Version classiqueVersion mobile

Banque coloniale ou banque d’affaires

 | 
Yasuo Gonjo

Deuxième partie : L’époque de l’expansion (1875-1913)

Chapitre II. La conquête des marchés coloniaux de l’Indochine (1875‑1896)

Texte intégral

  • 1 Bureau d’études de la Banque de Corée (banque coloniale japonaise), La situation actuelle des banqu (...)

1Le présent chapitre traite du développement commercial de la Banque de l’Indochine de 1875, année de la fondation, jusqu’en 1896. A partir de 1897, la Banque a bénéficié d’une importante modification de ses statuts qui lui a permis de devenir une « banque mixte » pourvue de la double fonction de banque d’émission et de banque d’affaires. Elle a parallèlement ouvert de nombreuses agences sur des territoires ne faisant pas partie des colonies françaises, au point de symboliser « un organisme politique chargé de représenter les intérêts français en Orient »1. C’est donc de 1875 à 1896 que cette banque joua son rôle de banque coloniale sous sa forme la plus pure. L’auteur voudrait préalablement exposer les trois points qu’il entend garder constamment à l’esprit au cours de l’étude de la Banque durant cette période.

2Le premier point concerne les rapports entre l’activité commerciale de la Banque de l’Indochine et l’économie coloniale. La Banque de l’Indochine était une banque privilégiée ayant le monopole de l’émission des billets de banque dans les colonies. Elle était donc investie d’une mission officielle consistant en une collaboration financière à la politique de développement (se limitant pour l’heure à celui de l’agriculture) des colonies mise en œuvre par le gouvernement de la métropole. Mais elle était, d’autre part, une entreprise commerciale puisqu’elle était entièrement bâtie sur des capitaux privés en actions et qu’elle disposait d’une assemblée générale des actionnaires au pouvoir décisionnel suprême. Par conséquent, cette forme d’exploitation incarnait – partiellement – la politique coloniale française ainsi qu’un aspect de l’expansion en Asie du capitalisme français, ou plus généralement un aspect des rapports entre le « centre » et la « périphérie » du monde capitaliste. L’auteur voudrait, dans ce chapitre, s’intéresser plus particulièrement au deuxième aspect en étudiant comment l’activité de la Banque de l’Indochine fondée sur des capitaux centraux (ceux de la France) a déterminé l’économie des pays périphériques (l’Asie) et réciproquement comment la seconde a influencé la première.

3Le deuxième point concerne les relations entre la Banque de l’Indochine et les cinq grandes banques parisiennes. La Banque de l’Indochine est en quelque sorte la « fille » de grandes banques parisiennes puisqu’elle est née de leurs capitaux ; et, notamment à la veille de la première guerre mondiale, dans les grandes affaires financières internationales, elle déploya son activité en rapport étroit avec les banques mères de Paris. C’est d’ailleurs à cette époque que Paribas, la Société Générale et le Crédit Lyonnais rallièrent le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial en apportant leur participation au capital et au conseil d’administration de la Banque de l’Indochine. Quelles furent les circonstances qui présidèrent à la concentration dans la Banque de l’Indochine des grandes banques parisiennes ? Quelles relations la Banque de l’Indochine entretenait-elle avec chacune de ces banques et quels étaient les rapports mutuels de ces dernières par l’intermédiaire de la Banque de l’Indochine ? Il est bien évident que l’exhumation de cette situation est la clé de voûte de la compréhension de la stratégie des banques françaises en Asie à la fin du XIXe siècle.

4Le troisième point touche à l’influence de la dépréciation de l’argent métal sur les activités commerciales de la Banque de l’Indochine. Nul n’ignore qu’à la fin du XIXe siècle les relations entre l’Asie et l’Europe furent déterminées par des fluctuations monétaires importantes et longues dues à la dépréciation de l’argent et aux brusques variations du change qui en résultèrent. Dans une telle conjoncture, il était inévitable que de nombreuses entreprises européennes qui avaient réussi à s’implanter en Asie jusqu’au début des années 1870 en abordant la bannière du « libre-échange » soient confrontées à une crise profonde et qu’elles fassent faillite ou soient contraintes de se retirer (partiellement ou totalement) d’Asie. Tel fut le cas du Comptoir d’Escompte qui avait pris l’initiative de la création de la Banque de l’Indochine. Dans le cas de la Banque de l’Indochine, quel fut l’impact de cette dépréciation de l’argent sur son activité commerciale et comment fit-elle face à ce problème ?

I. La fondation (1875)

5Le 25 janvier 1875, un décret du Président de la République ayant autorisé la création de la Banque de l’Indochine, les onze membres de son conseil d’administration tenaient leur première séance au siège du Comptoir d’Escompte à Paris. Le mois suivant vit de fréquentes réunions au cours desquelles furent prises un certain nombre de décisions ayant trait à l’organisation de la Banque, comme par exemple le choix du personnel du siège et des succursales ou le détail de l’installation de nouvelles succursales dans les colonies, après quoi on passa à la réalisation.

  • 2 A propos de la façon dont le siège s’est organisé, voir : PV, Banque de l’Indochine, 25, 27 et 29 j (...)

6Dans l’immédiat, la Banque démarra avec trois personnes. Elle engagea Baissade comme secrétaire général, Pangrier comme comptable et Bouillery comme garçon. Les deux premiers faisaient partie du personnel du Comptoir d’Escompte. Le conseil d’administration, chargé de conduire la gestion de la Banque en s’appuyant sur une organisation compétente des opérations, arbitra la répartition des fonctions (voir tableau 9 précédemment cité) décidée par un vote mutuel et créa parmi ses propres membres un comité de gestion auquel il confia le contrôle de la gestion courante. Ce comité comptait cinq membres : le président, Hentsch ; le vice-président, Durrieu ; deux administrateurs délégués, Girod et Delessert ; le secrétaire général, Baissade. De plus, le ministre des Colonies nomma Chanel membre de la Commission de surveillance des banques coloniales, le commissaire du gouvernement auprès de la Banque de l’Indochine2.

  • 3 Ibid., 25 janvier 1875 ; AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875.
  • 4 AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875.

7Voyons maintenant les succursales. Dans un premier temps, on ne créa de succursale qu’à Saïgon. Le personnel choisi se composait de Léger, inspecteur des finances, Michelot et Dierx, agents de la succursale de Saigon du Comptoir d’Escompte, respectivement nommés aux postes de directeur, sous-directeur et comptable. Léger put accéder au poste de directeur grâce à un congé spécial de cinq ans que lui accorda le ministère des Finances3. La fondation de la succursale de Saigon consista purement et simplement à prendre la relève de l’agence du Comptoir d’Escompte et à en garder les bâtiments, les opérations, l’organisation des registres, le personnel autochtone, la clientèle et les capitaux4. Non seulement la composition du conseil d’administration que nous avons vu au chapitre précédent mais aussi l’organisation du personnel et des opérations faisaient de la Banque de l’Indochine un organisme fortement apparenté au Comptoir d’Escompte.

  • 5 PV, Banque de l’Indochine, 11 février 1875 ; AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875. Les deux banqu (...)
  • 6 H. Baudoin, op. cit., Paris, 1903, p. 147.

8La succursale de Saigon ouvrit ses portes le 19 avril après l’arrivée à Saigon de Léger. La première année n’enregistra pas de changement radical dans les opérations qui se poursuivirent dans la lignée de celles du Comptoir d’Escompte. Sur le plan des ressources, l’émission des billets qui devait en constituer la principale source n’avait pas encore commencé ; la succursale ne disposait que d’une somme de 50 000 livres sterling de l’ancienne agence du Comptoir d’Escompte qui lui avait été transférée grâce à l’entremise du siège, et d’un crédit d’un million de francs, soit deux fois 500 000 francs accordés peu de temps auparavant par le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial5. Dans le cadre des opérations de crédit, on n’avait pas non plus mis en route le prêt gagé sur la récolte pendante, qui avait été « une des principales raisons de la création de la Banque de l’Indochine »6. L’année 1875 fut donc le temps des préparatifs et de l’attente du moment où ces deux opérations originaires d’émission et de prêt sur la récolte pendante viendraient s’ajouter aux opérations ordinaires.

  • 7 AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875 et 18 mai 1876.

9La préparation de l’émission des billets, quant à elle, ne posa pas de problème particulier. Il fut décidé d’émettre trois sortes de billets, de 5, de 20 et de 100 piastres, dont la fabrication fut confiée à la Banque de France. Celle-ci acheva leur fabrication le 1er décembre et les livra à cette date au siège de la Banque de l’Indochine qui les envoya immédiatement à Saïgon. Ils arrivèrent à la succursale le 8 janvier de l’année suivante7. Pour le prêt sur la récolte, il fallut résoudre un certain nombre de problèmes parmi lesquels celui du fossé entre la forme originelle de cette opération et la réalité de la situation en Cochinchine. Un inspecteur du ministère des Colonies ayant effectué une tournée en Cochinchine de 1876 à 1877 mentionna ce problème dans les termes suivants :

« Les prêts garantis par des cessions de récoltes pendantes ne peuvent pas s’opérer en Cochinchine dans les mêmes conditions que dans les autres colonies, ni par conséquent tout à fait selon l’esprit des statuts calqués sur ceux des banques constituées dans ces établissements.

« Ce genre d’opération suppose, en effet, à l’époque où le prêt est consenti, la récolte déjà pendante et parvenu à un degré de croissance qui permette d’en évaluer le rendement avec quelques exactitudes. En Cochinchine, ces conditions ne peuvent être remplies, au moins dans la généralité des cas. Le besoin d’argent se fait sentir pour le propriétaire ou le cultivateur, avant que la récolte soit en terre, et précisément pour subvenir aux frais du labour et de l’ensemencement.

« Fait dans ces conditions, le prêt est soumis à beaucoup plus de chances aléatoires, puisque, au moment où il a lieu, le gage n’existe pas encore. Il présentait d’ailleurs une autre difficulté tenant à l’ignorance des populations et à la grande division de la propriété foncière en Cochinchine.

  • 8 DAOM-Aix, Indochine 12270, note D du directeur de Saigon de la Banque de l’Indochine, s.d. (1877 ?)

« Du côté de l’ignorance, il y avait à surmonter la répugnance des indigènes pour un genre d’opération à eux inconnu et comportant des obligations dont ils n’étaient pas aptes à bien comprendre la véritable portée. Du côté de la division de la propriété, la difficulté provenait du nombre considérable de prêts de minime importance à faire à des hommes inconnus, et dont la garantie reposait sur des résultats disséminés sur une vaste étendue de pays, en grande partie peu accessible aux agents que la Banque aurait eu à employer pour s’assurer de l’existence et de la conservation du gage »8.

10Le siège demanda au directeur de Saigon de négocier avec le gouvernement de Cochinchine pour essayer d’envisager une politique de mise en pratique de ce prêt qui tienne compte des conditions particulières de la Cochinchine et plus particulièrement de la demande de crédit avant les semailles. C’est en septembre que les deux partenaires mirent sur pied un projet dont les modalités d’exécution furent soumises au siège. Voici en quoi elles consistaient :

  • le gouvernement local cautionnera les prêts attribués aux Vietnamiens ;

  • le taux d’intérêt annuel est fixé à 15 % répartis en 12 % pour la Banque et 3 % pour le gouvernement de Cochinchine ;

  • les demandes de prêt passeront par le village. Elles devront porter le sceau du village attestant la solvabilité du demandeur et les signatures du chef du village et de deux notables (Xiang Zhi) ;

  • l’estimation prévisionnelle quantitative de la récolte de l’année en cours sera calculée en fonction de la moyenne des récoltes des dernières années ;

    • 9 PV, Banque de l’Indochine, 30 septembre 1875. Cf. Albert Cuniac, Essai sur le crédit agricole en In (...)

    le terme du prêt fut fixé à 120 jours. Une prorogation du délai jusqu’à la fin de la récolte fut autorisée9.

11On peut donc constater que l’intérêt du prêt a été majoré pour renforcer la précarité des garanties par deux garanties, l’une par les autorités coloniales, l’autre par les communautés villageoises (ou plutôt par leurs dirigeants).

  • 10 PV, Banque de l’Indochine, 30 septembre 1875.
  • 11 Le siège, insatisfait du taux d’intérêt à 15 %, prescrivit, le 30 septembre, de nouvelles négociati (...)

12Le conseil d’administration consentit dans les grandes lignes au projet du directeur de Saïgon et du gouvernement de Cochinchine au cours d’une réunion qui eut lieu le 30 septembre10. Il y eut ensuite quelques points de discorde entre les autorités coloniales et la Banque de l’Indochine à propos du taux d’intérêt11, mais finalement, le 21 avril de l’année suivante, un décret émanant du gouverneur de Cochinchine autorisa officiellement le prêt aux conditions définies ci-dessus et sur lequel se fonda la succursale de Saïgon pour commencer à le pratiquer.

  • 12 A propos de l’Oriental Bank Corporation, se reporter à l’article de Ishii, op. cit. (1), p. 33.
  • 13 « En présence de la retraite de l’agence de l’Oriental Bank, qui a liquidé ses opérations sur cette (...)
  • 14 Pour une explication plus détaillée de l’ouverture de la succursale de Pondichéry, voir : Ibid., 18 (...)

13La Banque de l’Indochine fut également autorisée à exercer son privilège d’émission dans l’Inde française. Il semble que le siège a jugé bon d’attendre que l’activité de la succursale de Saïgon ait pris un bon départ, pour monter une succursale à Pondichéry, capitale de l’Inde française. Mais au printemps 1876, l’Oriental Bank Corporation, à la suite de difficultés financières, décida la fermeture de sa succursale de Pondichéry12. Le siège avança la réalisation de son projet et décida, dès mars, de commencer à préparer la fondation de la nouvelle succursale13. Il engagea, le 23 mars, le jeune Stanislas Simon qui n’était à l’époque qu’un employé du Crédit Industriel et Commercial mais qui devait avoir une brillante carrière (directeur du siège, administrateur et président de la Banque de l’Indochine), et ensuite, le 3 août, Camille Gauthier du Comptoir d’Escompte, respectivement affectés aux postes de comptable et de directeur. Il était prévu que Simon et Gauthier attendraient que soient terminés les billets destinés à cette nouvelle succursale et rejoindraient leurs postes courant août. Mais des difficultés techniques retardèrent la fabrication des billets et les deux hommes ne purent quitter la France qu’en novembre. C’est ainsi que, très en retard sur le délai, la succursale de Pondichéry ouvrit ses portes le 8 janvier 187714.

II. La gestion de la Banque au temps de l’installation (1875‑1884)

14La Banque de l’Indochine, qui démarra en 1875, limita ses activités jusqu’en 1884 aux deux colonies de la Cochinchine et de l’Inde que lui avait désignées le décret de 1875. Tous les frais d’installation furent amortis durant cette période. A partir de 1885, la Banque de l’Indochine s’installa également au Tonkin tout en développant largement ses structures. Ces dix ans allant de 1875 à 1884 représentent donc, dans l’histoire de la Banque, une époque d’implantation organisée autour des préparatifs en vue d’une expansion future. Nous distinguons cette période, que nous appellerons « le temps de l’installation », de la période suivante pour pouvoir mieux cerner et montrer son caractère original. Ce paragraphe s’est fixé pour buts de définir clairement les opérations bancaires de l’époque et d’expliquer les caractéristiques de la politique financière de la Banque par l’analyse de la répartition des bénéfices.

A. Organisation et évolution des opérations de la succursale de Saïgon

  • 15 L’habitude voulait, par exemple, que lors de leur création, les succursales et agences soient placé (...)

15L’activité commerciale de la Banque de l’Indochine s’est, pendant dix ans, appuyée sur les deux succursales de Saïgon et de Pondichéry. Mais nos considérations porteront principalement sur celle de Saïgon. En effet, cette dernière ne s’est pas contentée d’occuper une position particulière sur le diagramme de l’organisation générale de la Banque en tant que point fixe auquel sont venues se rattacher les autres succursales et agences15, mais elle a également toujours dominé toutes ses sœurs par les montants de ses opérations et de ses bénéfices. Signalons de plus que cette même succursale n’a pas vu, au cours de son histoire, de changement fondamental dans l’organisation de ses opérations ordinaires. L’examen détaillé de ces opérations au moment de l’ouverture ne peut être que bénéfique : il nous servira de point de départ pour une recherche permettant de déboucher sur une perspective générale de toutes les activités de la Banque.

  • 16 Notices coloniales publiées à l’occasion de l’Exposition universelle d’Anvers en 1885, Paris, 1885, (...)

16Avant de commencer cette étude, il est indispensable de donner un aperçu de l’économie de la Cochinchine. Ce pays présentait déjà, à l’époque, une économie typique basée sur la monoculture et l’exportation du riz. Les Notices coloniales16 rédigées par le ministère des Colonies en 1885, à l’occasion de l’Exposition universelle d’Anvers le décrivent comme suit :

« Tous les villages sont sur ces cours d’eau que la marée rend navigable à toutes les barques deux fois par jour.

« Les propriétaires de rizières apportent leur récolte au village, la plupart du temps en petits bateaux, et là les petits lots se chargent dans les barques plus grandes qui vont vendre leur chargement soit au chef-lieu voisin, soit à Cholon même.

« Cette concentration des produits se fait de différentes manières : ou bien c’est le propriétaire qui a ses barques ou qui en loue dans son village pour envoyer sa récolte ; ou bien des bateaux de Cholon vont prendre dans l’intérieur du riz acheté d’avance aux propriétaires ; ou bien les mêmes bateaux partent à l’aventure et vont acheter leur charge en cueillette pour la rapporter au grand entrepôt.

« Tous ces mouvements ont Cholon pour centre. Cette ville, demi-chinoise et demi-annamite, est un entrepôt sillonné par les canaux. Les barques de l’intérieur y arrivent et vont de porte en porte offrir, vendre et livrer leur chargement.

« Le commerce y est fait, pour la plus grande part, par les Chinois qui y manipulent et préparent les produits pour l’exportation. Toute l’exportation passe par cette ville, qui est située à 6 kilomètres en amont de Saigon sur un cours d’eau.

« C’est aux marchands de Cholon que les négociants européens achètent leurs produits d’exportation. Ces achats se font sur avances de 50 % de la valeur de l’achat, garantis par deux et souvent par une seule signature chinoise. Les Annamites ne se sont pas mis à ce grand commerce et nous ne les trouvons jamais en face de nous dans nos transactions d’affaires de riz.

  • 17 Ibid., t. 1, p. 272-274.

« À l’importation Saïgon reçoit une part plus élevée du commerce qu’à l’exportation, beaucoup des chargements étant destinés soit au gouvernement, soit à la consommation européenne ; tout ce qui est destiné à la consommation indigène ou chinoise, débarqué directement sous palan dans les chalands, prend, sans toucher à Saïgon, le chemin de Cholon »17.

17Les villages de la Cochinchine étaient donc reliés à la très commerciale ville de Cholon par d’innombrables canaux qui permettaient le transport du riz, marchandise de base de la région, jusqu’à Cholon d’où il était expédié à destination de l’étranger. En retour, les produits importés étaient acheminés par les mêmes canaux de Cholon aux villages de l’intérieur. Bref, un réseau de vaisseaux innombrables disposés en étoile se prolongeait dans tous les villages assurant ainsi la circulation en Cochinchine et permettant par l’intermédiaire de son centre, Cholon, de relier le pays aux marchés étrangers. Le document précédemment cité fait allusion aux commerçants chinois qui s’étaient rendus maîtres de ce réseau et avaient le monopole du commerce extérieur. Nous ajouterons que cette domination ne se limitait pas au plan de la circulation des marchandises mais s’exerçait également au plan financier.

  • 18 Jean Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, 1954 (traduit en japona (...)

18Les recherches en matière d’histoire du système agraire de la Cochinchine sont très peu avancées et l’organisation des villages à cette époque demeure très obscure. On sait seulement avec certitude que les communautés villageoises appelées « Shè » avaient déjà été très modifiées et que les « Xiang Zhi », ces personnages influents qui dominaient les villages, avaient rassemblé les terres alors que les paysans avaient perdu les leurs18. Leur activité consistait finalement à s’approprier, tirant partie des opérations de prêts et de répartition de terres communes, une partie des loyers élevés que payaient les paysans ainsi qu’à pratiquer ce que la loi française appelle « l’antichrèse », c’est-à-dire les prêts gagés sur les terres des paysans. Les petits cultivateurs étaient donc écrasés par des prêts usuraires venant des propriétaires (Xiang Zhi). Les activités des marchands chinois ne faisaient qu’aggraver cette dure réalité. Concernés au départ par les transactions sur le riz, ils en vinrent à pratiquer un crédit agricole en accordant des prêts usuraires directement auprès des cultivateurs vietnamiens et à encourager l’usure dans les villages en offrant aux propriétaires vietnamiens des crédits. L’ouvrage Notices coloniales que nous avons déjà mentionné en donne l’exemple suivant :

  • 19 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 368. Comme nous l’avons déjà vu dans un document cité précéd (...)

« L’usure est la plaie de l’intérieur, c’est-à-dire de l’agriculture. Elle est pratiquée par les Chinois et les riches Annamites ; les taux de 3 et 4 % par mois [c’est-à-dire les taux annuels de 36 et 48 %] y sont courants ; elle condamne à la pauvreté, et pour de longues années à venir, le petit cultivateur propriétaire, né d’hier à la faveur de nos lois »19.

19Nous allons essayer de vérifier que ce réseau qui contrôlait l’économie de la Cochinchine par l’intermédiaire des marchands chinois (de riz) s’exerçait au double niveau du commerce et des finances, et que cette économie, comme prise dans les mailles d’un filet, était entièrement tournée vers les exportations.

  • 20 L’usage voulait que le conseil d’administration fasse figurer les tableaux représentatifs des varia (...)

20Avant d’étudier le contenu des opérations de la succursale de Saigon, nous devons dire quelques mots de leur classification. Essayons de classer, selon une méthode ordinaire, les opérations prévues par les statuts. Les opérations de collecte (des capitaux) comprenaient l’émission de billets de banque, les dépôts, les emprunts auprès d’organismes financiers de la métropole et les ventes de traites sur les places d’outre-mer (tirages) aux importateurs. Les opérations de crédit se composaient d’escomptes, d’avances et d’achat de traites (remises) aux exportateurs. L’achat de remises et la vente de tirages constituent les principales opérations d’une banque du commerce extérieur et porte un autre caractère, celui de change. Ces deux sortes d’opérations seront considérées dans leur originalité et traitées séparément comme « opérations de change ». Ajoutons que les quatre opérations représentées par les escomptes, les avances, les achats et les ventes de change (remises et tirages) étaient désignées par la Banque de l’Indochine elle-même comme des « opérations productives » ou tout simplement comme des « opérations », et elles faisaient l’objet d’un intérêt particulier parce qu’elles étaient source de bénéfices20. La Banque distinguait, d’autre part, des opérations de change de caractère international les escomptes et les avances, opérations entièrement conclues dans les colonies, qu’elle appelait « opérations sur place » ou « opérations locales ». Essayons maintenant d’examiner successivement les différents types d’opérations que nous venons de distinguer.

1. Les opérations de collecte (ou les ressources)

L’émission de billets

  • 21 AG, Banque de l’Indochine, 18 mai 1876.
  • 22 Le conseil d’administration parle de la dépréciation de l’argent des années 1875-1876 en ces termes (...)

21Les dirigeants de la Banque considéraient que les billets de banque « lui assurent de si puissants moyens d’action »21, et manifestaient un intérêt particulier à l’extension de l’émission de billets. Il y avait à cela deux raisons. La première consistait bien évidemment dans le fait que l’émission permettait à la Banque de se procurer des capitaux à des prix de revient modestes. La deuxième tenait aux conditions particulières des marchés de l’Asie à cette époque. L’adoption par l’Allemagne, au début des années 1870, de l’étalon d’or fut à l’origine de fluctuations brutales des rapports entre l’or et l’argent qui se soldèrent par une dépréciation de ce dernier. Les entreprises européennes – et notamment les banques – installées en Asie étaient menacées par ces mouvements, mais l’émission de billets leur permit un approvisionnement en capitaux à l’abri d’un tel risque du change22.

22Comme nous l’avons déjà dit plus haut, les billets arrivèrent à la succursale de Saigon le 8 janvier 1876. Progressivement mis en circulation dès le 10 janvier, ils s’écoulèrent régulièrement par la suite. Après un an d’émission, le directeur de Saigon faisait de cette opération le rapport suivant :

  • 23 note D du directeur de la succursale de Saïgon, op. cit.

« Les billets de la Banque ont été, dès le début, accueillis avec faveur par les négociants chinois de la place qui s’étaient déjà familiarisés à Shingapore ou à Hongkong avec les banknotes des banques anglaises. Et, petit à petit, ces papiers ont été acceptés par les Annamites de Saigon, de Cholon et des principaux centres de l’intérieur qui ont facilement reconnu les avantages de cette circulation fiduciaire »23.

  • 24 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1879.

23Deux ans plus tard, en 1878, la situation était la suivante : « Nos coupures non seulement sont acceptées partout en Cochinchine, mais elles commencent même à pénétrer dans les pays voisins, au Cambodge, au Tonkin »24. Un tel succès peut être constaté sur la figure 2 où l’on peut voir l’accroissement régulier du montant des billets en circulation.

Figure 2 – Succursale de Saïgon : Montant des billets en circulation et montant des dépôts (1876‑1884). Situation à la fin du mois

Figure 2 – Succursale de Saïgon : Montant des billets en circulation et montant des dépôts (1876‑1884). Situation à la fin du mois

Unité : Million de francs.

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1884

  • 25 Ibid., 24 mai 1877, etc. Le conseil d’administration reprenait cette formule dans les rapports à l’ (...)
  • 26 « Ces sorties de valeurs [qui arrivent par suite des achats de traites documentaires par la succurs (...)

24Les billets émis comme moyen de financement des exportations du riz, « principale source de richesse de la colonie »25, ont circulé dans un domaine de plus en plus vaste, pénétrant dans les campagnes par l’entremise des commerçants chinois (exportateurs de riz) qui ont fait des achats de riz en billets aux propriétaires ou petits paysans cultivateurs26. Cette constatation ne signifie nullement pour autant qu’ils se sont infiltrés jusque dans les moindres recoins de l’économie coloniale, ni que la monnaie en argent a totalement disparu. Citons encore une fois le rapport du directeur de Saïgon rédigé vers 1878 :

  • 27 Ibid.

« Aujourd’hui, la plupart des indigènes portent avec eux dans leurs villages les billets de la Banque, mais cependant, il en est généralement quelques-uns dans le nombre qui ne sont pas encore familiarisés avec cette mode de papiers, ou qui appartiennent à des arrondissements éloignés de Saïgon où la circulation des billets n’est pas encore bien établie, et d’autres enfin qui ont besoin de piastres métalliques parce que les coupures, même les plus petites, sont déjà d’un montant un peu élevé pour donner une circulation facile dans les cantons pauvres du pays – en est quelques-uns dis-je, qui, pour une cause ou pour une autre, viennent à la Banque pour obtenir le remboursement de tout ou partie des billets qui leur ont été donnés en paiement »27.

  • 28 C’est à partir de 1891 que l’on commença à émettre des billets d’une piastre dans les colonies indo (...)

25Par conséquent, les billets ne subrogeaient l’argent que dans les relations commerciales relativement importantes entre les places éloignées et ceci était, en partie, en raison des valeurs assez élevées des billets28.

26Si une partie des billets revenait régulièrement à la Banque et était convertie en argent, comment la Banque s’y prenait-elle pour combler ce vide créé dans l’encaisse métallique ? Était-elle ou non résolue à se conformer à l’article 33 des statuts stipulant le maintien d’une encaisse au moins égale au tiers du montant des billets en circulation ? A quelles difficultés dut-elle faire face pour remplir de telles conditions ? L’approvisionnement en numéraires ne posait pas de problème en temps normal. Une part relativement importante des capitaux de la succursale était, comme nous le verrons plus loin, transférée à Hongkong par suite de l’achat de traites documentaires sur Hongkong qui provenaient de l’exportation de riz, permettant d’acheter de l’argent dans cette ville où se trouvait l’un des marchés de l’argent les plus importants d’Asie. Mais, dans la réalité, des troubles venaient souvent perturber ce mécanisme qui s’arrêtait alors de fonctionner.

  • 29 Durant l’époque coloniale, la monoculture et l’exportation du riz, piliers de l’économie de la Coch (...)
  • 30 « [...] c’est surtout pendant la saison active, c’est-à-dire pendant la période d’exportation des r (...)

27Ces désordres avaient leur origine dans les exportations de riz qui débutaient à la fin de l’année avec les moissons et se prolongeaient jusqu’au début de l’été suivant, soutenant ainsi toute l’économie de la Cochinchine de janvier à juin, période que l’on appelait « saison active »29. Mais on avait tendance à grouper la plus grande partie des exportations sur les périodes où le cours du riz était le plus avantageux, notamment à la fin de la saison active. Dans un laps de temps extrêmement bref, une semaine, voire quelques jours, il était fréquent que soient regroupées des transactions de traites documentaires équivalant à cent ou deux cent mille piastres30. Les opérations de la succursale s’activaient considérablement et on assistait alors à une brusque dilatation de la quantité de billets émis. La figure 2 montre que chaque année à la même époque (avril et mai), le montant des billets en circulation manifestait une brusque augmentation suivie d’une tout aussi soudaine chute. Cette répétition identique d’une année sur l’autre est due aux variations saisonnières des exportations de riz. L’augmentation de l’émission, vu les conditions précédemment décrites, s’accompagne obligatoirement d’une forte demande de conversion, c’est-à-dire de sortie d’argent. Dans de tels moments, la succursale se trouvait dans l’obligation de s’approvisionner massivement en argent pour faire face à la baisse de son encaisse métallique. Mais, du côté de Hong-kong, on n’était pas toujours en mesure de satisfaire cette demande explosive. A la fin de la saison active, la succursale de Saigon connaissait presque toujours une « crise monétaire » due à l’encaisse insuffisante.

  • 31 Ibid. ; H. Baudoin, op. cit., p. 93-94.

28C’est ce qui se produisit dès 1876. En réponse à une brusque sortie d’argent, la succursale commanda à son correspondant de Hongkong (l’agence du Comptoir d’Escompte), une quantité d’argent équivalant à 100 000-150 000 piastres mais on lui répondit qu’on ne pouvait pas lui fournir plus de 25 000 piastres. De plus, les délais d’approvisionnement étaient longs. Obligée de renoncer à obtenir satisfaction du côté de Hongkong, elle se tourna vers les autorités de la Cochinchine et obtint finalement un prêt en deux fois (100 000 piastres puis 50 000 piastres) sur les fonds de réserve du Trésor public, ce qui lui permit d’échapper de justesse à la crise31.

  • 32 Les causes en sont l’augmentation de la demande de numéraire et la diminution de la production d’ar (...)
  • 33 La piastre mexicaine pesait 27,073 grammes pour un aloi de 0,907 alors que le poids du dollar angla (...)
  • 34 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884 ; H. Baudoin, op. cit., p. 96.

29Les fréquentes spéculations monétaires entre les différents marchés de l’Asie orientale constituent un second facteur important de troubles. Elles sont dues à la coexistence de monnaies de toutes sortes, d’aloi et de poids différents ainsi qu’à la raréfaction sur les marchés d’Asie orientale de la piastre mexicaine qui avait pendant cinquante ans été la monnaie dominante de cette région et qui perdait maintenant de sa capacité d’approvisionnement32. La première crise monétaire véritablement importante à laquelle fut confrontée la Banque de l’Indochine, débuta à l’automne 1883 et se poursuivit jusqu’à l’hiver de l’année suivante. Elle commença par un déséquilibre entre l’offre et la demande des piastres sur les marchés chinois. Cette monnaie gagnait en valeur sur la place de Hongkong, manifestant une nette supériorité sur les différentes monnaies de la région, le dollar anglais ou le yen japonais d’aloi et de poids moindres33. Les piastres mexicaines quittèrent ainsi Saigon pour Hongkong et la demande de conversion des billets s’accéléra à Saigon. Trois cent mille piastres s’envolèrent en quelques mois de la succursale, somme dont les trois quarts atterrirent dans la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation à Hongkong par l’entremise de son agence à Saigon. La Banque de l’Indochine eut beau essayer de renflouer le marché asiatique en argent, elle ne put combler cette fuite de numéraire. Dans toutes les places d’Europe et d’Amérique, particulièrement à San Francisco, Londres et Paris, on rassembla en toute hâte de l’argent que l’on transféra à grands frais de transport à Saïgon34.

30La crise monétaire cessa provisoirement au début de l’année 1884 mais réapparut presque aussitôt (en août) sur le marché de Saigon, encore plus sérieuse que celle de l’année précédente. Cette fois-ci, une forte demande en argent de la part du gouvernement de la Cochinchine venait s’ajouter aux spéculations de Hongkong. A cette époque, le conflit franco-chinois dont l’enjeu était la domination du Tonkin s’aggravait et la France avait envoyé en masse des troupes dans cette région. Le Trésor colonial réclama de l’argent à la succursale de Saigon pour couvrir les frais de ce corps expéditionnaire. Le 9 avril 1885, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine décrivait longuement cette crise monétaire dans une lettre adressée au ministre des Colonies :

« Depuis le mois d’août dernier, les demandes de remboursement de nos billets au porteur se sont succédé sans interruption dans une proportion qu’elles n’avaient jamais prise depuis la fondation de notre Banque en 1875.

« Des demandes du numéraire, pour ainsi dire continuelles, émanaient principalement du Trésor de la Cochinchine et de la Hongkong et Shanghaï Banking Corporation. D’un côté en effet, le Trésor s’adressait à notre Banque pour les besoins du Trésor ; de l’autre, la Hongkong et Shanghaï Banking Corporation drainait les piastres pour les envoyer en Chine. Par suite, notre encaisse métallique est descendue forcément à plusieurs reprises au-dessous du niveau statutaire. Pour y remédier, nous avons successivement ravitaillé notre encaisse par des envois considérables d’espèces que nous nous sommes procurées, quelquefois difficilement, sur les divers marchés où peuvent se trouver ces monnaies, à Londres et en Amérique.

« Ainsi dans le second semestre de l’exercice 1884, nous avons expédié à Saigon environ 800 000 dollars, soit 4 millions de francs ; simultanément notre succursale de Saigon faisait venir tant de Hongkong que de Singapore et des Détroits, un total de 2 800 000 dollars métalliques, soit 14 millions de francs. Depuis le commencement de l’année courante, nous avons encore fait expédier à Saigon environ 14 millions de piastres, en différentes fois, soit 5 millions de francs.

  • 35 Lettre de la Banque de l’Indochine au ministre des Colonies, cit. par le procès-verbal de la Banque (...)

« Malgré tous ces envois, par suite de demandes incessantes d’espèces métalliques, émanant pour fortes parties du Trésor, notre encaisse s’est réduite au point de nous faire craindre la nécessité de recourir au cours forcé de billets »35.

  • 36 Nous verrons ensuite comment le gouvernement français, obligé de résoudre ce problème de numéraire, (...)

31Ce genre de crise, matérialisée par la fuite de l’argent, se produisit par intermittence jusqu’en 188736.

32Tout ceci nous permet d’affirmer que l’émission de billets, bien qu’ayant manifesté une augmentation à peu près régulière, n’en demeurait pas moins une opération fort difficile sur le plan du maintien de niveau statutaire de l’encaisse métallique à cause des fréquentes spéculations sur les monnaies locales et des variations saisonnières des montants de billets émis.

Dépôts et crédits de correspondants

  • 37 ANSOM, Crédit carton 5, Note du commissaire général de la Marine (en 1878).

33Commençons par les dépôts. Avec une augmentation régulière du montant des billets en circulation, du fait qu’elle n’était donc pas à court de disponibilités en monnaie locale, la Banque ne fit aucun effort particulier pour attirer les dépôts. Bien que banque habilitée à titre exceptionnel à recevoir des dépôts à intérêts, la Banque de l’Indochine ne versait absolument aucun intérêt, en dehors des gros dépôts à long terme versés par les collectivités ou des organismes. Soit dit en passant, pendant cette période, la Banque ne versa des intérêts qu’aux Missions de prédiction de Hongkong et au Syndicat de fermiers généraux de l’opium37. Le montant des dépôts, toujours extrêmement bas, reflétait cette politique (voir figure 2 qui permet de comparer les montants des billets en circulation et ceux des dépôts).

  • 38 Il faut bien prendre en considération le fait que toutes les banques coloniales avaient leur « corr (...)
  • 39 PV, Banque de l’Indochine, 3 juin 1875.
  • 40 Ibid., 11 juin 1890.
  • 41 En 1877, le montant des crédits alloués par la succursale de Hongkong du Comptoir d’Escompte à la B (...)

34Voyons maintenant les crédits de correspondants. D’après l’article 19 de ses statuts, la Banque pouvait bénéficier de crédits ouverts par des organismes financiers désignés par le ministre des Colonies et était autorisée à tirer des traites sur ces organismes. Ces crédits étaient, à l’origine, destinés à fournir les capitaux de règlement du change. Mais l’émission des traites sur des organismes financiers de la métropole, c’est-à-dire la vente de ces traites sur place, provoque un afflux équivalent de monnaie locale dans la succursale. L’utilisation de ce crédit se solde donc par une réception de monnaie locale. C’est uniquement pour cette raison que nous avons traité ce crédit de correspondants dans le cadre des opérations de collecte. Toujours est-il que les organismes chargés de fournir ces crédits – les « correspondants officiels »38 désignés, sur proposition de la Banque de l’Indochine, par le ministre des Colonies – étaient le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial. Comme nous l’avons déjà vu, elles ouvrirent chacune en 1875 un crédit de 50 000 francs, soit un million de francs au total39. Par la suite, ces crédits augmentèrent progressivement pour atteindre, dès 1889, une somme totale de 6 millons de francs, soit 3 millions pour chaque banque40. En outre, il n’y avait pas que la France qui approvisionnait ces crédits. Le Comptoir d’Escompte avait des agences à Londres et à Hongkong qui ont débloqué des crédits en livres ou en piastres41.

35Dans quelles limites ce crédit de correspondants fut-il utilisé ? Quelle était sa place parmi les disponibilités ? Les documents ne nous donnent pas de réponse immédiate. La seule possibilité qui nous est offerte est l’analyse des bilans les plus anciens de la succursale de Saigon (1879-1884), afin d’en tirer des conjectures très approximatives. Nous pensons que ce crédit était un élément essentiel de la rubrique « Administration centrale et correspondants » du tableau 10. Etant donné qu’à l’exception de l’année 1879, cette rubrique représentait moins de 9 % du montant total des ressources, il faut en déduire que la part de ce crédit était encore inférieure à ce chiffre. Nous ne nous attarderons pas sur ce problème quantitatif mais nous insisterons sur le fait que ce crédit avait une signification particulière pour la succursale. En premier lieu, ce crédit était pratiqué sous forme de vente à Saigon de traites sur l’Europe (ou sur Hongkong), moyen commode pour la succursale de s’approvisionner en disponibilités sur place. D’autre part, la Banque de l’Indochine, non autorisée à effectuer en métropole les opérations bancaires ordinaires ni à ouvrir des agences à l’étranger, y trouvait le seul moyen de s’alimenter en capitaux de monnaie non coloniale comme le franc ou la livre, capitaux indispensables aux opérations de change.

Tableau 10 – Succursale de Saïgon : Ressources (1879‑1884). Situation au 31 décembre

Tableau 10 – Succursale de Saïgon : Ressources (1879‑1884). Situation au 31 décembre

Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure) 
1. Chiffres au 30 novembre pour l’année 1883 seule.

Source : Journal officiel de la Cochinchine française, 1880-1885

2. Les opérations productives

1º Opérations (de crédit) sur place

36Ces opérations comportent les escomptes et les avances. Le tableau 11 montre que les totaux de ces deux activités se tiennent concurrents.

Les escomptes
  • 42 « Il n’y a pas de règle pour l’ouverture des crédits, ni de livre pour l’enregistrement des crédits (...)
  • 43 Les succursales et agences en Asie utilisaient toutes des « compradors ». Voici à titre d’exemple l (...)
  • 44 C’est après 1887 que la succursale reçut les traites directement des Vietnamiens. Nous le verrons p (...)
  • 45 PV, Banque de l’Indochine, 23 mai 1876.
  • 46 Ce problème du paragraphe 3 de l’article 15 n’a jamais été repris dans les séances du conseil qui o (...)
  • 47 Cette scène se répéta jusqu’à la fin des années de service du premier commissaire du gouvernement, (...)

37Cette opération demeure obscure dans le détail. La Banque n’avait formulé aucun règlement intérieur et s’en remettait entièrement à la volonté du directeur local pour tout ce qui concernait son fonctionnement42. Il est par conséquent malaisé de se faire une idée des conditions dans lesquelles s’effectuaient ces opérations d’après les seuls documents du siège. On peut toutefois affirmer les deux points suivants. Tout d’abord, les Vietnamiens ne remettaient pas directement leurs papiers. Ceux-ci devaient porter une deuxième signature de « comprador »43 (chinois) ou de marchands chinois influents pour être escomptés44. Ensuite l’escompte était organisé de telle façon qu’il était une opération très souple. L’article 15 des statuts qui exigeait pour un escompte « deux ou plusieurs signatures notoirement solvables » fut, dès le début, interprété à la légère par les dirigeants de la Banque. À titre d’exemple, lors de la séance du conseil d’administration du 23 mars 1876, « plusieurs membres » émettaient l’avis que d’après eux, « le paragraphe 3 de l’article 15 ne semble pas créer d’obligation aussi stricte pour la Banque, et qu’il y a là une facilité dont elle peut avoir à profiter le cas échéant »45. La question de l’interprétation de l’article 15 fut toutefois remise à plus tard, le commissaire du gouvernement qui assistait à cette réunion ayant manifesté son désaccord à ce sujet46. Ce genre d’argument n’aurait d’ailleurs pas suffit à ce que la Banque renonce à voir dans l’escompte une opération accommodante. C’est du reste le contraire qui se produisit. Comme nous l’avons déjà mentionné, la Banque n’a pas établi de règlement à l’adresse de sa succursale et a adopté une formule s’en remettant entièrement au directeur de la succursale pour la classification et le tri des effets ainsi que pour la détermination du taux d’escompte. Le conseil d’administration approuva même tacitement que la succursale escompte des effets porteurs d’une seule signature. On vit fréquemment par la suite, lors des séances du conseil d’administration, une sorte de scène rituelle où le commissaire du gouvernement faisait observer que certains effets acceptés par la succursale ne comportaient qu’une signature, mais les administrateurs écoutaient poliment et n’ajoutaient aucun commentaire47.

Tableau 11 – Succursale de Saïgon : Les opérations productives (1877‑1883). Détail des totaux annuels

Tableau 11 – Succursale de Saïgon : Les opérations productives (1877‑1883). Détail des totaux annuels

Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies au chiffre inférieur) 
1. Ce chiffre ne correspond pas au total des détails. Nous suivons cependant le tableau original.

Source : Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 370-371

  • 48 À cet égard, les années 1887-1889 sont très représentatives comme on pourra s’en rendre compte par (...)

38Mais pourquoi donc la Banque n’entreprit-elle jamais de régler ces opérations d’escompte ? Peut-être faut-il en imputer les raisons au fait que l’usage de l’effet de commerce n’était pas très répandu en Cochinchine et que les papiers en bonne et due forme étaient peu nombreux. Mais cette insuffisance des opérations d’escompte n’était pas véritablement un problème dans la mesure où les autres opérations, en particulier les opérations de change, se portaient fort bien. Ces dernières avaient tendance à être déterminées par des facteurs extérieurs à l’économie coloniale et il fallait revoir la situation lorsqu’elles diminuaient. Dans ce cas, la succursale se trouvait dans la nécessité de compenser cette chute par un renforcement des opérations sur place et la carence en matières escomptables était alors un obstacle à la mise en application d’une telle politique. La Banque devait impérativement augmenter les effets escomptés et se montrait par conséquent très accommodante sur les conditions d’escompte. C’est durant ces périodes de diminution des opérations de change et d’augmentation intentionnelle des opérations sur place qu’on entendait le plus souvent les observations du commissaire du gouvernement relatives aux effets ne portant qu’une seule signature48.

Les avances

39La Banque, selon une méthode qui lui était propre, classait les opérations d’avances en cinq catégories :

  1. avances sur traites à livrer ;

  2. avances en comptes courants (à découvert) ;

  3. avances sur récoltes pendantes ;

  4. avances sur traites ;

  5. avances sur nantissements.

  • 49 Note du commissaire général, op. cit. ; Inspection de la colonie, op. cit.
  • 50 Un inspecteur des colonies de passage à la succursale, remarquant que ces opérations contrevenaient (...)

40Le tableau 11 met en évidence la position prédominante des « avances sur traites à livrer » (de 1880 à 1883, elles représentaient de 72 à 78 % du montant total des avances). Cette avance également appelée « à comptes sur récoltes à recevoir en paiement de chargement de riz » revêtait la forme d’un crédit à court terme garanti par le riz (avant chargement) et était d’ordinaire remboursé avec le produit de la vente des traites documentaires49. Une fois de plus les principaux bénéficiaires de ces crédits étaient les commerçants chinois. À ce propos, ces avances comportaient quelques points faibles. Vu qu’il n’existait pas d’entrepôt public dans Saïgon et ses environs, le riz gagé était laissé tel que à la disposition des exporteurs (débiteurs). Ces avances à hauts risques s’effectuaient de plus dans des conditions contrevenant indéniablement aux statuts (paragraphe 4 de l’article 15) stipulant que les produits gagés devaient être gardés dans des magasins publics ou particuliers (dans le second cas, la Banque recevait la clé en dépôt), ou bien encore appartenant à la Banque. La succursale résolut partiellement le problème en demandant aux débiteurs des papiers payables à vue avec deux signatures50. Ces conditions particulières justifient l’appellation « avances sur traites à livrer ».

  • 51 Albert Schroeder, Annam : études numismatiques, Paris, 1905, t. 1, p. 621.

41On ne sait pas très bien à quoi correspondait exactement le deuxième type d’avances appelés « avances en comptes courants », si ce n’est qu’ils « dégénéraient en commandites déguisées »51 et que, pour cette raison, la Banque prit des mesures pour diminuer dès 1880 (cette politique cessa pourtant à la fin des années 1880).

  • 52 PV, Banque de l’Indochine, 25 novembre 1880 et 19 octobre 1882.
  • 53 Dans un rapport daté du 31 mars 1876, le sous-secrétaire d’État aux Colonies, Benoist d’Azy, fait à (...)
  • 54 Le taux d’intérêt pratiqué par la succursale de Saigon au moment de son ouverture ne nous est pas c (...)

42Les catégories de prêts 4e et 5e mettaient en jeu des sommes tellement modiques que nous ne jugeons pas utile d’en parler. En revanche les avances sur récoltes pendantes, la catégorie 3e, retiendront particulièrement notre attention parce qu’ils s’adressaient directement aux Vietnamiens. La Banque elle-même d’ailleurs suivait avec le plus vif intérêt l’évolution de cette activité52 ; car les autorités du ministère des Colonies pensaient qu’il était essentiel, pour le développement de la colonie, de mettre en application ce crédit agricole pour débarrasser les villages de l’usure et délivrer ces derniers de la domination financière exercée par les commerçants chinois53. De plus, cette opération ne comportait, dans la réalité, aucun risque du fait de la caution de l’administration locale. Ajoutons enfin que son taux d’intérêt était relativement élevé54.

  • 55 La Banque prévoyait en 1875 qu’un cinquième des cultivateurs propriétaires utiliserait ce crédit et (...)

43Malgré cela, l’avance sur les récoltes pendantes ne prit pas de l’extension. La Banque craignit tout d’abord que la différence excessive entre le taux usuraire pratiqué dans les villages (entre 36 et 50 %) et le taux d’intérêt de cette avance en question entraîne une hypertrophie de cette activité qui aurait pu provoquer la rupture de l’équilibre des opérations de la Banque. Elle fixa donc un plafond provisoire à cette avance d’un million de francs (5 350 000 piastres)55. Mais, comme le montre le tableau 11, la somme maximale enregistrée en 1882 n’atteignait que 64 000 piastres. Le problème réside dans le fait que les modalités d’exécution reposaient entièrement sur l’administration coloniale et plus précisément sur les fonctionnaires locaux français. En effet, le commun des fonctionnaires voyait dans la caution accordée aux paysans vietnamiens une charge trop lourde et la majorité d’entre eux refusa d’assumer cette charge. Jusqu’en 1883, la plus grande partie de cette avance était réalisée par la province de Vinh-Long grâce au fonctionnaire Hector qui avait de longues années d’expérience dans cette province. Ce dernier rentra en France en 1884 et le directeur de la succursale de Saïgon qui avait eu avec lui une entrevue en faisait le compte rendu suivant :

  • 56 Cit. par ibid., 23 octobre 1884.

« Les demandes d’emprunt sur récoltes ne semblent pas cette année devoir prendre une bien grande extension, et je crains fort que le départ pour la France de M. Hector, l’administrateur de Vinh-Long, ne nous prive entièrement des demandes faites jusqu’ici par la province de Vinh-Long, et qui, comme vous savez, n’étaient pas moins de 45 à 50 000 piastres. J’ai eu l’occasion de voir M. Hector, lors de son séjour à Saigon et d’après lui il est peu probable que son successeur, qui est un jeune administrateur, veuille prendre semblable responsabilité vis-à-vis de l’administration coloniale, car il faut pour cela bien connaître l’arrondissement avant de consentir de pareilles avances, ce qu’il pouvait faire, lui, à cause de son long séjour à Vinh-Long »56.

  • 57 Circulaire du 5 juillet 1875, cit. par Ed. Mathieu, op. cit., t. 1, p. 157.
  • 58 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 368-369.

44Bien qu’ayant touché des sommes très modestes, cette avance fut tout de même pratiquée. Mais ce crédit a-t-il atteint son but : faire disparaître l’usure ? La réponse est négative. En 1878, une circulaire du directeur de l’Intérieur disait ceci : « Il arrive quelquefois que les emprunts sont faits par les individus dont l’industrie consiste à sous-prêter, à gros intérêts, les sommes qu’ils ont obtenues à un taux modéré, avec la garantie de l’administration »57. Voici également des faits relatés dans les Notices coloniales (en 1885) : « Le gouvernement a autorisé la Banque de l’Indochine à faire ses prêts sur récoltes (arrêté du 21 avril 1876) au taux de 15 %, avec garantie de la colonie, moyennant une retenue sur les intérêts encaissés. Cette idée utile n’eut pas d’effets ; il eût fallu des agences privées, on confia aux administrateurs le soin de recevoir les demandes de prêts ; il eût fallu des prêts personnels, on fait des prêts aux communes par l’entremise des notables, c’est-à-dire des gens riches, et le seul résultat atteint fut d’augmenter dans les mains de ceux-ci le capital qui leur servait à faire de l’usure. Ces prêts sont du reste presque nuls »58. On voit donc que ces prêts, loin d’éliminer l’usure, ont au contraire été détournés pour l’alimenter.

45Nous terminerons cette étude sur les opérations locales par les deux affirmations suivantes. Tout d’abord, la plus grande partie des crédits alloués par la Banque avait un rapport avec le commerce extérieur de la colonie et était perçue par les commerçants influents de la ville, c’est-à-dire les commerçants chinois. En deuxième lieu, les avances sur récoltes pendantes dont la jouissance revenait aux Vietnamiens ne dépassèrent jamais des sommes très modestes et passèrent de plus dans les mains des gros propriétaires qui pratiquaient l’usure. Comme nous l’avons vu au début de ce I, la production et le commerce du riz en Cochinchine reposaient sur une chaîne de crédits (ou une domination financière) dirigée de la ville vers la campagne : commerçants chinois → gros propriétaires vietnamiens → petits paysans vietnamiens. La politique de crédit de la Banque, au lieu de démanteler ce réseau, n’a fait au contraire que le renforcer.

2º Opérations de change

46Tout au long de l’histoire de la succursale de Saigon, les opérations de change, avec les opérations (de crédit) sur place, partageaient les opérations productives en deux. Elles se composaient : d’une part, de l’achat des traites documentaires (remises) – à savoir titres accompagnés généralement de nantissements et de polices d’assurance – que les exportateurs émettaient sur l’étranger en recouvrant du montant des exportations ; d’autre part, de la vente des traites (tirages) sur les succursales et agences, ou correspondants de la Banque de l’Indochine, avec lesquelles les importateurs payaient les marchandises importées de l’étranger. Autant dire que les opérations de change de la succursale étaient étroitement liées au commerce extérieur de la Cochinchine. Sans entrer dans le détail de ce commerce de la fin du XIXe siècle, nous nous contenterons, en nous fondant sur le tableau 12, de relever les cinq points suivants :

  • cette balance est largement excédentaire ;

  • le riz qui représente de 64 à 89 % des exportations est pour la plupart envoyé à Hongkong puis à Singapour. La majeure partie des importations provient d’Angleterre ou des colonies anglaises et parvient en Cochinchine via Singapour ou Hongkong. Les tissus, cotonnades représentent de 14 à 18 % du montant total des importations ;

    • 59 Le tableau 12 montre que les exportations vers la Chine étaient essentiellement constituées de riz. (...)

    les partenaires commerciaux sont concentrés en Asie orientale parmi lesquels la Chine absorbe à elle seule 44 à 68 % des exportations et 35 à 44 % des importations59 ;

    • 60 La liste des produits importés de France étant extrêmement nombreuse, on ne citera que ceux dont le (...)

    la France, y compris les colonies, bien que pays suzerain, réalise des pourcentages très faibles (de 13 à 18 % des importations et de 2 à 4 % des exportations)60 ;

  • ce tableau ne fait pas apparaître explicitement d’échanges avec l’Angleterre ; mais, comme nous l’avons mentionné dans le deuxième point, les produits importés de Singapour et de Hongkong étaient de manufacture anglaise (ou fabriqués dans les colonies anglaises). De plus, la plupart des importations de la colonne « Autres pays d’Europe » venaient également d’Angleterre.

  • 1 Via Saïgon Métaux précieux non compris.

Tableau 12 – Le commerce extérieur de la Cochinchine1 (1879‑1883)

Tableau 12 – Le commerce extérieur de la Cochinchine1 (1879‑1883)

Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure). 
2. Colonies comprises. 
3. Les tissus, cotonnades importés de Singapour ou de Hongkong sont de manufacture anglaise (ou des colonies anglaises). 
4. Dans cette colonne, certains chiffres ne correspondent pas au total du détail des chiffres de gauche, mais nous restituons le document original.

Source : Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 277-278 et 288-301

  • 61 On ne sait pratiquement rien des exportations de la Cochinchine vers l’Angleterre mais l’on peut im (...)

47Si, à la lumière de ces cinq points, on procède à un calcul approximatif, on s’aperçoit que les importations d’Angleterre (ou des colonies anglaises) réalisent en moyenne annuelle (1879-1883) un minimum de 1 680 000 piastres et représentent 19 % des importations de la Cochinchine, résultats largement supérieurs à ceux de la France (1 350 000 piastres, soit 15 %). Outre leur intérêt quantitatif, ces importations sont d’une importance qualitative essentielle car elles concernent les tissus, cotonnades61 Pour décrire schématiquement la situation, nous dirons que le commerce extérieur de la Cochinchine s’organise autour de deux grands axes, l’un constitué par les exportations de riz vers la Chine, l’autre par les importations d’Angleterre des cotonnades. A ces deux axes venaient se greffer les fameuses et considérables exportations de thé de Chine vers l’Angleterre complétant ainsi un triangle de commerce mondial schématisé ainsi :

  • 62 La structure du commerce extérieur de la Cochinchine (ainsi que celle des autres territoires de l’I (...)

Cochinchine

   ‑‑>   

Chine

   ‑‑>   

Angleterre

   ‑‑>   

Cochinchine62

(riz)

(thé)

(cotonnades)

(voir figure 3)

  • 63 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 274.

48Il nous faut maintenant voir qui se chargeait de ce commerce extérieur en Cochinchine. Etant donné que les partenaires commerciaux se trouvaient dans l’Asie orientale, la majeure partie de ce commerce était entre les mains des commerçants chinois. En 1885, les autorités gouvernementales de Cochinchine estimaient que 78 % des exportations et 50 % des importations passaient entre les mains des marchands chinois et que les 22 % et 50 % restants passaient par des marchands européens63.

49Les opérations de change de la succursale de Saigon reflétaient assez fidèlement les caractéristiques d’un tel commerce extérieur. Comme le montre le tableau 11, l’achat de « remises » excédait largement la vente de « tirages » et plus de la quasi-totalité de ces deux catégories de traites étaient sur les places en Asie orientale, surtout sur Hongkong et Singapour. Autrement dit, l’axe des opérations de change était dans l’achat des traites sur Hongkong. Cela amène deux déductions. Tout d’abord, les commerçants chinois étaient les bénéficiaires de ces crédits de change effectués par la succursale. Nous avons déjà vu que les commerçants de Cholon avaient le monopole des exportations de riz et la plupart des traites documentaires sur Hongkong étaient faites à l’occasion des exportations. Ensuite la plus grande partie de ces opérations se terminaient avec le recouvrement à Hongkong des traites émises à Saigon. Si le premier point ne posait pas de problème, il en allait tout autrement du second. Les capitaux transférés à Hongkong devaient en effet être rapatriés. Or cette opération, en raison des sommes considérables mises en jeu, était l’occasion de décisions déterminantes pour la politique bancaire et donnait lieu, lors de sa réalisation, à un flux important de capitaux dans les relations des marchés de l’Asie orientale entre eux et avec les pays européens.

Figure 3 – Le commerce extérieur de la Cochinchine (1879‑1883)

Figure 3 – Le commerce extérieur de la Cochinchine (1879‑1883)

Unité : 10 000 piastres (les pourcentages sont à l’intérieur des parenthèses)
N.B. – 1. Les flèches dirigées vers la Cochinchine concernent les importations et les flèches qui en partent, les exportations. – 2. Les chiffres représentent le montant annuel moyen des exportations et importations de chaque partenaire commercial de la Cochinchine. Les chiffres entre parenthèses sont leurs parts respectives (%) dans le montant total des exportations ou importations de la Cochinchine. – 3. Pour calculer le montant des importations en provenance de l’Angleterre et ses colonies, on a fait le total des importations des tissus, cotonnades via Singapour et Hongkong et des importations d’Europe (à l’exception de la France). Par conséquent les tissus, cotonnades ont été retirés des importations chinoises et d’Asie orientale.

Source : Selon le tableau 12

  • 64 H. Baudoin, op. cit., p. 168.

50Comment la succursale s’y prenait-elle pour faire rentrer les capitaux à Hongkong ? La première méthode consistait à compenser par la vente de traites sur Hongkong à Saïgon. Dans ce cas, les capitaux à Hongkong faisaient office de provision pour le règlement de traites. Mais étant donné le large excédent de la Cochinchine dans son commerce avec Hongkong, cette méthode ne pouvait, à elle seule, permettre le recouvrement de tous les capitaux transférés. En réalité la différence entre l’achat et la vente de change sur Hongkong était grande. Pour cette raison la succursale maintenait des disponibilités à Hongkong. Le restant de ces capitaux était rapatrié selon deux autres méthodes. La première consistait en l’envoi de métal-argent de Hongkong vers Saigon. Nous avons déjà vu comment la succursale comblait elle-même le déficit de son encaisse en argent en achetant de ce métal avec les disponibilités à Hongkong qu’en temps normal on trouvait abondamment dans cette place. La deuxième consistait à envoyer des capitaux en Europe. Le volume du commerce entre la Cochinchine et l’Europe était faible et les effets adressés à l’Europe sur le marché saïgonnais par conséquent peu nombreux. C’est pour cette raison que lors des transferts de bénéfices vers l’Europe la succursale adoptait souvent une méthode consistant à acheter à Hongkong ainsi qu’à Singapour des effets sur Londres ou sur Paris64.

51On choisissait, pour ces envois de métal-argent à Saigon et ces transferts de capitaux vers l’Europe, les moments où le change était favorable : ces opérations se faisaient donc par intermittence. Il pouvait arriver que les capitaux de la succursale de Saigon soient bloqués sur de longues périodes à Hongkong. C’est d’ailleurs ce qui se produisit à maintes reprises dans la réalité. Etant donné que la vente de traites sur Hongkong avait pour caractéristique de s’effectuer tout au long de l’année, la succursale se trouvait dans la nécessité de maintenir à tout moment des disponibilités à Hongkong pour être en mesure d’assurer le paiement des traites qu’elle avait émises. Nous manquons d’informations exactes quant aux mouvements de ces disponibilités à Hongkong et à la façon dont elles étaient placées sur le terrain. On peut cependant affirmer d’après les fluctuations de l’achat des traites (remises) à Saigon que ces disponibilités augmentaient durant le premier semestre, époque des exportations de riz, pour diminuer durant le reste de l’année. Il est à peu près certain que ces disponibilités étaient utilisées dans les opérations locales d’avances et d’escompte, supposition que confirme l’histoire lorsque la Banque de l’Indochine ouvrit elle-même une agence à Hongkong dans les années 1890.

52Ce qui précède met en évidence le rôle fondamental de Hongkong dans les opérations de change de la succursale de Saigon. Cette ville était le lieu de recouvrement des traites documentaires achetées par la succursale et représentant des montants considérables, c’est-à-dire l’endroit où se dénouait des traites achetées, opération clef des opérations de change. Cette ville était également un lieu d’approvisionnement en numéraire et une terre de transit pour les capitaux envoyés en Europe. Elle offrait même la possibilité de placer fructueusement les disponibilités. Malgré son importance considérable, cette ville n’avait pas d’agence de la Banque de l’Indochine. L’agence du Comptoir d’Escompte assumait la fonction de correspondant se substituant à la Banque dans toutes les opérations importantes : recouvrement des traites, conservation et placement temporaire des sommes encaissées, rapatriement de capitaux... Tout ceci donne un aperçu du caractère fondamental des relations entre la Banque de l’Indochine et le Comptoir d’Escompte.

B. Organisation et évolution des opérations de la succursale de Pondichéry

  • 65 Les Indes françaises dont le territoire avait été délimité par les traités de 1814 et 1815 réunissa (...)
  • 66 Ibid., t. 1, p. 517.

53Au lendemain de son ouverture, la succursale de Pondichéry avait devant elle un avenir incertain. La situation géographique des Indes françaises, enclaves disséminées dans les Indes anglaises65, empêchait tout espoir de voir se développer la circulation des billets de banque. D’autre part, l’activité économique de la capitale, Pondichéry, reposait traditionnellement sur les exportations d’indigo et d’huile de palme dont les quantités annuelles n’excédaient pas quelques centaines de boîtes pour le premier et quelques milliers de tonnes pour la seconde66. En avril 1878, un inspecteur du ministère des Colonies faisait le rapport suivant :

  • 67 ANSOM, Crédit carton 7, Joubert à ministre des Colonies, Pothuau, 5 avril 1878.

« La Banque n’a pas encore pris de développement et il est douteux qu’elle devienne jamais prospère. Bien que peu importante elle est un ombrage pour les banques anglaises voisines qui ne veulent accepter ses billets que contre remboursement immédiat. La circulation de ces billets est entravée, d’ailleurs, par la méfiance des natifs, qui déjà n’acceptent que difficilement les billets anglais. D’après le directeur [de la succursale] de Pondichéry la monnaie fiduciaire de cet établissement n’a aucun avenir dans l’Inde ; repoussée sur le territoire anglais, la circulation n’en pourra être qu’insignifiante, étant circonscrite à nos établissements. La principale opération de la Banque consiste, jusqu’ici, dans des prêts sur nantissements de matières d’or et d’argent, qui ont une certaine importance »67.

Figure 4 – BIC : Montants annuels des opérations productives de chaque succursale et agence (1876‑1900)

Figure 4 – BIC : Montants annuels des opérations productives de chaque succursale et agence (1876‑1900)

Unité : Million de francs.

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1900

  • 68 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 499.
  • 69 Ibid.
  • 70 Lorsque la succursale utilisait des capitaux du siège, elle lui versait un intérêt égal au taux d’e (...)
  • 71 Nous citerons, à titre d’exemple, les conclusions du conseil d’administration à la suite de l’analy (...)

54C’est précisément au moment où fut écrit ce rapport que l’économie de Pondichéry se transforma complètement grâce à une brusque augmentation des exportations d’arachides (centralisées autour de Pondichéry) dont la culture s’était soudainement développée dans cette ville et la colonie anglaise avoisinante. La plupart de cette production était expédiée par bateau à vapeur à destination de Marseille, Dunkerque et Anvers68. Son volume passa en l’espace de six ans (de 1878 à 1884) de 94 700 à 525 000 quintaux69. On assis tait, dans le même temps, à une augmentation des remises sur l’Europe ; et au cours de la première moitié de la décennie 1880 on vit le montant des opérations productives de la succursale de Pondichéry serrer de près celui de la succursale de Saigon (voir figure 4). Toutefois, pas plus durant cette époque que tout au long de son histoire, la succursale de Pondichéry ne réussit à jouer son rôle d’institut d’émission qui était de développer la circulation des billets. En effet cette augmentation des opérations productives n’empêcha pas le montant des billets émis de stagner à un niveau relativement bas (figure 5). Il en résulta que la succursale fut obligée de faire venir, à ses frais70, du siège de Paris (ainsi que de ses « correspondants officiels ») les capitaux qu’elle voulait placer. Ceci suffit à expliquer que les taux de bénéfices étaient très contraints comparés à ceux de la succursale de Saigon71.

  • 72 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 498-499.

55A ce propos, il est intéressant de se demander qui eut l’honneur de pouvoir bénéficier des crédits alloués par la succursale ? Quelles furent les répercussions de l’activité de cette dernière sur les conditions du crédit local ? Nous répondrons à la première question en disant que les bénéficiaires de ces crédits furent les Français puisque la quasi-totalité du commerce de Pondichéry était entre leurs mains72. En ce qui concerne l’impact sur le crédit local, nous citerons ce passage du rapport d’un censeur administratif attaché à la succursale, daté du 10 mai 1886 :

  • 73 ANSOM, Crédit carton 80, Forestier, inspecteur des colonies, censeur administratif de la Banque, à (...)

« Avant 1875, nos négociants, en raison du refus presque absolu des banques anglaises de l’Inde de leur faire des avances sur des marchandises dont le commerce était soumis à la législation française, très différente de la leur, se trouvaient dans l’obligation d’emprunter sur nantissement à des Indiens qui ne consentaient ces prêts qu’à un taux très élevé variant de 11 à 18 % ; dès sa création, [la succursale de Pondichéry] a fait tomber l’escompte à 12 %, commission comprise ; et depuis bien des années, il n’a jamais excédé 9 % ; il est même parfois descendu jusqu’à 4 % dans la saison où les affaires, qui portent presque exclusivement sur les arachides, se trouvent suspendues. Cet abaissement du taux de l’escompte est capital pour notre commerce local [...] »73.

Figure 5 – BIC : Montant des billets en circulation de chaque succursale et agence (1876‑1900). Moyennes annuelles

Figure 5 – BIC : Montant des billets en circulation de chaque succursale et agence (1876‑1900). Moyennes annuelles

Unité : Million de francs
N.B. – 1. Ces chiffres comprennent de 1891 à 1893 ceux des deux agences de Pnom-Penh et Tourane et à partir de 1894 ceux de Pnom-Penh seulement. – 2. À partir de 1887, ces chiffres comprennent ceux de l’agence de Hanoï et à partir de 1894 ceux de Hanoï et Tourane.

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1900

C. Bénéfices et répartition des bénéfices

  • 74 Dénominations propres à la Banque de l’Indochine.
  • 75 Ces méthodes de gestion des bénéfices peuvent être constatées dans les procès-verbaux du conseil d’ (...)

56La Banque de l’Indochine appliquait à ses bénéfices une série de mesures suivantes. Elle déduisait d’abord de ses bénéfices semestriels les frais d’exploitation de la période correspondante. Ensuite elle retirait de la somme ainsi obtenue (que l’on appellera désormais « bénéfices I ») la part d’amortissement des dépenses d’investissement effectuées au moment de sa fondation, et les jetons de présence des administrateurs. Cette opération permettait d’obtenir les bénéfices bruts74 (également appelés « bénéfices II »). En déduisant de ces derniers les divers amortissements et réserves, on arrivait aux bénéfices nets 74 (« bénéfices III »). Conformément aux statuts, ces bénéfices III se répartissaient entre la Banque elle-même, les actionnaires et les administrateurs sous les rubriques respectives « fonds de réserve et de prévoyance », « dividendes des actionnaires » et « dividendes des administrateurs »75. Cette série de mesures appliquées aux bénéfices apparaît dans le tableau 13 qui donne également leurs montants respectifs semestriels.

  • 76 Ce principe fut agréé dans les séances du conseil d’administration des années 1876-1877.

57Nous considérons, dans un premier temps, les principes qui régissent cette gestion des bénéfices. Le processus permettant de passer des bénéfices I aux bénéfices II consiste à soustraire les amortissements des dépenses d’investissement initiales et les jetons de présence. Les dépenses d’investissement initiales se composaient de cinq groupes : « frais de construction de la Banque », « frais d’installation », « mobiliers », « immeubles » et « frais de fabrication des billets au porteur ». Chacun de ces cinq groupes devait être amorti à raison de 1/40 par semestre pour une période de vingt ans, durée du privilège de la Banque76. Les montants semestriels de ces amortissements n’avaient pourtant pas été uniformes car les dépenses consacrées à l’investissement effectué dans les quelques années qui ont suivi l’ouverture de la Banque étaient intégrées au fur et à mesure dans les dépenses d’investissement initiales à amortir. Les amortissements ont pris fin au deuxième semestre de l’année 1883 grâce aux amortissements supplémentaires dont nous parlons plus tard. On ne sait pas très bien sur quels principes reposait le calcul des jetons des administrateurs. Le tableau 13 montre que leurs montants restaient stables sur de longues périodes, insensibles par conséquent aux fluctuations commerciales de courte durée. On retiendra en conclusion que la détermination relative aux montants de prélèvement de deux postes (dépenses d’investissement initiales, jetons des administrateurs) n’était pas un sujet important du conseil d’administration en matière de la gestion des bénéfices.

58Il en allait de même des bénéfices III qui se répartissaient automatiquement entre trois partenaires selon des pourcentages fixés par les statuts.

59Le processus permettant de passer des bénéfices II aux bénéfices III pose quant à lui un problème. Le conseil d’administration jouissait d’une liberté totale en matière de détermination de prélèvements effectués sous les mentions « amortissement » et « mise en réserve ». Notre attention a plus particulièrement été éveillée par les deux points suivants. Tout d’abord, alors que les dépenses d’investissement initiales (leurs amortissements) et les jetons des administrateurs apparaissent clairement dans le compte de profits et pertes et que le détail des bénéfices III est expliqué ouvertement dans les rapports annuels à l’assemblée générale des actionnaires, l’amortissement et la mise en réserve ne peuvent être appréhendés ni pour leur détail ni pour leur montant global. D’autre part, le tableau 13 montre que ces dernières rubriques pouvaient atteindre des sommes importantes allant jusqu’à égaler voire parfois dépasser les bénéfices III qui étaient les bénéfices publiés.

60On peut donc considérer qu’au sein de ce cercle fermé représenté par le conseil d’administration étaient discutés et fixés les montants de ces deux rubriques, éléments essentiels de la gestion des bénéfices et pivot de la politique financière de la Banque.

61Essayons de voir, à l’aide du tableau 14, à quoi correspondaient véritablement cet amortissement et cette mise en réserve.

  • 77 AG, Banque de l’Indochine, 20 mai 1880.
  • 78 Ibid., 12 mai 1881.
  • 79 Ibid.

62a. Les amortissements peuvent en gros se diviser en deux catégories : les effets impayés et les créances irrecouvrables à classer dans les pertes, d’une part ; et les frais de fabrication des billets, les immeubles et les mobiliers, c’est-à-dire l’amortissement des dépenses de caractère d’investissement, d’autre part. Les amortissements de la première catégorie concernaient, durant les années considérées, des sommes faibles comparées à celles des années 1885-1896 (voir plus loin le tableau 18) et n’apparaissaient que très rarement. Le montant inhabituel enregistré en 1879 s’explique par une situation économique inhabituelle. Cette année-là, la récolte de riz fut abondante et l’économie coloniale prospère. La succursale de Saigon, comme en témoignent les courbes des opérations productives et de la circulation des billets de banque (voir figures 2, 4 et 5 précédemment citées), bénéficia largement de ce mouvement d’affaires. Mais le directeur mourut et la succursale, qui se trouva alors dans l’incapacité de contrôler convenablement ses activités, gagna et perdit à la fois de fortes sommes d’argent. Les amortissements enregistrés en 1879 étaient donc destinés à compenser ces pertes77. D’ailleurs, lorsqu’il fut mis au courant, le siège réagit immédiatement en prescrivant la « grande prudence »78. Peu de temps après, les deux succursales de Saigon et de Pondichéry « se sont beaucoup moins attachées à faire beaucoup d’affaires, qu’à choisir celles qui présenteraient peu de risque »79. Dans les années qui suivirent, cette politique de prudence eut pour conséquence une stagnation des opérations et des bénéfices.

Tableau 13 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1875‑1884)

Tableau 13 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1875‑1884)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1885 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1884

Tableau 14 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1875‑1884)

Tableau 14 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1875‑1884)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1885

  • 80 Bien entendu, ces amortissements des dépenses d’investissement initiales et ces amortissements supp (...)

63Les amortissements de la deuxième catégorie peuvent, eux aussi, être répartis en deux groupes. Le premier se compose de sommes brusquement majorées pour couvrir de nouvelles dépenses, c’est-à-dire d’« autofinancement ». Les frais de fabrication des billets de banque des premiers semestres des années 1880 et 1884 et les frais d’acquisition d’immeubles et mobiliers du deuxième semestre de l’année 1884 en sont des exemples. Le deuxième groupe concerne des suppléments aux amortissements de dépenses d’investissement initiales, divisés en parts égales répartis sur vingt ans. Ce sont les amortissements de frais de fabrication des billets des premier et deuxième semestres de l’année 1883 et les frais d’acquisition d’immeubles et mobiliers enregistrés aux premiers semestres des années 1880, 1881 et 1882. Grâce à ces amortissements supplémentaires entrepris dès le premier semestre 1880, la Banque avait, à la fin du premier semestre de l’année 1884, amorti tous ses frais dépensés au temps de fondation, diminuant ainsi de plus de la moitié le délai de vingt ans qu’elle s’était fixée80.

  • 81 PV, Banque de l’Indochine, 23 octobre 1884.
  • 82 Ibid., 19 mars 1885.
  • 83 Ibid., 18 mars 1880.

64b. Les réserves comprenaient le fonds de « Réserve spéciale » et le fonds de « Réserve pour création de nouvelles agences ». Le premier de ces deux fonds, jusqu’à ce qu’il devint en 1884 le « Compte de réserve de la succursale de Saigon », était intégré au siège81. Comme son nom le suggère, ce compte fut créé pour parer à l’imprévu de la succursale de Saïgon. Il faisait office de compte de réserve occulte et, par conséquent, n’apparaissait pas explicitement au bilan où il figurait avec d’autres matières sous la mention « Créditeurs divers ». Ce fonds fut institué au cours du deuxième semestre de l’année 1876 et atteignait 350 000 francs à la fin du mois de mars 188482. Il ne fut entamé qu’une fois au cours du deuxième semestre de l’année 1879, lorsqu’on y puisa 60 000 francs pour combler une insuffisance des bénéfices III83.

  • 84 Ibid., 23 octobre et 13 novembre 1884 ; AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.

65Le fonds de « Réserve pour création de nouvelles agences fut créé en 1884 pour pourvoir à l’implantation au Tonkin84. Il est inutile de préciser que cette réserve était destinée à un autofinancement en capitaux indispensables à la création de nouvelles agences.

66Tâchons de résumer les points que cette analyse des amortissements et des réserves a permis de mettre en évidence. Dès 1880, la Banque a entrepris des amortissements supplémentaires destinés à réduire les délais d’amortissement des dépenses d’investissement initiales, tout en entreprenant parallèlement des amortissements soudains et massifs pour couvrir de nouvelles dépenses. Tout ceci revient à dire que la Banque a mis sur pied une politique d’autofinancement. D’autre part, à en juger d’après les amortissements supplémentaires des dépenses d’investissement initiales et le fonds de réserve occulte, la Banque a très tôt systématiquement adopté une politique de réserves élevées, qui, comme le montre le détail des réserves en fin décembre 1884 (tableau 15), a porté ses fruits au bout de dix ans, délai relativement rapide. Les pourcentages du fonds de réserve hors statutaire (45 % du montant total des réserves) ainsi que ceux du fonds de réserve occulte (32,4 %), comparés aux 22,5 % du fonds de réserve statutaire, suffisent d’ailleurs à témoigner de cette politique.

Tableau 15 – BIC : Relevé des réserves (1884, 1896)

Tableau 15 – BIC : Relevé des réserves (1884, 1896)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 19 mars 1885, 15 mars et 21 octobre 1896, 17 mars 1897 ; AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885, 19 mai 1897

Figure 6 – BIC : Évolution des bénéfices (1876‑1896)

Figure 6 – BIC : Évolution des bénéfices (1876‑1896)

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1876-1897

67Cependant à quels mouvements réels des bénéfices cette politique financière de la Banque, caractérisée par un amortissement (ou un autofinancement) et une réserve élevés, peut-elle se rattacher ? Nous tenterons de répondre à cette question en comparant les trois courbes de la figure 6, représentant les bénéfices I’, les bénéfices III et les dividendes par action. Les bénéfices I’ sont obtenus après déduction des bénéfices I des pertes (qui apparaissent dans le tableau 14 sous les mentions « Effets impayés » et « Créances irrécouvrables ») ainsi que des dépenses regroupées sous la mention « Divers » (frais de rapatriement du personnel et des dépenses d’inspection des succursales). On utilise les bénéfices I’ de préférence aux bénéfices I parce que les premiers se rapprochent davantage du concept de bénéfice pur.

68Examinons maintenant ces trois courbes. Les bénéfices I’, malgré des irrégularités, sont globalement ascendants. En revanche les bénéfices III (à l’exception de l’année 1879) sont relativement harmonieux. Par conséquent, l’amortissement et la réserve, résultat de la différence entre bénéfices I’ et bénéfices III, ont tendance à être élevés quand les bénéfices I’ sont élevés et faibles si ces derniers sont faibles. On comprend ainsi qu’ils sont réalisés principalement en période de forts bénéfices. Enfin, la courbe des dividendes des actionnaires suit naturellement celle des bénéfices III avec une encore plus grande régularité dans les augmentations. On peut conclure en disant que la décision de l’amortissement et de la mise en réserve, chapitre pour lequel le conseil d’administration seul a une décision à prendre, s’effectue dans un contexte où les bénéfices I’ sont très irréguliers et contribue à stabiliser les bénéfices publiés (bénéfices III) et les dividendes, en particulier. Il est par conséquent certain que cette politique d’amortissement et de mise en réserve est la face cachée d’une politique de stabilité des dividendes.

III. Implantation au Tonkin et agrandissement de la Banque

A. Implantation au Tonkin et premier renouvellement du privilège

1. Implantation au Tonkin : fondation de la succursale de Haïphong et de l’agence de Hanoï

  • 85 Il existe sur ce sujet une foule de documents et d’ouvrages. Nous nous sommes, quant à nous, basés (...)
  • 86 Se reporter à l’ouvrage (en japonais) de Yasuo Nakaki, Histoire politique de la France, t. 1, Tokyo (...)

69L’expansion française dans la péninsule indochinoise ne s’arrêta pas après la construction de la Cochinchine française au début des années 1860. Quelque temps plus tard, on remontait le cours du Mékong et commençait l’exploration de la route du commerce qui menait dans la partie méridionale de la Chine. Puis, au début des années 1870, la France prit connaissance des ressources minérales de la province de Yunnan et réalisa que le fleuve Rouge (Sông Hong) qui débouchait dans le delta du Tonkin était très intéressant car il permettait d’accéder à cette province. La garnison occupa alors Hanoï, ville située au centre du delta du Tonkin, et en arriva à combattre l’armée chinoise, les « Pavillons noirs », qui s’était implantée solidement dans cette région (affaire Garnier, première guerre du Tonkin)85. La France ne s’engagea pas de façon décisive dans des opérations militaires à cause de changements successifs de la situation politique au cours de la décade 1870 (chute du Second Empire, institution de la Troisième République) et de difficultés financières dues aux indemnités qu’elle versait à l’Allemagne86.

  • 87 Voir : Yasuo Gonjo, « Le plan Freycinet, 1878-1882 : un aspect de la “grande dépression” économique (...)
  • 88 Pour plus de détails, voir : Michel Dubois et Auguste Terrier, Les colonies françaises : un siècle (...)
  • 89 Alain Forest, Le Cambodge et la colonisation française : histoire d’une colonisation sans heurts (1 (...)

70L’expansion française commença véritablement à s’organiser en Indochine après le début des années 1880. A cette époque, la Troisième République, grâce au pouvoir opportuniste, s’engageait sur la voie de la stabilisation et, dans un même temps, l’économie française entrait précipitamment dans une « grande dépression » dont la conséquence fut qu’on commença à s’intéresser sérieusement aux marchés coloniaux87. En mai 1883, lorsque le colonel Rivière, commandant la garnison française, trouva la mort au cours de la prise de Hanoï, le gouvernement français expédia promptement une armée au Tonkin et ouvrit les hostilités contre les armées vietnamienne et chinoise (deuxième guerre du Tonkin, guerre sino-française). Les combats évoluèrent en faveur de l’armée française et, dans un premier temps, la cour vietnamienne de Hué consentit à passer sous protectorat français (premier traité de Hué). Ensuite fut signé avec le gouvernement chinois le (deuxième) traité de Tientsin dans lequel la Chine renonçait à son droit de suzeraineté sur le Vietnam88. Parallèlement à cette conquête du Tonkin, la France menait une offensive de grande envergure contre le Cambodge. La domination de la France sur ce pays se limitait à la politique étrangère bien que ce pays avait été placé sous protectorat français en 1863. Pour étendre l’emprise de la France sur le Cambodge, le 17 juin 1884, le gouverneur de Cochinchine obligea le roi du Cambodge à céder à la France le pouvoir exécutif et lui imposa un accord sur la réforme agraire. Cette ingérence engendra une formidable insurrection des indigènes qui ne fut étouffée qu’après plus de deux ans89. La France avait désormais entre les mains la Cochinchine, le Tonkin, l’Annam et le Cambodge. En octobre 1887, fut fondée la fédération d’Indochine qui regroupait ces quatre colonies et pour laquelle on entreprit de maintenir une administration unifiée.

71La Banque de l’Indochine fut étroitement mêlée à ces activités. Elle était en effet chargée des opérations de comptabilité concernant les corps expéditionnaires. Ses billets commençaient de plus en plus à s’infiltrer avec les soldats dans les territoires conquis. On comprendra que la Banque attendait beaucoup de ces régions. Lors de l’assemblée générale des actionnaires du 15 mai 1884, le conseil d’administration fit la déclaration suivante :

  • 90 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884.

« Nos coupures sont recherchées non seulement en Cochinchine, mais encore au Cambodge et même au Tonkin, où elles ont pénétré à la suite du corps expéditionnaire. L’influence de la France s’étend de plus en plus dans cette région ; nous en constatons avec grande satisfaction les heureux effets : la fin des hostilités et la pacification complète de ce riche pays amèneront dans la presqu’île indochinoise, nous en avons la conviction, une recrudescence marquée d’affaires, à laquelle notre succursale de Saigon est appelée à prendre une part importante. Nous ne perdons pas de vue cette intéressante question »90.

  • 91 PV, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884.
  • 92 Ibid., 26 juin 1884.

72Le 14 mai, à la veille de cette assemblée générale, le sous-secrétaire d’État des colonies sonda les intentions de la Banque quant à la fondation d’une succursale au Tonkin. Le conseil d’administration décida alors d’examiner immédiatement sérieusement la question91. La réponse définitive de la Banque fut transmise au département le 28 juin. Tout en examinant sa volonté de fonder une succursale au Tonkin, elle invoqua le fait que cette installation allait occasionner des frais considérables alors que la succursale ne rapporterait aucun bénéfice dans les premiers temps, pour réclamer la prolongation de vingt ans du privilège de la Banque qui expirait en 189592.

  • 93 ANSOM, Crédit carton 80, annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine du 29 octobre 1897.
  • 94 PV, Banque de l’Indochine, 11 septembre 1884.
  • 95 AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.
  • 96 ANSOM, Crédit cartons 9 et 39.
  • 97 AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.
  • 98 ANSOM, Crédit cartons 9 et 39.

73La création de la succursale, à l’inverse du renouvellement du privilège, se fit sans heurt. Le 7 août 1884, la Commission de surveillance des banques coloniales autorisa une augmentation du capital et la création d’une succursale au Tonkin93. Dès que cette nouvelle fut communiquée par le département des Colonies, le 12 août, la Banque entreprit les travaux de préparation pour cette nouvelle succursale94. Se basant sur une enquête locale du directeur de Saigon, le siège choisit la ville de Haïphong comme lieu de cette première création. « Haïphong situé au confluent du Song-Tong-Bac et du Cua-Cam [...] est destiné à devenir, dès le début tout au moins, le centre d’affaires le plus actif. C’est là que devront aborder les marchandises d’importation et d’exportation95 ». Telles furent les raisons justifiant ce choix. L’arrêté ministériel autorisant l’ouverture parut le 30 mars 1885. La succursale ouvrit ses portes le 1er avril suivant96. Ensuite, la Banque prévoyant que « la ville de Hanoï, capital du Tonkin, placée au centre du Delta, sera probablement appelée, mais dans un avenir moins prochain, à devenir le point de concentration et le principal entrepôt des produits de l’intérieur et du Yunnam »97, entreprit les préparatifs d’ouverture d’une agence. L’autorisation du ministère des Colonies arriva le 24 novembre 1886 et l’agence ouvrit ses portes le 17 janvier de l’année suivante98.

2. Premier renouvellement du privilège (1888)

  • 99 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit.
  • 100 Ibid. ; PV, Banque de l’Indochine, 15 janvier 1886.
  • 101 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit.

74La demande de renouvellement du privilège, bien que réitérée par la Banque, fut laissée de côté un an et demi. C’est en décembre 1885 que le ministre des Colonies soumit ce problème à la Commission de surveillance des banques coloniales99. Ensuite, le 12 janvier 1886, le ministre demanda à la Banque qu’elle lui fasse savoir de nouveau la durée de cette prolongation qu’elle souhaitait ainsi que les régions auxquelles elle désirait voir s’étendre ce privilège100. La Banque répondit qu’elle demandait une prolongation de vingt ans à dater du 21 janvier 1895 et qu’elle voulait que ce privilège s’applique également au Tonkin et aux régions placées sous protectorat français101.

75Mais les négociations en restèrent là. La ligne de conduite du gouvernement n’était pas stable en ce qui concernait le mode de gouvernement de l’Indochine. La Société Générale profita de cette situation pour se livrer activement à des manœuvres politiques visant à obtenir le privilège de l’émission au Tonkin et en Annam. Dans le texte qu’il présenta au ministère des Colonies, la Banque de l’Indochine donnait de la situation les explications suivantes :

« Sur ces entrefaites, M. Paul Bert avait été nommé Résident général de France en Annam et au Tonkin.

  • 102 Ibid.

« Le principe de l’unification de l’Indo-Chine qui paraissait prévaloir au moment où le gouvernement avait demandé à la Banque d’ouvrir une agence au Tonkin, avait fait place à une idée différente, et la nomination de M. Paul Bert par le ministre des Affaires étrangères impliquait une séparation virtuelle du Tonkin qui ressortissait des Affaires étrangères, et de la Cochinchine qui continuait à dépendre du département de la Marine et des Colonies. C’est dans cet ordre d’idées que M. Paul Bert accordait la concession d’une banque privilégiée en Annam et au Tonkin, à M. Edmond Recopé, envoyé en mission au Tonkin, pour y traiter diverses affaires, pour compte de la Société Générale pour favoriser le Commerce et l’Industrie en France. Les négociations pour le renouvellement du privilège de la Banque et son extension au Tonkin subirent donc un temps d’arrêt »102.

  • 103 Ibid. Cette espoir semble avoir été vraiment sérieux pour la Société Générale. Le procès-verbal du (...)
  • 104 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit. ; PV, Banque de l’Indochine, 24 novembre 1 (...)

76D’ailleurs, la Société Générale entreprit les démarches pour obtenir du gouvernement de la métropole la ratification de cette concession reçue de Paul Bert. Mais au début de 1887, au sein du gouvernement, on inclinait à nouveau vers une Indochine unifiée et on optait par conséquent pour un seule banque d’émission pour la Cochinchine et le Tonkin. Les manœuvres de la Société Générale furent donc fort compromises. Ce fut ensuite au tour de la Banque de l’Indochine de multiplier les démarches pour que le privilège s’applique également au Tonkin. Devant une telle situation, le ministère des Colonies fit connaître « son désir d’une entente entre la Banque de l’Indochine et la Société Générale, dans l’intérêt commun »103, comme au temps de la création de la Banque de l’Indochine. Les deux banques entrèrent en relation pour obéir à cette directive administrative et, peu de temps après la naissance de la fédération d’Indochine, en novembre 1887, elles échangèrent un accord de principe basé sur les deux points suivants : 1º la Banque de l’Indochine cédait deux postes d’administrateurs à la Société Générale ; 2º la Banque de l’Indochine augmentait son capital et cédait la moitié des 8 000 nouvelles actions à la Société Générale104.

77Les négociations entre le ministère des Colonies et la Banque de l’Indochine sur le renouvellement du privilège reprirent donc lorsque les deux banques rivales parvinrent à s’entendre. Le 20 février 1888, le privilège fut renouvelé par un décret qui portait sur trois points :

  • obligation de créer des succursales et agences en Asie et en Océanie. A commencer par la Nouvelle-Calédonie pour laquelle « dans les six mois à compter de la date du présent décret, la Banque de l’Indochine devra créer une succursale à Nouméa » (article 1er, souligné par l’auteur). « La Banque sera également tenue, sur la demande du ministre de la Marine et des Colonies, la Commission de surveillance des banques coloniales entendue, d’établir des agences dans les ports de la Chine, du Japon, de la mer des Indes et de l’océan Pacifique qui lui seront désignés » (même article, souligné par l’auteur) ;

  • le privilège accordé à la Banque de l’Indochine par le décret du 21 janvier 1875 sera étendu à la Nouvelle-Calédonie ainsi qu’aux protectorats du Cambodge, de l’Annam et du Tonkin. Il s’appliquera également aux autres colonies mentionnées à l’article 1er, à date de l’établissement de succursales dans ces colonies (article 2) ;

    • 105 AG extraordinaire, Banque de l’Indochine, 11 mai 1888.

    la durée du privilège est prolongée de dix ans à compter du 21 janvier 1895 (article 5)105.

  • 106 Lors de l’assemblée extraordinaire des actionnaires du 20 février 1888, le conseil d’administration (...)

78Par conséquent, les vœux de la Banque de l’Indochine furent pleinement satisfaits en ce qui concerne les régions où s’appliquera le privilège. En revanche, la durée de prorogation du privilège ne fut que de dix ans, soit la moitié de ce que la Banque avait demandé. Le fait que, en retour, le droit de décider du moment de création de nouvelles succursales et agences, jusque-là détenu par la Banque, fut cédé au gouvernement, mérite cependant notre attention106. Ce renforcement du pouvoir gouvernemental en matière de création d’établissements est significatif de la politique expansionniste du gouvernement français en Asie telle qu’elle a pu se manifester lors de la conquête du Tonkin, prenant une ampleur démesurée au début des années 1880. Ce décret ne fit donc que renforcer le rôle de la Banque d’organe représentatif de la politique expansionniste française en Asie et l’implication de la Banque dans la création de nouvelles succursales et agences.

B. Augmentation du capital et agrandissement de la Banque

1. Première augmentation du capital (1888)

79Nous avons déjà vu qu’en août 1884, la Banque de l’Indochine avait obtenu du ministère des Colonies un accord de principe pour une augmentation de capital. Les diverses réalisations effectuées par la suite – à savoir : fondation d’une succursale à Haïphong et d’une agence à Hanoï, conclusion d’un accord avec la Société Générale et obligation de fonder une succursale à Nouméa dans un délai de six mois à dater de la parution d’un décret en février 1888 - provoquèrent la concrétisation de cet accord.

80En fait, dès que fut accordé le renouvellement du privilège, le siège commença immédiatement à élaborer un plan d’augmentation de capital. Ce projet fut soumis au conseil d’administration en avril 1884 et, après consentement de l’assemblée générale extraordinaire des actionnaires du 5 mai, fut accepté par un arrêté du ministère des Colonies daté du 7 juin. Voici quels en étaient les éléments essentiels :

  • une émission de 8 000 actions d’une valeur nominale de 500 francs fait passer le capital de 8 millions de francs (16 000 actions) à 12 millions de francs (24 000 actions) ;

  • les nouvelles actions sont émises au prix courant de 800 francs. Comme les anciennes actions, elles seront libérées au quart, soit 200 francs. La différence (75 francs) entre la somme versée et le nominal correspondant (125 francs) sera conservé en prime à l’intérieur de la Banque ;

    • 107 PV, Banque de l’Indochine, 19 avril 1888.

    la moitié des 8 000 actions émises sera attribuée à la Société Générale. Les 4 000 actions restantes se répartiront entre les actionnaires selon le rapport d’une nouvelle action pour quatre anciennes. Les actionnaires renonceront par conséquent à la moitié du droit de souscription privilégiée stipulé dans les statuts107

  • 108 Ibid., 23 juillet 1888.

81Les souscriptions furent reçues du 1er au 15 juillet et l’émission des actions ainsi que la répartition de la somme versée donnèrent lieu au projet suivant. Les 8 000 actions seront réparties entre 177 souscripteurs (Société Générale incluse). 1 600 000 francs entreront ainsi dans les caisses de la Banque. Sur cette somme, un million de francs équivalant à la valeur nominale seront ajoutés au capital versé et les 600 000 francs restants correspondant à 75 francs de prime par action seront affectés au compte nouvellement créé et appelé « Réserve supplémentaire »108. On enregistra ainsi une augmentation considérable du capital versé qui passa de 2 millions à 3 millions de francs. Le fonds de réserve, quant à lui, grimpa de 969 000 francs à 1 569 000 francs. Le capital propre de la Banque fut multiplié par 1,6.

82Quelles furent les répercussions de cette augmentation de capital sur la répartition des différents actionnaires ? Hélas, il nous reste aucun document susceptible d’apporter des éclaircissements sur cette souscription à une première augmentation de capital. Pour ce qui est des anciens actionnaires (et surtout les groupes des anciens actionnaires), il est certain que la proportion d’actions détenues par chacun n’a pas changé puisque les nouvelles actions furent réparties à raison d’une nouvelle pour quatre anciennes. Ce qui est en question, c’est à savoir la place de la Société Générale qui acquit 4 000 actions. Nous avons étudié dans le détail au cours du chapitre précédent comment, lors de la fondation de la Banque de l’Indochine, plus de la moitié des actions (55 %) fut concentrée dans trois banques (ou groupes bancaires) : le Comptoir d’Escompte, le Crédit Industriel et Commercial et Paribas. Supposons que cette situation soit demeurée inchangée jusqu’à la présente augmentation de capital. Ces principaux actionnaires qui acquirent respectivement 888, 612 et 700 actions détenaient ou plutôt maitrisaient, grâce à cette augmentation de capital, 4 443, 3 062 et 3 500 actions. Dans ce cas, la Société Générale, avec ses 4 000 actions, prenait la deuxième place derrière le Comptoir d’Escompte.

2. Élargissement du conseil d’administration : le système de cogestion passe de deux à cinq grandes banques parisiennes

  • 109 PV, Banque de l’Indochine, 4 août 1888.
  • 110 Depuis le 28 avril 1881, Paribas avait un délégué au conseil d’administration de la Banque de l’Ind (...)

83La Société Générale qui avait souscrit en juillet 1888 à l’augmentation du capital de la Banque de l’Indochine, délégua, le 4 août de la même année, son premier représentant au conseil d’administration en la personne du directeur Octave Homberg109. C’est à cette occasion que, pour la première fois, la Banque de l’Indochine commença à ajouter à son système de cogestion110 (par le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial) la Société Générale et Paribas, se dirigeant ainsi vers une direction composée de quatre grandes banques. Nous avons vu plus haut que deux postes d’administrateurs avaient été promis à la Société Générale. La participation de cette dernière au conseil d’administration permit de trouver un accord grâce auquel on se dirigeait vers une répartition équitable des postes d’administrateurs entre les quatre banques en fonction de leurs parts respectives. Toutefois la mise en place définitive de ce nouveau système exigeait des délais relativement longs car le remplacement des administrateurs se faisait suivant le critère de l’âge, c’est-à-dire des départs en retraite. Ces délais furent cependant considérablement écourtés avec la crise du Comptoir d’Escompte au printemps 1889.

  • 111 PV, Banque de l’Indochine, 22 mars 1889.
  • 112 Etant donné que la haute banque et l’Union Bank of London (ainsi que leurs correspondants) se charg (...)

84Début mars 1889, le Comptoir d’Escompte cessa ses paiements dès l’échec des spéculations sur le cuivre et l’étain. Cette affaire porta un sérieux coup à la direction générale de la Banque de l’Indochine. D’abord l’un des membres du conseil d’administration, le jeune directeur du Comptoir d’Escompte, E. Denfert-Rochereau, alors promis à un brillant avenir, impliqué dans l’affaire, se suicida. Plus tard, le 22 mars, Hentsch et Girod, respectivement le président et l’administrateur du Comptoir d’Escompte, endossèrent la responsabilité de la situation et démissionnèrent111. La Banque de l’Indochine perdit ainsi d’un seul coup trois de ses administrateurs dont deux, le président et l’administrateur délégué, avaient été les acteurs principaux de la politique bancaire depuis sa fondation. Cette crise affecta également sérieusement les opérations de la Banque de l’Indochine. Le Comptoir d’Escompte cessa d’assurer ses fonctions à l’étranger et les succursales et agences de la Banque de l’Indochine perdirent leurs plus importants correspondants à l’étranger où leurs activités furent momentanément paralysées112.

  • 113 Comme nous l’expliquons au début du présent chapitre, la Banque de l’Indochine avait, au moment de (...)
  • 114 PV, Banque de l’Indochine, 13 avril 1889.
  • 115 Simon, ancien comptable de la succursale de Pondichéry, fut ensuite promu, le 13 novembre 1884, au (...)
  • 116 PV, Banque de l’Indochine, 13 avril 1889.

85Au cours de la séance du conseil d’administration du 13 avril, Sautter de Paribas fut nommé président en remplacement de Hentsch. La première tâche du nouveau président fut donc de redresser la direction et de réorganiser les opérations de change. Commençons par le relèvement de la direction de la Banque de l’Indochine. Sautter décida d’adopter une ligne de conduite basée sur un système de gestion collective. Dès son entrée en fonction, il supprima le système en vigueur jusqu’alors, basé sur une exécution des activités confiée aux administrateurs délégués, et le remplaça par un comité de gestion113. C’est pourquoi il ne mit personne sur le poste d’administrateur délégué devenu vacant à la suite de la démission de Girod et fonda « un comité composé, indépendamment de l’administrateur délégué restant, de trois administrateurs représentant chaque une des trois sociétés de crédit qui prêtent leur concours à la Banque de l’Indochine »114. Il demanda alors à l’administrateur délégué restant Delessert et au directeur du siège Simon115 d’assister aux réunions du comité qui se tenaient dans les premiers temps chaque semaine. Les trois membres du comité étaient le président Sautter qui représentait Paribas, J. Gay, le président du Crédit Industriel et Commercial et Homberg, le directeur de la Société Générale116. Sautter désigna ensuite en remplacement des trois représentants du Comptoir d’Escompte (Hentsch, Girod et Denfert-Rochereau) Jean de La Bouillerie (du Crédit Industriel et Commercial), Hubert Henrotte (de la Société Générale) et E. Goüin (de Paribas). Dans la colonne « le 29 avril 1889 » du tableau 16 figure le conseil d’administration ainsi réorganisé. La Société Générale et Paribas déléguèrent chacun deux représentants et, pour la première fois, d’autres banques que le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial avaient des représentants au conseil d’administration.

Tableau 16 – BIC : Composition du conseil d’administration au moment de modifications importantes (1875‑1896)

Tableau 16 – BIC : Composition du conseil d’administration au moment de modifications importantes (1875‑1896)

Tableau 16 (suite et fin)

Tableau 16 (suite et fin)

N.B. – Les signes ●, ○, représentent respectivement le président et le vice-président de la BIC.

Source : PV et AG, Banque de l’Indochine, 1875-1896

  • 117 Le conseil d’administration, lors de la séance du 11 mars 1889, adressa une lettre aux ministres de (...)
  • 118 Six banques : Hottinguer, Mallet, Vernes, Heine, Neuflize et Goguel.
  • 119 PV, Banque de l’Indochine, 16 mai 1889.

86Passons maintenant à la réorganisation des opérations de change. Lorsque la crise du Comptoir d’Escompte commença à prendre de l’ampleur, la Banque de l’Indochine se demanda si elle n’allait pas fonder ses propres agences sur les territoires étrangers d’Asie pour remplacer le Comptoir d’Escompte117. Mais elle décida finalement de s’en remettre à la haute banque de Paris et à l’Union Bank of London. La Banque de l’Indochine comptait en effet demander à ces banques de se charger, en remplacement du Comptoir d’Escompte, du crédit par acceptation qu’elle avait obtenu de ce dernier. A la veille de sa crise, le Comptoir d’Escompte avait en effet ouvert à la Banque de l’Indochine un crédit de 3 millions de francs sur la France et de 15 000 livres sur Londres ; les succursales et agences de la Banque de l’Indochine obtenaient ce crédit en émettant des traites payables à 3 ou 4 mois de vue sur les agences du Comptoir d’Escompte de la métropole française et de Londres. Si la Banque de l’Indochine désirait continuer ces opérations de change, elle devait d’urgence trouver d’autres organismes de crédit pour remplacer le Comptoir d’Escompte qui avait interrompu ses paiements. Le 16 mai, Sautter rendit compte de la situation et obtint l’accord du conseil d’administration de remplacer le crédit en francs par un crédit de 3 millions de francs ouvert par les six maisons de la haute banque parisienne118 (500 000 francs pour chacune) et le crédit en livres par un crédit de 150 000 livres attribué par l’Union Bank of London avec une caution de Paribas, du Crédit Industriel et Commercial et de la Société Générale (50 000 livres chacune)119.

  • 120 Voir V du chapitre I.
  • 121 PV, Banque de l’Indochine, 16 mai 1889.
  • 122 Ibid., 27 juin 1889.
  • 123 Ibid., 20 juin 1900.
  • 124 Ce point peut être vérifié dans les procès-verbaux du conseil d’administration.

87Mais tel approvisionnement en capitaux contrevenait aux statuts. L’article 19 de ces derniers spécifiait la nature des provisions sur lesquelles la Banque de l’Indochine peut effectuer des tirages de traites, en prescrivant que « le crédit ouvert par un établissement de crédit de la métropole désigné par le ministre des Colonies, la Commission de surveillance entendue »120. Le conseil d’administration devant revenir à une forme d’approvisionnement ne contrevenant pas aux statuts, tout en approuvant les mesures que nous venons d’exposer, décida de demander au ministre des Colonies de reconnaître la Société Générale et Paribas pour des établissements de crédit désignés (« correspondants officiels ») en remplacement du Comptoir d’Escompte121. Lorsque le ministre reçut cette demande, le 26 juin, les deux banques ouvrirent immédiatement à la Banque de l’Indochine un crédit de 3 millions de francs chacune122. Les contrats de crédit passés avec les six maisons de banques parisiennes et l’Union Bank of London n’en furent pas résiliés pour autant. Ils ne le furent qu’en 1900 pour la haute banque123 ; ils continuaient comme toujours en 1906 pour l’Union Bank of London124. Tout ceci permet d’avancer que la Société Générale et Paribas n’ont pu tout à fait remplacer le Comptoir d’Escompte.

  • 125 Voir : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (2) », p. 114.
  • 126 PV, Banque de l’Indochine, 14 mai 1890.

88Signalons que la caution de crédit de la Banque de l’Indochine, la Société Générale, le Crédit Industriel et Commercial, Paribas et le Crédit Lyonnais ont permis au Comptoir d’Escompte de se faire verser par la Banque de France un fonds de secours de 140 millions de francs grâce auquel il a pu s’acquitter à l’amiable de ses dettes et renouveler entièrement ses équipements, son personnel et ses activités. Il est ainsi devenu le Comptoir National d’Escompte de Paris125. Les affaires de cette nouvelle banque prirent un bon départ si bien que, dès le 14 mai 1890, la Banque de l’Indochine engageait des relations avec cette dernière et accueillait au sein de son conseil d’administration le président Louis Denormandie et l’administrateur Emile Mercet126. Cette reprise des relations avec le Comptoir d’Escompte a été demandée dans une lettre que le Crédit Industriel et Commercial, la Société Générale et Paribas ont adressée à la Banque de l’Indochine, dans laquelle on peut lire ceci :

  • 127 Cit. par ibid. Au cours de l’assemblée générale des actionnaires du 14 mai de la même année furent (...)

« Depuis la fondation de votre banque jusqu’au commencement de l’année dernière, le Comptoir d’Escompte de Paris n’avait cessé de donner un concours utile à vos opérations, tant par sa situation sur diverses places de l’Extrême-Orient que par sa puissance comme établissement de crédit. Nous estimons qu’il serait dans l’intérêt de la Banque de l’Indochine de reprendre avec le Comptoir National d’Escompte des relations [...] »127.

  • 128 PV, Banque de l’Indochine, 15 juin 1992.
  • 129 Pourquoi la Banque de l’Indochine a-t-elle continué, jusqu’à la fin des années 1890, à faire dépend (...)

89Nous pensons, à la lecture de ce discours indirect, que la raison essentielle qui a poussé la Banque de l’Indochine à reprendre ses relations avec le Comptoir d’Escompte tenait dans la nécessité d’une coopération commerciale avec les nombreuses agences asiatiques de ce dernier. D’ailleurs, Louis Denormandie fut nommé au poste de président, le 15 juin 1892, soit moins de deux ans après son arrivée au conseil d’administration en 1890. Ainsi, pour la seconde fois, un représentant du Comptoir d’Escompte se voyait confier la gestion de la Banque de l’Indochine128. Le caractère exceptionnel de cette évolution est lui aussi révélateur de l’importance pour la Banque de l’Indochine des agences d’outre-mer du Comptoir d’Escompte129.

  • 130 PV, Banque de l’Indochine, 18 décembre 1895.
  • 131 Ibid., 19 février 1896.
  • 132 Ibid., 22 juillet 1896.

90Le conseil d’administration s’est encore agrandi au début de 1896 avec la participation du Crédit Lyonnais, seule grande banque parisienne qui n’avait pas encore rejoint la Banque de l’Indochine. En décembre de l’année précédente, cette banque avait exprimé son désir de participer à la Banque de l’Indochine et en avait donné deux raisons d’ordre tout à fait général, à savoir : « le développement des affaires coloniales » et « l’importance de jouer un rôle utile dans les affaires de cette nature »130. Le moment choisi pour cette participation fait tout naturellement penser que la véritable visée était les grosses affaires en Chine et au Tonkin qui avaient été entrevues à la fin de la guerre sino-japonaise. Quoi qu’il en soit, les 20 et 21 janvier, les deux banques parvenaient à un accord qui portait sur les deux points suivants : 1º le Crédit Lyonnais déléguait Jules Enders au conseil d’administration de la Banque de l’Indochine pour le représenter ; 2º le Crédit Lyonnais s’engageait à ne pas créer de succursale dans les pays où la Banque de l’Indochine possédait déjà les siennes131. Sur la base de cet accord, le Crédit Lyonnais envoya, en février de la même année, Enders au conseil d’administration de la Banque de l’Indochine. En juillet, il rejoignait « les correspondants officiels » de la Banque de l’Indochine en accordant à cette dernière un crédit de 3 millions de francs132.

91Au début de 1896, la Banque de l’Indochine avait ainsi créé un système de cogestion s’appuyant sur la participation de cinq grandes banques parisiennes, caractéristique qui devait lui rester attachée tout au long de son histoire.

C. Création des succursales et agences de Nouméa, Pnom‑Penh, Tourane et Hongkong

92De 1885 à 1894, la Banque de l’Indochine ouvrit les deux succursales de Haiphong et de Nouméa, et les quatre agences de Hanoï, Tourane, Pnom-Penh et Hongkong. Nous ne parlerons pas des établissements de Haiphong et Hanoï fondés avant le décret de renouvellement du privilège.

  • 133 AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1890.
  • 134 Ibid., 23 mai 1889.

93Voyons d’abord Nouméa. En 1874, fut fondée dans cette ville de Nouvelle-Calédonie une banque d’émission, la Banque de la Nouvelle-Calédonie. Celle-ci fit faillite trois ans plus tard, en 1877, et cette colonie se trouva privée d’organisme financier. Cette situation est à l’origine de l’obligation du décret de 1888 pour la Banque de l’Indochine de construire en un lieu et à un moment précis une succursale. La Banque de l’Indochine se décida à obéir à la stipulation du décret en fondant une succursale au moment précis où l’exploitation des mines de nickel et l’élevage de bétail commençaient à se révéler comme des industries pleines d’avenir133. La succursale de Nouméa ouvrit ses portes le 17 septembre 1888134.

  • 135 Les demandes de fondation d’agences à Pnom-Penh et à Tourane furent adressées respectivement le 10  (...)
  • 136 ANSOM, Crédit carton 78.
  • 137 ANSOM, Crédit carton 39.

94Dans le courant de l’automne 1890, le ministère des Colonies demanda à la Banque de l’Indochine de créer une agence dans le capital du Cambodge, Pnom-Penh, et dans la ville portuaire de l’Annam, Tourane135. Le ministère souhaitait pourvoir en billets de banque l’Annam et le Cambodge, les deux seules régions de la fédération d’Indochine qui ne disposaient pas encore de ces billets. Les raisons qui décidèrent la Banque à accepter cette demande tiennent aux résultats de l’enquête menée sur ces deux villes. Les transactions de riz et de poisson frais de Pnom-Penh suffisaient à garantir l’avenir de l’agence. La ville de Tourane était proche de Faïfo, ville de commerçants chinois où se faisait le grand commerce du thé, de la cannelle et de la soie. Elle n’était pas non plus éloignée d’importants gisements et se trouvait, de plus, sur la route des gros navires de commerce chinois tout en permettant aux navires de fort tonnage d’accoster. Tous ces atouts permettaient d’augurer qu’elle serait un jour la plus grande ville de commerce de l’Annam136. Les arrêtés ministériels datés du 12 décembre 1889 pour Pnom-Penh et du 7 mars 1890 pour Tourane autorisèrent l’ouverture des deux agences qui eut lieu le 22 février 1891 pour la première et le 24 août 1891 pour la seconde137.

95L’agence de Hongkong qui fut la dernière à ouvrir ses portes différait fondamentalement des autres en ce sens qu’elle se trouvait sur un territoire non colonial et qu’on attendait d’elle qu’elle remplisse d’autres fonctions. Cette agence qui fut inaugurée le 1er juillet 1894 était destinée à remplacer l’agence du Comptoir d’Escompte qui, jusqu’à présent, avait été le correspondant de la Banque de l’Indochine et dont on avait décidé la fermeture. Le 12 février de la même année, la Banque de l’Indochine avait adressé une lettre au sous-secrétaire d’État des colonies dans laquelle elle expliquait en détail les raisons de la construction de l’agence. Nous citons les propos de la Banque parce qu’ils vérifient l’étude que nous avons faite récemment à propos des opérations de change et qu’ils expriment d’une façon systématique la valeur accordée par la Banque à la place de Hongkong :

« Le Comptoir National d’Escompte de Paris a tout récemment décidé de fermer son agence de Hongkong, et nous venons vous demander la permission de vous exposer les difficultés que nous crée cette décision.

« Le Comptoir National est notre correspondant sur la place de Hongkong où, vous ne l’ignorez pas, se dénouent toutes les opérations traitées en Indochine. Ces opérations, qui sont déjà très importantes, prennent chaque jour un plus vaste développement, le riz, qui en forme le principal élément, constituant à lui seul la richesse de notre colonie de Cochinchine. Les exportations de cette denrée se chiffrent annuellement par des quantités considérables à destination de Hongkong et donnent lieu à l’émission de traites payables dans cette place, dont la majeure partie passe par l’intermédiaire de nos succursales d’Indochine.

« Vous comprendrez dès lors, Monsieur le Sous-Secrétaire d’État, l’intérêt capital qui existe pour notre Banque à posséder à Hongkong un correspondant nous offrant toutes les garanties de sécurité désirables pour assurer la bonne fin des opérations si importantes traitées par nos succursales. Cette sécurité, nous la trouvions d’une manière absolue chez le Comptoir National d’Escompte de Paris dont le président, Monsieur Denormandie, est également président de la Banque de l’Indochine [...].

« Il n’entrerait pas dans notre pensée, en nous établissant à Hongkong, de nous occuper en aucune façon d’affaires locales. Nous désirons seulement posséder sur cette place une agence qui nous offre toute la sécurité que nous avons trouvée jusqu’ici chez l’agence du Comptoir National d’Escompte de Paris pour les encaissements de remises, paiements de traites sur Hongkong et achats de numéraire pour le ravitaillement des encaisses de nos succursales.

  • 138 ANSOM, Crédit carton 79, Banque de l’Indochine à sous-secrétaire d’État des colonies, 12 février 18 (...)

« Nous appelons aussi votre attention sur un point très important de la question, à savoir que les opérations traitées avec Hongkong nous constituent, pendant le cours de chaque campagne, créditeurs sur cette place de sommes toujours considérables et que ces sommes doivent y demeurer à la disposition de nos succursales pour faire face aux tirages qui leur sont journellement demandés par leur clientèle »138.

96Si Hongkong était une place décisive, pourquoi la Banque de l’Indochine n’a-t-elle pas cherché à remplacer le Comptoir d’Escompte par un correspondant choisi parmi les banques anglaises ? Le conseil d’administration en donne les explications suivantes :

  • 139 AG, Banque de l’Indochine, 16 mai 1894.

« à défaut [de l’agence du Comptoir d’Escompte], il nous a semblé qu’il n’était pas possible de nous adresser aux banques anglaises de cette ville qui traitent, à Saigon principalement, les mêmes opérations que notre succursale. Il ne nous restait donc d’autre alternative que d’ouvrir nous-mêmes une agence à Hongkong »139.

  • 140 Ibid.

97On attendait de l’agence de Hongkong, comme l’explique clairement le document cité, qu’elle permette le recouvrement des remises acquises par les succursales indochinoises et renvoient en Indochine les capitaux encaissés. On lui demandait somme toute de jouer un rôle passif, « d’assurer et faciliter à nos établissements de Cochinchine et du Tonkin la marche régulière de leurs opérations »140. Mais il est nécessaire de remarquer qu’en réalité, cette agence s’est très rapidement libérée de ce rôle fort modeste pour développer largement les opérations locales (escomptes et avances) et les opérations de change avec l’Europe. En 1895, deux ans après l’ouverture de ladite agence, le conseil d’administration parlait des activités de l’agence dans les termes suivants :

  • 141 Ibid., 13 mai 1896.

« Le chiffre d’affaires traitées par notre agence de Hongkong a été [...] de 60 364 523 francs 15. Cette notable augmentation porte surtout sur les opérations d’avances et celles traitées pour le compte de nos succursales de Saigon et d’Haïphong, c’est-à-dire les encaissements des remises documentaires de nos succursales et l’emploi, en avances à court délai sur marchandises, des disponibilités qui en résultent, jusqu’au moment de leur rapatriement en Europe sous forme de remises »141.

  • 142 PV, Banque de l’Indochine, 21 février 1889.
  • 143 Ibid., 27 juin 1889 et 15 juin 1892.
  • 144 On trouve dans le procès-verbal du conseil d’administration du 15 juin 1892 les principaux motifs i (...)

98Au cours de la même période (1885-1894) le ministère des Colonies demanda à la Banque d’établir des agences à Nossi-Bé (dans l’île de Madagascar), à Manille et à Yokohama. La Banque ne donna aucune réponse favorable. En ce qui concerne Nossi-Bé, la requête intervint en février 1889 lorsque la conquête de Madagascar se calmait progressivement ; mais la Banque refusa, arguant que les montants d’importations et d’exportations ne nécessitaient aucunement une agence142. Les demandes concernant Manille et Yokohama arrivèrent respectivement en juin 1889 et en juin 1892 lorsque l’agence de Manille de la Hongkong and Shanghaï Banking Corporation et l’agence de Yokohama du Comptoir d’Escompte cessèrent leurs activités143. On ne sait pas très bien ce qui se passe pour Manille. Il est cependant certain, en ce qui concerne Yokohama, que la Banque refusa d’y fonder une agence à cause de la sévérité des statuts de la banque coloniale d’émission et dans la difficulté de s’approvisionner en capitaux sur place144.

IV. Dépréciation de l’argent et gestion de la Banque (1885‑1896)

A. Mouvements des opérations et des bénéfices

99La figure 7 permet d’observer qu’à l’exception des années 1890 et 1894 pour lesquelles on enregistra une forte baisse, la tendance des montants globaux des opérations productives a toujours été à la hausse. Les montants globaux des ressources ayant soutenu ces opérations ont continué, après 1884, leur ascension régulière et ce jusqu’en 1896. Il semblerait donc que tout comme durant les années 1875-1884, la Banque ait évolué de façon tout aussi satisfaisante de 1885 à 1896. Cette impression pourrait bien n’être qu’apparente. Durant cette période, les montants des opérations des différentes succursales et agences ont pour la plupart stagné (figure 4). La hausse de l’indice global que nous avons relevé n’est que la conséquence des créations de succursales et agences et ne signifie nullement une amélioration effective des affaires de la Banque.

100Cette constatation se confirme à la lecture des bénéfices. Regardons la figure 6 que nous avons déjà étudiée. Les bénéfices I et I’ subissent chaque semestre des fluctuations très brutales mais montrent dans leur ensemble une tendance à la stagnation durant les années 1884-1887 et 1889-1896 coupées par l’année 1888 au cours de laquelle on enregistra une hausse. Les bénéfices III (bénéfices publiés) et les dividendes sont généralement stables. Nous nous rappelons, à cet égard, la définition que nous avions donnée des bénéfices I et I’ (surtout I’), fidèles reflets de la situation financière de la Banque, alors que les bénéfices III et les dividendes étaient les bénéfices corrigés par la politique financière de la Banque. La confrontation de ces deux ensembles de courbes fait apparaître qu’au moment de son ouverture comme par la suite, la politique de la Banque fut de réduire considérablement l’ampleur des mouvements de bénéfices grâce aux amortissements et à la mise en réserve pour assurer la stabilité des dividendes. La forte augmentation des bénéfices après le premier semestre 1888 nous pose un problème car nous ne savons quelle signification lui accorder. On pourrait commencer par la conclusion et dire que ces variations proviennent des augmentations radicales enregistrées au niveau du capital et des succursales et agences et non pas d’une amélioration financière effective.

Figure 7 – BIC : Opérations productives et ressources (1875‑1896)

Figure 7 – BIC : Opérations productives et ressources (1875‑1896)

Unité : Million de francs. 
N.B. – Les montants sont les totaux annuels pour les opérations et la situation au 31 décembre pour les ressources.

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1896

101Il suffit de regarder les mouvements des taux de bénéfices pour comprendre que la réalité est tout à fait différente. Les deux courbes (a) et (b) de la figure 8 expriment les mouvements des taux de bénéfices, c’est-à-dire des pourcentages des bénéfices I’ respectivement divisés en capitaux versés et capitaux propres (capitaux versés et réserves publiées). Nous avons utilisé les bénéfices I’ pour calculer ces taux de bénéfices parce que nous pensons qu’ils reflètent mieux la situation financière de la Banque. Nous constatons que les courbes (a) et (b), après avoir subi parallèlement de fortes baisses de 1885 à 1891, ont ensuite amorcé un redressement sans pour cela atteindre en 1896 un niveau très élevé. La courbe (a) est, en 1896, légèrement plus haute qu’en 1885. Quant à la courbe (b), elle a subi le contrecoup de l’augmentation du fonds de réserve et ne rejoint même pas la position qu’elle avait en 1885. On ne trouve sur la courbe des taux de bénéfices aucune trace de la forte hausse des bénéfices enregistrée après le premier semestre 1888. Le capital versé a augmenté d’un tiers à l’occasion de l’augmentation de capital, fait qui suffit à expliquer la compression des taux de bénéfices. De cette étude il ressort que les affaires de la Banque ont piétiné durant cette période, plus particulièrement les années 1885-1891 où elles ont connu un brusque recul.

Figure 8 – BIC : Évolution des taux de bénéfices (1875‑1896)

Figure 8 – BIC : Évolution des taux de bénéfices (1875‑1896)

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1897

102La figure 6 nous permet de relever un autre fait caractéristique. A partir du second semestre 1888 apparaît fréquemment un écart important entre les bénéfices I et I’. Cette différence est due aux pertes et dépenses non ordinaires, pour la plupart des effets impayés, des créances irrecouvrables, des pertes dues aux fluctuations du change et autres pertes (voir tableau 18). Cette stagnation des bénéfices et des taux de bénéfices s’explique donc par l’aggravation des difficultés des opérations, conséquence de la détérioration des circonstances d’exploitation à cette époque.

Tableau 17 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfice. Dividendes (1885‑1896)

Tableau 17 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfice. Dividendes (1885‑1896)

Unité : 1 000 francs (somme arrondies à l’unité inférieure). 
1. Les dividendes du deuxième semestre 1887 sont élevés parce que le fonds de « Réserve spéciale » a été entamé lors de l’augmentation du capital au profit des dividendes.

Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1885-1898 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1885-1896

Tableau 18 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1885‑1896)

Tableau 18 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1885‑1896)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).

Source : PV, Banque de l’Indochine, 1885-1897

103L’analyse des opérations tout comme celle des mouvements des bénéfices montre que la Banque traverse, de 1885 à 1896, une sérieuse épreuve.

B. La politique bancaire et la dépréciation de l’argent

1. Dépréciation de l’argent

104Parmi les épreuves auxquelles la Banque dut faire face, deux furent particulièrement sérieuses. Ce sont, d’une part, la dépression des économies coloniales et d’autre part, les fluctuations de la valeur de l’argent ainsi que les secousses violentes du change entre Europe et Asie qui en résultèrent. Les problèmes sont extrêmement complexes en ce qui concerne la crise économique des colonies, se soldant pour les succursales et agences par un affaiblissement des assises du commerce. Une analyse rigoureuse exigerait que l’on noircisse un nombre incalculable de feuilles, aussi n’entrerons-nous pas dans les détails en nous contentant de signaler sommairement quelques faits.

  • 145 H. Baudoin, op. cit., p. 179-180.

105Au milieu des années 1880, l’arachide qui était devenu le produit presque exclusif du commerce colonial des Indes françaises fut atteint d’une sorte de dégénérescence et atteignit son apogée en 1886 avant d’entrer dans une longue phase de baisse de production. A cela est venue s’ajouter l’influence de la Charte des Indes du 10 mars 1894 dont la conséquence fut de détourner les produits des territoires anglais habituellement regroupés à Pondichéry, vers les territoires anglais de Madras et de Cuddalore. Les deux années de 1887 et 1894 ont été décisives dans le déclin de Pondichéry145.

  • 146 En ce qui concerne l’économie de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, voir : ministère du Commerce (...)

106L’extraction du nickel de Nouvelle-Calédonie connut un destin analogue à celui de l’arachide des Indes françaises. Cette industrie minière commença à voir ses cours décliner en 1888, au moment précis où la Banque de l’Indochine venait d’ouvrir une succursale à Nouméa. En 1893, les exportations vers l’Europe avaient totalement cessé et une sérieuse inactivité se prolongea jusqu’à la fin des années 1890. L’économie coloniale souffrit de cette paralysie et les années 1893-1896 furent une période de grande crise146.

  • 147 Chaque année, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine, lorsqu’il évoquait la situat (...)
  • 148 C’est le 1er juillet 1887 que le nouveau système de tarification douanière défini par la loi du 26  (...)

107Lorsque la valeur de l’argent commença brusquement à baisser en 1885, l’économie de l’Indochine était déjà dans une période de dépression qui devait empirer après 1887147. Le 26 février de la même année, la loi des finances modifiait radicalement le système des tarifs douaniers de la colonie jusque là autonome (régime en franchise, en réalité) par rapport à la métropole148. Cette loi portait sur les trois points suivants :

  • les produits importés de France restaient exemptés de taxes ;

  • les produits importés de l’étranger étaient frappés du tarif général métropolitain (de 10 à 20 %) ;

  • les produits importés de l’étranger qu’on ne pouvait fabriquer en France bénéficiait d’un régime particulier : on décidait le montant d’une taxe d’importation.

  • 149 Les représentants des intérêts à la Chambre des Députés de ce groupe étaient : Auguste Dautresme, R (...)
  • 150 En réalité, l’un de ceux à proposer cette loi, Thomson, justifiait ce projet le 11 février 1887 en (...)
  • 151 Ibid., p. 16-17. On considère habituellement que cette loi de finances a réalisé l’« assimilation d (...)
  • 152 Selon le témoignage de la Chambre de commerce de Saigon et des attachés aux affaires coloniales de (...)
  • 153 A propos des questions douanières en Indochine et de l’influence de la loi de 1887 sur l’économie d (...)

108Lorsqu’on examine le contenu de cette loi et qu’on sait que son projet fut le fruit des efforts des protectionnistes dont le groupe des industriels cotonniers de la région rouennaise149, il devient évident qu’elle était destinée à favoriser les exportations françaises d’articles de coton vers l’Indochine et à éliminer de cette région les mêmes articles de fabrication anglaise (ou fabriqués dans les colonies anglaises)150. Le tableau 19 montre que si cette réforme douanière a entraîné une forte diminution des importations en Indochine de produits étrangers, elle n’a pas non plus contribué à augmenter les importations françaises. D’autre part, tout en exemptant de taxes douanières les produits importés de la France dans la colonie, cette réforme laissait les produits exportés de la colonie vers la France frappés des mêmes taxes que les produits étrangers151. La conséquence déflationniste de la diminution des importations sur l’économie coloniale n’avait pu être compensée par l’augmentation des exportations. En Indochine, la stagnation des exportations et la brusque diminution des importations due à la loi des finances de 1887, entraînèrent une hausse des prix (de 30 % !)152 et bien évidemment une diminution de la consommation aggravant ainsi la crise économique de la colonie153.

Tableau 19 – Commerce extérieur de la Cochinchine et du Cambodge (1886‑1897)

Tableau 19 – Commerce extérieur de la Cochinchine et du Cambodge (1886‑1897)

Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure) 
N.B. – Les chiffres des colonnes « Riz » et « Divers » des exportations vers l’étranger étaient inversés dans le texte original, mais nous les avons corrigés, certains qu’il y avait eu erreur.

Source : Eug. Lagrillère-Beauclerc, À travers l’Indochine : Cochinchine-Cambodge -Annam-Tonkin-Laos, Paris, 1900, p. 76-79

  • 154 Cet allégement est à la fois absolu et relatif. Absolu parce qu’il y a vraiment eu allégement des t (...)
  • 155 Le tableau 19 et la figure 9 montrent que la reprise des exportations de riz est due à une augmenta (...)

109La loi de 1887 déclencha des mouvements violents de protestation chez les colons. Le régime douanier subit différents remaniements successifs : le décret du 9 mai 1889, la loi du 8 juillet 1889 et enfin la loi de Méline sur les tarifs douaniers du 11 janvier 1892. Ces remaniements allégèrent154 et même supprimèrent les taxes de la métropole sur les produits de la colonie, conduisant les échanges entre la métropole et la colonie vers le principe de réciprocité. C’est ainsi qu’on assistait, au début des années 1890, à une ouverture partielle des marchés de la métropole aux produits coloniaux et à une reprise du commerce extérieur de l’Indochine basé sur les exportations de riz (voir tableau 19 et figure 9155). Mais, durant la première moitié des années 1890, l’économie coloniale subissait le contrecoup de la dépréciation de l’argent et continuait d’être perturbée.

Figure 9 – Exportations de paddy, cargo et riz blanc de Cochinchine (1875‑1890)

Figure 9 – Exportations de paddy, cargo et riz blanc de Cochinchine (1875‑1890)

Unité : 1 000 tonnes.

Source : Albert Coquerel, Paddy et riz de Cochinchine, Lyon, 1911, p. 206 et suiv

110Or, comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, les problèmes de l’argent et du change eurent pour origine l’adoption par l’Allemagne du système étalon d’or au début des années 1870. Ils ne gagnèrent pas les colonies françaises avant 1876 car la France maintenait le système bimétalliste. Mais en 1876, la France supprima la frappe libre des pièces d’argent et passa à un système boiteux (un système étalon d’or, en réalité). Les échanges entre la France et les colonies reflétaient alors directement les variations du rapport de l’or et de l’argent. Dans le cas de l’Indochine, par exemple, le maintien d’un cours fixe entre la piastre et le franc appliqué jusqu’alors par les autorités de Cochinchine posa de plus en plus de difficultés. Après 1882, les autorités coloniales (le gouvernement général de Hanoï après la fondation de la fédération d’Indochine en 1887) furent obligées d’ajuster fréquemment le cours officiel en fonction du marché (voir figure 10 qui illustre les résultats).

  • 156 AG, Banque de l’Indochine, 17 mai 1893.

111Cette dépréciation de l’argent eut sur la Banque de l’Indochine des impacts variés que l’on peut diviser en deux groupes. Le premier concerne l’effondrement de l’actif de la Banque et l’augmentation des frais de transferts de capitaux (vers l’Europe) pour les succursales et agences. Cette situation est directement à l’origine de la diminution des bénéfices. Commençons par l’effondrement de l’actif de la Banque. Bien que la Banque de l’Indochine n’avait pas l’envergure des banques anglaises, elle changeait ses capitaux or en ceux argent. En effet, elle répartissait le capital social souscrit en France entre les différentes succursales afin d’y constituer une réserve en numéraire (argent) pour l’émission des billets, tout en utilisant d’autre part les crédits à court terme obtenus des grandes banques parisiennes par action (auxquelles viennent s’ajouter à partir de 1889 la haute banque parisienne et de l’Union Bank of London). La dépréciation de l’argent a évidemment affaibli cet acquis en francs et livres. Comme nous l’expliquerons par la suite, le siège devant faire refléter cette baisse de la valeur de l’argent sur la situation financière de la Banque, faisait, lors de l’arrêté de bilans semestriels, une évaluation en or des capitaux argent employés par chaque succursale et agence aux taux les plus bas pratiqués dans le cours de chaque semestre, c’est-à-dire faisait, selon le conseil d’administration, l’« amortissement graduel »156 de l’actif. Cet amortissement suffisait à lui seul à diminuer les bénéfices de la Banque.

112Voyons maintenant l’augmentation pour les succursales et agences des frais des transferts de capitaux en Europe. Les problèmes touchaient deux opérations : les envois des bénéfices destinés à payer les dividendes et les transferts permettant l’approvisionnement en monnaie coloniale indochinoise. Nous pensons que le premier se passe de commentaires mais que le deuxième mérite quelques explications en raison de la situation particulière de l’Indochine.

  • 157 Sur les instances du Comptoir d’Escompte et de la Banque de l’Indochine, un arrêté du ministère des (...)
  • 158 Le poids de la piastre française était de 27,215 grammes, son aloi de 0,900. Comme nous avons précé (...)
  • 159 C’est pour cette raison que le poids de la piastre française fut ramené par la suite à 27 grammes ( (...)
  • 160 Ce qui fut le cas des fuites de numéraire des années 1885, 1886 et 1894. Ibid., 8 mai 1886, 5 mai 1 (...)

113Nous avons déjà vu comment la monnaie standard de la Cochinchine, la piastre mexicaine, objet de spéculations incessantes, fuyait souvent vers Hongkong. En 1885, le gouvernement français tenta de remédier à cette instabilité de la monnaie coloniale et, accédant à la demande de la Banque de l’Indochine, donna l’autorisation de frapper une monnaie en argent pour l’Indochine, la « piastre française », et de l’introduire dans cette colonie157. Mais la nouvelle monnaie copiée sur le dollar américain pesait légèrement plus lourd que les autres monnaies qui circulaient en Asie (piastre mexicaine, dollar anglais, yen japonais158), si bien qu’à peine entrée, elle commençait aussitôt à sortir vers la Chine159. Seul le mode d’approvisionnement en numéraire fut modifié. La Banque de l’Indochine envoyait directement (ou plutôt via Hongkong) les fonds en Europe ; elle remettait ensuite l’argent acheté avec ces capitaux à l’Hôtel de la Monnaie à Paris où elle faisait frapper les piastres françaises qu’elle envoyait alors en Indochine pour combler le déficit en numéraire des succursales. Mais la fuite des espèces de l’Indochine était fréquemment provoquée par de fortes spéculations et l’approvisionnement en numéraire présentait souvent un caractère urgent160. Le siège n’attendait alors pas les envois des fonds par les succursales pour acheter l’argent et pour faire fonctionner la frappe. C’est ainsi qu’apparaissait un décalage temporel entre les envois de fonds et le rassemblement d’argent. Si durant cet intervalle l’argent se dépréciait, cette dépréciation suffisait à faire monter les frais d’approvisionnement en argent. Il ressort de tout ceci que la baisse de l’argent était à l’origine, pour la Banque, d’une diminution des bénéfices causée par l’augmentation des frais d’envois des bénéfices et de transferts de capitaux pour l’approvisionnement en numéraire.

Figure 10 – Cours de la piastre indochinoise (1862‑1905)

Figure 10 – Cours de la piastre indochinoise (1862‑1905)

Unité : Franc.

Source : Marcel Détieux, La question monétaire en Indochine, Paris, 1907, p. 408-409

  • 161 AG, Banque de l’Indochine, 5 mai 1887 et 15 mai 1895. Cette panique fut particulièrement sérieuse e (...)

114Nous allons maintenant aborder la deuxième série d’impacts dus à la dépréciation de l’argent, à savoir la baisse des opérations productives (dont les opérations internationales) avec pour conséquence indirecte une diminution des bénéfices. Dans ses phases les plus violentes, la dépréciation de l’argent a semé la panique sur les marchés coloniaux fortement dépendants des marchés étrangers. Tel fut le cas, par exemple, de l’année 1886 qui enregistra au cours de six mois (de janvier à juillet) une dévaluation de 11 % et de l’année 1894 où la dévaluation annuelle fut de 15 %. Durant ces périodes, la panique des marchés de Hongkong et de Singapour provoqua la faillite des marchands chinois de ces deux villes qui entraîna à son tour la ruine des commerçants de Saigon et de Cholon. Cette chaîne de catastrophes porta un coup sérieux à l’économie coloniale et plus particulièrement aux exportations de riz qui étaient contrôlées par les commerçants chinois. Cette situation amena inévitablement une diminution importante des opérations de change de la succursale de Saigon161. D’autre part, la dépréciation de l’argent entraîna une mise en difficulté des produits et capitaux importés de la zone de monnaie or et une paralysie du secteur européen de l’économie coloniale. Dans un rapport adressé au ministre des Colonies en septembre 1886, le gouverneur de Cochinchine fait part de la situation en ces termes :

« La baisse incessante du cours de la piastre produit depuis longtemps en Cochinchine un réel malaise. C’est là, à mes yeux, la véritable cause du peu de développement du commerce métropolitain d’exportation, bien plus que le manque d’initiative que l’on a reproché à tort à nos commerçants français [...]. Pour lutter à armes égales contre les cotonnades des Indes ou contre les soies de Chine notamment, avec le taux de la piastre à 4 francs, il faudrait que le commerce français d’exportation bénéficiât, sous forme de prime ou de dépenses de taxes douanières, d’un avantage de 20 % ad valorem.

  • 162 ANSOM, Crédit carton 71, A. Filippi, gouverneur de la Cochinchine, à ministre des Colonies, Saigon, (...)

« Mais ce ne sont point seulement les produits français qui sont arrêtés à l’importation en Cochinchine par la baisse de la piastre et l’usage de cette monnaie avilie, ce sont aussi les capitaux, et même les fonctionnaires, de même que le commerce de détail, les capitalistes, banquiers ou entreprises de travaux publics ont les plus sérieuses raisons, d’abord de se plaindre, ensuite de redouter l’avenir [...]. Ces inquiétudes paraissent depuis quelque temps s’exagérer et les marchés donnent lieu à des soumissions que la prévision de la baisse du change fait élever outre mesure ; de là, souffrance générale des affaires, entraves apportées à l’exécution des grands travaux publics »162.

115Tout ceci montre que la dépréciation de l’argent trouble, de façon tantôt lente, tantôt brutale, l’économie coloniale et œuvre pour une destruction ou un affaiblissement des opérations des succursales et agences.

2. La politique bancaire

116Quelles mesures la Banque de l’Indochine prit-elle pour faire face aux difficultés dues aux violentes fluctuations de la valeur de l’argent et du change ? Nous aborderons ce problème à trois niveaux différents : la politique financière, la politique des capitaux et la politique des opérations des succursales et agences.

Politique financière

  • 163 Signalons, à propos du tableau 15, deux points ayant un lien avec le tableau 18. Tout d’abord, le r (...)

117L’étude que nous venons de réaliser sur la répartition des bénéfices de 1875 à 1884 nous a permis de comprendre que la Banque avait développé une politique systématique d’amortissement et de mise en réserve élevés. La répartition des bénéfices ainsi que l’amortissement et la réserve exprimés par les tableaux 17 et 18 (précédemment cités) pour les années 1885-1896, n’ont pas véritablement changé par rapport à la période précédente. On peut donc considérer que le siège a maintenu, durant notre période d’étude, la politique adoptée au temps de l’installation. La création d’un fonds de « Réserve pour les fluctuations du change » venant s’ajouter aux autres fonds de réserve en 1885, laisse supposer que la dépréciation de l’argent était l’objet, à cette époque, d’un intérêt particulier de la part de la Banque. Cependant la question qui nous préoccupe concerne les conséquences de cette politique financière. Essayons, en nous aidant du tableau 15, de comparer le détail des montants de la réserve au dernier jour de notre période d’étude (31 décembre 1896)163 avec celui du 31 décembre 1884. La comparaison des trois composants représentés par « Réserve statutaire », « Réserve hors statutaire » et « Réserve occulte » ne laisse percevoir aucun changement, les deux derniers fonds mis en réserve sur décision de la Banque totalisant un pourcentage invariablement élevé atteignant ici 75 %. L’attention est attirée par les 12 % du fonds de « Réserve pour les fluctuations du change », pourcentage relativement étonnant pour une sous-rubrique du fonds de « Réserve occulte ». Les montants absolus des fonds de réserve ont été multipliés par 3,7 passant de 1 080 000 francs à 4 099 000 francs. Dans le même temps, les augmentations du capital et des opérations productives n’étaient respectivement que de 1,5 et 1,9 (fois...), faisant ainsi apparaître extraordinairement élevé le chiffre de 3,7 correspondant à l’augmentation des fonds de réserve. Toutes ces constatations permettent d’affirmer que, de 1885 à 1896, la Banque se construisit une assise financière stable tout en se forgeant des défenses solides notamment à l’égard de fluctuations du change.

  • 164 AG, Banque de l’Indochine, 17 mai 1893.

118Nous ne pouvons pas, en matière de politique financière, ne pas aborder l’élaboration du bilan qui reflète fortement la prise de conscience de la dépréciation de l’argent. La Banque conserva, en effet, avant 1892 (au plus tard), l’habitude d’établir un bilan semestriel en franc calculé d’après le cours de la piastre ou de la roupie le plus bas enregistré durant le semestre164. Cette coutume qui signifiait réévaluation de l’actif en argent avec un semestre pour unité et par conséquent amortissement avec toujours la même unité de ce patrimoine dont la valeur diminuait (« amortissement graduel »), témoignait d’une grande prudence et du souci de faire en sorte que l’activité de la Banque ne s’écarte pas trop de la réalité financière et ceci grâce à une stratégie par laquelle la baisse de l’argent se reflétait sans trop de retard dans les finances de la Banque.

Politique des capitaux

119Les capitaux des succursales et agences comprenaient, en dehors des capitaux en monnaie locale (billets de banque, dépôts), des capitaux en monnaie européenne (capital social, réserves, crédits alloués par des banques parisiennes et londonienne). Les fluctuations du change exposaient bien évidemment ces derniers à un danger. Le siège portait donc le plus grand intérêt à l’utilisation des capitaux européens. En matière de politique du siège des placements de capitaux européens, l’évolution du compte de la succursale de Saigon vis-à-vis du siège faisait l’objet d’informations générales comme en témoigne la figure 11. Les « Soldes débiteurs » et « Soldes créditeurs » de cette figure représentaient respectivement les emprunts nets de la succursale de Saigon au siège et les avances de la même succursale au siège. Les premiers étaient alimentés par le capital et les réserves ; et les seconds par les billets et les dépôts locaux. La figure nous apprend que les soldes débiteurs furent très élevés de décembre 1887 à juin 1890 et de décembre 1895 à juin 1897. Ces deux périodes enregistrèrent en effet une courte interrruption de la dépréciation de l’argent (voir figure 10). A l’exception de ces deux moments, les soldes débiteurs ne concernent que des sommes faibles voire nulles. Il arrive parfois que cette situation débitrice se transforme en situation créditrice. Ces semestres sont marqués par les brusques baisses de l’argent qui furent particulièrement spectaculaires du second semestre 1893 au premier semestre 1894, où les soldes étaient créditeurs. Ces observations permettent de conclure que la succursale de Saigon s’abstint d’utiliser ses capitaux en francs en période de dépréciation de l’argent et développa une politique consistant à placer largement ces capitaux lorsque la valeur de l’argent était stable.

Figure 11 – Succursale de Saigon : Compte vis-à-vis du siège (1879‑1897). Situation à la fin de chaque semestre

Figure 11 – Succursale de Saigon : Compte vis-à-vis du siège (1879‑1897). Situation à la fin de chaque semestre

Unité : 100 000 piastres.

Source : Journal officiel de l’Indochine, 1880-1898

120Cette politique n’était cependant réalisable que lorsque les succursales pouvaient s’approvisionner avec une facilité en capitaux locaux sous forme de billets de banque ou dépôts (surtout les premiers qui bénéficiaient d’une certaine élasticité) et par conséquent se passer, au moins provisoirement, de capitaux européens. Il était difficile pour des succursales qui étaient quantitativement limitées dans l’émission de leurs billets (comme celle de Pondichéry) d’adopter une telle politique. D’autre part, les transferts de capitaux résultant de l’application de cette politique n’étaient pas, en réalité, aussi simples que cela. Essayons, à titre d’exemple, de suivre pas à pas, à l’aide d’extraits de procès-verbaux du conseil d’administration, les transferts de capitaux occasionnés par la crise de l’argent de 1892. Rappelons que les deux grandes banques anglaises, la New Oriental Bank Corporation et la Chartered Mercantile Bank of India, London and China, firent faillite au plus fort de cette crise.

12118 mai :

« En raison de la baisse considérable de l’argent et des changes de l’Extrême-Orient, et de la situation difficile que traversent les places de Hongkong et de Shanghaï, le conseil décide que des instructions seront transmises aux succursales de laisser le moins de fonds possible entre les mains de leurs correspondants et de rapatrier graduellement leurs disponibilités. »

12215 juin :

« [Le directeur] annonce au conseil que suivant le désir exprimé dans une précédente séance, des rapatriements importants ont été déjà opérés par les succursales de Saigon et de Haïphong. Cette dernière succursale a pu diminuer considérablement ses disponibilités inutilisées à Hongkong en prêtant à la succursale de Pondichéry un million de roupies. »

12328 septembre :

« Le directeur expose au conseil la situation actuelle des succursales de l’Inde et de l’Indochine relativement au capital employé pour elles. La succursale de Pondichéry est débitrice de l’administration centrale d’une somme inférieure à un million de francs qui lui est nécessaire pour ses opérations courantes, la circulation de ses billets étant pour ainsi dire nulle. Il n’y a donc pas lieu de l’inviter à faire des remises pour la soustraire aux aléas de change qu’entraînerait une nouvelle baisse de l’argent fin. La succursale de Saigon a couvert son débit auprès de l’administration centrale par ses achats de remises à livrer. Elle n’a donc pas de disponibilités à rapatrier. À part les 1 600 000 francs prêtés par la succursale de Haïphong à celle de Pondichéry, la première de ces succursales a couvert son solde débiteur à Paris. Il n’y a donc qu’à se préoccuper de l’emploi des 1 600 000 francs, soit un million de roupies prêtées à la succursale de Pondichéry [...]. »

12419 octobre :

  • 165 L’achat de rente du gouvernement indien contrevenait ouvertement aux statuts de la Banque qui n’aut (...)

« Sur le million de roupies immobilisées actuellement entre les mains de la succursale de Pondichéry, pour le compte de celle de Haïphong, le comité [de gestion], agissant en vertu de la décision du conseil dans sa précédente séance, a décidé que 700 000 roupies seraient affectées à l’achat de rente 4 % du gouvernement indien165, le surplus de 300 000 roupies restant en dépôt à l’agence du Comptoir National d’Escompte de Paris à Calcutta. »

12529 décembre :

« Le directeur informe le conseil que sur le million de roupies (soit environ 1 600 000) appartenant à la succursale de Haïphong et utilisé dans l’Inde – 100 000 francs ont été appliqués à la succursale de Pondichéry à titre définitif – 500 000 francs ont été rapatriés en Europe après vente de l’équivalent indien en rente 4 % – et l’équivalent de 80 000 piastres a été transféré de Bombay à Hongkong sur la demande et pour les besoins de la succursale de Haïphong. Il ne reste donc plus dans l’Inde, appartenant à la succursale de Haïphong, que 600 000 francs environ qui seront transférés en Europe ou appliqués à la succursale de Pondichéry, dès le commencement de janvier. »

126Ces différents extraits permettent d’avancer les affirmations suivantes. Tout d’abord, les deux succursales indochinoises de Saigon et de Haïphong disposaient à Hongkong de capitaux importants. En deuxième lieu, la forte chute du cours de l’argent a amené ces deux succursales à récupérer ces capitaux et à les transférer au siège, diminuant ainsi leur débit vis-à-vis de Paris. En troisième lieu, les succursales de Saigon et de Haïphong couvrirent leur débit, la première en totalité, la seconde en grande partie (une partie transitait par l’Inde et pour une durée à peu près égale à six mois). La succursale de Pondichéry maintenait à l’égard du siège un débit de 1 000 000 francs. Elle ne pouvait pas, en effet, à cause de sa faible quantité de billets émis, adopter les mêmes procédés que les succursales de Saigon et de Haïphong qui pouvaient, grâce à l’émission, s’approvisionner en disponibilités. Cette situation montre tout simplement qu’en cas de dépréciation de l’argent, les succursales indochinoises étaient favorisées par rapport à leur homologue indien.

Politique des opérations des succursales

  • 166 Ibid., 24 octobre 1889. D’après le conseil d’administration, il avait été estimé que les opérations (...)

127Les fluctuations de la valeur de l’argent et du change perturbaient bien souvent le commerce extérieur et faisaient reculer, dans les colonies, les opérations de change. Ce tarissement d’une source importante des opérations productives provoquait l’inaction des capitaux à placer. La Banque devait bien évidemment envisager d’autres placements pour ces capitaux non utilisés. En ce qui concerne les succursales de Saïgon et de Haïphong, elles pouvaient, en retardant le rapatriement des capitaux transférés à Hongkong et Singapour (par suite de l’achat des remises), placer dans ces deux villes les capitaux disponibles. Cette méthode ne pouvait cependant pas être adoptée en période de fluctuations du change car, comme l’a prouvé l’exemple de l’année 1892, le marché chinois se trouvait alors en danger. La Banque se tournait alors vers des opérations sans rapport avec le commerce extérieur et le change, principalement les escomptes d’effets locaux. Cette dernière opération n’était pourtant guère florissante car, comme nous l’avons déjà vu, les succursales n’acceptaient pas les effets signés de la main des Vietnamiens. La Banque essaya donc de lever cette contrainte en ouvrant ses portes aux effets vietnamiens pour développer les opérations d’escompte. Ce revirement de politique eut lieu en 1886166 et la nouvelle politique fut appliquée sous une forme très audacieuse en 1887 lorsque les opérations de change connurent une chute considérable. Laissons parler, à ce sujet, le conseil d’administration qui disait ceci à propos des activités de la succursale de Saigon :

  • 167 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1888.

« Pour contrebalancer cette diminution que nous avions prévue dans nos opérations avec l’étranger, nous nous sommes attachés tout spécialement à développer nos escomptes locaux. Jusqu’ici, les signatures annamites n’avaient figuré dans notre portefeuille qu’à titre tout à fait exceptionnel, les commerçants indigènes continuant, malgré un écart considérable dans les taux adoptés, à s’adresser de préférence aux prêteurs chinois et hindous. Nous avons pu, cette année, en nous mettant en rapport plus immédiat avec les annamites, en leur expliquant le fonctionnement de notre institution, amener les principaux commerçants et propriétaires indigènes à nous remettre leur papier à l’escompte. D’autre part, nos escomptes au commerce français et chinois se sont également accrus dans une très forte proportion, ainsi que le témoigne le chiffre de nos affaires locales qui de 17 052 759 francs 65 en 1886 s’est élevé à 35 183 345 francs 20 »167.

  • 168 Le rapport à l’assemblée générale des actionnaires pour l’année 1889 disait ceci : « La récolte des (...)
  • 169 Ibid.
  • 170 PV, Banque de l’Indochine, 19 mars 1890.

128Les opérations d’escompte ont ainsi augmenté en 1887, 1888 et 1889 (voir figure 12). Rappelons à ce sujet que cette opération n’était astreinte à aucun réglement interne, le tri des effets dépendant de la seule volonté du directeur de la succursale. L’augmentation de cette opération reposait donc sur une organisation extrêmement fragile. C’est ainsi que, lorsqu’en 1889, une très mauvaise récolte de riz accentua la crise de l’économie coloniale, on assista à une prolifération des effets vietnamiens impayés168. En automne de la même année, le siège demandait à la succursale de Saigon « de cesser tout escompte direct aux annamites et de se borner exclusivement, désormais, aux prêts sur récoltes, qui [...] s’effectuent avec la garantie de l’administration locale »169. Il était déjà trop tard et au moment de la clôture de fin d’année on comptait 400 000 francs d’effets impayés, soit 35 % des bénéfices I réalisés au cours de la même année170. Conséquence inévitable de cette décision, les opérations d’escompte diminuèrent considérablement l’année suivante.

Figure 12 – Succursale de Saigon : Mouvements des totaux annuels des opérations locales (1876‑1896)

Figure 12 – Succursale de Saigon : Mouvements des totaux annuels des opérations locales (1876‑1896)

Unité : Million de francs. 

Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1896

  • 171 Au cours de la séance du conseil d’administration du 24 octobre 1889, le commissaire du gouvernemen (...)
  • 172 Ibid., 26 février 1890.
  • 173 Ibid., 17 décembre 1890.
  • 174 H. Baudoin, op. cit., p. 79-81.

129Les pertes énormes essuyées en 1889 entraînèrent une prise de conscience douloureuse des défauts de l’organisation des opérations des succursales que le siège décida de réformer. Sur le conseil du commissaire du gouvernement, il fut décidé de placer un « conseil d’escompte » dans chaque succursale permettant de contrôler les opérations171. Le premier conseil d’escompte fut créé à Saigon en février 1890172. En décembre de la même année, les succursales de Pondichéry, Haiphong et Nouméa furent à leur tour dotées de ce conseil173. Ce dernier comprenait quatre membres : le directeur de la succursale, le contrôleur chef des services, le caissier et le trésor-payeur. Il tenait au moins un conseil par semaine et avait pour fonctions principales l’examen de la situation du crédit des clients et la fixation des montants des sommes allouées174.

  • 175 A partir de février 1890, les procès-verbaux du conseil d’administration renferment encore des décl (...)

130En même temps qu’elle créait ces conseils, la Banque tentait de développer, une nouvelle fois, les escomptes. Cet essai se solda par une nouvelle augmentation des opérations d’escompte de la succursale de Saigon qui démarra en 1891 comme permet de le constater la figure 12. Il serait pourtant dangereux d’accorder une valeur excessive au développement ainsi qu’à la réforme des opérations d’escompte mise en œuvre à partir de 1887. L’élargissement de l’opération d’escompte n’apporte pas de changement décisif dans la composition globale des opérations des succursales et agences (voir tableau annexe 2) tout comme la création de conseils d’escompte ne mit pas fin, pour autant, aux escomptes porteurs d’une seule signature, opération contrevenant aux statuts175. Autant dire qu’aucune modification essentielle n’affecta les opérations et la politique des succursales. Il faut donc voir dans cette modification de la politique bancaire vis-à-vis de l’escompte, le souci d’assurer un certain équilibre à la masse des opérations productives lorsque les opérations internationales souffrent de déséquilibre.

Conclusion

131Essayons, pour finir, d’ordonner les éléments que nous pensons avoir éclaircis dans ce chapitre, en fonction des trois sujets que nous avons avancés dans l’introduction.

132Nous commencerons par les relations entre les activités de la Banque de l’Indochine et l’économie coloniale. Voici les conclusions auxquelles nous a menés l’analyse que nous avons essayé de faire de la succursale de Saïgon. Les opérations productives de cette dernière sont, pour la plus grande part, liées au commerce extérieur et au change, la part du crédit agricole dont on attendait beaucoup étant infime. De plus (voire pour cette raison), les principaux bénéficiaires des crédits de la Banque de l’Indochine furent les commerçants chinois qui contrôlaient le commerce extérieur, suivis par les commerçants européens qui se consacraient principalement aux importations depuis l’Europe, auxquels venaient s’ajouter les gros propriétaires vietnamiens qui pratiquaient l’usure auprès des petits paysans cultivateurs. Le crédit ne toucha que le secteur de la distribution et encore à condition qu’il soit directement lié au commerce extérieur, et n’atteignit pas la production dans ses fondements.

  • 176 Octave Hombeg (le fils du directeur de la Société Générale du même nom) avait été reçu, au début du (...)

133Il est donc permis de considérer que les activités de la Banque avaient une double influence sur l’économie coloniale. En garantissant, sur le plan financier, les deux routes du commerce extérieur qui se superposaient en partie : 1° Indochine ↔ Chine ; 2° Indochine → Chine Angleterre (et ses colonies) → Indochine, elles accéléraient l’intégration de l’économie coloniale au marché asiatique et au marché mondial axé sur l’Angleterre. Les contours de cette intégration s’étaient d’ailleurs dessinés avant l’implantation de la Banque de l’Indochine en Indochine. Elles contribuèrent, d’autre part, à reproduire à plus grande échelle, mais dans une mesure aussi modeste que le crédit agricole eut été alloué, les prêts usuriers pratiqués dans la colonie (et la domination des villages par les gros propriétaires vietnamiens qui en découlait). Ce deuxième effet est manifestement en contradiction avec l’objectif initial de la création de la Banque de l’Indochine qui était d’être une banque d’émission coloniale. Il ne correspond donc pas à l’objectif de la politique officiellement affiché par les dirigeants de la Banque. Nous rappellerons, à ce sujet, le point suivant : en tant qu’entreprise privée, la Banque était motivée par la recherche de profits les plus élevés possibles et par le souci de garantir la sécurité de ses opérations176. Elle fut donc obligée de faire preuve d’une certaine élasticité pour adapter les principes des opérations financières généralisées en Europe aux conditions économiques et sociales locales. Le deuxième effet en question peut donc être considéré comme un sous-produit inattendu des objectifs de la Banque.

134Nous aborderons ensuite les relations entre les cinq grandes banques parisiennes et la Banque de l’Indochine. C’est en empruntant des chemins concrètement différents que, emboîtant le pas au Comptoir d’Escompte et au Crédit Industriel et Commercial, Paribas, la Société Générale et le Crédit Lyonnais participèrent à la Banque de l’Indochine. Ces banques partageaient cependant deux motivations communes : 1° apparition, chez les banques participantes, d’un intérêt pour le marché asiatique (présent et futur) ; 2° volonté de la part de la Banque de l’Indochine comme des banques participantes de ne pas entrer en concurrence sur le marché asiatique. Le premier intérêt commun ne posait pas de problème alors qu’on peut se demander d’où le second tirait son origine. Même s’il est impossible d’en faire une démonstration irréfutable, nous pensons ne pas commettre d’erreur en avançant que cette volonté était étroitement liée avec la situation particulière du marché asiatique où les banques anglaises jouissaient d’une suprématie écrasante.

  • 177 En ce qui concerne le marché régional de l’Asie orientale et le marché mondial à la fin du XIXe siè (...)

135La domination exercée en commun par les cinq grandes banques parisiennes sur le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine était d’ailleurs renforcée par la domination du capital social ainsi que par un approvisionnement en crédits par acceptation dont les montants étaient les mêmes pour chacune de ces banques. Le Comptoir d’Escompte jouait cependant un rôle prépondérant dans la direction des activités de la Banque de l’Indochine. Cette situation s’expliquait par le fait que, tout en possédant une agence influente à Londres, le Comptoir d’Escompte avait également créé des agences dans tous les pays de l’Asie. Il était donc indispensable, pour la Banque de l’Indochine, de maintenir des relations (de correspondance) avec toutes les agences du Comptoir d’Escompte de façon à mener à bien les opérations de change qui constituaient le noyau de ses propres opérations productives. Cette situation reflète bien évidemment la forte implication de l’économie indochinoise dans le marché régional de l’Asie orientale ainsi que dans le marché mondial qui gravitait autour de l’Angleterre177 et l’obligation pour la Banque de l’Indochine de maintenir des contacts avec ces marchés sans lesquels aucune activité commerciale ne serait possible.

  • 178 Voir, à ce sujet : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (2) ». Nous ajouterons que le fait (...)

136Nous terminerons par les relations entre la baisse de la valeur de l’argent et les activités de la Banque de l’Indochine. Les activités de la Banque de l’Indochine furent fortement influencées par les violentes fluctuations et chutes de la valeur de l’argent. De 1885 à 1896, les profits de la Banque furent nécessairement soumis à des fluctuations à court terme et à une stagnation à moyen terme. Or la Banque travailla constamment durant cette période à augmenter ses réserves internes et à maintenir la stabilité des dividendes et réussit dans cette entreprise. Dans une conjoncture extrêmement difficile, la Banque se distingua de toutes les entreprises européennes implantées en Asie et son système de gestion lui valut de connaître un réel succès. Cette réussite est à mettre au compte du sérieux et de l’habileté de sa politique de gestion et de sa politique financière auxquels est venue s’ajouter la possibilité de s’approvisionner en disponibilités par l’émission de billets. Le seul fait que le Comptoir d’Escompte, pourtant proche parent de la Banque de l’Indochine, ait été obligé de se retirer, à la même époque, de la zone de monnaie argent de l’Asie orientale parce qu’il ne pouvait s’approvisionner en capitaux qu’à Paris et Londres178, nous invite à considérer qu’il convient d’accorder une valeur particulière à ce mode d’approvisionnement en capitaux par l’émission de billets. Cette situation suggère également que la participation des banques parisiennes à la Banque de l’Indochine repose sur une autre raison que celle précédemment évoquée consistant à éviter une concurrence entre banques de même nationalité. À la fin du XIXe siècle, le succès des entreprises européennes sur le marché de l’Asie orientale était en effet fortement dépendant de la possibilité d’un approvisionnement en capitaux échappant au risque représenté par les fluctuations du change. La participation à la Banque de l’Indochine qui avait reçu le privilège de l’émission des billets représentait ainsi le moyen le plus sûr pour des banques françaises de s’intéresser dans les affaires de l’Asie orientale (de l’Indochine, dans un premier temps).

Notes

1 Bureau d’études de la Banque de Corée (banque coloniale japonaise), La situation actuelle des banques d’outre-mer (en japonais), Séoul, 1936, p. 200.

2 A propos de la façon dont le siège s’est organisé, voir : PV, Banque de l’Indochine, 25, 27 et 29 janvier, 18 et 25 février 1875.

3 Ibid., 25 janvier 1875 ; AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875.

4 AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875.

5 PV, Banque de l’Indochine, 11 février 1875 ; AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875. Les deux banques parisiennes accordèrent ces crédits de 50 000 francs chacun au titre de « correspondant officiel » que nous verrons plus tard.

6 H. Baudoin, op. cit., Paris, 1903, p. 147.

7 AG, Banque de l’Indochine, 27 mai 1875 et 18 mai 1876.

8 DAOM-Aix, Indochine 12270, note D du directeur de Saigon de la Banque de l’Indochine, s.d. (1877 ?).

9 PV, Banque de l’Indochine, 30 septembre 1875. Cf. Albert Cuniac, Essai sur le crédit agricole en Indochine, Paris, 1904, p. 51-62 ; Edgar Mathieu, Le prêt usurier et le crédit agricole en Cochinchine, Paris, 1912, p. 145 et suiv.

10 PV, Banque de l’Indochine, 30 septembre 1875.

11 Le siège, insatisfait du taux d’intérêt à 15 %, prescrivit, le 30 septembre, de nouvelles négociations pour une augmentation de 3 % (la part de la Banque serait de 15 %). Mais la Banque ne put justifier ce taux majoré à 18 % qu’en invoquant le fait qu’il n’équivaudrait alors qu’à la moitié du taux officiel fixé par la loi vietnamienne. Faute de raison valable, les négociations échouèrent. Ibid., 30 septembre et 28 octobre 1875.

12 A propos de l’Oriental Bank Corporation, se reporter à l’article de Ishii, op. cit. (1), p. 33.

13 « En présence de la retraite de l’agence de l’Oriental Bank, qui a liquidé ses opérations sur cette place [Pondichéry], et l’a laissée ainsi dépourvue d’institution de crédit, nous avons été conduits à procéder rapidement à l’ouverture de notre succursale » (AG, Banque de l’Indochine, 18 mai 1876).

14 Pour une explication plus détaillée de l’ouverture de la succursale de Pondichéry, voir : Ibid., 18 mai 1876 et 24 mai 1877 ; PV, Banque de l’Indochine, 23 mars et 3 août 1876.

15 L’habitude voulait, par exemple, que lors de leur création, les succursales et agences soient placées pour plusieurs années sous la direction de la succursale de Saigon. Le 15 septembre 1888, fut créé un poste d’inspecteur général des succursales chargé de contrôler l’ensemble des succursales et agences. Cette fonction fut assumée par le directeur de Saigon qui cumulait ainsi les deux emplois. PV, Banque de l’Indochine, 15 septembre 1888.

16 Notices coloniales publiées à l’occasion de l’Exposition universelle d’Anvers en 1885, Paris, 1885, 3 vol. 

17 Ibid., t. 1, p. 272-274.

18 Jean Chesneaux, Contribution à l’histoire de la nation vietnamienne, Paris, 1954 (traduit en japonais chez les éditions Riron, p. 116-117) ; Martin J. Murray, The Development of Capitalism in Colonial Indochina (1870-1940), Berkeley-Los Angeles-London, 1980, p. 374 et suiv. ; Michiki Kikuchi, « Essai sur le système de la propriété terrienne dans les villages septentrionaux du Vietnam colonial » (en japonais), Asia Keizai, t. 19, nº 5, mai 1978. Consultez plus particulièrement ce dernier article.

19 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 368. Comme nous l’avons déjà vu dans un document cité précédemment, le prêt usuraire fut institué pour régler les dépenses occasionnées par les semailles et la culture.

20 L’usage voulait que le conseil d’administration fasse figurer les tableaux représentatifs des variations mensuelles de ces quatre sortes d’opérations ainsi que des commentaires dans le rapport annuel qu’il adressait à l’assemblée générale des actionnaires.

21 AG, Banque de l’Indochine, 18 mai 1876.

22 Le conseil d’administration parle de la dépréciation de l’argent des années 1875-1876 en ces termes : « ces fluctuations dans la valeur de l’argent, qui nous ont été préjudiciables quand nous travaillions avec notre seul capital, sont devenues beaucoup moins sensibles, depuis que nos émissions de billets au porteur ont accru nos moyens d’action, sans augmenter les risques de change que nous courons. » (Ibid.)

23 note D du directeur de la succursale de Saïgon, op. cit.

24 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1879.

25 Ibid., 24 mai 1877, etc. Le conseil d’administration reprenait cette formule dans les rapports à l’assemblée générale des actionnaires.

26 « Ces sorties de valeurs [qui arrivent par suite des achats de traites documentaires par la succursale de Saïgon] se font nécessairement en billets de la Banque, mais les négociants chinois qui reçoivent ces billets en paiement les emploient en grande partie à payer leurs vendeurs de riz, les cultivateurs annamites, dont ils ont acheté la récolte pour faire leurs chargements. » (note D du directeur de la succursale de Saïgon, op. cit.)

27 Ibid.

28 C’est à partir de 1891 que l’on commença à émettre des billets d’une piastre dans les colonies indochinoises. AG, Banque de l’Indochine, 20 mai 1891.

29 Durant l’époque coloniale, la monoculture et l’exportation du riz, piliers de l’économie de la Cochinchine, avaient entraîné une très nette division de l’année de travail en deux périodes égales, « la saison active » et « la saison morte » dont la frontière se situait à peu près fin juin, lorsque les exportations étaient terminées.

30 « [...] c’est surtout pendant la saison active, c’est-à-dire pendant la période d’exportation des riz que l’alimentation de la réserve peut causer à la Banque les plus grands embarras. C’est le moment des grosses opérations pour la succursale. Il arrive fréquemment à cette époque que la caisse de cet établissement ait à sortir 100 000, 150 000 ou même 200 000 piastres par semaine pour suffire aux achats de traites documentaires, garanties par les chargements de riz, qui lui sont présentées par le commerce d’exportation. » (note D du directeur de la succursale de Saigon, op. cit.)

31 Ibid. ; H. Baudoin, op. cit., p. 93-94.

32 Les causes en sont l’augmentation de la demande de numéraire et la diminution de la production d’argent due aux troubles politiques de Mexico. ANSOM, Crédit carton 112, rapport de G. Girod, directeur du Comptoir d’Escompte de Paris, à ministre des Finances, L. Say, 9 février 1878.

33 La piastre mexicaine pesait 27,073 grammes pour un aloi de 0,907 alors que le poids du dollar anglais et du yen japonais était de 26,956 grammes et leur aloi 0,900. Marcel Détieux, La question monétaire en Indo-Chine, 1907, p. 89-144.

34 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884 ; H. Baudoin, op. cit., p. 96.

35 Lettre de la Banque de l’Indochine au ministre des Colonies, cit. par le procès-verbal de la Banque de l’Indochine, 9 avril 1885.

36 Nous verrons ensuite comment le gouvernement français, obligé de résoudre ce problème de numéraire, fit frapper une nouvelle monnaie à l’usage de la colonie et commença à l’introduire en Indochine. Cette tentative se solda néanmoins par un échec.

37 ANSOM, Crédit carton 5, Note du commissaire général de la Marine (en 1878).

38 Il faut bien prendre en considération le fait que toutes les banques coloniales avaient leur « correspondant officiel » et pas seulement la Banque de l’Indochine. Voir : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (1) », p. 112.

39 PV, Banque de l’Indochine, 3 juin 1875.

40 Ibid., 11 juin 1890.

41 En 1877, le montant des crédits alloués par la succursale de Hongkong du Comptoir d’Escompte à la Banque de l’Indochine était de 100 000 piastres. Note du commissaire général, op. cit.

42 « Il n’y a pas de règle pour l’ouverture des crédits, ni de livre pour l’enregistrement des crédits ouverts. Le directeur juge seul de l’admission des effets, d’après ce qu’il sait de la situation des signatures soit comme tireurs soit comme endosseurs » (ANSOM, Crédit carton 5, commissaire général de la Marine, s.d. [fin 1876 ?]).

43 Les succursales et agences en Asie utilisaient toutes des « compradors ». Voici à titre d’exemple les éléments essentiels d’un contrat passé en 1899 entre la succursale de Saïgon et un comprador, commerçant chinois originaire de Hongkong nommé « Ma » : « Outre son traitement et celui de ses aides fixé en totalité à 400 piastres par mois, il [Ma] bénéficiera d’une commission de 1 % sur les remises sur la Chine et des Détroits, de 1/2 % sur les traites sur les mêmes pays, et il lui sera alloué une ristourne d’intérêts de 1/2 % par an sur le portefeuille et les avances chinoises. En garantie de sa gestion, il déposera une somme de 700 000 piastres en espèces sur laquelle il lui sera combiné un intérêt de 4 1/2 % l’an, et sera cautionné en outre par des signatures de négociants chinois de Hongkong de premier ordre, jusqu’à concurrence d’une somme de 130 000 piastres » (PV, Banque de l’Indochine, 27 septembre 1899).

44 C’est après 1887 que la succursale reçut les traites directement des Vietnamiens. Nous le verrons par la suite.

45 PV, Banque de l’Indochine, 23 mai 1876.

46 Ce problème du paragraphe 3 de l’article 15 n’a jamais été repris dans les séances du conseil qui ont suivi.

47 Cette scène se répéta jusqu’à la fin des années de service du premier commissaire du gouvernement, Chanel, en 1895.

48 À cet égard, les années 1887-1889 sont très représentatives comme on pourra s’en rendre compte par la suite. PV, Banque de l’Indochine, 1887-1890.

49 Note du commissaire général, op. cit. ; Inspection de la colonie, op. cit.

50 Un inspecteur des colonies de passage à la succursale, remarquant que ces opérations contrevenaient aux statuts, en conclut : « [Les avances ou à-comptes] ne font donc courir aucun danger à l’établissement, et comme ils ont pour effet de faciliter les affaires qui se font sur les exportations de la principale denrée du pays, j’estime qu’il ne peut y avoir que des avantages à en maintenir l’emploi. » (Inspection de la colonie, op. cit.)

51 Albert Schroeder, Annam : études numismatiques, Paris, 1905, t. 1, p. 621.

52 PV, Banque de l’Indochine, 25 novembre 1880 et 19 octobre 1882.

53 Dans un rapport daté du 31 mars 1876, le sous-secrétaire d’État aux Colonies, Benoist d’Azy, fait à propos du prêt sur récoltes pendantes le rapport suivant : « La guerre à l’usure ainsi entamée, sera féconde, nous l’espérons. Les capitaux indigènes, qui ont aujourd’hui ce triste emploi, se reporteront directement sur la terre, la production augmentera en même temps que le prix de revient diminuera. Tout en pouvant supporter une vente à meilleur marché, l’aisance du cultivateur augmentera. L’intervention du crédit européen favorisera aussi celle du commerce national ; les Annamites ne resteront plus en rapport avec les Chinois seuls et trouveront intérêt à s’adresser aux négociants européens de Saigon. L’agglomération des produits au magasin fera disparaître la barrière qui empêchait ces négociants de faire des affaires autrement que par l’entremise des Chinois. Tout y gagnera ; notre légitime influence avec le reste » (Cit. par Ed. Mathieu, op. cit. p. 154).

54 Le taux d’intérêt pratiqué par la succursale de Saigon au moment de son ouverture ne nous est pas connu avec précision, mais si l’on se fie à la succursale de Pondichéry, il aurait avoisiné 9 %. Même en tenant compte des différentes diminutions dont il fut, par la suite, l’objet (11 % le 21 janvier 1886 et 8 % le 11 janvier 1897), le taux de 15 % de cette époque (dont 12 % revenaient à la Banque) était certainement déjà relativement élevé.

55 La Banque prévoyait en 1875 qu’un cinquième des cultivateurs propriétaires utiliserait ce crédit et que les sommes annuelles prêtées atteindraient trois millions de francs. Mais elle ne commençait pas encore à cette époque à émettre des billets et était soumise à des restrictions pour placer ses capitaux. Elle dut par conséquent ramener cette somme à un million de francs. PV, Banque de l’Indochine, 28 octobre 1875.

56 Cit. par ibid., 23 octobre 1884.

57 Circulaire du 5 juillet 1875, cit. par Ed. Mathieu, op. cit., t. 1, p. 157.

58 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 368-369.

59 Le tableau 12 montre que les exportations vers la Chine étaient essentiellement constituées de riz. La majeure partie des importations en provenance de la Chine était représentée par des livres, des articles de soie et de papier, et des thés. Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 291.

60 La liste des produits importés de France étant extrêmement nombreuse, on ne citera que ceux dont les montants étaient élevés, à savoir : le vin d’une part et les machines et outillage pour la construction de ponts et de chemins de fer d’autre part, représentant respectivement en 1883 14 % et 12 % du montant total des importations. Ibid., t. 1, p. 288.

61 On ne sait pratiquement rien des exportations de la Cochinchine vers l’Angleterre mais l’on peut imaginer qu’elles mettaient probablement en jeu des sommes insignifiantes.

62 La structure du commerce extérieur de la Cochinchine (ainsi que celle des autres territoires de l’Indochine venus par la suite s’ajouter aux colonies françaises), caractérisée par une part importante des importations d’Angleterre, se transforma progressivement à partir des années 1890 avec la réforme douanière de l’Indochine et l’accroissement des investissements publics de métropole qui provoquèrent une augmentation des importations françaises.

63 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 274.

64 H. Baudoin, op. cit., p. 168.

65 Les Indes françaises dont le territoire avait été délimité par les traités de 1814 et 1815 réunissaient les cinq villes isolées de Pondichéry, Yanaon, Mahé, Chandernagor et Karikal et leurs environs, le tout sur une superficie de 50 803 hectares seulement. Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 485.

66 Ibid., t. 1, p. 517.

67 ANSOM, Crédit carton 7, Joubert à ministre des Colonies, Pothuau, 5 avril 1878.

68 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 499.

69 Ibid.

70 Lorsque la succursale utilisait des capitaux du siège, elle lui versait un intérêt égal au taux d’escompte de la Banque de France. Quant aux taux d’intérêt des crédits alloués par les « correspondants officiels », on ne sait pas exactement à combien ils s’élevaient, Mais il aurait été naturel qu’ils aient été alignés sur les taux d’intérêt hors banque du marché parisien. PV, Banque de l’Indochine, 25 octobre 1877.

71 Nous citerons, à titre d’exemple, les conclusions du conseil d’administration à la suite de l’analyse des résultats de la succursale pour l’exercice 1884. « Les deux semestres de notre établissement des Indes se sont solidés en bénéfices ; cependant les résultats qu’il nous donne n’ont pas été proportionnés à l’augmentation si sensible du chiffre de ses affaires. Ce fait s’explique, si l’on veut bien considérer, d’abord, que ces affaires, consistant presque exclusivement en opérations de change, immédiatement bouclées, ne laissent, dans les conditions où elles se traitent maintenant en banque, que des marges très faibles, et en second lieu que nos billets au porteur, ne circulant en terre française que dans le périmètre étroit de Pondichéry, enclavé de toutes parts dans les possessions anglaises, ne donnent lieu qu’à une émission restreinte et dont le chiffre n’accuse que des variations insignifiantes » (AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884).

72 Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 498-499.

73 ANSOM, Crédit carton 80, Forestier, inspecteur des colonies, censeur administratif de la Banque, à gouverneur des établissements français dans l’Inde, 10 mai 1886.

74 Dénominations propres à la Banque de l’Indochine.

75 Ces méthodes de gestion des bénéfices peuvent être constatées dans les procès-verbaux du conseil d’administration.

76 Ce principe fut agréé dans les séances du conseil d’administration des années 1876-1877.

77 AG, Banque de l’Indochine, 20 mai 1880.

78 Ibid., 12 mai 1881.

79 Ibid.

80 Bien entendu, ces amortissements des dépenses d’investissement initiales et ces amortissements supplémentaires représentaient une réserve de sommes correspondantes. La Banque avait pourtant l’habitude de les inscrire au bilan sous la forme d’une différence ; et elle inscrivait au bilan les diverses dépenses initiales, déduction faite des amortissements, ces derniers ne paraissant pas explicitement. Mais en 1884, en même temps qu’elle liquidait les amortissements, la Banque changea ce système de présentation. Elle a créé à l’actif et au passif du bilan les deux rubriques « Réserve mobilière et immobilière » et « Réserve pour frais d’installation et pour frais de fabrication de billets au porteur » et a inscrit dans chacune de ces rubriques les montants des amortissements représentant à l’actif et au passif des sommes totales de 159 419,85 francs et 197 457,25 francs. C’est pourquoi apparut brusquement en 1884 au bilan que nous avons reconstitué la rubrique « Réserve hors statutaire » (voir tableau annexe 1). AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.

81 PV, Banque de l’Indochine, 23 octobre 1884.

82 Ibid., 19 mars 1885.

83 Ibid., 18 mars 1880.

84 Ibid., 23 octobre et 13 novembre 1884 ; AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.

85 Il existe sur ce sujet une foule de documents et d’ouvrages. Nous nous sommes, quant à nous, basés principalement sur une étude relativement récente de M. Bruguière (op. cit.).

86 Se reporter à l’ouvrage (en japonais) de Yasuo Nakaki, Histoire politique de la France, t. 1, Tokyo, 1975, p. 199-246.

87 Voir : Yasuo Gonjo, « Le plan Freycinet, 1878-1882 : un aspect de la “grande dépression” économique en France », Revue historique, juillet-septembre 1972.

88 Pour plus de détails, voir : Michel Dubois et Auguste Terrier, Les colonies françaises : un siècle d’expansion coloniale, Paris, 1902, p. 807-897.

89 Alain Forest, Le Cambodge et la colonisation française : histoire d’une colonisation sans heurts (1897-1920), Paris, 1980, p. 5-13.

90 AG, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884.

91 PV, Banque de l’Indochine, 15 mai 1884.

92 Ibid., 26 juin 1884.

93 ANSOM, Crédit carton 80, annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine du 29 octobre 1897.

94 PV, Banque de l’Indochine, 11 septembre 1884.

95 AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.

96 ANSOM, Crédit cartons 9 et 39.

97 AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885.

98 ANSOM, Crédit cartons 9 et 39.

99 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit.

100 Ibid. ; PV, Banque de l’Indochine, 15 janvier 1886.

101 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit.

102 Ibid.

103 Ibid. Cette espoir semble avoir été vraiment sérieux pour la Société Générale. Le procès-verbal du conseil d’administration de cette banque en date du 18 octobre 1887 mentionnait cette déclaration de son directeur : « Dans cette dernière semaine, le ministre, en la personne du président du Conseil, a engagé M. Recopé à s’entendre avec la Banque de l’Indochine et à joindre son groupe à celui de la Banque, au moyen d’une augmentation de capital, dans lequel la Société Générale prendrait la moitié. M. Recopé a donc proposé à M. Hentsch, président de la Banque de l’Indochine, de doubler le capital de la Banque en le portant de 8 à 16 millions par la création de 16 000 actions nouvelles dont la moitié, soit 8 000 actions, serait attribuée à la Société Générale et au groupe Recopé » (PV, Société Générale, 18 octobre 1887).

104 Annexe à la lettre de la Banque de l’Indochine, op. cit. ; PV, Banque de l’Indochine, 24 novembre 1887 et 23 février 1888.

105 AG extraordinaire, Banque de l’Indochine, 11 mai 1888.

106 Lors de l’assemblée extraordinaire des actionnaires du 20 février 1888, le conseil d’administration, lui aussi, a attiré l’attention des actionnaires dans la déclaration suivante : « le Gouvernement s’est réservé le droit de faire établir par la Banque des succursales ou agences dans les pays primitivement désignés, au lieu de laisser la Banque seule juge de l’opportunité de ces nouvelles créations. » (Ibid.)

107 PV, Banque de l’Indochine, 19 avril 1888.

108 Ibid., 23 juillet 1888.

109 PV, Banque de l’Indochine, 4 août 1888.

110 Depuis le 28 avril 1881, Paribas avait un délégué au conseil d’administration de la Banque de l’Indochine en la personne de son directeur, Sautter ; mais, par la suite, aucun poste supplémentaire ne lui avait été accordé. D’autre part, cet envoi de Sautter au conseil ne causa aucune modification dans le fait que le Comptoir d’Escompte et le Crédit Industriel et Commercial, deux fondateurs de la Banque de l’Indochine, avaient des responsabilités dans la gestion de cette dernière.

111 PV, Banque de l’Indochine, 22 mars 1889.

112 Etant donné que la haute banque et l’Union Bank of London (ainsi que leurs correspondants) se chargèrent sur une courte période des opérations assumées par le Comptoir d’Escompte, la liquidation de ces dernières se fit sans heurt ; et moins de deux mois plus tard, le 23 mai, tout était pratiquement réglé (AG, Banque de l’Indochine, 23 mai 1889). Les troubles des opérations internationales de la Banque de l’Indochine ne durèrent donc que très peu de temps.

113 Comme nous l’expliquons au début du présent chapitre, la Banque de l’Indochine avait, au moment de son entrée en activité, créé un comité de gestion composé de cinq membres qui, par la suite, avait interrompu ses fonctions et été remplacé par un système d’exécution des affaires centré autour du président et de deux administrateurs délégués, c’est-à-dire un système basé sur les dirigeants du Comptoir d’Escompte.

114 PV, Banque de l’Indochine, 13 avril 1889.

115 Simon, ancien comptable de la succursale de Pondichéry, fut ensuite promu, le 13 novembre 1884, au poste de secrétaire du siège en remplacement de Baissade. A la faveur de l’élargissement du siège en 1889 qui se manifesta par une augmentation du capital et la construction de nouvelles succursales, le titre de secrétaire se transforma en celui de directeur si bien que Simon fut le premier directeur à entrer en fonction. AG, Banque de l’Indochine, 23 mai 1889.

116 PV, Banque de l’Indochine, 13 avril 1889.

117 Le conseil d’administration, lors de la séance du 11 mars 1889, adressa une lettre aux ministres des Colonies et des Finances dans laquelle il disait que « dans le cas où cette éventualité [la suppression des agences du Comptoir d’Escompte] viendrait à se réaliser, la Banque de l’Indochine mettrait à la disposition du gouvernement pour étudier toute combinaison qui aurait pour but le remplacement des agences du Comptoir d’Escompte de Paris en Extrême-Orient » (Ibid., 11 mars 1889).

118 Six banques : Hottinguer, Mallet, Vernes, Heine, Neuflize et Goguel.

119 PV, Banque de l’Indochine, 16 mai 1889.

120 Voir V du chapitre I.

121 PV, Banque de l’Indochine, 16 mai 1889.

122 Ibid., 27 juin 1889.

123 Ibid., 20 juin 1900.

124 Ce point peut être vérifié dans les procès-verbaux du conseil d’administration.

125 Voir : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (2) », p. 114.

126 PV, Banque de l’Indochine, 14 mai 1890.

127 Cit. par ibid. Au cours de l’assemblée générale des actionnaires du 14 mai de la même année furent données les explications suivantes : « Le Comptoir National d’Escompte de Paris, constitué au même capital que l’ancien Comptoir, ayant repris les opérations de ce dernier dans les agences d’Outre-Mer, nous avons pensé qu’il était opportun de faire revivre les rapports qui existaient autrefois et de rétablir, dans un intérêt commun, une entente cordiale entre les deux seuls établissements de crédit français existant en Extrême-Orient » (AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1890).

128 PV, Banque de l’Indochine, 15 juin 1992.

129 Pourquoi la Banque de l’Indochine a-t-elle continué, jusqu’à la fin des années 1890, à faire dépendre son crédit de la haute banque et de l’Union Bank of London, alors qu’elle renouait rapidement ses anciennes relations avec le Comptoir d’Escompte ? Nous nous contenterons, pour le moment, de donner deux raisons très générales : 1° la confiance de l’étranger donnée au Comptoir d’Escompte avait diminué à la suite de la crise ; 2° après son redressement, le Comptoir d’Escompte se spécialisa en banque de dépôts et adopta une série des mesures graduelles pour liquider ses agences en Asie. Voir : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (1) », p. 116-118.

130 PV, Banque de l’Indochine, 18 décembre 1895.

131 Ibid., 19 février 1896.

132 Ibid., 22 juillet 1896.

133 AG, Banque de l’Indochine, 14 mai 1890.

134 Ibid., 23 mai 1889.

135 Les demandes de fondation d’agences à Pnom-Penh et à Tourane furent adressées respectivement le 10 septembre et le 4 octobre 1890. ANSOM, Crédit carton 39.

136 ANSOM, Crédit carton 78.

137 ANSOM, Crédit carton 39.

138 ANSOM, Crédit carton 79, Banque de l’Indochine à sous-secrétaire d’État des colonies, 12 février 1894.

139 AG, Banque de l’Indochine, 16 mai 1894.

140 Ibid.

141 Ibid., 13 mai 1896.

142 PV, Banque de l’Indochine, 21 février 1889.

143 Ibid., 27 juin 1889 et 15 juin 1892.

144 On trouve dans le procès-verbal du conseil d’administration du 15 juin 1892 les principaux motifs invoqués pour justifier ce refus auprès du ministère des Colonies : « Après une discussion approfondie, [le conseil] reconnaît que les motifs qui avaient amené le Comptoir National d’Escompte de Paris à supprimer son agence de Yokohama s’opposent également à ce que la Banque de l’Indochine y fonde une succursale ou une agence. Sa situation de banque privilégiée créée spécialement en vue de fournir aux colonies françaises l’instrument de crédit nécessaire à leur développement, la rigueur de ses statuts plus restrictifs encore que ceux du Comptoir National d’Escompte, l’impossibilité qui existe aussi bien pour la Banque de l’Indochine qu’elle existait pour le Comptoir National, de constituer à chacune de ses succursales un capital local, sont autant de motifs qui empêchent le conseil d’envisager la création de succursale ou d’agence en dehors des colonies françaises ou des pays soumis au protectorat de la France. »

145 H. Baudoin, op. cit., p. 179-180.

146 En ce qui concerne l’économie de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, voir : ministère du Commerce, Rapports du jury international (Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Groupe XVII, Colonisation, classes 113 à 115), Paris, 1906, p. 498-501.

147 Chaque année, le conseil d’administration de la Banque de l’Indochine, lorsqu’il évoquait la situation économique de l’Indochine (et notamment de la Cochinchine) utilisait invariablement le terme « crise ».

148 C’est le 1er juillet 1887 que le nouveau système de tarification douanière défini par la loi du 26 février de la même année, entra en vigueur en Cochinchine. Auparavant des taxes étaient perçues seulement sur l’alcool pour les importations et sur le riz, le paddy ainsi que les vaches, les buffles et le porc pour les exportations. AN, F12 6429, Rapport sur les statistiques des douanes pour 1887, par Fontaine, directeur des Douanes et Régies de l’Indochine, Saigon, 10 juin 1888.

149 Les représentants des intérêts à la Chambre des Députés de ce groupe étaient : Auguste Dautresme, Richard Waddington, Jules Méline, Paul Barbe, Nicolas Duvivier, etc. Les personnes ayant proposé la loi de 1887 sont Dautreme et Waddington, élus de la Seine-Inférieure, et Gaston Thomas élu à Constantine (en Algérie). Le Travail national, 31 octobre 1886 et 25 novembre 1888.

150 En réalité, l’un de ceux à proposer cette loi, Thomson, justifiait ce projet le 11 février 1887 en donnant les explications suivantes : « Nos industriels et nos négociants se préoccupent en ce moment de l’Indochine, ils veulent y développer le commerce français ; mais pour qu’ils puissent lutter contre la concurrence étrangère, ils ont besoin qu’on leur vienne en aide et qu’on leur assure les avantages d’une protection modérée mais efficace » (Discours de Gaston Thomson devant la Chambre des Députés, séance du 11 février 1887. Cf. AN, F12 6429, Chambre de commerce de Saigon, La question des douanes en Cochinchine, Extrait du registre des procès-verbaux de la Chambre de commerce de Saigon, 31 août 1888, p. 13).

151 Ibid., p. 16-17. On considère habituellement que cette loi de finances a réalisé l’« assimilation douanière » de la colonie à la métropole. Mais « assimilation » ne signifie pas ici unification des marchés de la métropole et de la colonie (création d’une « union douanière »), et se limite à un monopole de (l’industrie de) la métropole sur la colonie.

152 Selon le témoignage de la Chambre de commerce de Saigon et des attachés aux affaires coloniales de l’Indochine. Ibid., p. 5 ; AN, F 12 6429, Lettre d’Ulysse Pila, de Jules Rueff et de Charles Wehrung au président du Conseil d’État, Paris, 16 avril 1889.

153 A propos des questions douanières en Indochine et de l’influence de la loi de 1887 sur l’économie de cette colonie, consulter : AN, F 12 6428 et 6429.

154 Cet allégement est à la fois absolu et relatif. Absolu parce qu’il y a vraiment eu allégement des taxes douanières, relatif parce qu’une augmentation des taxes sur les produits étrangers a comparativement fait baisser les taxes des produits coloniaux.

155 Le tableau 19 et la figure 9 montrent que la reprise des exportations de riz est due à une augmentation des exportations vers la métropole. Il paraît que cette évolution serait due à l’augmentation de la taxe à l’importation du riz étranger qui serait passée de 2-3 francs par 100 kilos à 3-8 francs. Cf. Albert Coquerel, op. cit., p. 207 ; Yôko Takada, « Les exportations de riz de la Cochinchine et les tarifs douaniers indochinois à la veille de la première guerre mondiale » (en japonais), Kokusai-Kankeigaku-Kenkyû, numéro supplémentaire, 1979, p. 64.

156 AG, Banque de l’Indochine, 17 mai 1893.

157 Sur les instances du Comptoir d’Escompte et de la Banque de l’Indochine, un arrêté du ministère des Finances avait décidé la frappe de la piastre française, le 24 décembre 1878. ANSOM, Crédit carton 112, note sur la question monétaire en Indochine, par Léger, directeur de la Banque de l’Indochine, Saigon, 5 août 1876 ; Id., rapport au ministre des Finances, L. Say, par le Comptoir d’Escompte de Paris, 9 février 1878 ; M. Détieux, op. cit., p. 60.

158 Le poids de la piastre française était de 27,215 grammes, son aloi de 0,900. Comme nous avons précédemment mentionné, le poids et l’aloi du yen japonais et du dollar anglais étaient respectivement 26,956 et 0,900. M. Détieux, op. cit., p. 58, 60 et 70.

159 C’est pour cette raison que le poids de la piastre française fut ramené par la suite à 27 grammes (décret du 8 juillet 1895). Mais étant donné que le poids d’une piastre demeurait encore plus lourd d’environ 1/6 %, les pièces continuèrent à sortir de la colonie. A ce propos, le gouvernement français prétendait invariablement qu’il maintenait le poids de la piastre relativement lourd pour ne pas ternir « le bon renom et la faveur dont elle jouissait auprès des populations indigènes » (AG, Banque de l’Indochine, 13 mai 1896).

160 Ce qui fut le cas des fuites de numéraire des années 1885, 1886 et 1894. Ibid., 8 mai 1886, 5 mai 1887 et 15 mai 1895 ; PV, Banque de l’Indochine, 9 avril 1885, 17 juin 1886 et 26 septembre 1894.

161 AG, Banque de l’Indochine, 5 mai 1887 et 15 mai 1895. Cette panique fut particulièrement sérieuse en 1894 puisqu’elle se propagea de Cholon jusqu’au Cambodge, à Pnom-Penh. Les deux villes entretenaient des rapports très étroits par l’intermédiaire des commerçants chinois à tel point que l’on disait que les commerçants de Pnom-Penh n’étaient que « les agents des principales maisons chinoises de Cholon » (Ibid., 15 mai 1895).

162 ANSOM, Crédit carton 71, A. Filippi, gouverneur de la Cochinchine, à ministre des Colonies, Saigon, 19 septembre 1886.

163 Signalons, à propos du tableau 15, deux points ayant un lien avec le tableau 18. Tout d’abord, le résultat de l’addition des montants des différents fonds de réserve à la fin de 1884 (tableau 15) avec le total des réserves de 1885 à 1896 (tableau 18) ne correspond pas au montant enregistré fin 1896 (tableau 15) parce que les fonds de réserve ont été, entre-temps, entamés. En deuxième lieu, le total du fonds de « Réserve pour les fluctuations du change » est plus faible pour la période allant de 1885 à 1896 (282 000 francs) qu’à la fin de 1896 (500 000 francs). Par un procédé dont les détails échappent aux procès-verbaux du conseil d’administration et que nous n’avons donc pu représenter sur le tableau 15, des sommes considérables furent réservées entre le premier semestre 1887 et le second semestre 1892. De plus, le fonds de « Réserve pour les fluctuations du change » fut amputé de 125 000 francs du premier semestre 1893 au second semestre 1894.

164 AG, Banque de l’Indochine, 17 mai 1893.

165 L’achat de rente du gouvernement indien contrevenait ouvertement aux statuts de la Banque qui n’autorisaient pas l’achat des titres étrangers. C’est pourquoi le commissaire du gouvernement qui assistait au conseil d’administration conseilla de vendre ces titres le plus tôt possible. PV, Banque de l’Indochine, 19 octobre 1892.

166 Ibid., 24 octobre 1889. D’après le conseil d’administration, il avait été estimé que les opérations locales étaient « plus rémunératrices que les affaires de change » et qu’elles « répondent mieux au rôle qu’une banque d’émission est appelée à remplir » (AG, Banque de l’Indochine, 23 mai 1889).

167 AG, Banque de l’Indochine, 11 mai 1888.

168 Le rapport à l’assemblée générale des actionnaires pour l’année 1889 disait ceci : « La récolte des riz en 1889 a été la plus mauvaise que nous ayons vue depuis l’origine de notre Banque. L’exportation qui avait atteint, en 1888, le chiffre de 8 480 000 piculs de riz, soit environ 512 000 tonnes, est descendue pour l’année 1889, au chiffre de 4 750 000 piculs, soit environ 287 000 tonnes. Depuis une dizaine d’années, l’exportation n’était jamais tombée au-dessous de 7 à 8 millions de piculs » (Ibid., 14 mai 1890). En septembre de la même année, lors de l’ouverture du Conseil colonial, le gouverneur de Cochinchine tenait également le discours suivant : « L’année qui vient de s’écouler a été l’une des plus mauvaises que cette colonie ait eu à traverser depuis longtemps. A une crise commerciale sans précédent et aux charges déjà si lourdes qui nous sont imposées par la loi de finances [de 1887], est venu s’ajouter encore un décroissement notable dans les recettes, occasionné par une mauvaise récolte. » (cit. Ibid.)

169 Ibid.

170 PV, Banque de l’Indochine, 19 mars 1890.

171 Au cours de la séance du conseil d’administration du 24 octobre 1889, le commissaire du gouvernement donnait l’avis suivant : « l’une des causes des pertes sur les billets annamites provient du pouvoir trop absolu qu’exerce le directeur de la succursale dans l’appréciation des signatures admises à l’escompte. Il conviendrait donc de modérer ce pouvoir par la composition du conseil d’escompte de la succursale » (ibid., 24 octobre 1889).

172 Ibid., 26 février 1890.

173 Ibid., 17 décembre 1890.

174 H. Baudoin, op. cit., p. 79-81.

175 A partir de février 1890, les procès-verbaux du conseil d’administration renferment encore des déclarations du commissaire du gouvernement faisant observer que des effets porteurs d’une seule signature se trouvent mêlés aux effets escomptés.

176 Octave Hombeg (le fils du directeur de la Société Générale du même nom) avait été reçu, au début du XXe siècle, à la Banque de l’Indochine comme secrétaire général. Plus tard, se souvenant de son entrée à la Banque de l’Indochine, il écrivait ceci : « Je ne m’étonnai plus de l’allure lente avec laquelle se développait l’Indochine, quand je constatai combien la banque d’émission [...] se montrait peu hardie. Cela tenait pour beaucoup à l’esprit assez timoré de son directeur [...]. Je n’oubliai jamais le petit discours qu’il me tint à mon entrée dans la maison : il se résumait tout entier dans cette phrase que je cite textuellement : “Vous allez étudier nos affaires ; vous verrez que tout naturellement nous gagnons bien assez d’argent ; ce qui importe surtout, c’est de ne pas en perdre !” » (Octave Homberg, Les coulisses de l’histoire, Souvenirs, 1898-1928, Paris, 1938, p. 87.)

177 En ce qui concerne le marché régional de l’Asie orientale et le marché mondial à la fin du XIXe siècle, voir : Kaoru Sugihara, « Patterns of intra-asian Trade, 1898-1913 », Economic Review (Osaka University), nº 16, 1980 ; S. B. Saul, Studies in British overseas Trade, 1870-1914, Liverpool, 1960.

178 Voir, à ce sujet : Y. Gonjo, « Le Comptoir d’Escompte, op. cit. (2) ». Nous ajouterons que le fait que le Comptoir d’Escompte se soit retiré de la zone argent de l’Asie orientale (Japon, Chine, Hongkong) n’est nullement en contradiction avec la domination que continuait d’exercer cette banque sur la Banque de l’Indochine. Le Comptoir d’Escompte avait, en effet, maintenu ses agences en Australie et dans les Indes anglaises, pays appartenant à la zone or de l’Asie.

Notes de fin

1 Via Saïgon Métaux précieux non compris.

Table des illustrations

Titre Figure 2 – Succursale de Saïgon : Montant des billets en circulation et montant des dépôts (1876‑1884). Situation à la fin du mois
Légende Unité : Million de francs.
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1884
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 10 – Succursale de Saïgon : Ressources (1879‑1884). Situation au 31 décembre
Légende Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure) 1. Chiffres au 30 novembre pour l’année 1883 seule.
Crédits Source : Journal officiel de la Cochinchine française, 1880-1885
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 11 – Succursale de Saïgon : Les opérations productives (1877‑1883). Détail des totaux annuels
Légende Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies au chiffre inférieur) 1. Ce chiffre ne correspond pas au total des détails. Nous suivons cependant le tableau original.
Crédits Source : Notices coloniales, op. cit., t. 1, p. 370-371
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 12 – Le commerce extérieur de la Cochinchine1 (1879‑1883)
Légende Unité : 1 000 piastres (sommes arrondies à l’unité inférieure). 2. Colonies comprises. 3. Les tissus, cotonnades importés de Singapour ou de Hongkong sont de manufacture anglaise (ou des colonies anglaises). 4. Dans cette colonne, certains chiffres ne correspondent pas au total du détail des chiffres de gauche, mais nous restituons le document original.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 3 – Le commerce extérieur de la Cochinchine (1879‑1883)
Légende Unité : 10 000 piastres (les pourcentages sont à l’intérieur des parenthèses)N.B. – 1. Les flèches dirigées vers la Cochinchine concernent les importations et les flèches qui en partent, les exportations. – 2. Les chiffres représentent le montant annuel moyen des exportations et importations de chaque partenaire commercial de la Cochinchine. Les chiffres entre parenthèses sont leurs parts respectives (%) dans le montant total des exportations ou importations de la Cochinchine. – 3. Pour calculer le montant des importations en provenance de l’Angleterre et ses colonies, on a fait le total des importations des tissus, cotonnades via Singapour et Hongkong et des importations d’Europe (à l’exception de la France). Par conséquent les tissus, cotonnades ont été retirés des importations chinoises et d’Asie orientale.
Crédits Source : Selon le tableau 12
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4 – BIC : Montants annuels des opérations productives de chaque succursale et agence (1876‑1900)
Légende Unité : Million de francs.
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1900
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 5 – BIC : Montant des billets en circulation de chaque succursale et agence (1876‑1900). Moyennes annuelles
Légende Unité : Million de francsN.B. – 1. Ces chiffres comprennent de 1891 à 1893 ceux des deux agences de Pnom-Penh et Tourane et à partir de 1894 ceux de Pnom-Penh seulement. – 2. À partir de 1887, ces chiffres comprennent ceux de l’agence de Hanoï et à partir de 1894 ceux de Hanoï et Tourane.
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1900
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 13 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfices. Dividendes (1875‑1884)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1885 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1884
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 14 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1875‑1884)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1885
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 15 – BIC : Relevé des réserves (1884, 1896)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 19 mars 1885, 15 mars et 21 octobre 1896, 17 mars 1897 ; AG, Banque de l’Indochine, 21 mai 1885, 19 mai 1897
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 6 – BIC : Évolution des bénéfices (1876‑1896)
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1876-1897
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 16 – BIC : Composition du conseil d’administration au moment de modifications importantes (1875‑1896)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 16 (suite et fin)
Légende N.B. – Les signes ●, ○, représentent respectivement le président et le vice-président de la BIC.
Crédits Source : PV et AG, Banque de l’Indochine, 1875-1896
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 7 – BIC : Opérations productives et ressources (1875‑1896)
Légende Unité : Million de francs. N.B. – Les montants sont les totaux annuels pour les opérations et la situation au 31 décembre pour les ressources.
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1875-1896
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 8 – BIC : Évolution des taux de bénéfices (1875‑1896)
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1875-1897
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 17 – BIC : Répartition des bénéfices. Taux de bénéfice. Dividendes (1885‑1896)
Légende Unité : 1 000 francs (somme arrondies à l’unité inférieure). 1. Les dividendes du deuxième semestre 1887 sont élevés parce que le fonds de « Réserve spéciale » a été entamé lors de l’augmentation du capital au profit des dividendes.
Crédits Sources : PV, Banque de l’Indochine, 1885-1898 ; AG, Banque de l’Indochine, exercices 1885-1896
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 18 – BIC : Relevé de l’amortissement et de la réserve (1885‑1896)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure).
Crédits Source : PV, Banque de l’Indochine, 1885-1897
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 19 – Commerce extérieur de la Cochinchine et du Cambodge (1886‑1897)
Légende Unité : 1 000 francs (sommes arrondies à l’unité inférieure) N.B. – Les chiffres des colonnes « Riz » et « Divers » des exportations vers l’étranger étaient inversés dans le texte original, mais nous les avons corrigés, certains qu’il y avait eu erreur.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 9 – Exportations de paddy, cargo et riz blanc de Cochinchine (1875‑1890)
Légende Unité : 1 000 tonnes.
Crédits Source : Albert Coquerel, Paddy et riz de Cochinchine, Lyon, 1911, p. 206 et suiv
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 10 – Cours de la piastre indochinoise (1862‑1905)
Légende Unité : Franc.
Crédits Source : Marcel Détieux, La question monétaire en Indochine, Paris, 1907, p. 408-409
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 11 – Succursale de Saigon : Compte vis-à-vis du siège (1879‑1897). Situation à la fin de chaque semestre
Légende Unité : 100 000 piastres.
Crédits Source : Journal officiel de l’Indochine, 1880-1898
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 12 – Succursale de Saigon : Mouvements des totaux annuels des opérations locales (1876‑1896)
Légende Unité : Million de francs. 
Crédits Source : AG, Banque de l’Indochine, exercices 1876-1896
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4519/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search