Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

États sommaires des sources de l’histoire des banques pendant la première guerre mondiale

État des sources sur les banques du groupe BNP Paribas pendant la première guerre mondiale

Roger Nougaret

Texte intégral

1Le fonds d’archives de BNP Paribas reflète la diversité d’un groupe issu de nombreux rapprochements au cours de l’histoire. Il concerne aussi bien l’activité de banque d’escompte, puis banque de dépôt, que de banque d’affaires, en France et à l’international. Les établissements ancêtres du groupe ont eu des stratégies et des trajectoires différentes durant le conflit, ce qui ajoute à la complémentarité et à l’intérêt de ces documents. La conservation des archives a connu des vicissitudes et explique certaines particularités ou lacunes. En plus des documents recensés ci-après, des collections d’affiches, de photographies et d’objets propres à chaque fonds peuvent conserver des articles relatifs à la guerre de 1914‑1918.

I. BNP Paribas, département Archives et Histoire du Groupe

A. Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP)

2Fondé en 1848 comme établissement d’escompte, le Comptoir a très vite élargi ses missions pour devenir une banque pionnière dans le financement du commerce international, dotée d’un large réseau étranger. Malgré des éliminations sévères, les archives du CNEP (conservées sous la cote 73 AH) présentent un intérêt de premier plan.

3Les documents sociaux (procès-verbaux de conseils, rapports annuels) rapportent les appréciations de la situation et des décisions prises durant la période 1914‑1918. Il faut y ajouter les circulaires de l’établissement (six volumes pour la période), qui permettent d’appréhender concrètement l’impact de la Grande Guerre dans toutes ses dimensions (sociale, financière, etc.) et dans une chronologie fine.

4Dans le domaine des opérations financières, on notera la présence de « lettres des marchés », qui donnent des indications quotidiennes sur le marché
financier. Les dossiers d’émissions des grands emprunts de guerre et des bons de la Défense nationale ont aussi été conservés. Un ensemble exceptionnel de 240 affiches d’emprunts témoigne de l’intensité de la propagande financière nationale et locale.

5Les dossiers de personnel de Paul Boyer (directeur général) et d’Émile Ullmann (vice-président) sont riches d’enseignements : le dossier Boyer renferme des échanges de correspondance avec le président Alexis Rostand sur la situation, les relations avec le Gouvernement, le déménagement des services vers Lyon ou vers Avignon en 1918. Émile Ullmann, Allemand naturalisé Français, fut forcé de démissionner en 1916 à la suite d’une campagne de presse, dont son dossier se fait l’écho. L’original du dossier de personnel de l’écrivain Jean Giono, employé au CNEP, qui eut une expérience traumatisante de la guerre, n’a pas été conservé (copie de la couverture uniquement).

6Le dossier de création de l’Union pour le crédit à l’industrie nationale (Ucina), établissement de crédit à moyen terme fondé en 1919 avec le Crédit Lyonnais, reflète les préoccupations relatives au renouvellement de la pratique bancaire à l’issue du conflit.

B. Banque de Paris et des Pays-Bas

7Fondée en 1872, la Banque de Paris et des Pays-Bas, aussi appelée Paribas (usage télégraphique), est l’exemple d’une banque d’affaires à la française. Ses réseaux d’alliance et ses participations industrielles ou bancaires l’ont mise au cœur des opérations financières de la place de Paris. Le fonds Paribas est le plus important des archives historiques de BNP Paribas. Plus de 2 000 dossiers d’archives sont référencés pour la période 1914‑1919. On se contentera de signaler ici les plus significatifs. Les archives comprennent un fonds historique, dit Cabet, du nom du secrétaire général qui constitua et classa thématiquement ces archives dans les années 1970, et des fonds classés par producteur, dont le fonds DFOM relatif aux opérations de marché, le plus pertinent pour le thème de la guerre. Les documents sociaux (conseil d’administration et rapports annuels) constituent un passage obligé. La correspondance (copies, lettres ou autre) des dirigeants, notamment celle d’Horace Finaly, est conservée dans le fonds Cabet (« pré-trié Cabet ») et celui du secrétariat général.

8On trouvera dans le fonds Cabet trois dossiers intitulés « guerre 1914‑1918 », une série importante de dossiers consacrés aux réparations de guerre et à la question du règlement des créances après-guerre. À noter également de nombreux dossiers sur des participations stratégiques pendant la guerre ou marquant la réorientation de la banque à l’issue de la guerre : Norvégienne de l’azote (Norsk Hydro), Pétroles de Galicie, Standard française des pétroles, Steaua Romana…

9Les dossiers d’emprunts de guerre sont à retrouver dans la série DFOM : Paribas a joué un rôle particulier dans le montage des syndicats financiers et notamment dans l’obtention de crédits étrangers. C’est aussi dans cette série que sont conservés les dossiers des emprunts de reconstruction et de « reconstitution », ainsi qu’un dossier sur la création du Crédit national. Le rôle des agences d’Amsterdam et de Genève dans les crédits internationaux est important et peut être retracé grâce aux correspondances et aux procès-verbaux des comités consultatifs locaux (« pré-trié Cabet »).

 

10Les archives sont consultables sur rendez-vous à l’adresse suivante :

BNP Paribas, département Archives et histoire du Groupe
16, rue de Hanovre 75002 Paris
Courriel : archivesethistoire@bnpparibas.com

II. Archives nationales du monde du travail

A. Comptoir national d’escompte de Mulhouse (CNEM) et Banque nationale de crédit (BNC)

11Comme les autres comptoirs nationaux d’escompte, celui de Mulhouse a été créé en 1848. Très dynamique, il a rapidement constitué un réseau dépassant le cadre régional, mais s’est retrouvé en territoire allemand à la suite de la guerre de 1870. En 1913, il crée une filiale française, la Banque nationale de crédit, pour reprendre et faciliter la gestion du réseau français. Pendant la guerre, contrairement aux autres établissements bancaires, la BNC n’institue pas de moratoire sur les dépôts, et étend son réseau, notamment par absorption de banques locales. En 1922, elle intègre la Banque française pour le commerce et l’industrie (BFCI), banque d’affaires créée en 1902, puis, en 1930, absorbe sa maison mère, le Comptoir d’escompte de Mulhouse.

12Pour le CNEM, la BNC et la BFCI, les principaux documents à consulter sont les rapports annuels, les procès-verbaux de conseil d’administration et les circulaires de la période. On signalera les comptes rendus de comité de direction, assez rares pour l’époque, de la BNC (depuis 1913) et de la BFCI (avec un registre des séances tenues à Bordeaux de septembre à décembre 1914). On trouve quelques dossiers d’emprunts de la Défense nationale dans les archives de la BNC.

13Les archives de la BNC, comprenant aussi celles du Comptoir d’escompte de Mulhouse et de la BFCI, ont été déposées en 1968 par la BNP aux Archives nationales. Elles sont conservées sous la cote 120 AQ aux ANMT à Roubaix et consultables sur autorisation de BNP Paribas.

B. Banque imperiale ottomane (BIO)

14Créée en 1863, la BIO a joué un rôle de premier plan dans l’Empire ottoman. Sa structure tricéphale (direction turco-anglo-française) a été mise à rude épreuve par la guerre. Paribas y a pris un intérêt prépondérant à partir de 1920, ce qui explique la présence des archives du comité de Paris de la BIO dans celles de la banque. Le fonds a été déposé en deux fois aux ANMT et est communicable sur autorisation (cotes 207 AQ et 2008/34).

15En plus des procès-verbaux de réunions des différents comités (Paris, Londres, Istanbul), de très nombreux dossiers concernent le séquestre des actifs de la BIO en 1914‑1918, la conduite de la banque pendant la guerre et la teneur et les conséquences des traités de paix avec la Turquie.

 

16Inventaire en ligne sur le site des ANMT :

www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/

17Contacter les Archives nationales du monde du travail (ANMT), qui instruisent le dossier de consultation des fonds déposés.

Archives nationales du monde du travail
CS 80405
78, boulevard du Général-Leclerc 59057 Roubaix Cedex 1
Courriel : anmt@culture.gouv.fr

III. BNP Paribas Fortis Historical Centre (pour la Société générale de Belgique)

18Fondée en 1822 à Bruxelles, la Société générale de Belgique est le premier exemple européen de banque mixte (affaires-dépôt). Son activité bancaire a été filialisée en 1934 dans ce qui devait devenir la Générale de banque puis Fortis Bank et BNP Paribas Fortis. Les riches archives historiques sont conservées à Bruxelles et accessibles aux chercheurs.

19Outre les dossiers classiques mentionnés pour les autres établissements, il faut signaler des documents sur le Comité national de secours et d’alimentation. La Société générale de Belgique a abrité cet organisme, animé par le directeur général de la banque Émile Francqui, ainsi que la Commission for Relief in Belgium, dont les secours s’adressèrent aussi aux populations du Nord de la France.

 

20Inventaire en ligne sur le site www.bnpparibasfortis.com.
Les archives sont consultables à l’adresse suivante :

BNP Paribas Fortis Historical Centre
2, rue des Sols 1000 Bruxelles (en face de la gare centrale)
Courriel : historicalarchives@bnpparibasfortis.com

IV. Association pour l’histoire de BNP Paribas

21L’association conserve des dossiers personnalités ou thématiques qui peuvent être mis à disposition des chercheurs, ainsi qu’une bibliothèque de 3 300 titres.

 

22Les archives sont consultables sur rendez-vous à l’adresse suivante :

Association pour l’histoire de BNP Paribas
3, rue d’Antin 75002 Paris
Courriel : associationhistoire@bnpparibas.com

Auteur

Roger Nougaret est responsable du service Archives et histoire du groupe BNP Paribas et vice-président de la section d’histoire contemporaine du Comité des travaux historiques et scientifiques. Il a récemment publié avec Didier Bondue (dir.), L’entreprise et sa mémoire. Mélanges en l’honneur de Maurice Hamon, Paris, PUPS, 2012. Il a codirigé Le Crédit Lyonnais, 1863‑1986. Études historiques, Genève, Droz, 2003 et dirigé le Guide des services d’archives des entreprises et organismes du monde du travail, Paris, CNRS Éditions, 1998.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search