Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Une nouvelle ère pour les banques françaises

Histoire des banques dans l’historiographie de la Grande Guerre

Remarques conclusives

Nicolas Offenstadt

Texte intégral

1Cette rencontre sur les banques dans la Grande Guerre peut être lue selon plusieurs perspectives historiographiques emboîtées. Inscrite dans l’ensemble des colloques et journées d’études autour du thème des finances dans la Grande Guerre, elle encourage le renouveau attendu de l’histoire économique et financière du conflit. Elle contribue aussi à la réflexion sur les scansions de l’histoire générale de la guerre. Enfin, elle participe d’une histoire des banques sur le temps long, une histoire – comme d’autres – avec ses codes et ses débats.

I. Historiographies

  • 1  Voir le bilan d’Antoine Prost et Jay Winter, Penser la Grande Guerre : un essai d’historiographie,(...)

2La première perspective doit être envisagée, au temps du centenaire, sur un siècle de travaux. En effet, depuis les années 1990, les multiples développements de l’histoire culturelle du conflit ont souvent fait passer les enjeux économiques et sociaux au second plan de l’historiographie, du moins de celle qui animait les discussions générales parmi les historiens et dans un plus large public. À regarder les thèses et les habilitations soutenues depuis quelques décennies sur la Grande Guerre spécifiquement, il est frappant de constater cette faible place de l’économie, sans doute dans un mouvement plus général. De même, le renouvellement des questionnaires depuis 30 ans n’est pas venu principalement des études sur l’économie ou les finances en temps de guerre1. C’est en ce sens que le centenaire peut jouer un rôle clé pour changer ces orientations ou, au contraire, les confirmer. Il est encore trop tôt pour le mesurer, mais il est à souhaiter que le mouvement dont ce livre témoigne s’approfondisse. En effet, on y reviendra, il ne suffit pas que les thématiques économiques et financières fassent l’objet de rencontres ou de travaux nouveaux, aussi intéressants soient-ils, pour qu’elles pèsent sur les orientations d’ensemble. Il faut aussi une articulation forte avec les questionnaires plus larges de l’historiographie du conflit, ce qui reste encore en suspens.

  • 2  Questionnement d’un colloque récent, « Les mises en guerre de l’État », 30 octobre-1er novembre 20 (...)

3La grande question du rôle de l’État, de son articulation avec les autres acteurs (publics) et des nouveaux liens entre l’État et l’économie, entre l’État et les entreprises, dépasse bien sûr la question du financement de la guerre. Le volume contribue cependant à réinterroger cette question de temps long. Il y a là un point d’intersection avec les travaux sur la mobilisation patriotique, sur les entrées en guerre et sur les « mises en guerre de l’État », selon une terminologie qui souligne bien la dimension processuelle et progressive des mobilisations2. Fabien Cardoni est revenu largement sur ces enjeux dans son introduction. Ils méritent sans aucun doute d’être revus en tenant compte des questionnaires élaborés depuis les grands travaux des années 1960 et 1970.

4De même, les banques sont un bon observatoire de la question toujours débattue de la « féminisation » du monde du travail avec la Grande Guerre, car c’est un des secteurs où les femmes sont amplement « restées ». Cécile Omnès, à travers l’exemple du Crédit Lyonnais, confirme cependant les ambiguïtés des processus à l’œuvre.

5Au-delà de l’histoire générale du conflit, ce volume précise de nombreux aspects de l’histoire des banques en propre. Nous n’y reviendrons que brièvement tant les auteurs en ont souligné les traits saillants. Il y a bien sûr les évolutions institutionnelles et structurelles encouragées ou portées par la période, par les finances de guerre, sous l’égide de l’État justement « banquier de l’économie ». La période se marque ici par l’apparition de nouveaux acteurs ancrés dans les ravages de la guerre (Crédit national), par le développement ou la réorientation d’autres (banques populaires, mutualistes) et par des changements structurels. Les rapports de force et de concurrence changent.

  • 3  Patrice Baubeau, « La première guerre mondiale et la naissance du “vingtième siècle financier », d (...)
  • 4  A. Reverchon, « Comment l’État fait la guerre, ce que la guerre fait à l’État », op. cit. ; Ilsen (...)

6Dans les pratiques bancaires aussi des évolutions sont en cours. Il y a d’abord les formes des échanges, avec le développement du chèque bancaire et postal, où le CIC étudié par Nicolas Stoskopf s’avère pionnier. La multiplication à un rythme effréné des opérations sur titres amène à des mutations des pratiques : il faut gérer une masse considérable de papier3. Sans doute ici une approche plus sociologique aiderait à comprendre ces évolutions dans leurs dimensions pragmatiques : comment banquiers, employés et clients voient-ils, évoquent-ils ces objets que sont les papiers qu’ils manipulent, font circuler, travaillent ou conservent comme jamais auparavant ? La question de la matérialité des valeurs, en tant qu’objet faiseur de situations et de sentiments fait ici penser – sur le plan de la réflexion mais non pas du contexte exact – à ce que les historiens de la République de Weimar ont écrit sur l’effarement des Allemands lors de la Grande Inflation face à ces montants sans cesse changeant sur les billets, sur les billets transformés en masse indistincte de peu de valeur. Mais ce développement des « papiers » financiers et de tous les signes, sentiments et assurances qu’ils produisent croise aussi celui d’autres « papiers » que la guerre construit ou renforce et qui touchent à l’identification des individus, à leurs droits et leurs devoirs4. Le lien entre les banques et leurs clients évolue ainsi avec la guerre. C’est ce que les auteurs appellent la « bancarisation » des Français.

II. « Jeux d’échelles »

7La nouvelle histoire économique et financière attendue doit jouer désormais des échelles. Les développements historiographiques récents insistent tous, à raison, sur l’élargissement international des approches ; afin de réaliser une véritable histoire mondiale de la Grande Guerre. Cette histoire n’a pas de forme prédéfinie, elle peut s’intéresser aux connexions entre les mondes, privilégier l’histoire croisée, les comparaisons ou les tableaux d’ensemble, être attentive à s’écrire à « parts égales ». Mais il y a beaucoup à gagner à sortir du cadre national si longtemps privilégié malgré le caractère mondial du conflit.

  • 5  Voir dans cette perspective, sous la direction de Jay Winter, en trois volumes, La première guerre (...)

8L’histoire bancaire, comme le reste, ne peut se concevoir sans inscription dans cette histoire transnationale5. La guerre ici joue évidemment un rôle crucial en obligeant à des reconfigurations d’alliances, de stratégies (choix interallié de Paribas, défense des intérêts français dans l’Autriche remodelée, etc.). Mais les banques ne sont pas seulement des actrices, elles subissent aussi les effets d’une guerre globale, comme en Russie avec le défaut des emprunts, les séquestres et les expropriations : le « système de banque et de financement » de la Société générale s’y écroule en 1918. Ces enjeux se situent aussi au niveau des acteurs individuels, comme l’atteste l’arrestation pour espionnage d’un employé du Crédit Lyonnais dans la Russie postrévolutionnaire (1919).

  • 6  Voir sa contribution dans ce volume.

9Entre outre, pour Laure Quennouëlle-Corre, le marché financier dans son ensemble « est devenu moins international et s’est tourné essentiellement vers les emprunts d’État6 ».

  • 7  Voir, par exemple, pour un rapide regard d’ensemble pour la France, Nicolas Offenstadt, « La Grand (...)

10Jouer des échelles ne signifie pas simplement mieux articuler le cadre national et l’ampleur mondiale du conflit. Ce colloque souligne aussi combien l’histoire de la Grande Guerre gagne à revenir aux perspectives régionales, à mieux les intégrer aux récits d’ensemble. Les réflexions sur les mobilisations politiques et culturelles, sur les mécanismes de « l’Union sacrée » et ses différentes manifestations ont parfois laissé de côté les approches centrées sur de plus petites entités, les régions, les « pays », les « communautés ». Pourtant, la guerre n’est pas vécue, perçue, analysée partout selon les mêmes logiques, selon les mêmes dispositifs7. L’histoire bancaire en témoigne notamment. Bien sûr, les cas les plus étudiés ici, les régions occupées et l’Alsace, dessinent les spécificités les plus évidentes. Mais on voit, notamment dans la contribution de Vincent Tournié, que, face à la guerre qui vient, les Caisses d’épargne des régions frontalières produisent des raisonnements propres (par exemple autour du risque de pénurie précoce de numéraire).

III. Les temps de la guerre

11L’ensemble des contributions ici rassemblées offre aussi un riche matériau pour travailler les scansions du conflit, qui ne cessent de faire l’objet de discussions : dans quelle amplitude envisager la Grande Guerre au-delà des seules années 1914‑1918 ? quand peut-on envisager la « fin » du conflit ? comment intégrer les multiples portées de ses conséquences ?

12Ici apparaît clairement l’importance du large été 1914 et, d’une certaine manière, le volume met à jour les tensions et les crises tout autant que la marche à « l’Union sacrée ». Reprenons. En juin, ce sont les attaques contre la Société générale rapportées par Hubert Bonin qui nécessitent d’importantes interventions de la Banque de France. L’annonce de l’application probable de la clause de sauvegarde fin juillet suscite des mouvements de panique et les queues se multiplient devant les Caisses d’épargne (à partir du 24 et crescendo jusqu’au 31). La clause de sauvegarde (31 juillet) les ralentit. Les banques, elles, sont débordées par les demandes de retraits : à partir du 25 juillet surtout, le Crédit du Nord subit les runs, en même temps qu’une ruée sur la location des coffres-forts (Jean-Luc Mastin) ; du 27 juillet et jusqu’au 1er août, précise Nicolas Stoskopf pour le CIC, entraînant une baisse considérable de 37 % du montant des dépôts. Le gouvernement doit décréter un moratoire (suspension des créances étendue aux dépôts en espèces et aux comptes courants, 1er août). La bourse de Paris réduit son activité, puis ferme. On aurait envie de reprendre dans le détail le lien de ces mouvements avec la montée des tensions et leur diffusion dans l’espace public, avec les lectures qui en sont faites selon les milieux. La chronologie de l’assouplissement ou de l’abrogation de ces mesures, ici évoquée, gagnerait aussi à s’inscrire dans les évolutions d’ensemble du conflit.

13D’où un nécessaire travail sur la notion de « confiance » qu’évoque Fabien Cardoni en introduction mais qui n’a pas encore été véritablement mené. Les stratégies rhétoriques mériteraient sans doute de nouveaux travaux, par exemple pour expliquer pourquoi ce dirigeant du CIC ne voit dans les mouvements de retraits qu’un besoin naturel d’approvisionnement.

14Au-delà de la chronologie de la guerre, le volume invite, comme le font de nombreux historiens dans d’autres domaines, à penser la Grande Guerre dans une perspective temporelle large. Pour certains, elle marquerait un « Great Reversal » (grand repli), une distance entre les banques et le financement du marché productif qui aurait des conséquences importantes sur le siècle. Certes, comme le montre Michel Lescure, les facteurs explicatifs sont pour certains antérieurs à la guerre, mais les nouvelles conditions, en particulier les multiples effets de l’inflation, sont cruciales et les évolutions structurelles, comme la concentration, jouent leur part aussi. Alfred Pose, comme le rappelle André Gueslin, avait déjà soutenu l’hypothèse dans l’entre-deux-guerres. Patrice Baubeau explique, lui, qu’il faut attendre les années 1980 pour observer le « retour du marché financier » dans le financement des entreprises, années qui voient par ailleurs l’aboutissement du processus de démocratisation bancaire, de « bancarisation », dont le chèque et les comptes postaux de la Grande Guerre marquent les débuts. Les conséquences fondamentales de l’inflation, née de la guerre et de son financement, se font sentir là encore jusque dans les années 1980.

 

  • 8  François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914‑1918, Paris, Complexe, 2008, 385 p.

15Sans doute, le lecteur habitué de l’historiographie de la Grande Guerre trouvera parfois à la lecture de ce riche volume que les travaux d’histoire bancaire ne se connectent pas toujours aux questionnaires renouvelés de l’histoire du conflit. Ainsi, les liens renforcés avec l’État auraient pu être inscrits dans un mouvement à plus large spectre. De même, des perspectives moins « internalistes » pourraient analyser la place des banques dans l’histoire du « profit » et des « profiteurs de guerre », suivant la lignée des travaux de François Bouloc qui articulent l’analyse économique du profit et les enjeux de définition des catégories, des représentations et de leurs effets politiques et sociaux8. C’est dire combien l’histoire des banques contribue à une histoire aux larges questionnements et combien il reste de belles perspectives pour approfondir ces liaisons.

Notes

1  Voir le bilan d’Antoine Prost et Jay Winter, Penser la Grande Guerre : un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, 340 p., et, plus récemment et plus succinctement, Nicolas Offenstadt, « French Memories and historiographies of the Great War, 1914‑2014 », dans Writing War History. A Hundred Years of Historiography on the First World War, Christoph Cornelißen et Arndt Weinrich (dir.), à paraître.

2  Questionnement d’un colloque récent, « Les mises en guerre de l’État », 30 octobre-1er novembre 2014, CRID 14‑18, http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/colloquesseminaires/les-mises-en-guerre-de-letat. Voir le compte rendu d’Antoine Reverchon pour lemonde.fr, 17 novembre 2014 : « Comment l’État fait la guerre, ce que la guerre fait à l’État », http://www.lemonde.fr/centenaire-14‑18/article/2014/11/17/comment-l-etat-fait-la-guerre-ce-que-la-guerre-fait-a-l-etat_4524727_3448834.html.

3  Patrice Baubeau, « La première guerre mondiale et la naissance du “vingtième siècle financier », dans Les banques dans la Grande Guerre. Archives inédites, brochure d’accompagnement de l’exposition du même nom, 2015, p. 33‑34.

4  A. Reverchon, « Comment l’État fait la guerre, ce que la guerre fait à l’État », op. cit. ; Ilsen About et Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010, p. 85‑86 ; Pierre Piazza, Histoire de la carte nationale d’identité, Paris, Odile Jacob, 2004, en particulier p. 119 et suiv., p. 133 et suiv.

5  Voir dans cette perspective, sous la direction de Jay Winter, en trois volumes, La première guerre mondiale, I. Combats, II. États, III. Sociétés, Paris, Fayard/Cambridge History, 2013‑2015 ; pour les finances, dans une approche comparative, la contribution de Hans-Peter Ullmann, « Finances », dans ibid., II. États, p. 449‑476 ; et dans une autre perspective transnationale, plus compacte, André Loez et Nicolas Offenstadt, La Grande Guerre. Carnet du centenaire, Paris, Albin Michel, 2013, 255 p. Pour les mémoires à l’échelle mondiale, « Mémoires de la Grande Guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, nº 113‑114, 2014, 204 p.

6  Voir sa contribution dans ce volume.

7  Voir, par exemple, pour un rapide regard d’ensemble pour la France, Nicolas Offenstadt, « La Grande Guerre des régions », 14‑18, le Journal du centenaire/Le Monde, mai 2014, p. 1-2 ; pour une approche plus détaillée, Michaël Bourlet, Yann Lagadec et Erwan Le Gall (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 250 p. ; enfin, dans une perspective plus large, François Bouloc, Rémy Cazals et André Loez (dir.), Identités troublées. 1914‑1918, les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la guerre, Toulouse, Privat, 2011, 387 p.

8  François Bouloc, Les profiteurs de guerre, 1914‑1918, Paris, Complexe, 2008, 385 p.

Auteur

Nicolas Offenstadt est maître de conférences en histoire du Moyen Âge et en historiographie. Il est membre du laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (CNRS-université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Il a récemment publié, avec André Loez, La Grande Guerre. Carnet du centenaire, Paris, Albin Michel-Mission du centenaire de la première guerre mondiale, 2013. Il a dirigé Le Chemin des Dames : de l’événement à la mémoire, Paris, Perrin, 2012, et publié 14‑18 aujourd’hui : la Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010, ainsi que Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, 1914‑2009, Paris, Odile Jacob, 2009 (3e éd. rev. et augm.).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search