Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Deuxième partie. L’action économique

Chapitre VI. L’information commerciale et les expositions

Texte intégral

1Préoccupé de la part de plus en plus grande prise par la Grande-Bretagne et l’Allemagne dans le commerce mondial, le ministère du Commerce lance de nombreuses initiatives pour défendre les produits français à l’étranger.

2Il soutient les expositions, facteur d’émulation, qui permettent de récompenser le mérite et définissent des hiérarchies utiles aux citoyens. Les Expositions universelles de 1889 et 1900, auxquelles il consacre de grands moyens, atteignent un faste et une ampleur inusités. Elles montrent l’intérêt de la République pour le commerce et l’industrie, dont elles célèbrent les réalisations, tout en les révélant en France et dans le monde entier.

3Le ministère du Commerce s’efforce aussi d’aider les industriels à trouver des débouchés à l’exportation. Il favorise la circulation de l’information commerciale, afin de faire connaître les règles qui régissent les marchés extérieurs.

I. L’information commerciale

  • 1  Arch. nat., F12 7636 1, dossier Renard. Le premier chef du bureau des renseignements est un spécia (...)
  • 2  Laurence Badel, Diplomatie et grands contrats : l’État français et les marchés extérieurs au xxe s (...)
  • 3  Article « Consulats-consuls », dans Alfred Blanche, Théodore Ymbert, Dictionnaire général d’admini (...)

4Dès la crise de 1883, le ministère du Commerce se préoccupe d’aider les industriels qui peinent à exporter leurs produits. Charles Hérisson, ministre en 1883 et 1884, crée un bureau des renseignements commerciaux, directement rattaché à son cabinet et dirigé par un spécialiste extérieur à l’administration centrale1. Ce bureau s’appuie sur les consuls, qui participent, dans les ports maritimes, à la police de la marine marchande et ont d’importantes responsabilités économiques. Les consuls fournissent au gouvernement des renseignements sur la situation du pays dans lequel ils se trouvent et les possibilités de développement commercial2. Traditionnellement beaucoup plus proches de la communauté française que l’ambassadeur, qui doit veiller à ne pas nuire aux intérêts supérieurs de la diplomatie, ils sont en relation fréquente avec les commerçants à l’occasion de la venue de marchandises ou de l’arrivée de navires3. De ce fait, ils détiennent des renseignements inestimables sur les possibilités de développement des marchés locaux. Charles Hérisson souhaite étendre leur mission afin d’en faire des intermédiaires entre industriels et acheteurs, assumant un rôle proche de celui des agents commerciaux, sans cependant prendre part à la conclusion des transactions.

  • 4  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)
  • 5  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)
  • 6Journal officiel…, mars 1898, Débats, Sénat, p. 216, séance du 1er mars 1898.

5En province, l’initiative du ministère est relayée par les chambres de commerce, qui sont incitées à organiser des musées commerciaux. Ces derniers bénéficient d’une subvention d’environ 15 000 francs octroyée par l’administration. Ils sont appréciés par les industriels car ils rassemblent des échantillons qui permettent de suivre les évolutions du goût à l’étranger et de reproduire avec l’acuité et la fidélité nécessaires les produits à succès. Dans la capitale, il est prévu la création d’un musée consulaire destiné à recevoir les échantillons envoyés au ministère du Commerce4. Mais, alors que 21 musées existent en 19005, le musée d’échantillons aménagé à Paris dans les bâtiments de l’Exposition universelle de 1889 ne rend pas de « grands services parce que les échantillons vont s’entasser dans des vitrines très rarement ouvertes et plus ou moins accessibles au public6 ».

6Les difficultés des musées commerciaux incitent le ministère du Commerce à innover en créant un organe d’un type nouveau, l’Office du commerce extérieur. Tel que défini à l’article 2 de la loi du 4 mars 1898 :

  • 7Journal officiel…, 7 mars 1898, p. 1375.

« l’Office a pour mission de fournir aux industriels et négociants français les renseignements commerciaux de toute nature pouvant concourir au développement du commerce extérieur et à l’extension de ses débouchés dans les pays étrangers, les colonies françaises et les pays de protectorat7 ».

  • 8Journal officiel…, mars 1898, Débats, Sénat, p. 218, séance du 1er mars 1898.

7L’Office s’inspire officiellement de la Grande-Bretagne, où, « sur l’initiative du Foreign Office et du Board of Trade, une commission a été nommée [où figurent] des industriels, des commerçants et des représentants de la Trésorerie et du Colonial Office. Elle est chargée de rechercher les moyens de donner aux Anglais des renseignements prompts et précis sur les besoins des pays étrangers8 ». Ayant le statut d’établissement public, l’Office a la possibilité de correspondre directement avec les agents diplomatiques ou consulaires ainsi qu’avec les chambres de commerce et les chambres consultatives des arts et manufactures.

  • 9  Voir P. Lacombrade, La chambre de commerce…, op. cit., p. 61-62 et 258-259. La création de l’Offic (...)
  • 10  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p.  (...)

8Grâce au soutien de la chambre de commerce de Paris, l’Office dispose d’un immeuble, 3, rue Feydeau, à Paris, et de crédits qu’elle met à sa disposition en prélevant des centimes additionnels sur les patentes9. Son conseil d’administration réunit des représentants des différents ministères intéressés, Finances, Affaires étrangères, Agriculture et Colonies. Son comité de direction est présidé par le président de la chambre de commerce de Paris et comprend majoritairement des membres des corps consulaires. Sa gestion est confiée non à des fonctionnaires mais à des commerçants, et son recrutement se fait, malgré certaines critiques, parmi les anciens élèves diplômés des écoles supérieures de commerce10.

  • 11Journal officiel…, 27 février 1898, Débats, Sénat, p. 212, séance du 26 février 1898.

9Le projet d’Office fait l’objet de vives discussions. Robert Waddington, industriel du textile, relaie au Sénat l’opinion négative de certaines chambres de commerce. Il s’interroge sur la pertinence des informations qui seront collectées et sur la responsabilité du nouvel organisme dans la politique commerciale de la France. Comme de nombreux industriels, il craint que l’Office, dont le conseil d’administration est composé principalement de commerçants, se mette au seul service du libre-échange. Waddington s’élève aussi contre le risque de centralisation des affaires à Paris, rappelant les protestations des chambres de commerce de Lille et de Rouen, deux centres textiles importants, contre la prééminence que semble donner le gouvernement au corps consulaire parisien11. Pour lui, l’information commerciale doit rester le propre des commerçants et des réseaux locaux, groupés autour des chambres de commerce. Il n’appartient pas à l’État d’intervenir dans ce circuit. Le ministre du Commerce répond à cette critique en faisant valoir qu’une juste application du principe d’égalité demande un accès de tous à l’information commerciale. Il est normal que l’Office, destiné au grand commerce d’exportation, soit implanté à Paris, près du siège des grandes banques et des grandes sociétés, position qui lui offre de surcroît une certaine indépendance vis-à-vis des intérêts locaux.

  • 12  Arch. nat., AD XIX D 158. Annales du commerce extérieur : situation commerciale de la France, fasc (...)
  • 13  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. (...)
  • 14  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)
  • 15  P. Clerget, Manuel d’économie commerciale…, op. cit., p. 347.
  • 16  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 75.

10En complément de l’Office, le ministère du Commerce crée plusieurs bulletins destinés à la diffusion des renseignements commerciaux. Leur rédaction incombe à la direction du commerce extérieur. Elle exploite les informations contenues dans les rapports consulaires et se charge de la sélection des nouvelles pertinentes et de leur présentation. Les Annales du commerce extérieur publient la traduction officielle des actes diplomatiques. Leur consultation est utile aux exportateurs français qui veulent s’assurer que les douanes étrangères leur appliquent le tarif le plus avantageux. Les Annales impriment chaque année des séries statistiques établies par la commission permanente des valeurs de douane, la Situation commerciale de la France. Celle-ci permet de se faire une idée de l’évolution du mouvement des échanges de la France, de connaître les pays avec lesquels ils se développent et de deviner leurs besoins12. Le Moniteur officiel du commerce publie les rapports commerciaux des agents diplomatiques et consulaires, ainsi que des informations utiles aux exportateurs. Le ministère du Commerce rédige les parties relatives à la législation française et étrangère, aux règlements administratifs, aux rapports et dépêches des agents diplomatiques et consulaires. La rédaction des autres rubriques est à la charge de l’Office national du commerce extérieur, qui communique les épreuves au ministère avant tirage13. Les 900 exemplaires que souscrit le ministère pour assurer la diffusion gratuite aux administrations ainsi qu’aux chambres de commerce en France et à l’étranger en font un organe de propagande important14. De nombreuses voix s’élèvent cependant pour critiquer le Moniteur. Pierre Clerget, professeur à l’École supérieure de commerce de Lyon, note le nombre très limité d’abonnés, 868 en 1906, alors qu’il souligne l’utilité des publications de l’Office, que ce soient les monographies industrielles et commerciales sur des thèmes variés (la question des emballages ; le recouvrement des créances commerciales à l’étranger et aux colonies ; la publicité à l’étranger, etc.), les notices commerciales (listes de négociants, usages commerciaux, formalités douanières, etc.) ou encore les dossiers commerciaux15. Cette critique est reprise en 1910 par le ministre du Commerce, Jean Cruppi16.

II. Un réseau à l’étranger

  • 17  Bruno Ricard, « L’État et l’expansion commerciale de la France : l’information économique extérieu (...)
  • 18  Voir Christiane Demeulenaere, « Voyager pour conquérir de nouveaux marchés : les missions commerci (...)
  • 19  J. Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 11 juillet 1896, n° 20 (...)
  • 20  Arch. nat., AD XIX D 160. Marine marchande, enquête des agents diplomatiques, 1897.
  • 21  Jean-Philippe Dumas, « Photographie et expansion commerciale : la mission Wiener au Brésil (1895-1 (...)

11Pour compléter ses services de renseignement, le ministère du Commerce encourage les missions commerciales, qui permettent de collecter des informations de première main sur les besoins des pays étrangers. Dès la première moitié du xixsiècle, il leur apporte son soutien, au même titre que l’Instruction publique, qui s’intéresse, pour des raisons scientifiques, aux explorations17. Il accueille les voyageurs dans ses locaux, leur fournit des renseignements et parfois les aide financièrement18. L’intérêt des missions diligentées par l’administration est cependant contesté, notamment en 1896 par Jules Charles-Roux, négociant et homme politique marseillais19. Le ministère s’efforce de répondre à cette critique. Il essaie de remplacer les missions ponctuelles, souvent à l’initiative de particuliers, par un travail systématique permettant de recueillir des données précises, immédiatement utilisables. Le 23 décembre 1896, le ministre du Commerce, Henry Boucher, demande à son collègue des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, la réalisation d’une grande enquête auprès du personnel diplomatique et consulaire sur les usages commerciaux intéressant la marine marchande. Ce travail est publié en 1897 par les Annales du commerce extérieur en dix fascicules20. À la même époque, la mission d’un consul général de France, Wiener, favorise la création d’une banque française au Brésil21. Mais une démarche systématique n’est possible que si l’administration dispose d’une organisation permanente pour la mettre en œuvre et, autant que possible, d’un personnel spécialisé.

  • 22  Jean Baillou (dir.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. II, 1870-1980, (...)
  • 23  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867 (...)

12C’est pour répondre à ce besoin qu’est envisagée la nomination d’attachés commerciaux à l’étranger. En 1883, la commission extraparlementaire des consulats réunie par le ministre des Affaires étrangères, Challemel-Lacour, demande la création de tels postes auprès des ambassades. En 1891, un rapport de Gaston Cadoux souligne leur efficacité en Angleterre et en Allemagne22. En 1900, un projet légèrement différent, fondé sur l’initiative privée, est formulé. Il est question de créer des agents commerciaux à l’étranger « indépendants de toute action gouvernementale, mais pour le choix desquels les représentants diplomatiques et consulaires de la France pourraient être appelés à prêter leur concours ». Ce projet est présenté par une association privée, l’Agence du commerce français, qui suggère de créer un réseau chargé de la distribution de produits français en gros ou demi-gros. La proposition est finalement écartée au profit d’un rattachement des consuls au ministère du Commerce, lui aussi ajourné, après des hésitations23.

  • 24  J. Baillou (dir.), Les Affaires étrangères…, op. cit., p. 262. Le décret du 3 novembre 1906 crée u (...)

13Ces projets ont les mêmes objectifs : fournir des renseignements pratiques aux commerçants et aux industriels ; offrir une caution officielle à des représentants de la France à l’étranger ; permettre un développement rapide et généralisé d’un réseau sans engager exagérément les finances de l’État ; intéresser, enfin, le ministère du Commerce sans désorganiser le fonctionnement des Affaires étrangères. Après bien des tergiversations, un compromis est trouvé. Le ministère du Commerce constitue un réseau de correspondants bénévoles, les conseillers du commerce extérieur, tandis que les Affaires étrangères, sur le modèle britannique et allemand, créent en 1906 six postes d’attachés commerciaux spécialement destinés aux questions commerciales, mesure mise en œuvre en 190824. Plus que le consul, qui est un intermédiaire ponctuel, l’attaché commercial a vocation à traiter des intérêts français au plus haut niveau en usant de ses contacts diplomatiques pour imaginer des combinaisons qui servent les intérêts commerciaux de la France.

  • 25  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 78.

« Après avoir visité, en stratégiste habile, les marchés qui dépendent de sa mission et qu’il s’agit de conquérir, [l’attaché commercial] retourne aussitôt en France, parcourt les provinces, fait des conférences, gourmande la mollesse des commerçants et des industriels, indique avec les plus grands détails les procédés de vente qui assureront la victoire à un de nos produits dans telle ou telle région25 ».

  • 26  Laurence Badel, « Diplomatie et entreprises en France au xxsiècle », Les cahiers Irice, 2009/1, (...)
  • 27  R. Péret, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 12 juillet 1911, n° 1248, p.  (...)
  • 28  Ministère du Commerce et de l’Industrie, commission permanente des valeurs de douane, Rapport de M (...)
  • 29  Voir, par exemple, P. Clerget, Manuel d’économie commerciale…, op. cit.

14Les initiatives des attachés commerciaux sont généralement bien accueillies26. En 1909, deux d’entre eux font une tournée en France pour renseigner sur les particularités du marché ottoman, poussant à l’installation de succursales de grands magasins français à Constantinople. En 1910, ils organisent une « caravane commerciale et militaire ottomane » destinée à renforcer les liens entre les deux pays27. En 1912, le président de la commission permanente des valeurs de douane, Fernand Chapsal, note dans son rapport l’intérêt des travaux des attachés commerciaux28. Leurs propositions sont généralement appréciées par les spécialistes, qui demandent aussi une modernisation des techniques commerciales, sur le modèle des États-Unis, grâce à l’étude des marchés, à la publicité et au perfectionnement des méthodes de vente29.

15La création des attachés commerciaux s’accompagne de l’autorisation donnée au ministère du Commerce de correspondre directement avec les consuls. La correspondance directe, possible à la fin de l’Ancien Régime, sous le Premier Empire puis la Restauration, est ensuite proscrite, obligeant le ministre du Commerce à passer par le ministre des Affaires étrangères. Son rétablissement s’accompagne du développement des fonctions consulaires en métropole.

  • 30  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 78.
  • 31  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 71-72.
  • 32Idem, p. 72-73.

16Les conseillers du commerce extérieur sont des particuliers investis par le ministre du Commerce de fonctions bénévoles. Leur sélection, imparfaite, donne lieu d’emblée à de nombreuses critiques. Peu de temps après leur création, Cruppi s’en prend à cette « armée trop nombreuse et assez hétéroclite, où des hommes de valeur et de dévouement étaient exposés, il faut bien le dire, à de médiocres voisinages ». Le ministère est contraint de « pratiquer des coupes sombres dans cette légion un peu trop touffue30 ». En 1911, le ministre du Commerce, Massé, propose de limiter leur nombre à 1 000 en métropole et d’imposer le renouvellement périodique des effectifs. C’est ce qu’il décide par décret du 4 novembre 1913, « limitant à trois périodes de cinq années au maximum la durée des fonctions des conseillers du commerce extérieur habitant la France31 ». Ceux qui ont accompli avec distinction leurs mandats peuvent devenir conseillers honoraires. Le décret prévoit également « que ceux d’entre eux qui auraient encouru des condamnations pour fraudes commerciales ou alimentaires ou pour infraction aux lois de douane ou des contributions indirectes seraient considérés comme démissionnaires ou rayés des listes des conseillers32 ».

  • 33  Joël Dubos, André Lebon, un homme d’affaires en République, 1859-1938, Rennes, Presses universitai (...)
  • 34  R. Péret, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 12 juillet 1911, n° 1248, p.  (...)

17L’organisation d’un réseau permanent à l’étranger incite à réformer les institutions en France. De nombreux projets sont évoqués. En 1903, la Fédération des industriels et commerçants français émet l’idée d’une bourse du commerce extérieur, « sorte de palais du commerce extérieur qui doit permettre de réunir exportateurs, importateurs, fabricants, courtiers d’assurances, agents de transport et de contacter tous ces intermédiaires en une seule journée33 ». Une réforme de l’Office du commerce extérieur est envisagée. Un projet est discuté en 1905. La Chambre des députés souligne que « les commerçants se plaignent [que l’Office] ne fournisse pas avec une rapidité suffisante les renseignements qui lui sont demandés34 ». En 1910, l’organisation de l’Office est modifiée, sous l’impulsion de son directeur, Émile Mercier, et de son comité de direction. L’Office se consacre désormais à la fourniture d’informations précises sur les produits. En outre, il contribue en priorité à l’établissement de relations directes entre commerçants susceptibles de faire affaires, sans passer par l’entremise de rapports généraux à prétention économique :

  • 35  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. (...)

« L’Office s’efforce surtout de maintenir son action sur un terrain pratique ; il a pour objectif de fournir aux exportateurs des indications immédiatement utilisables, comme par exemple la désignation d’agents, de représentants ou voyageurs. Parallèlement, il met ces derniers en relation d’affaires avec les négociants désireux de s’introduire dans le pays où ils résident. D’autre part, un important service relatif aux adjudications et appels d’offres à l’étranger permet à nos nationaux de soumissionner en temps utile et en toute connaissance de cause. L’Office publie des dossiers commerciaux, des monographies et des notices générales ; […] il publie en outre une feuille d’informations et de renseignements distribuée gratuitement35 ».

III. Les expositions

18La promotion de l’industrie et du commerce français s’appuie aussi sur l’organisation des Expositions universelles et le soutien aux expositions commerciales en France.

19

Inauguration de l’Exposition universelle de 1900

Inauguration de l’Exposition universelle de 1900

Le président de la République, Émile Loubet, est entouré d’Alexandre Millerand, ministre du Commerce et de l’Industrie, d’Alfred Picard, président de section au Conseil d’État, commissaire général de l’Exposition universelle, et de Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil, au premier plan. Alfred Picard est un personnage considérable. Il préside la commission permanente des valeurs de douane qui siège au ministère du Commerce et réunit une centaine de notabilités du monde économique.

L’Illustration, 21 avril 1900. Cliché MAEDI, Archives, A050333.

  • 36  Madeleine Rebérioux, « Au tournant des expos : 1889 », dans Le mouvement social, octobre-décembre  (...)

20À Paris, des expositions industrielles quinquennales et nationales sont organisées depuis le début du xixsiècle. L’exposition de 1855 reçoit un développement sans précédent, par la variété des thèmes abordés, l’étendue chronologique et l’ouverture aux exposants étrangers. L’année 1855 marque une double rupture, par rapport aux expositions antérieures, mais aussi aux expositions anglaises, dont le modèle d’abord copié est ensuite dépassé : le caractère festif l’emporte progressivement sur la simple présentation des produits et des machines ; les considérations politiques dominent les préoccupations purement économiques. Ce mouvement est prolongé et amplifié sous la Troisième République, en 1878, puis en 1889, pour le centenaire de la Révolution française. Les Expositions universelles, destinées à faire connaître les nouveautés au grand public mais aussi à assurer leur renom à l’étranger, prennent alors une importance considérable. En présentant les dernières inventions de l’industrie, elles concrétisent l’idée de progrès ; en unissant les nations, en rassemblant les savants, en mêlant les peuples, elles font naître le rêve d’une humanité unie dans ses buts et pacifiée36.

Bal donné au ministère de l’Agriculture et du Commerce à l’occasion de l’inauguration de l’Exposition universelle de 1878

Bal donné au ministère de l’Agriculture et du Commerce à l’occasion de l’inauguration de l’Exposition universelle de 1878

Le petit hôtel du ministre de l’Agriculture et du Commerce, rue de Varenne, est « métamorphosé et agrandi pour la circonstance ».
« Dans le jardin derrière l’hôtel avait été élevée par M. Pombla une immense salle de bal, avec buffet, orchestre, escalier monumental […]. Les honneurs de la soirée étaient faits par M. et Mme Teisserenc de Bort […]. Un grand dîner avait précédé le bal, qui ne s’est terminé qu’à quatre heures du matin. »
Après 1881, le ministre du Commerce s’installe 25, quai d’Orsay, aujourd’hui quai Anatole France, dans le superbe hôtel Collot, construit par l’architecte Visconti, occupé antérieurement par l’ambassade d’Espagne. Il prend possession seulement en 1887 de l’hôtel du 101, rue de Grenelle, où il reste jusqu’à la fin du xxsiècle.

L’Illustration, 11 mai 1878. Cliché MAEDI, Archives, A050331.

21L’exposition de 1900 marque l’apogée de ce mouvement. Elle s’accompagne cependant d’un sentiment d’essoufflement qui incite à chercher d’autres formes de manifestations. Après 1900, les milieux du commerce et de l’industrie, notamment la chambre de commerce de Paris, font pression sur le gouvernement pour que l’action publique soit plus directement centrée sur la seule promotion du commerce et de l’industrie. Ils font valoir que la présentation des découvertes françaises peut permettre aux industries étrangères de copier facilement les modèles et les procédés. Les industriels défendent les foires d’échantillons, développées en Allemagne, qui mettent directement en contact les acheteurs avec les producteurs, bon moyen de se faire connaître et de conclure des affaires.

  • 37  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670, dan (...)

22Un principe est finalement arrêté : celui d’une forte participation de la France aux expositions internationales à l’étranger. Les expositions sont acceptables si elles constituent « un mode de publicité tout moderne », « une intelligente et habile propagande », non plus une manifestation de l’orgueil national ou une contribution à l’essor des arts et de la science37. Les commerçants veulent assurer eux-mêmes l’organisation des opérations. À Paris, c’est à ce moment qu’est envisagée la création d’un palais des expositions, permettant d’accueillir en permanence des manifestations spécialisées.

  • 38  Jean Lenoble, P.-E. Teisserenc de Bort, gentilhomme limousin, sénateur, ministre, ambassadeur (181 (...)

23L’intérêt des commerçants pour le caractère pratique des expositions est nouveau. Jusqu’en 1900, les Expositions universelles sont d’abord des manifestations politiques, qui montrent la contribution des commerçants au devoir patriotique et, en accueillant des délégations de province, manifestent l’unité de la nation. Le ministre du Commerce contribue à ce projet en organisant de nombreuses cérémonies. Lors de l’exposition de 1878, Teisserenc de Bort offre le 22 mai un dîner en l’honneur de deux notabilités étrangères en visite, le prince Hohenlohe et le comte de Flandres. Le repas est suivi d’une soirée musicale, durant laquelle est représentée une comédie en un acte où jouent Réjane et des artistes du théâtre du Vaudeville, ainsi que des poésies, des airs chantés, notamment un chœur du Nabuchodonosor de Verdi. Le 20 février 1879, une grande fête est offerte au ministre par les principaux membres des comités de l’Exposition universelle, les membres des jurys et les exposants, pour laquelle pas moins de 800 invitations sont lancées38. En 1889, le président du Conseil, Tirard, ministre du Commerce, préside aux nombreuses cérémonies liées à l’exposition. L’hôtel du ministre accueille des dîners privés ou protocolaires, parfois de plusieurs dizaines de personnes. Comme pour les bals officiels, les ministères sont alors aménagés de décors éphémères, destinés à accueillir orchestres ou convives. Des dispositions plus simples sont arrêtées pour l’accueil d’hôtes de marque ou de visiteurs de passage, parfois reçus simplement par le chef de cabinet ou un directeur.

24Les Expositions universelles sont l’occasion de décerner des récompenses ou des décorations, accompagnées de diplômes signés par le ministre, à des industriels ou des particuliers. La loi du 25 juillet 1873, qui limite le nombre de croix de la Légion d’honneur mises à la disposition du gouvernement, le fixant à la moitié des extinctions, est fortement critiquée par les commerçants :

  • 39  Eugène Léautey, L’enseignement commercial et les écoles de commerce en France et dans le monde ent (...)

« Le ministère du Commerce n’obtient chaque année qu’un nombre très limité de croix [de la Légion d’honneur]. Cette sorte d’ostracisme est basée sur une fausse appréciation des choses. Les services d’ordre économique marchent de pair avec les services d’ordre judiciaire ou politique, ou bureaucratique, ou même militaire. Le patriotisme revêt toutes les formes. Créer une industrie, explorer de nouvelles régions, consacrer sa fortune à entretenir des écoles, son temps et ses facultés à améliorer l’instruction de ses semblables, s’en aller au loin planter des jalons aux couleurs nationales, ouvrir des débouchés aux productions du pays natal, ne sont pas les moins bonnes et les moins utiles façons de servir la mère patrie. Il est donc essentiel de récompenser ces services plus largement qu’on ne le fait. On répandrait ainsi une salutaire émulation qui ramènerait les hautes classes au commerce par l’appât des seules distinctions qu’une République peut donner39 ».

  • 40  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)
  • 41  Charles Hérisson, Projet de loi relatif aux récompenses à décerner à l’occasion de l’Exposition in (...)

25Comme le note Félix Faure, les récompenses décernées « au nom du gouvernement de la République constituent toujours un élément d’émulation incontestable, si minime que puisse être leur valeur intrinsèque40 ». C’est pourquoi le Parlement déroge à la règle qu’il s’est fixée en 1873 pour l’Exposition de Vienne, en 1876 pour celle de Philadelphie, en 1878 pour l’Exposition universelle et en 1881 pour les expositions de Melbourne et de Sidney. Un contingent dans l’ordre de la Légion d’honneur est demandé par une loi spéciale après chacune de ces expositions. « [La pratique] se justifie d’autant plus que la plupart de ceux qui ont contribué à assurer le succès de la section française [aux expositions] n’ont d’autre récompense à attendre de leur dévouement et de leurs efforts que les distinctions honorifiques41 ».

  • 42  Toussaint Loua, « Exposition universelle de 1878 », dans Annuaire de l’économie politique et de la (...)
  • 43  Arch. dép. Gers, 8M83. Exposition de 1900, rapport des délégués, attribution de récompenses, 1900- (...)

26Les Expositions universelles ont un intérêt social et éducatif auquel est très attaché le ministère du Commerce. Dès le Second Empire, des entrées gratuites sont délivrées aux ouvriers, aux soldats et aux élèves des écoles. En 1878, sur un total de 950 000 entrées gratuites, environ 500 000 sont données aux ouvriers parisiens, 250 000 aux ouvriers de province et de l’étranger. Surtout, les délégations officielles d’ouvriers augmentent sous la Troisième République. Alors qu’en 1867, on ne compte que 364 ouvriers envoyés par les départements, pour une allocation de 50 francs en moyenne, ils sont 22 000 en 1878 pour une somme moyenne de 120 francs42. Après l’Exposition d’économie sociale, organisée en 1889, la nomination du socialiste Millerand au ministère du Commerce fait de l’exposition de 1900, plus encore que de celles qui l’ont précédée, une fête du travail et de la solidarité. À sa demande, dans chaque département, les préfets réunissent une « commission préfectorale des délégations ouvrières ». Les ouvriers délégués à l’exposition rédigent un rapport de mission destiné à leurs collègues restés dans leur département. Chacun reçoit un diplôme et une médaille décernés par le sous-préfet43.

27L’organisation des expositions universelles parisiennes et, dans une moindre mesure, celle des expositions à l’étranger reposent largement sur le ministère du Commerce. Après les difficultés qui se sont produites pendant l’Exposition universelle de 1855, un modèle d’organisation est établi :

  • 44  Léon Smith, article « Expositions », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p. 932.

« Lorsque l’ouverture d’une exposition est décidée au nom de l’État, le gouvernement forme une commission spéciale divisée en deux sections, l’une pour l’industrie et l’agriculture, l’autre pour les beaux-Arts. Les programmes et les règlements préparés par cette commission sont rendus exécutoires par des décrets et un commissaire général est chargé de diriger les différents services. […] Les étrangers sont représentés par des commissions que nomment les divers gouvernements, et qui pourvoient au transport, à la réception, à l’installation et à la réexpédition des produits de leurs nationaux. La commission de l’exposition ne correspond qu’avec ces commissaires, et non avec les exposants étrangers44 ».

  • 45Ibid.

28Les exposants prennent à leur charge les frais de transport et d’emballage des produits. Le prix et le lieu de vente peuvent figurer sur les objets exposés, à condition qu’ils ne soient pas enlevés avant la fin de la manifestation. Des problèmes spécifiques se posent du fait de la présentation de produits étrangers. L’enceinte des expositions universelles est constituée en entrepôt réel de douanes : les exposants n’ont à acquitter des taxes les concernant que s’ils ne sont pas réexportés à l’issue de l’exposition. « Un jury international est chargé de décerner les récompenses ; les membres sont répartis entre les différentes nations, d’après la proportion des surfaces occupées par les produits de chacune d’elles45. » Alors qu’en 1878 et 1900, le ministre du Commerce est assisté d’un commissaire général, en 1889, il assume seul la responsabilité de l’entreprise : « Le ministre du Commerce relie le titre et les pouvoirs du commissaire général et ne délègue ses pouvoirs aux chefs de services nommés par lui que dans la mesure où il le juge utile à la marche des affaires ».

29L’organisation des expositions universelles est placée sous la tutelle directe de la Chambre des députés, qui vote les crédits nécessaires à leur réalisation et décide par la loi des modalités particulières de leur organisation. L’Exposition universelle de 1889 fait l’objet de trois lois ; celle du 1er août 1885 ouvre un crédit ; celle du 6 juillet 1886, prévoit l’organisation générale ; celle du 23 juin 1888 prévoit la participation du ministère du Commerce, et notamment l’organisation d’une exposition d’hygiène. La date d’ouverture est fixée par un décret du 8 novembre 1884.

30Les expositions parisiennes se distinguent des provinciales par la place importante qu’y prend le gouvernement. Cependant, le Parlement peut voter des crédits spéciaux pour les autres expositions. Il peut aussi accorder des autorisations d’emprunt pour les chambres de commerce ou le bénéfice de l’entrepôt réel des douanes. C’est le cas, par exemple, pour l’exposition internationale de l’automobile, du cycle et des sports qui a lieu à Paris en octobre 1913.

  • 46  Voir notamment Gabriel Galvez-Béhar, La République des inventeurs, propriété et organisation de l’ (...)
  • 47  Arch. nat., F12 4842. Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône au ministre du Commerce, 15 février 18 (...)

31Le ministre du Commerce s’intéresse tout particulièrement aux expositions organisées en province : le préfet lui envoie le programme de celles qui se préparent, puis, après leur fermeture, un rapport détaillé indiquant le nombre des exposants, la nature des objets admis et les prix46. La surveillance préfectorale doit permettre d’éviter que l’État se compromette dans des aventures frauduleuses, comme en 1884 l’exposition internationale industrielle prévue à Marseille, dont l’organisateur « est parti avant la fin de l’exposition laissant une situation obérée » et pour laquelle « il n’y a pas eu de prix décerné47 ».

  • 48  Voir L. Hilaire-Pérez, L’invention technique…, op. cit., p. 80. Le bureau de Commerce organise en (...)
  • 49  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)

32Le ministre alloue des médailles en argent ou en bronze, décernées en son nom à l’issue des expositions, poursuivant une tradition de l’Ancien Régime48. Tandis que la monarchie délivrait chichement ses récompenses, la République se montre généreuse. Les expositions sont l’occasion de distribuer largement des médailles aux municipalités qui en font la demande. Vingt et une médailles d’argent sont données en 1881, vingt-deux en 1882, ainsi qu’une médaille d’or49.

33

Voyage du ministre du Commerce et de l’Industrie, Jean Cruppi, à l’exposition franco-britannique de Londres, 1908

Voyage du ministre du Commerce et de l’Industrie, Jean Cruppi, à l’exposition franco-britannique de Londres, 1908

Le ministre du Commerce et de l’industrie, Jean Cruppi, se rend à Londres pour l’exposition franco-britannique qui célèbre l’Entente cordiale entre les deux nations. Il est photographié en compagnie de l’ambassadeur de France, Paul Cambon, et du prince de Galles, futur George V.

Photographie C. Chusseau-Flaviens. Ministère des Affaires étrangères, collection iconographique. Cliché MAEDI, Archives.

  • 50Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 2, 20 avri (...)

34Le ministre assiste à l’inauguration des expositions les plus importantes, même lorsqu’elles ne sont ni organisées ni subventionnées par l’État50. Ses voyages font l’objet d’une organisation soignée et lui donnent l’occasion de rencontrer les notables locaux. Les 5 et 6 novembre 1882, Pierre Legrand représente le gouvernement à la cérémonie de distribution des récompenses de l’exposition organisée à Bordeaux par la Société philomathique. Il assiste à un banquet à la préfecture, où le préfet donne en son honneur un déjeuner de 150 couverts. Il se rend ensuite à l’hôtel de ville, puis remet les récompenses au grand théâtre de Bordeaux. Alfred Massé reste moins de quatre mois ministre du Commerce en 1911. En pleine session parlementaire, il trouve cependant le temps d’inaugurer l’exposition du nord de la France, à Roubaix.

  • 51  L. Smith, article « Expositions », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p. 933.

35Quand des expositions sont organisées à l’étranger, le gouvernement peut décider d’y envoyer une délégation officielle. En application d’un décret du 30 décembre 1871, il nomme deux commissaires généraux, l’un pour les beaux-arts et l’autre pour l’industrie et l’agriculture, qui ont pour mission de représenter les intérêts de leurs nationaux, de leur répartir les espaces accordés et de pourvoir à l’envoi, à l’arrangement et à la réexpédition des objets exposés. Le travail des commissaires généraux s’appuie sur les chambres de commerce qui, conformément à une circulaire du 24 mai 1872, « reçoivent les déclarations pour les produits industriels […] et choisissent ceux qui paraissent les plus dignes d’être admis51 ».

36Cette procédure est renforcée après l’Exposition universelle de 1889. Un décret du 18 novembre 1889 crée une commission supérieure des expositions internationales. Composée à parité de parlementaires et de fonctionnaires, d’une part, de négociants et d’industriels, d’autre part, elle décide de l’opportunité et des conditions de la participation française aux expositions étrangères. Les délégations peuvent être privées ou publiques. Dans le premier cas, le comité fondé pour assister les industriels désireux de présenter leurs produits peut être subventionné ; dans le second, des crédits sont votés pour permettre le fonctionnement de la délégation publique. Pour des expositions importantes, la construction d’un pavillon spécial permet aux commerçants français d’organiser des réunions et de recevoir. Dans le cas de petites expositions, le commissariat général peut être dévolu à un agent consulaire, responsable notamment de l’accomplissement des formalités administratives nécessaires au transport des objets et des personnes.

  • 52  Arch. nat., F12 7553. Expositions françaises à l’étranger, début du xxe siècle.

37À l’étranger, la participation du ministère est d’importance variée. À Liège, en 1905, le directeur du commerce et de l’industrie, Fernand Chapsal, est commissaire général de la participation française, façon de manifester l’engagement du gouvernement dans ce projet. Les services du ministère du Commerce se font aider par le comité français des expositions à l’étranger, plus spécialement chargé de recruter et d’installer les exposants des groupes de l’industrie et du commerce, tandis qu’eux-mêmes se chargent des groupes qui sont plus particulièrement relatifs au service public, que ceux-ci s’occupent d’art, d’éducation, d’économie sociale ou de sports52.

  • 53  Fernand Chapsal, Exposition universelle et internationale de Bruxelles, conférence […] à la Sociét (...)

38Dans les années qui précèdent immédiatement la Première Guerre mondiale, le goût des commerçants et des industriels pour les expositions ne diminue pas. En 1910, plus de 10 000 exposants français sont présents à l’exposition universelle de Bruxelles. La section française s’y étend sur plus de cinq hectares de constructions entourés de deux hectares et demi de jardins. Toutes les industries y sont représentées. Alors que les mines ont cruellement souffert de l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine en 1871, Fernand Chapsal, à nouveau commissaire de la participation française, note l’intérêt des gisements de minerai de fer découverts dans le bassin de Briey53. Une place de choix est réservée aux vins de Bourgogne, particulièrement appréciés en Flandres depuis le Moyen Âge. L’industrie aéronautique française est présentée dans un salon spécial :

  • 54Idem, p. 24-25.

« La France montrait, pour la première fois, dans une exposition à l’étranger, les efforts admirables que ses savants et ses industriels n’ont cessé de faire pour la conquête de l’air. Cette industrie, encore toute récente, est née en France, et c’est en France qu’elle effectue les progrès les plus marqués, aussi fallait-il lui réserver une place d’honneur attestant notre supériorité incontestable54 ».

  • 55  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 11.
  • 56Idem, p. 16.
  • 57  Voir Chambre de commerce de Paris, Compte rendu…, année 1914, op. cit., p. 24. Le 26 février 1914, (...)
  • 58  R. Fighiéra, Commerce et Postes, op. cit., p. 41.

39En 1911, lorsqu’il détient pour la première fois le portefeuille du Commerce, Alfred Massé conçoit « le plan d’un service des expositions qui grouperait et coordonnerait l’effort de nos exposants, qui aiderait dans leur œuvre les commissaires généraux et constituerait […] une documentation et des archives55 ». Il réalise ce projet en 1913 lors de son retour au ministère. Un décret du 9 mai 1913 crée un Service central des expositions. Un décret du 21 juin organise une commission consultative des expositions, « chargée de déterminer le statut réglementaire des expositions qui, actuellement, n’existe pas, mais qui doit nécessairement compléter le statut légal précisé par la convention de Berlin (de 1912), et principalement fixer, d’une manière définitive, la composition et les cadres des organismes qui concourront au ministère du Commerce à l’organisation des expositions, c’est-à-dire les commissariats généraux ou les délégations officielles56 ». La création d’une commission consultative doit permettre d’éviter une dispersion des efforts, qui épuise les moyens des commerçants et des industriels57. Alfred Massé consacre beaucoup de temps à l’Exposition internationale et universelle de Gand, à laquelle il se rend plusieurs fois. Le 5 mai, il inaugure la section française. Le 27 octobre, il assiste à la distribution solennelle des récompenses, et reçoit intuitu personae un grand prix spécial du jury des mains du roi Albert Ier, dans la grande salle de l’exposition58.

  • 59  Adolphe Démy, Essai historique sur les expositions universelles de Paris, Paris, A. Picard et fils (...)
  • 60  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 25.
  • 61  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et (...)
  • 62  L. Badel, Diplomatie et grands contrats…, op. cit., p. 21-26.
  • 63  Chambre de commerce de Paris, Compte rendu…, année 1913, op. cit., p. 11-12.
  • 64  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et (...)

40Après 1900, le renoncement de l’État aux coûteuses expositions universelles ne le conduit pas à diminuer son engagement en faveur des commerçants et des industriels. Il continue à participer à des expositions, en particulier à l’étranger. Certes, à la veille de la Première Guerre mondiale, l’utilité des expositions est l’objet d’appréciations variées. Certains constatent leur intérêt économique, en examinant les principaux indicateurs disponibles, par exemple la statistique des octrois59. Les profits qu’en tirent quelques industries, notamment le luxe, sont soulignés60. Les médailles décernées aux industriels servent pour la promotion de leurs produits. L’indication de multiples récompenses est un gage, sinon d’excellence, du moins de reconnaissance internationale. Les critiques dénoncent quant à eux une manifestation d’orgueil, une illusion, et insinuent que les expositions permettent surtout aux étrangers de copier les modèles français61. C’est pourquoi les commerçants demandent au ministère du Commerce d’autres formes d’intervention62. En juin 1912, la chambre de commerce de Paris organise, sous le patronage du ministre du Commerce, Fernand David, un congrès national du commerce extérieur, qui est l’occasion de présenter des « cahiers du commerce extérieur », sorte de catalogue qui traite de l’organisation du crédit au commerce d’exportation, de la formation et l’organisation du corps consulaire, de l’amélioration de la représentation commerciale française à l’étranger, etc.63. Différentes combinaisons originales sont suggérées, notamment la création d’une Banque française du commerce extérieur. C’est le projet Jules Strauss, au nom de la commission du commerce extérieur, suivi de près d’une dizaine d’autres, dont un du président du comité des conseillers du commerce extérieur, Jacques Siegfried, et un autre d’Amédée Prince64. Elles manifestent l’intérêt renouvelé des commerçants pour le soutien de l’État au commerce d’exportation.

Notes

1  Arch. nat., F12 7636 1, dossier Renard. Le premier chef du bureau des renseignements est un spécialiste, Léon Renard, qui a fait carrière à la bibliothèque du ministère de la Marine, avant de prendre, en 1881, des fonctions au cabinet du ministre.

2  Laurence Badel, Diplomatie et grands contrats : l’État français et les marchés extérieurs au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 27-31.

3  Article « Consulats-consuls », dans Alfred Blanche, Théodore Ymbert, Dictionnaire général d’administration, Paris, Paul Dupont, 1884, p. 624. Les consuls tiennent registre des mouvements d’entrée et de sortie des navires français dans les ports de leur arrondissement, se font rendre compte des incidents survenus pendant le voyage, s’assurent qu’ils respectent les lois françaises, notamment en matière de douane ou de pêche, et font arrêter les délinquants et les déserteurs qui leur sont signalés. Ils veillent à ce que les navires ne soient pas vendus sans le consentement de leur propriétaire, prennent les mesures nécessaires en cas de naufrage, etc.

4  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1256. Félix Faure propose de créer, plutôt qu’un bureau des renseignements commerciaux, un véritable musée commercial, fonctionnant sous la tutelle d’une commission permanente du commerce extérieur présidée par le ministre du Commerce. Félix Faure pense l’installer au Conservatoire national des arts et métiers car il souhaite qu’il soit placé « au centre du quartier des affaires ». Son projet s’inspire du Musée consulaire belge, inauguré en avril 1883 à partir des collections présentées à l’exposition nationale de 1880, et des musées consulaires de Milan et de Turin, présentés à l’exposition nationale de Milan en 1881. À Turin, les collections d’échantillons complètent celles du Musée industriel royal.

5  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 17.

6Journal officiel…, mars 1898, Débats, Sénat, p. 216, séance du 1er mars 1898.

7Journal officiel…, 7 mars 1898, p. 1375.

8Journal officiel…, mars 1898, Débats, Sénat, p. 218, séance du 1er mars 1898.

9  Voir P. Lacombrade, La chambre de commerce…, op. cit., p. 61-62 et 258-259. La création de l’Office est le résultat d’un compromis entre le ministère du Commerce et la chambre de commerce de Paris, qui ont tous les deux élaboré en parallèle des initiatives concurrentes. Un projet de loi de Boucher, déposé le 4 décembre 1897, suggère la création d’un office national du commerce extérieur destiné à « améliorer et compléter le service de renseignements commerciaux existant déjà dans les bureaux de la direction du commerce ». Ce projet converge avec celui du président de la chambre de commerce, Louis Delaunay-Belleville, qui, dès 1894, se prononce contre la création d’un musée d’échantillons et envisage un office de renseignements commerciaux.

10  P. Astier, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 6 juillet 1901, n° 2638, p. 89-99. L’article 16 de la convention du 14 novembre 1897 prévoit d’ailleurs que « les fonctions remplies à l’Office ne créeront pas droit à une pension de l’État ».

11Journal officiel…, 27 février 1898, Débats, Sénat, p. 212, séance du 26 février 1898.

12  Arch. nat., AD XIX D 158. Annales du commerce extérieur : situation commerciale de la France, fascicules 118 à 140, 1876-1913. La Situation commerciale de la France se présente sous forme de tableaux récapitulatifs. Il s’agit de séries de données relatives aux importations ou aux exportations françaises, sur une période de quinze ans. Ainsi, en 1898, sont présentés les chiffres de la période 1882-1896, augmentés des « chiffres provisoires afférents à l’année 1897 ». Au début du xxsiècle, l’évolution n’est plus présentée que par séries décennales.

13  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. 159.

14  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 114.

15  P. Clerget, Manuel d’économie commerciale…, op. cit., p. 347.

16  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 75.

17  Bruno Ricard, « L’État et l’expansion commerciale de la France : l’information économique extérieure, des consuls aux conseillers commerciaux (1681-1939) », dans École nationale des chartes, Positions des thèses…, Paris, École des chartes, 1992, p. 185.

18  Voir Christiane Demeulenaere, « Voyager pour conquérir de nouveaux marchés : les missions commerciales au xixsiècle », dans Thérèse Charmasson (dir.), Voyages et voyageurs, sources pour l’histoire des voyages, Paris, CTHS, 2010, p. 209-222.

19  J. Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 11 juillet 1896, n° 2043, p. 114.

20  Arch. nat., AD XIX D 160. Marine marchande, enquête des agents diplomatiques, 1897.

21  Jean-Philippe Dumas, « Photographie et expansion commerciale : la mission Wiener au Brésil (1895-1896) », dans Christiane Demeulenaere-Douyère, Martine Plouvier, Cécile Souchon (dir.), Des images et des mots : les documents figurés dans les archives, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2010, p. 205-221.

22  Jean Baillou (dir.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. II, 1870-1980, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1984, p. 260-261. En 1891, le ministère des Affaires étrangères craint que le recrutement d’attachés commerciaux diminue le prestige de la carrière consulaire.

23  P. Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 10 juillet 1900, n° 1867, p. 17-21.

24  J. Baillou (dir.), Les Affaires étrangères…, op. cit., p. 262. Le décret du 3 novembre 1906 crée un corps d’attachés commerciaux. Le décret du 7 décembre 1908 crée les six emplois correspondants. Les attachés commerciaux sont nommés par le ministre des Affaires étrangères, après approbation du ministre du Commerce. Chacun reçoit un traitement de 20 000 francs. Il est prévu en outre un crédit de 110 000 francs pour indemnités diverses.

25  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 78.

26  Laurence Badel, « Diplomatie et entreprises en France au xxsiècle », Les cahiers Irice, 2009/1, n° 3, p. 109.

27  R. Péret, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 12 juillet 1911, n° 1248, p. 285.

28  Ministère du Commerce et de l’Industrie, commission permanente des valeurs de douane, Rapport de M. F. Chapsal…, op. cit., p. 111.

29  Voir, par exemple, P. Clerget, Manuel d’économie commerciale…, op. cit.

30  J. Cruppi, Pour l’expansion économique…, op. cit., p. 78.

31  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 71-72.

32Idem, p. 72-73.

33  Joël Dubos, André Lebon, un homme d’affaires en République, 1859-1938, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 292. Il est envisagé d’y installer l’ONCE, l’Office colonial, des musées commerciaux, etc.

34  R. Péret, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 12 juillet 1911, n° 1248, p. 24.

35  R. Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 7 février 1914, n° 3490, p. 169.

36  Madeleine Rebérioux, « Au tournant des expos : 1889 », dans Le mouvement social, octobre-décembre 1989, n° 149, p. 5-6.

37  G. Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 13 juillet 1905, n° 2670, dans Documents parlementaires, [1905], p. 1320.

38  Jean Lenoble, P.-E. Teisserenc de Bort, gentilhomme limousin, sénateur, ministre, ambassadeur (1814-1892), Limoges, SELM, 1977, p. 153-155. L’auteur note que durant l’Exposition universelle de 1878 : « Il n’y a pas de jour sans une cérémonie officielle comportant de sa part souvent un discours et presque toujours un banquet ».

39  Eugène Léautey, L’enseignement commercial et les écoles de commerce en France et dans le monde entier, Paris, Librairie comptable et administrative, 1886, p. 403.

40  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1255.

41  Charles Hérisson, Projet de loi relatif aux récompenses à décerner à l’occasion de l’Exposition internationale d’Amsterdam […], 30 juin 1883, n° 2081, dans Documents parlementaires, Chambre, [1883], p. 1361.

42  Toussaint Loua, « Exposition universelle de 1878 », dans Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1879, 36e année, p. 168.

43  Arch. dép. Gers, 8M83. Exposition de 1900, rapport des délégués, attribution de récompenses, 1900-1901.

44  Léon Smith, article « Expositions », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p. 932.

45Ibid.

46  Voir notamment Gabriel Galvez-Béhar, La République des inventeurs, propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 85-91 et 189-191.

47  Arch. nat., F12 4842. Lettre du préfet des Bouches-du-Rhône au ministre du Commerce, 15 février 1884.

48  Voir L. Hilaire-Pérez, L’invention technique…, op. cit., p. 80. Le bureau de Commerce organise en 1777, à la manière des académies, un concours destiné aux inventeurs, dont la récompense est une médaille d’or à l’effigie du souverain, « preuve subsistante d’un service rendu à l’État ».

49  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1255. Le même article budgétaire permet aussi de délivrer des secours pour services rendus à l’industrie, pour des sommes modestes et variables : 2 000 francs en 1880, 2 600 francs en 1881, 1 700 francs en 1882.

50Exposition universelle, 1900 : bulletin des lois et décrets relatifs à l’exposition, n° 2, 20 avril 1894, p. 2.

51  L. Smith, article « Expositions », dans M. Block, Dictionnaire…, op. cit., 1877, p. 933.

52  Arch. nat., F12 7553. Expositions françaises à l’étranger, début du xxe siècle.

53  Fernand Chapsal, Exposition universelle et internationale de Bruxelles, conférence […] à la Société de géographie commerciale le 21 février 1911, Saint-Cloud, impr. de Belin frères, 1911, p. 16. « Cette partie de notre participation a surpris bien des visiteurs qui ne se doutaient pas des merveilleux progrès accomplis par la métallurgie française, depuis la mise en exploitation plus intense des minerais de fer du bassin de Briey ; en dix ans, la production est passée, on le sait, de 4 millions à 10 millions de tonnes. »

54Idem, p. 24-25.

55  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 11.

56Idem, p. 16.

57  Voir Chambre de commerce de Paris, Compte rendu…, année 1914, op. cit., p. 24. Le 26 février 1914, le président de la chambre de commerce de Paris, David-Mennet, évoque dans un discours à Lyon une diminution de la fréquence des expositions.

58  R. Fighiéra, Commerce et Postes, op. cit., p. 41.

59  Adolphe Démy, Essai historique sur les expositions universelles de Paris, Paris, A. Picard et fils, 1907.

60  R. Fighiéra, Commerce et Postes…, op. cit., p. 25.

61  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et de la Marine marchande, direction des Études techniques, Rapport général…, op. cit., vol. 3, p. 249.

62  L. Badel, Diplomatie et grands contrats…, op. cit., p. 21-26.

63  Chambre de commerce de Paris, Compte rendu…, année 1913, op. cit., p. 11-12.

64  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et de la Marine marchande, direction des Études techniques, Rapport général…, op. cit., vol. 3, p. 385-393.

Table des illustrations

Titre Inauguration de l’Exposition universelle de 1900
Légende Le président de la République, Émile Loubet, est entouré d’Alexandre Millerand, ministre du Commerce et de l’Industrie, d’Alfred Picard, président de section au Conseil d’État, commissaire général de l’Exposition universelle, et de Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil, au premier plan. Alfred Picard est un personnage considérable. Il préside la commission permanente des valeurs de douane qui siège au ministère du Commerce et réunit une centaine de notabilités du monde économique.
Crédits L’Illustration, 21 avril 1900. Cliché MAEDI, Archives, A050333.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Bal donné au ministère de l’Agriculture et du Commerce à l’occasion de l’inauguration de l’Exposition universelle de 1878
Légende Le petit hôtel du ministre de l’Agriculture et du Commerce, rue de Varenne, est « métamorphosé et agrandi pour la circonstance ». « Dans le jardin derrière l’hôtel avait été élevée par M. Pombla une immense salle de bal, avec buffet, orchestre, escalier monumental […]. Les honneurs de la soirée étaient faits par M. et Mme Teisserenc de Bort […]. Un grand dîner avait précédé le bal, qui ne s’est terminé qu’à quatre heures du matin. » Après 1881, le ministre du Commerce s’installe 25, quai d’Orsay, aujourd’hui quai Anatole France, dans le superbe hôtel Collot, construit par l’architecte Visconti, occupé antérieurement par l’ambassade d’Espagne. Il prend possession seulement en 1887 de l’hôtel du 101, rue de Grenelle, où il reste jusqu’à la fin du xxsiècle.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Voyage du ministre du Commerce et de l’Industrie, Jean Cruppi, à l’exposition franco-britannique de Londres, 1908
Légende Le ministre du Commerce et de l’industrie, Jean Cruppi, se rend à Londres pour l’exposition franco-britannique qui célèbre l’Entente cordiale entre les deux nations. Il est photographié en compagnie de l’ambassadeur de France, Paul Cambon, et du prince de Galles, futur George V.
Crédits Photographie C. Chusseau-Flaviens. Ministère des Affaires étrangères, collection iconographique. Cliché MAEDI, Archives.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search