Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Reconfigurations bancaires régionales

Une place bancaire à l’épreuve de la guerre et de l’occupation : la région lilloise (1914‑1923)

Jean-Luc Mastin

Texte intégral

1À la veille de la guerre, la région lilloise est une des toutes premières places bancaires de province. C’est aussi une place industrielle et de négoce, spécialisée dans le textile (et d’autres secteurs traditionnels : alimentaire, construction mécanique et métallique, chimie minérale), sous l’emprise de « grandes familles », qui contrôlent également les charbonnages du Nord et du Pas-de-Calais (en particulier les Mines de Lens) et les banques locales et régionales. Parmi ces dernières, le Crédit du Nord et Verley, Decroix & Cie tiennent la place, cependant largement pénétrée par les établissements de crédit. La concurrence bancaire fait rage.

2En août-septembre 1914, la guerre désorganise l’économie régionale. Le front coupe la région en deux et l’occupation, à partir du 13 octobre 1914, l’isole et la cloisonne. À l’Ouest, Armentières est dans la zone des combats, côté anglo-français ; coupée de Lille, elle communique, quoique difficilement, avec Paris et avec l’arrière occidental plus proche (de Bailleul à Boulogne, en passant par Hazebrouck et Saint-Omer). À l’Est, Lille, Roubaix et Tourcoing, occupées, sont coupées de Paris et communiquent difficilement avec le reste des « régions envahies ».

3L’occupation dure quatre ans, plus longtemps que prévu. Elle affecte doublement la place. D’une part, elle coupe les réseaux bancaires, amputant ceux des établissements de crédit de quelques membres et décapitant celui du Crédit du Nord. Sur place, l’occupation soumet l’activité bancaire à trois contraintes : l’anémie des affaires ; le contrôle et la réglementation de l’occupant ; la disparition de la monnaie légale, remplacée par les bons de monnaie. En quoi consiste l’activité bancaire dans ces conditions et quelle est l’attitude des banquiers face à l’occupant ? Par ailleurs, l’occupation provoque le dédoublement de la place, en partie repliée à Paris, où les banques accompagnent les industriels et les négociants qui travaillent pour la Défense nationale. Comment fonctionne cette place évacuée ?

4À la libération (17 octobre 1918), trois défis se posent aux banques : la réorganisation de leurs réseaux ; le financement de la « reconstitution » industrielle ; à plus long terme, le maintien de l’autonomie et de la puissance de la place. En fin de compte, l’occupation a-t-elle affaibli la place ?

  • 1  Hormis les diverses monographies de banques, où la période fait l’objet d’un traitement rapide (no (...)
  • 2  Je tiens à remercier la Banque de France et l’IGPDE, qui ont financé un an de recherches, dont le (...)

5En dépit du vide bibliographique sur ce sujet neuf, des lacunes et du déséquilibre des sources1, on montrera d’abord comment les banques réagissent, à l’été 1914, à la menace d’invasion et à la crise monétaire (I), puis comment elles fonctionnent sur place et à Paris (II), et enfin, après la guerre, comment, sur une place plus prospère et plus intégrée au système national, elles financent la « reconstitution » industrielle (III)2.

I. Été 1914

A. Le système bancaire régional à la veille de la guerre

6Deux banques régionales dominent la place (80 % des dépôts et comptes courants créditeurs) : le Crédit du Nord (société anonyme [SA] au capital de 125 millions de francs, un quart versé) et Verley, Decroix & Cie (société en commandite par actions [SCA] au capital de 20 millions de francs, versés pour moitié).

7Le Crédit du Nord (CDN) est au cœur d’une constellation de firmes intégrant les piliers de l’économie régionale : charbonnages (en particulier Mines de Lens), chimie (Kuhlmann), lin (Établissements Agache à Pérenchies), industries des sucres et alcools (Tilloy, Delaune), industries lainières de Roubaix-Tourcoing. À l’origine exclusivement lillois, son conseil d’administration reflète les spécialisations textiles des quatre grandes villes (Lille, Roubaix, Tourcoing, Armentières). Sous la direction de Gustave Dubar (président depuis 1898) et de Pierre Bourlet (directeur général depuis 1912), le CDN a connu une croissance accélérée au début du xxe siècle, renforcée par l’absorption à l’été 1913 de la troisième banque régionale, H. Devilder & Cie (SCA au capital de 50 millions de francs). Au total, le siège lillois dirige un réseau plurirégional d’une quarantaine de « succursales » ou « comptoirs », établis principalement dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie, mais aussi en Normandie (Le Havre, Rouen), en Bourgogne (Mâcon), avec une succursale (et deux agences) à Paris. Le capital social est passé de 30 millions de francs en 1910 à 125 millions de francs en 1913 et le nombre d’employés a doublé entre janvier 1913 (669) et juin 1914 (1 269). En outre, le CDN est une multinationale qui accompagne l’internationalisation des capitaux régionaux, grâce à ses deux filiales : l’une, établie à Bruxelles, la Société de dépôts et de crédits (1896), facilite l’évasion fiscale des « grandes familles » ; l’autre, le Crédit foncier du Nord en Argentine (1911), appuie l’expansion du négoce de laine en Amérique du Sud.

8Au premier rang jusqu’en 1910, Verley, Decroix & Cie (VDC) a un réseau limité au Nord - Pas-de-Calais (sauf une succursale à Amiens), conformément à sa dénomination de 1888 (« Banque du Nord et du Pas-de-Calais »). Sa forte croissance des années 1900 a fragilisé une organisation souffrant d’une trop grande centralisation et d’une gérance vieillissante, malgré l’adjonction de la jeune génération (après le retrait de Charles Verley à 79 ans en 1913, le conseil de gérance compte neuf membres, composé pour moitié de Decroix et pour l’autre moitié de Verley).

9Ces deux banques régionales appliquent des principes de liquidité et de sécurité propres aux banques de dépôt, même si elles ont un profil légèrement différent : VDC est spécialisée dans l’escompte ; le CDN dans l’escompte et les avances garanties (hormis les gros découverts hérités de Devilder & Cie).

  • 3  Exemples : les familles Agache, Bigo, Catel-Béghin et Crespel sont de gros actionnaires à la fois (...)

10La banque locale a un double visage : à côté de nombreux « escompteurs » fragiles, peu soutenus par la Banque de France (BDF), prospèrent quatre banques locales intégrées au système des « grandes familles ». Trois vieilles maisons familiales, discrètes – Scalbert (Lille), Joire (Tourcoing, Lille et comptoirs belges), Woussen-Castrique (Armentières) – travaillent avec une clientèle de premier ordre, qu’elles soutiennent par de gros découverts. La Banque régionale du Nord (BRN), SA au capital de 8 millions de francs (versé pour moitié), est une véritable mutualité de lainiers de Roubaix-Tourcoing. Un noyau de gros actionnaires communs et un réseau de plus en plus serré de liens familiaux intègrent les banques locales et régionales en un système familial, facteur d’une solidarité de place3.

  • 4  On n’évoquera pas ici la Banque de France, qui a fait l’objet d’une communication au colloque de n (...)

11Cela n’a pas empêché les trois grands établissements de crédit de prospérer, quoique le Crédit Lyonnais (CL) soit mieux enraciné que la Société générale (SG) et le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) grâce à sa politique d’adaptation aux spécificités locales (davantage d’avances garanties à Lille et de découverts à Roubaix) et à ses services de titres. La concurrence bancaire s’est encore accrue sur la place en 1913 avec l’implantation de jeunes établissements de crédit, telle la Banque suisse et française (BSF, fondée en 1894), qui, en 1913, fait entrer à son conseil d’administration Henry Caulliez et Albert Motte, dirigeants de deux grands groupes lainiers de Roubaix-Tourcoing et administrateurs de la BRN : pour les Roubaisiens-Tourquennois il s’agit non seulement d’entretenir la concurrence bancaire menacée par l’absorption de Devilder par le CDN, mais aussi de faciliter « l’exode » des capitaux vers la Suisse, après le projet Caillaux d’impôt sur le revenu en 1907. Il faut dire que le rapport de marché leur est très favorable, en raison de la forte concentration financière et de leur crédit collectif très élevé (appuyé sur le magot des titres des charbonnages et sur une solidarité familiale renforcée par l’endogamie). Ils en profitent largement : depuis 1895, les flux croissants de crédits venant de Paris (établissements de crédit, BDF) ont accru la pléthore de capitaux4.

B. Flux et reflux des périls et de l’activité bancaire

  • 5  Par des pressions répétées sur les gros débiteurs pour les amener à des remboursements partiels ou (...)

12Dans un premier temps, le run de la dernière semaine de juillet 1914 pousse les banques à prendre des mesures de sauvegarde. Au CDN, des « retraits considérables » de 44,4 millions de francs en trois semaines (25 juillet-14 août 1914) s’accompagnent d’une ruée sur la location de coffres-forts (il y a vite pénurie de compartiments). Dans l’immédiat, la réaction des banques, concertée sous la direction du CDN, est triple : pressions sur le Gouvernement pour obtenir d’urgence un moratoire sur le remboursement des dépôts et des comptes courants créditeurs ; application stricte du moratorium et restriction brutale du crédit (les comptes courants débiteurs sont réduits, sécurisés ou mobilisés pour augmenter les liquidités5) ; renforcement des fonds propres (réserves). Puis, avec la guerre et la menace d’invasion, des mesures d’urgence sont prises. Au CDN, la mobilisation d’une bonne partie du personnel impose des réorganisations : il faut remplacer de nombreux directeurs d’agence et fermer des agences ; le directeur général, Pierre Bourlet, mobilisé, est remplacé par un directeur intérimaire, Franz Assaud. Un plan de sauvegarde de l’encaisse est mis en place. Une centralisation très forte interdit les initiatives locales (alors que la guerre perturbe les communications) : « les succursales ne devront plus faire d’opérations sans en référer au siège social » ; la succursale de Paris reçoit des instructions écrites très fermes de prudence.

13De la bataille de Charleroi (20 août) à la première occupation de Lille (2-5 septembre), la perspective d’une invasion pousse aux évacuations. Alors que celles des succursales de la BDF (encaisse métallique, portefeuille, titres puis billets) s’accélèrent (elle est terminée le 24 août), celle des banques commerciales semble commencer. Le CDN évacue à Paris les titres et les espèces en caisse (déposées à la BDF), puis, lors de la bataille de la Marne (5 septembre 1914), à Bordeaux et à Montpellier, ainsi qu’à la succursale du CDN de Mâcon. Sept administrateurs se rendent à Paris pour organiser la bicéphalie du réseau. Seuls Dubar et Desurmont rentrent à Lille fin septembre. Au siège social, le conseil d’administration est réduit à dix membres (sur 16). Dans le même temps, le réseau est désorganisé par la fuite de quelques directeurs, dont certains abandonnent leur succursale.

  • 6  En raison des risques que la guerre et une probable invasion font peser sur les marchandises dépos (...)

14En septembre, les Allemands s’éloignant, les affaires reprennent (surtout après le 14 septembre). Les banques accordent à nouveau des escomptes et des crédits par acceptation aux lainiers bénéficiant de commandes de l’Intendance militaire ; mais elles refusent, par prudence, d’escompter les warrants des sucriers (qui commencent la campagne de betteraves)6. Mais la faiblesse des encaisses et les restrictions du réescompte de la BDF limitent les crédits. Le CDN essaie de s’approvisionner en espèces à sa succursale de Paris, puis de faire rentrer « petit à petit » les espèces évacuées à Bordeaux, Montpellier et Mâcon « par l’entremise » de ses succursales de Rouen et du Havre. C’est l’avantage d’un réseau plurirégional. Au contraire, VDC et les banques locales ont du mal à surmonter la crise monétaire de l’été 1914.

C. Le drame local de la crise monétaire

15En raison du contexte social et de l’évacuation des encaisses de la BDF, cette crise prend un tour particulièrement dramatique dans la région lilloise. Elle s’aggrave, en deux temps.

16Jusqu’au 24 août, la BDF subit maintes pressions. En effet, la guerre accroît la peur sociale, et, dès le 3 août 1914, les industriels se concertent sur la « question ouvrière » : il faut « continuer à occuper les ouvriers » et payer leurs salaires. Des engagements collectifs et publics sont pris au sein des chambres de commerce et des sociétés industrielles, avec le soutien des municipalités, pour assurer la « marche des usines ». Les chambres de commerce se lancent dans des émissions monétaires destinées à remédier à la pénurie de monnaie divisionnaire, nécessaire au paiement des salaires ouvriers : le 8 août, celle de Lille crée la Banque d’émission de Lille (billets de 2 francs et au-dessous) ; le 11 août, celle de Roubaix projette une émission similaire. Les enjeux économiques sont importants : nombre d’entreprises produisent pour la Défense nationale. L’urgence prend donc aussi une allure patriotique. Or, les industriels sont privés de ressources par le moratorium sur le remboursement des dépôts et des comptes courants créditeurs et sont obligés de payer comptant leurs approvisionnements de charbon. Ils font alors pression sur les banques pour l’assouplissement du moratorium, et, avec celles-ci, sur la BDF.

17Après le 24 août, ces pressions se transforment en une véritable campagne contre la BDF. L’évacuation de ses encaisses et la fermeture temporaire de ses succursales exaspèrent les industriels, qui multiplient les critiques, quand bien même en sont-ils les administrateurs. Les banques locales et VDC prennent part à cette campagne. Elles profitent des difficultés de la circulation monétaire pour tenter de discréditer la BDF auprès de la clientèle : elles mettent en échec le projet de chambre de compensation d’Eusèbe Gréau (directeur de la BDF à Lille) en mettant fin aux domiciliations des traites, amenant ainsi la Banque à restreindre géographiquement son escompte.

18Vers le 20 septembre cependant, « les esprits se calment », en raison de l’assouplissement du moratoire sur le remboursement des dépôts et des facilités accordées par la Banque. En octobre, l’occupation est de nature à resserrer les solidarités sur la place. Est-ce vraiment le cas ?

II. Place occupée, place évacuée (octobre 1914-octobre 1918)

A. Sur place : heurs et malheurs de la résistance collective

  • 7  Procès-verbal du conseil d’administration du CDN, 30 janvier 1915, AHSG, CDN 325.
  • 8  Rapport Noilhac, BDF 1067 2000 01/3. Conseil d’administration du 30 janvier 1915, AHSG, CDN 325. A (...)

19Dès les premiers jours de l’occupation, le hold-up des banques par l’occupant allemand commence à la BDF (saisie des encaisses les 15 et 16 octobre 1914). Pendant deux mois, les banques commerciales se pensent protégées par leur statut d’entreprises privées (art. 46 et 53 de la Convention de La Haye de 1907). Cependant, en décembre 1914, des perquisitions visent les comptes courants et les éventuels dépôts de titres des communes « ayant encore à verser tout ou partie de leur indemnité de guerre7 ». VDC et le CL se voient saisir la quasi-totalité de leur encaisse (billets et espèces) et 5 millions de francs de traites, saisie passée au débit du compte de la Compagnie des mines de Courrières, frappée d’une amende de 6 millions de francs8. La lettre collective de protestation envoyée par le CDN, VDC et le CL (7 janvier 1915) est la première d’une série, provoquée par la gradation des mesures coercitives de l’occupant. Celle-ci a lieu en trois étapes.

  • 9  Elle réunit les maires des six « grandes villes » (Lille, Roubaix, Tourcoing, Douai, Valenciennes, (...)

20De juin à septembre 1915, par la mise sous scellés des salles des coffres (26 juin), les banques sont forcées à avancer aux municipalités 16 millions de francs d’arriérés de contributions de guerre. Issue de la Commission des maires et des banques (réunie à la préfecture à partir du 7 juillet 1915) imposée par l’occupant9, la Commission des banques – puis le Consortium des banques du Nord (présidé par Scalbert) – déclare vouloir faire preuve d’un « esprit de conciliation » et « établir un modus vivendi » avec l’occupant. Mais celui-ci accroît la pression en obligeant les banques à mobiliser toutes leurs ressources, qu’elles doivent déclarer : encaisse, avoirs à l’étranger, coupons. Ces derniers, qui restent consignés, doivent servir de garantie au paiement des contributions. Un accord est finalement trouvé, grâce à l’intervention de la Société générale de Belgique (SGB). Par la convention du 20 septembre 1915, la SGB avance 16 millions de francs (directement versés, en marks, à l’autorité allemande) ; la Ville de Lille, « au nom des municipalités des six villes », souscrit des promesses à l’ordre de la SGB, garanties par l’aval solidaire des banques du Consortium et par des « coupons échus, à concurrence de 8 millions de francs, à déposer » à la SGB, chaque banque intervenant pour une quotité déterminée. Cet accord permet la levée des scellés (23‑24 septembre 1915).

  • 10  Consultation de Selosse et de Jacquey, professeurs de droit international à Lille (conseil d’admin (...)
  • 11  La lettre est signée de 11 banques : Banque nationale de crédit (succursale de Roubaix), BSF (succ (...)

21Au printemps 1916, les Allemands créent un Bureau de contrôle des banques, qui a le pouvoir de s’immiscer dans leurs écritures, de leur interdire des opérations, de démettre les fondés de pouvoir et de nommer des administrateurs. Il multiplie les déclarations obligatoires (8 mai 1916 et 27 juin 1916), en particulier des coupons et des titres en dépôt. Craignant une saisie de ces derniers, les banquiers consultent d’abord deux juristes sur les moyens de soustraire leur responsabilité juridique en cas de recours des déposants après-guerre (10 mai)10, puis refusent collectivement de livrer la liste des titres (10 juillet 1916)11. L’occupant répondant immédiatement par des intimidations violentes, des menaces, et par le contrôle de l’accès des clients à leurs coffres, les banquiers décident de « céder à la force » (11 juillet 1916). Aux critiques virulentes de l’inspecteur de la BDF, Sévène, qui les accuse de lâcheté et les pousse à l’intransigeance, le président du Consortium oppose un « patriotisme éclairé et raisonné ». Les tensions montent entre les banques et la Banque. Finalement, l’accès des clients à leurs coffres est désormais limité à un jour par semaine (30 à 45 minutes), sous la surveillance d’un agent du Contrôle des banques.

  • 12  § 6 de l’ordonnance du 27 octobre 1916, publiée le 5 novembre dans la Gazette des Ardennes (Arch. (...)

22La résistance collective des banquiers sort durablement affaiblie de cet épisode, au moment où se met en place le séquestre de cinq banques (ordonnances des 27 octobre et 16 décembre 1916, prenant effet au 1er janvier 1917) : CL, CDN, VDC, Scalbert, Joire. « Le séquestre aura à prendre possession de l’entreprise. Lui seul est autorisé à agir au nom de l’entreprise et à disposer de toutes les valeurs faisant partie de l’actif12. » Celui du CDN tolère les réunions du conseil d’administration et du comité de direction, mais elles sont peu fréquentes et peu régulières (sept réunions en 1917, puis deux en 1918, contre 26 en 1916). En octobre 1918, lors de la retraite des Allemands, les séquestres ordonnent l’évacuation des titres en dépôt (et des archives) à Bruxelles.

  • 13  Rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale du 28 avril 1919, AHCL, p. 18. Eugène M (...)

23Par ailleurs, les banques subissent réquisitions matérielles (à Lille, l’immeuble du CDN, rue Jean-Roisin, est partiellement occupé par la Kommandantur et le général von Graevenitz) et déportations en Allemagne (le directeur de l’agence du CL de Roubaix ; deux administrateurs du CDN13).

B. Être banquier sous l’occupation

24Le bombardement de Lille (4 octobre 1914) puis l’occupation entraînent la fermeture des banques. Puis elles fonctionnent « très timidement et portes closes », avant de rouvrir, sans doute fin novembre, comme la BDF. Les volumes des opérations sont cependant très réduits. Les archives du CDN permettent d’en connaître la nature. On peut distinguer six activités.

251. La location des coffres est « florissante » en 1915‑1916 : une « nouvelle clientèle » afflue, poussée par les perquisitions des domiciles et attirée par une « réclame incessante ». Le service est saturé.

262. Les mouvements de caisse (en bons communaux), plus élevés en 1915 et au premier semestre 1916, chutent à partir de mai 1916, avec l’instauration du contrôle des banques (graphique 1).

27L’afflux des versements de la clientèle en bons communaux sur des « comptes de guerre » (à vue et non rémunérés) rend nécessaires les décaissements, cependant difficiles à ajuster aux versements. Les « paiements de coupons » (en fait des avances sur coupons) sont plus importants à partir de juin 1915 et s’affaiblissent en 1916 (graphique 2).

28Par ailleurs, les crédits aux entreprises consistent en de petites avances de quelques milliers de francs pour les salaires des ouvriers et les dépenses d’entretien des usines encore en activité (pour occuper et faire vivre les ouvriers, et maintenir l’outillage en marche) ; ils font grossir les comptes débiteurs, garantis par des titres en nantissement, par la mobilisation de créances commerciales ou de papier de circulation bien avalisé, ou par des bons de réquisition.

Graphique 1. Mouvements de caisse du Crédit du Nord : versements et paiements par quinzaine, octobre 1914-décembre 1916, en francs courants (« total général, pour Lille et les succursales encore en contact »)

Graphique 1. Mouvements de caisse du Crédit du Nord : versements et paiements par quinzaine, octobre 1914-décembre 1916, en francs courants (« total général, pour Lille et les succursales encore en contact »)

Source : AHSG, CDN 325.

Graphique 2. Paiements mensuels de coupons dans les succursales de Lille, de Roubaix et de Tourcoing du Crédit du Nord, octobre 1913 et octobre 1914-décembre 1916, en francs courants

Graphique 2. Paiements mensuels de coupons dans les succursales de Lille, de Roubaix et de Tourcoing du Crédit du Nord, octobre 1913 et octobre 1914-décembre 1916, en francs courants

Source : AHSG, CDN 325.

  • 14  En fait, dès le 19 août 1914, le CDN avance 60 000 francs à la ville d’Armentières. Le 16 novembre (...)
  • 15  Huit banques interviennent pour Tourcoing (chacune pour un huitième), mais sept pour Roubaix (cons (...)
  • 16  Wasquehal, Croix, Anstaing, La Madeleine.

293. Les crédits aux municipalités prennent quatre formes successives. D’abord, les avances de novembre-décembre 1914 sont destinées soit au ravitaillement de la population (garanties par la caution solidaire des « premiers crédits de la place » et remboursables trois ou six mois après la fin des hostilités), soit au paiement des indemnités de guerre de Tourcoing et de Roubaix (versées en espèces, en billets de banque, en marks ou en chèques sur Berlin, et remboursables immédiatement ou sous huitaine en bons communaux)14. Puis, à partir du printemps 1915, les « comptes courants des grandes villes » (dépôts en bons communaux) ne cessent de s’élever. Le compte débiteur de la Ville de Lille au CDN passe de 1,82 million de francs au 12 avril 1915 à 11,1 millions de francs au 8 février 1916, à 16,2 millions de francs au 17 mai 1916 et à 17,5 millions de francs en mars 1917 (3,575 millions de francs à Roubaix et 2,708 millions de francs à Tourcoing). Ensuite, en avril 1916, les « crédits de coupons », conçus sur le modèle de la convention du 20 septembre 1915, sont des avals solidaires des huit banques du Consortium sur des promesses souscrites à l’ordre de la SGB par les Villes de Lille (2 millions de francs), Roubaix (1,2 million de francs) et Tourcoing (0,8 million de francs), liées à des emprunts pour achat de denrées de première nécessité, la couverture partielle de ces avals étant faite par des négociations de coupons aux Villes, qui les achètent en bons communaux15. Enfin, en mai-juin 1916, des « facilités de caisse temporaires » sont consenties à de petites communes de la région lilloise16.

  • 17  Conseil d’administration du 8 décembre 1915, AHSG, CDN 325.

304. Des opérations de change sont envisagées en 1915. La parité mark-franc, fixée arbitrairement par l’occupant, étant très élevée, le CDN est un moment tenté par des opérations de spéculation (ouverture d’un compte en florins aux Pays-Bas ou en francs belges à Bruxelles, achat de marks, importés à Lille) pour faciliter le ravitaillement de la population, tout en offrant de substantiels bénéfices17.

  • 18  Conseil d’administration du 19 avril 1916, AHSG, CDN 325.
  • 19  Conseil d’administration du 13 décembre 1916, AHSG, CDN 325.

315. Le financement du ravitaillement de la population prend d’autres formes. Le CDN avance ainsi 480 000 marks au Comité d’alimentation du Nord de la France pour « achats urgents de viande et poissons18 » (avril 1916). À des importateurs de marchandises alimentaires, il fait la « couverture du change » au moyen de négociations de coupons et en faisant intervenir la succursale de Paris. En décembre 1916, en plus de deux ans, il a négocié à « divers ravitailleurs » de Lille, « en coupons et titres vendus par la clientèle, environ 7 millions de francs »19.

326. Enfin, les services aux « évacués » comprennent la délivrance de lettres de crédit permettant à ceux-ci de se faire ouvrir un crédit en France libre, et en particulier dans la succursale de Paris.

 

33Toutes ces opérations sont certes essentielles à la survie de la population et des entreprises sur la place. Mais c’est à Paris que se joue l’avenir de cette dernière.

C. À Paris, expansion d’une place déplacée

34Au CDN, la partie vitale du réseau est paralysée : sur la quarantaine de guichets existant en 1914, 23 sont en territoire occupé (80 % du chiffre d’affaires) ; 17, situés « aux abords du front », sont sans cesse bombardés. Le réseau, désormais bicéphale, est réparti « en trois groupes » : « le groupe Lille », « le groupe Paris », les « sièges fermés » (19 guichets).

35Le « groupe Lille » comprend le siège social et huit succursales, en territoire occupé. Mais Lille n’a de relations régulières qu’avec Roubaix, Tourcoing et Valenciennes. Le conseil d’administration se réduit de huit membres au début de l’occupation à trois en 1918 : deux sont otages (Eugène Motte, Tiberghien), deux meurent (François Roussel et Théophile Boittiaux en 1918), quatre partent à Paris rejoindre les autres administrateurs (Jules Desurmont, octobre 1914 ; Gustave Dubar évacué en décembre 1915 ; Édouard Miellez, avril 1916 ; Eugène Motte, fin janvier 1918). Le siège social, atteint dans ses locaux et dans son conseil d’administration, ne dirige plus grand-chose.

  • 20  L’expression (qui s’oppose à « régions envahies » ou « occupées ») est couramment employée par les (...)
  • 21  À l’été 1917, la succursale d’Armentières est repliée sur Hazebrouck, puis sur Saint-Omer. Elle es (...)
  • 22  Discours de G. Dubar à l’« Assemblée générale officieuse » du 8 février 1919 (AHCL, DEEF 45645).
  • 23  En francs courants, entre 1913 et 1919, les entrées en portefeuille passent de 2,89 à 13,68 millia (...)

36En revanche, le « groupe Paris » (Paris et les succursales de « France libre20 », y compris celles proches du front) est en pleine vitalité. La succursale de Paris, où s’établit le conseil d’administration de quatre, puis huit membres (y compris le président Dubar), rejoints par le directeur général Bourlet (démobilisé), devient « siège central ». Elle dirige un réseau en expansion : création de guichets (cinq à Paris et un à Creil ; trois en Normandie ; quatre dans le Nord - Pas-de-Calais rural ; un à Bordeaux, à l’été 1918). Jusqu’en mars 1918, Rouen, Le Havre et les succursales situées près du front prospèrent (sauf Armentières21). Le « développement des affaires dans des proportions inespérées22 » est dû à une politique libérale et « hardie » de crédit en direction des industriels du Nord repliés en « France libre » et des grosses maisons parisiennes (les escomptes et les comptes débiteurs augmentent fortement23), mais aussi aux émissions et placements d’obligations et de bons décennaux (Ville de Paris, Mines de Dourges), ainsi qu’aux souscriptions massives et croissantes aux emprunts nationaux (2,6 milliards de francs, emprunts et bons de la Défense nationale confondus).

37Quant aux banques locales et à VDC, elles s’établissent à Paris : J. Joire (janvier 1915) et A. Scalbert (janvier 1917) ont chacune un bureau hébergé par le CIC (66, rue de la Victoire), tandis qu’en juillet 1916 Robert Decroix, démobilisé, crée une agence VDC au 3, rue Taitbout, avec l’appui d’Alfred Descamps, membre du conseil de surveillance.

  • 24  Le rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale de la Société générale de 1915 évoqu (...)
  • 25  En outre, le siège parisien du CCF refuse de payer les tirages des succursales du Nord présentés p (...)
  • 26  Procès-verbal du conseil d’administration du 30 mars 1917, AHSBC, CCF.

38Enfin, les établissements de crédit opèrent un repli, selon des modes différents. La SG et le CL semblent, comme la BDF, créer des « agences évacuées » à Paris24. Ce n’est pas le cas du CCF, dont le siège central récupère la clientèle du Nord. Tandis que la petite clientèle évacuée est objet de méfiance (toute avance sur lettres de crédit délivrées dans le Nord est rejetée, sauf preuve formelle d’un compte créditeur ou d’un dépôt de titres dans le Nord), des « crédits de campagne » élevés sont accordés aux négociants repliés à Paris et en « France libre » chargés d’achats de laines ou de cotons pour le compte du Gouvernement français ou de la Suisse (notamment les Tourquennois : Pierre Flipo, Segard & Cie, Lorthiois frères, Trentesaux & Destombes, Alphonse Six, Auguste Parent)25. La clientèle des grandes familles est soignée : en avril 1917, le CCF souscrit 4 000 actions de l’augmentation de capital de la firme Kuhlmann pour le compte des actionnaires « empêchés » car « restés en pays envahis26 ».

39C’est que la concurrence bancaire qui existait sur la place nordiste en 1914 s’est reportée à Paris. Après la guerre, elle reprend de plus belle sur une place en pleine Reconstitution.

III. Reconstitution et intégration (octobre 1918‑1923)

A. La guerre, catastrophe ou bonne affaire pour la place ?

40La réorganisation des banques est lente et difficile (octobre 1918–été-automne 1919). À la libération (17 octobre 1918), les banques reprennent possession de leurs guichets du Nord. Les établissements de crédit y dépêchent inspecteurs, directeurs ou administrateurs pour faire l’état des lieux et réorganiser les agences. On rassure la clientèle : les titres en dépôt emmenés à Bruxelles par les Allemands sont rapportés en décembre 1918 ; les coffres sont intacts (sauf à Valenciennes) ; les immeubles n’ont pas trop souffert, sauf à Armentières, complètement détruite ; ailleurs, le CDN compte 13 succursales « complètement détruites ». La réorganisation prend du temps. Le repli à Paris s’éternise : si l’assemblée générale « officieuse » du 8 février 1919 marque le retour du conseil d’administration à Lille, celui de l’administration centrale à Lille n’est prévu que courant septembre 1919. La difficulté des communications retarde la centralisation des écritures et l’établissement d’un bilan général (la première assemblée générale « officielle » d’après-guerre, avec présentation d’un bilan, n’a lieu que le 11 janvier 1921). Le siège social a du mal à contrôler l’ensemble du réseau. Il faut aussi réorganiser les personnels à tous les niveaux : le CDN a perdu quatre administrateurs durant la guerre (Gustave Catel-Béghin, François Roussel, Théophile Boittiaux, Édouard Miellez), deux en 1919 (Jules Desurmont, Louis Thiriez), un fondé de pouvoir (Franz Assaud), des directeurs. La pénurie de personnel est criante et conduit à féminiser les effectifs.

41Les problèmes monétaires (échange des bons communaux en monnaie légale) compliquent la réorganisation. Les banques, qui doivent convertir les « comptes de guerre » de leurs clients et se faire rembourser leurs dépôts dans les « grandes villes », sont chargées (ainsi que la BDF) par la loi et le décret d’application des 11 et 18 février 1919 de réaliser l’échange (20 mars-14 mai 1919).

42Malgré tout, le bénéfice moral de la guerre et de l’occupation est énorme. Le CDN met ainsi en avant « l’héroïque sacrifice de (ses) cent tués », ses « deux cents décorés » et les 2,6 milliards de francs de souscription aux emprunts et bons de la Défense nationale. Mais les bénéfices de la guerre ne sont pas que moraux. De l’aveu même de Dubar, le CDN est « une entreprise […] plus prospère qu’avant la guerre », l’expansion de ses affaires à Paris et en « France libre » ayant compensé et au-delà l’anémie économique des territoires occupés. Les comptes courants créditeurs et le portefeuille ont explosé (tableau 1).

Tableau 1. Croissance de quelques lignes du bilan général du Crédit du Nord, 1913‑1919 (en millions de francs courants)

  1913  

  1919  

Actif   

Portefeuille (et bons de la Défense nationale à partir de 1919)

94,4

960,4

Avances garanties

82,2

221,3

Comptes courants débiteurs  

67,5

294

Passif   

Dépôts à vue

62,8

345,6

Comptes courants créditeurs  

114

1 097,9

Total bilan

379,7

1 767,6

Source : AHCL, DEEF 45645, rapports publiés du conseil d’administration à l’assemblée générale, avril 1914 et 1921.

43Les bénéfices sont élevés : en 1919‑1921, les actionnaires touchent, pour les six exercices 1914‑1919, un dividende de 145 francs par action (de 500 francs, dont 125 francs versés), puis, pour l’exercice 1920, un dividende de 40 francs ; en outre, la libération du deuxième quart des actions (125 francs) leur est offerte (février 1921).

  • 27  RIBDF, Lille et Roubaix, 1920 et 1921. Sont évoquées, parmi d’autres, les firmes Auguste Lepoutre (...)

44Une comparaison avec les bilans des agences locales du CL, dont la croissance est faible (plus à Roubaix qu’à Lille) souligne a contrario l’importance pour le CDN de ses agences hors de son territoire régional. Mais les comptes courants créditeurs connaissent une forte croissance en 1919‑1920 à Roubaix (tableau 2). C’est que les industriels et négociants repliés en « France libre » (Normandie, Picardie, région parisienne) et/ou exploitant des usines aux États-Unis ont réalisé pendant la guerre des « bénéfices énormes »27, prolongés au lendemain de la guerre, et qui compensent largement les pertes subies par certains en Allemagne ou en Pologne et en Russie (groupe Motte).

Tableau 2. Extraits des bilans des agences de Lille et de Roubaix du Crédit Lyonnais, 1913 et 1919 (en millions de francs courants)

  Lille (et sous-agences)  

  Roubaix-Tourcoing  

1913

1919

1913

1919

Actif  

Portefeuille

7,7

12,6

4

10,2

Avances garanties

1,9

1,7

0,36

0,28

Comptes courants débiteurs  

6,5

14,3

7,3

5,1

Total emplois

17,2

31,7

12,8

17,8

Passif  

Dépôts à vue

4,9

14,5

1,6

3,5

Comptes courants créditeurs  

10,5

16,5

(1920 : 23,7)

4,5

8,3

(1920 : 33,6)

Total ressources  

16,1

32

9,4

12,9

Source : AHCL, 31 AH 4 et 7 (grands bilans généraux définitifs au 31 décembre).

B. L’intégration renforcée de la place dans les systèmes national et européen

45En même temps, l’intégration de la place dans les systèmes bancaires national et européen progresse de deux façons : de Lille vers Paris, de Paris et Bruxelles vers Lille.

46En raison de sa rapide expansion, le CDN peut se targuer, à la mort de Dubar (février 1921), d’être « la première des banques de province » et un « grand établissement de crédit ». En 1920, le total de son bilan représente 31 % du CL contre 13 % en 1913. Il triple son poids dans le drainage de l’épargne nationale : en 1923, il représente 10 % des dépôts (à vue et à terme) et des comptes courants créditeurs des quatre premiers établissements de crédit (CL, SG, CNEP, CIC), contre 3 % en 1913. En effet, ses dépôts sont multipliés par 8,6 tandis que ceux des quatre grandes banques par 2,7. En francs constants, l’augmentation est bien réelle, alors que ceux des grandes banques de dépôt subissent l’érosion liée à l’inflation.

47L’extension de son réseau, qui passe de 45 guichets en 1914 à 132 en 1923, suit une logique concentrique de renforcement du fief nordiste, où il garde sa « suprématie », et de conquête ou de renforcement des marges d’une grande région Nord comprenant la Picardie (Aisne, Oise et surtout Somme), la Normandie (Calvados, Orne), les Ardennes (Sedan) – tout en maintenant sa présence dans des régions éloignées (Bordeaux, Saône-et-Loire, Ain). Parallèlement, le réseau se densifie en zones urbaines (création d’« agences dans Lille » et « dans Paris ») et rurales (bureaux périodiques et permanents).

  • 28  Circulaires nº 1418 du 3 juin 1922, nº 1719 du 16 octobre 1923, AHSG, CDN 313. Rapport du conseil (...)
  • 29  G. Dubar – puis G. Delebart, qui, à sa mort, le remplace à la tête du conseil d’administration (19 (...)

48Cette expansion accélérée suscite des tensions entre ses ambitions extrarégionales, sinon nationales, et la préservation de son identité de banque régionale : il est risqué de s’aventurer hors des industries et des négoces qui lui sont familiers dans le Nord et de s’éloigner des traditions (crédit personnel, discrétion) auxquelles la bonne clientèle est attachée. Pour l’équipe dirigeante, la solution réside dans l’expansion de l’actionnariat, dans un attachement réaffirmé au modèle de l’actionnaire client – ce qui permet aussi d’apparaître comme une grande entreprise nationale, dont les 250 000 actions, cotées à Lille et à Paris, sont détenues par 9 000 actionnaires (bientôt 10 000) et non par une poignée de grandes familles28. En même temps, le CDN renforce ses dimensions nationale et internationale : il participe à la fondation du Crédit national en 191929 et renforce ses liens avec sa filiale belge, dont il souscrit la totalité de l’augmentation de capital de 5 à 15 millions de francs et qui devient le Crédit du Nord belge (1919).

  • 30  Hubert Bonin, La Banque de l’union parisienne (1874/1904‑1974). Histoire de la deuxième grande ban (...)
  • 31  Déclaration de souscription, 23 août 1919, Arch. dép. du Nord, 153 J 140.

49Par ailleurs, VDC et Scalbert se transforment, sous l’égide de groupes bancaires parisiens et bruxellois. En août 1919, la SGB (déjà présente dans le Nord par sa filiale, la Banque centrale de Maubeuge [BCM]) et la Banque de l’union parisienne (BUP), fondent la Banque générale du Nord (BGN), SA au capital de 50 millions de francs (versé pour moitié), qui reprend les actifs de VDC et de la BCM30. Cette création échappe aux Lillois : le capital est souscrit à 43 % par la SGB (49,4 % avec la BCM) et à 39 % par la BUP, soit plus de 88 %, et à 2,2 % par trois maisons de la haute banque (Mirabaud, Mallet, Demachy). Les Verley (5 %), les Decroix (1,2 %) et les autres actionnaires lillois (1 %) sont très minoritaires (7,2 %)31. Cependant, sur 13 administrateurs, huit viennent de VDC (trois anciens gérants, dont Robert Decroix, président, et cinq anciens commissaires de surveillance : Edmond Faucheur, Alfred Descamps, Georges Masquelier, Lucien Crépy, Gaston Catoire). Dès 1920, le capital est doublé (100 millions de francs, moitié versée) ; la part de la SGB baisse alors à 37 % et celle de la BUP à 11 %, celle des souscripteurs nordistes augmente.

50Raison d’être de cette transformation, une politique d’expansion rapide, par rachat de banques locales et créations d’agences (Picardie, Normandie), visant à concurrencer le CDN dans le grand Nord-Ouest, fait rapidement de la BGN une banque plurirégionale. En 1920, le réseau de 54 agences, outre le siège social de Lille et la succursale de Paris, couvre essentiellement le Nord - Pas-de-Calais, avec quelques agences dans la Somme et l’Aisne. En décembre 1923, il compte 148 guichets.

  • 32  Nicolas Stoskopf, 150 ans du CIC, 1859‑2009. I. Une audace bien tempérée, Paris, La Branche, 2009, (...)

51A. Scalbert change aussi de dimension. En octobre 1920, la société en nom collectif se transforme en une société anonyme (SA) au capital de 30 millions de francs avec l’aide du CIC, qui souscrit un tiers du capital, les deux autres tiers revenant à la famille Scalbert et à des industriels du Nord32. Le conseil d’administration de dix membres comprend cinq Scalbert (dont Pierre Scalbert, président) et trois industriels de la région lilloise (Alfred Breuvart, Paul Tiberghien, Léon Thiriez). Le CIC y est représenté par Jacques de Vaux et Jean Plichon. Or, celui-ci est président de la Compagnie des mines de Béthune (dont Thiriez est aussi administrateur). Même scénario à la Banque Dupont (Valenciennes), transformée en 1919 en SA (au capital de 60 millions de francs) sous l’égide du CIC, qui a placé Louis Mercier, directeur général des Mines de Béthune, devenu administrateur du CIC, à la tête du conseil d’administration. On y voit le projet conjoint des Mines de Béthune et du CIC de faire émerger deux banques régionales jumelées, capables de concurrencer le CDN, appuyé depuis sa naissance sur le charbonnage rival, Lens. Cependant, pour l’heure, le réseau Scalbert reste purement local : outre la succursale parisienne, deux agences en 1920, sept en 1923 et 13 en 1924, toutes dans la région lilloise.

52Quant à Joire, qui a fermé son bureau parisien en juin 1919, elle refuse de devenir une banque de dépôt et reste une banque locale privée, extrêmement discrète, qui accompagne sa clientèle en Belgique, où Jules Joire « possède personnellement » trois agences prospères (Bruxelles, Tournai, Leuze). De même, la BRN reste une banque locale (au capital de 12 millions de francs) et ne crée que deux agences (Lille, 1921 ; Armentières, 1923).

C. Regain de concurrence

  • 33  Note de V. Duthoit, directeur de l’agence de Tourcoing, 4 février 1921, AHSBC, CCF, 2004/01.

53Dans ce paysage bancaire en partie renouvelé, la concurrence s’intensifie. Les établissements de crédit rivalisent avec les banques régionales dans la conquête de la clientèle rurale (bureaux permanents ou périodiques), facilitée par l’automobile. De nouveaux venus s’implantent : secteur parapublic (Banque populaire du Nord, fondée en juillet 1921) ; banques d’affaires lilloises transformées en banques de dépôt (Crédit français, ex-Banque du Nord et des Flandres, qui devient Banque du Rhin en 1922) ; banques locales extérieures à la place (Dupont, de Valenciennes ; Sourmais & Cie, de Saint-Quentin ; Petyt, de Dunkerque). La clientèle fortunée fait marcher à fond la concurrence, surtout à Roubaix-Tourcoing, où elle reproche aux établissements trop centralisés leur manque de réactivité face à ses demandes inopinées de découvert33.

  • 34  Notes de conversation des 8 août, 19 et 22 septembre 1922, AHCL, DAF 40.
  • 35  Notes de conversation des 31 janvier 1921 (pourparlers pour l’émission du Groupement des houillère (...)

54Ce regain de concurrence provoque de vives tensions sur la place. En 1922, pour ouvrir son agence de Roubaix, Scalbert débauche six employés du CL, dont le « principal démarcheur, qui a 14 ans de présence », promu directeur. Le CL tente d’exploiter l’incident pour exclure Scalbert du syndicat d’émission de l’emprunt du Groupement des industries textiles sinistrées. Il reçoit le soutien de la SG, du CNEP et du CDN. Mais ce front ne résiste pas à la demande instante des grands patrons du textile (les Descamps, Mathon, Delattre) de voir associées les banques locales (Scalbert, Joire, Dupont, Piérard-Mabille) comme rétrocessionnaires34. Plus généralement, les « banques du Nord » se montrent solidaires face aux établissements de crédit (hormis le CDN) et sont soutenues par les industriels qui sont leurs actionnaires35.

  • 36  Lettre de V. Duthoit à Th. Hollande, 15 avril 1920, AHSBC, CCF, 2004/01. Circulaire nº 876 du 14 m (...)

55Dans ces conditions, les établissements de crédit prennent l’initiative d’une entente (convention du 10 mai 1920), facilitée par l’agitation et les grèves de janvier-février 192036.

D. Financer la reconstitution industrielle

56L’après-guerre est marqué par l’abondance des liquidités et la liquidité des emplois bancaires. Les rapports d’inspection des succursales de la BDF soulignent l’abondance des capitaux, liée aux « bénéfices considérables » de la guerre et de l’après-guerre, à l’afflux des fonds de la « reconstitution » (du moins jusqu’en 1920) et au drainage intensif de l’épargne régionale. Cette pléthore permet aux banques de n’avoir que très peu recours au réescompte de la BDF et les conduit à suivre des politiques très prudentes de liquidité élevée. Encore faut-il faire quelques distinctions.

  • 37  RIBDF Roubaix, mars-avril 1924.

57Du côté des banques régionales, le portefeuille commercial représente plus de 50 % des emplois réels (actif – capital non appelé) et les bons de la Défense nationale y sont prépondérants (69 % à la BGN en 1921). Ces emplois, très liquides et tournés davantage vers le financement de l’État que vers celui des entreprises, marquent-ils la poursuite de la politique de désengagement des banques régionales, entamée au début du xxe siècle, et la convergence renforcée avec les établissements de crédit ? Les bilans généraux du CDN montrent certes une liquidité beaucoup plus élevée qu’en 1913 (part du portefeuille dans les emplois réels supérieure à 50 % contre 33 % en 1913, taux de liquidité de 75 % ou plus contre 66 % en 1913) et un recul relatif des engagements de plus longue durée (les avances garanties passent de 29 % en 1913 à 13 % en 1923, les découverts de 24 % à 16 %). Mais le rapport entre avances garanties et découverts s’inverse au profit de ces derniers (de même, la BGN serait « plus large que l’ancienne banque, notamment en matière de découverts37 ») (tableau 3).

Tableau 3. Liquidité des emplois au Crédit du Nord, 1919‑1924 (en millions de francs courants, part dans les emplois réels en pourcentage, taux de liquidité)

Portefeuille commercial

Avances garanties

Découverts

Portefeuille-titres

Liquidité

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Disponibilités court terme (millions de francs)

Exigibilités court terme (millions de francs)

Ratio

(%)

1913

94,38

33

82,18

29

67,53

24

4,2

1,5

121,56

183,57

66

1919

960,36

57

221,3

13

294,1

18

5,83

0,3

1 129,85

1 510,55

75

1920

653,49

41

296,3

19

360,4

23

7,36

0,5

887,48

1 317,74

67

1921

780,27

53

240,2

16

289

19

12

0,8

913,20

1 241,35

74

1922

898,03

53

217,2

13

316,2

19

12

0,7

1 103,64

1 466,16

75

1923

988,63

52

250,1

13

311,4

16

14,5

0,8

1 150,20

1 503,87

76

1924

731,82

44

259,1

16

336,9

20

18,3

1,1

904,16

1 234,79

73

Source : AHCL, DEEF 45645, rapports publiés du conseil d’administration à l’assemblée générale, 1914 à 1925.

  • 38  Dans le portefeuille de la BDF, la décrue est très forte au 1er semestre 1921, et il disparaît en (...)

58Il faut en outre nuancer le poids du portefeuille par son contenu : quelle est la part des traites de mobilisation de découverts classées en portefeuille ? Quelle est celle des effets moratoriés, papier immobilisé depuis 191438 ? Or, beaucoup d’industriels (notamment à Roubaix et à Tourcoing) tardent à s’acquitter de ce papier (pour une bonne part non commercial et avalisé par des veuves ou des capitalistes multimillionnaires) en attendant que l’État légifère sur l’épineux problème du paiement des intérêts des traites moratoriées des « régions envahies ».

59Du côté des banques locales, on observe la même liquidité, mais elle baisse chez Scalbert en 1923 (72 % en 1922, 62 % en 1923) et surtout à la BRN en 1922 (taux de liquidité de 51 % en 1923 ; le portefeuille commercial représente 51 % des emplois réels en 1919, mais 26 % en 1923).

60Les bilans du CL (agences de Lille et de Roubaix) révèlent une politique de liquidité encore plus marquée : le portefeuille dépasse 60 % des emplois à Lille et 70‑80 % à Roubaix (tableau 4).

  • 39  RIBDF Lille et Roubaix, 1920 et 1921.
  • 40  Elle s’explique en partie par la création de filiales spécialisées dans le crédit à moyen terme (c (...)

61Chose impensable avant-guerre, le robinet des découverts est fermé à Roubaix (36 % des emplois en 1913, 8 % en 1920‑1921). La spécificité de la place n’est plus respectée. Au contraire, la liquidité y est plus élevée qu’à Lille. Même les acceptations y sont en recul très net. Au total, les « affaires restreintes, dirigées avec une extrême prudence39 », des agences du CL contrastent avec l’avant-guerre. Au total, l’après-guerre voit réapparaître la différenciation entre les établissements de crédit, d’une part, et les banques locales et régionales, d’autre part40.

62En ce qui concerne le financement à long terme, si le portefeuille-titres des banques régionales et locales ne représente qu’une infime partie de leurs emplois (et en baisse par rapport à 1913), l’intervention des banques se fait hors bilan. À partir du moment où l’État ralentit le versement des avances sur indemnités pour dommages de guerre (après 1920), les émissions d’emprunts obligataires deviennent une nécessité. Or, elles interviennent dans un marché financier déjà encombré d’émissions publiques. La place et le rôle relatifs des banques régionales et locales varient selon l’ampleur des émissions. Pour les petites émissions de nombreuses sociétés textiles du Nord qui se transforment en SA, elles garantissent les émissions par la prise ferme d’un paquet de titres. Ainsi, en 1921, lors de l’augmentation de capital de la SA des Établissements Charles Tiberghien (Tourcoing), le CDN prend une participation d’un million de francs soit 2 000 actions (il en place en fait 2 200). En revanche, parmi les grandes émissions de 1921‑1922, il faut distinguer :

    • 41  Notes de conversation des 2 juillet et 8 décembre 1920, des 7, 10 et 24 mars 1922, AHCL, DAF 36.

    les émissions individuelles, comme celles des Mines de Lens. Lors de l’augmentation de capital de 1920 (200 millions de francs), le CL est réduit au placement, tandis que le service des titres a été confié à la BGN (qui a quatre administrateurs communs avec les Mines de Lens). Puis, lors de l’émission d’obligations en 1922, le CL est évincé, l’opération ayant été « réservée entièrement aux Banques du Nord », ce qu’il a du mal à digérer eu égard à son implication dans les négociations laborieuses pour l’emprunt des Houillères sinistrées41 ;

  • les émissions « corporatives » (des « groupements » : houillères sinistrées 1921 ; industries sucrières sinistrées 1921 ; industries textiles sinistrées 1922). Le volume de ces emprunts (gagés sur les annuités d’indemnités de dommages de guerre dues par l’État, avec la garantie solidaire des entreprises emprunteuses) est énorme : pour l’emprunt des Houillères sinistrées, il est d’abord question de 1,2 milliard de francs, puis de 800 millions. La prépondérance des établissements de crédit (et d’abord du CL, chef de file des syndicats de garantie et de placement), liée à leur force de placement, réduit les banques régionales et locales (que le CL voudrait mais ne peut pas exclure) au rang de rétrocessionnaires.

Tableau 4. Liquidité des emplois des agences de Lille et de Roubaix du Crédit Lyonnais (en millions de francs courants, part dans les emplois réels en pourcentage, taux de liquidité)

Portefeuille

Découverts

Comptes nantis et avances garanties

Liquidité

Lille

Roubaix

Lille

Roubaix

Lille

Roubaix

Lille

Roubaix

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Millions de francs

%

Disponibilités à court terme (millions de francs)

Exigibilités à court terme (millions de francs)

Ratio
(%)

Disponibilités à court terme (millions de francs)

Exigibilités à court terme (millions de francs)

Ratio
(%)

1913

7,71

45

3,97

31

2,55

15

4,56

36

4,35

25

3,02

24

8,74

15,44

57

5,11

6,10

84

1919

12,63

40

10,19

57

8,77

28

3,37

19

3,00

9

0,77

4

15,63

31,97

49

11,98

12,59

95

1920

26,22

63

22,95

77

3,8

9

2,46

8

3,00

7

0,72

2

30,40

37,36

81

25,81

40,73

63

1921

18

61

23,57

79

2,17

7

2,4

8

2,85

10

0,93

3

22,75

42,33

54

25,93

37,89

68

1922

25,7

64

35,88

83

2,77

7

2,9

7

3,40

8

0,78

2

30,90

43,62

71

39,16

43,15

91

1923

28,4

59

33,19

83

5,98

12

4,78

12

5,71

12

1,24

3

32,21

47,18

68

33,87

40,36

84

1924

32,1

55

30,14

65

7,86

13

8,56

18

7,33

13

2,08

4

39,76

51,15

78

35,59

40,24

88

Source : AHCL, 31 AH 4, 5 et 7 (grands bilans généraux définitifs au 31 décembre).

63En fin de compte, la place a montré une très grande résistance à l’épreuve de la guerre et de l’occupation. Elle a plus que survécu : elle a tiré parti de cette épreuve. Cela prouve, s’il en était besoin, la grande capacité d’adaptation de ses banques régionales et de ses chefs d’industrie, qui se sont repliés à Paris et en « France libre ». Loin d’avoir été une catastrophe, la guerre a profité à la place, qui en sort enrichie. Comme avant-guerre, les capitaux sont surabondants, malgré les besoins de la Reconstitution.

64Certes, elle perd en partie son indépendance (BGN, Scalbert). En fait, elle s’intègre encore davantage dans le système national et renforce en Europe du Nord-Ouest son rôle de capitale régionale du capital, entre Paris et Bruxelles : si VDC passe dans le groupe de la SGB, le CDN et Joire développent leur présence à Bruxelles. Et la perte d’indépendance est largement compensée par le surcroît de puissance du CDN, qui affirme sa suprématie régionale.

65Enfin, sur la place, les rapports de force changent. On assiste à un regain du régionalisme bancaire : la lutte entre banques régionales et établissements de crédit reprend de plus belle ; la résistance des premières est forte, tandis qu’un CL abandonne sa politique d’adaptation aux spécificités locales, qui faisait sa force.

Notes

1  Hormis les diverses monographies de banques, où la période fait l’objet d’un traitement rapide (notamment, pour le Crédit du Nord : Pierre Pouchain, « Ébauche d’une histoire du Crédit du Nord de la fondation à 1939 », mémoire de DES, Lille, 1969 ; Hubert Bonin, Philippe Decroix, Pierre Pouchain et Sabine Effosse, Histoire de banques. Crédit du Nord, 1848‑1998, Paris, Hervas, 1998, 206 p.), et les actes de deux journées d’étude sur le thème « Occupations militaires et entreprises en Europe occidentale » (Entreprises et histoire, 2011/11, nº 62 ; Entreprises et histoire, 2012/3, nº 68, dont un article de Pierre Tilly sur la « politique de moindre mal » de la Société générale de Belgique), seul un travail universitaire traite des stratégies d’une banque du Nord durant l’occupation (C. Tordoit, « La Banque Dupont pendant la première guerre mondiale », dossier de licence, Lille 3, 2003, 45 p.).

Pour la période 1914‑1918, les sources sont disparates et peu abondantes. Les Archives historiques du Crédit commercial de France (CCF, aujourd’hui intégré au groupe HSBC) permettent de connaître un peu les crédits accordés à Paris, plus que la vie des agences locales (quelques pages d’une copie de lettres du directeur de l’agence de Tourcoing). Le fonds du Crédit du Nord (Archives historiques de la Société générale [AHSG]) est riche, quoique par moment silencieux en raison de la surveillance de l’occupant (procès-verbaux des conseils d’administration rédigés au siège social à Lille et « Bulletin de guerre » rédigé à Paris). Les Archives historiques de la Banque de France (BDF) contiennent quelques rapports sur la place occupée. Pour l’après-guerre, les sources sont plus abondantes : rapports d’inspection des succursales de la BDF (RIBDF) ; bilans du Crédit Lyonnais par agence et « notes de conversation » (Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA [AHCL], groupe Crédit agricole) ; rapports publiés du conseil d’administration à l’assemblée générale du Crédit du Nord ; brochures imprimées de centenaires et archives imprimées des chambres de commerce de Lille et de Roubaix (Archives départementales du Nord).

2  Je tiens à remercier la Banque de France et l’IGPDE, qui ont financé un an de recherches, dont le présent article n’est qu’un reflet partiel.

3  Exemples : les familles Agache, Bigo, Catel-Béghin et Crespel sont de gros actionnaires à la fois de VDC et du CDN ; Albert Motte est administrateur de la BRN tandis que son frère Eugène est administrateur du CDN ; la famille Scrive-Bigo est un gros actionnaire de VDC et la famille Scrive-Wallaert du CDN. Les Scalbert sont actionnaires de VDC et sont apparentés aux Verley par des mariages contractés dans les familles Delloye et Decoster.

4  On n’évoquera pas ici la Banque de France, qui a fait l’objet d’une communication au colloque de novembre 2014 sur le thème « Les banques centrales et la Grande Guerre », dont les actes seront publiés.

5  Par des pressions répétées sur les gros débiteurs pour les amener à des remboursements partiels ou à des garanties supplémentaires (titres en nantissement) et par la création d’un papier de mobilisation des découverts, qui augmente artificiellement (et sous condition du réescompte de la Banque de France) les disponibilités de la banque. Au 5 août 1914, le portefeuille du CDN est largement immobilisé : sur 28,9 millions de francs, on compte 11,4 millions de francs de papier « commercial » (39,5 %), 7,64 millions de francs de « mobilisations » (26,4 %) et 9,859 millions de francs « immobilisés »  (34,1 %) (documents préparatoires au conseil d’administration du 30 janvier 1915, AHSG, CDN 325).

6  En raison des risques que la guerre et une probable invasion font peser sur les marchandises déposées dans les magasins généraux.

7  Procès-verbal du conseil d’administration du CDN, 30 janvier 1915, AHSG, CDN 325.

8  Rapport Noilhac, BDF 1067 2000 01/3. Conseil d’administration du 30 janvier 1915, AHSG, CDN 325. AHCL, 31 AH 771.

9  Elle réunit les maires des six « grandes villes » (Lille, Roubaix, Tourcoing, Douai, Valenciennes, Cambrai) et les représentants de dix maisons de banque.

10  Consultation de Selosse et de Jacquey, professeurs de droit international à Lille (conseil d’administration du 12 juillet 1916, AHSG, CDN 325 PV).

11  La lettre est signée de 11 banques : Banque nationale de crédit (succursale de Roubaix), BSF (succursale de Lille), CL (agences de Lille et Roubaix), SG (agences de Lille et Roubaix), BRN, CNEP (agences de Lille et Roubaix), CDN, VDC, J. Joire, A. Scalbert et BDF (succursales de Lille et Roubaix) (conseil d’administration du 12 juillet 1915, AHSG, CN 325).

12  § 6 de l’ordonnance du 27 octobre 1916, publiée le 5 novembre dans la Gazette des Ardennes (Arch. dép. du Nord, CC Lille, 1916, BA 8058, p. 92‑96).

13  Rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale du 28 avril 1919, AHCL, p. 18. Eugène Motte et Louis Tiberghien sont déportés comme otages en Allemagne en juillet 1915. En janvier 1918, le second est à nouveau otage, déporté en Lituanie.

14  En fait, dès le 19 août 1914, le CDN avance 60 000 francs à la ville d’Armentières. Le 16 novembre 1914, les avances destinées au ravitaillement de la population consenties aux villes de Lille, Lambersart, Seclin, Fourmies, Bondues et Pérenchies s’élèvent de 10 000 francs à 100 000 francs (au total 285 000 francs) ; celles consenties à Roubaix et à Tourcoing sont respectivement de 0,4 million de francs et de 1 million de francs. Le 22 décembre 1914, une avance de 200 000 francs à la ville de Lens est garantie par la caution solidaire des Mines de Lens.

15  Huit banques interviennent pour Tourcoing (chacune pour un huitième), mais sept pour Roubaix (conseil d’administration du 19 avril 1916, AHSG, CDN 325).

16  Wasquehal, Croix, Anstaing, La Madeleine.

17  Conseil d’administration du 8 décembre 1915, AHSG, CDN 325.

18  Conseil d’administration du 19 avril 1916, AHSG, CDN 325.

19  Conseil d’administration du 13 décembre 1916, AHSG, CDN 325.

20  L’expression (qui s’oppose à « régions envahies » ou « occupées ») est couramment employée par les contemporains.

21  À l’été 1917, la succursale d’Armentières est repliée sur Hazebrouck, puis sur Saint-Omer. Elle est transférée à Paris en mars 1918, puis à Flers-de-l’Orne à l’été 1918.

22  Discours de G. Dubar à l’« Assemblée générale officieuse » du 8 février 1919 (AHCL, DEEF 45645).

23  En francs courants, entre 1913 et 1919, les entrées en portefeuille passent de 2,89 à 13,68 milliards de francs ; l’augmentation des comptes courants débiteurs est de 336 % ; celle des comptes courants créditeurs est de 822 %.

24  Le rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale de la Société générale de 1915 évoque brièvement le repli sur Paris des 30 agences « menacées d’invasion », sans doute après le 20 août 1914 (dont 18 sont ensuite situées en « zone envahie »).

25  En outre, le siège parisien du CCF refuse de payer les tirages des succursales du Nord présentés par la Banque d’Amsterdam, finançant (officiellement ?) le ravitaillement par les Pays-Bas, mais soupçonnées d’être une ruse des Allemands pour se procurer des fonds en France – défiance cautionnée par le ministère des Affaires étrangères (procès-verbaux du comité de direction, 1er avril, 7 avril et 29 juin 1915, Archives historiques du groupe HSBC France [AHSBC], CCF).

26  Procès-verbal du conseil d’administration du 30 mars 1917, AHSBC, CCF.

27  RIBDF, Lille et Roubaix, 1920 et 1921. Sont évoquées, parmi d’autres, les firmes Auguste Lepoutre & Cie, Charles Tiberghien & fils, Watine-Dazin, Lorthiois-Leurent & fils, Achille Bayart & fils, Pierre Flipo, A. Destombes, Dassonville-d’Halluin, E. Lahousse, Léon Dubly.

28  Circulaires nº 1418 du 3 juin 1922, nº 1719 du 16 octobre 1923, AHSG, CDN 313. Rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale du 22 avril 1925.

29  G. Dubar – puis G. Delebart, qui, à sa mort, le remplace à la tête du conseil d’administration (1921) – est un des 16 administrateurs de banque présents au conseil d’administration du Crédit national.

30  Hubert Bonin, La Banque de l’union parisienne (1874/1904‑1974). Histoire de la deuxième grande banque d’affaires française, Paris, PLAGE, 2001, p. 103‑120.

31  Déclaration de souscription, 23 août 1919, Arch. dép. du Nord, 153 J 140.

32  Nicolas Stoskopf, 150 ans du CIC, 1859‑2009. I. Une audace bien tempérée, Paris, La Branche, 2009, p. 125‑128.

33  Note de V. Duthoit, directeur de l’agence de Tourcoing, 4 février 1921, AHSBC, CCF, 2004/01.

34  Notes de conversation des 8 août, 19 et 22 septembre 1922, AHCL, DAF 40.

35  Notes de conversation des 31 janvier 1921 (pourparlers pour l’émission du Groupement des houillères sinistrées) et 25 juin 1921 (Groupement des industries sucrières sinistrées), AHCL, DAF 38.

36  Lettre de V. Duthoit à Th. Hollande, 15 avril 1920, AHSBC, CCF, 2004/01. Circulaire nº 876 du 14 mai 1920, AHSG, CDN 313.

37  RIBDF Roubaix, mars-avril 1924.

38  Dans le portefeuille de la BDF, la décrue est très forte au 1er semestre 1921, et il disparaît en 1923.

39  RIBDF Lille et Roubaix, 1920 et 1921.

40  Elle s’explique en partie par la création de filiales spécialisées dans le crédit à moyen terme (comme l’Ucina en 1919).

41  Notes de conversation des 2 juillet et 8 décembre 1920, des 7, 10 et 24 mars 1922, AHCL, DAF 36.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Mouvements de caisse du Crédit du Nord : versements et paiements par quinzaine, octobre 1914-décembre 1916, en francs courants (« total général, pour Lille et les succursales encore en contact »)
Crédits Source : AHSG, CDN 325.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 2. Paiements mensuels de coupons dans les succursales de Lille, de Roubaix et de Tourcoing du Crédit du Nord, octobre 1913 et octobre 1914-décembre 1916, en francs courants
Crédits Source : AHSG, CDN 325.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Jean-Luc Mastin est maître de conférences à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et chercheur à l’IDHES (UMR 8533). Après avoir consacré sa thèse à l’analyse d’un système financier régional contrôlé par les « grandes familles » (« Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850‑1914 », université de Lille 3, 2007) et des travaux au financement des charbonnages du Nord - Pas-de-Calais, il mène depuis 2013 des recherches sur les effets de la guerre et de l’occupation de 1914‑1918 sur la place lilloise. Il a récemment publié « La Banque de France en territoire occupé : région lilloise, 1914‑1923 », actes du colloque à la Banque de France Les banques centrales et la première guerre mondiale, 13‑14 novembre 2014, à paraître ; « La mutualité du crédit des grandes familles du Nord au cœur du système financier régional (région lilloise, xixe siècle) », Entreprises et histoire, décembre 2014, nº 77, p. 74‑84 ; « La force d’une illusion. La Monnaie de Lille et l’autonomie de la place lilloise au premier xixe siècle », La monnaie en Flandre et dans le Nord (xviie-xixsiècle), Revue du Nord, tome 96, nº 406, juillet-septembre 2014, p. 631‑669 ; « Roubaix-Tourcoing (1850‑1914) : dépasser le district industriel », dans La gloire de l’industrie, xviie-xixe siècle. Faire de l’histoire avec Gérard Gayot, Corinne Maitte, Philippe Minard et Matthieu de Oliveira (dir.), actes du colloque à Lille des 14‑16 janvier 2010, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 219‑246.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search