Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Une nouvelle ère pour les banques françaises

1914‑1918, les débuts du « great reversal » des banques françaises

Michel Lescure

Texte intégral

  • 1Jean Bouvier, « The French Banks, inflation and the economic crisis, 1919‑1939 », The Journal of E (...)

1Dès les années 1970, des auteurs comme Jean Bouvier1 avaient souligné l’importance du grand repli du système bancaire français pendant la majeure partie du xxe siècle. Selon les données établies par Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, qui élargissent ce constat à l’ensemble du secteur financier (c’est-à-dire en y incluant les marchés financiers, exclus de cette présentation) et à l’échelle du monde, le ratio des bilans bancaires au produit national passe en France de 42 à 24 % entre 1913 et 1950 ; ce ratio ne retrouve durablement son niveau d’avant-guerre que dans les années 1950 (selon les données de Bouvier), voire à la fin des années 1970 (selon celles de Rajan et Zingales).

  • 2  Société des Nations (SDN), Mémorandum sur les banques commerciales 1913‑1929, Genève, SDN, Service (...)

2Comme les autres pays belligérants qui ont le plus supporté le poids de la guerre (Allemagne, Belgique, Italie, Autriche) et qui, de ce fait, n’ont pu rétablir rapidement la convertibilité or de leur monnaie, la France a connu une très forte inflation entre 1914 et 1926 (et de nouveau de 1936 à la fin du xxe siècle) qui a rongé la valeur or des bilans et affaibli la capacité d’action des banques. « Le rétablissement du volume d’affaires des banques a été considérablement plus lent dans les pays possédant une monnaie dévalorisée que dans ceux qui ont rendu à leur monnaie sa valeur or d’avant-guerre2 » (principalement le Royaume-Uni et les pays neutres – Scandinavie et Pays-Bas).

  • 3Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, « The great reversal : the politics of financial development (...)

3Cette situation de départ, liée au poids de la guerre, explique le décalage observé entre les deux groupes de pays dans le démarrage du « Great Reversal3 » : la guerre pour le premier (France comprise), les années 1930 pour le second (comme conséquence de la grande crise économique et bancaire et du ralentissement des mouvements internationaux de capitaux qui dure des années 1930 aux années 1970). Le rôle de la guerre de 1914‑1918 dans le déclenchement du grand repli des banques n’est donc pas propre à la France. L’originalité de cette dernière réside dans l’incapacité des banques à s’adapter à ce nouvel environnement créé par la guerre.

4Le but de cet article est de montrer que les nouvelles conditions créées par la guerre (inflation, troubles monétaires et financiers) ne sont pas mécaniquement responsables du déclin des grandes banques françaises ; elles ne font que révéler, en l’aggravant, une situation de déséquilibre (propre à la France) dans laquelle se trouvent les grandes banques à réseau par rapport à l’économie réelle. Présente dès la fin du xixe siècle, cette position s’aggrave avec la Grande Guerre et perdure jusqu’à la fin du siècle, suscitant un flot ininterrompu de critiques qui explique en grande partie la propension à nationaliser les banques en France.

I. Les nouvelles données de l’activité bancaire

5La guerre de 1914‑1918 modifie en profondeur les conditions de la relation entre les banques et les entreprises, contribuant à augmenter le risque du crédit. Côté banques, tout d’abord, la guerre modifie radicalement à la fois la nature des ressources et celle des emplois.

  • 4  Le ratio passe de 0,2 à 0,08 entre 1913 et 1929 pour les principales banques de dépôt, de 0,25 à 0 (...)

6L’inflation de guerre et d’après-guerre provoque une déformation rapide et durable de la structure des ressources. Victimes de l’inflation et de la non-réévaluation systématique des hauts de bilan (pour des raisons fiscales et peut-être aussi de rentabilité), les capitaux propres des banques déclinent en proportion du passif. Si la dégradation du ratio capitaux propres/engagements à l’égard du public (graphique 1) est plus forte en Allemagne que dans les autres pays belligérants entre 1913 et 1920 (– 86 % contre – 54 % par exemple en France), la France devance ces mêmes pays pour l’ensemble des années 1913‑1925 (– 68 % contre – 57 % pour l’Allemagne). Malgré le rétablissement final opéré à l’occasion de la stabilisation monétaire (grâce notamment à l’émission d’actions), la baisse est de 61 % entre 1913 et 19294.

Graphique 1. Ratio capitaux propres/engagements à l’égard du public

Graphique 1. Ratio capitaux propres/engagements à l’égard du public

Note : Le poste Engagements à l’égard du public comprend tous les types de dépôts, les correspondants, les billets et les chèques. Les données sur la France concernent les six principales banques de dépôt et les quatre principales banques d’affaires.

Source : SDN, Les banques commerciales 1913‑1929, op. cit.

  • 5  Seuls la Suisse et les pays scandinaves connaissent une évolution similaire de leurs ressources. S (...)

7Dans l’intervalle, les dépôts en tous genres des six grandes banques à réseau ont été multipliés par sept en valeur nominale. Insuffisante pour compenser la hausse des prix pendant la plus grande partie des années 1920, cette progression (deux fois supérieure à celle des capitaux propres) permet aux ressources empruntées de bondir de 73 % à 87 % des bilans. Il en résulte une volatilité nouvelle des ressources, volatilité encore accrue par la progression des comptes courants et des dépôts à vue au détriment des dépôts à terme (les premiers passent de 93 % en 1913 à 97 % en 1927)5 et surtout par le changement de nature des dépôts en période de forte inflation. Cette volatilité nouvelle des ressources modifie les conditions de la transformation (des dépôts en crédits) et alourdit le risque des banques.

  • 6  Alain Plessis, « La révolution de l’escompte dans la France du xixe siècle », Revue d’histoire du (...)

8Du côté des emplois, le risque est également augmenté par la baisse de la matière escomptable. On rappellera que jusqu’à la Grande Guerre, l’escompte des effets de commerce représente la principale activité des grandes banques de dépôts en France. C’est là une originalité ancienne, profonde et durable des banques françaises : alors que dans de nombreux pays similaires (Royaume-Uni, Allemagne) les grandes banques ont remplacé dans la seconde moitié du xixe siècle l’escompte d’effets et de traites (tirés entre les commerçants en représentation de crédit commercial ou autres) par des crédits (avances, découverts…) directement accordés aux firmes, en France, elles ont poursuivi cette activité de négoce de traites, laissant aux banques locales et régionales le risque des crédits directs aux entreprises. Cette division du travail était facilitée par la politique de la Banque de France qui garantissait le réescompte des bons effets commerciaux détenus par les grandes banques et acceptait aussi assez libéralement le papier de crédit et de circulation transmis par les banques locales6.

  • 7  Jacques Dagneau, « Les méandres d’une politique bancaire : les agences provinciales du Crédit Lyon (...)
  • 8  Entre 1895 et 1911, les dépôts des quatre grands établissements de crédit augmentent de 7,9 % par (...)

9L’insuffisant développement de la matière escomptable de qualité est un problème ancien pour les grandes banques à réseau. Dès les dernières années du xixe siècle, la « chasse au papier » se traduit par l’éviction des petites banques locales et régionales de ce marché, par une détérioration de la qualité du papier détenu par les grandes banques (très nette dans le cas du Comptoir national d’escompte), par un ralentissement de l’extension de la collecte des dépôts (au Crédit Lyonnais notamment)7. Comme l’indiquent les données quantitatives, les effets en circulation progressent moins vite que les dépôts collectés par les banques8.

  • 9  Assemblée générale des actionnaires du Crédit Lyonnais pour 1916, Archives historiques du Crédit L (...)
  • 10  Le crédit fournisseur représente en 1926 60 % de l’endettement à court terme des firmes en France  (...)
  • 11  En Alsace-Moselle, la Banque de France pousse au remplacement des découverts (qui y étaient largem (...)
  • 12  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 51.

10La guerre rend le problème plus crucial encore par suite du ralentissement des transactions commerciales à crédit : le moratoire sur les créances instauré entre 1914 et 1919 interrompt en effet brutalement le crédit interentreprises et, comme s’en plaignent les banques, entraîne un « retour au passé », c’est-à-dire le remplacement des effets de commerce par les billets pour les règlements commerciaux9. Malgré la reprise, au moins partielle, du crédit interentreprises au lendemain de la guerre10 et malgré les efforts de la Banque de France pour stimuler le développement de l’escompte au détriment des découverts (ainsi en Alsace-Moselle)11, l’insuffisant développement de la matière escomptable se poursuit en France dans les années 1920. Il s’intègre dans un mouvement général observable à l’échelle de l’Europe et que les experts de la Société des nations (SDN) expliquent par « la rationalisation de l’industrie », qui a nécessité des crédits bancaires à long terme (plutôt que des escomptes), et surtout par les transformations des structures industrielles. Le développement de grandes entreprises intégrées et dotées de « rayons de gros qui traitent directement avec les clients pour les marchandises ou avec des organismes centraux du commerce de détail tend à éliminer le grossiste indépendant qui utilise principalement la lettre de change en tant qu’instrument de crédit12 ».

  • 13  Vincent Tournié montre dans sa thèse que la clause de sauvegarde sur le remboursement des livrets (...)
  • 14Asli Demirgüç-Kunt et Vojislav Maksimovic, « Firms as Financial Intermediaries: Evidence from Trad (...)

11Deux autres facteurs ont dû jouer. Le souvenir des moratoires de guerre tout d’abord ; à l’image de l’effet durable de la clause de sauvegarde sur les dépôts des Caisses d’épargne13, la guerre a pu affaiblir la liquidité attribuée par les commerçants aux effets de commerce, ce qui a pu freiner la reprise du crédit commercial et le développement de la matière escomptable. Surtout, la forte inflation des années 1913‑1926 (les prix alors sont multipliés par 6,5) a dû freiner l’essor du crédit commercial. Il est bien démontré aujourd’hui qu’une forte hausse des prix est associée à un moindre recours au crédit interentreprises14. Le phénomène a pu être aggravé dans les années 1920 par la forte variation des prix liée au mouvement du change.

  • 15Idem, « Financial Constraints, uses of funds, and firm growth : an international comparison », Pol (...)

12Du côté des firmes commerciales et industrielles, l’inflation de guerre et d’après-guerre entraîne une déformation des bilans qui aggrave les asymétries d’information entre ces firmes et leurs banquiers. Comme pour les banques, les bas de bilan (actifs circulants et dettes à court terme) enflent artificiellement, au détriment des immobilisations et des capitaux permanents ; l’évaluation des postes ainsi que l’estimation du fonds de roulement net des firmes (élément clé de l’accès au crédit bancaire) en sont rendues aléatoires. À l’instar des banques, la responsabilité en incombe en partie à la fiscalité, qui rend difficile jusqu’en 1930 la réévaluation des bilans. Elle incombe aussi aux firmes elles-mêmes, qui, pour se prémunir contre les hausses de prix anticipées, constituent des stocks de précaution sans rapport avec les besoins de l’exploitation. Le financement des stocks et de l’ensemble du capital circulant étant étroitement et positivement corrélé (dans les années 1920 comme à la fin du xxe siècle) avec l’endettement15, on est en droit de penser que les aléas supportés par ces stocks ont pu freiner la capacité des banques à en assurer le financement. La valeur de ces stocks est encore hypothéquée par les fortes variations de prix entraînées par les troubles monétaires et les variations du change.

II. L’impossible adaptation des banques françaises

13Placées dans des conditions assez proches, les banques dans les autres pays qui ont connu une forte inflation après la guerre ont réagi de manière assez homogène, bien décrite par les experts de la SDN :

  • 16  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 25.

« L’importance relative des escomptes, de même que celle de l’encaisse, a fléchi dans les bilans globaux des banques commerciales de la plupart des pays d’Europe depuis la période d’avant-guerre. Dans de nombreux pays, la diminution du portefeuille-effets est particulièrement marquée depuis les périodes d’inflation qui ont suivi la guerre ; au cours de ces années, les chiffres de l’escompte étaient souvent accrus par le montant considérable des bons du Trésor détenus. Le fléchissement ultérieur représente certainement, au moins en partie, une diminution de ce montant causée par la consolidation de la dette publique flottante. Les bons du Trésor ainsi retirés du portefeuille des banques commerciales n’ont été remplacés qu’en partie par des effets de commerce, tandis que les prêts et avances ont continué à s’accroître16. »

Graphique 2. Total des crédits (escomptes, prêts et avances) des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Graphique 2. Total des crédits (escomptes, prêts et avances) des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, Direction des études économiques et financières (DEEF) 73363.

Graphique 3. Prêts et avances des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Graphique 3. Prêts et avances des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

Graphique 4. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des principales banques européennes

Graphique 4. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des principales banques européennes

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

  • 17Joost Jonker et Jan Luiten Van Zanden, « Method in the madness ? Banking crisis between the Wars, (...)

14De fait, « l’examen des escomptes, prêts et placements fait apparaître qu’au cours de ces dernières années, par rapport à 1913, les prêts et avances ont augmenté dans une plus forte proportion que les escomptes dans tous les pays » (graphiques 2 à 4). Le gonflement inflationniste des dépôts a poussé les banques à chercher activement des placements pour leurs liquidités en développant les crédits ; cette politique a d’ailleurs provoqué une intensification de la concurrence entre les banques et une baisse du pouvoir de négociation avec la clientèle, ce qui a parfois affaibli la qualité de leur portefeuille de prêts17.

  • 18  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 43. En Italie et au Royaume-Uni, les p (...)
  • 19Michel Lescure, « Banking in France in the inter-war period », dans Banking, Currency, and Finance (...)
  • 20  H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, op. cit.
  • 21  M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit.

15Néanmoins, comme le note la SDN et comme l’indiquent les graphiques 2 à 4, la France est une exception à la règle18. En francs constants comme en proportion de l’ensemble des crédits (escomptes plus prêts et avances), les prêts et les avances régressent pendant une grande partie des années 192019. Cas unique parmi les grands pays sur lesquels a enquêté la SDN, les prêts et les avances des banques françaises, malgré un léger redressement à partir de 1923, n’ont pas retrouvé en 1929 leur niveau d’avant-guerre ; prêts et avances sont alors de 11 % inférieurs à leur niveau de 1913 tant en monnaie constante qu’en proportion de leur part dans l’ensemble des crédits. Contrairement à certaines assertions20, les années 1920 ne sont pas marquées en France par la victoire du « découvert bancaire ». Ce constat ne doit certes pas conduire à sous-estimer le rôle des grandes banques pour soutenir l’effort d’adaptation des firmes. Cependant, comme le montre l’exemple de la Société générale, c’est au prix d’une très forte sélection des firmes (cette banque soutient dans les années 1920 des moyennes entreprises leaders de leur spécialité), d’un contrôle étroit sur leurs opérations (elle s’y fait représenter dans les instances de direction) et d’une transformation rapide des avances en titres21.

  • 22  « […] il y a tout lieu de présumer que la plus grande partie des sommes globales (du portefeuille) (...)
  • 23  Balaji Ambigapathy, « Le capitalisme bancaire en France : banques de dépôts contre banques provinc (...)
  • 24  La part des postes Caisse et Liquidités passe de 7,7 % en 1913 à 13,6 % en 1929.

16À la différence d’une majorité de banques européennes, les banques françaises ont réagi (très classiquement) au gonflement de leurs dépôts par le développement de leur portefeuille « commercial », c’est-à-dire, compte tenu de l’insuffisante croissance de la matière escomptable, par l’achat de bons de la Défense nationale22 ; elles ont par ailleurs intensifié leur concurrence face aux banques locales23 et augmenté leur liquidité24. Les années 1920 marquent donc le renforcement d’une déconnexion des banques par rapport à l’économie qui devait durer jusqu’au second xxe siècle. Même en ajoutant aux avances et aux prêts les autres formes de financement de l’économie (c’est-à-dire les escomptes et les titres et participations), l’ensemble des concours à l’économie des banques françaises ne dépasse, lors de son culmen (éphémère) de 1929, en monnaie constante que de 2,4 % son niveau de 1913 ; en pourcentage du bilan, l’ensemble de ces concours passe de 83,5 à 82,3 % entre 1913 et 1929.

Tableau 1. Composition des principaux concours à l’économie (en pourcentage du total)

     Banques de dépôt     

     Banques d’affaires     

1913

1929

1913

1929

Escomptes   

58,2

64,5

26,5

30,9

Prêts et avances   

39,4

34,8

50,8

52,6

Placements, participations       

2,4

0,7

22,7

16,5

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

17Certes, les banques de dépôt ont été moins touchées par ces évolutions négatives que les banques d’affaires (graphiques 5 à 7) ; en volume, la plupart des postes de leurs bilans (à l’exception des prêts et avances) ont retrouvé et sensiblement dépassé en 1929 leur niveau de 1913, ce que les banques d’affaires ne parviennent pas à faire. Mais la productivité de leurs emplois s’est dégradée alors qu’elle a résisté chez les banques d’affaires (tableau 1). La proportion des prêts et avances baisse de près de cinq points dans la composition des concours à l’économie des banques de dépôt quand elle progresse de deux points chez les banques d’affaires.

Graphique 5. Total des crédits des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Graphique 5. Total des crédits des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

Graphique 6. Prêts et avances des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Graphique 6. Prêts et avances des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

Graphique 7. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des banques françaises

Graphique 7. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des banques françaises

Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.

III. Les raisons d’un échec

  • 25  Ce déclin est cependant réversible, cf. P. Baubeau, « Les “cathédrales de papier” ou la foi dans l (...)
  • 26Deutsche Bundesbank, « Corporate finance in France and Germany : a comparative analysis », Monthly (...)

18Comment expliquer cette incapacité des grandes banques françaises à réseau à développer les crédits, incapacité qui les condamne à subir le déclin du mouvement de l’escompte25 ? Comme le montrent les difficultés de ces banques à trouver un emploi à la masse croissante de leurs dépôts dès le début du siècle, cette incapacité a des origines anciennes. Deux hypothèses peuvent être avancées pour les expliquer. La première tient au cadre juridique de la faillite. Il semble admis que, dans les dernières décennies du xxe siècle, le faible niveau relatif d’endettement bancaire des firmes en France (comparé, par exemple, aux firmes allemandes) s’explique par un cadre légal qui protège peu le créancier bancaire. Contrairement au droit allemand, tourné vers la protection du créancier, le droit français est tourné vers la survie de l’entreprise et le maintien de l’emploi26. Il est probable que ce handicap, qui a survécu à la réforme juridique de 1994, existe déjà au début du siècle. L’hypothèse est cependant insuffisante dans la mesure où elle n’explique pas pourquoi certaines banques (les banques locales et régionales par exemple) n’hésitent pas à ouvrir largement avances et prêts ; si, dans des conditions juridiques identiques, ces banques ont une politique de crédits plus dynamique que les grandes banques, c’est probablement parce qu’elles démontrent une capacité supérieure à gérer le risque lié aux asymétries d’information.

19La deuxième hypothèse tient en effet aux conditions de formation des grandes banques et à l’organisation qui en résulte. Contrairement aux grandes banques des pays voisins, la plupart des grandes banques françaises de dépôt ne sont pas le produit de banques régionales qui, par fusion et croissance interne, sont devenues des banques nationales ; à l’exception du Crédit Lyonnais, elles sont nées à Paris, avec le soutien actif de l’État et sous la forme spontanée de grandes organisations. Cette histoire est en totale contradiction avec celle du tissu industriel, un tissu très décentralisé constitué d’une myriade de PME familiales fortement ancrées dans leur territoire.

  • 27  M. Lescure, « Le système bancaire français en perspective européenne comparée… », op. cit.

20Cette matrice a généré une déconnexion précoce de ces banques avec les économies régionales, leur rôle s’y limitant (à l’exception toujours du Crédit Lyonnais) à prélever les épargnes au profit de grandes opérations nationales et internationales gérées à Paris. Et lorsqu’elles commencèrent leurs opérations de crédit en province (dans les années 1890 par exemple pour la Société générale), afin de rentabiliser le réseau, leur structure administrative très centralisée et leur méconnaissance des économies régionales et des métiers de la banque de détail les obligèrent à se limiter à l’opération la moins risquée et la plus liquide : l’escompte d’effets de commerce. Dans l’escompte d’effets, les asymétries d’information ex ante et ex post sont en effet réduites par la protection juridique dont bénéficie la traite en France et par le rôle central confié au tireur (le vendeur), qui devient un véritable intermédiaire entre la banque et le débiteur (l’acheteur)27. L’escompte du papier commercial a été l’aubaine qui a permis aux grandes banques françaises de se développer sans maîtriser les pratiques de la banque de détail et sans posséder les compétences inhérentes à la gestion des crédits.

21Cette situation perdure pendant et après le conflit, mais leur impact est aggravé par les nouvelles conditions de l’activité bancaire. La volatilité nouvelle de leurs dépôts, les asymétries d’information aggravées liées à l’inflation et à la déformation des bilans ainsi que les variations aléatoires de la valeur des capitaux circulants augmentent fortement le risque des crédits. Ce dernier facteur nous semble avoir été particulièrement important, même s’il reste à en mesurer l’impact en termes statistiques : en période d’inflation forte (les prix ont été multipliés par 6,7 entre 1913 et 1926) et irrégulière, le financement des stocks, qui conditionne l’endettement des firmes, a posé aux banques les mêmes problèmes que ceux rencontrés par les fournisseurs.

IV. À la recherche de nouvelles conventions de financement

22Autant que le financement direct des firmes, les nouvelles conditions introduites par la guerre et l’après-guerre ont modifié les « conventions de financement ». C’est aussi à l’aune de ces conventions qu’il convient d’analyser le rôle des banques, c’est-à-dire leur capacité d’adaptation.

  • 28  John Hicks, La crise de l’économie keynésienne, Paris, Fayard, 1988, 176 p.
  • 29  Dorothée Rivaud-Danset et Robert Salais, « Les conventions de financement. Premières approches thé (...)
  • 30  J. Hicks, La crise de l’économie keynésienne, op. cit.
  • 31  Le choix en faveur des découverts bancaires (liquidités externes) est étroitement lié au poids des (...)

23Les travaux de John Hicks28 et, à leur suite, ceux de l’économie des conventions29 ont montré que les firmes n’ont pas seulement besoin de financement, elles ont aussi besoin d’une garantie de financement pour faire face aux aléas qu’elles ne peuvent pas anticiper. Face à l’incertitude de leur environnement, les firmes ont besoin d’une sécurité (qualifiée indifféremment de flexibilité ou liquidité) qui leur permet notamment de s’adapter aux aléas non anticipés qui pèsent sur leur capital circulant. Pour se couvrir contre ces aléas, les firmes ont deux possibilités : l’autonomie de financement d’une part (économie de fonds propres), les crédits bancaires courants d’autre part (économie de découvert), l’accès aux crédits bancaires courants (liquidité externe) pouvant apporter aux entreprises, selon Hicks, une flexibilité financière équivalente à celle procurée par la détention d’actifs financiers liquides pour les entreprises autonomes (liquidité interne)30. L’orientation vers l’un ou l’autre mode de financement dépend à la fois des caractéristiques des firmes (rentabilité financière, poids relatif des actifs nets d’exploitation31) et de celles des banques.

  • 32  D. Rivaud-Danset et R. Salais, « Les conventions de financement… », op. cit. Selon ces auteurs, «  (...)

24Il n’est pas douteux que certains types de banque se prêtent mieux que d’autres à donner aux firmes une garantie de financement par des crédits courants. Les banques « d’engagement » (dites aussi relationnelles), soit des banques qui, sur le modèle de la Hausbank allemande, entretiennent des relations de long terme avec les firmes et qui captent ainsi une information privée qui améliore leur information et leur contrôle, sont mieux à même d’assurer cette sécurité de financement que les banques « à l’acte » (dites aussi transactionnelles), soit des banques qui, sur le modèle anglais, renouvellent périodiquement le contrat sur la base d’une information publique32.

  • 33  Ces recherches montrent que les banques anglaises, malgré leur « arm’s-lenght approach », assuraie (...)
  • 34  Dans les années 1990, les banques italiennes, qui relèvent pourtant de la banque « transactionnell (...)
  • 35  Ce manque de capitaux propres semble avoir été particulièrement important dans certaines régions c (...)

25Plus que les hésitations de l’approche conventionnaliste sur ce point, les récents acquis de la recherche historique sur les banques anglaises33 nous poussent à penser que les banques transactionnelles sont, elles aussi, capables d’offrir de telles conventions34. Dans cette perspective, on peut considérer que deux types de convention présidaient au financement (dans la stabilité) des firmes en France avant la première guerre mondiale : les conventions fondées sur le couple crédit interentreprises-escompte des grandes banques commerciales transactionnelles et articulé sur la traite commerciale ; les conventions fondées sur les banques relationnelles et matérialisées par des découverts et des avances (en fait, souvent des crédits à moyen terme déguisés en court terme). Ce deuxième circuit était animé d’un côté par les banques locales et régionales qui finançaient ainsi les besoins en fonds de roulement des PME souvent en manque de ressources propres35, de l’autre par les banques d’affaires et certaines banques mixtes qui réservaient ces financements à une clientèle étroite et connue de moyennes et grandes entreprises qui remboursaient les banques en émettant des titres. La liquidité qui assurait l’efficacité de chaque type de convention était assurée par la Banque de France (pour les deux premiers relais) et par le marché financier (pour le troisième).

  • 36  Celles-ci seront remises en cause en 1925‑1926 quand la Banque de France se montrera plus réticent (...)
  • 37  Michel Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle : l’exemple de la Soc (...)

26La guerre ne remet pas immédiatement en cause les deux sources de liquidité sur lesquelles reposent ces conventions36, mais elle sape la base sur laquelle elles reposent. Elle affaiblit le premier type en remettant en cause (pendant les hostilités et le moratoire) puis en freinant (pendant l’inflation qui a suivi) le développement du crédit interentreprises. Elle modifie au détriment des premières la place respective des banques relationnelles et des banques transactionnelles, ce qui réduit la place du deuxième type de convention. Sous les effets de la concentration, les banques relationnelles régressent en effet au profit des banques transactionnelles au moment de la guerre. Les progrès de la concentration tiennent à la fois à la progression des grands établissements (le nombre de sièges des six grandes banques passe de 1 970 à 2 387 entre 1913 et 1920) au détriment des petites banques locales et aux progrès des banques régionales (le nombre de leurs sièges étant multiplié par deux, passant de 757 à 1 572). Comme les grandes banques, ces banques étendent alors leurs réseaux pour lutter contre l’érosion de leurs ressources par l’inflation ; leurs dépôts passent en conséquence de 37,6 % du total des dépôts bancaires en 1913 à 48,2 % en 1920 (54,8 % en 1929). Mais ce passage de la banque locale à la banque régionale, sanctionné par l’adoption du statut de sociétés par actions, accélère, chez les banques qui l’avaient initié, un mouvement amorcé avant-guerre, à savoir un renforcement de leur liquidité et une augmentation du caractère transactionnel de leurs méthodes37.

27Cette évolution, déjà sensible avant la guerre mais accélérée par elle, renforce les critiques contre le système bancaire (progrès du crédit « réel » au détriment du crédit personnel des banques locales, insuffisance du crédit à moyen terme par les banques). Elle aboutit aux deux réformes législatives de 1917 (création des Banques populaires) et de 1919 (création du Crédit national) qui jettent les bases de nouvelles conventions de financement.

  • 38  Michel Lescure, « La concurrence des secteurs bancaires publics et privés dans la France de l’entr (...)

28L’exemple du Crédit national, établissement placé sous le contrôle de l’État (il est chargé d’organiser la réparation des dommages de guerre) mais dont le capital est détenu en majorité par les banques, illustre la nouveauté des méthodes imaginées, qui rompent avec les pratiques antérieures des banques (tant relationnelles que transactionnelles). Pourvoyeur de crédits à moyen terme financés sur ressources longues, le Crédit national établit de nouvelles règles de collecte (qui mêlent étude sur pièces et visite des inspecteurs des prêts) et de traitement de l’information (fondées sur l’étude des performances passées de la firme demandeur, de son équilibre comptable, de ses besoins et de ses projets) ; des garanties réelles (les plus indépendantes possibles de l’outil d’exploitation) assurent la bonne issue du crédit. Bien qu’elle ait pu aider les grands établissements de crédit à créer leur propre filiale de crédit à moyen terme, l’expérience du Crédit national s’est révélée coûteuse (ce sont les dommages de guerre qui financent indirectement les lourds frais de constitution des dossiers) et peu efficace38. Le rôle du Crédit national, comme d’ailleurs celui des filiales bancaires, reste très modeste jusqu’aux lendemains de la seconde guerre mondiale.

V. Bilan et conclusions

29Le bilan de la guerre est donc largement négatif, et tout d’abord pour les grandes banques. Ni sur le plan des crédits ni sur celui des conventions de financement, les grandes banques françaises n’ont su s’adapter aux nouvelles conditions. On est même fondé à se demander si ce n’est pas ce problème des emplois (plus que celui des ressources) qui est l’origine immédiate de leur affaiblissement. À l’image du Crédit Lyonnais dans les premières années du xxe siècle, les grandes banques étaient-elles incitées à s’étendre encore alors que les perspectives d’emplois étaient limitées ?

Graphique 8. Part des six grandes banques de dépôt en pourcentage de l’ensemble des banques publiant un bilan en France

Graphique 8. Part des six grandes banques de dépôt en pourcentage de l’ensemble des banques publiant un bilan en France

Source : AHCL, DEEF 73363.

  • 39  La baisse de la part des grandes banques est due en partie à l’augmentation du nombre de banques q (...)

30L’affaiblissement est en tout cas bien réel. Les grandes banques régressent non seulement en proportion de la richesse créée (Rajan et Zingales), mais aussi (pour autant qu’on puisse en juger39) dans l’ensemble du système bancaire (graphique 8). Si les banques qui profitent de cet affaiblissement sont mieux équipées pour pratiquer crédits et avances (notamment les banques régionales), elles sont elles-mêmes, comme on l’a vu, tenues d’adapter leurs méthodes à la nouvelle échelle de leur champ d’opération.

  • 40J. Jonker et J. L. Van Zanden, « Method in the madness ?... », op. cit.

31Le principal élément positif pour les grandes banques est que, faute de s’être engagées dans une politique de larges crédits (plus risqués que les escomptes), elles ont préservé leur liquidité et leur solvabilité, ce qui les a fait échapper pour la plupart à la crise bancaire des années 1930. C’est là l’une des profondes originalités des grandes banques françaises comparées aux banques des pays étrangers, qui, confrontées au même problème de gonflement inflationniste de leurs dépôts, avaient activement développé leurs crédits et avili ainsi la qualité de leur portefeuille40.

  • 41  Pierre-Cyrille Hautcœur, « Le marché boursier et le financement des entreprises françaises (1890‑1 (...)
  • 42  M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit.

32Le bilan de la guerre est également négatif pour les firmes. Dans le débat ouvert chez les historiens sur les réalités de la modernisation et de l’investissement dans les années 1920, les analyses qui précèdent plaident pour une vision pessimiste de la décennie qui a suivi la guerre. Si les grandes entreprises ont pu continuer à recourir massivement à un marché financier demeuré très actif41, les PME ont éprouvé plus de difficultés pour s’adapter aux nouvelles conditions de l’activité bancaire. Le décalage du cycle de l’investissement et le faible taux de renouvellement du tissu industriel constatés alors en France ne sont peut-être pas sans rapport avec ces difficultés42.

  • 43Deutsche Bundesbank, « Corporate finance in France and Germany… », op. cit.

33À plus long terme, on doit se demander si les grandes banques ont réussi à surmonter le handicap qu’elles tenaient de leur histoire et de leur organisation. Dans les années 1980‑1990, soit après que les grandes banques ont retrouvé leur capacité d’initiative et récupéré leur pouvoir d’intervention dans l’économie, la faible part relative (comparée à l’Allemagne) des crédits bancaires dans le financement des PME et l’importance des capitaux propres au passif de ces firmes (égaux à ceux des grandes entreprises alors qu’ils sont notoirement inférieurs dans les PME allemandes) laissent à penser que, en France, ce sont les firmes qui se sont adaptées aux banques et non l’inverse. L’importance des capitaux propres des PME en France tient au fait que les banques fondent encore davantage leur jugement sur la sécurité procurée par le capital social des firmes43 que sur leur capacité à gérer l’information et à contrôler leur clientèle.

Notes

1Jean Bouvier, « The French Banks, inflation and the economic crisis, 1919‑1939 », The Journal of European Economic History, vol. 13, 1984, p. 29‑80.

2  Société des Nations (SDN), Mémorandum sur les banques commerciales 1913‑1929, Genève, SDN, Service d’études économiques, 1931, p. 40.

3Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, « The great reversal : the politics of financial development in the twentieth century », NBER (National Bureau of Economic Research) Working Papers, nº 8178, mars 2001.

4  Le ratio passe de 0,2 à 0,08 entre 1913 et 1929 pour les principales banques de dépôt, de 0,25 à 0,09 pour les grandes banques d’affaires. SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit.

5  Seuls la Suisse et les pays scandinaves connaissent une évolution similaire de leurs ressources. SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 153.

6  Alain Plessis, « La révolution de l’escompte dans la France du xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, nº 23, 2001/02, p. 143‑163 ; Patrice Baubeau, « Les “cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit : naissance et subversion du système de l’escompte en France. Fin xviiie-premier xxe siècle », doctorat, histoire, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2004, 680 p. ; Michel Lescure, « Le système bancaire français en perspective européenne comparée. Résultats préliminaires », dans L’économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Olivier Feiertag et Isabelle Lespinet-Moret (dir.), Genève, Droz, 2010, p. 209‑238.

7  Jacques Dagneau, « Les méandres d’une politique bancaire : les agences provinciales du Crédit Lyonnais, 1888‑1914 », dans Bernard Desjardins et alii, Le Crédit Lyonnais 1863‑1986, Genève, Droz, 2003, p. 245‑260 ; M. Lescure, « Le système bancaire français en perspective européenne comparée… », op. cit.

8  Entre 1895 et 1911, les dépôts des quatre grands établissements de crédit augmentent de 7,9 % par an, les effets en circulation de 4 % seulement. Cf. ibid.

9  Assemblée générale des actionnaires du Crédit Lyonnais pour 1916, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AHCL), usuel.

10  Le crédit fournisseur représente en 1926 60 % de l’endettement à court terme des firmes en France ; il a progressé de 67,5 % entre 1924 et 1926. Michel Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années 1920, Paris, Economica, 1996, 350 p.

11  En Alsace-Moselle, la Banque de France pousse au remplacement des découverts (qui y étaient largement pratiqués) par l’escompte des effets de commerce. Hubert Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, PLAGE, 2000, 3 vol.

12  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 51.

13  Vincent Tournié montre dans sa thèse que la clause de sauvegarde sur le remboursement des livrets introduite pendant la guerre de 1914‑1918 a révélé en l’aggravant le manque de fluidité des dépôts des Caisses d’épargne. Vincent Tournié, « Monnaie, épargne et crises politiques dans la France du xxe siècle », doctorat, histoire, université Paris 7, 2009, 573 p. Voir également sa communication dans ce volume.

14Asli Demirgüç-Kunt et Vojislav Maksimovic, « Firms as Financial Intermediaries: Evidence from Trade Credit Data », Policy Research Working Papers, nº 2696, octobre 2001.

15Idem, « Financial Constraints, uses of funds, and firm growth : an international comparison », Policy Research Working Papers, 1996, p. 1671 ; M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit.

16  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 25.

17Joost Jonker et Jan Luiten Van Zanden, « Method in the madness ? Banking crisis between the Wars, an international comparison », dans Banking, Currency, and Finance in Europe between the Wars, Charles H. Feinstein (dir.), Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 77‑95.

18  SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 43. En Italie et au Royaume-Uni, les prêts et les avances peinent aussi à se développer plus rapidement que les escomptes, mais ils y parviennent au milieu de la décennie et retrouvent à la fin des années 1920 un niveau relatif supérieur à celui de 1913.

19Michel Lescure, « Banking in France in the inter-war period », dans Banking, Currency, and Finance…, Ch. H. Feinstein (dir.), op. cit., p. 315‑336.

20  H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, op. cit.

21  M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit.

22  « […] il y a tout lieu de présumer que la plus grande partie des sommes globales (du portefeuille) afférentes aux années allant jusqu’en 1924 consistait en bons de la Défense nationale ». SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit., p. 155.

23  Balaji Ambigapathy, « Le capitalisme bancaire en France : banques de dépôts contre banques provinciales, 1918‑1930 », dans Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Michel Lescure et Alain Plessis (dir.), Paris, Albin Michel, 2004, p. 129‑161.

24  La part des postes Caisse et Liquidités passe de 7,7 % en 1913 à 13,6 % en 1929.

25  Ce déclin est cependant réversible, cf. P. Baubeau, « Les “cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit… », op. cit.

26Deutsche Bundesbank, « Corporate finance in France and Germany : a comparative analysis », Monthly Report, octobre 1999, p. 29‑45.

27  M. Lescure, « Le système bancaire français en perspective européenne comparée… », op. cit.

28  John Hicks, La crise de l’économie keynésienne, Paris, Fayard, 1988, 176 p.

29  Dorothée Rivaud-Danset et Robert Salais, « Les conventions de financement. Premières approches théorique et empirique », Revue française d’économie, vol. VII, nº 4, 1992, p. 81‑120 ; Bernard Paranque et Dorothée Rivaud-Danset, « Structure financière des entreprises industrielles françaises : une approche en termes de convention de financement », Bulletin de la Banque de France, nº 57, septembre 1998, p. 79‑100.

30  J. Hicks, La crise de l’économie keynésienne, op. cit.

31  Le choix en faveur des découverts bancaires (liquidités externes) est étroitement lié au poids des actifs nets d’exploitation. Cette idée s’appuie sur l’étude empirique internationale de Demirgüç-Kunt et Maksimovic (1996), citée plus haut, qui révèle une corrélation positive entre la part des actifs circulants dans le total du bilan et le financement externe (associée à une corrélation positive entre l’importance relative des actifs fixes et les bénéfices mis en réserve).

32  D. Rivaud-Danset et R. Salais, « Les conventions de financement… », op. cit. Selon ces auteurs, « [l]e modèle bancaire “d’engagement” sacrifie l’opportunisme et la réversibilité au profit d’une relation de confiance […]. C’est moins la quantité des données transmises que la capacité de traiter l’information, le savoir-faire spécialisé (dont l’acquisition a exigé du temps) et l’établissement d’une relation personnalisée qui permettent à la banque de connaître son client. Réciproquement […], l’établissement de relations de familiarité assure à l’entreprise une qualité d’information qu’elle pourrait difficilement acquérir ailleurs ». Par contraste, « le modèle bancaire “à l’acte” exclut toute compréhension personnalisée au profit d’une information standardisée sur le client en termes de calcul de probabilité. Il repose sur des instruments qui, ayant une validité générale, peuvent être imposés par la banque à tous ses clients. Ceux-ci sont contraints de présenter leur demande de financement conformément à des règles fixées à l’avance et systématiques. […] La banque “à l’acte” se caractérise moins par le manque d’informations que par ses procédures de traitement ».

33  Ces recherches montrent que les banques anglaises, malgré leur « arm’s-lenght approach », assuraient aux firmes des crédits assez stables. Forrest Capie et Michael Collins, Have the Banks Failed British Industry ? : Historical Survey of Bank/Industry Relations in Britain, 1870‑1990, London, IEA, Hobart Paper, 1992 ; idem, « Banks, Industry and Finance, 1880‑1914 », Business History, nº 41/1, 1999, p. 37‑62.

34  Dans les années 1990, les banques italiennes, qui relèvent pourtant de la banque « transactionnelle », sont, elles aussi, capables d’assurer une flexibilité par les découverts. Michel Delbreil et Bernard Paranque, « Le financement des entreprises en Europe, de 1986 à 1996 », Bulletin de la Banque de France, nº 85, janvier 2001, p. 75‑95.

35  Ce manque de capitaux propres semble avoir été particulièrement important dans certaines régions comme l’Alsace-Lorraine (cf. H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, op. cit.) et le Nord (cf. Jean-Luc Mastin, « Capitalisme régional et financement des investissements industriels dans la région de Lille, 1850‑1914 », doctorat, histoire, université Lille 3, 2007).

36  Celles-ci seront remises en cause en 1925‑1926 quand la Banque de France se montrera plus réticente à escompter le papier émis par les banques provinciales en représentation des découverts qu’elles accordent, puis surtout dans les années 1930 avec l’effondrement du marché financier.

37  Michel Lescure, « Banques régionales et croissance économique au xixe siècle : l’exemple de la Société marseillaise de crédit », dans Banque et investissements en Méditerranée à l’époque contemporaine, Marseille, Publications de la Chambre de commerce et d’industrie, 1985, p. 103‑129.

38  Michel Lescure, « La concurrence des secteurs bancaires publics et privés dans la France de l’entre-deux-guerres : l’exemple du Crédit national », dans États, fiscalités, économies, Jean-Claude Perrot et Jean Bouvier (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 233‑243.

39  La baisse de la part des grandes banques est due en partie à l’augmentation du nombre de banques qui publient leurs bilans.

40J. Jonker et J. L. Van Zanden, « Method in the madness ?... », op. cit.

41  Pierre-Cyrille Hautcœur, « Le marché boursier et le financement des entreprises françaises (1890‑1939) », doctorat, sous la direction de Christian de Boissieu, université Paris 1Panthéon-Sorbonne, 1994.

42  M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit.

43Deutsche Bundesbank, « Corporate finance in France and Germany… », op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Ratio capitaux propres/engagements à l’égard du public
Légende Note : Le poste Engagements à l’égard du public comprend tous les types de dépôts, les correspondants, les billets et les chèques. Les données sur la France concernent les six principales banques de dépôt et les quatre principales banques d’affaires.
Crédits Source : SDN, Les banques commerciales 1913‑1929, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 2. Total des crédits (escomptes, prêts et avances) des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, Direction des études économiques et financières (DEEF) 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 3. Prêts et avances des principales banques européennes. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 4. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des principales banques européennes
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 5. Total des crédits des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 6. Prêts et avances des banques de dépôts et d’affaires françaises. Évolution en monnaie constante base 100 en 1913
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 7. Prêts et avances en pourcentage de l’ensemble des crédits des banques françaises
Crédits Sources : SDN, Mémorandum sur les banques commerciales…, op. cit. ; AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 8. Part des six grandes banques de dépôt en pourcentage de l’ensemble des banques publiant un bilan en France
Crédits Source : AHCL, DEEF 73363.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

Auteur

Michel Lescure est professeur émérite d’histoire économique à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et chercheur à l’IDHES (UMR 8533). Il est membre du conseil scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Il a récemment publié « Le pouvoir de la dette : le crédit interentreprises, instrument de financement ou mode de coordination ? », Entreprises et histoire, nº 77, décembre 2014, p. 6‑21 ; « Le profit des PME. Enjeux, débats et perspectives. Un état des lieux à partir du cas français au xxe siècle », dans Le profit dans les PME. Perspectives historiques, xixexxe siècles, Alain Cortat et Jean-Marc Olivier (dir.), Neuchâtel, Éditions Alphil, 2014, p. 31‑44 ; avec Jean-Claude Daumas, « Les territoires de l’entreprise ? », Entreprises et histoire, nº 74, janvier 2014, p. 6‑21 ; « Système financier et crises immobilières : l’exemple de la France à la fin du xixe siècle », Revue d’économie financière, nº 110, juin 2013, p. 169‑188.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search