Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Annexes

Annexe 2. Les ministres du Commerce

Texte intégral

Les notices présentent l’action des ministres du Commerce dans le domaine économique et social.

Boucher, Henry

Bruyères (Vosges), 19 septembre 1847-Nancy (Meurthe-et-Moselle), 1er février 1927.

1Il obtient une licence en droit, avant de reprendre l’affaire familiale de papeterie, dont il s’efforce de moderniser les procédés par l’utilisation des pâtes à bois. Membre puis président de la chambre de commerce d’Épinal, il est élu député républicain modéré en 1889. Il siège à la Chambre jusqu’en 1909, puis au Sénat jusqu’en 1920. Compatriote de Méline, il est membre du comité directeur de l’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises. À ce titre, il participe très activement aux travaux de la commission des douanes de la Chambre des députés, chargée d’établir le tarif général de 1892. Il rédige de nombreux rapports sur différents articles du tarif. Tout en continuant à rapporter sur les questions douanières, il s’intéresse aux problèmes ouvriers et notamment aux accidents du travail, au chômage et au travail des femmes et des enfants. Il participe à l’élaboration de la charte des sociétés de secours mutuels. Appelé par Méline au ministère du Commerce, portefeuille qu’il détient du 29 avril 1896 au 28 juin 1898, il s’intéresse aux questions douanières (admissions temporaires, régime des sucres) et aux ports. Il obtient un arrangement avec la chambre de commerce de Paris, à l’origine de la création de l’Office national du commerce extérieur. Il fait avancer aussi les questions sociales. Cherchant à montrer que le gouvernement Méline et les modérés sont attachés au progrès et à la solidarité, il fait adopter la loi sur les accidents du travail et la loi du 1er avril 1898 sur les sociétés de secours mutuels. Il introduit l’enseignement de l’électricité dans les écoles d’arts et métiers et dépose un projet de loi sur le placement des ouvriers, à l’origine de la loi du 14 mars 1904. Il prépare l’Exposition de 1900. Le 7 octobre 1896, il organise, au nom du gouvernement, la cérémonie pour la pose de la première pierre du pont Alexandre III, à Paris, en présence de l’empereur de Russie, Nicolas II, et du président de la République. Par la suite, il est membre des Conseils supérieurs de l’agriculture, de l’enseignement technique ainsi que du commerce et de l’industrie.

Couyba, Charles Maurice

Dampierre-sur-Salon (Haute-Saône), 1er janvier 1866-Paris, 18 novembre 1931.

  • 1  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 219-220.
  • 2  Voir Vincent Dubois, « L’art et l’État au début de la IIIRépublique, ou les conditions d’impossi (...)
  • 3  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 312. Il dépose en 1906 un ame (...)
  • 4  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 158.

2Fils d’un hôtelier de Haute-Saône, il fait ses études au lycée Louis-le-Grand, à Paris, et, après l’agrégation, enseigne dans une école primaire supérieure de la capitale1. Conseiller général, il est élu député républicain indépendant de Haute-Saône en 1897. Il siège à la Chambre jusqu’en 1907, puis au Sénat jusqu’en 1920. Il intervient à la Chambre sur les questions de propriété littéraire et artistique et d’enseignement. Il participe à la commission des économies administratives et rapporte, en 1901 et 1906, le budget du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, ainsi que des lois relatives aux beaux-arts, dont il se fait une spécialité. Il s’intéresse à l’éducation des milieux modestes par la culture artistique2, et souhaite développer l’enseignement primaire supérieur, notamment pour les jeunes filles3. En 1911, il propose l’organisation d’une exposition des arts décoratifs et industriels à Paris en 1914, reportée en raison du conflit. Au ministère du Commerce et de l’Industrie, dont il détient le portefeuille du 27 juin 1911 au 11 janvier 1912, il défend le projet de loi sur le régime des ports de commerce. Il crée par décret le certificat de capacité professionnelle, qui permet le développement de la formation professionnelle des ouvriers, alors que la Chambre des députés, sous l’influence du patronat, ne parvient pas à voter de loi sur ce sujet. En 1915, il préside la commission du Sénat chargée d’étudier « l’organisation économique au lendemain de la guerre et l’entente avec les alliés4 ». En 1918, il fait partie de la commission chargée de la codification des lois ouvrières et, en 1919, de la commission de la journée de huit heures. Après son échec au renouvellement de 1920, il se consacre entièrement aux beaux-arts, notamment comme directeur de l’École nationale des arts décoratifs et président d’honneur de la Société des auteurs et compositeurs de musique.

Cruppi, Jean Charles Marie

Toulouse (Haute-Garonne), 22 mai 1855-Fontainebleau (Seine-et-Marne), 16 octobre 1933.

  • 5  Gilles Le Béguec, « La constitution des groupes parlementaires : questions de méthode », dans C. A (...)
  • 6  Jean Estèbe, Les ministres de la République, 1871-1914, Paris, Presses de la Fondation nationale d (...)

3Après des études à Toulouse, il est avocat à la cour d’appel de Paris, secrétaire de la conférence. Il entre dans la magistrature et, à trente ans, est nommé avocat général à la Cour de cassation. Conseiller général puis président du conseil général de Haute-Garonne, il est élu député de Haute-Garonne en 1898. Il siège à la Chambre jusqu’en 1919, puis au Sénat de 1920 à 1924. À la Chambre, il s’intéresse au perfectionnement du travail parlementaire, participant aux travaux de la Société d’études législatives, fondée en 19025. Il se spécialise dans les questions judiciaires, proposant de nombreuses réformes : sur les expertises médico-légales, la procédure pénale, la prévention du vagabondage et de la mendicité, la détention préventive, les justices de paix, l’âge de la majorité pénale, les garanties de la liberté individuelle et la responsabilité des magistrats, la dégradation civique, etc. Il rapporte le budget du ministère de la Justice pour les exercices 1901, 1904 et 1905. En 1905, il prend une part active à la discussion du projet de loi de séparation de l’Église et de l’État6. Ministre du Commerce et de l’Industrie du 4 janvier 1908 au 20 juillet 1909, il intervient plusieurs fois à la Chambre sur les questions douanières mais également sur la réglementation du travail des ouvriers, la marine marchande, les dessins et modèles, les établissements insalubres ou encore les expositions internationales. Tirant les conséquences de la création du ministère du Travail, il redéfinit un nouveau projet pour le Commerce. Juriste avisé, il crée le comité de législation commerciale, comité d’experts qui a pour but de préparer et d’harmoniser les nouvelles mesures législatives avec le droit existant. Il s’efforce de faire adopter des réformes de fond et développe l’action du ministère en s’appuyant sur les attachés commerciaux et les chambres de commerce, dont il fait voter la réforme électorale. Il essaie d’apaiser les conflits avec l’Instruction publique dans le domaine de l’enseignement technique. Il est l’auteur de : Pour l’Expansion économique de la France, dix-neuf mois au ministère du Commerce et de l’Industrie, Paris, P.-V. Stock, 1910, 391 p.

Dautresme, Auguste Lucien

Elbeuf (Seine-Maritime), 21 mai 1826-Paris, 18 février 1892.

  • 7  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 155.
  • 8Idem, p. 174-175.

4Ingénieur de la Marine, démissionnaire en 1848, il se tient à l’écart de la politique sous le Second Empire. Élu député d’Elbeuf en 1876, il siège à la Chambre jusqu’en 1891, puis au Sénat jusqu’à sa mort. Il s’intéresse dès son élection au développement des transports en Normandie et soutient le parti protectionniste. En 1879, il insiste pour que la France s’en tienne au tarif général des douanes plutôt qu’aux traités de commerce, favorables au libre-échange7. Il est proche de Richard Waddington, député de Rouen, avec lequel il soutient Le Petit Rouennais, journal qui réunit, en 1879, près de 30 000 signatures en faveur de l’adoption d’un tarif protectionniste. En 1880, il est l’un des principaux intervenants à la Chambre sur la réforme du tarif, demandant une forte augmentation des droits sur les laines cardées, principale production d’Elbeuf. Il se démarque de Waddington en refusant de voter une augmentation des droits sur les denrées agricoles, contribuant à l’affaiblissement du bloc protectionniste et à la victoire finale des libre-échangistes8. À la Chambre, il appartient à la gauche radicale et se sépare quelquefois de la majorité modérée. Il est l’auteur d’une proposition de loi ayant pour objet l’abrogation de la loi du 22 juin 1854 sur les livrets ouvriers. Rapporteur du budget du ministère du Commerce pour l’exercice 1883, il critique l’Inspection du travail telle qu’elle a été établie par la loi de 1874 et, le premier, appelle à la centralisation des inspecteurs au sein d’un corps unique d’État. C’est pour lui le meilleur moyen d’accorder l’intérêt des industriels, en permettant une unité de traitement des différents manufacturiers à travers le territoire national, et ses positions politiques avancées. Ministre du Commerce dans le cabinet Brisson, du 10 novembre au 28 décembre 1885, puis dans le cabinet Rouvier, à partir du 30 mai 1887, et le cabinet Tirard, du 12 décembre 1887 au 30 mars 1888, il s’intéresse à la question ouvrière, s’attachant sans succès à la réforme des conseils de prud’hommes. Surtout, il défend les positions protectionnistes, organisant la riposte contre l’Italie, qui a rompu son traité de commerce avec la France. Il suit de près les questions locales, s’intéressant à la modernisation des ports de Normandie (amélioration du port du Havre ; travaux de prolongement du quatrième bassin à flot du port de Honfleur ; établissement de magasins généraux à Dieppe), et s’applique à la préparation de l’Exposition universelle de 1889. Lors de la campagne législative de 1889, il fait pression en faveur du protectionnisme, dénonçant devant ses électeurs les conséquences néfastes du libéralisme douanier sur l’emploi. Il fonde à la Chambre, avec Waddington, un groupe du travail national destiné à défendre les intérêts des manufactures. Il contribue à la création d’une commission parlementaire des douanes qui aboutit, en 1892, à l’adoption du tarif Méline, voté grâce à l’union des intérêts agricoles et industriels.

David, Fernand

Annemasse (Haute-Savoie), 18 octobre 1869-Paris, 17 janvier 1935.

  • 9  J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 31.
  • 10  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 219.

5Licencié en droit, il s’inscrit au barreau de Saint-Julien en Haute-Savoie. Il est député de Haute-Savoie de 1898 à 1919, puis sénateur de 1920 à 1935. À la Chambre, il s’intéresse aux questions agricoles, déposant des propositions de loi relatives aux sociétés de crédit agricole, puis à l’organisation d’un enseignement agricole professionnel et à la création de divers offices. Il siège également à la commission des douanes et rapporte en vue de la révision douanière de 1910. Ministre du Commerce et de l’Industrie de janvier 1912 à janvier 1913, il donne suite aux travaux de la commission extraparlementaire sur la réforme bancaire et dépose un projet de loi pour développer le crédit aux petites et moyennes entreprises. Il obtient le vote d’une loi soldant la dette de l’État à l’égard des municipalités ayant créé des écoles pratiques de commerce et d’industrie9. Il favorise les établissements d’enseignement technique de son département, y prévoyant quatre écoles pratiques, dont deux ouvrent finalement10. l est ensuite plusieurs fois ministre de l’Agriculture.

Delombre, Paul

Maubeuge (Nord), 18 mars 1848-Paris, 8 novembre 1933.

  • 11  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 123.
  • 12Bulletin de la chambre de commerce de Paris, 1899, n° 1-2, p. 4.

6Avocat à la cour d’appel de Paris, il est membre de la Société d’économie politique de Paris et du Cobden Club de Londres, qui rassemble des partisans du libre-échange. Publiciste, il collabore à plusieurs journaux techniques (Le Journal des travaux publics, Le Conseiller-gazette des chemins de fer) et tient, de 1878 à 1932, la rubrique économique et financière du Temps11. Il est député républicain des Basses-Alpes de 1893 à 1906. À la Chambre, il est plusieurs fois rapporteur du budget du ministère des Finances, puis rapporteur général du budget en 1896. Les 24 et 25 mars 1896, il s’oppose à la tribune au projet d’impôt sur le revenu présenté par le ministre des Finances, Paul Doumer. Ministre du Commerce et de l’Industrie dans le cabinet Dupuy du 1er novembre 1898 au 22 juin 1899, il s’efforce de poursuivre la collaboration avec la chambre de commerce de Paris engagée par Henry Boucher12. À la suite de problèmes d’indiscipline dans les écoles d’arts et métiers, il institue une commission chargée d’étudier les améliorations à apporter à leur organisation. Il participe à l’arrangement commercial franco-italien, mettant fin à un conflit qui dure depuis 1888. Il met à contribution ses compétences économiques pour l’élaboration de la loi du 25 mai 1899 sur le fonctionnement des sociétés d’assurances contre les accidents du travail. C’est l’un des promoteurs de l’Exposition universelle de 1900. Il est membre du Conseil supérieur de statistique, du Conseil supérieur de l’agriculture et du comité monétaire. Avec Hippolyte Maze, il contribue à la création de la Ligue nationale de la prévoyance et de la mutualité.

Deseilligny, Alfred-Nicolas Pierrot

Paris, 9 mai 1828-idem, 17 avril 1875.

  • 13  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 166.
  • 14  Voir R. Schnerb, « La Politique fiscale… », op. cit., p. 204-206. Il soutient un projet d’impôt su (...)
  • 15  Charles de Freycinet, Souvenirs, 1878-1893, Paris, C. Delagrave, 4e éd., 1913, p. 303.
  • 16  Cité par P. Levillain, « Un chevau-léger… », op. cit., p. 94.

7Gendre de Schneider, collaborateur d’Henri Germain, il dirige à partir de 1853 les usines du Creusot et est administrateur des houillères de Decazeville13. Il est élu député de l’Aveyron en 1869, puis représentant à l’Assemblée nationale en 1871. À l’Assemblée, il s’intéresse aux questions économiques, prenant la parole sur le projet de loi sur les matières premières. Après avoir siégé au centre gauche, il rejoint le centre droit en 1873. Il s’oppose à Thiers sur les questions fiscales14. Ministre des Travaux publics dans le premier cabinet de Broglie, le 25 mai 1873, il s’en prend aux républicains de son administration15. Pourtant, aux dires de La Bouillerie, son collègue au gouvernement, il est « sans opinions accentuées, prêt à s’accommoder de toutes16 ». Nommé à l’Agriculture et au Commerce dans le deuxième cabinet de Broglie, il se fait une réputation de technicien, intéressé principalement par les questions d’exportation. Il meurt peu après de la typhoïde. Il est l’auteur de : De l’Influence de l’éducation sur la moralité et le bien-être des classes laborieuses, Paris, L. Hachette, 1868, III-319 p.

Doumergue, Gaston

Aigues-Vives (Gard), 1er août 1863-idem, 18 juin 1937.

8Avocat à Nîmes de 1885 à 1890, il est magistrat en Cochinchine de 1890 à 1893, puis juge de paix en Algérie de juin à décembre 1893. Élu député radical-socialiste en 1893, il siège à la Chambre jusqu’en 1910, puis au Sénat de 1910 à 1924. Président de la République de 1924 à 1931, il est rappelé à la présidence du Conseil au lendemain du 6 février 1934. À la Chambre, il s’oppose à la colonisation de Madagascar. En 1901, lors de la crise viticole, il défend les petits producteurs. Nommé au ministère des Colonies, dont il a rapporté plusieurs fois le budget, il dépose un projet de loi conférant la personnalité civile à l’Office colonial. Après sa démission, il s’oppose au traité de commerce avec la Russie et intervient en faveur de l’extension au commerce de la législation sur les accidents du travail. Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Travail dans le cabinet Sarrien à partir du 14 mars 1906, puis ministre du Commerce et de l’Industrie, à partir du 25 octobre 1906, dans le cabinet Clemenceau, il s’intéresse à la réglementation du travail et dépose plusieurs projets de loi, notamment sur les accidents du travail, le contrat de travail et les maladies professionnelles. Il reprend certaines initiatives de Millerand dans le but de réduire la durée du temps de travail et d’étendre la protection des employés. Il entreprend la création d’une direction de la marine marchande. Il intervient également dans le domaine de la propriété industrielle. Il signe le décret du 22 octobre 1906 créant le diplôme d’ingénieur des arts et métiers. Il est par la suite l’auteur d’une œuvre politique importante, marquée par le vote de l’impôt sur le revenu et par l’organisation du recrutement dans les colonies pendant la Première Guerre mondiale.

Dubief, Jean-Baptiste Fernand

Varennes-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), 14 octobre 1850-Asnières (Hauts-de-Seine), 4 juin 1916.

  • 17  D. Barbet, « Travail en commission… », op. cit., p. 311. Il préside la commission du travail à par (...)
  • 18  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 560. Circulaire du 26 août 1905.
  • 19  Voir D. Halévy, La République des comités, essai d’histoire contemporaine (1895-1934), Paris, Bern (...)

9Fils d’un républicain déporté après le coup d’État du 2 décembre 1851, docteur en médecine (1877), maire de Romanèche-Thorins, député radical-socialiste de Saône-et-Loire, il siège à la Chambre de 1893 à 1910, puis de 1914 à 1916. À la Chambre, il s’intéresse au régime des aliénés, aux emplois administratifs, rapporte une proposition de loi interdisant les retenues et amendes sur les salaires ouvriers ainsi qu’une proposition sur les conditions de travail dans les filatures de soie. Il intervient aussi sur les questions viticoles, importantes dans sa circonscription, et sur l’enseignement. Après les élections de 1898, il siège à la commission du travail17, est membre du Conseil supérieur du travail, rapporteur du budget de l’École centrale et soutient, à l’automne 1900, les grévistes de Montceau-les-Mines. Après les élections de 1902, il présente une proposition de loi prévoyant des subventions aux caisses de secours contre le chômage. En 1904, il prend la parole sur le projet de loi destiné à faciliter le placement des ouvriers et employés. Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télégraphes dans le cabinet Rouvier, du 24 janvier au 12 novembre 1905, il intervient sur les conditions d’avancement et de notation des fonctionnaires ainsi que sur la codification des lois du travail et le nouveau tarif des douanes. Il défend le Salon de l’automobile et des sports. Il est le promoteur d’un ambitieux projet de formation professionnelle des adultes, qu’il dépose sous forme de projet de loi le 13 juillet 1905. Après une série de graves incendies dans des usines, il demande aux inspecteurs du travail de veiller particulièrement aux conditions d’évacuation des établissements18. En 1907, il réussit à faire adopter son projet de réforme du régime des aliénés. Puissante notabilité radicale, il joue un rôle important dans les combinaisons du parti à la veille de la Première Guerre mondiale19. Son projet de formation professionnelle inspire la réforme de l’enseignement technique décidée en 1919. Il a notamment publié : À travers la législation du travail, Paris, E. Cornély, 1905, VI-273 p. ; L’Apprentissage et l’Enseignement technique, Paris, V. Giard et E. Brière, 1910, 506 p.

Dupuy, Jean

Saint-Palais (Gironde), 1er octobre 1844-Paris, 31 décembre 1919.

  • 20  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 218.
  • 21  Micheline Dupuy, Un homme, un journal, Jean Dupuy, le « Petit Parisien », 1844-1919, Paris, Hachet (...)

10Huissier, il est à la tête d’un des principaux cabinets d’affaires de la capitale. Il acquiert en 1883 une part importante dans le Petit Parisien, puis en devient propriétaire-gérant en 1888, permettant à son journal de dépasser le million d’exemplaires en 1902. Il préside le Syndicat de la presse. Proche des gambettistes Rouvier, Ribot et Waldeck-Rousseau, il appartient au groupe de la gauche républicaine du Sénat. Il défend le libre-échange et, en 1891, s’oppose dans son journal à Méline, ministre de l’Agriculture. Il rapporte durant trois années consécutives le budget du ministère de l’Agriculture. Nommé à ce portefeuille en 1899 par Waldeck-Rousseau, il défend les producteurs de blé français. Il organise définitivement le crédit agricole et crée l’Office de renseignements agricoles. Il préside l’Union républicaine en 1906 et participe activement aux négociations diplomatiques entre la France et l’Allemagne dans l’affaire du Maroc. Ministre du Commerce et de l’Industrie le 24 juillet 1909, dans le cabinet Briand, il est reconduit du 3 novembre 1910 au 2 mars 1911. Il encourage l’enseignement technique, permettant la construction de six écoles pratiques de commerce et d’industrie20. Il se rend à l’exposition de Bruxelles où un incendie a ravagé le pavillon de la ville de Paris21.

Goulard, Marc Thomas Eugène (de)

Versailles (Yvelines), 28 novembre 1808-idem, 4 juillet 1874.

  • 22  R. Schnerb, « La politique fiscale… », op. cit., p. 208.

11Avocat au barreau de Paris, il est élu en 1845 député des Hautes-Pyrénées et soutient la monarchie de Juillet. Il s’oppose au coup d’État, mais reste à l’écart de la politique jusqu’à son élection à l’Assemblée nationale en 1871. Ami de Thiers, il participe comme plénipotentiaire à la négociation du traité de Francfort, pour lequel il s’occupe des questions douanières. Spécialiste des affaires industrielles, sur lesquelles il a déjà rapporté sous la monarchie de Juillet, il ne reste que quelques semaines au ministère de l’Agriculture et du Commerce, où il est nommé le 6 février 1872, et remplace aux Finances Pouyer-Quertier, compromis dans un procès bonapartiste. Il s’y montre « moins convaincu, moins compétent [que lui] et davantage disposé à complaire aux groupes de la droite22 ».

Grivart, Louis René Joachim

Rennes (Ille-et-Vilaine), 30 juillet 1829-idem, 3 août 1901.

  • 23  L. Guillet, Cent ans…, op. cit., p. 21.

12Avocat, représentant d’Ille-et-Vilaine à l’Assemblée nationale en 1871, il est orléaniste et catholique, proche du duc de Broglie. Il siège au Sénat de 1876 à 1879, puis de 1893 à sa mort. Spécialiste des questions financières, il est nommé ministre de l’Agriculture et du Commerce dans le cabinet de Cissey, du 22 mai 1874 au 10 mars 1875. Il s’intéresse à la législation commerciale et signe, le 28 octobre 1874, une circulaire concernant les élections aux chambres de commerce. Il défend personnellement le projet de transfert de l’École centrale des arts et manufactures23. Après son départ du ministère, il continue à suivre les questions commerciales. Il est envoyé comme délégué du gouvernement à la conférence de Bruxelles pour préparer le renouvellement de la convention sur le régime des sucres. C’est un juriste réputé, qui intervient à la fin du siècle devant le Sénat sur les accidents du travail, les sociétés coopératives de production et la répression des fraudes sur les marchandises.

Guist’hau, Henri Gabriel

Saint-Pierre (La Réunion), 22 septembre 1863-Nantes (Loire-Atlantique), 27 novembre 1931.

  • 24  Voir A. Thibaudet, La République des professeurs…, op. cit., p. 201. Thibaudet critique violemment (...)

13Inscrit au barreau après des études de droit à Nantes, il se lie à Aristide Briand, alors jeune avocat à Saint-Nazaire. Conseiller municipal de Nantes à partir de 1890, il s’occupe notamment des questions d’hygiène. Il est élu maire en 1908, puis député en 1910. À la Chambre, il fait carrière dans le sillage d’Aristide Briand24. Ministre de la Marine, il fait adopter une loi autorisant la mise en chantier de nouveaux bâtiments. À l’Instruction publique, il s’intéresse au sort des personnels de l’enseignement primaire. Au Commerce et à l’Industrie du 21 janvier au 22 mars 1913, il fait voter une loi en faveur des personnels des écoles professionnelles et de l’enseignement industriel et commercial. Il siège au Conseil supérieur de la mutualité et est vice-président du groupe de la mutualité à la Chambre.

Hérisson, Anne Charles

Surgy (Nièvre), 12 octobre 1831-idem, 23 novembre 1893.

  • 25  Laurent Willemez, « Le droit dans l’élection, avocats et contestations électorales dans la France (...)
  • 26  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 158.
  • 27  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 193. Lettre du 14 mars 1884.

14Docteur en droit, avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, il défend comme Ferdinand Hérold les candidats républicains lors des contentieux électoraux25. Élu représentant à l’Assemblée nationale en 1874, il siège à la Chambre des députés de 1878 à 1885. Ministre des Travaux publics dans les cabinets Duclerc et Fallières du 7 août 1882 au 17 février 1883, il s’efforce de financer le plan Freycinet après le krach de l’Union générale. Ministre du Commerce dans le cabinet Ferry du 21 février 1883 au 14 octobre 1884, il est l’auteur d’une œuvre importante de réforme. Dès son arrivée, il soumet à la Chambre des députés des projets de loi sur les caisses d’épargne, la Caisse des retraites et les conseils de prud’hommes. Il dépose un projet de loi réformant l’inspection des pharmacies et supprimant l’inspection des eaux minérales, dont l’action est critiquée par la Chambre. Il s’intéresse aussi à l’enseignement technique. Pour faire suite à un rapport de la Société des anciens élèves des écoles d’arts et métiers, il demande au Conseil supérieur de l’enseignement technique de rédiger de nouveaux programmes pour ces écoles, qui font l’objet d’un décret du 4 avril 188526. Il obtient des crédits pour la reconstruction de l’École centrale et de l’école d’horlogerie de Cluses. Reprenant les critiques formulées par Lucien Dautresme, il demande à la commission supérieure du travail des enfants de réfléchir à une réforme de l’Inspection du travail27. Il réclame la création d’un corps national des inspecteurs des établissements classés. Il s’attache aussi aux domaines traditionnels d’action du ministère, notamment la marine marchande et les poids et mesures. En matière commerciale, il favorise le libre-échange et soutient les traités de commerce destinés à assouplir le tarif général de 1881. Il propose une réforme des chambres de commerce et la suppression des chambres consultatives des arts et manufactures, dont le rôle est handicapé par l’insuffisance de ressources. Il crée un bureau des renseignements commerciaux. Les mises à la retraite qu’il provoque dans l’administration centrale lui attirent les protestations d’un certain nombre de députés, qui l’accusent d’avoir mis en œuvre des mesures d’épuration.

La Bouillerie, Marie Joseph Mélite Roullet (comte de)

Paris, 26 mars 1822-Cheviré-le-Rouge (Maine-et-Loire), 24 septembre 1894.

  • 28  P. Levillain, « Un chevau-léger… », op. cit., p. 94.
  • 29  L. Murard, P. Zylberman, L’Hygiène dans la République…, op. cit., p. 133.
  • 30  Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, 1, Paris, Gallimard, 1992, p. 170.

15Il travaille à la compagnie d’assurances La Providence, dirigée par son père, puis entre à la Banque Delahante. Il est élu représentant légitimiste de Maine-et-Loire à l’Assemblée nationale en 1871 et siège jusqu’en 1876. Il appartient à la commission du budget et se spécialise dans les questions administratives et financières. Sa désignation au ministère de l’Agriculture et du Commerce, alors que son nom avait été évoqué pour le ministère des Finances (mais les Rothschild s’y seraient opposés en raison de ses liens avec la banque catholique), procède de la volonté d’équilibrer, dans le cabinet de Broglie, les différentes tendances de la droite qui ont poussé Thiers à la démission. D’après sa correspondance personnelle, sa nomination, « le surprend et le remplit de frayeur28 ». Ministre de mai à novembre 1873, il défend, comme son prédécesseur Teisserenc de Bort, le libre-échange. Il signe une circulaire qui renforce les prérogatives des conseils d’hygiène publique et de salubrité, placés dans chaque arrondissement, auprès des sous-préfets29. En 1875, il s’allie avec les républicains contre les orléanistes lors de l’élection des sénateurs inamovibles, dans l’espoir que l’échec de la République conduise à une nouvelle Restauration30.

Lambrecht, Félix Edmond Hyacinthe

Douai (Nord), 4 avril 1819-Versailles (Yvelines), 8 octobre 1871.

  • 31  L. Girard, La politique des travaux publics…, op. cit., p. 356-357.
  • 32  J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites…, 1, op. cit., p. 125.
  • 33  L. Girard, La politique des travaux publics…, op. cit., p. 356-357. L’auteur cite le jugement de D (...)
  • 34  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 47-49.

16Entré premier à l’École polytechnique, il choisit à sa sortie le corps des Ponts et Chaussées. Il siège de 1863 à 1869 au corps législatif, où il se fait remarquer de Napoléon III par la clairvoyance de ses interventions en matière de chemins de fer31. À la fin du Second Empire, il appartient au tiers parti, favorable à une évolution du régime32. Élu représentant en 1871, il est nommé par Thiers, un ami personnel, ministre de l’Agriculture et du Commerce le 19 février 1871, puis ministre de l’Intérieur, le 11 juin suivant. Classé « clérical et protectionniste33 », il débat avec brio des questions techniques. Attaché au paternalisme, il soutient la Société d’enseignement mutuel des travailleurs de Roubaix afin de favoriser une initiative utile à « l’instruction et [à] la moralisation des classes pauvres34 ».

Lebon, André Jean Louis

Dieppe (Seine-Maritime), 26 août 1858-Paris, 17 février 1938.

  • 35  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 34.
  • 36  J. Dubos, André Lebon…, op. cit., p. 154-167.
  • 37  Joël Dubos, « L’Organisation des réseaux modérés sous la IIIRépublique : André Lebon, un homme à (...)
  • 38  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 181.

17Fils de Charles, fondateur de la Société du gaz Lebon, il hérite d’une immense fortune35. Sa femme, Zinka Paléologue (1857-1924), est issue de la haute aristocratie roumaine par son père et d’une riche famille d’industriels belges par sa mère. Élu député des Deux-Sèvres en 1893, il s’intéresse à la question sociale : il appartient à la commission du travail et rapporte sur les syndicats professionnels, le droit de grève, l’abrogation des articles 414 et 415 du Code pénal concernant l’atteinte à la liberté du travail ainsi que la question du salaire minimum. C’est en spécialiste qu’il est nommé ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télégraphes le 26 janvier 1895, alors qu’il n’a que trente-six ans. Il est à l’origine de nombreuses réformes, notamment de projets de loi sur les connaissements maritimes et les Postes, en particulier une convention avec les messageries maritimes. Il est l’auteur d’un projet de loi pour la création de conseils permanents de conciliation, qui complète la loi du 27 décembre 1892. Alors que celle-ci prévoit une conciliation par des intervenants publics, notamment le juge de paix, sans caractère contraignant, il propose un système d’arbitrage privé, fondé sur le principe d’une « liberté de création de ces comités sans autorisation de l’État et aucun caractère contraignant pour les décisions qui y seront prises36 ». Souhaitant accroître les compétences des chambres de commerce, il dépose un projet de loi qui aboutit à la loi de 1898. Il continue à s’intéresser aux questions sociales après son départ du gouvernement. Il dépose, le 6 décembre 1895, une proposition de loi sur l’organisation de l’assurance contre l’invalidité et la vieillesse, dans laquelle il se montre favorable à un système d’assurance obligatoire. Revenu à la vie civile après son échec aux élections législatives de 1898, il occupe une position élevée dans le monde des affaires37. En 1903, il fonde la Fédération des industriels et commerçants français, dont il devient le premier président. De 1905 à 1915, il représente les constructeurs de navires à l’Union des industries métallurgiques et minières, puissant groupe patronal38. Sous le pseudonyme d’André Daniel, il est l’auteur de l’Année politique, chronique de la vie parlementaire publiée annuellement.

Lefranc, Bernard Edme Victor

Garlin (Pyrénées-Atlantiques), 2 mars 1809-Saint-Sever (Landes), 12 septembre 1883.

  • 39  Anne Martin-Fugier, « Convivialité masculine au xixsiècle : les dîners Bixio et Magny », dans Ro (...)
  • 40  Voir R. Schnerb, « La politique fiscale… », op. cit., p. 207.

18Avocat réputé, il participe au dîner Bixio, qui réunit des personnalités des arts, des lettres et de la politique39. Élu en 1871 représentant à l’Assemblée nationale, il est nommé le 5 juin 1871 ministre de l’Agriculture et du Commerce, puis remplace le 6 février 1872 Casimir-Périer au ministère de l’Intérieur. Il siège à la Chambre jusqu’en 1877, puis au Sénat de 1881 à 1883. Protectionniste convaincu, membre de la Société des agriculteurs de France, il soutient ardemment la politique fiscale de Thiers40. Au ministère de l’Agriculture et du Commerce, il prend des mesures pour assurer la reprise des institutions au lendemain de la guerre de 1870 et s’intéresse aux questions sanitaires, après l’épidémie de peste bovine. Il présente plusieurs projets de loi en matière douanière. Il va négocier à Londres avec le ministère Gladstone une révision des traités, mais ne revient pas avec le succès escompté.

Legrand, Pierre

Lille (Nord), 13 mai 1834-Paris, 31 mai 1895.

  • 41  René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nat (...)
  • 42  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 118.
  • 43  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 194.
  • 44  P. Arnous, Pierre Legrand…, op. cit., p. 182-183.
  • 45  Voir idem, p. 222-229.
  • 46  Étienne Penissat, « Mesure des conflits, conflits de mesure. Retour sur l’histoire des outils de q (...)
  • 47  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 206.

19Fils de Pierre, député du Nord sous le Second Empire, il est avocat au barreau de Lille. Nommé secrétaire général de la préfecture du Nord le 6 septembre 1870, puis préfet le 23 septembre de la même année, il présente sa démission le 28 décembre, en désaccord avec le gouvernement de la Défense nationale41. Candidat sans succès aux élections à l’Assemblée nationale en février 1871, il est élu député en 1876, échoue en 1885, puis siège à nouveau de 1887 à sa mort. Il est ministre du Commerce du 7 août 1882 au 20 février 1883 dans les cabinets Duclerc et Fallières, puis du 6 avril 1885 au 6 janvier 1886 dans le cabinet Brisson, et du 3 avril 1888 au 22 février 1889 dans le cabinet Floquet. Défenseur des intérêts de l’industrie lilloise, il soutient en 1879 et 1880 la création dans cette ville d’une école d’arts et métiers42. Il est fermement attaché au protectionnisme, mais, à l’instar de Dautresme, refuse de soutenir en 1880 l’augmentation des droits sur les denrées agricoles, contribuant à la division du parti protectionniste. Sa nomination au ministère du Commerce, en août 1882, est le signe de la mobilisation des protectionnistes. Elle est mal accueillie par les libre-échangistes, qui espèrent la reprise de négociations commerciales avec l’étranger, notamment avec l’Angleterre43. Désireux de marquer un tournant dans la politique commerciale de la France, il réforme par décret du 13 octobre 1882 le Conseil supérieur du commerce et de l’industrie pour en exclure les libre-échangistes. Sa décision est mal acceptée par les chambres de commerce et entraîne le blocage de l’institution, qui ne se réunit pas. Pour se concilier l’appui des chambres de commerce, il dépose un projet de réforme les autorisant à se réunir en huit conseils régionaux, mais sa proposition n’est pas discutée44. Il s’intéresse aux conseils de prud’hommes, cherchant à défendre cette institution essentielle à l’industrie lilloise contre les attaques des patrons et des ouvriers45. Le 25 octobre 1883, il dépose une proposition de loi qui aboutit à la loi du 11 décembre 1884 obligeant les conseils à siéger, même après la démission des patrons. Le 3 juillet 1885, il signe une importante circulaire qui permet l’établissement d’une statistique fiable des grèves46. Lors des débats qui précèdent l’adoption du tarif Méline de 1892, il ne se montre pas un protectionniste irréductible et, rapporteur de la commission générale des douanes sur le textile, essaie de parvenir à un compromis acceptable47. Au ministère du Commerce, il est l’un des organisateurs de l’Exposition universelle de 1889. Par la suite, il s’intéresse à la réforme du Code de commerce et dépose une proposition de loi libéralisant le fonctionnement des conseils de prud’hommes, qui est rejetée par le Sénat.

Lepère, Edme Charles Philippe

Auxerre (Yonne), 1er février 1823-idem, 6 septembre 1885.

20Inscrit au barreau d’Auxerre, il est élu représentant à l’Assemblée nationale en 1871, puis siège à la Chambre des députés jusqu’à sa mort. Président du groupe de la gauche radicale, il est nommé, le 14 décembre 1877, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur dans le cabinet Dufaure. Ministre de l’Agriculture et du Commerce le 4 février 1879, il remplace dès le 4 mars suivant Marcère au ministère de l’Intérieur. À l’Assemblée nationale, il se fait remarquer par sa connaissance des affaires. Il rapporte en 1876 le budget du ministère de la Justice et intervient notamment sur les traités de commerce. Il ne reste qu’un peu plus d’un mois au ministère du Commerce, mais s’intéresse de près au congrès de Paris sur la propriété industrielle. Après son départ du Commerce, ses positions autoritaires à l’Intérieur, où il se montre favorable à la restriction du droit de réunion, l’obligent à la démission.

Lockroy, Édouard Étienne Simon (dit)

Paris, 17 juillet 1840-idem, 22 novembre 1913.

  • 48  J.-P. Machelon, « La liberté d’association… », op. cit., p. 145.
  • 49  Francine Soubiran-Paillet, « De l’association politique au syndicat de 1884 : histoire d’une disso (...)
  • 50  Chambre des députés, Proposition de loi tendant à assurer la liberté des réunions publiques, prése (...)
  • 51  E. Lockroy, Au hasard de la vie…, op. cit., p. 240.
  • 52  Chambre des députés, Projet de loi sur l’arbitrage, présenté par M. Lockroy, 29 mai 1886, session (...)
  • 53  Chambre des députés, Projet de loi sur les caisses d’épargne présenté par M. Sadi Carnot, par M. É (...)
  • 54  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 197-199. Il dépose à nouveau sa (...)
  • 55  Chambre des députés, Projet de loi sur la réglementation du travail des enfants, des filles mineur (...)
  • 56  Lockroy s’oppose, le 14 février 1887, non sans un certain humour, à la protestation des artistes c (...)
  • 57  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 203.
  • 58  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 78.
  • 59  Gilles Candar, « La gauche en République… », op. cit., p. 118. Pour l’auteur, la fin de la carrièr (...)

21Il se destine à la peinture, mais abandonne l’École des beaux-arts pour accompagner Alexandre Dumas en Italie et participer à la campagne de Garibaldi en Sicile. Il suit un peu plus tard Ernest Renan en Orient, en qualité de secrétaire et de dessinateur. Journaliste, collaborateur de Victor Hugo au Rappel, il épouse en 1877 la veuve de Charles Hugo et devient le père adoptif des petits-enfants du poète. Représentant de la Seine à l’Assemblée nationale en 1871, il se prononce dès mars pour la liberté d’association, proposant l’abrogation des articles 291 à 294 du Code pénal48. Élu à la Chambre des députés en 1876, il siège jusqu’en 1910. En mai 1876, il soutient à la Chambre l’amnistie plénière des communards, insistant sur le fait que les ouvriers proscrits de la Commune sont allés porter à l’étranger leur savoir-faire. En juillet 1876, il dépose avec d’autres députés une proposition de loi reconnaissant les chambres syndicales, qui n’est pas discutée49. Il réclame la mise en accusation des ministres nommés le 16 mai 1877. À partir de 1881, il adopte des positions plus modérées. Il dépose une proposition de loi pour la liberté de réunion publique50. Après s’être opposé à la politique coloniale de Ferry, il finit par s’y rallier à la fin de l’année 1885. Il s’intéresse de près à toutes les questions ouvrières. Il prend une part active à la discussion de la loi sur les syndicats professionnels et fait des propositions sur les prud’hommes. Ministre du Commerce dans le cabinet de concentration républicaine composé par Freycinet le 7 janvier 1886, il conserve ses fonctions dans le cabinet Goblet le 11 décembre. Il demande que lui soient rattachées les chambres syndicales créées en application de la loi Waldeck-Rousseau de 1884. Il entend spécialiser son administration dans les questions ouvrières. Personnalité mondaine, proche des milieux littéraires et artistiques auxquels il appartient, il lui est reproché une certaine superficialité. Pourtant, il fait preuve d’une grande énergie dans l’exercice de ses fonctions ministérielles. Il s’inscrit dans la suite de Louis Blanc qui, le 10 mai 1848, a proposé à l’Assemblée constituante la création d’un ministère du Travail et du progrès. Il s’attache à enraciner la République dans les faits plutôt que dans les principes, reprenant la « politique des résultats » de Gambetta51. En mai 1886, il présente un projet de loi sur l’arbitrage entre patrons et ouvriers en cas de grève52, puis un projet sur les accidents du travail et un autre sur les caisses d’épargne53. Il propose de transformer celles-ci en banques populaires, capables d’employer leurs fonds au profit de l’agriculture, du commerce ou de l’industrie54. Il dépose en novembre un projet sur le travail des enfants55 qui, après un examen approfondi par la Chambre des députés et le Sénat, aboutit à la réforme de l’Inspection du travail. Il dirige les premières opérations relatives à l’Exposition universelle de 1889 et en choisit l’emplacement. Il soutient la construction de la tour de 300 mètres conçue par l’ingénieur Eiffel, franc-maçon comme lui56. Peu avant la chute du cabinet, il nomme un de ses proches, Gustave Ollendorff, à la direction du personnel et de l’enseignement technique, le chargeant d’obtenir du ministère de l’Instruction publique des concessions en vue du développement des écoles primaires supérieures. En matière douanière, il proteste contre le tarif Méline, auquel il reproche de retirer le travail et le pain aux ouvriers, en supprimant l’un et en renchérissant l’autre. Il appartient au groupe industriel, commercial et maritime, qui fédère à la Chambre les intérêts libre-échangistes autour de représentants des grands ports de commerce, comme Jules Charles-Roux, de Marseille, et David Raynal, de Bordeaux57. Il continue à s’intéresser aux questions industrielles et se rapproche des socialistes et de Millerand58, mais se tourne bientôt vers les problèmes navals, dont il se fait une spécialité59.

Lourties, Victor Christophe Gabriel

Aire-sur-Adour (Landes), 21 juillet 1844-Mont-de-Marsan (idem), 2 mai 1922.

  • 60  I. Blanc, « M. Lourties », dans Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relati (...)
  • 61  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 182-183. En 1893, des polémistes (...)
  • 62  Patricia Toucas, « La vertueuse mutualité : des valeurs aux pratiques », dans Vie sociale, 2008/4, (...)
  • 63  M. Rebérioux, « Les socialistes français et le petit commerce… », op. cit., p. 67.
  • 64  Gilles Pollet, « L’incapacité mutualiste à mettre en place un système de retraites », dans M. Drey (...)
  • 65  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670, p.  (...)
  • 66  Cité dans Rosemonde Sanson, « L’Alliance républicaine démocratique : une reformulation du centre-g (...)
  • 67  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique…, op. cit., p. 318-319.
  • 68  G. Pollet, « L’incapacité mutualiste… », op. cit., p. 134.

22Docteur en médecine, c’est le « médecin des pauvres » de sa ville natale, Aire-sur-l’Adour, dans les Landes. Maire d’Aire et, à partir de 1878, conseiller général, puis président du conseil général, il siège au Sénat de 1888 à 1920. Dans la ville dont il est l’élu, il fonde une école professionnelle commerciale et agricole. Au Sénat, il s’occupe particulièrement de la mutualité et des expositions internationales, se consacrant « plus spécialement à toutes les questions sociales qui ont pour but l’amélioration morale et matérielle des déshérités60 ». Il est président de la Ligue nationale de prévoyance et de la mutualité et promoteur de la Société pour la formation des banques populaires. Il est ministre du Commerce, de l’Industrie des Postes et Télégraphes dans le cabinet Dupuy de mai 1894 à janvier 1895. Sa nomination survient alors qu’il doit rapporter la loi sur les sociétés coopératives. Dans ses fonctions ministérielles, il propose une réforme du fonctionnement des conseils de prud’hommes. Il s’intéresse aux caisses d’épargne, qu’il défend contre les attaques dont elles ont fait l’objet au moment du scandale de Panama61. Il crée une direction de l’assurance et de la prévoyance sociales, espérant détacher la mutualité du ministère de l’Intérieur pour la placer sous la tutelle de son administration62. Il développe les subventions aux coopératives, dont il fait un instrument de résistance au socialisme63. C’est l’ami intime de Labeyrie, directeur de la Caisse des dépôts et consignations, qui soutient ses initiatives. « Homme dévoué aux déshérités », il ne délaisse pas pour autant les domaines traditionnels d’activité de son ministère, notamment les affaires douanières, alors que se pose le problème de l’application du tarif de 1892. Il reconstitue le Conseil supérieur du commerce et de l’industrie, évitant qu’il puisse entrer en conflit avec la Chambre des députés, et se montre favorable aux méthodes scientifiques de lutte contre la fraude. Il contribue à l’élaboration de la loi du 1er avril 1898 sur la mutualité64. Il participe à l’organisation de la délégation française à l’Exposition d’Amsterdam, en 1895. Par la suite, il continue à s’intéresser aux affaires commerciales, dirigeant le comité franco-espagnol de l’Union pour l’amélioration des conventions commerciales entre la France et l’Espagne, qui cherche à développer les exportations vers l’Espagne depuis le Sud-Ouest65. Il joue un rôle important dans l’organisation politique des modérés. En 1901, s’opposant à Waldeck-Rousseau, il veut « chercher un terrain d’entente […] assez vaste pour y grouper tous les républicains sincères et arriver ainsi à la constitution d’un grand parti républicain démocratique66 ». Il s’oppose au projet de loi sur les retraites ouvrières, y voyant la marque du corporatisme allemand, étranger à la tradition française, libérale et individualiste. Lors du débat sur les retraites en 1904, il condamne le projet du gouvernement, qui lui paraît « une prime à la paresse et à l’imprévoyance67 », et souhaite que la gestion des retraites soit confiée à la mutualité68.

Malvy, Louis Jean

Figeac (Lot), 1er décembre 1875-Paris, 9 juin 1949.

  • 69  Arch. nat., F12 8193. Vœux émis par des groupements commerciaux, 1907-1915. Malvy entretient des l (...)
  • 70  Parmi les jugements défavorables sur Malvy, on relève celui de Daniel Halévy, qui le traite de « p (...)

23Docteur en droit, il est attaché au cabinet de Léon Bourgeois. Après s’être présenté aux élections législatives de 1902, il entre au cabinet du ministre de la Marine, Camille Pelletan. Il est élu député du Lot en 1906. À la Chambre, il se spécialise dans les questions économiques et financières et soutient le projet d’impôt sur le revenu défendu par Joseph Caillaux. Après avoir été plusieurs fois sous-secrétaire d’État, il est ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télégraphes du 9 décembre 1913 au 16 mars 1914. Accusé d’être trop proche des milieux d’affaires, il est compromis pendant la Première Guerre mondiale pour ses relations avec l’Allemagne69. Comme Caillaux, il fait l’objet de l’hostilité de Clemenceau, qui l’accuse d’une tolérance coupable à l’égard du pacifisme de la gauche syndicaliste et socialiste. Il est finalement condamné par la Cour de justice en 191870. Il reste en retrait de la scène politique jusqu’à la loi d’amnistie de 1924. De retour à la Chambre, il préside la commission des finances de 1925 à 1936. Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940.

Marty, Jean Antoine

Carcassonne (Aude), 31 janvier 1838-idem, 5 novembre 1916.

24Élu député de l’Aude en 1885, il rapporte plusieurs fois sur les questions commerciales et douanières. Intéressé aussi par les questions sociales, il dépose avec Jean Jaurès, en 1886, une proposition de loi sur les caisses ouvrières. Le 16 juin 1888, il intervient à la Chambre sur le travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels. Il milite en faveur de l’organisation d’un régime de retraites pour les travailleurs et du droit à l’assistance pour les invalides du travail. Ministre du Commerce et de l’Industrie du 3 décembre 1893 au 23 mai 1894, il signe le décret du 10 mars 1894, qui exige des précautions renforcées en matière de sécurité et d’hygiène pour les travailleurs. Le 7 mai 1894, il intervient longuement devant la Chambre pour soutenir le projet de loi sur les sociétés coopératives. Le 18 mai 1894, quelques jours avant la démission de son gouvernement, il défend devant le Sénat la réforme des caisses d’épargne et des conseils de prud’hommes. Il ne se désintéresse pas pour autant des questions purement commerciales et intervient aussi bien à propos des poids et mesures que des douanes. C’est en vain que, lors de ses déplacements publics, il essaie de soutenir le chef du gouvernement, Casimir-Périer, et le ministre des Travaux publics, accusés par la gauche de refuser d’appliquer les procédures légales d’arbitrage lors de la grève des mines d’Anzin.

Maruejouls, Pierre Adolphe Émile

Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), 4 août 1837-Sainte-Croix (idem), 22 octobre 1908.

25Après une licence en droit, il entre dans l’administration. Élu député de l’Aveyron en 1889, il siège à la Chambre jusqu’à son décès. Il s’intéresse d’abord aux questions agricoles et coloniales. En 1891, il est l’auteur du rapport parlementaire sur la création de l’Office du travail. Par la suite, il se spécialise dans les questions ouvrières. Il rapporte en 1898 la loi sur les accidents du travail, ce qui lui vaut d’être nommé ministre du Commerce dans le cabinet Brisson. Ministre du 29 juin au 1er novembre 1898, il présente un projet de loi sur les retraites ouvrières. Il participe à la commission de l’Exposition de Chicago, est membre du Conseil supérieur du travail, du Conseil supérieur des beaux-arts et du comité consultatif des chemins de fer.

Massé, Louis Alfred François Pierre

Pougues-les-Eaux (Nièvre), 2 juin 1870-idem, 28 décembre 1951.

  • 71  Voir J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 29-30. Massé propose l (...)
  • 72  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 393.
  • 73  M. Gaudart de Soulages, Dictionnaire des francs-maçons français, Paris, Éditions Albatros, 1980, p (...)

26D’une famille d’hommes politiques de la Nièvre, il est élu député radical-socialiste dans ce département en 1898. Il siège à la Chambre jusqu’en 1914, puis au Sénat de 1920 à 1924. À la Chambre, il dépose plusieurs propositions de loi sur l’enseignement. Rapportant en 1903 et 1904 le budget du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il propose une réorganisation complète des services de l’enseignement technique, qui seraient rattachés à l’Instruction publique, ce qui déclenche un conflit entre ce ministère et le Commerce71. Le 3 novembre 1905, il propose la création d’une section gratuite dans l’enseignement secondaire, qui recevrait des élèves sélectionnés sur concours en provenance de l’enseignement primaire supérieur72. Il s’occupe aussi des questions économiques et rapporte en 1906 le budget des Finances. En 1911, il est élu vice-président de la Chambre. Au ministère du Commerce et de l’Industrie, où il reste moins de quatre mois en 1911, du 2 mars au 27 juin, puis un peu plus de huit mois en 1913, il laisse une œuvre importante. Il s’intéresse à la formation professionnelle et suggère la création d’une école normale de l’enseignement technique, destinée à former les professeurs des écoles nationales professionnelles, finalement organisée par son successeur, Couyba. Son action annonce la création des chambres des métiers après la Première Guerre mondiale. Il développe les liens entre les chambres de commerce et le ministère. Il réforme l’organisation des expositions, qu’il confie à une commission consultative. Il crée une médaille pour les ouvriers ayant travaillé cinquante années. Au Sénat, il appartient aux commissions des douanes, de l’enseignement et de l’agriculture. Franc-maçon, il est membre du conseil de l’ordre du Grand Orient de 1903 à 190673.

Meaux, Marie Camille Alfred (vicomte de)

Montbrison (Loire), 18 septembre 1830-Écotay-l’Olme (idem), 4 novembre 1907.

  • 74  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 43-45.

27Petit-fils de Camille Augustin de Meaux, député de la Restauration, gendre de Montalembert, il se consacre principalement, durant le Second Empire, à l’étude de l’histoire et des questions internationales. Élu en 1871 représentant de la Loire à l’Assemblée nationale, il siège au centre droit. Sénateur le 30 janvier 1876, il évolue vers la droite, mais échoue, lors du renouvellement de 1879, puis en 1885. À l’Assemblée, bon connaisseur des questions agricoles, il s’intéresse à la décentralisation. Ami du duc de Broglie, il reçoit le portefeuille de l’Agriculture et du Commerce, dans le cabinet Buffet, chargé de mettre en œuvre les lois constitutionnelles, puis dans le cabinet de Broglie, constitué après la crise du 16 mai 1877. Il s’avoue volontiers ignorant des problèmes industriels, indiquant dans ses mémoires que ce ministère est à ses yeux « le moins intéressant ». À la demande de son parti, il lance en 1875 une réflexion sur la réforme douanière et l’adoption de nouveaux traités de commerce. Il charge le Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie de définir la position du gouvernement, en lien avec les hauts fonctionnaires de son administration, notamment Jules Ozenne, secrétaire général, ainsi que Léon Amé, directeur général des Douanes, auteur d’une volumineuse Étude sur les tarifs de douane et sur les traités de commerce (Paris, 1876)74. Après le 16 mai 1877, il demande aux agents de son administration de soutenir la politique du maréchal de Mac-Mahon. Il a publié des Souvenirs politiques, 1871-1877, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1905, IV-419 p.

Mesureur, Émile Eugène Gustave

Marcq-en-Barœul (Nord), 2 avril 1847-Paris, 19 août 1925.

  • 75  Dirigé par Paul Strauss et Gustave Mesureur, La ville, organe des intérêts de Paris, est un hebdom (...)
  • 76  P. Schöttler, Naissance des Bourses du travail…, op. cit., p. 25.
  • 77  Jeanne Gaillard, « La petite entreprise entre la droite et la gauche », dans Georges Lavau, Gérard (...)
  • 78  P. Nord, « Le mouvement des petits commerçants… », op. cit., p. 39. Il obtient la création d’une c (...)

28Dessinateur sur étoffe dans le quartier Bonne-Nouvelle à Paris, franc-maçon, il est élu en 1881 conseiller municipal. Il préside le conseil municipal du 18 octobre 1886 au 1er mai 1887, puis le quitte après son élection à la Chambre. À Paris, il anime plusieurs journaux, L’Union démocratique, puis La Ville, où il diffuse les idées radicales75. Le 3 février 1887, représentant le conseil municipal de Paris, il inaugure la première Bourse du travail76. Il s’intéresse au sort des petits commerçants et des employés, suivant de près les questions commerciales et administratives. Dès son élection à la Chambre, il demande l’augmentation des bas traitements de la fonction publique, notamment des personnels de service de l’instruction primaire et des instituteurs. Il s’attache à l’administration du Commerce et se montre un adversaire résolu de la politique de Méline. Au lendemain de l’affaire Boulanger, il préside une commission parlementaire chargée d’enquêter auprès des commerçants sur la patente : il combat les propositions faites par les boulangistes aux petits commerçants77 et obtient une augmentation de patente pour les grands magasins78. Il se spécialise également dans les questions sociales, demandant, lors de la séance du 17 juin 1891, une extension des responsabilités du ministère du Commerce à toutes les questions ouvrières :

  • 79Journal officiel (Chambre des députés, débats), 18 juin 1891, p. 1311.

« Je crois nécessaire d’appeler l’attention du gouvernement sur ces attributions compliquées et multiples qui empêchent l’unité d’action. Il est indispensable que nous ayons un rouage administratif, placé dans les mains d’un seul homme qui aurait toute la responsabilité de ce grand développement du mouvement ouvrier, et de l’action que l’État peut exercer légitimement sur lui79 ».

  • 80  D. Barbet, « Travail en commission… », op. cit., p. 311.
  • 81  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 238-239.
  • 82  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 97.
  • 83  Voir E. Gay, Nos édiles, 1904-1908, Paris, publications du journal municipal La Cité, s. d., p. 42 (...)
  • 84  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 213.

29Le 19 janvier 1894, il est nommé vice-président de la commission du travail de la Chambre, puis, le 30 janvier 1895, président80. Il examine les lois sur les conseils de prud’hommes, l’arbitrage, le placement gratuit et la saisie des salaires. Il rapporte le budget du ministère du Commerce pour l’exercice 1895. Critiquant le coût de fonctionnement de la Caisse nationale d’épargne, qu’il juge excessif, il provoque le renvoi de son directeur, René de Laboulaye, par le ministre, Victor Lourties81. C’est en spécialiste qu’il est nommé au Commerce dans le cabinet Bourgeois, où il reste du 1er novembre 1895 au 23 avril 1896. Il se montre favorable à un « socialisme prudent et pratique82 ». Quelques semaines après sa prise de fonctions, il fait rouvrir la Bourse du travail, fermée par le cabinet Dupuy, et la place sous la tutelle du préfet de la Seine, et non du préfet de police. Il s’intéresse aux accidents du travail et aux habitations à bon marché. Le 16 mars 1896, il prononce un important discours à la Chambre sur l’Exposition universelle de 1900. Il présente un projet de loi en vue de la répression des atteintes à l’exercice des droits syndicaux. Après sa démission du Commerce, il préside la commission du budget. Il participe en 1901 à la constitution du parti radical, mais échoue aux législatives de 1902 contre le candidat nationaliste Syveton, antidreyfusard convaincu. Il est nommé, le 27 avril 1902, directeur de l’Assistance publique83. Il est membre du comité consultatif des chemins de fer et du Conseil supérieur du commerce. De 1903 à 1913, puis de 1924 à 1925, il est grand maître de la Grande Loge84.

Millerand, Étienne Alexandre

Paris, 10 février 1859-Versailles (Yvelines), 6 avril 1943.

  • 85  M. Gaudart de Soulages, Dictionnaire…, op. cit., p. 216. Il est exclu en 1905 pour avoir violemmen (...)
  • 86  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 42-43.
  • 87  Voir Idem, p. 25.
  • 88  A. Millerand, Politique…, op. cit., p. XCI.

30Il étudie le droit et s’inscrit en 1882 au barreau de Paris. Initié à la franc-maçonnerie le 21 mai 188385, il contribue à l’organisation des conférences de l’Union de la jeunesse républicaine et collabore à La Justice, journal de Clemenceau, puis à La Voix, à La Petite République, qu’il dirige à partir de 1892 avec René Goblet. Il succède à Aristide Briand comme rédacteur en chef de La Lanterne. Il plaide aux côtés de l’avocat et député Georges Laguerre dans des procès retentissants, notamment celui des grévistes de Montceau-les-Mines, en 1882. Il défend Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, accusé de provocation à l’émeute après la tuerie de Fourmies, le 1er mai 1891. Il est élu conseiller municipal de Paris en 1884, dans le quartier de la Muette. Après un premier échec aux législatives d’octobre 1885, il est élu lors des élections complémentaires de décembre. Il prend place à l’extrême gauche, près de Clemenceau, avant de rompre avec lui lors de l’affaire Boulanger86. À la Chambre des députés, il se fait remarquer dès sa première législature par son intérêt pour les questions techniques, notamment la réforme pénitentiaire, le travail des enfants ou encore les faillites. En 1887, il s’oppose aux cabinets Rouvier et Tirard, qu’il accuse de collaborer avec la droite. Le 21 janvier 1892, il s’en prend au privilège de la Banque de France et, le 23 mai 1892, aux entraves apportées à l’exercice des droits syndicaux. Après le succès socialiste aux élections de 1893, il prend l’initiative de la formation d’un groupe parlementaire et essaie de faire l’unité de son parti autour d’un programme réformiste. Le 14 janvier 1895, il attaque à la Chambre les relations du président de la République, Casimir-Périer, avec les compagnies de chemins de fer, provoquant sa démission et la chute du cabinet Dupuy. Le 26 octobre 1895, il condamne l’attitude du patronat face à l’arbitrage gouvernemental dans le conflit des mineurs de Carmaux. Après les élections municipales de 1896, marquées par de nouveaux succès socialistes, il prône, lors d’un banquet à Saint-Mandé, la conquête du pouvoir dans le cadre des institutions démocratiques et, face aux pacifistes, soutient le patriotisme. Appelant à la défense du régime après l’agression du président de la République, Émile Loubet, aux courses d’Auteuil, il accepte de participer au gouvernement de défense républicaine constitué par Waldeck-Rousseau. Au ministère du Commerce de juin 1899 à juin 1902, c’est un pragmatique qui cherche des solutions immédiates, sans faire une analyse approfondie des problèmes que peuvent entraîner ses décisions87. Par décrets du 18 août 1899, il impose un salaire minimum et le repos hebdomadaire lors des marchés publics. Par la loi du 30 mars 1900, il entend diminuer progressivement la durée maximum de travail pour tous les travailleurs. Confronté à des oppositions multiples, il échoue à faire adopter les réformes qui lui tiennent le plus à cœur, notamment l’institution de conseils du travail et la création de retraites ouvrières. Critiqué par le parti socialiste, qui lui reproche l’indépendance avec laquelle il vote à la Chambre, il est exclu en janvier 1904 par la fédération de la Seine et prend du recul vis-à-vis de la vie parlementaire. Il continue à s’intéresser aux progrès du droit du travail, apportant aux juristes l’expérience de l’homme d’État. Il épouse la cause du réformisme et offre son patronage aux associations désireuses de promouvoir le droit international. Il retrouve un portefeuille ministériel en 1909 aux Travaux publics et fait voter la création de l’Office de tourisme et l’autonomie des ports de commerce. Il s’oppose à la grève générale des chemins de fer et met fin au mouvement de grève des postiers et des cantonniers. Abandonnant les ambitions qui étaient les siennes quand il était ministre du Commerce, il fait carrière sur son énergie, sa capacité à trouver des solutions, sa « volonté d’aboutir à des actes, des résultats [tout en] combattant toutes les politiques sectaires88 ». Au ministère de la Guerre en 1912, il doit démissionner à la suite d’une polémique née de la nomination d’un officier antidreyfusard. Il est rappelé aux mêmes fonctions par Viviani et doit faire face à l’offensive allemande, durant laquelle il soutient l’action de Joffre à la Chambre. En 1919, il est commissaire général de la République en Alsace et Lorraine. Président du Conseil en 1920, il fait face à un mouvement de grève sans précédent et obtient la reprise du travail. Élu président de la République le 23 septembre, il décide l’occupation de la Ruhr. Ayant pris officiellement parti contre le cartel des gauches, il est contraint à la démission quand celui-ci l’emporte aux élections législatives de 1924. Il est président du conseil d’administration du Conservatoire national des arts et métiers à partir de 1902 et membre de l’Académie des sciences morales et politiques à partir de 1918. Il a notamment publié : Le Socialisme réformiste français, Paris, G. Bellais, 1903, 121 p. ; « L’Enseignement technique ou professionnel, son organisation et ses récentes transformations », dans Alfred Croiset, Enseignement et démocratie, leçons professées à l’école des hautes études sociales… (sous la présidence de M. Alfred Croiset. 1903-1904), Paris, F. Alcan, 1905, II-343 p. ; La Grève et l’organisation ouvrière, Paris, F. Alcan, 1906, 51 p.  ; Travail et travailleurs, Paris, E. Fasquelle, 1908, XIX-331 p. ; Paix sociale, deux discours de A. Millerand. 1. La Politique sociale de la République (Versailles, 28 février 1909). 2. Le Règlement des conflits du travail (Paris, 10 janvier 1909), Paris, J. Rouff, 1909, 19 p. ; Politique de réalisations, Paris, E. Fasquelle, 1911, XCII-407 p.

Ozenne, Jules Antoine Sainte-Marie

Louviers (Eure), 8 décembre 1809-Torcy (Seine-et-Marne), 2 mars 1889.

  • 89  A. de Broglie, Mémoires, IV, p. 392, cité par M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 44.

31Après des études au collège Rollin, il est employé au ministère du Commerce. En 1860, il prend la direction du commerce extérieur, où il se montre, aux dires du duc de Broglie, « très dévoué à la liberté du commerce89 ». En octobre 1864, il est nommé conseiller d’État en service extraordinaire. Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et du Commerce, il prépare à la demande de Thiers les traités de commerce avec l’Angleterre (novembre 1872) et la Belgique (1873). En février 1875, il propose une importante réforme de la statistique. Bien que resté étranger aux luttes des partis, il accepte le portefeuille de l’Agriculture et du Commerce dans le ministère Rochebouët, constitué le 23 novembre 1877 qui ne reçoit pas l’approbation de la Chambre. Sa nomination s’explique par sa connaissance des négociations commerciales et du projet de nouveau tarif, qui attend l’examen de la Chambre des députés. Il reprend ses fonctions après son éphémère passage au gouvernement, mais les quitte le 14 mars 1879, mis à la retraite à soixante-neuf ans par le gouvernement républicain.

Péret, Raoul Adolphe

Châtellerault (Vienne), 29 novembre 1870-Saint-Mandé (Val-de-Marne), 22 juillet 1942.

  • 90  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 94.
  • 91  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique…, op. cit., p. 328-329.
  • 92  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 153-156.
  • 93  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et (...)

32Avocat à la cour d’appel de Paris, il est attaché en 1893 au cabinet du garde des Sceaux, Guérin. En 1895, il est reçu docteur en droit. Il entre dans la magistrature et est nommé substitut du procureur de la République à Auxerre. Élu député de la Vienne en 1902, il siège à la Chambre jusqu’en 1927, puis au Sénat jusqu’en 1936. À la Chambre, il est vice-président de la commission de réforme judiciaire. Juriste de formation, il est proche de Cruppi et, comme lui, se fait connaître par sa science du droit civil et pénal90. Il s’intéresse aussi aux questions administratives et rapporte de nombreux budgets, dont ceux du Commerce et de l’Industrie, et du Travail et de la Prévoyance sociale91. Il est ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes du 17 mars au 9 juin 1914, par suite d’une permutation, conséquence de l’assassinat du directeur du Figaro par Mme Caillaux. Il défend le budget de son département à la Chambre et réforme le fonctionnement de l’Office de la propriété industrielle. Pendant la guerre, il préside la commission du commerce et est rapporteur général du budget. En 1915, il lance dans la presse un débat sur les buts de guerre économiques de la France, exprimant le souhait que la France prenne la place de l’Allemagne à la fin du conflit. Avec l’aide du président de la chambre de commerce de Paris et celle du sénateur Mascuraud, président du comité républicain du commerce et de l’industrie, il constitue une Union nationale pour l’exportation des produits français et l’importation des matières premières nécessaires à l’industrie92. Il dépose aussi une proposition de loi réorganisant l’Office national du commerce extérieur, qui donne lieu à un rapport d’Adolphe Landry, dans lequel figure une série de mesures destinées à relancer les exportations93. Aux Finances pendant quelques semaines en 1926, il tente en vain de ramener la confiance, mais doit démissionner et céder la place à Raymond Poincaré. Garde des Sceaux en 1927, il tombe à nouveau des suites de l’affaire Oustric, auquel il a donné des consultations. Il est acquitté par la Haute Cour de justice.

Réville, Marc

Rotterdam (Pays-Bas), 19 juin 1863-Paris, 19 octobre 1920.

  • 94  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 200-201. Son père, Albert, est nommé en 1880 professeur d’ (...)
  • 95Idem, p. 94. Il participe au même groupe de jeunes radicaux, opposés à Combes.
  • 96  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 191.
  • 97  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 145-148.
  • 98Idem, p. 180.
  • 99Idem, p. 550-551.

33Fils et frère de pasteurs94, il est élu député du Doubs en 1903. Il siège dans le groupe de la gauche radicale jusqu’en 1919. Avocat, il s’intéresse, comme Cruppi et Péret, à la réforme judiciaire95. Lors de la séparation de l’Église et de l’État, il écrit sur les cultes. Il intervient en faveur de l’amélioration de la législation du travail et de l’essor de l’industrie et du petit commerce, notamment par l’octroi de conditions de crédit privilégiées. Il s’intéresse aussi à l’enseignement technique. En 1912, il se rend à Tourcoing avec une commission parlementaire chargée de rédiger un rapport sur la réforme de l’enseignement ouvrier96. Il n’est ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télégraphes que quatre jours, dans le quatrième cabinet Ribot, nommé le 9 juin 1914. Durant la guerre, il préside les commissions du commerce et des douanes. À partir de 1915, il participe comme vice-président aux travaux du bureau d’études économiques rattaché à la présidence du Conseil, auquel appartiennent de nombreux fonctionnaires ou anciens fonctionnaires du ministère du Commerce, notamment Fernand Chapsal, Arthur Fontaine et Roger Fighiéra97. Il appartient au comité d’études économiques et administratives relatives à l’Alsace-Lorraine présidé par Jules Siegfried98. En juillet 1917, il participe aux travaux de la commission du régime douanier et des accords commerciaux réunie par Clémentel99. Il a notamment publié : Enseignement technique et apprentissage, Paris, H. Dunod et E. Pinat, 1913, 396 p.

Roche, Jules Antoine

Serrières (Ardèche), 22 mai 1841-Paris, 8 avril 1923.

  • 100Journal officiel, Documents parlementaires, Chambre des députés, 1890, session extraordinaire, p.  (...)
  • 101  Voir M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 241-242.
  • 102  J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites…, 1, op. cit., p. 234.

34Avocat au barreau de Lyon, publiciste, il collabore au Siècle, au Rappel, au Petit Parisien et participe, aux côtés de Clemenceau, à la fondation de La Justice. Élu en 1879 au conseil municipal de Paris, puis en 1881 à la Chambre, il fait ses débuts dans les rangs radicaux, votant notamment pour l’abolition du Concordat de 1801 et la séparation de l’Église et de l’État. Il se spécialise dans les questions financières et rapporte le budget des cultes, mais se rapproche bientôt des milieux républicains plus conservateurs. Il est rapporteur général du budget en 1885. Journaliste, il n’appartient à aucun des partis qui s’affrontent sur les questions douanières lorsqu’il est nommé, le 17 mars 1890, ministre du Commerce, de l’Industrie et des Colonies, puis, le 27 février 1892, ministre du Commerce et de l’Industrie. Il affirme clairement sa volonté d’obtenir un compromis entre protectionnistes et libre-échangistes, et réussit à manœuvrer habilement devant la commission générale des douanes de la Chambre100. Ses préoccupations semblent étroitement dictées par les nécessités politiques : réconciliant protectionnistes et libre-échangistes, agriculteurs et industriels, il contribue, par son engagement dans le domaine douanier, à élargir les soutiens de la République, mise à mal par l’affaire Boulanger101. À la Chambre, il défend des projets importants, notamment sur le travail des femmes et des enfants dans les établissements industriels, l’hygiène et la sécurité des travailleurs, puis les conseils de prud’hommes et enfin la conciliation et l’arbitrage, moyen de prévenir les grèves. C’est lui qui crée l’Office du travail et qui propose l’organisation de l’Exposition universelle de 1900, décidée, sur son rapport, par décret du 12 juillet 1892. Après avoir quitté le ministère du Commerce, il dépose une proposition de loi sur les sociétés d’assurances sur la vie et intervient en faveur de l’organisation du crédit agricole. Fondateur, au cours de l’hiver 1898-1899, de la Ligue des contribuables, il s’oppose, en 1904, au projet d’impôt sur le revenu. Personnalité influente du parti progressiste, il s’efforce alors de rassembler les différentes fractions de la droite parlementaire102. Membre de la commission des douanes entre 1906 et 1910, il rapporte le projet de loi modifiant le tarif des douanes. Il a publié de nombreux ouvrages sur les questions financières et politiques, notamment : F. Dubuisson (éd.), La politique économique de la France, discours parlementaires, Paris, E. Flammarion, (1894) ; Les budgets du xixsiècle et questions diverses, Paris, E. Flammarion (1901), 377 p.

Rouvier, Pierre Maurice

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), 17 avril 1842-Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), 7 juin 1911.

  • 103  Assemblée nationale, Proposition de loi ayant pour objet la réorganisation du conseil supérieur du (...)
  • 104  Assemblée nationale, Proposition de loi tendant à l’abrogation de la surtaxe de pavillon présentée (...)
  • 105  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 159. Le rapport dans lequel il demande une diminution des (...)
  • 106Idem, p. 187.
  • 107  Voir F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210 (...)
  • 108  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 168-171.

35Licencié en droit, il se fait une importante situation commerciale à Marseille. Il organise la Ligue de l’enseignement, collabore à des journaux démocratiques et fonde en janvier 1870, l’Égalité, journal d’opposition. Il est nommé le 4 septembre 1870 secrétaire général des Bouches-du-Rhône, mais refuse les fonctions de préfet. En juillet 1871, lors d’une élection complémentaire, il est élu à l’Assemblée nationale. À partir de 1876, il siège à la Chambre des députés. Ayant fait ses débuts dans la banque marseillaise, il participe très tôt au parti libre-échangiste, adhérant notamment à l’Association pour la défense de la liberté commerciale, aux côtés de Leroy-Beaulieu, Tirard et Grandval, président de la chambre de commerce de Marseille. Pour s’opposer à la politique protectionniste de Thiers, il dépose le 10 juin 1872 une proposition de loi réclamant la réunion périodique du Conseil supérieur du commerce et de l’industrie, aux positions généralement libérales103. Il obtient l’abolition de la surtaxe de pavillon104. En 1878 et 1879, il participe aux travaux de la commission des douanes et, le 17 février 1880, prononce à la Chambre un long discours sur le tarif105. Alors qu’il n’a pas encore quarante ans, il est ministre du Commerce du gouvernement Gambetta. Il obtient la signature rapide de quelques traités de commerce. Il poursuit la négociation avec Londres, entamée en 1880. Les diminutions de droits qu’il propose sont bien en deçà de celles souhaitées par l’Angleterre, qui rompt finalement les pourparlers106. Il s’intéresse aux questions de statistique, signant le 19 janvier 1882 une circulaire destinée à marquer la renaissance de la statistique préfectorale107. À nouveau ministre du Commerce pendant un peu plus de cinq mois dans le cabinet Ferry du 14 octobre 1884 au 6 avril 1885, il défend l’adoption de traités de commerce, mais s’intéresse aussi aux questions sanitaires et sociales. Il prend des mesures contre l’épidémie de choléra et dépose un projet de loi sur les accidents du travail. Après son départ du ministère, il continue à se préoccuper des questions ouvrières et garde un rôle actif dans le domaine douanier. En 1886, il se rend en mission officielle à Rome pour obtenir le renouvellement du traité de commerce avec l’Italie, sans succès. En juin, il défend au palais Bourbon la convention de navigation avec ce pays, qu’il a lui-même négociée, puis, en mars 1887, combat les surtaxes sur les céréales. Lors de la campagne législative de 1889, il plaide pour une augmentation des droits sur les huiles d’olive, ne craignant pas d’accommoder ses principes pour défendre les intérêts de sa circonscription. Il se fait surtout une réputation unique d’expert des finances publiques. Ministre des Finances à partir de février 1889, il conduit la préparation du budget de 1891, marquée par la suppression des budgets extraordinaires, l’assainissement de la dette et le rétablissement de l’équilibre par le réaménagement des impôts. Il préside en 1894 la commission du budget et, de 1896 à 1902, la commission de l’impôt sur le revenu. En 1901, il fait adopter un amendement interdisant « toute proposition tendant, soit à des augmentations de traitement, d’indemnités ou de pensions, soit à des créations de services, d’emplois, de pensions, ou à leur extension en dehors des limites prévues par les lois en vigueur, sous forme d’amendement ou d’article additionnel au budget ». Plusieurs fois ministre des Finances et des Affaires étrangères, il est trois fois président du Conseil, en 1887, puis du 24 janvier 1905 au 9 mars 1906. Il se fait remarquer par sa gestion de la crise marocaine, ménageant la paix avec l’Allemagne après la démission de Delcassé, avant d’être lui-même renversé. Parallèlement à sa carrière politique, il continue à s’intéresser aux affaires. En 1901, il prend la tête de la Banque française du commerce et de l’industrie, appelée couramment Banque Rouvier. Il la développe suffisamment pour en faire une des plus grandes banques d’affaires françaises, après la Banque de Paris et des Pays-Bas et la Banque de l’Union parisienne108.

Siegfried, Jules

Mulhouse (Haut-Rhin), 12 février 1837-Le Havre (Seine-Maritime), 26 septembre 1922.

  • 109  A. Siegfried, Mes souvenirs de la IIIRépublique…, op. cit., p. 103. Sur Jacques Siegfried, voir (...)
  • 110  Françoise Battagliola, « Philanthropes et féministes dans le monde réformateur (1890-1910) », dans (...)
  • 111  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 82.
  • 112  Voir J. Siegfried, Quelques mots sur la misère…, op. cit., p. 172-246.
  • 113  Il contribue à la création de l’école alsacienne, dont il préside le conseil d’administration de 1 (...)
  • 114  Frédéric Carbonel, « Origines et développement de l’Institut Havrais de Sociologie économique et d (...)
  • 115  Voir J. Horne, « Le Musée social… », op. cit., p. 54-55. Jules Siegfried dépose, comme ministre du (...)
  • 116  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique, op. cit., p. 318-319.
  • 117  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 180-188.
  • 118  A. Siegfried, Mes souvenirs de la IIIRépublique…, op. cit., p. 57. Regrettant le faible écho rec (...)

36Il commence à travailler dès l’âge de quatorze ans auprès de son père et de ses frères, Jacques et Ernest109. En 1862, après avoir réuni un premier capital en spéculant dans les Bourses de commerce, il fait fortune dans le commerce du coton, profitant de l’arrêt des exportations américaines durant la guerre de Sécession pour se fournir en Inde. Peu après son mariage avec Julie Puaux, fille d’un pasteur, en 1868, il quitte sa maison de commerce pour se consacrer aux affaires publiques110. Membre de la chambre de commerce du Havre en 1869, maire du Havre en 1878, il est élu député en 1885. Alors qu’il a milité, à la fin du Second Empire, pour les traités de commerce, il nuance sa position dans l’espoir de faire du Havre le plus grand port de l’Europe du Nord, par les liens noués avec l’industrie cotonnière normande, les armateurs et les chantiers navals, tous majoritairement protectionnistes111. À la Chambre, il s’occupe principalement d’affaires commerciales et industrielles. En 1886, il s’intéresse aux accidents du travail. En 1887, il préside la commission chargée d’examiner l’administration de la santé publique, qui se prononce pour le rattachement des services sanitaires au ministère de l’Intérieur. En 1889, il dépose une proposition de loi en vue de libéraliser le fonctionnement des caisses d’épargne tout en permettant à leurs fonds de bénéficier à l’économie locale. En 1890, il rapporte le budget du ministère du Commerce, s’inquiétant de l’expansion commerciale allemande et déplorant l’insuffisance de l’enseignement commercial. En 1892, il rapporte la proposition de loi qu’il a lui-même rédigée sur les habitations à bon marché, ainsi que le projet de loi sur la marine marchande, qu’il fait adopter lorsqu’il prend le portefeuille du Commerce. Il détient celui-ci du 6 décembre 1892 au 4 avril 1893, dans deux cabinets successifs. Il fait voter un projet sur l’arbitrage entre patrons et ouvriers, et prend différentes initiatives en faveur des ouvriers, notamment la loi concernant l’hygiène et la sécurité des travailleurs, adoptée le 12 juin 1893, après la démission du gouvernement. Il incarne une forme d’engagement social112 qui peut paraître caractéristique du milieu protestant auquel il appartient, marqué par le Réveil113. Il est favorable à la colonisation, qui profite au port du Havre114. Son action en faveur de l’urbanisme est pionnière : il crée au Havre un bureau d’hygiène bien avant que la loi de 1902 sur la santé publique n’en fasse une obligation ; il constitue et fait reconnaître d’utilité publique la Société française d’habitations à bon marché, puis propose et fait adopter par la Chambre des députés la loi du 30 novembre 1894 accordant aux sociétés d’habitations à bon marché des exemptions d’impôts et des facilités de crédit. Il préside le comité qui prépare l’Exposition d’économie sociale de 1889, à l’origine du Musée social, fondé en 1894 par le comte de Chambrun115. Pour lui, la loi doit créer des structures qui permettent aux ouvriers de prendre en charge leurs problèmes, sans se substituer à leur initiative : les entraves au libéralisme ne sont justifiables qu’en cas de défaillance avérée de l’initiative individuelle116. En 1915, il est appelé à présider le comité d’études économiques et administratives relatives à l’Alsace-Lorraine, qui réunit près de 120 membres, parlementaires, universitaires et hauts fonctionnaires117. Il est père d’André, de l’Académie française, qui lui a consacré une biographie118. Il a notamment publié : Quelques mots sur la misère : son histoire, ses causes, ses remèdes, Le Havre, J. Poinsignon, 1877, 267 p.

Teisserenc de Bort, Pierre Edmond

Châteauroux (Indre), 5 septembre 1814-Paris, 29 juillet 1892.

  • 119  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 69-70.
  • 120  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 66-67.
  • 121  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 435.
  • 122  J. Lenoble, P.-E. Teisserenc de Bort, op. cit., p. 149-150. Selon l’interprétation contemporaine, (...)

37À sa sortie de l’École polytechnique en 1835, il se consacre principalement aux chemins de fer. Il est nommé en 1842 secrétaire général de la Commission pour la surveillance des voies ferrées et assure pour le gouvernement diverses missions à l’étranger. Après une brève carrière parlementaire à la fin de la monarchie de Juillet, il est, à partir de 1852, administrateur de la Compagnie du PLM et du Crédit lyonnais. Il s’occupe aussi d’agriculture et d’économie politique. Élu représentant de Haute-Vienne en 1871, il siège au centre gauche et soutient Thiers. Il est élu au Sénat le 30 janvier 1876 et siège jusqu’à sa mort. Ministre de l’Agriculture et du Commerce du 23 avril 1872 à mai 1873, dans le cabinet Dufaure, il reprend ce portefeuille, du 9 mars au 16 mai 1877, dans le cabinet Jules Simon puis du 13 décembre 1877 jusqu’en février 1879, dans le cabinet Dufaure. À l’Assemblée, il prononce des discours importants sur le travail des enfants dans les manufactures, les caisses d’épargne et l’envoi des ouvriers à l’Exposition de Vienne119. Ministre de l’Agriculture et du Commerce, il encourage le développement de l’enseignement technique dans le département du Nord120. Lors des débats qui précèdent le vote de la loi de 1874 sur le travail des enfants et des filles mineures, il s’oppose à l’économiste Wolowski, qui souhaite l’interdiction du travail de nuit des femmes, et se refuse à imposer des obligations contraignantes aux industriels121. Après son départ du gouvernement, il continue à s’intéresser aux affaires commerciales : il présente à l’Assemblée nationale un rapport relatif à l’approbation de la convention internationale du mètre, signée le 20 mai 1875, défend la création dans les principaux ports de laboratoires des douanes afin de permettre l’analyse scientifique des sucres, et s’intéresse à la modernisation des ports de commerce. À nouveau ministre en 1876, il soumet à la Chambre un projet de tarif des douanes d’inspiration libre-échangiste. Il se préoccupe sans succès de limiter les pertes que subit la Caisse des retraites, en réduisant le tarif des rentes servies aux déposants. Le 4 avril 1876, il signe le décret décidant l’ouverture d’une Exposition universelle des produits de l’agriculture et du commerce à Paris, projet étendu bientôt aux beaux-arts. Il est le principal maître d’œuvre de cette entreprise, à laquelle il se consacre après son retour au gouvernement en décembre 1877. Le 1er mai 1878, il inaugure l’Exposition par un discours aux accents républicains122. Après l’adoption du tarif général de 1881, il soutient dans ses rapports au Sénat les traités de commerce destinés à libéraliser le tarif. À partir de 1884, il préside la commission permanente des valeurs de douane. En 1888, il est délégué du gouvernement français auprès du gouvernement italien pour résoudre la question du traité de commerce. En 1889, il préside la commission chargée d’examiner la convention conclue entre la France et les Pays-Bas. Lors de l’Exposition universelle de 1889, il est vice-président de la société de garantie, puis président du Comité supérieur de révision et président du jury supérieur des récompenses.

Terrier, Jean Jacques Louis

Annecy (Haute-Savoie), 8 juillet 1854-Paris, 20 août 1895.

  • 123  J. Gaillard, « La petite entreprise… », op. cit., p. 58.
  • 124  Voir E. Martin Saint-Léon, Le petit commerce français…, op. cit., p. 110-119.
  • 125Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 1, 5 avril (...)
  • 126  Rapport reproduit dans Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’ex (...)

38Il est contrôleur des contributions indirectes jusqu’en 1881, puis journaliste et enfin député de 1889 à sa mort. Il fait partie des hommes nouveaux arrivés à la Chambre à la faveur des élections de 1889. Il s’intéresse aux Travaux publics, rapportant plusieurs fois ce budget, mais aussi aux questions fiscales123. Proche des petits commerçants, il intervient sur la patente124. Nommé ministre du Commerce, de l’Industrie et des Colonies le 4 avril 1893, il conserve ses fonctions pendant près de huit mois. Il constitue les cadres de l’Exposition universelle de 1900, décidée par Jules Roche125. Dans son rapport au président de la République du 9 septembre 1893, il propose la nomination d’un commissaire général pour soulager le travail du ministre et assurer l’unité de direction, selon le système adopté avant l’Exposition de 1889126. Il fait voter l’importante loi du 12 juin 1893 sur l’hygiène et la sécurité des travailleurs dans les établissements industriels. Son action est critiquée par la gauche, qui lui reproche son absence d’initiative en faveur des ouvriers et obtient le retrait du cabinet, après la démission de trois ministres radicaux. Après son départ du gouvernement, il siège quelques mois dans la commission du travail et s’intéresse tout particulièrement à la protection des intérêts français dans les colonies.

Thomson, Gaston Arnold Marie

Oran (Algérie), 28 janvier 1848-Bône (idem), 14 mai 1932.

  • 127  Voir G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 169 et 234. L’auteur critique la faiblesse de so (...)

39Il fait son droit à Paris, puis débute dans le journalisme aux côtés de Gambetta, comme rédacteur parlementaire à La République française de 1873 à 1877. Il est député de Constantine de 1877 à sa mort, ministre de la Marine du 24 janvier 1905 au 19 octobre 1908, dans les cabinets Rouvier, Sarrien et Clemenceau, puis ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes du 13 juin 1914 au 29 octobre 1915, dans les cabinets Viviani. Il s’inscrit au groupe de l’Union républicaine et soutient la politique coloniale des républicains. En 1891, il appartient à la commission des douanes de la Chambre et présente plusieurs rapports avant l’adoption du tarif Méline. Il s’intéresse particulièrement aux problèmes de l’Algérie et de la Marine. Franc-maçon, il soutient Combes au moment de l’affaire des fiches, lui reconnaissant le droit de s’assurer du « nécessaire dévouement de tous aux institutions républicaines ». Au ministère du Commerce, il prend les premières mesures de mobilisation économique contre l’Allemagne127.

Tirard, Pierre Emmanuel

Genève (Suisse), 27 septembre 1827-Paris, 4 novembre 1893.

  • 128  Voir M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 60.
  • 129  Voir C. de Freycinet, Souvenirs…, op. cit., p. 435.
  • 130  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 118.

40Après des études à l’université de Genève, il entre dans l’administration des Ponts et Chaussées au service de la navigation de la Seine, qu’il quitte pour créer en 1851 une maison pour l’exportation de la bijouterie et de l’orfèvrerie. Après la chute de l’Empire, il est nommé maire du 2e arrondissement de Paris, puis, le 8 février 1871, élu représentant de la Seine à l’Assemblée nationale. Il siège à l’extrême gauche et vote contre la paix. Élu membre de la Commune le 26 mars 1871, il démissionne trois jours plus tard. En 1876, il est élu à la Chambre, puis, en 1883, au Sénat, où il siège jusqu’à sa mort. Membre et président de la commission des douanes, il est ministre de l’Agriculture et du Commerce du 5 mars 1879 au 10 novembre 1881, dans trois cabinets successifs, puis ministre du Commerce à la chute du ministère Gambetta, du 30 janvier au 7 août 1882. Il est ensuite ministre des Finances, du 7 août 1882 au 30 mars 1885, puis ministre des Finances et président du Conseil du 12 décembre 1887 au 30 mars 1888. Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Colonies et président du Conseil du 22 février 1889 au 14 mars 1890, il préside l’ouverture de l’Exposition universelle de 1889. Malgré une santé dégradée, il est à nouveau ministre des Finances du 13 décembre 1892 au 30 mars 1893. Son engagement en faveur du libre-échange remonte à la période durant laquelle il se consacre à l’exportation d’or et de joaillerie, sous le Second Empire128. Il s’intéresse particulièrement aux questions économiques, se montrant proche des petits commerçants129. À l’Assemblée, il intervient sur les traités de commerce, l’élection des juges consulaires et contre le tarif des douanes. À la Chambre, il rapporte sur les conseils de prud’hommes. Ministre de l’Agriculture et du Commerce, il favorise l’adoption du tarif général de 1881, qui passe pour une victoire des libre-échangistes, dans la mesure où il laisse la possibilité de réduire par des traités de commerce les droits de douane fixés par les protectionnistes. Le 25 novembre 1880, il dépose le projet de loi demandant la création d’une école d’arts et métiers à Lille130. Ministre du Commerce en 1882, après la séparation de l’Agriculture, il s’efforce de conclure rapidement des traités de commerce avec l’étranger, ce qui provoque la colère de ses adversaires et son remplacement par Pierre Legrand, protectionniste convaincu. Responsable de l’enseignement technique, il peine à définir une politique, malgré différentes initiatives en faveur des établissements placés sous sa tutelle. Il demande la prolongation pour une période de dix années des encouragements aux pêches maritimes, qui datent du Second Empire. Président du Conseil pendant l’Exposition universelle de 1889, il assure la victoire des républicains sur les partisans de Boulanger en mettant fin, en juillet 1889, aux candidatures multiples. Il s’occupe essentiellement de l’Exposition, mais s’intéresse aussi à la réforme des chambres de commerce. En 1890, il se heurte à l’opposition du parti protectionniste et doit démissionner à la suite d’un vote défavorable du Sénat relatif aux négociations commerciales avec l’Empire ottoman.

Trouillot, Georges Marie Denis Gabriel

Champagnole (Jura), 7 mai 1851-Paris, 20 novembre 1916.

  • 131  Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940, t. VIII, Paris, Presse (...)

41Il fait ses études au collège des jésuites de Dôle, puis son droit à Lyon. Il est avocat à Lons-le-Saunier, bâtonnier en 1889. Maire de Lons-le-Saunier, conseiller général à partir de 1885, puis président du conseil général du Jura, il est élu député en 1889, puis siège au Sénat de 1906 à 1916. Il est ministre des Colonies dans le cabinet Brisson du 28 juin au 26 octobre 1898, ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes dans le cabinet Combes du 7 juin 1902 au 18 janvier 1905, puis du 12 novembre 1905 au 9 mars 1906. En 1898, il combat à la Chambre le ministère Méline, qu’il accuse de provoquer la division des républicains, le poussant à la démission. Orateur apprécié pour « son verbe facile, sa prestance, la clarté de ses expressions en même temps que son ascendant très marqué131 », il a d’importantes responsabilités au sein de la gauche radicale, ce qui lui vaut plusieurs postes ministériels. En 1900, il rapporte le projet de loi sur les associations et participe activement aux débats qui amènent le vote de la loi, l’année suivante. Il est nommé ministre du Commerce dans le cabinet Combes. Anticlérical affirmé, membre de l’Association nationale des libres penseurs de France, il s’oppose, lors de la séparation de l’Église et de l’État, aux tentatives catholiques dans l’enseignement technique, notamment à l’École centrale des arts et manufactures. Son absence d’action en faveur des retraites ouvrières, pour laquelle une loi est espérée depuis la précédente législature, lui vaut des critiques à gauche. Il se heurte à Millerand, qui monte à la tribune de la Chambre pour accuser le ministère de négliger les lois sociales, et à Paul Doumer, qui lui reproche de sacrifier les réformes sur l’autel de la politique anticléricale. Ne passant pas pour spécialiste des questions qui relèvent de son ministère, il choisit comme directeur de cabinet un maître des requêtes au Conseil d’État, Fernand Chapsal, bientôt nommé directeur des affaires commerciales et industrielles. Avec l’aide de celui-ci, il promeut de nombreux projets à caractère technique. Il est à l’origine de la loi du 11 juillet 1903 sur les poids et mesures, qui met la législation en harmonie avec la convention internationale du mètre du 20 mai 1875. Parmi différentes réformes du droit du travail, il se prononce pour l’interdiction de la céruse dans les travaux de peinture et demande l’interdiction du plomb, cause du saturnisme. Il prend position dans le débat sur les sociétés d’épargne et d’assurances, permettant l’adoption de la loi du 17 mars 1905, qui renforce leur contrôle. Il essaie sans succès de promouvoir la création de zones franches portuaires, mais se heurte, comme en 1896, à l’opposition du ministère des Finances. Il tente d’amender la loi de 1894 sur les habitations à bon marché.

Notes

1  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 219-220.

2  Voir Vincent Dubois, « L’art et l’État au début de la IIIRépublique, ou les conditions d’impossibilité de la mise en forme d’une politique », dans Genèses, n° 23, juin 1996, p. 21.

3  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 312. Il dépose en 1906 un amendement à la loi de finances pour relever la subvention d’outillage aux écoles primaires supérieures.

4  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 158.

5  Gilles Le Béguec, « La constitution des groupes parlementaires : questions de méthode », dans C. Andrieu, G. Le Béguec, D. Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique…, op. cit., p. 209, n. 17.

6  Jean Estèbe, Les ministres de la République, 1871-1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982, p. 94. Il participe aux dîners Viel, avec Clémentel, Steeg, Marc Réville, Raoul Péret. Favorable au bloc des gauches, il s’éloigne cependant du combisme.

7  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 155.

8Idem, p. 174-175.

9  J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 31.

10  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 219.

11  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 123.

12Bulletin de la chambre de commerce de Paris, 1899, n° 1-2, p. 4.

13  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 166.

14  Voir R. Schnerb, « La Politique fiscale… », op. cit., p. 204-206. Il soutient un projet d’impôt sur les revenus mobiliers contre Thiers, qui craint qu’une telle réforme soit un pas vers l’impôt sur le revenu.

15  Charles de Freycinet, Souvenirs, 1878-1893, Paris, C. Delagrave, 4e éd., 1913, p. 303.

16  Cité par P. Levillain, « Un chevau-léger… », op. cit., p. 94.

17  D. Barbet, « Travail en commission… », op. cit., p. 311. Il préside la commission du travail à partir de février 1900.

18  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 560. Circulaire du 26 août 1905.

19  Voir D. Halévy, La République des comités, essai d’histoire contemporaine (1895-1934), Paris, Bernard Grasset, 1934, p. 98-99. « Dubief, originaire, comme Sarrien, de cette Saône-et-Loire, séminaire des purs », est la risée de Daniel Halévy et Albert Thibaudet, qui critiquent le manque d’ambition de sa pensée politique, attachée aux mesures techniques, et lui reprochent de ne pas avoir réussi à être désigné en 1909 par ses camarades radicaux pour succéder à Clemenceau à la tête du gouvernement, alors qu’il est président de la Gauche radicale-socialiste, laissant le champ libre à un socialiste indépendant, Aristide Briand. Thibaudet note que : « Médecin, ancien directeur de Brou, il avait une culture, une activité de commissions parlementaires, qui avaient manqué à Sarrien, de plus, c’était un gros personnage de la maçonnerie, et il présidait à la chambre le groupe radical ». Il considère que, chez lui, « le radicalisme parle un langage vide », et lui attribue une responsabilité importante dans les « quinze ans de faillite radicale » qui s’étendent de 1909 à 1924, A. Thibaudet, La République des professeurs…, op. cit., p. 260-262.

20  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 218.

21  Micheline Dupuy, Un homme, un journal, Jean Dupuy, le « Petit Parisien », 1844-1919, Paris, Hachette, 1959, p. 192.

22  R. Schnerb, « La politique fiscale… », op. cit., p. 208.

23  L. Guillet, Cent ans…, op. cit., p. 21.

24  Voir A. Thibaudet, La République des professeurs…, op. cit., p. 201. Thibaudet critique violemment Guist’hau, notant que Briand lui donne l’Instruction publique « parce qu’il savait que là, en dehors de la Comédie française et des décorations, il n’y a rien à faire ».

25  Laurent Willemez, « Le droit dans l’élection, avocats et contestations électorales dans la France de la fin du Second Empire », dans Genèses, 2002/1, n° 46, p. 120.

26  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 158.

27  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 193. Lettre du 14 mars 1884.

28  P. Levillain, « Un chevau-léger… », op. cit., p. 94.

29  L. Murard, P. Zylberman, L’Hygiène dans la République…, op. cit., p. 133.

30  Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, 1, Paris, Gallimard, 1992, p. 170.

31  L. Girard, La politique des travaux publics…, op. cit., p. 356-357.

32  J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites…, 1, op. cit., p. 125.

33  L. Girard, La politique des travaux publics…, op. cit., p. 356-357. L’auteur cite le jugement de Darimon.

34  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 47-49.

35  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 34.

36  J. Dubos, André Lebon…, op. cit., p. 154-167.

37  Joël Dubos, « L’Organisation des réseaux modérés sous la IIIRépublique : André Lebon, un homme à l’intersection des cercles de pouvoir », dans François Roth (dir.), Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2000, p. 307.

38  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 181.

39  Anne Martin-Fugier, « Convivialité masculine au xixsiècle : les dîners Bixio et Magny », dans Romantisme, 2007/3, n° 137, p. 49-59.

40  Voir R. Schnerb, « La politique fiscale… », op. cit., p. 207.

41  René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales, 1994, p. 346-347.

42  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 118.

43  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 194.

44  P. Arnous, Pierre Legrand…, op. cit., p. 182-183.

45  Voir idem, p. 222-229.

46  Étienne Penissat, « Mesure des conflits, conflits de mesure. Retour sur l’histoire des outils de quantification des grèves », dans Politix, 2009/2, n° 86, p. 56.

47  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 206.

48  J.-P. Machelon, « La liberté d’association… », op. cit., p. 145.

49  Francine Soubiran-Paillet, « De l’association politique au syndicat de 1884 : histoire d’une dissociation », dans C. Andrieu, G. Le Béguec, D. Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique…, op. cit., p. 107.

50  Chambre des députés, Proposition de loi tendant à assurer la liberté des réunions publiques, présentée par MM. Alfred Naquet et Édouard Lockroy, 28 novembre 1881, session extraordinaire de 1881, n° 154, 7 p.

51  E. Lockroy, Au hasard de la vie…, op. cit., p. 240.

52  Chambre des députés, Projet de loi sur l’arbitrage, présenté par M. Lockroy, 29 mai 1886, session de 1886, n° 753, 46 p.

53  Chambre des députés, Projet de loi sur les caisses d’épargne présenté par M. Sadi Carnot, par M. Éd. Lockroy et par M. Grasset, 6 juillet 1886, session de 1886, n° 982, 32 p.

54  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 197-199. Il dépose à nouveau sa proposition le 19 novembre 1889, après les élections législatives.

55  Chambre des députés, Projet de loi sur la réglementation du travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels, présenté par M. Édouard Lockroy et par M. Demôle, 13 novembre 1886, session extraordinaire de 1886, n° 1244, 35 p.

56  Lockroy s’oppose, le 14 février 1887, non sans un certain humour, à la protestation des artistes contre la construction de la tour Eiffel.

57  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 203.

58  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 78.

59  Gilles Candar, « La gauche en République… », op. cit., p. 118. Pour l’auteur, la fin de la carrière de Lockroy, et notamment son antidreyfusisme, est « nourrie du patriotisme républicain, parisien et populaire ».

60  I. Blanc, « M. Lourties », dans Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 8, 20 juillet 1894, p. 2.

61  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 182-183. En 1893, des polémistes comme Édouard Drumont et Henri Rochefort essaient de convaincre l’opinion que l’argent placé par les caisses d’épargne à la Caisse des dépôts et consignations a été détourné au profit de la Compagnie du canal de Panama.

62  Patricia Toucas, « La vertueuse mutualité : des valeurs aux pratiques », dans Vie sociale, 2008/4, n° 4, p. 33.

63  M. Rebérioux, « Les socialistes français et le petit commerce… », op. cit., p. 67.

64  Gilles Pollet, « L’incapacité mutualiste à mettre en place un système de retraites », dans M. Dreyfus, B. Gibaud, A. Gueslin, Démocratie, solidarité et Mutualité…, op. cit., p. 130.

65  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670, p. 1330.

66  Cité dans Rosemonde Sanson, « L’Alliance républicaine démocratique : une reformulation du centre-gauche ? », dans F. Roth (dir.), Les modérés…, op. cit., p. 156.

67  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique…, op. cit., p. 318-319.

68  G. Pollet, « L’incapacité mutualiste… », op. cit., p. 134.

69  Arch. nat., F12 8193. Vœux émis par des groupements commerciaux, 1907-1915. Malvy entretient des liens avec l’Allemagne bien avant le déclenchement des hostilités. Le 22 décembre 1913, quelques jours après son arrivée au ministère du Commerce, il reçoit le vœu du comité du commerce français avec l’Allemagne en vue de la convocation d’une conférence douanière franco-allemande.

70  Parmi les jugements défavorables sur Malvy, on relève celui de Daniel Halévy, qui le traite de « politicien flasque » et prétend qu’il « était l’instrument de la tourbe qu’il fréquentait et payait, se flattant de la surveiller en noçant avec elle » (D. Halévy, La République des comités…, op. cit., p. 136).

71  Voir J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 29-30. Massé propose la création, au ministère de l’Instruction publique, d’une « direction de l’enseignement professionnel et technique ».

72  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 393.

73  M. Gaudart de Soulages, Dictionnaire des francs-maçons français, Paris, Éditions Albatros, 1980, p. 389.

74  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 43-45.

75  Dirigé par Paul Strauss et Gustave Mesureur, La ville, organe des intérêts de Paris, est un hebdomadaire qui rend compte, à partir de 1892, de la vie politique parisienne et nationale.

76  P. Schöttler, Naissance des Bourses du travail…, op. cit., p. 25.

77  Jeanne Gaillard, « La petite entreprise entre la droite et la gauche », dans Georges Lavau, Gérard Grunberg, Nonna Mayer (dir.), L’univers politique des classes moyennes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1983, p. 56.

78  P. Nord, « Le mouvement des petits commerçants… », op. cit., p. 39. Il obtient la création d’une commission pour examiner les différentes propositions de réforme de la patente.

79Journal officiel (Chambre des députés, débats), 18 juin 1891, p. 1311.

80  D. Barbet, « Travail en commission… », op. cit., p. 311.

81  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 238-239.

82  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 97.

83  Voir E. Gay, Nos édiles, 1904-1908, Paris, publications du journal municipal La Cité, s. d., p. 427.

84  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 213.

85  M. Gaudart de Soulages, Dictionnaire…, op. cit., p. 216. Il est exclu en 1905 pour avoir violemment pris à partie Combes et contribué à la chute du ministère.

86  L. Derfler, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 42-43.

87  Voir Idem, p. 25.

88  A. Millerand, Politique…, op. cit., p. XCI.

89  A. de Broglie, Mémoires, IV, p. 392, cité par M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 44.

90  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 94.

91  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique…, op. cit., p. 328-329.

92  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 153-156.

93  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et de la Marine marchande, direction des Études techniques, Rapport général…, op. cit., vol. 3 p. 362.

94  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 200-201. Son père, Albert, est nommé en 1880 professeur d’histoire des religions au Collège de France grâce à l’appui de Paul Bert et Jules Ferry.

95Idem, p. 94. Il participe au même groupe de jeunes radicaux, opposés à Combes.

96  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 191.

97  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 145-148.

98Idem, p. 180.

99Idem, p. 550-551.

100Journal officiel, Documents parlementaires, Chambre des députés, 1890, session extraordinaire, p. 1, cité par M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 204.

101  Voir M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 241-242.

102  J.-F. Sirinelli (dir.), Histoire des droites…, 1, op. cit., p. 234.

103  Assemblée nationale, Proposition de loi ayant pour objet la réorganisation du conseil supérieur du commerce, présentée par M. Rouvier, année 1872, n° 1207, 5 p.

104  Assemblée nationale, Proposition de loi tendant à l’abrogation de la surtaxe de pavillon présentée par MM. Rouvier et Wolowski, 25 juillet 1873, n° 1961, 1 p.

105  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 159. Le rapport dans lequel il demande une diminution des droits sur l’amidon est rejeté, comme d’autres d’inspiration libre-échangiste, entraînant sa démission.

106Idem, p. 187.

107  Voir F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1246. Publiée au Journal officiel le 26 janvier, quatre jours avant la chute du ministère Gambetta, elle reste sans effet.

108  J. Estèbe, Les ministres…, op. cit., p. 168-171.

109  A. Siegfried, Mes souvenirs de la IIIRépublique…, op. cit., p. 103. Sur Jacques Siegfried, voir P. Maffre, « Jacques Siegfried… », op. cit.

110  Françoise Battagliola, « Philanthropes et féministes dans le monde réformateur (1890-1910) », dans Travail, genre et sociétés, 2009/2, n° 22, p. 145.

111  M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 82.

112  Voir J. Siegfried, Quelques mots sur la misère…, op. cit., p. 172-246.

113  Il contribue à la création de l’école alsacienne, dont il préside le conseil d’administration de 1903 à sa mort.

114  Frédéric Carbonel, « Origines et développement de l’Institut Havrais de Sociologie économique et de Psychologie des peuples », dans Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 2008/1, n° 77, p. 69-86.

115  Voir J. Horne, « Le Musée social… », op. cit., p. 54-55. Jules Siegfried dépose, comme ministre du Commerce, deux projets de loi destinés à permettre la création d’un musée social par l’État (notamment Chambre des députés, Projet de loi ayant pour objet la création d’un musée d’économie sociale au Conservatoire des arts et métiers, présenté par M. Jules Siegfried et par M. Tirard, 13 mars 1893, session 1893, n° 2641, 17 p.). C’est après l’échec de ces projets que le comte Aldebert de Chambrun, propriétaire des cristalleries de Baccarat, décide de financer le Musée social sur sa fortune personnelle. Jules Siegfried en préside le comité de direction jusqu’à sa mort.

116  R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique, op. cit., p. 318-319.

117  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 180-188.

118  A. Siegfried, Mes souvenirs de la IIIRépublique…, op. cit., p. 57. Regrettant le faible écho recueilli par les positions de son père, André Siegfried l’attribue à des limitations qu’une « culture intellectuelle plus forte et des moyens d’expression plus développés » auraient permis de vaincre.

119  B. Oger, Histoire de la Caisse nationale d’épargne…, op. cit., p. 69-70.

120  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 66-67.

121  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 435.

122  J. Lenoble, P.-E. Teisserenc de Bort, op. cit., p. 149-150. Selon l’interprétation contemporaine, monarchistes et bonapartistes n’auraient pas été mécontents de retards qui auraient été portés au discrédit de la République.

123  J. Gaillard, « La petite entreprise… », op. cit., p. 58.

124  Voir E. Martin Saint-Léon, Le petit commerce français…, op. cit., p. 110-119.

125Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 1, 5 avril 1894, p. 1.

126  Rapport reproduit dans Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 3, 5 mai 1894, p. 7.

127  Voir G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 169 et 234. L’auteur critique la faiblesse de son action, le qualifiant d’« évanescent ».

128  Voir M.S. Smith, Tariff reform…, op. cit., p. 60.

129  Voir C. de Freycinet, Souvenirs…, op. cit., p. 435.

130  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 118.

131  Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940, t. VIII, Paris, Presses universitaires de France, 1960-1977, p. 3124.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search