Version classiqueVersion mobile

Parcours d’un enfant des Trente Glorieuses

 | 
Louis Bréas

Préface

Jean-Luc Tavernier

Texte intégral

1Dans l’année du soixante-dixième anniversaire de la création de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), un concours autobiographique a été organisé sous la conduite du bureau de la Recherche de l’Institut de la gestion publique et du développement économique et de sa commission scientifique, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Parmi les 49 manuscrits présentés, c’est le récit de Louis Bréas Parcours d’un enfant des Trente Glorieuses qui a gagné le premier prix de ce concours.

2Le récit de Louis Bréas suscite un intérêt qui va bien au-delà de la description des services qu’il a connus et de leurs travaux, en ce qu’il reflète tout d’abord une époque. Son histoire s’inscrit dans un monde économique et administratif en pleine expansion et montre l’évolution d’administrations au fonctionnement très tayloriste vers un fonctionnement davantage multipolaire. Ce récit témoigne aussi de la naissance, puis de l’essor de l’informatique, et de l’importance croissante des systèmes d’information. Il illustre enfin les opportunités d’ascension sociale qui existaient pendant les Trente Glorieuses.

3Ainsi, issu d’une famille ouvrière, Louis Bréas estime qu’il a eu la chance de voir son parcours s’inscrire dans celui d’une « génération qui a bénéficié d’opportunités depuis longtemps disparues ». Il a vécu son enfance en Auvergne, dans une famille ouvrière durement frappée par la tuberculose à la fin de la Seconde Guerre mondiale. N’ayant été au lycée qu’un élève très moyen, il se retrouve, à vingt ans, au service militaire en métropole, puis en Algérie. Libéré des obligations militaires en 1962, il entre, sur le conseil de son frère aîné qui y travaillait comme chargé de mission, en tant que vacataire à la direction générale de l’Insee, dont les locaux étaient dans le 7e arrondissement de Paris, au quai Branly, à l’emplacement aujourd’hui occupé par le musée des Arts premiers. Son frère lui avait présenté l’Insee comme « une administration en plein développement où il n’aurait aucune difficulté à se faire embaucher ». De fait, il finira au grade d’administrateur hors classe, au terme d’un parcours professionnel riche et varié.

4Dans ce récit, Louis Bréas explique les motivations de ses choix de carrière, avec le souci d’indépendance professionnelle qui est à l’origine de son attirance vers l’Insee. Son premier emploi à l’Insee est à la division Industrie, où il contribue à la préparation du recensement industriel de 1963. À la suite de sa réussite au concours d’attaché, il se retrouve à l’École nationale de la statistique et des études économiques (Ensae) et effectue son stage de deuxième année à ce que l’on appelait le Service électronique, rue Boulitte, et il s’intéresse au fonctionnement des premiers ordinateurs de l’époque. Mais son affectation, définie dès son entrée à l’école, est au service que l’Insee a récemment créé en Guadeloupe. Il y part avec son épouse Andrée, qu’il avait rencontrée à l’Ensae et qui a également fait une longue et belle carrière à l’Insee.

5De retour en métropole, Louis Bréas travaille au nouveau département de l’Informatique où il découvre le traitement des grands fichiers de l’Insee et notamment de Sirene, le répertoire des entreprises et des établissements. Après une seconde affectation en Guadeloupe, il revient vers le département des Répertoires, comme chef de projet Sirene 2 puis chef de division Sirene. Avec ses collègues de travail, il y développe une nouvelle organisation de la base Sirene, accompagnée de la mise en place d’un système documentaire avec un système de renvoi entre fiches qui préfigure ce que nous appelons aujourd’hui les liens hypertexte. Dans les années quatre-vingt, il participe à des missions de coopération avec plusieurs pays, dont la Chine qui s’en inspire pour la création de son répertoire des entreprises.

6Au début des années quatre-vingt-dix, il revient vers l’informatique, comme chef de la division Infrastructure, avant de se tourner vers l’extérieur de l’Insee pour la fin de sa carrière, d’abord à la Commission pour la simplification des formalités (Cosiform, aujourd’hui disparue), puis à la Cour des comptes, après un dernier et court passage à l’Insee, toujours dans le domaine des entreprises. À la Cour des comptes, jusqu’à son départ à la retraite en 2003, il s’est impliqué dans le contrôle de la Caisse nationale de l’assurance maladie et de deux mutuelles de fonctionnaires, ainsi que du Système électronique de saisie de l’assurance maladie (Sesam/carte Vitale) et du Système national d’information interrégimes de lʼassurance maladie (Sniiram).

7Les lecteurs pourront trouver dans cette autobiographie la marque d’un homme cultivé, aujourd’hui impliqué dans plusieurs activités associatives qui complètent avec bonheur une vie professionnelle réussie. S’il illustre la variété des tâches et des responsabilités qui émaillent une carrière à l’Insee, ce récit souligne qu’une carrière se construit aussi avec une part de hasard : hasard des rencontres, des affinités, mais aussi hasard des calendriers. Pourtant, malgré tout, c’est l’impression d’une très forte cohérence qui ressort du parcours, pourtant varié, de Louis Bréas, et des nombreuses réalisations auxquelles il a contribué : importance des systèmes d’information, mise en place de procédures rigoureuses, de référentiels et de documentation. Il a conçu son action comme un bâtisseur cherchant à construire dans la durée.

8Ce récit relate certes le parcours d’un homme à une époque particulière, avec leurs singularités – celle de l’homme et de sa famille et celles de l’époque –, mais il me semble qu’on trouve aussi en fil rouge de l’ouvrage des valeurs universelles ou à tout le moins encore très structurantes du monde de la statistique publique. Son histoire témoigne ainsi de ce qu’est le travail en équipe, avec la franchise et l’entièreté des relations entre collègues. On y retrouvera une ambiance et une âme propres à l’Insee, et c’est peut-être cela que le jury a ressenti et voulu récompenser.

Auteur

Directeur général de l’Insee

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search