Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

États sommaires des sources de l’histoire des banques pendant la première guerre mondiale

État des sources sur la première guerre mondiale conservées par l’unité Valorisation du patrimoine de la Fédération nationale des Caisses d’épargne

Laure de Llamby

Texte intégral

1L’unité Valorisation du patrimoine gère les fonds d’archives historiques de 14 des 17 Caisses d’épargne d’aujourd’hui, lesquelles sont issues des fusions de 562 établissements autonomes fonctionnant pendant la Grande Guerre (dont plus de 150 créés sous législation allemande sur les territoires d’Alsace-Moselle dans les années 1880). Le volume et la richesse des fonds diffèrent d’une région à l’autre et selon les établissements. L’ensemble permet toutefois de former un corpus assez représentatif de la vie et de l’activité des Caisses d’épargne pendant la période de guerre, à l’exception des dossiers de personnels, dont il n’est conservé que peu de traces.

2Pour rappel, les Caisses d’épargne, établissements d’utilité publique, sont, au cours de la période 1914‑1918, des organismes collecteurs de l’épargne des particuliers, au travers du livret, seul produit dont elles disposent. Elles ne proposent aucun autre placement financier et ne dispensent pas de crédit (exception faite des Caisses d’épargne sous législation allemande). Les fonds qu’elles collectent ne sont pas gérés par elles, mais par la Caisse des dépôts et consignations. Elles peuvent, sur leurs fonds propres et de manière très encadrée, offrir leur soutien à des œuvres locales d’assistance ou de prévoyance. Dans leur très grande majorité, elles sont dirigées par des notabilités locales issues de la société civile et non par des professionnels du monde bancaire.

I. Archives de direction

3Les registres de délibérations et de procès-verbaux des conseils d’administration des Caisses d’épargne les plus importantes ont été conservés sur l’ensemble des régions. Ils constituent une source de documentation précieuse sur le fonctionnement des établissements tout au long de la guerre, mois après mois. Ils rendent compte notamment des mesures prises pour assurer le financement de la Défense nationale, pour garantir la continuité du service auprès des déposants et pour pallier les difficultés rencontrées par le personnel ou les administrateurs dans leur vie quotidienne.

II. Archives comptables et statistiques

4Un certain nombre de documents statistiques et comptables d’ordre général sont consultables sur 1914‑1918. Les comptes rendus et les registres des opérations, les rapports d’activité, les grands livres et les journaux généraux, ainsi que les registres matricules permettent de réaliser des séries longues qui couvrent la période de guerre. Un dossier comportant des pièces de Caisses (échantillonnées) de 1914 à 1918 peut être également consulté pour une analyse plus fine.

5Une quinzaine de dossiers (issus de diverses Caisses d’épargne) traitent d’aspects comptables plus spécifiques à la guerre : registres des avances faites aux réfugiés ; états des versements d’or pour la Défense nationale, dont un « Livre d’or de l’emprunt de victoire (1914‑1916) ».

III. Archives de fonctionnement et d’activité

6Les archives de certaines Caisses d’épargne contiennent des dossiers fournis sur la mise en place de la clause de sauvegarde et ses conséquences ainsi que sur l’émission des emprunts nationaux et les versements d’or pour la Défense nationale : circulaires, avis, instructions, notes de service, télégrammes, correspondance, affichettes, articles de presse, demandes de sursis, etc.

7Les demandes d’avance de fonds aux réfugiés (quittance, correspondances diverses) et de retraits d’argent (notamment par des hommes mobilisés ayant donné procuration à leur épouse) font également l’objet de plusieurs dossiers et témoignent des difficultés rencontrées à l’arrière par les familles parfois dépourvues de tout. Plusieurs registres de correspondance et des liasses de courriers de clients ou d’administrateurs viennent compléter ce corpus, par exemple les lettres reçues entre 1914 et 1916 par le directeur de la Caisse d’épargne de Sainte-Menehould.

8Les archives contiennent peu de dossiers concernant le personnel. Sont toutefois consultables des dossiers de demandes de sursis pour les employés provenant de plusieurs Caisses d’épargne, quelques instructions relatives au personnel et un registre de notes de service. À noter également deux archives plus spécifiques : un répertoire du personnel de la Caisse d’épargne de Strasbourg avec sa rémunération (1915‑1918) et un dossier traitant de la succession d’un employé de la Caisse d’épargne de Bordeaux mort au champ d’honneur en 1914.

9Divers documents législatifs et statutaires (lois, arrêtés, statuts, circulaires et rapports ministériels) ainsi que des correspondances avec les autorités de contrôle permettent enfin de retracer les évolutions de la législation applicable aux Caisses d’épargne au cours du conflit.

IV. Dons aux œuvres

10Les Caisses d’épargne ont été autorisées à partir de 1914 à subventionner sur leurs fonds propres les multiples « œuvres » d’assistance créées pour venir en aide aux victimes de la guerre. Elles ont été très nombreuses à apporter leur soutien dans ce domaine. Les procès-verbaux des registres de délibération en témoignent. Sont consultables par ailleurs, pour certaines Caisses d’épargne, divers dossiers qui détaillent la nature et l’objet des associations soutenues, les montants des aides accordées (correspondance, notes diverses, tableaux statistiques…).

V. Collections particulières

11Le Centre d’archives historiques des Caisses d’épargne conserve une modeste collection d’affiches illustrées de souscription aux grands emprunts nationaux et quelques affiches à texte enjoignant aux déposants de soutenir la Défense nationale.

12Il détient une très belle collection numismatique (médailles et jetons de présence), dont certains modèles datent de la Grande Guerre. Pour cette même période, il dispose par ailleurs de divers objets et imprimés (livrets, calendriers, monnaies de substitution, divers bons nominatifs de souscription).

13Le Journal des Caisses d’épargne, dont le Centre d’archives possède une collection complète (1884‑1980) librement consultable, constitue par ailleurs une publication mensuelle interne particulièrement riche en informations. Sa lecture peut être complétée par celle des nombreuses monographies réalisées à l’occasion du centenaire ou du cent cinquantenaire de Caisse d’épargne (qui consacrent des paragraphes, voire parfois des chapitres entiers, à l’épisode de la première guerre mondiale).

 

14Les archives sont consultables sur rendez-vous :

Courriel : laure.dellamby@fnce.caisse-epargne.fr
Centre d’archives historiques des Caisses d’épargne
12, rue Charles-Sauria 49130 Les Ponts-de-Cé

Auteur

Laure de Llamby est responsable de l’unité Valorisation du patrimoine historique à la Fédération nationale des Caisses d’épargne. Spécialiste de l’histoire des Caisses d’épargne, pour lesquelles elle a rédigé, en interne, divers ouvrages revisitant leur identité, elle est également l’auteure de Les métamorphoses de l’épargne, Paris, Découvertes Gallimard, 2003 ; 60 ans de construction du groupe Caisse d’épargne, Paris, Gallimard Loisirs, 2006 ; « L’aggiornamento du système bancaire français », dans 1848, le premier printemps des peuples, Enjeux les Échos, juillet-août 2011, p. 48‑50 ; Le Belem, un trois-mâts de légende, Paris, Musée national de la Marine, 2011 ; L’histoire italienne du Belem, Paris, Les Éditions de l’épargne, 2014 ; et a codirigé avec Jean-François Grimaud, Histoires de banque, histoires d’une banque, Paris, Télémaque, 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search