Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Reconfigurations bancaires régionales

Les banques en Alsace-Moselle de 1914 à 1919 ou la mort d’un particularisme bancaire

Michel Siegel

Texte intégral

  • 1  Karl von Lumm, Die Entwicklung des Bankwesens in Elsass-Lothringen seit der Annexion, Vienne, Gust (...)
  • 2  Paul Klein, L’évolution contemporaine des banques alsaciennes. Histoire d’un essai de régionalisme (...)
  • 3  Michel Siegel, Les banques en Alsace 1870‑1914, Strasbourg, Coprur, 1993, 224 p.

1Trois ouvrages très divers permettent de cerner le particularisme bancaire que constituent les banques en Alsace entre 1870 et 1914. Le premier a été réalisé par un fonctionnaire de la Reichsbank durant l’annexion, Karl von Lumm1. Le second est l’œuvre d’un jeune universitaire francophile peu après la crise de 1929, Paul Klein2. Le troisième, je l’ai rédigé à la veille de la naissance de l’Union monétaire européenne, après quelques années d’activité au sein du Crédit mutuel3. Il restait à étudier la transition bancaire autour de 1918.

  • 4  Voir le nº 139 de La Revue d’Alsace, « L’Alsace et la Grande Guerre », 2013, 587 p.

2Cet exposé est divisé en trois parties. Nous étudierons successivement un système bancaire original, celui de l’Alsace entre 1870 et 1914, les graves conséquences de la guerre sur l’économie et les banques alsaciennes entre 1914 et 19184 et enfin les problèmes qui se posent après la fin de la guerre.

I. Le paysage bancaire alsacien à partir de 1871

  • 5  Voir Les banques en Alsace, 1870‑1914, Strasbourg, Coprur, 1993, 224 p.

3Les banques en Alsace ne seraient pas ce qu’elles sont aujourd’hui si elles n’avaient pas été brutalement coupées de la France après la défaite de 1871. Ma thèse5 de 1991 montre dans le détail les réactions des banques existantes, les créations nouvelles et les tentatives d’implantation des banques allemandes. Un « âge d’or économique entre 1870 et 1914 » permet de construire un véritable réseau financier en Alsace.

4La Preussische Bank (puis la Reichsbank) prend la place de la Banque de France dès 1871. Il faut rappeler qu’au moment de l’annexion de l’Alsace-Moselle, il n’existe pas d’unité monétaire dans le Reich naissant. Le Zollverein n’est qu’une union douanière. La fin victorieuse de la guerre franco-allemande permet non seulement l’unité politique du pays, mais fournit aussi les conditions nécessaires à l’unité monétaire allemande.

A. Banques d’affaires et banques à réseau

5Les banquiers alsaciens ne restent pas inactifs dans le nouveau contexte créé par les événements de 1870‑1871. Ils créent des sociétés de banque à capitaux essentiellement alsaciens. Il s’agit de la Banque d’Alsace-Lorraine, de la banque Charles Staehling, Louis Valentin & Cie à Strasbourg et de la Banque de Mulhouse dans le Haut-Rhin.

6La composition du premier comité de direction et du premier conseil d’administration de la Banque d’Alsace-Lorraine montre que celle-ci est une réaction à la mainmise allemande sur la région. Il s’agit pour l’essentiel de notables alsaciens francophiles, dont le maire de Strasbourg, Ernest Lauth, fraîchement élu à la tête de la municipalité sur une liste autonomiste, est le symbole. Le siège de la nouvelle banque, au 14, rue de la Nuée-Bleue dans les locaux restés vides de la trésorerie générale, montre aussi que cette nouvelle banque veut assurer la continuité des rapports financiers avec la patrie perdue et dispose de l’appui des pouvoirs publics français (même si les Allemands occupent Strasbourg !).

7La création de la Banque de Mulhouse est, pour sa part, directement liée à « l’option » (c’est-à-dire à la possibilité pour les Alsaciens de quitter l’Alsace, de choisir entre la France et l’Allemagne). Amédée Schlumberger quitte Mulhouse et son affaire, Bank und Drogenhandlung (« Banque et commerce de produits chimiques »), pour rejoindre sa belle-famille à Bâle. Il vend sa banque à des amis mulhousiens ; c’est ainsi que naît la Banque de Mulhouse. On trouve au conseil d’administration de la nouvelle banque, autour de Lazare Lantz, personnage influent de Mulhouse, tous les grands industriels de la place : Édouard Mieg, Auguste Kullmann, Henri Spoerry-Manz, Henri Frey-Witz, Édouard Koechlin, Auguste Dollfus.

8La banque Charles Staehling, Louis Valentin & Cie est une troisième banque qui se crée à Strasbourg après les événements de 1870‑1871. Deux banques privées strasbourgeoises, la maison Charles Staehling et la banque Klose, fusionnent en 1874. Cette naissance est due à l’incompatibilité d’humeur entre certaines personnalités strasbourgeoises. Ce qui frappe l’observateur, 100 ans plus tard, c’est que la fusion s’effectue par le débauchage par Charles Staehling de Louis Valentin, fondé de pouvoir de la maison Klose (Edmond Klose devient président de la Banque d’Alsace-Lorraine).

9Une autre banque, le Crédit foncier et communal d’Alsace-Lorraine (CFCAL), est née à la même époque à Strasbourg, mais dans un contexte différent de celui des autres banques alsaciennes. Il est créé par décret impérial. En vertu d’un accord avec l’oberpräsident d’Alsace-Lorraine, cette banque prend, dès 1872, les fonctions antérieurement exercées en Alsace par le Trésor et la Caisse des dépôts et consignations. Elle résulte d’un compromis entre les banquiers alsaciens et les banquiers prussiens. Au conseil d’administration figurent les grands noms de la finance prussienne (Adalbert Delbruck et Georg von Siemens), les banquiers alsaciens francophiles, ceux-là même qui créent la Banque d’Alsace-Lorraine et la Banque de Mulhouse, ainsi que des banquiers suisses (de Bâle).

10Une grande partie de la littérature écrite sur le CFCAL après 1918 consiste à disculper les banquiers alsaciens d’avoir commis ce « péché de collaboration » et un des arguments consiste à avancer qu’au sein du conseil d’administration les Alsaciens avaient la majorité grâce aux banquiers bâlois qui y siégeaient également. L’accord qui donne naissance au CFCAL constitue une concession des autorités allemandes aux Alsaciens, qui acceptent des fonctions dans cette nouvelle banque. Elle permet aux communes du Reichsland, aux organismes publics, aux Caisses d’épargne de placer leurs excédents auprès d’un institut où des Alsaciens ont leur mot à dire et de conserver l’épargne dans la région. Le CFCAL devient rapidement une importante banque de dépôt et de crédits, qui attire tous les fournisseurs des collectivités publiques et une grande partie des fonctionnaires allemands qui viennent en Alsace. Dans ce contexte difficile, les banques en place doivent faire un effort exceptionnel d’adaptation.

11Cela ne semble pas immédiatement le cas pour le Comptoir d’escompte de Mulhouse. Fondé en 1848, il donne l’impression d’être en sommeil au cours des premières années du Reichsland. Il ne participe à aucune création de banque alsacienne, pas même au CFCAL, et une partie des familles mulhousiennes semblent le quitter pour la Banque de Mulhouse. Il faudra l’arrivée d’un nouveau directeur, Eugène Raval, pour voir se développer cette vénérable institution dans les années 1890. Le Comptoir d’escompte de Mulhouse continue son expansion en France dans un climat politique détestable. L’ambiguïté de sa politique commerciale réside dans le fait qu’une banque allemande s’efforce de devenir une banque nationale française. Ainsi, en 1913, le Comptoir d’escompte de Mulhouse décide de créer une banque filiale, une banque sœur juridiquement indépendante, la Banque nationale de crédit (BNC). Elle prend possession le 1er juillet 1913 des 14 succursales, des 41 agences et des 34 bureaux que le Comptoir avait ouverts et exploitait à cette date dans les départements français.

12La Société générale pour favoriser le développement du commerce et de l’industrie (désormais Société générale) a ouvert dès 1866 un guichet dans la maison Schwilgué (celle du constructeur de l’horloge astronomique de la cathédrale de Strasbourg) au 12 de la rue Brûlée. Une autre agence est ouverte à Mulhouse en 1869 et une troisième à Colmar au début des années 1870. La Société générale est après 1871 la seule banque française établie dans le Reichsland. La Preussische Bank n’ouvre une ligne d’escompte à la Société générale qu’en 1880. On ne connaît rien de l’activité des trois agences durant les dix premières années allemandes de l’Alsace-Moselle.

13En 1881, une loi interdit aux compagnies d’assurances étrangères d’exercer sur le territoire du Reichsland. Les compagnies françaises sont obligées de se replier ou de se germaniser. Les dirigeants de la Société générale sentent qu’il s’agit d’une menace pour l’ensemble des sociétés françaises exerçant une activité en Alsace-Moselle. Ils décident de créer, avec l’appui de personnalités de la vie économique, une société de banque alsacienne de droit allemand. Le 15 octobre 1881, la Allgemeine Elsässische Bankgesellschaft (« Société générale alsacienne de banque », Sogénal), à laquelle la Société générale fait apport de ses trois agences de Strasbourg, Mulhouse et Colmar, est portée sur les fonts baptismaux. Le premier conseil d’administration est présidé par Alfred Herrenschmidt, fondateur des tanneries qui portent son nom et président de la chambre de commerce depuis 1861, une des grandes figures économiques du Reichsland. Les autres membres alsaciens du conseil d’administration de la Sogénal ont des points communs avec lui : ils sont protestants et membres influents du monde des affaires des places de Strasbourg et de Mulhouse (Édouard de Turckheim de la maison De Dietrich, Aimé Gros-Schlumberger, etc.).

14On peut résumer le rôle des principales banques alsaciennes au moment où éclate le conflit de 1914 de la manière suivante : la Banque de Mulhouse est la grande banque du textile alsacien, la Société générale alsacienne de banque est en train de devenir une grande banque rhénane, la Banque d’Alsace-Lorraine devient la banque régionale de l’Est de la France, la Banque de Strasbourg est une banque d’affaires bas-rhinoise. Quant à la BNC (Comptoir d’escompte de Mulhouse), elle s’avère être un des grands établissements de crédit français.

B. Banques privées et Caisses d’épargne

  • 6M. Siegel, op. cit., p. 41.

15Les événements politiques de 1870 n’ont pas été favorables aux banques privées. L’incertitude qui planait sur les entreprises alsaciennes obligées de s’intégrer dans l’espace économique allemand a convaincu de nombreux banquiers privés du bien-fondé de se regrouper pour former des sociétés de banque. La banque Abraham Sée & fils à Colmar en est un bon exemple. En 1871, Joseph Sée, un des quatre fils, participe au premier conseil d’administration de la Banque d’Alsace-Lorraine, dans laquelle la maison familiale s’engage, mais la banque Abraham Sée & fils est absorbée en 1883 par la Banque de Mulhouse, qui utilise cette banque privée pour installer une agence à son nom à Colmar. La création de sociétés anonymes de banque ne signifie pas cependant la mort des banquiers privés. En 1891, Karl von Lumm recense 72 banques privées, 37 en Basse-Alsace, dont 16 à Strasbourg, 16 en Haute-Alsace, dont sept à Mulhouse et quatre à Colmar, et 19 en Lorraine, dont huit à Metz6. C’est dans les petites villes et à la campagne que le banquier privé se maintient le mieux.

16Avant la guerre de 1870, il y avait également 22 Caisses d’épargne dans les 3 départements annexés. Les Caisses doivent faire face à une vague de remboursements d’autant plus difficile à gérer qu’elles sont coupées de la Caisse des dépôts et consignations qui gère les fonds. Les autorités allemandes, face aux risques de troubles pouvant résulter de la colère des épargnants, accordent des avances sur les fonds bloqués à la Caisse des dépôts et consignations. En définitive, la crise de 1870 ébranle fortement les Caisses d’épargne d’Alsace, mais aucune ne disparaît dans la tourmente. Les conseils d’administration des Caisses d’épargne sont désorganisés par les démissions liées à l’émigration, mais en même temps on constate que les administrateurs des Caisses d’épargne jouent un rôle clé dans la naissance des nouvelles banques (Lazare Lantz à Mulhouse, Ernest Lauth à Strasbourg). Un autre changement pour les Caisses d’épargne intervient en novembre 1872, quand les autorités du Reichsland passent un accord avec le CFCAL, instituant cette banque comme remplaçante de la Caisse des dépôts et consignations pour les Caisses d’épargne d’Alsace-Moselle.

17Les banques que nous venons d’évoquer sont toutes nées dans les grandes villes, essentiellement à Strasbourg et à Mulhouse. Les banquiers privés et les Caisses d’épargne sont plutôt établis dans les villes moyennes. Le monde rural et les paysans en particulier restent à l’écart du système bancaire qui se met progressivement en place en Alsace. Pourtant, la population rurale a, elle aussi, des besoins financiers, mais, faute d’institutions adéquates, elle est soumise à la pratique des usuriers. La naissance du mouvement coopératif de crédit va permettre de libérer les campagnes de ce joug. Les premières caisses Raiffeisen apparaissent en 1882 ; 18 caisses voient le jour durant cette année, la première dans le village de La Wantzeanau.

  • 7  Notamment P. Klein, op. cit.

18Même si la littérature7 met en avant la francophilie des banquiers alsaciens pour des raisons très compréhensibles, il faut la nuancer. Le compromis du CFCAL montre les limites de cet attachement à la « mère patrie » : les intérêts financiers savent triompher des raisons du cœur. En fait, sans l’annexion au Reich allemand, il est fort probable que l’Alsace aurait connu comme d’autres régions une lente disparition des banquiers privés au profit des grandes sociétés de banque. Déjà, la Société générale avait pris pied en Alsace ; le Crédit Lyonnais et d’autres banques seraient sans doute venus s’implanter entre Vosges et Rhin. Les événements de 1870‑1871 interdisent aux banques françaises les terres d’Alsace, et les banques privées alsaciennes saisissent l’occasion pour créer des banques régionales qui occupent le terrain, rendant inutile la présence des banques allemandes. Le caractère régional des banques alsaciennes est ainsi encore renforcé par l’échec subi par les banques allemandes désireuses de s’implanter dans la région après 1871. La Bank für Süddeutschland avait créé une filiale à Strasbourg. Elle fut fermée dès 1874, les résultats étant décevants. Deux autres banques de Berlin, la Deutsche Unionbank et la Provinziale Diskonto Gesellschaft font la même expérience malheureuse. Ensuite, des circonstances particulières, que nous allons essayer de mieux cerner, permettent aux banques régionales de se développer et de devenir un système bancaire original.

C. L’âge d’or des banques alsaciennes

19Le 10 mai 1871, le traité de Francfort est signé. Il fixe une indemnité de guerre destinée à la France de 5 milliards de francs, une somme énorme. Les lieux de paiement de cette indemnité deviennent très rapidement Strasbourg, Metz et Mulhouse. À peine les premières indemnités versées, il se produit une disparité dans le cours de change entre le thaler et le franc. Le thaler est très recherché, parce que la Prusse ne peut procéder à la frappe de nouvelles pièces aussi rapidement que la demande l’exige, le prix du métal argent ne suit pas l’évolution du cours du thaler. Le thaler vaut donc plus cher que le prix du métal qu’il contient. Or, dans le Reichsland où circulent thalers et francs, les autorités allemandes ont fixé le cours entre thaler et franc : un thaler pour 3,75 francs, soit 80 thalers pour 300 francs. Il devient dès lors tentant pour les Français de se débarrasser de leurs pièces de franc argent contre de bons thalers au cours du jour, en profitant de la différence de change. Cet échange n’est possible qu’en Alsace-Moselle. Le Reichsland voit donc arriver à Strasbourg, Metz et Mulhouse des pièces de 5 francs argent ramassés dans la France entière pour être échangées au guichet de la Preussische Bank. Pour les mêmes raisons, de gros effets étrangers sont domiciliés en Alsace, car on pourra les payer en francs.

20Le phénomène atteint une ampleur considérable. Les jeunes banques alsaciennes ont bénéficié lors de leurs premières années d’existence de circonstances très favorables qui leur ont permis d’afficher immédiatement de très bons résultats et de constituer des réserves. Elles ont ainsi pu donner confiance à leur clientèle et acquérir d’emblée une renommée auprès de leurs confrères aussi bien dans le Reich naissant qu’en France. Durant les vingt premières années du Reichsland, les banques alsaciennes connaissent un développement remarquable. Elles jouent de leur originalité, sociétés étrangères sur le sol français et banques francophiles pour les nouveaux maîtres de l’Alsace. Sur la place de Mulhouse, les banques satisfont essentiellement les besoins de l’industrie textile. Sur la place de Strasbourg, leur situation est différente, plus complexe, l’économie de la ville de Strasbourg étant plus diversifiée.

21Les banques alsaciennes sont tributaires de la situation économique et politique de la région où elles exercent leurs activités. À partir des années 1880, les difficultés de l’intégration de l’économie alsacienne au Reich résolues, on assiste à un véritable boom économique. Strasbourg compte 85 000 habitants en 1871 et 20 000 de plus en 1882. L’État et les particuliers se lancent dans des investissements qui transforment radicalement le visage de la région. Les banques profitent bien sûr du renversement de la conjoncture. Cette ambiance euphorique se termine en février 1882 par un krach boursier à Paris (affaire Bontoux et faillite de l’Union générale). L’Alsace, ses épargnants et ses banquiers sont très gravement touchés par cette crise boursière française. Les épargnants s’affolent, réalisent leurs titres et rapatrient les capitaux vers l’Alsace, en faveur des banquiers alsaciens.

22Le marché des capitaux du Reichsland est surabondant. L’emploi des fonds est d’autant plus difficile que l’économie alsacienne stagne après l’embellie des années 1880, contrairement à celle du Reich, qui amorce déjà un véritable miracle économique. Les banques alsaciennes vont alors participer en première position à cette jonction avec la locomotive que constitue désormais la croissance allemande. Les scrupules que les banquiers alsaciens francophiles pouvaient avoir sont estompés par l’abondance de leurs liquidités pour lesquelles il faut trouver un emploi. Il est important d’avoir deux faits présents à l’esprit à propos du tournant du siècle. La conjoncture économique est des plus favorables pour l’activité bancaire dans le Reich. L’économie allemande rattrape et dépasse celles des autres pays européens, en particulier la France et le Royaume-Uni, qui pourtant connaissent, eux aussi, une croissance exceptionnelle. Les banques alsaciennes connaissent un développement prodigieux jusqu’au moment où éclate le premier des grands conflits mondiaux.

23Ce qui est remarquable dans le cas des trois grandes banques alsaciennes d’alors, la Banque d’Alsace-Lorraine, la Banque de Mulhouse et le Comptoir d’escompte de Mulhouse, c’est que le développement de leur réseau se fasse essentiellement vers la France. Une différence de taux d’intérêt de l’ordre de 1,50 % de 1898 à 1913 fait jouer aux banquiers alsaciens un rôle d’intermédiaire entre une économie allemande assoiffée d’investissements et une économie française riche en épargne mais moins dynamique. Ce rôle d’intermédiaire entre les marchés financiers français et allemands joué par les banques alsaciennes est dénoncé dans les milieux nationalistes français. Dans ma thèse de 1991, je publie la teneur d’un article intitulé le « Crime des banques françaises » que j’ai trouvé dans les archives de la Banque de France (dossier Banques privées de province), malheureusement non daté et sans le titre du journal :

  • 8  Cité dans M. Siegel, op. cit., p. 213, note 40.

« Qu’on nous permette de revenir sur une question souvent traitée mais qui présente aujourd’hui, par suite du trouble de notre situation extérieure, un caractère particulier d’actualité, nous voulons parler du concours que les banques françaises donnent aux banques allemandes et par lequel elles jouent depuis une vingtaine d’années de manière secrète le rôle de commanditaires de l’industrie et du militarisme allemands. Nous avons établi l’exactitude de cette situation invraisemblable : l’Allemagne manquait d’argent pour soutenir les cours de ses emprunts militaristes, les banques françaises lui en ont fourni. C’est avec l’argent français traîtreusement livré que l’Allemagne a édifié le formidable outillage économique et guerrier que la France trouve devant elle aujourd’hui. C’est l’argent français qui a payé les canons et les fusils allemands. Si l’Allemagne nous attaquait, c’est contre l’argent français que nous nous battrions demain8. »

24Bien placés pour suivre de près la tournure des événements politiques internationaux, les banquiers alsaciens voient avec une inquiétude croissante s’approcher les menaces d’une guerre. L’avenir de leurs maisons est en jeu. La menace d’une crise majeure pèse lourdement sur l’industrie et le commerce et engendre un profond malaise. La déclaration de guerre en août 1914 est un choc violent et l’Alsace est directement menacée par la proximité du front.

II. Les conséquences de la guerre de 1914‑1918 sur l’économie et les banques alsaciennes

  • 9  Bertrand Risacher et Nicolas Stoskopf, « L’industrie alsacienne dans la Grande Guerre : un désastr (...)

25Seule parmi tous les territoires allemands, l’Alsace, dans une large zone haut-rhinoise, connaît d’une façon continue la dévastation de la guerre. La Grande Guerre apparaît comme une rupture majeure dans l’évolution de l’économie alsacienne. En effet, « dès les premiers jours de guerre, les fragilités de l’Alsace se dessinent aux yeux des Allemands et compromettent son avenir économique : elle est trop proche de l’ennemi par la géographie comme par les sentiments. La méfiance domine9 ».

A. L’économie alsacienne en guerre

26Lorsque le front se stabilise à l’automne 1914, la vie économique du Haut-Rhin et l’industrie textile en particulier sont durement affectées par le conflit. En fonction de la localisation des usines, la situation n’est pas identique. Dans les vallées de Masevaux et de Saint-Amarin, d’importantes entreprises (Gros, Roman et Cie à Wesserling, Zeller frères, les Établissements Vogt) sont désormais en territoire français. La reprise d’activité y est particulièrement difficile. À Wesserling, la filature redémarre en décembre 1914, grâce à un stock de charbon et de coton couvrant trois mois de production. Le tissage reprend en janvier 1915. Mais l’entreprise détient des créances de 12 millions de marks-or sur des clients allemands, qu’elle ne récupérera jamais intégralement.

27La ligne de front est encadrée de part et d’autre par une zone d’évacuation, aux limites mobiles au cours de la guerre, où toute activité industrielle devient impossible. Les villes d’Altkirch, de Thann, de Cernay, de Munster et de Sainte-Marie-aux-Mines sont incluses dans cette zone. Une bonne partie des capacités de production de l’industrie textile est donc gelée pendant la durée de la guerre. À Thann, du côté français mais à 3 kilomètres du front, l’usine chimique cesse ses activités. La situation n’est guère meilleure dans le reste du Haut-Rhin et dans la haute vallée de la Bruche. Colmar et Mulhouse ne sont qu’à 15 kilomètres du front et restent sous la menace constante d’une évacuation. À Mulhouse, on entend tonner le canon. En septembre 1914, 15 000 hommes de 17 à 45 ans sont transportés à Müllenheim dans le cadre de la mobilisation. Les industriels mulhousiens se voient obligés de fermer leurs usines faute d’ouvriers et de contremaîtres. Les hommes finissent par revenir, mais l’industrie
mulhousienne fonctionne au ralenti, car les deux tiers de son carnet de commandes étaient destinés à la France. Finalement, seul le Bas-Rhin échappe à la pression de la proximité du front et pourrait avoir une activité économique normale si d’autres facteurs ne contribuaient à sa désorganisation.

28En coupant brutalement l’Alsace de la France, la guerre crée une situation inédite dont les conséquences ne sont pas simplement commerciales. De nombreuses entreprises sont à la fois allemandes et françaises par leurs actionnaires, leurs administrateurs et leurs dirigeants. Elles exploitent des établissements de chaque côté de la frontière avant 1914 et de chaque côté du front après le déclenchement des hostilités. Une partie du patronat alsacien est francophile. Chez De Dietrich, les trois gendres et le fils aîné d’Eugène de Dietrich quittent précipitamment l’Alsace pour aller se battre sous l’uniforme français. À Strasbourg, Alfred Herrenschmidt se réfugie chez sa fille à Épinal.

29Les autorités allemandes prennent sans attendre les mesures découlant du Kriegszustand (« état de guerre »). Des contrôleurs sont mis en place dans les entreprises alsaciennes pour vérifier leurs affaires avec la France et, un peu plus tard, dans les entreprises dont le capital appartient à des nationaux français, un administrateur est mis en place. En décembre 1914, la langue allemande est imposée dans les raisons sociales et l’administration des entreprises. Les chiffres varient selon les sources, mais il semble qu’une centaine d’entreprises en Alsace sont mises sous séquestre, notamment une vingtaine d’industries textiles, essentiellement situées en Haute-Alsace, et sept entreprises de constructions mécaniques, dont la très importante SACM avec ses deux usines de Graffenstaden et de Mulhouse.

30L’implication de l’Alsace dans l’économie de guerre influe également sur la marche de l’économie régionale. Un des premiers soucis est l’approvisionnement en matières premières. L’Alsace peut fournir du pétrole et de la potasse. Depuis 1906, le gisement de Pechelbronn est entièrement aux mains d’intérêts allemands. La production du gisement alsacien assure en 1913 40 % de la production allemande ; elle est donc d’une importance stratégique fondamentale. Cependant, à partir de 1916, le gisement s’épuise. La potasse alsacienne n’intéresse pas autant les Allemands, premier producteur mondial en 1913 grâce aux gisements de Stassfurt. La guerre et la proximité du front provoquent l’effondrement de la production alsacienne. Les Allemands ne misent pas sur les usines alsaciennes pour contribuer à l’effort de guerre.

31Partout, les industries de biens de consommation passent au second plan, même s’il faut subvenir aux besoins des soldats. Le textile, principale industrie haut-rhinoise, souffre des restrictions imposées pour les matières premières et le combustible. De nombreuses filatures ferment. Dans le secteur agroalimentaire, le marasme est à peu près général. Les brasseries sont victimes d’une pénurie d’orge. La production de bière est divisée par deux. Les agriculteurs ont perdu le droit de disposer des produits de leur ferme et doivent chaque jour livrer telle quantité d’œufs, de lait et de fromage. Les animaux sont immatriculés et leur abattage strictement réglementé. L’armée et les organes qui en dépendent régissent la vie économique et administrative.

B. Les banques d’Alsace durant le conflit

32Pour les banques alsaciennes, la déclaration de guerre en août 1914 constitue un choc d’une grande violence. Toutes les banques se voient assaillies dans les premiers jours du mois d’août pour des demandes de remboursement considérables portant sur 30 % au moins de leurs dépôts. Grâce à des mesures de prudence qu’elles ont prises à temps et grâce aux facilités exceptionnelles que leur offre la Reichsbank pour le réescompte, aucun moratoire n’a été nécessaire, et cette première crise s’est apaisée assez rapidement. Fin 1914, la majeure partie des dépôts retirés est revenue, et les bilans des banques peuvent même faire état de chiffres meilleurs que ceux de 1913. La confiance des déposants est rétablie.

33Cependant, la situation des banques régionales n’en est pas moins grave. Certaines d’entre elles, comme la Banque de Mulhouse et la Banque d’Alsace-Lorraine qui possèdent des agences en France et en Suisse, sont coupées de leurs succursales. Elles sont dans l’impossibilité d’établir des bilans pendant tout ou partie de la guerre. L’agence de la Société générale alsacienne de banque à Thann, ville occupée par l’armée française, se trouve séparée du reste de la Société. Dès le début des hostilités, toutes les banques alsaciennes sont étroitement surveillées en ce qui concerne leurs rapports avec l’étranger par un commissaire du gouvernement allemand. Les internements d’Alsaciens et de Lorrains touchent également des banquiers alsaciens. C’est ainsi que le directeur général de la Banque de Mulhouse, Fred A. Thyss, est emmené en captivité, durement traité, puis relâché, avant de mourir en Suisse. D’autres se sont échappés à temps en France ou en Suisse, où ils organisent la direction des Agences séparées de leur siège. Les succursales de la Banque de Mulhouse en territoire français (Paris, Épinal, Belfort, Le Havre, Montbéliard) sont ainsi administrées pendant la guerre par une direction établie à Paris, formée par certains membres du conseil de surveillance et du comité de direction qui ont quitté l’Alsace à temps et ceux des membres qui habitent la France. Cette direction, reconnue par le tribunal de commerce de la Seine, a fonctionné jusqu’à l’armistice.

34L’économie alsacienne étant à l’arrêt, les besoins de crédit du commerce et de l’industrie sont nuls. Toute l’industrie et tout le commerce deviennent au contraire créanciers des banques. Les banquiers alsaciens cherchent à utiliser ces fonds, et leur emploi se fait en Allemagne, essentiellement par des achats d’effets et d’obligations du Trésor. La liquidité des banques locales est telle qu’elles entretiennent des fonds importants auprès de banques correspondantes. C’est ainsi que la Banque d’Alsace-Lorraine possède un solde de 8 millions de marks chez ses correspondants en 1913, 13 millions en 1916 et 88 millions en 1918 ; la Banque de Mulhouse 9 millions en 1913, 34 millions en 1916 et 88 millions de marks en 1918. Dans toutes les banques, les dépôts augmentent dans des proportions considérables. Les causes de cette progression constante des dépôts sont connues (liquidation au prix fort des stocks de marchandises importée et impossibilité de les remplacer, bénéfices copieux réalisés par les commerçants, les paysans et les industriels travaillant pour le compte de l’armée, et surtout inflation destinée à combler les déficits de l’État en guerre, par des émissions croissantes de nouveaux billets de banque). Cette surabondance extraordinaire de capitaux disponibles se dirige vers les banques et les Caisses d’épargne pour y chercher un emploi productif, alors que les taux moyens de la Reichsbank et du marché interbancaire ne cessent de baisser (environ 6 % en 1913, 4,5 % en 1914, 2,85 % en 1915). Les opérations de placement en titres prennent, malgré une bourse allemande défavorable, un développement absolument inconnu jusqu’alors. À la Société générale alsacienne de banque par exemple, les opérations de titres en bourse représentent 243 millions de marks en 1913, 315 millions en 1916, 519 millions en 1917 et 547 millions en 1918, année pourtant peu favorable aux opérations boursières. Devant la dépréciation progressive de la monnaie, la peur du lendemain et les menaces d’évacuation du territoire, qui est à plusieurs reprises annoncée comme imminente, tout le monde cherche à placer sa fortune de la manière la plus liquide possible, quitte à passer sur le prix élevé des valeurs et sur leur faible rendement, pourvu qu’elle soit réalisable rapidement. Lorsque, vers 1917, le désir de nombre d’Alsaciens de voir l’Allemagne perdre devient pour beaucoup une certitude, les ventes de valeurs allemandes se précipitent. Elles sont remplacées par des valeurs étrangères que les banques locales introduisent en grande quantité en Alsace (des rentes japonaises, marocaines, etc.). L’accroissement de la circulation fiduciaire permet également des remboursements massifs d’anciens crédits bancaires, immobilisés depuis longtemps, et les banques rentrent dans leurs fonds à des conditions bien plus favorables qu’elles n’auraient pu l’espérer en temps normal.

35Enfin, pendant la guerre, les opérations courantes de la Reichsbank ont subi une diminution très importante d’activité. L’escompte commercial est devenu de plus en plus rare. Les trois bureaux de Sélestat, Sarrebourg et Guebwiller ont été fermés au cours du conflit. Il ne subsiste au moment de l’armistice que la succursale principale de Strasbourg et celles de Mulhouse et de Metz ainsi que les bureaux d’Haguenau, de Saverne et de Colmar. Quelques jours avant la fin de la guerre, ces comptoirs ont reçu l’ordre d’évacuer leur comptabilité et leur encaisse de l’autre côté du Rhin. Strasbourg et Metz ont réussi à s’exécuter à temps vers Mannheim et Magdebourg, en comprenant même dans leur envoi une certaine partie des titres remis en dépôt libre par des clients alsaciens-lorrains (valeurs rapatriées par la suite). Celles de Mulhouse et Colmar, sans doute averties trop tard, furent trouvées intactes au moment de l’arrivée des troupes françaises.

36Les difficultés des banques et de l’économie alsaciennes ne cessent pas avec les hostilités.

III. Les problèmes de l’après-guerre

37Après la signature de l’armistice du 11 novembre 1918, le système économique organisé par les Allemands en Alsace, déjà affaibli vers la fin de la guerre par la corruption et l’épuisement de toutes les ressources, s’écroule d’un coup et fait place à un chaos général. L’ordre et la sécurité ne rentrent définitivement dans le pays qu’avec l’entrée des troupes françaises à Mulhouse le 17 novembre, à Metz le 19 novembre et à Strasbourg le 22 novembre. Le nouveau pouvoir en Alsace a d’énormes difficultés à s’organiser. Le départ précipité de l’administration allemande et l’absence de préparation pour la reprise en main par les autorités françaises engendrent des désordres. Il faut attendre la nomination d’Alexandre Millerand au poste de commissaire général, le 21 mars 1919, pour que l’administration de l’Alsace retrouve un semblant d’organisation. L’administration des territoires d’Alsace et de Moselle est répartie en une série de directions régionales établies à Strasbourg. Chacune exerce pour les affaires de sa compétence les attributions confiées jusqu’alors aux ministères à Paris.

A. La transition monétaire

38Dans le secteur bancaire, le retour de l’Alsace et de la Moselle à la France entraîne comme conséquence immédiate la mise sous séquestre et la liquidation des banques privées allemandes (la Bank für Handel und Industrie dont le siège principal était à Darmstadt, la Rheinische Kreditbank de Mannheim et deux banques privées, Gebrüder Roechling et W. Jeremias de Strasbourg) ainsi que des établissements de la Reichsbank et le remplacement de ces derniers par des comptoirs de la Banque de France. Dès son arrivée, cette dernière eut à assurer la lourde charge du ravitaillement du Trésor en billets de banque pour l’échange de la monnaie allemande, que le gouvernement français a décidé d’entreprendre dans les plus brefs délais. Un premier stock d’environ 9 millions de francs en billets est réuni avant l’armistice à Nancy, Belfort, Épinal et Dijon, prêt à être dirigé par chemin de fer et camions sur Metz, Strasbourg, Colmar et Mulhouse. Une quarantaine d’agents de tous grades sont réunis à Nancy et se tiennent prêts à se rendre immédiatement vers les villes, où quelques inspecteurs de la Banque les ont précédés. C’est ainsi que dès les premiers jours de décembre 1918 toutes les opérations de caisse et de virement fonctionnent à Strasbourg, Metz, Colmar, Mulhouse et Thionville. La réouverture officielle des succursales de la Banque de France à Strasbourg, Mulhouse et Metz (parallèlement à la création de celle de Colmar) est autorisée par un décret du 30 octobre 1919.

39En novembre 1918, le mark qui circule dans la région ne vaut, au cours forcé, que 0,743 franc, avec une forte tendance à la baisse. La conversion obligatoire des avoirs en marks de la population, soit au cours du jour, soit à tout autre cours inférieur au pair (1,231 franc pour 1 mark), amène une dépréciation immédiate et définitive d’au moins 20 % voire 40 % du capital total de la région. « Notre entrée en Alsace et en Lorraine ne peut coïncider avec une crise financière : la France doit la conjurer pour n’avoir pas à la réparer », déclare Millerand le 14 avril 1919 devant la commission du budget de la Chambre. C’est pourquoi, dans un magnifique élan de générosité à l’égard des provinces libérées, le Gouvernement français décide la reprise des marks au taux de 1,25 franc pour 1 mark, donc supérieur au pair.

40La réforme monétaire affecte la situation des banques de plusieurs façons. Elles sont débitrices ou créditrices envers des Alsaciens ou des Lorrains, des Français de l’intérieur, des neutres ou des Allemands. Elles possèdent des valeurs locales ou allemandes. Elles se sont portées caution pour leurs clients. Elles possèdent des hypothèques sur des immeubles appartenant à des sujets ennemis et qui ont été séquestrés après l’armistice. Dans tous ces cas, on entrevoit la complexité des problèmes qui se posent.

B. La valorisation en francs des avoirs bancaires

41Dans l’esprit des auteurs de l’arrêté de conversion monétaire du 26 novembre 1918, la charge financière de l’État doit se limiter principalement à l’échange de numéraire en circulation en Alsace-Moselle, dont on demandera à l’Allemagne ensuite le remboursement du coût en vertu d’un article à insérer dans le futur traité de paix. La valorisation en francs des dépôts dans les banques ainsi que celle des obligations contractuelles doivent s’effectuer d’office. Les banques n’ont pas leur mot à dire. Les pouvoirs publics ne se préoccupent pas de savoir si les banques possèdent des actifs valorisables suffisants pour faire face à cette obligation. Or, dès avant la guerre de 1914 et surtout pendant la guerre, les banques alsaciennes ont réemployé une grosse partie de leurs capitaux chez leurs correspondants en Allemagne, là où un placement productif pendant les hostilités était le seul possible. Ces fonds se déprécient rapidement, d’autant plus que le recouvrement en est rendu impossible par l’interdiction générale de relations commerciales avec l’ennemi.

42À moins d’un secours de l’État, l’équilibre financier des banques alsaciennes est gravement compromis. Le CFCAL, les Caisses d’épargne, les caisses Raiffeisen et la Fédération des syndicats agricoles se trouvent dans une situation plus délicate encore, soit car leur centre financier est à Berlin, soit car leurs fonds sont placés à long terme en Allemagne sans possibilité de les rapatrier avant longtemps. Chaque jour de nouvelles difficultés surgissent et compliquent la situation. La chute du mark, la lenteur des négociations du traité de paix et l’énormité du sacrifice financier de la valorisation font réagir l’opinion publique française et le Parlement. L’administration des Finances essaie de faire prévaloir une interprétation plus restrictive des textes. Une circulaire du 25 décembre 1918 de la commission des Changes prescrit la séparation des comptes courants débiteurs et créditeurs suivant la nationalité et la résidence des titulaires : les débiteurs et créanciers de nationalité ennemie habitant en Alsace-Moselle ; les débiteurs et créanciers de nationalité ennemie n’habitant pas en Alsace-Moselle ; les débiteurs et créanciers alsaciens, lorrains et français et ceux, alliés ou neutres, habitant en Alsace-Moselle avant le 1er août 1914 ; les autres débiteurs alliés ou neutres.

43Le ministère des Finances décide par ailleurs que la conversion des marks ne s’applique ni aux comptes de dépôt ouverts à des Alsaciens et à des Lorrains dans les succursales des banques alsaciennes fonctionnant hors du territoire alsacien-mosellan ou dans les banques étrangères même en Alsace-Moselle, ni au capital-actions, aux réserves et aux bénéfices des banques locales. Cette interprétation suscite une vive émotion dans le milieu bancaire alsacien, où les idées en matière de valorisation ont évolué dans un sens diamétralement opposé. Pour pouvoir arrêter leurs écritures de fin d’année, les banquiers ont ouvert dans leur bilan un compte d’ordre « Trésor français » auquel elles abandonnent toutes leurs créances non valorisées. Cette solution est intenable parce qu’elle mélange deux problèmes distincts : d’une part, la valorisation des dépôts, opération d’ordre intérieur ne concernant que la France, et, d’autre part, la compensation des créances et des dettes vis-à-vis de l’Allemagne, qui doit être réglée par le traité de paix. Face à cette incompréhension, les banques alsaciennes constituent un syndicat qui décide de suspendre, début 1919, le remboursement des dépôts des banques alsaciennes. Cette mesure à double tranchant, capable à la fois de jeter la panique parmi le public et de ruiner leur propre crédit, ne manque pas son effet. Sur ces entrefaites, Millerand, muni des pouvoirs les plus étendus, est nommé commissaire général à Strasbourg. Le 4 avril 1919, il prend un arrêté qui comble les lacunes les plus pressantes de l’arrêté du 26 novembre 1918. Lors d’une entrevue le 5 avril avec les représentants des banques alsaciennes et lorraines, Millerand leur donne l’assurance qu’ils seront garantis contre toute conséquence préjudiciable éventuelle qui pourrait résulter pour eux de l’application de l’arrêté du 26 novembre 1918.

44Un peu plus tard, la loi du 23 avril 1919 ouvre les crédits nécessaires pour la réalisation de la réforme monétaire. Un compte spécial intitulé « Échanges de monnaies allemandes appartenant à des Alsaciens-Lorrains, des prisonniers de guerre français et des habitants des régions libérées » et doté d’un crédit de 2 250 millions de francs est ouvert dans les livres du Trésor. En vertu de ces dispositions, le Trésor français fait aux banques alsaciennes une première avance de 60 % de leurs dépôts valorisés par l’article 9 de l’arrêté du 26 novembre 1918, contre remise par elles de marks (au taux de 1,25 franc par mark) provenant du recouvrement de leurs créances sur l’Allemagne. Les sommes ainsi versées aux banques sont portées au débit du compte spécial du Trésor, au crédit duquel devront figurer les remboursements effectués par le gouvernement allemand, au taux de 1,25 franc par mark, des monnaies allemandes et avoirs en banque échangés. Le remboursement total par les banques devait avoir lieu dans un délai maximum de deux mois à dater de la signature des préliminaires de paix. Mais, quelques mois à peine après l’élaboration de ce projet de liquidation, le traité de Versailles a empêché la réalisation de cette opération selon ces prévisions.

45D’une part, le traité prévoit (art. 72 et 296) que les créances exigibles sur l’Allemagne seront recouvrées en francs, au cours moyen coté à la bourse de Genève durant le mois qui a précédé le 11 novembre 1918, c’est-à-dire à raison de 0,8134 franc pour 1 mark et que, d’autre part, le recouvrement en est confié à un « office de vérification et de compensation ». Les banques ne sont donc plus en mesure de remettre des marks effectifs (au cours de change de 1,25 franc) à l’État. L’équilibre du compte spécial créé par la loi du 23 avril 1919 est rompu, le débit comprenant des sommes valorisées aux banques à raison de 1,25 franc par mark alors que le crédit est constitué par des recouvrements à 0,8134 franc par mark. De plus, l’Allemagne n’est pas débitrice envers l’État français des sommes à compenser, ce sont les banques elles-mêmes qui doivent produire leurs créances sur l’Allemagne et en reverser le montant au Trésor. Une nouvelle réglementation est mise en route aussitôt, mais les véhémentes critiques du projet de loi par les banques font que celui-ci n’est voté que le 22 juin 1922. La nouvelle loi décide que les 40 % restants des dépôts à valoriser seront versés aux banques sous la forme d’obligations décennales à 5 %, échéance en 1932. Pour couvrir le Trésor des risques d’insolvabilité de certains débiteurs des banques, 25 % de ces obligations sont nominatives, provisoirement non productives d’intérêt et inaliénables jusqu’au recouvrement des créances produites par les banques. Par cette loi, l’État prend à sa charge la différence entre le montant des sommes recouvrables à 0,8134 franc par mark et le même montant calculé à raison de 1,25 franc par mark. Tout en constituant un pas important vers le règlement de la question de la valorisation dans les banques alsaciennes, la loi du 22 juin 1922 ne met pas fin à toutes les difficultés. Il faut attendre 1926 et un accord signé à Berlin le 30 octobre pour régler définitivement ce problème.

 

46La guerre de 1914‑1918 signifie pour le système bancaire alsacien la fin d’un particularisme et d’un « âge d’or ». La raison d’être des banques alsaciennes, faire le lien entre la France et l’Allemagne, a disparu. Ces banques vont se fondre peu à peu dans le paysage bancaire français. Les filiales françaises du Comptoir d’escompte de Mulhouse constituent une base solide de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie créée en 1932 (qui donnera naissance à la Banque nationale de Paris [1966] après sa fusion avec le Comptoir national d’escompte de Paris). Le Crédit mutuel est devenu le groupe Crédit mutuel-CIC à partir de son réseau bancaire alsacien né durant le Reichsland. En outre, la Sogénal a été très longtemps l’ambassade de la Société générale en Allemagne et un fleuron de ce grand groupe bancaire. Enfin, les difficultés de la réinsertion du système financier alsacien et mosellan dans l’économie française rencontre un écho particulier dans l’actualité avec l’éventualité d’un retour à une monnaie nationale dans le cas d’une sortie de la Grèce de la zone euro.

Notes

1  Karl von Lumm, Die Entwicklung des Bankwesens in Elsass-Lothringen seit der Annexion, Vienne, Gustav Fischer, 1891, 223 p.

2  Paul Klein, L’évolution contemporaine des banques alsaciennes. Histoire d’un essai de régionalisme bancaire, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1931, 414 p.

3  Michel Siegel, Les banques en Alsace 1870‑1914, Strasbourg, Coprur, 1993, 224 p.

4  Voir le nº 139 de La Revue d’Alsace, « L’Alsace et la Grande Guerre », 2013, 587 p.

5  Voir Les banques en Alsace, 1870‑1914, Strasbourg, Coprur, 1993, 224 p.

6M. Siegel, op. cit., p. 41.

7  Notamment P. Klein, op. cit.

8  Cité dans M. Siegel, op. cit., p. 213, note 40.

9  Bertrand Risacher et Nicolas Stoskopf, « L’industrie alsacienne dans la Grande Guerre : un désastre économique », Revue d’Alsace, nº 139 : « L’Alsace et la Grande Guerre », 2013, p. 77‑104.

Auteur

Docteur en histoire et titulaire d’un DEA en sciences économiques, Michel Siegel est conseiller patrimonial au Crédit mutuel de Hoenheim (Bas-Rhin). Il travaille actuellement et depuis une dizaine d’années sur le financement de la construction de la cathédrale de Strasbourg (1190‑1439), son environnement économique et politique, dans le cadre d’un second doctorat d’histoire. Il a notamment publié Les banques en Alsace, 1870‑1914, Paris, Coprur, 1993.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search