Version classiqueVersion mobile

L’économie, l’argent et les hommes

 | 
Jean-François Eck
, 
Stefan Martens
, 
Sylvain Schirmann

Deux générations d’entreprises allemandes en Lorraine avant et après la Seconde Guerre mondiale

Denis Brunn

Texte intégral

Introduction

1Comme l’Alsace, sa voisine proche, la Lorraine, en tant que province ou région, est par sa situation géographique un espace frontière. Cette dernière n’a cependant jamais constitué une barrière infranchissable, pour les biens, les personnes et les idées qui, aux différentes époques historiques, ont cherché à la franchir. Des Allemands viennent ainsi en Lorraine dès le XIXe siècle avec des capitaux, qu’ils y investissent directement, pour y fonder des établissements et entreprises nouvelles dans l’industrie et le commerce ou y prendre le contrôle des mêmes établissements et entreprises déjà en activité. Il existe ainsi en Lorraine dès le XIXe siècle des filiales allemandes d’entreprises, elles aussi allemandes et considérées comme leurs mères. Le processus est en cours dans la première moitié du XXe siècle et trouve sa ligne de partage dans la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière sépare deux générations d’entreprises allemandes en Lorraine, l’une de la période qui précède la guerre et l’autre de la période qui la suit. Des différences, quant à leurs effectifs, leurs origines et caractères et leurs activités, distinguent la génération de l’Avant-Seconde Guerre mondiale de celle de l’Après-Seconde Guerre mondiale, étudiées successivement dans une première et une deuxième partie.

I. La génération des entreprises allemandes dans la Lorraine de l’entre-deux-guerres 1919-1939 : une génération accidentée par la guerre et par l’antagonisme franco-allemand

2Elle comprend entre cinquante et soixante-quinze entreprises allemandes dont près des trois quarts ne sont créées qu’au début des années 1930. Elle est donc moins représentée dans les années 1920.

A. Les entreprises allemandes dans la Lorraine des années 1920 : une présence discrète et rare

  • 1 Annuaire des sociétés par actions en Alsace et Lorraine, Luxembourg, Sarre, s. l., 3e édition, 1923 (...)

3Les entreprises allemandes sont peu nombreuses en Lorraine dans les années 1920. Les grandes et moyennes entreprises, arrivées dans la Lorraine du Reichsland avant 1914, disparaissent en 1919, avec le retour de la Moselle à la France, sous le coup du séquestre et de la liquidation qui frappent leurs biens et avoirs à partir de l’été 1919. Adjugées à un prix largement inférieur à leur valeur réelle, elles sont acquises par des consortiums d’entreprises françaises et prennent ainsi congé dans les années 1920 de la Moselle et de la Lorraine. Ainsi, la firme d’étirage de tubes Lothringer Metallwerke G. m. b. H. de Faulquemont en Moselle, après séquestre et mise en adjudication, est acquise par la Société Nordon Frères de Nancy et constituée en société anonyme le 9 mai 1921, sous le nom de Société lorraine d’Étirage de Tubes1. Un petit nombre de moyennes entreprises et un plus grand nombre de petites, établies avant 1914, comptent parmi les survivantes. Elles se transforment, en effet, à partir de 1919, en sociétés de droit français et peuvent ainsi continuer leurs activités dans les années 1920. Elles restent allemandes par leur origine et par l’identité de leur propriétaire, toujours allemand, qui possède ou contrôle la majorité du capital social de l’entreprise. Leur siège social comme leurs activités se localisent en Moselle, à l’exclusion des trois autres départements lorrains. Les Moulins à scories de Richemont dans l’arrondissement de Thionville en Moselle en sont un exemple cité dans le tableau 1. Ils ont été fondés en 1899 et portent comme raison sociale Marx et Compagnie, le nom de leur principal actionnaire et propriétaire, l’Allemand G. Marx. Ils sont dirigés par un Français, Jean Krag, obligation légale pour une entreprise ex-allemande et de droit français. Les entreprises ex-allemandes et survivantes ne côtoient qu’un nombre très réduit d’entreprises de même nationalité dont l’existence est liée à une création datant toujours de la seconde moitié des années 1920. Comme l’indique le tableau 1, la Feral, Ferblanterie d’Alsace et de Lorraine, fondée à la fin de 1928 à Sarreguemines en Moselle, pour fabriquer des articles de ménage, en constitue un des rares exemples. L’absence d’entreprises allemandes nouvelles est en rapport avec les conséquences de la défaite contre la France et de relations franco-allemandes tendues et empoisonnées par le problème des réparations allemandes et par celui du statut de la Sarre.

  • 2 À partir des Archives départementales de la Moselle (ADM dorénavant), 309M5, Liste des établissemen (...)

Tableau 1. Les filiales allemandes en Lorraine dans les années 19202

Activité

Raison sociale

Date de fondation

Lieu d’activité

Propriétaire

Directeur

Moulins à scories

Marx et Cie

1899

Richemont (Moselle)

G. Marx, Allemand

Jean Krag, Français

Métaux et ferrailles (commerce)

Ganz Frères et Cie

1909

Florange (Moselle)

Ganz Frères Sarrois

J. Stoeckel, Français

Petite métallurgie

Boulonnerie Karcher-Roth

1927 Achat du terrain

Basse-Yutz (Moselle)

Karcher Roth, Bechingen, Sarre

Non désigné

Petite métallurgie

Grosse Robinetterie de Bitche

1927-1930, non mis en activité

Bitche (Moselle)

Eisen und Metallwerke, Blieskastel, Sarre et Armaturen Fabrik Poerringer und Schindler, Zweibrücken, Rhénanie-Palatinat

Fritz Roth, Allemand (Rhénanie-Palatinat)

Fabrication de chaussures

Kaufmann David-Ury

1er août 1927

Grossbliederstroff (Moselle)

Kaufmann David-Ury, Sarrois

Non désigné

Fabrication d’articles de ménage

Ferblanterie d’Alsace et de Lorraine

21 décembre 1928

Sarreguemines (Moselle)

Friedrichsthaler Eisenwerk, Friedrichsthal, Sarre

J. Wagowski, Polonais

4Jusqu’en 1925, le territoire de la Sarre reste en union douanière avec la France. Il bénéficie ainsi d’un régime douanier de faveur, pour ses importations d’Allemagne comme pour ses exportations vers la France. Les premières comme les secondes circulent en franchise totale de droits de douane. Il est ainsi plus avantageux, pour une entreprise sarroise, de vendre à un partenaire français des produits sarrois ou allemands que de les fabriquer, en Moselle par exemple, à destination du marché français. C’est une des raisons principales de la relative discrétion et rareté des entreprises sarroises et allemandes en Moselle et en Lorraine dans la première moitié des années 1920. Après 1925, la Sarre est fermée aux importations allemandes, mais continue à faire partie de l’espace douanier français. L’avantage d’une production délocalisée en Moselle ou dans le reste de la Lorraine ne paraît pas plus grand aux yeux des entreprises sarroises ou allemandes. Seuls, le traité de commerce franco-allemand du 17 août 1927 et l’accord commercial franco-allemand sur la Sarre en février 1928 semblent susceptibles de modifier la situation. Ils autorisent en effet l’établissement réciproque des ressortissants des deux États, désireux d’exercer une activité sur le territoire de l’autre. Aucune autorisation n’est nécessaire pour installer une entreprise industrielle, même si le propriétaire ou la majorité des actionnaires sont étrangers. Ils doivent seulement solliciter une autorisation de séjour. Mais le traité, comme l’accord, n’entraînent aucun changement, quant aux délocalisations d’activités d’entreprises sarroises ou allemandes ou à la création d’activités de filiales nouvelles de même origine. Elles restent très peu nombreuses et consistent souvent en l’acquisition de terrains ou de bâtiments, sans la mise en opération d’une unité de production. Le tableau 1 en fournit un exemple. À la fin de 1927, le fabricant de robinets, Poerringer et Schindler de Deux-Ponts dans le Palatinat, rachète les actifs (bâtiments, machines et terrains) de l’Émaillerie Bernt de Bitche. Il envisage de créer avec sa société mère, l’entreprise métallurgique Eisen und Metallwerke de Blieskastel en Sarre, une filiale française, la Grosse Robinetterie de Bitche qui ne doit cependant être mise en exploitation qu’en 1935 ou 1936, selon les résultats du plébiscite sur la Sarre.

B. Les entreprises allemandes dans la Lorraine de la première moitié des années 1930 : un retour nouveau et marqué, mais éphémère

  • 3 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle(...)

5Le contexte et la teneur des relations franco-allemandes semblent un peu plus favorables dans la première moitié des années 1930, malgré la dénonciation par la France, le 19 janvier 1934, du traité de commerce d’août 1927. Une convention franco-allemande de commerce du 21 juillet 1934 rétablit le traitement de la nation la plus favorisée pour les ressortissants allemands, en ce qui concerne l’exercice du commerce ou de toute autre profession, et la liberté de posséder des biens mobiliers et immobiliers3. La génération de l’Avant Seconde Guerre mondiale en tire la presque totalité de son effectif d’entreprises allemandes nouvelles et créées entre 1930 et 1935, comme l’indique le tableau 2 : à peine 9 entreprises entre 1930 et 1932, mais 50 entreprises en 1933 et 1934 et seulement 4 en 1935. La faiblesse des effectifs de 1930 à 1932 tient, pour une part essentielle, aux difficultés liées à la crise et à la dépression économique des années 1930 qui s’atténuent quelque peu en 1933 et 1934.

  • 4 D’après ADM 309M6, Établissements industriels et commerciaux allemands installés à Metz et dans les (...)

Tableau 2. Entreprises allemandes en Lorraine de 1930 à 1935 (suivant l’année de fondation et le secteur d’activité)4

     Années     

     Industrie     

  Commerce et Services  

     Total     

1930

1

0

1

1931

1

0

1

1932

5

2

7

1933

20

5

25

1934

19

6

25

1935

3

1

4

Total

49

14

63

  • 5 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle(...)
  • 6 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle(...)

6Au total soixante-trois entreprises allemandes nouvelles sont créées entre 1930 et 1935 dont plus des trois quarts (79 %) en 1933 et 1934. Elles représentent à l’époque la plus grande partie du contingent d’entreprises étrangères implantées en Lorraine, avec dans la Meurthe-et-Moselle et la Meuse un nombre inférieur d’entreprises belges et luxembourgeoises. La chambre de commerce de Metz s’en émeut et dénonce la concurrence des entreprises étrangères, en particulier sarroises, dans une lettre au ministre du Commerce et de l’Industrie, où elle reprend les affirmations de la presse locale de septembre 1934 : « D’ici le mois de janvier prochain, notre département frontière sera littéralement farci d’entreprises industrielles sarroises qui viendront s’ajouter aux nombreuses maisons industrielles ou commerciales étrangères déjà établies dans notre région »5. Quelles sont les raisons qui expliquent, après leur grande absence des années 1920, ce retour marqué des entreprises allemandes en Lorraine qui culmine entre 1933 et 1935 et se trouve à l’origine du noyau principal et le plus nombreux de cette génération de l’Avant-Seconde Guerre mondiale ? En premier lieu, l’anticipation du retour de la Sarre à l’Allemagne par le plébiscite de janvier 1935. Les industriels sarrois prennent progressivement conscience qu’ils n’ont rien à attendre du marché allemand, même après le rattachement de la Sarre au Reich. Le corollaire de cette prise de conscience est celui de l’intérêt de transférer leur activité de production en France, en particulier en Moselle, tête de pont idéale pour accéder à ce marché. Ils doivent le faire avant l’issue du plébiscite, soit avant janvier 1935. Pour un petit nombre de ces industriels, une délocalisation de l’activité permet aussi de mettre en sécurité de l’autre côté de la frontière leur personne et leurs biens, menacés par l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes en Allemagne et le retour de la Sarre à l’Allemagne6. C’est le cas, en particulier, des industriels israélites. Ce type d’investissement, entraîné par le transfert d’une production, rentre dans la catégorie de l’investissement de défense d’intérêts commerciaux menacés, typique de la crise et de la dépression économique des années 1930. Dans ce contexte, le Reich pratique une sorte de malthusianisme industriel qui oblige ses industriels à créer à l’étranger des entreprises, montées avec des capitaux allemands et destinées à écouler en France des produits allemands.

C. Des entreprises allemandes du « Mittelstand » en Lorraine de la première moitié des années 1930

  • 7 Les tablettes lorraines des Sociétés. Édition de la Moselle 1929-1940, Nancy, n. d. nº 23, 29 septe (...)

7Comme le montre le tableau 3, plus des trois quarts de ces entreprises allemandes (76 %) sont actives dans l’industrie et moins d’un quart (23,8 %) dans le commerce et les services. Les industries légères et de biens de consommation, comme le textile et le vêtement (dix entreprises), la métallurgie légère (neuf entreprises dont la grande majorité fabrique des ustensiles de ménage) et l’industrie agroalimentaire (quatre entreprises, surtout des fabriques de moutarde) en représentent le contingent le plus nombreux. Les industries plus récentes et plus modernes, comme celles de la chimie ou de l’électricité, ne viennent qu’après, avec une dizaine d’entreprises. Parmi les activités du commerce et des services, dominent le commerce des articles de la métallurgie (trois entreprises qui font le commerce des fers, métaux, outils et articles sanitaires) et le transport (également trois entreprises). La localisation des entreprises allemandes en Lorraine fixe le siège social de la presque totalité d’entre elles en Moselle. La seule exception à cette règle concerne la Société d’Études chimiques appliquées, filiale commune de la Halberger Hütte de Brebach en Sarre et de la Société des Hauts Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson, fondée à l’été 1931 et dont le siège se trouve à Nancy en Meurthe-et-Moselle7. Les autres filiales allemandes se concentrent dans les deux arrondissements mosellans, proches de la frontière, de Forbach (46,03 % des sièges sociaux) et de Sarreguemines (22,22 %). Les autres en rassemblent beaucoup moins : Metz (14,29 %), Thionville (9,52 %) et Boulay (6,35 %). Aucune filiale allemande n’est à demeure dans les arrondissements mosellans de Château-Salins et de Sarrebourg, plus éloignés de la frontière et du coup des sociétés mères allemandes.

Tableau 3. Les activités des entreprises allemandes en Lorraine par grands secteurs de l’industrie, du commerce et des services (stock cumulé d’entreprises de 1930 à 1935)

Tableau 3. Les activités des entreprises allemandes en Lorraine par grands secteurs de l’industrie, du commerce et des services (stock cumulé d’entreprises de 1930 à 1935)

Tableau 4. Le capital social des entreprises allemandes en Lorraine suivant la valeur (francs) et les secteurs d’activité de 1930 à 1935 (stock cumulé d’entreprises de l’industrie, du commerce et des services)

Capital social (francs)

Industrie (nombre d’entreprises)

Commerce et Services (nombre d’entreprises)

De 10 000 à moins de 30 000

23

9

De 30 000 à moins de 100 000

10

4

De 1000 000 à moins de 550 000

14

2

Indéterminé

1

0

Total

48

15

8La majorité des entreprises allemandes de l’industrie, comme du commerce et des services, sont plutôt petites et moyennes, en terme de capital social. Plus de 70 % des entreprises allemandes de l’industrie appartiennent à cette catégorie, avec un capital social compris entre 10 000 francs et moins de 100 000 francs. Ces entreprises petites et moyennes sont plus nombreuses encore dans le commerce et les services, dans la mesure où elles comptent pour presque 87 % de l’ensemble de cette catégorie. Le capital social médian de toutes les entreprises allemandes, 29 375 francs, partage ces dernières en deux groupes : une moitié de petites entreprises avec un capital social compris entre 10 000 francs et moins de 29 375 francs et une autre moitié d’entreprises plutôt moyennes, le fameux Mittelstand, avec un capital social supérieur à 29 375 francs et pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers de francs. Les deux filiales allemandes au capital social le plus élevé sont, dans l’ordre d’importance, la Société nouvelle des Émailleries Fritz Fontaine à Bouzonville (500 000 francs de capital social) qui fabrique des articles de ménage et des produits émaillés et la Société industrielle de Brettnach à Brettnach (300 000 francs de capital social), producteur d’ustensiles de ménage. À l’opposé, avec un capital social d’à peine 10 000 francs, se trouvent les Constructions radio-electriques à Thionville, assembleur de postes de radio, et Radial à Sarreguemines, entreprise de vente d’appareils de TSF. Le régime juridique de la totalité des entreprises allemandes montre la domination écrasante des sociétés à responsabilité limitée (81,25 % de celles de l’industrie et 93,33 % de celles du commerce et des services), très largement devant les sociétés anonymes et les sociétés en nom collectif.

D. Les entreprises allemandes dans la Lorraine de la deuxième moitié des années 1930 : un retour sans lendemain et confronté à de nouvelles difficultés

  • 8 Leur survie en 1938 est établie à partir de leur inscription dans Ministère des Postes, des Télégra (...)
  • 9 Les tablettes lorraines des sociétés 1936-1940, s. l. n. d. Nº 23. 7 avril 1938.
  • 10 ADM 309M7, Établissements industriels et commerciaux allemands installés dans l’arrondissement de S (...)
  • 11 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle(...)
  • 12 Ibid.

9Le plébiscite de janvier 1935 et le retour de la Sarre à l’Allemagne en mars de la même année, ainsi que la suspension de l’accord de clearing franco-allemand du 28 juillet 1934, à compter du 18 août 1935, puis son abolition à partir d’août 1937, portent un coup fatal à cette génération de l’Avant-Seconde Guerre mondiale. Il n’y a plus aucune création ou prise de contrôle d’entreprises en Lorraine par des capitaux allemands, aboutissant à la naissance de nouvelles entreprises allemandes après janvier 1936. La totalité des entreprises allemandes en activité cherchent à maintenir cette dernière au-delà de leur année de naissance. Des soixante-trois filiales allemandes créées entre 1930 et 1935, moins du tiers (31,75 %) est encore en activité en 19388. La mortalité est forte parmi les entreprises allemandes de cette génération de l’entre-deux-guerres, dans la mesure où elle se traduit par la disparition de plus des deux tiers d’entre elles (68,25 %). Les plus nombreuses parmi les survivantes, soit dix sur vingt, sont nées en 1934, première année d’atténuation des effets de la dépression économique des années 1930. Elles exercent leur activité dans l’industrie du textile et du vêtement (cinq filiales), dans la métallurgie légère (trois filiales), dans l’industrie chimique et dans celle du luxe (deux filiales chacune). Les seuls événements qui concernent leur vie d’entreprise relèvent par exemple du changement de gérant, assorti d’une nouvelle répartition du capital social. En avril 1938, la Compagnie lorraine du fer (Colofer), créée trois ans auparavant à Sarreguemines en Moselle, désigne trois nouveaux gérants dont David Wertheim, déjà investi de cette fonction au moment de la fondation et qui représente la société Eisen-Handelsgesellschaft de Sarrebrück9. D’autres gérants, pour garantir leur sécurité parce que vraisemblablement israélites, demandent la nationalité française et l’obtiennent par naturalisation, comme Simon Epstein le 20 mars 1938, gérant de la Manufacture française des Établissements Ezet, fabrique de couvre-pieds et édredons à Grossbliederstroff en Moselle10. Des achats de terrains, en vue de l’installation d’ateliers ou d’usines, ont lieu comme à Boulay, où un hectare de terrain est acquis en 1934 par la Société Werber et Cie de Dillingen (Sarre), pour y installer une fabrique d’objets en tôle et d’outils. Mais cette dernière ne verra pas le jour dans les années qui suivent. En effet, les projets d’installation restent soumis à de multiples demandes d’autorisation et à des mesures réglementaires qui les freinent et finalement n’en permettent pas la réalisation effective. Ainsi, en janvier 1935, le préfet de la Moselle, sur les instructions du ministère du Commerce et de l’Industrie, demande aux sous-préfets des arrondissements de la frontière d’user de moyens pour empêcher l’installation d’établissements étrangers dans leur circonscription. Il leur recommande le recours au décret du 28 novembre 1926 et à son article 473 qui concerne la frontière franco-sarroise et soumet à une autorisation préfectorale l’installation d’usines et d’établissements industriels dans un rayon de vingt kilomètres de la frontière11. Enfin, il conseille aux mêmes fonctionnaires la plus grande vigilance à l’encontre des tentatives d’installation dans le département des étrangers, membres de ces sociétés commerciales et industrielles qui ne peuvent pas s’établir personnellement sans en avoir reçu au préalable l’autorisation, même s’ils sont en règle à leur arrivée en Moselle12.

II. La génération de l’immédiat après-guerre en Lorraine 1945-1960 : une génération favorisée par la paix et la réconciliation franco-allemande

  • 13 Une incertitude subsiste sur sa nationalité, à la mesure de celle de son président-directeur généra (...)

10Cette génération est presque entièrement nouvelle, dans la mesure où seules trois entreprises allemandes du début des années 1930 survivent à la Seconde Guerre mondiale, pour se retrouver parmi celles de cette génération de l’immédiat après-guerre. La première, la Société Wobrock Oscar et Cie, fabrique de tuyaux de plomb et d’étain, dont le siège alsacien est transféré à Sarreguemines en décembre 1956, est l’héritière directe des Établissements Wobrock et Cie, laminage de métaux à Boulay en Moselle, en activité dans cette petite ville à partir de mars 1934. La deuxième, Hoffmann Otto, fabrique de tous vêtements, créée à Spicheren en Moselle en janvier 1959, succède à Hoffmann Otto, fabrique de chemises et de pyjamas, active à Stiring-Wendel à partir d’octobre 1934. La troisième enfin, la Société nouvelle Tréfilor à Woippy, succède à partir du 1er juillet 1956 à Tréfilor, fondée dans la même ville le 9 février 1934, pour le tréfilage des métaux13. À la différence de la précédente génération, sinistrée par les deux guerres mondiales, cette génération tire parti de la paix retrouvée, pour marquer son retour par son plus grand nombre et un établissement plus solide en Lorraine qui reste cantonnée à la seule Moselle.

A. La génération des entreprises allemandes en Lorraine de l’immédiat après-guerre 1945‑1960 : une génération plus nombreuse et plus solide

11Cette génération de l’immédiat après-guerre comprend, comme l’indique le tableau 5, un total de 238 entreprises allemandes dont la création court des années 1945 à 1959. Elle représente ainsi près de quatre fois l’effectif total de la génération de l’entre-deux-guerres, rapporté aux seules entreprises de la première moitié des années 1930. La formation de cette génération se trouve rythmée par le retour progressif et sûr des entreprises allemandes en Lorraine après la Seconde Guerre mondiale. Très lent jusqu’en 1948, à la mesure d’une seule création d’entreprise en 1947, le retour conserve le même rythme de 1949 à 1951 (à peine trois créations pendant ces années). Il connaît cependant un changement de rythme à partir de 1952 (quatre créations cette même année, soit un effectif équivalent à celui de la période 1945 à 1951), pour s’accélérer plus encore à partir de 1955. De sept en 1955, les créations d’entreprises allemandes s’élèvent en effet à quarante-quatre en 1956, soit plus du sextuple de celui de l’année précédente. Malgré un léger ralentissement du rythme des créations en 1957 et 1958 (quarante-trois créations en deux ans), le retour se transforme en un véritable rush en 1959. Cette dernière année de la période du retour voit la création de 128 entreprises allemandes en Lorraine, soit 53,78 % de l’ensemble des créations des années de l’immédiat après-guerre. En 1960, les créations n’atteignent plus que le nombre de huit, soit seize fois moins que l’année précédente. C’est l’effectif de création le plus faible depuis 1955. Il semble marquer la fin de la génération de l’immédiat après-guerre en Lorraine et ouvrir la voie à une nouvelle génération, celle dont l’installation et le développement sont désormais liés à la grande croissance de l’économie. Au sein de cette nouvelle génération, les entreprises allemandes ne se trouveront plus seules en Lorraine, mais côtoieront des entreprises étrangères d’autres nationalités. En même temps qu’un effectif plus important que leurs devancières, les entreprises allemandes de cette génération montrent aussi une durée plus longue de leur existence. En 1960, près de 86,97 % de ces entreprises allemandes en Lorraine, soit presque les neuf dixièmes, sont encore en vie. C’est l’indice à la fois d’une survie extrêmement forte (deux à trois fois plus élevée que celle de la génération précédente) et d’une pérennité plus longue de la présence allemande en Lorraine après la Seconde Guerre mondiale. C’est une autre différence importante entre les deux générations d’entreprises allemandes en Lorraine d’avant et d’après la Seconde Guerre mondiale.

  • 14 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1 (...)

Tableau 5. Les entreprises allemandes créées, survivantes et disparues par périodes de l’immédiat après-guerre en Lorraine14

    Entreprises    

    Les aînées    

    Les cadettes    

    Les benjamines    

    Total    

Périodes

1945-1950

1951-1956

1957-1959

1945-1959

Création

4

63

171

238

Survie 1960

4

51

152

207

Disparition

0

12

19

31

12Cette génération se partage, suivant les indications du tableau 5, en trois groupes successifs. Le premier distingue les entreprises allemandes revenues les premières en Lorraine dans les quatre à cinq années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale, soit de 1945 à 1950. Il correspond aux aînées, au nombre de quatre, soit moins de 2 % de l’ensemble de cette génération, mais extrêmement solides et résistantes, à la mesure d’un taux de survie de près de 100 % en 1960. Le deuxième groupe rassemble les entreprises allemandes établies en Lorraine après 1950 et dans la période de la reconstruction économique de la première moitié des années 1950, soit de 1951 à 1956. Ce sont les cadettes, au nombre de soixante-trois en termes de création d’entreprises, c’est-à-dire quinze fois plus nombreuses que les aînées et qui représentent 26,47 % de l’ensemble de la génération, soit un bon quart d’entre elles. Leur taux de survie à l’horizon 1960 reste élevé, dans la mesure où il atteint encore 80,95 %, soit plus des trois quarts. Le troisième groupe associe les entreprises allemandes arrivées en Lorraine à la fin des années 1950 et avant les débuts de la grande croissance de l’économie des années 1960, soit entre 1957 et 1959. Ce sont les benjamines, au nombre de cent soixante et onze en rapport avec le nombre d’entreprises créées. C’est sur une période aussi courte un effectif particulièrement nombreux, en outre 2,7 fois plus grand que celui des cadettes et qui représente 71,85 % de l’ensemble de la génération, soit entre les deux tiers et les trois quarts de cette dernière. Leur taux de survie en 1960, 88,89 %, supérieur encore à celui des cadettes, traduit leur excellente santé et laisse bien augurer de la continuité d’une présence des entreprises allemandes en Lorraine.

B. Les filiales allemandes aînées et cadettes en Lorraine 1945‑1956

  • 15 Convention entre la France et la Sarre relative à l’établissement des ressortissants des deux pays (...)
  • 16 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1 (...)
  • 17 Les Usines Gerlach, filiale de Hans Gerlach Werke GmbH de Homburg en Sarre, portent dans le fichier (...)

13Les filiales allemandes aînées et cadettes, de retour en Lorraine entre 1945 et 1956, représentent en termes de création un effectif de soixante-sept entreprises. Jusqu’en 1950, comme l’indique le tableau 5, elles ne sont qu’au nombre de quatre, soit en moyenne moins d’une entreprise par an, indice d’une très lente et très faible implantation de retour. La faiblesse de cette dernière est liée à des relations franco-allemandes encore profondément perturbées par les deux précédentes guerres et affaiblies par des économies en voie de convalescence et de reconstruction. Elle se trouve, en outre, influencée par le nouveau statut de la Sarre, entité politique autonome, détachée de l’Allemagne et placée, depuis avril 1948, sur le plan douanier et monétaire dans l’espace économique français. La convention franco-sarroise du 3 mars 1950, relative à l’établissement des ressortissants des deux pays et à l’exercice de leurs activités professionnelles, constitue un tournant essentiel dans ce domaine. Elle accorde aux Sarrois établis en France, comme aux Français établis en Sarre, l’assimilation aux ressortissants du pays dans lequel ils veulent s’établir et des droits équivalents « en ce qui concerne l’ouverture d’un fonds de commerce, la création d’une exploitation ou d’un établissement à caractère industriel, commercial ou artisanal »15. Parmi ces filiales allemandes dites aînées, se trouve la doyenne, arrivée en Lorraine en juin 1947. Il s’agit des Constructions métalliques Leffer, installation, fabrication, achat, vente de tous matériaux et matériels mécaniques à Sarreguemines (Moselle), établie au terrain industriel, rue du Champ de Mars et active dans le secteur des constructions mécaniques16. Société à responsabilité limitée, plutôt de taille moyenne, elle est dotée d’un capital social de 300 000 francs et emploie 75 ouvriers dont deux femmes. Elle est une filiale de Stahl und Apparatebau Hans Leffer GmbH, entreprise sarroise de Dudweiler. Comme leur aînée, les trois autres filiales allemandes de ce groupe sont sarroises et survivent au-delà de leur premier anniversaire. Deux filiales sarroises sur trois, les Établissements Mesura à Forbach et les Usines Gerlach à Bouzonville (au capital social le plus élevé de toutes les filiales allemandes de cette génération, soit 8 000 000 de francs) exercent leur activité, comme leur doyenne, dans la métallurgie et les constructions mécaniques17. La quatrième et dernière filiale parmi les aînées, Barth et Friedrich à Thionville, se distingue des trois précédentes, à la fois par son statut d’entreprise artisanale et par son activité, la pose de carrelage et de marbre, qu’elle ne fabrique pas. Le régime juridique fait une autre différence entre Barth et Friedrich, société en nom collectif, et les trois autres qui sont des sociétés à responsabilité limitée. Enfin, la localisation des quatre filiales allemandes les répartit également entre les quatre arrondissements mosellans proches de la Sarre et de la frontière franco-allemande, Boulay, Forbach, Sarreguemines et Thionville.

  • 18 Annuaire des participations étrangères en France 1976-1977, Paris, 1976, passim.

14À partir de 1951, le rythme de création de filiales allemandes s’intensifie et leur effectif total augmente de façon considérable, comme déjà indiqué plus haut. Les cadettes en plus grand nombre, soixante-trois au total, se substituent aux aînées encore rares. Plusieurs raisons justifient le changement de rythme et la forte augmentation du nombre de filiales allemandes en Lorraine. L’achèvement de la reconstruction des économies de la France et de la RFA en constitue une. Il y a également les relations franco-allemandes, améliorées par le rapprochement inauguré et initié par le traité sur la CECA, mais tendues encore par la question du statut de la Sarre. Le règlement progressif de cette question en 1954 (les accords de Paris du 23 octobre prévoient de donner à la Sarre un statut européen), en 1955 (le referendum du 23 octobre rejette ce statut européen) et en 1956 (les accords de Luxembourg, signés le 27 octobre 1956 par la France et la RFA, décident le rattachement politique de la Sarre à la RFA à partir du 118 janvier 1957) conforte le rapprochement. La chronologie des créations de filiales allemandes en Lorraine durant l’année 1956 se trouve en liaison étroite avec celle des relations entre la France, la RFA et la Sarre. Le premier semestre de 1956 n’enregistre que la fondation de six filiales allemandes, soit 13,64 % des créations de toute l’année. Les entreprises allemandes et sarroises, autorisées et encouragées à venir en Lorraine par les conventions franco-sarroises des 3 mars 1950 et 20 mai 1953, ne semblent pas pressées de le faire. Le rythme de création de filiales change cependant à partir du deuxième semestre de 1956, parallèlement au règlement prévisible de la question sarroise. Le proche retour de la Sarre à la RFA, avec la disparition des avantages accordés aux entreprises allemandes par les conventions franco-sarroises, explique ce changement. D’août à novembre 1956, douze filiales allemandes voient le jour en Lorraine, soit le double du premier semestre de la même année. En décembre 1956, dans les semaines qui précèdent le rattachement politique de la Sarre à la RFA, vingt-six entreprises allemandes, soit plus du quadruple de celles du premier semestre 1956, viennent s’établir en Lorraine.

  • 19 Annuaire officiel des abonnés au téléphone. Moselle. 1958, s. l., p. 85.

15Les douze entreprises allemandes, créées en Lorraine de 1951 à 1954, restent en grande majorité sarroises quant à l’origine de leur capital social. Deux exceptions à cette règle peuvent être signalées. Erdal, fabricant de produits d’entretien pour les chaussures à Bitche depuis février 1953 et filiale d’une entreprise de Mayence, Werner und Mertz, plus que centenaire dans cette ville de Rhénanie-Palatinat, en constitue la première. La seconde est Filtres Intensiv, fabricant et vendeur de matériel de dépoussiérage à Bouzonville depuis octobre 1953, avec la même raison sociale que sa société mère, active à Langenberg, au sud d’Essen en Rhénanie du Nord-Westphalie18. La filiale sarroise la plus grande, à la fois par la valeur de son capital social, 450 000 francs et par le nombre d’ouvriers, 167 au total, s’appelle Constructions métalliques de Bouzonville, société à responsabilité limitée, établie dans le chef-lieu de canton depuis septembre 1952. À l’opposé, les plus petites se présentent souvent comme des entreprises individuelles de l’artisanat ou du commerce dont le nombre d’ouvriers reste faible et le capital social non déclaré. Les activités des douze filiales allemandes sont dominées par l’industrie (huit sur douze, y compris l’artisanat), le commerce (trois sur douze) et les services (à peine un sur douze). La métallurgie et les constructions mécaniques restent la première activité industrielle, à la fois par le nombre d’entreprises, près du quart, et par la pérennité de ces dernières. Le régime juridique des entreprises allemandes attribue la première place aux sociétés à responsabilité limitée, 58,33 % de l’ensemble, contre 41,67 % aux entreprises individuelles. Le contingent le plus grand de filiales cadettes, soit cinquante et une d’entre elles, arrive en Lorraine en 1955 et surtout en 1956, quarante-quatre pour cette seule année. La grande majorité de ces filiales allemandes trouve leur société mère dans la Sarre voisine, mais deux exceptions viennent confirmer la règle. Matériel de Fond et d’Industrie, créée à Sarreguemines, le 27 septembre 1956, en tant que société à responsabilité limitée au capital de 200 000 francs, est une filiale d’une entreprise sarroise de Dudweiler, Untertage Maschinenfabrik, elle-même contrôlée par un groupe de Lünen en Rhénanie du Nord-Westphalie. Elle emploie 73 ouvriers, fabrique et vend du matériel de construction mécanique et est gérée par Hans Leffer, déjà à la tête de la doyenne des filiales allemandes, mentionnée plus haut. Trolitan produit et vend à Bitche des objets en matière plastique depuis le 3 février 1956. Société anonyme au capital social de 300 000 francs, elle occupe 113 ouvriers et est la filiale de Meyer und Sohn, entreprise de Weiskirchen, au sud-est de Trèves, en Rhénanie-Palatinat. Aux côtés de ces entreprises plutôt grandes, quelques filiales sarroises du même type, comme Koch, fabricant à Sarreguemines de matériel pour les mines, Pneu Europe, producteur dans la même ville de pneus et racheté par Continental en 1964 et Bolte et Compagnie, implanté depuis le 15 décembre 1956 à Creutzwald, où il fabrique avec 30 ouvriers du mobilier métallique de bureau. Les autres filiales, plutôt moyennes et petites par le capital social et le nombre d’emplois, exercent en majorité leur activité dans l’industrie, surtout la métallurgie, les constructions mécaniques, l’industrie du bois et des meubles et l’industrie textile. Le commerce et les services ne déterminent encore que l’activité d’une minorité de filiales allemandes. Parmi ces dernières, la première filiale allemande de services, arrivée à Metz seulement en juin 1955, le Bureau d’Études et de Constructions industrielles, qui procède à des études et expertises de constructions industrielles sur le béton armé, le béton précontraint, le fer et le béton, les épurations19. Les filiales allemandes qui s’adonnent exclusivement au commerce sont à peine plus nombreuses, comme la Société Libon qui vend à Creutzwald depuis le 28 décembre 1956 des matériaux de construction, fabriqués en Sarre par sa société mère du même nom, formé à partir de ceux des propriétaires et gérants, les Sarrois Hugo Bonk de Gersweiller et Christian Litwinschuh de Klarenthal. La grande majorité de ces filiales, dans la proportion de 70,59 % d’entre elles, se définissent, quant à leur régime juridique, comme des sociétés à responsabilité limitée. La société individuelle n’en rassemble que 21,57 %, soit moins du cinquième, et la société anonyme que 5,88 %, soit un effectif très faible. La localisation des filiales cadettes en Moselle introduit une hiérarchie nouvelle entre les arrondissements situés à côté de la frontière franco-allemande.

Tableau 6. La localisation des entreprises cadettes en Moselle par arrondissement (stock d’entreprises créées de 1951 à 1956)

    Arrondissement    

    Entreprises (nombre)    

    Pourcentages    

Boulay

2

3,92

Château-Salins

1

1,96

Forbach

26

50,98

Metz

3

5,89

Sarreguemines

12

23,53

Sarrebourg

1

1,96

Thionville

6

11,76

Total

51

100

16Comme l’indique le tableau 6, l’arrondissement de Forbach précède tous les autres, avec plus de la moitié des filiales allemandes cadettes, soit 50,98 %, largement devant celui de Sarreguemines, 23,53 % et ceux de Thionville, 11,76 % et Boulay, 3,92 %, très loin derrière. Parmi les arrondissements éloignés de la frontière, seul celui de Metz, avec 5,89 % des filiales allemandes de cette catégorie, semble capable, à la mesure de la ville préfecture, d’en attirer une partie cependant bien faible.

C. Les filiales allemandes benjamines en Lorraine 1957-1959

17Le rattachement politique de la Sarre à la RFA à partir de 1957 marque le point de départ d’un retour de plus en plus fort des entreprises allemandes en Lorraine. De dix-neuf en 1957, soit un effectif sensiblement inférieur à celui de 1956, le nombre de créations passe à vingt-cinq en 1958, soit à peine plus qu’en 1957. Mais en 1959, comme en un rush final, il s’élève à 128, soit plus du sextuple de celui de l’année antérieure et plus que l’ensemble des créations de 1945 à 1958. L’étude des dates de création des filiales allemandes en Lorraine, durant cette même année 1959, indique la domination marquée de deux mois, juin avec trente-trois créations et juillet avec trente-six d’entre elles, soit plus de la moitié, 53,91 % du total des créations de 1959. À l’opposé, les mois de mars, avec deux créations, et de novembre, avec trois créations, n’en comptent que 3,91 %, soit quatorze fois moins. La très grande majorité de ces filiales allemandes de 1959, dans la proportion de presque 90 %, sont encore en vie en 1960, comme d’ailleurs l’ensemble des benjamines qui survivent en 1960 à 88,89 % d’entre elles.

  • 20 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1 (...)
  • 21 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, (...)
  • 22 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, (...)
  • 23 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, (...)

18Quelles sont les raisons de cette attirance particulièrement forte, éprouvée en 1959, pour la Lorraine mosellane par les entreprises allemandes ? Il faut une nouvelle fois tenir compte des relations franco-allemandes et du règlement de la question de la Sarre. Le rattachement politique de la Sarre à la RFA, réalisé le 1er janvier 1957, est complété par sa réintégration économique dans la même RFA qui a lieu le 6 juillet 1959 et entre en vigueur à partir du 1er janvier 1960. Les maximums de créations de juin et de juillet 1959, distingués plus haut, y trouvent leur origine. C’est également le lien fait par Marc Bamberger, inspecteur général de l’Économie nationale, chargé de la Sixième Région, dans une lettre adressée l’année suivante à son collègue, Robert Laporte, préfet de la Moselle. Il y évoque en effet l’accélération des installations de filiales étrangères au courant de 1959, qu’il rapporte en ce qui concerne les filiales allemandes à deux sortes de causes. La première correspond au rattachement économique de la Sarre à la RFA qui « a incité les ressortissants de ce territoire à se prémunir contre la perte de leur débouché français »20. Depuis le début des années 1950 et l’intégration de la Sarre dans l’espace économique français, de nombreuses entreprises sarroises ont trouvé pour leurs produits leur principal débouché sur le marché français, en particulier en Moselle, aux abords immédiats de la frontière franco-sarroise, préférés à toute autre localisation en Lorraine. Elles ont ainsi transféré une partie de leurs activités de production et de distribution, ou de distribution seule en bordure de la frontière ou à proximité des grands centres de consommation du département21. Aucune filiale allemande ne s’est établie dans la Meuse ou dans les Vosges et une seule filiale allemande s’est installée à Lunéville en Meurthe-et-Moselle, mais elle a simplement procédé à un transfert de son siège social de Sarreguemines à cette dernière ville22. La chambre de commerce et d’industrie de la Moselle fait preuve d’un certain scepticisme à l’encontre de l’afflux dans le département de la Moselle de filiales allemandes qui, selon elle, « veulent créer des dépôts pour livrer sans difficultés leurs produits à la clientèle française après la fin de l’union économique franco-sarroise »23. La deuxième cause de l’afflux de filiales allemandes en Lorraine à la fin des années 1950 semble tenir, selon l’inspecteur général Marc Bamberger, à la perspective d’une ouverture progressive des frontières à l’intérieur de la Communauté économique européenne, susceptible d’encourager les entreprises des États membres à chercher les localisations les meilleures au point de vue technique et économique.

  • 24 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1 (...)

19La grande majorité de ces filiales allemandes en Lorraine conserve toujours ses sociétés mères dans la Sarre voisine. Un peu plus nombreuses que dans la période précédente ressortent celles qui tirent leur origine d’une société mère d’un autre État de la RFA. En 1958, trois sociétés mères de Rhénanie du Nord-Westphalie, Hazemag E. Andreas KG de Münster, Karrena Feuerungsbau de Düsseldorf et Gebrüder Claas Maschinenfabrik de Harsewinkel, près de Gütersloh, créent leur filiale, respectivement à Sarreguemines, Constructions mécaniques Hazemag, à Forbach, Karrena Voûtes suspendues et à Woippy, Claas France. La même année, le groupe Wella de Darmstadt en Hesse, fabricant de produits cosmétiques, établit une filiale, Ondal France à Sarreguemines, au terrain industriel, rue du Champ de Mars24. En 1959, la Rhénanie du Nord-Westphalie reste, après la Sarre, le second État de RFA quant à la localisation du siège social des sociétés mères de filiales en Lorraine. Nilos à Creutzwald est la filiale de Nilos Förderband Ausrüstung de Düsseldorf, Carla à Sarreguemines celle de l’entreprise du même nom de Brackwede, près de Bielefeld, et Stromag à Sarreguemines, la filiale de Maschinenfabrik Stromag d’Unna, à proximité de Dortmund. Deux autres filiales allemandes, établies également à Sarreguemines, Elga France et Festo France, dépendent, la première du groupe Degussa AG de Francfort-sur-le-Main en Hesse et la seconde de Festo Maschinenfabrik Gottlieb Stoll d’Esslingen-sur-le-Neckar dans le Bade-Würtemberg.

Tableau 7. Les entreprises benjamines en Lorraine selon les grands secteurs et leurs activités (stock d’entreprises créées de 1957 à 1959 et actives en 1960)

Tableau 7. Les entreprises benjamines en Lorraine selon les grands secteurs et leurs activités (stock d’entreprises créées de 1957 à 1959 et actives en 1960)
  • 25 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1 (...)

20Les 152 entreprises allemandes benjamines, en vie en 1960, partagent leur activité entre les trois grands secteurs. L’industrie, avec soixante-dix-sept entreprises de ce type, comme l’indique le tableau 7, soit 50,66 % du total, vient en tête, suivie du commerce, avec cinquante-neuf d’entre elles, soit 38,82 %. Les services comptent seize entreprises benjamines, soit 10,52 %. La métallurgie qui comprend à la fois celle de première et de seconde transformation, avec en particulier les constructions métalliques et mécaniques, reste la principale activité, à la fois dans l’industrie (vingt-sept entreprises) et dans le commerce (dix-sept entreprises). Les entreprises allemandes benjamines suivent à cet endroit la voie déjà tracée par leurs devancières dans le sillage des entreprises lorraines. Le bois et l’ameublement, activité plus traditionnelle, regroupent à la fois des entreprises benjamines de l’industrie au nombre de quinze et du commerce au nombre de sept, mais ils ne développent pas le même volume d’activité. Les services sont dominés, à la mesure de la position frontière de la Lorraine, par des agences de commission en douane, six entreprises benjamines sur seize, soit 37,5 % des entreprises de ce secteur. Anterist et Schneider, filiale de l’entreprise sarroise de même raison sociale, fondée le 15 juin 1956 à Stiring-Wendel, s’occupe du dédouanement, de l’emmagasinage, des transports et des déménagements et emploie quarante-huit ouvriers25. C’est une société à responsabilité limitée, comme la très grande majorité des entreprises benjamines qui ont adopté à 75,66 % ce type de régime juridique. L’entreprise individuelle se trouve loin derrière, car elle ne définit le statut juridique que de 15,79 % des entreprises benjamines. La société anonyme, comme la société en nom collectif, ne confèrent de statut juridique qu’à une minorité très réduite, douze à treize fois inférieure à la SARL, respectivement 3,29 % et 2,63 % d’entre elles.

Tableau 8. Le capital social des entreprises benjamines de 1959 en Lorraine par grands secteurs d’activité (stock d’entreprises de 1959)

Capital social (francs)

   Industrie    

   Commerce   

   Services   

   Total   

10 000 à moins de 50 000

29

33

10

72

50 000 à moins de 100 000

5

1

1

7

100 000 à moins de 450 000

9

2

1

12

Non indiqué

7

14

3

24

Total

50

50

15

115

21Le capital social vient compléter le régime juridique, dans le but de définir le type d’entreprise qui caractérise les entreprises benjamines. Un échantillon représentatif de ces dernières est fourni par celles créées en 1959, au nombre de 115 et classées suivant le capital social, comme le montre le tableau 8. Une large majorité est pourvue d’un capital social de 10 000 francs à moins de 100 000 francs, soit un capital social peu élevé, indicatif de petites ou moyennes entreprises. Cette majorité correspond à 68 % des entreprises benjamines de l’industrie et du commerce, mais la proportion monte à 73,34 % de celles des services. Une petite minorité dispose d’un capital social de 100 000 francs à moins de 450 000 francs, soit un capital social près de dix fois plus élevé, indicatif des moyennes grandes entreprises. Cette minorité ne rassemble que 18 % des entreprises benjamines de l’industrie, mais le pourcentage s’abaisse encore dans le commerce qui ne compte que 4 % de grandes entreprises benjamines et dans les services, où ces dernières sont à peine plus nombreuses, soit 6,67 %. Le capital social médian des entreprises benjamines de 1959 atteint 35 555,55 francs et dépasse seulement de 14 % en valeur relative celui de la génération de l’Avant-Seconde Guerre mondiale. Il sépare lesdites entreprises en deux groupes numériquement égaux : une première moitié, soit 50 % d’entre elles, détient un capital social supérieur à 10 000 francs et inférieur à 35 555,55 francs et une seconde moitié, également de 50 %, se définit par un capital social supérieur à 35 555,55 francs et inférieur à plusieurs centaines de milliers de francs. Il est possible de dire en conclusion que la majorité des entreprises benjamines, comme d’ailleurs leurs devancières aînées et cadettes, sont plutôt petites et moyennes. Elles perpétuent après la Seconde Guerre mondiale le fort ancrage en Lorraine du Mittelstand, déjà présent dans les années 1930.

22L’augmentation très forte du nombre des filiales allemandes à la fin des années 1950 ne modifie en rien leur localisation en Moselle qui reste, comme déjà indiqué plus haut et à l’exception d’une entreprise près, le seul département lorrain vers lequel elles se dirigent dans cette période. Les arrondissements situés sur la frontière et à proximité de la RFA en accueillent le plus grand nombre. L’arrondissement de Forbach vient en tête, avec 53,29 % des filiales benjamines, soit plus de la moitié de l’ensemble et une progression extrêmement forte et rapide depuis le milieu des années 1950. Au second rang suit l’arrondissement de Sarreguemines, avec 33,55 % des mêmes filiales, soit un tiers d’entre elles, mais à présent distancé par le précédent à la hauteur duquel il se situait encore au milieu des années 1950. Au troisième rang et bien éloignés des précédents se situent ex-æquo les arrondissements de Boulay et de Metz, avec 3,95 % des entreprises benjamines chacun. C’est, depuis le milieu des années 1950, une avancée nette de ces deux arrondissements qui équivaut en nombre d’entreprises à un triplement de son effectif pour le premier et à un doublement du même effectif pour le second. Le fait est nouveau et montre, en particulier pour l’arrondissement de Metz, la capacité d’attirer dans le futur des filiales allemandes et de compenser l’éloignement de la frontière par d’autres atouts, marché attractif, main-d’œuvre spécialisée et moyens de transport en cours de diversification. Deux autres arrondissements, Château-Salins et Sarrebourg, avec 3,29 % des entreprises benjamines et trop éloignés de la frontière, ne bénéficient pas de son effet. Enfin l’arrondissement de Thionville, avec 1,97 % des mêmes filiales, malgré sa localisation sur la frontière, semble n’en tirer aucun avantage.

Conclusion

23La Lorraine mosellane accueille dans les années 1920 un très petit nombre de filiales allemandes, à la différence de la période de l’annexion de cette « Terre d’Empire » pendant laquelle ces mêmes filiales, imposées et créées par le droit du vainqueur de 1870, étaient plus nombreuses. Le retour de ces dernières en plus grand nombre dans la Lorraine mosellane de la première moitié des années 1930 est rendu possible par un début de rapprochement franco-allemand, inauguré par le traité de commerce de 1927 entre les deux États. Une génération nouvelle de filiales exclusivement sarroises s’établit ainsi en Lorraine mosellane. Constituée d’une majorité d’entreprises petites et moyennes, typique du Mittelstand, elle ne survit pas aux difficultés économiques de la décennie et à la dégradation des relations franco-allemandes de la seconde moitié des années 1930, pour disparaître avec la Seconde Guerre mondiale. Une nouvelle génération lui succède en 1945, avec la fin de la guerre et le retour de la paix qui vont permettre jusqu’à la fin des années 1950 un rapprochement franco-allemand, conditions toutes favorables à l’essor de cette génération. Son effectif, faible jusqu’au début des années 1950, grossit ensuite, pour atteindre à la fin de ces mêmes années le quadruple de celui de la génération précédente. La survie des filiales allemandes de cette génération est également deux à trois fois plus élevée que celle de la génération précédente. Vers 1960, les filiales allemandes de l’industrie, du commerce et des services, plus d’une centaine environ, établies toutes à une exception près en Moselle, forment le contingent le plus nombreux parmi les entreprises étrangères en Lorraine. Elles représentent une génération cette fois solidement installée dont certains membres filiaux sont appelés à survivre pendant tout le second XXe siècle et à devenir collectivement un acteur permanent de l’économie de la Lorraine.

Notes

1 Annuaire des sociétés par actions en Alsace et Lorraine, Luxembourg, Sarre, s. l., 3e édition, 1923, p. 205.

2 À partir des Archives départementales de la Moselle (ADM dorénavant), 309M5, Liste des établissements industriels et commerciaux allemands et sarrois installés à la date du 20 août 1934 dans la zone des vingt kilomètres des ouvrages fortifiés de la région frontière. Le tableau n’est en rien exhaustif et ne donne ici qu’un certain nombre d’exemples.

3 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle, Sous-Préfet de Château-Salins à Préfet de la Moselle du 14 août 1934.

4 D’après ADM 309M6, Établissements industriels et commerciaux allemands installés à Metz et dans les arrondissements de Boulay, Forbach, Thionville 1934-1940, ADM 309M7, Établissements industriels et commerciaux allemands installés dans l’arrondissement de Sarreguemines 1933-1939 et Les tablettes lorraines des sociétés. Édition de la Moselle 1929-1940, Nancy, n. d.

5 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle, Chambre de commerce de Metz à Ministre du Commerce et de l’Industrie du 18 octobre 1934.

6 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle, Le Contrôleur général, chargé des Services généraux de police d’Alsace et de Lorraine, du 24 février 1934, à Préfet de la Moselle.

7 Les tablettes lorraines des Sociétés. Édition de la Moselle 1929-1940, Nancy, n. d. nº 23, 29 septembre 1931. La Halberger Hütte de Brebach, fondée par le groupe Stumm en 1907, est passée dans les années 1920 sous le contrôle de Pont-à-Mousson qui détient 60 % de son capital social.

8 Leur survie en 1938 est établie à partir de leur inscription dans Ministère des Postes, des Télégraphes et des Téléphones Annuaire officiel des abonnés au téléphone. Départements. Département de la Moselle. 1938, juillet 1938, s. l.

9 Les tablettes lorraines des sociétés 1936-1940, s. l. n. d. Nº 23. 7 avril 1938.

10 ADM 309M7, Établissements industriels et commerciaux allemands installés dans l’arrondissement de Sarreguemines 1933-1939. Simon Epstein est également propriétaire à Sarrebrück de la Saarländische Steppdeckenfabrik « Ezet ».

11 ADM 309M5, Installation de sociétés commerciales et d’établissements industriels sarrois en Moselle, Préfet de la Moselle aux Sous-Préfets du 25 janvier 1935.

12 Ibid.

13 Une incertitude subsiste sur sa nationalité, à la mesure de celle de son président-directeur général, Robert Weiller, Sarrois avant 1945 et ayant peut-être obtenu la nationalité française. Mais le capital social de l’entreprise comporte aussi des capitaux américains.

14 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1958. Le fichier des entreprises étrangères, en provenance de la chambre de commerce de Metz, les indique toutes, depuis la première créée en 1947 jusqu’aux dernières, fondées en 1960. Le relevé de la survie et de la disparition des entreprises allemandes a été fait à partir des Annuaires officiels des abonnés au téléphone. Moselle de 1946 à 1959.

15 Convention entre la France et la Sarre relative à l’établissement des ressortissants des deux pays et à l’exercice de leurs activités professionnelles, Titre II. De l’exercice d’une activité commerciale, industrielle ou artisanale non salariée, Articles 7 et 8. Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe, http://www.ena.lu.

16 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1958.

17 Les Usines Gerlach, filiale de Hans Gerlach Werke GmbH de Homburg en Sarre, portent dans le fichier des entreprises étrangères la raison sociale « Soutènement de Mines Gerlach ».

18 Annuaire des participations étrangères en France 1976-1977, Paris, 1976, passim.

19 Annuaire officiel des abonnés au téléphone. Moselle. 1958, s. l., p. 85.

20 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1958. Inspecteur Général de l’Économie nationale à Préfet de la Moselle du 14 juin 1960.

21 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, s. d. n. l. p. 35.

22 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, s. d. n. l. p. 39.

23 Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle Metz, Compte rendu des travaux, années 1957-1958, s. d. n. l. p. 39.

24 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1958 et Annuaire des participations étrangères en France 1976-1977, Paris, 1976, passim.

25 ADM, 282W83, Préfecture de la Moselle. Implantation d’entreprises étrangères survenue depuis 1957/1958.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Les activités des entreprises allemandes en Lorraine par grands secteurs de l’industrie, du commerce et des services (stock cumulé d’entreprises de 1930 à 1935)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 7. Les entreprises benjamines en Lorraine selon les grands secteurs et leurs activités (stock d’entreprises créées de 1957 à 1959 et actives en 1960)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nancy 2. Il a consacré ses recherches à l’étude du commerce international et à l’histoire des relations économiques franco-allemandes aux XIXe et XXe siècles. Ses dernières publications sont : « L’empreinte économique de la guerre de 1870 en Lorraine : dommages et dégâts de l’invasion et de l’occupation de guerre (août 1870-début mars 1871) » dans Martin Ph. et Simiz S. (dir.), L’empreinte de la guerre. De la Grèce classique à la Tchétchénie, Paris, 2006, p. 487-496 ; « Le retour des entreprises allemandes en Lorraine dans les lendemains immédiats de la Seconde Guerre mondiale 1945-1960 », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, tome 39, nº 2, avril-juin 2007, p. 241-252

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search