Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

États sommaires des sources de l’histoire des banques pendant la première guerre mondiale

État sommaire des archives sur les banques pendant la première guerre mondiale conservées par le service des Archives économiques et financières des ministères économiques et financiers

Pascal Gallien

Texte intégral

1Le service des Archives économiques et financières (SAEF), rattaché au bureau Documentation et archives du Secrétariat général des ministères économiques et financiers, conserve dans ses locaux de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) les archives versées par l’administration centrale desdits ministères et les opérateurs de l’État de la sphère économie-finances depuis le xixe siècle. Les archives du SAEF sont organisées autour de différents pôles : archives des ministres et des directions de l’administration centrale, archives de l’ancienne direction des Monnaies et Médailles, archives de la Compagnie des agents de change de Paris, du SEITA, de l’Imprimerie nationale, etc., auxquelles s’ajoutent des fonds sous tutelle du ministère des Finances depuis 1944 et des fonds privés de hauts fonctionnaires. Ces archives historiques sont complétées par une riche bibliothèque administrative et historique, une iconothèque et des collections muséographiques, qui constituent autant de sources sur l’histoire de la première guerre mondiale.

2Ces différentes sources mettent en relief les défis économiques et financiers nés de la guerre, ainsi que les évolutions générées dans l’organisation et les pratiques administratives du ministère des Finances pour conduire, avec l’aide des banques, la mobilisation du budget de la nation et de l’épargne vers un seul but : la victoire militaire. L’objectif commun s’exprime dans les fonds et les collections du SAEF plus particulièrement sous deux angles qui seront développés dans ces lignes : collaboration entre le ministère et les banques pour le financement de la Défense nationale, et conséquences de la guerre sur l’activité des banques.

3Les recherches peuvent cependant naturellement être élargies ou affinées par la consultation d’archives mais aussi par celle des collections de la bibliothèque du SAEF, qui permettent tout aussi bien de lire des ouvrages tels que La banque à travers les âges de l’auteur polémique Achille Dauphin-Meunier, Les finances de guerre de la France d’Henri Truchy, L’effort économique de la France pendant deux ans et demi de guerre rédigé en 1917 par le Bureau d’études de l’information diplomatique ou encore le rapport sur la réforme du Crédit industriel et commercial prévue en 1914, ainsi que des livres plus généraux. Institutions majeures du financement de la guerre, les banques sont prises en compte au plus haut niveau et donc évoquées – brièvement – dans deux ouvrages du ministre des Finances Alexandre Ribot conservés à la bibliothèque, Journal d’Alexandre Ribot et correspondances inédites. 1914‑1922, et Lettres à un ami. Souvenirs de ma vie politique, qui, en l’absence des archives – conservées aux Archives nationales de Pierrefitte – des ministres des Finances ayant exercé pendant le conflit, permettent d’aborder au SAEF le sujet des relations entre les banques et le ministère.

I. Le ministère des Finances et les banques commerciales

4Le chercheur pourra aussi avantageusement consulter les peluriers départ des dépêches télégraphiques (cotes B-0033077 à B-0033108) que les directions souhaitaient envoyer et qui transitaient toutes par le cabinet du ministre. Si ces dépêches concernent essentiellement des commandes, des transactions financières et des questions de personnel, il est également possible d’y trouver des documents se rapportant à l’application et aux conséquences des différentes lois et arrêtés ayant un impact sur l’activité bancaire, parmi lesquels la loi du 1er juillet 1916 sur la contribution extraordinaire sur les bénéfices exceptionnels ou supplémentaires, la loi du 13 mars 1917 sur l’organisation du crédit aux petites et moyennes entreprises du commerce et de l’industrie – qui va permettre la constitution des banques populaires –, l’arrêté du 6 septembre 1917 créant la Commission de surveillance des banques coloniales, ainsi que la loi du 3 avril 1918 portant réglementation des exportations de capitaux et des importations de titres ou de valeurs mobilières. Sur ces sujets, les archives des directions seront néanmoins à étudier en priorité lorsque des dossiers constitués ont été conservés.

5Financée par l’impôt, avec notamment la création de la contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre, la guerre le fut également par l’émission de bons et l’emprunt, pour le placement desquels les banques jouèrent un rôle essentiel. Rappelons que, si jusqu’en 1914 les bons du Trésor sont un moyen de financement essentiellement réservé aux banques et à certaines entreprises, le ministère émet suite à un décret du 13 septembre 1914, de manière permanente et sans plafonnement, des bons auprès du grand public appelés bons de la Défense nationale. Pour encourager la souscription et mobiliser l’épargne des particuliers (et des entreprises), ces bons firent, tout comme les quatre emprunts qui se succèdent entre 1915 et 1918, l’objet de campagnes de communication intenses orchestrées par le ministère et les banques sur divers supports, parmi lesquels les affiches, dont certaines sont restées célèbres tant par l’illustration que par le nom de l’artiste. Ainsi sont conservées au SAEF des affiches de banques françaises et étrangères dont le nom nous est encore familier (Crédit Lyonnais, Société générale, Banque de Paris et des Pays-Bas) ou aujourd’hui disparues (Société centrale des banques de province, Crédit français, Banque anglo-sud américaine, Cox), créées par des artistes, tels Francisque Poulbot, Lucien Lévy-Dhurmer et Abel Faivre. Exploitant des thèmes mobilisateurs pour drainer l’argent – les poilus, les réfugiés, la défense de la patrie, etc. –, ces documents iconographiques constituent un témoignage important de la propagande et de la pression morale mise sur ceux qui détiennent de l’épargne. Après-guerre, État et banques poursuivent leurs campagnes d’affichage, appelant à poursuivre la mobilisation financière pour la reconstruction en exploitant cette fois-ci de nouveaux thèmes : ruines, familles réunies, scènes de travail, etc.

6Cette action commune pour le placement des bons de la défense nationale et de l’emprunt se traduit dans les archives du Mouvement général des fonds sous la forme de dossiers (cotes B-0061782 à B-0061798) de correspondance contenant des demandes de bons, le suivi des souscriptions, des bilans de placements fournis par les banques ou établis par les services du ministère. La mobilisation des institutions bancaires nationales allait de soi, celle des établissements étrangers se fait en lien avec les agents des services diplomatiques et financiers français. De riches dossiers sont ainsi conservés – là aussi dans les archives du Mouvement général des fonds – sur les relations avec les États-Unis (cotes B-0062505 à B-0062536, B-0063873), pays dans lequel des banques ont émis et souscrit des bons du Trésor français, mais aussi avec le Royaume-Uni (cotes B-0064332 à B-0064337), qui fut également un important prêteur pendant la guerre, ou encore de façon plus anecdotique avec l’Égypte. La densification des relations économiques et financières avec les Alliés conduit au renforcement de la présence administrative de la France à l’étranger. Ainsi, une agence financière du Gouvernement français aux États-Unis est créée en 1915, dont le responsable gérait le compte courant de la France, ouvert auprès de la banque JP Morgan (cotes B-0063873, B-0063621). Il effectuait à ce titre toutes les opérations nécessaires : mouvements de fonds, placements, avances temporaires, etc. D’intéressants échanges de correspondance entre la Banque JP Morgan et les ministères des Affaires étrangères et des Finances montrent d’ailleurs les relations quotidiennes mais aussi les tensions qui ont pu exister entre les différents interlocuteurs.

7Si le financement de la Défense nationale par les banques occupe une large place dans les fonds du SAEF, les archives permettent également d’étudier des conséquences de la guerre sur le fonctionnement de celles-ci, pendant et après le conflit. À noter particulièrement les études par les services des contributions directes des bilans financiers du secteur bancaire comme de tous les autres secteurs d’activité, au titre du contrôle, mais aussi afin de soumettre les sociétés à la contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre. Des tableaux recensant les bilans, parfois commentés par les agents chargés du contrôle, sont ainsi conservés.

8Dans la région d’Alsace-Moselle, des dossiers spécifiques sont établis au lendemain de la guerre (cotes B-0060997 à B-0061019) afin de déterminer la valorisation des banques, leur crédit de vérification, d’étudier leurs bilans et leurs créances contentieuses. Ces établissements subissent également une réorganisation de leur encadrement, qui se traduit par le remplacement de dirigeants ou de membres du conseil de surveillance en raison de leur nationalité.

II. Banque de France, Caisses d’épargne, Compagnie des agents de change

9Il convient par ailleurs de décrire les fonds d’institutions dont l’activité présente un lien avec les banques commerciales et qui constituent à ce titre des sources complémentaires pour l’étude de celles-ci.

10Ainsi, le SAEF conserve des archives relatives à la « Banque de l’État », surnom parfois donné à la Banque de France, concernant plus spécifiquement son organisation, son fonctionnement et son personnel. Elles permettent également de suivre sa participation à la souscription aux emprunts de guerre et aux opérations bancaires, ses relations avec les directions, etc. La Banque a en effet offert quotidiennement son aide à l’État pour financer la guerre, mobilisant l’or du pays et répondant entre autres partiellement aux besoins monétaires du pays en augmentant le nombre de billets en circulation ou en portant des crédits d’emprunts pour le compte du Trésor.

11Dans la mesure où elles ont contribué à la vulgarisation et au succès des souscriptions nationales depuis le xixe siècle en drainant les économies de la population, il convient de rappeler que le SAEF conserve les archives des Caisses d’épargne, alors sous la surveillance des receveurs des finances et soumises aux vérifications des inspecteurs des Finances. Si on note fort logiquement un relâchement du contrôle du ministère sur les Caisses pendant la première guerre mondiale, il n’en reste pas moins possible d’étudier l’évolution de celles-ci durant la période au regard des notes et de la correspondance, ainsi que des textes officiels (circulaires, arrêtés…) produits par la direction du Mouvement général des fonds et les Caisses, mais aussi les résumés de vérification de caisse.

12Enfin, parmi les dossiers de la Compagnie des agents de change conservés au SAEF, signalons en particulier les dossiers d’émission d’emprunts par des sociétés cotées, auxquelles les banques souscrivent ; quelques dossiers concernent par ailleurs directement les emprunts effectués par des banques, françaises ou étrangères, ou leur cotation. Les archives de la Compagnie des agents de change, dont les registres des décisions et avis du secrétariat général et les procès-verbaux d’assemblée générale, donnent une vision complémentaire de la vie financière du pays pendant la guerre et des informations sur les banques.

 

13Cet état des fonds, qui ne prétend en aucun cas à l’exhaustivité mais qui s’attache prioritairement à présenter la diversité des documents conservés au SAEF, pourra être complété à l’aide des descriptions en ligne sur notre site internet (http://www.economie.gouv.fr/​caef/​accueil-caef), en salle de lecture ou en envoyant un courriel. La salle de lecture est accessible du lundi au vendredi sur rendez-vous uniquement.

 

14Les archives sont consultables au Centre des Archives économiques et financières.

9, rue de l’Aluminium
77176 Savigny-le-Temple (accès piéton par le 471, avenue de l’Europe)
Tél. : 01 64 87 79 31
Courriel : archives@finances.gouv.fr

Auteur

Pascal Gallien est chargé d’études documentaires principal au service des Archives économiques et financières des ministères économiques et financiers.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search