Version classiqueVersion mobile

Parcours d’un enfant des Trente Glorieuses

 | 
Louis Bréas

Introduction générale

Béatrice Touchelay

Texte intégral

  • 1  IGPDE : Institut de gestion publique et du développement économique [N.D.E. : note de l’éditeur].

1Cet ouvrage succède aux quatre manuscrits primés à l’occasion des concours biographiques organisés par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France auprès des anciens agents du Trésor (Blanche Py, Blanche, mémoire d’une employée du Trésor public, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995), de la direction générale des Impôts (Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des Impôts, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999), des Douanes et Droits indirects (René Drelon, Par le cor et la grenade, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003) ou de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (Jean Soulagnat, En quête de mémoire. Mémoires d’enquêtes, Paris, IGPDE1-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2009).

2Sans pouvoir préciser les motifs du choix de ces institutions, qui relèvent du Comité, on peut leur trouver des points communs : rattachées aux directions économiques et financières, elles partagent une longue histoire, inscrite dans la formation de la Nation et dans la constitution de l’État moderne. Elles ont aussi en commun de produire un grand nombre de données quantifiées, instruments et résultats du contrôle et de l’activité des bureaux.

3La jeunesse de l’institution Insee, créée par la loi d’avril 1946, la démarque des directions précédentes. Les autobiographes qui ont répondu au présent concours témoignent du chemin parcouru par la statistique publique française depuis la création de l’Office du travail en 1891 et le rattachement de la Statistique générale de la France (SGF), lointain ancêtre de l’Insee. On y voit aussi la multiplication des services statistiques implantés par l’Insee dans les différents ministères.

  • 2  Alfred Sauvy, « Statistique générale de la France et Service national de la statistique de 1919 à (...)
  • 3  Michel Huber, « Quarante années de la Statistique générale de la France : 1896-1936 », JSSP, mai 1 (...)

4Le contraste entre ces récits, qui soulignent la notoriété de la statistique publique, et les témoignages de statisticiens de l’entre-deux-guerres, Alfred Sauvy par exemple2, rentré à la statistique en 1922, ou Michel Huber3, qui la dirige entre 1920 et 1936, est frappant. Sauvy et Huber critiquent l’insuffisance des crédits dévolus à la statistique et l’indifférence, voire l’hostilité, des dirigeants économiques et politiques. Au contraire, les autobiographies insistent sur la richesse de la carrière de statisticien, sur son aspect pionnier et sur la rapidité de ses changements. La SGF disposait d’une seule antenne régionale, héritée de l’Office de statistique du Reich à Strasbourg. Elle employait 139 personnes en 1939 et ses équipements dataient du siècle précédent. Le changement d’échelle qui conduit à l’Insee, évoqué dans ces récits de vie, vient de Vichy avec l’absorption de la SGF par le Service national de statistiques créé par René Carmille. Ce service est puissamment équipé en machines mécanographiques ; il dispose de 18 directions régionales, d’une école d’application et d’un effectif imposant de 8 000 personnes à la veille de la Libération. La majorité du personnel se compose de vacataires et de militaires, férus de classement, de nomenclatures, de statistiques administratives et de fichiers. Alfred Sauvy caricature cette « usine à chiffrement » par une formule lapidaire : « tous en fiche ». L’Insee hérite à la fois de cette « usine » à chiffrement et d’une vocation scientifique (d’où la dénomination d’Institut) en avril 1946. La discipline de fer qui règne dans les directions régionales, tenues par d’anciens militaires jusqu’à leur départ en retraite à la fin des années soixante, n’est pas décrite par ces autobiographies. Elle concerne davantage le personnel auxiliaire recruté pour les grandes opérations, comme les recensements démographiques, ou bien ponctuellement. La nouvelle génération des administrateurs statisticiens rentrés à l’Insee entre 1946 et 1962 (les dates de recrutement des auteurs des autobiographies) se vit en pionnier et contribue à l’amélioration et à la diversification des statistiques produites.

5L’idée de ce concours, que l’historien ne peut qu’encourager, est de mobiliser la mémoire d’acteurs qui s’expriment en général assez peu, pour préciser la façon dont ils ont vécu les transformations de l’institution dans laquelle ils ont passé la majeure partie de leur vie active et dans laquelle ils s’incarnent encore après leur départ en retraite.

6Cet exercice de mémoire vise à éclairer des cas singuliers, des parcours de vie, et à témoigner d’une époque et des mutations de la société dans laquelle ils se reconnaissent. C’est le tour aujourd’hui des anciens agents de l’Insee.

7Quatre-vingts personnes ont répondu à l’appel du concours biographique, 49 manuscrits ont été envoyés, qui ont fait l’objet d’un premier tri par l’équipe de l’IGPDE. Six manuscrits ont été soumis au jury présidé par Béatrice Touchelay et composé de Françoise Bayard, historienne, Jean-Michel Charpin, ancien membre du Conseil consultatif européen pour la gouvernance statistique et ancien directeur général de l’Insee, et Claude Thélot, statisticien et conseiller maître honoraire à la Cour des comptes. Il fallait en choisir un pour le publier et deux autres pour les rendre accessibles sous format PDF et les diffuser sur Internet. Le choix fut délicat.

8Chaque manuscrit présente en effet un témoignage singulier des transformations de la France depuis l’entre-deux-guerres. Tous décrivent des trajectoires scolaires réussies qui ont obligé à quitter très tôt le village et la région d’origine, la Charente, la Bretagne, le Nord, à s’éloigner de la ferme et, dans certains cas, à passer par le pensionnat (Raymond Rapeau, Chance & hasard. Regards sur une vie ordinaire… ou presque… 1941‑2001). Le lycée, l’université et parfois l’école d’application de l’Insee ont constitué des ruptures conduisant à de riches carrières professionnelles. Ces manuscrits témoignent de la modernisation économique et sociale de la France des Trente Glorieuses, dont la statistique publique est un pilier. À l’exception de Raymond Rapeau, qui consacre sa carrière au service de la statistique agricole, en suivant l’essor puis la disparition de la statistique départementale, les auteurs connaissent plusieurs affectations à l’Insee et dans différents ministères et institutions où ils implantent ou développent la statistique. Après la comptabilité nationale, Marie-Thérèse Chapalain (Mémoires de l’Insee. Bastotu. La création d’une Roscovite) part au ministère de la Santé, par exemple. Ils sont aussi contemporains des profondes mutations techniques, du passage à l’informatique puis à Internet qu’ils accompagnent et encadrent parfois. Ainsi, Andrée Bréas (Sautée-barrière) décrit les implications du passage à l’informatique pour les travaux statistiques et pour le personnel. L’aspect pionnier du travail des statisticiens publics ressort nettement dans ces récits.

9Comment trancher entre eux ? Le plaisir de la lecture, la mise en perspective de l’institution statistique, la variété des expériences vécues, le recul et l’humour dans la présentation des rapports aux collègues et aux supérieurs hiérarchiques ont constitué des critères permettant au jury de distinguer trois textes : le premier étant celui de Louis Bréas (Parcours d’un enfant des Trente Glorieuses), qui nous en apprend autant sur le répertoire Sirene et sur l’informatisation de l’Insee que sur une direction régionale de l’outre-mer ou les contrôles de la Cour des comptes ; les deuxièmes ex aequo, celui de Catherine Outteryck (Poussières d’instants), qui offre à la fois un éclairage vivant sur la vie en province, sur l’ambiance des ateliers des directions régionales et sur le travail de bureau et ses transformations, et celui de Louis Lesbaupin (En route), qui nous ramène en province en éclairant les développements de la statistique agricole et les activités des directions régionales.

10Au-delà de cette sélection, les 49 manuscrits renvoient chacun une image vivante de l’Insee et, plus généralement, de la statistique publique, et nous remercions chacun de leurs auteurs.

11Ces témoins magnifient leurs premières années au service de la statistique, ce qui est le biais classique de ce type d’exercice. Leur intégration professionnelle est réussie, leur carrière est ascendante, leurs tâches sont diversifiées, ils sont mobiles, tant sur le plan géographique que sur le plan professionnel. Ils véhiculent l’image d’une institution en pleine expansion, expansion à laquelle, bien sûr, ils contribuent. Le biais inhérent à tout témoignage n’atténue pas l’intérêt des récits. Ces trajectoires individuelles s’inscrivent résolument dans la période de l’expansion de la statistique publique. Reconnue comme un outil de gouvernement par une nouvelle génération de décideurs politiques formés à l’économie et à la quantification, portée par une nouvelle vague de statisticiens, experts et techniciens du chiffre, la statistique et son institution s’imposent avec les Trente Glorieuses.

12Les témoignages restent partiels parce que les témoins ne sont pas représentatifs de l’ensemble du personnel. Ils n’évoquent ni le mécanisme de l’échelle mobile des salaires qui soumet l’Insee et son indice à de rudes épreuves, ni les difficultés pour obtenir l’information auprès des chefs d’entreprise, ni les avancées théoriques et économétriques portées entre autres par Edmond Malinvaud, ni le poids décisif des experts statisticiens français dans les premières discussions sur l’harmonisation des statistiques européennes, ni le passage de la statistique coloniale à la coopération. Pourtant, même si bien des points restent dans l’ombre, ces récits de vie présentent l’essentiel : l’engagement individuel dans une œuvre collective de production d’outils, la conscience d’être des pionniers, des exceptions dans la fonction publique du fait de la position de l’Insee, institut d’étude et de recherche autant que service technique.

13C’est dans cette double vocation et dans les agents qui l’incarnent que la statistique publique trouve les moyens de s’adapter à l’avenir et de répondre à la demande croissante d’informations statistiques et à l’accélération des changements des techniques de l’information.

Notes

1  IGPDE : Institut de gestion publique et du développement économique [N.D.E. : note de l’éditeur].

2  Alfred Sauvy, « Statistique générale de la France et Service national de la statistique de 1919 à 1944 », Journal de la société française de statistique (JSSP), 1er trimestre 1975, nº 2, p. 34-43, et « Progrès techniques dans l’établissement des statistiques », JSSP, septembre-octobre 1946, nº 9-10, p. 196-203.

3  Michel Huber, « Quarante années de la Statistique générale de la France : 1896-1936 », JSSP, mai 1937, nº 4, p. 179‑214.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search