Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Une nouvelle ère pour les banques françaises

Le nouveau paysage bancaire d’après‑guerre

Introduction

André Gueslin

Texte intégral

1Après avoir approché les banques et la Grande Guerre dans leur dimension microéconomique, voire microsociale, il nous appartient ici de les envisager au plan macroéconomique. Deux contributions, celles de Jean-Luc Mastin et de Michel Siegel, analysent cette question à l’échelon régional ; et les deux suivantes, celles de Patrice Baubeau et de Michel Lescure, à l’échelon national. Trois aspects seront développés dans cette introduction.

I. Approche directe : guerre et banques

A. Perturbations des relations bancaires interrégionales

2Sous l’effet du déploiement des opérations militaires dans certains espaces régionaux, les banques concernées doivent migrer, et en conséquence s’établissent de nouvelles relations spatiales puis institutionnelles quand les combats s’estompent. Cet aspect caractérise l’étude de Jean-Luc Mastin sur les banques de la région lilloise. Reste à savoir dans quelle mesure les banques des espaces régionaux situés au nord de la Seine qui ont concentré le théâtre des opérations militaires ont été touchées.

B. Les banques face au nouveau tracé des frontières résultant de la Grande Guerre

3La Grande Guerre n’a pas provoqué de bouleversements nombreux des frontières nationales. Mais il en est un de première importance, dans la mesure où il avait été la revendication principale du conflit. C’est le retour à la France en 1918 de l’Alsace-Moselle ayant été annexée en 1871.

4Dans l’ordre des changements nés de cette évolution territoriale, apparaît, dans l’Alsace-Moselle redevenue française, un nouveau réseau pseudo-bancaire, le Crédit Raiffeisen. Il était né avant 1914 dans le Reich allemand sous l’inspiration du réformateur Frédéric-Guillaume Raiffeisen. Dès avant 1914, le mouvement avait connu quelques ramifications en France sous la forme d’un réseau financier encore timide, celui des Caisses rurales. Voilà les germes d’un futur rapprochement. Le réseau alsacien montrait, de son côté, un très grand dynamisme : toute une pléiade de « Caisses d’épargne et de prêts » de premier degré couvre le territoire sous la direction de deux banques de second degré. Toutefois, leur taux de pénétration reste encore relativement limité.

5Michel Siegel s’est consacré à l’histoire des banques en Alsace. Il analyse ici le fonctionnement des banques alsaciennes désormais perturbées dans leurs relations avec l’Allemagne. Dans la mesure où elles avaient maintenu, durant l’Annexion, des relations interbancaires avec le côté français, on pourrait penser qu’après 1918, elles bénéficieraient pour se déployer de la nouvelle continuité juridique avec la France.

II. Une « longue brisure » des banques née de la guerre

A. Inflation de guerre et dépréciation du franc germinal

  • 1  L’expression « longue brisure » est de Jean Bouvier dans Histoire économique et sociale de la Fran (...)
  • 2  Pour prendre le prix du kilogramme de pain à Paris, il passe de 0,42 franc en 1913 à 1,58 franc en (...)

6La guerre1 étant largement financée par l’émission de monnaie (la fameuse « planche à billets »), elle entraîne une augmentation des prix : entre 1913 et 1925, ceux-ci sont en moyenne multipliés par quatre2. Dans la mesure où cette inflation est relativement plus importante que celle de ses partenaires commerciaux, il en résulte pour la France une remise en cause de la « stabilité » du franc-or : le cours du dollar passe, comme l’on sait, de 5,18 francs en 1914 à 14,30 francs en 1920.

7C’est le déclenchement des forces inflationnistes et la dépréciation du franc germinal qui en résulte, dépréciation bientôt sanctionnée par la fameuse dévaluation Poincaré des quatre cinquièmes en 1928.

B. La guerre et la théorie du Great Reversal

  • 3Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, « The great reversal : the politics of financial development (...)

8Deux économistes de l’Université de Chicago, Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, ont publié en 2003 dans le Journal of Financial Economics un article important intitulé « The great reversals : the politics of financial development in the twentieth century ». Ils y observent le « développement financier » et mettent en valeur l’existence d’une sorte de phase B d’un cycle Kondratieff allant de 1914 à 1980 et succédant à la prospérité d’avant 1914. Leur argument primordial est le déclin relatif de la capitalisation boursière (exprimée en indice du PIB) de la France par rapport aux États-Unis : en 1913, s’agissant de la France, celle-ci était en termes relatifs deux fois celle des États-Unis (0,78 contre 0,39), alors qu’en 1980 la proportion est tombée à 0,09 pour la France contre 0,46 pour les États-Unis3. Jean Bouvier, il y a une génération, avait déjà repéré l’amorce de cette régression au moment de la Grande Guerre. Michel Lescure reprend cette problématique, en termes qualitatifs, en l’appliquant à un sujet qu’il connaît bien, celui des relations entre secteur des banques et secteur des firmes.

  • 4  Statistiques publiées par Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France (1800‑1980), Paris, (...)

9Mais qu’en est-il du recul du système financier et en l’espèce de celui des banques ? Pour reprendre le raisonnement en termes de capitalisation, nous savons que le « montant de la capitalisation boursière des valeurs mobilières cotées à la Bourse de Paris » est passé de 70,1 milliards de francs en 1913 à 158 milliards de francs en 19214. Si l’on tient compte de l’augmentation des prix, c’est une forte régression en valeur réelle, de près de la moitié.

  • 5  J. Bouvier, op. cit., p. 692.

10Pour approcher au plus près des banques, un raisonnement en termes de bilans pourrait être utilisé. S’agissant des six plus grandes banques de dépôt françaises, représentant à elles seules plus de la moitié des bilans de toutes les banques, l’effondrement en volume est net : pour 100 en 1913, le bilan passe à moins de 50 en 19185. En une époque d’inflation, on constate également que le capital social des banques est exposé à une dépréciation en termes réels, ce qui les affaiblit.

  • 6  R. G. Rajan et L. Zingales, art. cité, p. 10‑46.

11Pour évaluer le recul de la pénétration bancaire, quelques indicateurs encore plus précis peuvent être analysés. C’est d’abord le montant des dépôts, poste essentiel du passif des bilans bancaires. Dans un monde où les salariés représentent l’essentiel des déposants, on peut dire qu’en période d’inflation le montant des dépôts suit la croissance des prix. La situation est différente au moment de la Grande Guerre, quand la clientèle traditionnelle est composée de titulaires de revenus fixes qui sont euthanasiés par le mouvement des prix, même si à leurs côtés existe une clientèle à revenus variables et par conséquent bénéficiaire de l’inflation. Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales observent la quasi-stagnation sur une période relativement longue (1913‑1929) du ratio dépôts/PIB, puisque celui-ci passe de 0,42 à 0,446. En parallèle, en 1926, les dépôts bancaires ne représentaient en volume que la moitié de leur niveau d’avant-guerre. Pour cette dernière période, c’est-à-dire de 1901 à 1913, les dépôts bancaires avaient crû en volume de 84 %. Ainsi la thèse d’une période de recul succédant à une phase de prospérité se confirme bien.

  • 7  Statistiques publiées par M. Saint-Marc, op. cit., p. 62.

12Une autre approche rendant compte de l’intervention bancaire se rapporte à l’actif des bilans. S’agissant des « Crédits à l’économie accordés par les banques commerciales, cumulés », calculés par Michèle Saint-Marc en francs courants, ils passent de 44,4 milliards de francs pour 1907‑1912 à 81 milliards pour 1917‑1922 et à 166 milliards pour 1922‑19277. C’est à l’évidence une forte dépréciation en termes réels. L’impact des crédits sur l’économie est par conséquent en régression. À l’inverse, la rubrique bilan « Banques et correspondants », reflétant largement les opérations de spéculation, donc non productives, résiste.

  • 8  J. Bouvier, op. cit., p. 696.
  • 9Ibid., p. 709.

13En bref, nous pouvons effectivement soutenir la thèse de l’altération des liens entre opérations bancaires et développement économique. On conclura avec Jean Bouvier – et l’étude de Michel Lescure le confirme – que « les banques dans l’entre-deux-guerres n’ont pas retrouvé le type de relations positives avec l’économie qu’elles avaient développées dans les années 19008 ». De même, le banquier et économiste Alfred Pose (1899‑1969) a soutenu qu’en 1930 le système bancaire était moins proche de l’économie du pays qu’en 19139.

14Ceci étant, ce raisonnement doit prendre en compte le caractère précaire des statistiques. Pour ce qui concerne le raisonnement en termes de PIB pour la période de la Grande Guerre et ses suites, il s’agit bien sûr de comptabilités nationales rétrospectives avec des problèmes afférents de mesure. Par ailleurs, la recherche contemporaine insiste sur le caractère conventionnel de cet agrégat. Rend-il compte du réel ? En outre, en matière de « déflatage », la fiabilité de l’indice des prix est fragile. Enfin, l’inflation précède toujours les évaluations en monnaie courante, comme nous avons pu le constater pour une « période glorieuse » (1945‑1973). Par conséquent, tous ces résultats demandent à être reçus avec circonspection et à être éclairés en termes de relations des banques avec les agents économiques, envisagées à plusieurs reprises dans le présent ouvrage.

III. Approche indirecte : la nouvelle donne bancaire et l’État

A. Une place nouvelle toute relative de l’État

15L’ampleur du conflit militaire de 1914‑1918 provoque un interventionnisme massif dans tous les pays belligérants et la France n’y échappe pas. Le climat d’Union sacrée fait taire les vieilles oppositions envers un État désormais interventionniste, voire dirigiste, dans la mesure où ce dernier s’immisce directement dans de nombreux secteurs de la vie économique. Comme le remarquait Henry Laufenburger (1897‑1964), la guerre donne à la notion de service public une portée générale qu’aucun libéral ne songe à contester. Nous pourrions parler ainsi d’un interventionnisme en matière monétaire et financière.

16La place nouvelle des dépenses de guerre, la diminution des recettes, notamment fiscales, ont déséquilibré le budget national. L’État est contraint d’emprunter : bons du Trésor, bons de la Défense nationale ; emprunts d’État à long terme souscrits à la fois par les particuliers et par les institutions financières. Entre 1919 et 1923, les émissions d’État représentent près de 60 % du total des émissions de valeurs. Les banques prennent alors l’habitude de garder en portefeuille une grosse proportion d’effets publics : jusqu’en 1925, le papier d’État correspond à plus de la moitié de leur portefeuille commercial. Toutes choses égales par ailleurs, on pourrait dire dans une formule un peu osée qu’à l’époque « les banques sont dans l’État ».

  • 10Ibid., p. 708.

17On a pu parler d’un « portefeuille faussement commercial10 ». Le placement relativement important des banques en emplois publics est autant qui ne va pas vers les entreprises.

18La politique monétaire devient un axe central de la politique étatique. Le rôle monétaire nouveau de l’État se traduit par l’affirmation d’un service du ministère des Finances, le Mouvement général des fonds qu’on appellera bientôt Trésor. Il sera plus tard à l’origine d’une restructuration du système financier national.

19De même, le développement d’un pôle bancaire public et semi-public paraît essentiel. En 1913, les banques privées publiant un bilan et les banques publiques ou assimilables (essentiellement la Caisse des dépôts et consignations [CDC]) s’équilibrent en termes de bilan.

  • 11  Élisabeth Albert, Les Banques populaires en France (1917‑1973), Paris, Economica, 1997, p. 48 et s (...)
  • 12  André Gueslin, Histoire des crédits agricoles. L’envol des caisses mutuelles (1910‑1960), Paris, E (...)
  • 13Fabien Cardoni, « The “science” of French public finances in the First World War », Accounting His (...)

20Dans l’entre-deux-guerres, le pôle public va progressivement prévaloir. La CDC continue à occuper une place prépondérante, mais progressivement, et dans le sillage de la guerre, de nouveaux organismes bancaires « publics » sont structurés. Dans le domaine de l’économie sociale, c’est le 13 mars 1917 la réorganisation encadrée et contrôlée des Banques populaires11, à base coopérative, suivie le 5 août 1920, par l’érection d’un office public, l’Office national de crédit agricole (devenu la Caisse nationale de crédit agricole en 1926), chargé de coordonner l’action des caisses régionales mutualistes de droit privé12. En 1918 avait été créé le réseau des Centres de chèques postaux (CCP), structure publique qui allait attirer vers ce secteur une partie de la monnaie scripturale, au grand dam des banques. Il est suivi, le 10 octobre 1919, par le Crédit national, société anonyme dont les actions sont en partie détenues par le pôle public. Son but premier était de financer les réparations des dommages de guerre, ce qu’il fait en partie par des émissions d’obligations garanties par l’État. Sa seconde vocation est de prêter à terme à l’industrie et au commerce. Puis, en 1919, est fondée la Banque nationale française du commerce extérieur pour promouvoir ce dernier. Comme il faut le constater, l’extension du secteur bancaire public ne passe guère par des créations de droit public de toutes pièces, mais davantage par l’introduction d’une « touche » publique çà et là. Ces mesures bancaires ne procèdent pas d’une doctrine étatiste, mais d’une inspiration pragmatique, synthèse du libéralisme ancien et du nouvel interventionnisme, comme cela a été noté dans d’autres domaines, tel celui des finances publiques au moment de la Grande Guerre étudié par Fabien Cardoni13.

B. Évolution du secteur bancaire privé

21Cependant, à l’issue de la Grande Guerre, qu’en est-il du secteur bancaire privé au plan structurel ? La traditionnelle division entre banques d’affaires et banques de dépôt résiste. S’agissant de la taille, on observe que les quatre plus grandes banques de dépôt (Crédit Lyonnais, Société générale, CIC et Comptoir national d’escompte de Paris) progressent relativement. On se rappelle qu’une nouvelle institution bancaire était apparue à l’issue de la guerre, le Crédit Raiffeisen alsacien. Il a encore très peu d’importance à l’échelon national, mais il s’affirmera progressivement dans la seconde moitié du xxe siècle, au point d’être à l’origine du Crédit mutuel (1958).

22Nous remarquons, dans le paysage bancaire, l’émergence de réseaux et un mouvement d’intégration et de concentration : voici qu’apparaissent des groupes. Cette évolution est associée à la diffusion des holdings financiers issus de grands groupes industriels s’autofinançant.

C. Un nouveau paysage bancaire

23Toutes ces créations dans le secteur privé comme dans le secteur public font naître un nouveau paysage bancaire. La thèse de Patrice Baubeau est de soutenir l’apparition d’un véritable « jardin à la française » de la finance qui s’épanouirait dans le temps long de 1918 à 1980.

24Pourtant, un jardin à la française suppose un strict ordonnancement des massifs végétaux, isolés par des allées tirées au cordeau. Peut-on utiliser cette métaphore pour rendre compte du nouveau paysage bancaire né de la Grande Guerre ?

25De plus, pour qu’il y ait un jardin, encore faut-il qu’il y ait un jardinier qui impose sa conception ! Or, il n’en est pas question, ni dans la sphère publique de l’époque, ni dans le secteur privé, bien sûr. Le Trésor et la Banque de France, qui joueront ce rôle dans la seconde moitié du xxe siècle, ne sont guère intervenus dans le domaine des structures bancaires de la guerre et de l’après-guerre. Nous avons l’impression, quant à nous, d’une sorte de hasard lié aux nécessités de l’État pendant la guerre et découlant du mouvement inflationniste. En définitive, il semble difficile de parler de répartition effective des tâches en matière d’opérations bancaires ! Peut-on concevoir un système bancaire homogène en l’absence d’un grand dessein ? Tout cela mériterait en conséquence discussion.

 

26La première guerre mondiale a provoqué des bouleversements du fonctionnement et des structures bancaires. La thèse d’un affaiblissement intrinsèque paraît crédible, même si elle mérite circonspection, notamment dans le temps long.

Notes

1  L’expression « longue brisure » est de Jean Bouvier dans Histoire économique et sociale de la France, Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), t. IV, vol. 2, Paris, PUF, 1980, p. 687.

2  Pour prendre le prix du kilogramme de pain à Paris, il passe de 0,42 franc en 1913 à 1,58 franc en 1925 selon Jean et Jacqueline Fourastié, Pouvoir d’achat, prix et salaires, Paris, Gallimard, 1977, p. 140.

3Raghuram G. Rajan et Luigi Zingales, « The great reversal : the politics of financial development in the twentieth century », Journal of Financial Economics, vol. 69, issue 1, 2003, p. 5-50.

4  Statistiques publiées par Michèle Saint-Marc, Histoire monétaire de la France (1800‑1980), Paris, PUF, 1983, p. 49.

5  J. Bouvier, op. cit., p. 692.

6  R. G. Rajan et L. Zingales, art. cité, p. 10‑46.

7  Statistiques publiées par M. Saint-Marc, op. cit., p. 62.

8  J. Bouvier, op. cit., p. 696.

9Ibid., p. 709.

10Ibid., p. 708.

11  Élisabeth Albert, Les Banques populaires en France (1917‑1973), Paris, Economica, 1997, p. 48 et suiv.

12  André Gueslin, Histoire des crédits agricoles. L’envol des caisses mutuelles (1910‑1960), Paris, Economica, 1984, p. 64 et suiv.

13Fabien Cardoni, « The “science” of French public finances in the First World War », Accounting History Review, vol. 24, issue 2-3, 2014, « Accounting and the First World War », p. 119‑138, passim.

Auteur

André Gueslin est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris Diderot-Paris 7. Il a notamment dirigé Les sources historiques des Caisses d’épargne, Paris, Les Éditions de l’épargne, 2007 et publié Mythologies de l’argent. Essai sur l’histoire des représentations de la richesse et de la pauvreté dans la France contemporaine (xixexxe siècles), Paris, Economica, 2007 ; « Les banques de l’économie sociale en France : perspectives historiques », Revue d’économie financière, nº 67, 2002, p. 21‑44 ; L’État, l’économie et la société française, xixexxe siècles, Paris, Hachette, 1992 ; Le Crédit agricole, Paris, La Découverte, 1985 ; Histoire des crédits agricoles, Paris, Economica, 1984, 2 vol. ; Le Crédit mutuel : de la caisse rurale à la banque sociale, Strasbourg, Coprur, 1982 ; Les origines du Crédit agricole, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1978.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search