Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Une nouvelle ère pour les banques françaises

Première guerre mondiale et hiérarchisation du système bancaire en « jardin à la française »

Patrice Baubeau

Texte intégral

Introduction

  • 1  Georges Pallain, « Compte rendu des opérations de la Banque de France pendant l’année 1909 », dans (...)

1À la veille de la Grande Guerre, les principaux acteurs du système monétaire et financier français peuvent ériger celui-ci avec autosatisfaction en modèle. Cela est sensible notamment dans les discours annuels du gouverneur de la Banque de France devant l’assemblée générale des actionnaires. Ainsi, et à titre d’exemple parmi de nombreuses occurrences, le gouverneur revient, dans le rapport annuel relatif à l’année 1909, sur l’année 1908 qui a vu la fin de la crise financière internationale partie des États-Unis en 1907. Il déclare à ses actionnaires, après avoir rappelé le rôle joué par la Banque dans la stabilisation des changes « sur les grands marchés dirigeants du monde » : « C’est la fonction économique internationale que peut et doit remplir la Banque de France dans les excellentes conditions où elle se trouve. Son action, il faut bien le reconnaître, n’est pas étrangère à la haute idée que l’on a prise au dehors de notre crédit national1. »

  • 2  Georges Pallain, BDF, RA, année 1905, Paris, Paul Dupont, 1906, p. 5 : « Ce maintien du taux le pl (...)
  • 3  On reprend ici l’idée de « critical juncture » ou tournant critique, utilisée par Daron Acemoglu e (...)

2Dotée de surcroît de banques puissantes, d’un marché financier profond et liquide, d’une monnaie très solide et de taux d’intérêt plus faibles que dans les pays voisins2, y compris dans la puissante Angleterre, pourtant capitale financière incontestée de la planète, la France apparaît financièrement mature. Néanmoins, des failles existent, qui importent peu quand tout va bien, mais qui vont contribuer à orienter l’évolution des banques grandes et petites non seulement à la suite des chocs qu’entraîne l’entrée en guerre, mais aussi en réponse aux transformations profondes qu’elle accélère ou accentue3.

  • 4Patrice Baubeau et Anders ögren (dir.), Convergence and Divergence of National Financial Systems. (...)
  • 5  Voir l’article de Marc Flandreau et Chantal Rivière, « La grande “Retransformation” ? Contrôle des (...)

3Ces failles, telles qu’elles apparaissent en 1913‑1914 mais aussi rétrospectivement, forment donc le point de départ d’une étude de l’évolution des banques françaises du fait de la guerre. Cette évolution se déroule ensuite selon deux dynamiques entrelacées et que seule l’analyse distingue. Une dynamique de court terme relie les transformations volontaires mises en place en réaction aux failles perçues, aux chocs subis, aux différentes étapes du conflit et à son règlement. De ce point de vue, l’après-guerre pourrait se terminer en 1928, lorsque le franc retrouve l’or, les exportations de capitaux leur liberté et le Trésor ses marges de manœuvre. Pourtant, ce rétablissement de l’étalon-or ne signifie pas le retour au statu quo ante bellum : une seconde dynamique, engagée dès avant la guerre mais considérablement accentuée par cette dernière, transforme lentement mais en profondeur les structures bancaires françaises. Cette dynamique fait écho aux transformations globales des systèmes financiers nationaux4 et se trouve renforcée par les chocs ultérieurs, la crise des années 1930, la guerre, l’Occupation et la Libération, et aboutit, dans le long terme d’un demi-siècle, à la « grande transformation » du système monétaire et financier français, avant qu’il ne soit « retransformé »5, timidement à la fin des années 1960, surtout au cours des années 1980 et 1990.

I. Forces et faiblesses du système financier français en 1914

A. Une structuration inachevée

  • 6  Ces paragraphes généraux s’appuient notamment sur Michel Lescure et Alain Plessis (dir.), Banques (...)
  • 7  Jean Bouvier, Le krach de l’Union générale (1878‑1885), Paris, PUF, 1960, 308 p.
  • 8Pierre-Cyrille Hautcœur, Angelo Riva et Eugene White, « Floating a “Lifeboat” : The Banque de Fran (...)
  • 9  Fondé par les frères Pereire en 1852, lui-même inspiré de la Société générale de Belgique (1822) e (...)

4En 1914, la hiérarchisation du système bancaire français se distingue mal de sa spécialisation. On a, d’un côté, une dénivellation manifeste entre les bilans des banques nationales, régionales et locales, et de l’autre un (faux) paradoxe de la spécialisation, puisque les plus grandes banques, même si la variété de leurs opérations est plus importante que celle des petites banques, apparaissent, au regard de la concentration de leurs principaux postes d’exploitation ou de bilan, relativement plus spécialisées que les petites banques6. Depuis les crises de 18827 et de 18898, les grandes banques à réseau avaient entrepris leur transition d’un modèle de « banque mixte », largement inspiré du Crédit mobilier9, à un modèle de banque spécialisée, d’inspiration anglaise, très liquide, fondé sur l’extension du réseau d’agences, la collecte des dépôts, l’ouverture de crédits à court terme et le placement d’émissions d’actions et d’obligations. Mais cette mutation se fait sur le fond d’une vigoureuse concurrence entre les grandes banques à réseau – Crédit Lyonnais, Société générale, Comptoir national d’escompte de Paris, Crédit industriel et commercial – et la Banque de France.

  • 10  Hubert Bonin (dir.), Histoire de banques. Crédit du Nord, 1948‑1998, Paris, Hervas, 1998, 203 p.
  • 11  Christophe Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (...)

5Entre ces deux grands acteurs, un vaste monde bancaire hésite, végète souvent. Les plus puissantes des banques locales peuvent espérer suivre le modèle de la banque à réseau et devenir de grandes banques régionales, comme le Crédit du Nord10. Les plus fragiles disparaissent à l’occasion d’une crise locale ou générale, ou sont rachetées par un des grands réseaux et transformées en agences bancaires. Enfin, nombre de banquiers locaux cherchent à sauvegarder à tout prix leur indépendance et leur prestige social, avec l’appui intéressé de la Banque de France11, qui y trouve les emplois en réescomptes et en avances de ses succursales et un moyen de lutter à la fois contre le déploiement des réseaux concurrents et contre l’extension du chèque, c’est-à-dire de la monnaie de banque.

  • 12  Hubert Bonin, « Les quatre crises de la Société générale (1886‑2008). La crise d’un modèle économi (...)
  • 13Ibid., p. 923.

6Le phénomène de consolidation et de concentration bancaire autour de grands réseaux d’agences semble ainsi suivre le chemin ouvert par le Royaume-Uni, et la distinction entre banques de dépôt et banques d’affaires y fait d’ailleurs écho. Mais, contrairement au Royaume-Uni, ce phénomène de concentration-spécialisation paraît inachevé. Les difficultés rencontrées par la Société générale en 1913‑1914 découlent de ses activités de banque d’affaires internationale liée aux marchés d’Europe centrale et germanique12. Plus tardivement engagée que le Crédit Lyonnais dans une politique de développement de ses opérations à court terme et de collecte des dépôts, la Société générale se heurte à des problèmes aigus de liquidité qui ne sont surmontés que par la solidarité de place mise en œuvre sous l’égide de la Banque de France13.

7Ce caractère inachevé se retrouve dans le système monétaire en vigueur en France, appuyé sur un usage massif des pièces métalliques et des billets de banque. Or cette importance de la monnaie manuelle limite l’extension de la monnaie de banque et entrave la consolidation d’un système de paiements moderne, appuyé sur les banques, les chèques et virements, et les opérations de compensation, comme au Royaume-Uni et dans une moindre mesure en Allemagne. Les contemporains sont bien conscients de cet archaïsme, comme en témoigne Felix Schuster, gouverneur de l’Union of London & Smith’s Bank Limited devant la National Monetary Commission :

  • 14  Ma traduction : « En pratique, il n’y a pas de système bancaire selon notre acception en France, n (...)

« There is practically no banking system in our sense of the word in France, nor is there in Germany. Although the German system comes closer to our own, it is a very long way from it. The check has not taken the place of coin or bank notes on the Continent, but here [in the U.K.] we have practically no bank note circulation at all. […] Of course France is not a great industrial country now. It is a stock-exchange country, an investing country, and an agricultural country; it is not so liable to sudden fluctuations that a great crisis in another country exposes us to14. »

B. Une puissance financière paradoxale

  • 15  Lysis (Eugène Letailleur), Contre l’oligarchie financière en France (11e édition, corrigée, mise à (...)
  • 16  Testis (Alexis Rostand), « La vérité sur les propos de Lysis », réponse (inachevée) en quatre arti (...)
  • 17  H. Bonin, « Les quatre crises de la Société générale… », op. cit., p. 921.
  • 18  M. Flandreau et Ch. Rivière, « La grande “Retransformation” ?… », op. cit., p. 18.

8En dépit de ces failles, la France exporte très libéralement ses capitaux en Europe et dans le monde, malgré le développement des pressions en sens inverse, notamment depuis la fameuse controverse de 1907 entre Lysis15 et Testis16. Il ne faut donc pas en exagérer la portée, sous peine de ne pas comprendre la puissance financière du pays : affaire d’inachèvement, sans doute, mais aussi de trajectoire, dans la mesure où celle de la France n’est pas comparable à celles du Royaume-Uni, de l’Allemagne ou des États-Unis, les autres grandes puissances industrielles et financières de l’époque. Toutefois, la critique des exportations de capitaux s’est accentuée sous la pression des milieux nationalistes, en progrès depuis 1907 derrière leur champion, Raymond Poincaré17. Paris représente alors le premier marché mondial pour les émissions publiques, qui demeurent symbolisées par les « emprunts russes » qui y sont placés depuis 1888. Mais, pour autant, le marché des capitaux n’est pas entièrement libre, moins qu’au Royaume-Uni ou même qu’en Allemagne, dont le Lombardverbot édicté par Bismarck en 1887 ferme pourtant le marché aux emprunts russes18. Comme le rappelle Henri Gans :

  • 19  Henri Gans, « L’intervention gouvernementale et l’accès du marché financier », Revue politique et (...)

« Les bourses y sont placées par la loi sous l’autorité du gouvernement, les intermédiaires sont des officiers ministériels nommés par décret. Le règlement du marché officiel donne expressément au ministre des Finances le droit de s’opposer à l’admission d’une valeur étrangère aux négociations du marché (article 5 du décret du 6 février 1880)19. »

  • 20  Voir la synthèse des travaux de L. Fontvieille, R. Delorme et C. André réalisée par André Gueslin. (...)

9Cette puissance financière internationale de la France, qui fait du « rentier » français le deuxième créancier mondial derrière l’anglais, se combine avec un phénomène presque paradoxal : le considérable endettement de l’État français. Quelle que soit la mesure choisie, la dette publique d’État française figure, en volume, comme la première ou la seconde du monde (à proximité de la dette russe), s’élève à 85 ou 90 % du PIB et représente une part importante des dépenses budgétaires20. Toutefois, en 1914, c’est moins l’endettement qui inquiète – tant la « rente » demeure perçue comme le placement judicieux du citoyen prévoyant – que le gonflement permanent des dépenses publiques, le déficit du budget qu’il entraîne et la dette flottante qui en résulte, ce qu’exprime clairement l’exorde de Charles de Lasteyrie en juin 1914 :

  • 21  Charles de Lasteyrie, « La situation financière », Revue politique et parlementaire, t. LXXX, nº 2 (...)

« La situation actuelle de nos finances est à coup sûr la plus grave que la France ait traversée depuis 1870. En pleine paix après 40 ans d’une prospérité économique presque ininterrompue, le pays se trouve en présence d’un déficit béant, dont il hésite à mesure[r] [sic] la profondeur – d’un déficit comme il n’en a pas connu depuis la liquidation des événements de l’Année terrible. Des dépenses publiques qui en moins de dix ans se sont accrues de plus de 1 500 millions ; un emprunt en perspective de quelque deux milliards ; un budget où les dépenses surpassent les recettes normales de l’État de plus de 900 millions : tel est le bilan déposé par la législature qui vient d’expirer21. »

C. Les liens étroits entre banques et marché financier

10Les grands réseaux bancaires et la Banque de France se trouvent associés dans l’équilibre de la place de Paris, incontestable capitale financière de la République, aux côtés des courtiers (agents de change, coulissiers, banquiers en valeurs) et du Trésor. Ce dernier apparaît directement intéressé à la bonne tenue du marché des titres publics, et il place ses bons du Trésor, de montant nominal très élevé, auprès des grandes banques et des compagnies d’assurances. Or, presque simultanément aux difficultés de la Société générale, et comme l’évoque Charles de Lasteyrie, un grand emprunt national est lancé en juillet 1914 afin de consolider la dette flottante résultant des dérapages budgétaires accumulés surtout depuis 1911.

  • 22  Procès-verbal du conseil général (PVCGBDF) du 9 juillet 1914, Archives de la Banque de France (ABD (...)
  • 23  Parmi ces mesures, la Banque prévoit en effet l’« [a]utorisation d’escompter, moyennant la seule p (...)

11Dans les circonstances où se trouvait la Société générale, on aurait pu penser qu’elle ne participerait que marginalement au placement de cet emprunt, en raison des risques d’immobilisation que ce dernier impliquait. Dans la logique de place alors en vigueur et grâce au soutien de la Banque de France, il n’en est rien : la Société générale se situe, le 7 juillet 1914, au deuxième rang des banques présentatrices aux escomptes de la Banque de France22, escomptes spéciaux que la Banque de France reçoit alors massivement durant l’emprunt23. On observe ainsi l’existence d’un circuit monétaire qui articule sphère monétaire et sphère financière : d’un côté il permet aux banques de souscrire à l’emprunt, tandis que de l’autre le Trésor reçoit sur son compte à la Banque le montant de ces souscriptions, de sorte que la circulation fiduciaire demeure presque inchangée. Le tableau 1 montre comment ces mouvements se compensent largement :

Tableau 1. L’emprunt national de juillet 1914 au bilan de la Banque de France

 4 juillet soir 

 6 juillet soir 

 7 juillet soir 

 8 juillet soir 

Portefeuille d’escompte
à Paris

587 058 000

635 089 000

2 727 303 000

2 072 784 000

Variation (%)

8,18

329,44

– 24,00

Avances sur titres à Paris  

204 090 000

215 136 000

388 572 000

386 695 000

Variation (%)

5,41

80,62

– 0,48

Comptes courants à Paris  

909 248 000

1 091 286 000

504 987 000

2 548 894 000

Variation (%)

20,02

– 53,73

404,74

Compte courant du Trésor  

151 013 000

154 570 000

3 181 820 000

326 995 000

Variation (%)

2,36

1 958,50

– 89,72

Actifs moins passifs  

– 269 113 000

– 395 631 000

– 570 932 000

– 416 410 000

Variation (%)

47,01

44,31

– 27,06

Circulation fiduciaire  

6 097 109 000

6 066 861 000

6 056 586 000

6 039 946 000

Variation (%)

– 0,50

– 0,17

– 0,27

Lecture du tableau : Le mouvement du portefeuille d’escompte et celui des avances sur titres à Paris (on exclut donc les mouvements dans les succursales), à l’actif, figurent l’essentiel des concours directs de la Banque de France aux banques commerciales (sièges), tandis que les comptes courants à Paris, au passif, sont diminués notamment des souscriptions des banques à l’emprunt national et que le compte du Trésor à la Banque de France est crédité du montant de la souscription à cet emprunt et d’autres recettes. On constate aisément la variation considérable enregistrée par chacun de ces quatre postes, mais aussi les compensations entre eux, ce qui explique la quasi-stabilité du montant de la circulation fiduciaire.

Source : Archives de la Banque de France (ABDF), procès-verbaux du conseil général.

D. Un mécanisme financier fragile

  • 24  David Le Bris, « The French Stock Market in War », communication présentée au colloque organisé pa (...)

12On voit ainsi combien les banques commerciales, la Banque de France, le Trésor et le marché financier apparaissent liés. Or ce lien est permanent, structurel. Grâce à son rôle de réserve d’or de la nation – le moyen de règlement international de l’époque –, de fournisseur de billets, de prêteur en dernier ressort et de concurrent, la Banque de France pèse sur l’ensemble du système bancaire, contribuant encore plus à l’orienter vers les financements courts ou liquides. Cela ne semble pas gênant puisque le financement à plus long terme des entreprises (en plus de celui des États) passe par un autre circuit : le marché financier de Paris, dont on a vu qu’il était le deuxième du monde derrière la City. D’après les calculs de David Le Bris, les 40 plus grosses capitalisations du marché français représentent ainsi en 1914 près de 21,5 % du PIB24.

  • 25  Sur cette question, voir Marc Flandreau et Pierre Sicsic, « Crédits à la spéculation et marché mon (...)
  • 26Ibid., p. 205 et surtout p. 217.

13Cependant, le marché financier, on l’a vu avec l’exemple du placement de l’emprunt de juillet 1914, dépend aussi de son alimentation par les banques, y compris en dehors des placements d’émissions. En effet, le segment le plus dynamique du marché, le marché à terme, dépend des « reports », c’est-à-dire des crédits à très court terme (de 15 jours à un mois) permettant à un spéculateur boursier de « reporter » le règlement final de son achat à un moment plus favorable25. Or ces crédits, devenus très sûrs avec la consolidation du marché financier parisien intervenue à la fin du xixe siècle, représentent un placement de nature « monétaire » pour les grandes banques, de plus en plus liquides, et pour lesquelles, à côté de l’escompte d’effets de commerce, les reports constituent un deuxième compartiment du marché monétaire26.

  • 27En suivant l’analyse de Charles Goodhart, dans The Future of central banking : The tercentenary sy (...)

14Pour résumer, et en simplifiant, le système bancaire français à la veille de la guerre se caractérise par cinq traits, et d’abord par de très faibles coûts d’entrée et l’absence de régulation spécifique. L’intervention de l’État demeure limitée et indirecte, mais elle est croissante et visible, notamment par le soutien apporté aux réseaux bancaires mutualistes ou coopératifs, dans le renouvellement de la charte de la Banque de France en 1897 ou encore dans les débats parlementaires depuis 1911. La concentration-spécialisation du secteur, inachevée, s’accentue selon deux axes bien lisibles : la consolidation autour de grands réseaux centrés sur Paris et une spécialisation à la britannique entre banques de dépôt, banques d’investissement et banques de marché. L’imbrication des réseaux bancaires et des marchés financiers paraît très développée, tant à Paris qu’en province. Enfin, il faut insister sur le rôle ambigu de la Banque de France, à la fois banque de l’État, banque à but lucratif, banque de premier rang et organisme de place27.

15Surtout, la répartition des rôles entre banques et marchés n’implique pas l’absence de dépendance réciproque. Certes, du moins en théorie, les financements bancaires soutiennent les transactions commerciales ainsi que les fonds de roulement des entreprises, tandis que le marché financier fournit les capitaux privés et publics à long terme, mais cette répartition des rôles entre banques et marchés se trouve contredite selon deux voies. D’un côté, pour assurer leur activité de crédit à court terme, les banques empruntent à long terme sur les marchés, où elles trouvent leurs fonds propres et le moyen de consolider les crédits consentis à leurs clients, notamment en plaçant en leur nom des actions ou des obligations. De l’autre, ces mêmes marchés financiers fondent leur liquidité sur les considérables crédits à court terme fournis par les banques sous forme de reports…

II L’échec du retour aux règles du jeu de l’avant-guerre

16Cette mécanique complexe reliant les différents acteurs financiers, notamment à travers le bilan de la Banque de France et le marché des reports, est profondément affectée par l’éclatement du conflit, son déroulement puis son règlement, d’autant que le pays tentait de remettre en ordre ses finances publiques au moment même où la guerre éclatait.

A. La fragilisation du tissu bancaire

  • 28  Voir la communication de Vincent Tournié dans ce volume.

17Ainsi, les grandes banques qui participent au placement de l’emprunt national de juillet 1914 se trouvent au mois d’août « collées » avec de grandes quantités de titres obligataires, que le public, dans l’incertitude des premiers jours d’août, ne se presse pas d’acheter. Si l’on y ajoute les peurs déclenchées par l’entrée en guerre, les craintes autour des Caisses d’épargne28 et la suspension du marché boursier, on comprend que les banques aient poussé à l’adoption du moratoire, c’est-à-dire, en ce qui les concerne, la suspension du remboursement des dépôts qu’elles conservent au nom de leurs clients et le report des échéances des traites, bien que l’on ait constaté les dangers de ces mesures en 1870‑1871.

  • 29  Michel Lescure, « La crise bancaire des années 1930 : la crise des banques locales et régionales e (...)
  • 30  Hubert Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres. II. Les banques et les entreprises e (...)
  • 31  Voir – avec les forts biais qui les accompagnent – les publications de Georges Charpenay, notammen (...)
  • 32  P. Baubeau, « “Les cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit… », op. cit. ; Jean-Luc Mastin, (...)

18Le système bancaire français, éclaté on l’a vu en différentes composantes, réagit de manière contrastée. Le tissu bancaire local, constitué surtout de petites banques et de quelques banques moyennes, déjà fragilisé avant la guerre au point d’être l’objet de la sollicitude de Lysis et des réflexions de la commission Caillaux (1911), est d’abord figé par la guerre du fait du moratoire, puis se réduit à un rythme accéléré de 1919 à 193529. En revanche, les grandes banques nationales réparent rapidement les dégâts causés par la guerre, puis reprennent l’expansion de leur réseau. Cependant, elles ne reviennent que progressivement à l’escompte, au fur et à mesure de la reprise des règlements par traites, qu’avaient remplacés les paiements comptants à la suite du moratoire et de la surliquidité de l’économie, que traduit l’accumulation de bons du Trésor et de bons de la Défense nationale dans les portefeuilles bancaires30. La Banque de France, qui avait été confrontée à la concurrence croissante des grandes banques à réseau avant-guerre, accroît ses « escomptes directs » dans le prolongement de sa circulaire de 1908, et développe son appui aux banques locales31. Cet appui passe essentiellement par le réescompte du portefeuille des banques locales, sous la forme d’avances garanties ou d’escompte de papier de crédit, au mépris souvent des règles statutaires32. Cet aventurisme de la banque centrale s’explique aussi par l’affaiblissement considérable du poids de l’escompte dans son bilan, plus encore que dans celui des banques commerciales, au moins jusqu’au milieu des années 1920 (graphique 1).

B. La première « grande transformation »

19Cela aboutit à la première des deux « grandes transformations » observables dans le bilan de la Banque de France qui témoignent de l’amorce d’une modification en profondeur du système bancaire français. Le symptôme principal, sinon la cause, de cette véritable inversion visible dans le graphique 1 réside dans le poids acquis par la dette flottante dans le financement de l’État, sur le marché financier et dans le bilan des organismes bancaires. Cela se traduit dans le graphique 1, qui illustre la substitution presque parfaite dans le bilan de la Banque de France des positions relatives des effets privés français admis à l’escompte et des concours au Trésor.

20En effet, et malgré les consolidations opérées à chaque grand emprunt national, l’État ne peut cesser ses émissions de bons du Trésor, qui viennent s’accumuler dans le bilan de la Banque de France. Parallèlement, l’escompte traditionnel est réduit par l’impact du moratoire sur la circulation des effets – les effets dits « moratoriés » venant peu à peu s’accumuler dans le portefeuille de la Banque – et par la liquidité croissante de l’économie suscitée par l’émission monétaire d’État. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de l’évolution « en miroir » des deux courbes du graphique 1, illustrée de nouveau lors de la remontée des tensions monétaires en 1923‑1924. Il faut en réalité attendre 1926 et la consolidation massive réalisée grâce à la stabilisation du franc pour que la part des concours au Trésor dans l’actif de la Banque se réduise, sans pour autant provoquer un essor simultané des escomptes commerciaux : le rétablissement financier n’implique pas le retour au statu quo ante.

Graphique 1. Ventilation du bilan de la Banque de France entre concours publics et privés

Graphique 1. Ventilation du bilan de la Banque de France entre concours publics et privés

Source : Situations hebdomadaires de la Banque de France. Données Annhis, Patrice Baubeau - Banque de France.

C. L’essor d’une nouvelle concurrence bancaire, de nature parapublique

  • 33  H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres…, op. cit., p. 59. De manière générale, v (...)
  • 34  André Gueslin et Michel Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (...)
  • 35  Voir notamment Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, Armand Colin, 1896, 156 p., et Serge Berstein et (...)

21Cette raréfaction de la « matière escomptable », dont se plaignent les banquiers33, s’ajoute à leurs autres motifs d’insatisfaction, dont en particulier l’essor d’un nouveau secteur bancaire, issu des réflexions et des débats d’avant-guerre. Nous l’avons évoqué : en l’absence de réussites autres que locales des formes de crédit coopératives et mutualistes34, c’est à l’État qu’est revenu le rôle de protecteur de ce secteur nouveau, qui vise à renforcer l’idéal républicain de l’accès aux professions indépendantes et de sortie du salariat35. Cette sollicitude trouve aussi de solides fondements électoraux : les agriculteurs comme les tenanciers de cafés, de restaurants et d’hôtels sont à la fois un électorat important et des prescripteurs de vote reconnus.

  • 36  Patrice Baubeau, « Le warrant agricole (1880‑1914) : objet interstitiel ou bricolage juridique ? » (...)
  • 37Daniel Verdier, Moving money. Banking and Finance in the Industrialized World, Cambridge, Cambridg (...)

22Ce nouveau secteur plonge donc ses racines dans les expériences de crédit mutuel, agricole ou non, qui ont fleuri dans les années 1860 puis de nouveau dans les années 1880. Des lois adoptées au cours des années 1890 ont prolongé cette efflorescence et créé des caisses régionales de crédit agricole, puis leur ont affecté une ressource spéciale prélevée sur la Banque de France. Enfin, le législateur a chargé ces caisses locales – de crédit agricole, de crédit hôtelier ou banques locales – de distribuer un nouveau type de crédit : le warrant spécialisé (agricole, hôtelier…)36. Sans être nuls, ces efforts ont porté des fruits bien plus limités qu’en Allemagne ou qu’en Italie, qu’explique en grande partie l’analyse de Daniel Verdier sur les différences de structure des systèmes financiers selon que le pays considéré est fédéral ou centralisé37.

23L’actualité et la nécessité d’un tel secteur, notamment en direction des artisans et des commerçants urbains et des petits industriels, ont été rappelées par Lysis et se sont trouvées au centre des travaux de l’une des sous-commissions Caillaux sur l’organisation du crédit (1911) au moment même où Joseph Caillaux et Léon Bourgois recapitalisaient la Banque coopérative des sociétés ouvrières de production, qui manquait de sombrer pour avoir trop prêté à un nombre restreint de clients du secteur immobilier. Durant cette même période, et notamment à partir de 1907, un vigoureux débat se développe sur la création d’un régime de banque postale offrant un accès simplifié à la monnaie scripturale aux millions de Français non « bancarisés ». On comprend donc que la demande d’extension du secteur bancaire se fait sentir dans les bilans des banques aussi bien du côté « actif », c’est-à-dire du côté des prêts aux PME, aux agriculteurs, aux organismes d’utilité publique et aux collectivités locales, que du côté « passif », c’est-à-dire du côté de la collecte des liquidités et de la mise en œuvre des moyens de paiement.

  • 38  Nombre de Caisses de crédit populaire remontaient à la fin du xixe siècle, par exemple dans le cad (...)
  • 39  Voir A. Gueslin et M. Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises…  (...)

24Or la guerre va faciliter les transformations institutionnelles et législatives, en faisant sauter nombre d’obstacles idéologiques, comme en témoignent par exemple, dans un autre domaine, l’adoption puis l’extension de l’impôt sur le revenu par ceux-là mêmes qui l’avaient combattu jusqu’en 1914. Ainsi, la loi sur le Crédit populaire, discutée depuis 1911, est adoptée en 1917, puis mise en œuvre par la loi de 1919 qui ouvre à ces « nouvelles38 » banques des crédits publics. Peu après, le service des Chèques postaux est fondé par une loi de 1918 qui combine une tradition d’État séculaire – la collecte et la garantie des liquidités39 – avec la mise en œuvre auprès du plus grand nombre de la monnaie scripturale moderne. Ces réformes sont prolongées par une floraison d’institutions financières nouvelles, souvent de statut privé, mais dont la gouvernance et les missions les inscrivent dans le périmètre public : le Crédit national pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre voit le jour en 1919, la même année que la Banque nationale française du commerce extérieur (BNFCE). En 1923 est créée la Caisse centrale de crédit hôtelier, commercial et industriel.

25Parallèlement, les banques coopératives et mutualistes dont le développement est favorisé se structurent à une échelle nationale par la création, sous l’égide de l’État, de têtes de réseaux pour le Crédit agricole et le Crédit populaire au cours des années 1920 : Caisse centrale des banques populaires en 1921 et Chambre syndicale des banques populaires en 1929 ; Office national de crédit agricole en 1920, devenu Caisse nationale en 1926.

Graphique 2. Part des dépôts et des comptes courants des banques françaises

Graphique 2. Part des dépôts et des comptes courants des banques françaises

Source : Archives du Crédit Lyonnais-CASA, 1936, 129 AH 137.

D. La réaction des banques commerciales à l’essor du secteur bancaire public

  • 40  Henry Laufenburger (dir.), Enquête sur les changements de structure du crédit et de la banque. I.  (...)
  • 41  Alfred Pose, La monnaie et ses institutions. Histoire, théorie et technique, Paris, PUF, 1942, 2 t (...)

26Cette extension très sensible des établissements relevant du secteur bancaire public et parapublic provoque une vive réaction des grandes banques à réseau, dont les archives du Crédit Lyonnais, qui agit un peu comme chef de file, gardent trace, par exemple dans le dossier 129 AH 137, qui collecte, avec d’autres, les données utilisées par Henry Laufenburger40 ou Alfred Pose41. Ce sont ces mêmes données qui ont servi à établir le graphique 2, lequel illustre, derrière la stabilité des grandes banques acquise dans les années 1920 au prix d’une première « course aux guichets », le transfert massif de ressources liquides entre les petites banques d’une part et la Banque de France d’autre part. Après la seconde guerre mondiale, ce sera au tour des Banques populaires et des caisses de Crédit agricole, déjà identifiées comme de redoutables concurrentes pour les banques commerciales, de conquérir une part croissante des dépôts et des encours de crédit.

27Ainsi, 1928 ne marque pas, avec la loi monétaire du 25 juin, un retour à la normale : en réalité, les dynamiques esquissées avant 1914, accélérées par la guerre, renforcées par la crise des années 1930, se prolongent bien après, jusqu’aux années 1980.

III. La « grande transformation » du secteur bancaire français

A. Crise du marché financier et centralisation bancaire

  • 42D. Le Bris, « The French Stock Market in War », op. cit.

28Comment l’expliquer ? Parmi les raisons presque conjoncturelles, mais qui marquent bien un « tournant critique » au sens où elles impliquent de nouvelles « règles du jeu », figurent évidemment l’échec du retour à l’étalon-or et surtout l’affaiblissement durable du marché financier parisien, qui ne retrouve pas son importance d’avant-guerre. Ainsi, selon David Le Bris42, la capitalisation de ce qui correspond aujourd’hui au CAC 40 représentait :

  • 43  Voir note 24.

Tableau 2. Capitalisation du « H-CAC 4043 » en pourcentage du produit intérieur brut (PIB)

      1914                  

            21,57 %            

      1919                  

            7,72 %            

      1939                  

            8,16 %            

      1951                  

            1,82 %            

Source : David Le Bris, « The French Stock Market in War », op. cit.

  • 44  La volatilité des marchés financiers rend évidemment de telles évaluations très fragiles. Il s’agi (...)

29Et toujours d’après David Le Bris, la part de la capitalisation des entreprises de banque et d’assurances dans ce H-CAC 40 atteint un maximum de près de 45 % en 1923, mais ensuite, le déclin est continu, à 30 % en 1932, à 20 % en 1939 et à 5 % – du fait des nationalisations – dans les années 1950. Pour mémoire, la capitalisation du CAC 40 représente, en mars 2015, environ 60 % du PIB44. Manifestation des effets à long terme du choc de 1914, qui accentue tensions et failles antérieures, ce n’est que dans les années 1960 que la part des banques et des assurances dans la capitalisation de la bourse de Paris remonte, avant un nouveau creux, très temporaire, lié aux nationalisations de 1982.

  • 45  Kim Oosterlinck et Angelo Riva, « Competition among the French stock exchanges during the Second W (...)

30De même, la centralisation financière opérée par la bourse de Paris s’atténue doublement, d’abord parce que son poids s’allège considérablement, comme nous venons de le voir, mais aussi en raison d’un second choc, celui de la seconde guerre mondiale. C’est ce que démontrent clairement Kim Oosterlinck et Angelo Riva45 :

Tableau 3. Revenus des timbres syndicaux sur le chiffre d’affaires des bourses de Lyon et de Marseille en pour-cent de la bourse de Paris (Parquet)

      1936                  

            2,97            

      1937                  

            2,46            

      1938                  

            2,49            

      1939                  

            2,67            

      1940                  

            6,90            

      1941                  

            119,51            

      1942                  

            77,80            

      1943                  

            53,56            

      1944                  

            24,95            

      1945                  

            18,51            

      1946                  

            11,64            

Source : K. Oosterlinck et A. Riva, « Competition among the French stock exchanges during the Second World War », op. cit.

  • 46  On notera que les trois comptoirs d’escompte ouverts par la Banque de France à partir de 1810 n’on (...)

31En sens inverse, de 1836 à 1848, c’est-à-dire de l’ouverture des premières succursales de la Banque de France en réaction à la concurrence émergente des banques départementales46 à l’absorption de ces dernières, la ventilation des escomptes entre province et Paris s’était rapidement inversée, au profit de la province (graphique 3). Par la suite, les escomptes à Paris représentent toujours moins de la moitié des escomptes totaux de la Banque de France, avec un maximum vers 1890, et subissent des variations relativement atténuées. En somme, à la centralisation financière opérée par le marché financier parisien s’oppose la décentralisation bancaire – de l’escompte – permise par le développement du réseau de la Banque de France.

32En revanche, à partir de 1920, les variations de cette ventilation sont de très grande ampleur, témoignant du rôle crucial de la Banque dans les aléas du financement de l’État et de son guichet central en cas de crise. Enfin, notamment à partir des années 1930, on constate aisément une tendance à une hausse rapide de la part des escomptes « siège » par rapport aux escomptes en provenance de province, sauf pendant la brève période d’abondance monétaire et d’interruption des relations Paris-province qui caractérise l’Occupation – qui marque justement la remise en cause de la centralisation financière des marchés.

Graphique 3. Ventilation des escomptes Banque centrale et autres bureaux, 1800‑1970, y compris les banques départementales à compter de 1839 et les escomptes de bons du Trésor

Graphique 3. Ventilation des escomptes Banque centrale et autres bureaux, 1800‑1970, y compris les banques départementales à compter de 1839 et les escomptes de bons du Trésor

Source : ABDF, Assemblées générales de la Banque de France.

33À partir des années 1930, en effet, le mode de fonctionnement de la Banque comme la nature de ses relations avec les banques de second rang se modifie radicalement. Si la « courbe en U » du graphique 3 peut suggérer un retour à la situation d’avant 1848, il n’en est rien en pratique. Avant 1914, l’escompte est essentiellement local, parfois direct et porte sur des traites commerciales pour l’essentiel. Mais, à partir de la guerre, les bons de la Défense nationale, escomptables dès qu’ils n’ont plus que trois mois à courir, forment une part croissante des présentations des banques au réescompte de la Banque de France. Or ces présentations se font principalement à Paris, car les bons sont centralisés par les sièges des banques commerciales et escomptés ou encaissés auprès du siège de la Banque de France. L’essor de ces modalités de financement, de 1935 au milieu des années 1950, explique pour une part ce phénomène de centralisation. Mais un deuxième élément s’y ajoute : jusque-là « hors banque », les grands réseaux bancaires se trouvent de plus en plus contraints de recourir au réescompte de la Banque de France, y compris pour leurs opérations d’escompte ordinaire : leurs dépôts et leurs fonds propres, soumis à l’attrition rapide provoquée par l’inflation, ne suffisent plus à couvrir leurs emplois, tandis que le marché monétaire, qui n’a jamais été largement organisé en France, s’évanouit avec la diminution des reports, qui dépendent de la vigueur du marché financier.

B. De l’affaiblissement des marchés financiers à celui des banques

  • 47  La Calif est la Société anonyme de crédit à l’industrie française, créée par la Société générale, (...)

34Ainsi, l’affaiblissement du marché financier va de pair avec l’affaiblissement des banques. Cela peut paraître paradoxal, puisque l’on pourrait penser que si les uns – les marchés financiers – font défaut, les autres – les banques – pourront les remplacer. En fait, en raison de la spécialisation des grandes banques françaises, il n’en a rien été : comme nous l’avons vu rapidement, ce ne sont pas les banques qui ont remplacé le marché financier épuisé par la guerre, mais quelques organismes financiers privés comme la Calif ou l’Ucina47, et surtout les établissements parapublics.

35Or le développement de l’intervention sélective de l’État et des acteurs parapublics dans les circuits de crédit au cours des années 1920 et 1930 a montré son efficacité. Qu’il s’agisse de l’électrification des campagnes, des réparations des dommages causés par les inondations du Sud-Ouest en 1930, de la construction de logements sociaux ou du financement des grands navires commerciaux, les interventions – parfois concurrentes – du Crédit agricole, de la Caisse des dépôts et consignations et du Crédit national ont fait la preuve de leur efficacité et de leur coût limité.

  • 48  Cette question est au cœur de ma thèse, à laquelle je me permets donc de renvoyer : P. Baubeau, «  (...)

36Ensuite, les fondations de l’activité strictement bancaire – le crédit à court terme, la gestion des dépôts – sont profondément transformées par l’inflation, qui rabote les dépôts, par l’abondance de titres publics à court terme, qui se substituent aux traites et aux reports comme emplois courts des banques et enfin par la modification de la nature même de l’opération d’escompte. En effet, alors qu’au xixe siècle les escomptes portent presque exclusivement sur des traites de nature commerciale correspondant à des opérations de vente, présentées aux guichets de la Banque par des banquiers et des escompteurs, à partir des années 1930 la nature des opérations d’escompte se transforme profondément48. Cette modification consiste à s’appuyer sur le « formalisme cambiaire » pour remettre à l’escompte des effets qui reprennent les caractéristiques apparentes de la traite classique, mais qui matérialisent en réalité une opération de crédit, de plus en plus souvent à moyen ou à long terme, et non plus une dette commerciale à court terme.

  • 49  C’est-à-dire contraintes de recourir au refinancement de la Banque centrale pour respecter les règ (...)

37Cette évolution, entamée à la fin des années 1920, s’accompagne de deux autres ruptures. D’abord, la Banque de France abandonne enfin sa prétention à être simultanément une banque concurrentielle et la banque de premier rang : elle devient véritablement, entre la réforme légale de 1936 et la nationalisation de 1945, une banque centrale. Ensuite, le rythme élevé de l’inflation et la quasi-disparition du marché financier entraînent le transfert des financements moyens et longs de la bourse vers les banques, tout en poussant ces dernières à rechercher un refinancement auprès de la Banque de France : désormais, et pour longtemps, « en banque49 », les banques de second rang et les institutions financières parapubliques (Crédit national, Crédit foncier, Banque nationale française du commerce extérieur, etc.) viennent donc massivement au guichet central de la Banque de France. De plus, cette dernière joue en même temps un rôle de chambre de compensation du marché monétaire, puisque les bons du Trésor et assimilés possédés par les banques sont obligatoirement déposés à partir de 1945 sous forme de « comptes courants de bons du Trésor » dans les livres de la Banque de France.

38On comprend alors pourquoi a lieu cette translation de l’escompte de la province vers Paris que manifeste le graphique 1 : elle reflète la substitution de la centralisation bancaire et monétaire à la centralisation financière de marché ainsi que la centralisation de l’affectation des crédits d’investissement dans le cadre de la nouvelle économie administrée qui s’impose entre les décrets-lois Laval de 1935, la nationalisation du crédit de 1945 et la mise en place du « plan Monnet » en 1945‑1947.

C. Un processus d’innovation permanent mené par le secteur bancaire public

  • 50  Voir notamment Patrice Baubeau, « Le capital de la Banque de France et le choix monétaire de la Re (...)

39Signe de ce passage de relais entre banque commerciale et secteur bancaire parapublic, c’est de ce dernier qu’à partir de la fin des années 1920 provient l’essentiel des initiatives qui contribuent à l’évolution du secteur. En particulier, un processus permanent d’innovation et d’adaptation se déroule au sein du « carré financier » constitué par le Trésor, la Caisse des dépôts, la Banque de France et le Crédit national. Ce processus est motivé par la nécessité de combiner financement (massif) de l’État, soutien aux investissements dans un contexte de dépression du marché financier et lutte contre l’inflation. Cette recherche de la quadrature du cercle entraîne des transformations cumulatives, dans la mesure où les conséquences de ces innovations sont rarement entièrement anticipées, mais aussi parce qu’elles suscitent des critiques, des résistances, non seulement de la part des organismes bancaires, mais aussi au sein du secteur public, où s’opposent enjeux fiscaux, budgétaires, monétaires et économiques50, ou encore des oppositions entre « orthodoxes » et « modernisateurs ».

40Il n’est pas question ici de décrire ce processus dans toutes ses dimensions et sa complexité. Retenons simplement qu’il débouche, par accumulation, sur un système financier totalement différent de celui qui existait avant 1914 ou même en 1928, sans qu’il soit pourtant possible de fixer un terminus ad quem, c’est-à-dire le moment où se produit la transition entre l’ancien et le nouveau système. Cela démontre à nos yeux à la fois le rôle de la Grande Guerre dans ce basculement progressif et non anticipé et le fait qu’il s’inscrit bien dans la structure des forces et des faiblesses du système tel qu’il existait au moment du choc initial. Les traits principaux de ce nouveau système financier, centré sur la banque, sont la mise en place progressive d’instruments d’open market à partir de la loi monétaire de 1928 ; la consolidation des banques mutualistes et coopératives de 1928 à 1936 – année de la création de la Caisse centrale de crédit coopératif ; le développement des bonifications d’intérêts, testées dans les années 1920 et étendues à partir de 1937 ; la mise au point progressive du crédit à moyen terme (1931) réescomptable (1943‑1944) auprès de la Banque de France ; le développement des traites sur marchés publics – appuyé par la création de la Caisse nationale des marchés de l’État (1936) et la création des acceptations du Crédit national (1940) sur le modèle des « traites de travail » allemandes. Cette dernière création est intéressante car elle vient en quelque sorte boucler les autres aspects évoqués : les acceptations du Crédit national forment à partir de 1945 un nouveau segment du marché monétaire tout en permettant à l’État d’accéder à des formes de financement par escompte d’effets de crédit, et sont inscrites aux comptes des banques à la Banque de France à partir de 1947, comme les bons du Trésor.

41Mais l’on voit aussi que le concentrateur et le régulateur de ce processus d’innovation, c’est la fenêtre d’escompte de la Banque de France. Cela correspond encore à la « recentralisation » parisienne de son bilan par la Banque de France illustrée par le graphique 3. Cet impact s’explique par la conjonction de trois « pouvoirs » de la Banque : elle décide des conditions d’admission au réescompte, au moment où ce guichet prend une importance nouvelle pour les banques ; elle fait respecter les règles de la liquidité bancaire et notamment, à partir de 1947‑1948, les plafonds de réescompte – qui imposent l’organisation d’un marché monétaire spécifique, dédié à servir de « soupape » aux banques et largement alimenté par la Caisse des dépôts et consignations – et les planchers d’effets publics (bons du Trésor et acceptations du Crédit national) ; elle applique enfin les orientations du Commissariat général au plan, de la Commission des investissements et du Conseil national du crédit en indiquant les secteurs prioritaires de crédit aux banques, ce qui conditionne leur accès au réescompte des effets représentatifs de crédits à moyen terme.

42De la sorte, devant l’effacement des procédés financiers orthodoxes, un système vertical fondé sur une cascade de « filtres » sectoriels et techniques est mis en place, que décrit le tableau 4. La segmentation du système financier est alors extrême : non seulement les marchés financiers sont compartimentés et les taux d’intérêt ne les lient que très imparfaitement entre eux, mais le secteur bancaire lui-même est organisé en « silos » relativement étanches, du moins jusqu’à l’étage supérieur de l’ensemble, où deux acteurs clés assurent la coordination, mais non l’interconnexion, entre banques, marchés et monnaie, c’est-à-dire la direction politique de l’ensemble : la Caisse des dépôts et consignations et surtout la Banque de France, sous l’égide du ministère des Finances.

  • 51  À ce sujet, voir la thèse d’Éric Monnet, « Politique monétaire et politique du crédit en France pe (...)
  • 52  Patrice Baubeau, « L’Enquête des cinquante du Crédit national. De l’étude bancaire à l’ambition ma (...)

43À un niveau inférieur figurent les établissements « techniques » : ils opèrent une première concentration entre des clientèles soigneusement spécialisées à l’étage inférieur et servent donc de rouage entre le niveau politique, qui définit les alternances d’élargissement et de restriction des quantités allouées de crédit et les ventile entre secteurs51, et le niveau « bancaire », qui, sauf les apports de l’escompte, tâche d’équilibrer les emplois et les dépôts de « sa » clientèle. Ce niveau technique concentre donc le maximum de fragilité : c’est celui de la « banque sur une seule jambe », spécialisée soit sur l’actif, soit sur le passif. Ainsi, le Crédit national, qui affecte des ressources obtenues par emprunt sous forme de crédits bonifiés dont il a le privilège, ne se soucie pas réellement de son passif : cela lui sera fatal au moment de sa « banalisation »52. Les « caisses nationales de Crédit agricole et de Crédit populaire », au contraire, sont spécialisées sur le passif, c’est-à-dire la réallocation-compensation des ressources liquides entre caisses régionales : le pouvoir de ces têtes de réseau a été par la suite à la source de graves querelles internes avec les « banques de terrain », en général régionalisées. Ce système fondé sur une forme d’expertise technique et politique vise à combiner l’efficience de l’investissement, l’utilisation maximale des ressources disponibles et la minimisation des conséquences inflationnistes.

44En contrepartie, la segmentation opérée et cristallisée dans des institutions et des normes suscite, du fait même de l’évolution de l’économie, des conflits de frontière portant sur les clientèles et les produits, tout en laissant en friche les secteurs nouveaux qui ne trouvent pas de silo évident dans lequel s’inscrire.

45Ainsi, l’échec ultérieur de cet ordre rigide était inscrit dans sa logique. Mais en attendant il dessine peu à peu ce « jardin à la française », étroitement régulé, peu concurrentiel des années 1940 aux années 1960, et dont tous les chemins aboutissent au réescompte de la Banque de France, aux orientations du Plan, aux décisions de la Commission des investissements et du Trésor.

Tableau 4. Le « jardin à la française » de la finance bancaire, années 1950‑1960

Agriculture

Armement et pêche

Coopératives

Crédit aux PME
et aux artisans

Hôtellerie

Crédit populaire

PME

Industrie

Import/Export

Collectivités locales

Réescompte final

Banque
de France

Banque de France

Banque
de France

Banque
de France

Banque
de France

Banque
de France

Banque de France après Crédit national

Banque
de France
après Caisse
des dépôts
et consignations (CDC)

Banque de France après Crédit national

CDC

Organisme de tête (date d’installation)

Caisse nationale de crédit agricole (1926, CNCA)

Caisse centrale de crédit coopératif

Caisse centrale de crédit coopératif

Chambre syndicale
des
banques populaires (1938)

Chambre syndicale des banques populaires (1938)

Chambre syndicale
des
banques populaires (1929)

Crédit national

Crédit national (1919, 1944)

Crédit national

CDC

Organismes financiers ou bancaires publics
ou
semi-publics (dates importantes)

CNCA (1920, 1924, 1928)

Crédit maritime mutuel (1913, 1928, 1938)

Crédit naval

Caisse centrale de crédit coopératif (1938)

Caisse centrale de crédit hôtelier, commercial et industriel (CCHCI) (1923, 1938)

CCHCI (1923, 1938)

Caisse centrale
des
banques populaires (1921)

Caisse nationale
des marchés de l’État (crédits d’équipement art. 8)

Crédit national (1919)

Société
de développement régional (1955)

Banque française
du commerce extérieur (1946, succède
à la Banque nationale française
de commerce extérieur, 1919)

Caisse
de crédit
aux départements et aux communes (CCDC) (1931, 1936, 1939, 1953) ‑ Caisse d’aide
à l’équipement des collectivités (CAECL) (1966)

Banques privées, coopératives ou mutualistes

Caisses locales de crédit agricole mutuel (1894, 1899)

Caisses mutuelles de crédit maritime

Sociétés coopératives de crédit, banques coopératives

Unions
de sociétés coopératives artisanales
de crédit

CCHCI (hôtellerie), Banques populaires (crédits à moyen terme aux PME)

Banques populaires

Banques populaires

Banques commerciales et banques d’affaires

Banques commerciales et banques d’affaires

CCDC, CDC ; CCDC
puis CAECL

Conclusion : un jardin sans jardinier

  • 53  M. Flandreau et Ch. Rivière, « La grande “Retransformation” ?… », op. cit.
  • 54Patrice Baubeau et Anders Ögren, « Determinants of national financial systems : the role of histor (...)

46La guerre de 1914 marque le début de ce « great reversal » analysé par Rajan et Zingales, qui ne sera remis en cause par la grande « retransformation53 » qu’au cours des années 1980, malgré des tentatives, de plus en plus nombreuses, depuis les années 1960 : débudgétisation, désencadrement du crédit, relance de la concurrence, déspécialisation… Cet impact de la guerre sur les structures financières à long terme a été mesuré comme très significatif au niveau international54, et, nous espérons l’avoir montré, il apparaît de manière très spectaculaire dans le cas français.

47Mais ce que nous voulons souligner ici, c’est que la nature et les formes prises par cet impact étaient largement dépendantes des structures et des fragilités préalables au choc de 1914. Cette « dépendance de sentier » n’implique donc aucune prévisibilité : elle se cristallise au croisement d’un choc majeur, imprévisible dans ses manifestations, et de structures elles-mêmes évolutives. En revanche, une fois créée, elle conditionne en quelque sorte la trajectoire, le champ des possibles, sur une très longue durée et aboutit à constituer un paysage financier relativement rigide, ordonné selon les préceptes de la perspective classique.

48Ce « jardin à la française » présente la double caractéristique, on l’a dit, de ne pas avoir été défini à l’avance. Mais ses motifs, sa structure, les logiques auxquelles répond son dessin illustrent bien les caractères propres du système financier français et des acteurs qui l’incarnent, du système réglementaire et administratif qu’ils mobilisent et transforment pour répondre aux chocs et atteindre leurs objectifs : il y a bien un jardin à la française, mais il s’agit d’un jardin sans jardinier, dessiné par les institutions mêmes qui le structurent en réponse aux difficultés du temps et aux compromis nécessaires.

Notes

1  Georges Pallain, « Compte rendu des opérations de la Banque de France pendant l’année 1909 », dans Banque de France, Compte rendu au nom du Conseil général de la Banque et Rapport de MM. les censeurs, Paris, Paul Dupont, 1910, p. 6. Ci-après BDF, RA.

2  Georges Pallain, BDF, RA, année 1905, Paris, Paul Dupont, 1906, p. 5 : « Ce maintien du taux le plus modéré et le plus fixe de l’Europe a assuré à notre commerce et à notre industrie le moyen de soutenir avec moins de désavantage la concurrence étrangère. »

3  On reprend ici l’idée de « critical juncture » ou tournant critique, utilisée par Daron Acemoglu et James Robinson, qui implique une dépendance de sentier mais ouvre également le champ des possibles, puisque ces tournants critiques, selon le lieu et la date de leur survenue, entraînent des effets tout différents. Daron Acemoglu et James Robinson, Why Nations Fail : The Origins of Power, Prosperity, and Poverty, Londres, Profile Books, 2012 (édition électronique).

4Patrice Baubeau et Anders ögren (dir.), Convergence and Divergence of National Financial Systems. Evidence from the Gold Standards, 1871‑1971, Londres, Pickering & Chatto, 2010, 320 p. ; Maurice Obstfeld et Alan M. Taylor, « Globalization and Capital Markets », NBER (National Bureau of Economic Research) Working Papers, nº 8846, 2002, 69 p. ; Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, « The great reversals : the politics of financial development in the twentieth century », Journal of Financial Economics, vol. 69, issue 1, 2003, p. 5-50 ; Thorsten Beck, Asli Demirgüç-Kunt et Ross Levine, « Bank-based and market-based financial systems : Cross-country comparisons », World Bank Working Papers, nº 2143, http://elibrary.worldbank.org/doi/abs/10.1596/1813‑9450‑2143, 2000, 72 p. (accès au PDF sur abonnement).

5  Voir l’article de Marc Flandreau et Chantal Rivière, « La grande “Retransformation” ? Contrôle des capitaux et intégration financière internationale, 1880‑1996 », Économie internationale, nº 78, 2e trim. 1999, p. 11‑58.

6  Ces paragraphes généraux s’appuient notamment sur Michel Lescure et Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en Europe au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1999, 343 p. ; idem (dir.), Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, 430 p. ; Olivier Feiertag et Michel Margairaz (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe (xviie-xxe siècle), Paris, Albin Michel, 2003, 830 p. ; Maurice Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1995, XXI-358 p. ; Eugen Kaufmann, La banque en France (considérée principalement au point de vue des trois grandes banques de dépôts), traduit de l’allemand, Paris, Giard et Brière, 1914, VII-503 p. ; Patrice Baubeau, « Les “cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit : naissance et subversion du système de l’escompte en France. Fin xviiie-premier xxe siècle », doctorat, histoire, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2004, 680 p.

7  Jean Bouvier, Le krach de l’Union générale (1878‑1885), Paris, PUF, 1960, 308 p.

8Pierre-Cyrille Hautcœur, Angelo Riva et Eugene White, « Floating a “Lifeboat” : The Banque de France and the Crisis of 1889 », Journal of Monetary Economics, 2014, nº 65, p. 104‑119.

9  Fondé par les frères Pereire en 1852, lui-même inspiré de la Société générale de Belgique (1822) et de la caisse Laffitte (1836). Voir Carlo Brambilla, « Assessing Convergence in European Investment Banking Patterns until 1914 », dans Convergence and Divergence of National Financial Systems…, P. Baubeau et A. Ögren (dir.), op. cit., p. 89‑108.

10  Hubert Bonin (dir.), Histoire de banques. Crédit du Nord, 1948‑1998, Paris, Hervas, 1998, 203 p.

11  Christophe Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (1848‑1941), Paris, CTHS, 2006, 667 p.

12  Hubert Bonin, « Les quatre crises de la Société générale (1886‑2008). La crise d’un modèle économique au cœur des crises conjoncturelles », Revue historique, nº 668, octobre 2013, p. 922.

13Ibid., p. 923.

14  Ma traduction : « En pratique, il n’y a pas de système bancaire selon notre acception en France, non plus qu’en Allemagne. Bien que le système allemand se rapproche davantage du nôtre, il en demeure très éloigné. Le chèque n’a pas pris la place des pièces et des billets de banque sur le continent, mais ici [au Royaume-Uni], nous n’avons pratiquement pas de circulation fiduciaire. […] Bien sûr, la France n’est pas un grand pays industriel actuellement. C’est un pays boursier, un pays d’épargne et un pays agricole ; il n’est pas aussi sujet que nous aux fluctuations soudaines auxquelles une grande crise dans un autre pays nous expose. » Interview de Sir Felix Schuster, « Reports of the National Monetary Commission, Interviews on the Banking and Currency Systems of England, Scotland, France, Germany, Switzerland, and Italy, under the direction of Hon. Nelson W. Aldrich, Chairman, National Monetary Commission », 1910, Senate, 61st Congress, 2nd Session, Document nº 405, National Monetary Commission, Publications of National Monetary Commission, Vol. 1, Washington, Government Printing Office, 1912, p. 55‑56.

15  Lysis (Eugène Letailleur), Contre l’oligarchie financière en France (11e édition, corrigée, mise à jour et considérablement augmentée, suivie de la réponse de Lysis aux Établissements de crédit), Paris, Albin Michel, 1914, 357 p. Version électronique téléchargeable sur Gallica.

16  Testis (Alexis Rostand), « La vérité sur les propos de Lysis », réponse (inachevée) en quatre articles parus dans la Revue politique et parlementaire, 1907, t. 52, 53, 54, 55, puis parus en un volume : Testis, Le rôle des établissements de crédit en France, la vérité sur les « Propos de Lysis », Revue politique et parlementaire, Paris, 1907, 204 p.

17  H. Bonin, « Les quatre crises de la Société générale… », op. cit., p. 921.

18  M. Flandreau et Ch. Rivière, « La grande “Retransformation” ?… », op. cit., p. 18.

19  Henri Gans, « L’intervention gouvernementale et l’accès du marché financier », Revue politique et parlementaire, t. XIL, nº 176, février 1909, p. 251.

20  Voir la synthèse des travaux de L. Fontvieille, R. Delorme et C. André réalisée par André Gueslin. André Gueslin, L’État, l’économie et la société française, Paris, Hachette, 1997 (1re éd. 1992), p. 8-26.

21  Charles de Lasteyrie, « La situation financière », Revue politique et parlementaire, t. LXXX, nº 240, juin 1914, p. 416. On notera qu’à aucun moment dans cet article Lasteyrie n’évoque le montant global de la dette publique.

22  Procès-verbal du conseil général (PVCGBDF) du 9 juillet 1914, Archives de la Banque de France (ABDF).

23  Parmi ces mesures, la Banque prévoit en effet l’« [a]utorisation d’escompter, moyennant la seule perception de 5 jours d’agio, le papier commercial bancable remis à l’escompte en vue de l’emprunt », PVCGBDF du 9 juillet 1914, ABDF.

24  David Le Bris, « The French Stock Market in War », communication présentée au colloque organisé par Patrice Baubeau et Anders Ögren, « Monetary and financial structures : The impact of political unrests and wars », université Paris Ouest Nanterre La Défense, 19‑20 juin 2008. Le H-CAC 40 est une reconstitution historique du CAC 40 réalisée par David Le Bris à partir de 1854, selon une méthodologie très proche de l’indice actuel. Voir David Le Bris et Pierre-Cyrille Hautcœur, « A challenge to triumphant optimists ? A blue chips index for the Paris stock exchange, 1854‑2007 », Financial History Review, octobre 2010, vol. 17, nº 2, p. 141‑183.

25  Sur cette question, voir Marc Flandreau et Pierre Sicsic, « Crédits à la spéculation et marché monétaire : le marché des reports en France de 1875 à 1914 », dans Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe…, O. Feiertag et M. Margairaz (dir.), op. cit., p. 197‑222.

26Ibid., p. 205 et surtout p. 217.

27En suivant l’analyse de Charles Goodhart, dans The Future of central banking : The tercentenary symposium of the Bank of England, Forrest Capie, Stanley Fischer, Charles Goodhart et Norbert Schnadt (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 1-261. La Banque de France avant 1936 au plus tôt ne correspond donc pas encore à une banque centrale au sens actuel. C’est d’ailleurs également la position de François Perroux dans « Les banques d’émission et l’État », Revue d’économie politique, t. LIV, 1945, p. 485‑498.

28  Voir la communication de Vincent Tournié dans ce volume.

29  Michel Lescure, « La crise bancaire des années 1930 : la crise des banques locales et régionales en France ? », dans Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, M. Lescure et A. Plessis (dir.), op. cit., p. 162‑205.

30  Hubert Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres. II. Les banques et les entreprises en France dans l’entre-deux-guerres (1919‑1935), Paris, PLAGE, 2000, p. 32‑33.

31  Voir – avec les forts biais qui les accompagnent – les publications de Georges Charpenay, notamment « Les banques régionalistes : leurs origines, leurs œuvres, les causes et responsabilités de leur disparition », Nouvelle Revue critique, Paris, 1939, 144 p. ; Florent Le Bot, « La chute de la banque Beaucé et Cie. La remise en cause de l’équilibre fragile du système industriel fougerais durant les années 1930 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2007, nº 114-2, p. 75‑88.

32  P. Baubeau, « “Les cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit… », op. cit. ; Jean-Luc Mastin, « The resistance of the Lille marketplace to national convergence : a regional financial system between autonomy and sclerosis, 1880‑1914 », dans Convergence and Divergence of National Financial Systems…, P. Baubeau et A. Ögren (dir.), op. cit., p. 29‑50.

33  H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres…, op. cit., p. 59. De manière générale, voir tout le chapitre 2, notamment les pages 48‑63.

34  André Gueslin et Michel Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (vers 1920-vers 1960) », dans Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, M. Lévy-Leboyer (dir.), op. cit., p. 45‑57.

35  Voir notamment Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, Armand Colin, 1896, 156 p., et Serge Berstein et Odile Rudelle (dir.), Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992, 432 p.

36  Patrice Baubeau, « Le warrant agricole (1880‑1914) : objet interstitiel ou bricolage juridique ? », dans Le capitalisme au futur antérieur. Crédit et spéculation en France. Fin xviiie-début xxe siècle, Nadine Levratto et Alessandro Stanziani (dir.), Bruxelles, Bruylant, 2011, p. 171‑198.

37Daniel Verdier, Moving money. Banking and Finance in the Industrialized World, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

38  Nombre de Caisses de crédit populaire remontaient à la fin du xixe siècle, par exemple dans le cadre de l’essor, demeuré modeste, des « caisses Durand ».

39  Voir A. Gueslin et M. Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises… », op. cit.

40  Henry Laufenburger (dir.), Enquête sur les changements de structure du crédit et de la banque. I. Les banques françaises, Paris, Sirey, 1940, 410 p.

41  Alfred Pose, La monnaie et ses institutions. Histoire, théorie et technique, Paris, PUF, 1942, 2 t., VIII-947 p.

42D. Le Bris, « The French Stock Market in War », op. cit.

43  Voir note 24.

44  La volatilité des marchés financiers rend évidemment de telles évaluations très fragiles. Il s’agit donc d’un ordre de grandeur.

45  Kim Oosterlinck et Angelo Riva, « Competition among the French stock exchanges during the Second World War », dans Convergence and Divergence of National Financial Systems…, P. Baubeau et A. Ögren (dir.), op. cit., p. 57.

46  On notera que les trois comptoirs d’escompte ouverts par la Banque de France à partir de 1810 n’ont pas survécu à l’Empire.

47  La Calif est la Société anonyme de crédit à l’industrie française, créée par la Société générale, le Crédit commercial de France, la Banque nationale de crédit, l’Union des mines, la Banque de l’union parisienne et un groupe d’industriels. L’Ucina est l’Union pour le crédit à l’industrie nationale, établissement de crédit à moyen terme, créée par le Crédit Lyonnais et le Comptoir national d’escompte de Paris.

48  Cette question est au cœur de ma thèse, à laquelle je me permets donc de renvoyer : P. Baubeau, « Les “cathédrales de papier” ou la foi dans le crédit… », op. cit.

49  C’est-à-dire contraintes de recourir au refinancement de la Banque centrale pour respecter les règles de composition du portefeuille et de liquidité.

50  Voir notamment Patrice Baubeau, « Le capital de la Banque de France et le choix monétaire de la Reconstruction : analyse et enseignements des bilans d’une banque centrale », dans Mesurer la monnaie : Banques centrales et construction de l’autorité monétaire (xixe-xxe siècles), Olivier Feiertag (dir.), Paris, Albin Michel, 2005, p. 169‑191.

51  À ce sujet, voir la thèse d’Éric Monnet, « Politique monétaire et politique du crédit en France pendant les Trente glorieuses, 1945‑1973 », doctorat, économie, École des hautes études en sciences sociales, 2012, 429 p.

52  Patrice Baubeau, « L’Enquête des cinquante du Crédit national. De l’étude bancaire à l’ambition macroéconomique », dans La genèse de la décision. Chiffres publics et chiffres privés, Béatrice Touchelay et Philippe Verheyde (dir.), Paris, Éditions Bière, 2008, p. 99‑122.

53  M. Flandreau et Ch. Rivière, « La grande “Retransformation” ?… », op. cit.

54Patrice Baubeau et Anders Ögren, « Determinants of national financial systems : the role of historical events », dans Convergence and Divergence of National Financial Systems…, op. cit., p. 127‑143.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Ventilation du bilan de la Banque de France entre concours publics et privés
Crédits Source : Situations hebdomadaires de la Banque de France. Données Annhis, Patrice Baubeau - Banque de France.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Graphique 2. Part des dépôts et des comptes courants des banques françaises
Crédits Source : Archives du Crédit Lyonnais-CASA, 1936, 129 AH 137.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Graphique 3. Ventilation des escomptes Banque centrale et autres bureaux, 1800‑1970, y compris les banques départementales à compter de 1839 et les escomptes de bons du Trésor
Crédits Source : ABDF, Assemblées générales de la Banque de France.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

Auteur

Patrice Baubeau est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre-La Défense. Rattaché à l’IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société, UMR 8533) et enseignant à Sciences Po, ses recherches portent sur l’histoire du crédit et de la monnaie et plus spécialement sur les logiques contradictoires des acteurs et des normes dans leur évolution de longue durée, d’abord en France et plus largement en Europe. Il a récemment publié « L’histoire de France en “vignettes” : deux siècles de circulation fiduciaire », Revue numismatique, vol. 171, 2014, p. 631‑653 ; « War Finance (France) », dans 1914‑1918-online. International Encyclopedia of the First World War, 2014, article peer-reviewed, en ligne depuis le 8 octobre 2014 DOI : http://dx.doi.org/10.15463/ie1418.10022 ; « La BIRD, la France et le dollar gap, 1946‑1947 », Histoire@Politique. Politique, culture, société, nº 19, janvier-avril 2013 [en ligne, www.histoire-politique.fr] ; avec A. Ögren (dir.), Convergence and Divergence of National Financial Systems : Evidence from the Gold Standards, 1871‑1971, Londres, Pickering & Chatto, 2010, 320 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search