Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Première partie. La naissance du ministère du Commerce

Chapitre premier. La naissance du ministère du Commerce

Texte intégral

  • 1  René Rémond, La République souveraine : la vie politique en France, 1878-1939, Paris, Fayard, 2002

1Au début de la Troisième République, le nombre de ministères est réduit, de l’ordre de neuf ou dix selon les cabinets. La permanence de leurs attributions compense l’instabilité ministérielle, qui résulte du caractère imparfait des institutions adoptées en 18751. Les créations de portefeuilles et les réorganisations sont rares. Aussi, celle effectuée par Gambetta en 1881, quand il fait du Commerce un ministère à part entière, représente-t-elle une étape significative, qui montre une volonté d’orienter l’action de l’État dans un sens nouveau. Pour comprendre le sens de cette mesure, il faut la replacer dans l’histoire des services chargés du Commerce, mais aussi la rapporter à l’évolution des idées économiques et au contexte politique du début des années 1880.

I. L’évolution de l’administration du Commerce

  • 2  Michel Antoine, Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, Genève-Paris, Droz, 1970, p. 169. Les (...)
  • 3  Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.
  • 4  Voir Denis Woronoff, « Penser l’industrie en Révolution », dans L. Bergeron, P. Bourdelais (dir.), (...)
  • 5  Voir R. Catherine, L’Industrie, op. cit., p. 8. Cambacérès évoque les débats qui entourent l’admin (...)
  • 6  Jean Tulard et al., Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2002, Paris, Fay (...)
  • 7  Igor Moullier, Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814), gouv (...)

2L’administration du Commerce n’est pas une création de la Troisième République. Sous l’Ancien Régime, tantôt appelée conseil, tantôt bureau, elle tend à former une entité autonome, assistée d’une instance de débat, le conseil de commerce2. Elle dispose parfois de larges attributions, sous la direction du contrôleur général des Finances3. Dans les premières décennies du xixsiècle, ses compétences évoluent, alternant périodes d’expansion et de contraction. Pendant la Révolution, elle est généralement rattachée au ministère de l’Intérieur, sauf durant la Convention, qui crée une commission de l’agriculture et des arts et une commission du commerce et des approvisionnements4. Napoléon Ier lui donne un souffle inusité, car il souhaite intervenir fortement dans l’économie. Par décret du 22 juin 1811, il constitue un ministère spécifique, celui des Manufactures et du Commerce, avec de vastes compétences, qui comprennent « les manufactures, les fabriques, le commerce, les subsistances, les douanes et le conseil des mines5 », sous l’autorité du comte Collin de Sussy6. Ce ministère ne subsiste que quelques années, puisqu’il est absorbé par les Finances à la première Restauration, puis par l’Intérieur, auquel est rattaché un directeur général de l’agriculture, du commerce, des arts et des manufactures7.

3Une administration indépendante du Commerce est reconstituée sous l’intitulé de ministère du Commerce et des Manufactures dans le gouvernement Martignac, du 29 janvier 1828 au 8 août 1829. Réapparue au début de la monarchie de Juillet, elle n’a qu’une importance secondaire dans les décennies qui suivent, malgré la présence à sa tête de quelques grandes personnalités comme Thiers, ministre du 31 décembre 1832 au 4 avril 1834. Elle fait partie, sous le Second Empire, du grand ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, constitué par décret du 23 juin 1853.

  • 8  Voir Louis Girard, La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Armand Colin, 1952.

4Par décret du 17 juillet 1869, le ministère de l’Agriculture et du Commerce est séparé de celui des Travaux publics, sans que le but de cette décision apparaisse clairement8. Quel sens peut avoir, pour un régime attaché au libéralisme et à la suppression des barrières douanières, la constitution d’un ministère spécifique pour les agriculteurs et les commerçants ? À Paris comme en province, l’administration du Commerce est généralement peu présente, si ce n’est par le biais du préfet, de l’inspecteur des poids et mesures ou encore du médecin commissionné pour effectuer la tournée des pharmacies. Pour les commerçants, qui se retrouvent fréquemment à la chambre consultative des arts et manufactures, à la chambre de commerce, ou encore au tribunal de commerce, où ils se recrutent par cooptation, l’importance des liens personnels prime sur l’action de l’État.

  • 9  Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La Bouillerie », dans Revue histo (...)
  • 10  Voir Robert Schnerb, « La politique fiscale de Thiers », dans Revue historique, 1949, t. CCI-2, p. (...)

5Au début de la Troisième République, les personnalités auxquelles est confié le portefeuille de l’Agriculture et du Commerce, qu’elles soient naturellement réservées comme La Bouillerie, nommé en 1873 en raison de sa fidélité à un parti plutôt que de ses compétences9, ou qu’elles professent le libéralisme le plus orthodoxe, comme Jules Ozenne, secrétaire général du ministère, nommé dans le ministère de Rochebouët constitué le 23 novembre 1877, contribuent à l’effacement de cette administration10.

II. Les débats sur l’intervention de l’État

  • 11  Archives nationales (France) désormais Arch. nat., F12 5071. Rapport du directeur du commerce inté (...)
  • 12  Jean-Philippe Dumas, « Vous allez faire détester la République ! », dans Jean-Louis Robert (dir.), (...)

6Les responsabilités du ministère de l’Agriculture et du Commerce sont néanmoins l’objet de profondes discussions dans les milieux économiques et politiques. Les remous entraînés par la défaite de 1870, dans laquelle certains voient une faillite de l’État mais aussi une conséquence de sa faiblesse, les difficultés que ressentent certains secteurs industriels sous la poussée de la concurrence internationale, mais aussi la comparaison avec d’autres pays, notamment l’Allemagne, incitent à critiquer son abstention11. Tous les partis politiques sont d’accord pour renforcer la police du travail des enfants, dont les défauts seraient une des causes de la défaite de 187012.

  • 13  Voir Lucette Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche : l’enseignement de l’économie politique, 1815-1 (...)
  • 14  Sur l’action de List, voir, par exemple, William Otto Henderson, The Rise of german industrial pow (...)
  • 15  Paul Cauwès, Précis du cours d’économie politique professé à la faculté de droit de Paris, Paris, (...)
  • 16  Voir Didier Taverne, « La tradition éclectique dans la pensée économique française, P. Cauwès, ent (...)
  • 17  Voir Jean-Pierre Machelon, « L’idée de nationalisation en France de 1840 à 1914 », dans Michel Bru (...)
  • 18  Françoise Dreyfus, La liberté du commerce et de l’industrie, Paris, Berger-Levrault, 1971.
  • 19  Émile Levasseur, Questions ouvrières et industrielles en France sous la Troisième République, Pari (...)

7Cet intérêt nouveau pour le Commerce vient d’abord de savants et d’hommes politiques, qui s’accordent pour convenir du nécessaire développement de l’intervention de l’État dans l’économie. On retient généralement que les économistes entendent cantonner l’État dans ses fonctions traditionnelles. C’est négliger une partie de la pensée universitaire, qui, à l’image de Paul Cauwès, entend se démarquer de l’économie politique orthodoxe, telle qu’elle est définie par les disciples de Jean-Baptiste Say. Paul Cauwès est un républicain, intéressé par l’économie sociale. Critiqué par les libéraux, notamment Courcelle-Seneuil13, il prend exemple sur Friedrich List et les États allemands pour défendre l’intervention de l’État14. Jeune chartiste, sorti premier de sa promotion en 1868, il se tourne précocement vers l’économie politique. En 1873, alors qu’il est âgé de seulement trente ans, il assure un cours dans cette matière à la Sorbonne à la place d’Anselme Batbie. Il est l’auteur d’un Précis du cours d’économie politique publié en 1878, puis réédité en 1881, ouvrage monumental dont la version finale de 1893 comprend quatre volumes. Dans celui-ci, il se montre favorable à l’intervention de l’État et lui demande de stimuler, « d’encourager les bonnes méthodes », « d’éclairer la production sur les faits qu’elle a intérêt à connaître », de lui « prêter un secours nécessaire », ou encore de « coordonner les efforts » par « une organisation destinée à rapprocher les intérêts similaires15 ». Tout en connaissant des exemples d’interventionnisme à l’étranger, notamment en Allemagne, Cauwès ne cherche pas à les copier16. Il détaille ce qu’il qualifie tantôt d’attributions facultatives, tantôt d’action supplétive, auxiliaire, ou encore d’encouragement ou d’impulsion, mais s’oppose à l’intervention directe de l’État en faveur des industriels et des commerçants, tout comme au principe des nationalisations, adopté par les socialistes17. Sa doctrine, tout en se démarquant de celle des économistes libéraux, reste fidèle au principe de liberté du commerce et de l’industrie, qui, depuis la Révolution, interdit toute intervention dans la production et l’organisation des métiers18. La position de Cauwès est partagée par d’autres économistes, comme Edmond Villey, qui, bien que libéral, admet un certain interventionnisme, comme d’ailleurs l’Académie des sciences morales et politiques19.

  • 20  Voir Alain Gélédan, « Paul Cauwès, un nationaliste pour l’État régulateur », dans Yves Breton, Mic (...)
  • 21  Émile Levasseur, Résumé historique de l’enseignement de l’économie politique et de la statistique (...)
  • 22  Jean Garrigues, « Léon Say : un libéral sous la Troisième République (1871-1896) », dans Revue his (...)
  • 23  David Le Bris, « Les grands travaux du plan Freycinet : de la subvention à la dépression ? », dans (...)

8Les intuitions de Paul Cauwès font l’objet de critiques nourries dans le monde politique et économique20. Émile Levasseur puis Léon Say, le petit-fils de Jean-Baptiste Say, l’un des plus illustres défenseurs du libéralisme, s’empressent de les combattre21. Paul Cauwès leur apparaît d’autant plus dangereux qu’en demandant à l’État d’apporter un soutien concret aux industriels et aux commerçants, il semble proposer une alternative à la politique défendue par Léon Say et son parti, le centre gauche22, particulièrement favorable aux banques et aux compagnies de chemins de fer, premières bénéficiaires du plan Freycinet23.

  • 24  William Graham Sumner, article « Liberté des échanges », dans Léon Say, J. Chailley, Nouveau dicti (...)

9Un article du Nouveau dictionnaire d’économie politique de Léon Say met en avant les dérives auxquelles pourrait conduire la pensée de Cauwès, la qualifiant sans la citer « d’économie politique romantique », vouée à « suivre les politiciens pour leur fournir des raisons philosophiques à l’appui de ce qu’ils entreprennent24 », et, si l’on en croit Charles Gide, l’enseignement de l’économie politique lui fut quelque temps interdit.

III. Le projet de Gambetta

10De fait, les préoccupations de Cauwès rejoignent celles de certains rivaux de Léon Say et en premier lieu d’une des personnalités les plus éminentes du parti républicain, le président de la Chambre des députés, Léon Gambetta. Fils de commerçant, destiné à reprendre l’épicerie paternelle, celui-ci s’intéresse depuis longtemps aux questions économiques. Élu de Marseille, ville en plein développement commercial, et de Belleville, quartier d’artisans et d’ouvriers indépendants, il fait de la réussite commerciale de la France une priorité politique, essentielle à l’œuvre de relèvement qu’il appelle de ses vœux.

  • 25  L’administration des Colonies sera élevée au rang de ministère par la loi du 20 mars 1894.

11Tout juste nommé président du Conseil, Gambetta crée le 14 novembre 1881 trois nouveaux ministères qu’il charge de mettre en œuvre un programme de réformes économiques : il sépare les ministères de l’Agriculture et du Commerce, auparavant rassemblés en un même portefeuille, et crée de toutes pièces un ministère des Arts, à qui il confie l’enseignement technique. Gambetta détache aussi le sous-secrétariat d’État aux Colonies du ministère de la Marine pour le placer pour la première fois auprès d’un ministère civil, celui du Commerce25.

  • 26  Joseph Reinach, Le ministère Gambetta. Histoire et doctrine (14 novembre 1881-26 janvier 1882), Pa (...)
  • 27  Sur ce point, voir Édouard Lockroy, Au hasard de la vie : notes et souvenirs, Paris, Bernard Grass (...)

12Il n’existe pas d’écrit où Gambetta détaille son programme. Même son secrétaire, Joseph Reinach, qui a consacré un volumineux ouvrage au ministère Gambetta, n’est guère explicite à ce sujet26. On sait néanmoins qu’il est attaché à une démarche pragmatique, la « politique des résultats », qui l’oppose à quelques figures historiques du parti républicain, Louis Blanc ou Edgar Quinet27. La constitution de nouveaux ministères est pour lui le moyen d’une meilleure efficacité de l’action publique et une étape dans la spécialisation des fonctions de l’État.

  • 28  Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires, 1870-1900, Paris, Aubier, 1997, p. 235.

13Dans le court rapport au président de la République dans lequel il présente la création du ministère du Commerce, Gambetta indique que celui-ci doit se préoccuper avant tout du développement du commerce extérieur et des échanges. Gambetta a soutenu sans état d’âme l’intervention et l’établissement du protectorat en Tunisie, dans le but d’ouvrir de vastes débouchés à Marseille. De façon caractéristique, il choisit pour les portefeuilles du Commerce et des Colonies deux jeunes députés favorables au libre-échange, Maurice Rouvier et Félix Faure, représentants des deux plus grands ports français, Marseille et Le Havre28.

  • 29  Patrick Favardin, Christian Lassalle, « Le ministère des Arts », dans Hommage à Léon Gambetta, Par (...)
  • 30  Voir D. Woronoff, « Penser l’industrie en Révolution », op. cit., p. 159-175.
  • 31  Voir, par exemple, Renaud d’Enfert, « L’introduction du travail manuel dans les écoles primaires d (...)
  • 32  Jules Josat, Le ministère des Finances, son fonctionnement, suivi d’une étude sur l’organisation g (...)

14Gambetta nourrit aussi une pensée sociale. Refusant le paternalisme en vogue sous le Second Empire, il pense que les commerçants et les industriels, mais aussi le petit prolétariat des villes et des campagnes, les « couches nouvelles », doivent participer pleinement aux institutions républicaines. Le nouveau ministère des Arts est chargé de mettre en œuvre ses réformes sociales29. L’intitulé du nouveau département rappelle l’acception qu’a ce terme sous la Révolution, à savoir les arts de l’industrie30. Il est chargé des beaux-arts (bâtiments civils, édifices diocésains et cathédrales) et de l’enseignement technique, mais doit aussi remettre à l’honneur le travail manuel31 et le dessin, utiles à de nombreux métiers, notamment dans l’industrie du luxe (mode, articles de Paris, etc.)32.

  • 33  Voir Charles R. Day, Les écoles d’arts et métiers, l’enseignement technique en France, xixe-xxe si (...)
  • 34  Voir Stéphane Laurent, « Art, dessin et industrie », dans La revue du musée des Arts et Métiers, n (...)
  • 35  Voir Félix Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de l (...)
  • 36  Voir Vincent Dubois, « Le ministère des Arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée d’une (...)
  • 37  Antonin Proust, L’art sous la République, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1892, p. 22.

15Les attributions du ministère des Arts semblent inspirées d’un rapport du général Arthur Morin, directeur du Conservatoire des arts et métiers, qui préconise en 1864 l’organisation d’un enseignement technique distinct de l’enseignement général, confié à des praticiens33. Elles tirent aussi profit d’un vaste projet de réforme de l’enseignement du dessin présenté en 1866 par le peintre Eugène Guillaume, membre de l’Académie des beaux-arts, directeur de l’École des beaux-arts de 1864 à 187834. Tous ces projets ont été défendus par un député, Chauchard, qui, avant même Gambetta, a appelé de ses vœux la constitution d’un « ministère du travail, de l’industrie, des métiers, des arts industriels35 », rencontrant un large écho dans la presse artistique36. Comme l’indique son premier titulaire, Antonin Proust : « Dans la pensée de ses fondateurs, le ministère des Arts devait être le véritable ministère du Travail37 ».

  • 38  Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p (...)
  • 39  Chun Soo-Yun, « “Amis de l’agriculture” (1870-1892) ou comment rallier les campagnes à la Républiq (...)

16La création d’un ministère de l’Agriculture est la dernière pièce du dispositif imaginé par Gambetta. Dans son rapport sur la création de ce ministère, il insiste sur l’urgence d’une réforme agricole. Il entend défendre la moyenne et la petite culture contre les grands propriétaires terriens rassemblés dans la Société des agriculteurs de France38, avec laquelle son parti entretient des rapports difficiles, dans le but de rallier durablement les campagnes au régime39.

  • 40  André Daniel, L’année politique 1884, Paris, G. Charpentier et Cie, 1885, p. 41. Il est probable q (...)
  • 41  A. Daniel, L’année politique 1884, op. cit., p. 31. Maurice Rouvier fait adopter « un ordre du jou (...)

17Malgré la démission rapide de Gambetta, mis en minorité à la Chambre des députés en janvier 1882, l’indépendance du ministère du Commerce n’est pas remise en cause40. Les difficultés économiques qui se déclarent en 1883 poussent plusieurs députés gambettistes, notamment Maurice Rouvier et Félix Faure, à demander la poursuite de l’œuvre de réformes lancée par Gambetta41. Dans son rapport sur le budget du ministère du Commerce, déposé le 25 juillet à la Chambre des députés, Félix Faure insiste sur ce point :

  • 42  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p.  (...)

« Nous n’hésitons pas à déclarer que l’intervention de l’état est indispensable, non pas pour créer momentanément une activité artificielle, mais pour aider l’initiative privée, pour lui fournir les éléments généraux dont seul, dans notre système administratif, l’État a la disposition. Le pays qui, chaque année, prélève sur sa fortune les sommes nécessaires pour assurer sa défense et développer ses institutions, a le droit de réclamer l’emploi au mieux des intérêts généraux de ce prélèvement que le gouvernement reçoit sous forme d’impôts. L’État n’a pas pour mission de favoriser telle ou telle industrie ; il a pour devoir de procurer à la nation qui travaille, produit et échange, le concours nécessaire pour améliorer ses moyens d’action dans l’intérêt de la fortune publique. Toutes les branches de la production réclament ce concours pour la préparation et pour le meilleur emploi des forces dont elles disposent42. »

  • 43  A. Daniel, L’année politique 1884, op. cit., p. 27-29. « Nous ne faisons pas de la thérapeutique, (...)
  • 44  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 21.

18Les thèmes défendus par l’ancien sous-secrétaire d’État aux Colonies sont abondés par plusieurs députés. Au nom des radicaux, Georges Clemenceau demande à l’État de prendre des mesures en faveur des ouvriers touchés par le chômage. Le sujet est longuement débattu à la Chambre du 24 janvier au 2 février 1884. Le président du Conseil, Jules Ferry, insiste sur le fait que l’État ne doit pas apporter de « remèdes immédiats » aux problèmes des ouvriers mais assumer ses responsabilités de « surintendant naturel, le plus compétent, de la prévoyance sociale43 ». Il suggère la création d’une grande commission d’enquête « sur la situation des ouvriers de l’agriculture et de l’industrie en France et sur la crise parisienne », dont la présidence est confiée à un ancien collaborateur de Gambetta, Eugène Spuller44.

  • 45  Sont concernés les ports de Bordeaux, de Cherbourg, de Rouen, du Havre, de Boulogne et de Dieppe.
  • 46  Le 27 mai 1884, il demande l’ouverture au ministre du Commerce d’un crédit de 1 665 695 francs pou (...)
  • 47  Ministère des Affaires étrangères désormais MAE, correspondance interministérielle, 422QO 188. Cor (...)

19Le ministre du Commerce de Jules Ferry, Charles Hérisson, propose de nombreuses mesures pour répondre aux demandes des députés. Il veut relancer le commerce avec l’étranger par la conclusion de traités de commerce mais aussi développer le commerce maritime, en modernisant les ports45. Responsable des questions sociales, après la dévolution d’une partie des attributions du ministère des Arts, supprimé, il s’intéresse spécialement aux ouvriers. Il dépose des projets de loi sur la caisse des retraites pour la vieillesse, les conseils de prud’hommes et les Caisses d’épargne, et demande des crédits pour rénover les établissements d’enseignement technique46. Enfin, pour développer la notoriété des produits français, il soutient la participation de sociétés françaises à l’Exposition internationale d’électricité de Philadelphie ainsi qu’à celle des moteurs et machines pour la petite industrie, prévue à Vienne en 188547.

20Alors que le Second Empire mettait l’accent sur le libéralisme économique, l’intérêt nouveau manifesté au début de la Troisième République par les milieux académiques, mais aussi par les hommes politiques, pour l’intervention de l’État justifie la création d’un nouveau ministère chargé du Commerce. Son titulaire s’efforce de faire des propositions de réformes, pour permettre à la France de renforcer son économie, point essentiel de l’œuvre de relèvement engagée au lendemain de la défaite dans la guerre de 1870.

Notes

1  René Rémond, La République souveraine : la vie politique en France, 1878-1939, Paris, Fayard, 2002.

2  Michel Antoine, Le Conseil du Roi sous le règne de Louis XV, Genève-Paris, Droz, 1970, p. 169. Les députés du commerce sont élus par les chambres de commerce du royaume et, à partir de 1761, des colonies.

3  Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

4  Voir Denis Woronoff, « Penser l’industrie en Révolution », dans L. Bergeron, P. Bourdelais (dir.), La France…, op. cit., p. 169-172.

5  Voir R. Catherine, L’Industrie, op. cit., p. 8. Cambacérès évoque les débats qui entourent l’administration du Commerce dans ses Mémoires.

6  Jean Tulard et al., Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État, 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 45.

7  Igor Moullier, Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814), gouverner la France après le 18 Brumaire, thèse de doctorat en histoire, université de Lille III, sous la direction de G. Gayot, 2004.

8  Voir Louis Girard, La politique des travaux publics du Second Empire, Paris, Armand Colin, 1952.

9  Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La Bouillerie », dans Revue historique, 1977, n° 1, p. 94.

10  Voir Robert Schnerb, « La politique fiscale de Thiers », dans Revue historique, 1949, t. CCI-2, p. 207.

11  Archives nationales (France) désormais Arch. nat., F12 5071. Rapport du directeur du commerce intérieur, Dumoustier de Frédilly, au ministre, 14 mars 1871. Les lacunes de l’administration du Commerce apparaissent de façon criante durant la guerre de 1870. « La police sanitaire [est] une des grandes préoccupations de la délégation » installée à Tours le 11 septembre 1870, sous la férule du directeur du commerce intérieur. Absorbé par les problèmes agricoles et le ravitaillement, le ministère ne peut faire face à toutes ses tâches.

12  Jean-Philippe Dumas, « Vous allez faire détester la République ! », dans Jean-Louis Robert (dir.), Inspecteurs et inspection du travail sous la IIIe et IVRépublique, Paris, ministère de l’Emploi et de la Solidarité-La Documentation française, 1998, p. 34-40.

13  Voir Lucette Le Van-Lemesle, Le juste ou le riche : l’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, p. 297-299, http://books.openedition.org/igpde/2584.

14  Sur l’action de List, voir, par exemple, William Otto Henderson, The Rise of german industrial power, 1834-1914, Berkeley, University of California Press, 1975. En Allemagne, l’Administration intervient de façon parfois très importante dans l’industrie, prenant des participations au capital des grandes entreprises et investissant directement dans des secteurs jugés stratégiques.

15  Paul Cauwès, Précis du cours d’économie politique professé à la faculté de droit de Paris, Paris, L. Larose et Forcel, 1881, t. I, p. 104.

16  Voir Didier Taverne, « La tradition éclectique dans la pensée économique française, P. Cauwès, entre individualisme et socialisme », dans Pierre Dockès, Ludovic Frobert, Gérard Klotz, Jean-Pierre Potier et André Tiran (dir.), Les traditions économiques françaises, 1848‑1939, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 2000.

17  Voir Jean-Pierre Machelon, « L’idée de nationalisation en France de 1840 à 1914 », dans Michel Bruguière, Jean Clinquart, Micheline Guillaume-Hofnung et al., Administration et contrôle de l’économie, 1800-1914, Genève, Droz, 1985, p. 1-46.

18  Françoise Dreyfus, La liberté du commerce et de l’industrie, Paris, Berger-Levrault, 1971.

19  Émile Levasseur, Questions ouvrières et industrielles en France sous la Troisième République, Paris, A. Rousseau, 1907, p. 378. En 1878, le rapporteur du concours proposé par l’Académie des sciences morales et politiques sur le thème « Du rôle de l’État dans l’ordre économique. Rechercher et montrer quels sont dans l’ordre économique les besoins dont la satisfaction requiert le concours de l’État et quelles règles doivent présider à ce concours [mais aussi] quelles limites lui assigne l’intérêt public » conclut : « L’histoire prouve qu’il peut se produire simultanément un développement parallèle de la liberté et de l’État. »

20  Voir Alain Gélédan, « Paul Cauwès, un nationaliste pour l’État régulateur », dans Yves Breton, Michel Lutfalla (dir.), L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Economica, 1991, p. 335-351.

21  Émile Levasseur, Résumé historique de l’enseignement de l’économie politique et de la statistique en France, Paris, Guillaumin et Cie, 1883, p. 33 (extrait du Journal des économistes, novembre 1882).

22  Jean Garrigues, « Léon Say : un libéral sous la Troisième République (1871-1896) », dans Revue historique, CCLXXXVI/1, 1992, p. 119-141 ; idem, « Léon Say : principes libéraux et gestion républicaine 1871-1896 », dans Études et documents, I, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 1989, p. 149-190.

23  David Le Bris, « Les grands travaux du plan Freycinet : de la subvention à la dépression ? », dans Entreprises et histoire, 2012/4, n° 69, p. 8-26. Le plan Freycinet s’appuie sur un premier emprunt de 500 millions en 1878, suivi d’un second emprunt d’un milliard en 1881. L’auteur dresse un florilège des critiques auxquelles a donné lieu la « folie Freycinet ».

24  William Graham Sumner, article « Liberté des échanges », dans Léon Say, J. Chailley, Nouveau dictionnaire d’économie politique, Paris, Guillaumin et Cie, 1892, t. II, p. 164.

25  L’administration des Colonies sera élevée au rang de ministère par la loi du 20 mars 1894.

26  Joseph Reinach, Le ministère Gambetta. Histoire et doctrine (14 novembre 1881-26 janvier 1882), Paris, G. Charpentier, 1884.

27  Sur ce point, voir Édouard Lockroy, Au hasard de la vie : notes et souvenirs, Paris, Bernard Grasset, 1913, p. 240.

28  Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires, 1870-1900, Paris, Aubier, 1997, p. 235.

29  Patrick Favardin, Christian Lassalle, « Le ministère des Arts », dans Hommage à Léon Gambetta, Paris, ministère de la Culture, Délégation aux célébrations nationales, 1982, p. 103‑119.

30  Voir D. Woronoff, « Penser l’industrie en Révolution », op. cit., p. 159-175.

31  Voir, par exemple, Renaud d’Enfert, « L’introduction du travail manuel dans les écoles primaires de garçons, 1880-1900 », Histoire de l’éducation, 2007, n° 113, p. 35-40. Les travaux manuels à l’école sont introduits par la loi du 28 mars 1882.

32  Jules Josat, Le ministère des Finances, son fonctionnement, suivi d’une étude sur l’organisation générale des autres ministères, Paris, Berger-Levrault, 1882, p. 816. Il assure l’inspection et la surveillance de l’enseignement du dessin dans les écoles normales d’instituteurs et d’institutrices, dans les écoles primaires ainsi que dans les collèges et les lycées.

33  Voir Charles R. Day, Les écoles d’arts et métiers, l’enseignement technique en France, xixe-xxe siècle, Paris, Belin, 1991, p. 60-65 ; Claudine Fontanon, « Le Conservatoire national des arts et métiers (1794-1920) », dans L. Bergeron, P. Bourdelais (dir.), La France…, op. cit., p. 288.

34  Voir Stéphane Laurent, « Art, dessin et industrie », dans La revue du musée des Arts et Métiers, n° 16, septembre 1996, p. 16-24 ; Stéphane Lembré, L’école des producteurs, aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 127.

35  Voir Félix Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi portant budget général… (ministère du Commerce), 25 juillet 1883, n° 2210, dans Documents parlementaires, Chambre, [1883], p. 1247.

36  Voir Vincent Dubois, « Le ministère des Arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée d’une politique artistique républicaine », dans Sociétés & Représentations, 2001/1, n° 11, p. 229-261. Dans ses rapports sur le budget des Beaux-Arts en 1879 et 1880, Antonin Proust se prononce pour la création d’un ministère indépendant. Cette demande est relayée en 1881 par le Journal des Arts et L’Art, qui évoquent le précédent de la fin du Second Empire, quand le ministère de la Maison de l’empereur avait été transformé en ministère des Beaux-Arts.

37  Antonin Proust, L’art sous la République, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1892, p. 22.

38  Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Seuil, 1984, p. 73 ; Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 80.

39  Chun Soo-Yun, « “Amis de l’agriculture” (1870-1892) ou comment rallier les campagnes à la République ? », dans Histoire & Sociétés Rurales, 2003/2, vol. 20, p. 147-172.

40  André Daniel, L’année politique 1884, Paris, G. Charpentier et Cie, 1885, p. 41. Il est probable que le krach de l’Union générale ait incité le nouveau président du Conseil, Charles de Freycinet, à ne pas revenir sur la création du ministère du Commerce, favorablement perçue par les commerçants et les industriels, alors que certains craignaient que la crise financière se propage à l’industrie. André Daniel note aussi que la crise financière empêcha le gouvernement d’émettre de nouveaux emprunts pour financer les grands travaux, l’obligeant à imaginer une autre politique.

41  A. Daniel, L’année politique 1884, op. cit., p. 31. Maurice Rouvier fait adopter « un ordre du jour accepté par le gouvernement et affirmant sa résolution de poursuivre l’œuvre de réformes économiques ».

42  F. Faure, Rapport fait au nom de la commission du budget…, op. cit., 25 juillet 1883, n° 2210, p. 1245-1246. Pour Félix Faure, le ministère du Commerce doit intervenir prioritairement dans quatre domaines : la propriété industrielle, pour laquelle une première convention internationale a été signée à Paris le 20 mars 1883 ; l’enseignement technique, dont les Français ont « été les initiateurs » et où l’État peut se développer « soit en secondant les efforts de l’initiative privée, des municipalités, des chambres de commerce, soit en provoquant la création d’écoles et de cours spéciaux à l’aide d’une participation bien entendue » ; le commerce extérieur, qui peut se redresser à condition de fédérer les efforts des différentes administrations ; les transports, pour lesquels « l’État a également le devoir de doter la production de l’outillage matériel qui lui est nécessaire ».

43  A. Daniel, L’année politique 1884, op. cit., p. 27-29. « Nous ne faisons pas de la thérapeutique, mais de l’hygiène sociale. »

44  I. Lespinet-Moret, L’Office du travail…, op. cit., p. 21.

45  Sont concernés les ports de Bordeaux, de Cherbourg, de Rouen, du Havre, de Boulogne et de Dieppe.

46  Le 27 mai 1884, il demande l’ouverture au ministre du Commerce d’un crédit de 1 665 695 francs pour la construction et l’installation de l’École centrale des arts et manufactures et, le 2 août, l’octroi d’un crédit extraordinaire de 72 945 francs pour l’achèvement des travaux de reconstruction de l’école nationale d’horlogerie de Cluses, en Haute-Savoie.

47  Ministère des Affaires étrangères désormais MAE, correspondance interministérielle, 422QO 188. Correspondance échangée entre le ministère des Affaires étrangères et celui du Commerce, 1884.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search