Version classiqueVersion mobile

Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

From an Alice in Wonderland idea? Financer le ravitaillement de la France occupée pendant la Grande Guerre

Clotilde Druelle-Korn

Texte intégral

  • 1  Lettre d’Herbert C. Hoover à Louis Chevrillon, Londres 7 juillet 1915, doc. 286, reproduit dans Ge (...)

« There is another feature of this business which it seems to me should be planed out and this is the illusion that the money is being provided from an Alice in Wonderland idea – that Belgians are providing the money. Every German and Frenchman in Northern France knows perfectly well that this money is all provided directly by the French Government or indirectly by the French banking institutions, as advances to the communes, and if it could be advanced one stage further and the advances made direct to us from the French Government it would save us a lot of circumlocution.1 »
Herbert C. Hoover à Louis Chevrillon, 7 juillet 1915.

Introduction

1Comment financer le quotidien de 2 millions de citoyens vivant derrière des lignes ennemies étanches ? C’est à cette question que devaient répondre les autorités françaises au début de 1915. Les propos d’Herbert C. Hoover, le patron de la Commission for Relief in Belgium (CRB), responsable du ravitaillement des civils belges et – ce que l’on sait moins – des Français occupés pendant la Grande Guerre, donnent à imaginer les détours et artifices comptables utilisés par les autorités françaises. Lorsqu’il écrit ces lignes, en juillet 1915, il avait cependant tort de croire que chacun des occupants et des occupés vivant dans les 10 départements français, partiellement ou totalement envahis, avait connaissance de l’origine des fonds servant à payer les vivres reçus chaque semaine sous l’étiquette de la CRB. Cependant, les mois et les années de guerre passant, le secret, voulu à l’origine par le gouvernement français, s’éventait aux yeux des uns et des autres. Les modalités pratiques de cette prise en charge restent mal connues, et le souvenir même du rôle du gouvernement français s’est dissipé.

2Plus que d’autres temps, la guerre, ses urgences et exigences sont synonymes d’improvisations financières et de désordres comptables. S’acquitter discrètement du ravitaillement des Français envahis a nécessité de l’imagination et de la confiance, de sortir des procédures établies, ce qui ne signifie pas pour autant un manque de rigueur comptable. Il a fallu recourir à de nombreux acteurs et intermédiaires, publics et privés, alliés, neutres et même aux ennemis. Notre objectif est de dévoiler les mécanismes et agents financiers impliqués dans l’immense tâche d’assurer la subsistance de 2 millions de nos nationaux occupés pendant plus de 4 années. L’État français en a été le grand garant, pour reprendre les termes d’un banquier de l’époque. Ce fait reste peu lisible dans les archives financières en raison du choix politique initial du secret. C’est à partir des fonds conservés au ministère des Affaires étrangères (MAE), au Service historique de la Défense (SHD), aux papiers privés de la CRB préservés par la Fondation Hoover de l’université de Stanford en Californie et à ceux de la BNP Paribas à Paris que l’on peut reconstituer les circuits empruntés et les sommes engagées.

3Il revint à la Commission for Relief in Belgium d’acheter, de transporter, puis de surveiller la distribution des denrées qu’elle se procurait sur plusieurs continents. Comment les fonds du gouvernement français parvenaient-ils, à partir du printemps 1915, à cet étrange organisme non gouvernemental, sans statut, avec lequel les autorités refusaient de traiter directement, mais auquel elles faisaient cependant parvenir des sommes considérables ? C’est ce que nous verrons dans un premier temps. La CRB se chargeait des vivres de base, cependant, pour certains produits frais et quelques douceurs, les principales cités envahies, Lille, Roubaix, Tourcoing en particulier, ont procédé à des achats directs aux Pays-Bas. Lorsque les ressources municipales furent épuisées, les autorités françaises acceptèrent de prendre le relais financier de ce ravitaillement appelé complémentaire, sans toutefois apparaître dans les contrats passés par un Comité hollandais ad hoc. Pour ce faire, l’État ouvrit, via la Banque de Paris et des Pays-Bas et de sa succursale d’Amsterdam, des crédits reconductibles dont nous examinerons les modalités dans une seconde partie. Au cours de la cruciale année 1918, ils servirent aussi à l’organisation américaine à payer ses achats aux Pays-Bas. Les Alliés estimèrent que les sommes versées à la CRB devaient entrer dans le montant des réparations exigées du vaincu. Sans entrer dans les détails, nous dirons en conclusion quelques mots de la reddition des comptes.

I. Financer la CRB et le ravitaillement principal des territoires occupés (1915‑1919)

A. Fondation, principes et rayon d’action de la CRB

4La presque totalité de la Belgique et environ 20 000 km2 du territoire français, courant de Lille au couloir de Givet, se retrouvaient entre septembre et octobre 1914 derrière les lignes allemandes. La mise en place par les Alliés d’un blocus économique maritime limitant toutes les importations – y compris alimentaires – dans le Reich, avait pour conséquence le refus des autorités occupantes d’assurer le ravitaillement des civils vivant dans des espaces d’ordinaire très dépendants pour leur approvisionnement. Au début de l’automne 1914, la situation alimentaire se dégradait dangereusement dans les principales villes belges. Les démarches d’édiles, appuyées par les titulaires des légations des États-Unis et d’Espagne, puissances neutres, permettaient à une délégation belge de se rendre à Londres et d’y envisager des achats d’urgence. C’est ainsi que naissait en octobre 1914 la Commission for Relief in Belgium, organisée et dirigée par Herbert C. Hoover (1874-1964).

5À cette date, le futur 31e Président des États-Unis est un businessman, ingénieur géologue de métier, homme de ses œuvres, doué d’un volontarisme peu commun et d’un entregent certain dans les milieux d’affaires. L’ambassadeur des États-Unis à Londres, Walter H. Page, a su apprécier les capacités d’organisation de son compatriote à l’occasion du rapatriement des Américains piégés sur le continent en août 1914. Ainsi, encouragé par Page et entouré de quelques proches, Hoover imaginait la Commission for Relief in Belgium. Il ne s’agissait à l’origine que d’aider des civils belges à ne pas souffrir de la faim pendant le premier hiver de guerre. En novembre, une première cargaison de céréales parvenait à Rotterdam, le grand port neutre appelé à jouer un rôle économique fondamental pendant le conflit. Après seulement quelques semaines d’activité, il devenait évident aux yeux des acteurs que l’aide dite « américaine » serait appelée à durer au-delà de la récolte de 1915 et que, de l’autre côté de la frontière, les Français occupés rencontraient la même incapacité que les Belges à assurer leur subsistance quotidienne. La question de l’extension de l’aide se posait sur un plan à la fois humanitaire et politique. Comment les autorités françaises et Londres allaient-ils répondre à l’offre de Hoover d’étendre à la France occupée les dispositifs de la CRB fonctionnant en Belgique ? Quelles garanties les autorités allemandes pouvaient-elles donner à cette organisation quant à l’absence de prélèvements sur les denrées destinées aux civils français ? Autre question sensible, la prise en charge financière du ravitaillement de 2 millions de personnes pendant un temps indéterminé. Si l’aide charitable n’a pas manqué aux premières heures de l’occupation de la Belgique, il n’était pas possible dans la durée de se passer d’une aide de type gouvernemental pour la Belgique, et encore plus pour la France, dont la puissance et le rôle dans le conflit n’étaient pas comparables avec ceux de la petite nation à la neutralité outragée.

  • 2  Il n’existe pas à ce jour de travaux sur l’histoire de la CRB. On renvoie au premier volume d’Herb (...)

6La présente communication se focalisant sur les aspects financiers du ravitaillement, nous n’entrerons pas dans le détail du fonctionnement de la CRB2 et pas davantage dans les débats historiographiques sur le bénéfice que les Allemands pouvaient tirer de l’organisation. Quelques mots du versant diplomatique sont cependant nécessaires. Il va sans dire que les opérations ici évoquées étaient assorties de garanties des belligérants. À l’automne 1914, le gouvernement impérial allemand autorisait un régime ponctuel d’importations pour les civils belges. Il était accepté par les Alliés et il fut même renforcé aux conditions suivantes : absence de prélèvements des occupants, vivres importés ne pouvant pas être remplacés par les denrées indigènes saisies ou réquisitionnées, fin des extorsions et amendes exigées des municipalités envahies. Les tractations ne pouvaient pas être directes entre les pays en guerre, aussi c’est la CRB qui a conclu, sous son nom, les garanties avec l’Allemagne ainsi que les autres accords internationaux passés avec les Alliés et la Belgique. Ses dirigeants étaient des citoyens de pays neutres, des Américains en premier lieu. En Belgique, les titulaires des légations des États-Unis et d’Espagne devenaient des garants. Entre leurs mains étaient consignées les denrées CRB ; la distribution était ensuite prise en charge par des organisations provinciales et communales belges ad hoc, sous le contrôle de délégués américains de l’organisation. On peut tout de suite préciser que l’entrée en guerre des États-Unis n’entraîna pas la disparition de la CRB. Dans les territoires occupés, le respect des accords négociés par le comité américain fut assuré à partir de l’été 1917 par un Comité hispano-hollandais et non plus par les représentants d’un pays désormais en guerre.

B. La mise en place des mécanismes financiers de la CRB

  • 3  Edmond Carton de Wiart (1876-1959), juriste et spécialiste des finances publiques, nommé à 26 ans (...)
  • 4  Le 3 août 1914, les représentants des 20 principales banques de Bruxelles, avec à leur tête Jean J (...)

7Pour comprendre le premier canal de financement emprunté par le gouvernement français, le détour par la Belgique s’impose. La fondation à Londres de la CRB n’avait pas échappé aux autorités belges en exil à Sainte-Adresse, près du Havre. Le gouvernement de Broqueville confiait au chevalier Edmond Carton de Wiart la tâche de le représenter à Londres en qualité de délégué financier de la Belgique auprès du gouvernement de sa Majesté et auprès de la Commission ; choix judicieux que cet expert des affaires financières, un des dirigeants de la Société générale de Belgique, de plus intimement lié à la monarchie belge3. Par ce truchement, Hoover sollicitait une subvention régulière des autorités du Royaume. Les aides financières offertes par l’homme d’affaires Émile Francqui, au nom du Consortium bancaire belge qu’il dirigeait4, et par le gouvernement en exil étaient acceptées et affectées par Hoover uniquement au transport ou réservées aux situations d’urgence. Le caractère ponctuel de ces subsides ne le satisfaisait pas, il était à la recherche d’une solution pérenne. Pour comprendre son obstination, il convient d’avoir à l’esprit l’ampleur de la logistique et les délais en jeu. Il fallait au minimum 3 mois pour qu’une commande de grains, enregistrée par les bureaux de la CRB à Bruxelles et Londres, parvienne aux habitants. En aucun cas il ne s’agissait de prélever les vivres sur les stocks britanniques. Les commandes provenaient des plaines du Middle-West, d’Argentine, du Canada et de territoires plus éloignés encore pour d’autres denrées.

8Assurer le financement, pour une durée non définie, des millions de civils occupés exigeait l’implication des Alliés puisque le gouvernement belge ne disposait plus de rentrées fiscales. Les exportations belges étaient rendues impossibles du fait du blocus, les transferts de devises étaient interdits par l’occupant. Le Reich avait décidé la mise en œuvre de mesures monétaires et financières drastiques à la suite de l’évacuation vers l’Angleterre, le 30 août 1914 : de l’encaisse-or, des stocks de billets et des clichés d’imprimerie de la Banque nationale belge. Le Royaume de Belgique devenait dépendant, pour son fonctionnement et l’entretien de son armée, des Alliés et, plus tard, des États-Unis. Plus encore, son gouvernement en exil était désireux d’assurer ses obligations à l’égard des pensionnés et des employés de l’État. Ce dernier point avait des implications de nature politique, voire militaire : les autorités allemandes du Gouvernorat général de Belgique réclamaient de la main-d’œuvre et la reprise du travail des cheminots belges. Ne pas les aider à survivre aurait conduit ceux-ci à travailler pour l’occupant.

  • 5  Voir G.I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations…, op. cit., vol. I, chapitre IV : « Government Subsid (...)
  • 6  Voir par exemple la lettre d’Émile Francqui à Edmond Carton de Wiart en date du 2 juin 1917, conse (...)

9Après la guerre, une partie des documents relatifs aux tractations financières entre Hoover, les gouvernements belge, alliés et les autorités allemandes a été publiée5. Pour intéressants qu’ils soient, ils ne livrent qu’une partie des pourparlers, mais notre propos n’est pas ici d’entrer dans l’examen du cas belge6. On en présente les mécanismes puisqu’ils créent un cadre et un précédent pour les autorités françaises.

10En novembre 1914, lors d’un entretien avec lord Edward Grey, le titulaire du Foreign Office, Hoover demandait la mise en œuvre d’un dispositif par lequel les gouvernements français et britannique contribueraient chacun mensuellement au ravitaillement des civils belges. La solution n’allait pas de soi. S’ajoutait à la question politique, celle des contre-valeurs tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des territoires où les denrées étaient cédées. L’impossibilité de faire sortir les sommes accumulées au titre de la CRB par les comités locaux belges de distribution, impliquait d’éviter une accumulation – trop tentante pour l’ennemi – de monnaie en Belgique et de trouver des arrangements sous forme de compensations entre divers types de créances détenues par des Belges dans et hors du Royaume devenu étanche. Là encore, occupants et Alliés devaient approuver les mécanismes.

11La solution adoptée fut la suivante. La CRB, organisée sous une forme commerciale mais sans but lucratif, achetait et transportait des marchandises jusqu’aux villes principales. Elle les facturait au Comité national de secours et d’alimentation belge, qui lui-même les facturait aux organismes locaux lesquels les vendaient à prix coûtant ou les donnaient selon les situations des bénéficiaires. À Londres, la CRB recevait le paiement via des virements du gouvernement belge en exil. À l’intérieur du Gouvernorat, la Société générale de Belgique avançait les sommes nécessaires au fonctionnement des organismes locaux dépendant du Comité belge d’alimentation. Les montants revenant théoriquement à la CRB restaient amassés à l’intérieur de la Belgique où ils trouvaient en partie à s’employer. En effet, les autorités communales payaient en monnaie locale les salaires des maîtres d’école et de divers fonctionnaires, lesquels se trouvaient de facto en situation d’acheter des denrées CRB. Cela ne résolvait pas la situation à l’extérieur mais permettait la mise en œuvre d’un circuit de réemploi des fonds. Nous venons de mentionner le gouvernement belge, mais quelle était l’origine des devises et de l’or versés celui-ci et avec lesquels la CRB achetait les vivres ? Le gouvernement en exil et les banques belges ont joué dans un premier temps sur les balances accumulées à l’étranger. Le procédé rencontra rapidement ses limites.

  • 7G.I. Gay, H.H. Fisher, The Commission for Relief…, op. cit., vol. 1, p. 267.

12Début 1915, des avances des Alliés à l’État belge allaient se substituer aux subterfuges mis en œuvre depuis octobre 1914. Elles étaient conditionnées dans leur versant ravitaillement par de nouvelles garanties à obtenir des autorités du Reich. À Bruxelles et à Berlin, Hoover, assisté de l’ambassadeur des États-Unis James W. Gerard, rencontraient Karl Helferrich, ministre des Finances de l’Empire, von Jagow, ministre des Affaires étrangères, le chancelier Bethmann-Hollweg et Hjalmar Schacht, à la tête des Finances du Gouvernorat de Belgique. Les garanties négociées par Hoover finissaient, après plusieurs hésitations, par satisfaire les Alliés. À la mi-février 1915, Lloyd George, chancelier de l’Échiquier, et son homologue belge Van de Vyvere, informaient Hoover que la Grande-Bretagne et la France recommandaient qu’au travers de la mise en place de leurs prêts à la Belgique, on abonde « Mr. Hoover’s fund ». À partir de mars 1915, la CRB reçut 12 500 000 francs du Trésor français, représentant la contribution française au secours belge, et 500 000 livres sterling de la Grande-Bretagne7. A cette date, la CRB avait déjà dépensé 3 600 000 livres sterling provenant : du gouvernement britannique (100 000 livres sterling), des avances des banquiers belges (600 000 livres sterling) et du gouvernement belge.

C. Les subventions françaises à sa population sous couvert des avances accordées à la Belgique par les Alliés (1915-1917)

13De l’autre côté de la frontière, les Français occupés ne subissaient pas un sort plus enviable que leurs voisins, au contraire. À l’exception d’une région côtière, la presque totalité de la Belgique ainsi que les petites enclaves autour de Maubeuge et du couloir de Givet dépendaient du Gouvernorat installé par le Reich. La population y était soumise à la fois à des autorités d’occupation civiles et militaires. Plus près du front, les territoires français étaient inclus uniquement dans les zones d’étapes des armées allemandes. Les populations y étaient assujetties au seul régime militaire, beaucoup plus strict. Dans plusieurs régions les habitants subissaient durement les privations et la faim. L’écho de l’aide américaine leur parvint ; ils implorèrent l’extension de l’aide dite « américaine » aux départements français.

14À Paris, les autorités suivaient le dossier CRB avec un certain détachement. Elles ne s’étaient pas opposées aux accords négociés pour les Belges et elles ne s’estimaient pas directement concernées. À Londres, dès décembre 1914, Hoover sensibilisé aux rapports qu’il recevait de la situation sur place, proposait à l’ambassadeur de France, Paul Cambon, que son organisation étende son action aux Français sous réserve que les garanties négociées pour la Belgique puissent s’appliquer à ce territoire. La question suscitait de nombreux atermoiements au Conseil des ministres. Le gouvernement belge appuyait auprès de Paris la requête de Hoover. On peut supposer que s’ajoutait à la dimension purement humanitaire des dirigeants de Sainte-Adresse, le calcul que lier le ravitaillement de leurs nationaux à celui des Français envahis via la CRB était une garantie supplémentaire de la persistance dans le temps de la bienveillance des Alliés.

  • 8Hoover Institution Archives, CRB Collection, box 4, folder 9, Note of a conversation between Mr. G (...)

15Au fil des semaines, les dirigeants français devenaient plus sensibles au sort de leurs malheureux concitoyens et, si besoin, leurs représentants restés à Paris étaient là pour le leur rappeler. Cependant, il était hors de question que le financement de l’approvisionnement soit rendu public. C’était offrir aux Allemands l’argument que si le gouvernement français avait la permission de nourrir ses nationaux, alors le gouvernement allemand devrait être en mesure de nourrir les siens et, qu’en conséquence, le blocus ne devait pas concerner les vivres8.

  • 9  Ministère des Affaires Étrangères, CPC-A Guerre 1914-1918, Belgique : dossier général 1 CP-COM car (...)

16Une issue était finalement trouvée à la fois au plan intergouvernemental, avec la CRB et avec les représentants des territoires français occupés. René Viviani, président du Conseil, et le comte de Broqueville, chef du gouvernement belge, se rencontraient le 11 mars 1915. Ils décidaient des termes précis d’un accord dont le ministre des Affaires étrangères faisait ensuite part au baron Guillaume, ministre de Belgique à Paris. La lettre de Théophile Delcassé, datée du 13 mars, classée particulière et confidentielle, ne fut pas envoyée ; il en a uniquement été donné communication verbalement au ministre de Belgique. Elle mérite être rapportée9 :

« Mon Cher Baron,

Pour faire suite à ma lettre officielle, en date de ce jour, je viens, d’accord avec M. Ribot, vous confirmer que le Gouvernement français sera reconnaissant au Gouvernement belge de prier (sans toutefois le faire au nom du Gouvernement français) le Comité américain, qui ravitaille la population dans le territoire occupé par l’ennemi, de faire parvenir également des secours aux habitants nécessiteux des départements français envahis.

Le Gouvernement français serait d’accord pour qu’une somme maxima de douze millions de francs par mois fut utilisée dans ce but. Il serait obligé au Gouvernement belge de bien vouloir prélever ces sommes sur la part française de 250 millions dans l’avance de 500 millions qui vient d’être consentie à la Belgique ; mais bien entendu le montant des sommes ainsi utilisées s’ajouterait au crédit de 250 millions, de manière que les sommes mises effectivement à la disposition du Gouvernement belge ne fussent pas diminuées de ce fait.

Je me permets, mon Cher Baron, d’attirer votre attention sur le caractère confidentiel de cette communication étant donné que, comme vous le savez, le Gouvernement français maintient énergiquement que le ravitaillement des pays occupés incombe à l’occupant et qu’il n’a pas voulu entrer en relations officielles avec le Comité américain. En conséquence je vous serai reconnaissant de prier votre Gouvernement, s’il veut bien rendre au Gouvernement français le service dont il s’agit, de ne pas découvrir celui-ci et de garder la chose rigoureusement secrète.

Je vous serai obligé de me faire connaître, aussitôt que possible, par lettre privée, que votre Gouvernement est bien d’accord sur ce qui précède et je vous renouvelle, mon Cher Baron, l’assurance de ma haute considération. »

  • 10  CAEF B 0067580/1. Dossier Belgique, règlements franco-belges, 1914-1925, tableau des avances franç (...)

17C’est ainsi que, de mars 1915 à mai 1917 inclus, le gouvernement belge en exil transféra chaque mois une somme globale à la CRB incluant la contribution de l’État français à ses nationaux. À partir de l’été 1915, la mensualité destinée aux Français passait de 12,5 millions de francs à 20 millions de francs, puis à 35 millions de francs à l’automne 1916. Au total, 630 millions de francs furent versés à ce titre sur le compte courant du Trésor belge10. Il est certain que Berlin n’a pas été long à comprendre le rôle de prête-nom joué par la Belgique, et à l’accepter.

  • 11  Octave Homberg, Les coulisses de l’histoire, souvenirs 1898-1928, Paris, Librairie Arthème Fayard, (...)
  • 12  Voir notamment Liane Ranieri, Émile Francqui ou l’intelligence créatrice, 1863-1935, Gembloux, Édi (...)

18Aux Finances, Octave Homberg étudiait les ouvertures de crédits nécessaires au gouvernement belge en exil. L’ancien diplomate, entré dans la finance, s’était mis à la disposition de son ancien corps. Il se retrouvait affecté au ministère des Finances, en charge de plusieurs missions délicates. Alors qu’on retrouve la mention de son nom dans les papiers de la CRB, les souvenirs de l’homme d’affaires-diplomate ne mentionnent pas le financement de la CRB, qu’il ne pouvait bien évidemment ignorer. Il cite l’organisation, mais en attribue à tort la présidence à Émile Francqui, qu’il connaissait bien. Lorsque Homberg évoque Hoover, il le qualifie curieusement de petit banquier, d’homme aux courtes vues que Francqui aurait constamment mis dans sa poche pendant la guerre11. Ici pointe la rivalité ancienne de deux personnalités hors normes de la période, Hoover et Francqui. Ils s’étaient confrontés et opposés bien avant 1914 dans plusieurs affaires en Extrême-Orient ; ils se retrouvaient pendant la Grande Guerre, l’un à la tête de la CRB, l’autre présidant le comité exécutif du Comité national d’alimentation belge, sans compter son rôle à tête de la Société générale de Belgique. Les relations entre les deux hommes autour de la question du ravitaillement furent houleuses12.

19À l’instar de la Belgique, les territoires français occupés étaient soumis à une stricte réglementation monétaire et financière du double fait des occupants et des Alliés : aucune entrée d’or ni de devises pouvant profiter à l’ennemi n’était permise, ce qui posait cette fois pour la France la question du financement d’un Comité français d’alimentation à constituer et de la circulation monétaire attachée au ravitaillement. Une fois l’accord de Paris obtenu en mars 1915, la CRB augmentait ses commandes et son fret de vivres destinés aux Français. Les denrées, groupées avec les commandes belges, parvenaient à Rotterdam, étaient acheminées en Belgique et ensuite vers les districts d’occupation en France. Basé à Lille, un Comité d’alimentation du nord de la France (CANF) dirigé par des édiles locaux supervisait nominalement les organisations communales. Sur le terrain, des délégués américains CRB, puis des Néerlandais du Comité hispano-hollandais après avril 1917, contrôlaient la mise en œuvre des accords. À Bruxelles, les bureaux de la CRB, ceux du Comité belge d’alimentation et un bureau du Comité français centralisaient correspondances, commandes, réclamations et comptabilités. Dans une large mesure, le Comité français dépendait du Comité belge, qui était son intermédiaire financier. Le Comité belge facturait au bureau de Bruxelles du Comité français les marchandises livrées, mais payait toutes les marchandises au bureau de Londres de la CRB. Le Comité français, dans l’impossibilité de régler les livraisons à son homologue du fait de l’interdiction de faire sortir de l’argent, le couvrait au moyen de reconnaissances et de garanties signées par les responsables des comités de districts français, eux-mêmes couverts par les comités communaux.

  • 13  Voir Paul Collinet et Paul Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Publication de la Dotati (...)

20La CRB ne devait jamais, dans l’esprit de Hoover, devenir une simple agence de moyens. Un certain nombre de principes de fonctionnement et de distribution ont présidé à sa formation et ils furent exigés en dépit du fait que les vivres étaient rétrocédés aux comités nationaux belge et français. Parmi ces principes, la « non gratuité » des denrées livrées. Avec quelques exceptions, tous les consommateurs devaient payer comptant les denrées qu’ils se procuraient dans les locaux de distribution CRB-CANF. Les habitants les plus fortunés ou continuant à percevoir un salaire s’acquittaient sur leurs propres deniers des vivres facturés à prix coûtant. Il en était de même des fonctionnaires municipaux et d’État, des retraités, dont les traitements et pensions étaient versés en bons de monnaies émis par les municipalités. Les autres (familles de mobilisés, indigents, chômeurs) payaient avec de l’argent fourni par les caisses municipales13.

  • 14  Voir la communication à paraître de Jean-François Eck et Béatrice Touchelay, présentée à l’occasio (...)

21Cette dernière catégorie était nombreuse et ne cessa d’augmenter. Dans les zones des Étapes, les déplacements de personnes et la circulation de l’information étaient strictement encadrés, aussi l’activité économique, très réduite, limitait-elle plus qu’en Belgique les sources de revenus des habitants amenés à dépendre de subsides. Les monnaies métalliques et fiduciaires d’État ont tôt disparu du fait des multiples réquisitions et amendes infligées par l’occupant ; elles devaient être payées en bonne monnaie. Après délibérations et sur autorisation des occupants, les municipalités furent réduites à émettre elles-mêmes de grandes quantités de monnaies dites « de nécessité », sans contre-valeur autre que des dettes à solder dans l’après-guerre. A la différences des nombreuses monnaies de nécessité émises dans le reste de la France, celles éditées en zone occupée le furent sans autorisation des autorités françaises et de la Banque de France14. Ce sont ces bons de monnaie qui ont permis aux villes et communes de se substituer en partie à l’État, de rétribuer les fonctionnaires, les retraités, et de verser les diverses allocations nécessaires pour se procurer les denrées CRB. Leur prix étaient fixés à Bruxelles par la CRB et affichés dans chaque local ; les quantités que chaque individu ou famille pouvait se procurer étaient soigneusement définies. Les marchandises étaient vendues à prix coûtant augmenté d’une très faible marge destinée à couvrir les pertes de change éventuelles, de transport et les avaries diverses ; la revente était strictement interdite.

D. Les avances et négociations avec le Trésor américain en 1917

  • 15  On trouve dans les archives du SHD, cartons 13 N 110 et 13 N 65 : Tardieu, Finances Coopération fi (...)
  • 16  SHD 13 N 65 Tardieu – CRB, Dépêche télégraphique, 13 novembre 1917, ministre des Finances, Mouveme (...)

22L’entrée en guerre des États-Unis ne changea en rien cette circulation et les emplois sur le terrain ; en revanche, elle modifia en partie l’origine et le circuit des fonds permettant à la France de payer ses achats à la CRB. Au printemps 1917, la France et la Belgique sollicitaient de la puissance américaine, chacune pour son compte, des avances dont une part distincte destinée à approvisionner les occupés15. Les montants mensuels définis initialement par les parties atteignirent 7,5 millions de dollars pour la Belgique et 5 millions de dollars pour la France, somme portée à 6 millions fin 191716. Ces crédits étaient versés directement à la CRB aux États-Unis, elle en décidait de l’emploi. Pour la France, les sommes transitaient par l’Agence financière française à New York. L’extrême crise du fret de 1917 et le renchérissement des prix sur les marchés mondiaux, augmentaient sensiblement les montants nécessaires. En novembre 1917, Hoover, désigné depuis juin Food Controller par le Président Wilson tout en conservant la direction de la CRB, annonçait la nécessité de porter à 15 millions de dollars mensuels les fonds nécessaires à la CRB afin de poursuivre son œuvre dans les deux territoires occupés.

  • 17  CAEF B-0062583/1 Commission pour le ravitaillement de la Belgique, 1917-1933, voir en particulier  (...)
  • 18  SHD13 N 65 note anonyme 26 novembre 1917, CRB Questions financières, 4 p.
  • 19  SHD 13 N 65 lettre du ministre des Finances à l’ambassadeur français à Londres, 25 novembre 1917, (...)
  • 20G.I. Gay, H.H. Fisher, The Commission for Relief…, op. cit., vol. 1, chapitre « Government subsidi (...)

23Sur cette augmentation de 7,5 millions de dollars, le Trésor américain était disposé à fournir sous forme de prêts 2,5 millions de dollars à dépenser aux Etats-Unis. Il appartenait à la France et à la Grande-Bretagne de trouver elles-mêmes l’équivalent de 5 millions de dollars pour payer en Europe les achats que la CRB s’y procurait, essentiellement des produits frais17. Pour assurer ce coût CRB hors d’Amérique, on retrouve le circuit mis en œuvre en 1915. Le gouvernement français s’engageait à fournir chaque mois les 700 000 livres sterling représentant les besoins du ravitaillement français et demandait au gouvernement britannique de s’entendre avec lui pour autoriser le gouvernement belge à prélever mensuellement, sur les crédits généraux qui lui étaient ouverts par les deux Alliés, la somme de 1 500 000 livres sterling correspondant aux approvisionnements de ses nationaux18. Après plus de trois années de guerre, la question du change devenait délicate. Les achats européens de la CRB provenaient par tiers de la Grande-Bretagne, des pays scandinaves (Suède et Norvège) et des Pays-Bas. La Trésorerie britannique émettait les plus vives objections à l’utilisation des livres sterling pour ces deux dernières catégories de pays. A Paris, on imaginait une solution consistant pour la CRB à demander pour son propre compte l’ouverture de crédits dans ces pays, elle faisait long feu19. Les finances de la CRB, dans leur versant européen, devenaient très tendues pour la période allant de la fin 1917 à l’été 1918 ; la lecture de quelques échanges publiés par l’organisation en donne un bon aperçu20. Par divers expédients présentés infra et la médiation bancaire, le gouvernement français parvenait à se procurer des ouvertures de crédits indispensables aux achats de la Commission aux Pays-Bas. Avant d’aborder ce point et l’année 1918, il est nécessaire de présenter le cas du financement du ravitaillement dit « complémentaire ».

II. Financer le ravitaillement complémentaire du Comité hollandais et la CRB aux Pays-Bas au travers d’un consortium bancaire (1916‑1919)

  • 21  À ne pas confondre avec le Comité hispano-hollandais qui se substitue, dans les territoires occupé (...)

24La CRB s’était engagée à assurer l’alimentation de base nécessaire à la survie des civils occupés, la ration était calculée selon les paramètres physiologiques des populations à nourrir. À l’occasion des fêtes, quelques friandises parvenaient à être acheminées aux enfants, cependant l’organisation américaine ne pouvait aller plus loin. Les habitants ont souffert du manque de nourriture dès décembre 1914 ; puis, de manière générale, ils ont enduré un régime alimentaire particulièrement monotone, pas toujours suffisant et source de carences. Sous leur propre responsabilité, les édiles des plus grandes cités (Lille, Roubaix et Tourcoing) obtenaient de l’occupant l’autorisation de s’approvisionner à leurs frais aux Pays-Bas. Un Comité dit « hollandais » se formait dès fin 191421. Des denrées variées étaient achetées en Belgique et aux Pays-Bas puis revendues, à prix élevés et avec profit aux habitants susceptibles de les acheter. Une fois les disponibilités financières des cités épuisées, la question de la poursuite de ces facilités se posa. Le ministère des Finances s’engagea alors dans une série d’opérations conduites au travers d’un consortium bancaire français visant d’abord à financer le ravitaillement complémentaire, puis, à partir de 1918, les approvisionnements de la CRB en Hollande.

A. 1916, La décision du gouvernement français de recourir à un consortium bancaire français dirigé par la Banque de Paris et des Pays‑Bas

  • 22  MAE CPC-A Guerre 1914-1918, Belgique : dossier général 1 CP-COM, boîte 433, note du 16 avril 1916.
  • 23Ibid., note du 22 mai 1916.
  • 24  Louis Guérin (1850-1919), industriel linier, membre de la chambre de commerce de Lille. En sa qual (...)

25Par l’entremise de leurs députés et sénateurs restés dans la capitale, regroupés dans un Comité des mandataires des villes du Nord présidé par le sénateur Trystram, les conseils municipaux des trois villes du département faisaient parvenir leurs délibérations du 8 mars 1916. Elles sollicitaient l’ouverture d’emprunts à hauteur de 10 millions, 8 millions et 6 millions de francs, respectivement pour Lille, Roubaix et Tourcoing, destinés à poursuivre leurs achats aux Pays-Bas22. À l’instar de ce qui se faisait pour les autres villes du pays, de tels emprunts devaient être homologués par le ministère de l’Intérieur. Le gouvernement se refusa à entrer dans cette voie. La question était débattue en Conseil des ministres. On opta pour l’expédient d’accorder officieusement et discrètement l’homologation d’emprunts23. Les élus étaient satisfaits, cependant le dispositif ne bénéficiait qu’à une partie des populations occupées. C’est ce que ne manqua pas de faire remarquer Louis Guérin24, président du CANF. Les principes d’équité et d’absence de profit, scrupuleusement respectés par la CRB-CANF, ne l’étaient pas par le Comité hollandais.

  • 25  Je remercie vivement Roger Nougaret, responsable Archives et Histoire du groupe BNP Paribas, de s’ (...)

26Les archives de la Banque de Paris et des Pays-Bas permettent de retracer dans le détail les modalités de la combinaison adoptée par le gouvernement25. Une nouvelle fois, l’État français dissimula son action en faveur de l’approvisionnement de ses nationaux derrière des tiers. La correspondance entre les banquiers impliqués dans l’opération, le ministre en personne et le Mouvement général des fonds est riche d’enseignements. Une première rencontre entre Alexandre Ribot, Maurice Lewandowski (Comptoir national d’escompte de Paris), Edmond Fabre-Luce (Crédit Lyonnais) et Horace Finaly (Banque de Paris et des Pays Bas) se tint le 1er mai 1916. Une lettre du ministre du 15 mai en rappelle les termes et conclusions.

27La réunion portait sur les modalités à envisager pour la réalisation d’un crédit à obtenir à Amsterdam afin de faire face aux paiements à effectuer sur cette place pour la fourniture de denrées destinées au ravitaillement des régions envahies du nord de la France. Les banquiers proposaient d’obtenir un crédit soit sous forme d’avances par caisse, soit au moyen de tirages de traites par des banques françaises sur des banques néerlandaises. La garantie offerte se composait de titres de rente française à 3 % ou de bons du Trésor français payables en florins des Pays-Bas, mis à la disposition des banques françaises par le Mouvement général des fonds pour y être affectés à titre de nantissement.

  • 26  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1197. Crédit hollandais. Dossier correspondance avec le ministre et (...)

28Sur le montant du crédit ainsi obtenu, l’État français autoriserait les banques à tenir à la disposition du délégué des régions envahies qu’il désignerait, le montant des sommes que ce délégué donnerait mandat à la succursale de la Banque de Paris et des Pays-Bas à Amsterdam de verser aux personnes ou sociétés qui lui seraient indiquées. L’État français indemniserait les banques de leurs débours et assurerait par des remises à Amsterdam, soit en traites, chèques ou or, le remboursement à l’échéance des sommes dues par les banques françaises à raison de l’ouverture de ce crédit. La Banque de Paris et des Pays-Bas, la mieux à même d’être chef de file de l’opération du fait de l’existence de sa succursale d’Amsterdam, proposait d’envoyer sur place son fondé de pouvoirs, Charles Couture, pour connaître les conditions26.

  • 27  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1257, série de télégrammes et lettre de la Banque de Paris et des Pa (...)

29Couture, accompagné de J.H. Schulthess, inspecteur et ancien directeur de la succursale, conduisaient de la mi-mai au début juillet 1916, les négociations aux Pays-Bas. S’il s’avérait vite que la Handelmaatschappij était prête à former un syndicat, les modalités et garanties de solidarité demandées aux banques françaises suscitaient des négociations parfois tendues, ainsi qu’en témoigne l’échange de télégrammes entre Amsterdam et Paris27. C’est seulement le 10 juillet que les termes du contrat furent approuvés par toutes les parties. L’État français n’était bien sûr pas mentionné ; il était seulement précisé :

  • 28  Arch. BNP Paribas 77AH/166 Crédits hollandais, dossier des actes authentiques.

« en considération des grandes difficultés que les populations des régions envahies éprouvent, malgré les heureux efforts des Comités Espagnol et Américain, à se procurer certains aliments nécessaires à leur subsistance et dans le dessein humanitaire de venir à leur secours, pour remédier autant que possible à cette situation en complétant l’œuvre de ces Comités philanthropiques, les accords ci-après sont intervenus28 ».

  • 29  Léon Nemry, Les Pays-Bas après la guerre, essai sur la répercussion de la guerre et de l’après-gue (...)

30La banque chef de file du groupe dit « hollandais » s’imposait presque. La Nederlandsche Handel-Maatschappij, fondée en 1824, liée en affaires avec MM. Hope & Co et MM. Lippman Rosenthal & Co, autres membres du consortium, était considérée comme l’une des plus importantes du pays et la seule qui ne s’occupait pas uniquement d’affaires bancaires. Ses engagements industriels étaient nombreux et ses activités commerciales étendues. Compte tenu de ses intérêts outre-mer, on peut émettre l’hypothèse que le dépôt en Suisse des garanties demandées à la France entrait dans le dessein des affaires internationales conduites par la banque pendant la Grande Guerre29.

  • 30  L. Nemry, Les Pays-Bas après la guerre…, op. cit., mentionne que le taux d’escompte de la Banque n (...)

31Le groupe hollandais consentait ainsi au consortium français un crédit pouvant s’élever à 12 millions de florins. La Banque de Paris et des Pays-Bas, le Crédit Lyonnais et le Comptoir national d’escompte de Paris, prenant chacun une participation d’un tiers, s’engageaient solidairement. Le crédit était réalisé par caisse sous forme d’un compte courant. Le taux applicable était d’un demi-point supérieur au taux officiel de la Nederlandsche Bank pour les avances sur titres en compte courant, avec un minimum de 6 %30. Les intérêts à percevoir devaient s’élever au minimum à la somme correspondant à une utilisation de 1,4 million de florins pendant toute la durée du crédit, les intérêts étant réglés à la fin de chaque semestre. À l’issue de la période d’une année, le remboursement pouvait se faire en devises étrangères.

32À titre de sûreté et de garantie, le groupe français remettait en nantissement des titres de rente française d’avant le 1er août 1914, le montant à déposer étant calculé en prenant pour base le cours officiellement coté en France et le change à vue à Amsterdam augmenté d’une marge de 30 %. Le dépôt devait être effectué à la Banque nationale suisse, les titres placés sous un dossier spécial de la Nederlandsche Bank, dépositaire pour le compte du groupe néerlandais. Ce dernier se réservait la faculté, à son tour, d’utiliser lesdits titres, sans les déplacer, comme nantissement auprès de la Banque néerlandaise d’émission en vue d’obtenir lui-même des crédits. Les coupons des bons français venant à échéance étaient remis à la Banque de Paris et des Pays-Bas, laquelle les déposait au Mouvement général des fonds, point qui n’était bien sûr pas spécifié.

33À titre de garantie accessoire, le groupe français remettait de plus au groupe néerlandais, au fur et à mesure de l’utilisation du crédit, des traites équivalant à l’utilisation des crédits. Elles étaient tirées à moitié par le Crédit Lyonnais à l’ordre du Comptoir d’escompte de Paris sur la succursale de la Banque de Paris et des Pays-Bas à Amsterdam, acceptées par cette dernière, endossées à la Nederlandsche Handel-Maatschappij pour le compte du groupe néerlandais; l’autre moitié l’étant dans les mêmes conditions par le Compte d’escompte à l’ordre du Crédit Lyonnais. Il était expressément stipulé que lesdites traites ne devaient pas être négociées ni données en nantissement par le groupe hollandais, qui les conservait en sa possession. Ces traites ne devaient pas figurer dans la comptabilité des banques néerlandaises. Mandaté par les trois banques françaises, Couture signait l’acte d’emprunt. Schulthess, muni des titres fournis par les Finances, se rendait en Suisse début août pour les y déposer. Comme on le voit, l’affaire, sans risque pour le groupe néerlandais, était fort rentable.

  • 31  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1197, lettre du 28 juillet 1916 de la banque au ministre.

34Le consortium français, en particulier le Crédit Lyonnais et le Comptoir national d’escompte, a peu apprécié l’étendue des garanties demandées et la solidarité exigée. Un groupement bancaire plus large avait été évoqué avec le ministre, il se concluait le 21 juillet, en seconde ligne et autour de plusieurs institutions de la place31. Aux trois banques initiales venaient s’ajouter la Société générale, la Société générale de crédit industriel et commercial, la Banque de l’Union parisienne tant pour elle-même que pour son Groupe, composé de MM. Hottinguer & Cie, Mirabaud & Cie, Mallet Frères & Cie, Heine & Cie, de Neuflize & Cie, Vernes & Cie. Agissant sans solidarité, ces banques déclaraient mettre en commun les engagements résultant du contrat hollandais, et notamment les opérations de tirage, d’endossement et d’acceptation des traites ; chacun des 6 partenaires s’engageait donc à hauteur d’un sixième des 12 millions de florins.

B. 1918, la poursuite du financement bancaire et les négociations commerciales entre la France et les Pays‑Bas

35La demande faite à la France par les autorités américaines, fin 1917, de trouver les fonds destinés au complément d’achat de la CRB en Europe et l’impossibilité de recourir à la devise britannique pour les achats aux Pays-Bas compliquaient sensiblement la poursuite du ravitaillement à partir de ce pays. L’entrée en guerre des États-Unis avait renforcé les modalités d’application d’un blocus commercial touchant l’Allemagne et, par ricochet, les Pays-Bas. Les exigences des Alliés et de leur associé quant à l’usage de la flotte neutre néerlandaise à leur profit, provoquaient un malaise diplomatique et commercial entre ces pays. À l’intérieur du royaume, la situation politique se tendait. Les importations étaient rendues difficiles du fait du contentieux autour du blocus, des produits venaient à manquer, les acheteurs allemands se faisaient pressants sur les marchés alimentaires néerlandais, renchérissant les marchandises pour les nationaux et les Alliés. Les achats français aux Pays-Bas, destinés aux territoires envahis, devaient se poursuivre alors que les exportations vers ce pays diminuaient en raison des prohibitions françaises et de la crise du fret. Les changes en étaient affectés. Le franc se dépréciait face au florin ; le dollar et la livre sterling n’étaient pas épargnés.

  • 32  CAEF B 0064360/6 dossier des Négociations avec les Pays-Bas relatives aux importations néerlandais (...)

36Pour Paris, cela signifiait concrètement une augmentation sensible des prix des approvisionnements et un rehaussement des garanties demandées aux banques parties prenantes du crédit dit hollandais. Une nouvelle phase de négociations commerciales, plus directement intergouvernementale, s’ouvrait32.

  • 33  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16. Dossier Succursale d’Amsterdam. Note sans auteur, 14 mars 1918 éman (...)

37Les banques françaises n’étaient cependant pas écartées. Plusieurs notes et correspondances de la Banque de Paris et des Pays-Bas suggèrent des entretiens réguliers entre elle et les Finances afin d’envisager des solutions pour améliorer le change. Une note du 14 mars 1918, provenant d’Amsterdam, mentionne une combinaison d’efforts33. Aux Pays-Bas, on était preneur de tout et au plus haut prix : textiles, objets d’art notamment. Gros avantage, le fret nécessaire pour ces catégories était modeste en regard de la valeur des cargaisons. Si les risques de transport paraissaient importants, les assurances néerlandaises les couvriraient à condition que l’on prenne la précaution de s’assurer aux Pays-Bas, l’opération de change serait réussie, même en cas de naufrage ou de capture.

  • 34  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, lettre Chabert à Couture du 6 mars 1918. Maurice Gandolphe (1874-…) (...)

38De telles affaires étaient cependant compliquées à réaliser du fait des restrictions de toutes sortes mises par les pays. Henri Rozendaal, commerçant et délégué investi par les Finances pour contrôler les achats des villes du Nord aux Pays-Bas, offrait son entregent auprès du ministère français du Blocus pour la réalisation de telles opérations. L’essayiste Maurice Gandolphe proposait à la banque et au ministre ses services à l’occasion d’une nouvelle mission aux Pays‑Bas34.

  • 35  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, lettre Banque de Paris et des Pays-Bas, sans doute Chabert, destina (...)

39Il s’agissait au total de faciliter la reprise d’un commerce plus actif entre les deux nations. Dans une missive émanant de la Banque des Pays-Bas à Paris, l’auteur évoque aussi « l’autre manière d’importation plus pratique peut-être encore, (qui) réside dans les titres de très bonne qualité avec lesquels on pourrait tenter les capitalistes hollandais, mais comme je vous le disais hier, il ne faut leur offrir que des valeurs qui, tout en étant de premier ordre, fourniraient un gros rendement et ce, net d’impôts français.35 ». La difficulté des relations postales entre les pays rendait ce type d’opérations complexe.

  • 36  Arch. BNP Paribas 77AH/166, dossier des actes authentiques du Crédit hollandais.

40Consenti initialement pour 12 mois, le crédit hollandais venait à échéance en juillet 1917. Il n’avait à cette date été utilisé par le Comité hollandais qu’à hauteur de 425 000 florins pendant les 7 premiers mois de son activation, au grand dam de Couture. Les intérêts que le Consortium s’était engagé à payer portaient en effet sur un minimum de 1,4 million de florins, la différence inutilisée coûtait cher. À compter de mai 1917, l’usage des fonds s’amplifiait par des achats en Suisse compensés aux Pays-Bas. Le ministère des Finances, les villes du Nord et leurs élus demandaient deux prolongations : jusqu’en juillet 1918, puis juillet 1919. Elles étaient négociées par Couture, moyennant une commission de ¾ % de la totalité du prêt à chaque fois36.

  • 37  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16 dossier Succursale d’Amsterdam. Lettre Couture (Amsterdam) à Chabert (...)
  • 38  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1204 notes relatives aux crédits hollandais nº 1, 2, 3 et 4.

41Les archives de la Banque de Paris et des Pays-Bas gardent la mémoire de 3 autres crédits destinés principalement au financement des approvisionnements CRB aux Pays-Bas37 : crédit n° 2 de novembre 1917 de 1 million de florins, remboursé sur le crédit n° 3 de 4 millions de florins du 30 mai 1918, et enfin un crédit n° 4 de 1,5 million de florins du 11 octobre 191838. Le même consortium français concluait ces emprunts auprès d’un consortium hollandais élargi auquel s’ajoutait la Rotterdamsche Bankvereeniging. La participation de chacune des banques françaises s’élevait à un tiers ; taux et garanties de dépôt de titres en Suisse étaient identiques au premier prêt de 1916, à l’exception de la solidarité entre les banques françaises qui n’était plus exigée.

C. La surveillance du ravitaillement et la préparation de l’après-guerre aux Pays‑Bas

  • 39  Archives BNP Paribas, 11DFOM/221/1257 Lettre du 30 juin 1916 des président et secrétaire des manda (...)

42La voie choisie en 1916 par les autorités françaises pour la poursuite des approvisionnements complémentaires par le Comité hollandais permit de mieux contrôler les achats des grandes villes du Nord occupées et d’en limiter, un tant soit peu, les fuites au profit des occupants. Une certaine solidarité fut demandée entre les principales cités du département et les autres, moins capables de se lancer dans des « emprunts communaux39 ». Les élus du Nord demandèrent au ministre des Finances d’accréditer un délégué choisi par eux et chargé de surveiller les acheteurs hollandais des villes. Henri Rozendaal fut choisi, industriel de nationalité néerlandaise, bien connu à Lille et de la légation de France à La Haye. Rozendaal, alors à Paris, acceptait de quitter la capitale et d’aller sur place délivrer lui-même les certificats d’expertise relatifs à la qualité des denrées et aux prix des vivres achetés aux Pays-Bas. Les certificats devaient être annexés aux lettres de voiture et aux bons à payer établis par Vangerdinge, père et fils. Ces deux Néerlandais étaient, depuis début 1915, les délégués officiels des villes de Lille, Roubaix, Tourcoing. Jusqu’à l’intervention des Finances, ils préparaient les expéditions et donnaient les bons à payer à l’Amsterdamsche Bank. La Deutsche-Bank remettait à la banque néerlandaise la somme que pouvait engager la ville du Nord acheteuse. Ce système a donc favorisé, jusqu’en 1916, la sortie de devises et de capitaux français détenus dans les cités du Nord, ce que voulaient absolument éviter les Alliés.

  • 40  Il s’agit principalement de produits frais (légumes, œufs, viandes, lait condensé), d’épicerie (co (...)
  • 41  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, note sans date ni auteur, 1 p.
  • 42  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1204, note 1919, 1 p.
  • 43  Couture est recommandé pour la croix de la Légion d’honneur par le ministre de France à La Haye, H (...)

43Il fut entendu que la succursale d’Amsterdam de la Banque de Paris et des Pays-Bas ne devait pas s’impliquer dans la distribution des denrées ni dans les résultats40. De fait, elle gérait cependant une immense « paperasserie » exigée pour l’établissement d’états multiples. Une note en émanant demandait s’il était possible qu’elle soit modestement rétribuée, alors que la rentabilité de la succursale était gravement compromise par la baisse considérable du change41. La réponse fut négative, un patriotisme désintéressé devait l’emporter. Pour l’ensemble des quatre crédits dits « hollandais », les frais déboursés par la Banque de Paris et des Pays-Bas et réclamés aux Finances ne se sont élevés qu’à 131 457 francs42, total que l’on peut juger très modeste au vu de la surcharge administrative exigée des personnels de la succursale43.

  • 44  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257 Lettre du 20 août 1917 de Trystram, sénateur, président du Comit (...)
  • 45  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257, du même au même du 3 juillet 1917.
  • 46  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257, lettre des mandataires des villes du Nord au ministre du 28 avr (...)

44On peut en effet imaginer la somme des documents à traiter. Les crédits ouverts le furent au titre de différentes villes. D’abord destinés aux 3 grandes cités du département du Nord, ils s’étendirent en seconde ligne à d’autres villes de moindre importance : Valenciennes, Douai, Lens, Cambrai entre autres, multipliant les écritures et comptes à tenir, sans compter les transferts et compensations qu’il était demandé à la succursale d’Amsterdam de suivre44. À la suite de l’entrée en guerre des États-Unis et du renforcement du blocus, il revint aussi à la succursale de gérer partiellement un nouvel acteur, la CRB. Par souci de limiter la compétition des acheteurs sur le marché néerlandais et de mieux suivre la circulation des produits achetés par le Comité hollandais, les Alliés et Hoover avaient exigé que ces envois soient confiés à la CRB. Amsterdam n’était autorisé à payer les achats faits au nom du Comité hollandais que contre copies des lettres de voiture contresignées par la Commission45. À l’occasion, l’organisation américaine rendit d’autres services aux populations envahies, impliquant encore l’intervention de la succursale. Au printemps 1917, la Fraternelle des régions occupées, rattachée à l’Agence des prisonniers de guerre de la Croix-Rouge française, obtenait des autorités allemandes l’envoi depuis la Suisse d’un train de denrées achetées par les grandes villes du Nord et destinées aux enfants et aux malades, complétées de médicaments fournis par les services de santé militaires. Le montant s’élevait à 700 000 francs suisses. Le crédit ouvert aux Pays-Bas ne pouvait en aucun cas servir à l’achat de marchandises hors du pays, et tout virement des Pays-Bas vers la Suisse était interdit. La CRB s’offrit de régler le montant dans ce pays contre ouverture par compensation d’un crédit à la succursale d’Amsterdam, destiné à l’achat de produits néerlandais46.

  • 47  La BNC est fondée en 1913 pour reprendre l’activité française du réseau français du Comptoir d’esc (...)

45De ce patriotisme bancaire, le consortium français, en tout premier lieu la Banque de Paris et des Pays-Bas, a pu tirer un profit différé. L’envoi du fondé de pouvoirs Couture à Amsterdam et sa présence pendant la durée du conflit lui permirent d’avoir une bonne connaissance de la situation économique et financière, de transmettre rapidement les informations à Paris par le biais de la légation, et de positionner au mieux sa banque pour la fin du conflit. La correspondance entretenue entre Couture et Henry Chabert, directeur à Paris, est révélatrice. Couture observait, en septembre 1918, les démarches de M. Ostermeyer, délégué de l’Association nationale d’expansion économique venu de Paris. S’il louait les efforts du représentant français pour développer les intérêts nationaux et visiter le monde du commerce aux Pays-Bas, il s’inquiétait en revanche des relations étroites entretenues par ce délégué d’origine alsacienne avec la Banque nationale de crédit. La banque, qualifiée de « très allante », était par son origine bien informée des méthodes néerlandaises. Couture estimait que dans l’après-guerre qui s’annonçait, la situation de la BNC acquise en Alsace et au bord du Rhin, lui donnerait une importance spéciale à l’embouchure du Rhin47.

  • 48  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16. Dossier Succursale d’Amsterdam. Lettre Couture (succursale d’Amster (...)

46Aussi, proposait-il au siège soit de faire savoir à sa consœur que son intervention aux Pays-Bas lui semblerait inamicale, soit – solution qui avait la préférence de Couture – que si elle voulait faire des affaires dans ce pays, la Banque de Paris et des Pays-Bas travaillerait volontiers de concert avec elle. Le responsable de la succursale d’Amsterdam proposait aussi l’ouverture d’une sous-agence officielle à Rotterdam, meilleure manière de marquer que les Pays-Bas étaient, pour la Banque de Paris et des Pays-Bas, « chasse gardée ». Enfin, ajoutait le responsable de la succursale, même dans l’hypothèse où le siège de Paris conservait l’idée de céder un jour les intérêts de la banque aux Pays-Bas, « fût-ce à cette remuante Banque nationale de crédit », une agence installée à Rotterdam augmenterait sensiblement la valeur de réalisation des actifs de la Banque de Paris et des Pays-Bas dans le pays48.

  • 49  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Dossier des actes authentiques.

47L’Armistice signé, les achats aux Pays-Bas allaient pouvoir reprendre. Cependant, le conflit qui s’était élevé, à partir de l’été 1917, à propos des conditions d’application du blocus avec ce pays n’avait toujours pas trouvé de résolution satisfaisante à l’heure de la fin des combats. Le 14 novembre 1918, les délégués des gouvernements américain, anglais, français et italien signaient enfin à Londres un accord économique général réglant les relations commerciales entre les Alliés et les Pays-Bas. Dès le 6 décembre, dans l’urgence des besoins financiers et la nécessité de poursuivre les approvisionnements français dans ce pays, le ministre des Finances demandait à son délégué financier à Londres, Joseph Avenol, de conclure sans attendre avec son interlocuteur néerlandais, qui n’était autre que Ter Meulen, directeur de la Banque Hope & Cie, l’ouverture d’un crédit de 30 millions de florins courant du 1er janvier 1919 jusqu’au 30 juin 1919. L’article 2 stipulait toutefois que pouvait se substituer au gouvernement royal une institution financière existante ou à créer. Au gouvernement français devait obligatoirement se substituer, avant le 25 décembre 1918, un consortium français agréé par le gouvernement néerlandais. Le produit du crédit était destiné à être utilisé dans le pays pour tous les paiements, quelle que soit leur nature, et pour ceux à effectuer dans les possessions néerlandaises. Le crédit était ouvert en compte courant avec remise de billets à ordre ou traites par le consortium français à échéance du 1er avril 1922. Le remboursement devait être fait par l’entremise de la succursale de la Banque de Paris et des Pays-Bas à Amsterdam. En garantie du crédit, le consortium français devait déposer, au fur et à mesure des tirages, des obligations du Trésor français libellées en florins à 5 %, pour un montant supérieur de 20 % au crédit réalisé49.

  • 50  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Lettre 9 décembre 1918, ministre des Finances, Mouvement général des (...)
  • 51  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Dossier des actes authentiques.

48Ce n’est que dans un second temps que le ministre sollicitait officiellement la Banque de Paris et des Pays-Bas pour cette opération. Klotz lui demandait, au vu des précédents crédits hollandais, d’organiser et de prendre la tête du consortium de banques françaises50. Le 18 décembre 1918, la Banque de Paris et des Pays-Bas, le Crédit Lyonnais et le Comptoir national d’escompte de Paris formaient de nouveau le groupement souhaité par le ministre et s’engageaient à remplir les obligations lui incombant en vertu de l’accord signé à Londres le 6 décembre. Comme en 1916, le groupement principal s’adjoignait, par acte du 29 décembre 1918, un groupement secondaire composé des mêmes partenaires que ceux présents aux précédents accords51.

Conclusion

  • 52G.I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations…, op. cit., vol. II, chapitre « Liquidation of the CRB », (...)

49Nous avons cherché à retracer les circuits, aléas, mécanismes et acteurs impliqués dans le financement du ravitaillement des Français occupés pendant la Grande Guerre. Le tout donne à lire un mélange de procédés financiers classiques, d’innovations et d’audace lorsqu’Herbert C. Hoover imagine la CRB, pivot de la politique du ravitaillement des civils français et belges occupés. Au total, les sommes reçues par la CRB des gouvernements alliés et américain à ce titre se sont élevées à un peu plus de 700 millions de dollars : 386 millions au travers du Trésor américain, 109 millions du Trésor britannique et presque 205 millions du Trésor français. À ces montants peuvent être ajoutés un peu plus de 52 millions de dollars de dons provenant des États-Unis, de l’Empire britannique et du reste du monde52.

  • 53  CAEF B0067580/1, voir correspondances de la commission des réparations, Délégation belge.
  • 54Ibid. Lettre du 17 mars 1922 de la Commission des réparations, Délégation belge à M. Formery, insp (...)

50Aidé par ce que l’on se propose d’appeler un patriotisme bancaire et par une forme de solidarité financière internationale entre Alliés, le tout n’excluant pas de garder en vue des intérêts privés de diverses natures, l’État français a bien été le « grand garant » de la subsistance quotidienne des Français vivant dans les territoires envahis pendant les longues années du premier conflit mondial. Il n’en a pas tiré fierté, il aurait été en droit de le faire. À l’heure des comptes, les avances anglo-françaises à la Belgique entrèrent dans le champ de l’application de l’article 232 du traité de Versailles, incluant celles versées au titre de la CRB53. Aux Finances, l’Inspecteur en charge de la collecte des données découvrait la question. Il ignorait tout du reversement de la Belgique pour les départements français envahis, un fait nouveau qui allait rendre plus ardue sa tâche54.

  • 55  CAEF B0062583/1, dossier CRB, voir l’ensemble des comptes, notes et courriers échangés.

51L’examen des comptes CRB et des modalités de reddition, incluant les deux Comités belge et français qui lui étaient liés, demanderait une étude en soi. On trouve dans les archives financières d’utiles éléments d’appréciation. On y lit surtout les conséquences des désaccords politiques, diplomatiques et financiers qui se font jour dès la conférence de Paris entre la France et les États-Unis. Herbert C. Hoover était présent, cumulant la présidence de la CRB avec d’autres responsabilités, dont celle de l’American Relief Administration. Il repartait amer de la capitale, appréciant peu les exigences posées par la France dans de nombreux domaines. En juin 1920, il ordonnait que les quelque 17 millions de dollars, solde non utilisé des avances antérieurement faites à la France par le gouvernement des États-Unis au compte de la CRB pour l’aide aux populations envahies, soient reversés à la Trésorerie fédérale. Cette décision unilatérale provoquait l’ire des Finances à l’heure où les tensions monétaires et financières s’aggravaient dangereusement55. L’authentique dimension philanthropique et humanitaire de la CRB convergeait dès ce moment avec le débat sur les dettes interalliées.

  • 56  Archives BNP Paribas 11DFOM/221/1257, Lettre ministère des Finances, direction du Mouvement généra (...)

52Le Comité hollandais posait d’autres questions auxquelles nous ne sommes pas en mesure de répondre à ce jour. Comment ont été répartis les charges et les profits ? Comment les Finances ont-elles cherché à recouvrer les prêts consentis aux villes du Nord ? Une lettre de la direction du Mouvement général des fonds au président de la Banque de Paris et des Pays-Bas du 3 février 1917, indique expressément que les dépenses imputées sur le crédit hollandais devaient être considérées, selon l’avis du directeur général de la Comptabilité publique, comme des opérations purement commerciales destinées à entrer uniquement dans la comptabilité municipale. Les pièces justificatives ne devaient en conséquence pas être remises à un comptable de l’État pour en examiner la validité ni pour en donner reçu. Elles devaient être conservées et remises après la guerre aux comptables locaux56. Nous ignorons ce qu’il en a été.

  • 57  Voir, entre autres, Yann Decorzant, « La Société des Nations et l’apparition d’un nouveau réseau d (...)

53Un dernier point à mentionner en conclusion touche à la reconfiguration des places financières à l’issue de la Grande Guerre et au rôle qu’y tient le Royaume néerlandais. Les banquiers des Pays-Bas ont été actifs en ces années, comme nous l’avons esquissé ; ils figurent en bonne place dans le nouveau réseau d’expertise économique et financière qui naît du conflit57.

Notes

1  Lettre d’Herbert C. Hoover à Louis Chevrillon, Londres 7 juillet 1915, doc. 286, reproduit dans George I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, Documents, t. 1, Stanford, Stanford University Press, 1929.

2  Il n’existe pas à ce jour de travaux sur l’histoire de la CRB. On renvoie au premier volume d’Herbert C. Hoover, An American Epic. Relief of Belgium and Northern France 1914-1930, Chicago, H. Regnery Co, 1959, et aux documents de la CRB publiés par George I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations of the Commission for Relief in Belgium, Stanford, Stanford University Press, 2 vol., 1929.

3  Edmond Carton de Wiart (1876-1959), juriste et spécialiste des finances publiques, nommé à 26 ans secrétaire du roi Léopold II, faisant fonction de chef de Cabinet et, de ce fait, associé à l’affaire du Congo, il poursuivit par la suite une longue carrière à la Société générale de Belgique. Voir la notice Académie royale des sciences d’outre-mer, Biographie Belge d’Outre-Mer, t. VII-B, 1977, col. 48-51.

4  Le 3 août 1914, les représentants des 20 principales banques de Bruxelles, avec à leur tête Jean Jadot, gouverneur de la Société générale de Belgique, et son directeur Émile Francqui, se réunissent pour organiser un Consortium général des banques, organisme d’assistance mutuelle destiné à éviter la chute des maisons de crédit les plus fragiles. Pendant les années de guerre, la Société générale de Belgique se substitue à la Banque nationale, notamment en émettant les billets en lieu et place de la Banque nationale. Il est à noter qu’Émile Francqui, membre de la délégation belge à Londres en octobre 1914, a joué un rôle majeur à la tête de la Société de secours et d’alimentation de la Belgique chargée de la distribution des vivres importés par la CRB. Voir R. Brion et J.-L. Moreau, La Société générale de Belgique 1822-1997, Anvers, Fonds Mercator Editions, 1998. L’ouvrage offre une histoire synthétique et illustrée de l’histoire de la Société générale de Belgique.

5  Voir G.I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations…, op. cit., vol. I, chapitre IV : « Government Subsidies », p. 214 et suiv.

6  Voir par exemple la lettre d’Émile Francqui à Edmond Carton de Wiart en date du 2 juin 1917, conservée dans les archives BNP Paribas Fortis archives, Société générale de Belgique, reproduite dans la communication présentée par Jean-Louis Moreau lors d’une journée d’études de l’European Association for Banking History, 2014. Nos remerciements à Roger Nougaret de nous avoir signalé et transmis cet article. http://www.eabh.info/fileadmin/pdf/workshops/2014_Zurich/Banks_at_War_deFleurieuMoreau_paper.pdf.

7G.I. Gay, H.H. Fisher, The Commission for Relief…, op. cit., vol. 1, p. 267.

8Hoover Institution Archives, CRB Collection, box 4, folder 9, Note of a conversation between Mr. Gifford Pinchot et Monsieur Ribot. Ce point renvoie à toute l’histoire du blocus et aux débats sur les produits dits « de contrebande ».

9  Ministère des Affaires Étrangères, CPC-A Guerre 1914-1918, Belgique : dossier général 1 CP-COM carton 428, lettre du 13 mars 1915, doc. 245‑246.

10  CAEF B 0067580/1. Dossier Belgique, règlements franco-belges, 1914-1925, tableau des avances françaises à la Belgique.

11  Octave Homberg, Les coulisses de l’histoire, souvenirs 1898-1928, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1938, en particulier p. 130 et suiv. et p. 239.

12  Voir notamment Liane Ranieri, Émile Francqui ou l’intelligence créatrice, 1863-1935, Gembloux, Éditions J. Duculot, 1985.

13  Voir Paul Collinet et Paul Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Publication de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, Paris, PUF, p. 78 et suiv. Il est à noter qu’il n’y a pas eu d’étude sur le CANF en dehors de l’ouvrage précité, synthétique et sur de nombreux points incomplet.

14  Voir la communication à paraître de Jean-François Eck et Béatrice Touchelay, présentée à l’occasion du colloque sur la Banque de France et la Grande Guerre, en 2014.

15  On trouve dans les archives du SHD, cartons 13 N 110 et 13 N 65 : Tardieu, Finances Coopération financière, un certain nombre de documents relatifs aux négociations financières CRB du printemps 1917 entre les États-Unis et la France.

16  SHD 13 N 65 Tardieu – CRB, Dépêche télégraphique, 13 novembre 1917, ministre des Finances, Mouvement général des fonds, au haut-commissaire français à Washington, classée Extrême Urgence, et Dépêche du 25 novembre 1917 du ministre des Finances, Mouvement des fonds au haut-commissaire français à Washington, quant à l’engagement accepté par la France d’abonder avec la Grande-Bretagne pour l’équivalent de 5 millions de dollars aux dépenses de la CRB en Europe.

17  CAEF B-0062583/1 Commission pour le ravitaillement de la Belgique, 1917-1933, voir en particulier : note en anglais du 8 novembre 1917 rapportant la conversation entre Hoover et McAdoo, secrétaire au Trésor, et la lettre du 7 décembre 1917 d’Herbert Hoover, Food Administrator, à M. de Billy, French High Commission, Washington.

18  SHD13 N 65 note anonyme 26 novembre 1917, CRB Questions financières, 4 p.

19  SHD 13 N 65 lettre du ministre des Finances à l’ambassadeur français à Londres, 25 novembre 1917, 2 p.

20G.I. Gay, H.H. Fisher, The Commission for Relief…, op. cit., vol. 1, chapitre « Government subsidies », p. 293 et suiv.

21  À ne pas confondre avec le Comité hispano-hollandais qui se substitue, dans les territoires occupés, aux agents américains de la CRB pour surveiller la bonne application des accords conclus avec les occupants.

22  MAE CPC-A Guerre 1914-1918, Belgique : dossier général 1 CP-COM, boîte 433, note du 16 avril 1916.

23Ibid., note du 22 mai 1916.

24  Louis Guérin (1850-1919), industriel linier, membre de la chambre de commerce de Lille. En sa qualité de président du CANF, il obtient le rare privilège de se rendre à plusieurs reprises de Lille à Paris.

25  Je remercie vivement Roger Nougaret, responsable Archives et Histoire du groupe BNP Paribas, de s’être montré si disponible et d’avoir mis à ma disposition les dossiers relatifs au prêt hollandais. On peut trouver des mentions elliptiques de ce prêt en SHD 13 N 65 et dans le fonds belge du MAE.

26  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1197. Crédit hollandais. Dossier correspondance avec le ministre et avec la succursale d’Amsterdam, lettre au ministre des Finances du 1er mai 1916 signée de Lewandowski, Fabre-Luce et Finaly, et lettre du ministère des Finances, Mouvement général des fonds, en date du 15 mai, signée du ministre en reprenant les termes.

27  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1257, série de télégrammes et lettre de la Banque de Paris et des Pays-Bas, succursale d’Amsterdam de MM. Couture et Schulthess en date du 1er juillet 1916 à M. Turrettini, directeur général, Banque de Paris et des Pays-Bas à Paris.

28  Arch. BNP Paribas 77AH/166 Crédits hollandais, dossier des actes authentiques.

29  Léon Nemry, Les Pays-Bas après la guerre, essai sur la répercussion de la guerre et de l’après-guerre sur la situation économique des Pays-Bas et de leurs colonies, Bruxelles-La Haye, Albert Dewit éditeur, 1925. Voir p. 61 et suiv., ainsi que les tableaux, révélateurs de la bonne santé des banques néerlandaises pendant le conflit.

30  L. Nemry, Les Pays-Bas après la guerre…, op. cit., mentionne que le taux d’escompte de la Banque néerlandaise d’émission a été maintenu après le 1er juillet 1915 à 4,5 % pour les traites, 5 % pour les billets à ordre. Le taux d’intérêt pour les prêts sur titres nationaux était de 4,5 %, les prêts sur titres étrangers de 5 % et les avances sur comptes courants ont été accordées à 5,5 %.

31  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1197, lettre du 28 juillet 1916 de la banque au ministre.

32  CAEF B 0064360/6 dossier des Négociations avec les Pays-Bas relatives aux importations néerlandaises en France juillet 1917-juillet 1918, en particulier la note du 8 juillet 1918 de la direction du Contrôle des administrations financières et de l’Ordonnancement au ministre du Blocus et des Régions libérées, relative aux prohibitions d’importation, et le projet d’accord avec les Pays-Bas.

33  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16. Dossier Succursale d’Amsterdam. Note sans auteur, 14 mars 1918 émanant sans doute de Couture, 4 p.

34  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, lettre Chabert à Couture du 6 mars 1918. Maurice Gandolphe (1874-…) avait publié en septembre 1916 dans la Revue des Deux Mondes un essai intitulé « Enquêtes en Hollande ».

35  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, lettre Banque de Paris et des Pays-Bas, sans doute Chabert, destinataire non précisé, 10 avril 1918.

36  Arch. BNP Paribas 77AH/166, dossier des actes authentiques du Crédit hollandais.

37  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16 dossier Succursale d’Amsterdam. Lettre Couture (Amsterdam) à Chabert (Paris), du 24 mai 1918 mentionnant le crédit de 4 millions de florins, Lettres Chabert (Paris) à Couture (Amsterdam) des 6 et 11 juillet 1918. Les correspondances mentionnent de façon peu précise des discussions avec les Finances pour des avances et prêts de la banque hollandaise destinés notamment à régler les achats de lots de pommes de terre pour la CRB. Lettre du 10 avril 1918 sans auteur ni destinataire.

38  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1204 notes relatives aux crédits hollandais nº 1, 2, 3 et 4.

39  Archives BNP Paribas, 11DFOM/221/1257 Lettre du 30 juin 1916 des président et secrétaire des mandataires des villes du Nord au ministre des Finances, 4 p.

40  Il s’agit principalement de produits frais (légumes, œufs, viandes, lait condensé), d’épicerie (confiture), de tabac.

41  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16, note sans date ni auteur, 1 p.

42  Arch. BNP Paribas, 11DFOM/221/1204, note 1919, 1 p.

43  Couture est recommandé pour la croix de la Légion d’honneur par le ministre de France à La Haye, Henry Allizé, et appuyé par le ministère des Finances ; il est fait chevalier le 9 mai 1919. http://www.culture.gouv.fr/LH/LH048/PG/FRDAFAN83_OL0622016v001.htm

44  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257 Lettre du 20 août 1917 de Trystram, sénateur, président du Comité des mandataires du Nord, et de Guillaume, son secrétaire, au directeur de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

45  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257, du même au même du 3 juillet 1917.

46  Arch. BNP Paribas 11DFOM/221/1257, lettre des mandataires des villes du Nord au ministre du 28 avril 1917, Autorisations du ministre et Mouvement général des fonds des 3 avril et 3 mai 1917, lettre de la CRB du 4 mai 1917 et de la Fraternelle des régions occupées de la même date.

47  La BNC est fondée en 1913 pour reprendre l’activité française du réseau français du Comptoir d’escompte de Mulhouse. Voir Hubert Bonin, La Banque nationale de crédit : histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Plage, 2002.

48  Arch. BNP Paribas, PTC/457/16. Dossier Succursale d’Amsterdam. Lettre Couture (succursale d’Amsterdam) à Chabert (Paris), du 16 septembre 1918.

49  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Dossier des actes authentiques.

50  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Lettre 9 décembre 1918, ministre des Finances, Mouvement général des fonds, président de la Banque de Paris et des Pays-Bas, 4 p.

51  Arch. BNP Paribas, 77AH/166. Dossier des actes authentiques.

52G.I. Gay, H.H. Fisher, Public Relations…, op. cit., vol. II, chapitre « Liquidation of the CRB », p. 183.

53  CAEF B0067580/1, voir correspondances de la commission des réparations, Délégation belge.

54Ibid. Lettre du 17 mars 1922 de la Commission des réparations, Délégation belge à M. Formery, inspecteur au ministère des Finances.

55  CAEF B0062583/1, dossier CRB, voir l’ensemble des comptes, notes et courriers échangés.

56  Archives BNP Paribas 11DFOM/221/1257, Lettre ministère des Finances, direction du Mouvement général des fonds, président Banque de Paris et des Pays-Bas, 3 février 1917.

57  Voir, entre autres, Yann Decorzant, « La Société des Nations et l’apparition d’un nouveau réseau d’expertise économique et financière (1914-1923) », Critique internationale, 3/2011 (nº 52), p. 35-50. URL : http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2011-3-page-35.htm.

Auteur

Clotilde Druelle-Korn est maître de conférences en histoire contemporaine économique et sociale à l’Université de Limoges, membre du CRIHAM 4270 et associé à l’IDHES Paris I. Ses travaux portent sur l’histoire des organisations économiques nationales et internationales et sur l’histoire du ministère français du Commerce et de l’Industrie dans la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres (cf. sa thèse soutenue en 2004 à l’IEP de Paris, Un laboratoire réformateur, le Département du commerce en France et aux États-Unis de la Grande Guerre aux années vingt, 596 p.). Elle achève une histoire du ravitaillement des territoires français occupés pendant la Grande Guerre. Elle a publié récemment « Entre concurrence et structuration du champ syndical patronal, genèse et affirmation de la Confédération Générale de la Production Française (1919-1925) », in Danièle Fraboulet, Pierre Vernus (dir.) Les Organisations patronales en Europe, vol. 1, Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; « De la pensée à l’action économique, Etienne Clémentel (1864-1936), un ministre visionnaire », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 2012/1, n°16 (http://www.histoire-politique.fr/), et avec Philippe Verheyde, « Maintenir la vie économique et financer la guerre », Août 14, Tous en Guerre !, Archives Nationales, 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search