Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les services extérieurs de la Ferme générale à la fin de l’Ancien Régime

 | 
Jean Clinquart

Annexes

Annexe I. Deux documents du fonds valenciennois

Texto completo

  • 1 AM Valenciennes 4 II 114.
  • 2 AM Valenciennes 4 II 116.

1Parmi les sources archivistiques auxquelles nous nous sommes référé, deux documents méritent d’être mis en valeur ; ce sont deux mémoires datables, comme on va le voir, des années 1778 et 1785. L’un présente le double intérêt de décrire l’économie du Hainaut tout en nous renseignant sur les bureaux des traites en activité à l’époque de sa rédaction1. L’autre est consacré à la fraude à laquelle sont chargées de s’opposer des brigades dont l’auteur précise l’organisation et les méthodes de travail, en préconisant des aménagements qui – nous le savons par ailleurs – ont été appliqués2. Tous deux appartiennent au fonds valenciennois.

2Le premier dans l’ordre chronologique est la minute d’un volumineux rapport de plus de 160 pages intitulé Mémoire sur l’étendue et le commerce qui se fait dans la direction des fermes générales de Valenciennes. Il ne porte ni date ni signature, situation qui pose un problème que l’on peut tenter de résoudre.

3On sait que ce rapport a été rédigé alors que Barbier de La Serre était directeur des fermes du Hainaut. On y mentionne, en effet, que « le directeur actuel (de cette circonscription) était à l’époque (c’est-à-dire en 1769) contrôleur général et chargé de l’agence (de Valenciennes) » ; or, Barbier de La Serre est le seul à présenter cette caractéristique.

4Qui plus est, il apparaît certain que le protégé de Machault d’Arnouville est l’auteur du Mémoire. Le document dont nous disposons est de la main d’un bon copiste, mais il comporte des corrections qui visent, les unes à en améliorer la forme, les autres à en enrichir le fond. Ces rectifications ont toutes été apportées par Barbier de La Serre dont nous possédons assez d’échantillons de l’écriture pour être en mesure d’effectuer des comparaisons fiables ; et comme l’on a affaire à une graphie fortement typée, point n’est besoin d’expertise savante pour l’identifier sans risque d’erreur.

  • 3 AN G/1/19. Délibération du 26 septembre 1776.
  • 4 AN G/1/73-1. Traites. Bail de Salzard. Direction de Valenciennes.
  • 5 AM Valenciennes 4 II 94.

5La paternité du document étant ainsi établie, sa datation peut être inscrite dans une fourchette de dix ans, entre 1773, date la plus ancienne qui soit citée, et 1784, année marquée par le départ de de La Serre pour Lille. Mais il est aisé de se montrer plus précis. En effet, le Mémoire tient compte de créations et suppressions de postes prononcées par une délibération de 1776 des fermiers généraux3, alors qu’il ignore les mesures de réorganisation incluses dans l’état des frais de régie afférent au bail de Salzard et applicables par conséquent le premier octobre 1780 ; il s’agit en particulier du déclassement de la recette principale d’Avesnes et de ses conséquences en matière de rattachement comptable des bureaux de sa dépendance4. Ainsi la fourchette se réduit-elle à la période 1777-1780. Naguère, un archiviste valenciennois a daté le document du mois d’octobre 1778, mais on ne sait à partir de quels critères. Cette datation est en tout cas vraisemblable ; elle est la plus récente que l’analyse critique permette d’envisager. Fin novembre 1778, en effet, la Ferme générale adressait à Barbier de La Serre des « observations sur les arrangements qu’il conv(enait) de faire à Givet en exécution du traité conclu avec l’Etat de Liège le 24 mai 1772 et en conséquence des explications portées par l’arrêt du Conseil du 17 septembre 1778 »5. Or, s’il cite in extenso un article du traité pour montrer que son application rendra le bureau de Givet « considérable », le Mémoire est, en revanche, muet sur la nécessité d’arrangements corrélatifs dans l’organisation du service, alors qu’il évoque l’opportunité de construire un pont solide sur la Meuse en remplacement d’un pont de bateaux « qui ont un mouvement inquiétant pour les voituriers ». Nous proposerons donc, sinon le mois d’octobre, du moins l’année 1778 comme époque de rédaction du document.

6Nous savons que Barbier de La Serre exerçait alors depuis plusieurs années les fonctions de directeur des fermes du Hainaut et qu’il avait auparavant été fort longtemps contrôleur général dans cette province. Aussi connaissait-il de manière approfondie non seulement l’organisation de son « département », mais également l’économie régionale. Et tels sont précisément les deux sujets dont traite le Mémoire, en suivant un fil conducteur topographique. L’auteur commence sa description à la limite entre la Flandre et le Hainaut et il la poursuit jusqu’à la jonction avec la Picardie ; en faisant face à la frontière, il se déplace donc de la gauche vers la droite conformément à une tradition que les services de la Ferme transmettront à l’administration des douanes.

7Une courte introduction permet de délimiter la circonscription. Vient ensuite l’exposé, principalité par principalité, des caractéristiques de l’économie locale et des activités des bureaux des fermes.

8Le rapport est en grande partie consacré aux activités agricoles et manufacturières de la généralité du Hainaut. Il se fixe pour but de renseigner le lecteur dans des domaines plus larges que les échanges extérieurs et les pôles d’intérêt de la Ferme générale. Pour illustrer la diversité des sujets traités, indiquons qu’il y est question aussi bien de la composition chimique et des propriétés des eaux de Saint-Amand que des embouches pratiquées dans les terres marécageuses de Condé, de la Fiscalité de la ville de Valenciennes que du rouissage du lin, du blanchiment des « toilettes » que de la dentelle, des fenderies de fer que des ardoisières, etc. En fin de document figure, sous l’intitulé Observations générales, un exposé thématique de l’économie du « département du Hainaut » qui ajoute encore à la richesse du rapport.

9Ajoutons que l’auteur ne se borne pas à donner des informations objectives ; il exprime aussi ses opinions personnelles. Ainsi n’hésite-t-il pas à qualifier les fermiers riches « d’espèce de gens qui... font gémir leurs compatriotes » et à écrire de la richesse foncière du clergé qu’elle est « un mal ».

10Tel qu’il nous est parvenu, ce Mémoire présente l’indéniable intérêt de situer la Ferme générale dans le cadre économique où elle était appelée à remplir ses missions, de dresser un tableau des échanges que ses bureaux avaient à contrôler à la fin du XVIIIe siècle, ainsi que des difficultés auxquelles se heurtait cette action.

  • 6 Circulaire des douanes du 17 avril 1819. Cf. J. Clinquart, L’administration des douanes en France s (...)
  • 7 On peut se référer à cet égard au document-type figurant aux AN sous la cote G/7/1902. Rapport des (...)

11On se pose, bien entendu, la question de savoir si la rédaction d’un aussi copieux rapport a procédé d’une initiative de son auteur ou si elle lui a été prescrite, et par quelle autorité dans la seconde hypothèse. Il ne nous est malheureusement pas possible de donner à ces interrogations des réponses certaines. On est néanmoins frappé par les similitudes qu’offrent le Mémoire de 1778 et des rapports dits statistiques dont la présentation périodique a été exigée des directeurs des douanes par leur administration centrale à partir de la Restauration6. L’administration des douanes ayant beaucoup emprunté à la Ferme générale, comme nous l’avons maintes fois souligné ici, il n’est pas interdit de penser que l’on a remis à l’honneur au début du XIXe siècle, après une période d’oubli, une pratique dont le Mémoire serait l’illustration. Pour étayer cette hypothèse, il faudrait trouver trace de rapports similaires émanant d’autres directions des fermes. On peut envisager aussi que le travail de Barbier de La Serre ait répondu à une demande de l’Intendant du Hainaut. Le fait qu’on y trouve des renseignements de la nature de ceux que le contrôle général des Finances attendait des commissaires départis dans les provinces donne une certaine consistance à cette supposition7.

12Quoi qu’il en soit, il apparaît que les préoccupations d’ordre économique l’emportent dans ce document sur les préoccupations d’ordre fiscal. Les problèmes liés au recouvrement de l’impôt n’y sont certes pas ignorés, mais on ne les évoque que sous une connotation économique (c’est le cas pour les exportations temporaires de laine filée par les bonnetiers de Saint-Amand), ou de manière marginale (par exemple lorsque la situation géographique d’Anor conduit à dénoncer le faux saunage à destination de la Picardie qui emprunte le sud de la généralité du Hainaut). Conséquence logique de cette orientation, la répression de la contrebande et donc l’organisation des brigades des fermes sont pratiquement absentes du Mémoire.

13Le second document reproduit ci-après est, à l’inverse du premier, consacré aux brigades des fermes et à la répression de la fraude. Il s’agit de la partie relative à la direction de Valenciennes d’un rapport intitulé Observations sur les départements des provinces de Flandre et du Hainaut. Il se présente sous la forme d’une copie non datée ni signée d’un texte de 62 pages.

  • 8 AM Valenciennes 4 II 153. Lettre du 18 avril 1785 du directeur de Lille à son collègue de Valencien (...)

14Il n’existe aucune incertitude quant à l’identité de son auteur, à sa destination et à la date de sa rédaction. En 1784, les fermiers généraux et le contrôle général des Finances étaient acquis à l’idée de renforcer la surveillance de la frontière avec les Pays-Bas autrichiens, notamment en Flandre. Normalement, chacun des deux directeurs des fermes concernés aurait dû fournir des propositions sur les moyens à mettre en œuvre dans sa propre circonscription. Les circonstances étaient toutefois particulières, car les deux directions venaient de changer de chef, de La Serre passant de Valenciennes à Lille et Richard lui succédant en Hainaut. Cette situation a apparemment incité les fermiers généraux à confier à celui de ces directeurs qui connaissait au moins l’un des deux « arrondissements » le soin de présenter un projet valable pour toute la frontière extérieure du « pays conquis ». Une telle décision présentait l’avantage supplémentaire de favoriser l’harmonisation du dispositif de surveillance dans une région où la lutte contre la contrebande ne pouvait que gagner à être coordonnée. Une correspondance échangée entre les deux directeurs permet de dater du mois d’avril 1785 l’envoi du rapport de Barbier de La Serre à l’Hôtel des fermes8.

15Introduites par une description générale du terrain d’action des brigades, ces Observations entrent rapidement dans le vif du sujet en analysant les occasions de fraude que suscite la fiscalité et que favorise la topographie. Elles appellent aussi l’attention sur les risques qui découleraient d’une dysharmonie dans les moyens d’action mis en œuvre dans chacune des deux provinces limitrophes des Pays-Bas. Suit une digression sur les difficultés qui s’opposent à ce que le contrôleur général de Maubeuge assure convenablement la surveillance de l’exécution du service dans le secteur de la Meuse.

16Selon la méthode employée dans le Mémoire de 1778, les brigades sont présentées, et la fraude à laquelle elles sont confrontées se trouve décrite, en allant de la gauche vers la droite du dispositif. Dans chacune des deux « inspections », cette démarche est respectée pour présenter successivement brigades « en ligne », ambulantes et sédentaires. Les effectifs en place et ceux que l’on suggère d’implanter figurent en parallèle.

17Alors que le Mémoire doit être actualisé si l’on veut présenter l’organisation des bureaux des fermes de la généralité du Hainaut à la veille de la Révolution, les Observations, pour leur part, n’ont pas à être retouchées. En effet, les suggestions que l’on y a formulées sont entrées en application dès 1786.

I. Mémoire sur l’étendue et le commerce qui se fait dans la direction des fermes générales de Valenciennes (AM Valenciennes 4 II 114)

18La direction de Valenciennes a vingt-trois lieues de longueur sur huit de largeur dans une partie seulement. Elle renferme les terres de Saint-Amand, de Mortagne, le Hainaut, l’entre-Sambre-et-Meuse, outre-Meuse et le Cambrésis. Elle est terminée dans sa longueur, au nord, par le Hainaut autrichien, au sud, par Revin qui touche à la Champagne ; dans sa longueur, à l’est, par le Pays de Liège, à l’ouest, par le Cambrésis et la Picardie.

Division

19La terre de Saint-Amand est un démembrement du Tournaisis dont la ville de ce nom est le chef-lieu ; elle renferme sept villages qui forment un circuit d’environ dix lieues en joignant au nord Tournai, au sud la dépendance de Valenciennes, à l’est Condé, à l’ouest la Flandre française. Le sol y est très bon, produit du froment, du colza propre à faire l’huile, des prairies artificielles, du tabac d’une médiocre qualité et beaucoup de lin dont on tire un fil propre à faire les dentelles et batistes ; il s’y prépare jusqu’à la filature ; c’est le plus beau et le plus précieux de toute la province.

Commerce de Saint-Amand

20Le lin se prépare à Saint-Amand jusqu’à la filature, ensuite est vendu. Plusieurs habitants le rachètent en fil pour le retordre et le vendre en gris. Ils en envoient beaucoup dans la Flandre française, mais, comme Saint-Amand et sa dépendance sont très proches de Tournai, terre étrangère, ce commerce est très suspect, à cause de la facilité pour l’exportation et les étrangers le recherchent avec soin parce qu’ils n’en recueillent point dans leur pays ; les Anglais surtout le font ramasser, parce qu’ils voudraient établir une manufacture de batiste à l’instar de celle de Valenciennes, et les Anversois parce qu’ils ont le secret de le blanchir parfaitement pour faire les dentelles. Ce lin et son fil sont très chers ; le plus beau lin peigné se vend jusqu’à 6 et 8 livres la livre poids du pays qui diffère de 5 livres en moins sur le quintal poids de marc, et le fil blanchi se vend jusqu’à 800 livres la livre le plus beau. Il y en a de différentes gradations ; le moindre coûte 20 écus. La livre ne se pèse pas. Le fil sortant de la main de la fileuse est passé sur un outil appelé ourdoir qui a environ 6 pieds de France de hauteur sur 8 de largeur ; il y a deux montants qui forment la partie latérale où se trouvent adaptées six longues chevilles, quelquefois huit, ainsi qu’il sera expliqué ci-après : le fil passe transversalement d’une de ces broches à l’autre du haut en bas dix-huit fois, ce qui termine un quart. Sa finesse en fait le prix, depuis 20 sols jusqu’à 50-60 sont évalués le prix d’une livre. L’opération de le retordre et de le blanchir pour faire des dentelles en augmente prodigieusement le prix à cause des risques que courent ceux qui se chargent de ces sortes de main-d’œuvre ; le fil est très délicat ; par la plus petite négligence il peut être brûlé dans la chaudière ou pourrir sur le pré.

21[Note marginale] Nota. Il se trouve dans un mémoire remis à M. Paulze sur la culture du lin et ses gradations une planche représentant un ourdoir.

22On ne peut évaluer combien il se recueille de lin dans la terre de Saint-Amand, parce que cette plante réussit rarement ; la sécheresse ou les gelées printanières lui font un tort considérable. On peut assurer avec vérité qu’une seule récolte abondante paie au delà de la valeur du fond de la terre, et on peut compter sur une de ces récoltes en cinq ans ; mais par contrecoup le cultivateur perd considérablement lorsque le lin ne vient pas bien, à cause du prix de la graine qu’il est obligé de tirer tous les ans de Riga, de la quantité d’engrais étonnante qu’il faut pour réchauffer la terre et des différentes mains-d’œuvre nécessaires à la culture.

23Il se fait à Saint-Amand un autre commerce en gros bas de laine tricotée, mais il ne peut être regardé que comme précaire. Les habitants achètent des laines toutes préparées qu’ils envoient filer et tricoter dans les villages, la plus grande partie sur terre étrangère. Il s’en vend à Saint-Amand annuellement 120 à 130 mille paires. Les marchands ont obtenu un arrêt du Conseil en date du 7 novembre 1730 qui leur permet d’envoyer à l’étranger tricoter leurs bas en payant annuellement à la Ferme générale, par forme d’abonnement, une somme de 300 livres représentative des droits du tarif de 1671, de sorte que, d’environ 130 mille paires de bas qui se vendent à Saint-Amand, il ne s’en tricote pas un douzième sur la domination du Roi. Les commerçants ont donné une extension à cet arrêt en envoyant la laine pour être filée et tricotée dans le pays étranger ; l’effet en peut être abusif malgré les précautions que la Régie prend ; il peut rester à l’étranger une partie des laines qui y sont envoyées pour filer, et cette matière est précieuse pour l’aliment de nos manufactures ; en second lieu, il y a dans Saint-Amand et les environs beaucoup de bras inutiles qui pourraient s’occuper de la filature et du tricot. Les tricoteuses peuvent aussi à la faveur des bas qu’elles rapportent en introduire des manufactures étrangères dont l’entrée est fixée par les seuls ports de Calais et Saint-Valery en payant les droits. La Compagnie avait décidé, par lettre du 18 février 1773, que les marchands de Saint-Amand ne pourraient envoyer à l’étranger que des laines filées ; les commerçants qui firent de nouvelles réclamations s’adressèrent à M. l’Intendant qui y eut égard et, sur la demande de ce magistrat, la Compagnie, par une autre lettre du 19 mars suivant, a laissé subsister l’usage où sont les habitants d’envoyer des laines seulement peignées pour être filées et tricotées à l’étranger en continuant à payer l’abonnement.

24Il y avait ci-devant à Saint-Amand des magasins considérables de sucre et épiceries. Comme le directeur de Valenciennes a fait connaître à M. l’Intendant que ces espèces de marchandises se tiraient toutes de l’étranger au détriment de nos manufactures à la faveur de certificats captés de l’Artois qui les faisaient passer comme provenant des manufactures du Royaume, il est intervenu, le 18 janvier 1759, une ordonnance par laquelle il a été défendu au receveur de les expédier en franchise à la circulation, sinon qu’elles aient été représentées au bureau au moment de l’arrivée avec des expéditions en règle. Depuis cette époque, ce commerce de contrebande a été aboli ; il ne s’en fait pour ainsi dire plus d’autre qu’en fil exporté et bas tricotés importés.

25On estime qu’il entre dans quatre paires de bas, y compris ceux d’enfant, une livre de laine ; or, le commerce de Saint-Amand qui est de 120 à 130 mille paires consomme environ 32 500 livres de laine. Il s’en vend aussi faits au métier ; il y en a quinze battant dans la ville. Un ouvrier fait trois bas par jour ; supposant que les quinze ouvriers travaillent huit mois de l’année, déduction faite des fêtes et dimanches, ils en font environ 6 000 paires.

26Il se trouve dans l’enceinte de cette ville une manufacture de faïence assez solide. Il en entre beaucoup dans l’intérieur du Royaume où elle paie les droits d’entrée imposés par les arrêts des 26 janvier et 5 février 1723. L’entrepreneur a voulu faire de la porcelaine en camaïeu ; il a assez bien réussi, mais il a cessé parce qu’il était écrasé par la manufacture de Tournai, ville impériale, d’où elle entre avec la plus grande facilité dans le Royaume en fraude du droit qui est de 100 livres par quintal sans déduction d’aucun emballage et non compris les huit sols pour livre (arrêt du Conseil du 29 mars 1757). Ces porcelaines sont introduites en contrebande dans des caisses par des gens à cheval qui traversent la plaine où il est de la plus grande difficulté de les surprendre, gagnent l’Artois qui n’est distant que de deux à trois lieues dans différents endroits. Il leur est donné par les magistrats des certificats qui attestent que ces porcelaines ont été chargées dans la province, et, quand ils entrent dans une autre où il y a des bureaux des traites, le receveur à qui ce certificat est présenté est tenu d’expédier ces marchandises en franchise comme venant d’Artois ; tel est l’usage abusif que les Artésiens font de leurs beaux et dangereux privilèges. Cet abus ne se commet pas sur la porcelaine seulement, mais sur toutes les marchandises imposées à des droits d’entrée assez forts pour dédommager les marchands des risques qu’ils courent ou sur celles dont l’entrée est fixée par certains bureaux.

27Il y a à Saint-Amand un bureau des traites composé d’un receveur et un contrôleur. L’argent qu’ils reçoivent ne suffit pas pour indemniser des frais de régie. Leur principal travail consiste dans les expéditions qu’ils délivrent pour l’enlèvement des laines et qu’ils retirent lors du renvoi des bas. Il se perçoit quelques droits d’entrée sur les marchandises que les habitants tirent de l’étranger pour leur consommation et de sortie sur les fientes de pigeon qui sont exportées par la rivière de Scarpe qui passe à la porte de la ville, qui porte des bateaux assez considérables. Il s’y en charge beaucoup avec du bois provenant des forêts des environs dont les plus considérables appartiennent à une abbaye très riche de Bénédictins qui habitent dans l’enceinte de la ville. Ces bois sont conduits à Lille et environs pour la consommation des habitants. Il passe aussi sur la rivière des bateaux chargés de charbon de terre dont une partie vient de Mons, terre étrangère, et l’autre des environs de Valenciennes, à la destination de la Flandre française, de même que des grès chargés dans le pays étranger, des grains et avoines venant de l’Artois.

28Les bureaux de Bouchain, Mortagne, Rumegies et Maulde sont subordonnés à celui de Saint-Amand.

29Il se trouve à trois quarts de lieue de Saint-Amand dans la forêt, des eaux et boues minérales qui sont commodes et assez suivies. On boit les eaux qui sont tièdes et qu’on assure être spécifiques pour la gravelle et les maladies de la peau. Elles sont contraires aux poitrinaires. Les boues se prennent en forme de bains ; on y fait entrer tout le corps ou seulement la partie malade ; on s’en sert lorsqu’on a des rhumatismes ou après des blessures ; elles sont noires, chaudes et sentent un fort goût de soufre ou d’œuf gâté ; leur odeur est désagréable. On a construit autour de leur enceinte une espèce de hangar ; il est couvert d’ardoises et de châssis en verre de distance en distance pour ne pas soustraire l’impulsion du soleil. Il y a des loges pour chaque personne qui, sortant des boues, passe dans de petites chambres de bain assez commodes, à l’effet de se nettoyer. Les eaux sont sulfureuses et ferrugineuses. Il y a entre autres une petite source d’où il sort une eau si pleine de soufre qu’un écu sur laquelle on en fait couler devient au bout de quelques minutes jaune comme le cuivre. Plusieurs personnes qui en ont bu ont éprouvé qu’elle fait éclore les maladies vénériennes lorsqu’il y a du virus dans le sang ; les médecins sont assez dans l’usage d’y envoyer les gens qu’ils ont traité de cette maladie pour boire celle d’une autre source qui est tiède et aussi sulfureuse, mais pas autant que cette première.

Mortagne

30La terre de Mortagne qui est un démembrement du Tournaisis est composée de six villages situés sur la Scarpe, à peu près à l’endroit où cette rivière se jette dans l’Escaut. Par le traité de 1769 entre le Roi et l’Impératrice-Reine, cette terre s’est trouvée divisée ; il nous est resté quelques habitations du chef-lieu et quatre villages qui en dépendent ; il y a même eu une erreur en nous donnant celui de Wihiers qui est au delà de la Scarpe et enclavé dans les terres autrichiennes. Lorsqu’il a été question de tirer la ligne de démarcation, il s’est élevé des difficultés au sujet de la paroisse de Maulde que les étrangers ont prétendu devoir leur appartenir en entier et le commissaire du Roi s’est refusé à cette fausse prétention. Depuis ce temps cette difficulté n’est pas décidée. Il y avait un premier bureau d’entrée des traites de France situé à une demi-lieue au dessus de Maulde, à un endroit nommé Le Palais, paroisse de Bléharies, qui est passé sous la domination autrichienne.

31Il y a dans Mortagne même un bureau des traites dont le service est rempli par un receveur et un contrôleur ; leur principal travail consiste à expédier par acquit-à-caution les marchandises qui viennent de l’étranger sur l’Escaut pour gagner Condé, tel que le charbon de terre qui se consomme en France ou qui passe pour transit, les pierres et autres ; ils sont aussi chargés de retirer les expéditions qui se délivrent à Saint-Amand pour les laines qui passent à l’étranger, qui y sont filées et tricotées, et d’en délivrer d’autres pour les bas qui sont rapportés en échange.

32La terre de Mortagne est considérable en bois ; mais la meilleure partie, ainsi que les terres labourables les plus fertiles sont sur la domination étrangère. Il se plante du tabac sur la partie qui appartient au Roi ; il est d’une médiocre qualité. Il ne s’y fait aucun commerce.

Maulde

33Ce village était indivis avant le traité de 1769, quoique l’Impératrice-Reine ait prétendu, comme on l’a dit ci-devant, qu’il lui appartenait en entier. Le bureau supprimé au Palais a été transféré dans la partie qui était à la France et qui se trouve à portée de la grande route de Tournai à Saint-Amand. Depuis, les étrangers ont levé des impositions dans la totalité du village qu’ils ont prétendu être à eux ; la France s’y est opposée sans cependant troubler leur jouissance. Comme il ne se trouverait aucun autre endroit propre à placer ce bureau qui est très nécessaire pour les premières déclarations, à l’effet d’expédier par acquit-à-caution les marchandises venant de Tournai à la destination de Saint-Amand et Valenciennes, M. l’Intendant a fait des représentations au Conseil de Bruxelles qui a consenti que le bureau restât dans le village. Il y a un receveur et un visiteur. On conçoit aisément qu’étant placés dans le pays étranger, leurs opérations ne peuvent pas être bien étendues ni bien importantes.

Bouchain

34Petite ville fortifiée à quatre lieues de Valenciennes sur la route de cette dernière à Douai ; il n’y a aucun commerce. Sa dépendance est de 64 villages qui forment une châtellenie distincte de la province du Hainaut. Le sol en est excellent ; il produit du très beau grain et des prairies artificielles, peu de tabac d’une médiocre qualité. L’Escaut y passe en dehors des fortifications et la rivière Sensée baigne les murs. Elle ne porte pas de bateaux. Il y a un bureau des traites composé d’un receveur seul. Il ne fait aucune perception ; il est regardé comme de conserve.

Rumegies

35Village dépendant de la terre de Saint-Amand situé sur une route de traverse qui conduit de Saint-Amand à Lille et Tournai. Il y a un bureau de conserve composé d’un receveur qui expédie par acquit de paiement les marchandises étrangères qui se consomment dans les environs et par acquit-à-caution pour assurer les droits celles qui vont jusqu’à Saint-Amand.

Condé

36Petite ville fortifiée à deux fortes lieues de Valenciennes, sur l’extrême frontière du pays étranger, au confluent de la rivière d’Haine qui se verse dans l’Escaut. Le principal commerce est la navigation qui y forme un corps avec des statuts très bien observés. Les bateaux servent à voiturer des charbons de terre qui s’extraient des mines situées au Vieux-Condé, village à un quart de lieue du côté de l’étranger, à Fresnes également à un quart de lieue rentrant dans le Hainaut du côté de Valenciennes et à Anzin à près de deux lieues du même côté. Il en sera parlé à l’article de cette dernière ville.

37Il se fait aussi par les rivières un grand commerce de charbon venant du pays étranger dont partie se consomme dans la Flandre française et l’autre ne fait que transiter et est conduit dans le Tournaisis.

38Sur la rive droite de l’Escaut se trouvent des marais d’une lieue de long sur une de large, qui servent à mettre des bœufs en pâturage pour les engraisser ; ils y entrent au commencement du printemps ; en deux mois le premier engrais peut être fait ; on y en met de seconds qui peuvent encore être engraissés avant l’hiver. Lorsque la saison est favorable, on les renouvelle jusqu’à trois fois dans les bonnes années ; on ne les remet dans l’écurie que lorsque les rigueurs de l’hiver les empêchent de pâturer. On laisse une partie de ces marais en foin dont on fait deux coupes pour la nourriture des bestiaux pendant cette saison. On les achète maigres en Franche-Comté dans le mois de mars. On en peut engraisser annuellement deux mille. On y élève aussi des jeunes chevaux qui ne rentrent dans les écuries que l’hiver ; ils sont très vigoureux, mais très petits. Ces marais étaient inondés au moins quatre mois de l’année par les eaux qui s’y versaient par le débordement de l’Escaut ; on vient de finir un canal qui prend à leur origine et va rentrer dans l’Escaut deux lieues au dessous ; il ne reste plus d’inondation que ce qu’il est nécessaire pour engraisser la terre et lui faire produire de l’herbe. Ce terrain est très précieux et très cher.

39Il se fait à Condé des grosses mousselines. L’établissement est si peu important qu’il ne mérite pas beaucoup d’attention. M. le duc de Croy, seigneur de Condé, a jugé à propos, il y a environ dix à douze ans, de faire une avance de 6 000 francs pour le former, à l’effet d’occuper les pauvres ; il s’est toujours soutenu depuis. Ce seigneur s’est adressé dans le temps à feu M. de Trudaine pour obtenir un plomb qui donnât aux mousselines le caractère nécessaire pour qu’elles puissent être reconnues de fabrique nationale. Il a été décidé qu’en attendant, le nom du lieu serait tissé à un des chefs de chaque pièce, ce qui s’est toujours pratiqué depuis.

40Il y a un bureau des traites composé d’un receveur, un contrôleur et un visiteur. Il est intéressant à cause du commerce du charbon étranger qui est voituré sur l’Escaut, dont la majeure partie, destinée pour l’étranger, paie pour droit de transit deux sols six deniers au baril de 300 livres pesant, et le surplus, qui est consommé dans le Royaume, paie cinq sols au même baril, non compris les huit sols pour livre. Dans les deux cas, il serait dangereux d’inquiéter ces étrangers qui pourraient pratiquer chez eux des chaussées ou des canaux qui communiqueraient d’un endroit à un autre sans transiter sur les terres du Roi ; la Compagnie perdrait le droit qui monte à plus de 80 000 francs par an et au moins à 120 000 en y comprenant celui d’entrée pour le charbon consommé dans le pays. Ces étrangers ont dans le temps du procès jugé par l’arrêt du 6 juillet 1766 fait construire une chaussée de Mons sur Tournai qui fait tort à la Compagnie ; ils n’ont suspendu le surplus des travaux qu’à cause de la dépense ; il est de fait que le projet est arrêté et qu’il faudrait très peu de choses pour les décider à l’exécuter. Ces mêmes charbons paient aux domaines qui appartiennent à la Ferme générale un droit de transit et d’entrée qui monte à peu près à la moitié de celui des traites.

41Dans le nombre des employés qui font le service aux portes, il y en a deux qui ont le titre de garde-contrôleur ; ils reçoivent les premières déclarations des bateliers et perçoivent les droits sur les mêmes parties de charbon qui entrent par terre.

42Le sol des environs de Condé est fort sablonneux. Il y vient du tabac assez beau et très bon pour la pipe ; il s’en plante beaucoup.

43Condé et sa dépendance sont partie du Hainaut. Le bureau de Wihiers est le seul qui lui soit subordonné.

Wihiers

44Petit village enclavé dans le pays étranger sur la rive droite de la Scarpe, il passe au dessous une petite rivière appelée la Vergne qui se jette dans la Scarpe. Le sol est le même que celui des environs de Condé dont ce village n’est éloigné que d’une lieue et demi. Il y a un bureau de conserve composé d’un receveur et un contrôleur. Il ne s’y fait pas de recette. Il est sur la route d’Ath à Condé. Le receveur expédie par acquit-à-caution les marchandises qui suivent cette destination, qui consistent ordinairement en toiles, pour assurer la perception des droits d’entrée à Condé.

Valenciennes

45Valenciennes est une ville de guerre très bien fortifiée, située à sept lieues de Mons, ville impériale, deux de Condé, sept de Douai, sept de Maubeuge et sept de Cambrai. Sa population est de dix huit mille âmes ; sa garnison ordinaire, en temps de paix, est de huit bataillons et quatre escadrons. Sa distance jusqu’aux terres impériales n’est que de trois lieues. M. l’Intendant pour la province y fait sa résidence. Le Magistrat y juge à mort, mais leurs jugements sont confirmés par le Parlement de Douai.

46Quoique Valenciennes passe pour la capitale du Hainaut, dans le fait cette ville et sa dépendance, qui consistent en 28 villages, appelées Prévôté-le-Comte, y compris les banlieues, sont un démembrement du Tournésis.

47Elle n’est pas comprise dans le cahier des impositions de la province. Outre la capitation et l’industrie que paient les bourgeois, le commissaire du Roi fait tous les ans au Magistrat la demande d’une aide ordinaire et extraordinaire ; ils font eux-mêmes la distribution de ce que chaque habitant doit payer ; cela n’est pas considérable parce que la ville emploie à cet usage le produit des octrois qui consistent en des droits sur les boissons et généralement toutes les denrées et choses nécessaires à la vie ; le produit en peut monter annuellement à deux cent cinquante mille livres qui font, à peu de choses près, l’unique revenu de la ville qui a au moins autant de charges à payer. Les droits sur les octrois sont la cause de la dépopulation ; la ville renfermait, il y a vingt cinq ou trente ans, vingt huit à trente mille âmes, dont dix à douze sont passées dans les campagnes où les denrées sont à beaucoup meilleur compte.

48Il y a à Valenciennes une citadelle curieuse par ses fortifications et ses promenades, un hôpital général dont la construction fait l’admiration des étrangers ; il pourrait être fort utile en temps de guerre, d’autant qu’il y a des souterrains dans toute l’étendue et que le bâtiment qui a trois étages d’élévation, y compris les greniers dont deux également voûtés et à l’épreuve de la bombe.

49La rivière Escaut, qui traverse la ville, se divise en trois branches ; l’une entre dans le centre de la ville et sépare le diocèse de Cambrai d’avec celui d’Arras ; la seconde passe derrière la citadelle et la troisième au faubourg appelé le Noir Mouton au dessous de la porte de Tournai qui est la même par où l’on va à Lille ; cette branche est la seule qui porte bateaux. L’Escaut reçoit la rivière de Rhonelle et quelques autres petits filets d’eau qui coupent la ville en différents endroits. Le circuit de cette place contient à peu près trois quarts de lieue.

50Valenciennes est située avantageusement pour le commerce ; cependant elle n’en fait pour ainsi dire point ; la filature des toiles dites batistes et les dentelles sont les seules branches qui méritent attention.

51Le commerce de batistes qui se fait à Valenciennes est d’autant plus précieux qu’il est unique et que le lin qui se recueille dans les environs de Saint-Amand y reçoit toutes les mains-d’œuvre dont il est susceptible depuis la plante jusqu’à la perfection de la toile même et le blanchissage.

52Le lin en paille n’est pas roui dans Valenciennes, mais au dehors. L’opération de rouir le lin consiste, lorsqu’il est sec, à le faire tremper dans des ruisseaux d’eau courante et ensuite de briser avec des instruments à cet usage toute sa paille pour en séparer la filasse qui est peignée avec tant de soin que l’on en retire le fil, qui, lorsqu’il a sa longueur, vaut jusqu’à six et quelquefois huit francs la livre, poids de la ville, qui diffère de cinq livres au cent en moins sur le quintal poids de marc. Ce lin est filé en partie dans Valenciennes même, et le surplus dans les campagnes. On peut compter dans cette ville au moins trois mille fileuses qui gagnent depuis huit jusqu’à douze sols par jour.

53Le fil a différentes valeurs, ainsi qu’on l’a dit plus haut. Son prix dépend, non seulement de sa finesse, mais encore de la main de la fileuse ; plus il est égal et uni, plus il est cher. Une grande partie est employée à faire des toiles appelées batistes, et le surplus à faire de la dentelle, lorsqu’il est blanchi.

54Des six mille métiers environ propres à faire batistes, qui étaient dans Valenciennes il y a vingt-huit à trente ans, il n’en reste pas plus de deux cents, à cause des raisons de dépopulation déduites plus haut ; cependant, une grande partie des toiles fabriquées par ces mêmes ouvriers, entrent dans le commerce de Valenciennes, ainsi qu’on le verra ci-après.

55Les toiles dites batistes ont des proportions soumises aux inspecteurs du commerce ; leur longueur doit être de douze aunes et demi et la largeur de cinq huitièmes, qui, frottées avec un morceau de buis, les réduit à une aune du pays de largeur ou vingt-sept pouces et demi de France.

56On ne peut pas dire combien il entre de fil dans une pièce de batiste, parce que cela dépend de la finesse qui varie considérablement ; car il y en a depuis dix jusqu’à deux cents livres la pièce. On peut considérer que le commerce se fait en toiles dont le prix est depuis cinquante livres jusqu’à cent vingt ; il s’en fait peu au dessus et au dessous.

57Les faiseurs de batistes ou mulquiniers, font un corps dans lequel ils ne peuvent être reçus sans avoir fait apprentissage. Il suffit d’être maître pour occuper le nombre d’ouvriers qu’on juge à propos, tant chez soi qu’au dehors.

58Les métiers dans la ville sont placés dans des caves faites exprès. Un bon mulquinier peut faire une pièce en trois semaines ; il gagne depuis quinze jusqu’à vingt livres suivant la finesse de l’ouvrage.

59Les toiles en gris sont portées par les fabricants chez des courtiers qui les vendent aux négociants, que je nommerais volontiers les sangsues de ce commerce, en ce que les fabricants sont leurs tributaires, et en ce qu’ils fixent le prix des toiles que les fabricants sont obligés de leur céder pour avoir leur subsistance, et les négociants, après avoir fait blanchir ces toiles, les vendent à des étrangers avec un bénéfice immense ; la preuve en résulte des différentes fortunes les plus rapides et les plus étendues.

60Les toiles sont portées en gris dans un lieu désigné pour la vérification être faite par des égards jurés ; celles qui sont jugées de bonne qualité et faites dans les proportions prescrites, reçoivent une marque et paient un droit de 14 sols 3 deniers appartenant à la ville ; elles sont ensuite envoyées au blanchissage.

Blanchissage des toilettes

61Il y a dans les faubourgs de Valenciennes douze blanchisseries qui sont de grands prés coupés par des ruisseaux d’eau vive sur lesquels les toiles sont étendues. Cette opération commence à la mi-mars et finit lorsque les rigueurs de l’hiver arrivent. Ces toiles sont arrosées tous les jours ; avant que de les exposer sur le pré, elles sont pendant 15 jours coulées dans des lessives faites avec des cendres de potasse, autrement dit de védasse, et quand elles ont acquis un certain degré de blancheur, on les coule dans une lessive de lait ; on se sert de celui dont on a tiré la crème, ou de celui qui reste après avoir battu le beurre ; mais il ne peut pas entrer d’eau dans ces lessives qui se répètent jusqu’à ce que les toiles aient acquis un blanc parfait ; on les passe ensuite dans du bleu de Prusse le plus fin, et on les fait sécher dans des hangars où elles sont posées en l’air transversalement d’un bout à l’autre, attachées par des épingles à des cordes pendues dans la longueur du hangar dont les murs sont à jour et garnis de grosses toiles en forme de stores, pour donner de l’air et parer à l’intempérie du temps. Ces toiles restent environ six semaines entre les mains du blanchisseur pour passer du gris au blanc parfait. Le prix de main-d’œuvre est de 50 sols par pièce. Les douze blanchisseurs occupent entre eux mille à onze cents ouvriers et ouvrières qui gagnent depuis douze jusqu’à vingt sols par jour.

62Les toiles sorties des mains des blanchisseurs rentrent dans celles des commerçants qui en font des envois en Hollande et dans le Brabant sans autre apprêt. Il n’en est pas de même de celles qui vont dans le fond de l’Allemagne, en Angleterre et dans le midi ; elles sont envoyées chez les plieurs qui les mettent à un nouvel apprêt et les plient à peu près dans la forme du papier à lettres ; ils les mettent ensuite sous une presse, de sorte qu’une demi-pièce n’a pas plus d’un doigt d’épaisseur lorsqu’ils les rendent aux marchands ; il est mis entre les plis de petites houppes de soie de diverses couleurs, et à chaque demi-pièce est attaché un fil au bout duquel est un morceau de parchemin portant la marque du marchand qui en désigne le prix par un certain nombre de nœuds faits à cet effet. L’art du plieur qui reçoit 16 sols par pièce est de ne les plier que quand elles sont bien sèches, car pour le peu qu’il leur reste d’humidité, elles se détachent et se pourrissent. Ces toiles rendues dans cet état aux commerçants sont emballées, lors des envois, dans des caisses de bois blanc très sec, après être pliées chacune dans du papier bleu.

63On a dit ci-devant que les marques de fabrique s’appliquent sur les toiles en gris. Lorsque les commerçants veulent les négocier dans l’intérieur du Royaume, ils avertissent les égards qui appliquent alors la marque avec de l’encre de la Chine pour qu’elle ne s’efface pas ; cette marque n’est pas nécessaire pour celles qui vont directement dans le pays étranger ; elle est même nuisible pour celles envoyées en Angleterre où elles ne peuvent entrer qu’en contrebande.

64Il entre dans le commerce de Valenciennes 70 000 pièces en batiste, estimées l’une dans l’autre à 70 livres. L’objet total monte à cinq millions. On observe qu’il ne se fait pas plus de 3 000 pièces dans la ville, le surplus par des ouvriers établis à la campagne, surtout dans le Cambrésis, où ils n’ont aucun droit à payer sur toutes les choses nécessaires à la vie. Ces fabricants campagnards apportent dans la ville leurs toiles qu’ils remettent entre les mains des courtiers, pour vendre aux négociants.

65Le commerce de batistes à Valenciennes, tout considérable qu’il est, a beaucoup perdu tant de sa splendeur que de son étendue.

66Dans sa splendeur, en ce que jusqu’en 1732, il ne s’est fait aucun mélange dans la fabrique de la ville, où se faisaient les plus belles batistes. A cette époque les commerçants de St-Quentin qui étaient éloignés d’atteindre la perfection des fabriques de Valenciennes, sous le prétexte que le blanchissage y était plus beau qu’ailleurs, ont obtenu la permission d’y apporter des toiles pour être blanchies, à charge de retour en exemption des droits de marque. Cette facilité accordée, la cupidité a triomphé ; les négociants de St-Quentin ont échangé des toiles de leur fabrique contre celles de Valenciennes qu’ils ont mélangées dans leurs envois, de sorte que leur fabrique a paru se perfectionner, et ils en ont rehaussé le prix. Les négociants de Valenciennes ont également mélangé les toiles de St-Quentin de bas prix avec celles de leur fabrique qui a perdu dans l’esprit des étrangers ce que celle de St-Quentin a gagné.

67Dans son étendue, en ce que les Anglais, jaloux de cette fabrique unique, ont défendu l’entrée des batistes de France, et ont fait des efforts incroyables pour en fabriquer des semblables. Ils nous ont débauché quantité d’ouvriers et tiré en contrebande beaucoup de nos fils. Ce commerce depuis ce temps ne se fait avec l’Angleterre qu’en contrebande, en courant les plus grands risques et avec une dépense extraordinaire. Les négociants de St-Quentin et Valenciennes se sont réunis et ont fait des représentations au Conseil, mais infructueusement, n’étant pas possible d’y mettre de remèdes, quoique le ministère ait établi des peines contre ceux qui exportent du fil gris propre à faire batistes.

68Des législateurs habiles sont restés en suspens pour savoir s’il était bien avantageux de tenir la main à cette défense avec la plus grande attention, parce qu’ils prétendent que, lorsqu’il y a dans le pays plus de fil qu’il n’en peut être employé pour la fabrique, et un nombre plus que suffisant de fileuses, son prix tombe ; les ouvriers ne peuvent plus gagner leur vie et les négociants vendent toujours leurs toiles aussi cher. Cependant, comme la défense subsiste toujours, les gardes des fermes ont ordre d’y veiller avec la plus grande attention.

Dentelles

69Les dentelles de Valenciennes, qui sont de la plus grande finesse et de la plus grande beauté, ont encore l’avantage de la solidité sur toutes celles qui peuvent être mises en concurrence, soit étrangères, soit de fabrique du Royaume. Elles sont faites avec le fil produit du même lin dont il a été parlé à l’article de St-Amand. Ce fil est retors et blanchi. Il est d’un prix étonnant lorsqu’il a reçu la dernière main-d’œuvre. Il s’en vend jusqu’à 800 francs la livre, mais il en faut très peu pour la dentelle. Un blanchisseur de Valenciennes est le seul qui ait trouvé le secret de blanchir du fil propre à faire dentelles ; quoiqu’il ait très bien réussi, les marchands préfèrent de le faire blanchir à Anvers par une longue suite de l’usage où ils ont été de père en fils : tel est le caractère des naturels du pays. Il serait cependant très avantageux de conserver dans l’intérieur du Royaume une main-d’œuvre aussi précieuse. Comme on n’y est pas encore parvenu, le Conseil a, par décision du 3 mai 1753, prorogé pour un an la permission accordée aux marchands fïltiers du Pays-Bas français d’envoyer blanchir à Anvers et dans d’autres villes étrangères leur fil fin, cru et retors, en donnant leur soumission de faire rentrer dans un certain délai les deux tiers de la quantité de fil sorti, attendu le déchet d’un tiers au blanchissage, et de payer 30 sols du cent pesant pour tout droit d’entrée et de sortie. Cette décision qui a été renouvelée le 22 janvier 1756 a toujours son exécution.

70Les dentelles de Valenciennes se vendent depuis 50 livres jusqu’à cent écus la paire de manchettes d’homme ; il y en a même à plus bas prix ; les garnitures de femme, depuis 100 écus jusqu’à 1 500.

71Il y a dans Valenciennes environ deux mille dentellières, non compris toutes les personnes qui, sans en faire leur état, travaillent par amusement. Une bonne dentellière gagne facilement cent écus par an ; mais on en voit peu qui passent 400.

72La totalité du commerce dans Valenciennes et les environs est estimée annuellement deux millions ; il est fort lucratif pour les commerçants en gros, lorsqu’ils ont des fonds reposants ; ils ont un nombre de dentellières à qui ils livrent des dessins ; ils leur font des avances ; elles ne peuvent travailler pour les autres ; par ce moyen ils leur paient la main-d’œuvre à bas prix et gagnent considérablement sur leur ouvrage.

73Lorsqu’on achète des dentelles de Valenciennes, on doit être sur ses gardes, à cause de la contrefaçon ; il y en a beaucoup faites de même point, mais qui ne sont ni aussi fines, ni aussi solides ; il faut y prêter la plus grande attention. Les marchands ne sont pas trop scrupuleux à cet égard. Les naturels du pays prétendent que les dentelles faites hors de la dépendance de Valenciennes, quoique de la même façon et du fil de même espèce, ne sont ni aussi belles ni aussi durables ; ils attribuent ce fait à l’influence de l’air ; je ne sais d’où il peut venir ; quoique cela paraisse incroyable, j’y ai plusieurs fois reconnu de la dissemblance.

Clouteries

74Il se trouve au faubourg de Valenciennes une clouterie qui a occupé jusqu’à deux cents ouvriers ; elle porte le titre de manufacture royale, et, en conséquence, les clous en provenant ne paient à leur entrée dans les cinq grosses fermes que deux sols du cent pesant, en justifiant de leur origine par des certificats en bonne forme.

75Le débouché le plus considérable de cette manufacture est pour les Iles par la port de Dunkerque.

76Les premiers entrepreneurs ont cédé leurs intérêts parce qu’ils perdaient prodigieusement.

77Le fer destiné à faire les clous est tiré ou des forges de Thiérache, ou de l’étranger ; dans l’un et l’autre cas, il est exempt des droits de sortie du tarif de 1664 lorsqu’il est pris dans les forges ou fenderies du Royaume, par arrêt du 4 septembre 1753. On a attention de l’expédier par acquit-à-caution pour éviter les abus. Celui tiré de l’étranger, quoique destiné pour cette manufacture, paie le droit d’entrée de dix francs le cent pesant imposé par l’arrêt du 10 avril 1702.

Manufacture de serviettes

78Il y avait à l’origine une manufacture de serviettes et nappes dans l’Hôpital général, à l’instar de celle de Courtrai ; il y avait très peu de différence ; voilà cependant deux compagnies qui y perdent gros consécutivement. Ces serviettes n’étant assujetties à aucun droit à leur entrée dans le Royaume devraient avoir un avantage sur celles qui viennent de l’étranger, qui sont censées payer 45 livres et les huit sols pour livre, mais elles entrent si facilement en fraude qu’il n’est pas possible de soutenir la concurrence. Les manufacturiers de Courtrai s’offrent à les faire importer en France. Voici leur ruse : ils sont très près de l’Artois ; ils les y font voiturer par des contrebandiers à cheval qui ne font pas d’autre métier ; il leur est ensuite frappé des marques de fabrique ; elles sont portées jusqu’aux premiers bureaux du pays conquis à la faveur des certificats que délivrent les Magistrats artésiens, et les receveurs des traites à qui ces pièces sont présentées ne peuvent se dispenser de délivrer pour la circulation des expéditions en franchise. Il serait bien heureux de parvenir à remédier à cet abus qui s’étend également sur toutes les marchandises sujettes à de gros droits d’entrée, pour protéger nos manufactures qui s’anéantissent à cause de ces manœuvres.

Mines de charbon

79Il y a à la porte de Valenciennes plusieurs fosses de charbon de terre qui sont d’un produit considérable ; elles occupent au moins deux mille âmes pour l’extraction. Les mineurs peuvent gagner jusqu’à trente sols chaque jour de travail, et leurs enfants, dès l’âge de sept ans, commencent à gagner six sols ; leurs salaires augmentent à proportion de leurs forces et de leur vigilance.

80La navigation de l’Escaut fait un grand avantage pour l’exportation du charbon qui va dans la Flandre et dans le pays étranger. Il s’en tire beaucoup aussi par voitures pour la Picardie, l’Artois et le Cambrésis.

81On a peine à croire que Valenciennes étant dans une position aussi avantageuse, il ne s’y fasse aucun autre commerce. Il n’y a pas même de magasin en aucun genre ; les marchands sont les tributaires de ceux de Lille chez lesquels ils prennent tous leurs approvisionnements, quoiqu’ils ont autant de facilité que ces derniers. On ne peut attribuer cette négligence qu’à deux causes : ou à leur peu d’aptitude, ou à la médiocrité de leur fortune qui ne leur permet pas de faire les avances nécessaires, d’autant mieux qu’il passe tous les jours dans Valenciennes des rouliers qui portent dans l’intérieur du Royaume des marchandises qu’ils ont été charger à Lille et qu’ils auraient eu plus d’avantage à prendre lors de leur passage à Valenciennes.

Tanneries

82Il y a dans la ville huit tanneurs qui travaillent par an 250 cuirs de bœuf, 4000 de vaches et 8 500 de veaux. Les cuirs sont du pays. Ils se consomment dans la ville et les environs.

Bureau

83Un bureau principal des traites composé d’un receveur, un contrôleur et un visiteur.

84Le produit monte à environ 50 000 livres annuellement, qui se perçoivent sur les marchandises qui entrent des Pays-Bas et autres régions, par les voitures publiques qui arrivent de jour à l’autre. Quelques voitures de clous ; cet objet est diminué beaucoup depuis l’exécution de l’arrêt du 16 mars 1756 qui a porté à 5 livres du cent pesant les droits d’entrée sur les clous de fer moyens et petits, et les gros à 50 sols, au lieu de 3 livres et une livre 10 sols du cent pesant auquel ils étaient portés par celui du 4 mai 1745.

85Les dentelles étrangères peuvent aussi entrer par ce bureau où se perçoivent également les droits sur des cuirs forts tannés venant de l’étranger ; ils entrent par le Blanc-Misseron où ils sont expédiés par acquit-à-caution pour en assurer les droits de 20 pour cent de la valeur imposés par arrêt du 28 mai 1768.

86Ce bureau est ouvert pour l’entrée des toiles de coton blanches et peintes par la déclaration du Roi du 28 octobre 1759, mais il s’y en acquitte très peu.

87Il a pour subordonnés ceux du Blanc-Misseron, Marchipont, Eth et Bry, Le Quesnoy, Le Cateau et Cambrai.

Blanc-Misseron

88Le Blanc-Misseron est une maison isolée qui appartient à l’Abbaye de Crespin, de qui la Compagnie la loue 300 livres annuellement. Elle est située à trois lieues de Valenciennes, extrême frontière du pays étranger, sur la route qui conduit à Mons.

89Il est assez intéressant. Il est composé d’un receveur, un contrôleur et un visiteur qui expédient par acquit-à-caution les marchandises entrantes par les voitures publiques et autres pour assurer le paiement des droits.

90Il est subordonné à celui de Valenciennes.

91Ils expédient de même les cuirs forts tannés venant de l’étranger, ce bureau étant ouvert pour cette espèce de marchandises, arrêt du 7 novembre 1744.

92La recette annuelle peut monter à 12 à 15 000 livres, parce que les droits sont perçus sur ces mêmes parties de marchandises qui se consomment dans les environs, principalement le charbon de terre, qui se tire de Mons, ville impériale ; il est importé par chariots.

93Il y a devant le bureau une barrière construite aux dépens de la Compagnie ; le visiteur est chargé de la fermer tous les soirs et de l’ouvrir même pendant la nuit, lorsqu’il en est requis, ce qui est d’autant plus important que cette route, qui conduit en Hollande et dans tout le nord, est extrêmement fréquentée.

Marchipont

94Est une maison isolée, à une demi-lieue du Blanc-Misseron, sur l’extrême frontière. Il n’y a qu’un chemin qui la sépare du pays étranger où est un village du même nom ; elle appartient au Roi. Il y a un bureau de conserve composé d’un receveur et un garde-visiteur. Ce bureau a été établi pour la commodité du public ; il est situé entre quatre chemins de terre dont un vient de l’étranger et les autres communiquent d’un lieu à l’autre de la province. Celui qui vient du pays étranger est peu fréquenté. Les expéditions qui s’y délivrent sont pour du charbon de terre que les sujets du Roi tirent pour leur consommation, qui ne laisse pas d’être bien étendue, parce que les naturels des environs en font de la chaux qui sert d’engrais aux terres. Cependant la recette ne suffit pas pour payer les frais de régie ; mais, si ce bureau n’existait pas, ce serait ouvrir un passage aux contrebandiers et fournir des armes aux particuliers qui voudraient tirer de l’étranger en fraude des droits des marchandises qui y sont sujettes.

Eth

95Petit village sur l’extrême frontière à deux lieues de Marchipont.

96Il y a un bureau des traites composé d’un receveur ; sa position, son utilité et son produit sont les mêmes qu’à Marchipont.

Quesnoy

97La ville du Quesnoy est à une lieue et demie du pays étranger. Il n’y a aucun commerce ni fabrique ; ceux qui y tiennent des boutiques les approvisionnent dans les autres villes, telles que Lille et Rouen. Il n’y a rien de remarquable au Quesnoy. Il s’y tient, le 12 de chaque mois, une foire aux chevaux ; elle est assez bien meublée pour la qualité et la quantité ; elle attire un concours de peuple assez considérable, et la dépense qui s’y fait sert à la subsistance des habitants.

98Il y a deux tanneurs et quatre mégissiers qui préparent environ annuellement 350 peaux de bœufs, 1 000 peaux de veaux et 2 000 de moutons ; le cuir ordinaire est des bestiaux du pays ; ils se consomment dans la province.

99Le bureau des traites est composé d’un seul receveur, qui ne fait pas de perception ; les expéditions qu’il délivre sont pour les marchandises qui circulent d’un lieu à l’autre de la province.

Le Cateau

100Ville ouverte dans le Cambrésis, chef-lieu de la châtellenie dont Mgr l’archevêque de Cambrai est seigneur, elle est très peuplée et fort commerçante, à cause des privilèges dont jouissent ses habitants qui en ont abusé de tout temps pour faire la contrebande. Elle est cependant diminuée depuis quelques années, à cause de l’établissement de manufactures de toiles de coton peintes dans l’intérieur qui se sont perfectionnées pour le goût et la solidité.

101Il n’y a pas de fabriques dans Le Cateau, mais des magasins considérables de marchandises de toute espèce.

102Il y a six tanneurs, quatre corroyeurs et dix mégissiers dont l’objet du commerce est annuellement de 900 peaux de bœuf, 5 400 de vaches, 5 000 de veaux et 10 000 de moutons ; les cuirs y sont bien apprêtés ; leur débouché pour la vente est dans toute la Flandre jusqu’à Dunkerque.

103Le bureau des traites est composé d’un receveur et d’un contrôleur. Quoiqu’il ne s’y fasse pas de recette, il est très important : les préposés ne peuvent trop être sur leurs gardes dans la nature des expéditions qu’ils délivrent, à l’effet d’éviter la substitution des marchandises tirées en fraude du pays étranger à la place de celles expédiées. On ne peut empêcher les magasins dans Le Cateau qui est à plus de quatre lieues de la frontière ; au surplus, MM. les Intendants ont restreint à une lieue seulement les défenses du Conseil à ce sujet, parce que, dans beaucoup d’endroits, cette province n’a pas quatre lieues de largeur.

104Les habitants du Cateau sont si enclins à la contrebande qu’il n’y a pas de ruse qu’ils n’emploient pour surprendre ou corrompre les employés de la Ferme générale ; ce qui est arrivé plusieurs fois.

Cambrai

105Ville fortifiée entre Péronne et Valenciennes ; elle est néanmoins aussi grande que cette dernière et contient 16 000 habitants. C’est le siège archiépiscopal, de même que des États du Cambrésis, dont Cambrai est le chef-lieu. Le commandant de la province et l’Intendant s’y rendent tous les ans à l’assemblée indiquée pour demander l’aide ordinaire et extraordinaire pour le Roi. Ce sont les députés des États, auxquels préside M. l’archevêque, comme seigneur, qui règlent les impositions et toutes les affaires concernant la province.

106Il n’y a que très peu de commerce. Il y a cependant quelques fabricants qui font des batistes et du linon large, uni, rayé ou moucheté ; il y en a à jours qui jouent de loin la dentelle ; on les emploie à faire des manchettes d’homme, des coiffes, mouchoirs, garnitures de robes de femme ; elles sont parantes, mais manquent de solidité, ce qui fait croire que cette manufacture ne se soutiendra pas ; le prix est de moitié au dessous de celui des batistes ; la largeur est de trois quarts d’aune, mesure de France et quinze aunes de long. Il y a au plus vingt métiers à Cambrai ; il y en a davantage dans les environs. Il y a quelques ourdisseurs qui achètent toutes les semaines le fil des fileuses, qui ne sont pas en grand nombre, et le revendent aux fabricants. Il s’y trouve cinq blanchisseries qui peuvent occuper 100 ouvriers ou ouvrières ; les journées se paient vingt sols. Le blanchissage n’y est pas si beau qu’à Valenciennes, soit à cause des eaux, ou par défaut de connaissance de la part des blanchisseurs ; on y blanchit fort peu de batistes, mais bien des toiles de ménage.

107Il y a dans Cambrai sept raffineurs de sel qui ont dix poêles pour raffiner, mais qui ne travaillent pas continuellement. Ils tirent le sel gris de St-Omer, Dunkerque et Lille ; les sacs y arrivent plombés et bobinés, conformément aux règlements. Il s’en raffine annuellement 6 000 rasières du poids de 160 livres, qui se consomment par les habitants du Cambrésis, de l’Artois et du Hainaut, où on se sert de sel blanc ; le gris éprouve un seizième de déchet dans la route et gagne la moitié en blanchissant ; de sorte que 400 rasières de sel gris prises à Dunkerque n’en produisent que 375 ; mais raffinées et blanchies, elles en produisent 560. L’usage est de vendre le sel à la mesure et non au poids.

108Il se fait à Cambrai un petit commerce de laines achetées dans les environs, qui s’y préparent ; il monte annuellement à environ quarante milliers, qui se vendent dans la Flandre, où elles sont mises en œuvre.

109Un tanneur vient d’essayer d’apprêter les cuirs à la façon d’Hongrie ; on ignore s’il réussira. Il y en a trois autres qui en tannent du pays pour l’usage seulement des habitants.

110Le commerce le plus considérable est en grain. Tous les habitants, surtout le clergé, qui fait la majeure partie, reçoit le revenu de son bien en nature, ce qui est considérable, l’état ecclésiastique étant très riche et le sol excellent. Les vivres pour les troupes se fournissent sur ce marché ; on en tire même pour Paris et pour l’entre-Sambre-et-Meuse, c’est-à-dire les paroisses qui avoisinent Trélon, Solre-le-Château et Givet ; il en vient même quelquefois à Valenciennes. A prix égal, les voituriers ont encore un bénéfice lorsqu’ils tirent du blé sur le marché de Cambrai pour le conduire à Valenciennes, parce que la mesure est beaucoup plus grande dans la première de ces villes.

111Il y a trois chapitres : celui de la métropole composé de 53 prébendes dont le revenu de chacune est de six à sept mille livres ; un nombre infini de chapelains et de bénéficiers y sont attachés et dépendent du chapitre ; la collégiale de St-Géry, de 36 prébendes, de 3000 livres chacune avec un nombre proportionné de chapelains et de bénéficiers ; celle de Ste-Croix, de 12 dont le produit est de 1 500 livres chacune. Tous les chanoines en général ont dans la ville une maison attachée à leur prébende ; trois abbayes d’hommes, dont les abbés sont réguliers, savoir : St-Sépulcre, ordre de St-Benoit, son revenu est de 40 à 50 mille livres de rente ; St-Aubert, chanoines réguliers de St-Augustin, 80 à 90 mille livres de rente, et Cantimpré, même ordre, 20 à 25 mille livres ; deux abbayes de filles, savoir : St-Remi, 25 mille livres de rente et St-Lazare, pauvre ; trois hôpitaux, desservis par des religieuses, savoir : St-Julien, St-Jacques et St-Jean et plusieurs autres fondations et ordres mendiants. On peut voir par ce détail que le clergé compose plus des 3/4 de la ville, qu’il tient le reste comme asservi ; la plupart des habitants tiennent d’eux leur état, pour des charges de justice. On peut y compter quatre classes : 1° les ecclésiastiques et ceux qui en dépendent ; 2° des gens qui végètent avec une fortune médiocre sans ambition ni émulation ; 3° des marchands en détail et artisans ; la 4ème, un grand nombre de fainéants et mendiants que la charité ostensible des prêtres fait subsister et entretient l’oisiveté.

112La garnison ordinaire est composée d’un régiment d’infanterie et toujours d’un de cavalerie, parce que MM. des États ont un marché fait avec le Roi pour donner ration aux chevaux à huit sols, dans le temps qu’elle en coûte souvent quatorze et quinze.

113Il y a une citadelle qui est très bien fortifiée ; cette ville se trouve en seconde ligne des places frontières, ayant sur son devant Condé, Bouchain, Valenciennes, Maubeuge et Le Quesnoy ; elle est à huit lieues de distance du pays étranger.

114Le bureau des traites est composé d’un receveur et d’un contrôleur qui ne font point de recette, mais qui délivrent des expéditions pour les marchandises de l’intérieur du Royaume qui sont transportées dans le pays conquis ; ils sont aussi chargés d’expédier le sel qui se transporte pour les paroisses du Cambrésis, de l’Artois et du Hainaut.

115Le receveur est aussi chargé de la recette du droit sur les huiles. Il y a dans les environs 33 moulins, dont 16 à vent, 6 à eau et 11 à cheval, exercés par deux commis qui résident dans Cambrai ; le produit en varie suivant l’abondance ou la rareté des colzas ; il se fabrique, année commune, 1 400 tonnes d’huile ; il s’en fabriquerait davantage s’il n’était pas enlevé de colza en grain cru dans les environs pour la Flandre et l’Artois. Quoique la régie des huiles dans tout le pays conquis soit réunie à celle des domaines de Flandre et du Hainaut, le directeur des traites est chargé de celle des moulins qui sont dans les environs de Cambrai.

116Il y a dans la même ville un agent des fermes chargé de la suite des affaires relatives à la gabelle et au tabac ; il instruit toutes celles contentieuses qui sont jugées, savoir, celles faites dans la dépendance de Cambrai, par le Magistrat, et celles faites dans le reste du Cambrésis par les députés des États ; il y a un règlement de 1756 à ce sujet ; cet agent dépend de la direction de St-Quentin. M. l’Intendant du Hainaut juge les affaires relatives aux traites. Quoique le directeur de Valenciennes le soit aussi de Cambrai pour la partie des traites, la brigade, qui est attachée aux portes de la ville ne dépend point de lui, mais bien du directeur de St-Quentin, ce qui fait un contraste extraordinaire, qui provient de ce que les appointements des employés sont alloués dans l’état des frais de régie des gabelles pour cette dernière direction. Le directeur, qui a craint de passer pour avide, ne s’est pas soucié de faire des observations bien vives à ce sujet ; il ne lui est cependant pas bien difficile de prouver qu’une brigade occupée tout le jour aux portes d’une ville ne peut pas se détacher pour arrêter les faux-sauniers dans la campagne et que par la même raison l’humanité ne lui permet de passer des nuits que de temps à autre ; d’où il résulte que si elle s’occupe dans deux objets différents, les deux parties de régie en souffrent incontestablement.

117Le sol des environs de Cambrai produit beaucoup de blé excellent. Les villages sont peuplés de laboureurs et mulquiniers ou tisserands qui font des batistes, clairs et linons, qui se sont retirés dans le Cambrésis où les vivres de toute espèce sont meilleur marché qu’ailleurs, parce que les habitants de cette province ne paient aucune imposition sur leur boisson. L’usage du sel blanc y est libre, de même que le commerce du tabac.

Maubeuge

118Ville fortifiée à une lieue de l’étranger et à sept de Valenciennes. Sur la grande route qui conduit de l’une à l’autre de ces deux places, à cinq petites lieues de Valenciennes et deux fortes de Maubeuge, se trouve Bavai, dont il sera parlé à son article. Avant d’y arriver, on passe absolument sur le bord de l’étranger à un endroit appelé le bois de Roisin, qui a une demi-lieue de long environ ; sur la gauche de la chaussée un seul fossé fait la séparation des terres. Cette grande route est pavée ; il y en a une autre de terre par où peuvent passer les gens à cheval et les chariots, mais non les voitures publiques, ni de maître. Cette route traverse l’étranger en plusieurs endroits ; le premier est à deux lieues et demi de Valenciennes, au cabaret dit la Houlette, qui est absolument enclavé dans les terres de France, et, sur la droite du chemin, est le bois de Roisin étranger ; au coin du bois se trouve aussi, sur la droite, une terre étrangère appelée le Beauregard, et, sur la gauche, un village de France appelé La Flamengrie. Il est facile de concevoir avec combien d’aisance on peut faire la contrebande. Lors du traité d’échange entre le Roi et l’Impératrice-Reine en date du 16 mai 1769, ces enclaves ont été oubliées. Quoiqu’il soit stipulé que les commissaires dénommés pour l’exécution du traité soient autorisés à faire les échanges des enclavements omis, les choses sont restées dans le même état ; il y a cependant eu plusieurs conférences et mémoires adressés aux Cours respectives. Il y a encore au delà de Maubeuge un moulin appelé la Salmagne qui est entièrement enclavé, avec sa dépendance dans les terres de France.

Population

119Maubeuge contient 4 000 habitants. La garnison ordinaire est de quatre bataillons et quatre escadrons. Cette ville est coupée dans le milieu par la rivière de Sambre qui porte bateaux. Il s’y trouve un chapitre de Dames chanoinesses nobles dont l’abbesse possède la seigneurie de la ville qui était anciennement le siège de l’Intendance d’où elle a été transférée à Valenciennes.

Commerce

120Il y a une manufacture de cazées qui est une étoffe à l’usage du peuple, qui se fait avec de la laine du pays. Elle est composée de huit fabricants dont deux sont plus que les six autres. Il est employé annuellement 40 à 45 mille livres de laine ; celle de pleys, c’est-à-dire la plus petite, et celle des bêtes mortes, n’entrent pas dans ces étoffes sous peine de punitions arrêtées par les statuts du corps autorisés par un règlement de M. l’Intendant. Les 40 à 45 milliers de laine servent à fabriquer 1 200 pièces de 48 à 50 aunes chacune, au total 58 800 aunes. Les laines sont filées par sept à huit cents femmes ou enfants qui résident dans les environs ; le prix du filage est de 7 sols 6 deniers par livre de chaîne et 4 à 5 sols par livre de trame (on nomme chaîne les fils posés sur les métiers en longueur, et trame ceux qui sont jetés avec la navette transversalement pour la largeur), de sorte que cette Filature répand dans les villages voisins 10 à 11 000 livres annuellement. On compte 50 à 60 ouvriers employés à cette fabrique ; ils peignent la laine et font l’étoffe ; leur salaire est de cinq livres par pièce. Cette manufacture jette 6 000 livres environ dans cette classe d’ouvriers.

121Les noms des manufacturiers et le lieu de leur résidence sont tissés en toutes lettres sur un des chefs de chaque pièce, conformément à l’arrêt du 6 juillet 1749.

122Comme ces étoffes doivent être foulées, il y a à Hautmont, village à une lieue de Maubeuge, une foulerie qui suffit pour ces douze cents pièces ; elle est située sur la rivière de Sambre.

123Cette fabrique est d’autant plus avantageuse qu’elle est alimentée par les laines du pays qui se consomment dans la Flandre, l’Artois, le Boulonnais et la Picardie. On peut conclure qu’elle produit annuellement un capital de 84 525 livres à répartir entre les cultivateurs et les fabricants.

124Preuve : 45 000 livres de laine produisent 1 200 pièces de cazées.

1251 200 pièces de 48 à 50 au. évaluées à 49 au. l’une dans l’autre, dont le prix commun est de 28 sols 9 deniers l’aune,

1 200 pièces à 49 au donneur………………………….

58 800 au.

les 58 800 aunes à 28 s. 9 den. font………………….

84 525 livres.

126Il se fabrique des mêmes étoffes dans les villages des environs de Maubeuge ; mais celles de la fabrique de la ville sont préférées parce que les manufacturiers de la campagne se servent d’un bourriquet pour étendre les pièces sur les poulies, lorsqu’ils les font sécher, à l’effet de les allonger, au lieu que les manufacturiers de Maubeuge les tendent seulement à force de bras, de sorte qu’elles ont plus de consistance que celles faites à la campagne.

127Il y a une clouterie dans le faubourg de la ville ; elle occupe environ 250 ouvriers qui font 4 à 500 milliers pesant de clous. Le fer leur est livré par les marchands de la ville qui le tirent, comme on le dira ci-après, par la rivière de Sambre. Ces clous sont envoyés dans les différentes villes du Hainaut, Cambrésis et Artois.

128Il y a à une demi-lieue de Maubeuge une très belle manufacture royale d’armes à feu qui occupe environ 200 ouvriers, dont un tiers réside dans la ville pour perfectionner les platines et les affûter. On ne peut pas dire au juste le nombre de fusils qui s’y font annuellement ; cela dépend de la quantité ordonnée par le Roi. Il arrive quelquefois, lorsque les ouvriers ne sont pas occupés pour le service de Sa Majesté, que l’entrepreneur les fait travailler pour le commerce. Le fer et le charbon de terre qui sont employés pour le compte du Roi se tirent de l’étranger en franchise, en vertu de passeports du Roi qui sont limités proportionnellement aux fournitures. L’entrepreneur paie les droits d’entrée des mêmes matières qu’il emploie pour le commerce, quand il les tire du pays étranger. Les fusils de Maubeuge sont très renommés, et c’est à juste titre.

129Il y a dans Maubeuge quatre tanneurs, mais qui ne travaillent que des vaches, veaux et moutons ; le poids des cuirs des vaches ne fait que de 10 à 12 livres, de veaux, de 2 livres, et de moutons, d’une demi-livre. Ils tannent annuellement mille vaches, 2 500 veaux et 6 000 moutons. Ces cuirs se consomment dans la province.

Sambre

130Le commerce de la Sambre se fait en ardoises, fer en barres, coulé, battu, épaté, de fonte et charbon de terre.

131Les ardoises se chargent à Fumay, descendent la Meuse jusqu’à Namur, terre étrangère, où elles entrent dans la Sambre qu’elles remontent jusqu’à Maubeuge. On voit qu’elles empruntent le pays étranger. Elles sont expédiées lors de leur passage à Givet par acquit-à-caution ; on accorde aux conducteurs six semaines pour se rendre à Maubeuge ; ils sont quelquefois plus longtemps, ce qui dépend du cours de la rivière ; en hiver lorsqu’elle déborde, en été lorsque l’eau est trop basse, les bateaux sont retenus sans pouvoir naviguer ; les conducteurs justifient des causes du retardement par des procès-verbaux en règle ; il suffit d’ailleurs d’habiter le pays pour savoir le vrai du faux ; lorsque les bateliers, sans faire la preuve de causes légitimes, n’arrivent pas dans les délais prescrits, les droits de sortie de 30 sols par mille d’ardoises sont acquis à l’adjudicataire ; il arrive souvent qu’ils laissent une partie de leur chargement dans le pays étranger ; ils en font alors la déclaration au bureau de Jeumont, premier d’entrée, dont il sera parlé ci-après ; il en est fait mention au dos de l’acquit-à-caution du bureau de Givet, qu’ils sont tenus de représenter, et les droits de ce qu’ils ont en moins sont perçus à Maubeuge ; de sorte que la grande application du visiteur doit être de vérifier si les bateliers amènent autant d’ardoises qu’ils en ont déclaré à Givet. Il arrive annuellement à Maubeuge environ cinq millions d’ardoises, qui se déchargent sur le rivage, et qui sont transportées par terre dans les différentes villes de la Flandre, l’Artois et le Cambrésis, où elles sont consommées.

132Il entre annuellement environ 300 milliers de fer coulé en barres, 50 milliers de cuivre en fourrure, 12 à 15 000 barils du poids de 300 livres chaque de charbon de terre qui se tirent de l’étranger et dont les droits d’entrée sont acquittés.

133Il entre aussi par terre environ 1 500 milliers de fer de mêmes espèces, qui paient les droits d’entrée ; il en entre également en verges en franchise provenant de deux fenderies situées dans les environs de Maubeuge et dans le Hainaut français dont il sera parlé ci-après.

134Le bureau principal, dont le produit est d’environ 35 à 40 000 livres annuellement, est composé d’un receveur, un contrôleur et un visiteur qui est chargé de la visite du rivage et du bureau ; il les fait conjointement avec les sous-brigadier et gardes attachés au service des portes ; il y a au rivage un bureau avec des poids et balances pour peser les marchandises.

135Les bureaux de Bavai, Malplaquet, Gognies-Cauchies, Bettignies, Vieux-Rengt, Jeumont, Cousolre, Barbençon et Bossu sont subordonnés à celui de Maubeuge.

136Le sol n’est pas aussi bon que celui de Valenciennes. Les terres y portent cependant du froment, du seigle, de l’orge, des mares et des prairies artificielles, mais les récoltes sont moins abondantes parce que les terres sont plus légères et sur des espèces de pierres froides ; elles ont besoin d’être fumées souvent ; la chaux est l’engrais le plus favorable et fait l’effet de la marne dans d’autres pays ; on se sert de cendres de mer qui sont très chères parce qu’on est obligé de les aller chercher à Bruxelles où les étrangers en font des magasins.

Bavai

137Petite ville très ancienne, ouverte, située sur la chaussée entre Valenciennes et Maubeuge, à une lieue environ de l’étranger, où on trouve souvent en terre beaucoup de vieilles médailles, ce qui est une preuve de son antiquité. Elle contient environ 900 habitants. Il ne s’y fait aucun commerce. Le sol n’est pas tout à fait aussi bon qu’à Valenciennes.

138Il y a un bureau composé d’un receveur seul ; il ne fait pas beaucoup de recette, mais il est important par la nature des expéditions qui s’y délivrent et pour contenir les habitants qui ont la plus grande facilité de tirer de l’étranger tout ce qui leur est nécessaire.

Malplaquet

139Village très renommé, à cause de la fameuse bataille qui s’y est donnée entre les Français et les Impériaux. Le sol est très bon ; il est situé à une demi-lieue de l’étranger à la pointe de deux chemins de terre dont un vient de Mons, et l’autre de Binche, toutes deux villes impériales. Il y a un bureau composé d’un receveur et un garde-contrôleur qui perçoivent les droits sur les marchandises qui se consomment dans les environs, surtout du charbon de terre et la chaux dont il s’emploie beaucoup qui se tire de l’étranger, parce qu’elle sert à l’engrais des terres, comme à bâtir ; et, pouvant être employée aux deux usages, elle ne jouit pas d’exemption des droits accordée aux matières servant uniquement aux engrais par arrêt du 23 octobre 1753. Les autres marchandises sont expédiées par acquit-à-caution pour acquitter les droits à Maubeuge.

140Le contrôleur est chargé de l’exercice d’une platinerie située à une demi-lieue dans la paroisse d’Houdain. Une platinerie est une usine qui sert à battre le fer, tel que les socs de charrue et autres choses semblables comprises dans la grosse quincaillerie.

141Comme on aura souvent occasion de parler des usines en fer et des commis des bureaux qui les exercent, on croit devoir détailler ici que plusieurs maîtres de forges, de fenderies et de platineries se sont établis dans cette province sur l’extrême frontière. Il leur serait de la plus grande facilité de tirer des fers étrangers en fraude des droits d’entrée ; pour y parer, M. Doujat, Intendant de cette province, a rendu, le 30 avril 1714, un règlement qui fixe le travail de chacune des forges à deux cents milliers de fer en barres annuellement par affinerie, excepté celles qui sont sur le ruisseau d’Anor, village de la province, qui peuvent faire deux cent vingt milliers parce qu’elles ne manquent jamais d’eau.

142Pour connaître ce qu’est une affinerie, il faut entrer dans quelques détails sur la forgerie. Une forge sert à réduire en barres de fer parfaites les gueuses ou lingots de fer coulé dans un fourneau.

143Le fourneau sert à fondre la mine quand elle est lavée.

144La mine se tire avec la terre ; pour la nettoyer, on la lave dans des bassins pratiqués exprès, dont l’eau se perd continuellement dans des coulants disposés à cet usage ; la terre qui se délaye par le mouvement que l’on lui donne continuellement avec des instruments de bois faits exprès, coule avec l’eau ; la mine, plus pesante, reste au fond ; on la met ensuite dans le fourneau, où elle est mélangée avec pareille quantité de cailloux noirs qui font une espèce de pierres à fusil, et, par le moyen d’un grand feu de charbon de bois excité par des monstrueux soufflets qui agissent continuellement, poussés par une roue que fait mouvoir une eau courante, les pierres et la mine fondent en douze heures et se liquéfient. Il en sort d’abord beaucoup d’écume qui semble vitrifiée, et de suite une liqueur qui coule dans une espèce de goulot de sable arrêté à la longueur de quinze pieds, qu’on y laisse refroidir, et devient une masse appelée gueuse de fer cru. Elles pèsent ordinairement seize à dix-huit cents livres ; on les fait fondre de nouveau dans les forges au moyen du feu de charbon de bois : c’est ce qu’on appelle la chaufferie. On passe les morceaux fondus sur une espèce d’enclume où ils reçoivent les coups d’un marteau agité par une roue ; ils s’aplatissent et se forment en barres plus ou moins épaisses et larges à la volonté du forgeron. Comme il faut tenir le lingot avec des tenailles de fer, il se refroidit et il n’est pas possible que la barre soit parfaite en sortant la première fois de dessous le marteau ; on la met dans un autre feu de charbon qui se nomme affinerie, où elle reste jusqu’à ce que le fer soit devenu assez malléable pour recevoir la dernière main-d’œuvre ; une chaufferie peut procurer du travail à deux affineries.

145M. Doujat a autorisé, par le même règlement, l’adjudicataire à établir des commis pour l’exercice des forges et autres usines, telles que les fourneaux et fenderies. Il n’en peut rien être enlevé qu’en leur présence ; ils tiennent des registres portatifs par charge et décharge des fers entrant et sortant ; ils délivrent leurs certificats des quantités enlevées, en vertu desquels ils sont expédiés dans les bureaux des traites ; ils en font tous les mois la balance avec ceux entrés, et un recensement général tous les ans.

146L’article 8 du même règlement porte que si la fabrique excède la fixation dont il vient d’être parlé, les droits de l’excédent seront payés comme si le fer avait été pris à l’étranger ; par ce moyen il n’est guère facile aux maîtres de forges de commettre des abus.

147La Compagnie se sert pour ce travail des contrôleurs des bureaux de campagne les plus proches des forges et autres usines.

148Le travail des platineries et fenderies n’est pas fixé ; mais les commis de l’adjudicataire sont autorisés à les exercer comme les forges.

149Le sol des environs de Malplaquet est très bon et porte du froment.

Gognies-Cauchies

150Petit village situé sur une ancienne chaussée venant de Binche ; la moitié du village est terre impériale ; la division en est marquée par la chaussée qui le traverse. Il y a un bureau des traites composé d’un receveur qui reçoit les droits d’entrée sur les marchandises étrangères qui se consomment dans le pays, expédie le surplus par acquit-à-caution pour les acquitter au bureau de Maubeuge.

Bettignies

151Village situé à une lieue de Maubeuge sur le chemin qui vient de Mons. Il y avait ci-devant un chemin de terre qui était presque impraticable pendant l’hiver ; il vient d’être fait une chaussée qui ouvre une grande route de Maubeuge à Mons et tous les Pays-Bas, même la Hollande ; il y a à présumer que cette chaussée sera pratiquée et que le bureau des traites établi à Bettignies deviendra intéressant quand elle sera entièrement finie. Il est composé d’un receveur et un garde-visiteur qui reçoivent les droits d’entrée sur les marchandises qui se consomment dans le pays et expédient le surplus par acquit-à-caution pour les acquitter à Maubeuge. Bettignies n’est distant que d’un quart de lieue du pays étranger.

Vieux-Rengt

152Petit village sur l’extrême frontière situé à la pointe d’un chemin qui va de Binche à Maubeuge. Le sol est le même que celui de cette dernière ville. Il y a un bureau des traites qui est de conserve pour assurer la perception à celui de Maubeuge des droits d’entrée sur les marchandises venant de l’étranger par cette route. Avant qu’il y eût des chaussées dans la province, il était assez intéressant ; il y passait beaucoup de clous. Les cuirs étrangers ne peuvent entrer dans le Hainaut que par ce bureau et celui du Blanc-Misseron par ordonnance de M. l’Intendant du 7 novembre 1748, mais, depuis qu’il y a un pavé de Mons à Valenciennes, les voituriers chargés de cuirs prennent tous cette dernière route.

153Le bureau des traites est composé d’un receveur et un contrôleur qui est chargé en même temps de l’exercice d’une forge, une platinerie et une foulerie à peaux sur une petite rivière appelée la Trouille qui passe à Villers-sire-Nicole, autre petit village à un quart de lieue de l’étranger

Jeumont

154Village assez considérable, sur l’extrême frontière de l’étranger, sur le bord de la Sambre. Il y a un bureau des traites fort important, non par la perception qui s’y fait, mais par les expéditions qui s’y délivrent ; les marchands y font la déclaration des fers, charbons de terre et ardoises qu’ils voiturent du pays étranger par la Sambre, pour la destination de Maubeuge ; toutes ces marchandises sont expédiées par acquit-à-caution pour payer les droits d’entrée à Maubeuge ; quant aux ardoises, c’est un travail différent, (on ne peut répéter ici que ce qu’on a dit à l’article de Maubeuge, et cette répétition parait superflue). Il y a sur le bord de la rivière un poteau aux armes du Roi avec une inscription qui sert d’avertissement aux bateliers qui ne doivent pas l’outrepasser sans avoir fait leur déclaration au bureau qui est dans le village, à peine de confiscation et amende.

155Ce bureau est composé d’un receveur et un contrôleur chargé de l’exercice d’une fenderie située sur la rivière, à un quart de lieue sur la dépendance de Marpent, autre village sur le bord de la Sambre. Tous les fers qui y sont fendus sont déchargés à la fenderie où ils sont pesés et vérifiés par le contrôleur. Les droits d’entrée sur ceux qui viennent de l’étranger sont perçus sur son certificat ; ces fers étaient ci-devant conduits jusqu’à Maubeuge où ils étaient vérifiés, et après la perception des droits, reconduits à la fenderie ; le propriétaire a présenté à M. l’Intendant une requête expositive des frais et embarras que ce double transport lui occasionnait ; il est intervenu une ordonnance portant que les fers seront déchargés du bateau dans la fenderie, et que les droits en seront acquittés à Jeumont, après la vérification faite par les commis de l’adjudicataire. On ne peut apprécier combien cette usine fend de fer parce que son travail dépend du plus ou moins de commissions que reçoit le propriétaire, ou de la consommation des fers en verges ou épatés. Celui en verges sert à faire des clous, et celui épaté, des cercles de tonneaux. J’ai vu dans des années que cette usine a fendu jusqu’à 1 100 milliers. Le prix payé pour un mil est de onze francs ; le propriétaire en dépense à peu près neuf, tant pour l’achat du charbon de terre que pour la main-d’œuvre et l’entretien de la fenderie ; on estime qu’il a 40 sols de reste par millier. Le déchet d’un millier de fer à l’opération du fendage est de 75 livres par des petits morceaux qui s’en détachent ; on les nomme bidons ; ils restent au profit du propriétaire de la fenderie qui rend d’autant moins pesant à l’envoyeur. Pour recevoir cette main-d’œuvre, le poids usité dans les forges, fenderies et autres usines à fer de toute espèce, est de 1 100 livres le millier, commerçable ; les 1 100 livres, autrement dit millier poids de forge, pèsent 1 050 livres poids de marc ; les droits sont perçus sur cette évaluation.

Description d’une fenderie

156Une fenderie est un bâtiment assez vaste, dans lequel est renfermé un four ; au dehors est une grande roue que fait tourner un courant d’eau ; il y est adapté un arbre placé comme celui d’un moulin, armé d’espèces de petits maillets qui frappent sur deux roues dentelées à leur superficie, et leur donnent le mouvement de rotation ; la première tourne sur son axe, fait mouvoir un cylindre d’acier extrêmement uni qui a au dessus un autre morceau aussi d’acier parfaitement uni et fixe ; il se trouve entre les deux un jour d’environ deux lignes de distance ; à un pied plus haut et à l’éloignement de deux, est une autre roue dont la rotation se fait sur elle-même, qui fait également mouvoir un cylindre d’acier très uni ; au dessus se trouve un autre morceau d’acier solide armé de plusieurs dents tranchantes, éloignées d’environ un doigt les unes des autres, et placées de façon qu’entre le cylindre inférieur et les dents supérieures, il ne reste pas plus d’environ deux lignes de jour.

Opération pour fendre le fer

157Il se dépose dans la fenderie en barres longues de 7 à 8 pieds, larges de 3 à 4 doigts, épaisses d’environ un demi-pouce ; elles sont brisées en morceaux d’environ deux pieds et mises dans le four dont on a parlé, après qu’il a été chauffé avec du charbon de terre au degré nécessaire pour rendre le fer très malléable ; ce degré de chaleur se connaît quand les briques du fond du four sont parfaitement blanches ; ces bouts de barres y sont enfermés hermétiquement pendant quatre heures, temps ordinairement nécessaire pour amollir le fer. Quand le maître fondeur lui trouve le degré de préparation convenable, il tire les morceaux les uns après les autres, qu’il présente au jour qui se trouve entre les deux parties détachées de la première roue, qu’il peut écarter plus ou moins, au moyen d’un écrou qu’il fait jouer, selon l’épaisseur qu’il veut donner ; ce fer attiré par le mouvement de rotation, passe dans ce jour où il s’aplatit et s’allonge ; un ouvrier, qui est posé dans l’intervalle des deux roues, présente à la seconde, avec une tenaille, le bout aplati, qui est également attiré par le mouvement du second cylindre dans le jour qui se trouve et au moyen des dents dont est armé le morceau d’acier supérieur, qui forme une espèce de râteau. La barre se divise en verges ; un ouvrier les reçoit au sortir et les tire avec un pareil instrument ; elles ont jusqu’à huit pieds de longueur ; elles sont arrangées en bottes de 50 livres pesant, ce que l’ouvrier connaît par leur longueur et leur grosseur ; ces bottes sont liées avec des bouts des mêmes verges qui sont chauffées de nouveau à cet effet dans le moment que le fer se fend, qu’il s’en détache des petites parties qui forment le déchet ; moins il y a de paille, moins il est considérable, mais on peut toujours l’évaluer à 75 livres au mille. Quand on veut faire du fer épaté propre pour les cercles de tonneaux, le maître fondeur détache le morceau d’acier garni de dents qui est au dessus de la deuxième roue ; il y en substitue une autre entièrement lisse ; le bout de barre qui s’est déjà allongé à la première roue, comme s’il devait être fendu et qui passe également à la seconde entre le cylindre et le morceau d’acier lisse, s’y aplatit et s’y allonge de nouveau assez mince pour faire les cercles ; il est mis en bottes comme le premier ; le fer épaté a environ trois doigts de large.

158L’exercice d’une fenderie est le même que celui d’une forge pour la Régie. Celle de Marpent est dans une position qui demande de la part du commis la plus grande attention ; à proximité de l’étranger, sur la rivière, entre deux ponts de pierre dont l’un est à Jeumont et l’autre à Marpent, il est de la plus grande facilité d’y introduire des fers étrangers en fraude des droits d’entrée.

Cousolre

159Village situé à trois lieues de Maubeuge sur la grande route qui conduit à Philippeville et Givet. Le sol est extrêmement pierreux, peu propre à la culture du blé. Il y en croît cependant appelé épeautre, inférieur au froment, mais dont on fait le même usage ; l’épi porte de la barbe assez forte et assez longue ; chaque grain est enveloppé dans une pellicule ; avant que de le réduire en farine, il faut le passer dans un moulin fait exprès, où il est nettoyé ; il est ensuite moulu comme le froment ; on s’en sert à faire de la bière au lieu d’orge. Le surplus du territoire est très montagneux, couvert de bois. Il y a de la mine de fer, mais elle est trop aigre et par cette raison n’est point exploitée. Il y passe un ruisseau sur lequel se trouve une forge, une manufacture à faire cuirasses pour les militaires, une fenderie, un moulin à scier les planches, et plus bas, sur le même ruisseau, dans le pays étranger, est une platinerie. Toutes ces usines appartiennent au même propriétaire. La forge, la fenderie et la platinerie sont en activité ; la manufacture de cuirasses et le moulin à scier des planches ne travaillent pas depuis plusieurs années et sont pour ainsi dire abandonnés. Le village est environné de la terre de Beaumont appartenante à l’Impératrice-Reine, à laquelle il est contigu, excepté le côté de la route de Maubeuge qui est à l’ouest.

160Il y a un bureau des traites qui est assez important. Toutes les voitures qui viennent du pays de Liège, de la terre de Beaumont et de Givet pour Maubeuge, et de la Flandre, y passent. Les marchandises sujettes aux droits d’entrée sont expédiées par acquit-à-caution pour les assurer à celui de Maubeuge.

161Quoique les lettres patentes de 1717 désignent le bureau de Maubeuge comme dernier ouvert pour la sortie des marchandises des Iles qui passent à l’étranger en exemption des droits, Cousolre est cependant celui où les acquits sont déchargés et les plombs coupés des caisses, tonneaux ou balles qui renferment ces espèces de marchandises destinées pour le pays de Liège ; parce qu’en sortant de Cousolre, les voituriers se trouvent positivement sur l’étranger, au lieu que si cette opération de régie se faisait à Maubeuge, il serait facile de faire des entrepôts frauduleux dans les trois lieues intermédiaires qui sont de la domination du Roi, et dans lesquelles se trouvent trois villages assez considérables sur la route. Ce bureau est composé d’un receveur et un contrôleur ; ce dernier est chargé de l’exercice des usines dont on a parlé.

162Il y a aussi dans Cousolre trois métiers battant pour faire des cazées semblables à la fabrique de Maubeuge. Le contrôleur est autorisé par règlement de M. l’Intendant à cacheter les pièces au moment qu’elles sont mises sur le métier ; l’ouvrier est tenu d’en faire la déclaration aussitôt qu’il la monte et de tisser son nom et sa résidence sur leurs chefs, mais ces précautions ne suffisent pas et la fabrique de Cousolre est dangereuse par la facilité qu’elle procure aux habitants de Beaumont et environs d’introduire frauduleusement des mêmes étoffes dont ils ont une manufacture considérable ; l’auteur du mémoire passant un jour près de cette ville, vit deux étoffes qui étaient tendues pour sécher ; ils les examina et trouva le nom des fabricants de Cousolre et leur résidence tissés à la tête de ces pièces ; le cachet apposé sur celles qui se font à Cousolre est brisé au moment qu’elles sont foulées ; rien ne s’oppose à l’introduction que les étrangers peuvent faire des pièces de leur fabrique qui ont reçu la dernière main-d’œuvre ; les prétendus fabricants de Cousolre les présentent au bureau ; elles se trouvent revêtues des marques prescrites ; le receveur ne peut se refuser à les expédier en franchise. Il est arrivé quelquefois que les brigades ambulantes en ont saisi des parties assez considérables à l’introduction, mais ces événements étant procurés par le hasard et très rares, ils ne suffisent pas pour arrêter cette contrebande.

Barbançon

163Principauté composée de cinq villages dont Barbançon est le chef-lieu, à trois lieues de Cousolre. Il faut traverser pendant ces trois lieues la terre de Beaumont qui appartient à l’Impératrice-Reine et qui commence au sortir de Cousolre. On suit une grande route de terre détestable. La France a fait ce qu’elle a pu pour obtenir de Sa Majesté impériale d’y construire une chaussée, mais elle n’a encore pu l’obtenir.

164Barbançon est un bourg ; les environs sont montagneux ; le sol est pierreux peu propre à porter du blé ; la surface est couverte de bois et taillis. M. le marquis de Wargny, qui en est seigneur, a obtenu la permission de passer ses bois à l’étranger, quoiqu’il soit en général défendus à la sortie du Royaume à peine de confiscation et de 10 000 livres d’amende par arrêt du 12 août 1720 ; cette faveur lui a été accordée parce qu’il ne trouvait pas de débouché pour le vendre ; il en sort cependant peu, parce qu’il a une forge et un fourneau dont il sera parlé à l’article de Bossu, et il s’en sert pour le travail de ses usines.

165Il s’exploite dans les environs des carrières de marbre jaspé qui est assez beau et assez solide ; ce commerce est beaucoup diminué parce que les étrangers ont découvert des carrières dont le marbre surpasse celui de Barbançon ; on ne peut donc regarder cette branche que comme peu importante ; le marbre extrait se scie et se polit dans le chef-lieu ; il en est consommé une grande partie en Flandre ; le surplus passe dans l’intérieur du Royaume, même à Paris.

166Les quatre villages qui, joints à Barbançon, composent la principauté, sont Erpion, Vergny, Renly et Bossu ; ils touchent tous au pays de Liège ; ces territoires se joignent.

167Il y a à Erpion une foulerie pour les cazées ; on n’aurait jamais dû en permettre l’établissement ; sous prétexte d’y fouler quelques pièces de ces étoffes qui se font dans ces villages, surtout à Renly, les étrangers y apportent les leurs et les prétendus fabricants, d’intelligence avec eux, leur en facilitent l’entrée, ce qui fait un tort considérable à la manufacture de cette province.

168Il y a dans la paroisse de Vergny une forge appelée le Haut Marteau, qui est extrêmement suspecte, parce elle touche au pays étranger. Le propriétaire achète des bois dans les environs pour l’exploiter.

169Le bureau des traites y est important, quoiqu’il fasse très peu de recettes, à cause des expéditions qu’il délivre pour les marchandises étrangères entrantes dans le Royaume, dont il assure les droits à celui de Maubeuge, et pour celles qui en sortent. Tous les voituriers venant de la Flandre pour Givet, ou ceux qui vont de Givet en Flandre, passent indispensablement à Barbançon.

170Ce bureau est composé d’un receveur et d’un contrôleur, qui est chargé de l’exercice de la forge du Haut Marteau, éloignée d’une demi-lieue de sa résidence.

Bossu

171Village dépendant de la principauté de Barbançon, à une lieue de ce chef-lieu, sur la grande route de Givet, extrême frontière du pays de Liège. Le sol est un peu meilleur que celui de Barbançon, d’où part une grande route qui conduit jusqu’à Bossu ; elle est en cailloutis, mais très belle ; on la quitte au sortir du village et on entre sur le pays de Liège, appelé entre-Sambre-et-Meuse liégeoise ; elle va jusqu’à Philippeville qui en est à deux lieues, dont on parlera ci-après.

172Il y a dans la dépendance du village, à une demi-lieue, une forge et un fourneau en exploitation, qui appartiennent à M. le marquis de Wargnies, qui les alimente avec des charbons provenant de ses bois ; le fourneau travaille peu, et avec peine ; on aura occasion d’en détailler les motifs, en traitant de la forgerie en général.

173Il y a dans les environs de Bossu de la mine de fer, mais beaucoup inférieure à celle du pays de Liège, quoique à un quart de lieue de celle que les Liégeois exploitent. Celle de Bossu produit un fer aigre ; elle ne peut se travailler sans mélange avec d’autres plus liantes. Le fer qui se fait depuis 1756, provenant du fourneau de Feronval, est peu propre pour les ouvrages de force tels que le roulage ; il ne convient qu’à la serrurerie, encore ne prend-il pas toujours bien le poli.

174Le bureau des traites est peu important ; il est cependant nécessaire à cause de la grande route sur laquelle il est situé, et pour l’expédition des fers enlevés des usines ; il deviendra, je crois, plus important lorsque les chaussées dont la construction est arrêtée par le traité d’échange du 24 mai 1772 entre le Roi et le Prince Evêque de Liège, venant de Givet sur Philippeville et Rocroi, et qui joindront la grande route de Givet, seront construites, à cause du transit accordé aux Liégeois qui emprunteront les terres de Bossu avec du fer et autres marchandises ; il y a déjà tant de changements sur l’alignement des routes qu’on ne peut rien dire de positif.

Avesnes

175Petite ville fortifiée à quatre lieues de Maubeuge, même distance de Landrecies, sur la rivière d’Helpe (qui ne porte pas de bateaux) qui la traverse, et, par terre, sur les routes qui viennent de Flandre en traversant le Hainaut. Il y a deux portes. Lorsqu’on y arrive de Maubeuge, on y entre par celle du nom de la dite ville, et de Landrecies, par celle dite de France, où on trouve, à l’extrémité des glacis, trois chaussées qui font la patte-d’oie ; la première va à Landrecies, Cambrésis, Artois et Flandre ; la seconde, dans le centre, à La Capelle et sur la grande route de Charleville ; la troisième, à Trélon et Chimay, terre étrangère. Le nombre des habitants est de 2 500 ; la garnison ordinaire, de deux bataillons, quelquefois un régiment de cavalerie. Elle est à quatre lieues de distance du pays étranger. Le terrain est montagneux ; il y a cependant d’excellentes prairies où on engraisse des bœufs ; c’est le seul commerce qui s’y fasse ; les habitants n’y sont pas aisés.

176Il y a un bureau principal des traites, composé d’un receveur, et un contrôleur visiteur, qui ne font point assez de recettes pour subvenir aux frais de régie. Les bureaux de Landrecies, Solre-le-Château, Eppe-Sauvage, Hestrud, Trélon et Anor y sont subordonnés.

Landrecies

177Petite ville fortifiée à trois lieues du Quesnoy, six de Valenciennes, cinq de Guise, quatre d’Avesnes ; divisée en haute et basse ville séparées par la rivière de Sambre qui porte bateaux. Cette rivière qui prend sa source au dessus de Landrecies, commence seulement à y porter bateaux jusqu’à Namur où elle se jette dans la Meuse. La garnison ordinaire est de deux bataillons, et quelquefois un régiment de cavalerie. On y compte 3 250 habitants. Malgré l’avantage de la rivière, il ne s’y fait presque aucun commerce ; il se borne à quelques bateaux de charbon de terre qui viennent de Maubeuge pour quelques marchands qui le revendent pour la consommation des habitants de la ville et des environs. Landrecies est à quatre fortes lieues de l’étranger et deux de l’intérieur du Royaume. Le sol y est très bon pour porter du blé et d’excellentes pâtures, garnies d’arbres fruitiers. On compte dans le département de Landrecies, qui n’est que de 18 villages, 10 000 vaches, dont le produit sert à faire des fromages dits de maroilles ; quoiqu’ils portent le nom de cette paroisse, il s’en fait dans toute la dépendance, même plus éloignée. Maroilles est un fort village sur le bord de la Sambre, qui renferme environ mille habitants et une abbaye de Bénédictins qui en sont seigneurs ; on y compte 2 000 vaches, qui donnent par jour toute l’année, en comprenant les saisons l’une dans l’autre, du lait de quoi faire deux fromages qui se vendent cinq sols la pièce ; il s’en fait de différentes grandeurs ; ceux appelés Dauphins se vendent trente sols.

178Il y a sur le territoire de Bousies qui dépend de Landrecies, des houblonnières qui en rapportent beaucoup de première qualité.

179Si les habitants de Landrecies ne font pas de commerce, ceux de la campagne, dans les paroisses voisines, en font de très étendu sur les deux objets dont je viens de parler.

180Il y a dans Landrecies un bureau de conserve, composé d’un receveur qui ne fait pas de recette ; il expédie seulement les marchandises à la circulation dans la province.

Solre-le-Château

181Gros bourg situé sur l’extrême frontière du pays étranger. On y compte 1 150 habitants. Il s’y tient toutes les semaines un marché considérable, où les gens de la campagne trouvent tout ce qui leur est nécessaire ; le blé y est apporté à dos de chevaux ; la majeure partie vient du Cambrésis. Le peuple y a l’inclination la plus forte pour le commerce. Il y a une manufacture de cazées, qu’on estime pouvoir faire 2 400 pièces de cette étoffe ; on y observe les mêmes règles qu’à Maubeuge ; la proportion en largeur et en longueur est la même ; au moyen de quoi on ne pourrait répéter que ce qui a déjà été dit à ce sujet ; on observe cependant que les connaisseurs préfèrent celles de Maubeuge, parce qu’à Solre-le-Château elles sont tendues, pour sécher, avec un bourriquet pour les allonger, ce qui diminue leur force ; mais il faut s’y connaître et elles se vendent le même prix dans le commerce. Les laines nécessaires s’y préparent, et dans les environs.

182Il se trouve dans ce bourg trois tanneurs, 6 chamoiseurs et un mégissier, qui travaillent mille peaux de bœufs, onze cents de vaches, 12 mille de veaux et 15 mille de moutons ; cette branche de commerce est assez considérable, surtout pour les veaux et les moutons qui s’y apprêtent très bien ; leur débouché pour le débit est dans toute la Flandre et le Hainaut.

183Les habitants industrieux profitaient de leur position avantageuse pour faire la contrebande ; ils avaient chez eux des magasins considérables en épiceries et poissons salés, sous prétexte d’en vendre en détail aux habitants du bourg et lieux circonvoisins ; ils les tiraient de l’étranger en fraude et en faisaient des envois considérables dans toutes les villes de la province ; la ridiculité était poussée au point que les commerçants de Solre-le-Château, qui sont plus éloignés de Dunkerque de onze lieues que Valenciennes, y renvoyaient des caisses de sucre candi, des tonnes de morue, aussi des autres marchandises qu’ils disaient avoir tirées de ce port de mer. MM. les Intendants prétendaient que restreindre les magasins à Solre-le-Château était gêner le commerce ; ces abus ont subsisté très longtemps ; enfin le directeur actuel, qui était alors contrôleur général et chargé de l’agence, a obtenu, le 10 janvier 1769, à la suite de plusieurs saisies, une ordonnance de M. l’Intendant qui a défendu tous entrepôts et magasins de marchandises dans ce bourg, et qui, en laissant subsister des boutiques pour le détail, défend au receveur des fermes d’en expédier aucune en franchise à la circulation, à moins qu’il ne lui soit justifié, par des expéditions en bonne forme, que les droits d’entrée en ont été acquittés. Cette contrebande a sur le champ été abolie ; on observe que l’article 9 du titre 7 de l’ordonnance de 1687, qui défend les magasins et entrepôts dans les quatre lieues frontières, n’a, d’après plusieurs ordonnances de MM. les Intendants, eu lieu que dans la lieue frontière, parce que cette province n’en ayant que deux de large dans une grande partie de son étendue, le commerce y serait entièrement interdit si les dispositions susrappelées avaient leur exécution au delà de la lieue frontière du pays étranger.

184Les femmes et les enfants s’y occupent à faire de la grosse dentelle qui se vend depuis 4 sols jusqu’à 10 l’aune ; elle est achetée par des passants qui la portent dans les villes et villages de la province pour être vendue en détail.

185Le sol des environs de Solre-le-Château est en bois ; la haute futaie y vient très bien. Il y a aussi de très bons pâturages pour les bestiaux ; on y engraisse beaucoup de bœufs qu’on va chercher maigres dans la Franche-Comté, qu’on vend étant gras à des marchands qui les conduisent dans les villes du Hainaut et de la Flandre pour y être consommés.

186Il se trouve à une lieue dans un village appelé Solrennes, une foulerie à étoffes et une autre dans la dépendance de Solre-le-Château en dehors de Bourgelles, servant à fouler les cazées qui y sont fabriquées.

187Il y a un bureau des traites qui fait peu de recette, mais qui est très important par l’exactitude des vérifications qui s’y font et la nature des expéditions qui s’y délivrent.

Trélon

188Gros bourg sur l’extrême frontière de la terre de Chimay, ville impériale, dont il est distant de deux lieues, trois d’Avesnes. La population n’est que de 500 habitants, mais il y réside plusieurs maîtres de forges. Tous les lundis, il s’y tient un marché qui y attire une grande affluence d’étrangers qui y apportent des denrées de toutes espèces ; ce marché et ceux de Solre-le-Château servent à l’approvisionnement de Valenciennes en beurre, œufs et gibier de toutes espèces qui y sont achetés et voiturés sur des chevaux. Comme les étrangers y apportent beaucoup de choses nécessaires à la vie, par représailles, en vertu d’ordonnances de MM. les Intendants, il est permis aux habitants de ces paroisses de tirer chaque semaine une certaine quantité de blé pour leur subsistance ; il en est usé de même à Solre-le-Château, en faveur de quelques paroisses étrangères sur le même motif.

189Le sol de Trélon est pierreux, peu de terres labourables, beaucoup de bois, tant en taillis qu’en haute futaie. Il y a, à un demi-quart de lieue, une carrière de marbre qui se travaille dans l’endroit ; comme elle n’est pas riche, cet objet ne mérite pas de considération. Il s’y trouve aussi des mines de fer, mais qui sont d’une si médiocre qualité que l’on ne les exploite pas ; on assure qu’il y en a qui approchent en bonté celles du pays de Liège, mais elles sont d’une exploitation si frayeuse, à cause de l’eau qui se rencontre presque à fleur de terre dans l’endroit où elles sont, qu’aucun particulier ne se trouve assez fortuné pour entreprendre de les extraire ; entreprise douteuse, quoique les apparences soient favorables, il serait avantageux que le Souverain en fit la tentative pour relever la forgerie de cette province qui s’affaiblit tous les jours par les raisons qui seront déduites à l’article de la forgerie.

190Le seigneur a deux forges en exploitation, qu’il alimente avec le charbon provenant de ses bois, un fourneau, qui ne travaille plus depuis 1756 ; ces usines sont situées sur un ruisseau et de vastes étangs qui lui appartiennent.

191Il se trouve encore un fourneau qui ne travaille pas plus que le premier sur la paroisse de Féron, distante d’une lieue de Trélon. Une troisième forge qui travaille appartient au seigneur de Glageon, petit village auprès de Trélon. Une quatrième forge aussi en activité à une lieue de Trélon, qui appartient à un particulier ; cette dernière est sur la paroisse de Sains. A cinq quarts de lieue du même bourg, pareille distance de Solre-le-Château se trouve, dans le milieu des bois, une forge en activité qui appartient à une riche abbaye de Bénédictins bâtie à un quart de lieue : elle se nomme Liessies.

192Dans le bourg de Trélon sont des boutiques assez considérables en étoffes de manufactures du Royaume et en épiceries ; mais elles se bornent au détail pour l’usage des habitants du bourg et des environs qui viennent au marché ; jamais il n’en est expédié au dehors en grosses parties. Toutes les femmes, filles, jeunes garçons, même des hommes hors d’état de travailler à la campagne s’occupent à faire des grosses dentelles pour l’usage du peuple ; elles se vendent depuis quatre sols jusqu’à dix, l’aune du pays, dont il en faut huit pour cinq de France.

193Il y a un bureau des traites composé d’un receveur et un contrôleur visiteur. Quoi qu’il ne s’y fasse pas beaucoup de recette, le détail dans lequel je viens d’entrer suffit pour prouver son utilité ; on ne peut attendre un grand service du contrôleur visiteur, parce qu’il est chargé du travail de toutes les forges, excepté celle de Liessies qui n’est point exercée parce qu’il est censé qu’elle n’est occupée que pour l’usage des bâtiments appartenant aux religieux ; on ne s’est jamais aperçu qu’ils aient abusé de cette facilité, ce qui ne leur serait pas aisé, étant distant de l’étranger de plus de deux lieues, et le fer qu’ils en pourraient tirer n’étant pas d’un facile transport pour le faire entrer en France. Il en est de même d’une sixième forge située dans le milieu d’un bois, appelé la Haie de Fourmies, appartenant à S.A.S. M. le duc d’Orléans, qu’un particulier a obtenu la permission de faire bâtir ; elle est aussi à deux lieues de l’étranger et il ne lui est guère possible d’abuser de cette faveur ; les frais que la Compagnie serait obligée de faire pour l’exercice de ces deux forges tomberaient en pure perte.

Anor

194Petit village dans le milieu des bois dont les habitants ne vivent que de leurs travaux pour les exploiter et sont presque tous occupés à la forgerie et aux verreries. Il y a dans le centre du village une forge située sur un étang, qui travaille et qui ne manque jamais d’eau ; une verrerie, où l’on fait des bouteilles et des verres à l’usage des vitres ; à une demi-lieue, se trouve également dans les bois deux autres verreries sur la paroisse de Mondrepuis, dépendante du Soissonnais ; l’une de ces verreries est située sur le Hainaut ; on y fait des verres à pied et des ouvrages pour les baromètres et autres semblables ; la seconde, qui n’est qu’à une portée de fusil de la première, est située dans l’intérieur du Royaume ; on y fait des gobelets et des bouteilles plates et propres à être couvertes d’osier. Si le propriétaire voulait abuser de sa position, il pourrait facilement frauder les droits d’entrée et de sortie du tarif de 1664, en mélangeant les ouvrages d’une verrerie dans l’autre, de même que les approvisionnements en bois qui servent à leur aliment ; on ne s’est jamais aperçu qu’il en ait fait un mauvais usage.

195Il y a dans Anor un bureau des traites composé d’un receveur et un contrôleur visiteur ; on ne peut guère compter sur le service du dernier pour les opérations intérieures, parce qu’il est chargé de l’exercice de cinq forges qui sont situées à une lieue de distance autour de ce village, et d’autant plus suspectes qu’elles sont sur l’extrême frontière du pays étranger et du Soissonnais.

196Ce bureau est très nécessaire quand ce ne serait que pour l’expédition des fers et des verres qui s’enlèvent pour le Hainaut et la Flandre ; comme les chemins sont très difficiles pour les voituriers, surtout pendant l’hiver, le propriétaire de la verrerie située dans Anor a obtenu de transiter en franchise dans l’intérieur du Royaume avec des verres qu’il envoie dans le pays conquis ; non seulement ils sont expédiés par acquit-à-caution, mais encore accompagnés de deux certificats, l’un du propriétaire, et l’autre signé du directeur, pour prouver qu’ils viennent réellement de cette manufacture ; il n’est pas de son intérêt d’en tirer du pays étranger. Au moyen de cette faveur, il rejoint, à trois quarts de lieue, la chaussée qui vient de Charleville et conduit directement dans le Hainaut et toute la Flandre jusqu’à Dunkerque.

197Quoique le sol des environs d’Anor soit couvert de bois, il s’y trouve, de distance à autre, des pâturages très propres pour engraisser des bœufs, que les bouchers vont acheter pour la consommation des habitants des villes du Hainaut et de l’intérieur.

198Ce poste est très important ; il a sur ses derrières, à un quart de lieue, le pays étranger où il se trouve des magasins de sel où vont charger les faux sauniers pour porter dans le Soissonnais, qui n’en est éloigné que d’une demi-lieue sur les derrières ; ils y peuvent arriver en suivant la forêt de St-Michel, qui est d’une très grande étendue et remplie de faux-fuyants. Il y a une brigade de huit hommes qui en arrêtent souvent, tantôt à cheval, ou porte-à-col ; il en passe même fréquemment des bandes nombreuses. Il y a aussi sur l’étranger, à proximité, des magasins de mousselines, toiles de fil teint, de coton peintes et autres marchandises semblables. Comme Anor est le dernier lieu de cette direction, dans cette partie, la brigade joint son travail avec une de celles du Soissonnais, dont la résidence n’est qu’à une lieue de distance.

Eppe-Sauvage

199Village situé dans les bois, à une lieue de Trélon, dont les habitants ne subsistent que par leur exploitation : la forgerie, et le commerce des bœufs qu’ils vont chercher en Franche-Comté pour engraisser dans d’excellents pâturages, qui sont au bord de la rivière d’Helpe, qui traverse le village et sur laquelle il y a trois forges. Il y en avait ci-devant quatre, mais les événements défavorables qui sont arrivés pour la forgerie, ainsi qu’il sera détaillé, sont cause qu’il n’y en a plus que deux en activité, et une des quatre a été détruite depuis trois ans pour y substituer un moulin.

200Le bureau des traites est composé d’un receveur et un contrôleur qui est chargé de l’exercice des forges ; il est nécessaire pour l’expédition des fers et des bestiaux.

201Le village est entouré du pays étranger dont il est limitrophe ; il est impossible d’en sortir sans emprunter la passage sur les terres étrangères, excepté par une grande route de terre qui va à Trélon et de là à Avesnes.

Hestrud

202Petit village à une lieue de Solre-le-Château, contigu au pays étranger, dans un terrain pierreux et inculte, sur une route de traverse qui vient des terres étrangères pour entrer dans cette province ; il ne s’y fait aucun commerce.

203Le bureau, qui est composé d’un seul receveur, est utile pour empêcher les étrangers de passer par cette route avec des marchandises qu’ils pourraient entreposer en fraude dans la province, avant que d’être parvenus à un des premiers bureaux de l’intérieur.

Givet

204Ce poste est regardé comme une des clés de la France, pour venir du duché de Luxembourg et du pays de Liège ; ce dernier n’en est éloigné que de trois quarts de lieue. Il est impossible d’y parvenir sans traverser la terre de Beaumont et le pays de Liège, appelé entre-Sambre-et-Meuse liégeoise ; cette traversée commence près de Cousolre, d’où l’on entre dans la principauté de Barbançon qui est de la domination française ; elle est de deux lieues. On entre ensuite, après une lieue, dans l’entre-Sambre-et-Meuse liégeoise, que l’on suit pendant six lieues, par des mauvais chemins remplis de rochers hérissés de montagnes et de bois, jusqu’à trois quarts de lieue de Givet, où il se trouve une chaussée qui y conduit. Sur la droite est un fort appelé Charlemont, taillé dans le roc, sur une élévation si grande que les sentinelles qui sont sur les remparts ne paraissent pas plus grandes que des enfants de sept ans aux personnes qui suivent la grande route qui conduit à Givet ; les fortifications en sont si étendues qu’elles renferment une plaine nommée Dasphèle, dans l’enceinte de laquelle on peut faire manœuvrer quatre mille hommes ; ce fort n’a qu’une porte par où on peut entrer en voiture ; en avant de cette porte, au pied du fort, est un rocher creux, appelé Pâté, dans lequel peuvent se tenir cinq cents hommes à l’abri de tout danger de guerre. Il y a dans Charlemont des souterrains immenses et de la plus grande curiosité. Il est miné et contreminé jusqu’à trois quarts de lieue et plus d’étendue sous terre. Il se termine par une élévation coupée en talus, toute de rochers inaccessibles, à cent pas environ de la Meuse ; on a cependant trouvé le moyen, à force de travail, de pratiquer un chemin en forme d’escalier pour les gens de pied qui communique dans l’intérieur de Givet. Il se trouve une citerne qui tient tout le dessous de la plate-forme du fort et qui serait une grande ressource pour avoir de l’eau en temps de guerre. Il y a des casernes de quoi contenir 3 à 4 000 hommes, tant en surface que sous terre, les logements nécessaires pour un état-major, des prisons qu’il est impossible de forcer, et une douzaine de maisons où résident des aubergistes et des petits marchands pour ce qui est nécessaire aux soldats. La garnison ordinaire, en temps de paix, est d’un bataillon. Malheureusement, les fortifications sont très délabrées ; on pourrait cependant les rétablir en peu de temps. Charlemont sert à protéger Givet, qui n’est fortifié que par un cordon de murailles assez mal en ordre et garni de quelques tours de distance en distance ; sur la gauche, en suivant la route dont on a parlé, longeant le fort est un beau bassin de terres labourables très fertiles, chose d’autant plus curieuse qu’il est entouré de montagnes pierreuses et de bois ; il est terminé par le cours de la Meuse. Sur la droite, à l’extrémité du fort, est une porte dite sous-Charlemont, par laquelle on entre dans Givet. A l’entrée de cette ville est une belle plate-forme qui longe le fort et qui sert à exercer les troupes.

205Givet est divisé en deux villes. Celle dont on parle actuellement, et qui est sur la rive gauche de la Meuse, se nomme Givet-St-Hilaire ; elle a trois portes, l’une dite sous-Charlemont, dont on vient de parler ; la seconde, dite de France, parce qu’elle conduit à l’intérieur du Royaume en remontant le cours de la Meuse ; en dehors de cette porte, dans l’intervalle du pied du fort à la Meuse, du côté où est pratiqué le chemin des gens de pied pour monter à Charlemont, est un superbe corps de casernes qui peut contenir 4 000 hommes ; à l’extrémité opposée de la ville est la troisième porte qui communique à la route du pays de Liège, en descendant la Meuse ; elle n’est pour ainsi dire fréquentée que par des gens à cheval ou à pied, à cause de la difficulté du chemin ; l’on peut cependant aller facilement jusqu’à une lieue en voiture, en longeant la Meuse. Cette rivière sépare Givet-St-Hilaire d’avec celui qui est sur la rive droite appelé Givet-Notre-Dame. Dans le premier se trouve deux postes avec des corps de garde sur le bord de la Meuse : l’un s’appelle le Vieux-pont, où il y a un petit rivage ; l’on peut dans ce besoin y décharger quelques bateaux ; l’autre est plus important ; il s’appelle le Cygne ; il s’y trouve, outre le corps de garde, une aubette des employés ; ce poste est à la tête d’un pont de bateaux qui traverse la Meuse, large de 90 toises ; il y a également un corps de garde à l’autre bout de ce pont, et deux portes que l’on doit fermer tous les soirs, de sorte que la communication est interrompue entre les deux Givet. Sur la rive droite de la Meuse est l’autre Givet, appelé Notre-Dame, ville assez grande, mais très peu peuplée, n’étant pas encore achevée de bâtir. Il y a sur la droite une très belle place dont le contour est planté d’arbres superbes qui forment des allées ; elle est régulièrement carrée, entourée d’une balustrade en fer, avec des piliers de pierre ; dans le milieu est placée une très belle fontaine, d’une eau excellente ; la source a été prise à une demi-lieue d’éloignement en remontant la Meuse, conduite sous terre par des tuyaux de grès. Du même côté se trouve une porte appelée Rensenne qui conduit dans l’intérieur du Royaume. Au sortir de Givet se trouvent de vastes jardins où l’on cultive de très bons légumes et des fruits délicieux et précoces. Le chemin, par cette porte, est très difficile, parce que les rives de la Meuse sont hérissées de rochers ; il ne peut être pratiqué que par des gens à pied ou à cheval. Sur la gauche, en longeant le rempart, est une autre porte dite de Luxembourg, parce qu’il y a un grand chemin qui conduit dans le duché de ce nom. A un quart de lieue se trouve une abbaye de filles, appelée Phelispret, sous la domination du Roi, extrême frontière du pays étranger. Au sortir de cette abbaye, sur la gauche, commencent les Ardennes. Sur la gauche de la porte de Luxembourg, à quinze pas des murs de la ville, est le Mont-d’or, montagne élevée en parallèle de celle de Charlemont. Louis quatorze avait entrepris d’en faire une forteresse ; la plate-forme était déjà entourée de murailles et il y avait dans le milieu un corps de garde, mais ces ouvrages se détruisent et l’on ne songe pas à les entretenir, parce qu’ils sont regardés comme superflus, Charlemont étant suffisant pour la défense des deux Givet.

206Longeant le rempart à gauche intérieurement, on aboutit à une troisième porte dite de la Charbonnière, sur la rive droite de la Meuse ; elle tire son nom de la quantité de charbon de bois qui provient des forêts du duché de Luxembourg, de celles appartenant au Roi et aux communautés dépendantes de la maîtrise des Eaux et Forêts de Givet. Quoique l’exportation des bois et charbons en provenant soit défendue par arrêt du 15 octobre 1726, de même par ceux des 18 août 1722 et 8 mars 1723 (qui portent cette défense), il y a été dérogé en faveur des bois et charbons provenant des forêts dépendant de la dite maîtrise qui peuvent être exportés par la Meuse en acquittant les droits de sortie au bureau de Givet, à raison de 10 sols de la banne ou voiture, composée de 18 vans (le van est une mesure dont on se sert pour vanner le blé). Le directeur actuel de ce département s’étant aperçu en 1752 que, par un usage abusif, les marchands mettaient 27 vans, au lieu de 18, pour faire une banne, au moyen de quoi ils gagnaient un tiers du prix des droits, après les avoir avertis, en fit pratiquer la saisie de trois bateaux, qui fut suivie d’une rébellion assez vive ; cette affaire a été portée au Conseil ; il est intervenu un arrêt qui a ordonné qu’il serait payé 10 sols pour les 18 vans.

207Il n’y a que ces trois portes dans Givet-St-Hilaire.

208Une barque publique part tous les jours pour la ville de Dinant, pays de Liège, en descendant la Meuse, sur la route de Namur, vers les deux heures après-midi ; et une autre arrive également tous les jours de la même ville ; elle aborde près du poste du Cygne où débarquent les étrangers ; elle est visitée par les employés des fermes du même poste. Il ne se fait aucun commerce dans la ville de Givet-St-Hilaire, où la plupart des femmes s’occupent cependant à faire des dentelles qui se vendent jusqu’à cent sols l’aune ; mais cette branche n’est pas assez considérable pour mériter attention. Il n’en est pas de même à Givet-Notre-Dame ; il s’y trouve cinq marchands tanneurs avantageusement situés sur une rivière appelée la Houille, qui passe dans cette ville et va se jeter dans la Meuse, dont les eaux sont excellentes pour l’usage de la tannerie. Ces cinq tanneurs occupent entre eux huit tanneries dont la fabrique monte, année commune, à sept cents ou mille peaux de bœufs, mille de vaches, trois mille de veaux. Ils occupent 100 à 120 ouvriers. Les cuirs tannés à Givet sont très renommés pour leur solidité ; ceux de bœuf pèsent 40 à 42 livres, de vaches, 10 à 12 livres, les peaux de veaux deux livres. Les tanneurs tirent les cuirs de bœufs en vert du comté de Namur ; leur débouché est pour toutes les villes du Hainaut et de Flandre ; ils en envoient quelquefois jusqu’à Paris ; ils les font remonter la Meuse jusqu’à Charleville.

209Le commerce de cette rivière est considérable ; il consiste en vin qui descend depuis l’intérieur du Royaume jusqu’à Liège et Namur, bois flotté, charbon de bois et écorces de chêne à l’usage des tanneurs, qui se prennent dans la forêt de la maîtrise de Givet ; il en vient même de celles de Monthermé, intérieur du Royaume, qui descendent également la Meuse pour les mêmes destinations, ainsi que des écorces de chêne pour les tanneurs (il en reste une partie à Givet qui y sont moulues, le surplus descend la rivière), et des ardoises qui s’extraient à Fumay et Haybes, dont il sera parlé dans d’autres articles ; celles qui sont destinées pour le pays étranger payent à Givet le droit de sortie du Royaume, à raison de 30 sols du mille, tarif de 1671. Celles qui sont destinées pour Maubeuge sont expédiées par acquit-à-caution pour en assurer la destination ; elles empruntent le passage étranger au dessous de Givet jusqu’à Namur, où elles sont déchargées et remises dans d’autres bateaux appelés sambroises, pour remonter la Sambre jusqu’à Maubeuge, les bateaux de Meuse ne pouvant servir sur cette dernière rivière. Ils restent dans le pays étranger jusqu’à Jeumont, premier bureau d’entrée, dont il a été parlé ; il est accordé aux bateliers six semaines de délai pour ce trajet, à moins qu’ils ne justifient des causes du retardement par des procès-verbaux en bonne forme ; lorsqu’ils n’arrivent point à leur destination dans le délai prescrit avec la totalité de leur chargement, le droit de sortie des ardoises manquantes est acquis à l’adjudicataire.

210Les marchandises qui remontent la Meuse, venant du pays étranger, sont des cuirs salés en poil ou verts, du plomb en lingots ou laminé, du cuivre en masse ou en fourrure, du charbon de terre destiné, partie pour Givet, partie pour Charleville, et d’autres bagatelles pour l’usage des habitants.

211Toutes ces marchandises acquittent les droits au bureau principal des traites qui est situé dans Givet-Notre-Dame ; il est composé d’un receveur, un contrôleur et un visiteur ; ce bureau, dont la recette monte annuellement à environ 50 000 livres, est très intéressant ; les employés doivent être très intelligents, le visiteur surtout doit avoir des connaissances particulières de la navigation et du port de chacun des bateaux dont les chargements varient, suivant la crue ou la courtresse d’eau. Il y en a de différentes grandeurs, savoir : bateaux mignoles, miguères, naques et nacelles ; chacune de ces espèces a des proportions différentes et prescrites ; comme il n’y a point de corps de navigation, et que la plupart des bateliers sont étrangers, les proportions ne sont point régulièrement suivies. Lorsque les bateliers arrivent auprès du pont de bateaux, ils remettent leurs expéditions, soit en montant, ou en descendant la rivière, à un employé du poste du Cygne qui les porte au bureau ; le visiteur se rend au rivage avec le brigadier ou le sous-brigadier de la brigade des fermes, composée de 17 hommes, y compris les deux chefs ; ils font la visite, à laquelle assiste le contrôleur toutes les fois que ses occupations lui permettent ; lorsque le chargement est composé d’ardoises, on compte le nombre de rangées qui sont dans le bateau, ensuite les ardoises de plusieurs, tant du milieu que de deux bouts ; on forme de la totalité une rangée commune qui, multipliée par la première opération, constate la totalité du chargement ; comme il arrive toujours plusieurs bateaux à la fois, ce compte se fait dans chacun séparément ; on a attention d’ouvrir plusieurs rangées, parce que les ardoises étant à sept, huit, quelquefois dix de hauteur, les marchands pourraient mettre les plus épaisses en dehors, et les plus fines en dedans. Lorsqu’il s’agit d’écorces, on connaît la quantité suivant l’élévation des tas qui sont dans le bateau. Le charbon de terre se juge également par la proportion des bateaux et le lit d’eau de la rivière ; il en est de même de toutes les autres marchandises qui paient au poids. Le visiteur actuel est si entendu qu’il a pratiqué plusieurs fois des saisies à la vue du chargement et que son évaluation s’est toujours trouvée juste. Cette connaissance ne peut s’acquérir que par une longue pratique. La visite faite, le visiteur donne au dos des expéditions son certificat des quantités qu’il a reconnues, et les opérations du bureau se font. Comme les chargements sont toujours accompagnés d’acquits-à-caution délivrés dans des bureaux placés au dessus ou au dessous de Givet, si les déclarations se trouvent fausses dans les quantités, les excédents sont saisis. La perception faite, un employé avertit un officier major de la place qui donne ordre au capitaine du pont de l’ouvrir, pour passer les bateaux, et le refermer ensuite, ce qu’il ne peut jamais faire sans en avoir reçu l’ordre.

212Lorsque la Meuse enfle par des crues d’eau considérables, ou quand elle charrie des glaces, le pont reste entièrement ouvert parce que les bateaux qui le composent seraient enlevés par la rapidité ou brisés par le choc des glaçons ; rien n’arrête alors les bateliers pour les obliger à faire leurs déclarations ; il s’est commis ci-devant des fraudes considérables sur des bateaux chargés d’ardoises, qui, en pareille circonstance, descendaient la Meuse avec tant de rapidité qu’il était impossible d’obliger les bateliers à s’arrêter, ni de les reconnaître ; cette fraude n’est plus tant à craindre depuis le traité de 1769 entre le Roi et l’Impératrice-Reine, par lequel le bourg de Fumay est passé sous la domination du Roi ; il y a été établi un bureau des traites dont il sera parlé, au moyen duquel la quotité des chargements d’ardoises qui s’extraient des carrières du même lieu est connue dès son origine, de même que les conducteurs.

213Quoique le bureau de Givet soit extrêmement intéressant, il doit nécessairement le devenir infiniment plus depuis le traité passé entre le Roi et le Prince-Évêque de Liège le 24 mai 1772. Le cours de la Meuse – qui s’étire depuis Hermetton, alors premier bureau d’entrée sur la rive gauche de cette rivière pour venir à Givet, jusqu’à Revin, ci-devant ville neutre passée au Roi par le traité de 1769, et qui joint la Champagne – était divisé entre Sa Majesté et le Prince de Liège qui l’a cédé au Roi sur les deux rives, au moyen d’autres échanges faits en dessous de Givet et dans le centre de l’entre-Sambre-et-Meuse.

214On a fait voir combien il était difficile d’arriver à Givet par terre, soit du Hainaut, ou du pays étranger. Il a été stipulé qu’il serait fait une chaussée partant de la porte de Rensenne jusqu’à Dinant, traversant la montagne de Blémont ; on peut consulter ce traité ; l’Impératrice-Reine, pour faciliter cette route, a cédé un passage sur son territoire jusqu’à un endroit nommé Salmignoval ; cette chaussée se fait à frais communs entre le Roi et la Prince de Liège ; les sujets des deux dominations y jouiront d’un transit libre, en exemption de tous droits ; elle est actuellement presqu’achevée. On travaille à une autre, stipulée dans le même traité, qui part de la porte de France de Givet-St-Hilaire, va sur Fumay et Rocroi, longeant la rive droite de la Meuse. Il devait s’en ouvrir une autre sur la rive gauche de ce fleuve, allant droit à Sedan, mais elle a paru jusqu’à présent impraticable. Une autre chaussée doit, partant du pays de Liège, se rendre à Mariembourg, ville dont il sera parlé ci-après, de là à Philippeville, autre ville dont il sera aussi parlé, située sur la grande route qui va à Givet ; elle sera poussée jusqu’au village de Bossu, pour joindre un endroit appelé Castillon, appartenant aux Liégeois, qui, comme ils sont obligés d’emprunter sur le territoire de Bossu le passage du Roi, ont obtenu un transit libre et franc de tous droits. Il sera fait un autre rameau de chaussée partant de Philippeville au gué d’Hossus, dernier village de la domination française.

215On voit par ce détail que la communication par terre sera ouverte avec Givet, tant de l’étranger que de l’intérieur du Royaume, de la Flandre et du Hainaut ; il ne restera plus, pour cette dernière route, en chemin de terre, que la traversée de celle de Beaumont.

216Comme il est stipulé par l’article 25 du traité que « toutes les marchandises et denrées venant du pays de Liège (à l’exception de celles dont l’entrée est prohibée dans le Royaume ou fixée par les lois à un certain nombre de bestiaux) désignées et destinées à être envoyées dans l’étendue des cinq grosses fermes, étant arrivées à Givet y acquitteront seulement les droits du tarif de 1664 et des arrêts postérieurs et particuliers aux dites C.G.F. et seront expédiées par acquit-à-caution pour passer à leur destination ; que celles destinées pour les provinces d’Alsace, de Lorraine, des Trois-Evêchés et de la Franche-Comté, acquitteront au bureau de Givet les droits qui seront dus à l’entrée de la province à laquelle elles seront destinées et seront expédiées par acquit-à-caution, et qu’enfin celles destinées pour le Hainaut ou pour la Flandre y acquitteront les droits du tarif de 1671 et seront pareillement expédiées par acquit-à-caution ; qu’à l’égard des marchandises et denrées venant de l’étendue des C.G.F. dont la sortie à l’étranger est permise et pour lesquelles on voudra emprunter le passage par Givet, les propriétaires seront tenus d’en faire la déclaration au bureau de l’enlèvement ou à celui du lieu le plus prochain de la route, dont sera fait mention sur l’acquit des droits du tarif de 1664, et pourront, au moyen du dit acquit et de la destination par le bureau de Givet, sortir librement du Royaume sans que, pour le transit de Givet de son territoire ni d’aucun autre intermédiaire, elles puissent être assujetties à aucun droit, notamment ceux du tarif de 1671 dont elles demeureront exemptes ; que celles provenant des provinces d’Alsace, de Lorraine, des Trois-Evêchés et de la Franche-Comté, qui en sortiront par Givet, seront pareillement expédiées par acquit-à-caution, et en transit par les provinces des C.G.F. après avoir acquitté les droits dans les premiers bureaux de sortie, et ne paieront d’autres ni plus grands droits pour leur passage par la nouvelle route de Givet, mais sortiront en exemption des droits du tarif de 1671 ; enfin, que celles provenant des provinces de Flandre et du Hainaut et allant par Givet, paieront au bureau de Givet les droits de sortie, conformément au tarif de 1671 », il est aisé de voir que le bureau de Givet va devenir d’autant plus considérable qu’il est aussi ouvert pour la sortie des marchandises des Iles allant du Royaume à l’étranger, conformément aux lettres patentes de 1717. Il le sera également pour les toiles de coton peintes et blanches, dont l’entrée est fixée par les lettres patentes du 28 octobre 1759.

217Givet devra naturellement devenir l’entrepôt de toutes les marchandises venant du pays de Liège ou y allant de l’intérieur. La seule chose qui puisse y nuire est la cession qui a été faite d’un terrain à la tête de l’île à une demi-lieue au dessous de Givet. Le dessein des Liégeois est d’y placer un bac ; ils pourront alors y déposer toutes les marchandises, telles que le charbon de bois, qui se décharge actuellement à la Charbonnière venant du Luxembourg. Le terrain dont je parle, pour décharger les marchandises, est sur la rive gauche de la Meuse ; les voituriers qui viennent du pays de Luxembourg avec du charbon de bois, qu’ils déchargeaient à la porte de la Charbonnière, profiteront de la chaussée dite de Blémont, où le terrain sera libre, iront jusqu’à la hauteur de l’île à Mondrin, où ils passeront le bac, pour déposer leur charbon, et, par ce moyen, ne seront point assujettis au droit de 10 sols de la banne qui se paie à Givet ; les autres voituriers qui viendront du pays de Liège avec des autres marchandises sujettes aux droits d’entrée du Royaume, destinées pour l’entre-Sambre-et-Meuse liégeoise et les Pays-Bas autrichiens, suivront également la chaussée de Blémont jusqu’à la hauteur du bac qu’ils traverseront, au lieu de venir passer sur le pont de bateaux à Givet ; par conséquent, ce sera encore des droits perdus ; l’objet du charbon de bois seul monte à 4 000 livres annuellement. Les gens du pays se flattent que le passage du bac ne pourra être pratiqué que très rarement, que l’on ne pourra s’en servir lors des grandes eaux, non plus que dans la courtresse ; que les Liégeois même différent à l’établir sous l’espoir que le ministère français se décidera à faire à Givet un pont solide, soit en pierres, ou en bateaux, semblable à celui de Rouen, d’autant que celui qui y est actuellement ne consiste que dans des bateaux attachés les uns aux autres de chaînes, couvert de planches, garni d’un garde-fou de bois peu solide ; ces bateaux, qui flottent et qui ont un mouvement, sont inquiétants pour les voituriers qui passent sur le pont ; d’ailleurs la communication est interrompue quand il est levé ; au lieu que s’il y en avait un ferme, praticable en tous temps, on ne doute pas que les Liégeois préféreraient de passer par Givet et d’y payer les droits d’entrée, plutôt que d’établir un bac qui leur coûtera beaucoup d’argent pour sa construction et son entretien, dont ils tireront peu d’usage, vu les obstacles qui se rencontrent, et qu’il sera en tout temps un passage dangereux pour les voituriers. Si le pont de Givet était fait, il est certain que le bureau principal des traites y deviendrait le plus considérable du Royaume, tant pour la perception que pour les différentes natures des expéditions ; on pourrait à peu près le comparer avec celui de la Basse-Ville de Dunkerque, quoique ce ne soit point un port de mer.

218Ce bureau a actuellement pour subordonnés ceux de Philippeville, Mariembourg, Pont de Massambré, Vireux-St-Martin et Fumay.

219La population des deux Givet et de Charlemont est de 9 000 âmes, tant hommes que femmes, y compris les religieux et les ordres mendiants. La garnison est ordinairement de quatre bataillons ; elle a même quelquefois été de 4 000 hommes en troupes légères.

Philippeville

220Petite ville très fortifiée sur la route de Givet à Maubeuge, dont la population est de 800 habitants, elle est totalement enclavée dans le pays de Liège qui va jusque dans le glacis.

221Il n’y a aucun commerce ; les étrangers qui y passent et la garnison, qui est ordinairement d’un bataillon, font subsister, pour ne pas dire végéter, les habitants qui sont très pauvres.

222Le sol des environs est couvert de bois et terres incultes ; le peu qui se laboure est d’un rapport très faible, parce qu’il y a très peu de terre au dessus des pierres.

223On a découvert, à proximité de la ville, des mines de fer qui, sans être aussi parfaites que celles du pays de Liège, peuvent servir à en faire du bon, étant mélangées avec d’autres que l’on trouverait dans le pays, sans avoir recours aux étrangers ; malheureusement les ingénieurs, chargés du service de la place, se sont opposés à l’extraction parce que la minière n’est pas à cinq cents toises des fortifications, distance dans laquelle il n’est pas permis, d’après les ordres du Roi, de faire des excavations à portée des villes de guerre. Il y a lieu de craindre que la plupart des habitants seront obligés d’abandonner cette ville, lorsque les chaussées venant du pays de Liège seront faites, parce que la direction de celle qui doit y aboutir ne passera pas en dedans ; au moyen de quoi les voituriers qui ont l’habitude de s’y arrêter, n’y feront plus la dépense qui a fait subsister jusqu’à ce jour ces pauvres gens.

224Les femmes et les enfants y font une espèce de mignonnette qui se vend de 30 à 40 sols l’aune.

225Il y a un bureau des traites composé d’un receveur qui expédie les marchandises qui viennent des environs à la destination de la ville ou du pays conquis, particulièrement des marbres qui s’extraient d’une carrière assez riche sur le pays de Liège.

Mariembourg

226Autre petite ville entourée d’un fossé et d’une simple muraille, enclavée dans le pays de Liège, dont la population est d’environ 400 habitants. Il n’y a qu’une seule porte, un état-major, et une compagnie d’invalides. Le peuple y est très pauvre et ne fait aucun commerce ; il périrait de famine, de même que celui de Philippeville, si on ne leur apportait du grain à dos de chevaux ; il s’y trouve cependant quelque peu de terres labourables dont les productions sont si faibles qu’à peine les cultivateurs sont-ils dédommagés de leurs travaux ; on est obligé, de même que du côté de Philippeville, et de Givet, lorsqu’on veut faire venir du grain, d’essarter la terre, souvent même dans des montagnes qui paraissent inaccessibles ; on commence par la peler avec un hoyau, arracher les racines de bois qui s’y trouvent ; on met le tout en petites mottes ; on y allume des feux et, quand cette terre et ce bois sont consommés, on sème la cendre sur le terrain préparé, et ensuite du seigle, qui vient assez beau pour une année seulement ; on y fait deux autres récoltes d’avoines et on laisse ensuite reposer la terre pendant vingt ans. On peut juger que la peine excède le bénéfice et qu’il n’y a que l’extrême misère qui puisse engager à faire ce travail ; il est cependant de fait que, depuis 1764, les habitants qui sont naturellement laborieux, ont découvert quelques parties de terrain assez bons pour la culture, où ils recueillent assez abondamment d’épeautre, d’avoine et de seigle.

227Il y a auprès de Mariembourg une petite rivière, appelée l’Eau Blanche, qui n’est point navigable, au bord de laquelle se trouve une magnifique prairie qui a environ une demi-lieue de large et une de long, qui produit d’excellent foin en abondance ; mais le fond appartient aux Liégeois des villages des environs ; il ne s’en trouve qu’un seul appartenant au Roi, à un quart de lieue. Les habitants qui sont industrieux pour la chasse se font une ressource du gibier qu’ils vendent dans les villes voisines, surtout des bécasses et des grives qui y passent en prodigieuse quantité deux fois l’année ; chaque passage est d’environ un mois.

228Il y a aussi auprès de Mariembourg une forge et un fourneau situés sur un étang, qui sont d’autant plus suspects pour la fraude qu’ils sont absolument limitrophes du pays de Liège.

229Il y a dans la ville un bureau des traites composé d’un receveur et un contrôleur visiteur. Le produit du bureau a monté jusqu’à ce jour à environ 4 000 livres, à cause d’un droit de transit qui se perçoit à raison de cinq pour cent de la valeur sur les mines de fer extraites dans le pays de Liège qui transitent sur le territoire de Mariembourg pour être conduites à des fourneaux du même pays, mais il y a tout lieu de craindre que ce droit ne soit bientôt anéanti, les Liégeois réclamant le libre transit qui leur a été promis par le traité de 1772.

230Il s’expédie dans le même bureau beaucoup de clous venant par voitures du pays de Liège, par acquit-à-caution à la destination de Rocroi, comme devant y être consommés, où ils entrent en franchise à la faveur du privilège dont jouissent les habitants. Il est cependant de fait qu’il en passe considérablement dans l’intérieur du tarif de 1664 dont les droits sont fraudés par cette ruse, ainsi qu’il sera expliqué à l’article de la forgerie et des clouteries.

Pont-de-Massambré

231Maison isolée, bâtie de par le Roi, aussitôt l’exécution du traité d’échange de 1772, sur la rive droite de la Meuse, au sommet d’une montagne qui domine sur la rivière dont elle est éloignée d’environ quatre cents pas et d’où l’on peut découvrir les bateaux qui remontent ou descendent ce fleuve, jusqu’au pied des fortifications de Givet. Sur sa droite, en venant de Givet, à quatre à cinq cents pas environ, se trouve la chaussée de Blémont dont on a parlé à l’article de Givet. On a pratiqué un chemin depuis cette chaussée jusqu’au bureau pour la facilité des voituriers, et une cour assez spacieuse pour tourner des voitures en les laissant attelées de deux chevaux seulement. Cette maison a été bâtie solidement ; la cour entourée d’une muraille avec une très forte porte. Elle prend son nom de sa position, à cinquante pas du pays de Liège, près d’un pont sur un ruisseau appelé Massambré, qui passe derrière la maison et va se jeter dans la Meuse. Le bâtiment est tout en pierres, couvert d’ardoises et avec des logements suffisants pour un receveur, un contrôleur et un visiteur ; ils ont toutes les commodités nécessaires pour des gens isolés dans leur campagne, et chacun un jardin assez spacieux. Comme les bateliers sont obligés de quitter la rivière, et les voituriers la grande route, pour faire leurs déclarations des marchandises étrangères qui remontent la Meuse, il a été placé, vis à vis de cette maison, deux poteaux, l’un au bord de la rivière, et l’autre au bout de la grande route, avec des plaques de fer blanc portant des inscriptions qui indiquent la position de cette maison, qu’il y a un bureau des traites, et qu’ils ne doivent point l’outrepasser, sous peine de confiscation et amende.

232Avant les échanges entre le Roi et le Prince de Liège, il y avait sur la rive gauche de la Meuse, au dessous de Givet, à cinq quarts de lieue, un village de la domination française, extrême limite du pays de Liège, appelé Hermeton, où avait été placé un bureau des traites ; les bateliers y faisaient leurs déclarations, tant à l’entrée qu’à la sortie ; les marchandises étrangères, qui remontaient la Meuse, à la destination de Givet ou de l’intérieur du Royaume, y étaient expédiées par acquit-à-caution, pour acquitter les droits au bureau principal de Givet ; Hermeton étant passé sous la domination liégeoise, il a été nécessaire de mettre un autre bureau au dessous de Givet, et de le porter sur la rive droite, à cause de la grande route ouverte entre la France et l’étranger par Blémont et Salmignoule, sans quoi il aurait fallu indispensablement deux bureaux, l’un à droite et l’autre à gauche de la rivière ; celui du Pont de Massambré a été placé sur une éminence d’où, sans sortir de sa maison, on découvre ce qui se passe sur la rivière jusqu’au pied des fortifications, pour parer aux entrepôts frauduleux que les bateliers peuvent faire le long de la Meuse, au cas qu’ils échappent quelque chose à la vigilance des commis du bureau lors de la visite ; il est même des circonstances où il est impossible d’aborder les bateaux avec des barques, dans le temps des crues d’eau ; ces entrepôts sont d’autant plus à craindre qu’il y a en dehors de Givet des jardins où il y a des maisons habitées le long de la rive gauche de la rivière, dans lesquels les bateliers peuvent faire des entrepôts. Les contrebandiers à pied et à cheval peuvent y arriver par les montagnes et les bois, jusqu’à un demi-quart de lieue, qu’ils peuvent traverser par une prairie ; les marchandises déposées sont introduites avec la plus grande facilité dans l’un ou l’autre des Givet, le redan de murailles qui les environne, étant pour ainsi dire accessible de toutes parts. Les employés placés au bureau de Massambré ont l’avantage de voir ce qui se passe sur les deux rives ; en cas de fraude, ils peuvent s’y opposer avec succès, se passa-t-elle même sur la rive opposée de la rivière, en la traversant avec une barque qui appartient à la Compagnie, étant destinée à l’usage de la visite des bateaux. Le Roi a été obligé de faire bâtir ce bureau parce qu’il ne s’est trouvé aucune maison convenable sur le terrain intermédiaire.

233Il y a un receveur, un contrôleur et un visiteur ; ces trois hommes y sont nécessaires, tant pour les opérations dont ils sont chargés, que pour être en forces contre les insultes de contrebandiers qui sont assez communes en ce pays.

Vireux-St-Martin

234Gros village, à deux lieues de Givet, sur la rive gauche de la Meuse. Il appartenait aux Liégeois qui y avaient un bureau pour percevoir le soixantième sur les marchandises montant ou descendant la Meuse ; la maison où était établi ce bureau appartenait au Prince de Liège ; le Roi l’a achetée ; le logement est bon et suffisant pour un receveur, un contrôleur et un visiteur qui y sont actuellement établis par la France. Il est extrêmement important ; vis à vis, sur la rive opposée de la rivière, est un autre petit village appelé Vireux-les-Wallerand, qui a de tout temps été à la France, où il y a eu jusqu’au moment de l’échange, un bureau des traites ; il se trouve sur le bord de la rivière une espèce de rivage où se déposent des bois propres à flotter, des charbons de bois et des écorces pour les tanneurs, qui en sont enlevés pour descendre par eau. Comme le bureau des traites a été supprimé lors de l’établissement de celui de Vireux-St-Martin, les conducteurs sont obligés de traverser la rivière, de conduire leurs marchandises devant ce nouveau bureau, qui est situé sur le bord de l’eau, d’y faire leurs déclarations et d’y subir la visite ; à trois quarts de lieue, en remontant la rivière, se trouve sur la rive gauche un autre village assez considérable, appelé Haybes, où il y avait un bureau des traites qui a également été supprimé ; au dessus du village est une carrière d’ardoises dont il peut être extrait six à sept millions par an ; elles descendent toutes par la Meuse pour la destination de l’étranger ou de Maubeuge ; il y a aussi un rivage beaucoup plus considérable que Vireux-les-Wallerand, où se dépose beaucoup de bois à flotter, de charbon de bois et d’écorces de chênes pour les tanneurs ; toutes ces marchandises descendent la rivière ; les conducteurs sont tenus de les mener vis à vis le bureau de Vireux-St-Martin, d’y faire leurs déclarations comme étant le premier de la route ; elles sont, ainsi que celles qui viennent de Vireux-les-Wallerand, expédiées par acquit-à-caution pour Givet où il est de nouveau délivré les expéditions nécessaires pour leurs destinations ultérieures. Vis à vis de Vireux-St-Martin se trouve une presqu’île sur laquelle il se dépose des ardoises prises à Haybes ou à Fumay, qui sont transportées par voitures dans l’entre-Sambre-et-Meuse liégeoise, les Pays-Bas autrichiens ou le pays conquis français ; elles suivent une grande route de terre assez belle pour le pays, et qui prend son ouverture à Vireux même ; celles qui sont destinées pour le pays étranger sont expédiées par acquit de paiement, et pour le pays conquis français, où elles rentrent après avoir traversé l’entre-Sambre-et-Meuse liégeoise, par acquit-à-caution pour assurer la destination ; on voit par ce détail l’importance du bureau de Vireux ; il est à présumer qu’il le sera plus encore lorsque la chaussée, commencée de Givet à Rocroi, passera devant ce bureau même.

Fumay

235Gros bourg dont la population est de 3 500 âmes, situé sur la rive droite de la Meuse, environné du pays de Liège, à quatre lieues de Givet, deux de Vireux en remontant cette rivière, et à deux lieues et demie de Rocroi, province de Champagne. Il y a une route de terre assez mauvaise par où l’on peut cependant aller en voiture.

236Le sol est hérissé de montagnes, de rochers et couvert de bois. Ce bourg est pour ainsi dire entouré de la Meuse, qui forme une circonvallation dans le centre de laquelle les habitations sont placées. Il y a beaucoup de boutiques assez considérables pour l’usage des habitants et des environs. Le commerce principal consiste dans les carrières à ardoises ; elles sont au nombre de trois, qui occupent 300 ouvriers ; chaque mille leur est payé 5 livres 10 sols, et, dans le commerce, les propriétaires les vendent 7 livres 10 sols. Il s’en extrait annuellement 27 millions. L’on voit, d’après ce calcul, que l’importance de ce commerce est de plus de 200 000 francs qui rentrent dans Fumay. Des 27 millions d’ardoises extraites dans ce bourg, environ 15 passent dans le pays étranger par la rivière ou par chariots, et paient à la Compagnie 30 sols de droit au mille. Le surplus est également voituré par eau ou par terre à Maubeuge, ou dans le Hainaut et la Flandre française.

237Les ardoises se trouvent dans des fosses plus ou moins profondes. Il y en a qui vont jusqu’à 400 pieds en terre. Les veines forment des espèces de barres ; les ouvriers qui les rencontrent passent au dessous et se font de la place, de sorte que cette pierre se trouve au dessus d’eux ; ils en cernent des morceaux et travaillent autour pour les détacher ; lorsqu’ils commencent à l’ébranler, il se fait un petit bruit en dedans du banc ; les ouvriers abandonnent alors la fosse ; au bout de quelques heures, la pierre tombe en faisant un grand bruit qui avertit de la chute ; les morceaux sont si grands et si épais qu’un seul produit souvent une quantité d’ardoises suffisante pour charger plusieurs bateaux. Les eaux incommodent souvent les mineurs qui se servent de pompes pour les extraire ; ils n’ont pas l’usage des machines à feu, comme dans les fosses de charbon de terre, mais ils se servent de chevaux, lorsque les bras d’hommes ne suffisent pas. La pierre d’où provient l’ardoise ressemble, dans son épaisseur, à des feuillets de livres réunis, et, avec un ciseau de fer et un marteau, elle se fend dès le premier coup, à l’épaisseur que l’on juge à propos. Le premier morceau tombé se divise en plusieurs, épais de deux pouces environ, assez régulièrement carrés, sur deux pieds environ de large. Les mineurs les portent à dos hors de la fosse au moyen des échelles.

238Voici un fait assez singulier : ces ouvriers montent quelquefois à plusieurs sur la même échelle ; ils ont soin de se suivre de très près ; il arrive quelquefois que le morceau porté par ceux qui sont les plus élevés sur l’échelle glisse et tombe ; sitôt qu’il s’aperçoit du mouvement, il jette un cri indicatif entre eux ; ceux qui sont en dessous passent leur tête entre deux échelons, reçoivent le morceau tombant sur celui qu’ils portent ; comme il n’y a pas grande distance, et la pierre étant extrêmement lisse, glisse ainsi jusqu’au dernier sans les blesser ; cela n’empêche pas qu’il n’arrive très fréquemment des accidents dans les fosses.

239Un fort ouvrier de ce métier gagne jusqu’à 6 et 7 livres par jour, mais la plupart sont estropiés dès leur jeunesse. Les morceaux montés sont posés dans des espèces de hangars où sont d’autres ouvriers qui les fendent à l’épaisseur ordinaire des ardoises et d’autres marquent avec un compas la grandeur des ardoises qu’ils coupent et rognent ensuite avec des espèces de petites hachettes. Ils en font de deux espèces ; les unes sont appelées pleines et sont les meilleures ; cette classe se divise en deux, savoir : les plus fines appelées ardoises de chariots, parce qu’on prétend que les voituriers de terre les préfèrent pour en charger un plus grand nombre ; les plus grosses se nomment de bateaux ; la seconde espèce sont les communes qui proviennent des rebuts ; elles n’ont que les deux tiers, quelquefois même la moitié de largeur et de hauteur que les autres ; elles se vendent à proportion. L’ardoise pleine a 8 pouces de hauteur sur 5 de largeur ; tout le monde connaît sa forme ; les meilleures et les plus estimées sont celles qui sont de la couleur la plus verte et dont les grains traversent la largeur ; celles qui sont rougeâtres et dont les grains suivent la longueur ne sont pas si estimées ; elles ont plus de poids, chargent plus les charpentes, la couleur en est désagréable et il arrive souvent que, lorsqu’on veut les attacher avec un petit clou que les couvreurs placent au sommet, elles se fendent d’un bout à l’autre.

240Le bureau de Fumay est composé d’un receveur et un garde visiteur ; les opérations de ce dernier sont extrêmement intéressantes, à cause de l’attention qu’il doit apporter aux visites des chargements, surtout pour les bateaux, afin d’éviter les entrepôts frauduleux que les bateliers peuvent faire en route pour transporter furtivement des ardoises dans le pays étranger ; ce visiteur est aidé par un brigadier et cinq gardes qui résident à Fumay. Le receveur délivre des acquits-à-caution pour assurer au bureau de Givet la destination de toutes les ardoises, bois, charbons de bois et écorces de chêne qui descendent la rivière ; il expédie également par acquit-à-caution des ardoises destinées pour les provinces de la domination du Roi et perçoit les droits de sortie sur celles qui vont dans le pays étranger pour y être consommées, ainsi que ceux d’entrée sur quelques parties de marchandises destinées pour la consommation des habitants de Fumay ; mais ils ont tant de facilité pour les entrer de l’étranger en fraude qu’ils en déclarent fort peu.

241Il se tient toutes les semaines, à Fumay, un marché de grains assez abondant ; il est alimenté par celui qui arrive par bateaux de Charleville ; il en descend même assez considérablement jusqu’à Givet ; c’est la ressource des habitants de ce pays et de tous les riverains de la Meuse de la domination du Roi.

242À deux lieues au dessus de Fumay se trouve une petite ville, appelée Revin, située sur la rive gauche de la Meuse qui en baigne les maisons. La population est d’environ 800 personnes. Elle est à côté du pays de Liège. Le sol est couvert de bois. Elle a sur ses derrières la Champagne, dont elle n’est éloignée que de trois quarts de lieue ; c’est où finit le département du Hainaut ; c’était ci-dessus un pays neutre, comme Fumay ; l’Impératrice-Reine, qui y avait des prétentions, les a cédés par le traité de 1769 au Roi qui s’en est emparé malgré les réclamations de l’Electeur de Trêves qui prétendait être seigneur foncier de ces deux endroits.

243Il y avait été établi un bureau des traites composé d’un receveur ; comme il ne s’y fait aucun commerce, le directeur en a demandé la suppression à la Compagnie et l’a obtenue facilement. Il s’enlève des bois flottés, des charbons de bois et des écorces de chêne. Comme ces marchandises n’ont d’autre débouché que de descendre sur Givet, les conducteurs sont indispensablement obligés de passer au bureau de Fumay et d’y faire leurs déclarations, sans quoi leurs chargements seraient saisis, soit à leur passage à Vireux-St-Martin, ou lors de leur arrivée à Givet.

Observations générales

244Le département du Hainaut, divisé en 17 prévôtés et gouvernements, y compris la principauté de Barbançon, contient 16 villes et 210 paroisses de campagne ; la population est de 260 000 âmes, non compris les garnisons dont le fond est ordinairement de 14 000 hommes.

245Quoique le sol soit fertile, il ne produit pas en blé de quoi nourrir le peuple pendant les deux tiers de l’année, parce qu’il y a beaucoup de terres employées à d’autres productions telles que les prairies artificielles, le lin, le colza, le tabac, les pommes de terre et le chanvre. L’Artois et le Cambrésis y suppléent. On empouille les terres deux ans de suite, la première en froment, la seconde en avoine ou autres grains qui se sèment au printemps ; on les laisse reposer la troisième On recueille beaucoup de trèfle, herbe qui porte trois feuillets en forme de trèfle ; les chevaux s’en nourrissent l’hiver ; de la luzerne, autre espèce de foin ; quand elle a réussi, elle est pour nombre d’années sans être semée de nouveau ; on coupe cette herbe deux fois l’an et le trèfle pousse un troisième jet qu’on fait pâturer aux bestiaux. Il est labouré après trois ans de dépouille. Des espèces de petits pois mêlés dans du seigle et des espèces de petites fèves de marais qu’on fait également consommer aux animaux pendant l’hiver ; cette nourriture est excellente pour les moutons ; du colza, espèce de graine qui imite la navette et qui sert à faire de l’huile à brûler ; du lin très beau, du chanvre et du tabac, comme on l’a dit ci-devant.

246Les fermiers y sont très riches, parce qu’ils cultivent beaucoup de terres et font des nourrices d’animaux domestiques en tout genre des plus considérables ; la plupart conviennent que le produit de leur basse-cour suffit pour payer le prix de leur bail. C’est un très grand malheur, parce que cette espèce de gens sont dans les villages comme de petits feudataires qui font gémir leurs compatriotes, qui ne peuvent tirer leur subsistance que par le travail qu’ils leur donnent et qu’ils paient au prix qu’ils jugent à propos. L’Impératrice-Reine, qui a reconnu l’abus d’avoir des fermiers trop riches, a rendu une ordonnance qui leur défend, sous des peines très fortes, d’occuper plus de deux charrues ; s’il en était de même dans le Hainaut français, le superflu des fermiers actuels se diviserait en plusieurs mains et aiderait à la subsistance du peuple.

247Le tiers au moins des biens-fonds appartient au Clergé : c’est encore un mal. Il y a dans ce département 13 abbayes ; une jouit de près de 400 000 livres de rente annuellement, une autre de 250 000, trois de 80 000 au moins, trois de 50 000, quatre de 30 000 et une de 15 000 : partant, la richesse des abbayes est de 1 175 000 livres de rente,

ci................................................................................................

1 175 000

M. l’Archevêque de Cambrai a plus de 300 000 francs.............

300 000

Le chapitre de la métropole de Cambrai a plus de...................

500 000

Un chapitre à Condé..................................................................

50 000

Deux autres à Cambrai qui possèdent chacun...........................

200 000

Un à Maubeuge..........................................................................

50 000

Un à Avesnes..............................................................................

30 000

2 305 000

248On voit par ce détail que le clergé, sans y comprendre les curés, vicaires et autres sous-ordres, non plus que les couvents de filles, les Chartreux, tirent annuellement de leurs biens-fonds 2 305 000 livres de rente. On observe encore que quantités d’abbayes étrangères ont du bien dans cette province.

Commerce

249On ne parlera plus de celui du lin, des batistes et dentelles, dont on a traité dans les articles séparés.

Bestiaux

250On compte dans cette province jusqu’à 100 000 moutons ; chaque dépouille de laine se vend cinq francs l’une dans l’autre,

ci.....................................................................

500 000

25150 000 vaches qui sont estimées rapporter l’une dans l’autre 9 sols par jour, à cause du commerce du beurre et du fromage,

ci.....................................................................

8 212 500

252On y engraisse 10 000 bœufs, le bénéfice ordinaire est de 50 livres par bête,

ci.....................................................................

500 000

253Il y a, tant à Maubeuge, Cousolre, Solre-le-Château, que dans les différents villages 80 métiers à cazées qui font 7 000 pièces de cette étoffe, de 49 aunes chacune, qui, à 28 sols 9 deniers l’une, produisent la somme de 493 062 livres 10 sols ; en supposant le dixième de bénéfice pour le fabricant, cette branche de commerce leur produit, outre l’avantage d’avoir nourri plusieurs ouvriers,

ci.....................................................................

49 306

254Outre le commerce des bas qui se fait à St-Amand, il y a encore dans les villages des gens qui en fabriquent au métier, et qui, quand ils en ont une certaine quantité, les portent à dos pour les vendre ; on ne peut dire au juste combien ils en font ; on estime au moins 200 000 paires, à 30 sols l’une dans l’autre, qui font 100 000 écus ; supposé le dixième de bénéfice aux fabricants, il rentre dans cette classe d’ouvriers,

ci.....................................................................

30 000

Total...............................................................

9 291 806

255Ces fabricants se sont établis les uns après les autres dans les villages les plus à portée de l’étranger ; ils ne sont soumis à aucunes formalités, les bas ne portent aucunes marques distinctives, ni plombs ; il est à craindre qu’ils n’en tirent de l’étranger et les fassent passer comme venant de leur fabrique ; on ne s’aperçoit cependant pas qu’ils abusent de cette facilité, sans doute parce qu’ils n’y trouveraient pas de bénéfice ; les fabricants sont connus ; ils les présentent au plus prochain bureau des traites ; quand ils demandent à rouler dans les villages, on impose dans le passavant qui leur est délivré, l’obligation de s’éloigner d’une lieue de la frontière, sous peine de confiscation et amende ; s’ils prennent une destination fixe, on pose sur les ligatures du ballot et sur les passavants l’empreinte du cachet de la Ferme, qu’ils sont obligés de représenter sain et entier, article 18 de l’arrêt du premier mars 1712.

Clouteries de Valenciennes et Maubeuge

256Il en a été parlé dans leurs articles.

257Il n’a été expédié, au bureau de Valenciennes, pendant l’année dernière que 40 milliers de clous sortis de la manufacture établie au faubourg de Marly. Quoique ce soit un bâtiment immense, qui a coûté plus de 50 000 écus, on voit combien elle a dégénéré, et, pendant le même espace de temps, il en a été expédié 489 607 livres à Maubeuge où les forges sont dispersées dans le faubourg, sans que cela paraisse un établissement formé ; cette observation prouve que les entrepreneurs de la manufacture de Valenciennes ne pourront pas tenir, après avoir fait du mal dans la province, ainsi qu’il sera ci-après détaillé.

Tanneries

258Il y a dans tout le département, tant dans les villes que dans les villages, 53 tanneurs qui travaillent annuellement 10 800 peaux de bœufs, 174 000 de vaches, et 44 000 peaux de veaux. Dans le fait, on ne peut regarder que ceux de Givet comme commerçants qui envoient les cuirs qu’ils ont travaillés dans la Flandre, où ils sont très estimés ; les autres ne sont que très petits et se consomment dans le pays.

Bière

259La bière est la boisson ordinaire aux naturels du pays. Les brasseurs, qui en font un très grand commerce, et lucratif, forment un corps dans les villes ; leur nombre en est fixé ; ils doivent être pourvus de charges et ne peuvent être reçus qu’après avoir fait un apprentissage. Il n’en est pas de même dans les campagnes, où s’établit brasseur quiconque le juge à propos.

260Le Roi a un droit domanial sur toutes les bières, et la province lève un droit de deux liards au pot, et un autre appelé jauge et courtage sur les bières cabaretières seulement ; en outre les villes en perçoivent un d’octroi sur toutes les bières. Tous ces droits sont autorisés par le Souverain. L’emploi des deux liards au pot et petits droits sert à l’entretien des chaussées, édifices publics et autres besoins d’après les ordonnances de M. l’Intendant. Ceux d’octrois des villes servent pour leurs charges, telles que les fortifications dont elles paient une partie, le logement des états-majors et autres officiers, l’entretien des casernes et autres charges. La régie et la perception se font à l’instar des Aides dans l’intérieur du Royaume.

261La bière se fait avec une espèce d’orge, le houblon et l’eau. Dans une partie de cette province, la moins fertile, on met dans la bière de l’épeautre ou de l’avoine, au lieu d’orge ; le houblon y entre aussi. La règle ordinaire dans les villes est de mettre 80 livres pesant d’orge pour faire une tonne de 60 à 70 pots, mesure de Paris ; dans les campagnes, cette règle n’est pas respectée ; chaque brasseur fait de la bière plus ou moins forte à sa fantaisie.

Façon de faire la bière

262On mouille le grain ; on le laisse germer ; on le fait ensuite sécher. Beaucoup de brasseurs ont des greniers dans l’étendue desquels ils ont des espèces de réchauds de fer remplis de feu fait avec du charbon de bois ou du charbon de terre ; ils sont couverts avec une plaque de tôle ; le grain germé est étendu dessus pour sécher, et l’on a soin de le remuer souvent ; cette opération de brasserie s’appelle tourailler. L’ouvrier qui en est chargé doit bien prendre garde à faire sécher le blé également, sans qu’il soit brûlé si peu que ce soit ; sans cette précaution, la bière prend et conserve un goût très désagréable. Lorsqu’il est parfaitement sec, on le porte à des moulins qui ne servent qu’à cet usage, on le réduit en farine.

263Il y a dans le bâtiment appelé brasserie, une chaudière de cuivre sous laquelle est un four allumé pour faire bouillir l’eau dont ce vase est rempli, qui doit provenir de ruisseau ou de rivière et être propre ; si elle est trouble, on la tire plusieurs jours avant de brasser pour la faire clarifier ; lorsqu’elle bout, on jette la quantité de grain nécessaire dans une autre cuve en bois, dont les unes contiennent 20 à 24 tonnes, les autres 16 à 18, suivant la force du brassin ; on a attention de remuer continuellement la farine avec une espèce de trident en bois dont les dents ont trois doigts de large, pour qu’elle puisse se bien délier ; on continue à jeter de l’eau bouillante jusqu’à ce que la cuve soit pleine ; on doit observer ici que la chaudière de cuivre et la cuve en bois sont à peu près de la même grandeur ; on fait couler l’eau imprégnée de la farine dans la chaudière, qui est toujours échauffée, soit avec du bois ou du charbon de terre, quoiqu’on distingue toujours dans la bière un goût un peu désagréable lorsqu’elle est faite avec du charbon de terre ; pour ne pas tirer de marc qui brûlerait dans la chaudière, on se sert de grands paniers par lesquels on fait passer la liqueur.

264L’eau qui a passé sur le grain bout pendant quelques heures dans la chaudière ; on répète deux ou trois fois ce travail ; on y mêle ensuite le houblon, dont la quantité est de deux livres et demi ou trois livres par tonne, suivant sa qualité ; on doit prendre garde à n’en pas trop mettre parce que la bière serait trop amère, trop violente et pourrait incommoder ; on ne le laisse bouillir que deux heures ; on y joint des pieds de veaux et de bœufs pour l’éclaircir ; quelques-uns y mettent de la chaux vive, mais celle dans laquelle il en entre est dangereuse ; les brasseurs qui en font usage ont soin de la cacher.

265Lorsqu’ils jugent la bière assez cuite, elle est reversée de nouveau tant dans la cuve de bois que dans un autre vase appelé nef, qui est placé à côté de la cuve ; cette manœuvre se fait pour que la bière refroidisse plus promptement, ce qui arrive en huit heures, pendant l’hiver, en quinze, en été ; lorsqu’elle est dans l’état convenable, celle qui est dans la nef est reversée dans la cuve ; on y jette la levure nécessaire pour faire fermenter ; on démêle le jus pour qu’il se divise dans sa totalité ; elle est ensuite mise dans des tonnes, où elle bout pendant plusieurs jours comme du vin nouveau, et qui sont ensuite hermétiquement fermées avec un tampon de bois couronné en terre glaise pour qu’il n’y entre point d’air.

266Les véritables saisons de brasser sont les mois d’octobre, novembre, février, mars et avril ; on ne peut faire de bière par les chaleurs ; elle ne se garderait pas ; on doit surtout éviter de se servir d’eau de neige, car la bière, qui ne pourrait non plus se conserver, n’éclaircirait jamais.

267Il se consomme dans le Hainaut annuellement 300 000 tonnes de forte et 100 000 de petite bière. Dans ce calcul n’est pas comprise la consommation des habitants du Cambrésis et des terres de St-Amand et Mortagne ; il n’a pas été possible de s’en procurer le détail ; elle varie aussi suivant la cherté de la boisson et le plus ou moins de garnison dont le fond est au moins de 14 000 hommes pour tout le Hainaut. Le prix en varie suivant la cherté de l’orge et du houblon ; ce dernier article n’est pas bien considérable, cependant, lorsque la récolte manque, il se vend jusqu’à 15 sols la livre, et dans d’autres années il ne coûte que 3 ou 4 sols.

268Il se fait aussi de la petite bière, quand celle dont il vient d’être parlé est achevée. On remet sur le marc qui reste dans la cuve de l’eau que l’on fait bouillir dans une autre chaudière de cuivre qui ne sert qu’à cet usage ; quand elle a reçu la cuisson, on la transvase dans la première chaudière pour lui donner le goût d’houblon, celui qui a servi à la forte bière y ayant été conservé à cet effet ; on lui donne la même préparation qu’à la première, sans y rien ajouter, et on en tire ordinairement le tiers de la forte ; elle se nomme petite bière, beaucoup moins forte que la première ; elle est très rafraîchissante, ne se conserve pas aussi longtemps et sert de boisson aux ouvriers de la campagne ; on en mélange souvent dans la forte, soit pour la rendre plus agréable, ou pour en augmenter la quantité ; cette opération se fait dans la brasserie, ou dans la cave, en transvasant les tonnes.

269On conserve l’écume qui sort de la bière ; on en presse le marc qu’on fait sécher et qui sert de levain lorsqu’on veut faire du pain, en le mélangeant dans la farine ; ce commerce est considérable ; ceux qui le font en envoient dans l’intérieur du Royaume, même jusqu’à Paris ; ces envois se font vers la fin de l’automne et au printemps.

270Le résidu de la farine qui se tire du fond de la cuve de bois se conserve également ; on le nomme drêche ; on le met dans des trous exprès et il sert à engraisser les bestiaux pendant l’hiver.

Eau-de-vie

271Il se fait une consommation considérable d’eau-de-vie, mais le Roi s’est conservé le privilège de la vente exclusive dans la province, percevant sur cette liqueur un droit domanial qui fait partie de la Ferme générale. La ville de Valenciennes est la seule qui ait conservé ce privilège exclusif à son profit, parce que, comme on l’a dit déjà, elle n’entre point dans le cahier des impositions et paie tous les ans au Roi une aide ordinaire et extraordinaire pour en tenir lieu. Les villes de Maubeuge et Landrecies vendent aussi de l’eau-de-vie pour leur compte, en concurrence avec le fermier du Domaine, mais elles sont obligées de lui répondre du droit domanial sur les quantités qu’elles vendent.

Forgerie en général

272On comprend, sous le nom de forgerie, toutes les usines, telles que les fourneaux, forges, fenderies et platineries. Ce commerce a été un des plus brillants de la province. Il y avait quatre fourneaux travaillant, alimentés avec des mines tirées sur le pays de Liège, moyennant un petit droit de soixantième. Ils fournissaient des gueuses de fer cru pour 18 forges qui travaillaient continuellement. Lorsque les quatre fourneaux ne suffisaient pas, le fer cru manquant était acheté dans le pays de Liège, d’où ils le sortaient en payant un simple droit de 5 sols à la poise pesante 120 livres, qui produisent ordinairement 90 à 100 livres de fer en barres. Il en sortait annuellement des 18 forges plus de trois millions de fer de la première qualité, qui se vendaient dans la Flandre et le Hainaut, après avoir reçu toutes les mains-d’œuvre dans cette dernière province.

273La décadence de cette brillante branche de commerce a pris sa source en 1756. Quelques années avant, avait été élevée une clouterie dans un faubourg de Valenciennes, sous le nom de manufacture royale. Les entrepreneurs avaient obtenu un privilège exclusif dans la province, excepté quelques forgettes qui existaient à Maubeuge, la permission de faire entrer pour leur usage des fers provenant des forges de l’intérieur du Royaume en exemption des droits de sortie du tarif de 1664, de même que d’importer dans les C.G.F. les clous provenant de leur fabrique, en payant seulement pour droit d’entrée deux sols du cent pesant.

274Ces entrepreneurs, qui commencèrent par faire un bâtiment magnifique à grands frais, enflés de leur protection, firent sonner bien haut les prétendus avantages qui devaient résulter de leur établissement, soutenant qu’il leur serait facile de fournir les quantités, non seulement nécessaires à la Flandre et le Hainaut, mais encore d’en livrer à la marine ; ils obtinrent un arrêt en date du 16 mars 1756, qui porta les droits d’entrée sur les clous de fer moyens et petits à 5 livres, au lieu qu’ils ne payaient auparavant que 3 livres au cent pesant, et les gros à 50 sols, au lieu de 30 ; le même arrêt a porté le droit d’entrée sur le fer en verges venant de l’étranger à 15 francs du millier, au lieu de 10. Il entrait alors tant de clous du pays de Liège que les droits qui se percevaient dans la Flandre et le Hainaut montaient à 200 000 francs. Le Prince de Liège, qui a reconnu le préjudice que cette augmentation occasionnait au commerce de ses États, a défendu de sortir des mines sous de très grandes peines et a porté à 15 patars, faisant 22 sols et demi, le droit de sortie sur chaque poise de fer cru, au lieu de 5 sols. (Ce droit a été réduit à 10 patars, faisant 15 sols). La mine a bientôt manqué pour les fourneaux du Hainaut ; les propriétaires ou ceux qui les tenaient à ferme, ont fait des tentatives pour extraire des mines ; celles qu’ils ont trouvées à force de frais ont été d’une qualité si inférieure qu’ils n’ont pu l’employer ; il ne leur a pas même été permis de sortir des États liégeois celles qui leur appartenaient, qui étaient déposées sur l’extrême frontière ; ils se sont déterminés à vouloir les tirer en contrebande ; ils ont été surpris, condamnés en de grosses amendes et obligés de laisser chômer les fourneaux, après avoir dérangé leur fortune. Les maîtres de forges n’ont pas été plus heureux. Obligés de tirer des Liégeois tout le fer en lingots qu’ils voulaient raffiner, et de leur payer de gros droits, ils ont bientôt succombé, étant forcés de renchérir le prix de leur fer proportionnellement à l’augmentation des droits. Les négociants qui n’ont pas voulu payer ce supplément, ont cherché le moyen de s’en procurer d’ailleurs. Plusieurs maîtres de forges ont été contraints de désister, et ceux qui restent ne font que végéter ; la fabrique est diminuée de plus de deux tiers et va tous les jours en décadence.

275Il n’est pas entré moins de clous dans le Royaume qu’avant l’arrêt de 1756. Les Liégeois se sont entendus avec des Français qui habitent l’extrême frontière de la Champagne et du Soissonnais, qui ont établi des simulacres de clouteries, dans lesquelles ils tenaient un ouvrier ou deux, pour la forme, et ils tiraient en fraude jusqu’à trente milliers de clous par nuit, qu’ils disaient avoir fabriqués. Le Conseil, frappé des plaintes des commerçants, a rendu, le 9 février 1759, un arrêt qui a sursis jusqu’au 1er janvier 1761 à l’exécution de celui du 16 mars 1756 et rétabli les droits d’entrée des clous et fers en verges sur le même pied où ils étaient avant cette époque, espérant que le Prince de Liège en ferait de même relativement aux mines et aux gueuses de fer cru. Comme il n’a rien voulu changer aux dernières dispositions, il est intervenu, le 21 juin 1759, un nouvel arrêt qui a rétabli l’exécution de celui du 16 mars 1756. La fraude sur ces clous a toujours continué avec plus de vigueur. Enfin le 8 août 1761, le Conseil a rendu un arrêt qui défend de fabriquer des clous à deux lieues de distance des frontières du pays étranger, excepté dans les villes fermées. Les Liégeois ont cherché d’autres ressources et en ont trouvé pour faire la fraude, de sorte que, quoique les clouteries de Valenciennes et Maubeuge ne fabriquent pas autant de clous qu’il s’en consomme dans les provinces de Flandre et du Hainaut, il ne se perçoit aucun droit d’entrée dans les bureaux.

  • 9 Il s’agit du directeur des fermes de Lille.

276Voici un abus qui se commet dans le Hainaut, auquel il n’est pas possible de remédier : les habitants de Rocroi ont obtenu par leur bravoure sous le règne de Louis quatorze, en se battant contre ses ennemis et les obligeant à lever le siège de leur ville, le privilège que ce Monarque leur a accordé de ne payer aucuns droits, même d’entrée dans le Royaume sur les marchandises qu’ils tiraient de l’étranger pour leur consommation, de même que tous les autres appartenant à Sa Majesté y relatifs. La ville de Rocroi fait partie de la province de Champagne, par conséquent de l’intérieur des C.G.F. ; il s’y est établi deux simulacres de clouteries où il y a très peu d’ouvriers ; les propriétaires tirent du pays de Liège une quantité prodigieuse de clous, qu’ils déclarent destinés pour l’usage des habitants de Rocroi ; ils se présentent au premier bureau d’entrée, où ils font leurs déclarations ; le receveur ne peut s’exempter de les expédier en franchise, en les assujettissant seulement à la formalité de l’acquit-à-caution pour assurer la destination ; lorsqu’ils sont entrés dans Rocroi, ils sont présentés au bureau comme provenant de la fabrique de la ville ; le receveur ne peut se dispenser de les expédier en franchise pour l’intérieur, attendu que les clous ne doivent aucun droit à la circulation. M. Morel9 m’a dit plusieurs fois que les étrangers avaient la plus grande facilité d’en faire entrer par la Flandre ; le fait est qu’avant 1756, il entrait par Valenciennes annuellement 145 millions de clous étrangers, et qu’actuellement, il n’en entre pas plus de 25 à 30 milliers. Cependant, le produit de la clouterie de Valenciennes diminue tous les jours, et je doute fort qu’elle subsiste encore longtemps. Heureusement, son privilège exclusif, qui n’était que pour 20 ans, est expiré.

277Le Prince de Liège a trouvé tant d’avantages à cette révolution qu’il a éludé de faire un traité de commerce à la suite de celui d’échange de 1772, quoiqu’il lui ait été proposé par la France. C’était l’occasion la plus favorable pour le faire utile aux deux nations. Si les choses restent sur le pied où elles sont, avant 15 ans, il ne sera plus question de la forgerie du Hainaut ; non seulement les ouvriers ne trouveront plus de quoi s’occuper, mais les propriétaires des bois n’auront plus de débouché pour les consommer.

Commerce des bois et charbons

278Il y a dans cette province quantité de forêts :

  1. celles des Religieux de St-Amand, Vicoigne, Hasnon, trois abbayes entre St-Amand et Valenciennes, joignant à celles de M. le marquis de Cernay et de M. le duc d’Arenberg, qui occupent une surface de pays de trois lieues de longueur sur trois de large ;

  2. la forêt du Roi, dite Mormal, dans laquelle il se fait annuellement des coupes pour 80 000 francs ; elle était entièrement de hautes futaies, elle vient d’être remise en taillis ;

  3. les forêts de M. le duc d’Orléans, qui joignent celles de l’abbaye de Liessies, et ont ensemble une étendue de trois lieues au dessus d’Avesnes ;

  4. les forêts de M. le prince de Condé, qui terminent le département du côté d’Anor et joignent le Soissonnais ;

  5. plusieurs autres bois assez vastes qui appartiennent à différentes abbayes et seigneurs.

279Ils sont employés, partie à faire du charbon pour l’usage des différentes usines ; on y choisit fréquemment des bois pour la marine, y ayant de très belles futaies qui ne sont cependant pas toutes propres à cet usage : par exemple, les arbres de la forêt de Mormal appartenant au Roi sont trop tendres et ont trop de moelle. On s’en sert, de même que des autres pour la charpente ; on fait des planches qui servent à différents usages ; beaucoup de bois de claies, propres à faire des tonneaux qui se vendent dans la Flandre jusqu’à Dunkerque, ce qui fait un commerce considérable.

280On en brûle beaucoup, tant pour le chauffage que pour les brasseries et la cuisson de la chaux qui sert aux bâtiments et à l’engrais des terres ; on en embarque à cet usage sur l’Escaut et la Scarpe pour être transportés à Lille, Douai et autres villes ; il en entre beaucoup dans les fosses de charbon de terre pour empêcher les terres de s’affaisser.

281On travaille dans la province beaucoup d’ouvrages en bois, tels que les écuelles, cuillères, salières, sabots et autres qui se transportent dans toute la Flandre. Le charronnage en consomme beaucoup. Outre le charbon de bois qui s’emploie dans les forges, il en est encore beaucoup voituré dans toutes les villes de la Flandre jusqu’à Dunkerque, où il se vend très cher. On voit par ce détail que les bois ouvrent une branche de commerce très importante, non seulement par son produit, mais par le nombre de personnes, de chevaux, que l’on occupe tant pour l’exploitation, que pour les différentes mains-d’œuvre et le transport.

Poteries de terre

282Il se trouve à Englefontaine, village de la dépendance de Landrecies, à ceux de Sains et Sars-Poteries, dépendance de Maubeuge, de la terre propre à faire des poteries. Tous les habitants se livrent à ce commerce qui mérite considération, en ce qu’il en est voituré dans toutes les villes du Hainaut et de la Flandre jusqu’à Dunkerque ; il en est même quelquefois embarqué pour passer outre-mer, mais cela n’est pas fréquent ; il en entre aussi sans l’intérieur du Royaume.

Pierres à bâtir

283Entre Landrecies et Avesnes, est un village appelé Marbaix, où il se trouve une carrière de pierres bleues, très dures, superbes, prenant le poli à peu près aussi beau que le marbre. Il y en a également de semblables, à peu de chose près, dans les villages de Hon, Hergies, Gussignies, au dessus de Bavai, sur l’extrême frontière du Hainaut autrichien. On en emploie une très grande quantité pour les bâtiments en Hainaut ; elles y sont très estimées, et, dans le fait, elles sont infiniment plus solides et plus parantes que les autres carrières du pays qui fournissent des pierres blanches. On doit cependant, pour le coup d’œil, en mêler un peu de blanches, car leur couleur bleue ardoise le rendrait extrêmement triste.

II. Mémoire sur les départements de Flandre et du Hainaut, direction de Valenciennes, province du Hainaut (extraits) [AM Valenciennes 4 II 116]

284La direction du Hainaut, qui commence à la terre de St-Amand où finit celle de Lille, se trouvant dans la même position sur toute sa longueur, c’est-à-dire qu’elle est enclavée entre le Tournaisis, le Hainaut autrichien, la terre de Chimay et le pays de Liège (toutes possessions étrangères), l’Artois, le Cambrésis, le Soissonnais, la Thiérache et la Champagne, la fraude s’y fait à peu de chose près avec la même activité que dans la Flandre.

285Cette direction a 28 lieues de longueur sur environ 10 de largeur.

286La terre de St-Amand, depuis la Flandre jusqu’à l’entrée de la ville de ce nom, qui forme trois lieues en longueur, est un pays de plaine qui conduit depuis l’étranger jusqu’en Artois et Cambrésis ; les contrebandiers sont cependant arrêtés par la rivière de Scarpe qu’ils sont obligés de traverser avant d’entrer en Artois et Cambrésis, mais ils ont trois ponts qui leur sont utiles pour ce passage ; au moyen de quoi, ils ne sont pas obligés de remonter sur leur droite venant de l’étranger, pour aller dans l’Artois, et de descendre sur leur gauche pour entrer dans le Cambrésis.

287Depuis St-Amand jusqu’à Valenciennes, espace de trois lieues, le pays est boisé ; les forêts sont coupées par plusieurs grands chemins qui servent tant pour les promenades que pour la vidange de bois. Les fraudeurs qui pénètrent dans cette partie peuvent aller jusqu’à une lieue du Cambrésis en suivant toujours ces forêts, mais ils peuvent être poursuivis, même par la cavalerie.

288Depuis Valenciennes jusqu’aux environs de Maubeuge que traverse la rivière de Sambre, le pays est une plaine qui conduit jusque dans le Cambrésis, et qui n’est coupée que par quelques bosquets de distance à autre. Depuis Maubeuge jusqu’à Anor, la frontière est couverte de bois, le pays est montagneux, coupé de sentiers et de chemins pour les voitures, mais d’un accès difficile. Sur les derrières se trouve une plaine d’environ deux lieues qui conduit dans le Soissonnais et la Picardie.

289On ne peut regarder Anor comme la fin de la ligne sur la frontière. On traverse ensuite les terres de Beaumont et Chimay et une partie de l’entre-Sambre-et-Meuse liégeoise qui conduit à Philippeville et Mariembourg qui sont deux petites villes fermées enclavées dans le pays de Liège. On gagne par ce même pays les villes de Philippeville, Mariembourg, Givet et Charlemont sur les rives de la Meuse dont le cours et les villages riverains appartiennent en entier au Roi, jusqu’à trois quarts de lieue au dessous de Givet.

290Le pays conquis et la direction de Valenciennes finissent à la ville de Revin qui est limitrophe de la province de Champagne.

291D’après ce tableau du local, on voit que ce pays est susceptible de fraude. Il l’est d’autant plus en tout genre que la partie du côté de la Flandre jusqu’à Maubeuge est à portée de Tournai, Mons et tous les villages de la frontière qui sont remplis de magasins de marchandises. Il y en a également de tabac qui entre en contrebande d’autant que l’adjudicataire des fermes générales l’est aussi du tabac en Hainaut où il jouit du privilège de vente exclusive, quoique ce privilège n’a rien de commun avec celui de la même vente dans l’intérieur du Royaume.

  • 10 Le rédacteur du Mémoire omet de signaler que les droits sur les boissons (domaine du Hainaut) sont (...)

292Les droits sur la consommation des boissons et sur le tabac appartenaient ci-devant à la province ; ils ont été réunis à la Ferme générale et l’adjudicataire a obtenu le privilège exclusif de vente en Hainaut par arrêt du Conseil du premier mai 172010.

293La Ferme générale jouit aussi de la ferme du droit d’octroi sur le tabac qui se vend dans la ville de Valenciennes et sa dépendance, s’étant fait subroger, en 1728, par arrêt du Conseil, au lieu et place du sieur Campion qui en était adjudicataire. Depuis cette époque, le bail de cette ferme se renouvelle tous les six ans moyennant une somme de 9 000 francs qui se paie d’avance pour la durée du bail. La Ferme générale doit en outre payer le dixième du prix de son adjudication ; ce dixième a été converti en 15 deniers chaque livre de tabac vendue dans la ville et ses banlieues. La Ferme générale perd à ce marché, mais, comme elle en jouit à un prix très bas, il est préférable de faire cette perte plutôt que d’exciter des réclamations.

294On voit, d’après ce détail, que la Compagnie jouit de la vente exclusive du tabac dans tout ce qui s’appelle le Hainaut, en commençant à Valenciennes jusqu’à Anor. Cette vente n’est libre que dans la terre de St-Amand, à Philippeville, Mariembourg et Givet, ce qui s’appelle l’entre-Sambre-et-Meuse, pays enclavé dans la principauté de Liège.

295Il est de la plus grande importance d’augmenter les forces dans la direction de Valenciennes proportionnellement à celle de Lille, sans quoi les contrebandiers qui abandonneraient la première pénétreraient tous par la seconde. Il s’y fait souvent des saisies, tant en marchandises de contrebande qu’en faux sel et faux tabac qui sont consommés dans l’intérieur du Royaume. Sans cette augmentation, les dépenses faites pour fortifier la direction de Lille tomberaient en pure perte. La Compagnie l’a si bien senti qu’en autorisant le directeur de Lille, par sa lettre en date du 10 mai 1784, à former un projet pour augmenter les forces de son département, elle le charge de joindre le même travail pour l’étendue de la direction de Valenciennes.

296La résidence du directeur est à Valenciennes, siège de l’Intendance.

297Il n’y a qu’un seul contrôleur général qui réside à Maubeuge, centre du Hainaut français et des brigades en ligne.

298Son contrôle est fatigant en ce qu’il doit se porter dans les bureaux de Philippeville, Mariembourg, Pont-de-Massambré, Givet, Vireux-St-Martin et Fumay qui sont éloignés de 20 lieues environ de sa résidence, dans un pays presque impraticable l’hiver, où il n’y a que des chemins de terre qui sont détestables ; aussi, cette partie n’est pas suivie aussi régulièrement qu’elle devrait l’être sans cet inconvénient. Cependant, le bureau de Givet qui est d’un très grand détail, à cause des marchandises qui entrent dans le Royaume et qui en sortent par la rivière de Meuse, mérite attention. Le directeur soussigné en a vu monter le produit jusqu’à 60 000 livres annuellement, mais il est tombé à cause de la diminution de la consommation des ardoises, extraites à Fumay, qui passent à l’étranger, depuis que les abbayes des États de l’Empereur ne font plus bâtir et n’entretiennent que faiblement leurs bâtiments, étant menacées d’une suppression prochaine. D’ailleurs, Fumay, où sont les carrières d’ardoises, n’est passé sous la domination du Roi que depuis l’exécution du traité de 1769 ; celles qui en sortaient pour passer par Givet à l’étranger ou pour être consommées dans le pays conquis, payaient un droit d’entrée de 10 sols au mille. Depuis l’exécution de ce traité, elles ne sont plus sujettes qu’au droit de sortie, ce qui occasionne une diminution d’un quart sur la totalité.

299La Compagnie avait établi un inspecteur pour suivre la régie des bureaux qui sont sur les rives de la Meuse ; elle l’a supprimé en 1750. Je crois cependant que la présence d’un employé supérieur intelligent et intègre serait très avantageuse à la Régie, car il est des abus qu’il est impossible de déraciner sans un travail continuel et régulièrement suivi, tant dans le bureau principal de Givet que dans ceux qui lui sont subordonnés. Le directeur pense que les motifs de cette suppression viennent de ce que, depuis la création primitive d’un directeur à Valenciennes, en 1749, la résidence du contrôleur général qui restait dans la dite ville a été portée à Givet, où deux supérieurs étaient inutiles. La Compagnie a reconnu que ce contrôleur général serait placé plus avantageusement à Maubeuge qui est le centre du département et des brigades, au lieu que, résidant à Givet, il ne peut suivre que cet objet.

300Il y a deux inspections seulement ; on va traiter le travail des capitaines généraux et brigades qui leur sont subordonnées.

1. Inspection de Sebourg

301Cette inspection n’est pas très fatigante parce qu’elle ne contient qu’environ 10 lieues de ligne.

302La résidence du capitaine général, qui était à Sebourg, a été changée à Préseau. Elle est infiniment mieux ; Sebourg n’est pas dans le centre de l’inspection. Lorsque les employés à pied portaient l’avis de troupes de contrebandiers à cheval, ils étaient obligés de longer la ligne et ils perdaient un temps précieux ; au lieu que, sa résidence étant sur les derrières, ces mêmes employés suivent la route des fraudeurs, et les cavaliers qui sont également placés à Préseau, ont plus de facilité de les joindre. Peu de temps après ce changement, il en est résulté la défaite de deux bandes de contrebandiers à cheval au nombre de 8 à 10 chacune. Si cette brigade était changée, les contrebandiers ne tarderaient pas à recommencer leur ancien métier.

303Cette brigade protège les bureaux d’Eth et Bry dont elle est éloignée d’environ une lieue et demie sur sa droite en rapprochant la frontière.

304État actuel des brigades. Projet d’augmentation.

Brigade du Rosult

305(Composée d’un sous-brigadier et 5 gardes, il est proposé de la composer d’un brigadier, un sous-brigadier et 6 gardes)

306Elle est dans le centre de la terre de St-Amand, d’où pénètrent très fréquemment des troupes de contrebandiers à cheval qui gagnent l’Artois ou le Cambrésis. Le pays étant une plaine, ils ont plusieurs chemins qui conduisent aux différents ponts qui sont sur la Scarpe, seul obstacle pour se rendre à leur destination. Ils portent du sucre, des étoffes des Indes, des épiceries de toutes espèces, du fil à coudre qu’ils chargent à Tournai, ville impériale.

307Cette brigade est placée très avantageusement. Elle communique avec celle de Beuvry, dernier poste de la direction de Lille dont elle est distante d’une lieue et demie, et avec celle de St-Amand, direction de Valenciennes, dont elle est à peu près à la même distance.

308Elle peut porter des avis à la brigade de Beuvry qui les rend de suite à celle à cheval d’Auchy, direction de Lille, qui n’en est qu’à une lieue, et à celle à cheval d’Escaudain, direction de Valenciennes, qui en est à peu près à la même distance, dans le milieu d’une plaine que les contrebandiers à cheval traversent lorsqu’ils veulent gagner l’Artois par les environs de Douai.

309La brigade de Rosult est trop faible à cause de l’étendue du terrain et du nombre des passages qu’elle est chargée de garder.
(…)

Brigade de St-Amand

310(Brigade composée d’un sous-brigadier et 5 gardes ; on propose de la composer d’un brigadier, un sous-brigadier et 6 gardes)

311St-Amand est une ville ouverte très peuplée et très commerçante. Il y a une manufacture de bas de laine et, comme elle est à une petite lieue de l’étranger, il est à craindre que les prétendus manufacturiers n’en tirent d’Angleterre par Ostende et qu’ils ne les déclarent à l’enlèvement comme provenant de leur manufacture.

312Il se fait dans la même ville un commerce considérable de fil propre à faire des batistes dont une grande partie passe à l’étranger en contrebande.

313Les habitants qui sont fort aisés tirent de l’étranger en fraude toutes les choses qui leur sont nécessaires.

314Il y a des troupes de contrebandiers à cheval qui sont très nombreuses et qui passent fréquemment dans les environs de St-Amand, quelquefois même dans la ville où tous les habitants sont disposés en leur faveur ; il y a déjà eu des rébellions qui ont occasionné mort d’hommes.

315La partie intermédiaire entre le Rosult et St-Amand est une plaine qui conduit en Artois et Cambrésis ; elle est très critique et très difficile à garder.

316Cette brigade communique sur sa droite avec celle de Valenciennes qui en est éloignée de 3 lieues. Cette province est entièrement boisée, mais la forêt est remplie de chemins très larges que les contrebandiers prennent fréquemment, venant de Tournai et autres endroits de la frontière étrangère.

317Cette brigade protège le bureau de St-Amand, ceux de Rumegies, Mortagne et Maulde qui sont sur ses devants. Ce sont encore des passages extrêmement critiques, non seulement pour ce qui vient de Tournai, mais encore pour les grains qui sortent du Royaume, lorsque l’exportation en est défendue, et les fils de mulquinerie.

318Cette brigade est beaucoup trop faible ; le moyen qu’elle en impose est de la porter à 10 hommes. (…).

319Il est impossible à cette brigade de pouvoir garder cette étendue de terrain qui est critique ; il est nécessaire d’en mettre une à Raismes pour les motifs qui seront déduits à la fin de ce travail sur l’inspection de Préseau. Le directeur en a si bien connu la nécessité qu’il a, depuis deux ans, pris un employé dans différents postes pour en former une de 6 hommes à celui de Raismes ; il s’est très bien trouvé de ce service.

Brigade de Fresnes

320Ce poste est on ne peut mieux placé. Quoiqu’il ne se trouve point en ligne, il se rapproche de l’extrême frontière, à une petite demi-lieue de l’étranger.

321Il peut se communiquer avec ceux de St-Amand et de Raismes, qui en sont éloignés de deux lieues. En traversant les bois, elle est à un quart de lieue de la ville de Condé, sur l’extrême frontière.

322Son travail doit se porter sur cette ville pour empêcher l’introduction du tabac par les fortifications, et de toutes sortes de marchandises, qui est très facile, d’autant qu’elles sont accessibles.

323Elle a sur ses devants une grande étendue de prairies qui viennent de l’étranger et qui sont bordées par la rivière d’Honiau qui forme la ligne de démarcation de l’étranger, sur laquelle il y a quelques passages pour les gens de pied et un pont de pierre situé au village de Crespin, par où peuvent déboucher les troupes de contrebandiers, tant à cheval qu’à pied, qui viennent de Mons pour entrer dans le Hainaut français.

324Il y a une chaussée qui vient jusqu’à Condé, suivant toujours le bord de cette rivière. Les prairies sont coupées par des fossés ; comme elles sont divisées par portions, il y a été pratiqué des communications de l’une à l’autre, de sorte que les contrebandiers à pied et à cheval peuvent facilement les traverser (excepté pendant les inondations), passer ensuite l’Escaut au pont de Fresnes et aller sans empêchement jusque dans le Cambrésis et l’intérieur du Royaume.

325Cette brigade couvre en même temps une partie des fortifications de Valenciennes dont elle n’est éloignée que d’une lieue et demie.

326Elle est très utile et fait souvent des saisies, mais elle est trop faible.

327(On propose de porter son effectif de 6 à 8 agents).

328Elle a sur sa gauche en ligne la brigade d’Onnaing qui en est éloignée de deux lieues, mais elles sont obligées de traverser l’Escaut pour se joindre. Il y a sur cette rivière des planches qui forment des ponts pour les gens à pied.

(…)

Brigade d’Onnaing

329Cette brigade est à une lieue et demie de l’étranger sur la chaussée qui vient de Mons à Valenciennes. Elle couvre le bureau du Blanc-Misseron qu’elle a sur les devants, premier d’entrée du Royaume venant de la Hollande et du Brabant.

330Elle est dans le milieu d’une plaine que peuvent franchir les contrebandiers sans que rien les retienne ou les arrête. Elle a en arrière, sur la gauche, la brigade à cheval de Préseau qui en est à deux lieues ; elle a d’autant plus d’avantage à lui porter les avis qu’elle suit toujours la direction de la route que les contrebandiers à cheval tiennent pour se rendre dans le Cambrésis où ils font ordinairement leur dépôt. Elle se communique sur sa droite avec la brigade de Sebourg, qui en est à deux petites lieues.

331Elle protège également le bureau de Marchipont qui est sur sa droite à environ trois quarts de lieue. Elle couvre aussi les fortifications de Valenciennes sur la face venant de Mons ; elle en est distante d’une lieue.

332(On propose de porter son effectif de 6 à 8 hommes)

Brigade de Sebourg

333Elle communique avec celle d’Onnaing sur sa gauche, avec celle du Petit-Wargnies sur sa droite. Elle est très bien située à une demi-lieue de l’étranger, dans une plaine étendue et que suivent fréquemment les contrebandiers à cheval venant de Mons.

334Il y a dans le pays étranger, à l’extrême frontière, le village d’Angre dont tous les habitants sont des contrebandiers.

335Elle peut facilement porter ses avis à la brigade de Préseau qui en est à cinq quarts de lieue.

336Ce poste est important ; il couvre le bureau de Bry qui est sur la droite, à une forte demi-lieue à peu près en même ligne et celui de Marchipont qui est sur sa gauche, en avant où il y a un grand chemin qui vient de l’étranger et qui longe toute la frontière.

337Il y a encore en avant sur sa droite, à une lieue, le village de Roisin, terre étrangère, très considérable, où se trouvent des magasins de marchandises de toutes espèces et de tabac.

338(On propose de porter l’effectif de cette brigade de 6 à 8 hommes)

Brigade du Petit-Wargnies

  • 11 Aujourd’hui, La Boiscrête.

339Cette brigade est à une lieue de l’étranger, une lieue et demie de Sebourg. Il n’est pas possible de la mieux placer ; elle aurait pu être plus avantageusement au hameau de la Boquerette11, dépendant de la paroisse de Wargnies, mais on a essayé, il ne s’est point trouvé de logements ; d’ailleurs, elle se trouve plus éloignée de l’étranger dont elle est distante de près de trois-quarts de lieue. Elle a l’avantage de pouvoir travailler sur ses devants au lieu qu’à la Boquerette, elle serait sur l’extrême frontière.

340Elle garde le bois de Roisin, pays étranger et qui borde la chaussée de Valenciennes à Maubeuge, passage pour les contrebandiers venant de Roisin où il y a des magasins considérables en toute sorte de genre.

341Elle fait assez fréquemment des saisies et, lorsqu’il y pénètre des bandes à cheval par la plaine qui se trouve entre elle et Sebourg, ou par le bois de Roisin, elle est très à portée de porter les avis à la brigade à cheval de Préseau qui est sur ses derrières à une demi-lieue, mais ce poste est trop faible. Il se joint avec Bavai, dont il est éloigné de deux lieues. On voit que si cette brigade ne se trouvait pas entre Sebourg et Bavai, il resterait trois lieues de frontière à découvert qui ouvriraient un passage à la fraude.

342(On propose de porter l’effectif de 6 à 8 hommes)

Brigade de Bavai

343Ce poste est de la plus grande importance. Bavai est une petite ville jadis fortifiée, actuellement ouverte, à une forte lieue de l’étranger, dans une plaine.

344Elle couvre les bureaux de Malplaquet et Gognies-Cauchies qui sont sur l’extrême frontière.

345Elle communique sur la gauche avec le Petit-Wargnies, et sur la droite avec la brigade de Feignies qui en est aussi à une forte lieue et demie.

346La contrebande en tout genre est très commune dans les environs et pour les approvisionnements de la ville où il y a un bureau des traites qu’elle protège également.

347Il s’y est fait plusieurs saisies importantes et 6 hommes ne sont pas en état de conserver la frontière dans ce poste où il en faut, sinon 10, du moins 8 (…).

Brigade de Feignies

348À une lieue de la frontière étrangère, dans une plaine, elle a en avant sur sa droite le bureau de Gognies-Cauchies, et, sur sa gauche, celui de Bettignies. Elle couvre la ville de Maubeuge qui est sur ses derrières, un peu sur la droite.

349Les contrebandiers et fraudeurs qui viennent de Mons, tant à pied qu’à cheval peuvent facilement passer sur ce poste ; ils y ont même été attaqués plusieurs fois. Cette brigade, quoique dans une plaine, a en avant plusieurs petits bois dans lesquels peuvent se jeter les fraudeurs et où ils trouvent passages ouverts.

(…)

350C’est le dernier poste en ligne de l’inspection de Préseau.

351(Il est proposé de porter l’effectif de 6 à 8 hommes)

Brigade de Romeries

352Cette brigade est ambulante, hors de la ligne. Ses opérations directes sont de protéger la vente du tabac ; elle est payée sur cette partie. Elle n’a pour ainsi dire pas de résidence ; elle doit se porter d’un bout à l’autre de l’inspection de Préseau dans le centre de laquelle elle est placée.

353Depuis le bail de Salzard, elle est chargée de la retrouve des moutons que l’adjudicataire est autorisé de faire prendre en charge chez les fermiers deux fois l’année, et de s’opposer à leur sortie de la province sans avoir acquitté le droit de pas de penas qui a été réuni à la Ferme générale. Cette brigade étant bien commandée (comme elle l’est actuellement) est très conséquente. Elle peut dans ses tournées côtoyer l’étranger ou s’embusquer sur la frontière pour s’opposer aux introductions primitives des marchandises. Elle peut également tenir en haleine les consommateurs de tabac par ses perquisitions, s’opposer à l’introduction du tabac qui vient du Cambrésis en Hainaut pour la consommation du peuple qui l’achète à très bas prix. Elle en impose plus aux fraudeurs que quatre autres brigades parce qu’elle est quelquefois huit et quinze jours sans rentrer dans son poste ; aussi les employés ont-ils plus d’appointements que les autres. Ils ne pourraient pas subvenir aux dépenses nécessaires sans ce faible secours, d’autant que les saisies qu’ils font sont souvent très peu considérables, quoique très utiles pour la Compagnie.

354Il est complètement égal qu’elle soit placée dans le centre de l’inspection et sur les arrières. Afin d’inquiéter continuellement les contrebandiers, elle porte souvent son travail aux environs des villes pour empêcher l’introduction du tabac par les fortifications.

355Elle est composée de (8 employés). Il n’est pas nécessaire de rien changer dans sa composition, pourvu qu’on ait soin de la composer d’hommes jeunes et vigoureux.

Brigade de Préseau à cheval

356Il est impossible de trouver une position plus avantageuse. Elle est en même temps la résidence du capitaine général dans le centre de la plaine entre Valenciennes et Le Quesnoy. Il est très facile d’y porter les avis. Elle couvre la frontière au moyen des brigades à pied qui sont en avant, en travaillant sur les derrières et les chemins qui conduisent à Solesmes, au Cateau et autres lieux francs du Cambrésis. Sa position est préférable à deux brigades mises dans d’autres villages sur les derrières de cette inspection, mais elle est trop faible pour pouvoir en tirer un service utile.

357(Il est proposé d’en porter l’effectif de 5 à 8 hommes).

(…)

358Aussitôt qu’elle a été dans cette résidence, elle a détruit deux troupes différentes de contrebandiers qui marchaient à cheval au nombre de 8 et 10, sans comprendre ceux qui vont seuls et à deux qui ont été arrêtés. Maintenant, ils s’éloignent. Cette brigade, étant plus forte, pourra diviser son travail et inquiéter étonnamment ceux qui passent entre St-Amand et Bavai, qui ne peuvent pas avec facilité s’assurer de ses mouvements.

Brigade d’Escaudain à cheval

359Ce poste est avantageux. Il est dans la plaine de Denain, d’où il peut découvrir les contrebandiers de très loin ; ils sont absolument obligés de passer dans ses environs lorsqu’ils viennent de Tournai pour gagner le Cambrésis et l’Artois, traversant la terre de St-Amand. Mais il a le désavantage d’être sur une élévation d’où l’on découvre tous les mouvements de la brigade et les fraudeurs ont soin d’avoir des observateurs dans les environs. Il parait que l’on pourrait porter cette brigade à Douchy. Elle serait également derrière le centre de la ligne, à portée de recevoir ses avis, sur la chaussée qui conduit de Valenciennes à Douai. Elle couvrirait trois ponts qui sont sur la rivière de Scarpe et que les contrebandiers sont obligés de passer pour gagner le Cambrésis. Cette position serait plus avantageuse, mais, si ceux qui passent en Flandre se jetaient sur cette partie, la Compagnie serait obligée de faire les frais de deux brigades à cheval. Jusqu’à présent (…), le service peut se faire utilement avec une seule brigade à cheval dans l’une ou l’autre de ces deux positions.

360Pour en tirer de l’utilité, il est indispensable qu’elle soit au moins de 8 hommes, à l’effet de résister au choc de troupes plus considérables.

Brigade sédentaire de Condé

361La ville de Condé (…) a quatre portes à garder, mais il y en a une, nommée du Quesnoy, qui ne sert que pour les gens de pied et où il n’y a qu’un employé.

(…)

362Quoiqu’elle soit en ligne avec celle de Fresnes, on ne doit pas beaucoup compter sur son travail ambulant, excepté que, de temps en temps, elle fait des sorties la nuit pour garder les fortifications qui sont accessibles, d’autant que les employés qui sont occupés de jour aux portes pour la visite, ne peuvent pas se déplacer et ont besoin de repos pendant la nuit. (…) Le poste de la porte de Bonsecours est très intéressant. Le village de ce nom est mixte, entre la France et les terres impériales ; il n’en est éloigné que d’une lieue, et il y a sur cette dernière partie des magasins considérables. A une petite demi-lieue de Bonsecours se trouve un bourg nommé Peruwez où les habitants ont d’immenses entrepôts en toutes espèces. Il se trouve à Bonsecours une Vierge qui occasionne des pèlerinages continuels, les uns par dévotion, les autres, et peut-être la plus grande partie, pour la contrebande, mais presque toujours en petites parties qui ne deviennent considérables que par leur multiplicité. Il n’y a rien à changer dans cette brigade.

Brigade de Valenciennes

363Cette brigade est composée d’un brigadier (...), un sous-brigadier (...) et 17 gardes. Cette brigade est très importante. La ville de Valenciennes est très considérable ; elle a six portes à garder. Savoir :

364Porte de Cardon : c’est un passage continuel pour tout ce qui vient du Hainaut, où il passe une quantité étonnante de voitures, gens à pied et à cheval.

365Porte de Mons : c’est la route qui vient de la Hollande, du Brabant et du pays autrichien.

366Porte de Tournai : par où affluent les rouliers et autres étrangers qui viennent du Tournésis, de Dunkerque, de toute la Flandre et de la terre de St-Amand.

367Porte Notre-Dame : c’est la route qui vient de Paris, de tout l’intérieur du Royaume, de Douai et de Cambrai.

368Porte de Cambrai : elle ne communique que dans le Cambrésis ; il faudrait faire un détour pour venir de l’étranger. Il n’y est placé qu’un garde des fermes qui fait son service conjointement avec ceux des octrois.

369Poste de la Citadelle : il est intéressant de conserver ce poste où on ne met qu’un employé mêlé avec ceux des octrois, parce que les fortifications de cette citadelle sont accessibles et on pourrait profiter de cette ouverture pour introduire du tabac et autres marchandises dans la ville.

370Cette brigade est extrêmement fatiguée, tant pour son service de jour que parce qu’elle fait très souvent des sorties de nuit par détachement ; cependant, le directeur n’y propose aucune augmentation, regardant la garde de la frontière comme préférable à celle des villes.

Brigade du Quesnoy

371Composée d’un sous-brigadier, (...) 5 gardes.

372Le Quesnoy est une petite ville fortifiée dans laquelle il est facile d’entrer, il y a deux portes à garder.

(…)

373Il n’y a rien à changer dans cette brigade.

Brigade de Bouchain

374Composée d’un sous-brigadier (…), 7 gardes.

(…)

375Quoique Bouchain ne soit pas un poste bien important relativement à la régie des traites, il est indispensable de la conserver ; si l’on en supprimait les employés, il deviendrait bientôt l’entrepôt des marchandises qui y seraient envoyées en fraude de l’étranger, et le receveur des traites qui y est établi serait tenu de les expédier en franchise pour la circulation ; d’autant que cette ville est en deçà des 4 lieues limitrophes ; d’ailleurs la Ferme générale y a la vente exclusive du tabac, comme dans toute l’étendue de la châtellenie de Bouchain (…). Il n’y a aucun changement à faire à cette brigade.

Brigade de Raismes

376(Unité de 8 agents dont la création est proposée).

377Gros village situé sur la chaussée à deux petites lieues de St-Amand et une petite lieue de Valenciennes.

378La partie jusqu’à St-Amand est une forêt (...) qui est un passage habituel pour les contrebandiers (...) qui suivent tous les bois jusqu’à un pont situé sur la Scarpe qui passe à Hasnon, d’où ils prennent la plaine pour se rendre dans le Cambrésis. L’autre partie jusqu’à Valenciennes n’est pas aussi couverte, quoiqu’elle soit garnie de bois.

379Elle couvrira en même temps la ville de Valenciennes pour empêcher l’introduction qui peut se faire par les fortifications (…).

380S’il n’y a pas de brigade à ce poste, la frontière restera découverte de 3 lieues dans une partie très critique où les fraudeurs à cheval ont été fréquemment attaqués et poursuivis.

381Elle sera à portée de se réunir avec celle de St-Amand dans le cas d’avis, et elle communiquera son travail avec elle pour le rebat, à l’effet de reconnaître les pistes. Son service exigera qu’elle se divise souvent pour former au moins deux embuscades, et il est de fait que le département de Flandre étant fortifié, tous les contrebandiers qui viennent de Tournai pourraient facilement, au lieu de passer dans la plaine de Lille, se jeter dans la forêt de Raismes ou de St-Amand. En passant la Scarpe au pont de Mortagne où cette rivière se réunit à l’Escaut qu’ils passeraient également y ayant deux ponts établis dans cet endroit, ils pourraient aussi y arriver en passant par Maulde ; ils ont déjà pris plusieurs fois cette route. (…)

2. Inspection de Solre-le-Château

Brigade de Maubeuge

382(Unité composée de 7 agents).

383Quoique sédentaire, elle se trouve en ligne et correspond avec celle de Feignies (...) Il y a deux portes à garder. Celle dite de Valenciennes qui est la grande route de la Flandre et du Hainaut ; il y a encore une autre grande route par laquelle on arrive de Mons, place étrangère. Elle répond à l’intérieur du Royaume, passant par Avesnes en Hainaut. On peut également y entrer venant de l’étranger par les villages de la frontière.

384Il y a aussi une porte d’eau où se tiennent deux gardes ; elle se nomme le rivage. Il y reste continuellement deux employés. C’est à ce poste que se font les vérifications des bateaux de marchandises qui arrivent sur la Sambre venant de l’étranger en remontant cette rivière qui traverse la ville, et viennent de Landrecies en la descendant. Ces bateaux sont ordinairement chargés de charbon de terre et de fers de toute espèce. Venant de l’étranger, il y arrive aussi beaucoup d’ardoises qui, ayant été extraites à Fumay, (…) descendent la Meuse passant par Givet jusqu’à Namur, ville impériale, d’où elles sont conduites à Maubeuge en remontant la Sambre.

385Cette brigade n’est pas trop forte. On ne peut guère compter sur un travail ambulant de sa part, quoiqu’elle fasse assez fréquemment des sorties de nuit pour parer aux introductions frauduleuses par les fortifications qui sont très accessibles. (...) Cette brigade est secondée par celle de Feignies, (…) et par des détachements que le capitaine général fait fréquemment, mais qui sont dangereux dans la position actuelle, parce qu’ils découvrent la frontière dont les brigades sont déjà trop faibles pour la conservation.

Brigade de Marpent

386Cette brigade qui est en ligne, est à une lieue de Maubeuge sur le bord de la Sambre, où il y a un pont (…). A un quart de lieue en avant est sur la même rivière une fenderie à fer qui est très suspecte par la facilité qu’a le propriétaire d’en tirer en barres de l’étranger en fraude des droits pour les fendre dans son usine. A un quart de lieue encore plus loin, sur l’extrême frontière, se trouve le village de Jeumont où est établi un bureau des traites, et encore un pont sur la Sambre qui sert de passage aux contrebandiers.

387Elle a sur sa droite une plaine considérable qui borde les terres étrangères.

388Cette brigade est beaucoup trop faible et elle a une trop grande étendue de pays à conserver. A peine ose-t-elle s’éloigner de son poste dans la crainte qu’on ne profite du moment pour entrer des marchandises de contrebande ou sujettes aux droits par la rivière, et surtout pour introduire dans la fenderie des fers entrés dans le Royaume en fraude (...) Il conviendrait donc (...) de la fortifier de 3 hommes pour la porter au nombre de 8.

389Elle couvre aussi le bureau de Vieux-Rengt qui est sur sa gauche.

Brigade de Colleret

390Cette brigade qui se communique avec celle de Marpent dont elle est à une lieue et demie, se trouve très bien placée. Elle est à une forte lieue du bureau de Jeumont, sur ses devants, dans une plaine qui longe la frontière pendant près de deux lieues. Elle n’est qu’à une lieue et demie de Maubeuge et fort utile pour s’opposer aux introductions nocturnes qui peuvent s’y faire par les fortifications.

391Des troupes de fraudeurs et contrebandiers s’étant portés dans la partie de Solre-le-Château, il a été jugé qu’il serait encore plus utile de la porter à Bérelles, afin de fortifier cette partie, mais il est resté près de trois lieues de vide sur la frontière depuis Marpent jusqu’à Bérelles. On voit qu’il serait bien dangereux de ne pas avoir une brigade intermédiaire entre ces deux postes.

392Celle dont on vient de parler n’est composée que d’un sous-brigadier (et de) quatre gardes. On voit facilement combien on peut tirer peu de service d’une brigade composée de 5 hommes seulement. Il convient de la porter à 8 hommes comme les autres.

Brigade de Solre-le-Château

393Solre-le-Château est un gros bourg où il y a beaucoup de manufactures et où le peuple est très enclin à la contrebande (...) Il y avait jadis des magasins très considérables de marchandises de toutes espèces ; le directeur a obtenu une ordonnance de M. l’Intendant qui a défendu d’y faire des entrepôts, au moyen de quoi il n’y en existe plus. Mais il y a sur la droite le village de Felleries qui est dans le centre d’une forêt qui conduit à l’étranger. (...) Tous ses habitants font la contrebande. Ils sont à deux lieues de l’étranger où il y a des entrepôts de tabac et d’autres marchandises quelconques qu’ils portent dans le Soissonnais et dans le Cambrésis. Il leur est déjà arrivé plusieurs fois de se révolter contre les employés. Il est certain que, depuis Trélon jusqu’à Anor, dernier poste de cette inspection, il se fait une contrebande étonnante, tant à pied qu’à cheval.

394(On propose de porter de 6 à 10 hommes l’effectif de cette brigade).

Brigade de Trélon

395Bourg assez considérable entouré de forges et autres usines de fer. Il y a un marché toutes les semaines ; le peuple des environs, même des terres étrangères, apporte des denrées de toute espèce, non seulement pour la consommation des habitants du pays, mais encore il y vient des particuliers avec des chevaux les enlever et les porter dans toutes les villes du Hainaut. (...)

396Il y a dans ce bourg des boutiques assez considérables parce que nombre d’étrangers s’approvisionnent des choses qui sont fort utiles.

397Trélon est situé dans les bois ; cependant, il y a sur la droite une plaine qui conduit directement dans l’intérieur du Royaume et que les contrebandiers suivent souvent ; les employés à pied les poursuivent, mais ils réussissent rarement à cause de l’avantage des cavaliers contre des hommes à pied.

398Il est nécessaire de la porter (de 6 hommes) à 8 hommes.

Brigade d’Anor

399Anor est un village assez considérable dans le milieu des bois, sur l’extrême frontière. Il a sur ses devants un hameau appelé Bovez dépendant de la province de Momignies, terre étrangère, habité par tous faux sauniers et faux tabatiers qui n’ont pas plus de 3 lieues à traverser pour se rendre dans l’intérieur du pays de gabelle et de la vente exclusive du tabac. C’est aussi la route des contrebandiers qui introduisent des toiles de coton et mousselines, traversant la forêt pour se rendre à Hirson où est le premier bureau de l’intérieur. Il s’y fait une fraude considérable en clous, sucre, épiceries, poissons salés et autres marchandises. (…)

400Cette brigade n’est pas la dernière de la direction, mais bien de la ligne. Elle a fait des saisies très considérables en sel et en tabac ; elle a aussi arrêté plusieurs fois des marchandises prohibées, (...) parce que ce poste est à la pointe de l’étranger et de la Thiérache qui fait partie du tarif de 1664.

401Quand même, il serait porté (de huit) à 12 hommes, il ne serait pas trop fort à cause des différentes embuscades que les employés sont obligés de former pour garder la frontière. (…)

Brigade à cheval de Wignehies

402Elle est dans une plaine que les contrebandiers à cheval suivent pour gagner l’intérieur du Royaume. Elle couvre en partie les postes de Solre-le-Château, Trélon et Anor.

(…)

403Elle peut manœuvrer très facilement pour s’opposer aux introductions dans l’intérieur, quoique le pays soit assez mauvais en hiver ; mais, comme les contrebandiers à cheval suivent ces routes, les employés à cheval le peuvent également. Ils en ont donné des preuves en nombre d’occasions.

404Wignehies et les villages des environs ont été connus de tout temps pour être habités par des contrebandiers et faux sauniers qui jadis marchaient en armes. Il en reste même quelques-uns, mais ils ne sont pas, à beaucoup près, en aussi grand nombre. Ils ne marchent que par pelotons et sans armes, depuis qu’il a été établi une commission souveraine à Reims. La brigade à cheval les contient beaucoup, mais elle est trop faible. Elle était ci-devant placée à Floyon qui est positivement sur l’extrême frontière du Soissonnais ; elle était également bien, mais le sol est une terre grasse qui forme des mouvements, de sorte qu’il est de la plus grande difficulté d’y manœuvrer avec des chevaux pendant au moins la moitié de l’année. Ce motif a déterminé à faire ce changement.

405Si le faux saunage et le faux tabac reprenaient vigueur dans ces cantons, le directeur estime qu’il serait très avantageux d’y rétablir une brigade à pied de 8 ou 10 hommes. Il n’en est parlé ici que pour mémoire.

406Celle de Wignehies est composée d’un lieutenant (et de) 4 cavaliers. Il est nécessaire de l’augmenter de 3 hommes pour en tirer un service utile.

Brigades sédentaires

Avesnes

407(...) Il y a deux portes, l’une dite de Maubeuge, l’autre dite de France. (...) Il y a un bureau des traites qui, sans faire de recettes, est important ; c’est le premier d’entrée en Hainaut venant de l’intérieur du Royaume. Il s’y est établi des marchands qui ont des boutiques assez considérables, surtout en sucre et épiceries ; on ne saurait être trop vigilant à vérifier au bureau toutes les marchandises qui entrent dans la ville pour y rester ou aller dans les autres lieux de la frontière, soit en venant de la Flandre ou du Hainaut, ou en y arrivant de l’intérieur du tarif de 1664. Leur ruse est de laisser une partie de leurs chargements en route et de les remplacer par d’autres qui leur sont amenés par les contrebandiers de la frontière, surtout ceux de Felleries qui les entrent la nuit par les fortifications qui sont fort accessibles, et à la faveur des expéditions qu’ils ont pour une plus grande quantité de marchandises qu’ils n’en ont reçues ; ils demandent ces expéditions en franchise pour les faire rétrograder en Hainaut ; la preuve en a été acquise en ce que ces marchands faisaient rétrograder dans toutes les villes du Hainaut jusqu’à Valenciennes des sucres, autres épiceries et poisson salé, quoiqu’il soit bien plus facile de les tirer à meilleur marché des raffineries de Dunkerque et des autres ports de mer ; par conséquent, sans cette fraude, ils auraient fait un commerce passif qui les aurait bientôt conduit à leur ruine.

(…)

408Le capitaine général a ordre de faire porter souvent des embuscades de nuit près des fortifications, mais la conservation de la frontière est précieuse et, dans l’état de faiblesse où est son inspection, il est impossible de subvenir à tout, au lieu qu’ayant plus de force, cela lui serait plus facile, en tirant un homme de chacune des différentes brigades, pour former des détachements.

Brigade de Landrecies

409Petite ville fortifiée (...) où sont deux portes, l’une dite de Valenciennes et l’autre de France. (...) Elle est sur l’extrême frontière du Cambrésis. Il y a des boutiques assez intéressantes, mais le commerce se borne à la consommation des habitants et de ceux des environs. La contrebande qui s’y fait est en tabac à l’usage du nez pour leur consommation.

410Il y a un bureau des traites qui sert à décharger les acquits-à-caution pour les marchandises qui y viennent, tant de l’intérieur de la France que du Hainaut, à percevoir les droits sur les fromages qui vont à l’étranger par petites parties et à expédier par acquit-à-caution ceux qui y passent par voiture pour en assurer le droit au premier bureau de recette lorsqu’il excède la somme de trois livres. Il expédie aussi par passavant les fromages qui sont destinés pour rester dans la province ; Il s’en fait un très gros commerce, le village de Maroilles n’en étant qu’à une lieue. (...)

411Il y a aussi une cantine principale du tabac qui s’approvisionne au bureau général de Valenciennes. Il est important de s’assurer que le cantinier ne délivre pas aux habitants de son arrondissement plus de tabac à fumer que les quantités nécessaires à ceux de leur paroisse, d’autant que le fermier ne peut le vendre que depuis 6 jusqu’à 10 livres la livre suivant les différentes espèces, et les paroisses sont situées sur l’extrême limite du privilège de la vente exclusive dans l’intérieur du Royaume.

412Les gardes, outre le service aux portes, sont chargés de veiller attentivement à ce qu’il ne passe pas de bestiaux autour des fortifications sortant du Hainaut pour aller en Cambrésis en fraude du droit de pas de penas. (…)

Brigade de Marbaix, transportée à Prisches

413Cette brigade ambulante est chargée des mêmes fonctions que celle de Romeries (...) ; elle est très bien placée dans le centre de l’inspection, sur les derrières, elle peut se porter facilement de droite et de gauche, et en avant, tant pour faire les perquisitions relatives à la vente du tabac que pour former des embuscades à l’effet de s’opposer à l’introduction des marchandises qui viennent de l’étranger et à celle du tabac qui peut être apporté du Cambrésis pour la consommation du Hainaut. Elle veille également à la sortie des bestiaux (...) et elle fait, ainsi que celle de Romeries, deux fois l’année, la retrouve des moutons chez les fermiers.

(…)

Brigade de Givet

(…)

414Il y a 8 postes d’employés (...).

415Porte de Charlemont.

416C’est la seule qu’il y ait au fort ; elle est en dehors de Givet, sur la droite d’un bout de la chaussée qui vient du Hainaut français et autrichien pour joindre la porte sous-Charlemont.

417Porte sous-Charlemont,

418qui est celle par où l’on entre dans Givet-St-Hilaire, venant du Hainaut.

419Porte de France,

420qui est celle par où l’on vient de Rocroi et de Charleville.

421Porte des Vieux-Récollets

422Par où l’on vient du pays de Liège en suivant la rive droite de la Meuse.

423Porte du Cygne.

424Elle est sur la rive droite de la Meuse, à la tête du pont de bateaux qui établit la communication entre les deux Givet.

425Porte de la Charbonnière.

426Cette porte est en dedans de Givet-Notre-Dame, sur la rive gauche de la Meuse ; elle communique dans le pays de Liège ; on la nomme de la Charbonnière parce que c’est le rivage sur lequel se déchargent les charbons de bois qui sont amenés du duché de Luxembourg en passant en transit pour l’étranger.

427Porte de Luxembourg.

428Elle aboutit à un grand chemin qui conduit au duché de Luxembourg et dans les Ardennes.

429Porte de Rensennes.

430Elle conduit dans les différents villages qui sont sur la rive gauche de la Meuse et dans une partie des Ardennes

(…)

431Il serait bien intéressant de conserver exactement l’entrée de cette ville, ce qui n’est guère possible avec une brigade composée (de 16 hommes seulement), laquelle est divisée en 9 postes et qui est chargée d’aider aux vérifications des bateaux (…), lesquelles sont très longues à faire surtout pour s’assurer de la quantité d’ardoises que porte chacun de ces bateaux. On ne proposera cependant pas d’augmentation, parce que le mur de clôture est si vaste et si délabré qu’il faudrait un nombre infini de gardes pour s’opposer aux introductions.

(…)

Brigade de Philippeville

432(Brigade ne comptant que deux employés.)

433Philippeville est une petite ville fortifiée (...) absolument isolée d’avec toutes les autres possessions du Roi (…). Il y a deux portes qui sont gardées par deux employés des fermes (...), c’est-à-dire un garde à chaque porte ; je les regarde comme parfaitement inutiles.

(…)

Brigade de Fumay

434La brigade qui fait sa résidence dans ce bourg (et qui comprend 6 agents) est chargée, non seulement de veiller à l’introduction des marchandises qui peuvent y entrer pour la consommation des habitants, mais encore à la conduite des bateliers qui chargent par le rivage les ardoises provenant des carrières du lieu allant à la destination de l’étranger ou pour la Flandre et le Hainaut français (...). Cette brigade doit encore se porter sur la Meuse, tant en remontant qu’en descendant du côté de Givet. Il serait à propos, non pas qu’elle fût augmentée, mais qu’il y eût plusieurs brigades la long de cette rivière pour s’opposer aux introductions en sel et autres marchandises qui entrent dans le Royaume en contrebande et en fraude ; (...) mais, pour y parer, il faudrait un trop grand nombre d’employés, d’autant que ces routes sont pratiquées par des troupes nombreuses de contrebandiers, même armés, ainsi que la Compagnie l’a expérimenté, il y a quelques années, par la mort du brigadier de Fumay qui a été tué dans une attaque. (...) Ce poste est le dernier de l’inspection ; il se communique avec la première brigade de la direction de Charleville.

Brigade à pied de Bérelles, de nouvel établissement

435Il faudrait renvoyer celle qui est actuellement à son ancien poste de Colleret, pour y placer celle-ci ; on a démontré qu’il se trouve actuellement un vide de près de deux lieues sur la frontière depuis le poste de Marpent (...) jusqu’à celui de Bérelles. On voit combien il est facile aux fraudeurs qui viennent de l’étranger de profiter de ce vide qui est en grande partie découvert pour gagner le Cambrésis et l’intérieur du Royaume. Une brigade mise à Colleret ou à Aibes qui n’en est qu’à une demi-lieue, se trouverait dans le centre de ce vide.

436L’inspection de Solre-le-Château est une des plus fatigantes du Royaume, ainsi que je vais le démontrer. Le capitaine général a 6 lieues de frontière à garder, dans les pays les plus critiques. La brigade de Fumay et celle de Givet qui sont encore à 12 et 15 lieues de chez lui par les plus mauvais chemins. (…) Il faut à la tête de cette inspection un homme dans la force de l’âge, qu’il soit robuste, intelligent, actif, brave et prudent. On peut dire que le sieur Guyart, qui occupe cette place, réunit toutes ces qualités ; il en a donné des preuves essentielles à la Compagnie en nombre d’occasions et il s’est toujours parfaitement bien comporté depuis qu’il est dans l’emploi. Malheureusement, il est depuis deux ans accidenté d’un rhumatisme qui s’est décidé par la goutte dont il a de temps à autre des accès très violents, ce qui le rend peu propre à un état qui exige autant de mouvements. Comme les maux qu’il endure sont incontestablement la suite des fatigues qu’il a essuyées depuis sa jeunesse qu’il est attaché à la Ferme générale, il a des droits à ses bontés pour obtenir un emploi sédentaire qui lui procure le moyen de vivre avec sa famille. Il est fils d’un ancien brigadier qui ne lui a rien laissé. Il soutient encore, quoique marié, sa mère qui serait sans pain s’il ne s’acquittait pas de ce devoir.

Notas

1 AM Valenciennes 4 II 114.

2 AM Valenciennes 4 II 116.

3 AN G/1/19. Délibération du 26 septembre 1776.

4 AN G/1/73-1. Traites. Bail de Salzard. Direction de Valenciennes.

5 AM Valenciennes 4 II 94.

6 Circulaire des douanes du 17 avril 1819. Cf. J. Clinquart, L’administration des douanes en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, op. cit., page 402, note 117.

7 On peut se référer à cet égard au document-type figurant aux AN sous la cote G/7/1902. Rapport des intendants sur l’état des provinces.

8 AM Valenciennes 4 II 153. Lettre du 18 avril 1785 du directeur de Lille à son collègue de Valenciennes.

9 Il s’agit du directeur des fermes de Lille.

10 Le rédacteur du Mémoire omet de signaler que les droits sur les boissons (domaine du Hainaut) sont entrés le 1er janvier 1781 dans les attributions de la Régie générale. Cf. le chapitre II ci-dessus.

11 Aujourd’hui, La Boiscrête.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540