Version classiqueVersion mobile

Banque coloniale ou banque d’affaires

 | 
Yasuo Gonjo

Avant-propos

Patrick Fridenson

Texte intégral

1Voici l’histoire de la plus grande des banques françaises à avoir opéré hors d’Europe sous la IIIe République tout entière. Entrons dans les finances du grand large.

2Voici en même temps le premier ouvrage d’un universitaire étranger que le Comité pour l’Histoire Economique et Financière de la France a choisi de publier en français. Ainsi non seulement les lecteurs francophones auront à leur disposition une œuvre importante qui jusque-là restait difficilement accessible, mais surtout ils se convaincront que les travaux étrangers sur la France constituent aujourd’hui un apport fondamental à la compréhension de son histoire. Celle-ci se construit désormais par les regards croisés des historiens du monde entier. Parmi les nombreux historiens japonais qui s’intéressent à l’économie française contemporaine, M. Gonjo a été le premier à venir faire des recherches dans notre pays.

3Autant que sur la France, le livre de M. Yasuo Gonjo apporte bien entendu des connaissances nouvelles sur l’Asie. Son effort de développement ouvre aux banques occidentales un vaste champ d’action. Les rivalités et les ententes entre firmes comme entre grandes puissances se nourrissent des perspectives de croissance des économies asiatiques et des possibilités multiples de ressources en capitaux et d’emplois de ceux-ci qui se font jour. En revanche, les campagnes, le petit commerce, la petite et moyenne industrie, bref les activités économiques autres que celles des grandes entreprises ne tirent pas les mêmes bénéfices de l’intervention des banques, et, à certaines périodes, en subissent le contrecoup. Pour autant rien n’est simple : entre les différents niveaux de chaque économie d’Asie sous influence occidentale et entre les différents pays d’Asie les liens sont plus nombreux et plus complexes qu’on ne l’imagine souvent.

4Sur la France, le livre apporte un nouvel exemple de la capacité d’initiative et de dynamisme des milieux bancaires. En élargissant leurs opérations de l’Indochine à tout l’Extrême-Orient, au Pacifique et à l’Afrique, les dirigeants de la Banque de l’Indochine manifestent un sens aigu des opportunités et un souci d’adaptation que ni l’éloignement entre les administrateurs parisiens et les responsables des agences ni la tutelle exercée par l’État ne freinent durablement.

5Le livre de M. Yasuo Gonjo a aussi été le premier travail scientifique, tant au Japon qu’en France, consacré à l’histoire d’une banque habilitée à réaliser des transactions de change à l’époque contemporaine. Ce choix audacieux a exposé M. Gonjo aux innombrables difficultés qui sont le lot de tout pionnier. L’une des plus redoutables a été celle du vocabulaire utilisé par la Banque dans sa pratique quotidienne. En effet, une bonne part des termes techniques d’usage courant entre 1875 et 1939 sont devenus tout à fait incompréhensibles pour les lecteurs d’aujourd’hui. Des termes aussi fréquents dans les documents d’archives et aussi essentiels pour les opérations de la Banque de l’Indochine que « remises » et « tirages » représentaient pour M. Gonjo des énigmes, d’ampleur identique à celles que les archéologues doivent résoudre. Tous les dictionnaires et manuels d’opérations de banque en français qu’il consulta se révélèrent inutiles. Il interrogea alors les praticiens de la Banque, et les historiens économistes français (comme Jean Bouvier). Ils ne purent lui être d’aucun secours. Au bout d’un an de vaines démarches pour saisir le sens des mots, M. Gonjo était sur le point d’abandonner ses recherches lorsque le hasard lui vint en aide. Dans un document de l’époque émanant du Comptoir d’Escompte de Paris et conservé au siège de son successeur, la BNP, il eut la surprise et la joie de trouver une définition claire de ces indispensables termes de pratique bancaire.

6Cette distance linguistique à laquelle l’historien se trouve confronté ne doit pas dissimuler l’extraordinaire proximité, l’actualité des grands problèmes que l’histoire de la Banque de l’Indochine déroule sous les yeux des chercheurs : le poids des phénomènes monétaires (le change bien sûr, mais aussi l’inflation et la déflation, ou les différents types de monnaie) ; le développement des économies sous-développées ; les relations entre l’économie et l’État et entre les affaires et la politique ; les liens entre les trois temps de l’économie : court terme, moyen terme, long terme. En lisant le livre de Yasuo Gonjo, on ressent le plaisir qu’éprouve un auteur qui peut ainsi traiter quelques questions majeures du monde actuel. L’étude du passé, comme l’avait souligné Lucien Febvre, donne souvent à l’historien l’occasion de répondre aux interrogations du présent.

7On peut même se demander si ce n’est pas le présent qui a suggéré à M. Gonjo le sujet précis de sa recherche. Il a en effet entamé son travail sur la Banque de l’Indochine en 1975. Or c’est précisément en 1975, soit cent ans après sa naissance, que la Banque de l’Indochine est allée au bout de son intégration dans le groupe Suez, décidée en juin 1972, et a fusionné avec la Banque de Suez et de l’Union des Mines, donnant ainsi naissance à la Banque de l’Indochine et de Suez, vite rebaptisée Banque Indosuez. Le professeur de l’Université de Yokohama a donc commencé son enquête sur la Banque de l’Indochine au moment précis où celle-ci finissait son existence indépendante et prenait le départ, avec Suez, pour une nouvelle et grande carrière.

8La recherche est une épreuve d’endurance. Il a fallu dix ans à M. Gonjo pour mener à bien son étude approfondie des origines, de l’expansion et des incertitudes de la Banque de l’Indochine. L’University of Tokyo Press a publié son livre en 1985, avec en couverture une photographie de la succursale de Saigon en 1875 sur laquelle se lit en surimpression rouge la répartition des 8 000 actions du capital initial. La critique japonaise a été tout de suite très favorable, soulignant à la fois l’ampleur de l’apport de l’ouvrage à la connaissance de l’histoire de l’Asie orientale, son intérêt pour l’histoire générale des banques et de la finance, la pénétration de ses analyses dans les domaines très variés que l’étendue de l’histoire de la Banque de l’Indochine l’amène à traiter. La publication dans Le Mouvement Social de janvier-mars 1988 de l’article sur « La banque coloniale et l’État : la Banque de l’Indochine devant l’interventionnisme (1917-1931) » que M. Gonjo avait, sur ma suggestion, tiré de son livre a permis aux spécialistes occidentaux de ratifier cette appréciation. Mais déjà un historien français, Marc Meuleau, s’était lancé sur la piste ouverte par Yasuo Gonjo. Entré en lice en 1982, il publiait chez Fayard en 1990 un livre intitulé Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine 1875-1975. Décidément la recherche est une course de fond. Le livre de M. Meuleau fut lui aussi fort bien accueilli.

9Deux livres coup sur coup sur l’histoire de la Banque de l’Indochine, ce n’est pas trop. Ces deux livres entre lesquels je vais me risquer à établir quelques parallèles sont à la fois différents et complémentaires.

10Différents, ils le sont par leurs origines. J’ai évoqué plus haut celles du livre de M. Gonjo. L’ouvrage de M. Meuleau est né, lui, d’une initiative de la Banque Indosuez. Se réinstallant en Chine populaire, quittée en 1956, elle a découvert à Shanghaï un imposant dépôt d’archives de la Banque de l’Indochine qui conservait la mémoire des opérations de cette banque en Chine et a eu l’idée d’inviter un jeune chercheur, à partir de là, à exploiter ce gisement et retracer les cent années de la Banque de l’Indochine.

11Les deux livres sont donc différents par leur cadre chronologique et spatial. En se limitant à la période 1875-1939, M. Gonjo a choisi l’unité d’action : celle d’une banque qui bénéficie d’un privilège de l’État (émettre la monnaie en Indochine), qui a l’Asie comme principal champ d’activité et qui agit sous le contrôle de l’État. En poursuivant sur la période 1940-1975, M. Meuleau met en évidence le contraste frappant entre les réussites asiatiques qui précèdent et la reconversion nécessaire mais difficile de la Banque après la seconde guerre mondiale, marquée par la renonciation au privilège d’émission, le développement au Moyen-Orient et des débuts très remarqués sur le territoire français, où elle réussit à devenir une banque d’affaires de premier plan.

12Les deux livres sont aussi différents dans leur traitement de la partie de l’histoire de la Banque qu’ils ont en commun. Cela tient peut-être à des sources en partie distinctes. Marc Meuleau s’est davantage appuyé sur les archives de la Banque. Yasuo Gonjo a eu plus recours à d’autres archives, publiques et privées. La différence entre nos deux auteurs se retrouve aussi dans l’évaluation des phases de la stratégie de la Banque. Pour Yasuo Gonjo, il y a un contraste très net entre la période de l’expansion (1875-1913) et la période des incertitudes (1914-1939), ce qui l’amène à consacrer un chapitre distinct à la première guerre mondiale, qui constitue le pont entre les deux époques. Marc Meuleau, lui, préfère marquer une coupure en 1898, avec l’entrée brillante de la Banque en Chine et séparer dès lors l’exposé de ses affaires chinoises de ses activités indochinoises. Les deux auteurs ne se séparent pas sur le devenir des affaires chinoises : le retour à la normale est impossible à partir de 1914. Ils ont entre eux quelques nuances à propos de l’Indochine : d’accord sur la puissance de la Banque dans l’entre-deux-guerres, qui parvient à un quasi-monopole du crédit commercial et des affaires financières, ils le sont moins sur l’importance de l’objectif de renforcement du contrôle de l’État français sur la Banque de l’Indochine. Yasuo Gonjo insiste sur l’obstination mise par l’État à partir de 1917, et sur le fait qu’il atteint cet objectif sous le régime de Vichy en 1940-1941.

13Les deux livres diffèrent aussi par leur méthode. Je n’évoquerai ici que celle de Yasuo Gonjo. Elle me paraît se caractériser par trois traits. Comme cela avait déjà été le cas dans son premier travail sur le plan d’équipement ferroviaire de la France lancé par le ministre Freycinet entre 1877 et 1882 (qu’il a résumé dans un article de la Revue Historique en 1972), il met l’accent sur le jeu des contradictions entre les acteurs économiques et entre ceux-ci et les politiques. A la fine épure des belles stratégies il substitue l’image d’une marche en avant des entreprises fondée sur les compromis et la reconnaissance des contraintes (auxquelles il arrive de stimuler l’imagination des entrepreneurs). En second lieu, le livre s’inscrit dans la tradition de l’école d’histoire économique japonaise : l’intérêt de l’histoire s’oriente en priorité vers l’analyse des structures et des mécanismes économiques, ainsi que vers les forces profondes qui s’exercent sur les hommes et sur leurs relations. En contrepartie, la place accordée à des hommes clés de la croissance de la Banque – un Léon Michelot, un Paul Gannay – ou à la gestion du personnel de l’administration centrale de Paris, de la direction de Saïgon ou du réseau des agences est plus mesurée. Mais aussi bien la vie quotidienne de la Banque que les grandes opérations – financières et monétaires – reçoivent un traitement de choix. En troisième lieu, le livre est imprégné de l’atmosphère intellectuelle des années 1975-1985 durant lesquelles il a été conçu. On y retrouve l’intensité du débat sur les entreprises multinationales (qui a progressé depuis, mais n’est pas encore achevé), l’écho des controverses sur le Tiers Monde (problématiques du centre et de la périphérie, de l’échange inégal, du développement du sous-développement), les critiques contre la théorie marxiste classique (notamment à propos de l’impérialisme). Mais cette filiation par rapport à son époque n’enlève rien à la solidité et à l’actualité de l’œuvre.

  • 1 Repris dans Pour une renaissance de l’histoire financière XVIIIe-XXe siècles, Paris, Comité pour l’ (...)

14Au total, le lecteur est avant tout frappé par l’originalité du livre et par sa vigueur. Sur l’Extrême-Orient et les finances européennes, les travaux ne manquent pas, depuis ceux de Michel Bruguière sur le Chemin de fer du Yunnan (1963)1 ou ceux de Ginette Kurgan-Van Hentenryk sur Léopold II et les groupes financiers belges en Chine (Bruxelles, Palais des Académies, 1972) jusqu’aux quatre volumes de l’History of the Hong Kong and Shanghai Banking Corporation de Frank H.H. King (Cambridge, Cambridge University Press, 1988-1991) ou au récent volume de Chantai Descours-Gatin, Quand l’opium finançait la colonisation en Indochine. L’élaboration de la Régie générale de l’opium (1860-1914) (Paris, L’Harmattan, 1992). Il y est toujours question de la Banque de l’Indochine. Par exemple, dans le dernier cité on lit (p. 193) que la Banque de l’Indochine achète dans les années 1900 aux enchères de Calcutta une partie de l’opium dont l’administration française en Indochine a le monopole de vente. Mais le livre de Yasuo Gonjo se distingue des autres travaux par l’étendue de ses horizons. Sur les opérations internationales des grandes banques françaises, les travaux sont en revanche moins nombreux, depuis le livre de Jean Bouvier sur le Crédit Lyonnais jusqu’à celui, tout récent, d’Eric Bussière (Paribas, l’Europe et le monde 1872-1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992), et surtout les ouvrages de Yasuo Gonjo et de Marc Meuleau ont été particulièrement bienvenus parce qu’ils analysaient une « banque pour l’expansion » et non une « banque pour l’exploitation » (des colonies).

  • 2 Cf. le numéro spécial des Cahiers du Centre de Recherche en Gestion (de l’Ecole Polytechnique) sur (...)
  • 3 A.D. Chandler Jr., « Organizational capabilities and the economic history of the industrial enterpr (...)

15Au-delà de l’Asie, d’une part, et de la banque, d’autre part, le livre de Yasuo Gonjo peut être lu dans d’autres perspectives. J’en citerai au moins trois. Il apporte de précieux matériaux à l’histoire en construction du rôle économique de l’État en France, soulignant la poussée persistante de l’État républicain vers l’économie mixte, l’étroite coopération entre la Banque et la diplomatie française pour la conquête des marchés lointains, mais aussi la volonté très chevillée au corps de la Banque de préserver sa liberté d’action. Il offre des bases aux recherches en cours sur l’apprentissage organisationnel, ce processus par lequel les entreprises, et non quelques individus, peuvent capitaliser leurs échecs et leurs succès pour améliorer leur stratégie, leur structure, leur pratique et leur culture2. Quel plus bel exemple de ce point de vue qu’une banque qui se lance dans un monde inconnu et ne cesse de s’y réorienter ! Enfin ce livre se prête aussi aux lectures inspirées de l’œuvre d’Alfred Chandler3 qui étudient les processus par lesquels les entreprises – dont les banques… – édifient des capacités organisationnelles grâce auxquelles elles peuvent passer à des stratégies de diversification ou à des alliances. Le cas de la Banque de l’Indochine pourrait fort bien en devenir une illustration classique, voire le point de départ pour de nouvelles réflexions sur la fonction de la firme comme instrument de transformation économique.

16Nous voici bien loin de la colonisation française qui a donné naissance à la Banque de l’Indochine. Mais nous voici tout près de ce qui a été le cœur de son activité propre, et, ajouterai-je, de son héritage durable.

Notes

1 Repris dans Pour une renaissance de l’histoire financière XVIIIe-XXe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. 1-85.

2 Cf. le numéro spécial des Cahiers du Centre de Recherche en Gestion (de l’Ecole Polytechnique) sur « l’apprentissage organisationnel », décembre 1992.

3 A.D. Chandler Jr., « Organizational capabilities and the economic history of the industrial enterprise », Journal of Economic Perspectives, Summer 1992, p. 79-100.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search