Version classiqueVersion mobile

L’État, moteur du progrès

 | 
Jean-Philippe Dumas

Préface

Olivier Faron

Texte intégral

1L’État, moteur du progrès ? Comment ne pas être saisi par l’importance historique et l’actualité extrême d’une telle problématique ? Une question prégnante que Jean-Philippe Dumas traite à travers une analyse à la fois précise et riche du ministère du Commerce et de l’Industrie pendant une période qui s’impose : celle qui permet à la République de s’installer définitivement entre 1870 et le début de la Première Guerre mondiale. J.-P. Dumas le fait avec la rigueur de l’archiviste confirmé et reconnu, mais aussi grâce à son talent d’historien qui a identifié un objet jamais abordé auparavant, et cela, de façon exhaustive. Il a su inventer à la fois un sujet et les sources afférentes.

2C’est bien l’un des représentants les plus qualifiés du monde de l’archivistique française, aujourd’hui en responsabilité auprès du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI), qui affirme son parcours d’historien, commencé par une thèse remarquée de l’École des chartes sur le ministère du Commerce et de l’Industrie, analysé sur une période plus courte (1899-1914), thèse soutenue en 1992. Suivent quatorze années de dépouillements nourris avant la soutenance, en décembre 2006, d’une thèse de l’École pratique des hautes études sous la direction de François Monnier. Le jury avait relevé la qualité et la maîtrise des corpus documentaires. Face à des sources manuscrites malheureusement un peu décevantes, il fallait aller vers des sources imprimées – elles, particulièrement riches –, à l’image des rapports de la commission du budget de la Chambre des députés. Mais J.-P. Dumas a su aussi s’inspirer de l’historiographie anglo-saxonne, en allant vers des ressources au sein des territoires, telles que les archives départementales ou les fonds d’instances cruciales pour le sujet abordé, comme celles des chambres de commerce, à commencer par celle de Paris…, sans oublier les ressources de son ministère de tutelle, le MAEDI. J.-P. Dumas a su enfin refondre et enrichir son travail de doctorat, en particulier à travers l’exploitation du fonds resté inédit de Fernand Chapsal, l’un des responsables majeurs des questions commerciales pendant la période sous observation.

3J.-P. Dumas se démontre totalement à son aise pour allier l’investigation de champs pionniers, chère à l’historien, à un impressionnant appareil de notes appuyées sur une maîtrise historiographique digne d’éloges, propre à l’archiviste. 1870 est le début logique mais c’est surtout 1881 qui marque une césure, quand Gambetta décide d’associer au commerce un ministère de plein exercice, même si, bien sûr, une administration y était consacrée antérieurement. Gambetta – bien connu de J.-P. Dumas, qui lui a consacré une biographie qui fait date, publiée en 2011, et qui s’ajoute à d’autres travaux scientifiques de sa part, tous dignes d’éloges – est d’ailleurs un fil rouge. C’est en effet Gambetta qui annonce la nécessité d’une « politique des résultats ».

4La force du livre de J.-P. Dumas est de s’inscrire dans une galaxie particulièrement riche de travaux pionniers, qui dépassent largement leur périmètre monographique pour bâtir une nouvelle historiographie. Les citations précises assurent des passerelles avec une multitude d’études centrales : du Christian Topalov des réseaux réformateurs au Christophe Charle des hauts fonctionnaires ou des élites ; du François Ewald de l’État providence au Patrick Fridenson des organisations ; de l’André Gueslin de l’économie sociale au Dominique Barjot de l’économie entrepreneuriale ; des études de Lion Murard et Patrick Zylberman sur l’hygiénisme aux travaux de Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie sur l’enseignement technique ; du Jean-Pierre Machelon de la République et des libertés au Vincent Dubois de la construction politique, sans oublier les avancées apportées par Bruno Dumons et Gilles Pollet sur la question des retraites… C’est dans cet univers si riche que le livre de J.-P. Dumas s’impose.

5Entre 1870 et 1914, le ministère du Commerce renvoie à une centaine d’agents, répartis entre quelques directions. J.-P. Dumas apporte à la réflexion historiographique des outils prosopographiques précieux tels que des tableaux rassemblant tous les paramètres des carrières des directeurs du ministère du Commerce ou des membres du cabinet du ministre. Autant d’apports nouveaux à une histoire du personnel administratif dont certains représentants ont été des acteurs décisifs, comme Chapsal ou Simiand. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les forces vives du ministère sont souvent plus proches des élites savantes et/ou académiques que des dirigeants du monde socio-économique. Le manque chronique de moyens est patent, renforçant une certaine propension de tous ces cadres à privilégier le conceptuel à l’opérationnel.

6En général, les carrières sont longues et stables. Les réseaux personnels sont forts et les ministères se chamaillent sur leurs périmètres respectifs : par exemple, Commerce versus Instruction publique pour le contrôle de l’enseigne­ment technique. Des agents du ministère ont à travailler avec le Parlement, qui maîtrise en partie les avancées du droit commercial. Une loi de 1857 statue sur la protection de marques, qui doivent être déposées auprès des greffes des tribunaux de commerce. Un exemplaire est envoyé au Conservatoire national des arts et métiers, qui joue un rôle de dépôt central et conserve une collection de dessins techniques. Le Cnam est un véritable carrefour. Millerand y crée un Office national de la propriété industrielle, alors que l’établissement accueille un musée de la Prévention des accidents de travail en 1904, et surtout a la responsabilité des contenus enseignés au sein des établissements techniques, par exemple dans les écoles d’arts et métiers. Le Cnam est bien « la Sorbonne de l’industrie », pour reprendre les mots du ministre Dubief, et peut s’enorgueillir de ses chaires, mais aussi de conférences publiques sur des sujets d’actualité, et cela, le dimanche.

7Au-delà du cadre institutionnel, la question centrale posée par l’ouvrage de J.-P. Dumas est celle de l’action menée. L’administration doit s’adapter à une augmentation des activités commerciales pendant la période sous observation, et notamment à la poussée des échanges internationaux, qui mettent les questions douanières sur le devant de la scène. C’est bien toute une diplomatie commerciale qui se met en place. Le commerce extérieur est porté par un office, par des conseillers généralement bénévoles, mais aussi à travers les premiers postes d’attachés commerciaux, aptes à assurer le rayonnement de la France.

8Penser le commerce internationalement n’est pas exempt, à l’époque, de préoccupations hygiénistes. Il s’agit en particulier de surveiller les navires entrants. La police sanitaire et industrielle est confiée à un bureau ad hoc. Cette préoccupation hygiéniste pèse aussi dans le pays, notamment pour les inspections des pharmacies ou le contrôle des eaux minérales… sans oublier les établissements thermaux, soumis aussi à des vérifications tatillonnes – quand bien sûr les moyens pour le faire sont au rendez-vous. L’un des outils majeurs est le « fameux » classement des établissements dits « dangereux et insalubres ». J.-P. Dumas montre alors avec brio combien joue l’articulation entre le ministère et l’administration au cœur des territoires. En définitive, c’est bien le ministère qui tranche cette articulation suggestive entre local et national.

9L’un des enjeux majeurs est la maîtrise de l’information sur le commerce, de sa collecte à son élaboration. Certaines statistiques sont par exemple émises par l’Office du travail. Le commerce doit être en effet montré, démontré, présenté, et donc avoir ses lieux, ou mieux : ses espaces. Certes, les musées commerciaux échouent, à commencer par celui projeté au Cnam, car « au centre du quartier des affaires ». Foin des musées, place aux expositions universelles, en France ou à l’étranger. Les expositions donnent lieu à des reconnaissances, telles que l’attribution de médailles. Les hommes politiques de l’époque adorent faire rimer leur République chérie avec l’attribution de médailles d’honneur du travail, en particulier à des ouvriers.

10Le commerce passe aussi par des relais comme les sociétés ou associations d’intérêt général. Le ministère sait générer des lieux de rencontre originaux. En revanche, ce n’est que très lentement qu’est instaurée une forme d’emprise sur les compagnies d’assurances. Soutenir les coopératives semble une piste très fructueuse, sauf que cela induit une forte contradiction, car les coopératives sont aussi des initiatives qui contrecarrent les formes plus classiques de commerce. En définitive, la question d’une pédagogie du commerce s’impose quand s’opère la création d’une administration de l’enseignement technique. Si la première école de commerce voit le jour en 1820, c’est en 1881 qu’est fondée l’École des hautes études commerciales. En 1914, 73 écoles pratiques de commerce et d’industrie dispensent leurs savoirs.

11Mais le commercial, voire l’économique, renvoie implicitement et surtout de plus en plus directement à la sphère du social. À partir de 1886, le ministère du Commerce est ainsi responsable des syndicats, en s’efforçant de les soutenir, notamment via l’organisation d’enseignements ad hoc. Dans l’agenda des politiques publiques, le travail des enfants occupe une place particulière. Une commission supérieure s’en charge, en veillant à produire son lot de règlements. Là aussi, l’approche multipolaire de J.-P. Dumas apporte des résultats nouveaux, en montrant combien pèsent les aléas de la décentralisation. Une redéfinition, voire une rupture essentielle, revient à la mise en place d’un ministère du Travail autonome à partir de 1906, alors qu’avant, l’ensemble de ces questions relevait du ministère du Commerce.

12Au-delà de toutes ces approches, ressort la question politique. La politique a-t-elle ou non influencé le système ? Avec l’arrivée de Millerand au ministère en 1899, c’est bien une forte personnalité politique qui s’empare de la question. Pourtant, même s’il enclenche des décrets afin de stabiliser les salaires, le millerandisme est constellé d’échecs : échec pour organiser des conseils du travail ; échec pour instaurer un salaire minimum comme arme antichômage… Autant Millerand pose les bonnes questions, autant il est singulièrement désarmé pour apporter les bonnes réponses. Il se heurte au mur de plus en plus rigide qui oppose patrons et syndicats. Le millerandisme ou un volontarisme sans lendemain ?

13Au-delà de grandes figures comme Millerand, Doumergue ou Siegfried, les notices biographiques patiemment rassemblées par J.-P. Dumas permettent de comprendre l’ascension de la quarantaine de ministres, parfois tombés dans l’oubli, en charge du portefeuille du Commerce entre février 1871 et 1914. Certains ont le temps de laisser une trace, intervenant dans plusieurs cabinets différents, alors que d’autres ne restent en place que quelques semaines, voire quelques jours. On trouve beaucoup de commerçants ou d’industriels, bien sûr, mais aussi des avocats et des journalistes. Beaucoup sont francs-maçons. La ligne de clivage principale reste le choix entre libéralisme et protectionnisme, même si certains n’hésitent pas à passer de l’un à l’autre pour satisfaire des clientèles électorales.

14En définitive, le système est-il capable de s’autoréguler ? C’est bien le cœur d’un ouvrage qui a préféré la mise en question problématique à un récit chronologique stricto sensu, ce qui n’exclut bien sûr pas nombre de mises en perspective particulièrement intéressantes. La « marche des affaires » renvoie-t-elle à une « capacité d’évolution de l’administration » ? En fait, l’État apparaît comme un levier de soutien aux affaires, mais un acteur qui préfère souvent une forme de prudence à même de contrebalancer les crises que la volonté d’animer et de créer du nouveau. L’État doit et souvent peut intervenir, mais les conclusions de J.-P. Dumas sont sans appel. Souvent, en effet, ses marges de manœuvre sont faibles. Il échoue ainsi à soutenir la marine marchande ou à défendre la propriété industrielle. Il échoue aussi à influencer tant les caisses d’épargne que les sociétés d’assurances, alors que le sort des ouvriers ne s’améliore guère.

15J.-P. Dumas aboutit au constat que la France se démontre moins capable que l’Allemagne de saisir la valeur stratégique de l’invention. L’analyse du ministère du Commerce permet d’éclairer la constitution d’un clientélisme des républicains conciliant mise en place de lobbys et constitution d’un socle idéologique. Ce socle est central. Il est nourri de libéralisme, mais d’un libéralisme qui peut être tempéré, voire entravé en cas de défaillance des initiatives individuelles. Se met en place un idéal républicain de promotion par la science et par le travail. Et si, en définitive, la réussite de ce ministère du Commerce n’avait pas été de contribuer à l’adhésion des classes moyennes à la République, au nom d’un élitisme républicain de bon aloi ? Et si Gambetta n’avait pas réussi ? En tout cas, une réussite est avérée : celle de J.-P. Dumas, qui réussit à nous apprendre, à nous convaincre, à nous séduire.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search