Version classiqueVersion mobile

L’économie, l’argent et les hommes

 | 
Jean-François Eck
, 
Stefan Martens
, 
Sylvain Schirmann

Le commerce entre la France et l’Allemagne : de la crise à la guerre

Sylvain Schirmann

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble de la question, se reporter à Schirmann Sylvain, Les relations économiques (...)

1Le commerce franco-allemand passe par plusieurs phases au cours des années trente1. Une première phase de 1930 à 1932 se caractérise par un recul rapide des échanges commerciaux et un solde positif allemand qui s’amenuise. De 1932 à 1936, une seconde phase est un peu plus complexe à décrire. Le commerce franco-allemand recule certes, mais à un rythme plus lent qu’au cours de la période précédente. Cette phase se subdivise elle-même en deux temps : un premier temps, marqué par la progression des achats allemands en France, alors que les achats français en Allemagne diminuent, jusqu’à rendre le solde commercial équilibré en 1934 ; un deuxième temps, au cours duquel le solde redevient favorable au Reich, les importations allemandes diminuant sensiblement.

2Une dernière phase, de 1936 à la guerre, est marquée par une reprise des échanges économiques franco-allemands. Là, également, il convient de faire observer un léger contraste : alors que les importations allemandes augmentent continuellement jusqu’à la guerre, les importations françaises connaissent un développement rapide au cours du Front populaire, pour ensuite reculer légèrement jusqu’à la guerre.

Évolution du commerce franco-allemand 1930-1938 (en millions de francs courants)

   Années   

   Valeur globale   

   Importations françaises   

   Importations allemandes   

1930

12039

7927

4112

1931

8 831

6 118

2 713

1932

5 265

3 623

1 642

1933

4 726

3 000

1 726

1934

4 205

2 226

1 979

1935

2 926

1 831

1 095

1936

2 819

1 952

867

1937

4 661

3 247

1 414

1938

4 960

3 124

1 836

Source : Les données statistiques proviennent des rapports mensuels de l’OFA (Office franco-allemand des paiements commerciaux) in Archives Économiques et Financières (AEF), carton B 31 520 et B 31 521

I. La première phase (1930‑1932)

  • 2 Se reporter aux études suivantes : Coquet Lucien, Jeranec P., Alterman Robert, Les échanges …/… ind (...)

3À la fin des années vingt, suite au traité de commerce franco-allemand de 1927, l’Allemagne et la France sont devenues des partenaires commerciaux privilégiés : l’Allemagne est devenue le premier fournisseur de la France et son 4e client en 1930, année au cours de laquelle le commerce franco-allemand, avec une valeur de 12 milliards de francs, atteint son apogée au cours de l’entre-deux-guerres. En deux ans, ce commerce recule cependant de 60 % pour tomber à 5,3 milliards de francs en 1932. Ce recul ne s’effectue pas de la même façon et avec les mêmes conséquences de part et d’autre du Rhin. Si la balance commerciale française est encore excédentaire en 1928, le déficit français se creuse très rapidement : 1,8 milliard de francs en 1929, 3,7 milliards en 1930, 3,3 milliards en 1931 et 1,9 milliard en 1932 (chiffre toujours supérieur à celui de 1929). Le décalage est patent : les importations françaises reculent plus lentement que les exportations vers l’Allemagne2. Cela tient à l’évolution distincte de la conjoncture entre les deux pays et à la structure même de ce commerce.

  • 3 Volkmann Hans Erich, « Die N. S.-Wirtschaft in Vorbereitung des Krieges » in Deist W., Messerschmid (...)
  • 4 Voir Keese Dietmar, cité en note 2.

4L’éclatement précoce de la crise en Allemagne et son aggravation rapide s’accompagnent d’une diminution importante du pouvoir d’achat en Allemagne. Jointe à une situation financière délicate, cette donne amène Berlin dès 1931 à pratiquer une politique restrictive en matière de circulation de devises, le contrôle des changes permettant de protéger le marché allemand. Le dumping favorise également l’écoulement sur le marché d’une production que le marché intérieur allemand ne peut plus écouler3. La crise qui touche plus tardivement la France provoque à partir de la seconde moitié de l’année 1931 le renforcement du protectionnisme (droits, surtaxe de change, contingents). Mais le décalage conjoncturel entre les deux pays a joué au profit du Reich. Cela est encore renforcé par la structure des échanges. Les exportations françaises sont en effet très dépendantes du pouvoir d’achat allemand, pouvoir d’achat de la population pour les exportations de produits agricoles ; pouvoir d’achat des entreprises pour les matières premières et les produits semi-ouvrés. Or, ces productions représentent 76 % des ventes françaises à l’Allemagne. À l’inverse, 80 % des ventes allemandes à la France vont vers les industries de transformation françaises. Or, celles-ci ne connaissent la crise que tardivement en 1931 et de surcroît ont toujours besoin des productions allemandes nécessaires à leur activité (combustible, outillage…). Ajoutons à cela qu’avec l’effort de rationalisation entrepris dans la seconde moitié des années 1920 et la diminution des salaires (8 % de 1927 à 1932), les produits allemands restent compétitifs par rapport aux produits français. Berlin bénéficie ainsi d’une prime à l’exportation que Paris compense par une balance des paiements favorable4. Mais cette situation change avec l’effacement de la dette allemande à partir de 1931 (moratoires, Stillhalte, Lausanne).

  • 5 Schröder Hans Juergen, « Deutsche Südosteuropapolitik 1929-1936. Zur Kontinuität deutscher Aussenpo (...)
  • 6 Voir par exemple Sauvy Alfred, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 4 volumes, (...)
  • 7 Ballande L., Essai d’étude monographique et statistique sur les ententes économiques internationale (...)

5Cette première phase est également marquée par des politiques de repli national que l’on observe de part et d’autre du Rhin. En Allemagne, les milieux patronaux pensent dès le début de l’année 1930 que la dépression sera durable. Ils formulent assez rapidement le vœu de songer à un ordre économique plus national, de restreindre l’organisation des échanges à une zone plus régionale. On évoque « la nécessité d’une orientation ferme, planifiée des relations économiques entre États à partir d’un point de vue national ». C’est le concept d’un Grosswirtschaftsraum qui pointe et le Mitteleuropäischer Wirtschaftstag, représentant les intérêts de la grande industrie allemande, explique dès 1930, qu’il faut « un espace économique dominé par l’Allemagne en Europe centrale et du sud-est »5. Ce nationalisme économique gagne également la France. La politique de contingentement s’accompagne d’un repli sur l’espace colonial dès 1931 et de la mise en place de la compensation en matière commerciale en février 19326. Dès 1931, les chambres de commerce et d’industrie se plaignent « de la concurrence déloyale des Allemands » et souhaitent une fermeture accrue des frontières. Ce repli national, on le constate à travers les faibles résultats de la commission économique mixte franco-allemande et de la relance des cartels. La commission tente en effet de promouvoir les accords de cartel entre le Reichsverband der Industriellen et la Fédération générale de la production française. Ces deux organisations concluent 65 arrangements à l’amiable au cours du premier semestre 1932. Ceux-ci fixent le volume annuel des exportations allemandes vers la France et les contingents mensuels afférents. Ces accords doivent être confirmés par le gouvernement français : en août 1932, celui-ci en retient 47 par décret, en contingente 9 d’autorité et modifie le reste. Quant aux cartels, signalons simplement que trois nouveaux cartels au sein desquels les intérêts franco-allemands sont présents se constituent : celui des tréfilés, le nouveau cartel de l’aniline (remplaçant celui de 1928) et celui du papier journal. C’est insuffisant pour dynamiser la relation commerciale franco-allemande7.

  • 8 Cf. Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières…, op. cit., p. 26 et suiv.

6Dans ces conditions, une révision du traité de commerce franco-allemand d’août 1927, reposant sur la clause de la nation la plus favorisée s’impose. C’est chose faite en décembre 1932, par une série d’avenants portant sur les paiements commerciaux, les échanges commerciaux et le tourisme. En quelques mots, l’accord du 24 décembre 1932 sur les paiements commerciaux répond à un double objectif : régler d’une part les créances commerciales par la voie de la compensation et d’autre part faciliter les exportations françaises vers l’Allemagne. Il est ainsi prévu que les maisons allemandes importatrices de produits français pourront, après épuisement de leur contingent de change, bénéficier de possibilités d’importations supplémentaires par la voie de la compensation. L’avenant du 28 décembre 1932 sur les échanges commerciaux institue une « loi du talion » sur les droits de douane et abolit la clause de la nation la plus favorisée. Ce dispositif est fragile, car il peut être dénoncé avec un préavis de 15 jours (le 1er et le 15 de chaque mois). La France est de surcroît obligée de créer un Office franco-allemand des paiements commerciaux auprès de la chambre de commerce de Paris, pour gérer la compensation. En réalité, les arrangements visent à consolider le déficit français et à se doter des armes contractuelles de la guerre commerciale si l’un des pays venait à renforcer le protectionnisme ou à encourager la concurrence déloyale. L’accord répond également à une triple peur française : la peur de la guerre des tarifs ; la peur de l’accentuation du recul des ventes françaises en Allemagne ; la peur de ne pas retrouver les créances bancaires et les remboursements consécutifs aux emprunts Young et Dawes. Il traduit enfin l’isolement diplomatique français et son inquiétude au lendemain du règlement de la question des réparations. Cet accord de décembre 1932, c’est cependant le nouveau maître de l’Allemagne qui doit l’appliquer à partir de janvier 19338.

II. La deuxième phase (1933‑1936)

7Dès janvier 1933, le commerce franco-allemand atteint une forme d’étiage. Il continue à se contracter et à se fixer à des niveaux bas. Si l’on prend la valeur globale de ce commerce et si l’on raisonne sur des chiffres mensuels, la moyenne mensuelle s’établit à 390 millions de francs en 1933. Elle passe à 370 millions par mois en janvier 1934, puis 350 en février pour ne plus atteindre que 330 millions de francs en juin 1934. Cette réduction n’est pas vécue de la même façon de part et d’autre du Rhin. Les exportations allemandes baissent de 215 millions à 181 millions d’avril à juin 1934, pendant que les exportations françaises passent d’un peu plus d’une centaine de millions de francs à 150 millions en juin 1934. Le déficit commercial français recule et diminue ainsi de moitié entre février 1934 et juin 1934 (74 millions de francs en février 1934 ; 30 millions de francs en juin 1934). Cette situation est apparemment favorable à la France (réduction du déficit, augmentation des exportations et recul des importations), et ce d’autant plus qu’elle recouvre depuis mars 1933 ses créances bancaires. Mais elle ne handicape pas fondamentalement l’Allemagne, car cette évolution rejoint certains objectifs de politique économique des nouveaux maîtres du Reich.

8Le problème français en 1933 reste l’ampleur du déficit commercial. Les échanges s’effondrent, le déficit reste le même : 10,2 milliards de francs en 1932, 10 milliards en 1933. La conjoncture se durcit également : les paiements sont négatifs à partir de 1933 ; l’indice de la production recule (12 points de juin à décembre 1933) et le chômage augmente. On espère lutter contre cette accentuation de la crise par la déflation et le protectionnisme. Une politique protectionniste est élaborée le 1er septembre 1933, reposant sur le donnant-donnant, puisque 25 % des importations sont contingentés, les autres 75 % discutés au cas par cas et dépendant des avantages accordés aux produits français. Or, il faut faire accepter cette évolution à l’Allemagne, pierre angulaire de la réorganisation envisagée. Le recul du déficit vis-à-vis de l’Allemagne va ainsi dans la bonne direction. Mais il correspond également au renforcement des tendances autarciques souhaité par le pouvoir hitlérien.

  • 9 Sur ces différentes questions, voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques… op. cit. ; on se (...)

9La politique autarcique commencée en février 1933, puis les programmes Reinhardt (juin et septembre 1933) supposent une réorientation du commerce extérieur fondée la plupart du temps sur une réciprocité avantageuse pour le Reich allemand. Cette complémentarité, qui renforce le protectionnisme, Hitler l’a imposé au printemps 1933 à des industriels qui souhaitaient un relâchement de la muraille protectionniste, consacrant le « primat de la politique sur l’économique ». Ces industriels sont associés à l’économie du réarmement qui doit leur permettre de compenser l’éventuel manque à gagner sur les marchés extérieurs. Cela suppose également le renoncement aux ententes privées avec les groupes étrangers (cf. la décision du Handelspolitischer Ausschuss du 28 novembre 1933). Une loi sur le contrôle des importations des matières premières et des produits finis, par le biais d’offices de contrôle créés à cette occasion, renforce les prohibitions d’achat à l’étranger. Elle accompagne la politique des Ersatz dont les premiers pas datent de décembre 1933. Lorsqu’on fait un bilan de l’activité des offices, on s’aperçoit que leurs mesures touchent principalement les produits en provenance de trois pays : États-Unis, Royaume-Uni et France. À quoi l’on peut ajouter le contingentement des devises qui freine le commerce allemand. Lorsque le 9 juin 1934, le gouvernement allemand interdit à la Reichsbank toute possibilité de versement aux comptes des offices de paiement étrangers, Paris cherche à entrer en contact avec Berlin et envisage sérieusement la possibilité de la compensation (clearing). Les négociations qui débutent à Berlin le 21 juin 1934 s’achèvent le 28 juillet 1934 (entre la nuit des longs couteaux et l’assassinat de Dollfuss) par la signature d’un accord commercial et d’un accord de compensation. L’accord commercial prévoit un rapport importations/exportations semblable à celui de 1933. Cela veut dire que toute modification de cet équilibre entraîne automatiquement correction par le partenaire. L’accord de compensation institue un clearing bilatéral sans transfert de capitaux d’un pays à l’autre. Il s’applique à toutes les opérations commerciales entre les territoires douaniers français et allemand. Le but : assurer tous les paiements des marchandises exportées en Allemagne. En contrepartie de la sécurité donnée au vendeur français, un solde créditeur net est laissé au Reich : 15,75 % de la valeur des ventes allemandes versée effectivement au clearing. Ce surplus laissé au Reich sert à honorer les emprunts Dawes et Young, et d’autres avoirs bancaires français. Pour que le dispositif fonctionne, il faut que la balance commerciale française soit déficitaire. Comme c’est le cas depuis 1929, on peut raisonnablement se montrer optimiste à Paris9.

10Or c’est tout le contraire qui se produit. Dès août 1934, le solde commercial est favorable à la France : 17 millions de francs. La balance, à l’exception de novembre 1934, est sans cesse favorable à la France jusqu’en février 1935. De mai 1934 à février 1935, les exportations allemandes reculent de 203 à 155 millions de francs. Dans le même temps, les ventes françaises en Allemagne augmentent : 141 millions de francs en mai 1934, 191 en septembre, 180 millions encore en février. D’où une accumulation d’arriérés : 200 millions de francs en septembre 1934, 520 millions de francs en janvier 1935, 390 millions encore en mars 1935. Les perturbations viennent du fait que contingents et moyens de paiements n’étaient pas liés. Trois éléments expliquent cette situation :

  • l’intensification des achats allemands en Sarre à la veille du plébiscite sarrois ;

  • l’intensification des achats dans les colonies (ces deux postes représentent 50 % des ventes françaises en Allemagne et un excédent 14 millions de RM ; alors que la métropole a un déficit de 6 millions de RM) ;

    • 10 Doering D., Deutsche Aussenwirtschaftspolitik 1933-1935. Die Gleichschaltung der Aussenwirtschaft i (...)

    la mise en route du « nouveau Plan » à la fin de l’été 1934, dont les objectifs sont de n’acquérir à l’étranger que le strict nécessaire. Le nouveau Plan fixe des importations qu’il convient de maintenir à un niveau bas. Il met le commerce extérieur au service du réarmement10.

11Les premiers effets de ce nouveau Plan – réduction des exportations allemandes liée à leur coût élevé et à la volonté de ne pas vendre ce qui est vital, augmentation des matières premières dont on n’a pas à assurer le paiement en devises – expliquent les difficultés du clearing franco-allemand. Une analyse des premiers mois de fonctionnement du dispositif d’août 1934 montre que l’Allemagne n’utilise pas la totalité des contingents que la France lui a octroyés : d’août 1934 au début de l’année 1935, 64 contingents n’ont pas été couverts. Quelques exemples : le Reich n’exporte que 14 % de ce qui lui a été octroyé pour le fer et les aciers laminés, 15 % pour les produits agricoles, 20 % pour les matières premières. L’Allemagne se ravitaille donc sans compromettre son orientation économique et sans avoir à transférer des devises. Le système amplifie cependant la dette allemande à l’égard de la France, et provoque une inquiétude chez le partenaire dont le solde commercial est cependant positif. Il faut donc adapter le clearing, et ce d’autant plus que la Sarre réintègre l’espace douanier allemand en 1935. La contraction n’est pas la seule conséquence de ces évolutions. La structure du commerce a également connu certaines modifications. Un poste a connu une envolée spectaculaire au niveau des ventes françaises : les matières premières, au sein desquelles la progression la plus remarquable concerne le minerai de fer. L’Allemagne, en revanche, place ses combustibles sur le marché français. Deux remarques : l’Allemagne se rend plus indépendante des produits agricoles français ; elle peut esquisser un troc houille-fer (surplus de part et d’autre). À regarder la part encore importante de ses machines-outils, le commerce franco-allemand est de type colonial. Ce commerce franco-allemand est de surcroît utile aux colonies (toutes les possessions à l’exception du Liban ont un solde actif à l’égard du Reich).

  • 11 Barkaï Avraham, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus: Ideologie, Theorie, Politik, 1933-19 (...)

12Si les accords de compensation sont dénoncés à l’été 1935, le dispositif n’en prévoit pas moins de continuer ce fonctionnement jusqu’à la conclusion d’un nouvel accord. Certes, le solde allemand redevient positif au milieu de l’année 1935, mais non pas au point de régler les arriérés. De part et d’autre, l’attentisme est de mise : on attend les élections françaises du printemps 1936. Mais, à Berlin, on se pose également des questions sur la poursuite du nouveau Plan, qui montre ses limites pour la Wehrwirstchaft. Cette période est profitable à la balance allemande. Le déficit français qui s’amenuisait se creuse à nouveau au cours de l’année 1935 et se développe en 1936. La réorientation géographique du commerce allemand, au niveau des importations notamment, explique cette évolution. Cela mène progressivement à une impasse. C’est au cours de l’année 1936 que la mobilisation économique totale est décrétée pour permettre au Reich d’être opérationnel dans un délai de 4 ans en matière d’économie de guerre. La période qui s’ouvre nécessite une nouvelle donne dans les relations commerciales extérieures, donc également des échanges franco-allemands11.

III. La troisième phase (1937‑1939)

13Si le commerce progresse encore au cours de l’année 1937, en revanche il stagne à nouveau à partir de 1938. Ce que l’on observe surtout, c’est un recul des importations françaises, alors que les importations allemandes progressent. Même en valeur relative, les deux États n’entretiennent guère plus de relations de premier plan : la part des importations en provenance de France ne représente plus que 2,6 % des achats allemands (5,3 % en 1931) ; la part des ventes en France, 4,1 % des ventes (contre 6 % en 1931). Les achats français en Allemagne ne se chiffrent plus qu’à 6,8 % des achats français en 1938 (contre 9,5 % en 1931). Les exportations françaises vers l’Allemagne représentent 6 % des exportations en 1938 (contre 11 % en 1931). On pourrait continuer ainsi : le commerce extérieur du Reich recule de 6 % en 1938, ses échanges avec la France de 15 %. Ce commerce n’est guère affecté par deux événements politiques : l’Anschluss au printemps 1938 et l’annexion des Sudètes à la fin de la même année. Si l’on observe la structure de ce commerce, on constate qu’à la veille de la guerre, plus de 90 % des marchandises qui constituent l’achat allemand en France sont considérées comme nécessaires à l’économie de guerre : fer (32 %), textiles (11 %), phosphates (5 %)… Ces importations allemandes sont financées par des exportations de houille principalement, indispensables à une industrie française dont l’effort de guerre a développé le potentiel productif.

14Ce troc est en permanence confirmé par les accords entre les deux pays :

  • l’accord commercial du 10 juillet 1937 est fondé sur deux éléments : la possibilité d’une part de mesures de rétorsions si l’un des États s’estime lésé, et d’autre part des régimes spéciaux pour certaines productions. Un de ces régimes porte sur le coke et le fer et stipule qu’en échange de 275 000 tonnes de coke par mois, le Reich recevrait 600 000 tonnes de minerai de fer. Les paiements s’inspirent du système de 1934 ;

  • l’avenant du 2 mars 1938 prévoit que les sommes perçues par l’Allemagne en échange de ses ventes de charbon à la France doivent être entièrement consacrées à l’achat de minerai de fer français ;

  • les arrangements du 2 août 1938 concernent l’Anschluss. Les contingents dont l’Autriche bénéficiait avant 1938 sont redistribués au Reich, et on maintient intégralement les régimes spéciaux accordés à l’ancien Reich. L’accord coke-minerai est prolongé de 6 mois et étendu à l’Autriche ;

  • l’avenant du 14 février 1939 réduit les livraisons de coke allemand en France à 70 000 tonnes par mois ; le tonnage de fer exporté ne diminue pas en revanche, même si 10 % de ce minerai de fer devront être payés en devises ;

    • 12 Sur les statistiques et l’ensemble des accords, se reporter à Schirmann Sylvain, Les relations écon (...)

    les accords du 29 juin 1939 et du 20 juillet 1939 prolonge l’accord cokeminerai jusqu’en décembre 1939 (160 000 tonnes de coke, contre 500 000 tonnes de fer). En même temps, on règle la question des échanges avec le protectorat de Bohême-Moravie : la France accorde au protectorat des contingents pour une valeur de 110 millions de francs, le protectorat en retour des contingents de 80 millions. Paris restitue 20 millions de francs d’avoirs tchèques gelés. Paris reconnaît donc « économiquement » les agressions allemandes12.

15Ces échanges obéissent largement à des considérations politiques. En France, après la chute du premier gouvernement du Front populaire, une ligne défendue par des partisans de l’apaisement économique s’est imposée. La coopération économique avec l’Allemagne est le levier de la reconstruction économique et politique de la France. Comme on est incapable de s’opposer au Reich, il faut traiter avec lui. Cela suppose qu’il faut abandonner ses ambitions en Europe continentale, pour mieux se replier sur l’Empire. Se développe l’idée de grands travaux à exécuter ensemble en Europe (Espagne) et en Afrique. Cela aurait des incidences positives en France. S’opposer au Reich, c’est faire un trop grand effort d’armement. Celui-ci menace l’assainissement des finances et entraîne un interventionnisme accru de l’État dans la vie économique. Un renforcement de la coopération avec le Reich, notamment sous la forme de la relance des cartels, favoriserait la transformation des groupes français qui redeviendraient plus compétitifs et pourraient ainsi repartir à l’assaut des marchés extérieurs. C’est la condition d’une France forte, qui selon les propos de P. Baudouin, directeur de la Banque de l’Indochine, « pourrait s’associer avec l’Allemagne, en vue de la défense et de la reconstruction d’un Occident menacé ». Ils semblent avoir gain de cause avec la déclaration franco-allemande du 6 décembre 1938. Ribbentrop arrive en effet à Paris accompagné d’une importante délégation d’experts économiques. Il faut en effet prolonger Munich sur le plan économique, et le document signé vise à renforcer la collaboration économique entre les deux États :

  • par une relance du commerce franco-allemand, notamment par une accentuation des échanges entre les colonies françaises et le Reich ;

  • par la création de nouvelles ententes industrielles.

16Il est difficile cependant d’affirmer avec certitude qu’il y a eu également partage des zones d’influence en Europe, notamment par un renoncement français à l’Europe centrale.

17Cette déclaration permet au gouvernement Daladier de proposer une coopération de grande envergure au début de l’année 1939. Quant au Reich, les attentes politiques sont importantes également. Le commerce depuis 1937, – et la déclaration de décembre 1938 – vont dans la même direction : pallier l’insuffisance de matières premières. Berlin lie l’empire colonial français à l’économie de réarmement (c’est particulièrement le cas du Maroc, de l’Algérie, de la Guinée). L’accord coke-minerai pourrait ainsi servir de point de départ à des accords analogues : caoutchouc, aluminium, bauxite, machines-outils, équipements…

  • 13 Poidevin Raymond, « Vers une relance des relations économiques franco-allemandes en 1938-1939 », in (...)

18Il est également patent de voir que ces accords commerciaux et ce type d’échanges permettent au Reich d’économiser des devises13.

19Un dernier élément mérite d’être signalé : Paris a privilégié le rapatriement des avoirs financiers (créances françaises bancaires et commerciales, emprunts Dawes et Young, ces derniers ayant également une signification politique). La politique d’annexions du Reich (Autriche, Sudètes, Bohême) renforce encore la dette de Berlin. Un point au 1er août 1939 donne les résultats suivants :

  • créances des grandes banques nationales : 59 millions de francs ;

  • créances des banques alsaciennes et lorraines : 152 millions de francs ;

  • créances des affaires industrielles nationales : 308 millions de francs ;

  • créances des entreprises alsaciennes : 63 millions de francs.

20À cela s’ajoutent :

  • créances annuelles des emprunts Dawes et Young : 128 millions de francs ;

  • créances annuelles autrichiennes : 52 millions de francs.

  • 14 Pour les chiffres, voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques… op. cit., p. 244 et suiv.

21Or, en 1931, les créances privées françaises représentaient 1,2 milliard de francs de remboursements annuels. À quoi, il faut ajouter les dettes politiques des emprunts Dawes et Young. Elles étaient couvertes par l’excédent commercial (plus de 3 milliards de francs) et les moratoires obtenus par l’Allemagne. À partir de 1933, elles seront couvertes par des accords qui garantissent au Reich un excédent (accords commerciaux et accords de paiements vont de pair)14. Cela laisse les exportations françaises au bon vouloir de l’Allemagne.

22Au total, le commerce franco-allemand décline régulièrement pendant l’immédiat avant-guerre. Sa réorientation fait passer les deux États du statut de partenaires privilégiés au statut de partenaires secondaires. Une telle situation est liée à la crise. Les politiques menées par Hitler (autarcie croissante, contrôle des changes, réarmement, primauté du politique, clearing) contractent également ce commerce. Mais elles garantissent au Reich un solde libre de devises et les ressources françaises nécessaires au réarmement. Le solde de devises permet d’honorer les engagements financiers et de se ménager des marges de manœuvre ailleurs. Paris cherche à défendre l’économie française de la crise et de la concurrence des autres États, notamment de l’Allemagne. La France tente donc d’imposer une politique du donnant-donnant. Mais celle-ci s’avère délicate vis-à-vis de l’Allemagne, comme le montrent les accords de clearing, les accords coke-minerai… L’Allemagne n’entend pas participer à la politique de redressement de la France sans de substantiels avantages. Le fait qu’elle les obtienne en permanence prouve sa domination dans la relation. Paris oscille ainsi de dénonciations en négociations. Celles-ci conduisent toujours à renouveler à quelques adaptations près le même accord. On consolide un déficit, car producteurs agricoles, colonies veulent vendre en Allemagne, car épargnants et milieux financiers veulent retrouver leurs créances. L’importateur français paye ainsi les matières premières nécessaires au réarmement allemand, mais aussi les dettes du Reich.

23Berlin peut orienter, au gré de ses intérêts, le commerce avec la France. Dans ces conditions, toute politique d’apaisement ne pouvait être qu’illusoire, car, pour les Allemands, elle devait renforcer cet état de fait, et donc contrairement aux espoirs des « appeasers » préparer plus efficacement le conflit à venir. La structure coloniale de ce commerce, où Paris fait figure de dominée, renforce encore cette situation. Les relations commerciales entre les deux pays sont au même titre que les relations politiques une illustration de la faiblesse française.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble de la question, se reporter à Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995.

2 Se reporter aux études suivantes : Coquet Lucien, Jeranec P., Alterman Robert, Les échanges …/… industries exportatrices, Paris, novembre 1932 ; Reynaud Paul, Les relations commerciales franco-allemandes depuis la guerre jusqu’au 1er janvier 1935, thèse de droit, Lyon, 1935 (voir la troisième partie) ; Marseille Jacques, « Le commerce entre la France et l’Allemagne pendant les années 1930 », in La France et l’Allemagne 1932-1936, Actes du colloque franco-allemand tenu à Paris du 10 au 12 mars 1977, Paris, Éditions du CNRS, 1980 et une étude allemande, Keese Dietmar, « Die Volkswirtschaftlichen Gesamtgrössen für das Deutsche Reich in den Jahren 1925-1933 » in Die Staats-und Wirtschaftskrise des Deutschen Reichs 1929-1933, Conze Werner und Raupach Hans (Sechs Beiträge herausgegeben von), Stuttgart, 1967.

3 Volkmann Hans Erich, « Die N. S.-Wirtschaft in Vorbereitung des Krieges » in Deist W., Messerschmidt M., Volkmann H. E., Wette W., Ursachen und Voraussetzungen des Zweiten Weltkrieges, Frankfurt/Main, 1989

4 Voir Keese Dietmar, cité en note 2.

5 Schröder Hans Juergen, « Deutsche Südosteuropapolitik 1929-1936. Zur Kontinuität deutscher Aussenpolitik in der Weltwirtschaftskrise », in Geschichte und Gesellschaft, 2, 1976, p. 5-32 ; également Juergen Elvert, Mitteleuropa! Deutsche Pläne zur europäischen Neuordnung (1918-1945), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1999.

6 Voir par exemple Sauvy Alfred, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 4 volumes, Paris, Fayard, 1965-1975, nouvelle édition 1984, 3 volumes ; Hoffherr René, La politique commerciale de la France, Centre de politique étrangère, Paris, 1939 ; Relations internationales, nº 13, numéro spécial, 1978, « La politique économique extérieure de la France » ; Levy-Leboyer Maurice (éd.), La position internationale de la France. Aspects économiques et financiers XIXe et XXe siècles, Paris, 1977.

7 Ballande L., Essai d’étude monographique et statistique sur les ententes économiques internationales, thèse, Paris, 1936.

8 Cf. Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières…, op. cit., p. 26 et suiv.

9 Sur ces différentes questions, voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques… op. cit. ; on se reportera également à Isaac Bernard, Les accords franco-allemands sur les paiements commerciaux (1932-1938), Thèse de droit, Lyon, 1938 ; Volkmann Hans Erich, « Aspects de l’économie militaire nazie de 1933 à 1936 » in La France et l’Allemagne 1932-1936, communication présentée au colloque de Paris du 10 au 12 mars 1977, Paris, CNRS, 1980, p. 255-278 ; Jarry Pierre, L’Office franco-allemand des paiements commerciaux et le commerce franco-allemand, Thèse de droit, Paris, 1936.

10 Doering D., Deutsche Aussenwirtschaftspolitik 1933-1935. Die Gleichschaltung der Aussenwirtschaft in der Frühphase des nationalsozialistischen Regimes, Berlin, 1969.

11 Barkaï Avraham, Das Wirtschaftssystem des Nationalsozialismus: Ideologie, Theorie, Politik, 1933-1945, Frankfurt am Main, 1988 ; Boelcke Willi A., Die deutsche Wirtschaft 1930-1945, Düsseldorf, 1983 ; James Harold, Deutschland in der Weltwirtchaftskrise 1924-1936, Stuttgart, 1988.

12 Sur les statistiques et l’ensemble des accords, se reporter à Schirmann Sylvain, Les relations économiques… op. cit..

13 Poidevin Raymond, « Vers une relance des relations économiques franco-allemandes en 1938-1939 », in Hildebrand R., Weber R. F. (Hrsgb.) Francia, Bd. 10, Deutschland – Frankreich 1936-1939, München, 1981 ; Knipping Franz, « Die deutsch-französische Erklärung vom 6. Dezember 1938 », in Hildebrand, Weber, Francia, Bd. 10, op. cit. ; L’Huillier Fernand, « Les Français et l’accord du 6 décembre » in Les relations franco-allemandes 1933-1939, Paris, CNRS, Paris, 1976 ; Lacaze Yvon, L’opinion publique française et la crise de Munich, Paris, 1991 ; Girault René, Frank Robert, (dir.), La puissance en Europe 1938-1940, Paris, 1984 ; Petzina Dietmar, Autarkiepolitik im Dritten Reich: der nationalsozialistiche Vierjahresplan, Stuttgart, 1968. Lire également Lacroix-Riz Annie, Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930, Paris, A. Colin, 2006.

14 Pour les chiffres, voir Schirmann Sylvain, Les relations économiques… op. cit., p. 244 et suiv.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg, et directeur de l’IEP de Strasbourg. Ses recherches portent sur l’histoire des relations économiques internationales au XXe siècle et sur la construction européenne. Il a publié, entre autres : Les relations économiques et financières franco-allemandes 1932-1939, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995 ; Crise, coopération économique et financière entre Etats européens 1929-1933, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000 ; Organisations internationales et architectures européennes 1929-1939 (dir.), Actes du colloque de Metz (31 mai-1er juin 2001), Centre de recherche Histoire et civilisation de l’Université de Metz, 2003 ; Quel ordre européen ? De Versailles à la chute du IIIe Reich, Paris, Armand Colin, 2006 ; Europe organisée, Europe du libre-échange ? Fin XIXe-années 1960 (en codirection avec Michel Dumoulin et Éric Bussière), Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2006.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search