Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Troisième partie. L’action sanitaire et sociale

Chapitre XII. L’économie solidaire

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

À défaut d’adopter des dispositifs obligatoires de prévoyance, le gouvernement peut créer des institutions qui reposent sur la participation volontaire des citoyens et leur permettent d’accumuler un pécule ou de transmettre des biens dans des conditions favorables1.

La Deuxième République a consacré plusieurs lois à l’économie sociale. Elle a institué une Caisse de retraites et encouragé les sociétés de secours mutuels. La Troisième République veut poursuivre dans cette voie. Elle entend favoriser les activités de la Caisse des retraites mais aussi des caisses d’assurance en cas de décès et en cas d’accidents, des tontines et des caisses d’épargne ou encore des compagnies d’assurances. Elle peut aussi créer des institutions nouvelles. Par la loi du 9 avril 1881, elle fonde la Caisse nationale d’épargne. Destinée à la petite bourgeoisie commerçante et industrielle et aux campagnes, la caisse facilite le développement de l’épargne en dehors du cercle restreint des familles aisées2. De ...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540