Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Conclusion

Texte intégral

  • 1  Voir Laurence Badel, « L’État français et la conquête des marchés extérieurs au xxsiècle », Bull (...)

1Le développement de l’intervention de l’État entre 1870 et 1914 est longtemps resté inaperçu. L’historiographie a repris les critiques élaborées après la Première Guerre mondiale et surtout après 1945 à l’encontre d’un État jugé faible, voire inconséquent. L’étude du ministère du Commerce conduit à nuancer fortement ce constat : tout au long des premières décennies de la Troisième République, des hommes politiques comme Gambetta ou Millerand, des économistes comme Cauwès et même de nombreux commerçants et industriels réclament l’intervention de l’État, lui demandant instamment de prendre de nouvelles mesures ou encore de créer de nouveaux services pour répondre aux besoins économiques ou sociaux1.

I. Le renforcement de l’État

2Cette demande est entendue par les ministres du Commerce et les hauts fonctionnaires. Ils y voient le moyen d’exercer leurs talents mais aussi de développer leur pouvoir et leurs compétences. Or les réponses élaborées par l’administration ont été souvent négligées : le ministère du Commerce crée de nouveaux corps de fonctionnaires, qui favorisent l’émulation et les échanges ; il développe la législation et la réglementation ; il met au point des techniques nouvelles, qui lui donnent un pouvoir supplémentaire et lui permettent de se doter d’une vision globale de l’économie et de la société.

3À la fin du xixsiècle, le ministère du Commerce ne peut plus se reposer sur l’idée, longtemps répandue dans les milieux politiques, que l’administration doit se contenter d’encourager l’initiative privée, parée de toutes les vertus, face à une bureaucratie, chargée de tous les vices. L’action des particuliers est impuissante contre les maux créés par la grande industrie, mais aussi face à l’espoir de l’avènement rapide d’une société égalitaire, présenté par les socialistes. L’intervention de l’État est légitime, car elle vient combler une lacune irrémédiable de la société.

4L’Administration commence par réaffirmer l’autorité de l’État. Elle étend sa police, développe son contrôle, perfectionne ses méthodes et hiérarchise son fonctionnement. Pour les républicains, l’Administration est plus efficace si elle rend son intervention plus rationnelle, plus positive, plus « mathématique », selon l’expression de Gambetta, non si elle la limite, contrairement à ce qu’affirment les libéraux. C’est dans cette logique que le ministère du Commerce entreprend une réflexion ambitieuse sur la pédagogie, l’information en matière commerciale et la recherche, grâce à la statistique.

  • 2  R. Catherine, L’Industrie, op. cit., p. 104-110. « Condition préalable à toute action qui veut êtr (...)

5L’État doit aider les hommes de métier à perfectionner leur pratique. Le ministère du Commerce, institution de référence, et ses correspondants, en premier lieu les chambres de commerce, peuvent se superposer aux réseaux de connaissance qui caractérisent le grand commerce depuis l’Ancien Régime. En développant les publications commerciales et l’enseignement, ils peuvent ouvrir à tous l’accès au savoir et à l’information nécessaires pour accéder à la profession de commerçant, étendant le principe d’égalité. Se dégage alors une fonction nouvelle, celle de faciliter les comparaisons et la propagation des idées en mettant en contact les commerçants et les industriels2. L’Administration, en offrant une consécration officielle aux initiatives qui émanent de la société, entend prendre la tête de celle-ci. Les expositions universelles et les nombreux comités et commissions qui se réunissent au ministère du Commerce lui permettent de consacrer les évolutions proposées par la société, en leur offrant sa légitimité.

II. Les limites de l’intervention

  • 3  Voir, par exemple, Marcel Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, t. III, Les xi (...)

6Le développement de l’intervention de l’État vient contredire l’image trop souvent rebattue de l’Administration, monde immobile, fondée sur une inflation sans doute exagérée des critiques traditionnelles de la vie de bureau, mais aussi sur des travaux plus récents, qui insistent sur le manque de moyens et de considération dont elle jouit, en grossissant les difficultés ponctuelles, les conflits, qui ne sont en réalité que les turbulences dans lesquelles il faut voir les conséquences d’une action en marche3.

7Certes, l’action de l’État dans le domaine du commerce et de l’industrie s’engage parfois dans des impasses. Le soutien à la marine marchande est un échec. Les efforts réalisés dans le domaine de la propriété industrielle sont limités. Le ministère du Commerce n’a qu’une influence marginale sur le fonctionnement des caisses d’épargne et des sociétés d’assurances. Les mesures sociales adoptées n’améliorent guère le sort des ouvriers, malgré le volontarisme de Millerand et les efforts de Dubief en faveur de la formation professionnelle.

  • 4  Cité par François Caron, « Dynamisme et freinage de la croissance industrielle », dans F. Braudel, (...)

8Mais ces limites ne résultent pas d’un refus d’intervenir. Elles sont plus simplement la conséquence des bornes que l’Administration s’impose à elle-même. Comme l’indique explicitement Arthur Fontaine, le ministère du Commerce se fixe comme objectif premier d’assurer l’essor de la « classe moyenne […] dont la conservation est nécessaire à l’équilibre social4 ». En promouvant un idéal fondé sur l’équilibre social, le ministère du Commerce poursuit un but politique. Il s’efforce de faire adhérer les commerçants et les industriels et, d’une façon plus générale, les « couches nouvelles » à la République, non de résoudre les difficultés qui accablent la classe ouvrière.

  • 5  Voir sur ce point Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècle, Paris, (...)

9L’idéal républicain, fondé sur la responsabilité individuelle et le mérite, consécration de la réussite personnelle, ainsi que sur la fraternité, dans la mesure où le succès est un service rendu à la patrie et une contribution au rayonnement de la France, n’est pas accessible à tous. La République, même revue par la démocratie radicale, est seulement ouverte à ceux qui peuvent y participer. Elle crée des institutions, associations, syndicats, coopératives, fondés sur l’adhésion individuelle des citoyens. En vantant le progrès, elle leur présente un idéal plus qu’elle ne leur promet l’avènement d’une société égalitaire. C’est là une des principales limites du projet républicain, qui ne cherche pas l’obligation mais le libre consentement. Ceux qui, par défaut d’éducation ou méconnaissance, n’ont pas les moyens d’en faire partie en sont exclus. Cet élitisme républicain laisse de côté de nombreux citoyens défavorisés, d’abord préoccupés de leur survie quotidienne avant de pouvoir rêver à leur ascension sociale. D’où les critiques qui lui sont adressés, même si, après la création d’un ministère du Travail, en 1906, est posée pour la première fois la question d’un véritable projet politique pour les travailleurs, catégorie plus large que celle généralement prise en compte par le ministère du Commerce et qui préfigure le salariat qui se développe après la Première Guerre mondiale5.

  • 6  F. Caron, « L’économie française… », op. cit., p. 93.
  • 7  Klaus-Peter Sick, « Deux formes de synthèse sociale en crise. Les classes moyennes patronales de l (...)

10Les conceptions des hommes politiques et des hauts fonctionnaires français sont très différentes de celles qui ont cours à l’étranger. En Allemagne, l’État investit massivement les questions industrielles, que ce soit dans le domaine social ou dans la propriété industrielle. En Grande-Bretagne, une administration importante des questions sanitaires et sociales est complétée par une intervention dans le droit privé, sous la pression des travaillistes6. On note cependant que, quelles que soient les lacunes du modèle français, d’ailleurs souvent dénoncées par l’historiographie, la France connaît alors une période de stabilité politique relative, là où d’autres pays, comme l’Allemagne, ont réussi un développement industriel plus spectaculaire, mais marqué par des déséquilibres sociaux importants, aux conséquences dramatiques après la défaite de 19187.

III. Étatisme et mobilisation économique

  • 8  L. Murard, P. Zylberman, L’hygiène dans la République…, op. cit. p. 182. Les auteurs citent un mot (...)
  • 9  Voir Laure Godineau, « L’économie sociale à l’exposition universelle de 1889 », dans Le mouvement (...)
  • 10  Voir, par exemple, Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « La concession des services maritimes post (...)
  • 11  Voir Christiane Rumillat, « L’idée professionnaliste aux origines du corporatisme républicain », d (...)

11Les particularités de la situation française incitent à s’interroger sur la responsabilité des hommes politiques et des hauts fonctionnaires dans sa genèse. Contre les dangers qui menacent la République, les hommes politiques requièrent l’engagement personnel des hauts fonctionnaires, qui deviennent les premiers défenseurs de l’idéal républicain. Selon l’opinion du temps, l’action d’un homme comme Arthur Fontaine a peut-être pesé davantage dans « la constitution de la société française » que celle de bien des ministres8. La réflexion des hauts fonctionnaires doit contribuer au progrès des idées politiques. Leur neutralité dissimule en réalité une attitude positive, favorable au progrès, moyen d’assurer la perpétuation de la République. Au ministère du Commerce, des hommes comme Fernand Chapsal ou Alfred Picard contribuent à forger ce que leurs critiques qualifient alors de « socialisme d’État9 » ou d’étatisme10, par opposition au socialisme municipal et au corporatisme11. Ils personnifient un idéal d’administration active qui traversera tout le xxsiècle.

  • 12  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 188. L’auteur constate le « volontarisme expansionnis (...)

12Mettant au service de leurs idées les moyens considérables de l’État pendant la Première Guerre mondiale, certains fonctionnaires du ministère du Commerce proposeront des modes nouveaux d’intervention sur l’économie et la société, à la mesure des responsabilités qui leur seront confiées après le déclenchement des hostilités. François Simiand, bibliothécaire du ministère, est chef de cabinet d’Albert Thomas : il apporte au ministère de l’Armement son expérience statistique, qu’il développe par la suite au Collège de France. Roger Fighiéra, chef du cabinet d’Alfred Massé en mai 1913, est nommé en mars 1916 secrétaire général de la conférence économique interalliée. Il est directeur des affaires commerciales et industrielles en janvier 1918, puis membre de la commission chargée de préparer les clauses économiques du traité de paix en février 1919. C’est un des principaux collaborateurs de Léon Guillet pour la rédaction du célèbre Rapport général sur l’industrie française, sa situation, son avenir, publié en 1919 par la direction des études techniques du ministère du Commerce, qui trace des perspectives pour la politique industrielle de la France au lendemain des hostilités12. Fernand Chapsal est chargé du ravitaillement, puis, après l’armistice, des réparations. Sénateur à partir de 1921, il est rapporteur au Sénat de la loi du 7 mars 1925 sur les sociétés à responsabilité limitée. En 1926, il est ministre du Commerce, retrouvant ses fonctions de juin 1937 à janvier 1938.

13

Le personnel de la direction générale du ravitaillement civil à Bordeaux, 1914. Assis au centre, Fernand Chapsal, directeur général ; debout au deuxième rang à gauche, Jean Monnet

Le personnel de la direction générale du ravitaillement civil à Bordeaux, 1914. Assis au centre, Fernand Chapsal, directeur général ; debout au deuxième rang à gauche, Jean Monnet

Un décret du 8 septembre 1914 crée au ministère du Commerce une direction générale chargée du ravitaillement de la population civile. Elle est confiée à Fernand Chapsal, qui s’attache le concours d’un jeune Charentais appelé à un brillant avenir, Jean Monnet. Ce dernier s’inspirera de cette expérience quand il créera les institutions européennes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Cliché de J. Sereni, photographe à Bordeaux, D.R. Collection privée.

  • 13  Gerd Hardach, « La mobilisation industrielle en 1914-1918 : production, planification et idéologie (...)
  • 14  E. Jousse, « La tentation révisionniste… », op. cit. L’auteur note que Millerand a fait rentrer au (...)

14Prolongement des réflexions entamées à la veille de la Guerre, le ministère du Commerce met en place des offices destinés à organiser et répartir la production. Alors même que certains, comme le ministre Clémentel, y voient une solution d’avenir, un pas en avant vers des relations plus équilibrées entre l’État et les entreprises, cette solution est abandonnée dès la fin du conflit. Mais elle renaît pendant la crise des années trente, en même temps que les projets d’économie administrée13… Alors que les fonctionnaires cherchent à faire reconnaître leur capacité d’expertise et la part qu’ils prennent dans les décisions publiques, la maîtrise de l’économie mathématique peut leur donner une base incontestable sur laquelle fonder leur action14.

Notes

1  Voir Laurence Badel, « L’État français et la conquête des marchés extérieurs au xxsiècle », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2008/2, n° 28, p. 136-137.

2  R. Catherine, L’Industrie, op. cit., p. 104-110. « Condition préalable à toute action qui veut être cohérente, l’information de l’administration et des administrés constitue évidemment la première des directions d’un ministère qui doit travailler sur des données chiffrées et dans une conjoncture professionnelle particulièrement mouvante. » 

3  Voir, par exemple, Marcel Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, t. III, Les xixe et xxe siècles, Paris, Nouvelle Librairie de France, G.V. Labat éditeur, 1995, p. 264-265.

4  Cité par François Caron, « Dynamisme et freinage de la croissance industrielle », dans F. Braudel, E. Labrousse, Histoire économique…, op. cit., p. 244.

5  Voir sur ce point Gérard Noiriel, Les Ouvriers dans la société française, xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1986. L’auteur rappelle la faiblesse du mouvement ouvrier en France au début du xxsiècle. Il insiste sur le fait que les difficultés du monde ouvrier viennent notamment de la question de l’affectation du sursalaire. Certains proposent de l’affecter à des œuvres sociales, d’autres de le distribuer directement aux travailleurs.

6  F. Caron, « L’économie française… », op. cit., p. 93.

7  Klaus-Peter Sick, « Deux formes de synthèse sociale en crise. Les classes moyennes patronales de la Troisième République à la lumière d’une comparaison franco-allemande », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 50-4, octobre-décembre 2003, p. 135-154.

8  L. Murard, P. Zylberman, L’hygiène dans la République…, op. cit. p. 182. Les auteurs citent un mot de Daniel Halévy, à propos d’Arthur Fontaine.

9  Voir Laure Godineau, « L’économie sociale à l’exposition universelle de 1889 », dans Le mouvement social, n° 149, octobre-décembre 1989, p. 87.

10  Voir, par exemple, Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, « La concession des services maritimes postaux au xixsiècle. Le cas exemplaire des Messageries Maritimes », dans Revue économique, 2007/1, vol. 58, p. 273. L’étatisme est un terme employé alors volontairement de façon péjorative. En 1909, Joseph Thierry critique la prise en main par l’État de compagnies de navigation en la qualifiant d’« étatisme industriel ». Présentant les principales doctrines économiques, l’économiste libéral Émile Levasseur fait des fonctionnaires du ministère du Commerce les principaux représentants d’une nouvelle école, l’étatisme, dans laquelle l’administration s’arroge une place centrale dans l’économie.

11  Voir Christiane Rumillat, « L’idée professionnaliste aux origines du corporatisme républicain », dans Dominique Colas (dir.), L’État et les corporatismes, travaux de la mission sur la modernisation de l’État, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 48. L’auteur insiste sur la particularité de la situation avant la Première Guerre mondiale. Les expériences menées alors sont proprement originales : « Tout [les] oppose au “corporatisme d’État” qui s’est réalisé [ensuite et qui se réduit], selon la formule de Gaétan Pirou, à “une sorte de façade derrière laquelle s’exerce un pouvoir fort”. » Il n’y a ni économie dirigée ni « transformation néo-corporatiste de l’État républicain » mais, au contraire, affirmation, de la part de l’État, de ses missions traditionnelles (voir P. Lacombrade, La chambre de commerce…, op. cit., p. 650-651).

12  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 188. L’auteur constate le « volontarisme expansionniste et étatiste d’inspiration colbertiste qui anime [pendant la guerre] nombre d’hommes politiques et de fonctionnaires ».

13  Gerd Hardach, « La mobilisation industrielle en 1914-1918 : production, planification et idéologie », dans P. Fridenson (éd.), 1914-1918…, op. cit., p. 83. Voir aussi Alain Hennebicque, « Albert Thomas et le régime des usines de guerre, 1915-1917 », dans idem, p. 111-144.

14  E. Jousse, « La tentation révisionniste… », op. cit. L’auteur note que Millerand a fait rentrer au ministère du Commerce le socialisme normalien, partisan du révisionnisme, qui « vise à rationaliser l’organisation économique par l’action d’experts compétents ».

Table des illustrations

Titre Le personnel de la direction générale du ravitaillement civil à Bordeaux, 1914. Assis au centre, Fernand Chapsal, directeur général ; debout au deuxième rang à gauche, Jean Monnet
Légende Un décret du 8 septembre 1914 crée au ministère du Commerce une direction générale chargée du ravitaillement de la population civile. Elle est confiée à Fernand Chapsal, qui s’attache le concours d’un jeune Charentais appelé à un brillant avenir, Jean Monnet. Ce dernier s’inspirera de cette expérience quand il créera les institutions européennes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Crédits Cliché de J. Sereni, photographe à Bordeaux, D.R. Collection privée.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search