Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Première partie. La naissance du ministère du Commerce

Chapitre II. L’administration centrale

Texte intégral

  • 1  Sous le Second Empire, les ministres chargés du Commerce se reposent sur l’expertise des corps tec (...)

1Pour répondre aux demandes de réforme formulées par les députés, les ministres du Commerce s’appliquent à développer les compétences et la capacité d’initiative de leur administration. Entre 1870 et 1914, le ministère du Commerce ne compte qu’environ une centaine d’agents dans son administration centrale, ce qui est très insuffisant pour accomplir avec efficacité ses missions1. Pour contourner cet obstacle, les ministres s’efforcent de développer leurs services extérieurs et d’obtenir le concours bénévole des commerçants et des industriels. Ils s’appuient notamment sur les praticiens et les spécialistes des questions économiques et sociales, dont l’expertise est utile à l’administration.

I. L’organisation de l’administration centrale

  • 2  Jules Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de (...)
  • 3  René Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi p (...)
  • 4  Sur ces questions, voir Jean-Philippe Dumas, « “Une administration à l’état d’appropriation contin (...)

2La principale difficulté à laquelle est confronté le ministère du Commerce est la faiblesse de ses effectifs. Bien qu’il soit l’un des plus petits départements ministériels, la commission du budget de la Chambre des députés refuse toute augmentation de son administration centrale, dont le nombre d’agents ne progresse pas entre 1870 et 19142. En dépit de l’intérêt que la commission du budget manifeste pour les questions économiques et sociales, la comparaison entre les effectifs du ministère du Commerce à sa création et à la veille de la Première Guerre mondiale fait apparaître une baisse importante. « L’effectif est tombé de cent cinq personnes en 1890 à quatre-vingt-cinq personnes en 19133. » La baisse constatée cache en réalité une double stagnation, que vient couper la création du ministère du Travail par Clemenceau, en 1906. Le nombre de fonctionnaires de l’administration centrale, resté globalement stable de 1881 à 1906, diminue brutalement du fait du transfert d’une partie du personnel au Travail, avant de se stabiliser par la suite4.

3À défaut d’augmenter les effectifs, les ministres du Commerce essaient de spécialiser leur administration pour la rendre plus efficace. En 1885, le ministère du Commerce compte quatorze bureaux, répartis en une direction transversale, celle du secrétariat et de la comptabilité, et deux directions techniques, celles du commerce intérieur et du commerce extérieur. La direction du commerce intérieur a de vastes compétences qui vont de la police des foires et marchés à la propriété industrielle en passant par la santé publique. La direction du commerce extérieur s’occupe aussi bien des négociations douanières que de la participation française aux Expositions universelles ou internationales et de la marine marchande. Les ministres modifient ces directions aux attributions trop générales pour créer des services chargés des questions qui leur sont prioritaires. En une quinzaine d’années, ils font ainsi apparaître de nouveaux services pour l’enseignement technique et le travail, qui se voient reconnaître une place prépondérante dans l’organisation du ministère. Ces domaines, qui occupaient environ deux bureaux en 1885, passent à deux directions et une division en 1900, accaparant, au début du xxsiècle, la majeure partie des effectifs de l’administration centrale.

  • 5  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)
  • 6  Lockroy constitue aussi une division de la comptabilité et de la statistique, à laquelle est ratta (...)

4Cette évolution commence en 1885, après l’élection de nombreux radicaux à la Chambre des députés. Édouard Lockroy, premier radical à recevoir le portefeuille du Commerce, obtient le 7 janvier 1886 que son département soit renommé ministère du Commerce et de l’Industrie, manière de manifester son intérêt pour les problèmes ouvriers. Reprenant un souhait de Félix Faure, qui critique la tutelle exercée par le ministère de l’Intérieur sur les chambres syndicales, libéralisées en 1884 par la loi Waldeck-Rousseau5, il obtient le 30 novembre 1886 que ces dernières lui soient rattachées. Par décret du 11 avril 1887, il réorganise l’administration centrale, faisant apparaître pour la première fois une direction du personnel et de l’enseignement technique, dont dépendent les bureaux de l’enseignement technique et des syndicats6.

5Les réformes engagées par Lockroy sont poursuivies par ses successeurs, notamment Jules Roche, ministre du Commerce entre mars 1890 et février 1892, dans le cabinet Freycinet. Jules Roche obtient, par une loi du 20 juillet 1891, la création sous forme de service extérieur d’un Office du travail, organe d’étude et de débat sur la question ouvrière, moyen habile de renforcer l’administration centrale sans peser sur ses effectifs.

  • 7  Jean-André Tournerie, Le ministère du Travail, origine et premiers développements, Paris, Éditions (...)
  • 8  Voir Paul Louis, L’ouvrier devant l’État, histoire comparée des lois du travail dans les deux mond (...)

6Après Jules Roche, plusieurs ministres du Commerce augmentent encore les services consacrés au travail. L’organisation décidée le 27 octobre 1894 par Victor Lourties fait apparaître pour la première fois une direction de la prévoyance et de l’assurance sociales7. Elle est amendée par le radical Gustave Mesureur, qui décide par décret du 28 décembre 1895 de fusionner la nouvelle direction avec celle du commerce intérieur pour former une direction du travail et de l’industrie8. Cette réforme est complétée le 6 juin 1897 par Henry Boucher, qui intègre l’Office du travail à l’administration centrale, faisant ainsi apparaître deux directions consacrées aux questions sociales, la direction du travail et de l’industrie et la direction de l’Office du travail.

7L’administration centrale est à nouveau refondue par le socialiste Alexandre Millerand, qui crée, par un décret du 1er août 1899, une grande direction du travail qui absorbe celle de l’Office du travail et est assistée d’une division de l’assurance et de la prévoyance sociales. En 1900, cette division est transformée en une direction de l’assurance et de la prévoyance sociales. Le transfert d’une partie des attributions économiques de l’administration centrale à deux nouveaux offices, l’Office national du commerce extérieur, fondé en 1898, et l’Office national des brevets d’invention et des marques de fabrique, bientôt appelé Office national de la propriété industrielle, rattaché en 1901 au Conservatoire national des arts et métiers, favorise le renforcement des services chargés du travail.

  • 9  Jean-Philippe Dumas, « Politique républicaine ou science de l’État : le cas du ministère du Commer (...)

8Ce mécanisme est étendu aux services extérieurs. Au début de la Troisième République, l’action du ministère sur le terrain est encore largement confiée à des notables ou des praticiens, commis bénévolement pour faire appliquer la loi. À partir des années 1890, ces fonctions sont progressivement professionnalisées et confiées à des fonctionnaires qualifiés. Les fonctionnaires nouvellement recrutés sont organisés en corps, sur le modèle des ingénieurs rattachés au ministère des Travaux publics, dotés d’une grande autonomie. Les inspecteurs divisionnaires du travail ou les inspecteurs généraux de l’enseignement technique exercent non de simples responsabilités d’inspection mais la conduite et l’animation de leur corps, déchargeant d’autant l’administration centrale9. Ils s’efforcent de définir une doctrine professionnelle capable de garantir l’application uniforme de la réglementation sur tout le territoire.

  • 10  Paul Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de lo (...)
  • 11  Georges Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi (...)
  • 12  Le ministère du Travail est créé par décrets des 25 et 31 octobre et du 3 novembre 1906. L’opposit (...)

9Ces réformes sont applaudies par le rapporteur du budget du Commerce, Paul Beauregard, qui, en juillet 1900, se félicite que le ministère soit une « administration à l’état de transformation incessante, d’appropriation continuelle aux besoins sociaux auxquels elle doit répondre10 ». L’importance prise par les questions sociales dans l’activité du ministère est soulignée en 1904 par le rapporteur du budget, Georges Berry, qui distingue dans son rapport ce qu’il appelle le « ministère du Travail » du « ministère du Commerce proprement dit, dont la préoccupation constante doit être de favoriser l’extension de notre commerce national à l’étranger et dans les colonies11 ». Ce mouvement aboutit naturellement à la création, en 1906, du ministère du Travail par Clemenceau12.

II. Un personnel réformateur

10En raison des contraintes imposées par la Chambre des députés, le nombre d’agents appelés à participer à la définition de l’action conduite par le ministère est particulièrement réduit.

Évolution des emplois d’encadrement

Évolution des emplois d’encadrement

11Le personnel d’encadrement du ministère ne comprend jamais plus de vingt ou trente personnes, soit trois ou quatre directeurs, une dizaine de chefs de bureaux et autant de sous-chefs de bureaux.

  • 13  Au début de la Troisième République, le cabinet du ministre repose principalement sur deux personn (...)
  • 14  Michel Cointepas, « Pouvoir politique et pouvoir administratif : l’exemple de la direction du Trav (...)
  • 15  J. Thamiaux, « La vie de Fernand Chapsal (1862-1939) », dans Fernand Chapsal (1862-1939), Saintes, (...)
  • 16  Voir en annexe le tableau présentant la carrière des directeurs du ministère du Commerce.

12Du fait que le cabinet du ministre n’assume pas encore une responsabilité générale d’animation de l’action du ministère, les directeurs d’administration centrale sont les principaux responsables de l’action conduite par le ministère13. Ils rendent compte personnellement au ministre et traitent directement des affaires avec lui, le plus souvent en tête-à-tête14. Selon l’expression du biographe de Fernand Chapsal, directeur du commerce et de l’industrie de 1904 à 1912, ils constituent « le lien nécessaire dans la continuité indispensable à la défense des intérêts économiques de tous ordres du pays15 ». Entre 1870 et 1914, le ministère du Commerce compte seulement vingt-trois directeurs dans ses trois ou quatre directions16. Chacun d’eux conserve ses fonctions en général pendant une durée relativement longue, environ cinq ou six années, ce qui est largement supérieur aux ministres.

  • 17  Pierre-François Pinaud, Les trésoriers-payeurs généraux au xix e siècle, répertoire nominatif et t (...)

13La grande stabilité des directeurs dans leurs fonctions s’explique en partie par la spécificité de leurs attributions. Les directeurs doivent maîtriser un savoir technique important pour répondre aux demandes des ministres. La variété des tâches des directions du commerce intérieur et du commerce extérieur exige que soient placés à leur tête des fonctionnaires expérimentés, parfaitement rompus aux affaires. Dans ces deux directions, les directeurs restent en moyenne plus de dix années dans leurs fonctions. Eugène Marie conserve la direction du commerce extérieur douze années entre 1879 et son départ en retraite en 1891. Après un court intérim assuré par un conseiller d’État, Paul Dislère, chargé de l’adoption du tarif des douanes de 1892, la direction est confiée à Gabriel Chandèze, qui la garde six années à compter de 1894. Les directeurs du commerce intérieur ont une longévité tout aussi grande. César Nicolas reste dix-sept années en fonctions avant son départ en retraite en 1900, à 61 ans. Il succède en 1884 à Girard, qui a lui-même remplacé en 1879 Dumoustier de Frédilly, resté dix années. Pour ces directeurs, la nomination est souvent l’aboutissement d’un long parcours qui leur a permis de franchir successivement tous les échelons de la hiérarchie administrative. Ils ont commencé leur carrière tôt, généralement dans des fonctions inférieures où ils ont assimilé les routines du métier. Une carrière emblématique est celle de Jean Cousin, nommé directeur du commerce et de l’industrie au départ de César Nicolas. Il entre au ministère du Commerce comme expéditionnaire le 1er décembre 1879, à l’âge de vingt ans. Il est successivement rédacteur en 1883, puis rédacteur faisant fonction de sous-chef en 1885, sous-chef en 1886, chef de bureau en 1888 puis chef de bureau faisant fonction de sous-directeur en 1898, avant d’être nommé directeur en 190017.

14Ce modèle n’est pas valable pour les nouvelles directions chargées des questions sociales, où l’esprit d’initiative doit l’emporter sur l’expérience. Les qualités qui y sont recherchées sont très différentes de celles demandées dans les directions plus traditionnelles, comme le souligne le ministre Victor Lourties :

« Si certaines administrations ont uniquement la charge de la constatation et du contrôle des faits, il en est auxquelles s’impose l’obligation d’initiative, de propulsion. Au premier rang de ces dernières se placent incontestablement celles qui ont pour objet la réalisation des améliorations sociales. Ce n’est pas assez de se borner pour elles à l’exécution des lois ; elles doivent s’efforcer aussi d’en vulgariser les principes, d’en propager l’application, non par une intervention intempestive et parfois abusive, mais par la stimulation constante et ingénieuse des efforts des individus ».

  • 18  Arch. nat., F12* 11828. Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit.(...)
  • 19  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 246-247. En 1897, il rédige un rapport sur l (...)
  • 20  L. Chermette, notice « Louis Bouquet », dans Claudine Fontanon, André Grelon (dir.), Les professeu (...)
  • 21  Voir Jean-Michel Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et admini (...)
  • 22  Jean-Pierre Briand, Jean-Michel Chapoulie, Les collèges du peuple, l’enseignement primaire supérie (...)
  • 23  J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 419. Il est nommé conseiller d’État en (...)

15Pour ces directions, les ministres recherchent des fonctionnaires doués d’une sensibilité politique affirmée. Louis Bouquet illustre bien le profil demandé18. Il entre au ministère en septembre 1882, comme secrétaire particulier du ministre Pierre Legrand. Nommé sous-chef de bureau, chargé des fonctions de chef du bureau du cabinet du ministre Charles Hérisson, en février 1883, il est douze ans chef de bureau. Le 1er juillet 1895, il est nommé directeur de la prévoyance et de l’assurance sociales. Il est ensuite directeur du personnel et de l’enseignement technique, puis, à partir de 1900, directeur de l’enseignement technique. Durant sa carrière, il suit la réforme de l’Inspection du travail puis celle des écoles d’arts et métiers19, qu’il défend en commission parlementaire grâce à ses qualités personnelles, notamment son « autorité morale indiscutable et indiscutée20 ». En 1902, il participe à la création de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique. Cette association réunit, en dehors de toute considération d’opinion ou de parti, les principaux spécialistes de ce domaine, industriels, négociants ou hauts fonctionnaires21. Elle est « le principal soutien du ministère du Commerce22 » dans son œuvre de réforme. Louis Bouquet quitte l’administration centrale en 1906 pour la direction du Conservatoire national des arts et métiers23.

  • 24  Arch. nat., F12* 11828.
  • 25  Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 568-569.
  • 26  Voir Alain Faure, « Bibliographie des enquêtes et publications officielles françaises sur les ques (...)

16Georges Paulet a une carrière et des qualités très comparables à celles de Louis Bouquet. Après avoir débuté au bureau du cabinet, il gravit un à un les échelons de la hiérarchie administrative24. Rédacteur en 1884, il travaille en 1885 au ministère de la Guerre. En 1886, il est détaché au bureau du cabinet du ministre du Commerce, Édouard Lockroy. Il devient sous-chef du bureau du cabinet, puis chef du bureau du cabinet et du secrétariat. En 1887, à vingt-huit ans, il est chef du bureau du personnel et du secrétariat, puis, en 1892, chef du bureau de l’enseignement commercial et des expositions, secrétaire de la commission supérieure des expositions internationales. Dans ses fonctions, il rédige un nombre considérable de travaux de vulgarisation25 et des rapports techniques devant le Conseil supérieur du travail qui montrent sa capacité à promouvoir et perfectionner les lois sociales26. Ses qualités lui valent d’être nommé, en 1899, chef de division, puis, en 1900, directeur de l’assurance et de la prévoyance sociales. Après 1906, il poursuit sa carrière au ministère du Travail.

  • 27  Voir son portrait dans I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 64-88. Fontaine combi (...)
  • 28  Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 480.
  • 29  Michel Cointepas, Arthur Fontaine, 1860-1931 : un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la (...)

17Le célèbre directeur du travail nommé par Millerand, Arthur Fontaine, apporte un savoir technique incontestable, qu’il allie avec une grande sensibilité politique27. Polytechnicien, il appartient au corps des Mines qui a des liens anciens avec l’administration du Commerce. Il est détaché auprès du ministère en septembre 1891 et nommé chef de section à l’Office du travail. En février 1893, il est chargé des fonctions de sous-directeur au même office, puis, en juin 1894, sous-directeur titulaire28. En août 1899, il est nommé directeur du travail, consécration d’une ascension de près d’une décennie29.

  • 30  Voir notamment Christophe Charle, Les élites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987. À p (...)
  • 31  Voir J.-P. Dumas, Gambetta, op. cit., p. 131-142.

18L’examen de ces carrières illustre bien le discours des hommes politiques de la Troisième République, qui insistent sur la nécessité, non de constituer une nouvelle élite, fondée sur le diplôme30, mais de disposer d’un personnel compétent et expérimenté, gage d’efficacité31.

III. Au service du progrès

  • 32  Voir, par exemple, Johan Heilbron, « Sociologie et positivisme en France au xixsiècle : les vici (...)
  • 33  Eugène Spuller, Rapport présenté à la Commission d’enquête parlementaire sur la situation des ouvr (...)

19L’action des directeurs est favorisée par les relais qu’ils trouvent dans la société. Les questions économiques et sociales, essentiellement privées au milieu du xixsiècle, sont, à partir du début de la Troisième République, un objet de débat public, qui intéresse toutes les sensibilités politiques, aussi bien les opportunistes, comme Gambetta ou Jules Ferry, que les radicaux et, bien sûr, les socialistes. C’est la marque du positivisme sur les hommes politiques, idéal fondé sur l’idée que la société ne doit pas se contenter d’un stade d’équilibre, mais avancer vers le progrès32. « Que de progrès sont à réaliser ! », note Eugène Spuller quand il rend compte, en 1884, des travaux de la commission parlementaire qui enquête sur la crise économique33.

  • 34  Au début de la Troisième République, le devoir de réserve s’applique particulièrement aux question (...)

20L’intérêt des mouvements politiques est un atout pour le ministère du Commerce, qui peut s’appuyer sur leurs réflexions dans son œuvre de réforme. À une époque où le droit de la fonction publique se précise sous l’impulsion du Conseil d’État, les directeurs sont tenus par le devoir de réserve, qui leur interdit de participer comme n’importe quel citoyen à la vie politique34. Mais cette obligation ne fait pas obstacle à leur participation aux débats sur les questions économiques et sociales, à condition qu’ils y fassent preuve de la retenue nécessaire dans l’expression de leurs convictions personnelles.

  • 35  Francine Soubiran-Paillet, « Parlement, administrateurs et experts (1900-1914). Le discours de la (...)
  • 36  Sur les rapports entre Fontaine et Millerand, voir I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. ci (...)

21Les directeurs sont en relation quotidienne avec les ministres et les députés, qu’ils croisent fréquemment à la Chambre des députés ou dans les administrations. En 1903 et 1904, Arthur Fontaine s’exprime plusieurs fois devant la commission du travail de la Chambre des députés. À la même époque, le directeur de l’assurance et de la prévoyance sociales, Georges Paulet, représente le ministre, Georges Trouillot, devant une commission de la Chambre qui examine les perfectionnements à apporter à la loi de 1898 sur les accidents du travail35. Certains directeurs, comme Arthur Fontaine ou Fernand Chapsal, entretiennent même des relations d’une réelle cordialité avec les ministres36.

  • 37  Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réfo (...)
  • 38  Anne Rasmussen, « Le travail en congrès : élaboration d’un milieu international », dans J. Luciani (...)
  • 39  Voir Anne Richard-Bazire, « Le ministère de l’Agriculture de la rue de Varenne par Emmanuel Brune, (...)

22La participation des directeurs au débat politique est fondée sur le constat que leur action en matière économique et sociale doit s’appuyer sur l’expérience et le résultat des avancées scientifiques. Les directeurs entretiennent pour cela un dense réseau de relations qui s’étend bien au-delà de l’administration. Ils sont en contact fréquent avec d’anciens ministres du Commerce, comme Jules Siegfried, qui siège au Comité d’hygiène publique de France et au Conseil supérieur du travail37. Certains font partie d’associations, comme la Société d’études législatives, qui réunit des universitaires et des légistes38. De façon caractéristique, les locaux du ministère du Commerce, rue de Varenne et rue de Grenelle, sont embellis à la fin du xixsiècle pour exalter cette fonction de concertation39.

Le Commerce français reçoit les échantillons des matières premières qui lui sont présentés par la Paix et l’Abondance

Le Commerce français reçoit les échantillons des matières premières qui lui sont présentés par la Paix et l’Abondance

Cette œuvre est exposée en 1897 au salon annuel organisé par la Société des artistes français au palais des Champs-Élysées à Paris, puis installée dans la salle des commissions du ministère du Commerce, rue de Varenne, aujourd’hui salle Sully du ministère de l’Agriculture.

Panneau de Paul Sinibaldi pour la salle des commissions du ministère du Commerce et de l’Industrie, 1897. © Cheick-Saidou/Min.Agri.Fr.

  • 40  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 137. Leclerc de Pulligny est secrétaire de l (...)
  • 41  Arch. nat., F12 7633 2 et F12* 11828. Toussaint Loua est chef de bureau chargé du bureau de la sta (...)
  • 42  Arch. nat., F12 7636 2 et F12* 11828. Après avoir été commis ordinaire de 2e classe (1878) au mini (...)
  • 43  Arch. nat., F12 7636 2 et F12* 11827. Chef du bureau de l’industrie de 1861 à 1874, Smith est l’au (...)

23Les fonctionnaires d’un rang inférieur à celui de directeur, comme les inspecteurs généraux de l’enseignement technique ou les inspecteurs du travail, entretiennent aussi de vastes réseaux personnels. Certains sont des spécialistes reconnus, comme Jean Leclerc de Pulligny, ingénieur des Ponts et Chaussées recruté par l’Office du travail, expert internationalement renommé dans le domaine de l’hygiène industrielle40. Quelques chefs de bureaux sont des personnalités réputées, comme Toussaint Loua41, Victor Turquan42 ou Léon Smith43, fréquemment appelés à présenter leurs travaux à l’Institut ou devant les sociétés savantes.

  • 44  Christian Topalov, « Les réformateurs et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche », dans C. (...)
  • 45  Marc Pénin, « Les Solidaristes et la question du travail », dans J. Luciani (dir.), Histoire…, op. (...)
  • 46  Voir Marc Pénin, « Un solidarisme interventionniste : la Revue d’économie politique et la nébuleus (...)
  • 47  Voir L. Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche…, op. cit., p. 579. Certains des collaborateurs de la (...)
  • 48  Léon Say, Économie sociale, Exposition universelle de 1889, groupe de l’économie sociale, rapport (...)
  • 49  Janet R. Horne, A social laboratory for modern France : The Musée social and the rise of the welfa (...)

24Les liens entre le ministère et les spécialistes des questions économiques et sociales se manifestent particulièrement lors des Expositions universelles. En 1889, le ministère organise une grande exposition d’économie sociale, dans laquelle une seizième section est consacrée à « l’intervention économique des pouvoirs publics ». L’exposition permet des échanges nourris entre hommes politiques et spécialistes44. Elle contribue notamment à diffuser l’œuvre de philosophes et de juristes, comme Alfred Fouillée, qui évoque l’existence d’un contrat social implicite entraînant une « dette générale de justice réparative45 », ou Charles Gide, apôtre de la solidarité. Ce dernier est le fondateur de la Revue d’économie politique46, concurrente du Journal des économistes, l’organe de l’école libérale47. Le retentissement de l’exposition d’économie sociale est considérable. L’idée que l’État doive participer à l’amélioration des mécanismes économiques rencontre alors un large écho48. Des hommes qui y paraissaient auparavant insensibles « se convertissent à l’économie sociale », comme Aldebert de Chambrun, propriétaire des cristalleries de Baccarat, qui crée en 1894 le Musée social, appelé à un large rayonnement49.

  • 50  Rosemonde Sanson, L’Alliance républicaine démocratique : une formation de Centre, 1901-1920, Renne (...)
  • 51  Paul Deschanel, La question sociale, Paris, C. Lévy, 1898, p. IV, XII et XIX.
  • 52  Voir Gilles Candar, « La gauche en République (1871-1899) », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Ca (...)

25L’action du ministère du Commerce est favorisée par la réflexion menée au sein des différents courants de la majorité gouvernementale. L’œuvre de réforme entreprise par Gambetta, mort en 1882, prolongée par Ferry, mort en 1893, est continuée par les progressistes, réunis autour de Jules Méline, président du Conseil de 1896 à 1898, qui entendent réconcilier autorité de l’État, morale privée et progrès économique. Les progressistes ont un porte-parole éloquent en la personne de Paul Deschanel, futur président de la République. Deschanel publie en 1898 un ouvrage sur La question sociale dans lequel il rejette dès la préface les théories libérales50, notant que « tout accroissement de l’État n’est pas nécessairement un obstacle au développement de l’individu ». Il ajoute qu’il appartient à l’État et non aux prétendues règles du marché de protéger « la volonté, l’originalité et l’initiative individuelle, principal moteur de progrès ». Seul l’État peut définir la justice et s’opposer à la « déviation [que représente le] matérialisme moral des économistes, qui donn[e] la primauté aux intérêts mercantiles et identifi[e] l’accroissement de la richesse avec le progrès de la civilisation, comme si le seul moyen de développer la personne humaine était de multiplier ses besoins et les moyens de les satisfaire51 ». Les progressistes tirent leur force d’un rapprochement entre industriels et agriculteurs opéré au moment du vote du tarif douanier de 1892. Leur réflexion est alimentée par les débats de la Société d’économie politique nationale, fondée en 1897 par Paul Cauwès et placée sous la présidence d’honneur de Méline. Leur mouvement influe de façon importante sur les questions économiques et sociales jusqu’à la Première Guerre mondiale52.

  • 53  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 162.
  • 54  Voir Charles Benoist, La crise de l’État moderne : l’organisation du travail, t. I, Le travail, le (...)
  • 55  Jean Garrigues, « Le comité Mascuraud », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique d (...)
  • 56  Serge Berstein, « Le parti radical socialiste durant la Première Guerre mondiale », dans Patrick F (...)

26Le ministère du Commerce profite aussi de la pression exercée par les radicaux sur la Chambre des députés. Les radicaux sont présents de manière continue dans tous les gouvernements qui se succèdent du début du xxsiècle jusqu’après la Première Guerre mondiale. À la différence des progressistes, ils insistent moins sur l’État que sur le développement des liens de solidarité entre individus, le solidarisme, qui prône la paix et l’harmonie entre les hommes et constitue en quelque sorte leur philosophie officielle53. Si certains radicaux, comme Joseph Paul-Boncour, poussent la réflexion jusqu’à envisager l’abolition du salariat et la dissolution de l’État dans la société54, ce qui les rapproche des socialistes, la plupart se préoccupent surtout de réformes concrètes, notamment en faveur des petits commerçants. Un de leurs principaux soutiens est le comité républicain du commerce et de l’industrie, ou comité Mascuraud, qui les appuie dans leurs batailles électorales55. Au début du xxsiècle, les radicaux mettent spécialement l’accent sur le développement de l’économie sociale, en particulier des coopératives et des syndicats56.

  • 57  Gilles Candar, « Jean Jaurès et le réformisme », dans Histoire@Politique, 2011/1, n° 13, p. 3.
  • 58  Gilles Candar, « Albert Thomas et la constitution des réseaux : les années 1878-1914 », dans Les c (...)
  • 59  Emmanuel Jousse, « La tentation révisionniste et la construction d’un réformisme français », dans (...)

27Plus que les radicaux, les socialistes sont les chantres de la réforme sociale. Certains sont prêts à appuyer l’action des gouvernements « bourgeois » pour des « réformes d’intérêt immédiat57 ». C’est le cas de Jean Jaurès et surtout d’Albert Thomas, qui défend l’intervention de l’État et le progrès industriel, dans la mesure où ce dernier peut contribuer à l’amélioration du sort de la classe ouvrière58. La nomination en 1899 d’un de leurs chefs, Alexandre Millerand, au ministère du Commerce provoque de violents débats entre socialistes car elle pose la question de leur participation au gouvernement. En août 1904, à Amsterdam, Jules Guesde fait condamner par l’Internationale le réformisme, appellation péjorative, qui s’oppose à la « réforme totale » à laquelle il aspire59. En dépit de cette décision, les radicaux-socialistes ou les socialistes indépendants, comme Aristide Briand ou René Viviani, acceptent de prendre des responsabilités gouvernementales dans les années qui suivent.

  • 60  Danièle Fraboulet, « L’Union des industries métallurgiques et minières, organisation, stratégies e (...)
  • 61  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 378.
  • 62  Gilles Le Béguec, « Les deux scissions du groupe progressiste (1905-1911) », dans Revue du Nord, 2 (...)
  • 63Idem, p. 32-35.

28La création en 1906 du ministère du Travail modifie les attributions du ministère du Commerce, mais ne rompt pas les liens qu’il entretient avec la société. Les fonctionnaires ont toujours autant besoin de faire appel à elle pour formuler des réponses juridiques ou administratives aux problèmes que rencontrent les commerçants et les industriels60. L’historiographie montre que, contrairement à ce qu’affirme en 1907 Émile Levasseur quand il critique l’abstention du patronat, supposé moins combatif que les milieux ouvriers61, les associations patronales se multiplient à cette époque, en proportion inverse de la place du mouvement progressiste dans la vie parlementaire62. En 1908, Maurice Colrat, marquis de Montrozier, fonde l’Association de défense des classes moyennes. Colrat rallie des présidents de chambres de commerce. En 1910, vingt-six chambres sont membres de son mouvement, mais aussi des groupements de syndicats professionnels63. En 1908, Millerand prend en compte ce phénomène quand il écrit :

  • 64  Alexandre Millerand, Politique de réalisations, Paris, E. Fasquelle, 1911, p. 39.

« À mon avis, on a commis une faute capitale le jour où on a séparé le Commerce du Travail et s’il fallait donner à un ministère le titre de ministère du Travail pour bien indiquer quelle place doit tenir aujourd’hui dans les esprits la préoccupation des questions du travail, ce n’est peut-être pas une très heureuse combinaison que de planter l’une en face de l’autre, se regardant en chiens de faïence, la maison des patrons et la maison des ouvriers64 ».

  • 65  Nonna Mayer, La boutique contre la gauche, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences p (...)
  • 66  Edmond Théry, Paul Cauwès (préf.), Les progrès économiques de la France : bilan du régime douanier (...)

29L’existence d’un ministère du Commerce indépendant, déchargé de la question sociale, permet aux commerçants et aux industriels de mieux se faire entendre et contribue à intensifier et simplifier les relations entre les milieux d’affaires et l’administration, désormais placées sous le mot d’ordre de l’efficacité65. C’est ce que Paul Cauwès appelle en 1908 « la politique d’affaires », qui, mise au service de « l’économie nationale », doit permettre aux commerçants et industriels français de lutter à armes égales avec l’étranger66.

Notes

1  Sous le Second Empire, les ministres chargés du Commerce se reposent sur l’expertise des corps techniques rattachés au grand ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, dont les compétences embrassent toutes les questions économiques (voir, par exemple, Anne Hidalgo, « Vers la loi du 2 novembre 1892 : de la naissance d’une idée à l’organisation d’une action », dans Jean Luciani (dir.), Histoire de l’Office du travail, 1890-1914, Paris, Syros, 1992, p. 291). La contribution d’ingénieurs des Mines comme Charles de Freycinet à la définition de la réglementation du travail est essentielle. Après la réorganisation opérée par Gambetta, il n’est plus possible de les solliciter de la même manière.

2  Jules Charles-Roux, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 11 juillet 1896, n° 2043, p. 125-126. Les ministres ne sont pas libres d’augmenter à leur guise le nombre d’agents qui travaillent sous leurs ordres. Rapportant en 1896 le budget du Commerce, Jules Charles-Roux résume bien l’opinion de la commission quand il fixe pour objectif à l’administration de « simplifier les services et arriver à produire la même somme de travail avec un personnel réduit ».

3  René Besnard, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 7 février 1914, n° 3490, p. 6.

4  Sur ces questions, voir Jean-Philippe Dumas, « “Une administration à l’état d’appropriation continuelle aux besoins sociaux” : le ministère du Commerce et de l’Industrie à la fin du xixsiècle », dans Brigitte Krulic (dir.), Savoirs et métiers de l’État au xix e siècle, France et États germaniques, Berne, Peter Lang, 2014, p. 123-140.

5  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1246. Félix Faure note qu’elles « ne sauraient produire de résultats sérieux […] sous la direction d’un département d’ordre exclusivement politique ».

6  Lockroy constitue aussi une division de la comptabilité et de la statistique, à laquelle est rattachée la statistique générale de la France.

7  Jean-André Tournerie, Le ministère du Travail, origine et premiers développements, Paris, Éditions Cujas, 1971, p. 117-122. Elle devance une proposition de loi du socialiste Édouard Vaillant, qui demande la création d’un ministère du Travail, de l’Hygiène et de l’Assistance publique. Édouard Vaillant souhaite que le nouveau ministère comprenne quatre directions (travail, hygiène et médecine publique, assistance publique, statistique) composées de services distraits du ministère de l’Intérieur, auxquels seraient adjoints des services du ministère du Commerce, et s’appuie sur une organisation nationale, composée de bureaux régionaux du travail.

8  Voir Paul Louis, L’ouvrier devant l’État, histoire comparée des lois du travail dans les deux mondes, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 38-39. Mesureur s’inspire vraisemblablement des réformes engagées en Belgique, où un ministère de l’Industrie et du Travail est constitué par arrêté royal du 25 mai 1895.

9  Jean-Philippe Dumas, « Politique républicaine ou science de l’État : le cas du ministère du Commerce et de l’Industrie à la fin du xixsiècle », dans Jean-Michel Leniaud, François Monnier (dir.), Experts et décision, journée annuelle d’étude de l’équipe Histoire des cultures et pratiques administratives (EA 112), Paris, École pratique des hautes études, 2013, p. 41-46.

10  Paul Beauregard, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce et de l’Industrie), 10 juillet 1900, n° 1867, p. 26.

11  Georges Berry, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 13 juillet 1904, n° 1954, p. 5.

12  Le ministère du Travail est créé par décrets des 25 et 31 octobre et du 3 novembre 1906. L’opposition du directeur de l’assistance et de l’hygiène publiques du ministère de l’Intérieur, qui refuse de rejoindre la nouvelle administration, ne suffit pas à faire échouer le projet.

13  Au début de la Troisième République, le cabinet du ministre repose principalement sur deux personnes, le chef de cabinet et le secrétaire particulier. Le chef de cabinet assiste le ministre dans son travail de chef de l’administration. Il organise son travail quotidien et relaie auprès de l’administration ses projets. Le secrétaire particulier est chargé de l’organisation des déplacements, des audiences, mais aussi des signatures et de la correspondance. À ces deux personnes s’ajoutent quelques attachés, rémunérés par des primes ou collaborateurs gratuits, qui se font plus nombreux au fil du temps. Les cabinets comptent vraisemblablement une dizaine d’agents à la veille de la Première Guerre mondiale. Il est possible de dénombrer une quinzaine de membres attachés au cabinet de Georges Trouillot, ministre du Commerce à deux reprises entre 1902 et 1906, ce qui constitue un sommet, jamais égalé. Bien que le cabinet gagne progressivement en importance, il conserve jusqu’en 1914 une responsabilité plus technique que politique. S’il joue un rôle d’impulsion et sert d’initiation à de nombreux fonctionnaires, il gère les affaires du ministre plus qu’il ne définit la conduite de l’administration, dont il ne dirige pas à proprement parler l’action.

14  Michel Cointepas, « Pouvoir politique et pouvoir administratif : l’exemple de la direction du Travail sous Arthur Fontaine (1899-1920) », Droit et société, 2011/3, n° 79, p. 567.

15  J. Thamiaux, « La vie de Fernand Chapsal (1862-1939) », dans Fernand Chapsal (1862-1939), Saintes, Nouvelle Librairie de France-F. Sant’Andréa, 1955, p. 21.

16  Voir en annexe le tableau présentant la carrière des directeurs du ministère du Commerce.

17  Pierre-François Pinaud, Les trésoriers-payeurs généraux au xix e siècle, répertoire nominatif et territorial, Paris, Les Éditions de l’érudit, 1983, p. 65.

18  Arch. nat., F12* 11828. Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 419.

19  C.R. Day, Les écoles d’arts et métiers…, op. cit., p. 246-247. En 1897, il rédige un rapport sur les problèmes d’indiscipline dans les écoles qui aboutit à la réforme de 1899.

20  L. Chermette, notice « Louis Bouquet », dans Claudine Fontanon, André Grelon (dir.), Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers, Paris, Institut national de recherche pédagogique, Conservatoire national des arts et métiers, 1994, p. 234-236.

21  Voir Jean-Michel Chapoulie, « Représentations de la main-d’œuvre, actions parlementaires et administratives. Le développement de l’enseignement technique entre les deux guerres », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2005/4, n° 88, p. 29. L’association est un lieu essentiel de débat à l’écart des querelles sur la laïcité. En 1904, l’association se dote d’un comité de patronage, dans lequel figurent la plupart des anciens ministres du Commerce.

22  Jean-Pierre Briand, Jean-Michel Chapoulie, Les collèges du peuple, l’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Paris, Institut national de la recherche pédagogique, Éditions du CNRS, école normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, 1992, p. 183.

23  J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 419. Il est nommé conseiller d’État en service extraordinaire en 1900.

24  Arch. nat., F12* 11828.

25  Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 568-569.

26  Voir Alain Faure, « Bibliographie des enquêtes et publications officielles françaises sur les questions ouvrières et sociales (1891-1914) », dans Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, n° 8, 1987, p. 59-73 et n° 9, 1988, p. 83-105.

27  Voir son portrait dans I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 64-88. Fontaine combine, selon l’expression de Gaston Bonheur, « un esprit logique » et « un cœur sensible jusqu’au scrupule sentimental » qui le conduisent à faire preuve d’un humanisme optimiste alimenté par une foi « au triomphe de la paix, de la fraternité, à l’éducation du peuple, aux bienfaits de la science, à la joie de l’effort » qui se manifeste dans son action au ministère du Commerce. Il commence par faire ses preuves dans des fonctions inférieures, ce qui, loin de nuire à sa carrière, lui permet d’obtenir une autorité incontestée dans son domaine.

28  Voir sa notice dans J. Tulard et al., Dictionnaire biographique…, op. cit., p. 480.

29  Michel Cointepas, Arthur Fontaine, 1860-1931 : un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la Troisième République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

30  Voir notamment Christophe Charle, Les élites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987. À partir d’une étude des diplômes des hauts fonctionnaires, l’auteur met l’accent sur la médiocrité de la formation des directeurs, montrant que beaucoup sont entrés dans l’administration comme expéditionnaires sans avoir suivi d’études supérieures.

31  Voir J.-P. Dumas, Gambetta, op. cit., p. 131-142.

32  Voir, par exemple, Johan Heilbron, « Sociologie et positivisme en France au xixsiècle : les vicissitudes de la Société de sociologie (1872-1874) », dans Revue française de sociologie, 2007/2, vol. 48, p. 311. Le positivisme s’oppose aux doctrines « rétrogrades » ou « stationnaires » et prône un esprit positif, c’est-à-dire fondé sur l’observation des faits, permettant de concilier ordre et progrès.

33  Eugène Spuller, Rapport présenté à la Commission d’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’agriculture et de l’industrie en France et sur la crise parisienne, annexe au procès-verbal de la séance du 11 mars 1884, n° 2695, p. 213-214. Spuller ajoute : « Les chambres républicaines, nous en avons la conviction intime, ne se déroberont pas à la tâche. »

34  Au début de la Troisième République, le devoir de réserve s’applique particulièrement aux questions économiques, pour ne pas afficher les faiblesses du pays à l’extérieur. Rappelant les cinq milliards payés à l’Allemagne après le traité de Francfort de 1871, le consul général à Trieste note ainsi que faire état des problèmes de l’économie française : « C’est le sixième milliard payé à l’Allemagne. » (MAE, affaires diverses commerciales, 1ADC 229. Dépêche de Challet, consul général à Trieste, 21 mai 1884).

35  Francine Soubiran-Paillet, « Parlement, administrateurs et experts (1900-1914). Le discours de la compétence », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2007/1, n° 93, p. 154.

36  Sur les rapports entre Fontaine et Millerand, voir I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 294-295.

37  Françoise Battagliola, « Les réseaux de parenté et la constitution de l’univers féminin de la réforme sociale, fin xixe-début xxsiècle », dans Annales de démographie historique, 2006/2, n° 112, p. 77-100. L’auteur étudie notamment le réseau de Julie Siegfried, la femme de Jules.

38  Anne Rasmussen, « Le travail en congrès : élaboration d’un milieu international », dans J. Luciani (dir.), Histoire…, op. cit., p. 122.

39  Voir Anne Richard-Bazire, « Le ministère de l’Agriculture de la rue de Varenne par Emmanuel Brune, l’alliance de la science et de l’art », dans Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 8, 2e semestre 2004, p. 91-94. Le ministère du Commerce n’est pas confronté à la nécessité de s’agrandir étant donné la stagnation de ses effectifs. Il obtient néanmoins de s’installer en 1887 dans une partie du somptueux bâtiment construit rue de Varenne par l’architecte Emmanuel Brune pour le ministère de l’Agriculture, ainsi que dans un hôtel particulier, 101, rue de Grenelle, qui communique par les jardins avec l’immeuble de la rue de Varenne. La salle des commissions du ministère du Commerce est décorée de deux grandes toiles de Paul Sinibaldi représentant le Commerce et l’Industrie. Il s’agit d’œuvres allégoriques qui ont un intérêt symbolique autant qu’esthétique. Elles illustrent les intérêts supérieurs poursuivis par les conseils ou les commissions qui se réunissent dans cette salle (actuelle salle Sully).

40  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 137. Leclerc de Pulligny est secrétaire de la commission d’hygiène industrielle, du comité consultatif des arts et manufactures et de la commission de prévention de la tuberculose.

41  Arch. nat., F12 7633 2 et F12* 11828. Toussaint Loua est chef de bureau chargé du bureau de la statistique générale de la France de 1875 à sa retraite en 1886. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage sur le casier sanitaire de la ville de Paris, dans lequel il définit une méthode d’évaluation de l’habitat insalubre qui influence l’urbanisme de la capitale pendant plus de cinquante ans. Sur son action, voir Yankel Fijalkow, La construction des îlots insalubres, Paris, 1850-1945, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1998.

42  Arch. nat., F12 7636 2 et F12* 11828. Après avoir été commis ordinaire de 2e classe (1878) au ministère des Finances, Victor Turquan occupe successivement les fonctions de rédacteur au 4e bureau de la direction du commerce extérieur (1885), sous-chef de bureau faisant fonction de chef au bureau de la statistique (1886), puis chef du bureau de la statistique générale (1889). Il intervient dans les débats de la Société d’économie politique de Paris.

43  Arch. nat., F12 7636 2 et F12* 11827. Chef du bureau de l’industrie de 1861 à 1874, Smith est l’auteur d’un ouvrage sur Les coalitions et les grèves. Le 1er décembre 1888, Smith remporte le prix Rossi de l’Académie des sciences morales et politiques, consacré à la permanence des lois économiques (Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1889, 46e année, p. 1090). En 1891, il reçoit une récompense à l’occasion du concours ouvert par la section d’économie politique de l’Académie des sciences morales et politiques sur les transformations survenues dans la deuxième moitié du xixsiècle dans les transports maritimes (Annuaire de l’économie politique et de la statistique, 1892, 49e année, p. 1010).

44  Christian Topalov, « Les réformateurs et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche », dans C. Topalov (dir.), Laboratoires…, op. cit., p. 31-33. L’exposition d’économie sociale rassemble libéraux, traditionnellement hostiles à l’intervention de l’État, et réformateurs.

45  Marc Pénin, « Les Solidaristes et la question du travail », dans J. Luciani (dir.), Histoire…, op. cit., p. 84.

46  Voir Marc Pénin, « Un solidarisme interventionniste : la Revue d’économie politique et la nébuleuse réformatrice, 1887-1914 », dans C. Topalov (dir.), Laboratoires…, op. cit., p. 103.

47  Voir L. Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche…, op. cit., p. 579. Certains des collaborateurs de la Revue d’économie politique, comme Raoul Jay et Paul Pic, sont des spécialistes de la question du travail. Raoul Jay professe en 1895 un cours sur le trade-unionisme et les syndicats ouvriers anglais à la faculté de droit de Lyon. Il est à l’origine des thèses de doctorat de Charles Rist sur « La journée de travail de l’ouvrier adulte en France » et « La législation anglaise sur la responsabilité en matière d’accidents ». Charles Rist est l’auteur, avec Charles Gide, d’une célèbre Histoire des doctrines économiques, qui leur permet de diffuser leurs idées.

48  Léon Say, Économie sociale, Exposition universelle de 1889, groupe de l’économie sociale, rapport général, Paris, Librairie Guillaumin et Cie, 1891, p. 3. Dans son rapport général, Léon Say reconnaît : « De tous les côtés se manifeste – c’est un des signes de notre temps – la ferme volonté de chercher un remède à l’excès de l’emploi industriel de la force humaine. »

49  Janet R. Horne, A social laboratory for modern France : The Musée social and the rise of the welfare State, Durham, Duke University Press, 2002.

50  Rosemonde Sanson, L’Alliance républicaine démocratique : une formation de Centre, 1901-1920, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 297. L’Alliance républicaine démocratique, à laquelle appartiennent de nombreux ministres du Commerce, Jules Siegfried, Victor Lourties, Fernand David, Raoul Péret et Jean Dupuy, n’emploie pas le mot libéralisme, qu’elle bannit de son vocabulaire.

51  Paul Deschanel, La question sociale, Paris, C. Lévy, 1898, p. IV, XII et XIX.

52  Voir Gilles Candar, « La gauche en République (1871-1899) », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2005, p. 125-126.

53  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 162.

54  Voir Charles Benoist, La crise de l’État moderne : l’organisation du travail, t. I, Le travail, le nombre et l’État…, Paris, Plon-Nourrit, 1905, p. 14. « Aussi pourrait-on dire que, si cette force restait constante […] l’association jouerait le plus grand rôle dans les constructions, soit politiques, soit économiques, de l’avenir ; et que l’État lui-même, à la longue, ne serait guère plus que l’association des associations. En ce cas-là, ceux qui dès maintenant parlent d’une “souveraineté future” des syndicats professionnels confédérés, bien que sans doute ils en aient parlé un peu tôt, verraient peut-être leur hardiesse justifiée, et peut-être n’auraient rien avancé de trop téméraire. » Charles Benoist fonde notamment ses analyses sur l’ouvrage de Joseph Paul-Boncour, Le fédéralisme économique, qui paraît en 1900.

55  Jean Garrigues, « Le comité Mascuraud », dans Jean-Claude Daumas (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 1069-1072.

56  Serge Berstein, « Le parti radical socialiste durant la Première Guerre mondiale », dans Patrick Fridenson (éd.), 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 67-68.

57  Gilles Candar, « Jean Jaurès et le réformisme », dans Histoire@Politique, 2011/1, n° 13, p. 3.

58  Gilles Candar, « Albert Thomas et la constitution des réseaux : les années 1878-1914 », dans Les cahiers Irice, 2008/2, n° 2, p. 64.

59  Emmanuel Jousse, « La tentation révisionniste et la construction d’un réformisme français », dans Histoire@Politique, 2011/1, n° 13, p. 17-31.

60  Danièle Fraboulet, « L’Union des industries métallurgiques et minières, organisation, stratégies et pratiques du patronat métallurgique (1901-1940) », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2012/2, n° 114, p. 117-135. Il est intéressant de noter que ce sont parfois les mêmes personnes qui travaillent au Musée social dans les années 1890 et se mettent ensuite au service des milieux patronaux. Robert Pinot déploie successivement ses talents d’organisateur au Musée social de 1895 à 1897, puis à la chambre syndicale des fabricants de matériel de chemin de fer avant de rejoindre l’Union des industries métallurgiques et minières.

61  E. Levasseur, Questions ouvrières…, op. cit., p. 378.

62  Gilles Le Béguec, « Les deux scissions du groupe progressiste (1905-1911) », dans Revue du Nord, 2007/2, n° 370, p. 361-375. Aucun progressiste ne participe au gouvernement entre 1899 et 1913.

63Idem, p. 32-35.

64  Alexandre Millerand, Politique de réalisations, Paris, E. Fasquelle, 1911, p. 39.

65  Nonna Mayer, La boutique contre la gauche, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986, p. 106. Le maintien du ministère du Commerce permet aux commerçants d’organiser leur défense, notamment contre le projet d’impôt sur le revenu souhaité par les radicaux.

66  Edmond Théry, Paul Cauwès (préf.), Les progrès économiques de la France : bilan du régime douanier de 1892, Paris, Économiste européen, 1908, p. 14. « La politique d’affaires substituée aux systèmes est celle que l’on suit de tous côtés, avec le sentiment plus ou moins juste des exigences particulières de l’économie nationale. »

Table des illustrations

Titre Évolution des emplois d’encadrement
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Le Commerce français reçoit les échantillons des matières premières qui lui sont présentés par la Paix et l’Abondance
Légende Cette œuvre est exposée en 1897 au salon annuel organisé par la Société des artistes français au palais des Champs-Élysées à Paris, puis installée dans la salle des commissions du ministère du Commerce, rue de Varenne, aujourd’hui salle Sully du ministère de l’Agriculture.
Crédits Panneau de Paul Sinibaldi pour la salle des commissions du ministère du Commerce et de l’Industrie, 1897. © Cheick-Saidou/Min.Agri.Fr.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search