Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Deuxième partie. L’action économique

Chapitre VIII. L’enseignement technique

Texte intégral

  • 1  Sur les institutions qui débattent alors de l’enseignement technique, voir J.-M. Chapoulie, « Repr (...)

1Au début de la Troisième République, hommes politiques, commerçants et industriels s’intéressent particulièrement à la question de l’enseignement technique. Mais ils s’interrogent sur les principes et les méthodes à mettre en œuvre. Tandis que certains souhaitent une instruction générale pour permettre aux jeunes citoyens d’exercer leur devoir électoral, les industriels mettent l’accent sur la transmission des savoir-faire et des techniques, considérant qu’ils peuvent assurer par eux-mêmes la formation pratique des ouvriers avec plus de profit que l’État1. C’est l’opinion du député Chauchard, rapportant en 1868 au corps législatif sur le ministère du Commerce :

  • 2  Cité par F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n°  (...)

« Ce sont les hommes de l’industrie qui enseignent le mieux la pratique industrielle ; ce sont eux qui savent former les bons ouvriers, les bons contremaîtres, les bons chefs d’industrie […] ; on peut dire […] qu’à leurs divers degrés l’enseignement primaire et secondaire se donne à peu près partout de la même manière. Rien de semblable dans la technique. Tout le monde peut professer ; chacun est libre de sa méthode ; il n’y a ni règlement officiel ni programme ; ce n’est pas l’uniformité, c’est la variété, on peut même dire la liberté absolue. L’esprit pédagogique est tradition et quelquefois routine ; l’esprit industriel est l’activité sans fin et presque sans limite. La recherche du mieux ne lui permet pas un instant de repos. Une industrie qui s’endort est une industrie morte2 ».

2Le ministère du Commerce s’efforce de dépasser ces conflits en proposant des solutions conciliant formation pratique et intellectuelle pour chaque âge et pour chaque métier. Dans les années 1880, il s’intéresse tout particulièrement à l’enseignement primaire. Mais il entend aussi développer l’enseignement ouvrier, pour répondre à la demande des industriels, qui s’inquiètent de la multiplication des grèves dans la grande industrie, et des ouvriers eux-mêmes, qui y voient un moyen d’émancipation et d’ascension sociale.

I. La création des écoles pratiques

3Alors que le déclin de l’apprentissage, effectif dès le Second Empire, n’a entraîné aucune réponse de l’État, la défaite de 1870 est l’occasion d’une prise de conscience décisive dans les milieux politiques.

  • 3  J.-P. Dumas, « Vous allez faire détester la République ! », op. cit., p. 34-40.
  • 4  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 122-132. L’Inspection dénombre 714 é (...)
  • 5  Rapport de la commission supérieure du travail des enfants, cité dans Annuaire de l’économie polit (...)

4Bien avant l’arrivée des républicains au gouvernement, le principe d’un enseignement obligatoire pour tous les jeunes Français travaillant dans l’industrie est affirmé. L’Assemblée nationale s’intéresse à l’expérience anglaise des écoles de mi-temps (half-time), qui dépendent des industriels, qu’elle décide de rendre obligatoires par la loi du 19 mai 18743. Le contrôle des écoles de mi-temps est confié à l’Inspection du travail des enfants et des filles mineures, telle qu’elle est organisée par cette loi, c’est-à-dire relativement décentralisée, appuyée sur des commissions de notables4. Cette tentative timide en faveur de la scolarisation des enfants est malheureusement illusoire. Une enquête menée auprès des chambres de commerce par l’Assemblée nationale ne laisse guère de doutes à ce sujet. Les écoles de mi-temps sont directement inspirées du modèle anglais, où la grande industrie est très développée. Si l’on trouve en France quelques transpositions réussies de ce modèle, notamment au Creusot, les principaux établissements industriels qui s’y essaient sont ceux qui pratiquent le patronage, très critiqué par les républicains. Les statistiques établies par les inspecteurs du travail font état d’un nombre extrêmement faible d’enfants par établissement visité, en moyenne 3,44 en 1886, ce qui rend pratiquement impossible l’organisation de l’enseignement5. Il est caractéristique de noter que Léon Smith, ancien chef de bureau au ministère de l’Agriculture et du Commerce, ne fait pas allusion à ce dispositif dans l’article qu’il consacre à l’enseignement industriel et commercial dans la deuxième édition du Dictionnaire de l’administration de Maurice Block, datée de 1877.

  • 6  Thérèse Charmasson (éd.), L’enseignement technique de la Révolution à nos jours. 1, De la Révoluti (...)
  • 7  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 26-29.
  • 8  Voir Jean-Pierre Briand, Jean-Michel Chapoulie, « La IIIe République crée un réseau d’écoles : les (...)
  • 9  Voir Antoine Prost, « De l’enquête à la réforme. L’enseignement secondaire des garçons de 1898 à 1 (...)
  • 10Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1885, 42e année, p. 254-255. Extrait du rap (...)

5Les républicains ne croient guère à la possibilité de confier aux patrons la responsabilité de l’instruction des enfants qui travaillent dans leurs usines. Dans un premier temps, ils envisagent de donner une formation pratique complémentaire aux élèves sortant de l’école primaire. Boyetet de Bagnaux, le directeur de cabinet du ministre du Commerce Pierre Tirard, collabore ainsi avec le directeur de l’enseignement primaire, Ferdinand Buisson, qui prépare la renaissance de l’enseignement primaire supérieur6. Créé en 1833 par Guizot, celui-ci offre aux enfants une instruction pratique destinée à compléter les savoirs dispensés dans le primaire7. Alors que, durant la première moitié du xixsiècle, les écoles primaires supérieures, placées auprès des municipalités, n’ont guère de succès, une loi du 11 décembre 1880 donne la possibilité aux communes, aux départements, mais aussi aux associations d’en créer dans des conditions favorables8. Les écoles peuvent être encouragées de plusieurs manières : par le ministère de l’Instruction publique ou au titre de la loi Falloux du 15 mars 1850, quand il s’agit d’écoles libres ; par le ministère de l’Agriculture et du Commerce, quand elles ont un caractère technique marqué. L’enseignement primaire supérieur entend être une alternative à l’enseignement général, réservé à l’élite mais peu accessible aux classes moyennes, ainsi qu’à l’enseignement spécial, créé le 21 juin 1865 et dispensé dans les lycées9. Il répond aux demandes des classes populaires car, bien qu’il n’ait pas précisément pour but d’assurer un débouché professionnel, il peut contribuer à la formation des employés. Dès 1882, le ministère de l’Instruction publique recense 570 établissements d’enseignement primaire supérieur recevant quelque 30 000 élèves. Ce chiffre est modeste comparé aux 75 635 écoles et aux 5,3 millions d’élèves de l’enseignement primaire10, mais il témoigne d’un réel intérêt des parents et des municipalités, et incite le gouvernement à poursuivre son action.

6Les commerçants jugent l’enseignement primaire supérieur trop général pour répondre à leurs besoins et demandent la création d’un véritable enseignement technique, indépendant de l’Instruction publique. Ce point de vue est soutenu par les radicaux, au premier rang desquels Édouard Lockroy, nommé ministre du Commerce, en 1886. Lockroy appelle à ses côtés Gustave Ollendorff, transfuge du ministère de l’Instruction publique, à qui il confie la responsabilité de constituer, au sein du ministère du Commerce, un service de l’enseignement technique.

  • 11  Cité par Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968 (...)
  • 12  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 42-44 et 290-292. En 1887, Henri Tres (...)
  • 13  Victor Leydet, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi (...)

7Ollendorff s’en prend notamment à la loi Goblet du 30 octobre 1886, qui permet au ministère de l’Instruction publique de former les élèves pendant quatre ans à l’issue du primaire, soit jusqu’à seize ans. « Quand pourrons-nous faire les apprentis que vous n’aurez pas faits ? », demande Ollendorff11. Ce dernier rappelle que l’enseignement primaire supérieur n’est pas une véritable formation technique. À l’issue d’âpres débats opposant les deux ministères12, un compromis est trouvé. Par décret du 17 mars 1888, le ministère du Commerce se voit concéder une place dans le dispositif organisé par Goblet. Il est chargé de l’enseignement industriel ou commercial dans les écoles primaires supérieures, bien que celles-ci restent officiellement attachées à l’Instruction publique. Il lui appartient de s’attacher le concours des industriels et commerçants locaux, en s’appuyant sur une inspection de l’enseignement industriel et commercial confiée au « dévouement aussi désintéressé que méritoire d’industriels distingués », à laquelle il appartient de « surveiller les méthodes d’enseignement et [d’en] inspirer le développement ». Des crédits sont prévus pour l’inspection tandis qu’est établi un « programme d’application qui impose aux établissements [concernés] un minimum de trois heures d’enseignement technique dans la première année, de quatre heures dans la seconde et de cinq heures dans la troisième13 ».

  • 14  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 129. Fernand Dubief parle d’un « régime absurde et compl (...)

8L’arrangement obtenu en 1888 s’avère malheureusement difficile à mettre en œuvre. Certains critiquent une « législation trop compliquée pour être efficace et qui ne stimule en aucune façon les initiatives locales14 ». Afin de simplifier le dispositif, la loi de finances du 26 janvier 1892 rattache au seul ministère du Commerce les écoles primaires supérieures dans lesquelles domine l’enseignement industriel et commercial. Ces établissements prennent le nom d’écoles pratiques de commerce et d’industrie.

  • 15Idem, p. 132-134. Le personnel des écoles nationales professionnelles est entièrement pris en char (...)
  • 16  Alexandre Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel : son organisation et ses récente (...)

9En 1900, le dispositif est complété par le rattachement au Commerce de quatre écoles primaires supérieures modèles, les écoles nationales professionnelles d’Armentières, Nantes, Vierzon et Voiron, dont les élèves sont recrutés par concours et préparent, en quatrième année, l’entrée dans les écoles d’arts et métiers15. Par ailleurs, la loi du 27 décembre 1900 place sous la seule autorité du ministre du Commerce les douze écoles professionnelles de la ville de Paris16.

  • 17  Julien Boitel, « L’enseignement primaire supérieur », dans A. Croiset, E. Devinat, J. Boitel et al (...)
  • 18Journal officiel… [lois et décrets], 30 juillet 1909, p. 8234. Nouvelle rédaction des articles 36 (...)
  • 19  Voir A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 169-170.
  • 20  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. (...)

10La constitution d’une administration de l’enseignement technique, rivale de l’Instruction publique, se traduit par de nombreux conflits entre ministères. Le Conseil supérieur de l’instruction publique insiste sur la définition de programmes nationaux, alors que le Conseil supérieur de l’enseignement technique tient à une approche pragmatique, décentralisée. Illustration de cette rivalité, le décret du 26 juillet 1909 sur l’organisation des écoles primaires supérieures, signé par le ministre de l’Instruction publique, Gaston Doumergue, ne laisse qu’une place limitée aux matières spéciales17 et subordonne la création de sections spéciales à un processus propre à les retarder18. L’organisation établie par le ministère de l’Instruction publique n’est pas dépourvue de logique. L’enseignement ne peut s’appuyer sur la seule bonne volonté des industriels, comme le croit trop longtemps le Commerce. Il demande des programmes, du matériel et une évaluation. La position de l’Instruction publique, centralisatrice, paraît d’ailleurs plus cohérente que celle du Commerce, qui laisse le champ libre aux initiatives locales et peut sembler manquer d’autorité et, surtout, d’efficacité. Quelques mesures permettent finalement le rapprochement des deux administrations, qui s’entendent sur la formation du corps enseignant. Le ministère du Commerce met peu à peu en place des filières adaptées à ses enseignants. Deux sections normales sont créées pour les maîtres des écoles pratiques, à Châlons-sur-Marne, pour l’enseignement industriel, et à l’École des hautes études commerciales, par arrêté du 21 juillet 1894, pour la section commerciale. Ces deux années d’études sont sanctionnées par un concours pour le certificat d’aptitude au professorat industriel ou commercial. À partir d’octobre 1899, une section normale pour les jeunes filles est annexée à l’école pratique de commerce et d’industrie du Havre19. C’est la fin de l’idée d’un enseignement dispensé par des bénévoles, seulement intéressés à l’avenir de leur branche professionnelle. En 1911, la création d’une École normale de l’enseignement technique, destinée à former les professeurs des écoles nationales professionnelles, est défendue par le ministre du Commerce, Massé, votée sous son successeur, Couyba, puis mise en œuvre par Massé, après son retour au Commerce. Le décret du 26 octobre 1912, fixe les conditions de fonctionnement de cette école, abritée à Paris, dans les locaux de l’École nationale d’arts et métiers. Même si les débuts sont laborieux, cette création montre l’évolution des conceptions du ministère du Commerce, qui reconnaît enfin l’importance de la pédagogie pour l’enseignement technique20.

II. L’enseignement ouvrier

11Le ministère du Commerce ne peut se limiter aux seules générations nouvelles. Il doit aussi développer l’enseignement ouvrier, destiné à ceux qui ne passent pas par l’enseignement primaire supérieur et à ceux qui sont déjà entrés depuis longtemps dans la vie active.

12Le ministère du Commerce subventionne les cours dispensés par les chambres syndicales, en assurant la distribution gratuite d’ouvrages et la livraison de revues publiées par l’administration. En 1896, il demande aux enseignants qui lui sont attachés d’organiser des cours publics en faveur des adultes ainsi que des conférences.

  • 21  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p.  (...)

« En 1899, une nouvelle circulaire très pressante [est] adressée aux directeurs des établissements [dépendant du ministère du Commerce] pour leur signaler les bienfaits des œuvres postscolaires et les inviter à en organiser ou à développer celles existant déjà21 ».

  • 22  Voir J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 28.

13L’action des syndicats et des Bourses du travail ne touche qu’une faible partie de la population, celle qui a déjà conscience de ses devoirs et de ses besoins. Pour atteindre tous les ouvriers, certains députés songent à rendre leur formation obligatoire, ainsi qu’à leur permettre de faire valoir leur qualification par des diplômes. En écho à ces réflexions, le Conseil supérieur du travail, qui enquête en 1902 sur l’apprentissage, souhaite « qu’une instruction professionnelle en rapport avec l’état choisi et exercé soit imposée à tous les ouvriers de moins de dix-huit ans, pour qu’ils ne soient pas condamnés à rester manœuvres22 ».

  • 23  Placide Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi (...)
  • 24  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 59.
  • 25  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 351 ; F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 2 (...)
  • 26  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 61.
  • 27  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 31.
  • 28Idem, p. 36.
  • 29  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 26 et 35-67. ; Danièle Fraboulet, « Le patro (...)

14Reprenant à son compte les réflexions du Conseil supérieur du travail, un député, Placide Astier, rapporteur du budget du ministère du Commerce en 1903, suggère une organisation nationale fondée sur un cycle de trois ans, sanctionné par un certificat de capacité professionnelle, et demande la rédaction par le conseil de l’enseignement technique de programmes types23. S’inspirant de cette proposition, une commission spéciale du Conseil supérieur de l’enseignement technique prépare en 1904 un avant-projet de loi, sur le rapport d’Émile Cohendy, professeur à la faculté de droit de l’université de Lyon, président de la commission administrative de la célèbre école La Martinière24. D’après celui-ci : « C’est quarante mille auditeurs en tout, qui suivent régulièrement les cours [organisés par les chambres de commerce, syndicats ou cours privés] ». C’est peu, si l’on considère que, d’après le recensement de 1896, il y a 602 000 enfants occupés dans le commerce et l’industrie. Fernand Dubief reprend ces réflexions quand il est ministre du Commerce et dépose un projet de loi le 13 juillet 190525. « Le titre V sur les cours professionnels est profondément nouveau26 ». Regrettant l’insuffisance des cours pour adultes, Dubief, se fondant sur l’exemple allemand, souhaite qu’ils soient rendus obligatoires. D’après Jean Cruppi, il y a plus de 330 000 élèves en Allemagne et on compte « vingt-deux mille élèves dans les écoles techniques du Danemark, lorsque la France entière en a le même nombre27 » ! Le projet Dubief, qui, dans ses deux parties, distingue les établissements d’enseignement technique des « cours professionnels ou de perfectionnement », arriverait, à terme, à combler ce retard. « Il va chercher à l’usine, au magasin, les huit cent mille jeunes employés du commerce et de l’industrie ; il offre enfin ou plutôt il impose à ces déshérités le bienfait de l’enseignement technique28 ». Le projet Dubief fait l’objet d’un rapport de Placide Astier, rendu le 12 juin 1906, mais il se heurte à une forte opposition des industriels et de certaines chambres de commerce, ce qui empêche son adoption avant la Première Guerre mondiale29.

  • 30  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 62. Deux décrets du 24 octobre 1911 i (...)

15Les services de l’enseignement technique ne se découragent pas pour autant et avancent sur d’autres sujets. En 1911, tenant compte du retard apporté au vote de la loi Dubief, le ministre du Commerce, Couyba, institue par décret des comités départementaux et cantonaux d’enseignement technique dont le but est d’organiser les cours professionnels, mettant ainsi à exécution un vœu émis au congrès de l’apprentissage de Roubaix30. Un certificat de capacité professionnelle peut être accordé d’après un programme déterminé pour chaque profession par arrêté du ministre du Commerce, après avis du comité départemental de l’enseignement technique.

  • 31  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et (...)

« Ces décrets sont suivis d’un remarquable effort dans toute la France. […] Ces applications spontanées, avant sa consécration parlementaire, des dispositions de la loi projetée montrent combien elle était désirée dans les milieux intéressés31 ».

16Ce dispositif repose directement sur les industriels, notamment à Grenoble où l’initiative d’un groupement d’industriels métallurgistes est signalée. Certes, l’instruction professionnelle reste en France insuffisante : à la veille de la Première Guerre mondiale, sur 916 000 jeunes ayant opté pour une carrière industrielle ou commerciale, seulement 23 000 ont fréquenté des écoles professionnelles et 122 000 des cours professionnels. Mais, repris en son nom par Placide Astier en 1913, le projet de loi Dubief est finalement adopté après la Première Guerre mondiale.

III. Les services de l’enseignement technique

  • 32  Voir C. Fontanon, « Le Conservatoire national… », op. cit., p. 288.
  • 33  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 26-31. La création d’un conseil supér (...)

17L’essor de l’enseignement technique oblige à développer les services qui en sont chargés au ministère du Commerce. Au début de la Troisième République, le Conservatoire national des arts et métiers est seul responsable du contenu de l’enseignement dispensé dans les établissements techniques, notamment dans les écoles d’arts et métiers. Le directeur du Conservatoire, Arthur Morin, détermine les programmes et veille au recrutement des enseignants. Il rédige aussi des manuels scolaires, largement diffusés32. Le Conseil supérieur de l’enseignement technique, organisé par décret du 19 mars 187033 puis du 4 février 1874, et les bureaux du Commerce n’ont qu’un rôle secondaire. Le Conseil supérieur de l’enseignement technique s’intéresse principalement au suivi financier des travaux de construction, tandis que les bureaux s’occupent de la rédaction et de la mise en œuvre des décisions.

  • 34  L. Dautresme, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 26 juin 1882, n° 1042, p. (...)
  • 35  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 61.

18Cette organisation, économe en moyens, s’avère peu efficace. Il est nécessaire d’abandonner, à peine voté, un projet d’école de chaudronnerie à Nevers en raison du coût d’équipement, trois fois supérieur à l’estimation, mais aussi des coûts de fonctionnement, également très élevés34. En matière commerciale, l’appui donné aux écoles ne suffit pas à assurer leur pérennité. En 1886, l’Annuaire de l’enseignement commercial note, à propos de l’école supérieure de commerce de Rouen, encouragée par les ministères de l’Instruction publique et du Commerce : « Le nombre des élèves est tombé à neuf, l’école peut être considérée comme perdue, à moins d’un miracle35… »

  • 36  Voir sa notice nécrologique dans Georges Paulet (dir.), Annuaire de l’enseignement commercial et i (...)

19La nomination, en 1886, d’un haut responsable de l’enseignement technique, Gustave Ollendorff36, s’accompagne d’une réforme des services. De 1886 à sa mort en 1891, il est à la tête d’une direction du personnel et de l’enseignement technique, reconstituée en 1895 après quelques années d’éclipse. Elle est dirigée pendant plus d’une décennie par le même titulaire, Louis Bouquet, directeur du personnel et de l’enseignement technique puis, de 1900 à 1906, directeur de l’enseignement technique.

  • 37  Voir Arch. nat., ADXIX D 199. Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes (...)

20Le Conseil supérieur de l’enseignement technique reçoit une nouvelle organisation en 1888, 1890, puis en 1892. Réformé à nouveau par Delombre et Millerand, il accueille des représentants des écoles nationales d’arts et métiers et écoles pratiques de commerce et d’industrie, et s’adjoint de nouvelles compétences, notamment celles des chambres de commerce et des chambres syndicales professionnelles, sur lesquelles le ministère du Commerce entend s’appuyer pour développer l’enseignement ouvrier. Sa réforme par décret du 5 janvier 1901 y amène pour la première fois des membres élus par leurs pairs, directeurs et professeurs37.

21Le Conseil supérieur de l’enseignement technique dispose, comme le Conseil supérieur de l’instruction publique, d’une assemblée générale et d’une section permanente, qui lui permettent de jouer un rôle effectif et continu. Le décret du 5 janvier 1901 prévoit qu’il donne son avis sur les règlements et programmes, la répartition des subventions et les questions que lui soumet le ministre. La commission permanente règle les dates des concours, le nombre de places, les « places gratuites attribuées au nom de l’État » et définit les programmes. Le Conseil supérieur joue un rôle actif, par l’introduction des langues étrangères dans les écoles d’arts et métiers, la « préparation d’un projet de loi organique sur l’enseignement technique » et contribue à la réflexion menée à partir de 1905 sur le développement des cours professionnels. Ses recommandations, exprimées en 1911, servent de fondement au décret du 25 avril 1913 modifiant les conditions d’admission aux écoles d’arts et métiers. C’est sur les conclusions de sa commission permanente qu’est fondé le décret du 18 juillet 1913 sur les écoles pratiques de commerce et d’industrie.

  • 38  Voir, par exemple, S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 146-147 et 186. L’auteur prés (...)

22La direction de l’enseignement technique s’appuie aussi sur une inspection de l’enseignement technique, organisée le 21 juin 1888 pour l’inspection de l’enseignement industriel et le 3 juin 1890 pour l’enseignement commercial. Sous l’autorité d’un comité d’inspection de l’enseignement industriel, un service régional divisé en onze circonscriptions supervise des inspecteurs départementaux. Suivant le même principe, un comité d’inspection de l’enseignement commercial a autorité sur un service d’inspection régional, divisé en cinq circonscriptions38.

IV. Les établissements d’État

  • 39  Voir C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 33-36.
  • 40Idem, p. 24-29.
  • 41Idem, p. 116-125.

23Le ministère du Commerce est à la tête de deux établissements prestigieux d’enseignement supérieur, le Conservatoire national des arts et métiers39 et l’École centrale des arts et manufactures40, mais aussi des écoles d’arts et métiers41.

  • 42  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 57.
  • 43  Sur toutes ces questions, voir C. Fontanon, « Le Conservatoire national… », op. cit., p. 275-304.
  • 44  Chiffres donnés dans G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juill (...)

24Le Conservatoire des arts et métiers, qualifié par le ministre du Commerce, Fernand Dubief, de « Sorbonne de l’industrie42 », abrite vingt-deux chaires, qui permettent de traiter de la physique appliquée, de la chimie (cinq chaires), de l’économie, mais aussi de la mécanique appliquée, de l’agriculture, des constructions civiles ou encore de l’histoire du travail43. Il délivre après examen un certificat annuel aux auditeurs ayant suivi les cours avec assiduité et un diplôme d’études aux auditeurs ayant suivi un cycle complet de cours complémentaires. Ses cours attirent de nombreux auditeurs, plus de 500 en moyenne, même si le nombre de certificats ou de diplômes délivrés est très faible, cinq seulement en 190444.

  • 45  Alexandre Millerand, Travail et travailleurs, Paris, E. Fasquelle, 1908, p. 254.
  • 46  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)
  • 47  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670. Dur (...)

25Principal établissement rattaché au ministère du Commerce, le Conservatoire est au cœur de nombreux conflits au début du xxsiècle. Pour les hommes politiques, son enseignement ne doit pas être réservé aux scientifiques de haut niveau mais largement ouvert aux ouvriers. Ce dessein est contesté par les professeurs de l’établissement. À l’issue d’une longue lutte, le ministère du Commerce finit par imposer son projet : la loi de finances de 1900 réduit l’autonomie de l’établissement et donne plus de pouvoir à l’administration sur le contenu de l’enseignement. Le directeur est désormais un fonctionnaire issu du ministère du Commerce, habitué à respecter les volontés des hommes politiques mais aussi capable de les imposer au personnel scientifique45. Le Conservatoire est incité à se rapprocher de la chambre de commerce de Paris, qui contribue, tout comme la ville de Paris, au financement de chaires et est représentée dans les conseils de l’établissement46. Pour élargir l’assistance aux cours au-delà d’un public d’ingénieurs, de chefs d’ateliers désireux de compléter leur instruction et d’adultes maîtrisant déjà les rudiments des matières traitées, des conférences publiques sont données le dimanche après-midi par des spécialistes sur des sujets d’actualité47.

  • 48  Le directeur, le sous-directeur, le directeur des études et les professeurs de sciences industriel (...)
  • 49  L. Guillet, Cent ans…, op. cit., p. 21-24. Léon Guillet cite le cas de Deligny, centralien de la p (...)
  • 50  Voir J.-Y. Dupont, « Laboratoires et sciences de l’ingénieur », dans J.-F. Belhoste (dir.), Le Par (...)

26L’École centrale bénéficie d’une plus grande indépendance que le Conservatoire des arts et métiers, car son statut lui garantit un « régime de liberté et d’autonomie », renforcé par les liens qu’entretiennent les centraliens avec les milieux politiques48. En 1874, la direction de l’École centrale émet le souhait de s’installer à proximité du Conservatoire des arts et métiers. Elle reçoit le soutien du ministre de l’Agriculture et du Commerce, Grivart, puis de son successeur, Teisserenc de Bort, polytechnicien, qui a suivi quelques cours à l’École comme auditeur libre49. Les nouveaux locaux sont inaugurés en 1884. Ils permettent à l’École de s’adapter, malgré certaines critiques, au progrès scientifique et technique50.

27Les écoles d’arts et métiers sont progressivement organisées en un réseau cohérent. Celles qui existent au début de la Troisième République accueillent chacune jusqu’à 500 élèves en internat, soit environ 100 par an, pour une scolarité de trois ans au total.

  • 51  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)

« Elles forment ce qu’on a justement appelé les sous-officiers de l’industrie et fournissent aux ateliers de construction, aux administrations des ponts et chaussées et des chemins de fer et aux usines particulières des chefs d’atelier ou des dessinateurs instruits, laborieux et rompus aux travaux pratiques51 ».

  • 52  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 111-135.
  • 53  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 117-119 et 170-172. L’État décide de hâter les t (...)
  • 54  J. Thierry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1899, n° 1144, p. (...)
  • 55  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1903, n° 1204, p.  (...)
  • 56  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 114.

28La première école d’arts et métiers a été ouverte à Compiègne en 1803, puis transférée à Châlons-sur-Marne en 1806. Elle a pris la suite de l’école créée à la veille de la Révolution par le duc de La Rochefoucauld pour former à certains métiers indispensables à la troupe, notamment celui de cordonnier. Une deuxième école est créée en 1811 en Vendée, puis installée à Angers après les Cent-Jours. Une troisième école est fondée à Aix-en-Provence en 184352. En 1881, la création d’une école à Lille est décidée, mais elle n’ouvre qu’à la rentrée 1900, après que la construction a connu de nombreux déboires53. En 1891, une école pratique d’ouvriers et de contremaîtres est créée dans l’ancienne abbaye de Cluny, propriété de la commune54. L’école fonctionne à partir de 1891 et accueille, dès 1893, le nombre d’élèves fixé par la loi. Par un décret du 5 juillet 1901, elle est transformée en école d’arts et métiers. Le projet de création d’une nouvelle école d’arts et métiers à Paris, étudié au début du xxsiècle, est retardé pour des raisons financières55. Après une convention avec le département de la Seine, qui accepte de prendre à sa charge la plus grande partie des frais de construction, les travaux commencent en janvier 190756. L’école ouvre finalement en 1912.

  • 57  A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 158.
  • 58  Louis Lafferre, Rapport au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi port (...)
  • 59  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 162-167. L’octroi d’un diplôme est demandé p (...)

29Le statut des écoles d’arts et métiers est réformé pour accorder à celles-ci une plus grande autonomie. Le ministère du Commerce leur fait perdre leur tradition militaire, substituant aux adjudants qui y assuraient la discipline « des sous-directeurs, censeurs des études, fonctionnaires civils, recrutés dans le personnel de l’université, auxquels [sont] adjoints des surveillants répétiteurs, provenant également de l’université57 ». Ces nouveautés sont soulignées par la Chambre des députés, qui note une concurrence nouvelle entre les écoles d’arts et métiers et l’École centrale, et souligne « l’instruction moins étendue, mais plus précise » des élèves des arts et métiers58. Venant consacrer ce changement, un décret du 22 octobre 1906 institue un brevet d’ingénieur des écoles d’arts et métiers, qui vient se substituer à la qualité d’ancien élève invoquée précédemment59.

  • 60  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 octobre 1887, n° 2038, p.  (...)
  • 61  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)

30Le ministère du Commerce exerce une tutelle assez lâche sur les autres établissements qui lui sont rattachés. L’école d’horlogerie de Cluses est administrée par le préfet de Savoie. Installée dans une église menaçant ruine, elle bénéficie de nouveaux locaux, inaugurés en 188760. L’école de Dellys, en Algérie, connaît de nombreux déboires après sa création en 186661. En 1884, le rapporteur du budget du Commerce à la Chambre des députés peut déclarer :

  • 62  Lucien Dautresme, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de l (...)

« L’école de Dellys est une école d’apprentissage. Jusqu’ici, elle n’a produit que des mécomptes. Elle possède des immeubles qui ont coûté fort cher, elle a un gros budget, un personnel nombreux, un programme excellent ; il ne lui manque que des élèves62 ».

31L’autonomie des établissements n’empêche pas le ministère du Commerce de faire valoir certaines de ses priorités. En 1883, Félix Faure appelle la Chambre des députés à développer les cours d’hygiène dans l’enseignement technique pour renforcer l’action de l’Inspection du travail :

  • 63  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)

« Il est hors de doute qu’en France l’application des lois [relatives au travail et à la santé publique] et de celles qui devront les compléter serait rendue incomparablement plus facile si, dans les programmes des écoles d’arts et métiers, d’où sortent les contremaîtres d’un grand nombre d’usines, de même que dans les cours du Conservatoire, […] on faisait une place à l’enseignement de l’hygiène industrielle63 ».

  • 64  Voir C. Fontanon, A. Grelon (dir.), Les professeurs…, op. cit., p. 57-167.
  • 65  L. Lafferre, Rapport au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juin 1905, n° 2671, p. 1387- (...)
  • 66  A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 150-156.

32S’appuyant sur le rapport rédigé à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 par l’ancien directeur du Creusot, Émile Cheysson, le ministère du Commerce s’efforce de sensibiliser les ingénieurs à leur responsabilité sociale. En 1894, il crée une chaire d’économie sociale au Conservatoire national des arts et métiers, confiée à Paul Beauregard64. Répondant à Alexandre Millerand, qui veut faire entrer les grandes questions économiques et sociales dans les programmes de l’École centrale, celle-ci réforme son enseignement, « estimant à bon droit qu’un ingénieur [n’est] pas seulement un metteur en œuvre de forces mécaniques, mais encore un conducteur d’hommes, à qui rien de ce qui constitue les relations entre les hommes ne devait demeurer étranger65 ».Millerand introduit aussi, par décret du 11 octobre 1899, un « cours de morale et d’éducation civique » dans le programme des écoles d’arts et métiers66.

V. Les écoles supérieures de commerce

33À côté des établissements d’État, qui ont un caractère d’élite, la direction de l’enseignement technique soutient les écoles supérieures de commerce et les écoles pratiques de commerce et d’industrie, déjà évoquées.

  • 67  Sur les débuts de l’enseignement commercial, voir L. Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche…, op. ci (...)
  • 68  Voir Philippe Maffre, « Jacques Siegfried, patron de l’enseignement commercial supérieur », dans R (...)
  • 69  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 75-77. Les professeurs, voire les directeurs (...)

34La première école de commerce est fondée en 1820 à Paris, sur un programme associant enseignement général et cours spécialisés67. En 1863, la chambre de commerce de Paris crée une autre école dans la capitale, avenue Trudaine. En 1866, grâce au don généreux de deux négociants, Jules Siegfried, futur ministre du Commerce, et son frère Jacques, la Société industrielle de Mulhouse crée une école dans cette ville68. Fermée après l’annexion de l’Alsace à l’Allemagne, elle sert de modèle aux établissements du Havre et de Rouen en 1871, de Lyon, Marseille et Lille en 1872, puis de Bordeaux en 187569.

  • 70  Article « Enseignement industriel et commercial », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p (...)
  • 71  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 61.
  • 72  Voir P. Maffre, « Jacques Siegfried… », op. cit., p. 604.

35La création des écoles supérieures de commerce est souvent l’initiative de particuliers. On note la participation de nombreux commerçants à la création d’écoles en province70. En 1871, à Rouen, la fondation de l’École supérieure de commerce s’appuie sur l’action conjointe du conseil municipal, de la chambre de commerce, de la Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de Seine-Inférieure et du Lloyd rouennais71. À Paris, la chambre de commerce joue un rôle important. Elle rachète en 1869 l’école supérieure de commerce, puis crée en 1881 l’École des hautes études commerciales. Cette initiative est soutenue par le ministère du Commerce, qui espère trouver en elle « une véritable faculté de commerce72 ».

  • 73  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 76-77.

36De nombreux négociants souscrivent des actions dans les sociétés anonymes qui gèrent les écoles supérieures de commerce. La situation de celles-ci reste cependant précaire. À Lyon, après des débuts encourageants, le nombre d’élèves, qui atteint 155 pendant l’année scolaire 1875-1876, tombe brusquement à 75 durant l’année 1882-188373. La scolarité est chère. Certaines écoles ne vivent que difficilement. Beaucoup recherchent le soutien du ministère du Commerce pour obtenir de lui une consécration officielle, apte à consolider leur situation. De nombreux commerçants trouvent légitime de faire appel au concours de l’État. Il paraîtrait normal qu’après l’effort consenti par les fondateurs, le ministère du Commerce prenne en charge une partie des frais de fonctionnement. L’administration, désireuse de former des agents consulaires, et le commerce, soucieux de disposer d’employés éduqués aux rudiments de la pratique, ne pourraient que trouver intérêt à cette collaboration.

  • 74  J. Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 11 juillet 1896, n° 20 (...)
  • 75  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)
  • 76  Paul Bourély, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi p (...)

37L’État soutient les écoles en insérant des dispositions favorables à leurs élèves dans les lois sur le recrutement de l’armée. Au début de la Troisième République, la loi du 27 juillet 1872, qui rétablit le principe de l’universalité du service militaire, prévoit des dispenses pour les soutiens de familles, les membres du clergé, etc. Elles bénéficient aussi aux élèves des écoles de commerce, incitant les jeunes gens à s’y inscrire. Mais ces privilèges sont critiqués au nom de l’égalité républicaine. La loi du 15 juillet 1889 prévoit leur suppression, ce qui risque de tarir le recrutement des écoles de commerce en poussant les fils de la bourgeoisie vers l’enseignement général. Les chambres de commerce demandent au ministère du Commerce d’intervenir74. Une solution est finalement trouvée sous la forme d’un statut spécial accordé à l’École des hautes études commerciales et aux écoles supérieures de commerce, qui peuvent être reconnues par l’État : moyennant un droit de regard du ministère du Commerce sur la rédaction des programmes, la nomination des professeurs, la composition des jurys pour le concours d’entrée et de sortie ou encore le nombre d’élèves, ces derniers bénéficient d’un service militaire réduit à une année75. Le 22 juillet 1890, l’École des hautes études commerciales est reconnue par décret. Des mesures similaires bénéficient aux autres écoles supérieures de commerce76.

  • 77  Émile Cheysson publie un Précis d’économie commerciale, Émile Cohendy un Recueil des lois industri (...)
  • 78Procès-verbaux de la commission chargée de faire une enquête sur la situation des ouvriers et de l (...)

38Le ministère du Commerce ne néglige rien pour accroître la notoriété des écoles supérieures de commerce. Georges Paulet, chef du bureau de l’enseignement commercial au ministère, dirige la publication d’un Annuaire de l’enseignement commercial et industriel, qui paraît pour la première année en 1892. Il crée chez Berger-Levrault la « bibliothèque d’enseignement commercial », destinée aux candidats à l’enseignement supérieur commercial, dont il confie les volumes à des auteurs prestigieux, Émile Cheysson, professeur à l’École des mines et à l’École libre des sciences politiques, ou Paul Beauregard, professeur à la faculté de droit77. Les liens entre le ministère du Commerce et l’enseignement commercial s’approfondissent au gré des affinités personnelles. D’anciens ministres, plus rarement des fonctionnaires, participent aux conseils de perfectionnement des écoles, servent d’examinateurs en fin d’année ou encore honorent les banquets d’anciens de leur participation. Ces contacts sont évidemment plus étroits avec les institutions prestigieuses, comme l’École supérieure de commerce de Paris, dont les élèves reçoivent des bourses du ministre du Commerce. Il est un seul point sur lequel les écoles supérieures de commerce n’obtiennent pas satisfaction du gouvernement : l’octroi d’un diplôme à leurs anciens élèves, inconvénient somme toute mineur. Certes, l’absence de diplôme nuit à la réputation des écoles de commerce et contribue à en écarter des candidats de valeur78. Mais l’intérêt premier des diplômes est de permettre l’accès à la fonction publique, ce qui n’est pas le débouché naturel des formations commerciales ou industrielles. De nombreux élèves tournent la difficulté en optant pour un double cursus : deux tiers des élèves de l’École des hautes études commerciales sont aussi inscrits à la faculté de droit.

VI. Les écoles pratiques de commerce et d’industrie

  • 79  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 200-218. Les auteurs notent q (...)

39Les écoles pratiques de commerce et d’industrie sont rattachées au ministère du Commerce mais financées en partie par les collectivités locales, ce qui permet leur développement rapide. Le personnel est rétribué par le ministère du Commerce, qui peut contribuer en outre aux frais de construction et d’installation, jusqu’à concurrence du quart. Seule exception, dans les villes de plus de 150 000 habitants, le traitement des directeurs et des professeurs est pris en charge sur le budget communal, de façon à limiter l’engagement de l’État79.

  • 80  J. Thierry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1899, n° 1144, p. (...)
  • 81  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. (...)

40En 1892, seules 18 écoles de garçons et 3 écoles de filles sont rattachées au Commerce. En 1899, 26 écoles sont passées sous sa tutelle, 14 sont en voie de formation, dont 11 doivent ouvrir à la rentrée de 1899 ou en 190080. En 1914, on dénombre 73 écoles dépendant du Commerce, réparties dans 39 départements81.

  • 82  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9 M 47. Lettre du ministre du Commerce au maire de Marseille, 5 mars (...)
  • 83  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9 M 47. Lettre du ministre du Commerce, 10 décembre 1909.

41Les municipalités décident des fondations. Le ministère approuve les programmes de construction82. Les difficultés viennent surtout du ministère de l’Instruction publique, car les écoles pratiques se substituent généralement à des écoles primaires supérieures, dont elles reprennent les locaux et les élèves83.

  • 84  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 147.
  • 85  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p.  (...)

42Les écoles pratiques sont dotées d’instructions spéciales et de programmes types destinés à les distinguer des écoles primaires supérieures. Les programmes types peuvent être adaptés. Ils distinguent des matières dont la préparation est commune à toutes les écoles pratiques (ajustage, mécanique, tournage, forge) et d’autres propres aux sections spéciales, qui dépendent des particularités locales (ébénisterie, filature, etc.)84. Millerand y introduit les innovations déjà présentes dans les écoles d’arts et métiers. Il développe l’enseignement de l’électricité dans les écoles industrielles, de la sténographie et de la dactylographie dans les écoles de commerce85.

  • 86  Voir A. Prost, Histoire de l’enseignement…, op. cit., p. 309. L’auteur compare la valeur du matéri (...)

43Le succès des écoles pratiques surprend le ministère du Commerce, qui peine à dégager les sommes prévues par le décret du 22 février 1893, qui fixe les conditions du concours de l’État. Les dépenses sont votées par le Parlement sur un crédit destiné aux encouragements à l’enseignement industriel, qui comprend aussi les bourses et subventions aux cours d’enseignement technique. Le nombre des demandes ne permet pas de toutes les satisfaire. Pour honorer les engagements non tenus, une loi du 27 décembre 1912 liquide les sommes dues par le ministère à titre de participation dans les dépenses de construction et d’aménagement des écoles pratiques, pour la somme considérable de 2 450 263 francs. L’importance de ce chiffre traduit l’effort consenti pour équiper les ateliers d’un matériel de qualité86. Ce crédit reste encore inférieur aux demandes. En 1914, le rapporteur du budget du ministère du Commerce à la Chambre note :

  • 87  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. (...)

« On ne peut répondre aux besoins les plus pressants de celles de nos écoles pratiques dont l’outillage est insuffisant, ni maintenir l’outillage des autres au niveau des exigences de la technique moderne87 ».

  • 88  A. Prost, Histoire de l’enseignement…, op. cit., p. 330. L’auteur ajoute, p. 331 : « Le malthusian (...)
  • 89  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)
  • 90  Ministère du Commerce et de l’Industrie, commission permanente des valeurs de douane, Rapport de M (...)

44Les initiatives prises par le ministère du Commerce permettent un développement considérable de l’enseignement technique. Les effectifs des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires s’étoffent si bien qu’ils dépassent, avant la Grande Guerre, ceux de l’enseignement secondaire, qui, au contraire, restent stables88. Certains députés prennent acte de ce succès, qualifiant le ministère du Commerce de « véritable ministère de l’Instruction publique industrielle et commerciale89 ». Il reste cependant beaucoup à accomplir. En 1913, Fernand Chapsal réclame le vote de la loi sur l’enseignement professionnel90. Ce n’est qu’en 1919 que la Chambre des députés reconnaît son caractère de priorité nationale et en confie la responsabilité à un sous-secrétariat d’État à l’Enseignement technique.

Notes

1  Sur les institutions qui débattent alors de l’enseignement technique, voir J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 25 ; S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 98-90 et 122.

2  Cité par F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1247.

3  J.-P. Dumas, « Vous allez faire détester la République ! », op. cit., p. 34-40.

4  V. Viet, Les voltigeurs de la République…, op. cit., t. I, p. 122-132. L’Inspection dénombre 714 écoles de fabriques et cours spéciaux en 1881.

5  Rapport de la commission supérieure du travail des enfants, cité dans Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1888, 45e année, p. 408.

6  Thérèse Charmasson (éd.), L’enseignement technique de la Révolution à nos jours. 1, De la Révolution à 1926 : textes officiels avec introd., notes et annexes, Paris, Institut national de recherche pédagogique, Service d’histoire de l’éducation, 1987, p. 32-34.

7  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 26-29.

8  Voir Jean-Pierre Briand, Jean-Michel Chapoulie, « La IIIe République crée un réseau d’écoles : les débuts de l’enseignement primaire supérieur », dans Revue historique, t. 283/1, 1990, p. 71-107.

9  Voir Antoine Prost, « De l’enquête à la réforme. L’enseignement secondaire des garçons de 1898 à 1902 », dans Histoire de l’éducation, juillet-septembre 2008, n° 119, p. 65-67. Très peu répandu, l’enseignement spécial est remplacé par l’enseignement moderne, qui n’a que peu de succès car il est trop proche du lycée.

10Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1885, 42e année, p. 254-255. Extrait du rapport quinquennal du ministre de l’Instruction publique au président de la République.

11  Cité par Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 309.

12  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 42-44 et 290-292. En 1887, Henri Tresca, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, élabore un projet de loi portant organisation générale de l’enseignement technique. Il prévoit la reconnaissance par l’État de certains établissements privés après approbation de leurs programmes et l’octroi à leurs élèves des diplômes et avantages pour le service militaire et les concours administratifs. Le projet de Tresca n’est pas présenté au Parlement, mais il inspire les dispositions mises en œuvre quelques années plus tard en faveur des écoles supérieures de commerce.

13  Victor Leydet, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 26 mars 1889, n° 3655, p. 13. Ollendorff note : « L’enseignement ouvrier est un enseignement spécial adapté aux besoins infiniment divers des industries, souple et mobile en quelque sorte, changeant avec les régions, modifié du jour au lendemain avec les transformations de l’industrie et de la science, suivi, encouragé, entouré par l’ingérence et l’immixtion du dehors, non pas entre les mains d’une administration toute puissante, mais sous le contrôle permanent d’un conseil de perfectionnement composé des industriels intéressés. » (cité dans Fernand Dubief, L’apprentissage et l’enseignement technique, Paris, V. Giard et E. Brière, 1910, p. 131).

14  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 129. Fernand Dubief parle d’un « régime absurde et compliqué ».

15Idem, p. 132-134. Le personnel des écoles nationales professionnelles est entièrement pris en charge par l’État.

16  Alexandre Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel : son organisation et ses récentes transformations », dans Alfred Croiset, E. Devinat, Julien Boitel et al., Enseignement et démocratie, leçons professées à l’École des hautes études sociales, Paris, F. Alcan, 1905, p. 162. Le programme des écoles professionnelles de la ville de Paris est approuvé par le préfet de la Seine, sous l’autorité du ministre du Commerce.

17  Julien Boitel, « L’enseignement primaire supérieur », dans A. Croiset, E. Devinat, J. Boitel et al., Enseignement et démocratie…, op. cit., p. 97-98. « L’enseignement primaire supérieur se reconnaît du premier coup à son caractère franchement pratique et utilitaire : en ce sens général, il est professionnel. Mais il n’en reste pas moins un enseignement véritable, il ne se confond pas avec l’apprentissage. C’est une école, ce n’est pas un atelier ; il s’y trouve des élèves et non des apprentis. Nous y continuerons l’œuvre d’éducation commencée à l’école primaire. Même pour l’ouvrier (ne faut-il pas dire : surtout pour l’ouvrier ?) ce n’est pas un luxe déplacé que cette culture de l’esprit qui forme le jugement, le cœur, la volonté, le caractère, c’est-à-dire les forces dont, plus que personne, il a besoin dans le combat de l’existence ».

18Journal officiel… [lois et décrets], 30 juillet 1909, p. 8234. Nouvelle rédaction des articles 36 et 38 du décret organique du 18 janvier 1887 prévue par le décret du 26 juillet 1909 sur l’organisation des écoles primaires supérieures.

19  Voir A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 169-170.

20  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. 137-141. L’installation est « purement provisoire », les bourses d’entretien promises aux élèves ne sont pas versées faute de crédits. Quant à la commission pédagogique, elle ne se réunit que « très irrégulièrement », contrairement à ce que prescrit le règlement qui l’a instituée.

21  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p. 37.

22  Voir J.-M. Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre… », op. cit., p. 28.

23  Placide Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 4 juillet 1903, n° 1204, p. 58‑63.

24  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 59.

25  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 351 ; F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 27-29.

26  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 61.

27  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 31.

28Idem, p. 36.

29  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 26 et 35-67. ; Danièle Fraboulet, « Le patronat de la métallurgie et l’État, 1901-1945 », dans J. Garrigues (dir.), Les groupes de pression…, op. cit., p. 193-206 ; S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 205-206. En 1910, la chambre de commerce de Dunkerque s’oppose aux cours en prétextant qu’ils désorganiseraient la journée de travail des ouvriers.

30  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 62. Deux décrets du 24 octobre 1911 instituent, pour l’un, des comités départementaux et cantonaux de l’enseignement technique, pour l’autre, un certificat de capacité professorale. Ils sont aussi inspirés par E. Labbé, inspecteur général de l’enseignement technique.

31  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et de la Marine marchande, direction des Études techniques, Rapport général…, op. cit., vol. 3, p. 83-84.

32  Voir C. Fontanon, « Le Conservatoire national… », op. cit., p. 288.

33  T. Charmasson (éd.), L’enseignement technique…, op. cit., p. 26-31. La création d’un conseil supérieur de l’enseignement technique est proposée par la commission de l’enseignement professionnel qui siège auprès du ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics entre 1863 et 1865.

34  L. Dautresme, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 26 juin 1882, n° 1042, p. 17. Le Conseil supérieur de l’enseignement technique estime de façon inexacte le montant des travaux nécessaires à la transformation des bâtiments de la fonderie de canons de Nevers en école professionnelle, ce qui produit des difficultés. L’estimation d’origine évalue à 500 000 francs les travaux à réaliser. Cette somme sert à la rédaction du projet de loi décidant la création de l’école. Mais, en juin 1881, quelques semaines après le vote de la loi, l’administration s’aperçoit que la dégradation des bâtiments par l’administration de la Marine, qui en était affectataire, puis par les Domaines, rend nécessaire un investissement d’au moins 1,4 million de francs.

35  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 61.

36  Voir sa notice nécrologique dans Georges Paulet (dir.), Annuaire de l’enseignement commercial et industriel, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1892, p. 263-266.

37  Voir Arch. nat., ADXIX D 199. Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Conseil supérieur de l’enseignement technique, Session de mars 1901, op. cit.

38  Voir, par exemple, S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 146-147 et 186. L’auteur présente la carrière d’Edmond Labbé qui, après avoir été inspecteur départemental, est nommé en 1908 inspecteur général de l’enseignement technique.

39  Voir C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 33-36.

40Idem, p. 24-29.

41Idem, p. 116-125.

42  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 57.

43  Sur toutes ces questions, voir C. Fontanon, « Le Conservatoire national… », op. cit., p. 275-304.

44  Chiffres donnés dans G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670.

45  Alexandre Millerand, Travail et travailleurs, Paris, E. Fasquelle, 1908, p. 254.

46  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 7-28.

47  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670. Durant l’hiver 1904-1905, ont été ainsi données des conférences sur les alliages métalliques par Léon Guillet, la sculpture ornementale par Lucien Magne, les canots automobiles, l’épuration des eaux potables par l’ozone, l’exposition de Saint-Louis ou encore le travail aux États-Unis.

48  Le directeur, le sous-directeur, le directeur des études et les professeurs de sciences industrielles sont nommés par le président de la République. Les professeurs de sciences générales, l’agent comptable, les répétiteurs, préparateurs et chefs de travaux sont nommés par le ministre du Commerce.

49  L. Guillet, Cent ans…, op. cit., p. 21-24. Léon Guillet cite le cas de Deligny, centralien de la promotion 1842, qui, en 1878, rapporte le projet de transfert de l’École au conseil municipal de Paris, et de Reymond, centralien de la promotion de 1852, qui, en 1883, intervient à la Chambre des députés pour obtenir une augmentation du crédit consacré par la Chambre à ce projet. La dépense, supérieure à huit millions de francs, dont plus de cinq millions pris en charge directement par l’État, est considérable.

50  Voir J.-Y. Dupont, « Laboratoires et sciences de l’ingénieur », dans J.-F. Belhoste (dir.), Le Paris des centraliens…, op. cit., p. 49-53. La création d’une chaire d’électricité industrielle, en 1894, s’accompagne de l’ouverture d’un laboratoire, étendu en 1901. Mais il faut attendre Léon Guillet, centralien éminent, directeur de 1923 à 1944, pour qu’une réforme complète des méthodes d’enseignement soit entreprise et que les visites d’usine et le travail en laboratoire soient développés.

51  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1251.

52  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 111-135.

53  S. Lembré, L’école des producteurs…, op. cit., p. 117-119 et 170-172. L’État décide de hâter les travaux après l’ouverture en 1898 à Lille d’une école catholique d’arts et métiers, rebaptisée, à sa demande, Institut catholique d’arts et métiers.

54  J. Thierry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1899, n° 1144, p. 120. Conformément aux accords qui ont précédé la loi du 21 juillet 1891, l’État prend à sa charge les frais de réparation des bâtiments.

55  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1903, n° 1204, p. 85.

56  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 114.

57  A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 158.

58  Louis Lafferre, Rapport au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant fixation du budget général de l’exercice 1906 (budget annexe de l’École centrale des arts et manufactures), 13 juin 1905, n° 2671, dans Documents parlementaires, Chambre, 1906, p. 1387-1388.

59  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 162-167. L’octroi d’un diplôme est demandé par le président de la Société des anciens élèves, Ernest Pantz, dès 1902.

60  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 octobre 1887, n° 2038, p. 175.

61  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1265. La création de l’école de Dellys est soutenue par le ministre de l’Agriculture et du Commerce, Victor Lefranc, qui fait voter le 18 novembre 1876 un amendement à son sujet. L’école est placée sous la responsabilité du gouvernement général de l’Algérie. Mais son installation dans un bâtiment en mitoyenneté d’un cimetière, « cause d’insalubrité et d’infection » et ses bâtiments inadaptés, ainsi que « des négligences fâcheuses dans la surveillance et dans l’administration de l’école » aboutissent à des « mutineries ». Un rapport rédigé par l’inspecteur général de l’enseignement technique du ministère du Commerce, Jacquemart, propose un plan de réorganisation, un nouveau règlement et conclut à la nécessité de nouvelles constructions, notamment de dortoirs.

62  Lucien Dautresme, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 24 juillet 1884, n° 3033, p. 10.

63  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1252.

64  Voir C. Fontanon, A. Grelon (dir.), Les professeurs…, op. cit., p. 57-167.

65  L. Lafferre, Rapport au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juin 1905, n° 2671, p. 1387-1388.

66  A. Millerand, « L’enseignement technique ou professionnel… », op. cit., p. 150-156.

67  Sur les débuts de l’enseignement commercial, voir L. Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche…, op. cit., p. 347-359. L’École supérieure de commerce de Paris ne prend ce nom et ce caractère que dans les décennies qui suivent sa création. Elle rencontre de nombreuses difficultés et doit être réorganisée après 1848 par l’un de ses professeurs les plus éminents, Adolphe Blanqui, célèbre économiste, député, membre de l’Institut. À la fin du Second Empire, elle est dans une situation précaire qui justifie son rachat par la chambre de commerce.

68  Voir Philippe Maffre, « Jacques Siegfried, patron de l’enseignement commercial supérieur », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 35, octobre-décembre 1985, p. 600.

69  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 75-77. Les professeurs, voire les directeurs de ces écoles, sont généralement d’anciens professeurs ou d’anciens élèves de l’école de Mulhouse.

70  Article « Enseignement industriel et commercial », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p. 97.

71  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 61.

72  Voir P. Maffre, « Jacques Siegfried… », op. cit., p. 604.

73  E. Léautey, L’enseignement commercial…, op. cit., p. 76-77.

74  J. Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 11 juillet 1896, n° 2043, p. 69. Soucieux de dynamiser le commerce extérieur, Jules Charles-Roux s’émeut de la loi de 1889, dont une conséquence indirecte pourrait être la diminution du nombre d’expatriations, déjà faible, ou encore une incitation à renoncer à leur nationalité pour les jeunes Français nés à l’étranger, dans le but d’échapper au service militaire. Charles-Roux relaie les protestations des chambres de commerce, notamment celle de Lyon, qui compare la lutte par les armes et la lutte « sur cet autre champ de bataille des intérêts économiques ». Les dispositions très libérales existant en Allemagne ou en Autriche pour l’atténuation des services en temps de paix ne peuvent jouer qu’en faveur de ces pays.

75  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 2. Le ministère du Commerce intervient directement dans le choix des matières enseignées. Il introduit notamment des coefficients aux examens (voir Philippe Maffre, « La comptabilité dans les écoles supérieures de commerce », dans Revue historique, t. 276/1, 1986, p. 135).

76  Paul Bourély, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 11 juillet 1907, n° 1239, p. 6. Le régime des écoles de commerce doit être à nouveau modifié en 1906, à la suite de la loi de 1905 qui réduit la durée de service de cinq à deux ans et supprime les dispenses. Les conditions de reconnaissance des écoles de commerce par l’État sont fixées par décrets du 30 avril 1906 et du 3 septembre 1910 (voir notamment P. Lacombrade, La chambre de commerce…, op. cit., p. 272).

77  Émile Cheysson publie un Précis d’économie commerciale, Émile Cohendy un Recueil des lois industrielles et un Précis des lois industrielles, Paul Beauregard un ouvrage sur La colonisation et ses rapports avec le commerce. La plupart des autres auteurs enseignent ou sont examinateurs à l’École des hautes études commerciales.

78Procès-verbaux de la commission chargée de faire une enquête sur la situation des ouvriers et de l’agriculture en France et de présenter un premier rapport sur la crise industrielle à Paris, [Paris], [1884], p. 336. R. Leroy, vice-président de l’Union amicale des anciens élèves de l’École supérieure de commerce, indique : « Actuellement, on ne fait entrer dans [les écoles supérieures de commerce] que les fruits secs des autres écoles et du baccalauréat ; sans doute il y a des exceptions, mais elles sont trop rares. Que les diplômes délivrés par l’État à la sortie des cours donnent le droit d’entrer dans les consulats, dans les ministères, et nous aurons des élèves beaucoup plus distingués qui nous donneront [de meilleurs résultats] ».

79  J.-P. Briand, J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple…, op. cit., p. 200-218. Les auteurs notent que le soutien du ministère du Commerce aux écoles pratiques, fixé par un décret du 22 février 1893, est plus généreux que celui offert par le ministère de l’Instruction publique aux écoles primaires supérieures, ce qui incite les communes à opter pour un établissement technique.

80  J. Thierry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 4 juillet 1899, n° 1144, p. 124.

81  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. 127.

82  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9 M 47. Lettre du ministre du Commerce au maire de Marseille, 5 mars 1900. Par arrêté du 23 octobre 1899, le ministre du Commerce approuve la création d’une école pratique d’industrie, demandée par la ville de Marseille. Le programme est rédigé par la ville puis examiné par le ministre du Commerce. En 1900, il fait parvenir ses observations et demande la construction d’une bibliothèque et une augmentation des surfaces prévues pour les ateliers.

83  Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 9 M 47. Lettre du ministre du Commerce, 10 décembre 1909.

84  F. Dubief, L’apprentissage…, op. cit., p. 147.

85  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p. 36-37.

86  Voir A. Prost, Histoire de l’enseignement…, op. cit., p. 309. L’auteur compare la valeur du matériel au nombre d’élèves dans une école pratique de commerce et d’industrie et dans une école primaire supérieure. L’investissement en matériel est plus de vingt fois plus important dans une école pratique.

87  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. 153.

88  A. Prost, Histoire de l’enseignement…, op. cit., p. 330. L’auteur ajoute, p. 331 : « Le malthusianisme de l’enseignement secondaire est une véritable politique, de 1880 à 1930 ».

89  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 3.

90  Ministère du Commerce et de l’Industrie, commission permanente des valeurs de douane, Rapport de M. F. Chapsal…, op. cit., p. 113. « Les destinées économiques de notre pays sont […] liées à la réforme de l’éducation professionnelle et des institutions d’apprentissage et il serait très désirable qu’une solution intervînt sur ce point ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search