Version classiqueVersion mobile

Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Paul Doumer, « grand argentier » de la IIIe République, et les « finances de guerre » (1914-1918) : un nouvel âge des finances publiques ?

Amaury Lorin

Texte intégral

Introduction

  • 1  Amaury Lorin, « Un “régicide républicain” : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932) », Cr (...)
  • 2  A. Lorin, « Mai 1931 : un fils d’ouvrier à l’Élysée », L’Histoire, nº 364, mai 2011, p. 34-35.
  • 3  Intervention d’A. Lorin sur « Paul Doumer, ministre des Finances (1895-1896, 1921-1922, 1925-1926) (...)

1Paul Doumer, né le 23 mars 1857 à Aurillac et assassiné le 6 mai 1932 dans l’exercice de ses fonctions de président de la République1 – soit un an à peine après son élection le 13 mai 1931 à l’Élysée contre Aristide Briand2 –, a été ministre des Finances à trois reprises (en 1895-1896, en 1921-1922 et en 1925-1926) sous la IIIe République, jusqu’à apparaître comme l’un des « grands argentiers » de ce régime, bien que la pertinence de cette expression, évidemment anachronique, puisse être discutée dans son cas3.

  • 4  Jean Estèbe, Les ministres de la République (1871-1914), Paris, FNSP, 1982.

2Professeur de mathématiques de l’enseignement secondaire pendant six ans (1877-1883), à Mende (Lozère), puis à Remiremont (Vosges), Paul Doumer construit une partie importante de sa notoriété et de sa crédibilité, notamment à ses débuts en politique, sur sa dextérité avec les chiffres, au maniement desquels il a été formé. On dira rapidement de lui qu’il fait partie, en effet, du tout petit nombre de parlementaires qui savent lire un bilan comptable, analyser un budget et trouver d’un coup d’œil « le chiffre qui fait mal » dans un volumineux rapport. Or le nombre de spécialistes financiers à la Chambre des députés est alors fort réduit. Le régime manque de telles compétences. Paul Doumer sera, en cela, un député, puis un ministre davantage « technicien » que « politique », selon la distinction introduite par Jean Estèbe4. Plus exactement, sa compétence, dont l’origine est empirique, se fortifiera plus tard suivant des conceptions politiques, celles du radicalisme naissant. Paul Doumer transforme cette première expérience professionnelle comme professeur en une compétence cruciale (financière, fiscale, budgétaire), rapidement appréciée, reconnue et bientôt redoutée par la IIIe République naissante.

  • 5  A. Lorin, « Paul Doumer (1857-1932), “bienfaiteur de l’Aisne” : histoire d’une adoption », Mémoire (...)
  • 6  A. Lorin, « Paul Doumer, archétype du grand administrateur colonial français de la IIIe République (...)
  • 7  A. Lorin, « Paul Doumer, sénateur de Corse (1912-1931) : du parachutage à l’acclimatation », Étude (...)
  • 8  A. Lorin, Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à l’Élysée, Paris, Dal (...)

3Une longue carrière parlementaire – Paul Doumer est député de l’Aisne (1888-1889)5, puis de l’Yonne (1891-1896), avant de redevenir député de l’Aisne de 1902 à 1910 à son retour d’Indochine6, puis d’être élu sénateur de Corse (1912-1931)7 – l’amène à présider tour à tour chacune des deux Chambres de représentation nationale, la Chambre des députés (1905-1906), puis le Sénat (1927-1931), avant d’accéder enfin à la magistrature suprême, vingt-cinq ans après une première candidature malheureuse8.

  • 9  Pierre Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, PUF/New Haven, YUP, 1925.

4À ce double titre, ministériel et parlementaire, le Paul Doumer de la Belle Époque a été amené à développer une conception pragmatique des « finances publiques en temps de guerre ». Sénateur, il cumule en effet, pendant toute la durée de la Grande Guerre, d’importantes responsabilités au sein des deux commissions sénatoriales alors les plus stratégiques, celle des Finances, d’une part, et celle de l’Armée, d’autre part, envisageant son rôle de commissaire parlementaire comme celui d’un auxiliaire du « gouvernement de guerre9 », gouvernement auquel il reproche de ne pas avoir, précisément, ce qu’il appelle « la mentalité de la guerre », sans toutefois préciser le sens exact de cette expression. Paul Doumer réclame, pendant toute la durée du conflit, tout à la fois des crédits dits « exceptionnels », une mobilisation industrielle accrue et le concours financier des colonies, afin de financer les dépenses d’armement, de matériel, de munitions et d’effectifs de l’armée, corroborant, en cela, l’idée de l’existence de « finances de guerre » éventuellement et temporairement différentes des « finances de paix ». Pour Paul Doumer, le Parlement doit impérativement mettre à la disposition de l’armée tous les crédits que celle-ci demande, afin que toutes les mesures destinées à assurer la défense nationale soient adoptées à temps. S’affranchit-il, dans ce contexte, de son souci de maîtrise de la dépense publique ? Le sénateur prône bien plutôt un financement prioritaire du coût de la guerre par l’impôt, « patriotique » selon lui, plutôt que par l’emprunt.

  • 10  Archives du Sénat (AS), sous-série 14S : Commission des Finances du Sénat sous la IIIe République  (...)
  • 11  AS, sous-série 69S : commissions permanentes du Sénat, Commission de l’Armée.
  • 12  AS, État des procès-verbaux des commissions sénatoriales relatives à la Première Guerre mondiale.
  • 13  AN, fonds 724AP.
  • 14  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre (1914-1918), Paris, Belin, 2002.

5Cette contribution, s’appuyant notamment sur les archives des commissions sénatoriales des Finances10 et de l’Armée11 – c’est-à-dire les rapports et les procès-verbaux tout à la fois des séances et des auditions12 – et sur les archives privées de Paul Doumer13, propose un éclairage sur l’action d’un élu qui semble bien incarner, avec d’autres, le « parlementarisme de guerre14 » – une action collective, dont les modalités d’exercice ont évolué tout au long de la Première Guerre mondiale –, et permet d’examiner, au plus près des acteurs, la recomposition des pouvoirs – civil et militaire, législatif et exécutif – à l’œuvre à l’épreuve de la Grande Guerre.

6Deux expériences préalables déterminantes annoncent et préparent le Paul Doumer « sénateur de guerre » : ses rôles clés, successivement comme rapporteur alarmiste au Sénat de la loi dite « de trois ans » au cours de l’été 1913, puis comme chef du cabinet civil du général Gallieni, gouverneur militaire de Paris à l’automne 1914. C’est, ensuite, au sein des commissions sénatoriales des Finances et de l’Armée que Paul Doumer développe, pendant toute la durée du conflit, sa conception du parlementarisme et des « finances de guerre ». La perte de quatre de ses cinq fils des suites de la Grande Guerre (1914-1923) influence lourdement, enfin, son rôle comme ministre des Finances de l’après-guerre (1921-1922, 1925-1926).

I. Deux expériences préalables déterminantes

A. Rapporteur alarmiste au Sénat de la loi de trois ans (été 1913)

  • 15  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 29 mai 1913, p. 910.

7Une première étape, préparatoire, doit être rappelée avant d’entrer dans le vif du sujet. Le 29 mai 1913, Paul Doumer expose en effet au Sénat diverses mesures préconisées par ses soins pour renforcer l’armée : en particulier, le maintien sous les drapeaux de la classe 1913, mesure qu’il évalue à 180 millions de francs, permettrait un accroissement net d’effectif de 195 000 hommes. « Il n’est pas trop tard pour construire des casernes ! », assure le rapporteur15. Rapporteur intentionnellement alarmiste de la loi dite « de trois ans » augmentant la durée du service militaire de deux à trois ans, Paul Doumer fait accélérer son vote le 5 août 1913 au Sénat par une large majorité de 244 sénateurs contre 37 – suivi par celui de la loi Caillaux, créant l’impôt sur le revenu pour la financer, l’été suivant. La loi de trois ans est promulguée dès le lendemain.

  • 16  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 1er août 1913, p. 1588.
  • 17Ibid.
  • 18Ibid.

8Paul Doumer a souhaité provoquer l’accélération des discussions parlementaires, engagées à la Chambre des députés début juin 1913. À ce moment, le Parlement français n’a d’autre choix, selon lui, que de « suivre, par un effort parallèle, l’effort militaire allemand, de manière à mettre la France en sécurité16 ». Il en va, selon lui, de « l’honneur de la République17 ». Et le sénateur de Corse d’ajouter sous de vifs applaudissements, appelant de ses vœux la formation d’une Union sacrée avant l’heure : « Et, dans ces questions, il ne saurait y avoir de considérations de parti : il n’y en a pas18 ! »

  • 19  Paul Doumer, La loi militaire du 7 août 1913, Paris, Dunod et Pinat, 1913.
  • 20  P. Doumer, Paroles humaines, Paris, Eugène Figuière, 1929, p. 188.
  • 21  Bibliothèque nationale de France, 8-L57-18116 : René Samuel, Le parlement et la guerre (1914-1915)(...)

9De la loi des « trois ans », étape décisive dans la marche de la France à la guerre, qualifiée par ses soins de « loi de salut public » dans un ouvrage qu’il lui consacre un an avant l’appel à la mobilisation générale19, Paul Doumer écrit qu’elle est « l’œuvre de défense nationale qui s’imposait ». Or le sénateur n’est pas du genre à douter du bien-fondé de ses avis. Car, ajoute-t-il, « le patriotisme est une vertu intangible dans la maison de Jeanne d’Arc20 ». Le sénateur Charles Humbert relève, à propos des crédits relatifs à la défense nationale, que « l’effort que s’impose l’Allemagne depuis longtemps n’a pas été suivi en France avec une attention suffisante21 ». Ces révélations excitent une profonde émotion au Sénat et bientôt, par répercussion, dans tout le pays. Défendant avant l’heure l’action du Parlement « de guerre », Paul Doumer tempête :

  • 22  Bibliothèque de l’Assemblée nationale (BAN), Ms 1689 (U 4558), Les cent jours de Paris, projet d’o (...)

« Le Parlement n’est pas responsable de cet état de choses, mais bien l’état-major, dont on ne saurait trop dénoncer l’incurie et l’impéritie ! […] Le Parlement, si peu préparé qu’il fût à la tâche redoutable qui lui incombait, l’a accomplie avec une conscience et une ténacité qui l’honorent22 ».

  • 23  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 1er août 1913, p. 1588.
  • 24Ibid., p. 1586.

10Le temps presse. C’est, selon le rapporteur Paul Doumer, « une question de jours qui se pose23 ». Car, si la loi n’est pas promulguée dès le début du mois d’août 1913, il sera impossible d’appliquer les mesures transitoires permettant d’incorporer la classe 1913 en novembre. Demandant la parole, Paul Doumer, le 1er août 1913, insiste notamment sur deux points : d’une part, l’incorporation du contingent non plus à 21 ans mais un an plus tôt, à 20 ans, pour des raisons non pas d’ordre militaire mais d’ordre civique, social et économique24 ; d’autre part, l’égalité pour tous devant le service militaire, principe intangible du recrutement de l’armée.

B. Chef du cabinet civil du général Gallieni, gouverneur militaire de Paris (automne 1914)

  • 25  BAN, Ms 1689 (U 4558).

11Une seconde expérience joue un rôle décisif dans la maturation des conceptions, chez Paul Doumer, des « finances de guerre » : celle de chef du cabinet civil du général Gallieni, commandant du camp retranché et des armées de Paris de septembre à décembre 1914, une expérience qu’il appelle lui-même Les cent jours de Paris, titre d’un journal resté à l’état d’ébauche25.

12Le 26 août 1914, Adolphe Messimy, ministre de la Guerre dans le premier ministère Viviani, rappelle le général Gallieni, qui vient d’être mis en retraite, et le nomme gouverneur militaire de Paris. Comme au Soudan, comme au Tonkin, comme à Madagascar, Gallieni, en dépit de moyens relativement faibles, se met à l’œuvre avec acharnement et galvanise les hommes qui l’entourent. Cherchant à être utile, Paul Doumer se met à la disposition du gouverneur, commandant du camp retranché et des armées de Paris. Il se propose de le décharger de tous les problèmes d’intendance, bref, de tout ce qui ne concerne pas le commandement militaire.

13Le 4 septembre 1914, Paul Doumer adresse depuis le Sénat « un amical et pressant appel » à Gallieni : « Puisque les choses de la politique ont tourné de telle sorte que je n’ai pu participer au pouvoir, donnez-moi, je vous prie, la possibilité d’agir et de travailler à la chose publique. Appelez-moi auprès de vous à un titre quelconque ».

  • 26  BAN, lettre de Paul Doumer, sénateur de Corse, au général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, (...)

14Ultimes arguments de l’expéditeur au destinataire : « Je sais commander : je saurai obéir. […] Je voudrais pouvoir tomber, en service, à côté de vous et non comme un badaud qui va voir où pleuvent les coups26 ».

  • 27  BAN, Henry de Golen, Le président Doumer accuse… En marge de l’histoire, Paris, Maurice d’Hartoy, (...)

15Paul Doumer voulait de l’action, il va être servi. Pendant ces journées décisives, de septembre à décembre 1914, au cours desquelles le Parlement s’ajourne et le Grand Quartier général conduit véritablement la guerre, il doit prendre quotidiennement mille décisions pratiques. Le temps presse et l’urgence est à l’action directe et efficace. Paul Doumer organise, décide, ordonne et excelle en administrateur urgentiste, court-circuitant souvent les autorités « normales », en particulier le préfet de la Seine et le préfet de police de Paris. Dans ces conditions, Doumer et Gallieni, que tout rapproche, sont même accusés, à ce moment précis, de vouloir fomenter un coup d’État, rien de moins27.

II. Les commissions sénatoriales des Finances et de l’Armée au cœur de la Grande Guerre

16De janvier 1915 à l’été 1917, les commissions parlementaires, sous l’égide de l’Union sacrée, se voient confier un rôle grandissant selon de nouvelles modalités de fonctionnement. Membre très actif des commissions sénatoriales des Finances et de l’Armée, Paul Doumer, promoteur opiniâtre d’un contrôle parlementaire accru, tout à la fois du pouvoir exécutif et des armées, farouche partisan d’un double droit de regard et d’investigation élargi des commissions parlementaires sur tous les services de l’armée, participe largement de cette évolution. Celle-ci s’inscrit d’emblée dans deux domaines : technique, d’une part – exprimer des propositions chiffrées sur la base d’informations réalistes et précises remontées du front –, politique, d’autre part – contribuer à la mobilisation nationale en réalisant l’Union sacrée au Parlement.

  • 28  BAN, Ms 1657 (Z 973), lettre de Joseph Joffre, général commandant en chef, à Alexandre Millerand, (...)

17D’abord, le droit d’investigation des commissions parlementaires, dont le principe a été accepté par le gouvernement, peut-il s’exercer sur les territoires soumis à l’autorité militaire ? Le général Joffre se plaint vivement des initiatives du sénateur de Corse auprès d’Alexandre Millerand, ministre de la Guerre28. La haine entre Doumer et Joffre est vive. Le 5 février 1915, Paul Doumer demande au ministre de la Guerre un permis de circulation en automobile pour aller à Nancy. Le permis lui est aussitôt accordé. Mais, trois jours plus tard, la présence de Paul Doumer est signalée à Nettancourt, localité de la Meuse située complètement en dehors de la route Nancy-Paris. Le sénateur y est arrivé le 6 février 1915. Chargé de faire une enquête au sujet du fonctionnement de correspondances militaires ignorées par l’état-major, il poursuit sans autorisation ni laissez-passer sa mission au quartier général de l’armée de Châlons-en-Champagne, d’où il demande à se rendre à Jonchery (Marne). Le sénateur, tenant au droit de regard du Parlement sur les services de l’armée, souhaite contrôler lui-même sur place l’exécution du ravitaillement, assister à l’évacuation des blessés et s’informer plus largement auprès des combattants de leurs besoins, pour mieux les financer : un contact direct avec le front, attesté par les sources photographiques [cf. photographies 1 à 3], auquel il tient. Furieux, le ministre de la Guerre fait inviter le sénateur itinérant à regagner Paris par la voie la plus directe. Il rappelle que les membres du Parlement sont soumis, en matière de circulation dans la zone des armées, aux mêmes obligations que tous les autres citoyens.

Photographie 1. Visite sur le front de Paul Doumer à son fils René Doumer, chef d’escadrille, 15 mars 1916

Photographie 1. Visite sur le front de Paul Doumer à son fils René Doumer, chef d’escadrille, 15 mars 1916

© D.R. Archives privées.

Photographie 2

Visite de Paul Doumer sur le front d’Alsace (Haut-Rhin), 23 mars 1916

Visite de Paul Doumer sur le front d’Alsace (Haut-Rhin), 23 mars 1916

© D.R. Archives privées.

Photographie 3. Surveillance des travaux de défense du camp retranché de Paris dans la région de Chelles (Aisne), janvier 1917

Photographie 3. Surveillance des travaux de défense du camp retranché de Paris dans la région de Chelles (Aisne), janvier 1917

© D.R. Archives privées.

18Cela suffit-il à arrêter Paul Doumer ? Le vice-président de la commission de l’Armée du Sénat récidive dès le mois suivant. Il souhaite maintenant se rendre dans le camp retranché de Verdun. Motif : la visite des nouveaux matériels d’artillerie lourde en service. Le général Joffre ne supporte pas ce qu’il considère comme de véritables empiétements sur son autorité. Il s’oppose cette fois catégoriquement à ce projet. La présence, dans la zone des armées, de commissions ou délégations des Chambres, quelles qu’elles soient, est proscrite.

19Dans ses notes, en 1922, en vue de son ouvrage Les cent jours de Paris, Paul Doumer explique longuement sa conception du « parlementarisme de guerre » :

  • 29  BAN, Ms 1689 (U 4558) : préface, notes de travail, lettres et pièces diverses (v. 1922) pour Les c (...)

« Ce que la ligne de feu attend de nous, c’est que le Parlement, comme le gouvernement, assume courageusement ses lourdes responsabilités, c’est que toutes les décisions nécessaires soient prises à temps, et non avec d’irréparables retards, et que l’exécution en soit poursuivie avec une indéfectible énergie. Il s’agit d’une heure historique, où les fautes peuvent avoir des conséquences qui dépassent les prévisions. Pour remplir dignement son rôle, pour prendre ses responsabilités, le Parlement a besoin de savoir. Il attend les explications du gouvernement29 ».

20Qu’enseigne, plus précisément, l’examen des procès-verbaux de la commission sénatoriale chargée de l’examen du budget, dite « Commission des Finances », de 1914 à 1918 – malgré plus de trois années de lacunes, toutefois, dans cette sous-série archivistique, de juillet 1916 à décembre 1919 ? Commission la plus importante par le nombre de ses membres et sa pérennité, elle est chargée depuis 1876 de l’examen de tous les projets de loi portant demande de crédits supplémentaires et extraordinaires afférents aux exercices courants, clos ou périmés ; de tous les projets ou propositions de loi qui peuvent avoir pour effet de modifier la situation du Trésor ; enfin de la loi des recettes et des dépenses.

21Trois enseignements essentiels peuvent être tirés de l’examen des interventions de Paul Doumer dans le cadre de cette commission.

22Premièrement, le sénateur de Corse s’y distingue en particulier tout à la fois dans la défense de l’aéronautique naissante et des effectifs, envisagés par lui comme l’élément clé de la bataille, sans que ces deux éléments, matériel et humain, n’apparaissent antinomiques dans son raisonnement.

  • 30  Amaury Lorin, « La franc-maçonnerie sous la IIIe République : Paul Doumer (1857-1932) et le Grand (...)

23Deuxièmement, sur les choix politiques de financement de la guerre – le dilemme emprunt ou impôt – et leurs éventuelles alternatives, Paul Doumer, partisan indéfectible de l’impôt depuis la réflexion qu’il a engagée dès les années 1890 à ce sujet dans le cadre des loges maçonniques30, ne développe pas de conception théorique particulière sur le rôle de l’impôt en temps de guerre. Toutefois, son ardeur à défendre l’impôt ne se trouve pas démentie dans les circonstances nouvelles de la guerre, bien au contraire.

24Troisièmement, le poids politique respectif de la Commission du Budget de la Chambre des députés, de la Commission des Finances du Sénat et du ministère des Finances fluctue selon les circonstances, au profit de la Commission des Finances du Sénat. Pour autant, il apparaît bien difficile de trancher la question de savoir qui pilote véritablement les finances de guerre entre 1914 et 1918.

25Pour Paul Doumer, le travail laborieux et minutieux des commissions sénatoriales permet de réduire d’autant le temps des discussions en séance publique. Le Sénat fait ainsi, selon lui, plus de bien et moins de bruit : double profit ! Soucieux jusqu’à l’obsession de l’utilité et de l’efficacité de son mandat parlementaire, Paul Doumer participe activement à la campagne en faveur de la mobilisation. Le 26 avril 1915, il présente un rapport de treize pages, motivé par le souci de créer des unités nouvelles, prêtes à l’action, disponibles pour porter l’effort partout en Europe ; et, pour ces troupes, il demande du matériel, des armes, des munitions. Argument ultime de Paul Doumer :

  • 31  Joseph Gallieni, Les carnets de Gallieni, publiés par son fils Gaëtan Gallieni, Paris, Albin Miche (...)

« Quand nos fils combattent et meurent pour la patrie, quand ils sont si grands, nous n’avons pas le droit d’être de petits hommes faisant posément, administrativement, de petites choses31 ».

26L’examen des procès-verbaux de la commission sénatoriale de l’Armée confirme l’immense maîtrise de Paul Doumer quant aux questions d’armement et, partant, des budgets y afférents. Les communications de Paul Doumer s’y enchaînent sur la production en munitions d’artillerie, fusils, mitrailleuses, cartouches d’infanterie, canons de 75, explosifs et produits asphyxiants (13 octobre 1915) ; les effectifs de l’armée allemande et la portée du canon de 75 (10 février 1916) ; la visite de délégués dans la région de Belfort (24 mars 1916) ; la visite des places fortes de l’Est (18 juillet 1916) ; le compte-rendu d’un déplacement dans la Somme (10 janvier 1917) ; l’émission de gaz asphyxiants par les Allemands en Champagne (14 février 1917) ; les effets de l’artillerie sur les forts de Verdun (7 avril 1917) ; etc.

III. Un père de famille quadruplement endeuillé

27L’expérience de guerre de ses cinq fils combattant au front est un canal d’information essentiel pour le sénateur Paul Doumer. C’est là qu’intervient la dimension privée de la Grande Guerre de Paul Doumer, difficilement séparable de la dimension publique. De sa violence, de sa souffrance vécue, ce dernier a, en effet, une connaissance directe et irremplaçable par ses fils, valant le meilleur des rapports parlementaires. Ses fils lui signalent ainsi à de multiples reprises les scandaleuses fautes commises à Paris : la livraison d’avions mal réglés, mal construits, les envoie, selon eux, délibérément à la mort. Un pressentiment de mauvais augure.

28L’intransigeance de Paul Doumer se trouve, en effet, exacerbée par la perte successive de quatre de ses cinq fils des suites de la Grande Guerre (1914-1923) : une tragédie familiale inséparable de l’action publique menée avec détermination par le sénateur et père de famille quadruplement endeuillé. Seul l’aîné des fils Doumer, Fernand, officier formé à Saint-Cyr, survit à la Grande Guerre. Ses quatre jeunes frères, René, André, Marcel et Armand, décèdent successivement, les deux premiers dès août et septembre 1914 aux âges respectivement de 29 et de 25 ans ; le troisième en combat aérien en juin 1918 à l’âge de 31 ans. Le quatrième, médecin gazé au front en refusant de se mettre à l’abri pour secourir des blessés, décède en 1923 à l’âge de 32 ans au Val-d’Ajol, dans les Vosges, où il soignait ses poumons.

29Ministre d’État dans l’éphémère cabinet Painlevé (automne 1917), président du Comité économique et membre du Comité de guerre, Paul Doumer assure aussi, en novembre 1917, l’intérim du ministre de la Guerre. Le sacrifice de deux de ses fils lui confère déjà l’autorité de parler au nom des victimes de la guerre. Il n’est toutefois pas un sésame, rétorquent ses adversaires.

  • 32  Édouard Julia, « Le Livre de mes fils », Le Temps, 12 juin 1923, rééd. in Papiers (1895-1933), Par (...)
  • 33  P. Doumer, Le Livre de mes fils, Paris, Vuibert et Nony, 1905, p. 15.
  • 34Ibid., p. 19-20.

30Au Sénat, ses collègues disent de Paul Doumer que sa douleur est poignante et visible, malgré ses efforts pour la dissimuler. Le Livre de mes fils publié par ses soins en 1905, au titre prémonitoire, sera réédité à plusieurs reprises pendant l’entre-deux-guerres. Il prend une tout autre signification et un relief particulier en 1923 avec la dédicace « À la mémoire de mes fils Marcel, René, André, Armand Doumer, morts pour ma patrie », suivie d’un avant-propos intitulé « Après l’épreuve », daté du 15 avril 192332. L’auteur établit qu’« un homme n’est grand que s’il a vu la mort de près et l’a regardée en face, froid et impassible33 ». Avant d’ajouter : « Il faut aimer la patrie jusqu’à lui tout sacrifier, ses biens, sa vie, ses enfants, mais aussi jusqu’à puiser dans cet amour d’elle la force et le courage34 ».

31Paul Doumer change de stature avec la Grande Guerre. Il en devient un « témoin moral » de premier plan, notamment vis-à-vis des anciens combattants. Il bénéficie dès lors, dans certains milieux, plutôt de droite, d’un surcroît d’autorité morale – tout à la fois comme père quadruplement endeuillé et comme fidèle élu de l’Aisne, département déclaré « le plus sinistré de France » après 1914-1918, dans lequel il est conseiller général pendant 27 ans sans interruption, de 1904 à 1931 – et d’un capital de sympathie rehaussés par la perte de ses quatre fils à la guerre, « grâce funèbre » faisant de lui un symbole patriotique vivant. Paul Doumer jouit, autrement dit, d’une surface politique considérable, bien que la perte de ses fils soit cruellement décrite comme son « fonds de commerce » politique par ses adversaires.

32La tragédie familiale de Paul Doumer donne une profondeur à son action politique d’après-guerre. Le poids de ses fils morts teinte celle-ci d’une résonance particulière tout autant qu’il la nourrit et la motive. La réflexion politique de Paul Doumer prend désormais appui sur son expérience de guerre. La Grande Guerre devient « l’outillage mental » qu’il se forge à partir du trauma de la perte de ses fils.

IV. Le ministre des Finances des années vingt

  • 35  Archives de la préfecture de police de Paris, BA2041, Gustave Hervé, Victoire, 8 septembre 1921.

33Le Paul Doumer parlementaire de la Grande Guerre annonce en partie le ministre des Finances des années vingt, lequel déclare sévèrement, pour qui en aurait douté : « L’essence des finances est l’ordre35 ». Matrice de son action gouvernementale après-guerre rue de Rivoli, la Grande Guerre de Paul Doumer renforce ses convictions politiques et exerce une grande influence sur sa conception des finances publiques et de la manière dont la politique financière de la France doit être conduite, selon lui. Cette expérience décisive nourrit, plus largement, sa conception même de l’État, qu’il aura l’occasion d’exprimer tant à la présidence du Sénat (1927-1931) qu’à celle, écourtée, de la République (1931-1932).

34Pour la résumer, cette action ministérielle, étroitement enracinée dans l’expérience de guerre de Paul Doumer, comprend notamment les huit volets suivants :

  1. La poursuite d’une politique de défense nationale ;

  2. Le respect du calendrier budgétaire, c’est-à-dire le vote du budget dans les temps, sans recours fâcheux aux douzièmes provisoires, et l’équilibre des dépenses et des recettes de l’État ;

    • 36  AS, rapport fait au nom de la commission d’enquête sur les faits de guerre par le sénateur Paul Do (...)
    • 37  Gisèle Berstein, « La commission des Finances du Sénat et le budget (1920-1939) », in La direction (...)

    La réaffirmation du droit d’enquête du Sénat – le sénateur Paul Doumer avait déjà déposé, le 6 février 1919, une proposition de résolution tendant à la nomination d’une commission d’enquête sur les faits de guerre et, le 18 octobre 1919, le rapport correspondant36 –, ce, d’autant plus que Paul Doumer devient rapporteur général (1920), puis président (1925-1926) de la Commission des Finances du Sénat, avant d’accéder à la présidence du Sénat en 1927 : dans les années vingt, Paul Doumer est ainsi soit ministre des Finances, soit président de la commission sénatoriale des Finances, confirmant ainsi un jeu institutionnel, amorcé pendant la Grande Guerre, entre les deux fonctions, alors que la commission sénatoriale des Finances de l’entre-deux-guerres, gardienne de l’orthodoxie budgétaire, est considérée comme une « commission-reine37 » ;

  3. La reconstruction de l’Aisne, son département politique d’adoption, pour toute une série de raisons, notamment affectives (l’épouse de Paul Doumer, Blanche, est née à Soissons) [photographie 4] ;

  4. Le redressement financier par les colonies, qui apparaît comme une obsession de l’ancien gouverneur général de l’Indochine (1897-1902), selon lequel l’investissement colonial de la IIIe République doit porter ses fruits dans le contexte de l’après-guerre ;

  5. Le lourd dossier des réparations dans le 7e cabinet Briand (16 janvier 1921-14 janvier 1922), avec la fixation du montant des réparations dues par l’Allemagne (132 milliards de marks-or) dans le cadre de la première conférence de Londres (12 février-12 mars 1921), que Paul Doumer négocie pour le gouvernement français en sa qualité de ministre des Finances ;

  6. La tentation de fonder un mouvement politique ancien combattant, avorté, et la défense de la « concentration républicaine » ;

  7. Une politique de redressement dans le 8e cabinet Briand (16 décembre 1925-9 mars 1926).

Photographie 4. La maison de Paul Doumer à Anizy-le-Château (Aisne), détruite par les Allemands du fait de la notoriété de son propriétaire

Photographie 4. La maison de Paul Doumer à Anizy-le-Château (Aisne), détruite par les Allemands du fait de la notoriété de son propriétaire

© D.R. Archives privées.

Conclusion

  • 38  AN, fonds 724AP.

35L’examen des archives privées de Paul Doumer38 permet de confirmer quatre tendances lourdes concernant ses appétences financières et militaires :

    • 39  Lucile Pasquier-Doumer, petite-fille de Paul Doumer, entretien avec l’auteur, 31 mai 2005.

    premièrement, la très grande proximité personnelle de Paul Doumer, qui avouait régulièrement à ses proches qu’il aurait aimé être militaire39, avec tous les « grands généraux » de la IIIe République, notamment « les coloniaux » – la génération des Gouraud, Lyautey, Archinard, Faidherbe, Gallieni, etc. –, une catégorie à part, selon lui, avec toute une rhétorique, sous la plume, sur les « vrais chefs », par opposition tacite aux « faux chefs » ;

  • deuxièmement, sa grande compétence sur les questions d’armements et d’artillerie, attestée par la tenue par ses soins de dossiers très complets, contenant moult photographies, croquis de chars, de canons, etc. ;

    • 40  A. Lorin, « “La civilisation suit la locomotive” : le credo ferroviaire de Paul Doumer, gouverneur (...)

    troisièmement, son goût, tout autant personnel que politique, pour les grands ouvrages de travaux publics et d’infrastructures, financés par l’emprunt, comme le fut le chemin de fer du Yunnan, initié par ses soins40 ;

  • quatrièmement, une très abondante documentation économique avec moult fiches et articles, notamment en anglais, sur la dette flottante, l’inflation fiduciaire, la question monétaire, etc., illustre son autre goût, non exclusif des autres, pour la technicité financière.

36Le discours prononcé par Paul Doumer le 13 janvier 1924 aux combattants de la guerre résume, enfin, l’influence décisive de la Grande Guerre sur ses conceptions politiques d’après‑guerre :

  • 41AN, fonds 724AP.

« N’est-il pas nécessaire que l’esprit des combattants pénètre dans la politique, c’est-à-dire dans le gouvernement des hommes, dans la direction des affaires de l’État, dans les administrations publiques, dans l’armée du temps de paix elle-même ? L’esprit des combattants, c’est l’esprit d’action, d’organisation ; c’est l’énergie ; c’est le réalisme substitué au verbalisme qui nous submerge. […] Des actes et non des paroles, des faits et non des mots ! […] Citoyens actifs de la République, les combattants veulent qu’on aborde, pour les résoudre pratiquement et non pour en faire des thèmes de discours et de conférences, les grands problèmes d’ordre national […] qui s’imposent à tous de façon pressante. […] La guerre a montré une fois de plus quelles ressources de patriotisme, de courage et d’intelligence existaient dans la nation. […] L’esprit du combattant est donc […] un esprit “social”. Par lui s’accentuera l’actuelle et heureuse tendance à une moindre inégalité des conditions entre les enfants d’une même patrie. […] Aujourd’hui, […] j’exprime le vœu qu’un grand nombre d’anciens combattants, citoyens républicains et démocrates, entrent dans le Parlement, et que l’esprit des combattants y pénètre tout entier41 ».

Notes

1  Amaury Lorin, « Un “régicide républicain” : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932) », Criminocorpus : histoire de la justice, des crimes et des peines, 17 novembre 2011.

2  A. Lorin, « Mai 1931 : un fils d’ouvrier à l’Élysée », L’Histoire, nº 364, mai 2011, p. 34-35.

3  Intervention d’A. Lorin sur « Paul Doumer, ministre des Finances (1895-1896, 1921-1922, 1925-1926) : le grand argentier de la IIIe République », séminaires d’histoire de la gestion des finances publiques (Philippe Masquelier, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de La France) et d’histoire du ministère des Finances au xxe siècle (Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre, EPHE-CNRS).

4  Jean Estèbe, Les ministres de la République (1871-1914), Paris, FNSP, 1982.

5  A. Lorin, « Paul Doumer (1857-1932), “bienfaiteur de l’Aisne” : histoire d’une adoption », Mémoires de la fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, t. LVI, 2011, p. 203-224.

6  A. Lorin, « Paul Doumer, archétype du grand administrateur colonial français de la IIIe République », Questions internationales (La Documentation française), nº 46, novembre-décembre 2010, p. 112-119.

7  A. Lorin, « Paul Doumer, sénateur de Corse (1912-1931) : du parachutage à l’acclimatation », Études corses, nº 71, décembre 2010, p. 67-88.

8  A. Lorin, Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à l’Élysée, Paris, Dalloz, coll. « Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle », 2013.

9  Pierre Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, PUF/New Haven, YUP, 1925.

10  Archives du Sénat (AS), sous-série 14S : Commission des Finances du Sénat sous la IIIe République (1876-1940).

11  AS, sous-série 69S : commissions permanentes du Sénat, Commission de l’Armée.

12  AS, État des procès-verbaux des commissions sénatoriales relatives à la Première Guerre mondiale.

13  AN, fonds 724AP.

14  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre (1914-1918), Paris, Belin, 2002.

15  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 29 mai 1913, p. 910.

16  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 1er août 1913, p. 1588.

17Ibid.

18Ibid.

19  Paul Doumer, La loi militaire du 7 août 1913, Paris, Dunod et Pinat, 1913.

20  P. Doumer, Paroles humaines, Paris, Eugène Figuière, 1929, p. 188.

21  Bibliothèque nationale de France, 8-L57-18116 : René Samuel, Le parlement et la guerre (1914-1915), Paris, Roustan, 1918, p. 2.

22  Bibliothèque de l’Assemblée nationale (BAN), Ms 1689 (U 4558), Les cent jours de Paris, projet d’ouvrage de Paul Doumer.

23  AS, Annales du Sénat, débats parlementaires, séance du 1er août 1913, p. 1588.

24Ibid., p. 1586.

25  BAN, Ms 1689 (U 4558).

26  BAN, lettre de Paul Doumer, sénateur de Corse, au général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, 4 septembre 1914.

27  BAN, Henry de Golen, Le président Doumer accuse… En marge de l’histoire, Paris, Maurice d’Hartoy, coll. « Enquêtes et pamphlets », 1932, p. 99.

28  BAN, Ms 1657 (Z 973), lettre de Joseph Joffre, général commandant en chef, à Alexandre Millerand, ministre de la Guerre, 11 février 1915.

29  BAN, Ms 1689 (U 4558) : préface, notes de travail, lettres et pièces diverses (v. 1922) pour Les cent jours de Paris.

30  Amaury Lorin, « La franc-maçonnerie sous la IIIe République : Paul Doumer (1857-1932) et le Grand Orient de France », Chroniques d’histoire maçonnique, nº 71, 2013, « Grandes figures maçonniques de la IIIe République », p. 50-66.

31  Joseph Gallieni, Les carnets de Gallieni, publiés par son fils Gaëtan Gallieni, Paris, Albin Michel, 1932, 26 avril 1915, p. 169.

32  Édouard Julia, « Le Livre de mes fils », Le Temps, 12 juin 1923, rééd. in Papiers (1895-1933), Paris, Le Temps, 1936, p. 110-112.

33  P. Doumer, Le Livre de mes fils, Paris, Vuibert et Nony, 1905, p. 15.

34Ibid., p. 19-20.

35  Archives de la préfecture de police de Paris, BA2041, Gustave Hervé, Victoire, 8 septembre 1921.

36  AS, rapport fait au nom de la commission d’enquête sur les faits de guerre par le sénateur Paul Doumer, Impressions, année 1919, nº 704, 6 février 1919.

37  Gisèle Berstein, « La commission des Finances du Sénat et le budget (1920-1939) », in La direction du Budget entre doctrines et réalités (1919-1944), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 165-193 ; et, plus largement, Le Sénat sous la IIIe République (1920-1940), Paris, CNRS éditions, 2014.

38  AN, fonds 724AP.

39  Lucile Pasquier-Doumer, petite-fille de Paul Doumer, entretien avec l’auteur, 31 mai 2005.

40  A. Lorin, « “La civilisation suit la locomotive” : le credo ferroviaire de Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902) », Revue d’histoire des chemins de fer, nº 35, automne 2006, p. 41-54.

41AN, fonds 724AP.

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Visite sur le front de Paul Doumer à son fils René Doumer, chef d’escadrille, 15 mars 1916
Crédits © D.R. Archives privées.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4349/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Visite de Paul Doumer sur le front d’Alsace (Haut-Rhin), 23 mars 1916
Crédits © D.R. Archives privées.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4349/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Photographie 3. Surveillance des travaux de défense du camp retranché de Paris dans la région de Chelles (Aisne), janvier 1917
Crédits © D.R. Archives privées.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4349/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photographie 4. La maison de Paul Doumer à Anizy-le-Château (Aisne), détruite par les Allemands du fait de la notoriété de son propriétaire
Crédits © D.R. Archives privées.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4349/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 969k

Auteur

Amaury Lorin, docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris (Prix de thèse du Sénat 2012), ancien boursier de l’École française d’Extrême-Orient, est enseignant-chercheur en Histoire contemporaine à l’Université de Rangoun (Birmanie). Il est notamment l’auteur de Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932), d’Aurillac à l’Élysée (Paris, Dalloz, 2013).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search