Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services extérieurs de la Ferme générale à la fin de l’Ancien Régime

 | 
Jean Clinquart

Préface

François Monnier

Texte intégral

1À bien des égards, l’histoire est un jeu. Un jeu auquel s’adonne avec prudence l’historien professionnel, car le jeune thésard a une carrière à construire et l’universitaire arrivé une réputation à maintenir, un cursus à parfaire, des honneurs à gagner… Des risques, il n’en prend guère ! Aussi préfère-t-il emprunter les sentiers battus, les terrains qui ont fait leurs preuves, les domaines où les sources sont sûres, les archives nombreuses et bien conservées. L’historien non professionnel, au contraire, se montre souvent plus hardi, plus audacieux, moins conventionnel. Il n’hésite pas à se laisser aller tout entier à sa passion. Il ne transige pas sur son plaisir. Les chemins vierges ne sont pas faits pour l’effrayer. D’autant que, supériorité considérable, il connaît souvent professionnellement le terrain sur lequel il s’aventure.

2Jean Clinquart est de ceux-là. Ancien directeur interrégional des Douanes, la complexité et l’aridité des traites d’ancien régime ne sont pas faites pour le rebuter. Il en connaît d’avance tous les écueils, tous les mécanismes. Il les ressent de l’intérieur. Il sait comment ne peuvent manquer de réagir les employés de la Ferme. Leur vocabulaire n’a pas de secrets pour lui. Leurs techniques lui sont familières. Il se conduit en collègue tout à son métier. Mais un collègue sans faiblesse, car il n’est pas un fervent de l’histoire sainte. Tout historien non professionnel qu’il soit, il n’en respecte pas moins toutes les règles du jeu de l’historien professionnel, toutes les règles de l’érudition. Toujours, il cherche à confronter ses intuitions, ses points de vue, ses trouvailles avec celles des autres. Il cherche le contact. Il ne s’enferme pas dans son propre système, dans sa propre thèse, dans sa propre théorie. C’est la prudence intellectuelle, l’honnêteté même. La simplicité, l’humilité sont très heureusement chez lui des règles de conduite.

3Car l’histoire Financière est une histoire difficile, compliquée à souhait, pleine de contradictions, surtout lorsqu’elle s’intéresse à l’Ancien Régime. Les pièges y sont multiples et Ton ne saurait être trop circonspect lorsqu’on y travaille. Branche de l’histoire administrative, elle est une discipline carrefour, à la croisée de l’histoire institutionnelle, de l’histoire économique, de l’histoire du droit, de l’histoire sociale… Histoire éclectique, elle ne possède pas de méthode qui lui soit propre, mais emprunte à toutes les autres. Elle exige tout particulièrement souplesse, doigté, sagesse. Toutes qualités que l’ouvrage de Jean Clinquart met en valeur.

4Un ouvrage qui n’est pas seulement un ouvrage d’histoire Financière, mais également une belle œuvre d’érudition locale, au meilleur sens du terme. Là n’est pas le moindre de ses mérites car on manque cruellement de bons travaux locaux. Celui-ci est d’autant plus important qu’il se situe dans un domaine difficile, technique et ingrat, mais essentiel à la connaissance historique, et que les archives centrales des fermes on été en grande partie perdues. Et voilà que par le miracle d’archives municipales, pas même départementales, que personne n’avait songé à classer ni à inventorier, resurgit toute la vie, tout le fonctionnement quotidien de la direction des fermes royales du Hainaut. Qui, sinon un érudit local – même si Jean Clinquart n’est pas que cela, car on connaît tous sa monumentale Histoire générale de l’administration des douanes – pouvait mettre la main sur pareil trésor ?

5Car c’est bien un quotidien que l’auteur a su réanimer grâce à ces belles archives, celui d’une direction provinciale, avec ses tâches, ses moyens, sa situation matérielle, ses contraintes, ses employés, avec leurs rémunérations fixes et casuelles, leur surnumérariat, les rapports qu’entretenaient ses brigades avec la population, les édiles locaux, les militaires, les contrebandiers… Bel exemple significatif – mais pas forcément modèle en raison de ses particularismes – de l’état des services extérieurs de la Ferme générale durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, parfaite illustration de la haute centralisation de son administration et de ses rapports avec le pouvoir politique. Car c’est toujours bien au quotidien que Jean Clinquart met en scène l’étroite tutelle qu’exerçait le Contrôle général sur les services de la Ferme. Son ingérence dans leur gestion courante se révèle souvent incroyablement pointilleuse, que ce soit du fait de ses propres bureaux ou que ce soit sous l’action de l’intendant départi dans la province, qui n’hésite jamais à donner ses ordres aux employés de la Ferme. Un intendant qui se montre souvent conciliant vis-à-vis des populations, à l’encontre des intérêts financiers des fermiers, et qui n’hésite jamais à jouer un rôle de modérateur par rapport aux sanctions prises à l’égard des fraudeurs, en raison de son droit régalien de grâce ou par usage de son influence auprès du directeur provincial. Bel exemple de la continuité administrative, celui d’une direction frontalière qu’il a suffi de débaptiser en 1790 pour en faire une direction de la Régie des douanes nationales…

6On juge souvent mal l’histoire locale, prétendument obsolète, à la traîne des « progrès » de l’histoire et vouée à la disparition. L’ouvrage de Jean Clinquart apporte un ferme démenti à pareil jugement, car il a su ne pas s’attacher aux détails d’érudition, tout comme éviter les envolées emphatiques de l’histoire globale et les hypothétiques constructions doctrinales. Avec justesse, il a su tenir son rôle et nous livrer une étude originale, un travail de première main. Courageusement, avec bonheur, réalisme, zèle et foi, il a défriché son coin de terrain.

7Non seulement, il nous laisse une place nette, mais il nous suggère bien des travaux à entreprendre. Comment, à le lire, ne pas se demander si les frontières, si les douanes n’étaient réellement instituées que pour des raisons fiscales ? N’ont-elles pas joué également un rôle de régulation de l’activité économique ? À preuve, l’absence totale d’autonomie des provinces réputées étrangères pour déterminer le montant de leurs droits de douanes, leurs tarifs ne relevant que du Contrôle général des finances. Il n’en allait d’ailleurs pas différemment pour le rôle des douanes intérieures. Cela n’expliquerait-il pas en partie pourquoi la France d’Ancien Régime n’a jamais réalisé son unité douanière, même si, sous la pression des idées nouvelles, elle a fini par faire quelques efforts en ce sens ? Quelle était la détermination réelle de ses gouvernements ? Pouvaient-ils sérieusement se priver d’un tel outil d’intervention, de régulation économique ? D’autant qu’en temps de guerre, ils savaient en user ouvertement, comme une arme, contre les pays ennemis. En somme, Jean Clinquart nous fait sentir combien nous manquent des études générales sur les traites, combien le maquis douanier d’ancien régime nous est mal connu. Il nous encourage à travailler à combler ces vides.

8À nous, en retour, de l’encourager à nous aider à y œuvrer. À nous de l’encourager à nous faire don des précieux trésors qu’il a su si bien exhumer. En somme, à nous de l’encourager à s’atteler à la publication d’un recueil de textes sur la direction des fermes du Hainaut.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540