque d’émission, ses statuts très étroits qui limitent son action aux escomptes et aux avances, dans des conditions déterminées, lui interdiront toujours de participer aux grandes opérations d’emprunt ou de constituer les immobilisations que nécessitent les affaires industrielles. Par suite, elle se trouvera forcément en état d’infériorité vis-à-vis des banques étrangères dont elle deviendra la concurrente ».

  2. Étant donné que la Banque de l’Indochine n’est pas autorisée à effectuer certaines opérations spéciales (que nous citons ci-dessous) dont la pratique s’est pourtant généralisée par l’intermédiaire des banques anglaises implantées en Chine, elle ne peut même pas se mesurer avec ses rivales au niveau des opérations courantes.
     1º Avances sur marchandises. Les avances sont accordées sans que les bénéficiaires aient à remettre les marchandises gagées à la banque.
     2º Découverts. Au moment de la récolte des soies, des avances concernant des montants considérables sont accordées entièrement à découvert. De plus, « ces avances ne sont remboursées aux banques que trois, quatre, cinq, six mois après et même plus tard, quand les cocons sont filés et que la soie produite est vendue ».
     3º Opérations de change. Les banques achètent généralement des traites documentaires à quatre mois de vue, sur des maisons européennes de Lyon ou de Londres. La récupération des capitaux réclame donc un long délai. « Pour rentrer plus rapidement dans leurs fonds, les banques anglaises ont depuis longtemps pris l’habitude d’autoriser leurs correspondants européens à remettre aux tirés des traites documentaires les documents contre leur seule acceptation ; la traite devient ainsi libre et peut être négociée de suite sans attendre tout ou partie des 6 mois ». La possibilité de procéder à des transactions de traites sans attendre six mois revenait à dire que « la traite documentaire est, pour ainsi dire, abolie entre la Chine et l’Europe ». Les banques qui acceptaient de s’occuper de traites prenaient donc un grand risque. Il en va de même pour l’escompte des tirages sur l’Europe : « Les maisons de Chine qui négocient leurs tirages sur l’Europe aux banques de Shanghaï, tirent presque toutes sur elles-mêmes, c’est-à-dire sur leur maison mère en Europe ; les banques n’ont donc en réalité qu’une seule signature ».

  3. « [...] la concurrence entre les diverses banques est très vive en Chine, et, par suite, les bénéfices réalisables sont des plus minimes ».

    • 14 Ibid.

    Il vient juste d’être créé en Chine la Banque Russo-Chinoise où « l’élément et les capitaux français jouent un rôle important ». La Banque de l’Indochine est le correspondant de cette banque à Hongkong et entretient avec elle « les meilleurs rapports ». « La création d’une agence de la Banque de l’Indo-Chine à Shanghaï, ou tout autre point, constituerait donc fatalement une concurrence à des intérêts français déjà représentés ou engagés »14.

  • 15 PV, Banque de l’Indochine, 19 janvier 1898.
  • 16 Ibid.

14Cette note ne parvint cependant pas à convaincre le gouvernement. Par lettre en date du 17 décembre, le ministre des Colonies informa la Banque de l’Indochine que « les objections présentées par la Banque n’ont pas paru au gouvernement de nature à modifier sa manière de voir »15. La Banque ne pouvait plus refuser car cette demande était conforme aux attributions du ministre des Colonies définies par l’article 2 du décret du 20 février 1888. Le conseil d’administration décida, dans sa séance du 19 janvier 1898, de créer une agence à Shanghaï « dans le plus bref délai possible »16. Cette dernière fut autorisée par l’arrêté ministériel du 12 mars et entra en activité le 1er juillet.

2. Les problèmes de l’implantation en Chine méridionale

  • 17 PV, Banque de l’Indochine, 27 avril 1898.

15Le gouvernement ne se satisfaisait pas d’une seule agence à Shanghaï. Début avril 1898, le ministre des Finances, Cochery, convoquait au ministère les membres du comité de gestion de la Banque de l’Indochine et les invitait, au cours des conférences, à développer les activités de la Banque de l’Indochine en Chine méridionale en y créant de nouvelles agences et en concluant pour cela un accord avec la Banque Russo-Chinoise17. Cette demande mettait la Banque de l’Indochine dans une situation grave et délicate. Grave, parce que cette expansion méthodique en Chine mettait la Banque de l’Indochine qui avait, jusqu’à présent, rempli la fonction de banque coloniale, dans l’obligation de modifier radicalement son organisation et sa politique. Délicate, parce que cette implantation en Chine verrait apparaître des rapports de rivalité entre la Banque Russo-Chinoise et la Banque de l’Indochine, d’autant plus que trois des cinq grandes banques parisiennes participant à la Banque de l’Indochine, Paribas, le Comptoir d’Escompte et le Crédit Lyonnais, avaient également pris part à la fondation de la Banque Russo-Chinoise. C’est d’ailleurs uniquement en considération de ces problèmes que le ministre des Finances demanda à la Banque de l’Indochine de conclure un accord avec la Banque Russo-Chinoise.

  • 18 Ibid.

16L’envergure des problèmes posés par ces conférences fut exposée au conseil d’administration du 27 avril et leur délibération fut remise à la prochaine réunion prévue le 4 mai, « pour permettre aux administrateurs qui font partie des divers établissements de crédit, de les consulter au préalable »18.

  • 19 Ibid., 4 mai 1898.

17Au conseil d’administration du 4 mai, le comité de gestion commença par présenter, en plus du projet gouvernemental (que nous appellerons projet I), deux autres propositions qu’il avait lui-même mis au point. La première (que nous appellerons projet II) consistait à créer, en Chine méridionale, une filiale de la Banque de l’Indochine au capital entièrement fourni par cette dernière et possédant « le même conseil d’administration et la même organisation [que la Banque de l’Indochine] »19. La deuxième solution (projet III) proposait de créer une nouvelle banque autonome pour laquelle la Banque de l’Indochine pourrait apporter jusqu’à un million de francs puisés sur ses propres réserves et envoyer quelques représentants en fonction du nombre d’actions obtenues. Il s’ensuivit un débat passionné dont voici les principaux points.

  • 20 Ibid.

18Le projet I avait le mérite d’être conforme aux intentions du gouvernement français et de permettre, entre la Banque Russo-Chinoise et la Banque de l’Indochine, la conclusion d’un accord que le gouvernement considérait comme fondamental pour les intérêts commerciaux et politiques du pays. Il avait également ses inconvénients. Il supposait, en effet, au préalable une modification des statuts existants qui occasionnerait une transgression des règles de prudence auxquelles devait obéir une banque d’émission et provoquerait une immobilisation des capitaux mettant une telle banque dans une situation défavorisée. Le projet II ne diffère pas fondamentalement du projet I, puisque la crise qui menace la nouvelle banque se propagerait inévitablement, dans ce cas, à la Banque de l’Indochine, banque mère de celle-ci. Le projet III permet d’échapper aux inconvénients des projets I et II20.

  • 21 Ibid.

19Cette explication sommaire des différents points de débat permet de se douter que les administrateurs étaient partagés entre le projet I et le projet III. De plus, la liberté individuelle des administrateurs étant formidablement opprimée par l’opinion préalablement définie de leur banque d’origine, une mise au point basée sur une concertation mutuelle était impossible. La question fut l’objet d’un vote exceptionnel du conseil d’administration. Le projet I obtint 3 voix, le projet II, 0 voix et le projet III, 7 voix. On ne sait pas dans le détail quel projet a soutenu chacune des banques parisiennes. On ne peut se prononcer avec certitude que sur la position du Comptoir d’Escompte, car les propos de Denormandie, président du Comptoir d’Escompte et de la Banque de l’Indochine, soutenant avec insistance le projet I, ont été enregistrés dans les procès-verbaux de la réunion. Un deuxième représentant du Comptoir d’Escompte étant également présent en la personne de Mercet, deux des trois voix s’étant portées sur le projet I venaient donc du Comptoir d’Escompte21. Les résultats de ce vote prouvent donc que, à l’exception du Comptoir d’Escompte, les diverses banques parisiennes manifestaient une extrême prudence à l’égard de l’implantation de la Banque de l’Indochine en Chine.

  • 22 Ibid., 15 juin 1898.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

20Cette solide majorité ne décida pourtant pas le gouvernement à accepter le projet III. Début juin, le ministre des Finances rejeta la décision du conseil d’administration préconisant une banque indépendante de la Banque de l’Indochine, prétextant que « cette solution ne remplissait pas le but que se proposait le gouvernement en vue du développement de l’influence française dans cette partie de la Chine »22. Il demanda également à la Banque de mettre le projet I à réalisation « en modifiant les statuts actuels de façon à permettre certaines opérations en ce moment interdites par les statuts, et que font couramment les banques étrangères établies en Chine »23. Le 15 juin, le conseil d’administration décida de satisfaire cette nouvelle demande de création d’agences en Chine. Les détails de la discussion nous sont inconnus. Nous savons seulement qu’il fut décidé en conclusion de poursuivre les négociations avec le gouvernement en suivant les intentions du ministre, à condition que soit renouvelé le privilège de la Banque qui venait à expiration en 190524.

B. L’accord avec la Banque Russo-Chinoise sur le partage du marché chinois et le deuxième renouvellement du privilège (1900)

21Une fois que la Banque de l’Indochine eut donné son accord pour la création, à la suite de Shanghaï, de plusieurs agences en Chine, on programma concrètement la conclusion d’un accord avec la Banque Russo-Chinoise ainsi que le renouvellement du privilège de la Banque de l’Indochine et les modifications des statuts.

22Nous commencerons par l’accord avec la Banque Russo-Chinoise. En juillet 1898, avec le consentement du gouvernement russe et par l’intermédiaire du ministre des Finances, Cochery, les deux banques menèrent des négociations qui aboutirent à la conclusion d’un accord dont l’essentiel tient dans les trois points suivants :

  • la Banque Russo-Chinoise s’interdit de créer des succursales ou agences dans toute la partie de la Chine au sud d’une ligne parallèle partant de Shanghaï, à l’exception toutefois de Hankéou où elle est déjà établie ;

  • la Banque de l’Indochine ne doit ouvrir aucune succursale ou agence au nord de Shanghaï, où toutefois elle va s’établir sur le désir du gouvernement français ;

    • 25 ANSOM, Crédit carton 9, note pour le ministre des Colonies, s. d.

    les deux banques doivent se prêter un appui réciproque, s’accorder des participations dans les grandes affaires (emprunts, travaux publics, etc.) qu’elles entreprendront, et être les correspondants l’une et l’autre, dans les villes où elles seront établies25.

23Cet accord séparait donc la Chine en deux parties dont la frontière coïncidait à peu près avec le fleuve Yangtsé qui partait de Shanghaï, et permettait, grâce à la délimitation de la zone d’influence de la Banque de l’Indochine et de la Banque Russo-Chinoise, d’éviter une rivalité entre les banques de filiation française que n’aurait pas manqué d’entraîner l’implantation de la Banque de l’Indochine en Chine. Cet accord obligeait également les deux banques à nouer des rapports d’étroite collaboration mutuelle et à se saisir en commun des affaires concernant tout le territoire chinois.

  • 26 ANSOM, Crédit carton 80, note de Roume, 7 décembre 1898. À l’époque, Ménélick envisageait de se déb (...)
  • 27 ANSOM, Crédit carton 80, ministre des Finances à ministre des Colonies, 13 octobre 1899.
  • 28 ANSOM, Crédit carton 80, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 15 février 1899.
  • 29 Comme nous le verrons par la suite, les rapports de la Banque de l’Indochine et du gouvernement fra (...)

24Le 5 novembre 1898, l’examen de la question de renouvellement du privilège de la Banque de l’Indochine fut confié à la commission interministérielle composée de quatre membres : trois représentants des ministères des Affaires étrangères, des Finances et des Colonies, et un représentant du Conseil d’État. Mais cette commission interrompit ses activités après la troisième séance tenue le 3 décembre, parce qu’il fallait du temps pour que les deux nouvelles propositions faites par le ministère des Affaires étrangères à la Banque de l’Indochine aboutissent. L’une concernait la création d’une « banque d’État » en Éthiopie et avec le consentement de son empereur Ménélick26. La seconde visait « la pénétration réciproque de la Banque de l’Indochine et de la Banque Sino-Russe [Russo-Chinoise] par la désignation d’administrateurs communs »27. La première proposition fit l’objet d’enquêtes et recherches par la Banque de l’Indochine et les cinq grandes banques parisiennes. Mais ce groupe bancaire décida, au cours d’une réunion ayant eu lieu le 15 février 1899, d’abandonner ce projet invoquant qu’« il n’existe actuellement dans cette contrée, ni voies de communication régulières ou rapides, ni même sûres, ni éléments d’échanges, ni usages d’affaires, ni commerce régulièrement établi, ni connaissance des bases de crédit, en un mot rien de ce qui est substantiel pour tout établissement de banque »28. La deuxième proposition préconisant que la Banque de l’Indochine et la Banque Russo-Chinoise s’envoient réciproquement des administrateurs n’aboutit pas davantage, les deux banques ainsi que les gouvernements français et russe ne parvenant pas à se mettre d’accord29.

  • 30 ANSOM, Crédit carton 80, Rapport du président de la commission interministérielle, 9 décembre 1899.

25La commission interministérielle se réunit à nouveau en octobre 1899. À cette occasion, on jugea bon de ne traiter que les questions relatives aux modifications des statuts puisque aucune des deux propositions du ministère des Affaires étrangères n’avait été acceptée. On chercha « à donner à [la Banque de l’Indochine] une plus grande liberté d’action, tout en sauvegardant les intérêts des porteurs des billets que la Banque a le privilège d’émettre et qui jouissent du cours légal »30. Dans cette optique, la commission aboutit, dans sa séance du 9 décembre, à rédiger le projet de modifications des statuts, qui se composait des quatre points suivants :

  1. Augmentation importante du capital.

  2. Élargissement du domaine des opérations financières stipulées par l’article 15 des statuts. Une participation aux emprunts d’État et au capital d’entreprises est autorisée, à condition que celle-ci ne dépasse pas une proportion déterminée du capital.

  3. Autorisation de certains usages commerciaux spéciaux en Chine et au Siam : recevoir des dépôts à intérêts ; délivrer les connaissements accompagnant des traites documentaires, au tiré desdites traites, avec la seule garantie du tiré ; prêter sur marchandises restant à la disposition des emprunteurs.

    • 31 Ibid.

    Ouverture de comptes courants pour le Trésor de l’Indochine et virements des fonds publics d’une agence à une autre sans commission31.

  • 32 Nous verrons plus tard que la Banque avait ouvert une agence à Bangkok en mai 1896.

26Les trois premières clauses sont des mesures qui résultent de l’ouverture d’agences en Chine et au Siam32. Elles doivent permettre à la Banque de l’Indochine de répondre : à l’augmentation quantitative des opérations (clause 1º) ; à des grands emprunts internationaux et au lancement d’entreprises de toutes sortes (clause 2º) ; et aux usages locaux spécifiques (clause 3º). La clause 4º ne concerne, en revanche, que l’Indochine et permet de transformer les transferts de fonds publics entre les quatre provinces de l’Indochine (Cochinchine, Annam, Tonkin et Cambodge) jusqu’alors effectués en espèces, en virements entre les établissements locaux de la Banque de l’Indochine. Ajoutons que ce genre d’opérations des fonds publics n’avait rien de spécialement nouveau puisqu’il se pratiquait déjà en métropole par l’intermédiaire de la Banque de France et en Algérie grâce à la Banque de l’Algérie. Mais, dans le cas de la Banque de l’Indochine, cette ouverture de comptes courants revêtait un sens particulier : des fonds publics déposés sur ces comptes allaient, par la suite, être exportés vers les agences étrangères et constituer la principale source des disponibilités que ces dernières possédaient.

27En janvier 1900, le ministre des Colonies révéla officieusement à la Banque de l’Indochine le projet de modification des statuts élaboré par la commission interministérielle. Après avoir obtenu le consentement de la Banque, elle consulta la Commission de surveillance des banques coloniales et le ministre des Finances. Ces deux autorités apportèrent quelques modifications et ajoutés au projet. Un décret du Président de la République émis le 16 mai 1900 reconnut de façon définitive ce projet de réforme. Voici quels étaient les points principaux de ce décret et des modifications de statuts qui en résultèrent :

  1. Prolongation du privilège jusqu’au 20 janvier 1920 (article 1er du décret).

  2. Obligation de « se charger du service de trésorerie dans les colonies et protectorat français où sont établies ses succursales » (article 11 du décret).

  3. Doublement du capital qui s’élèvera à 24 millions de francs (article 3 des statuts).

  4. Stipulations rajoutées concernant les opérations financières courantes (article 15 des statuts) : 1. « la Banque peut, lorsque les usages locaux le comportent et lorsqu’elle jugera les garanties suffisantes, consentir des prêts sur marchandises restant entre les mains des emprunteurs » ; 2. « les connaissements peuvent, dans des cas exceptionnels et lorsque les usages locaux le comporteront, être délivrés aux tirés des traites documentaires sur leur seule garantie » ; 3. la Banque peut « recevoir le dépôt volontaire de toutes sommes en compte courant, avec ou sans intérêt ».

  5. Stipulations concernant les opérations financières exceptionnelles et ayant été rajoutées. « [...] la Banque peut participer aux emprunts d’État émis dans les pays où elle possède des établissements, sans toutefois que le montant total de ces participations puisse, sauf autorisation spéciale du ministre des Colonies, après avis conforme du ministre des Affaires étrangères lorsqu’il s’agit d’emprunts émis par un gouvernement étranger, dépasser le quart du capital social. Elle peut également participer à la création ou à la constitution d’entreprises financières, industrielles ou commerciales ayant leur objet dans les pays où elle possède des établissements, sans toutefois que ces participations puissent excéder le tiers de ses réserves » (article 15 des statuts).

    • 33 Voir à ce sujet : Rapport au Président de la République française, suivi d’un décret portant prorog (...)

    Limitation pour les actionnaires étrangers de participer à l’assemblée générale des actionnaires : « nul actionnaire actuel non français ne peut faire partie de l’assemblée s’il n’a son domicile, depuis cinq ans au moins, en France ou dans une colonie française » (article 36 des statuts)33

  • 34 PV, Banque de l’Indochine, 7 février 1900.

28La modification 1º ne posera vraisemblablement pas de problème. Les clauses 2º à 5º existaient déjà dans le projet de réforme de la commission interministérielle. On a seulement précisé le montant de l’augmentation du capital pour la modification 3º ainsi que la limite quantitative maximale d’opérations pour la modification 5º. Quant aux clauses 2º et 4º, on a omis de mentionner qu’elles ne concernaient que l’Indochine pour la première et la Chine et le Siam pour la seconde. La clause 6º fut rajoutée à la demande du ministre des Finances34. Cette requête exprimait les intentions du gouvernement de ne pas laisser des éléments étrangers contrôler la Banque de l’Indochine et reflétait clairement la montée de la tension internationale impérialiste.

29Ce décret de 1900 autorisait donc à la Banque de l’Indochine à pratiquer, en plus des opérations ordinaires effectuées jusqu’alors, des émissions de titres (que le vocabulaire des banques françaises désignait par « affaires financières ») ainsi que la participation à la fondation et au capital d’entreprises (« affaires industrielles »). Il permettait également de pratiquer les opérations locales sous une forme spéciale conformément aux usages locaux. La Banque de l’Indochine qui n’avait été jusqu’à présent qu’une simple banque d’émission coloniale, devint ainsi une « banque mixte » pouvant également se livrer, sur le gigantesque marché asiatique comprenant des territoires non colonisés, à des opérations de banque d’affaires. Si l’on admet toutefois que le terme de « banque mixte » désigne habituellement une banque réunissant les fonctions de banque de dépôts et de banque d’affaires, il faudrait mieux utiliser le terme « banque mixte de type spécifique ».

C. L’expansion sur le grand marché de l’Asie

1. Création d’agences en Chine méridionale (Hankéou, Canton et Mongtsé)

  • 35 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 2 avril 1900.
  • 36 Conférence chargée d’examiner les diverses questions, op. cit., 4e séance, 27 octobre 1899.

30Au printemps de l’année 1900, lorsque le contenu du décret portant prorogation du privilège fut approximativement déterminé, le ministère des Affaires étrangères et celui des Colonies avaient commencé à dresser la liste des villes où la Banque de l’Indochine devrait ouvrir des agences, et avaient décidé, avant le 20 avril, de lui adresser, dès la prorogation du privilège, trois demandes : fondation d’une agence à Hankéou, Canton et Mongtsé ; création par la suite d’agences dans les villes de Tchong-king, Fou-tchéou et Pakhoï ; et transformation, le cas échéant, de l’agence de Shanghaï en succursale35. Ces demandes exprimaient les visées du ministère des Affaires étrangères qui voulait créer, en Chine méridionale, un réseau d’agences centré autour de Shanghaï et faire entrer la Banque de l’Indochine dans une compétition avec les banques étrangères pour l’obtention de concessions. Maurice Bompard, directeur des Consulats et des Affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères, donnait à l’expansion de la Banque de l’Indochine en Chine méridionale la signification suivante : « Il faut faire un gros effort car il est indispensable que la banque dont il s’agit soit en mesure d’entrer en concurrence avec les établissements déjà installés et de prendre part aux emprunts du gouvernement chinois. Pour arriver à ce résultat, il paraîtrait utile de faire rayonner autour d’une succursale établie à Shanghaï un certain nombre d’agences qui recevraient l’impulsion nécessaire du directeur de la succursale placé au centre des affaires [...] »36. Les villes candidates à l’ouverture d’une agence étaient les villes principales des régions où la suprématie française avait été reconnue par l’accord franco-chinois du 20 juin 1895 et où on prévoyait, dans l’avenir, la construction d’un chemin de fer.

  • 37 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 7 juillet 1900.

31Cette requête du gouvernement fut transmise à la Banque de l’Indochine, le 4 juin, en même temps que la demande d’ouverture d’une agence à Karikal (Inde), envoyée par le gouverneur général de l’Inde française. La Banque réagit très prudemment. Elle demanda à l’inspecteur général des succursales, Michelot, de faire une enquête sur place et présenta au ministre des Colonies, le 7 juillet, une première réponse37 dont nous essaierons de dégager les principaux points ville par ville.

  • 38 Le procès-verbal du conseil d’administration renferme des explications plus détaillées sur Hankéou  (...)

Hankéou : « la création éventuelle d’une agence de notre banque à Hankéou ne serait pas sans présenter un certain intérêt, tant pour notre banque que pour le commerce français »38.

Canton : « notre établissement dans cette ville, quoique importante qu’elle soit d’ailleurs, n’apporterait, en raison de la manière dont les affaires s’y traitent, aucun avantage pour le commerce français ni pour les intérêts de la France ». En effet, « aucune des banques étrangères établies à Hongkong ne possède d’ailleurs de succursale à Canton ».

Mongtsé : « une agence de notre banque à Mongtsé ne pourrait offrir quelque intérêt que le jour où les projets de chemin de fer de Vietri à Laokaï et à Yunnan-sen seraient passés dans la période d’exécution ».

Tchong-king : « les communications avec cette ville sont trop rudimentaires et trop lentes, son éloignement de tout établissement de la côte est trop considérable, pour que l’on puisse, dans l’état actuel des choses, y envisager la création d’une agence ».

Fou-tchéou : une enquête est en cours.

Pakhoï : « peu d’éléments d’affaires présentés par cette ville. [...] il nous paraît que, si le mouvement commercial du Quant-Toung venait à se développer, surtout par la construction d’une ligne de chemin de fer, nous pourrions envisager, dans un avenir peut-être assez rapproché, l’envoi à Pakhoï d’un agent qui serait placé sous la dépendance de notre succursale d’Haiphong ».

Karikal : « nous estimons tout à fait inutile la création d’une agence à Karikal où aucune maison de commerce française ou même européenne n’est établie ».

32À l’exception de la ville de Hankéou, la Banque de l’Indochine s’est montrée soit réticente soit franchement opposée à l’ouverture d’agences dans ces diverses villes. La principale raison invoquée tenait, dans la plupart des cas, au volume des transactions commerciales courantes de chacune de ces villes.

  • 39 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 22 septembre 190 (...)

33Cette réponse mécontenta le ministre des Affaires étrangères. Théophile Delcassé écrivait dans une lettre du 22 septembre adressée à Albert Decrais, ministre des Colonies : « d’une manière générale, l’attitude que [la Banque de l’Indochine] a prise dans cette question me paraît peu satisfaisante »39. Ce mécontentement augmenta en octobre. Le ministre critiqua sévèrement la Banque de l’Indochine dans une lettre du 8 octobre adressée à Decrais :

  • 40 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 8 octobre 1900.

« Préoccupée avant tout des opérations financières qu’elle fait sur la place de Paris, la Banque de l’Indochine n’aborde qu’avec une visible répugnance l’étude de la création en Chine de nouvelles agences »40.

  • 41 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 2 novembre 1900.

34Lorsque, le 24 octobre, la Banque de l’Indochine reçut le compte rendu des enquêtes locales de Michelot, elle réunit le conseil d’administration pour un nouvel examen du problème qui se solda par les conclusions suivantes : « il n’y a aucune utilité, dans les conditions actuelles tout au moins, à créer des agences à Mongtsé, Tchong-king et Pakhoï » ; même conclusion pour la ville de Fou-tchéou ; et en ce qui concerne Hankéou et Canton, la création de nouvelles agences présenterait « un certain intérêt »41. La Banque ne revint sur sa décision que pour la ville de Canton et accepta finalement d’ouvrir des agences à Hankéou et à Canton.

  • 42 PV, Banque de l’Indochine, 5 et 19 mars 1902.
  • 43 ANSOM, Crédit carton 73.

35L’autorisation d’ouvrir une agence dans ces deux villes fut accordée par un décret du 11 mars 1901. L’agence de Hankéou ouvrit le 15 mars 1902 et celle de Canton le 1er mars de la même année42. À l’exception de Mongtsé, les autres villes n’accueillirent point d’agence par la suite. Lorsque fut inauguré le chemin de fer de Yunnan en 1910, il fut à nouveau question de créer une agence à Mongtsé. Après bien des péripéties, l’autorisation en fut donnée par un décret du 11 juillet 1913 et l’agence ouvrit ses portes le 2 janvier de l’année suivante43.

2. Création d’agences en Chine septentrionale (Pékin et Tientsin)

36La Banque de l’Indochine profita de la guerre russo-japonaise pour étendre vers le nord ses activités jusqu’alors limitées à la partie de la Chine située au sud du fleuve Yangtsé, en ouvrant des agences à Pékin et à Tientsin en 1907. Qu’était, dans ces conditions, devenu l’accord passé entre la Banque de l’Indochine et la Banque Russo-Chinoise qui interdisait à la première de s’implanter dans la partie septentrionale de la Chine ? Il nous faut d’abord, pour répondre à cette question, considérer les problèmes concernant la Banque Russo-Chinoise ainsi que leur évolution.

  • 44 R. Quested, op. cit., p. 7 et 10.
  • 45 Un échange d’administrateurs entre la Banque de l’Indochine et la Banque Russo-Chinoise que nous av (...)
  • 46 R. Quested, op. cit., p. 10.

37Il va sans dire qu’il fallait voir, dans cet accord que le gouvernement français avait fait passer entre la Banque de l’Indochine et la Banque Russo-Chinoise, que le groupe des banques françaises et le gouvernement français pouvaient contrôler efficacement la Banque Russo-Chinoise, et que cette dernière devait donc agir conformément aux « intérêts français ». Toutefois, ces clauses ne furent même pas respectées dès le début. Bien que le groupe des banques françaises (et belge) détenait plus de la moitié du capital, les représentants du groupe russe (Banque Internationale de Saint Pétersbourg et gouvernement russe) obtinrent la majorité des postes d’administrateurs. Et c’est un Allemand, Adolf Rothstein, représentant du groupe russe qui accéda au poste de directeur général. La majorité des agences ouvertes en Chine avaient des directeurs (et sous-directeurs) russes et allemands. Sur le plan de l’activité commerciale également, les intérêts français furent, dès le début, souvent sacrifiés au profit des intérêts allemands prioritaires – c’est au moins ce que pensait le gouvernement français (ministères des Affaires étrangères et des Finances)44. Le gouvernement français réagit en intervenant à maintes reprises pour essayer de modifier à son avantage l’organisation et la politique de cette banque, mais il n’obtint que de piètres résultats45. Il prit finalement des mesures pour interdire l’inscription à la cote officielle de la Bourse aux actions de la même banque, mesures qui durent être maintenues jusqu’à la mort de Rothstein en 190446.

38L’absence de contrôle effectif du gouvernement français et du groupe des banques françaises sur la Banque Russo-Chinoise se réflétait dans les rapports entre cette dernière et la Banque de l’Indochine. Les deux banques se sont en effet affrontées, dès le début, sur les opérations à Hongkong. Cette ville était d’une grande importance pour la Banque Russo-Chinoise à cause du commerce du thé entre la Russie et la Chine, source des opérations de change considérable. L’accord de 1899 interdisait à cette banque d’ouvrir une agence dans cette ville et l’obligeait, en revanche, à prendre pour correspondant l’agence de la Banque de l’Indochine à laquelle elle devait confier les affaires.

  • 47 Autour des années 1900, c’est la Bank of China and Japon (Banque d’Espèce de Yokohama ?) qui devint (...)
  • 48 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 14 octobre 1905.
  • 49 Une note rédigée sans doute en 1901 par un haut fonctionnaire du ministère des Colonies disait ceci (...)

39C’est ainsi que, tout en concluant cet accord, la Banque Russo-Chinoise passait un contrat de correspondance avec l’agence de la Banque de l’Indochine installée à Hongkong. Pourtant, la même banque passait parallèlement un contrat de même nature avec la maison de commerce allemande, Melhers et Cie, avec laquelle elle chercha, plus qu’avec la Banque de l’Indochine, à développer des affaires47. Le ministre des Finances, Cochery, vit de « l’animosité » dans ce comportement et somma la banque de rectifier son attitude. Loin de s’exécuter, la Banque Russo-Chinoise manifesta son intention d’établir à Hongkong un représentant ou une agence48. Au début de 1904, elle ouvrit finalement une agence à Hongkong. À la veille de la guerre russo-japonaise, l’accord de 1899 perdait donc toute son utilité49.

  • 50 La Banque Française pour le Commerce et l’Industrie et la Banque de l’Union Parisienne étaient deux (...)
  • 51 Le syndicat avait été créé grâce à la réorganisation de la Chinese Central Railways Company. Le gro (...)

40La défaite de la Russie à la guerre eut une influence décisive sur les rapports entre les deux banques. Au moment précis où apparaissait dans les activités de la Banque Russo-Chinoise une dissension née de l’ouverture des hostilités, les six banques parisiennes (Paribas, le Comptoir d’Escompte, la Société Générale, le Crédit Industriel et Commercial, la Banque de l’Union Parisienne et la Banque Française pour le Commerce et l’Industrie50), se groupaient autour de la Banque de l’Indochine pour fonder un syndicat et répondaient à la demande du gouvernement français en engageant, avec le groupe anglais, des négociations sur le droit d’installer le chemin de fer (Hankéou - Tchentou) dans la province de Setchuen située au nord du fleuve Yangtsé, c’est-à-dire dans la zone d’influence de la Banque Russo-Chinoise. En octobre de la même année, un accord était passé avec le groupe anglais (British and Chinese Corporation, Peking Syndicate, Yangtse Valley Company) soutenu par la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation. La naissance d’un syndicat anglo-français (Chinese Central Railways Company) s’accompagna d’une entente des deux groupes quant à des investissements dans le chemin de fer chinois51. Cependant c’est lors de la convention passée par la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation avec le gouvernement chinois pour un emprunt d’un million de livres (« Chinese 5 % Gold Loans de 1905 ») que la Banque de l’Indochine eut l’occasion de pénétrer directement en Chine septentrionale. En apprenant la nouvelle de cet emprunt, le ministre français à Pékin envoyait à Maurice Rouvier, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, une note dans laquelle il disait :

« Il n’est pas étonnant que l’affaire ait cette fois réussi. Quelle que soit la personnalité de l’agent de la Hongkong and Shanghaï [Banking Corporation] à Pékin, celui-ci se trouve sur place ; il est au courant des affaires dès qu’elles se présentent et se trouve en mesure de profiter d’une occasion favorable en acceptant sans retard les offres qui peuvent être faites.

  • 52 La Hongkong and Shanghaï Banking Corporation et la Deutsch-Asiatische Bank avaient conclu un accord (...)

« Il peut compter naturellement sur l’appui de la Légation d’Angleterre et l’association existante avec la “Deutsch Ostasiatische” » lui assure également l’appui du ministre d’Allemagne52.

« Nous sommes loin de nous trouver dans des conditions aussi favorables. Ne pouvant traiter avec les Chinois moi-même pour le compte des établissements financiers de Paris, je ne puis qu’aviser l’un des agents du “Consortium” » que les banques françaises ont créé, pour s’occuper des engagements auxquelles elles s’intéressent en Chine. Cet agent, sans pouvoir général, ne peut traiter de suite ; il doit prévenir les banques, répondre à leurs demandes de renseignements, discuter avec elles longtemps les conditions dans lesquelles il pourrait être possible de tenter l’opération, attendre que le moment paraisse favorable pour l’émission sur le marché de Paris. Il m’est naturellement impossible, pendant ce temps, de leur réserver l’affaire et d’agir auprès des Chinois, alors que ceux-ci n’ont même pu être encore approchés à ce sujet, ainsi qu’il est d’usage en ce pays.

  • 53 ANSOM, Crédit carton 79, ministre français à Pékin à ministre des Affaires étrangères, 11 juillet 1 (...)

« Lorsque tout le travail préliminaire a été fait en France, l’affaire se trouve déjà conclue en Chine par les banques anglaises ou allemandes qui s’y sont établies pour faire des affaires, ou par les grandes maisons allemandes qui jouissent de la confiance des établissements financiers de la métropole et peuvent s’engager en leur nom »53.

  • 54 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 14 octobre 1905.

41Le 14 octobre de la même année, Rouvier transmit cette note au ministre des Colonies et lui demandait d’examiner la question de la création d’une agence à Pékin. Le 4 novembre, ce ministre qui avait pris réception du projet de Rouvier demandait à la Banque de l’Indochine de fonder une agence à Pékin54. La Banque accepta immédiatement et demanda l’autorisation d’ouvrir en même temps une agence à Tientsin. Elle en justifia la nécessité dans une lettre adressée le 11 novembre au ministre des Colonies :

  • 55 ANSOM, Crédit carton 79, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 11 novembre 1905.

« Situé à quelques heures de Pékin, Tientsin est, en effet, le grand centre commercial le plus rapproché de cette ville, les banques anglaises et allemandes, dont nous aurons à soutenir la concurrence, y sont elles-mêmes installées, ainsi, d’ailleurs, que la Banque Russo-Chinoise et, comme notre représentant à Pékin aura surtout pour rôle d’étudier les affaires financières et d’y intéresser les capitaux français, nous pensons qu’il est indispensable qu’il soit appuyé par un siège de notre banque, ayant une participation effective aux affaires et aux entreprises commerciales de la région. Notre agence de Shanghaï n’est pas à proximité suffisante de Pékin pour qu’elle puisse lui prêter le très fréquent concours qu’exige presque toujours la conclusion d’affaires qui font l’objet des compétitions de plusieurs banques rivales »55.

  • 56 ANSOM, Crédit carton 78.

42Si l’agence de Pékin allait certainement se développer autour de la recherche d’emprunts internationaux, elle aurait nécessairement besoin de l’aide d’une agence installée à Tientsin. Un décret émis le 21 janvier 1906 autorisa l’ouverture d’une agence dans chacune de ces deux villes qui furent inaugurées le 18 février 1907 pour Tientsin et en avril de la même année pour Pékin56.

3. Création des agences de Bangkok, Battambang, Singapour, Papeete et Djibouti

43À peu près en même temps qu’elle créait des agences en Chine, la Banque de l’Indochine fondait également cinq autres agences, trois dans des villes situées en territoire étranger (Bangkok et Battambang au Siam, et Singapour dans les Détroits) et deux dans les villes appartenant à des colonies françaises (Papeete dans les Établissements français de l’Océanie et Djibouti à la Côte française des Somalis).

  • 57 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904 et 24 mai 1905.

44La création de l’agence de Bangkok est due au ministre français en poste dans cette ville, Defanse, qui, devinant, en mai 1896, que des négociations pour un emprunt étaient engagées entre le gouvernement du Siam et les banques anglaises, présenta au ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, un projet de participation des banques françaises à ces négociations. Ce projet fut d’abord examiné par les ministères des Affaires étrangères, des Finances et des Colonies. En août, le ministre des Colonies présenta les résultats de cette étude à la Banque de l’Indochine et lui demanda de participer à l’emprunt siamois et d’ouvrir une agence dans la capitale de ce pays. La Banque l’accepta. L’autorisation d’ouvrir cette agence arriva le 11 novembre 1896 et l’inauguration eut lieu le 22 février de l’année suivante57.

  • 58 Ibid., 11 mai 1904.
  • 59 G. Hanotaux et A. Martineau, op. cit., t. 5, Paris, 1932, p. 514-516.

45Au Siam, la Banque fonda également l’agence de Battambang qui fut autorisée le 24 février 1903 et qui ouvrit le 1er août 190458. La question de la création d’une agence à Battambang, l’une des plus importantes régions de riziculture du Siam située tout près du Cambodge, fut évoquée dans les négociations sur les frontières entre le Siam et l’Indochine qui se poursuivaient depuis 1902 entre la France et le Siam. Ces négociations aboutirent à la conclusion de deux traités entre ces deux derniers pays. Le premier traité signé le 13 février 1904, outre qu’il délimitait la frontière entre le Siam et le Laos, stipulait l’organisation d’une armée populaire dans les trois provinces (anciennement cambodgiennes) de Battambang, Siem Reap et Sisophon, placée sous le commandement d’officiers français. Le deuxième traité, signé le 23 mars 1907, décidait de céder ces trois provinces à la France, autrement dit, de les incorporer au Cambodge59. Cette requête du gouvernement français demandant à la Banque de l’Indochine d’ouvrir une agence à Battambang, s’inscrivait donc dans le cadre de dispositions pour s’approprier dans l’avenir ces trois provinces. Les propos du conseil d’administration confirment d’ailleurs ces intentions politiques :

  • 60 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

« Il importait, au moment surtout où l’heureuse conclusion d’accords au sujet du Siam semble réserver à notre action économique les contrées qui avoisinent le Mékong, de ne pas laisser se détourner vers d’autres régions le courant qui jusqu’ici se dirigeait vers la Cochinchine »60.

  • 61 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 14 janvier 1904 ; AG, Banqu (...)
  • 62 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.
  • 63 Ibid., 24 mai 1905.

46L’agence Singapour représente une exception puisqu’elle est la seule parmi les succursales et agences à cette époque à avoir été fondée sur l’initiative de la Banque de l’Indochine elle-même. Dans une lettre datée du 14 janvier 1904 adressée au ministre des Colonies, la Banque jugeait cette agence nécessaire pour trois raisons : l’importance croissante des affaires des succursales d’Indochine et notamment de celle de Saigon avec les Philippines et Java ; les besoins de l’agence de Bangkok dont les opérations se dénouent en majeure partie à Singapour ; et les inconvénients que présente la nécessité dans l’état actuel de confier la gestion des affaires dans les Détroits à des correspondants, banques étrangères rivales61. Comme pour l’agence de Hongkong créée en 1894, l’agence de Singapour devait compléter le réseau des agences Asie-orientale afin de permettre le bon déroulement des opérations de change62. L’autorisation arriva le 14 avril 1904 et l’agence ouvrit le 1er mars de l’année suivante63.

  • 64 Ibid., 9 mai 1906.
  • 65 Ibid., 5 mai 1909.

47Le ministre des Colonies demanda l’ouverture d’une agence à Papeete en même temps que celle à Battambang. La fondation de ces deux agences fut autorisée le 24 février 190364. L’agence de Papeete fut inaugurée plus tard que celle de Battambang, le 5 décembre 1905. Si l’on ne connaît pas très bien les raisons invoquées par le ministre des Colonies pour demander l’ouverture de cette agence, il semblerait que le besoin de mettre de l’ordre dans le système monétaire de Tahiti ait joué un rôle non négligeable65.

  • 66 ANSOM, Crédit carton 80, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 17 juin 1899.
  • 67 Voir à ce sujet : G. Honataux et A. Martineau, op. cit., t. 4, Paris, 1931, p. 583-589.
  • 68 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908 et 10 mai 1911.

48La création de l’agence de Djibouti (en 1908) a, quant à elle, une histoire relativement longue. Entre 1898 et 1899, alors que la Banque de l’Indochine et les diverses banques parisiennes travaillaient sur un projet de « banque d’État » en Éthiopie, la question de la création d’une agence à Djibouti, capitale de la Côte française des Somalis, était déjà à l’ordre du jour au sein des autorités gouvernementales compétentes66. À cette époque, l’agence ne vit pas le jour (peut-être pour les mêmes raisons que celles qui ont provoqué l’abandon du projet de « banque d’État »). Le problème fut à nouveau soulevé après l’accord de Londres conclu le 6 juillet 1906 entre l’Angleterre, la France et l’Italie, et portant sur la construction du chemin de fer éthiopien. D’après cet accord, l’Angleterre et l’Italie reconnaissaient à la France le droit de prolonger jusqu’à Addis-Abeba la ligne Djibouti-Dirédaoua que la Compagnie Impériale des Chemins de Fer Éthiopiens (société française) construisait depuis 1898. Lorsque le gouvernement français prit connaissance de cet accord, il vit quelque danger à confier à cette société douteuse sur le plan financier les travaux de prolongation de la ligne jusqu’à Djibouti. Le 4 février 1907, il décida de faire liquider la société et de remettre l’affaire entre les mains d’une nouvelle société plus puissante qu’il demanda à la Banque de l’Indochine et son groupe de créer. Ce dernier accéda à la requête en fondant, en mars 1908, la Compagnie du Chemin de Fer de Djibouti à Addis-Abeba67. La fondation de l’agence de Djibouti permettait d’atteindre deux objectifs : d’une part, prise en charge des services comptables de la construction du chemin de fer poursuivie par la nouvelle compagnie ; d’autre part, renforcement de la position de Djibouti en tant qu’accès au commerce avec l’Abyssinie, déjà affirmé par un accord passé en 1897 entre la France et l’Ethiopie68.

  • 69 ANSOM, Crédit carton 78.

49Signalons, pour terminer, qu’il fut également demandé à la Banque de l’Indochine en 1900 d’ouvrir une agence à Manille et que cette requête fut rejetée comme en 188969.

II. élargissement et modification de l’organisation de la Banque

A. Deuxième, troisième et quatrième augmentations du capital (1900, 1906 et 1910)

50À l’aube du XXe siècle, la Banque de l’Indochine effectua trois augmentations de capital (juillet 1900, février 1906 et février 1910) qu’elle quadruplait ainsi en moins de dix ans, le faisant passer de 12 millions de francs à 48 millions de francs. L’augmentation de capital en 1900 avait été amenée par l’implantation en Chine et au Siam, et les deux suivantes par l’augmentation des opérations de chaque succursale et agence ainsi que par la construction de nouvelles agences centrées sur la Chine. Par exemple, dans une lettre datée du 25 novembre 1905 adressée au ministre des Colonies, Etienne Clémentel, le conseil d’administration justifie ainsi la nécessité d’une (troisième) augmentation de capital :

  • 70 ANSOM, Crédit carton 70, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 25 novembre 1905.

« Le développement continu de nos affaires en Extrême-Orient, l’extension qu’elles sont susceptibles de prendre encore après la conclusion de la paix russo-japonaise, nos installations récentes à Battambang, Papeete et Singapour, enfin la création demandée de nouvelles agences en Chine, nous ont amenés à constater que le capital de notre Banque n’est plus en proportion avec les affaires qu’elle est appelée à traiter »70.

  • 71 Ibid.. 24 novembre 1905.
  • 72 Ibid.

51On peut se demander pourquoi cette nécessité d’un supplément de capital due à l’implantation de la Banque de l’Indochine en territoire étranger n’a pas amené cette dernière à prendre d’autres mesures. Comme nous le verrons plus loin en détail, des fonds considérables du Trésor public que l’on ne pouvait pas placer en Indochine étaient déposés sur comptes courants à la succursale de Saïgon. Il était, d’autre part, certain que la Banque pouvait demander à ses actionnaires les trois quarts du capital non encore versés. En ce qui concerne cette question logique qui pouvait être posée, le commissaire du gouvernement résumait en trois points la position de la Banque dans un compte rendu adressé le 24 novembre 1905 au ministre des Colonies. D’après lui, les fonds du Trésor déposés pouvaient être « sujets à des fluctuations accentuées »71. D’autre part, la Banque était obligée de garder les parts du capital non versées, car elles étaient « particulièrement propres à augmenter l’élasticité du crédit de la Banque »72. Elle ne pouvait donc compter sur ni l’un ni l’autre. Et, de plus, la Banque devait, à l’époque, nécessairement contrôler les dividendes des actionnaires. Le commissaire disait :

  • 73 Ibid.

« Il ne serait pas impossible qu’en proposant cette augmentation du capital le conseil ait obéi aussi à un autre sentiment. La politique de la Banque, et on ne saurait que l’en féliciter, est de mettre en réserve la plus grande partie possible des bénéfices. Mais une partie de ces poches qu’elle a créées un peu partout dans ses comptes est pleine aujourd’hui. La proportion des bénéfices réservés va forcément diminuer et celle des bénéfices distribués augmenter. Si donc le capital social restait comme aujourd’hui limité à 48 000 actions, le dividende progresserait rapidement et dans de fortes proportions. Or la Banque, établissement privilégié et particulièrement privilégié, n’a pas d’intérêt à paraître trop riche. En portant à 72 000 le nombre de ses actions, elle arrête net et pour longtemps la progression du dividende, qui va se stabiliser entre 45 et 50 F »73.

52Si les bénéfices et les réserves feront par la suite l’objet d’une étude d’ensemble, il convient de noter ici que « l’enrichissement » de la Banque a commencé à préoccuper les dirigeants de cette dernière dès 1905 et qu’il constitue une des principales raisons qui a poussé à augmenter le capital.

53Il faut également se pencher sur la teneur des fonds que l’augmentation de capital a permis d’acquérir ainsi que sur les emplois dont ils ont fait l’objet.

a. Teneur des fonds acquis

54Ces fonds proviennent du capital versé et de primes sur l’émission des actions, les secondes l’emportant radicalement sur le premier. Le tableau 20 montre qu’à la faveur des hausses du cours des actions, les primes d’émission par action s’élevaient à 175 francs en 1900, 500 francs en 1906 et 700 francs en 1910. Les montants totaux des primes d’émission ont également considérablement augmenté, à chaque fois, atteignant 4 200 000 francs en 1900, 12 000 000 en 1906 et 16 800 000 francs en 1910. Chacune de ces augmentations n’a en rien changé le capital versé qui est resté à 3 millions de francs à raison de 125 francs par actions. Ces constatations nous amènent à suggérer que cet approvisionnement en capital grâce aux augmentations de capital était davantage tourné vers l’acquisition de primes que vers celle de capital.

Tableau 20 – BIC : Quatre augmentations de capital (1888, 1900, 1906, 1910)

Tableau 20 – BIC : Quatre augmentations de capital (1888, 1900, 1906, 1910)

Unité : Francs (à l’exception des chiffres marqués d’un astérisque)

Sources : ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine : augmentation du capital de 24 à 36 millions ; PV, Banque de l’Indochine, 19 avril et 23 juillet 1888, 23 mai, 20 juin et 25 juillet 1900, 22 novembre 1905, 31 janvier 1906, 22 décembre 1909 et 16 février 1910

  • 74 ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 13 janvier 1906.

55Qu’est-ce qui distinguait, pour la Banque, capital versé et primes ? Plus encore, quelle nécessité poussait la Banque à acquérir des primes aussi considérables ? Dans une lettre du 13 janvier 1906 adressée au ministre des Colonies, le conseil d’administration en donnait l’explication suivante : « Notre Banque en sa qualité de banque d’émission en Indo-Chine doit conserver son capital social comme garantie de ses opérations dans la colonie. C’est avec les ressources supplémentaires que va lui procurer l’émission des actions nouvelles avec une prime dont le montant viendra s’ajouter à ses réserves déjà existantes, qu’elle pourra étendre ses opérations dans les pays où elle n’a pas de privilège »74. Nous comprenons donc que le capital (versé) était gardé pour garantir les opérations coloniales (émission de billets de banque, escomptes, avances, changes) et, par conséquent, sous forme d’un actif liquide (surtout les encaisses métalliques des succursales aux colonies) alors que les primes étaient assimilées aux fonds de réserve et affectées aux opérations pratiquées aux pays étrangers. Tout ceci revient à dire que cette acquisition de primes fut l’objectif fondamental des augmentations de capital puisqu’elles représentaient un moyen essentiel pour soutenir l’expansion sur la vaste zone de l’Asie demandée à la Banque par le décret de 1900.

56Comme elle le mentionne d’ailleurs elle-même dans la lettre citée plus haut, après chaque augmentation de capital, la Banque affecta les primes au fonds de « Réserve supplémentaire ». Ce dernier se montait, avant 1910, à 33 500 000 francs excédant ainsi largement les 12 000 000 francs du capital versé. Par cette augmentation de capital, la Banque avait réussi à s’approprier un moyen financier fondamental pour le déploiement de son activité sur le grand marché de l’Asie. Il est d’ailleurs permis d’avancer que cet outil financier était considérablement plus puissant que le capital versé qui servait à cautionner les opérations coloniales.

b. Emplois des ressources acquises

  • 75 PV, Banque de l’Indochine, 20 juin 1900.
  • 76 Ibid., 31 janvier 1906.
  • 77 AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1913.
  • 78 Ibid., exercices 1900-1913.

57Une partie de ces ressources servit à acheter des titres, principalement des titres publics. Le conseil d’administration décida d’utiliser, à chaque augmentation de capital, une partie des ressources pour acquérir des titres. C’est ainsi qu’en juin 1900, sur les 7 200 000 francs de ressources obtenues, 1 million fut affecté à l’achat des rentes françaises et des obligations de chemin de fer français, d’une part, et une somme correspondant à 50 000 livres (soit 1 261 000 francs d’après la parité de l’époque) servit à l’acquisition des fonds d’État anglais ou rente indienne, d’autre part. Les titres français furent déposés à la Banque de France et les titres anglais à l’Union Bank of London75. Il fut de même décidé, en janvier 1906, que sur les 15 millions de francs de ressources, seraient prélevés, pour acheter des titres, entre 3 et 3,5 millions, ce qui permettrait « d’élever à 2 millions ou 2,5 millions de francs le montant des titres en dépôt à la Banque de France et de porter à 100 000 livres sterling le dépôt de 50 000 livres existant déjà chez l’Union of London and Smith Bank à Londres »76. Les mêmes mesures furent prises en 1912 pour utiliser les ressources dues à l’augmentation de 191077. C’est ainsi qu’à partir de 1900, la Banque détenait une partie de son capital propre sous forme de titres. Les sommes apparaissant au bilan sont de 2 250 000 francs environ jusqu’en 1905, de 3 400 000 à 3 500 000 francs de 1906 à 1911 et de 4 millions de francs environ à partir de 1912 (jusqu’en 1913)78.

58Cette acquisition de titres amène deux questions. La partie des ressources placées venait-elle du capital versé ou des primes à l’émission (ou des deux) ? Les archives dont nous disposons ne sont pas très explicites à ce sujet. Nous sommes cependant enclins à considérer spontanément, étant donné le caractère prêté plus haut par la Banque elle-même à chacun des deux types de capital, qu’elle provenait principalement du capital versé.

  • 79 Voir III, B, 2 du chapitre II.

59La deuxième question concerne les crédits obtenus par la Banque à Paris et à Londres. Le dépôt de tous les titres à la Banque de France et à l’Union Bank of London montre que ces achats de titres étaient destinés à servir, auprès de ces deux banques, de caution pour obtenir des crédits. Depuis la chute du Comptoir d’Escompte en 1889, la Banque de l’Indochine avait d’ailleurs obtenu (en dehors du crédit de Paribas, la Société Générale, le Crédit Industriel et Commercial et le Crédit Lyonnais qui se montait à 3 millions de francs pour chacune de ces banques) 3 millions de francs des six banques de la haute banque et, grâce à la garantie de Paribas, de la Société Générale et du Crédit Industriel et Commercial, 150 000 livres de l’Union Bank of London79. Quelle relation y avait-il entre ces titres dont l’acquisition commençait à se pratiquer et ces crédits déjà plus anciens ?

60L’achat de titres français avait certainement pour objectif de remplacer le crédit de la haute banque par celui de la Banque de France, puisqu’il fut décidé par le conseil d’administration en juin 1906 en même temps que la résiliation du contrat de crédit passé avec la haute banque. Quant à l’acquisition des titres anglais, ses motifs sont beaucoup moins clairs. Le montant des titres déposés à l’Union Bank of London (50 000 livres de 1900 à 1905 et 100 000 livres à partir de 1906) n’atteignait même pas la garantie de 150 000 livres des trois banques parisiennes. De plus, à la fin des années 1890, la Banque de l’Indochine qui ouvrait de nombreuses agences à l’étranger vit se multiplier les opérations de change en livres et s’accroître sa dépendance à l’égard du crédit en livres. Nous estimons pouvoir en déduire que cette acquisition de titres anglais n’avait pas, du moins au début, pour but de résilier la garantie susdite des trois banques parisiennes, mais qu’elle visait plutôt à élargir les possibilités des crédits en livres. Il est, en tout cas, permis d’affirmer que les augmentations de capital ouvraient la voie à des crédits en francs et en livres directement obtenus de la Banque de France et de l’Union Bank of London.

B. Composition des actionnaires et du conseil d’administration

61Comment évoluèrent la composition des actionnaires et celle du conseil d’administration de 1897 à 1913 et surtout quelle influence eurent les augmentations de capital successives sur ces deux éléments ? Nous essaierons, en examinant ces questions, de saisir ce qui était le pouvoir de gestion au sein de la Banque de l’Indochine.

a. Les actionnaires

62Nous ne pouvons pas nous livrer ici à une étude approfondie car le document essentiel, la liste des actionnaires, a été perdu. Nous ne pouvons que livrer quelques caractéristiques générales fournies par le tableau 21 rédigé en 1918 par le commissaire du gouvernement, Dematial, qui a procédé à une répartition des actionnaires suivant le nombre d’actions détenues ainsi qu’à une répartition des actions dans les différents groupes d’actionnaires ainsi obtenus. Des listes des actionnaires ayant souscrit aux augmentations de capital nous ont également aidé dans nos recherches (tableau 22).

Tableau 21 – BIC : Nombre d’actionnaires. Répartition des actions pour un nombre déterminé d’actionnaires

Tableau 21 – BIC : Nombre d’actionnaires. Répartition des actions pour un nombre déterminé d’actionnaires

Source : ANSOM, Crédit carton 70

Tableau 22 – BIC : Souscriptions des quatre grandes banques aux augmentations de capital (1900, 1906, 1910)

Tableau 22 – BIC : Souscriptions des quatre grandes banques aux augmentations de capital (1900, 1906, 1910)

Sources : ANSOM, Crédit carton 70 ; PV, Banque de l’Indochine, 25 juillet 1900, 14 février 1906 et 16 février 1910

63Le tableau 21 permet de dégager deux observations. D’abord, les augmentations de capital au début du XXe siècle ont engendré un accroissement considérable du nombre des actionnaires. Parmi ces derniers la proportion de grands actionnaires a diminué alors que celle des petits actionnaires s’est accrue. De 1899 à 1913, le nombre des actionnaires était multiplié par dix, passant de 373 à 3 835, tandis que le pourcentage des actionnaires possédant plus de 100 actions passait de 12,9 % à 3,8 % et celui des actionnaires détenant moins de 10 actions de 26,3 % à 63 %. D’autre part, malgré cette évolution, la proportion d’actions détenues par les cent premiers actionnaires autorisés à siéger à l’assemblée générale des actionnaires était de 51 % en 1913. Force est de reconnaître que cette « démocratisation » des actions n’était, somme toute, que très relative. Dematial, lui-même, portait le jugement suivant :

  • 80 ANSOM, Crédit carton 70, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 22 février 1918.

« [Le tableau] indique une diffusion constante des actions de la Banque de l’Indochine en un plus grand nombre de mains. Mais la plus grande partie du capital reste encore concentrée en un relativement petit nombre de mains »80.

64Mais qui était donc « ce petit nombre » qui détenait la plus grande part des actions ? Nous pensons pouvoir avancer que ce noyau était composé des diverses banques parisiennes qui avaient envoyé leurs dirigeants au conseil d’administration. Les archives dont nous disposons étant limitées, nous ne pouvons déterminer avec précision quelle fut, durant cette époque, l’évolution des positions respectives de ces banques en tant qu’actionnaires de la Banque de l’Indochine. Nous ne pouvons que nous livrer à des déductions approximatives d’après le tableau 22, élaboré à partir des listes d’actionnaires ayant participé aux augmentations de capital. Nous y notons qu’à chaque augmentation de capital, le Comptoir d’Escompte, Paribas, la Société Générale et le Crédit Industriel et Commercial ont acquis, en tant qu’organismes, entre 277 et 2 449 actions. Ce nombre est fort éloigné de la moyenne des actions acquises par un souscripteur qui était 69 en 1900, 25 en 1906 et 12 en 1910. On peut donc affirmer, sans hésitation, que ces augmentations rapprochées de capital ont permis à ces quatre banques parisiennes de conserver leur position de grands actionnaires ainsi que leur droit de vote majoritaire à l’assemblée générale des actionnaires.

  • 81 Il n’en demeure pas moins que ces administrateurs du Crédit Lyonnais envoyés à la Banque de l’Indoc (...)

65Pourquoi le Crédit Lyonnais qui, comme les quatre autres banques, envoyait ses représentants à la Banque de l’Indochine n’a-t-il participé à aucune de ces augmentations ? Il semblerait que la participation de cette banque à la Banque de l’Indochine se limitait au plan de la gestion, car il ne reste aucune trace d’un arrangement passé entre les deux banques sur la cession d’actions lorsque le Crédit Lyonnais envoya pour la première fois, en 1896, son représentant à la Banque de l’Indochine81 (alors qu’un tel accord fut conclu avec la Société Générale en 1887).

b. La composition du conseil d’administration

66Le tableau 23 exprime les mouvements des administrateurs recensés d’après leur organisme d’origine. Le Comptoir d’Escompte, Paribas, la Société Générale, le Crédit Industriel et Commercial et le Crédit Lyonnais ont continuellement délégué des représentants au conseil d’administration. Ces derniers faisaient partie du noyau de gestion de leur banque d’origine et étaient, pour la plupart, président, vice-président ou directeur général. Les administrateurs n’appartenant pas à ces cinq grandes banques étaient peu nombreux. Ils n’étaient, de plus, jamais issus du même organisme. Ces observations permettent de conclure que le conseil d’administration était, en fait, monopolisé par les délégués de ces cinq banques.

Tableau 23 – BIC : Mouvements au sein du conseil d’administration (1897‑1913)

Tableau 23 – BIC : Mouvements au sein du conseil d’administration (1897‑1913)

* Ces noms marqués d’un astérisque sont ceux des membres du comité de gestion

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1913 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1913

67Les dires des administrateurs eux-mêmes permettent de confirmer cette caractéristique du conseil. Le 26 avril 1899, par exemple, le conseil décida d’accueillir l’administrateur Léon Masson, administrateur du Crédit Lyonnais, pour remplacer Jules Enders, originaire de la même banque, qui venait de décéder, et de désigner Hély d’Oissel de la Société Générale pour remplacer J. Gay qui avait démissionné, en raison de son grand âge, de son poste de vice-président. Hély d’Oissel qui accédait, par conséquent, à la fonction de vice-président s’exprimait ainsi dans son discours d’entrée en fonction :

  • 82 PV, Banque de l’Indochine, 26 avril 1899.

« Le conseil de la Banque de l’Indochine comprend les représentants des établissements de crédit de Paris et certainement la nomination qu’il vient de faire est la manifestation de son désir de maintenir et de consolider l’union de ces établissements qui contribue si efficacement à la puissance de la Banque de l’Indochine, en même temps qu’elle constitue un lien utile et fécond pour les établissements eux-mêmes »82.

  • 83 Mais, quant à la Société Générale, à condition que l’on considère Homberg comme représentant de cet (...)

68Pourtant, si la Banque de l’Indochine avait décidé d’organiser son conseil de façon à y réaliser une union des cinq grandes banques, elle n’entretenait pas nécessairement les mêmes rapports avec chacun de ces organismes. Le Comptoir d’Escompte, Paribas et la Société Générale ont toujours eu deux délégués au conseil83. Le Crédit Industriel et Commercial et le Crédit Lyonnais, en revanche, n’ont eu qu’un seul représentant, à partir de 1899 pour le premier et avant 1910 pour le second. Pour approfondir cette question, nous nous pencherons sur l’évolution de la composition du comité de gestion de la Banque de l’Indochine (tableau 24). De 1898 jusqu’à la mort de Homberg en 1907, le comité était constitué de quatre personnes, soit trois représentants des quatre grandes banques (non compris le Crédit Lyonnais) et Homberg. Après la mort de Homberg, il était formé d’un délégué de chacune de ces quatre banques. Seul, parmi les cinq grandes parisiennes, le Crédit Lyonnais n’obtint jamais de poste au comité. Il faut par conséquent considérer que seul le Crédit Lyonnais n’avait pas le même droit de parole que les autres organismes bancaires. On peut penser que cette situation est une conséquence de non-participation au capital par actions que nous avons déjà mentionnée et explique l’attitude passive de cette banque dans les affaires chinoises que nous aborderons plus tard.

Tableau 24 – BIC : Composition du comité de gestion aux moments de changements (1897‑1913)

Tableau 24 – BIC : Composition du comité de gestion aux moments de changements (1897‑1913)

N.B. – Les noms entre parenthèses sont les organismes d’origine.

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1913

69Il semble, toutefois, que les rapports des cinq banques allaient devenir égaux au sein du conseil d’administration à la veille de la première guerre mondiale lorsque le Crédit Lyonnais y envoya son propre président, portant ainsi le nombre de ses représentants à deux.

70Nous en conclurons que ce système de gestion commun par les cinq banques, qui avait démarré au cours des années 1890, s’est cherché pendant la période que nous avons étudiée et parvient à mériter véritablement son nom à la veille de la première guerre mondiale.

  • 84 La Quinzaine coloniale, 25 novembre 1903, p. 765.
  • 85 En ce qui concerne Ulysse Pila, consulter : M. Zimmermann, op. cit., p. 240, note 1 ; A. Brebion, D (...)

71Il nous reste à préciser quelques caractéristiques de ce conseil d’administration. La première concerne l’entrée en fonction de l’administrateur, Ulysse Pila, en 1900. Ce commerçant d’une soierie lyonnaise commença par poursuivre des études dans une maison de commerce anglaise à Hongkong, après quoi il monta, dans les années 1880, quelques affaires au Tonkin et au Yunnan. À la fin du XIXe siècle, il était devenu une des grandes figures du milieu des affaires coloniales de Lyon et était célébré comme le « vice-roi »84 de l’Indochine85. La participation de Pila au conseil d’administration semble refléter la situation de la Banque de l’Indochine qui, comme nous le verrons dans le paragraphe suivant, s’était engagée, à l’époque, dans des affaires industrielles en Indochine et en Chine et commençait à entretenir des relations avec des entreprises de Pila.

  • 86 PV, Banque de l’Indochine, 3 février 1915.
  • 87 Citons quelques exemples : Gay, conseiller d’État, directeur du Mouvement général des Fonds ; Denor (...)

72La seconde a trait à l’accession au poste d’administrateur d’Ernest Roume en 1907. Ce dernier était un haut fonctionnaire aux Colonies qui avait été successivement directeur de l’Asie du ministère des Colonies, gouverneur général de l’Afrique occidentale française avant de revenir, en 1915, au poste de gouverneur général de l’Indochine86. À l’origine, les membres du conseil de la Banque de l’Indochine étaient souvent issus de milieux officiels ou semi-officiels : inspecteurs des finances, directeurs aux Finances, conseillers d’État, gouverneur de la Banque de France87. Ces derniers, cependant, ne passaient jamais directement d’une fonction administrative au conseil mais transitaient tous par l’une des banques parisiennes. L’histoire de Roume n’est pas très claire ; mais on peut y voir, en arrière-plan, dans le cadre de la diversification et de l’expansion géographique des opérations de la Banque de l’Indochine à partir de 1900, la volonté du ministère des Colonies de s’assurer un contrôle (indirect) sur cette dernière.

73Le troisième point concerne la promotion de Stanislas Simon, qui a été toujours formé dans la Banque de l’Indochine, au poste d’administrateur lui faisant cumuler cette fonction avec celle de directeur, en 1909, ainsi que l’accession au poste de secrétaire général de l’ancien inspecteur des finances, René Thion de La Chaume, qui allait donc seconder le directeur Simon. En 1920, Simon fut promu au poste de vice-président et en 1927, à celui de président. Thion de La Chaume suivit Simon et fut successivement sous-directeur en 1914, directeur en 1920, administrateur cumulant cette fonction avec celle de directeur en 1930 et président en 1932. Les mouvements de personnel de 1909 portaient donc en germe l’évolution vers un système de gestion axé sur le président et le directeur ayant toujours évolué dans la Banque de l’Indochine. Ce système devait arriver à maturation entre les deux guerres mondiales.

74Même si, par conséquent, des administrateurs non issus des cinq grandes banques parisiennes ont parfois rejoint le conseil, leur nombre fut très limité. Ils n’ont, d’autre part, jamais participé au comité de gestion, à l’exception de Simon dont la participation s’est faite en qualité de directeur. Il convient donc de bien noter que la tendance du conseil à être exclusivement dominé par des délégués des cinq grandes banques parisiennes ne fut aucunement remise en cause durant cette époque.

III. Structure et évolution des opérations financières : extension des opérations chinoises

  • 88 Dans la terminologie courante, le terme « opérations productives » désigne les « opérations ordinai (...)
  • 89 Consulter, pour plus de détails sur cette règle terminologique, l’ouvrage de Jean Bouvier (traducti (...)

75Les augmentations de capital ainsi que la prolifération des agences ont naturellement engendré un accroissement considérable des opérations produisant bénéfices (que nous appellerons, imitant en cela la Banque de l’Indochine et le milieu bancaire français, « opérations productives »88). Ici, nous nous proposons d’étudier le contenu et l’évolution des ressources qui ont soutenu les opérations s’accroissant, ainsi que de ces opérations elles-mêmes. Après le renouvellement du privilège en 1900, la souscription aux emprunts, la création de sociétés et la participation au capital de sociétés vinrent s’ajouter à la liste des opérations productives jusqu’alors pratiquées (escomptes, avances et changes). Celles-ci pratiquées à court terme ne présentaient qu’un faible danger et étaient couramment effectuées par les succursales et les agences. Les nouvelles opérations, en revanche, comportaient un risque important puisqu’elles étaient, prises isolément, de grande envergure et s’effectuaient à plus ou moins long terme. Leur réalisation exigeait donc l’approbation du conseil d’administration. Nous prendrons donc en considération la différence de caractère de ces deux groupes d’opérations que nous traiterons séparément, désignant les premières sous le terme « opérations ordinaires » et les secondes sous le terme « affaires extraordinaires »89.

A. Les ressources

76La figure 14 montre l’évolution des cinq éléments ayant constitué, de 1897 à 1913, l’essentiel des ressources de la Banque : capital versé, réserves, billets de banque, dépôts ordinaires et dépôts du Trésor du gouvernement général de l’Indochine. La majeure partie du capital versé était soit conservée, en tant que garantie des opérations coloniales, sous forme de numéraire dans les succursales qui émettaient des billets, soit déposée à la Banque de France ou à l’Union Bank of London sous forme de titres. Nous avons déjà abordé cette utilisation du capital versé. Nous avons également vu que les primes de l’émission d’actions constituant le fonds de réserve (« Réserve supplémentaire ») étaient considérées en tant que capital affecté aux opérations pratiquées aux pays étrangers. Les bénéfices non distribués, autre élément du fonds de réserve, seront étudiés dans IV du présent chapitre dans le cadre de la répartition des bénéfices.

Figure 14 – BIC : Principales ressources (1875-1913). Situation au 31 décembre

Figure 14 – BIC : Principales ressources (1875-1913). Situation au 31 décembre

Unité : Million de francs.

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1913

77Nous ne traiterons pas ici le capital versé et le fonds de réserve, soit parce que nous les avons déjà étudiés, soit parce que nous avons l’intention de les aborder par la suite. Nous nous limiterons, par conséquent, aux trois éléments restants, à savoir : l’émission de billets, les dépôts ordinaires et les dépôts du Trésor public de l’Indochine. Ces trois sortes de capitaux sont tous à court terme et provenant de l’extérieur ; du fait de cette particularité, ces capitaux ne pouvaient être affectés qu’à des opérations ordinaires.

1. L’émission de billets de banque

78La figure 14 montre que, durant l’époque considérée, le montant des billets en circulation a régulièrement augmenté. Le tableau 25 permet de déduire que cette courbe ascendante est le résultat : d’une part, de l’accroissement régulier de l’émission dans chacune des succursales coloniales déjà existantes en Indochine, à Pondichéry et à Nouméa ; d’autre part, de la création des cinq succursales et agences de Bangkok, Shanghaï, Canton, Papeete et Djibouti qui, de 1899 à 1908, ont commencé à pratiquer l’émission.

Tableau 25 – BIC : Montants des billets en circulation (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre

Tableau 25 – BIC : Montants des billets en circulation (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre

Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure).

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913

  • 90 Voir : André Touzet, Le régime monétaire indochinois, Paris, 1939, p. 25.
  • 91 Ibid., p. 24.
  • 92 Lorsqu’on a commencé, en 1885, à introduire la piastre française dans la colonie, le mode essentiel (...)

79Le tableau 25 montre également qu’après 1896 les succursales indochinoises ont continué de représenter la plus grande partie des montants de billets émis. Il est bon de signaler, à ce propos, que ces succursales rencontraient de grandes difficultés d’approvisionnement en numéraire qui se sont aggravées après 1904. Lorsque, entre 1901 et 1903, la valeur de l’argent chuta, les gouvernements de la métropole et de la colonie indochinoise lancèrent une politique de stabilisation (par rapport au franc-or) de la monnaie coloniale et prirent toute une série de mesures pour y parvenir. C’est ainsi que furent émis, le 3 juin 1903, deux décrets du Président de la République : l’un supprimait la taxe à l’exportation de la piastre mexicaine et l’autre interdisait les importations de cette même monnaie. Un arrêté du gouverneur général de l’Indochine du 30 janvier 1905 interdisait les exportations de lingots d’argent et de piastres françaises (sauf en direction de Battambang et du Yunnan sous influence française)90. Les auteurs de ce projet attendaient de ces mesures qu’elles absorbassent la fonction d’étalon de la monnaie argent en débarrassant la colonie de la piastre mexicaine et en la remplaçant par la piastre française qui deviendrait alors la seule monnaie coloniale. Ils escomptaient pour l’Indochine une situation analogue à celle de l’Inde anglaise après l’arrêt de la frappe libre de la roupie en 189391. Cette attente ne fut pas comblée car on n’avait pas suivi l’exemple de la réforme de la monnaie indienne et pris aucune mesure d’évaluation de la piastre or par rapport au franc permettant de ne délivrer des piastres argent que lorsque aura été versée de la monnaie or évaluée d’après cette parité. Cette réforme ne fit que transformer le système monétaire indochinois en un système irrégulier, ni basé sur l’étalon d’or, ni basé sur l’étalon d’argent, ce qui accentua l’instabilité du change indochinois vis-à-vis de la métropole et à l’égard, également, des pays de l’Asie orientale régis par l’étalon d’argent. Les décrets présidentiels de 1903 ont eu pour résultat d’empêcher les succursales indochinoises de la Banque de l’Indochine de s’approvisionner en numéraire sur les marchés asiatiques. En admettant que la Banque décidât par la suite d’alimenter ses succursales en numéraire, elle n’avait d’autre solution que de s’approvisionner en argent sur les marchés américains et européens, de frapper des piastres françaises à l’Hôtel de la Monnaie de Paris et d’introduire ces dernières en Indochine92. Après 1903, le système d’approvisionnement en numéraire de la Banque perdit donc beaucoup de sa souplesse.

  • 93 « La Banque a exporté toutes les piastres mexicaines qui existaient dans son encaisse. Elle va diri (...)
  • 94 DAOM-Aix, Indochine 16885, inspecteur des finances E. Gallut à ministre des Finances, à Hanoï, 12 f (...)

80Les contradictions du système d’approvisionnement en numéraire ne firent que s’accentuer entre 1906 et 1907. Après 1903 (et par suite du décret de 1903), de grandes quantités de piastres mexicaines furent exportées, principalement par la Banque de l’Indochine, à l’extérieur de la colonie93. La piastre française s’écoula, elle aussi, dans les régions voisines de la colonie car, en 1905 et 1906, deux mauvaises récoltes de riz consécutives avait engendré un renversement de la balance commerciale de la colonie. Le début des travaux de construction du chemin de fer du Yunnan avait également favorisé la fuite de piastres françaises qui servirent à payer les coolies. Fin 1906, alors que commençaient les exportations de riz, l’Indochine connut une sérieuse insuffisance en numéraire, accentuée par le fait que la récolte de 1907 promettait d’être bonne. Début 1907, l’encaisse métallique des succursales de Saigon et de Haïphong s’effondra bien en dessous du niveau statutaire. À la fin de mars 1907, deux banques étrangères à Saigon cessaient les opérations d’escompte par suite de manque d’espèces. Le gouvernement général de l’Indochine et la Banque de l’Indochine demandèrent à l’Hôtel de la Monnaie de Paris de frapper d’importantes quantités de piastres. La capacité de production de l’Hôtel ne put satisfaire cette brusque commande. Faute de mesures efficaces, une « grave crise monétaire »94 se poursuivit donc pendant toute la durée des exportations de riz.

  • 95 AG, Banque de l’Indochine, 24 mai 1905.
  • 96 Ibid.

81L’émission de billets des agences situées en territoire étranger était, comparée à celle des succursales indochinoises, plutôt languissante et cessa bientôt. À partir du moment où le gouvernement local ou les banques locales se mettaient à émettre des billets, les billets de la Banque de l’Indochine ne pouvaient rivaliser avec les billets locaux. À Bangkok, le gouvernement commença à émettre des « currency notes » qui, dès 1901, étouffèrent la circulation des billets de l’agence de la Banque de l’Indochine qui se mit à régresser. En 1904, elle fut obligée, comme les banques anglaises du Siam, de retirer les billets de la circulation95. En Chine, les billets de la Banque de l’Indochine commencèrent à circuler en 1902 dans les concessions françaises de Shanghaï et de Canton. Leur mise en circulation n’augmenta pas quantitativement, à cause de la concurrence de l’Impérial Bank of China et de la Banque d’Espèce de Yokohama, organismes respectivement chinois et japonais. Quelques années plus tard, les agences de Shanghaï et de Canton n’avaient plus, à leur tour, qu’à retirer leurs billets de la circulation96.

82La circulation des billets en territoire étranger n’a donc jamais pu se développer et, pour cette raison, les billets ne devinrent jamais des ressources importantes pour les agences étrangères de la Banque de l’Indochine.

2. Les dépôts ordinaires

83L’organisation des opérations destinées à assurer la réception des dépôts ainsi que les variations des montants déposés restent obscures en de nombreux points. On connaît mal les raisons des soudaines augmentations enregistrées entre 1898 et 1899 ainsi qu’après 1908 ; on connaît mal également la stabilité qui a régné de 1900 à 1907 (voir tableau 26). On ne peut faire que trois affirmations.

  • 97 H. Baudoin, op. cit., p. 106. Après la guerre des Boxeurs, le nombre de banques étrangères implanté (...)
  • 98 PV, Banque de l’Indochine, 1er mars 1920.

84 1º Bien que le décret de renouvellement du privilège de 1900 ait supprimé toutes les clauses qui limitaient les montants des dépôts et les intérêts, la Banque de l’Indochine n’accorda des intérêts aux dépôts sur comptes courants qu’en Chine et au Siam. Dans ces régions, en effet, la concurrence avec les banques étrangères était très forte et la Banque de l’Indochine avait beaucoup de mal à obtenir et à conserver des clients97. De plus, la nécessité de recevoir des dépôts se faisait ressentir davantage que dans les colonies, car l’approvisionnement en capitaux par l’émission était, en réalité, impossible. C’est à partir du 1er mars 1920, lorsque la Banque d’Espèce de Yokohama ouvrit une agence à Saïgon, que l’on commença à pratiquer les dépôts avec intérêts en Indochine. Pensant que l’expansion de cette banque japonaise allait accentuer la rivalité entre les banques, la Banque de l’Indochine craignait de rencontrer des difficultés pour conserver ses clients98.

  • 99 Les créations d’agences étrangères entraînant une augmentation des dépôts à échéance, la Banque de (...)

85 2º La Banque pratiquait systématiquement les dépôts à terme dans les territoires étrangers pour les mêmes raisons que celles que nous venons d’évoquer plus haut99.

  • 100 AN, F30 370, Propositions adoptées par la commission des banques à Shanghaï, 13, 17, 20 et 21 janvi (...)
  • 101 Id., Indemnités de la guerre des Boxeurs : tableau des paiements (1902-1911).

86 3º Malgré l’absence de chiffres concrets, il semble que les fonds publics occupaient une place relativement importante dans les dépôts des agences de la Chine. Ces capitaux étaient destinés à payer les indemnités des Boxeurs. Nul n’ignore que les grandes puissances s’étaient associées pour demander au gouvernement chinois des réparations qu’un protocole d’accord, signé le 7 septembre 1901, avaient fixées à 450 millions de taels payables en 39 annuités. Les paiements commencèrent dès 1902 et se firent par l’intermédiaire des banques des grandes puissances à Shanghaï. La Banque de l’Indochine fut chargée par le gouvernement français de recouvrer ces indemnités et de les envoyer en France100. Dès juillet 1902, l’agence de la Banque de l’Indochine à Shanghaï reçut chaque année des versements en monnaie locale équivalant à environ 1,1 million de francs. Au départ, on jugea bon de les verser, respectivement, tous les ans pour le fonds, tous les six mois pour les intérêts. En réalité, au lieu de les payer en bloc à la fin du terme, on effectuait, jusqu’en 1904, plusieurs versements au cours du mois qui précédait l’échéance ; par la suite, les paiements se faisaient sous la forme de mensualités égales101. On choisissait les moments où les conditions de change étaient les plus favorables pour envoyer des capitaux en France. Une partie de ces indemnités demeuraient, par conséquent, toujours à l’agence de Shanghaï en tant que dépôts du gouvernement chinois et notamment du gouvernement français.

Tableau 26 – BIC : Montants des dépôts (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre

Tableau 26 – BIC : Montants des dépôts (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre

Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure). 
1. Pour 1897-1899, chiffres de Saïgon, Pnom-Penh et Hongkong ; pour 1900-1906, chiffres de Saïgon et Pnom-Penh. 
2. Pour 1900-1901, chiffres de Hongkong seulement. 
3. Pour 1898-1901, chiffres de Shanghaï seulement 
4. Le détail des années 1907, 1911 et 1912 est inconnu

Source : CSBC, Rapport au Président de la République sur les opérations des banques coloniales, 1897-1913

  • 102 Chen Shao-Teh, Étude sur le marché monétaire de Shanghaï, Paris, 1932, p. 166-167.
  • 103 AG, Banque de l’Indochine, 8 mai 1912, 14 mai 1913 et 13 mai 1914.

87Une partie des fonds publics déposée dans les agences provenait également des droits de douane et de la gabelle. Lors de la Révolution de 1911, le consortium qui se composait des cinq groupes financiers (français, anglais, allemand, russe et japonais) jugea insuffisantes les cautions des emprunts chinois et demanda au gouvernement de la République démocratique de Chine, au début de 1912, de déposer auprès des banques des grandes puissances les revenus provenant des douanes (dans le cas de la Banque de l’Indochine, non pas les revenus des douanes maritimes mais ceux des douanes intérieures du pays dans un rayon de 50 miles autour des douanes maritimes). Il fut également demandé, après la conclusion du contrat de l’emprunt de Réorganisation en 1913, de déposer également les revenus de la gabelle. Ces deux requêtes furent satisfaites102. Les dépôts des agences de la Banque de l’Indochine comprenaient donc, à partir de 1912, les revenus des douanes et, à partir de 1913, les revenus de la gabelle. La brusque augmentation des dépôts enregistrée dans les agences de Shanghaï et de Tientsin (tableau 26) est donc à mettre au compte de cet afflux des fonds publics de la Chine103.

88Nous pensons que ces trois éléments suffisent à expliquer l’augmentation des dépôts enregistrée pendant la période qui nous intéresse. L’implantation d’agences en territoire étranger et les mesures prises pour y développer les dépôts à intérêts et les dépôts à terme ainsi que l’afflux de fonds publics dans les agences chinoises, ont certainement largement contribué à l’augmentation des dépôts.

3. Les dépôts du Trésor du gouvernement général de l’Indochine et leur exportation vers les agences à l’étranger

89Conformément à une stipulation du décret de renouvellement du privilège de mai 1900, la succursale de Saigon ouvrit, en août de la même année, un compte courant au Trésor public de l’Indochine. On désigne par « dépôt du Trésor du gouvernement général de l’Indochine », le montant du dépôt de ce compte courant. Ce dépôt apparut donc pour la première fois à cette époque. Sa dimension et son emploi le distinguent des autres ressources de la Banque de l’Indochine. Essayons de voir un peu plus en détails en quoi il consiste.

90Le tableau 27 et la figure 14 permettent de voir que ce dépôt atteint des montants élevés dès l’ouverture du compte. Au cours du premier semestre 1901, il se monte à une moyenne de 5 695 000 francs, soit 11,5 % du montant des billets en circulation de la succursale de Saïgon. Si, par suite d’une détérioration financière due à de mauvaises récoltes de riz, il chute provisoirement de 1905 à 1906, il remonte dès 1907 et dépasse 20 millions de piastres en 1908, chiffre supérieur au montant total des billets de la Banque de l’Indochine alors en circulation.

Tableau 27 – Montants des dépôts du Trésor public de l’Indochine (1901‑1913)

Tableau 27 – Montants des dépôts du Trésor public de l’Indochine (1901‑1913)

Source : ANSOM, Crédit carton 9, commissaire du Gouvernement à ministre des Colonies Lebrun, 11 décembre 1913

  • 104 « L’Indo-Chine doit à la France des sommes importantes reposant en majeure partie dans le compte co (...)

91D’où vient cet extraordinaire accroissement des montants de ces dépôts ? Il est à mettre en relation avec la réforme financière opérée par le gouverneur général de l’Indochine, Paul Doumer, de 1897 à 1898 et la réalisation des grands travaux publics qui en ont résulté. Nous en étudierons plus loin le contenu et n’aborderons ici que leur influence sur le dépôt qui nous intéresse. L’exécution de ces travaux publics a entraîné, dans la métropole, une augmentation des dépenses d’approvisionnement en matériaux du Trésor colonial. Elle a également donné lieu à une succession de l’émission d’emprunts coloniaux sur le marché métropolitain et à un accroissement des versements, à la métropole, des annuités par le Trésor colonial. La dette de ce dernier à l’égard de la métropole augmentait brusquement à partir de 1899. Son remboursement fut inscrit sur le compte du budget colonial et s’effectuait par l’intermédiaire de la succursale de Saigon de la Banque de l’Indochine qui envoyait à la métropole des fonds puisés sur recettes des impôts indirects déposés sur le compte courant. C’est ainsi que le montant de ce compte correspondait approximativement à la partie de la dette que le Trésor public de l’Indochine devait rembourser à la métropole dans le courant de l’année104, et avait, pour cette raison, brusquement augmenté au début du XXe siècle.

  • 105 Ibid., 22 mai 1901.
  • 106 DAOM-Aix, Indochine 43381, gouverneur général de l’Indochine à ministre des Colonies, Saïgon, 10 ju (...)
  • 107 DAOM-Aix, Indochine 15340.
  • 108 Ibid.

92Cette formidable concentration de fonds du Trésor allait obligatoirement avoir une forte répercussion sur les activités de la succursale de Saigon. La majeure partie de ces fonds publics était conservée sous forme de billets de banque dans les caisses des diverses régions de l’Indochine. L’afflux de ces billets à la succursale suffisait à baisser les montants de billets en circulation et augmenter la proportion de l’encaisse métallique (par rapport à la circulation fiduciaire). Alors que ce montant atteignait 30 millions de francs en juillet 1900, il chuta brusquement après l’ouverture du compte courant descendant à 22 millions de francs en août, 18,1 millions de francs en octobre et 15,2 millions de francs en décembre. Durant cette période, le taux de couverture dépassa souvent, en revanche, 100 %105. La hausse extraordinaire de ce taux dont le rapport statutaire était, au minimum, un tiers du montant de la circulation, amenait, dans la succursale, une surabondance de capitaux qu’elle-même qualifiait de « pléthore »106. Cet excès de capitaux représentait une lourde charge pour la succursale puisque, répondant à la demande du Trésor, elle s’était engagée à verser provisoirement sur ces dépôts un intérêt de 1 % (convention du 27 décembre 1900107). Pour alléger ce fardeau, elle n’avait d’autre solution que de les faire fructifier, soit en les plaçant dans des nouvelles opérations productives à créer, soit en en transférant une importante partie hors de la colonie. La succursale adopta la deuxième méthode. Lorsque le gouvernement général lui demanda, le 19 octobre 1901, de relever le taux d’intérêt sur ses débits, elle accepta mais demanda, en échange, l’autorisation d’exporter ce dépôt en franchise et sous forme d’espèce ou de lingot108.

  • 109 PV, Banque de l’Indochine, 19 février et 16 avril 1902.
  • 110 Ibid., 1er mars 1911.
  • 111 ANSOM, Crédit carton 9, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 11 décembre 1913.

93C’est ainsi qu’au printemps 1902, la succursale de Saigon exportait 5 millions de piastres en espèces (piastres de diverses sortes) vers différentes régions réparties de la façon suivante : 1,5 million pour l’agence de Shanghaï ; 1 million pour chacune des deux agences de Canton et Hankéou ; et 0,5 million pour chacune des succursales et agences de Hongkong, Bangkok et Pondichéry109. Lorsque, au printemps 1911, cette même succursale enregistra, à nouveau, un taux de couverture anormalement élevé (130 %), elle exporta de la même façon 10 millions de piastres en espèce (piastres françaises, cette fois-ci) avec l’autorisation du gouvernement général. Cette somme se répartissait comme suit : agence de Shanghaï, 3,5 millions ; agence de Hankéou, 2 millions ; agences de Tientsin et Pékin, 1,5 million ; agence de Hongkong, 2 millions ; et agence de Canton, 1 million110. En dehors de ces deux envois importants, la succursale procéda à des exportations de numéraire de plus faible envergure, de sorte que le montant total des fonds du Trésor exportés s’élevait, à la fin de 1913, à 16 671 000 piastres111.

94Ces exportations des fonds du Trésor, que le vocabulaire du gouvernement général et de la Banque de l’Indochine désignait par « exportations de capitaux », amènent quatre remarques.

  • 112 DAOM-Aix, Indochine 8926, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 25 février 1905.

95 1º Ces fonds du Trésor exportés étaient immobilisés dans les établissements récepteurs qui, moyennant un intérêt de 3 % versé à la succursale de Saigon, en avait la libre disposition sur un long terme. Mais les montants des dépôts du Trésor colonial n’étaient pas fixes et subissaient d’incessantes variations. Ils ne correspondaient pas rigoureusement aux montants des fonds exportés. Les problèmes surgirent le second semestre 1905, le premier semestre 1906, le premier semestre 1912 et le premier semestre 1913, lorsque les montants de ces dépôts furent largement inférieurs aux sommes exportées. Lorsque cette situation se présentait, le siège ne touchait pas aux fonds exportés mais prêtait ses capitaux à la succursale de Saigon, comblant ainsi le déficit de son dépôt du Trésor colonial112.

  • 113 DAOM-Aix, Indochine 43381, arrêté du gouverneur général de l’Indochine, 17 février 1911 ; ANSOM, Cr (...)

96 2º À partir de 1909, les fonds exportés échappaient à la perte des vicissitudes de change qui devait accompagner la réforme de la monnaie coloniale envisagée dans l’avenir. Nous avons déjà vu comment, à partir de 1903, les gouvernements de la métropole et de la colonie indochinoise avaient déterminé une politique de stabilisation de la piastre indochinoise. Lorsque, dans l’avenir, les fonds exportés en Chine (régions à monnaie argent) rentreraient en Indochine, ils risquaient fort de perdre leur valeur. Pour se soustraire à ce danger, la Banque de l’Indochine demanda au gouvernement général que, le cas d’une réforme monétaire dans la colonie, soient frappées, à l’Hôtel de la Monnaie de Paris, des piastres françaises d’un montant équivalant aux capitaux du Trésor exportés qui seraient ensuite réintroduites en Indochine (conventions des 24 février 1909 et 17 février 1911113).

  • 114 PV, Banque de l’Indochine, 16 avril 1902.

97 3º Il est permis de penser que ces capitaux exportés ont constitué le noyau des disponibilités des agences réceptrices. Ne pouvant pas suivre les mouvements exacts des capitaux placés dans les différentes succursales et agences, nous ne connaissons pas, en conséquence, le pourcentage précis des fonds du Trésor sur la totalité des ressources de chacun de ces établissements. Pourtant, on n’aura sans doute pas tort de penser que, dès 1902, les fonds du Trésor de l’Indochine formaient, avec les dépôts locaux, l’essentiel des ressources des établissements de l’Asie orientale situés en territoire étranger. L’exportation, en 1902, de cinq millions de piastres n’a-t-elle pas été suivie, par exemple, d’un rapatriement des capitaux du siège qui avaient été distribués dans chacune des agences chinoises114 ?

  • 115 Cette dissociation s’accentua pendant les années 1907-1909. Les cours du change de Saïgon furent ju (...)

98 4º Ces exportations de fonds du Trésor, outre le fait qu’ils avaient pour but d’enrayer la « pléthore » de capitaux de la succursale de Saïgon, visaient également à régulariser les transferts de fonds du Trésor par ladite succursale vers la métropole. Ces derniers étaient bien évidemment réalisés, pour la plupart, sous la forme d’achat, sur le marché de Saïgon, de remises sur la France. Au début du XXe siècle, cette démarche demeurait extrêmement précaire car les rapports commerciaux entre la colonie et la France étaient très fragiles. La succursale de Saïgon avait souvent recours à un deuxième procédé consistant à envoyer ces fonds indirectement en les faisant passer par le marché chinois, via Hongkong. Cette méthode commença, elle aussi, à devenir incertaine dans les années 1903-1905. Suite aux mesures d’interdiction ayant frappé, en Indochine, la libre sortie de l’argent et visant à stabiliser la piastre, le change indochinois montra une tendance à se dissocier de la parité de l’argent et, par conséquent, des cours de Hongkong115. Cette autonomie monétaire troubla les rapports commerciaux entre l’Indochine et Hongkong et perturba les mouvements de capitaux sur les deux marchés. Les transferts de capitaux vers l’Europe qui transitaient par Hongkong rencontrèrent des difficultés. Pour éviter les problèmes, on imagina une route indirecte et on répartit, à l’avance, d’importants fonds du Trésor dans les diverses agences chinoises. Les importantes exportations réalisées en 1911 par la succursale de Saïgon voulaient certainement atteindre cet objectif. Picanon, directeur général des Douanes et Régies de l’Indochine, à qui le gouverneur général avait demandé ce qu’il pensait des exportations de fonds du Trésor, fit, le 25 juin 1910, la réponse suivante :

« [...] je n’hésite pas à déclarer, pour ma part, que la colonie a le plus grand intérêt à ce que la Banque de l’Indochine possède des réserves d’argent dans les places d’Extrême-Orient avec lesquelles le port de Saigon est en relation constante d’affaires et que, par suite, ses efforts doivent tendre à aider, dans la mesure de ses moyens, cet établissement dans la constitution de ces disponibilités. Car la colonie pourra très opportunément utiliser ces réserves en achats de remises “or” sur l’Europe pour ses rapatriements de fonds, dans le cas où la balance commerciale de la colonie viendrait à pencher du côté des importations.

« Il est incontestable, en effet, qu’en l’état actuel des choses, les moyens de remises sur l’Europe sont intimement liés et limités à la valeur de nos exportations. Tant que celles-ci dépasseront les importations, l’administration trouvera facilement à acheter sur place le papier de commerce qui lui sera nécessaire pour assurer ses rapatriements de fonds. Mais que le contraire se produise, il s’ensuivra fatalement un arrêt complet dans nos règlements de compte avec la métropole, à moins que la colonie ne soit en état de recourir à un mode de remises indirectes, dont celui proposé par la Banque de l’Indochine est un exemple.

« Déjà, cette année-ci, la pénurie du papier du commerce sur l’Europe a mis l’administration, ces temps derniers, dans la nécessité de chercher des remises sur la place de Hongkong. Ces opérations ont pu aboutir grâce à la parité qui s’est établie entre les piastres de Saigon et celles de Hongkong et, aussi, à la direction donnée à nos riz qui sont exportés depuis fin mai vers les ports de la Chine, en raison de la disette qui sévit dans ce pays. Elles n’auraient donné aucun résultat si le courant d’exportation que je viens de signaler ne s’était pas créé. Or il est incontestable que les achats de remises sur Hongkong ne seraient nullement subordonnés à l’existence d’un mouvement d’exportation vers ce port, si la Banque de l’Indochine y possédait des disponibilités suffisantes.

  • 116 DAOM-Aix, Indochine 43381, Picanon à gouverneur général de l’Indochine, Saïgon, 25 juin 1910.

« La constitution par la Banque de l’Indochine de réserves d’argent dans les places de la Chine est donc de nature à présenter un intérêt réel pour la colonie et à répondre à des besoins éventuels de celle-ci »116.

B. Les opérations productives : 1. Opérations ordinaires

99On entend par « opérations ordinaires » les opérations locales (escomptes et avances) ainsi que les opérations de change. Nous considérons, dans un premier temps, les tendances générales de ces opérations.

100Le tableau 28 exprime l’évolution des totaux annuels des opérations ordinaires par établissement. Le tableau 29 montre la répartition par type d’opération et par région de ces montants durant la première et la dernière années de l’époque concernée (1897-1913). Ces deux tableaux permettent de dégager les cinq particularités suivantes :

  1. Les opérations de chaque succursale et agence ont, dans l’ensemble, augmenté régulièrement et rapidement. De 1897 à 1913, le montant total des opérations de la Banque (créations de succursales et agences aidant) a ainsi été multiplié par sept, passant de 299 000 francs à 2 100 000 francs.

  2. L’accroissement des opérations de change a été remarquable puisque leur pourcentage est passé de 61,9 à 69 % du montant total des opérations.

  3. L’augmentation des opérations est beaucoup plus spectaculaire à l’étranger que dans les colonies. Le pourcentage des opérations réalisées par les établissements implantés à l’étranger atteint, en effet, 67,3 % du montant total des opérations en 1913 alors qu’il n’était que de 31,8 % en 1897. Cet accroissement est à mettre au compte des agences chinoises qui réalisent à elles seules presque la moitié de ce montant total (46,4 %).

  4. La classification des opérations par régions montre que les agences installées à l’étranger sont plus portées vers les opérations de change que les établissements des colonies : en 1897, 58,7 % du montant total des opérations pour les agences coloniales et 68,7 % pour les agences étrangères ; en 1913, 63,9 % pour les premières et 71,5 % pour les secondes.

  5. Pour toutes ces raisons, l’importante augmentation du montant total des opérations, déterminée par une tendance de plus en plus forte aux opérations de change, correspond à la création d’agences en territoire étranger (principalement en Chine) et à l’extension de leurs activités.

101Une fois posées ces cinq caractéristiques générales, nous allons aborder, région par région, le contenu des opérations ordinaires.

Tableau 28 - BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par établissement (1897‑1913)

Tableau 28 - BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par établissement (1897‑1913)

Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure). 
N.B. – 1. Jusqu’en 1907, Battambang appartenait au Siam (ensuite au Cambodge). – 2. Chiffres non connus sur les années 1907, 1911 et 1912.

Sources : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1903 ; CSBC, op. cit., 1904-1913

Tableau 29 – BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par région et par type d’opérations (1897, 1913)

Tableau 29 – BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par région et par type d’opérations (1897, 1913)

Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure).

Source : Cf. tableau 28

1. Les succursales et agences Indochinoises

102Les premières années de la période qui nous intéresse correspondent, en Indochine, à l’époque où le gouverneur général, Paul Doumer, mit en place de vastes réformes à l’égard de l’administration et des finances publiques. Dans le cadre des réformes qui ont modifié le cours de l’histoire de l’Indochine, la réforme financière ainsi que la réalisation de grands travaux publics qui en ont découlé ont exercé une influence considérable sur la structure et la dynamique de l’économie coloniale et par conséquent sur l’activité de la Banque de l’Indochine. L’objet de notre étude exige que l’on commence par donner un aperçu de la réforme financière de Doumer et de la politique de grands travaux publics ainsi que de leur influence sur l’économie coloniale.

a. Réforme financière - Politique de grands travaux publics de Paul Doumer et économie coloniale

103Cette réforme se proposait de réaliser une série de mesures qui répondait à trois nécessités devant lesquelles le gouvernement général de l’Indochine se trouvait placé à la fin des années 1890, à savoir :

  • liquider les difficultés financières coloniales et plus particulièrement les crises financières chroniques du Tonkin et de l’Annam ;

  • achever d’étendre l’influence française en Chine, notamment grâce à la prise en compte des droits et intérêts français dans le sud du pays groupés autour du chemin de fer du Yunnan ;

  • mettre en valeur la colonie.

  • 117 M. Bruguière, op. cit. (2), p. 132.
  • 118 Voir à ce sujet : Situation de l’Indochine (1897-1901) : rapport par M. Paul Doumer, gouverneur gén (...)

104L’essentiel du programme de Doumer pourrait se résumer comme suit : fournir à la colonie de nouvelles ressources financières qui permettront de commencer à liquider les crises financières ; utiliser simultanément ces nouvelles ressources pour équiper la colonie d’un outillage économique et garantir la construction du chemin de fer du Yunnan. Selon la conception de Doumer, l’outillage économique allait encourager la mise en valeur de la colonie. Il en était de même du chemin de fer du Yunnan : celui-ci allait certainement permettre au Tonkin d’absorber le commerce et les ressources minérales de la Chine méridionale, transformant ainsi cette région en « colonie d’exploitation »117 du Tonkin. La mise en valeur de la colonie qui allait se poursuivre, de son côté, allait favoriser le renforcement des assises financières coloniales118.

  • 119 Le Laos faisait partie, depuis 1889, de la fédération d’Indochine.
  • 120 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 131-182 ; Histoire budgétaire de l’Indochine (Exposition col (...)

105La réforme financière poursuivie entre 1897 et 1898 consiste à créer un « budget général » (budget fédéral) et à réformer le système fiscal. Doumer a modifié l’ancien système où chacune des cinq régions qui constituaient la fédération de l’Indochine (Cochinchine, Annam, Cambodge, Tonkin et Laos119) possédait un budget autonome. Il a partagé le budget colonial en un « budget local » alloué à chacune de ces cinq régions et en un « budget général » englobant toute la fédération. Le premier puiserait ses ressources dans les impôts directs et le second dans les impôts indirects. Doumer a également projeté d’augmenter la perception d’impôts directs par un renforcement de la capitation et de l’impôt foncier, tout en réorganisant, en fortifiant les monopoles de l’opium, de l’alcool et du sel dont les revenus constitueront le noyau des impôts indirects120. Comme on s’en apercevra immédiatement par la suite, c’est le budget général, essentiellement approvisionné par les recettes de ces monopoles, qui répondra, sur le plan financier, de l’avenir des grands travaux publics.

  • 121 Ligne Haïphong-Laokaï ; ligne Haïphong-Vinh ; ligne Tourane Quang Tri ; ligne Saïgon-Lang Bian ; li (...)
  • 122 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 42-52 ; Histoire budgétaire, op. cit., p. 22-34.
  • 123 PV de la séance d’ouverture du Conseil supérieur de l’Indochine, 6 décembre 1897, cité dans Les bud (...)

106Les travaux publics concernent principalement les chemins de fer. Le programme de la construction du chemin de fer déterminé par Doumer et reconnu par la loi métropolitaine du 25 décembre 1898, comprend deux parties. La première concerne la construction, dans la colonie, de cinq lignes121 totalisant une longueur de 1 627 kilomètres et assurée par le gouvernement général. Cette opération serait financée par l’émission d’un emprunt colonial d’une valeur totale de 200 millions de francs dont les remboursements (fonds et intérêts) seraient effectués par le budget général. La deuxième partie traite de l’installation de la ligne du Yunnan (de Yunnan-sen à Laokaï, 465 km). L’accord franco-chinois du 10 avril 1898 avait permis d’obtenir du gouvernement chinois le droit de procéder à cette construction. Cette dernière fut confiée à une société privée française. Le gouvernement général lui délivra une subvention de 12,5 millions de francs et se porta garantie pour les intérêts des dépenses de construction, d’une valeur annuelle de 3 millions de francs122. Ce projet de construction des chemins de fer doterait ainsi la colonie, qui ne disposait jusqu’alors que d’une ligne de 70 kilomètres reliant Saigon à Mytho, d’« un réseau qui devait traverser l’Indochine entière de Saigon au Tonkin mettant en communication avec les ports de la côte les riches vallées de l’Annam, reliant à la mer par des transversales les grands biefs navigables du Mékong, pénétrant en Chine par la vallée du Fleuve Rouge sur un développement d’environ 3 000 kilomètres »123.

  • 124 PV, Banque de l’Indochine, 30 octobre 1901 ; Les budgets annexes, ibid., p. 15-16.

107La construction de la ligne du Yunnan fut confiée à la Compagnie Française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan qui fut fondée en 1901, et entièrement achevée en 1910, année de son inauguration. Quant aux autres lignes, la figure 15 montre qu’à la veille de la première guerre mondiale, elles étaient déjà en activité pour la quasi totalité de la partie septentrionale et partiellement construites dans les régions centrales et méridionales. Pour financer les travaux, le gouvernement général avait émis, en France, des emprunts s’élevant à une somme totale de 247 590 000 francs et la compagnie des chemins de fer susdite avait également émis, en France, des obligations pour un montant de 75 000 000 francs124.

Figure 15 – Les chemins de fer en Indochine. Situation en 1913

Figure 15 – Les chemins de fer en Indochine. Situation en 1913

Source : Honoré Paulin, L’outillage économique des colonies françaises, Paris, 1913, annexe

108Les routes, ports, ponts, canaux, travaux d’irrigation et autres travaux publics avaient, au contraire, été entièrement réalisés sur les recettes annuelles ordinaires du budget général ou local. Il est malaisé d’exprimer sous une forme précise des projets de travaux ou le degré d’évolution de chacun des travaux. On ne peut que s’en faire une idée approximative en se basant sur le tableau 30 qui exprime les montants totaux des dépenses effectuées pour les travaux publics entre 1899 et 1923. Retenons essentiellement que les dépenses consacrées aux routes et aux travaux d’irrigation et de canalisation représentent respectivement 25 % et 15,3 % du montant total venant immédiatement après les dépenses pour les chemins de fer (36,3 %).

  • 125 Histoire budgétaire, op. cit., p. 17 et 35.

109Si l’on se penche à présent sur les mouvements du budget colonial ayant financé ces travaux publics, on s’aperçoit que les deux budgets (local et général) ont suivi le développement des travaux publics en augmentant considérablement au début du XXe siècle. Cette tendance est surtout remarquable pour le budget général qui était chargé de la majeure partie des dépenses des travaux (travaux strico sensu, charges des dettes publiques et garantie d’intérêts des chemins de fer du Yunnan) et d’une partie des dépenses militaires de la métropole. Ce budget a en effet doublé en quatorze ans passant de 19 680 000 piastres en 1899 à 40 670 000 piastres en 1913125. Les deux budgets ont pourtant réussi à rester, dans l’ensemble, excédentaires durant cette période. La réforme fiscale englobant la réorganisation du système des monopoles a ici prouvé toute son efficacité.

Tableau 30 – Dépenses d’équipement de l’Indochine selon les différentes natures de travaux. Ensemble des travaux de 1899 à 1923

Tableau 30 – Dépenses d’équipement de l’Indochine selon les différentes natures de travaux. Ensemble des travaux de 1899 à 1923

Source : F. Laurence, « Étude statistique sur le développement économique de l’Indochine de 1899 à 1923 », BEI, 1925, p. 138

110La réalisation de cette politique de travaux publics a bien évidemment eu de multiples répercussions sur l’économie coloniale. Nous en retiendrons trois qui nous semblent avoir une relation particulière et immédiate avec notre étude en ce sens qu’elles ont influencé les rapports économiques et financiers avec la métropole.

  • 126 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 184 ; Annuaire statistique de la France, 1902-1914.
  • 127 F. Leurence, « Étude statistique sur le développement économique de l’Indochine de 1899 à 1923 », B (...)

111D’abord, développement du commerce avec la métropole. À la fin des années 1880 et au début de la décennie 1890, le commerce extérieur de l’Indochine avait montré, après la réforme douanière, une tendance à l’accroissement favorisée en grande partie par l’augmentation d’exportation du riz. Autour des années 1900, ce sont à la fois les importations et les exportations qui ont progressé. Les chiffres exprimant les montants du commerce extérieur (avec une unité de millions de piastres) pour les années 1890, 1900 et 1913 sont respectivement 63, 186 et 234 pour les importations et 56, 155 et 285 pour les exportations. Les importations et exportations réalisées vis-à-vis de la métropole représentent des moyennes respectives de 35 % et 12,5 % pour les années 1890-1899 et 46,2 % et 24,2 % pour les années 1900-1913 (des montants totaux des importations et de ceux des exportations)126. Si l’on en croit les affirmations d’un membre des autorités compétentes du gouvernement général127, cette modification de la structure du commerce extérieur proviendrait en grande partie de l’approvisionnement en matériaux de la métropole provoqué par la réalisation des travaux publics.

112Ensuite, augmentation des investissements privés de la métropole. En Indochine au début du XXe siècle, toutes sortes de sociétés ayant un rapport avec les travaux publics furent soit créées, soit agrandies grâce aux capitaux de la métropole (l’exemple le plus important est la Compagnie Française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan). Le tableau annexe 3 exprime les montants des émissions d’actions par période. Il permet de vérifier que, de 1901 à 1914, fut enregistrée une forte augmentation des émissions d’actions dans les secteurs de l’industrie, des transports, des plantations, de l’industrie minière et du commerce.

  • 128 Les dépenses militaires du budget colonial qui commencèrent, en 1898, en même temps que fut lancé l (...)

113Enfin, augmentation des transactions gouvernementales entre la colonie et la métropole. Le tableau 31, élaboré par les autorités du gouvernement général, est la plus vieille représentation de la balance des paiements de l’Indochine. Ce tableau est incomplet dans la mesure où les échanges du secteur privé n’appartenant pas au commerce extérieur (capitaux privés, intérêts, dividendes, assurances, tourisme, or, argent) ne sont pas pris en compte. Il est, en revanche, complet sur le plan des transactions gouvernementales. Ce tableau montre qu’en plus des transactions privées, les transactions du gouvernement colonial provenant de la réalisation des travaux publics (émission d’emprunts coloniaux) et de la participation aux dépenses militaires de la métropole128 représentent, à l’époque étudiée, des rubriques particulièrement importantes.

Tableau 31 – Balance des paiements de l’Indochine (1900‑1913)

Tableau 31 – Balance des paiements de l’Indochine (1900‑1913)

Unité : Millions de francs. 
1. Y compris, de 1909 à 1913, 1,1 million de francs de recettes budgétaires du gouvernement français.

Sources : ANSOM, Crédit carton 52, note sur la balance des capitaux de l’Indochine, par Fetterer, 25 avril 1907 ; DAOM-Aix, Indochine 6582, Mémoire relatif au régime monétaire de l’Indochine, 30 juin 1914 : M. Détieux, op. cit., Paris, 1907, p. 395

b. Opérations des succursales et agences

114En nous basant sur les rapports à l’assemblée générale des actionnaires de la Banque de l’Indochine et sur le tableau 28, nous donnerons, dans un premier temps, quelques explications générales concernant chacun des établissements.

115La succursale de Saïgon. Comme durant la période couvrant les années 1875-1896, les opérations dépendent entièrement de la production et de l’exportation du riz. La baisse enregistrée de 1904 à 1906 est à mettre au compte des récoltes catastrophiques essuyées par la Cochinchine.

116La succursale de Haiphong et l’agence de Hanoï. La production de denrées (riz, principalement) destinées à l’exportation et leur exportation ont soutenu ces deux établissements du Tonkin. La brusque augmentation des opérations de l’agence de Hanoï enregistrée jusqu’en 1906 s’explique par les travaux publics et l’accroissement des importations et des opérations locales qui en ont résulté. La stagnation qui s’en est suivie est due à l’achèvement de l’essentiel de ces travaux.

117L’agence de Tourane. Les activités de cette agence reposent sur la production de la soie, du thé et du riz de l’Annam ainsi que sur leurs exportations. La stagnation des années 1900 reflète le piétinement de la production et des exportations.

118L’agence de Pnom-Penh. Elle fonctionne sur les exportations de riz et de poisson salé du Cambodge. L’augmentation constatée à partir de 1907 est due au rattachement, à la même époque, de la province de Battambang (anciennement Siam) au Cambodge qui a eu pour conséquence de faire passer la majeure partie des exportations de cette région par Pnom-Penh.

  • 129 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913.

119L’agence de Battambang. Ses activités reposent sur les exportations de riz produit dans la région vers Pnom-Penh, Saigon et Cholon. Lorsque Battambang fut rattachée au Cambodge, les exportations de riz passèrent, comme nous l’avons déjà mentionné, par Pnom-Penh dont l’agence absorba une grande partie des opérations jusqu’alors réalisées par l’agence de Battambang qui se mit donc à stagner129.

  • 130 Si, nous basant sur le tableau 28, nous calculons pour l’année 1913 la part de chaque succursale et (...)
  • 131 CSBC, op. cit., 1913.

120Passons maintenant aux opérations proprement dites. Il faut s’arrêter ici sur deux modifications ayant affecté les activités des trois établissements les plus importants, à savoir ceux de Saigon, Haïphong et Hanoï. La première est l’augmentation absolue et relative des transactions de change sur l’Europe. Appuyons-nous sur des chiffres rassemblant tous les établissements de l’Indochine - les trois établissements précédemment cités, en réalité130. En 1897, sur un montant total d’opérations de change s’élevant à 93 430 000 francs, 45 360 000 francs concernaient des transactions sur l’Europe. En 1913, ces sommes atteignaient respectivement 306 890 000 francs et 192 860 000 francs131. Autrement dit, durant ces années, les opérations de change sur Europe avaient été multipliées par 4,3 et étaient passées de 48,5 % à 62,8 % du montant total des transactions de change. Cette situation reflète évidemment l’accroissement, déjà signalé, des relations économiques entre la colonie et la métropole, particulièrement considérable au niveau du commerce extérieur.

  • 132 DAOM-AIX, Indochine 15341 et 43385 ; ANSOM, Crédit carton 7.

121La deuxième modification, qualitative cette fois, constatée au niveau des opérations locales, nous paraît cependant davantage digne d’intérêt que la transformation d’ordre quantitatif subie par les opérations de change. Les escomptes et avances qui étaient voués, à l’origine, au rôle d’opérations à court terme évoluèrent durant cette période, vers un type d’opérations à moyen terme de six mois à quelques années. À partir de 1902, il nous reste les comptes rendus mensuels détaillés des censeurs du gouvernement attachés aux succursales, qui font état de la situation des activités des succursales et agences132. On y apprend que les délais de crédit pour les escomptes et avances (120 jours) étaient couramment renouvelés. Nous ne disposons pas de ces documents pour la fin du XIXe siècle, ainsi nous ne pouvons pas, au premier abord, savoir quand s’est généralisé cet usage. Le changement de siècle nous semble cependant être une période charnière. C’est en effet à l’occasion du renouvellement du privilège en 1900 que la Banque fut autorisée à pratiquer des opérations à long terme. Il y eut, par conséquent, à cette époque, un affaiblissement de la contrainte exercée sur l’utilisation par la Banque des escomptes et avances comme une source d’offre de crédit à moyen terme. Les censeurs administratifs qui surveillaient sur place les activités des succursales et agences ont certainement, de leur côté, toléré facilement de telles pratiques.

  • 133 Ce type de crédit réapparut à la fin de la décade 1880. CSBC, op. cit., 1898.

122Voici d’autre part les changements apportés aux opérations d’avances à la même époque. Comme nous l’avons déjà vu au chapitre précédent, l’absence, à la fin du XIXe siècle, de magasins publics en Indochine faisait que les avances sur marchandises n’étaient pour ainsi dire pas pratiquées et qu’elles étaient remplacées par des avances sur traites. Mais après, autour de 1900, année où le décret renouvelant son privilège apporta une modification dans la modalité de l’avance, la Banque développa les avances cautionnées par marchandises et prit des mesures pour diminuer les avances sur traites. Comme permet de le vérifier le tableau 32 qui exprime les créances de la succursale de Saigon, fin janvier 1914, les avances sur marchandises et les avances en compte courant (les découverts)133 constituaient, à la place des avances sur traites, l’essentiel des opérations d’avances. C’est, du reste, au niveau de ces deux types d’opérations que l’on a vu se généraliser les renouvellements de crédit.

Tableau 32 – Succursale de Saïgon : Risques au 31 janvier 1914

Tableau 32 – Succursale de Saïgon : Risques au 31 janvier 1914

Unité : Piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
N.B. - Les Vietnamiens, les Chettys (Indiens), sont mêlés respectivement dans les « Européens » et dans les « Chinois ».

Source : DAOM-Aix, Indochine 15341, rapport du délégué du contrôle financier à Saïgon, Saïgon, 11 février 1914

  • 134 Le paragraphe C (Affaires extraordinaires) traitera les crédits à long terme et concernant des somm (...)

123Il convient de rappeler que les renouvellements de crédit, tout comme les nouvelles offres de crédit, ne s’opèrent pas dans n’importe quelle condition. Le fait que les découverts soient pratiquement exclusivement réservés aux Européens (tableau 32) n’en témoigne-t-il pas ? Les rapports des censeurs du gouvernement qui recensent les principaux signataires d’effets escomptés et bénéficiaires d’avances nous apprennent que la majorité des crédits était destinés à des entreprises françaises ou à de gros commerçants chinois. Ces entreprises étaient : pour la succursale de Saïgon, des entreprises commerciales (Société Commerciale Française de l’Indochine, Compagnie Franco-Indochinoise, Société de Commerce et de Navigation) ou des entreprises de travaux publics (Société Française d’Entreprises de Dragage et des Travaux Publics) ; pour la succursale de Haïphong ou l’agence de Hanoï, des régies de l’alcool et de l’opium (Société Française des Distilleries de l’Indochine, Compagnie Lyonnaise), des entreprises de travaux publics (Blazeix et Cie, E. Ott et Cie), des entreprises de rizeries (Société des Rizeries de la Seine, Société des Rizeries Indochinoises), des entreprises industrielles (Huilerie et Savonnerie d’Extrême-Orient, Société des Ciments) et des entreprises commerciales (Union Commerciale Indochinoise). On résumera en disant que ce groupe d’entreprises participait directement ou indirectement à la politique de mise en valeur économique menée par le gouvernement colonial et se trouvait plus ou moins placé sous la protection du gouvernement134. Les commerçants chinois étaient des marchands très en vue comme : E. Chong Yan, E. Fong Tong, Société Tong Wo, Succession Trung Thai pour la succursale de Saigon ; Kong Wo Cheong, Kong Wing Cheong, Tong Tai, Yec Sang, Luong Voune Ky, Kong Sun Yune pour la succursale de Haiphong et l’agence de Hanoï. Ajoutons que les rapports des censeurs ne mentionnent aucun nom vietnamien.

  • 135 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1898 ; PV, Banque de l’Indochine, 4 août 1897 et 21 septembre 189 (...)
  • 136 CSBC, op. cit., 1902.

124Il faut donc noter que l’accroissement des opérations ainsi que leur évolution de plus en plus nette vers un moyen terme, bien qu’elles soient des tendances caractéristiques de cette époque, n’ont nullement été accompagnées d’une diffusion ou d’une popularisation du crédit. Ce caractère « antidémocratique » des opérations paraît encore plus flagrant pour les avances sur récoltes pendantes. Les régions que couvrait cette opération réalisée par la Banque de l’Indochine se sont étendues à partir de la Cochinchine jusqu’au Tonkin et à l’Annam dès 1897135. Le taux d’intérêt qui avait déjà été abaissé à 11 % en 1886 fut ramené à 8 % en 1897136. Etant donné, cependant, que l’on continuait de demander pour l’attribution de cette avance les cautions du gouvernement général et d’un village, non seulement cette opération ne montra pas de développement spectaculaire (voir tableau 33) mais encore elle ne profita même pas aux cultivateurs vietnamiens.

Tableau 33 – BIC : Avances sur récoltes pendantes (1880‑1914)

                    Périodes                    

    Moyenne annuelle des avances    

1880-1884

209 833

1885-1889

502 881

1890-1894

218 367

1895-1899

355 693

1900-1904

488 816

1905-1909

870 944

1910-1914

363 355

Unité : Francs

Sources : CSBC, op. cit., 1880-1914 ; Huynh Xuan Canh, Le crédit indochinois : essai sur l’organisation du crédit en Indochine, Paris, s.d., p. 15

  • 137 En 1913, la Chine représentait 38,4 % des exportations de l’Indochine, 35,5 % des importations et 3 (...)
  • 138 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1903, 11 mai 1904 et 9 mai 1906.

125Nous terminerons ce paragraphe en faisant remarquer que le développement de l’économie coloniale basée sur la monoculture du riz et son exportation vers la Chine, et par conséquent le développement des opérations des succursales et agences s’approchaient de leurs limites. Nous avons déjà vu qu’au début du XXe siècle, les relations économiques (notamment commerciales) entre la colonie et la métropole s’étaient considérablement élargies. Le commerce avec la Chine avait, en conséquence, relativement diminué. Cette évolution revient à dire que la nécessité de maintenir un système monétaire colonial basé sur l’étalon d’argent s’était relativement estompée. Pourtant, même si les relations avec la métropole s’étaient accrues, la Chine restait le partenaire commercial le plus important de l’Indochine137. L’adoption du système étalon d’or était donc prématurée à l’époque. La Banque de l’Indochine se fondait sur cette situation pour exprimer, chaque fois que l’occasion se présentait, son opposition à une stabilisation immédiate de la piastre138. Comme nous l’avons également déjà mentionné, le système monétaire de l’Indochine fut redéfini par des décrets de 1903 et par un arrêté du gouverneur général de 1905 comme étant ni un système étalon d’or, ni un système étalon d’argent. Cette situation reflète, au moins partiellement, le caractère provisoire susdit des relations économiques extérieures de la colonie.

126Suite à l’entrée en vigueur, entre 1903 et 1905, du nouveau système monétaire, la monnaie coloniale devint flottante vis-à-vis des monnaies de la France et de l’Asie orientale. Cette situation déstabilisa les relations économiques extérieures de la colonie. L’aspect dangereux du nouveau système se révéla catastrophique entre 1908 et 1909 lorsque l’Indochine sortit de deux années consécutives de mauvaises récoltes. Les exportations de riz atteignirent un record de 900 000 tonnes alors que les importations stagnèrent. Sur le marché de Hongkong, la piastre indochinoise connut une hausse considérable qui atteint jusqu’à 14 %. Les exportations vers la Chine furent donc très perturbées. Le 11 mai 1910, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine expliquait ainsi, devant l’assemblée générale des actionnaires, une situation jusqu’à présent jamais rencontrée dans l’histoire coloniale :

« Pour la première fois on a pu se rendre compte que la vente des riz n’était peut-être pas aussi assurée qu’on le croyait et que la prospérité de notre colonie pouvait être affectée par le danger de la monoculture. Lorsque les récoltes sont bonnes en Birmanie et au Siam, et que, d’autre part, les besoins de la Chine ne sont pas très importants, en raison d’une production locale suffisante, les riz de Cochinchine luttent difficilement contre ceux des pays voisins, souvent d’une qualité supérieure. Dès que l’écart entre le taux de la piastre en Indochine et celui de Hongkong dépasse 5 à 6 %, l’exportation vers la Chine devient presque impossible. Or, la différence des cours a dépassé cette proportion pendant la majeure partie de l’année. En effet, en raison de l’arrêt presque complet, à un moment, des importations, l’excédent des offres de remises documentaires sur les demandes de tirages a amené une élévation des changes indo-chinois qui s’est traduite par un écart variant de 7 à 14 % au-dessus des cours de Hongkong.

  • 139 Ibid., 11 mai 1910.

« Le régime monétaire spécial qui s’est établi en Indo-Chine [...] ne permet donc plus à notre colonie de profiter d’une façon absolue des avantages dont elle jouissait auparavant, en ce qui concerne ses exportations vers la Chine ou les pays à base d’argent, vis-à-vis de la Birmanie et du Siam, dont la monnaie est stabilisée. L’écoulement de la récolte est également devenu plus laborieux en raison de l’accroissement des surfaces cultivées et de leur rendement. La situation économique de notre colonie mérite donc une attention toute spéciale. Il importerait, avant tout, que l’écart entre les changes de l’Indo-Chine et ceux de Hongkong ne devînt pas tel que pût être entravée la sortie des riz vers la Chine qui reste, en somme, le débouché le plus important »139.

127Il apparaît dans ce passage qu’au plus fort de la prospérité coloniale, la Banque avait pressenti que les difficultés des exportations liées au cours de la piastre dissocié de la parité de l’argent, les excès de production et l’économie de monoculture aux contradictions multiples contenaient les germes d’une crise.

2. Les agences chinoises

128Les opérations ordinaires de toutes les agences chinoises sont constituées : au niveau des opérations locales, d’avances sur marchandises d’exportation ou d’importation ainsi que d’avances aux banques indigènes (Senso) ; au niveau des opérations de change, de toutes les opérations relatives aux exportations des produits spécifiques aux régions voisines, à savoir la soie et le thé pour Hongkong, Shanghaï, Canton et Hankéou, la laine, les peaux et le coton pour Tientsin, l’étain pour Mongtsé.

  • 140 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1898.
  • 141 Ibid., 11 mai 1904.
  • 142 Ibid.

129La plus ancienne des sept agences chinoises, celle de Hongkong, fut créée, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, pour permettre le recouvrement des remises documentaires achetées par les succursales indochinoises et pour conserver, placer (temporairement) et rapatrier les sommes recouvrées. Étant donné que, par la suite, l’Indochine continua d’exporter la plus grande partie de son riz vers Hongkong, l’agence de cette ville ne perdit rien de son caractère de « corollaire très utile »140 et d’« auxiliaire nécessaire »141 des succursales indochinoises. Autant dire que son activité était, comme avant 1896, en grande partie déterminée par les tendances des opérations de change des diverses succursales indochinoises. À partir de 1902, cette agence toutefois devint de plus en plus indépendante vis-à-vis de ces dernières grâce à la liberté qui lui fut accordée dans l’utilisation des fonds du Trésor du gouvernement général de l’Indochine exportés par la succursale de Saigon142.

130Nous n’aborderons pas plus avant ici les agences de Pékin et de Tientsin, dont l’ouverture s’est faite peu de temps auparavant, ni celle de Mongtsé fondée à la fin de notre période d’étude.

  • 143 Ibid., exercices divers ; Chen Shao-Teh, op. cit., p. 157.
  • 144 Sur les « chop loans », consulter : Tôa-Dôbunkai, Traité général d’économie chinoise (en japonais), (...)

131Restent les agences de Shanghaï, Canton et Hankéou pour lesquelles nous disposons d’un assez grand nombre d’informations. Deux aspects méritent d’être relevés. D’abord, nous ne disposons pas de chiffres précis mais tout porte à croire que les avances aux banques indigènes qu’on appelait « chop loans » accaparaient une grande partie des opérations locales143. Ces « chop loans » étaient des crédits à découvert et très court terme (dépassant rarement 10 jours)144. Ce type de crédit cependant, nous le verrons, diminuera brusquement à partir de 1905.

  • 145 CSBC, op. cit., 1904, 1909 et 1913.
  • 146 Les ports ouverts dont Shanghaï affrontèrent également, en 1909, une crise à la suite de l’échec de (...)
  • 147 AG, Banque de l’Indochine, 9 mai 1906.

132En second lieu, cette année 1905 enregistre une augmentation du degré de dépendance de ces agences vis-à-vis des opérations de change. Pour les années 1904, 1909 et 1913, les parts de ces dernières du montant global des opérations étaient respectivement de 51,6 %, 63,9 % et 89,3 % pour l’agence de Shanghaï, 13,4 %, 64 % et 77,2 % pour celle de Canton et enfin 3,8 %, 4,5 % et 53 % pour celle de Hankéou145. Cette modification considérable de la structure des opérations fut causée par la crise qui apparut, fin 1904, dans les ports chinois ouverts au commerce extérieur et qui dura jusqu’en 1910. La crise avait son origine dans des achats spéculatifs de marchandises – comme l’opium, la soie, le coton, le charbon... – faits par les commerçants locaux. Ceux-ci misaient sur la hausse des prix de ces marchandises qui ne manquerait pas d’intervenir à la fin de la guerre russo-japonaise ; leur spéculation était d’autre part facilitée par les crédits abondants accordés par les banques indigènes, elles-mêmes financées par les banques étrangères. La crise provo qua la faillite de nombreuses banques indigènes146. Cette période vit ainsi un effondrement des importations et une chute de l’activité économique locale qui entraînèrent inévitablement une diminution des opérations locales de chaque agence. Seules les exportations vers l’Europe et les États-Unis de thé et de soie ne furent pas affectées par cette crise. Cette situation amena donc chacune de ces agences à adopter une politique consistant à trouver « une compensation à la diminution des affaires locales, dans les achats de papier sur l’Europe »147.

133La politique tendant à développer les opérations de change ne fut d’ailleurs pas abandonnée en 1911 lorsque la crise se termina. Trois changements intervenus au même moment sur le marché chinois encouragèrent le maintien et le renforcement de cette politique :

  1. Toutes les provinces chinoises étaient secouées par des conflits politiques qui connurent leur apogée en 1911 (Première Révolution) et en 1913 (Deuxième Révolution). L’économie des ports chinois en fut souvent paralysée et les opérations locales perdirent, aux yeux des banques étrangères, de leur attrait d’autrefois.

  2. Les transactions de change eurent par contre tendance à se développer. Aux exportations florissantes des soies et de thé vinrent s’ajouter des transferts de fonds entre la Chine et l’Europe qui ne cessèrent d’augmenter à la suite des emprunts successifs émis par le gouvernement chinois sur les places européennes : versements à la Chine des revenus résultant des nouveaux emprunts et règlements envers l’Europe du fonds et intérêt des anciens emprunts.

  3. Nous avons vu comment les revenus des droits de douane et de la gabelle furent déposés, à partir de 1913, dans les banques étrangères. Ces dernières virent les dépôts du gouvernement chinois augmenter davantage du fait de l’introduction en Chine des recettes des emprunts qui transitaient par elles. Elles disposaient donc à l’époque de capitaux considérables. Ces modifications influencèrent en particulier l’agence de Shanghaï de la Banque de l’Indochine qui se vit soudain confier les opérations comptables résultant de l’emprunt chinois émis en France. Cette agence enregistra en 1913 un accroissement extraordinaire de ses dépôts et opérations ordinaires (voir tableaux 26 et 28) que le conseil d’administration expliquait ainsi :

  • 148 Ibid., 13 mai 1906.

« À Shanghaï, l’abondance inusitée des capitaux, provenant, d’une part, du remboursement des avances précédemment consenties au gouvernement chinois et aux gouvernements provinciaux, d’autre part, du transfert en Chine des fonds de l’emprunt de Réorganisation, n’a pas permis aux banques d’utiliser leurs ressources aussi fructueusement que d’habitude. Elles ont trouvé une compensation dans les opérations de change corrélatives à l’emprunt ; notre agence de Shanghaï a largement profité de cet important aliment d’affaires »148.

134Reste maintenant à savoir comment étaient jugées ces opérations chinoises par les commerçants français qui en profitaient et par le gouvernement français qui avait demandé à la Banque de l’Indochine de s’implanter en Chine. Les deux parties émettaient, au moins jusqu’en 1905, à ce sujet des avis extrêmement sévères, estimant que la politique commerciale des agences était trop prudente et que le commerce avec l’étranger (ou avec les commerçants étrangers) était favorisé par rapport au commerce avec la France (ou avec les commerçants français).

  • 149 Cité in Rapport du ministre à Pékin à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, Pékin (...)
  • 150 Ibid.
  • 151 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908.
  • 152 ANSOM, Crédit carton 84, consul à Canton à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, (...)

135En ce qui concerne le premier de ces deux points, le ministre français à Pékin résumait dans une note en date du 13 décembre 1905 le mécontentement des commerçants français, en disant que « la Banque applique à ses clients avec une rigueur extrême l’article de ses statuts qui lui interdit de prêter à moins de deux signatures »149. Alors qu’il y aurait dû avoir autant de sortes de crédits que de clients, la Banque mettait toute sa clientèle sur le même plan, faisant comme si elle n’avait affaire qu’à des « négociants de fortune médiocre qui doivent toujours avoir en banque l’équivalent de la valeur qu’ils tirent »150. Cette politique d’extrême circonspection ne devait pourtant pas tarder à changer. Le 13 mai 1908, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine affirmait au cours d’une assemblée générale des actionnaires : « Contrairement à ce qui a été parfois allégué à notre sujet, nous n’hésitons pas à faire des crédits à long terme - et même à transformer en avances les escomptes documentaires-, lorsque les marchandises qui en font l’objet n’ont pu être écoulées, par suite de circonstances défavorables, une fois les échéances arrivées [...] »151. D’après les résultats d’une enquête sur l’activité de la Banque de l’Indochine, que le ministère des Colonies a fait, en 1917, avec le concours du ministère des Affaires étrangères, les différents consuls et ministres en poste dans les villes possédant des agences se sont déclarés, à l’exception de Mongtsé, satisfaits des opérations ordinaires. Le consul à Canton fit, par exemple, la déclaration suivante : « Titulaire du consulat de Canton depuis le mois de juillet 1908, je n’ai, jusqu’à ce jour, jamais constaté que nos commerçants en ce pays aient eu à se plaindre d’une façon sérieusement motivée de la succursale en ce port de la Banque de l’Indochine »152. Le ministre à Pékin craint plutôt, quant à lui, un manque de prudence :

  • 153 Ministre à Pékin à président du Conseil, op. cit., 13 avril 1917.

« il me semblerait plutôt qu’en matière d’avances et d’escompte et dans la limite des pouvoirs des directeurs locaux, certaines agences de la Banque de l’Indo-Chine en Chine ont eu la main trop large, fait trop facilement crédit à quelques maisons françaises ou protégées par les consulats français, et surtout trop bénévolement aidé certains de nos concurrents étrangers »153.

  • 154 Se reporter à la figure 1 du présent ouvrage.

136À en croire cette réponse à l’enquête du ministre à Pékin, la Banque de l’Indochine, durant cette période, n’aurait guère amélioré sa conduite consistant à favoriser le commerce avec l’étranger et à délaisser les relations avec la France. Depuis le milieu du XIXe siècle, le commerce français avec la Chine était presque entièrement unilatéral et se caractérisait par d’infimes exportations par rapport à des importations (de soie) considérables154. La Banque ne trouvait pas dans les exportations de quoi couvrir l’achat de change résultant des importations de soie et fut obligée d’avoir recours aux exportations anglaises et allemandes vers la Chine, donc aux transactions des commerçants anglais et allemands. Dans le rapport à l’assemblée générale des actionnaires du 13 mai 1908, déjà cité, le conseil d’administration s’exprimait ainsi la question :

  • 155 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908.

« [...] notre Banque se trouve, il faut bien le reconnaître, dans une situation moins avantageuse que les établissements étrangers similaires établis en Chine, notamment les banques anglaises et allemandes. [...] Nous sommes les premiers à désirer que l’on fasse appel à notre concours pour favoriser les expéditions de produits français en Extrême-Orient ; nous trouverions, en effet, dans les opérations, une contre-partie avantageuse aux crédits que nous consentons pour les exportations vers la France – contre-partie qui ne fait pas défaut à nos concurrents, en raison même de l’activité des importations anglaises et allemandes en Chine. Mais nous nous heurtons là à une difficulté qu’il n’est pas en notre pouvoir de résoudre, et que nous ne pouvons que constater à regret. Il ne nous appartient pas, cela va sans dire, de proposer de remède à cette situation que nous déplorons. Nous avons voulu simplement vous représenter, qu’en ce qui nous concerne, et pour les contrées dans lesquelles nous sommes établis, les reproches récemment formulés de concours insuffisants offerts au commerce français ne sont nullement justifiés »155.

3. Les autres succursales et agences

137Nous traiterons séparément chacune des six succursales et agences restantes très géographiquement dispersées, en dégageant les particularités essentielles de leurs activités.

a. Les agences situées en territoire étranger

  • 156 À partir de 1907, le Siam accéléra les travaux de construction de son chemin de fer. Les importatio (...)
  • 157 Ibid., exercices 1897-1913.

138L’agence de Bangkok. Les relations commerciales entre la France et le Siam sont en effet inexistantes. Les importations en provenance d’Angleterre et d’Allemagne transitant par Singapour constituent l’essentiel du commerce entre le Siam et l’Europe. Les sociétés commerciales anglaises et allemandes en ont le monopole. L’agence de Bangkok de la Banque de l’Indochine ne participe donc pour ainsi dire pas aux opérations concernant le commerce avec l’Europe156. Elle intervient dans les exportations de riz (et de tek) vers les différents pays d’Asie. L’essentiel de ses opérations est représenté par des avances sur marchandises faites aux commerçants chinois qui ont la mainmise sur ces exportations ainsi que l’achat des remises documentaires émises par ces marchands sur Hongkong et Singapour. Le tableau 28 montre une progression régulière des montants des opérations de l’agence qui reflète la bonne marche des exportations de riz du Siam157.

139L’agence de Battambang. Cette agence a déjà été étudiée dans le paragraphe sur les succursales et agences indochinoises.

  • 158 Ibid., exercices 1905-1913.

140L’agence de Singapour. Nous avons déjà vu comment cette agence fut créée pour permettre de parfaire les opérations des succursales indochinoises et de l’agence de Bangkok. Dès sa fondation, pourtant, elle eut à traiter des opérations autonomes liées au marché de Singapour comme des avances sur marchandises d’exportations (étain, caoutchouc, copra) ainsi que l’achat de remises documentaires résultant de ces mêmes exportations. La brusque chute des opérations enregistrée entre 1908 et 1910 est due à la crise essuyée par la place de Singapour. La forte hausse qui s’ensuivit est à mettre au compte de la reprise des exportations des produits mentionnés ci-dessus158.

  • 159 ANSOM, Crédit carton 78, note du ministre à Bangkok (août 1902 ?).

141Arrêtons-nous un instant sur l’extrême souplesse dont faisaient preuve ces agences implantées à l’étranger dans la réalisation de leurs opérations. D’après une note du ministre français résidant à Bangkok qui aurait été écrite en août 1902, les opérations de l’agence de cette ville auraient imité le modèle de la Chartered Bank of India, Australia and China et de la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation en faisant « de larges crédits, voire même des découverts très importants »159. Le vice-consul à Singapour témoignait, quant à lui, de l’extrême légèreté avec laquelle les directeurs successifs de l’agence interprétaient les statuts en matière d’opérations à long terme et d’escomptes d’effets. Citons un extrait relatif aux escomptes :

  • 160 ANSOM, Crédit carton 84, vice-consul à Singapour à président du Conseil, ministre des Affaires étra (...)

« Dans la pratique, les directeurs ne tenant aucun compte de cette clause [article 15 des statuts qui impose la présence de deux signatures au moins] escomptaient des billets ou effets à une signature, quand elle est solvable, sans exiger les garanties énumérées dans l’article 16 »160.

b. Les succursales et agences dans les colonies

  • 161 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913.

142La succursale de Pondichéry. Nous avons déjà fait remarquer que l’activité de cette succursale était, dès 1880, déterminée par les opérations liées à l’exportation des arachides, produites dans les territoires anglais voisins et envoyées à destination de Marseille. Vers 1885, les arachides furent atteintes d’une sorte de dégénérescence et leur production commença à chuter. Cette situation ne fit qu’empirer à tel point que les exportations étaient devenues pratiquement impossibles au début de notre période d’étude (1897-1899). La production reprit par la suite grâce à l’introduction d’une espèce sénégalaise. Les exportations depuis la côte de Coromandel augmentaient rapidement et leurs volumes atteignaient 1,6 million de balles en 1902, 2,1 millions de balles en 1909 et 3,4 millions de balles en 1912. Une partie des exportations passait par Pondichéry ; victimes de la concurrence des ports anglais de Cuddalore et Portonovo, leurs volumes ne dépassaient pas 0,9 million de balles en 1902, 0,8 million de balles en 1909 et un million de balles en 1912. Pour briser ce blocus, la succursale de Pondichéry envoya, à partir de 1910, des agents dans les principaux centres voisins pour qu’ils y absorbent les opérations liées aux exportations d’arachides. Tous les bouleversements spécifiques à ces exportations se reflètent parfaitement dans les montants des opérations de la succursale extrêmement faibles entre 1897 et 1898, en augmentation entre 1899 et 1902, stationnaires voire en baisse par la suite et effectuant une remontée spectaculaire en 1913161 (voir tableau 28).

  • 162 Ibid.

143La succursale de Nouméa. L’économie de la Nouvelle-Calédonie reposait sur l’extraction de minerais (principalement le nickel) et l’élevage. Pourtant la part de l’élevage s’effondra à partir de 1897 lorsque cessa l’apport d’une main-d’œuvre constituée depuis 1860 de prisonniers. Cette chute s’accéléra en 1904 lorsque le ministère de l’Armée ne s’approvisionna plus en conserves de viande auprès de la colonie. Les tendances des opérations de la succursale reflétaient relativement fidèlement, durant la période qui nous intéresse, les cours du nickel, du chrome et du cobalt ainsi que les mouvements des exportations de ces minerais qui en résultaient162.

  • 163 « Les vœux du commerce de Tahiti », in Congrès des anciennes colonies, tenu à Paris du 11 au 16 oct (...)
  • 164 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1907-1913.

144Les agences de Papeete et de Djibouti. Nous ne disposons que d’informations très limitées sur ces deux agences situées dans des petites colonies françaises. Nous nous contenterons d’indiquer que les activités de l’agence de Papeete étaient liées aux exportations de perles, de vanille et de copra163 et que celles de l’agence de Djibouti étaient principalement constituées par les importations depuis la France de matériaux nécessaires à la construction du chemin de fer de Dirédaoua à Addis-Abeba et par des opérations liées aux exportations de café, peaux de mouton et ivoire de l’Abyssinie qui transitaient par le port de Djibouti164.

C. Les opérations productives : 2. Affaires extraordinaires

  • 165 Ces avances classées parmi les affaires extraordinaires étaient réalisées, pour la plupart, par les (...)
  • 166 Avant 1899, les titres de participation résultant de ces affaires n’étaient pas portés au bilan. Vo (...)
  • 167 Pour plus de détails sur ces affaires (noms, années et montants), consulter : Yasuo Gonjo, « La Ban (...)

145Les affaires extraordinaires se composaient de : participation aux emprunts publics ainsi qu’aux obligations privées (garantie, prise de ferme, placement) ; avances (quelquefois à moyen terme) concernant des montants élevés165 ; garantie de dettes privées ; et participation au capital d’entreprises (ou de syndicats financiers). Elles étaient des opérations non courantes qui réclamaient le consentement du conseil d’administration et devaient être notées dans les procès-verbaux de celui-ci. La Banque de l’Indochine n’y eut recours qu’exceptionnellement jusqu’à la fin des années 1890 car elles étaient interdites par les statuts. De 1875 à 1896, on ne recense que 14 affaires : 9 en Indochine, 3 en France et 2 en Nouvelle-Calédonie (1 cas de participation aux obligations privées, 2 cas de garantie, 8 cas d’avances et 3 cas de participation au capital d’entreprises)166. La majorité de ces 14 affaires fut d’ailleurs traitée à la demande du gouvernement de la France métropolitaine et de ceux des colonies. Deux facteurs contribuèrent à leur augmentation vers 1900 : l’installation d’agences en territoire étranger et la révision des statuts qui autorisa ce genre d’opération. Signalons que 100 affaires furent enregistrées entre 1897 et 1913, soit 21 participations aux emprunts publics et obligations privées, 36 avances et 43 participations au capital d’entreprises, dont le détail se répartit géographiquement comme suit : 32 affaires pour l’Indochine, 45 pour la Chine, 23 pour les Établissements français de l’Océanie, le Siam, le Japon, l’Éthiopie, le Maroc, la Russie et la France métropolitaine167. La dispersion géographique qui accompagne cette augmentation ainsi que le fort pourcentage d’affaires réalisées à l’étranger, en Chine notamment, retiendront notre attention.

  • 168 Les renseignements dans le paragraphe suivant, lorsqu’ils ne font pas l’objet d’une note, sont issu (...)

146Essayons maintenant de dégager pour chaque région le contenu ainsi que les caractéristiques de ces affaires extraordinaires168.

1. Les affaires indochinoises

147On distingue sommairement dans les affaires traitées par la Banque en Indochine : 1. les participations aux emprunts coloniaux ; 2. les participations au capital d’entreprises (ou de syndicats) à l’occasion de créations, augmentations de capital ou réorganisations et les placements d’obligations d’entreprises ; 3. les avances de montants élevés faites aux entreprises.

  • 169 D’après H. Paulin (op. cit., p. 159), la Banque de l’Indochine aurait participé avec les cinq grand (...)

148On dénombre 5 participations aux emprunts coloniaux réalisées en 1899, 1902, 1905, 1909 et 1913169. Ces emprunts furent tous émis en métropole par le gouvernement général pour le financement des travaux publics. La Banque de l’Indochine constitua un syndicat avec le Comptoir d’Escompte, le Crédit Industriel et Commercial, Paribas, la Société Générale et le Crédit Lyonnais pour le placement de ces emprunts.

149La Banque participa au capital ou aux obligations d’entreprises relevant de secteurs très divers, à savoir :

  • Chemin de fer : Syndicat d’Études pour la Construction des Chemins de Fer en Indochine ;

  • Irrigation : Société Générale d’Irrigation pour favoriser le Développement de l’Agriculture de l’Indochine ;

  • Eau et Électricité : Compagnie des Eaux et d’Électricité de l’Indochine ;

  • Entreprises avec monopole : Société Française des Distilleries de l’Indochine et sa filiale, Société Asiatique des Boissons Indigènes ;

  • Industrie minière : Société des Docks et Houillères de Tourane, Syndicat d’Études Minières de l’Indochine, Syndicat d’Études du Gisement de Fer de Pnom-Deck, Société Minière de l’Indochine ;

  • Commerce : Union Commerciale de l’Indochine ;

  • Plantation : Société de Plantation de Caoutchouc en Indochine ;

  • Filature : Filature de Soie du Tonkin.

  • 170 Beaucoup de ces crédits accordés aux entreprises le furent grâce à l’appui du gouvernement général.
  • 171 L’Union Commerciale de l’Indochine est l’ancienne Compagnie Lyonnaise Indochinoise. La Compagnie Ly (...)

150Malgré leur diversité, ces entreprises ont en commun d’être chacun le représentant colonial le plus important du secteur en question et d’entretenir des relations avec la politique de développement du gouvernement colonial : elles sont toutes plus ou moins sous la protection du gouvernement colonial170. Nous tenons également à faire remarquer que nous avons pu vérifier qu’au moins deux de ces entreprises - Société des Docks et Houillères de Tourane et Union Commerciale de l’Indochine171 – ont été fondées avec des capitaux lyonnais et ont pour président Ulysse Pila, également administrateur de la Banque de l’Indochine.

  • 172 Situation de l’Indochine de 1902 à 1907, t. 2, Saigon, 1908, p. 169.

151Les avances prenaient la forme de découverts dont le crédit pouvait durer de quatre mois à plusieurs années ; la Banque de l’Indochine avait très souvent une participation au capital des entreprises qui en bénéficiaient. Ces crédits avaient un caractère transitoire pouvant aller jusqu’à être un approvisionnement en capitaux d’équipements à long terme. Une avance que la Banque de l’Indochine consentit, début 1905, à la Société Française des Distilleries de l’Indochine nous servira d’exemple. À l’occasion de la restructuration du système du monopole de l’alcool en 1902, cette société conclut une convention avec l’administration des Douanes et Régies, par laquelle elle devenait l’entreprise de vinification la plus importante de la colonie et se chargeait de fabriquer et de vendre la plus grande partie de l’alcool aux Vietnamiens172. La Banque fournirait les capitaux nécessaires à la construction de nouvelles usines et au rachat des distilleries chinoises, aux conditions suivantes :

  • La Banque de l’Indochine consent à la Société Française des Distilleries de l’Indochine, en piastres à Saigon, une avance en compte courant pour l’équivalent de 2 500 000 francs ;

  • La Société portera son capital de 3 000 000 à 3 500 000 francs au moyen de l’émission de 1 000 actions nouvelles de 500 francs chacune qui seraient attribuées au pair à la Banque de l’Indochine ;

  • La Société créera des obligations pour un montant de 3 500 000 francs attribuées au pair à la Banque de l’Indochine ;

  • La Société créera des obligations pour un montant de 3 500 000 francs qu’elle laissera toutes en gage à la Banque de l’Indochine ;

    • 173 PV, Banque de l’Indochine, 18 janvier 1905.

    Le remboursement de cette avance sera également garanti par la signature de tous les administrateurs173.

  • 174 Sur les 5 000 obligations d’une valeur nominale de 450 francs, 370 furent vendues aux guichets de l (...)

152De début 1905 à début 1906, la Banque prêta en plusieurs reprises à la Société susdite une somme globale de 1 650 000 piastres. Par la suite, la Banque vendit dans la métropole les obligations laissées en gage et l’avance fut intégralement remboursée avant le 30 janvier 1907174.

2. Les affaires chinoises

153Elles se répartissent en cinq groupes : chemin de fer, mines, navigation et ports, concessions françaises, et emprunts d’Etat.

  • 175 Les emprunts du chemin de fer sont classés dans la rubrique « Emprunts d’État » mentionnée plus loi (...)

154Affaires concernant le chemin de fer.175 Toutes ces affaires, à l’exception d’une seule, ont un lien avec le chemin de fer du Yunnan. L’exception est la participation en 1905 à la Chinese Central Railways Company, née de la compétition franco-anglaise pour la prolongation d’une ligne de chemin de fer jusqu’à la province de Setchuen (affaire déjà mentionnée). Les affaires en relation avec le chemin de fer du Yunnan sont :

  • la formation du Syndicat d’Études des Chemins de Fer du Yunnan en 1898 ;

    • 176 Les activités de la Compagnie des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan ne se limitaient pas à (...)

    la fondation, en 1901, de la Compagnie Française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan176, suivie d’une augmentation de capital en 1908. La Compagnie émit également des obligations en 1901 et bénéficia d’une avance en 1911 ;

  • la création, en 1901, de la Société de Construction de Chemin de Fer Indochinois.

  • 177 Ces affaires liées à la construction du chemin de fer du Yunnan avaient été menées grâce à la coopé (...)
  • 178 Le président était Hély d’Oissel, le vice-président, Alexis Rostand, l’administrateur délégué, Stan (...)

155Ces entreprises sont toutes nées à un moment de la construction du chemin de fer du Yunnan, depuis les enquêtes préparatoires jusqu’à la gestion du chemin de fer terminée en passant par la construction proprement dite. La Banque de l’Indochine a participé avec les banques parisiennes177 à toutes ces affaires dans lesquelles elle joua un rôle d’exécutant. À l’occasion de la fondation de la Compagnie Française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan qui se situe au noyau de ces affaires, la Banque envoya au conseil d’administration de cette nouvelle compagnie quatre représentants (sur onze membres) parmi lesquels le président, le vice-président et un administrateur délégué178.

156Affaires concernant les mines. Certaines ont leur origine dans la réorganisation du Bureau des Mines de Kaïping, société chinoise semi-publique d’extraction houillère. Ce sont : 1. la participation à la Compagnie Internationale d’Orient, filiale de la Banque d’Outre-Mer belge et crée dans le but de réorganiser les houillères de Kaïping, et à l’Oriental Syndicate (fin 1900) ; 2. la participation en 1901 à la Chinese Engineering and Mining Company, société anglaise née par suite de la réorganisation du Bureau des Mines de Kaïping et la souscription, avec la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation et la Deutsch-Asiatische Bank, aux obligations de 500 000 livres émises par cette même société en 1901. La Banque de l’Indochine participa en tant que partenaire du groupe belge à cette série d’entreprises promues par les groupes anglais et belge.

  • 179 ANSOM, Crédit carton 70, président du Conseil, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colo (...)
  • 180 ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine à président du Conseil, ministre des Affaires étrang (...)
  • 181 Pour ne parler que de l’important syndicat du Yunnan, signalons qu’en 1911, la concession fut rache (...)

157D’autres concernent l’exploitation des mines du Yunnan, du Setchuen et du Fokien. Elles prennent la forme d’une participation à trois syndicats dont la finalité est « l’acquisition et la mise en valeur de concessions »179. Ce sont le Yunnan Syndicate (1901), la Société d’Études du Setchuen (1901) et la Société d’Études du Fokien (1903). La participation en 1907 à la Société d’Exploitation de Ling Ngan, filiale du Yunnan Syndicate, représente une quatrième affaire. Le Yunnan Syndicate était un syndicat anglais à la fondation duquel avait participé le groupe financier lyonnais dont notamment Ulysse Pila. Les deux autres syndicats étaient français mais celui du Fokien avait été lancé par la Compagnie Internationale d’Orient belge. La Banque de l’Indochine avait participé à ces trois syndicats à la demande du gouvernement français, ce qui était davantage motivé par la perspective de détenir des concessions qui lui permettront de mener dans l’avenir à son avantage des négociations à l’égard de concessions avec le gouvernement chinois, que par l’exploitation des mines. Un extrait d’une lettre adressée en janvier 1906 par le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine au président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Maurice Rouvier, illustre cette disposition : « Nous ne croyons pas que ces syndicats puissent, réduits à eux-mêmes, obtenir de grands résultats en Chine, étant donné l’état d’esprit qui anime en ce moment les Chinois, mais ces syndicats peuvent servir de bases à des ententes internationales fécondes, auxquelles les Chinois seront bien obligés de recourir, quand ils auront reconnu leur impuissance à faire par eux-mêmes les grandes entreprises »180. En effet, les activités de ces derniers se limitèrent à des recherches. Ils n’avaient plus de fonction à la veille de la première guerre mondiale car les concessions rachetées par le gouvernement chinois ou arrivées à expiration avaient perdu toute influence181.

  • 182 Il semble cependant que cette société était plus ou moins en relation avec la Anglo-French Quicksil (...)

158Nous manquons de précisions sur la participation à la Société de Recherches Minières en Chine (en 1902) qui détenait la concession de l’exploitation du mercure de Guizhou182. Nous pouvons toutefois affirmer que, comme les affaires mentionnées ci-dessus, elle n’a donné aucun résultat concret.

159Navigation et ports. Nous manquons de détails sur les participations en 1906 à la Compagnie Asiatique de Navigation qui assurait la liaison Shanghaï-Hankéou et Shanghaï-Nimpo sur le fleuve Yangtsué, et aux Établissements Maritimes de Tongku en 1910.

160Concessions françaises. Les affaires peuvent se diviser en deux sousgroupes. Le premier comprend des avances aux municipalités françaises de Hankéou, Shanghaï et Tientsin (en 1897, 1901, 1902 et 1910) ainsi que la soumission de l’emprunt émis en 1903 par la municipalité de Shanghaï. Le deuxième englobe la participation à la création (en 1906) et à l’augmentation de capital (en 1907) de la Société française de Tramways et d’Éclairage Électrique de Shanghaï ainsi que la participation à la Société Franco-Belge de Tientsin (qui deviendra en 1910 le Crédit foncier d’Extrême-Orient) et à la Société Immobilière de Shanghaï, toutes deux sociétés immobilières fondées en 1907. La Banque de l’Indochine participa également à une augmentation de capital de la Société Franco-Belge de Tientsin en 1909. Toutes ces affaires ont été lancées par la Compagnie Internationale d’Orient.

161Emprunts d’État. La Banque de l’Indochine a participé aux cinq emprunts chinois suivants :

  • emprunt anglo-français de rachat du chemin de fer Hankéou-Pékin (en 1908) ;

  • emprunt du Hukuang (en 1911) ;

  • emprunt du vice-roi de Hankéou (en 1911) ;

  • emprunt chinois de Réorganisation (en 1913) ;

  • emprunt pour le port de Pukow (en 1914).

  • 183 Le Crédit Lyonnais s’était joint aux sept banques pour fonder, le 10 mai 1909, le Syndicat Français (...)

162Il convient de signaler que la Banque s’est engagée dans ces affaires, à l’exception de l’emprunt Pukow, en tant que représentant du groupe des banques françaises qui composait le consortium international pour les affaires chinoises. Nous avons déjà vu comment la rivalité franco-anglaise pour la concession du chemin de fer de Setchuen a engendré, en octobre 1905, la création d’un syndicat franco-anglais (Chinese Central Railways Compagny). Au groupe français et au groupe anglais qui s’étaient réunis pour une entente internationale vinrent, ensuite, s’ajouter en 1909 un groupe allemand, puis un groupe américain en 1910 et enfin deux groupes japonais et russe en 1912. Le représentant du groupe français qui se compose du Comptoir d’Escompte, du Crédit Industriel et Commercial, de Paribas, de la Société Générale, de la Banque Française pour le Commerce et l’Industrie et de la Banque de l’Union Parisienne - auxquels viendra s’ajouter en 1909 le Crédit Lyonnais183 –, la Banque de l’Indochine se trouvera constamment à la première scène des négociations entre les groupes Financiers et le gouvernement chinois.

163Comme on peut le constater sur le tableau 34, même avant que la Banque de l’Indochine n’intervienne dans les emprunts chinois en 1908, les banques françaises y participaient depuis 1895, année de l’emprunt franco-russe. De la comparaison de ces emprunts au nombre de six avec ceux traités par la Banque de l’Indochine et son groupe à partir de 1908 découlent trois observations suivantes :

  1. Les banques françaises ne se sont pas manifestées directement dans ces affaires. Ces emprunts furent combinés par le gouvernement russe pour l’emprunt franco-russe, par la Banque Russo-Chinoise pour l’emprunt pour le chemin de fer de Shansi, par la Compagnie Générale de Chemins de Fer et de Tramways en Chine (groupe belge d’Empain) pour l’emprunt franco-belge la ligne de Pienlo-Haïfonfu à Honanfu et par la Société d’Études de Chemin de Fer en Chine (groupe de la Société Générale belge) pour l’emprunt complémentaire destiné à l’achèvement de la ligne Flankéou-Pékin. Les banques françaises se sont, en règle générale, contentées de la réalisation des titres ;

  2. Les titres furent, en réalité, tous placés par les banques françaises et par conséquent sur le marché de Paris ;

    • 184 Au moment de la création de ces diverses sociétés, Paribas avait une participation équivalente à 6, (...)

    Paribas, qui participait largement au capital et au conseil de la Banque Russo-Chinoise, de la Compagnie Générale de Chemins de Fer et de Tramways en Chine et de la Société d’Études de Chemin de Fer en Chine, joua un rôle important dans la réalisation de tous ces titres184.

Tableau 34 – Emprunts chinois dont les banques françaises se chargèrent de l’émission (1895‑1914)

Tableau 34 – Emprunts chinois dont les banques françaises se chargèrent de l’émission (1895‑1914)

Sources : AN, F30 678, tableau des emprunts chinois, 1er juillet 1919 ; id., note du Comptoir National d’Escompte de Paris, 20 avril 1899

164Ces observations permettent de considérer que l’arrivée en 1908 de la Banque de l’Indochine dans les emprunts chinois signifiait une participation directe - sans passer par les groupes belge ou russe – des banques françaises à ces emprunts, ainsi qu’une transformation radicale du mode d’intervention des banques françaises dans ces emprunts, la Banque de l’Indochine venant relayer Paribas dans le rôle de banque exécutante.

  • 185 PV, Banque de l’Indochine, 19 novembre 1913.

165L’emprunt Pukow ne se fit pas dans les mêmes conditions que les quatre autres. Après l’annulation d’un accord international des emprunts industriels et de chemins de fer, qui eut lieu lors d’une réunion à Paris du Consortium international des six puissances le 26 septembre 1913, la Banque Industrielle de Chine qui venait juste d’être créée se chargea de négocier cet emprunt avec le gouvernement chinois. À la demande de cette nouvelle banque, la Banque de l’Indochine accepta 500 000 francs d’une avance de 21 millions de francs qui composait l’emprunt Pukow185.

166Ces affaires chinoises qui ont été décrites après avoir été divisées en cinq groupes se caractérisent en général par les quatre points suivants :

  • 186 Le Crédit Lyonnais connu pour sa prudence se montra extrêmement circonspect en matière d’affaires c (...)

167 1º Fait typique des emprunts d’État, la Banque de l’Indochine a réalisé ces affaires en commun avec les banques parisiennes. Les entreprises auxquelles elle participait étaient, bien souvent, à peu près équitablemnt divisées entre les diverses banques parisiennes, dont les cinq grandes banques qui lui étaient très proches – jusqu’en 1909, pourtant, elles n’étaient que quatre en raison de l’absence du Crédit Lyonnais186. La Banque de l’Indochine s’accommodait d’un taux de participation réel égal à celui des autres banques. Elle jouait ainsi un rôle de « représentant dans la Chine des banques françaises ».

  • 187 Ministre à Pékin à président du Conseil, op. cit., 13 avril 1917.

168 2º Ces affaires, selon le corps diplomatique installé en Chine, assuraient à la Banque de l’Indochine une place de « numéro deux » – mais « de brillant second »187 – derrière la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation ; ou elles n’assuraient qu’une telle place. On peut se demander pourquoi elle n’était pas « numéro un ». Cette situation tenait aux caractéristiques de ces affaires que nous allons aborder maintenant.

169 3º Le « côté financier » de ces affaires l’emportait sur le « côté industriel ». Beaucoup se terminaient par la mise en vente des titres sur le marché de Paris (exportation de capitaux-prêt) et relativement peu concernaient une participation au capital d’entreprises implantées en Chine et y poursuivant une certaine activité (investissements directs). L’afflux de capitaux français en Chine (exportation de capitaux) qui résultait de ces affaires était rarement complété par l’approvisionnement de la Chine en matériel français (exportation de marchandises).

  • 188 AN, F30 372, note sur la situation présente des affaires de travaux publics et spécialement de chem (...)

170D’où venaient donc de telles caractéristiques ? En 1908, le secrétaire général de la Banque de l’Indochine, Octave Homberg, tentait déjà de considérer ce problème dans une note présentée au ministre des Finances. Pour lui, la Banque aurait dû disposer d’un organisme en contact avec l’économie locale. Les banques anglaise, belge et allemande, par exemple, avaient fondé, avec des entreprises commerciales et industrielles de leurs pays, des filiales spécialisées dans les affaires chinoises : la British and Chinese Corporation pour la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation ; la Compagnie Internationale d’Orient pour la Banque d’Outre-Mer ; et la Schantung-Eisenbahngesellschaft pour la Deutsch-Asiatische Bank. Les banques ne s’occupaient que de l’aspect financier des emprunts ; les filiales cherchaient des affaires et surveillaient l’utilisation des capitaux empruntés et servaient d’intermédiaire aux importations de matériel réalisées avec ces capitaux par les Chinois depuis l’étranger (Angleterre, Belgique et Allemagne). La Banque de l’Indochine qui ne possédait pas ce genre de filiale devait assurer à ses propres affaires une certaine sécurité et n’avait pas d’autre solution que de se tourner vers des emprunts garantis par les gouvernements chinois ou français, ou de participer en tant que « sous-soumissionnaire » à des affaires avant tout combinées par des entreprises étrangères. Homberg concluait en proposant que la Banque de l’Indochine collabore avec les entreprises industrielles françaises et crée une filiale spécialisée dans les affaires chinoises de manière à jouer ainsi un rôle politique plus efficace en Chine188.

  • 189 AN, F30 372, ministre des Affaires étrangères à ministre des Finances, 19 octobre 1901.
  • 190 G. kurgan-Van Hentenryk, op. cit., p. 323.

171Le problème reste de savoir pourquoi la Banque de l’Indochine n’avait pas de filiale en contact direct avec la Chine. Il semblerait que du côté de l’industrie, on n’ait pas organisé les conditions de l’expansion en Chine. Étudions, bien que la Banque de l’Indochine n’y ait pas participé, une grosse affaire franco-belge : le chemin de fer Hankéou-Pékin. Dans cette entreprise, il avait été conclu entre le groupe des banques françaises mené par Paribas et le groupe financier belge mené par la Société Générale belge que les taux de participation de l’emprunt seraient respectivement de 3/5 et de 2/5 et que les deux groupes participeraient chacun pour moitié aux approvisionnements en matériel de chemin de fer. Le gouvernement français mettait obstinément en question la décision suivant laquelle la France devait apporter autant de matériel que la Belgique alors qu’elle était chargée de fournir 1/5 de capitaux de plus que cette dernière. À cette inégalité de répartition qui posait déjà un problème à elle seule venait s’ajouter le fait que le groupe belge qui ne pouvait pas trouver les capitaux suffisants dans son pays venait en chercher la plus grande partie (48 % disait-on, mais 100 % dans la réalité) sur le marché français189. De son côté, le groupe français ne pouvait pas fournir le matériel exigé ; l’industrie belge fournissait 62 % du matériel nécessaire pour la période 1898-1900190.

  • 191 Nous ne pouvons pas nous attarder sur ce caractère bien connu de l’impérialisme français et nous no (...)
  • 192 Ce syndicat fut fondé en août 1909 « dans le but de faire réserver à l’industrie nationale une part (...)

172Cet exemple du chemin de fer Hankéou-Pékin est le reflet direct du fossé entre les accumulations du capital-prêt et du capital industriel, caractéristique bien connue du capitalisme français durant l’époque d’impérialisme classique191. Cette caractéristique s’exprimait également dans la priorité accordée par la Banque de l’Indochine à l’aspect financier des affaires chinoises. L’été 1909, à la demande du gouvernement français qui avait été informé des opinions de Homberg, la Banque de l’Indochine fit appel aux 12 puissantes entreprises métallurgiques et de construction mécanique – Schneider et Cie, Société de Construction des Batignolles, Compagnie de Fives-Lille pour Constructions Mécaniques et Entreprises, etc. – et leur fit fonder un syndicat192, auquel pourtant elle ne se joignit pas. Il semblerait qu’elle ait cherché à éviter que son activité ne soit entravée par une industrie nationale qui ne pouvait répondre parfaitement aux affaires chinoises.

  • 193 Cette réalité fut révélée par un inspecteur des finances, Poisson, qui examina les comptes de la Ba (...)
  • 194 La Banque Industrielle de Chine fit faillite en 1921. En 1922, grâce à l’intervention du gouverneme (...)

173 4º Le gouvernement français n’était pas satisfait de la politique suivie par la Banque de l’Indochine en matière d’affaires. Ce mécontentement visait plus particulièrement le comportement négatif de la Banque dans les affaires industrielles et dans les emprunts des gouvernements provinciaux. À partir de 1913, le gouvernement français en vint à permettre à une autre banque française de s’implanter en Chine. C’est ainsi que, le 5 juillet 1913, le banquier français, André Berthelot, fonda la Banque Industrielle de Chine (siège à Paris), banque d’affaires destinée à participer en Chine aux affaires industrielles et aux emprunts provinciaux ; la mise de fonds du gouvernement chinois qui représentait une part d’un tiers de son capital de 45 millions de francs était, comme dans le cas de la Banque Russo-Chinoise, pure fiction193. Le gouvernement français ne se contenta pas de résister à la Banque de l’Indochine en consentant à la fondation de la Banque Industrielle de Chine, mais soutint activement cette banque lorsqu’elle s’occupa, en 1914, de l’emprunt Pukow. Dès sa fondation, cette nouvelle banque ouvrit en Chine et Indochine de nombreux établissements : en 1913, à Pékin ; en 1914, à Shanghaï ; en 1916, à Tientsin ; en 1917, à Hongkong et Saigon ; en 1918, à Yunnan-sen, Haiphong et Hanoï. Elle devint ainsi le concurrent de la Banque de l’Indochine. Quoi qu’il en soit, l’attitude relativement prudente de la Banque de l’Indochine en matière d’affaires extraordinaires avait permis l’entrée en scène d’une banque rivale194.

3. Les affaires dans les autres pays

174La Banque de l’Indochine traita neuf affaires dans les Établissements français de l’Océanie. Les opérations effectuées avec le gouvernement colonial sont au nombre de cinq, soit une participation à l’emprunt colonial (en 1905) et quatre avances allouées au gouvernement local et à la ville de Nouméa (en 1901, 1902, 1903 et 1905) ; elles sont, pour l’essentiel, destinées à combler les déficits budgétaires causés par la dépression prolongée de l’économie nouvelle-calédonienne. Les quatre autres affaires sont constituées par deux avances faites à une plantation, la Société Française des Nouvelles-Hébrides, en 1903 et 1906 et par des participations au capital d’une société minière, la Société pour l’Exploitation de la Soufrière Naturelle de Vanua Lava, en 1899 et d’une entreprise de travaux publics, la Société d’Études de l’Établissement d’un Port dans les Établissements français de l’Océanie, en 1910.

  • 195 Lors de l’emprunt de 1907, par exemple, la Banque accepta la même somme que la Hongkong and Shangha (...)

175Les affaires du Siam sont représentées par deux participations aux emprunts d’État en 1905 et 1907, réalisés grâce à la formation d’un syndicat avec la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation pour la première et avec cette même banque plus la Deutsch-Asiatische Bank pour la seconde. La part soumissionnée par la Banque de l’Indochine fut remise pour la grande partie aux banques parisiennes195.

176En Éthiopie, la Banque de l’Indochine participa en 1909 à la création de la Compagnie du Chemin de Fer de Djibouti à Addis-Abeba. Cette opération est, avec le chemin de fer du Yunnan, une des plus importantes affaires traitées par la Banque de l’Indochine. La Banque organisa avec les banques parisiennes un syndicat et joua un rôle d’exécutant dans la fondation de cette compagnie dont la fonction de président fut assumée par un administrateur de la Banque, Ernest Roume.

  • 196 ANSOM, Crédit carton 50, ministre des Colonies à Banque de l’Indochine, 28 septembre 1912.

177Les affaires énumérées ci-dessus ne s’écartent pas des statuts de la Banque de l’Indochine puisqu’elles concernent des pays où la Banque possédait des établissements. La Banque contrevint par ailleurs à ses statuts en participant à des entreprises au Maroc, au Japon et en Russie, pays où elle n’était pas implantée. Nous nous arrêterons sur les affaires marocaines. On en dénombre cinq qui se répartissent en deux émissions d’emprunts d’État en 1904 et 1910, deux avances allouées au gouvernement local en 1902 et 1907, et la création de la Compagnie Générale du Maroc en 1912. Toutes ces affaires furent réalisées par un syndicat regroupant les banques parisiennes autour de Paribas. À l’exception du cas de la Compagnie Générale du Maroc, la Banque de l’Indochine y participa à la demande ou avec le consentement du gouvernement français. Pour cette compagnie pour laquelle elle n’avait pas reçu d’autorisation préalable, la Banque ne put obtenir de reconnaissance ultérieure du gouvernement qui considérait que l’activité de la compagnie s’exerçait sur une zone située complètement en dehors de celle de la Banque et que par conséquent cette affaire enfreignait gravement les statuts196 ; la même situation se reproduira lors de la création de la Banque Franco-Japonaise.

  • 197 Un accord fut passé entre la Banque de l’Indochine et la Banque Franco-Japonaise lors de la créatio (...)
  • 198 ministre des Colonies à Banque de l’Indochine, op. cit., 28 septembre 1912.

178On dénombre trois affaires japonaises : une sous-soumission d’une partie de l’emprunt d’État, soumissionné en 1904 par la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation ; une participation à la fondation de la Société d’Études du Pont de Moji en 1907 ; et une autre à la création de la Banque Franco-Japonaise en 1913. Une banque japonaise, la Banque Industrielle du Japon, et Paribas ont assuré les préparatifs de la création de cette dernière banque197. Comme nous l’avons déjà mentionné, le gouvernement français ne reconnut pas officiellement la participation de la Banque de l’Indochine à cette affaire198.

179La participation au syndicat de garantie d’émission d’obligations de chemins de fer russes, organisé par la Banque Russo-Chinoise en 1903, constitue la seule affaire russe.

  • 199 Il faut bien remarquer qu’à la veille de la première guerre mondiale, les grandes banques parisienn (...)

180Il nous faut également mentionner pour terminer une affaire métropolitaine. En 1909, la Banque de l’Indochine participa à un journal conservateur, Le Temps, héritier de La République qui cessa de paraître la même année. On ignore pourquoi les autorités gouvernementales ne se sont pas opposées à la participation de la Banque à ce journal, dont les intentions étaient manifestement d’influencer l’opinion publique199, alors que cette affaire n’avait aucune relation directe avec les activités commerciales de la Banque et, semble-il, contrevenait par conséquent aux statuts.

IV. Bénéfices et répartition des bénéfices

A. Bénéfices

181Le tableau 35 exprime la structure et l’évolution de la répartition des bénéfices par semestre sur une période s’étalant de 1897 à 1913. Les quatre types de bénéfices (bénéfices I, bénéfices II, bénéfices III, bénéfices I’), distingués dans cette répartition, ont tous enregistré une augmentation rapide. Par exemple, les bénéfices I’, qui se rapprochent le plus du concept original de bénéfices, ont été multipliés par treize, passant de 780 000 francs à 10 360 000 francs (premier et deuxième semestres réunis). La moyenne annuelle durant cette période (premier et deuxième semestres réunis) est également très élevée puisqu’elle equivaut à six fois celle de la période précédente (1885‑1896).

Tableau 35 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)

Tableau 35 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1897-1914 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913

182L’élargissement de l’activité commerciale résultant des trois augmentations successives de capital ainsi que de l’ouverture d’agences apparaît évidemment comme la première raison de cet envol des bénéfices. Sur ce sujet que nous avons déjà étudié, nous aimerions également souligner le rôle joué par l’amélioration qualitative des opérations de la Banque. Considérons par exemple le taux de bénéfices obtenu en calculant le rapport bénéfices I’/capital versé. D’après la figure 16, il est sujet à des variations d’amplitude relativement importantes et survenant très rapidement ; il montre pourtant une progression constante lorsqu’on approche 1913. La moyenne de ces taux semestriels serait de 15,9 % pour les années 1885-1896 et de 31,8 % pour la période qui nous intéresse, preuve des changements positifs enregistrés au niveau de l’activité commerciale. Cette modification se reflète également dans le cours des actions de la Banque. Dans la première moitié des années 1890, une action valait 700 francs (valeur nominal de 500 francs, versée au quart) ; en 1902, elle atteignait 1 000 francs et à partir de 1910, elle oscillait entre 1 470 et 1 680 francs. À la veille de la première Guerre mondiale, l’activité de la Banque était donc dans une phase extrêmement prospère.

Figure 16 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)

Figure 16 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)

Unité : Million de francs

Source : Selon le tableau 35

183Comment ces bénéfices se répartissaient-ils par opération et par région ? Le tableau 36 exprimant la distribution des bénéfices I par établissement permettra d’aborder cette question.

Tableau 36 - BIC : Bénéfices I par établissement (1904‑1913)

Tableau 36 - BIC : Bénéfices I par établissement (1904‑1913)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
Note : –, devant un chiffre, représente la perte.

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1904-1919 ; ANSOM, Crédit carton 5, Banque de l’Indochine : état des bénéfices nets et pertes nettes de chaque succursale et agence

  • 200 Comme nous l’avons déjà indiqué, les opérations des succursales et agences englobent une partie des (...)

184Nous commencerons par la répartition des bénéfices par opération. Signalons au préalable la différence de sources entre les bénéfices du siège et ceux des autres succursales et agences. Alors que la plus grande partie des seconds provient des opérations ordinaires200, les premiers, du fait de la non-réalisation de ce type d’opérations par le siège, ont leur origine dans les trois éléments suivants :

    • 201 Rappelons que l’utilisation du capital du siège par les succursales et agences donnait lieu à des v (...)

    intérêts des avances sur capital propre accordées aux succursales et agences201 ;

  • revenus des opérations extraordinaires (bénéfices des opérations des titres, dividendes dus à la participation à des entreprises, intérêts des crédits à moyen et à long terme) ;

  • intérêts des titres (effets publics et obligations privées) déposés à la Banque de France et à l’Union Bank of London.

185On peut considérer sommairement que les bénéfices des opérations ordinaires sont inscrits au compte en tant que bénéfices des succursales et agences et que ceux des affaires extraordinaires le sont, pour l’essentiel, en tant que bénéfices du siège. Un calcul, basé sur le tableau 36, de parts respectives du siège et du groupe des succursales et agences dans le montant total des bénéfices donnerait, sur la période allant de 1904 à 1913, 18,2 % pour le premier et 81,9 % pour le second. On peut donc en déduire que les bénéfices résultant des affaires extraordinaires (opérations du siège) représentent approximativement 18 % du montant total des bénéfices I et que ceux provenant des opérations ordinaires (opérations des succursales et agences) environ 82 %.

186La Banque de l’Indochine eut beau devenir en 1900 une « banque mixte », elle n’en continua pas moins à vivre, sur le plan des bénéfices, des opérations ordinaires.

187Voyons maintenant comment se répartissent par établissement les bénéfices des opérations ordinaires. Le tableau 36 nous permet de dégager les chiffres suivants :

  • pour la période 1904-1913, 63,5 % pour les établissements coloniaux (55 % pour l’Indochine et 8,5 % pour les autres colonies) et 36,6 % pour les établissements situés à l’étranger (31,6 % pour la Chine et 5 % pour les autres pays) ;

  • pour l’année 1913, 53 % pour les établissements coloniaux (43 % pour l’Indochine et 10 % pour les autres colonies) et 47 % pour les établissements à l’étranger (37,4 % pour la Chine et 9,5 % pour les autres pays).

188Malgré le formidable bond en avant réalisé par les établissements étrangers à la veille de la première guerre mondiale, il est intéressant de remarquer que les établissements coloniaux continuent de l’emporter aussi bien durant un total de dix années que pour la seule année 1913.

189Nous sommes cependant amenés à nous poser une question. Nous avons en effet déjà étudié la répartition des opérations ordinaires par région et le tableau 29 qui a servi à cette analyse exprimait, au niveau des pourcentages des montants des opérations ordinaires – à l’inverse des pourcentages des bénéfices-, une supériorité écrasante des établissements implantés à l’étranger. Pour l’année 1913, par exemple, les opérations ordinaires des établissements coloniaux et celles des établissements étrangers représentaient respectivement 32,7 % et 67,3 % du montant total de ces opérations ; les parts des établissements indochinois et chinois étaient respectivement de 21,8 % et 46,4 %. Comment expliquer ce formidable contraste entre la répartition par établissement des bénéfices d’une part et des montants de ces opérations d’autre part ? Il est difficilement concevable qu’il puisse exister une différence aussi remarquable entre les deux groupes d’établissements au niveau de la rentabilité des opérations et nous préférons expliquer ce contraste par le fossé séparant les natures des capitaux placés. Alors que les établissements étrangers doivent payer des intérêts sur les dépôts locaux et les dépôts du Trésor public de l’Indochine qui constituent la plus grande partie du capital placé, les établissements coloniaux tirent ce capital des billets de banque qui n’occasionnent aucun frais (sauf les frais de fabrication de billets). Les intérêts des fonds du Trésor colonial ont à ce sujet une influence capitale puisque, versés à la succursale de Saigon, ils suffisent à amputer les bénéfices des établissements étrangers et à augmenter des établissements coloniaux.

B. Répartition des bénéfices et politique financière

190Le tableau 37 représente le détail des divers composants des rubriques « Amortissement » et « Réserve » qui seront déduites des bénéfices II et permettront de conduire aux bénéfices III. La structure fondamentale de ces rubriques est analogue à celle déjà étudiée dans le chapitre précédent à propos des années antérieures à 1896. Nous tenons à mentionner tout spécialement les cinq points suivants :

  1. Les « Pertes de change » sont représentées par une estimation des pertes sur les capitaux du siège et les fonds du Trésor du gouvernement général de l’Indochine, tous les deux prêtés aux établissements étrangers.

  2. Les montants inscrits sous les mentions « Frais de fabrication des billets » et « Mobiliers et immobiliers » (frais d’installation de nouveaux établissements ou de reconstruction d’anciens établissements) représentent les dépenses totales effectuées sous ces deux rubriques durant un semestre.

  3. Figurent également dans la colonne « Participations financières, avances à long terme et frais d’enquêtes et recherches », les montants totaux des dépenses occasionnées chaque semestre sous ces différentes rubriques. Ces dépenses consacrées à l’investissement et représentant les affaires extraordinaires n’étaient pas financées par un fonds de réserve (c’est-à-dire bénéfices de l’exploitation antérieure) mais amorties en une seule fois avec les bénéfices du semestre en cours.

    • 202 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

    À partir de 1901, le fonds de « Réserve spéciale » se divisa en fonds de « Réserve disponible » et fonds de « Dotation des agences en Chine et au Siam ». Cette scission avait pour dessein de distinguer entre réserve pour les « affaires se déroulant dans des contrées [étrangères] soumises à un régime aussi instable que celui de l’argent »202 et réserve pour les opérations coloniales. L’ancien fonds de « Réserve spéciale » qui n’apparaissait pas clairement au bilan et qui constituait un fonds de réserve occulte devint, à partir de cette division, un fonds de réserve publiée inscrite dans le bilan.

  4. Si, lors de l’inscription au compte du fonds de « Provision pour pertes éventuelles », on notait à chaque fois le détail concret des créances douteuses ou des mécomptes, les procès-verbaux du conseil d’administration ne mentionnaient pas, en revanche, quelle part des sommes inscrites était, en réalité, utilisée pour amortir les pertes portant véritablement sur la Banque. Il est fort probable que la part excédentaire inscrite sur ce fonds alimentait le fonds de « Réserve occulte » que nous verrons par la suite. C’est ainsi que fut inscrit, entre le deuxième semestre 1911 et le deuxième semestre 1913, un total de 6 millions de francs destinés à se prémunir contre les troubles causés par la révolution chinoise.

191Ces observations nous amènent à constater, comme pour la période antérieure, une politique financière caractérisée par un fort amortissement et une réserve élevée. Leurs totaux par semestre sont généralement importants et dépassent souvent largement, entre le premier semestre de 1898 et le deuxième semestre de 1904, les bénéfices III (bénéfices publiés) (voir tableau 35). Les mots du commissaire du gouvernement déjà cités : « La politique de la Banque est de mettre en réserve la plus grande partie possible des bénéfices » expriment tout à fait la réalité. Nous noterons, d’ailleurs, que, comme avant 1896, cette politique avait pour revers une politique de stabilisation des bénéfices III et des dividendes des actionnaires. La figure 16 montre que les mouvements de la courbe des bénéfices III sont, à chaque période, plus importants que ceux des courbes des bénéfices I ou I’ et que, par conséquent, l’amortissement et la réserve étaient considérables en période de bénéfices élevés et ramenés à des dimensions plus modestes en période de faibles bénéfices. Les différentes soustractions effectuées sous les rubriques « Amortissement » et « Réserve » contribuaient indubitablement à équilibrer les bénéfices et les dividendes des actionnaires.

192Quelles étaient maintenant les conséquences de cette politique de répartition des bénéfices sur la situation financière de la Banque ? Pour répondre à cette question, nous nous pencherons sur les mouvements des fonds de réserve. La comparaison du détail de ces fonds pour les années 1896, 1913 et 1918 réalisée par le tableau 38, permet de noter les trois points suivants :

  1. Les montants totaux de ces fonds de réserve ont enregistré, pour les années considérées, des augmentations très importantes, que l’on se place sur le plan absolu ou relatif. Ils ont ainsi été multipliés par 14,2 entre 1896 et 1913, passant de 4 099 000 francs à 58 427 000 francs. Le capital nominal, en revanche, n’était en 1913 que quatre fois plus élevé qu’en 1896 (48 millions de francs et 12 millions de francs). Le montant total des fonds de réserve est passé de 1,4 fois de celui du capital versé en 1896 à 4,9 en 1913. Ce rapport suffit, lui aussi, à témoigner de l’extraordinaire rapidité avec laquelle ces fonds de réserve ont augmenté.

  2. Comparons maintenant les trois composants de ces fonds, à savoir : « Réserve statutaire » que la Banque était obligée de mettre en réserve ; « Réserve hors statutaire » librement épargnée par la Banque et inscrite au bilan ; « Réserve occulte (semi-publiée) » qui s’inscrivait au bilan sous le terme global « Divers » et dont l’existence n’était pas communiquée à l’extérieur. De 1896 à 1913, les pourcentages de la part statutaire et de la part occulte se sont effondrés passant de 25,1 % à 11,7 % pour les premiers et de 34,2 % à 18 % pour les seconds, alors que celui de la part hors statutaire a sauté de 40,8 % à 70,3 %. Deux raisons expliquent ces modifications considérables. D’une part, le fonds de « Réserve spéciale » fut, comme nous l’avons vu, divisé en « Réserve disponible » et « Dotation des agences en Chine et au Siam » ; dans le même temps, les sommes équivalentes à ce fonds de « Réserve spéciale » n’étaient plus portées dans la rubrique « Réserve occulte » et relevaient de « Réserve hors statutaire ». D’autre part, le fonds de « Réserve supplémentaire » constitué des primes d’émission de nouvelles actions augmenta considérablement. Ces observations permettent de dire que les changements véritablement significatifs apportés à la structure des réserves consistent en une forte diminution du pourcentage de la part statutaire accompagnée d’une brusque augmentation des pourcentages des réserves librement épargnées par la Banque.

    • 203 ANSOM, Crédit carton 84, inspecteur général des Colonies, Phérivong, à ministre des Colonies, Doume (...)

    Ce troisième point concerne la « Réserve occulte ». Le tableau ne donne pas le détail de ce fonds à la fin de 1913. La certitude qu’aucun changement n’est intervenu dans les différentes rubriques composant ce fonds de réserve et que les montants de ces colonnes n’ont pas non plus été soumis à des variations notables jusqu’en 1918203, nous permettent de déduire que les chiffres de 1918 sont à peu près les mêmes que ceux de 1913. Les chiffres de fin 1918 que nous avons ici attirent notre attention par la diversification des rubriques et par les sommes énormes représentées par la provision prélevée pour les troubles de la révolution chinoise.

Tableau 37 – BIC : L’amortissement et la réserve (1897‑1913)

Tableau 37 – BIC : L’amortissement et la réserve (1897‑1913)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
1. La grande partie est constituée d’avances allouées à la Société française des Nouvelles-Hébrides et au Maroc 
2. Frais d’inspection des succursales, frais de rapatriement du personnel, caisse de retraite du personnel, vols, fraudes des employés et dépréciation des titres. 
3. Somme intégrale due à la perte résultant des faux et de déficit de la caisse constatés à Hanoï 
4. Dont 150 dû à la dépréciation du compte rentes-fonds d’État. 
5. Provision pour les troubles chinois.

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1897-1914

Tableau 38 – BIC : Relevé des réserves (1896, 1913, 1918)

Tableau 38 – BIC : Relevé des réserves (1896, 1913, 1918)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure) 
N.B. – On ne connaît pas le détail de la réserve occulte pour l’année 1913.

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 18 mars et 21 octobre 1896, 17 mars 1897 ; AG, Banque de l’Indochine, 19 mai 1897, 13 mai 1914 et 28 mai 1919 ; ANSON, Crédit carton 84, inspecteur général des Colonies, Phérivong, à ministre des Colonies, 26 février 1917 ; id., Crédit carton 237, rapport du commissaire, 19 mai 1919

193Il ressort de tout ceci que, bien plus qu’avant 1896, la Banque fit le nécessaire pour constituer des fonds de réserve aux montants considérables et pour développer plus particulièrement les opérations extraordinaires et les opérations réalisées à l’étranger, en Chine notamment.

Conclusion

194Nous terminerons en tenant une synthèse du chapitre à partir des points que nous nous étions proposés d’éclaircir.

  • 204 John F. Cady, The Roots of French Imperialism in Eastern Asia, New York, 1954 ; Henri Brunschwig, M (...)
  • 205 Le fait que, dès leurs débuts, de nombreuses agences ouvertes à la demande du gouvernement réalisai (...)

195 1º Plus encore qu’avant 1896, l’activité de la Banque de l’Indochine fut marquée durant cette période par l’empreinte de la vie politique. Cette tendance fut particulièrement manifeste lors de la création d’établissements et de la réalisation d’affaires extraordinaires en territoire étranger, en Chine notamment, où la volonté du gouvernement français d’élargir son influence en Asie bénéficia d’une priorité absolue. Mais appliquer purement et simplement à l’Asie une thèse soutenue par John F. Cady et Henri Brunschwig et selon laquelle l’expansion impérialiste français est le produit de la politique204, n’allait pas sans poser quelques problèmes. Les pourparlers entre le gouvernement français et la Banque de l’Indochine lors de la création des agences chinoises dégénérèrent souvent en frictions prenant parfois un tour très sérieux, une demande gouvernementale politisée heurtant de front les intérêts de la Banque tournés vers le profit. La satisfaction des exigences gouvernementales se faisait rarement sans condition. D’une façon générale, les relations entre le capitalisme français et l’Asie étaient dominées davantage par des mobiles politiques que par les intérêts financiers (ou économiques). En effet, la Banque de l’Indochine réagissait souvent très passivement à la demande politisée du gouvernement français ; en outre, elle ne répondait que sélectivement aux demandes (soit d’ouverture d’établissements, soit de participations à des affaires), auxquelles elle n’accordait que lorsqu’elle avait la certitude d’en tirer un certain profit205.

196 2º Durant cette période, la Banque de l’Indochine se transforma en « banque mixte » réunissant les fonctions de banque d’émission et de banque d’affaires. Cette métamorphose découlait nécessairement de l’expansion à l’étranger réclamée par le gouvernement français et de la nouvelle responsabilité qui incombait à la Banque chargée de rivaliser, en tant qu’établissement de crédit représentant la France, avec les diverses banques des grandes puissances. Signalons que l’offre de crédits à long terme, fonction d’une banque d’affaires, mettait en danger la fonction première de la banque d’émission qui devait fournir une monnaie stable. La Banque de l’Indochine réussit à se mettre à l’abri de ce péril en différenciant le placement de ses ressources selon la nature de celles-ci et selon la nature d’opérations : elle affecta aux opérations ordinaires les billets de banque dans les colonies et les fonds du Trésor du gouvernement général de l’Indochine (ainsi que les dépôts locaux) dans les pays étrangers ; quant aux affaires extraordinaires, elle leur destina la réserve qui constituait son capital propre (ainsi que les bénéfices du semestre en cours).

197Nous noterons également que ces capitaux, c’est-à-dire les billets de banque ainsi que les fonds du Trésor colonial, bien sûr, mais aussi la réserve, avaient leur origine dans la position privilégiée de la Banque de l’Indochine considérée comme banque centrale des colonies. La majeure partie de cette réserve était constituée des primes d’émission de nouvelles actions qui accompagnaient les augmentations de capital. La Banque doit d’avoir pu acquérir des primes aussi considérables à ses bons résultats commerciaux ; ces derniers, à leur tour, s’expliquaient principalement par la jouissance (à titre gratuit, de surcroît) du monopole d’émission dans les colonies. Il apparaît ainsi que c’est, quoi que cela semble contradictoire, parce qu’elle était la banque centrale des colonies que la Banque de l’Indochine put se transformer en « banque mixte » et fonctionner sans problème en tant que telle.

198 3º A partir de 1900, le terrain d’activité de la Banque de l’Indochine se divisa en deux zones économiques différentes, les colonies et l’étranger. Comment la Banque se comportait-elle sur le marché colonial et sur le marché étranger ? Quelles valeurs respectives accordait-elle à chacun de ces deux marchés ?

  • 206 Il faut toutefois signaler que certaines régions comme la Chine subissaient l’influence de l’implan (...)

199Les opérations productives étaient qualitativement les mêmes sur les deux marchés. Les opérations ordinaires étaient, pour l’essentiel, liées au commerce d’exportation (avances sur produits d’exportation et changes) ; les affaires extraordinaires étaient, pour la plupart, des participations aux emprunts publics et des affaires minières ou ferroviaires. Les crédits distribués par la Banque ne touchaient que les gros exportateurs, importateurs et financiers, les gouvernements et les entreprises souvent liées aux gouvernements. Ils n’atteignaient presque jamais directement la production locale ou les terminaisons des circuits commerciaux. Ceci explique que, dans sa politique de crédit, la Banque ne fit rien pour détruire les organismes de crédit traditionnels plus ou moins usuriers en Asie. Elle adopta même une tendance conservatrice cherchant à maintenir et reproduire ces organismes206.

200Sur le plan quantitatif (masse des opérations), le marché étranger l’emportait largement sur le marché colonial, tant sur le plan des opérations ordinaires que sur celui des affaires extraordinaires (et ceci jusqu’à la fin de la période concernée). Les critiques que les contemporains adressaient à la Banque de l’Indochine et que nous verrons dans le chapitre V, reposaient sur cette réalité. La Banque y était accusée d’agir activement, voire même audacieusement à l’étranger et d’avoir une attitude passive dans les colonies. On lui reprochait également de faire passer en priorité les opérations à l’étranger et de négliger son rôle de banque d’exploitation des colonies. Cette supériorité quantitative du marché étranger ne s’accompagnait pourtant pas d’une supériorité des bénéfices. Ces derniers provenaient en grande partie des opérations ordinaires, source de plus grands profits dans les succursales et agences coloniales que dans les agences de l’étranger. Sur le plan financier, les colonies conservaient donc leur caractère primordial.

201L’existence de fonds du Trésor public de l’Indochine ainsi que leurs exportations, dont nous avons déjà longuement parlé dans ce chapitre, amènent des suggestions supplémentaires quant aux valeurs respectives des deux marchés colonial et étranger et à la relation entre politique bancaire et mise en valeur des colonies. En exportant les fonds du Trésor colonial, la Banque visait essentiellement à réduire l’excédent de capitaux de la succursale de Saïgon (« surabondance de capitaux » dans la colonie !) et à maintenir, en Indochine, une certaine élasticité des profits bancaires. Ces « exportations de capitaux » permettaient de porter à leur maximum les profits de la Banque pris dans leur ensemble, mais représentaient, en contrepartie, pour la colonie une diminution des capitaux destinés à sa mise en valeur. Les capitaux exportés servaient, d’autre part, aux opérations ordinaires des agences situées à l’étranger, principalement en Chine. Pour ces dernières, l’Indochine, comme la France métropolitaine – rappelons que la Banque se fournissait en France le fonds de réserve (primes d’émission de nouvelles actions) affecté aux affaires extraordinaires –, représentait donc un marché stratégique d’approvisionnement en capitaux. Nous déduirons de ces remarques que, sur le plan de la fourniture en capitaux et de la circulation des capitaux à l’intérieur de firme, la Banque de l’Indochine était davantage un organisme favorisant l’expansion en Chine qu’une banque œuvrant pour la mise en valeur de la colonie indochinoise.

202Un examen plus poussé de la question révélerait que la Banque de l’Indochine, poussée par une politique qui cherchait à réaliser un maximun de profits dans la structure multinationale de firme, allait tout à fait dans le sens des mesures d’expansion que le gouvernement français prenait durant cette période. Cette situation permit à la Banque de collaborer, avec succès, avec le gouvernement dominé par des motivations politiques. Il est permis de penser que cette communauté d’intérêts a contribué, pour une part, à maintenir à l’époque des relations généralement bonnes (malgré un certain nombre de tensions) entre la Banque et le gouvernement. Nous verrons en détail dans le chapitre V comment ces relations se sont détériorées complètement, après la première guerre mondiale, pour entrer dans une phase de crise lorsque le gouvernement, renonçant à sa politique d’expansion, demandera à la Banque d’assurer sa fonction de banque d’exploitation des colonies.

Notes

1 Se reporter, sur ce genre de critique, à II du chapitre V du présent ouvrage.

2 Les villes de Mongtsé et Long-Tchéou avaient déjà été ouvertes au commerce français (et vietnamien) grâce à une convention franco-chinoise signée le 26 juin 1887. M. Dubois et A. Terrier, op. cit., p. 891.

3 Pour la convention du 20 juin 1895, se porter à Ibid., p. 922-924.

4 Noetzlin, administrateur de Paribas, qui avait préparé la fondation de la Banque Russo-Chinoise faisait, le 9 octobre 1895, le rapport suivant au ministre des Affaires étrangères, Hanotaux : « La sphère d’action de la Banque [Russo-Chinoise] doit s’étendre, au premier chef, à tout ce qui a trait au commerce d’importation et d’exportation fait en Chine par la Russie et la France, ainsi qu’aux industries existantes ou à créer en relation avec ces deux pays. La banque traitera également les affaires locales en Chine et s’occupera enfin des opérations financières entre le gouvernement chinois et nos deux pays, ainsi que de l’obtention de concessions de diverses natures » (Noetzlin à Hanotaux, 9 octobre 1895, DDF, 1re série (1871-1900), t. 12, Paris, 1951, p. 237).

5 Pour les conditions qui ont entouré la création de la Banque Russo-Chinoise, consulter les ouvrages suivants : A. Gérard, Ma mission en Chine (1893-1897), Paris, 1918, p. 213-215 ; G. Kurgan-Van Hentenryk, Léopold II et les groupes financiers belges en Chine : la politique royale et ses prolongements (1895-1914), Bruxelles, 1972, p. 98-99 ; Rosemary Quested, The Russo-Chinese Bank, Birmingham Slavonic Monographs nº 2, Birmingham, 1977, p. 3 et suiv. De plus, dans l’accord russo-chinois du 28 avril 1896, le gouvernement chinois s’était engagé à verser 5 millions de taels pour la construction du chemin de fer de l’Est chinois. Un débat s’était engagé pour savoir si le gouvernement chinois participait à la Banque Russo-Chinoise et s’il avait effectivement versé (d’une manière ou d’autre) les 5 millions de taels. On peut au moins affirmer que ce gouvernement ne participait ni au capital ni au conseil d’administration de cette banque.

6 G. Kurgan-Van Hentenryk, ibid., p. 104.

7 Correspondance entre le ministre des Finances et Paribas (AN, F30 372).

8 La Chambre de commerce de Lyon a joué un rôle déterminant dans ce travail d’investigation. Dans le cadre de recherches sur le commerce et les ressources minières, cette dernière envoya d’abord au Tonkin, en 1884, Paul Brunat, ingénieur qui se trouvait à l’époque dans la filature de Tomioka au Japon, et puis au Tonkin ainsi que dans les régions méridionales de la Chine, de 1895 à 1897, la « Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine » (plus communément appelée « Mission lyonnaise ») composée de 12 représentants du commerce et de l’industrie, et dirigée par Rocher, ancien consul à Mongtsé. Lors du départ de Brunat, les Chambres de commerce de Paris, Marseille, Bordeaux, Le Havre, Rouen, Saint-Étienne, Tarare, Vienne, Mazamet, Elbeuf, Roubaix et Reims envoyèrent à la Chambre de commerce de Lyon des questionnaires recensant les divers sujets de recherche que l’on souhaitait voir aborder. Signalons également que participait à la « Mission lyonnaise », hormis des délégués lyonnais, des représentants des cinq Chambres de commerce de Marseille, Lille, Roubaix, Roanne et Bordeaux. Cf. Chambre de commerce de Lyon, Compte-rendu des travaux, années 1865, 1884 et 1894-1897 ; Id., La Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine 1895-1892, Lyon, 1898, 2 vol. ; Paul Brunat, Exploration commerciale du Tonkin (Rapport présenté à la Chambre de commerce de Lyon, séance du 18 février 1885), Lyon, 1885 ; Comité départemental du Rhône, La colonisation lyonnaise, Lyon, 1900 ; M. Bruguière, op. cit. (1) ; J. F. Laffey, French Imperialism, op. cit. Enfin, en 1895, année où fut organisée la « Mission lyonnaise », le Comité des Forges de France créa la Société d’Études Industrielles en Chine, organisme destiné à s’occuper des affaires industrielles en Chine. Cette dernière envoya, l’année suivante, au Tonkin et dans la province de Yunnan, un de ses membres, Dujardin-Beaumetz, dont la mission était de mener une étude sur les débouchés de la métallurgie et les ressources minières. Cf. M. Bruguière, op. cit. (1), p. 55-56.

9 Maurice Zimmermann, « Lyon colonial », in Chambre de commerce de Lyon, Lyon et la région lyonnaise, Lyon, 1906, t. 2, p. 243.

10 Sur les rapports franco-anglais (conflits, ententes) concernant les intérêts en Chine, consulter : E. W. Edwards, « The Origins of British financial Co-operation with France in China, 1903-6 », The English Historical Revue, nº 339, April 1971.

11 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Finances, 18 novembre 1897.

12 Cit. in Note de la Banque de l’Indochine, 9 décembre 1897 (ANSOM, Crédit carton 78).

13 Ibid.

14 Ibid.

15 PV, Banque de l’Indochine, 19 janvier 1898.

16 Ibid.

17 PV, Banque de l’Indochine, 27 avril 1898.

18 Ibid.

19 Ibid., 4 mai 1898.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid., 15 juin 1898.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 ANSOM, Crédit carton 9, note pour le ministre des Colonies, s. d.

26 ANSOM, Crédit carton 80, note de Roume, 7 décembre 1898. À l’époque, Ménélick envisageait de se débarrasser de l’influence italienne et, devant unifier l’Ethiopie, projetait un rapprochement avec la France (accord franco-éthiopien du 20 mars 1897). La France, de son côté, pensait s’infiltrer en Éthiopie en fondant une banque qui devait permettre, sur le plan financier, la réalisation du chemin de fer éthiopien. ANSOM, Crédit carton 80, Conférence chargée d’examiner les diverses questions relatives à la proposition du privilège de la Banque de l’Indochine, 2e séance, 28 octobre 1898 ; Gabriel Hanotaux et Alfred Martineau, Histoire des colonies françaises et de l’expansion de la France dans le monde, t. 4, Paris, 1931, p. 583 et suiv.

27 ANSOM, Crédit carton 80, ministre des Finances à ministre des Colonies, 13 octobre 1899.

28 ANSOM, Crédit carton 80, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 15 février 1899.

29 Comme nous le verrons par la suite, les rapports de la Banque de l’Indochine et du gouvernement français avec la Banque Russo-Chinoise ont, dès le départ, été très tendus.

30 ANSOM, Crédit carton 80, Rapport du président de la commission interministérielle, 9 décembre 1899.

31 Ibid.

32 Nous verrons plus tard que la Banque avait ouvert une agence à Bangkok en mai 1896.

33 Voir à ce sujet : Rapport au Président de la République française, suivi d’un décret portant prorogation du privilège de la Banque de l’Indochine 16 mai 1900 (AN, 65AQ 628-1).

34 PV, Banque de l’Indochine, 7 février 1900.

35 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 2 avril 1900.

36 Conférence chargée d’examiner les diverses questions, op. cit., 4e séance, 27 octobre 1899.

37 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 7 juillet 1900.

38 Le procès-verbal du conseil d’administration renferme des explications plus détaillées sur Hankéou : « Hankéou est un centre commercial important et qui ne peut que se développer davantage encore lorsque sera terminée la construction de la ligne de chemin de fer qui doit relier cette ville à Pékin. Une agence de la Banque à Hankéou pourrait donc y trouver des éléments d’affaires suffisantes, sinon pour réaliser des bénéfices immédiats, du moins pour couvrir en assez peu de temps ses frais généraux » (PV, Banque de l’Indochine, 20 juin 1900).

39 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 22 septembre 1900.

40 ANSOM, Crédit carton 78, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 8 octobre 1900.

41 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 2 novembre 1900.

42 PV, Banque de l’Indochine, 5 et 19 mars 1902.

43 ANSOM, Crédit carton 73.

44 R. Quested, op. cit., p. 7 et 10.

45 Un échange d’administrateurs entre la Banque de l’Indochine et la Banque Russo-Chinoise que nous avons mentionné plus haut, était un des essais proposés par le ministère des Affaires étrangères français à la Banque de l’Indochine.

46 R. Quested, op. cit., p. 10.

47 Autour des années 1900, c’est la Bank of China and Japon (Banque d’Espèce de Yokohama ?) qui devint le principal partenaire de la Banque Russo-Chinoise à Hongkong. ANSOM, Crédit carton 9, note (en 1901 ?).

48 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 14 octobre 1905.

49 Une note rédigée sans doute en 1901 par un haut fonctionnaire du ministère des Colonies disait ceci : « Il ne faut pas perdre de vue que la Banque Russo-Chinoise est en fait une Banque exclusivement russe, représentant et défendant les intérêts de la Russie. [...] C’est la Banque de l’Indo-Chine qui, d’accord avec le gouvernement, devra à l’avenir représenter les établissements de crédit français dans les grandes opérations financières qui s’imposeront dès le rétablissement de la paix en Chine » (ANSOM, Crédit carton 9).

50 La Banque Française pour le Commerce et l’Industrie et la Banque de l’Union Parisienne étaient deux banques d’affaires qui venaient tout juste d’être fondées, l’une en 1901 et l’autre en 1904. Maurice Rouvier, homme politique de gauche, avait joué un rôle décisif dans la fondation de la Banque Française pour le Commerce et l’Industrie (appelée pour cette raison « Banque Rouvier ») à laquelle participaient également le Comptoir d’Escompte, Paribas et la Société Générale. Avait fondé la Banque de l’Union Parisienne, la haute banque protestante (Hottinguer, Mallet, Vernes, Heine et de Neuflize) qui, depuis 1889 (et jusqu’en 1900), fournissait la Banque de l’Indochine en crédit par acceptation. Il semble que ces deux banques ont participé au groupe Banque de l’Indochine parce que les banques parisiennes qui entretenaient d’étroites relations avec la Banque de l’Indochine participaient elles-mêmes à leur capital. Cf. E. Kaufmann, op. cit., p. 131-138 ; Edmond Baldy, Les banques d’affaires en France depuis 1900, Paris, 1922, p. 28-29.

51 Le syndicat avait été créé grâce à la réorganisation de la Chinese Central Railways Company. Le groupe français et le groupe anglais avaient chacun acquis 45 % du capital de cette société, les 10 % restants ayant été cédés au groupe belge (Banque d’Outre-Mer et Compagnie Internationale de l’Orient). AN, F30 372, Procèsverbaux de la convention intervenue en date du 2 octobre 1905, etc. ; Id., Emprunts de chemin de fer et emprunts d’Etat en Chine, 1er août 1906 ; G. Kurgan-Van Hentenryk, op. cit., p. 722-723.

52 La Hongkong and Shanghaï Banking Corporation et la Deutsch-Asiatische Bank avaient conclu un accord en 1895 et s’étaient engagées à souscrire ensemble aux emprunts chinois. Emprunts de chemins de fer, ibid.

53 ANSOM, Crédit carton 79, ministre français à Pékin à ministre des Affaires étrangères, 11 juillet 1905.

54 ANSOM, Crédit carton 79, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 14 octobre 1905.

55 ANSOM, Crédit carton 79, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 11 novembre 1905.

56 ANSOM, Crédit carton 78.

57 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904 et 24 mai 1905.

58 Ibid., 11 mai 1904.

59 G. Hanotaux et A. Martineau, op. cit., t. 5, Paris, 1932, p. 514-516.

60 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

61 ANSOM, Crédit carton 78, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 14 janvier 1904 ; AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

62 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

63 Ibid., 24 mai 1905.

64 Ibid., 9 mai 1906.

65 Ibid., 5 mai 1909.

66 ANSOM, Crédit carton 80, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 17 juin 1899.

67 Voir à ce sujet : G. Honataux et A. Martineau, op. cit., t. 4, Paris, 1931, p. 583-589.

68 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908 et 10 mai 1911.

69 ANSOM, Crédit carton 78.

70 ANSOM, Crédit carton 70, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 25 novembre 1905.

71 Ibid.. 24 novembre 1905.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 13 janvier 1906.

75 PV, Banque de l’Indochine, 20 juin 1900.

76 Ibid., 31 janvier 1906.

77 AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1913.

78 Ibid., exercices 1900-1913.

79 Voir III, B, 2 du chapitre II.

80 ANSOM, Crédit carton 70, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 22 février 1918.

81 Il n’en demeure pas moins que ces administrateurs du Crédit Lyonnais envoyés à la Banque de l’Indochine possédaient certainement des actions à titre privé car l’article 52 des statuts de cette dernière les obligeait à être propriétaire de 40 actions.

82 PV, Banque de l’Indochine, 26 avril 1899.

83 Mais, quant à la Société Générale, à condition que l’on considère Homberg comme représentant de cette banque pour les années postérieures à 1890 où il quitta son poste de directeur de la même banque pour devenir censeur de la Banque de France.

84 La Quinzaine coloniale, 25 novembre 1903, p. 765.

85 En ce qui concerne Ulysse Pila, consulter : M. Zimmermann, op. cit., p. 240, note 1 ; A. Brebion, Dictionnaire de bio-bibliographie générale, ancienne et moderne de l’Indochine française, Paris, 1935, p. 309-310 ; John Laffey, « Les racines de l’impérialisme français en Extrême-Orient. À propos des thèses de J. F. Cady », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1969, p. 291-296.

86 PV, Banque de l’Indochine, 3 février 1915.

87 Citons quelques exemples : Gay, conseiller d’État, directeur du Mouvement général des Fonds ; Denormandie, gouverneur de la Banque de France ; Hély d’Oissel, conseiller d’État ; Roger de Trégomain, directeur du Mouvement général des Fonds...

88 Dans la terminologie courante, le terme « opérations productives » désigne les « opérations ordinaires » que nous mentionnons par la suite. Nous prendrons ce terme au sens large et y inclurons les « affaires extraordinaires ».

89 Consulter, pour plus de détails sur cette règle terminologique, l’ouvrage de Jean Bouvier (traduction en japonais déjà citée, p. 107). Il n’est pourtant pas facile, en réalité, de distinguer ces deux types d’opérations. Pour plus de commodité, nous les séparerons selon qu’elles nécessitent ou non une autorisation spéciale du conseil d’administration.

90 Voir : André Touzet, Le régime monétaire indochinois, Paris, 1939, p. 25.

91 Ibid., p. 24.

92 Lorsqu’on a commencé, en 1885, à introduire la piastre française dans la colonie, le mode essentiel d’approvisionnement en numéraire de la Banque de l’Indochine a pris la forme d’un apport de piastres françaises depuis la métropole. Il faut pourtant souligner que le mode d’approvisionnement en piastres mexicaines sur le marché asiatique n’en a pas pour autant été aboli jusqu’en 1903.

93 « La Banque a exporté toutes les piastres mexicaines qui existaient dans son encaisse. Elle va diriger incessamment sur Hongkong les monnaies de même espèce qui vont lui être versées par les caisses publiques. La différence de taux existant actuellement entre Hongkong et l’Indochine permet de faire cette opération sans qu’il en résulte une charge pour la Colonie [...] » (ANSOM, Crédit carton 71, inspecteur général des Colonies, Guyho, à ministre des Colonies, Hanoï, 24 avril 1904). Voici le détail, selon l’organisme expéditeur, des 2 173 675 piastres expédiées de Saigon en 1904 : Banque de l’Indochine, 1 052 000 ; banques étrangères, 130 000 ; commerçants chinois, 924 475 ; commerçants européens, 60 300 ; Trésor, 6 900. DAOM-Aix, Indochine 3079.

94 DAOM-Aix, Indochine 16885, inspecteur des finances E. Gallut à ministre des Finances, à Hanoï, 12 février 1909.

95 AG, Banque de l’Indochine, 24 mai 1905.

96 Ibid.

97 H. Baudoin, op. cit., p. 106. Après la guerre des Boxeurs, le nombre de banques étrangères implantées en Chine ayant fortement augmenté, les agences chinoises de la Banque de l’Indochine étaient préoccupées par la concurrence de ces banques. AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1903.

98 PV, Banque de l’Indochine, 1er mars 1920.

99 Les créations d’agences étrangères entraînant une augmentation des dépôts à échéance, la Banque de l’Indochine fut amenée, à partir de 1912, à séparer les différentes sortes de dépôts qu’elle inscrivait jusqu’alors au bilan en bloc sous la rubrique « Comptes de dépôts » en « Comptes courants et comptes de dépôts à vue » et « Comptes de dépôts à échéance ». Le 31 décembre 1912, les premiers étaient de 58 960 000 francs et les seconds de 19 870 000 francs. AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1913.

100 AN, F30 370, Propositions adoptées par la commission des banques à Shanghaï, 13, 17, 20 et 21 janvier 1902.

101 Id., Indemnités de la guerre des Boxeurs : tableau des paiements (1902-1911).

102 Chen Shao-Teh, Étude sur le marché monétaire de Shanghaï, Paris, 1932, p. 166-167.

103 AG, Banque de l’Indochine, 8 mai 1912, 14 mai 1913 et 13 mai 1914.

104 « L’Indo-Chine doit à la France des sommes importantes reposant en majeure partie dans le compte courant du Trésor chez notre succursale de Saigon [...] » (AG, Banque de l’Indochine, 5 mai 1909).

105 Ibid., 22 mai 1901.

106 DAOM-Aix, Indochine 43381, gouverneur général de l’Indochine à ministre des Colonies, Saïgon, 10 juin 1910.

107 DAOM-Aix, Indochine 15340.

108 Ibid.

109 PV, Banque de l’Indochine, 19 février et 16 avril 1902.

110 Ibid., 1er mars 1911.

111 ANSOM, Crédit carton 9, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 11 décembre 1913.

112 DAOM-Aix, Indochine 8926, Banque de l’Indochine à ministre des Colonies, 25 février 1905.

113 DAOM-Aix, Indochine 43381, arrêté du gouverneur général de l’Indochine, 17 février 1911 ; ANSOM, Crédit carton 9, commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, 11 décembre 1913.

114 PV, Banque de l’Indochine, 16 avril 1902.

115 Cette dissociation s’accentua pendant les années 1907-1909. Les cours du change de Saïgon furent jusqu’à 14 % supérieurs à ceux de Hongkong. AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1911 ; Marcel Détieux, « Mémoire relatif au régime monétaire de l’Indochine », BEI, janvier 1915, p. 32-35.

116 DAOM-Aix, Indochine 43381, Picanon à gouverneur général de l’Indochine, Saïgon, 25 juin 1910.

117 M. Bruguière, op. cit. (2), p. 132.

118 Voir à ce sujet : Situation de l’Indochine (1897-1901) : rapport par M. Paul Doumer, gouverneur général, Hanoï, 1902, passim ; M. Bruguière, op. cit. (2), p. 131-139.

119 Le Laos faisait partie, depuis 1889, de la fédération d’Indochine.

120 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 131-182 ; Histoire budgétaire de l’Indochine (Exposition coloniale internationale, Paris, 1931), Hanoï, 1930, p. 11-21.

121 Ligne Haïphong-Laokaï ; ligne Haïphong-Vinh ; ligne Tourane Quang Tri ; ligne Saïgon-Lang Bian ; ligne Mytho-Cantho.

122 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 42-52 ; Histoire budgétaire, op. cit., p. 22-34.

123 PV de la séance d’ouverture du Conseil supérieur de l’Indochine, 6 décembre 1897, cité dans Les budgets annexes du budget général de l’Indochine (Exposition coloniale internationale, Paris, 1931), Hanoï, 1930, p. 13.

124 PV, Banque de l’Indochine, 30 octobre 1901 ; Les budgets annexes, ibid., p. 15-16.

125 Histoire budgétaire, op. cit., p. 17 et 35.

126 Situation de l’Indochine, op. cit., p. 184 ; Annuaire statistique de la France, 1902-1914.

127 F. Leurence, « Étude statistique sur le développement économique de l’Indochine de 1899 à 1923 », BEI, 1925, p. 139.

128 Les dépenses militaires du budget colonial qui commencèrent, en 1898, en même temps que fut lancé le budget général, ne cessèrent d’augmenter par la suite. Ces dépenses supportées par l’Indochine étaient, comme le précisa le gouverneur général lui-même, « moins pour sa sécurité intérieure, les troupes de police suffisant à l’assurer, que pour la garde de ses frontières de terre et de mer et pour la défense des droits et des intérêts de la France en Extrême-Orient » (Situation de l’Indochine, op. cit., p. 20).

129 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913.

130 Si, nous basant sur le tableau 28, nous calculons pour l’année 1913 la part de chaque succursale et agence dans les montants globaux des opérations indochinoises, nous obtenons 69,4 % pour Saigon, 13,2 % pour Haïphong, 10,1 % pour Hanoï, 3,8 % pour Pnom Penh, 1,3 % pour Battambang et 2,2 % pour Tourane.

131 CSBC, op. cit., 1913.

132 DAOM-AIX, Indochine 15341 et 43385 ; ANSOM, Crédit carton 7.

133 Ce type de crédit réapparut à la fin de la décade 1880. CSBC, op. cit., 1898.

134 Le paragraphe C (Affaires extraordinaires) traitera les crédits à long terme et concernant des sommes considérables parfois accordées à ces entreprises.

135 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1898 ; PV, Banque de l’Indochine, 4 août 1897 et 21 septembre 1898.

136 CSBC, op. cit., 1902.

137 En 1913, la Chine représentait 38,4 % des exportations de l’Indochine, 35,5 % des importations et 37 % de l’ensemble des exportations et importations (en montants). SGI, Résumé statistique relatif aux années 1913 à 1940, p. 22-24.

138 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1903, 11 mai 1904 et 9 mai 1906.

139 Ibid., 11 mai 1910.

140 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1898.

141 Ibid., 11 mai 1904.

142 Ibid.

143 Ibid., exercices divers ; Chen Shao-Teh, op. cit., p. 157.

144 Sur les « chop loans », consulter : Tôa-Dôbunkai, Traité général d’économie chinoise (en japonais), Tôa-Dôbunshoin-Chôsa (à Shanghaï), nº 6, 1909, p. 919-921.

145 CSBC, op. cit., 1904, 1909 et 1913.

146 Les ports ouverts dont Shanghaï affrontèrent également, en 1909, une crise à la suite de l’échec des spéculations sur les titres de caoutchouc. AG, Banque de l’Indochine, 9 mai 1906, 8 mai 1907, 13 mai 1908 et 11 mai 1910 ; Marie-Claire Bergère, Une crise financière à Shanghaï à la fin de l’Ancien Régime, Paris-La Haye, 1964.

147 AG, Banque de l’Indochine, 9 mai 1906.

148 Ibid., 13 mai 1906.

149 Cité in Rapport du ministre à Pékin à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, Pékin, 13 avril 1917 (ANSOM, Crédit carton 84).

150 Ibid.

151 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908.

152 ANSOM, Crédit carton 84, consul à Canton à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, Canton, 9 février 1917.

153 Ministre à Pékin à président du Conseil, op. cit., 13 avril 1917.

154 Se reporter à la figure 1 du présent ouvrage.

155 AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908.

156 À partir de 1907, le Siam accéléra les travaux de construction de son chemin de fer. Les importations de matériel en provenance de l’Europe s’activèrent et la France, bien que participant à l’emprunt siamois, ne se joignit pas à ce nouveau mouvement commercial. AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1908.

157 Ibid., exercices 1897-1913.

158 Ibid., exercices 1905-1913.

159 ANSOM, Crédit carton 78, note du ministre à Bangkok (août 1902 ?).

160 ANSOM, Crédit carton 84, vice-consul à Singapour à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, Singapour, 4 janvier 1917.

161 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913.

162 Ibid.

163 « Les vœux du commerce de Tahiti », in Congrès des anciennes colonies, tenu à Paris du 11 au 16 octobre 1909, compte rendu des travaux publié par M. A. Milhe-Poutingon, Paris, 1910, p. 707-710.

164 AG, Banque de l’Indochine, exercices 1907-1913.

165 Ces avances classées parmi les affaires extraordinaires étaient réalisées, pour la plupart, par les succursales et agences et par conséquent portées au compte des opérations ordinaires de l’établissement concerné (voir tableau 28). Leurs montants, comparés à ceux des avances à court terme, étant très faibles, ils ne devaient pas apporter de modification considérable aux montants totaux des opérations ordinaires.

166 Avant 1899, les titres de participation résultant de ces affaires n’étaient pas portés au bilan. Voir le tableau annexe 1 à la fin du présent ouvrage.

167 Pour plus de détails sur ces affaires (noms, années et montants), consulter : Yasuo Gonjo, « La Banque de l’Indochine (1897-1913) (2) : l’expansion d’une banque coloniale française en Asie » (en japonais), Economia, nº 79, décembre 1983, p. 48-50, tableaux annexes 1 et 2.

168 Les renseignements dans le paragraphe suivant, lorsqu’ils ne font pas l’objet d’une note, sont issus des procès-verbaux de la Banque de l’Indochine.

169 D’après H. Paulin (op. cit., p. 159), la Banque de l’Indochine aurait participé avec les cinq grandes banques parisiennes et la Banque Française pour le Commerce et l’Industrie à un emprunt colonial d’un montant de 76 millions de francs (en 1901). On peut se demander pourquoi ce fait n’est mentionné dans aucun procès-verbal du conseil d’administration.

170 Beaucoup de ces crédits accordés aux entreprises le furent grâce à l’appui du gouvernement général.

171 L’Union Commerciale de l’Indochine est l’ancienne Compagnie Lyonnaise Indochinoise. La Compagnie Lyonnaise Indochinoise et la Société des Docks et Houillères de Tourane, créées respectivement en 1898 et 1899 par un groupe financier lyonnais, sont considérées comme des entreprises coloniales nées des résultats de la « Mission lyonnaise » de 1895 à 1897. Cf. Comité départemental du Rhône, op. cit., p. 118-121 ; M. Zimmermann, op. cit., p. 272-276. Nous ajoutons que l’Indochine trouvait dans la région lyonnaise la plus grande partie de ses capitaux et immigrants. Ulysse Pila estimait qu’au début du XXe siècle, 50 millions sur 130 millions de francs investis par la France en Indochine provenaient de Lyon. Cf. M. Zimmermann, op. cit., p. 270.

172 Situation de l’Indochine de 1902 à 1907, t. 2, Saigon, 1908, p. 169.

173 PV, Banque de l’Indochine, 18 janvier 1905.

174 Sur les 5 000 obligations d’une valeur nominale de 450 francs, 370 furent vendues aux guichets de la Banque de l’Indochine et les 4 630 autres furent cédées à la Société Générale. Ibid., 30 janvier 1907.

175 Les emprunts du chemin de fer sont classés dans la rubrique « Emprunts d’État » mentionnée plus loin.

176 Les activités de la Compagnie des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan ne se limitaient pas à la Chine et s’étendaient à l’Indochine. Pour plus de commodité, nous avons considéré cette société comme une entreprise chinoise.

177 Ces affaires liées à la construction du chemin de fer du Yunnan avaient été menées grâce à la coopération étroite entre le gouvernement général de l’Indochine d’une part et la Banque de l’Indochine, le Comptoir d’Escompte, la Société Générale et le Crédit Industriel et Commercial d’autre part. Paribas et le Crédit Lyonnais, qui avaient participé aux enquêtes préliminaires (fondation du Syndicat d’Études des Chemins de Fer du Yunnan) ne s’étaient pas engagés dans la construction sous prétexte que l’affaire présentait un risque trop grand. M. Bruguière, op. cit. (3), p. 262 et 268-269 ;

178 Le président était Hély d’Oissel, le vice-président, Alexis Rostand, l’administrateur délégué, Stanislas Simon et l’administrateur, Eugène Güin. Compagnie française des Chemins de Fer de l’Indochine et du Yunnan, Le chemin de fer du Yunnan, Paris, avril 1910.

179 ANSOM, Crédit carton 70, président du Conseil, ministre des Affaires étrangères à ministre des Colonies, 6 janvier 1906.

180 ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine à président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, 13 janvier 1906.

181 Pour ne parler que de l’important syndicat du Yunnan, signalons qu’en 1911, la concession fut rachetée à 1,5 million de taels par le gouvernement chinois. D’après la Banque de l’Indochine, cette somme suffisait « pour rembourser intégralement le capital du Syndicat et de sa filiale, la Société du Lingam » (PV, Banque de l’Indochine, 27 septembre 1911). Cf. « La question des mines du Yunnan », in L’Asie française, mai 1911 ; Chiming Hou, Foreign Investment and Economie Development in China, 1840-1937, Cambridge-Massachusetts, 1937, p. 68.

182 Il semble cependant que cette société était plus ou moins en relation avec la Anglo-French Quicksilver and Mining Concession of China qui avait obtenu en 1898 la concession d’exploitation du mercure du Guizhou. Cf. Tôa-Kenkyûsho, Les investissements étrangers en Chine (2) (en japonais), réimpression, Tokyo, 1975, Ve partie, p. 183.

183 Le Crédit Lyonnais s’était joint aux sept banques pour fonder, le 10 mai 1909, le Syndicat Français des Affaires Chinoises. Mais il ne se joignit par la suite aux sept banques que pour les emprunts chinois combinés dans le cadre d’une entente de grandes puissances. AN, F30 372, note : Emprunts de chemins de fer et emprunts d’État en Chine..., 1er août 1909.

184 Au moment de la création de ces diverses sociétés, Paribas avait une participation équivalente à 6,2 % du capital de la Banque Russo-Chinoise (20 % pour le groupe Paribas), à 11 % de celui de la Compagnie Générale de Chemins de Fer et de Tramways en Chine et à 24 % de celui de la Société d’Études de Chemins de Fer en Chine. PV, Banque de Paris et des Pays-Bas, 14 janvier 1896 ; G. Kurgan-Van Hentenryk, op. cit., p. 98 (note 4), 104 et 352.

185 PV, Banque de l’Indochine, 19 novembre 1913.

186 Le Crédit Lyonnais connu pour sa prudence se montra extrêmement circonspect en matière d’affaires chinoises. Comme nous l’avons mentionné plus haut, à partir de 1909, il ne participa pour ainsi dire qu’aux emprunts portant caractère international. Le paragraphe d’une note d’un ancien directeur du Crédit Lyonnais, Alfred Bonzon, qui avait visité la Chine en 1912, est, semble-t-il, fort intéressant comme reflet de l’attitude de cette banque : « S’il est permis de formuler une opinion, nous conclurons que la Chine n’est pas mûre encore pour de vastes opérations financières. Pour mériter le crédit international, elle doit, sans retard, s’étudier et s’organiser elle-même, mettre fin au désordre qui règne dans toute son administration, moderniser celle-ci, comprendre la nécessité d’une comptabilité publique régulière et contrôlable [...]. Pendant ce temps, il faut en rester avec elle au régime des petits emprunts, avec gages, organisés et gérés par les délégués des créanciers. Procéder autrement serait jeter des capitaux dans un gouffre [...] » (AN, F30 371, note sur la situation financière de la Chine, par Alfred Bonzon, 23 novembre 1912).

187 Ministre à Pékin à président du Conseil, op. cit., 13 avril 1917.

188 AN, F30 372, note sur la situation présente des affaires de travaux publics et spécialement de chemin de fer en Chine..., 24 avril 1908. On ignore pourquoi un responsable de la Banque de l’Indochine tenait de tels propos critiques à l’égard de la Banque. Cet état d’esprit est peut-être une manifestation du « caractère fort indépendant » de Homberg et du fait qu’il était, à l’époque, sur le point de quitter la Banque de l’Indochine et d’être reçu à la Banque de l’Union Parisienne en tant qu’administrateur. O. Homberg, op. cit., p. 13 et 97.

189 AN, F30 372, ministre des Affaires étrangères à ministre des Finances, 19 octobre 1901.

190 G. kurgan-Van Hentenryk, op. cit., p. 323.

191 Nous ne pouvons pas nous attarder sur ce caractère bien connu de l’impérialisme français et nous nous limiterons à l’affirmation suivante. De récentes études historiques ont montré que cette particularité apparaissait avec plus ou moins d’intensité suivant le moment (surtout suivant si l’on est dans une phase « A » ou dans une phase « B » de François Simiand) et l’endroit. Nous pensons par conséquent qu’il faut se méfier d’une présentation trop figée de cette particularité. Cf. J. Bouvier, traduction en japonais déjà citée, p. 37-65.

192 Ce syndicat fut fondé en août 1909 « dans le but de faire réserver à l’industrie nationale une part de fournitures proportionnelle à la participation des capitaux français dans les emprunts de la Chine » (AN, F30 372, Chambre syndicale des fabricants et des constructeurs de matériel pour chemins de fer et tramways à directeur de la Banque de l’Indochine, 5 août 1909).

193 Cette réalité fut révélée par un inspecteur des finances, Poisson, qui examina les comptes de la Banque Industrielle de Chine lorsque celle-ci connut une crise en septembre 1921. Son compte rendu disait ceci : « Les versements du gouvernement chinois ne paraissent s’être jamais effectués que sous la forme de bons du Trésor chinois. J’ai demandé comment ces bons avaient été transformés en espèces, et s’ils l’avaient été, ou s’ils avaient été, au contraire, conservés en portefeuille par la banque elle-même. En dépit de mon instance, aucune réponse précise n’a été donnée à cette question, posée un grand nombre de fois » (AN, F30 670, Situation de la Banque Industrielle de Chine, par Poisson, 25 juillet 1921).

194 La Banque Industrielle de Chine fit faillite en 1921. En 1922, grâce à l’intervention du gouvernement français et de la Banque de France et aux avances de secours délivrées par les banques parisiennes, elle réapparut sous le nom de Banque Franco-Chinoise. Elle restera cependant toujours une banque mineure ; la Banque de l’Indochine ne fut donc menacée par la concurrence d’une banque française que durant un laps de temps extrêmement court.

195 Lors de l’emprunt de 1907, par exemple, la Banque accepta la même somme que la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation, à savoir un million de livres, mais il ne lui resta plus, en définitive, que 200 000 livres. PV, Banque de l’Indochine, 30 septembre 1912.

196 ANSOM, Crédit carton 50, ministre des Colonies à Banque de l’Indochine, 28 septembre 1912.

197 Un accord fut passé entre la Banque de l’Indochine et la Banque Franco-Japonaise lors de la création de cette dernière, le 3 juillet 1912. La Banque Franco-Japonaise y promettait de n’ouvrir aucune succursale ou agence en Chine. Cet accord fut d’abord conclu, sous la forme de négociations verbales, entre un représentant de la Banque de l’Indochine, un représentant du groupe ayant fondé la Banque Franco-Japonaise et un représentant des deux gouvernements concernés, au cours d’une réunion de ces quatre représentants qui eut lieu dans le bureau du directeur du Mouvement général des Fonds aux Finances, le 7 mai 1912. Il fut confirmé par une lettre du président de la Banque Franco-Japonaise, Henri Guernaut, adressée à la Banque de l’Indochine, le 30 décembre de la même année. Le contrat en question fut cependant résilié par la Banque Franco-Japonaise, le 24 octobre 1923. ANSOM, Crédit carton 7. Voir également une étude réalisée à partir de documents japonais : Shôichi Namikata, « Considérations sur la fondation de la Banque Franco-Japonaise » (en japonais), SekaishijoKenkyu, nº 4, octobre 1971.

198 ministre des Colonies à Banque de l’Indochine, op. cit., 28 septembre 1912.

199 Il faut bien remarquer qu’à la veille de la première guerre mondiale, les grandes banques parisiennes mêlées à des émissions d’emprunts étrangers mettaient les journaux parisiens influents dans leur sillage et les amenaient à écrire des articles vantant les mérites des émissions de ces emprunts sur le marché de Paris.

200 Comme nous l’avons déjà indiqué, les opérations des succursales et agences englobent une partie des affaires extraordinaires. Nous tenons donc à signaler que les bénéfices de ces établissements comprennent une partie des bénéfices des affaires extraordinaires.

201 Rappelons que l’utilisation du capital du siège par les succursales et agences donnait lieu à des versements d’intérêts.

202 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1904.

203 ANSOM, Crédit carton 84, inspecteur général des Colonies, Phérivong, à ministre des Colonies, Doumergue, 26 février 1917 ; Id., Crédit carton 239, rapport du commissaire du gouvernement à ministre des Colonies, Simon, 19 mai 1919.

204 John F. Cady, The Roots of French Imperialism in Eastern Asia, New York, 1954 ; Henri Brunschwig, Mythes et réalités de l’impérialisme français, 1871-1914, Paris, 1960.

205 Le fait que, dès leurs débuts, de nombreuses agences ouvertes à la demande du gouvernement réalisaient des bénéfices croissants (tableau 36) et que le taux des bénéfices de la Banque tout entière décrivait une courbe régulièrement croissante (figure 16), vient confirmer ce point. Homberg lui-même, se souvenant de l’époque où il était secrétaire général de la Banque de l’Indochine expliquait : « Il est vrai que le gouvernement français, soucieux de l’extension de notre influence, avait plus ou moins obligé la banque à ouvrir des agences en Chine et que là, sous le régime de la concurrence avec les banques étrangères, les risques étaient beaucoup plus grands. Toutefois grâce au commerce considérable que l’Indochine faisait avec la Chine, la banque, là aussi, se trouvait en bonne situation et en fait les agences de Chine fournissaient régulièrement une part très appréciable des bénéfices. Néanmoins, chaque fois que le gouvernement demandait l’ouverture d’une nouvelle agence, la même petite comédie se jouait : la banque se posait en victime et feignait de faire une réel sacrifice, il y avait effort et un effort souvent difficile. La difficulté était surtout de trouver du personnel. Aussi les pertes, quand elles se produisaient, venaient-elles presque toujours de l’insuffisance du personnel » (O. Homberg, op. cit., p. 88-89).

206 Il faut toutefois signaler que certaines régions comme la Chine subissaient l’influence de l’implantation des banques européennes et voyaient la création et le développement de banques nationales par actions.

Table des illustrations

Titre Figure 13 – Carte de la Chine
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 20 – BIC : Quatre augmentations de capital (1888, 1900, 1906, 1910)
Légende Unité : Francs (à l’exception des chiffres marqués d’un astérisque)
Crédits Sources : ANSOM, Crédit carton 70, Banque de l’Indochine : augmentation du capital de 24 à 36 millions ; PV, Banque de l’Indochine, 19 avril et 23 juillet 1888, 23 mai, 20 juin et 25 juillet 1900, 22 novembre 1905, 31 janvier 1906, 22 décembre 1909 et 16 février 1910
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 21 – BIC : Nombre d’actionnaires. Répartition des actions pour un nombre déterminé d’actionnaires
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 70
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 22 – BIC : Souscriptions des quatre grandes banques aux augmentations de capital (1900, 1906, 1910)
Crédits Sources : ANSOM, Crédit carton 70 ; PV, Banque de l’Indochine, 25 juillet 1900, 14 février 1906 et 16 février 1910
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 23 – BIC : Mouvements au sein du conseil d’administration (1897‑1913)
Légende * Ces noms marqués d’un astérisque sont ceux des membres du comité de gestion
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1913 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 24 – BIC : Composition du comité de gestion aux moments de changements (1897‑1913)
Légende N.B. – Les noms entre parenthèses sont les organismes d’origine.
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 14 – BIC : Principales ressources (1875-1913). Situation au 31 décembre
Légende Unité : Million de francs.
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 25 – BIC : Montants des billets en circulation (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre
Légende Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure).
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 26 – BIC : Montants des dépôts (1897‑1913). Répartition par établissement. Situation au 31 décembre
Légende Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure). 1. Pour 1897-1899, chiffres de Saïgon, Pnom-Penh et Hongkong ; pour 1900-1906, chiffres de Saïgon et Pnom-Penh. 2. Pour 1900-1901, chiffres de Hongkong seulement. 3. Pour 1898-1901, chiffres de Shanghaï seulement 4. Le détail des années 1907, 1911 et 1912 est inconnu
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 27 – Montants des dépôts du Trésor public de l’Indochine (1901‑1913)
Crédits Source : ANSOM, Crédit carton 9, commissaire du Gouvernement à ministre des Colonies Lebrun, 11 décembre 1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 28 - BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par établissement (1897‑1913)
Légende Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure). N.B. – 1. Jusqu’en 1907, Battambang appartenait au Siam (ensuite au Cambodge). – 2. Chiffres non connus sur les années 1907, 1911 et 1912.
Crédits Sources : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1903 ; CSBC, op. cit., 1904-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Tableau 29 – BIC : Montants annuels des opérations ordinaires par région et par type d’opérations (1897, 1913)
Légende Unité : 1 000 francs (arrondissement à l’unité inférieure).
Crédits Source : Cf. tableau 28
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 15 – Les chemins de fer en Indochine. Situation en 1913
Crédits Source : Honoré Paulin, L’outillage économique des colonies françaises, Paris, 1913, annexe
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 30 – Dépenses d’équipement de l’Indochine selon les différentes natures de travaux. Ensemble des travaux de 1899 à 1923
Crédits Source : F. Laurence, « Étude statistique sur le développement économique de l’Indochine de 1899 à 1923 », BEI, 1925, p. 138
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 31 – Balance des paiements de l’Indochine (1900‑1913)
Légende Unité : Millions de francs. 1. Y compris, de 1909 à 1913, 1,1 million de francs de recettes budgétaires du gouvernement français.
Crédits Sources : ANSOM, Crédit carton 52, note sur la balance des capitaux de l’Indochine, par Fetterer, 25 avril 1907 ; DAOM-Aix, Indochine 6582, Mémoire relatif au régime monétaire de l’Indochine, 30 juin 1914 : M. Détieux, op. cit., Paris, 1907, p. 395
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 32 – Succursale de Saïgon : Risques au 31 janvier 1914
Légende Unité : Piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure). N.B. - Les Vietnamiens, les Chettys (Indiens), sont mêlés respectivement dans les « Européens » et dans les « Chinois ».
Crédits Source : DAOM-Aix, Indochine 15341, rapport du délégué du contrôle financier à Saïgon, Saïgon, 11 février 1914
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 34 – Emprunts chinois dont les banques françaises se chargèrent de l’émission (1895‑1914)
Crédits Sources : AN, F30 678, tableau des emprunts chinois, 1er juillet 1919 ; id., note du Comptoir National d’Escompte de Paris, 20 avril 1899
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 35 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1897-1914 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1897-1913
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 16 – BIC : Bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1897‑1913)
Légende Unité : Million de francs
Crédits Source : Selon le tableau 35
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 36 - BIC : Bénéfices I par établissement (1904‑1913)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). Note : –, devant un chiffre, représente la perte.
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1904-1919 ; ANSOM, Crédit carton 5, Banque de l’Indochine : état des bénéfices nets et pertes nettes de chaque succursale et agence
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 37 – BIC : L’amortissement et la réserve (1897‑1913)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure). 1. La grande partie est constituée d’avances allouées à la Société française des Nouvelles-Hébrides et au Maroc 2. Frais d’inspection des succursales, frais de rapatriement du personnel, caisse de retraite du personnel, vols, fraudes des employés et dépréciation des titres. 3. Somme intégrale due à la perte résultant des faux et de déficit de la caisse constatés à Hanoï 4. Dont 150 dû à la dépréciation du compte rentes-fonds d’État. 5. Provision pour les troubles chinois.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tableau 38 – BIC : Relevé des réserves (1896, 1913, 1918)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure) N.B. – On ne connaît pas le détail de la réserve occulte pour l’année 1913.
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 18 mars et 21 octobre 1896, 17 mars 1897 ; AG, Banque de l’Indochine, 19 mai 1897, 13 mai 1914 et 28 mai 1919 ; ANSON, Crédit carton 84, inspecteur général des Colonies, Phérivong, à ministre des Colonies, 26 février 1917 ; id., Crédit carton 237, rapport du commissaire, 19 mai 1919
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4520/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search