Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Conclusion

Texte intégral

  • 1 CAMT, 3 AQ 224 : lettre du 21 avril 1814.

1« Maintenant que tout a repris ici une nouvelle vie, on ne se fait pas une idée de l’activité qu’il y a déjà dans nos ports ; tout le monde se livre avec confiance aux affaires, car on regarde comme assurée la pacification générale en Europe. Le Ciel nous l’assure, car l’humanité a été assez châtiée1 », déclare le négociant amstellodamois Darripe à son correspondant lillois Briansiaux au lendemain de la chute de l’-Empire. La restauration du libre commerce apparaît ainsi comme le premier acte d’une nouvelle ère de paix et de croissance économique ; au même moment, les Alliés, vainqueurs de l’Ogre corse, procèdent au rétablissement de la frontière entre la France et le nouveau Royaume des Pays-Bas.

  • 2 André Nicoll, Comment la France a payé après Waterloo, Paris, E. de Boccard, 1929, 240 p.
  • 3 Bertrand Gille (éd.), Lettres adressées à la Maison Rothschild de Paris par son représentant à Brux (...)
  • 4 Karel Veraghtert, « Les participations françaises aux sociétés anonymes belges, 1830-1870 », Revue (...)

2La perte des départements septentrionaux et le rétablissement des frontières de 1792 ne signifient pas pour autant l’arrêt brutal et définitif des relations économiques et financières entre la France et l’espace belgo-hollandais. En premier lieu, la correspondance de Briansiaux mais aussi celle de banquiers parisiens, tels que Mallet frères & Cie et bien d’autres, attestent de la poursuite de liens étroits entre la France (du Nord) et le royaume des Pays-Bas ou Hambourg. On sait également la part prise par les banquiers hollandais (et anglais) dans l’emprunt de libération du territoire de 1816-18182. Enfin la volumineuse correspondance adressée de Bruxelles à la maison Rothschild à Paris témoigne suffisamment de l’importance des contacts bancaires entre la Belgique et le France3, contacts qui se poursuivent tout au long du xixe siècle4.

3Cette étude se clôt donc au moment où se referme la parenthèse ouverte par la conquête de la future Belgique et le déplacement vers le nord de la frontière française. Ainsi disparaît un territoire aux limites mouvantes, que les conquêtes et les annexions de la France révolutionnaire et impériale accroissent vers le nord en 1795 puis de nouveau en 1810 pour s’étendre du cœur de l’-Empire aux rives de la Baltique et associer en un même ensemble Français, Belges, Hollandais et Allemands du Nord.

4En parcourant sans relâche ce territoire, on est parti en quête d’éléments propres à rendre compte de l’activité des principales villes négociantes et des manufactures qui le parsèment, susceptibles de renseigner sur la circulation des marchandises, des capitaux et des hommes, selon les cas manieurs d’argent ou d’administrateurs des finances en poste dans ces régions. Au terme de ce long voyage sur les routes du Nord, on ne peut pourtant prétendre avoir repéré et analysé l’ensemble des relations et des mouvements financiers dans cette partie du continent, mais à partir de sources disparates, il est désormais possible de reconstituer un ensemble cohérent et organisé et de faire revivre, au moins en partie, l’enchevêtrement mal connu des réseaux et des flux financiers. Et l’on peut attester que, par l’importance et l’intensité des opérations financières relevant aussi bien de la sphère privée que de l’aire publique qui s’y traitent, l’Europe française du Nord-Ouest constitue manifestement un espace -économique et financier majeur au tournant des xviiie et xixe siècles.

5On se bornera ici à rappeler les principaux enjeux et résultats de ce travail. En premier lieu, les circuits financiers privés et publics, légaux et illégaux en Europe du Nord-Ouest sont désormais dévoilés, en tout cas un peu moins obscurs, pour la période à la charnière des xviiie et xixe siècles. Dans ce but, c’est tout le spectre des mouvements d’argent qui a été pris en compte, à commencer par l’ensemble des moyens de paiement utilisés par le négoce, en papier comme en métal. S’y ajoutent les exportations, le plus souvent frauduleuses, de numéraire, qu’elles trouvent leur source dans des motivations politiques, spéculatives ou bien qu’elles constituent la contrepartie financière des marchandises introduites en contrebande. Ces opérations illustrent par ailleurs le constant renouvellement de la dialectique du libre commerce et du règlement, dès lors qu’il est parfois possible de se voir accorder une autorisation pour exporter des couverts en argent mais qu’il est interdit d’importer des marchandises étrangères… sauf si l’on détient une licence, délivrée contre argent par les autorités gouvernementales.

6L’analyse porte également sur les modalités de la levée de contributions forcées dans les territoires passés sous le contrôle des armées françaises ou des prélèvements fiscaux consécutifs à la mise en place des administrations financières dans les départements réunis septentrionaux. Les tentatives d’acclimatation du papier-monnaie dans les régions septentrionales, encore très marquées par l’échec des assignats, constituent enfin le dernier aspect de ce tour d’horizon.

7L’attention portée à quelques opérations spécifiques a également permis de rendre compte de l’influence économique et financière de la capitale dans la partie septentrionale du territoire. Ainsi le dépouillement des contrats d’adjudication des biens nationaux du Nord a-t-il permis de quantifier la part des acquisitions primitives réalisées par des Parisiens, dont le total dépasse les 4 000 ha, soit plus de 3 % du total des biens vendus dans ce département. Ce résultat vient confirmer, en les précisant, les conclusions de G. Lefebvre et a permis d’établir des comparaisons éclairantes avec la situation observée dans d’autres départements de l’intérieur ou réunis, belges en premier lieu. De même, l’analyse des modalités financières de l’industrialisation des régions septentrionales et la mesure de la part des apports de capitaux extérieurs dans le financement des secteurs textile et charbonnier ont révélé que le second apparaît plus ouvert aux interventions et aux financements exogènes que le premier. Les bulletins de police enfin ont permis de comprendre et de dévoiler pour une large part les mécanismes financiers de la contrebande dans le Nord-Ouest de l’Europe, justement là où elle est probablement la plus intense au cours de cette période.

8Chemin faisant, à différents moments de la recherche et en modifiant à chaque occasion ses angles d’attaque, l’étude a permis de mesurer, délimiter et dans certains cas représenter sous forme de cartes, graphiques et tableaux, le territoire économique, négociant et financier de la place de Lille, via la mobilisation de sources inédites ou connues mais qui, par une approche renouvelée, ont livré des résultats originaux. Il en résulte clairement que la place de Lille occupe une position d’intermédiaire privilégié, de plaque tournante et de point de passage obligé des hommes, des marchandises et des flux de capitaux entre les marchés parisien et septentrional au cours de cette période si importante pour le département du Nord, alors dépouillé de sa spécificité frontalière.

9Les pratiques et les exigences financières de la Convention et du Directoire en Belgique et en Hollande font également l’objet d’une analyse précise et chiffrée : elle éclaire d’un jour nouveau la politique de la France dans les pays conquis et les républiques sœurs et contribue sans doute à une meilleure compré-hension des réactions des peuples septentrionaux à l’égard de la Grande Nation. D’un côté, la France de la Révolution parvient à s’imposer en Europe et se procure une indispensable marge de manœuvre financière en exigeant sans délai d’importantes contributions des peuples septentrionaux, de l’autre, ses « partenaires » cèdent à ses instances sans pour autant négliger la défense de leurs intérêts bien compris. À cette occasion, quelques opérations financières jusque-là obscures ou mal connues ont été placées sous la lumière crue d’archives pour partie inédites : on en sait désormais plus sur la façon dont la Trésorerie nationale s’approvisionne en métal précieux en Belgique et en Hollande par l’intermédiaire de manieurs d’argent parisiens, gantois et amstellodammois au cours des premiers mois de l’an VI ou bien encore sur l’épisode de la saisie du trésor de la Banque de Hambourg par le maréchal Davout, assiégé dans la ville hanséatique en 1813-1814.

10La départementalisation des territoires septentrionaux introduit un changement profond dans les relations financières entre la France et les territoires du Nord-Ouest de l’Europe : en même temps qu’elle « exporte » son modèle fiscal, la France instaure des prélèvements fiscaux obligatoires et réguliers et draine au profit du Trésor public les richesses réelles ou supposées de la Belgique, de la Hollande et du Nord de l’Allemagne. Les administrations financières issues de la Révolution doivent cependant prendre en compte les traditions administratives et fiscales jusqu’alors en vigueur dans ces territoires étrangers et partiellement modifier leurs pratiques pour les adapter aux réalités locales.

11En contravention avec le principe d’égalité fiscale qui doit s’appliquer à chaque partie du territoire, il apparaît nettement que chacun des ensembles régionaux rattachés à la France fait l’objet d’un traitement spécifique dans l’emploi des recettes fiscales prélevées sur son territoire : à la situation de la Belgique, soumise à une forte pression fiscale, et dont les richesses sont en quelque sorte détournées, ou du moins largement dirigées vers le centre, s’oppose celle de la Hollande, chargée d’une dette particulièrement lourde et bientôt réduite au tiers, mais qui parvient à convaincre les autorités françaises d’employer sur place les sommes qu’elles en retirent. Les recettes fiscales des territoires hanséatiques, les plus tardivement réunis à la France, font quant à elle l’objet d’un traitement dérogatoire au droit commun en étant directement affectées au service de l’Armée et en alimentant une caisse de réserve -particulière, distincte de celle du Trésor.

12Le cadre départemental occupe également une place centrale dans l’étude du personnel des administrations fiscales en poste dans chacun des vingt et un départements réunis septentrionaux ainsi que dans le Nord, considéré comme représentatif de ceux de la France de l’intérieur. L’étude des flux financiers publics passe en effet par celle des administrateurs et des réseaux personnels au sein desquels ils font carrière. Aussi les modalités de recrutement et de gestion de ce personnel ont-elles fait l’objet d’une analyse à part entière : en s’attachant plus particulièrement à l’origine géographique de ces fonctionnaires et à leurs fonctions dans l’organigramme administratif, on a cherché à déterminer si l’appareil administratif français était en mesure de s’affirmer comme un facteur d’intégration, voire de fusion, des populations réunies à l’ensemble français. La réponse est globalement négative, tant les Français de l’intérieur sont nombreux dans les bureaux de Belgique, de Hollande et des départements hanséatiques, en particulier aux postes de commandement ; à l’inverse, les locaux se voient bien souvent réserver les places subalternes, en particulier dans les régions non-francophones où leur présence s’avère indispensable au service quotidien. Seuls les départements hollandais font exception : on rencontre encore bon nombre de cadres de l’administration du roi Louis parmi les receveurs et payeurs généraux ou les directeurs départementaux des principales administrations fiscales.

13Parallèlement à cette étude des carrières publiques, l’examen des mécanismes d’enrichissement des principaux manieurs d’argent en activité dans la partie septentrionale du territoire français au cours de la période a fait l’objet d’une attention particulière et a permis de mettre en lumière l’importance des liens familiaux et des réseaux d’affaires et de correspondance comme les éléments constitutifs du crédit. Les nombreux itinéraires individuels sur lesquels se fonde cette analyse indiquent clairement qu’un capital de départ, familial, social mais avant tout financier, demeure absolument nécessaire à la création de richesse et à l’accroissement du patrimoine.

14Les affaires d’argent comportent cependant des risques réels : Antoine Morel voit ainsi ses ambitions emportées par l’abandon du projet d’invasion de l’-Angleterre et le départ de la Grande Armée de Boulogne, alors que Pedro Virnot, contraint au dépôt de bilan et à la ruine par la contraction du crédit du mitan de l’-Empire, place sa famille, pourtant anciennement et honorablement connue sur la place de Lille, en situation pour le moins délicate. Et encore ces deux faillites n’ont-elles que des conséquences pécuniaires et sociales. En se lançant dans des opérations, certes plus risquées, de fournitures aux armées et d’exportation frauduleuse de numéraire, Sahuguet d’Espagnac et Choiseau ont payé de leur vie leurs stratégies d’enrichissement.

15On en vient finalement de réviser la vision quelque peu légendaire des fabuleux et si rapides enrichissements révolutionnaires et républicains, sans pour autant nier que certains spéculateurs sur les biens nationaux ou fournisseurs aux armées aient profité des multiples occasions offertes pendant cette période pour augmenter de façon considérable leur fortune, mais non la faire sortir de rien. L’exemple du Douaisien Jean-Baptiste Paulée est sans doute le plus manifeste : celui qu’on présentait comme un simple garçon d’auberge illettré enrichi par son seul bon sens s’est finalement avéré être le propriétaire du principal établissement de boisson de Douai, activité héritée de son père et à laquelle il avait bien vite ajouté celle de négociant en vin. À la veille de la Révolution, il est déjà bien introduit dans les milieux de la finance parisienne et européenne (Bruxelles, Amsterdam et Londres) et prend sa part dans quelques opérations d’importance avant même le déclenchement du conflit européen qui lui permet, il est vrai, de multiplier par dix, par cent, son capital de départ. Il ne s’agit pourtant pas là d’un cas isolé qui ferait figure d’exception confirmant la règle, comme l’indiquent les parcours de quelques autres manieurs d’argent. Joseph Ignace Vanlerberghe, l’autre Douaisien, figure quant à lui, et bien avant la Révolution, parmi les créanciers de la Compagnie d’Aniche qui fait régulièrement appel à lui lorsqu’elle se trouve confrontée à des problèmes de trésorerie ; il est aussi et surtout l’un des principaux négociants en grains de la fin de l’Ancien Régime, en charge de l’approvisionnement de réserve de la capitale, à tel point qu’on voit en lui l’un de ces « accapareurs » honnis du peuple dans les premiers mois de la Révolution. Il préfère alors quitter Douai pour Paris et prend dès lors sa place, aux côtés d’Ouvrard, Delannoy et bien d’autres, dans le cercle restreint des principaux fournisseurs de la Révolution et du Consulat, devenant un temps et pour son malheur le bailleur de fonds de l’État avec ses associés des Négociants réunis.

16Le Dunkerquois François Briansiaux est décrit tour à tour comme un « cadet de famille sans fortune », arrivé à Lille en 1792 puis dirigeant en 1810 l’une des toutes premières maisons de commerce de la ville. Une telle présentation omet pourtant de préciser qu’il vient d’une famille où l’on compte des armateurs depuis trois générations et que ses deux mariages successifs lui ouvrent bien grandes les portes des milieux négociants dunkerquois la première fois, bruxellois la seconde. Enfin si sa fortune effective lors de son entrée dans le monde des affaires s’avère sans doute bien limitée, il dispose pour le moins de la confiance d’un négociant dunkerquois engagé dans une importante spéculation sur les métaux précieux. Enfin si Henri Degorge-Legrand fait effectivement figure de nouveau venu dans le monde des charbonnages, on ne doit pas oublier qu’il est le fils d’un « cultivateur [avec tout ce que comporte d’imprécision une telle dénomination] enrichi dans les administrations militaires de la Révolution et du Directoire » d’après la notice que lui consacre la Biographie nationale de Belgique, qu’il est jugé digne d’épouser dès l’an IV la fille d’un des principaux négociants lillois et qu’il dispose d’un capital estimé à 60 000 ou 70 000 francs à l’aube du Consulat, capital presque triplé dix ans plus tard lorsqu’il rachète le Grand-Hornu à Godonnesche.

17Point d’hommes nouveaux donc sur les routes du Nord. Il paraîtrait cependant abusif de les placer dans la catégorie des héritiers tant la disproportion des fortunes à une génération d’intervalle semble immense. Ils ne sont ni d’or ni d’airain, ce sont des hommes d’argent.

Notes

1 CAMT, 3 AQ 224 : lettre du 21 avril 1814.

2 André Nicoll, Comment la France a payé après Waterloo, Paris, E. de Boccard, 1929, 240 p.

3 Bertrand Gille (éd.), Lettres adressées à la Maison Rothschild de Paris par son représentant à Bruxelles, Louvain et Paris, Nauwelaerts, 1961-1963, 2 volumes.

4 Karel Veraghtert, « Les participations françaises aux sociétés anonymes belges, 1830-1870 », Revue du Nord, janvier-mars 1975, p. 43-52.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search