Version classiqueVersion mobile

Parcours d’un enfant des Trente Glorieuses

 | 
Louis Bréas

Guadeloupe, première époque (1965‑1966)

Texte intégral

  • 1  Volontaire à l’aide technique, substitut au service militaire proposé à des diplômés qui venaient (...)

1Malgré l’intérêt que j’avais trouvé à l’informatique, où l’on m’aurait volontiers accueilli à la fin de ma scolarité, je devais partir dans les Dom, en Guadeloupe plus précisément, un peu à regret, mais pas trop quand même car il y avait là-bas l’attrait de l’inconnu, du voyage lointain et des tropiques. L’Insee, en concertation avec le ministère des Dom-Tom, avait décidé la création de services dans les Dom, où il n’avait jusque-là aucune structure permanente. Le premier avait été créé en Martinique deux ans plus tôt par Guy Broussous, un ancien de la Coopération. Nous devions, Pierre Jolly et moi, rejoindre les Antilles ; Pierre, qui devait faire son service militaire comme VAT1 auprès de Broussous en Martinique, et moi en Guadeloupe pour y créer le service. Pierre est parti dès la fin de notre scolarité. Pour ma part, j’ai d’abord fait un stage de six mois à la division Dom-Tom.

2Celle-ci, à l’exception de son chef, M. Pellier, qui avait son bureau au quai Branly, était installée rue Oudinot, au ministère des Dom-Tom, dans quelques bureaux tout en longueur qui semblaient avoir été gagnés sur un large couloir reliant deux bâtiments. Il y avait là Madeleine Dom, au nom prédestiné, administrateur de la même promotion que Malinvaud. Elle est la seule personne que j’ai jamais vu tutoyer celui qui allait devenir le plus emblématique de nos directeurs généraux en l’appelant Edmond ; je crois même l’avoir vue lui faire la bise…, mais je n’en jurerais pas, peut-être l’ai-je seulement imaginé. Il y avait aussi une jeune attachée d’une ou deux promotions avant la mienne, un vieux contrôleur et deux commis. Cette modeste équipe apportait la lumière de la statistique à un empire – certes constitué de minuscules points dispersés sur les océans du globe – sur lequel le soleil ne se couchait jamais. L’atmosphère était paisible et familiale. On ne voyait presque jamais M. Pellier, il était près de la retraite. Madeleine Dom, qui allait lui succéder, gérait son équipe avec une affection toute familiale, s’intéressant autant à la vie privée et aux familles de ses collaborateurs qu’à leur activité professionnelle ; on la surnommait affectueusement Domette. Une fois en Guadeloupe, je prendrais l’habitude de lui envoyer une lettre hebdomadaire ou bimensuelle manuscrite dans laquelle je lui rendrais compte à la fois de mon activité professionnelle et des événements de ma vie privée.

3À la division Dom-Tom, bien loin de l’informatique, on travaillait à l’ancienne. Les deux commis dépouillaient de petites enquêtes sans même la ressource de la mécanographie : après avoir codé les données sur des fiches cartonnées, elles élaboraient, lentement, les tableaux en examinant ces fiches une à une et en traçant de petits bâtons, groupés par cinq, dans les cases des tableaux correspondant à leurs caractéristiques. Je suis revenu aux outils que j’avais découverts comme vacataire : machine et rouleau à calculer. Madeleine Dom m’avait chargé, comme tâche de fond, de réaliser des projections démographiques pour les quatre départements d’outre-mer en appliquant une méthode mise au point par l’inspecteur général Henry. Je serais bien incapable aujourd’hui de présenter cette méthode. Il s’agissait, en gros, de faire progresser les générations sur les diagonales d’un diagramme de Lexis en organisant les calculs de manière à en minimiser la quantité. Cela faisait quand même beaucoup de calculs… Quant aux résultats, ils aboutissaient à des populations si considérables, dans chacun des Dom, que cela en était inquiétant. Heureusement, mes prévisions ne se sont pas réalisées. D’abord parce que l’émigration vers la métropole a pris, dès la seconde moitié des années soixante, une ampleur jusque-là inconnue, et une partie des enfants qui devaient surpeupler les Dom est allée naître en métropole ; ensuite parce que, à partir des années soixante-dix, la transition démographique a amené une très rapide réduction du nombre des naissances.

4J’étais resté en contact avec le Service électronique ; j’y avais gardé des amis et, surtout, Andrée Potier y faisait à son tour son stage de seconde année. Nos relations avaient pris un tour des plus sérieux. Si bien que je suis parti pour la Guadeloupe, en avril 1965, marié et futur papa. Andrée devait terminer sa scolarité à l’Ensae et me rejoindre en juillet. Elle allait entamer sa carrière à l’Insee par une mise en disponibilité, handicap qu’elle a, par la suite, fort bien surmonté.

5Je partais pour quatre ans, avec le contrat standard des fonctionnaires métropolitains nommés dans les Dom, soit deux séjours de deux ans avec un droit à congés, à prendre sur place, de dix jours par an ; chaque séjour était suivi d’un congé bonifié de quatre mois avec voyage de retour en métropole pris en charge par l’administration pour le congé intermédiaire. Ce régime « colonial » avait eu sa raison d’être lorsqu’il avait été mis en place à une époque où le transport aérien n’existait pas. En 1965, il se justifiait déjà beaucoup moins. Le régime indemnitaire était également fort avantageux. Le traitement indiciaire était majoré de 40 %, officiellement en raison du coût de la vie ; et, pour cette raison, tous les fonctionnaires, métropolitains et autochtones, en bénéficiaient. Il s’y ajoutait, pour les seuls métropolitains, une prime d’éloignement de douze mois de traitement indiciaire, versée en trois parts égales à l’arrivée, à l’issue du premier séjour et à la fin du contrat. Enfin, cerise sur le gâteau, tous les contribuables des Dom bénéficiaient d’une décote de 30 % sur le montant de l’impôt sur le revenu.

  • 2  Banque nationale pour le commerce et l’industrie, devenue plus tard la BNP.

6J’allais me trouver dans une situation administrative un peu particulière. Rémunéré par le ministère des Dom-Tom, j’étais sous l’autorité directe du préfet, le service de Statistique étant un service de la préfecture, mais fonctionnellement l’Insee, par le truchement de la division Dom-Tom désormais dirigée par Madeleine Dom, fixait mon programme de travail et définissait les méthodes à mettre en œuvre pour le réaliser. C’est du moins ainsi que j’avais compris que les choses devaient se passer. Je découvrirais plus tard qu’elles étaient un peu différentes. Madeleine Dom m’avait assigné deux tâches prioritaires : réaliser une enquête budget-consommation, notamment destinée à fournir les pondérations d’un futur indice des prix que j’aurais également à mettre en place, et créer un bulletin de statistiques en mobilisant les sources des administrations et institutions de la Guadeloupe. Au titre des moyens, j’aurais l’assistance d’un VAT, qui devait me seconder, et un compte, alimenté par le fonds d’investissement des départements d’outre-mer (Fidom), était ouvert à mon nom à la BNCI2. Il devait me permettre de recruter des agents contractuels et d’acheter les équipements et fournitures dont j’aurais besoin. Le premier de ces équipements, une Renault 4L, était déjà commandé avant mon départ. Tout semblait bien se présenter, mais l’enquête de consommation me préoccupait. J’avais participé, comme enquêteur, à de telles enquêtes pendant ma scolarité, à Cholet lors des vacances d’été et à Paris durant l’année scolaire. J’avais pu constater qu’elles étaient complexes et la perspective d’en être l’organisateur m’inquiétait un peu.

  • 3  Créole martiniquais ou guadeloupéen.

7Je suis parti avec mon VAT, Philippe Dain, fils d’un béké3 de Basse-Terre. C’était la première fois que je prenais l’avion, un Boeing 707, ce qui se faisait de plus gros à cette époque. Il était presque vide, bien qu’il n’y eût alors que deux ou trois vols par semaine vers les Antilles. On était loin des Airbus bourrés de touristes qui, aujourd’hui, se posent plusieurs fois par jour sur la piste du Raizet. Pour me mettre en forme, Philippe m’a rappelé qu’en 1962, un Boeing avec une centaine de passagers s’était écrasé à l’arrivée en Guadeloupe dans le massif des Mamelles.

8Philippe Dain allait se révéler un piètre second, plus préoccupé de faire des affaires – il sortait d’une école de commerce – que de faire progresser la connaissance statistique dans son île maternelle. Mais il m’a présenté son père, Anto, qui m’a pris en affection et avec qui nous allions nouer, Andrée et moi, des relations très chaleureuses.

  • 4  Géreur : contremaître chargé d’encadrer les équipes d’ouvriers agricoles (ou travailleurs) de la p (...)

9Anto Dain était un quinquagénaire dynamique, toujours en mouvement, le cœur sur la main, toujours prêt à rendre service. Il avait possédé l’une des plus grandes exploitations bananières de la Guadeloupe. En 1965, lorsque je l’ai connu, celle-ci s’était considérablement réduite et elle continuait de s’effriter. Lorsque nous circulions en voiture à Saint-Claude, il me montrait les terres qui lui avaient appartenu et qu’il avait dû vendre ; elles étaient maintenant, quasi systématiquement, couvertes de lotissements. Lorsque nous sommes revenus en Guadeloupe douze ans plus tard, tout avait été vendu. Anto, pourtant à l’âge de la retraite, devait travailler comme géreur4 dans une grande exploitation bananière de Capesterre. Il lui restait seulement l’habitation Dain, une grande et belle maison coloniale datant du xviiie siècle. Cette déchéance tenait sans doute en partie à une gestion trop laxiste et à une générosité excessive ; c’est du moins ce qu’affirmait rageusement son fils. Il est vrai qu’Anto était toujours prêt à abandonner ses tâches pour recevoir un ami, rendre un service ou se livrer à quelque activité ludique, et il pouvait dépenser sans beaucoup compter pour secourir ses travailleurs sans couverture sociale lorsqu’ils étaient malades. En vérité, la cause principale tenait à sa famille. Anto était marié à une béké dont il avait eu deux enfants, Philippe et une fille plus jeune de quelques années. Une dizaine d’années plus tôt, cette épouse l’avait quitté – elle lui reprochait, non pas d’avoir une maîtresse de couleur, c’était tout à fait banal, pas davantage de lui avoir fait des enfants, c’était tout aussi banal, mais de s’occuper de ces enfants et de vouloir leur donner un avenir –, et elle était partie avec ses propres enfants s’installer à Paris, où son train de vie et les études des enfants pompaient l’essentiel des bénéfices de l’exploitation.

10Anto m’a initié à la Guadeloupe, à ses communautés définies par des critères raciaux et sociaux, aux codes qui régissaient leurs relations.

11La classification alors en usage dans l’île distinguait les blancs-France ou métros, les blancs-pays, les syriens, les noirs, les indiens et les métis.

12Les blancs-France étaient majoritairement des fonctionnaires, principalement des catégories A et B dans les administrations régaliennes et enseignants du secondaire à l’Éducation nationale. Les blancs-pays, c’était d’abord les békés, propriétaires de grandes exploitations agricoles, de sucreries et de distilleries, mais qui investissaient aussi le commerce de gros et la grande distribution, qui commençait à pointer le nez ; c’était aussi des groupes de « petits blancs » sans fortune, qui partageaient le mode de vie des noirs ou des indiens, dans le centre de la Grande-Terre – les blancs-Matignon –, aux Saintes, à la Désirade et à Saint-Barthélemy. Békés et petits-blancs s’ignoraient, leur seule préoccupation commune était le maintien de leur pureté raciale.

13Les syriens, bien que blancs, n’étaient pas classés comme tels ; généralement de confession chrétienne, ils étaient venus du Moyen-Orient – de Syrie, mais aussi du Liban et de Palestine – durant la première moitié du xxe siècle. Ils avaient investi le commerce des étoffes à Basse-Terre et à Pointe-à-Pitre. La légende voulait que les premiers d’entre eux soient arrivés avec une lourde valise emplie d’étoffes qu’ils avaient vendues au porte-à-porte ; avec le produit de la vente, ils auraient fait venir du pays deux autres valises à leur tour vendues de la même façon, et ainsi jusqu’à ce que le chiffre d’affaires et les bénéfices soient assez importants pour installer une boutique. En 1965, il n’était pas rare de voir, rue Frébault à Pointe-à-Pitre, de vieux Syriens assis devant leurs boutiques bariolées d’étoffes multicolores lisant des journaux en langue arabe.

14Les indiens, pour la plupart, étaient arrivés dans la seconde moitié du xixe siècle, après l’abolition de l’esclavage, pour suppléer la défection des esclaves libérés, qui avaient été nombreux à refuser de continuer à travailler dans les plantations pour leurs anciens maîtres. Un siècle plus tard, ils constituaient toujours des communautés distinctes dont on repérait la présence, lorsque l’on circulait dans l’île, par les temples hindouistes aux couleurs vives qu’ils avaient édifiés.

15Entre les noirs et les métis, la distinction était plus sociale que raciale, car, en tout état de cause, la variété des tons de peau était trop continue pour que ce critère permette de poser une frontière. Étaient qualifiés de métis ceux qui pouvaient se prévaloir d’un certain niveau d’éducation et vivaient dans une certaine aisance : moyens propriétaires terriens – je ne pense pas qu’il y ait eu à l’époque de grands propriétaires de couleur –, commerçants prospères, membres des professions libérales, patrons de PME, fonctionnaires et enseignants, cadres et employés supérieurs du secteur privé… Les noirs étaient tous les autres, les plus nombreux, la masse des micropropriétaires terriens, ouvriers agricoles ou urbains, petits commerçants ruraux, domestiques… Même si le ton de peau moyen était plus clair chez les métis, dans un groupe comme dans l’autre on en parcourait toute la gamme. Avoir la peau claire était valorisant : d’un enfant que les hasards de la génétique avaient fait naître avec une peau claire, on disait qu’il était bien sorti. Pour autant, la présence d’un ancêtre noir dans l’ascendance n’était jamais oubliée : de ceux chez qui les caractères physiques d’une telle ascendance s’étaient tant atténués qu’ils en étaient devenus invisibles, on rappelait, chez les békés, qu’ils étaient des « sautés-barrière », terme que nous avons adopté plus tard, Andrée et moi, pour qualifier à l’Insee ceux qui, comme nous, étaient devenus administrateurs par la promotion au mérite.

16Ces différents groupes se mêlaient peu, entretenaient entre eux des relations hiérarchisées et se devaient d’adopter des comportements conformes à leur statut social. Ainsi, un blanc, a priori fortuné, devait se déplacer en automobile ; des VAT m’ont rapporté qu’ils s’étaient fait moquer et traiter de pauvres blancs par des travailleurs agricoles parce qu’ils arpentaient la campagne à pied pour mieux la découvrir. Les békés recevaient les blancs dans leur salon, mais les gens de couleur sur la terrasse, avec plus ou moins de cérémonie selon leur notoriété, mais jamais dans la maison. Le chien d’Anto illustrait cette pratique à sa manière : il m’a laissé entrer chez son maître sans broncher dès le premier jour, alors qu’il grondait lorsque le jardinier, qu’il connaissait depuis toujours, s’approchait un peu trop de la porte.

17D’un point de vue socio-économique, on pouvait plus simplement, en faisant abstraction des critères raciaux, ramener ces différents groupes à deux. Le groupe de ceux que l’on pourrait appeler les nantis, grands et moyens propriétaires, commerçants, membres des professions libérales, fonctionnaires de tous grades aux salaires majorés, salariés de certaines activités de services, la banque ou la santé par exemple, bénéficiant d’avantages analogues à ceux des fonctionnaires, personnels d’encadrement et techniciens dans les autres secteurs… soit les békés, les métis, les blancs-France, sans doute la plupart des syriens et la fraction des indiens sociologiquement assimilables aux métis par le niveau de leurs revenus ; au total, peut-être un tiers de la population. À l’intérieur de ce groupe, l’échelle des revenus était évidemment large, moins large cependant qu’en France métropolitaine, car il y manquait les revenus les plus faibles comme les très grandes fortunes, que l’exiguïté du territoire ne permettait pas de constituer. À niveau égal de qualification ou de responsabilité, le revenu moyen était supérieur à celui de la métropole : l’avantage concédé aux fonctionnaires, au nom de la cherté de la vie, tirait vers le haut les revenus de salariés du privé de niveau équivalent, dont les employeurs devaient faire face à la concurrence du secteur public, ainsi que ceux des professions libérales, des prestataires de services et des commerçants, dont les honoraires et les marges bénéficiaires profitaient du surcroît de pouvoir d’achat ainsi distribué.

  • 5  Lolo : petite épicerie vendant en vrac, le plus souvent en très petite quantité, des produits de b (...)
  • 6  50 pas géométriques ou 50 pas du roi : bande littorale d’environ 80 mètres de large intégrée au do (...)
  • 7  Racines : ignames, manioc, madères, fruits à pain et autres gros légumes farineux et énergétiques.

18L’écart avec les revenus du deuxième groupe en était d’autant plus important ; le deuxième groupe, c’est-à-dire celui des micropropriétaires terriens, des ouvriers agricoles, du prolétariat urbain, des domestiques, du microcommerce, avec les lolos5 dans les campagnes et les quartiers populaires des bourgs, la vente sur les marchés ou au porte-à-porte…, soit, pour l’essentiel, les noirs, les indiens et les petits blancs. La caractéristique commune de ce groupe était le sous-emploi, en raison du caractère saisonnier de l’emploi dans les régions de culture de la canne à sucre, de son caractère intermittent lié, par exemple, aux mouvements des navires pour les travailleurs des ports, mais résultant aussi de ce que les embauches se faisaient le plus souvent à la journée. Mais sous-emploi également pour des emplois à plein-temps faiblement rémunérés en raison de leur faible productivité, réelle ou supposée. L’exemple le plus patent en était les emplois domestiques : très officiellement, la Caisse générale de sécurité sociale calculait les cotisations sur les salaires sur la base d’un salaire forfaitaire des servantes égal au quart du SMIG local, lui-même inférieur d’environ 20 % au SMIG métropolitain. Et, pour autant que j’ai pu m’en rendre compte, rares étaient les employeurs de servantes qui respectaient ce seuil, comme rares étaient ceux qui les déclaraient et payaient leurs cotisations. La faible productivité était également patente dans le microcommerce des lolos ou des marchés, où l’on pouvait voir des marchandes passer leur journée pour vendre quelques kilos de tomates ou de poisson. Des études datant de quelques années estimaient que le revenu moyen par tête de ce groupe très homogène se situait entre le tiers et le quart de celui du bas de distribution du groupe des nantis. Cette extrême faiblesse de revenus monétaires, qui n’est pas sans rappeler ce que j’avais connu dans le Puy-de-Dôme à l’aube des années cinquante, était cependant compensée par la pratique des cultures vivrières, généralisée en zone rurale et assez largement répandue en zone urbaine. La propriété agricole était extraordinairement éclatée ; le recensement agricole de 1957 avait dénombré 24 000 exploitations, dont 14 000 cultivaient moins d’un hectare, 9 000 de 1 à 5 hectares, 500 de 5 à 100 hectares et seulement 50 plus de 100 hectares. La pratique des cultures vivrières ne se limitait pas aux propriétaires. Les travailleurs attachés aux grandes plantations sucrières ou bananières cultivaient des « habituées », jardins vivriers mis à leur disposition par les planteurs. Ceux des bourgs en cultivaient aussi sur le pourtour de leur case, ou dans le domaine public des 50 pas géométriques6. La nature, en Guadeloupe, est généreuse. Un jardin vivrier de quelques ares avec ses arbres fruitiers offrait, outre sa production de légumes et de racines7, de quoi élever un cochon, quelques poules, éventuellement une chèvre ou deux et de produire ainsi une part notable de l’alimentation d’une famille. Cette existence très chiche ne semblait pas générer de frustrations. Cette population n’était pas entrée dans la société de consommation et ne semblait pas aspirer à l’accumulation de biens matériels. Je me souviens à ce propos d’une conversation avec le directeur du laboratoire de l’Inra. Il employait, pour ses cultures expérimentales, des ouvriers agricoles qu’il payait bien entendu au taux légal, ce qui n’était pas toujours le cas des planteurs. Il ne parvenait pas à obtenir qu’ils travaillent à plein-temps car, en travaillant deux ou trois jours par semaine seulement, ils gagnaient, compte tenu de leurs autres ressources – prestations sociales et jardins vivriers –, suffisamment d’argent pour satisfaire leurs besoins.

  • 8  Guy Lasserre, La Guadeloupe, étude géographique, thèse de doctorat, Bordeaux, 1961.

19Guy Lasserre8 écrivait en 1960 :

« La polyculture vivrière évite la trop grande misère et le chômage. On ne connaît pas aux îles la vraie misère de la faim – si redoutable dans les pays à hiver ou à longue saison sèche – sauf dans les grandes agglomérations et chez les pauvres gens des petites dépendances. La récolte de la canne ne dure que quatre mois. Le travailleur saisonnier se replie ensuite sur son lopin de terre, cultive une habituée, donne un “coup de main” aux voisins, prend quelques tâches de sarclage, met un casier à la mer et parvient à vivre jusqu’à la récolte prochaine qui lui apportera quelque argent. Sans la pratique généralisée du jardin vivrier, le chômage saisonnier succédant à la coupe poserait de redoutables problèmes. L’économie de subsistance explique aussi l’étonnante résistance de la Guadeloupe aux crises économiques qui ont frappé ses produits d’exportation. Seules les grandes fortunes ont été ébranlées et ont changé de mains, mais le cours de la vie du travailleur rural n’en a pas été modifié. »

20En 1965, ce monde était finissant, tout avait déjà commencé de changer. Nous verrons, pendant les dix-huit mois de notre séjour, des troubles se développer, qui aboutiront, en mai 1967, aux affrontements entre forces de l’ordre et manifestants qui provoqueront la mort de près d’une centaine de ces derniers.

  • 9  Ena : École nationale d’administration [N.D.E.].

21À mon arrivée, pendant mes mois de célibat, j’ai d’abord partagé l’appartement d’un VAT affecté à la préfecture, Philippe Vérité ; j’ai aussi partagé ses loisirs et ceux du stagiaire de l’Ena9, Xavier de Boëry. Nous allions à la plage l’après-midi et, souvent, le dimanche, déjeuner dans l’un des grands hôtels de la Guadeloupe, Fort Royal à Deshaies et La Caravelle au Gosier. Nous sommes restés liés après l’arrivée d’Andrée. Notre ménage est devenu un foyer d’accueil pour ces jeunes célibataires esseulés ; ils venaient dîner à la maison lorsqu’ils étaient las de se nourrir de sandwiches. Lorsqu’ils ont quitté la Guadeloupe, leur temps achevé, ils nous ont présenté leurs successeurs, Molère, stagiaire Ena, et André Labat, VAT, qui ont repris leurs ronds de serviette à notre table. Ces deux-là étaient d’affreux jojos, très réjouissants, sans cesse à la recherche d’un tour pendable. Molère était l’exact contraire de l’idée que l’on se fait de l’énarque, a priori bien-pensant et conventionnel. Il brocardait les valeurs de la République, ou plutôt leurs représentations, les attitudes convenues du cercle des directeurs et chefs de service des administrations, celles des élus et autres personnalités locales aussi, avec une constance et une vigilance qui ne se relâchaient jamais. Il a fini en exil, à la caserne des CRS de Pointe-à-Pitre, chargé de je ne sais quelle tâche subalterne, lorsque le préfet a découvert qu’il avait mis le logement d’un fonctionnaire de la préfecture parti en congé bonifié, dans lequel il avait été provisoirement logé, dans un état de saleté épouvantable ; et surtout qu’il avait, faute impardonnable, tapissé les toilettes avec le stock, volé à la préfecture, des portraits officiels du Général en président de la République : un à l’endroit, un à l’envers, sur tous les murs et le plafond. Je crains que son stage en Guadeloupe ait beaucoup nui à son rang de sortie de l’Ena. Plus pernicieux, André Labat était du genre fayot cynique et profiteur. Il flattait sans retenue ceux dont il espérait quelque chose et réussissait généralement à l’obtenir. Il avait ainsi obtenu de l’animatrice d’un groupe de danse folklorique composé de jeunes filles, dont on murmurait qu’elles ne faisaient pas que de la danse, le prêt d’un piano contre promesse d’une subvention au titre de la préservation du patrimoine culturel qu’il se faisait fort de lui obtenir. Il occupait, à la cité Ducharmoy, un studio mitoyen du logement occupé par un jeune couple récemment marié. Les murs étaient de papier et il ne perdait rien de leurs ébats amoureux ; cela l’agaçait, lui qui faisait abstinence, alors il se mettait au piano, jouait la « Lettre à Élise » fortissimo, de façon à ce qu’on l’entende dans toute la cité, et faisait savoir pourquoi. Il s’était aussi introduit dans une famille béké qui avait une fille à marier, s’était fiancé et profitait des largesses de son futur beau-père alors qu’il avait l’intention, clairement affirmée, de rompre ses fiançailles dès son service terminé. Ces deux-là, malgré leurs mauvaises manières, nous ont beaucoup réjouis.

  • 10  Deux bandes de béton armé de 50 centimètres de large, posées parallèlement sur la piste avec un éc (...)

22Il fallait que je trouve un logement à moi avant l’arrivée d’Andrée et des quelques meubles qu’elle avait achetés pour commencer à monter notre ménage. J’avais sollicité la préfecture pour en obtenir un à la cité Ducharmoy, propriété de l’État, composée de maisons individuelles parfois mitoyennes. On y logeait la plupart des fonctionnaires venus de métropole pour des loyers dérisoires. Les choses n’avançant guère, je cherchais ailleurs ; en l’absence d’agences immobilières, la prospection n’était pas simple. Avec l’aide d’Anto, après bien des péripéties, j’ai trouvé une maison coloniale qui m’a enthousiasmé. Elle datait du xixe siècle, murs en dur de 80 centimètres d’épaisseur, cinq portes en façades ouvrant sur une galerie couverte, pas de vitres, mais des jalousies en bois, de vastes pièces parquetées… La maison était fraîche, tout était conçu pour que l’air circule, que la lumière pénètre dans la maison, mais pas le soleil. Toutefois, sur le toit, la tôle ondulée avait remplacé les bardeaux d’origine – on n’arrête pas le progrès. La maison était isolée, à 300 mètres d’altitude au-dessus de Basse-Terre, au milieu d’une bananeraie. On y jouissait d’une vue remarquable sur la mer des Caraïbes et le soleil couchant. Le lieu s’appelait l’Îlet, car la bananeraie était cernée par trois petits cours d’eau qui l’isolaient. On y accédait par une piste rendue carrossable par des bandes de roulement10. Nous avions pour seuls voisins les travailleurs de la bananeraie, qui occupaient un hameau d’une dizaine de cases à quelques dizaines de mètres, et un lolo qui fournissait les familles des travailleurs en riz, huile, morue, viande salée, sucre, sel et rhum, produits de base de l’alimentation guadeloupéenne. Les travailleurs habitaient des cases en bois posées sur quatre plots de ciment pour les isoler du sol. Elles étaient dotées d’un jardin vivrier et ombragées par un arbre à pain ou un manguier. Cette organisation de l’habitat rural était quasi générale dans toute la Guadeloupe. Les arbres à pain, majestueux et aisément reconnaissables à leurs larges feuilles indentées, permettaient de repérer de loin les lieux habités avant que les cases qu’ils ombrageaient soient visibles.

23Nous entretenions avec ce petit monde des relations de bon voisinage. Les travailleurs passaient volontiers la tête par les portes toujours ouvertes pour dire bonjour et voir comment les jeunes blancs étaient installés. Le chien et le chat du géreur avaient pris pension, nos restes apportaient une variété bienvenue à leur régime alimentaire.

24Nous avons dû quitter ce logement au bout de six mois, à regret, le propriétaire ayant décidé de l’occuper lui-même, pour aller nous installer à la cité Ducharmoy dans une petite maison de trois petites pièces, dotée d’un petit jardin. Tout était petit ; nos quelques meubles, qui paraissaient égarés dans les vastes pièces de l’Îlet, suffisaient désormais à bien occuper l’espace. Nous avions pour voisins les occupants des deux maisons mitoyennes de la nôtre, un jeune enseignant, son épouse et leur bébé, et les Bur. Nous n’avons pas noué de liens avec le jeune couple ; dans la population des fonctionnaires métropolitains, les enseignants constituaient un groupe distinct qui se mêlait peu aux autres. Les Bur, c’était André, attaché de préfecture, son épouse Arlette, femme au foyer, et leurs deux enfants âgés d’une dizaine d’années. Arlette a adopté Andrée, nous sommes devenus bons amis.

25Mais venons-en, il est temps, à mon activité professionnelle.

26Sitôt débarqué de l’avion, j’étais allé me présenter au préfet, M. Bonhomme, le bien nommé car c’était un homme affable qui m’a abreuvé de bonnes paroles, m’a dit toute l’importance qu’il attachait à ma mission et m’a renvoyé sur ses deux secrétaires généraux pour les détails : l’un chargé de l’économie, à qui j’aurais à faire dans mon activité professionnelle, l’autre chargé de l’administration, qui devait me trouver des bureaux et m’affecter quelques moyens en personnel. Le premier, M. Masson, était un jeune sous-préfet qui occupait là son premier poste ; il était sympathique, nous avons parlé très librement de ce que j’allais faire. Le second était un quinquagénaire pète-sec qui m’a toisé de son fauteuil directorial. Manifestement, j’avais une tête qui ne lui revenait pas, ce qui s’est confirmé dans la suite de nos relations, mais il m’a fallu attendre presque un an pour en connaître la raison par André Labat, qui entretenait les meilleures relations avec lui. Elle tenait à mon ignorance des usages dans les relations avec les membres du corps préfectoral. J’en connaissais tout juste assez pour savoir que l’on s’adresse à un préfet en lui donnant son titre et en lui présentant ses respects, ce que j’avais fait, mais j’avais considéré que les secrétaires généraux, dont je n’avais pas encore compris qu’ils appartenaient au corps préfectoral, ne méritaient pas tant d’honneur et je les avais donc abordés avec un « Bonjour Monsieur » au lieu de « Mes respects, monsieur le secrétaire général ». Masson ne s’en était pas ému, mais l’autre en avait conclu que j’étais un jeune insolent irrespectueux. Il me l’a fait payer jusqu’à la fin de mon séjour, triste conséquence d’une carence de l’enseignement de l’Ensae.

  • 11  DADS : déclaration annuelle des données sociales [N.D.E.].

27Cette gaffe faite, je suis parti en Martinique pour un stage de quelques semaines auprès de Broussous, voir comment il avait organisé son service afin de m’en inspirer. Celui-ci avait déjà pris quelque consistance. Broussous était secondé par deux VAT, mon copain Pierre Jolly et un garçon barbu qui m’a accueilli dans son modeste logement pendant mon séjour mais dont, en toute ingratitude, j’ai aujourd’hui oublié le nom. Broussous avait réalisé l’enquête de consommation que je devais faire en Guadeloupe, sans problème ; il m’a donné quelques conseils qui m’ont rassuré. Il avait recruté 5 ou 6 vacataires, organisé la collecte des relevés de prix, déterminé les articles à suivre et la liste des magasins à enquêter. Il s’apprêtait à publier les premiers résultats et, dans le même temps, entreprenait de dépouiller les déclarations annuelles de salaires des entreprises, les états 2460 devenus DADS11 aujourd’hui. Tout se passait bien, j’avais une vision claire de ce qui m’attendait, je pouvais retourner en Guadeloupe rassuré.

28Dès mon retour, j’ai pris possession des locaux que m’avait réservés mon « ami » le secrétaire général pour l’administration, deux bureaux mal ventilés en demi-sous-sol. Il y régnait une chaleur torride et l’humidité était telle que les objets métalliques y rouillaient en quelques jours, notamment les trombones et les agrafes, ces accessoires indispensables de l’activité administrative : tous mes papiers étaient tachés de rouille. J’ai aussi pris possession du personnel qu’il mettait à ma disposition, soit une dame d’une cinquantaine d’années – il ne pouvait faire mieux, m’a-t-il dit d’un ton sec –, agent de bureau, qui considérait à l’évidence cette affectation comme une brimade et s’est immédiatement employée à me le faire comprendre par tous les moyens, notamment en déployant une stratégie qui consistait à ne pas faire ou à mal faire tout ce que je lui confiais. Elle manifestait une aversion particulière pour les travaux de calcul, ce qui est ennuyeux dans un service de Statistique. À la préfecture, on ne lui avait jamais demandé de faire des choses pareilles. Elle me rendait des tableaux dont les totaux en lignes et en colonnes s’équilibraient rarement, et n’a jamais semblé comprendre pourquoi ils auraient dû le faire. Après quelques semaines de vains essais, je l’ai rendue à la préfecture et j’ai embauché, sur le budget Fidom, une jeune fille qui venait d’obtenir son bac et s’est révélée une employée intelligente, travailleuse et pleine d’initiative. Elle a, hélas, été frappée par la leucémie quelque six mois plus tard et elle est décédée dans les semaines qui ont suivi le diagnostic. Cette fin navrante m’a affecté, je m’étais attaché à cette jeune fille, vive et sympathique, animée par la volonté de bien faire et l’ambition de s’élever dans la hiérarchie administrative.

29J’ai, pour la remplacer, embauché une autre jeune fille, Simone Philogone, qui sortait aussi du système scolaire et qui s’est également révélée une employée fiable et efficace. Elle a fait une longue carrière à l’Insee, en Guadeloupe jusque dans les années quatre-vingt, puis en métropole, à la DR d’Orléans.

30J’ai entrepris de réaliser les deux objectifs qui m’étaient assignés.

31Pour la mise en place du bulletin de statistique, dont la publication devait être trimestrielle, j’ai entrepris la tournée des chefs des services détenteurs de l’information – c’était aussi l’occasion de faire leur connaissance – en expliquant à chacun combien il était important de publier périodiquement les données météorologiques, les naissances, mariages et décès, les importations et les exportations, les mouvements aux frontières, les nuitées d’hôtel, les permis de construire délivrés, le nombre de chômeurs en fin de mois, les immatriculations au registre du commerce et des sociétés et au répertoire des métiers, le montant des prestations sociales versées, l’activité hospitalière, etc. L’accueil était le plus souvent courtois, on me donnait du « monsieur le directeur », mais l’intérêt pour mon entreprise était modéré. La plupart m’ont renvoyé sur leurs collaborateurs compétents. Ceux-ci, à défaut de bien saisir à quoi pourrait bien servir tout cela, m’assuraient avec conviction qu’ils s’emploieraient à me transmettre les données demandées chaque mois dans le délai le plus court et, à défaut de le faire pour la plus grande gloire de la statistique, ils le feraient pour moi. J’étais confondu devant tant d’amabilité, mais j’ai dû déchanter. J’ai rapidement découvert que la formule « je vais le faire pour vous, monsieur le directeur » est, aux Antilles, une formule de politesse qui ne constitue pas réellement un engagement fort. J’ai dû faire de nombreuses relances avant de réunir de quoi publier le premier exemplaire du bulletin.

32La grosse affaire était l’enquête de consommation. Le budget permettait d’enquêter 1 000 à 1 200 ménages. L’enquête devait s’étaler sur un an, entre octobre 1965 et septembre 1966 ; cet étalement était indispensable du fait du caractère fortement saisonnier de l’activité sucrière dont vivait la quasi-totalité de la population rurale de Grande-Terre et de la côte au vent de Basse-Terre. J’ai décidé de limiter l’enquête à la Guadeloupe « continentale », Grande-Terre et Basse-Terre, car y inclure les dépendances (Marie-Galante, La Désirade, Les Saintes, Saint-Barthélemy et Saint-Martin) eût entraîné des charges supplémentaires importantes, en temps et en argent, en raison des déplacements nombreux que cela eût nécessité, sans profit statistique car les échantillons dans chacune de ces îles eussent été trop faibles pour être représentatifs. J’ai constitué un échantillon aréolaire et Philippe Dain est parti sur le terrain repérer les logements à enquêter et effectuer la pré-enquête, qui consistait simplement à enregistrer la composition des ménages. Nous utiliserions les mêmes questionnaires qu’en Martinique, corrigés de quelques défauts que Broussous avait constatés. J’ai lancé une campagne de recrutement des enquêteurs et préparé leur formation. Nous étions en septembre, l’enquête pourrait commencer, avec un peu de retard, avant la fin de l’année.

33Mais la mécanique s’est enrayée. J’ai été convoqué par le secrétaire général Masson. Nous avions changé de préfet pendant l’été ; M. Bonhomme était parti et son remplaçant avait une opinion toute personnelle de la façon dont devait se dérouler l’enquête. Mon montage était à ses yeux excessivement compliqué et coûteux, et il faudrait attendre encore au moins un an et demi avant de disposer des résultats. Il avait décidé que l’enquête serait, territorialement, limitée à Grande-Terre – on limiterait ainsi les déplacements et les différences avec Basse-Terre n’étaient pas, à ses yeux, telles que les résultats n’y soient pas extrapolables – et elle se déroulerait sur six mois, au premier semestre de 1966. Autrement dit, on allait faire l’enquête dans un territoire vivant principalement de la canne à sucre pendant la saison de la coupe, donc dans la période où tout le monde a du travail. J’ai fait remarquer au secrétaire général que l’enquête serait très fortement biaisée. Il n’en a pas disconvenu, mais c’était le choix du préfet. J’ai demandé à rencontrer ce dernier : inutile, m’a-t-il dit, sa décision est prise. Je me suis souvenu de mon entrée à l’Ensae et du discours de mon professeur d’indices. J’ai quitté le secrétaire général après lui avoir dit que la demande du préfet me posait un très sérieux problème de conscience. A priori, l’éthique statistique m’interdisait d’y obtempérer et je souhaitais m’assurer, avant de lui donner ma réponse, que la hiérarchie de l’Insee partageait bien mon point de vue. J’ai écrit immédiatement à Madeleine Dom, qui m’a répondu qu’il m’était difficile de déroger aux ordres du préfet en faisant l’enquête à ma manière, puisqu’il était mon supérieur hiérarchique, mais que je pouvais par contre refuser de la faire à la sienne au nom de l’éthique. Un courrier signé du directeur général exposant la position de l’Insee était envoyé au préfet le même jour. Je n’ai pas eu copie de ce courrier et je n’ai pas eu à opposer un refus explicite, car le secrétaire général Masson m’a convoqué à nouveau quelques jours plus tard pour me dire que le préfet avait décidé d’annuler l’enquête. Je n’ai pas revu le préfet jusqu’à mon départ, sa porte m’étant désormais fermée.

34Plus d’enquête, donc plus de source pour déterminer les variétés de l’indice des prix et leurs pondérations. Après concertation avec Madeleine Dom et Broussous, nous avons conclu que les structures de consommation et les produits consommés en Guadeloupe devaient être peu différents de ce qu’ils étaient en Martinique. Nous avons décidé d’y faire référence pour le calcul d’un indice que l’on qualifierait de provisoire. Nous courions certes le risque d’un biais, mais qui serait moins important que celui qui aurait résulté d’une enquête à la mode préfectorale. L’affaire avait servi de leçon : créer des services de statistique au sein des préfectures, sous l’autorité directe du préfet, était une mauvaise solution. La direction de l’Insee s’employait déjà à rompre le lien. Lorsque cela serait fait, on pourrait réaliser l’enquête dans des conditions satisfaisantes et, s’il apparaissait que variétés et pondérations étaient quelque peu différentes de celles de la Martinique, les données accumulées par les relevés de prix permettraient quand même, au prix d’ajustements mineurs, de corriger l’indice provisoire. J’ai constitué deux échantillons de points de vente, à Basse-Terre et à Pointe-à-Pitre, et j’ai embauché deux enquêtrices de prix, dont, pour Basse-Terre, Andrée, à qui l’état de femme au foyer pesait un peu.

35Andrée avait accouché en novembre d’une petite fille que nous avons prénommée Marielle. Nous avons eu quelques difficultés à rejoindre la clinique, car un pneu nous a lâchés en route et j’ai dû changer la roue pendant que ma chère épouse attendait, assise sur le trottoir. L’accouchement s’est bien passé, sans assistance médicale car il a été très rapide, et, le temps que le médecin arrive, tout était fini. La petite est sortie de la clinique en mauvais état, diarrhée, muguet…, à peu près tout ce que l’on peut attraper dans un établissement de soins pas trop regardant sur les problèmes d’hygiène. Elle s’en remettait mal, les traitements que prescrivait la jeune pédiatre que nous consultions ne semblaient pas avoir grand effet. C’était inquiétant. Et puis, elle avait un regard bizarre, les paupières toujours plissées, des yeux uniformément foncés, sans qu’on distingue l’iris de la pupille, qui roulaient et ne fixaient rien. La pédiatre n’en disait rien. J’essayais de rassurer Andrée, mais en vérité je ne l’étais guère moi-même. Nous allions découvrir, peu après, que nos inquiétudes étaient justifiées.

36Sur son lit d’accouchée, à la clinique, Andrée avait reçu la visite de Monsieur D. J’avais entendu parler de lui, plus exactement Madeleine Dom m’avait écrit à son sujet. Il était magistrat et il venait d’être nommé substitut général de la Guadeloupe. Son épouse était attachée de l’Insee et elle revendiquait mon poste, arguant de son droit à avoir un poste pour suivre son mari et de son ancienneté qui, à en croire la façon dont son mari exprimait la chose, lui donnait le droit de me virer pour prendre ma place. Bref, D. était venu à la clinique pour exposer tout cela à une jeune femme fraîchement accouchée et lui demandait, sans beaucoup de délicatesse, de nous préparer à partir dans les meilleurs délais. Andrée l’a poliment éconduit. J’en suis encore à me demander pourquoi il avait fait cette démarche auprès d’elle, alors que j’étais facilement joignable à la préfecture. La solution, cependant, avait les faveurs de la direction de l’Insee. Si je restais à mon poste, nous serions trois attachés en Guadeloupe, dont deux en disponibilité. Mauvaise affaire pour l’Insee qui manquait de cadres ; pour l’intérêt de l’institution, il valait mieux que nous rentrions. Nous étions partagés. Pour moi-même, cette perspective était frustrante, je n’aurais le temps de mener à bien rien de ce que j’avais entrepris, et les mauvaises manières de D. nous incitaient à refuser dans le seul but de l’emmerder. À l’inverse, pour Andrée, un retour prématuré lui permettrait d’entamer sa carrière, au Service électronique par exemple, où on l’accueillerait bien volontiers. Et puis, il y avait Marielle, à qui, à l’évidence, le climat de la Guadeloupe ne réussissait pas.

37Au début de l’année 1966, nous avons découvert que l’étrangeté de son regard tenait à une malformation des yeux, l’aniridie ou absence d’iris, très rare, qui frappe une personne sur 40 000. Ses yeux ne disposaient pas de ce diaphragme qu’est l’iris, qui s’ouvre ou se ferme en fonction de l’intensité de la lumière, réglant ainsi l’intensité des rayons lumineux qui vont frapper le nerf optique. L’ophtalmologiste de Pointe-à-Pitre qui avait porté diagnostic nous a recommandé de la faire examiner à Paris, à l’hôpital Necker-enfants malades, qui disposait des moyens d’un examen approfondi permettant de confirmer son diagnostic et de préciser la gravité de l’affection. Andrée, rendez-vous pris à Necker, est partie avec Marielle. Finalement, les examens ont été, après diverses péripéties, réalisés à l’hôpital des Quinze-Vingts, spécialisé en ophtalmologie. Le diagnostic a été confirmé. Nous avons appris que notre enfant aurait probablement une vision de l’ordre de 1/20e, sans correction possible, d’une part parce qu’avec un diaphragme ouvert au maximum, les contours de ce que l’on voit sont nécessairement flous, d’autre part parce que l’absence d’iris s’accompagnait d’une moindre sensibilité du nerf optique. Il faudrait veiller à ce qu’elle se protège des lumières trop vives. Il se pourrait aussi qu’elle ne distingue pas les couleurs. Par contre, les tests effectués montraient qu’elle ne souffrait pas de retard mental, affection qui accompagne l’aniridie dans une importante proportion de cas. Ce dernier diagnostic nous a grandement soulagés et l’avenir a montré qu’il était fondé : Marielle a fait de brillantes études qui l’ont conduite à l’École des mines de Paris.

38Nous avons alors décidé de rentrer, Marielle allant avoir besoin d’un suivi médical spécialisé qui serait mieux assuré en métropole. On était au printemps 1966. Après négociations avec la direction générale, nous avons conclu que nous rentrerions en septembre.

39Au plan professionnel, cette décision a un peu bloqué les choses. Le projet de détacher le service de Statistique de la préfecture avait abouti. J’étais désormais hiérarchiquement rattaché à la division Dom-Tom et j’étais payé par l’Insee. Pour le reste, pas de changement : le fonctionnement du service restait, au moins provisoirement, financé par le Fidom. Dans le bulletin trimestriel, je m’efforçais d’ajouter aux séries statistiques au moins un article par numéro. Je n’en garde aujourd’hui aucun souvenir ; ces articles ne méritaient sans doute pas que l’on se souvienne d’eux. J’y ai ajouté la publication, sur deux pages, d’un bulletin mensuel, intitulé Informations rapides, pour les quelques séries disponibles avec cette périodicité. J’ai aussi entrepris d’exploiter les états 2460. J’ai, pour ce faire, embauché comme vacataires quelques-uns des jeunes gens que j’avais pressentis pour l’enquête de consommation. Cette opération m’a donné l’occasion de faire la connaissance de la maîtresse d’Anto, Mildah, que le secrétaire général Masson avait mise à ma disposition pour organiser et encadrer l’atelier de chiffrement. Elle s’est révélée une aide très efficace. Heureusement, Philippe Dain, son temps de VAT terminé, était reparti en métropole ; sa cohabitation professionnelle avec Mildah eut été problématique. Il n’a pas été remplacé, compte tenu du coup d’arrêt à mon programme de travail.

  • 12  Udaf : Union départementale des associations familiales.

40J’ai fait quelques conférences, pour des publics divers, dont je ne garde pas grand souvenir, sauf de celle à l’assemblée générale de l’Udaf12, où j’ai fait état de mes projections démographiques et attiré l’attention sur les conséquences d’une natalité trop exubérante. Le message a surpris et suscité des réactions mitigées. Anto, à qui j’en ai fait le récit, m’a confirmé que j’avais en effet gaffé, certes car le contrôle des naissances n’était pas un sujet à aborder sans beaucoup de précautions devant le public des associations familiales, mais surtout, peut-être, parce que le président de l’Udaf avait plusieurs dizaines d’enfants, quelques-uns de son épouse légitime, les autres de ses nombreuses maîtresses.

41Enfin, on prévoyait de développer le service pour l’amener assez rapidement à une dizaine d’employés. Compte tenu de mon prochain départ, c’est Mme D. qui en aurait la charge. Il faudrait de nouveaux locaux. Le service du Cadastre occupait, dans un immeuble proche de la préfecture, deux appartements, d’une superficie totale d’une centaine de mètres carrés, qu’il devait libérer en octobre. Cela ferait l’affaire ; j’ai signé un bail de location avec le propriétaire.

42Le mois de septembre est arrivé. Quelques jours avant notre départ, la Guadeloupe a été frappée par le cyclone Inès. Il y avait un système d’alerte progressif et efficace pour les cyclones : au niveau 1, la radio annonce la présence d’un cyclone dans la proximité du territoire et demande à la population de rester attentive, à l’écoute des informations ; au niveau 2, la menace se précise, il faut rentrer chez soi et se préparer à affronter le monstre, rentrer les fauteuils de jardin, vérifier portes et fenêtres… ; au niveau 3, le monstre arrive, on s’enferme et on attend que cela passe. Pour ceux qui vivaient dans des habitations légères, des refuges étaient prévus dans les bâtiments publics, qu’ils devaient rejoindre dès l’alerte de niveau 2.

43Nos meubles étaient déjà partis, il ne restait dans la maison qu’un lit, le berceau de Marielle et de quoi faire une cuisine sommaire. Nous sommes allés nous réfugier chez les Bur avec ma dernière bouteille de rhum, c’était la meilleure occasion possible de lui faire un sort. Le passage du cyclone a été assez court, deux heures et demie à trois heures, avec une accalmie d’une vingtaine de minutes au milieu quand nous nous sommes trouvés dans l’œil. J’ai trouvé cela moins impressionnant que ce à quoi je m’attendais, peut-être parce que notre immeuble se trouvait dans une légère dépression qui lui a apporté une protection relative, ou peut-être parce que, depuis les fenêtres des Bur, il n’y avait pas grand-chose à voir. Seul le formidable rugissement du vent nous disait qu’il se passait, au dehors, quelque chose de pas ordinaire. Mais, nous l’avons constaté après, les ravages étaient sérieux : arbres brisés, pylônes de haute tension pliés en deux, toitures arrachées, cases déplacées parfois sur quelques dizaines de mètres, apparemment sans être autrement endommagées… Il n’y a pas eu de raz de marée, les destructions massives en bord de mer ont été évitées. Les champs de canne à sucre ont assez bien résisté – en septembre, les cannes sont encore jeunes et souples et peuvent ployer sans rompre sous les assauts du vent –, mais les bananeraies ont été totalement détruites. Autour de Basse-Terre, le spectacle de vastes espaces couverts de bananiers brisés, dont la couleur passait lentement du vert exubérant, si caractéristique de cette région, au brun passé des paysages d’automne, était absolument désolant. C’est l’image forte que je garde de notre départ, quelques jours plus tard.

Notes

1  Volontaire à l’aide technique, substitut au service militaire proposé à des diplômés qui venaient de terminer leurs études.

2  Banque nationale pour le commerce et l’industrie, devenue plus tard la BNP.

3  Créole martiniquais ou guadeloupéen.

4  Géreur : contremaître chargé d’encadrer les équipes d’ouvriers agricoles (ou travailleurs) de la plantation.

5  Lolo : petite épicerie vendant en vrac, le plus souvent en très petite quantité, des produits de base tels que riz, huile, morue, viande salée, sucre, sel, rhum…, auxquels s’ajoutaient quelques conserves comme du lait concentré, du corned-beef et de rares friandises.

6  50 pas géométriques ou 50 pas du roi : bande littorale d’environ 80 mètres de large intégrée au domaine public à la fin du xviie siècle, notamment pour permettre aux colons sans fortune nouvellement arrivés de s’établir un logement provisoire et cultiver quelques vivres pour leur subsistance.

7  Racines : ignames, manioc, madères, fruits à pain et autres gros légumes farineux et énergétiques.

8  Guy Lasserre, La Guadeloupe, étude géographique, thèse de doctorat, Bordeaux, 1961.

9  Ena : École nationale d’administration [N.D.E.].

10  Deux bandes de béton armé de 50 centimètres de large, posées parallèlement sur la piste avec un écartement correspondant à l’écartement des roues de véhicules. Il vaut mieux y rouler à vitesse modérée et les croisements sont problématiques, mais heureusement rares.

11  DADS : déclaration annuelle des données sociales [N.D.E.].

12  Udaf : Union départementale des associations familiales.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search