Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Reconfigurations bancaires régionales

Le CIC et ses relais provinciaux : des évolutions contrastées au cours de la Grande Guerre

Nicolas Stoskopf

Texte intégral

1De la Grande Guerre, le Crédit industriel et commercial (CIC) ne conserve que la mémoire de ses « morts pour la France », dont les noms sont pieusement gravés dans le marbre du monument aux morts placé dans la cour de l’hôtel Chantereine, inauguré le 25 février 1921 : 126 victimes… Mais il n’a pas gardé d’archives, hormis les rapports annuels d’assemblée générale et quelques tableaux statistiques. C’est dire que les sources provenant de l’entreprise sont maigres. Néanmoins, la guerre bouleverse suffisamment la donne pour légitimer une étude fondée sur une vision panoramique sans pouvoir distinguer et connaître les détails. Elle la bouleverse dans les deux dimensions de l’histoire de cette banque et de son activité, qui restent encore distinctes à cette époque, celle d’une banque de dépôt strictement parisienne par son réseau, mais qui entretient des relations privilégiées avec des banques de province.

  • 1  Nicolas Stoskopf, 150 ans du CIC, 1859‑2009, Paris, La Branche, 2009, 2 tomes. Textes publiés (201 (...)

2La guerre intervient en effet à un moment où le CIC, première banque de dépôt fondée en France en 1859, s’est remis en mouvement après une phase de repli marqué au cours de la décennie 1885‑1895 : depuis le milieu des années 1890, le CIC se redresse nettement en tant que banque parisienne, mais surtout, en 1913‑1914, il opère un tournant stratégique par des prises de participation dans deux banques régionales, à Bordeaux et à Nancy1. La question est de savoir quel est l’impact de la guerre sur ce mouvement.

3Pour y répondre, une mise en perspective s’impose en trois temps : avant, pendant, après ; et pour chacun d’eux, en deux thèmes : les affaires intérieures de la banque parisienne et ses relations extérieures avec la province ou l’étranger.

I. La Belle Époque et les nouvelles ambitions du CIC

  • 2  Sur Albert de Monplanet (comme sur les autres inspecteurs des Finances du CIC), cf. Fabien Cardoni (...)

4C’est sous l’impulsion d’Albert de Monplanet (1839‑1827), jeune retraité de l’Inspection des finances2, président du CIC en août 1894, que le CIC se découvre de nouvelles ambitions. Elles bénéficient évidemment de l’amélioration de la conjoncture avec l’entrée dans la Belle Époque.

A. Le redressement de la banque parisienne

5Ces ambitions se concrétisent d’abord par la création d’un véritable réseau à Paris. De seulement 10 agences en 1894, le réseau passe à 52 en 1914 (dont 45 intra-muros et 7 en banlieue proche), auxquelles s’ajoute une agence créée à Londres en août 1895.

  • 3  Le CIC est encore devancé par Paribas et par la Banque française et italienne pour l’Amérique du S (...)
  • 4  André Théry, Les grands établissements de crédit français avant, pendant et après la guerre, Paris (...)

6Du même coup, l’activité bancaire, mesurée par l’ensemble des dépôts ou par le niveau du portefeuille commercial, double en une quinzaine d’années, les réserves triplent, le bénéfice net augmente de 150 %. Le CIC n’en reste pas moins une petite banque de dépôt, au sixième rang en 1912, très loin derrière le Crédit Lyonnais, dont les dépôts sont dix fois supérieurs, la Société générale et le Comptoir national d’escompte de Paris3. En revanche, il bénéficie d’une « excellente réputation financière » et d’une « clientèle très stable4 ». Il est vrai que les statuts du CIC lui imposent de pratiquer la « doctrine Henri-Germain » depuis son origine : il faut attendre mars 1914 pour qu’une modification de ces statuts autorise les avances à découvert, dans la limite de la moitié du montant des réserves, non compris la réserve légale.

7Mais le CIC exploite un autre fonds de commerce, celui de correspondant à Paris de banques de province pour leurs recouvrements et leurs opérations de bourse. On sait que le CIC a opté dès l’origine pour une structure décentralisée, en renonçant à la création d’agences en province, mais en y créant plutôt des banques filles à son image. Il en garde une image de protecteur des banques de province face à la concurrence invasive du Crédit Lyonnais et de la Société générale. Pour concrétiser ces liens fondés sur la confiance, le CIC prend l’initiative de créer en janvier 1885 le Syndicat des banquiers des départements qui réunit pour commencer une cinquantaine de maisons de province autour de lui.

8Ces relations provinciales expliquent l’hypertrophie des effectifs au siège social et sans doute une activité d’intermédiaire financier sans rapport avec le poids du bilan : au 31 juillet 1914, le CIC emploie 1 245 salariés, dont 33 cadres et 732 employés au siège de la rue de la Victoire (347 hommes et 385 femmes), 280 employés dans les agences et 200 sous-agents. C’est cinq fois plus qu’en 1885.

B. Menaces en province

  • 5  Rapport annuel, 15 mars 1904, p. 5, archives du CIC, Paris.

9Cette fonction de banque parisienne des clochers de province est menacée dans les années qui précèdent la guerre. D’une part, les liens informels avec les banques filles créées naguère par le CIC se sont complètement distendus et il faut une sorte de miracle, célébré en tant que tel par Albert de Monplanet exaltant le resserrement de « vieux liens familiaux5 », pour voir quatre d’entre elles, les sociétés marseillaise, lyonnaise, nancéienne et bordelaise, participer en 1903 à la fondation de la Société belge de crédit industriel et commercial et de dépôts.

  • 6  Extrait des statuts, Exposition universelle et internationale de Gand en 1913, Banques françaises, (...)
  • 7  On emploie le conditionnel car les sources ne sont pas claires, même si elles indiquent un rapport (...)

10D’autre part, le Syndicat des banquiers des départements ne satisfait ni le CIC, parce qu’il n’a pas le monopole des opérations de bourse de ses correspondants, ni les provinciaux, qui se sentent bridés dans leurs mouvements. C’est pourquoi est créé en 1899 un organisme concurrent, le Syndicat des banques de province, dont l’objectif est de mettre à la disposition de ses membres « à Paris un organe central susceptible de leur rendre gratuitement tous les services d’ordre technique pour lesquels ils étaient autrefois dans l’obligation de s’adresser à des établissements ou maisons de banques ayant leur siège dans la capitale6 ». Le CIC est directement visé par cette formulation. Qui plus est, cet organisme se dote en 1904 d’une banque, la Société centrale des banques de province, au capital d’abord modeste d’un million de francs, puis de 50 millions en 1911 et de 100 millions en 1912, comme celui du CIC. Il y aurait de ce côté, en 1913, 500 banques syndiquées contre 150 dans le camp du CIC : le rapport serait de trois à un en défaveur de ce dernier7.

C. La contre-offensive régionale de 1913‑1914

11C’est dans ce contexte que le CIC entreprend une contre-offensive dans les mois qui précèdent la guerre lui permettant de reprendre pied en province, à Bordeaux et à Nancy, dans deux banques qu’il avait fondées en 1880.

  • 8  Cf. Hubert Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres. I. L’apogée de l’économie libéra (...)

12Sollicité par la Société bordelaise de crédit industriel et commercial, le CIC souscrit en octobre 1913 la quasi-totalité d’une augmentation de capital de 5 à 12,5 millions de francs et acquiert ainsi 60 % du capital (soit 7,5 millions de francs). Fort logiquement, Albert de Monplanet prend la présidence de ce qui est devenu une filiale8.

  • 9  Sur la Société nancéienne, voir Tristan Gaston-Breton, Société nancéienne Varin-Bernier, la banque (...)

13Quelques mois plus tard, en mai 1914, le CIC garantit le doublement du capital de la Société nancéienne de crédit industriel et de dépôts, souscrit 22 % de l’émission pour détenir à son issue 11 % du capital de la société et devenir ainsi le premier actionnaire avec 5,5 millions de francs9. C’est un coup de théâtre, un véritable retournement d’alliance, car Jean Buffet, président de la Nancéienne, était également avant-guerre vice-président de la Société centrale des banques de province. Le resserrement de ces liens avec la Nancéienne se concrétise par un échange d’administrateurs : Jean Buffet, ancien président du Conseil et inspecteur des Finances, président de la Nancéienne, entre au conseil du CIC, où il inaugure ce type de représentation des banques de province, alors que Joseph Deschamp, inspecteur des Finances également, fait le chemin inverse.

  • 10  Son bilan de 1913 (279 millions de francs) est inférieur de 28 % à celui du CIC (388 millions de f (...)
  • 11  Cf. Jean-Pierre Chaline et Hubert Bonin, Le Crédit industriel de Normandie, Rouen, ministère de la (...)
  • 12  Archives nationales du monde du travail (ANMT), 65 AQ A 962, rapport annuel, 16 avril 1916, p. 4. (...)

14Ces deux opérations ne se valent pas : la Bordelaise est une petite banque locale, sans réseau, limitée à son seul siège et concurrencée sur place par d’autres banques familiales locales. La Nancéienne est à l’inverse une banque régionale puissante, au capital entièrement libéré de 50 millions de francs, soit le double du capital libéré du CIC10, exploitant un important réseau d’agences des Ardennes aux Vosges (13 agences, 22 bureaux) et s’affirmant comme la banque de la métallurgie lorraine au point qu’elle a patronné la fondation le 5 juillet 1913 de la Société normande de banque et de dépôt11. Pourquoi cet intérêt normand ? Il est lié à la fondation en 1912 des hauts-fourneaux et aciéries de Caen par Thyssen et la Société française de constructions mécaniques. Jean Buffet justifie a posteriori cette opération par la nécessité de suivre « notre clientèle » métallurgique12.

15Par ces prises de participation, le CIC trouve enfin la formule lui permettant de résoudre la contradiction léguée par ses fondateurs : avoir un destin national tout en restant une banque parisienne et en privilégiant la proximité avec la clientèle ; ou, si l’on préfère, tirer parti d’une position centrale pour exercer un leadership national sans remettre en cause le principe de décentralisation. Pour la première fois, le bilan du CIC comporte en 1914 une ligne « actions de sociétés filiales », d’un montant de 17,7 millions de francs. C’est dans ce contexte que la guerre est déclarée.

II. Le choc de la guerre

16La guerre est un violent coup d’arrêt à l’expansion des activités bancaires : le CIC, comme d’autres banques, subit le choc et en reste marqué, comme on le verra, mais ce choc est moins rude que celui subi par les banques de première ligne situées dans tout le quart nord-est de la France. Du coup, son rôle de protecteur en sort renforcé et la stratégie de 1913‑1914 en est validée.

A. Une banque tournant au ralenti

17En réalité, comme pour l’ensemble de l’économie, il faut distinguer deux périodes : la première, le véritable choc, jusqu’à la fin de 1914 ; la seconde de 1915 à 1918.

1. Jusqu’à la fin de 1914

  • 13  Rapport annuel, 26 avril 1915, p. 5, archives du CIC, Paris.

18Dès le 27 juillet et jusqu’au 1er août, les caisses du CIC sont prises d’assaut par un run des déposants et doivent rembourser 150 millions (pour un total de dépôts à vue et de comptes courants en 1913 de 184 millions) ; les versements, d’un montant de 82 millions, laissent tout de même un solde négatif de 68 millions. Le recul est en quelques jours de 37 %. Albert de Monplanet explique à l’assemblée générale d’avril 1915 qu’il ne faut pas y voir un mouvement de panique ni de défiance à l’égard de la banque, mais simplement un besoin d’approvisionnement de la part du public13.

19Cette hémorragie est stoppée par le décret du 1er août instaurant un « moratorium des dépôts » avec des règles strictes limitant les retraits. Mais les mesures de prorogation des échéances ou de protection des débiteurs, prises en juillet et août 1914, rendent indisponible pour les banques l’essentiel des emplois formant la contrepartie des dépôts.

20Par ailleurs, le CIC participe au consortium bancaire qui accorde à la Société générale, victime d’une campagne de presse dans les mois qui ont précédé la guerre, un crédit d’acceptation de 50 millions pour faire face à ses difficultés spécifiques.

21Devant l’avance allemande, le siège social est transféré à Bordeaux, où se trouve également le Gouvernement. Alors qu’Albert de Monplanet reste à Paris, le directeur, Charles Georges-Picot, y emporte la signature et la comptabilité sociales, ainsi que les pièces destinées à reconstituer les titres en cas de destruction. Il y reste jusqu’au 24 novembre 1914.

  • 14  D’après les tableaux publiés par A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit. (...)

22Néanmoins, la tension retombe rapidement. En accord avec les autres établissements de la place, le CIC peut relever les seuils légaux de retrait des dépôts, de 5 à 15 % le 20 août, à 40 % le 30 septembre et à 100 % le 29 décembre 1914, ce qui met un terme de fait au moratorium. Au 31 décembre, l’ensemble des dépôts, y compris les comptes à préavis, est ramené à 170 millions, en baisse de 27 % sur l’exercice précédent (contre – 32 % pour la moyenne des cinq grandes banques de dépôts14).

  • 15  D’après le récit détaillé d’Albert de Monplanet, rapport annuel, 2 avril 1915, p. 4, archives du C (...)

La chronologie de la suspension des affaires en juillet-août 191415

30 juillet : une circulaire des agents de change ajourne sine die la liquidation de fin de mois.
31 juillet : décret prolongeant les délais de protêt.
1er août : décrets instaurant un moratorium des dépôts, prorogeant l’échéance des valeurs négociables et stipulant des délais de paiement pour toutes créances et avances.
9 août : décret d’application du moratorium des dépôts, limitant les retraits à 5 % des dépôts.
10 août : suspension des délais en matières civile, commerciale et administrative.
3 septembre : fermeture de la bourse.

  • 16  Du même ordre de grandeur que pour la moyenne (62 %) des grandes banques. Ibid. et A. Théry, Les g (...)
  • 17Ibid., p. 162.

23La banque tourne au ralenti pendant cette première période : alors qu’entraient avant-guerre chaque mois environ 4 000 effets de commerce d’une valeur de 7 à 8 millions, 125 effets pour une somme de 200 000 francs seulement sont présentés à l’escompte en septembre 1914. Le montant du portefeuille commercial, qui représentait l’essentiel des emplois bancaires, tombe de 137 à 49 millions de juin à décembre, soit un recul de 65 %16. Faute de personnel, 29 agences sur 52 sont fermées (56 %) et le resteront pendant toute la guerre, sauf lors des souscriptions d’emprunts où la banque recrute des auxiliaires. La société ne gagne pas d’argent au second semestre 1914. Comme le constate André Théry, « les banques concentrées vécurent pendant ces quelques mois sans grand éclat, mais elles vécurent. C’était déjà beaucoup au milieu d’une crise sans précédent dont le Gouvernement lui-même n’avait pas prévu l’intensité17 ».

24397 salariés du CIC sont mobilisés au 31 janvier 1915, soit 32 % de l’effectif (et 46 % des hommes). On déplore 20 morts au cours de la seule année 1914. La société prend immédiatement des mesures, qui seront maintenues pendant toute la guerre, pour verser aux agents mobilisés la totalité de leur traitement s’ils ont des enfants, la moitié s’ils n’en ont pas.

2. De 1915 à 1918

  • 18  Jean Bouvier, Un siècle de banque française, Paris, Hachette, 1973, p. 25.

25L’examen des bilans, quelles que soient leur ambiguïté et la « massivité des rubriques » rendant « toute radiographie impossible18 », est cependant la seule méthode pour déceler des évolutions significatives et dépasser les informations factuelles et sommaires des rapports annuels.

Graphique 1. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Graphique 1. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

Graphique 2. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)

Graphique 2. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

26Le bilan de 1914 présente une situation très particulière, marquée par une forte réduction du portefeuille, dont une bonne partie a été escomptée à la Banque de France, alors que les autres catégories d’emploi (avances, reports et titres) sont immobilisées par les mesures de protection des débiteurs. À plus long terme, la guerre modifie et – surtout – réduit l’activité.

  • 19  Rapport annuel, 21 mars 1916, p. 4, archives du CIC, Paris.
  • 20  A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 198.

27Du côté des emplois, la plupart des transactions se font désormais au comptant et l’escompte continue à être rare. L’essentiel du travail consiste à obtenir le recouvrement des effets moratoriés conservés en portefeuille ou « portés à la Banque de France revêtus de notre [leur] signature19 », dont il reste 60 % à la fin de 1915, 22 % en 1916. Le regonflement du portefeuille commercial à partir de 1915 s’explique par les bons de la Défense nationale conservés en portefeuille, dont le placement devient l’activité principale de la banque. Mais cette reprise (+ 45 % de 1915 à 1918) est très nettement inférieure à la moyenne des grandes banques (+ 145 %)20.

  • 21  Rapport annuel, 20 mars 1917, p. 5, archives du CIC, Paris.
  • 22  A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 197‑198.

28Les avances garanties et comptes courants débiteurs se réduisent régulièrement à partir de 1915 et leur part dans l’actif décroît encore plus vite. Les crédits de quelque importance se réfèrent à des affaires exceptionnelles concernant des commandes de l’État21. D’autre part, la structure de ce poste se modifie : alors que les avances garanties en représentaient les deux tiers en 1913, les comptes courants débiteurs l’emportent légèrement pendant toute la guerre. C’est une tendance que l’on observe également dans les autres banques de dépôt, mais plus par augmentation des comptes courants (+ 61 %) que par diminution des avances (– 2,5 %)22.

29Les ordres de bourse s’effondrent, de 213 000 en année normale à 27 000 en 1915. Les reports finissent par disparaître à la suite de la fermeture du marché à terme ; la liquidation de juillet 1914 n’intervient qu’en septembre 1915. En revanche, la banque participe activement au drainage de l’épargne pour les besoins de la Défense nationale. Du côté des emplois, une nouvelle rubrique, « opérations de change à terme garanties », représentant en gros la moitié des avances, apparaît à partir de 1916. Malgré cette activité très réduite, la banque reste bénéficiaire tout au long de la guerre et verse donc annuellement un dividende à ses actionnaires.

Graphique 3. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Graphique 3. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

Graphique 4. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)

Graphique 4. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

Graphique 5. Souscriptions aux guichets du CIC de titres de la Défense nationale (en millions de francs courants)

Graphique 5. Souscriptions aux guichets du CIC de titres de la Défense nationale (en millions de francs courants)

Source : Rapports annuels, 1914‑1918, archives du CIC.

30Du côté des ressources, la stabilité domine, hormis en 1914, et rien n’évoque par la suite une situation de crise. Il n’y a d’ailleurs qu’une seule nouvelle alerte sérieuse, au printemps 1918 : en juin, les risques de bombardement sur Paris conduisent le Gouvernement à demander le transfert de la conservation des titres et à mettre le Palais des papes en Avignon à sa disposition jusqu’à son rapatriement en janvier-février 1919.

  • 23Ibid.

31À y regarder de plus près cependant, les dépôts ne se reconstituent que partiellement, même en francs courants : les catégories les plus affectées sont les dépôts à vue et à préavis des particuliers, alors que les comptes courants, détenus en principe par des entreprises, se maintiennent mieux. Là aussi, c’est une véritable spécificité négative du CIC, puisqu’en moyenne les dépôts des grandes banques doublent (+ 98 %) de 1915 à 1918 et sont même multipliés par quatre pour la Banque nationale de crédit23. Elle est due en bonne partie à la fermeture de plus de la moitié des agences et à l’étroitesse géographique des possibilités de collecte. À son tour, elle explique le marasme des opérations productives.

Graphique 6. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)

Graphique 6. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

Graphique 7. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)

Graphique 7. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

  • 24  Rapport annuel, 12 mars 1918, p. 5, archives du CIC, Paris. De même, André Théry, qui publie sa th (...)

32Ce constat s’aggrave encore si on raisonne en francs constants, ce qui n’est pas du tout le cas à l’époque : non seulement les outils statistiques font défaut, mais l’habitude demeure de raisonner au jour le jour en francs courants et de considérer une augmentation comme une augmentation ! C’est en mars 1918 seulement que Monplanet évoque pour la première fois en assemblée générale l’augmentation du coût de la vie24. En francs constants, la baisse d’activité du CIC pendant la guerre apparaît encore plus nettement : l’ensemble des dépôts recule de 45 % de 1913 à 1918, les dépôts à vue de 54 %. Contrairement aux quatre autres banques de dépôt, l’activité du CIC se rétracte fortement pendant la guerre. Dans quelle mesure est-ce la conséquence du fait d’être exclusivement une banque parisienne ? L’élan de la Belle Époque est en tout cas incontestablement brisé.

33Enfin, le CIC paye un tribut humain très lourd : en 1916, il compte 468 mobilisés. Les pertes subies de 1914 à 1918 dépassent 10 % de l’effectif total, mais 14,6 % des hommes employés en 1914.

B. Besoins de protection

34Cette situation n’entrave en rien la politique de rapprochement avec certaines banques régionales, dont les retombées seront surtout sensibles après la guerre.

  • 25  Rapport annuel, 6 avril 1916, ANMT, 65 AQ A 962 ; T. Gaston-Breton, Société nancéienne Varin-Berni (...)

35La Société nancéienne est par sa position géographique très affectée par la guerre : les succursales de Charleville, Longwy et Longuyon tombent aux mains de l’ennemi, Pont-à-Mousson est en permanence sous le feu des canons et le siège lui-même doit être évacué de janvier à mai 1916 à la suite de l’incendie des Magasins réunis situés tout à côté25.

36En partie à cause de la perte de ces agences, le total de bilan recule de 28 % de 1913 à 1915 (contre – 4,5 % pour le CIC), avec une nette diminution des ressources, dont la structure est très différente de celle du CIC : les dépôts des particuliers reculent de 43 % alors que les comptes courants des entreprises et les comptes à terme résistent mieux. Ainsi, la banque réussit à maintenir l’essentiel de son soutien à l’économie régionale, qui est sa marque de fabrique, via les comptes courants débiteurs, les avances garanties et les comptes débiteurs par acceptation.

Graphique 8. Emplois de la Société nancéienne, 1913 et 1915

Graphique 8. Emplois de la Société nancéienne, 1913 et 1915

Source : Rapports annuels conservés, ANMT, 65 AQ A 962.

Graphique 9. Ressources de la Société nancéienne, 1913 et 1915 (en millions de francs courants)

Graphique 9. Ressources de la Société nancéienne, 1913 et 1915 (en millions de francs courants)

Source : Rapports annuels conservés, ANMT, 65 AQ A 962.

37En avril 1917, la direction décide de déménager à Paris, avec également l’idée de suivre la clientèle. La Nancéienne est hébergée pendant un an par le CIC rue de Châteaudun, avant de s’installer en mai 1918 au 5, rue d’Athènes. Lorsque Jean Buffet meurt en octobre 1917, c’est Joseph Deschamp, inspecteur des Finances, administrateur délégué et directeur adjoint du CIC, qui assure l’intérim.

38Autre banque victime de la guerre, la Banque Scalbert de Lille, mise sous séquestre par les Allemands, ouvre en janvier 1917 un bureau au siège du CIC pour les réfugiés du Nord.

  • 26  Louis Dupont était avant-guerre président de l’Union syndicale des banquiers des départements.

39Enfin, la Banque Dupont de Valenciennes, qui entretient de longue date des liens étroits avec le CIC26, s’installe à Paris dès 1915 avec l’aide de ce dernier, puis à Bordeaux en 1918 : ces deux établissements de Paris et Bordeaux fusionnent le 15 novembre 1918 dans une société anonyme, Banque Dupont (Paris), avec un important apport du CIC de 37,5 % dans le capital de 7,5 millions de francs, conformément à un accord remontant à octobre.

40À noter qu’à Bruxelles, la Société belge est mise sous séquestre, mais ni les coffres, ni les titres ne sont vidés ; en revanche, les avoirs des clients français sont transférés à la Reichsbank à Berlin.

41Recul à Paris, poursuite des avancées en province : c’est le bilan contrasté de la guerre qui se confirme au lendemain de la guerre.

III. Profits de guerre ?

42Si le CIC tire avantage de la guerre, ce n’est pas, on l’aura compris, par son activité bancaire, même si les actionnaires reçoivent régulièrement leur dividende, mais par des conséquences positives sur l’extension de son rayonnement en province.

A. Un après-guerre difficile…

  • 27  Rapport annuel, 18 mars 1919, p. 5, archives du CIC, Paris.
  • 28  Rapport à l’assemblée générale extraordinaire, 18 mars 1919, p. 1, archives du CIC, Paris.

43En 1919, la paix semble ouvrir de « larges perspectives devant elle ! », pour reprendre l’expression de Monplanet à l’assemblée générale de mars 191927. Afin d’en profiter, il propose immédiatement une modification des statuts pour « relâcher les entraves qui paralysent parfois les opérations les plus sages » et « élargir la brèche » ouverte en 1914. La limitation des avances à découvert en compte courant est repoussée à la totalité du montant des réserves et des provisions ; deux autres restrictions sont également supprimées : la nécessité des deux signatures sur les effets de commerce et la limitation à six mois (sauf prorogation) des avances et crédits. Ainsi, le CIC peut désormais « faire généralement toutes opérations d’une maison de banque, soit en France, soit à l’étranger28 », sans les restrictions qu’il s’était données à lui-même.

44Cette ouverture se concrétise-t-elle dans l’activité de la banque ? Il faut revenir à l’analyse des bilans. La paix se traduit par une reprise vigoureuse de l’activité, comme le montre la hausse du portefeuille commercial au 31 décembre 1919, qui dépasse largement le niveau de 1913, même en francs constants, et, du côté des ressources, par un gonflement parallèle des comptes courants créditeurs. En revanche, on ne constate pas d’effet à court terme sur le poste des avances et comptes courants débiteurs, qui ne dépasseront qu’en 1925 leur niveau de 1913… en francs courants !

45Par ailleurs, les comptes de dépôt à vue des particuliers se remplissent en francs courants (+ 50 % par rapport en 1918), mais restent largement inférieurs à ceux de 1913 en francs constants et représentent désormais moins de 20 % du passif, contre près de 30 % en 1913. Il faudra en réalité attendre 1932 pour que le niveau des dépôts retrouve en francs constants le niveau de 1913. C’est donc la nature même de la banque de dépôt – censée drainer les dépôts des particuliers – qui est durablement affectée par la guerre, sans être toutefois remise en cause.

46La rechute de 1920 est imputable à la crise de 1920‑1921, déclenchée par le relèvement du taux d’escompte aux États-Unis et au Royaume-Uni en mars-avril 1920. Grosso modo, on revient au profil de 1918 avec un fort recul du portefeuille et des comptes courants alors que les dépôts résistent mieux, en tout cas en francs courants. La reprise se manifeste dès 1921, mais les différents postes de l’actif subiront de nouvelles fluctuations en 1923‑1924 et en 1926.

Graphique 10. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Graphique 10. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)

Source : Bilans publiés dans les rapports annuels, 1913‑1920, archives du CIC.

Graphique 11. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs 1913)

Graphique 11. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs 1913)

Source : Bilans publiés dans les rapports annuels, 1913‑1920, archives du CIC.

47Au total, l’impact de la guerre est largement négatif, comme en témoigne l’évolution du total de bilan, qui subit un recul de 54 % en francs constants de 1913 à 1920 : l’appauvrissement est considérable. Il est symptomatique, enfin, de constater qu’aucune impulsion nouvelle n’est donnée à l’extension du réseau parisien (54 agences en 1929 contre 52 en 1914). La priorité du CIC n’est plus de renforcer la banque parisienne, qui ne montrera aucun dynamisme particulier dans les années 1920.

B. …mais prometteur en province

  • 29  Edmond Lebée, « Le groupe des banques affiliées au Crédit industriel et commercial. Ses origines e (...)

48D’après Edmond Lebée, c’est Charles Georges-Picot, inspecteur des Finances, directeur du CIC depuis 1907 et vice-président en janvier 1921 (puis président en mai 1927), qui est l’initiateur et le maître d’œuvre de la politique régionale du CIC29. Dès le 31 décembre 1918, la rubrique « Actions de sociétés filiales » se transforme en « Actions de sociétés régionales de banque ».

  • 30  Depuis l’assemblée générale du 17 mars 1914 (rapport annuel, p. 7), les actionnaires ont la facult (...)

49Cette politique bénéficie des circonstances, en l’occurrence des besoins en capitaux des banques, dont les fonds propres sont laminés par l’inflation, et, d’une façon plus générale, des difficultés de banques régionales qui se tournent volontiers vers le centre quand elles en ont besoin. Ce sera une constante dans l’histoire du groupe CIC jusqu’en 1998 : on resserre les rangs par gros temps, on prend ses distances dès que possible… Avec un capital versé de 31,1 millions de francs en 191930 et un fonds de réserve passant de 25 à 26 millions de 1913 à 1919, on ne peut pas dire pourtant que le CIC bénéficie d’un matelas de fonds propres extraordinaire lui assurant une suprématie indiscutable. Le poste « Actions de sociétés régionales de banque », qui vaut 26,9 millions en 1919, dépasse de peu la réserve, puis prend son essor.

Graphique 12. Actions de sociétés régionales dans l’actif du CIC, 1914‑1927 (en millions de francs courants)

Graphique 12. Actions de sociétés régionales dans l’actif du CIC, 1914‑1927 (en millions de francs courants)

Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.

50Deux phases peuvent être distinguées, dont seule la première concerne l’immédiat après-guerre.

1. Première phase de l’expansion régionale (1919‑1921)

51À l’été 1919, le CIC évince à Caen la Société nancéienne lorsque la Société normande double son capital : il souscrit l’essentiel de l’émission, correspondant au doublement du capital de 5 à 10 millions de francs, et détient désormais 29,5 % du capital (soit 2,95 millions).

52En novembre 1919, le CIC patronne la fusion des banques Dupont de Paris et de Valenciennes pour former une nouvelle société anonyme, la Banque L. Dupont & Cie, au capital de 60 millions de francs, dont le CIC détient 25 % (15 millions) et dont le président, Louis Mercier, est administrateur du CIC depuis mars 1919.

  • 31  C’est le futur (1931) Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine (CIAL).

53En novembre 1919 toujours, faute d’un accord avec les gérants de la Banque de Strasbourg (ci-devant Ch. Staehling, L. Valentin & Cie), est fondée à Paris la Société alsacienne de crédit industriel et commercial (SACIC)31, avec un capital de 20 millions de francs souscrit à 93,75 % par le CIC (qui n’en conserve par la suite que 30 %), un siège social rue de la Victoire et un état-major reproduisant celui du CIC. Le premier guichet est ouvert à Strasbourg en février et le siège social y est transféré en 1922.

54En 1920, le CIC apporte sa garantie à l’augmentation de capital de la Société nancéienne de 50 à 75 millions et maintient sa participation.

55En octobre 1920, le CIC apporte le tiers des 30 millions du capital de la Banque Scalbert transformée en société anonyme.

56En avril 1921, à Lyon, le CIC apporte 30 % d’une augmentation de capital et détient à la suite de l’opération 22 % du capital de la Société lyonnaise de dépôts, de comptes courants et de crédit industriel.

2. Deuxième phase de l’expansion régionale (1924‑1926)

  • 32  Rapport annuel, 21 mars 1922, p. 6, archives du CIC, Paris.

57Une deuxième phase est nettement décalée dans le temps, puisqu’elle se déroule en 1924‑1926, mais elle est directement liée aux déboires de la Société centrale des banques de province en 1920‑1921. Le CIC vole à son secours en apportant 6 millions au consortium bancaire de sauvetage, trop content de montrer au « vaste réseau des banques locales où nous comptons[il compte] tant d’amis32 » quel était vraiment l’établissement le plus sûr, le plus utile, le plus digne de confiance.

58Ce coup de maître en matière de communication est bien compris, notamment par les banques de l’Ouest, qui entrent dans le giron du CIC : Crédit nantais en juin 1924, Crédit de l’Ouest en décembre 1924, Crédit havrais en septembre 1926, Banque régionale de l’Ouest en avril 1927. C’est à la suite de cette extension que Charles Georges-Picot réunit à Paris le 21 octobre 1927 les représentants des onze banques de province dont le CIC était l’actionnaire de référence et crée le Groupe des banques affiliées (GBA).

59Il y a donc une continuité remarquable avec la politique initiée en 1913, que la guerre a simplement suspendue sans la remettre en cause. Elle l’a au contraire favorisée.

 

60Faut-il penser que les dirigeants du CIC ont su remarquablement profiter des circonstances ? Jusqu’à la guerre, la banque cherche à reconquérir des parts de marché en développant sa clientèle parisienne, comme le montre l’augmentation du nombre des agences. Cette politique, celle d’Albert de Monplanet, est brutalement freinée par la guerre et n’est pas reprise après-guerre. Il faudra attendre les années 1960, alors qu’il n’exploite plus que 46 agences, pour voir le CIC repartir dans une offensive commerciale sur son territoire parisien. Le tournant est déjà pris en 1913 quand se dessine la politique régionale attribuée à Charles Georges-Picot. La guerre l’interrompt sans doute, mais elle la favorise également, comme le montre la forte poussée des participations dans les banques régionales de l’immédiat après-guerre.

61La guerre a pour résultat de réduire l’activité bancaire propre du CIC, notamment par rapport à ses concurrents parisiens et nationaux, mais d’augmenter fortement sa dimension de holding de banques régionales. En quelque sorte, le CIC marque une préférence pour l’exercice du métier de banque par procuration.

Notes

1  Nicolas Stoskopf, 150 ans du CIC, 1859‑2009, Paris, La Branche, 2009, 2 tomes. Textes publiés (2014) en ligne sur HAL-SHS sous les titres Histoire du Crédit industriel et commercial (1859‑2009), https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00946846, et Dictionnaire historique des banques du groupe CIC, https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00946841.

2  Sur Albert de Monplanet (comme sur les autres inspecteurs des Finances du CIC), cf. Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg et Michel Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances, 1801‑2009, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012, p. 708‑709, http://books.openedition.org/igpde/3568.

3  Le CIC est encore devancé par Paribas et par la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud. D’après Hubert Bonin, « Le Crédit Lyonnais, la Société générale et les autres : essai d’appréciation des rapports de force (1864‑1966) », dans Bernard Desjardins et alii, Le Crédit Lyonnais (1863‑1986), Genève, Droz, 2003, p. 733.

4  André Théry, Les grands établissements de crédit français avant, pendant et après la guerre, Paris, E. Sagot, 1921, p. 21.

5  Rapport annuel, 15 mars 1904, p. 5, archives du CIC, Paris.

6  Extrait des statuts, Exposition universelle et internationale de Gand en 1913, Banques françaises, 1913, p. 80 et suiv.

7  On emploie le conditionnel car les sources ne sont pas claires, même si elles indiquent un rapport de force : « 500 banques syndiquées, avec leurs 900 succursales et leurs 1 461 guichets » d’un côté, « 151 membres représentant 527 maisons » de l’autre. Ibid., p. 83 et 88.

8  Cf. Hubert Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres. I. L’apogée de l’économie libérale bancaire française (1918‑1935), Paris, PLAGE, 2000, p. 325 ; idem, Banque et bourgeoisie. La société bordelaise de CIC (1880‑2005), Bruxelles, Peter Lang, 2010, p. 120.

9  Sur la Société nancéienne, voir Tristan Gaston-Breton, Société nancéienne Varin-Bernier, la banque au service de ses régions, 1881‑1996, Nancy, Société nancéienne Varin-Bernier, 1996, 159 p. À noter cependant que l’auteur ne mentionne pas cette opération…

10  Son bilan de 1913 (279 millions de francs) est inférieur de 28 % à celui du CIC (388 millions de francs) ; de même, ses effectifs se limitent à 522 salariés.

11  Cf. Jean-Pierre Chaline et Hubert Bonin, Le Crédit industriel de Normandie, Rouen, ministère de la Culture-CIN, 1996, p. 31‑32 ; Philippe Hochart et Guy Pessiot, Scalbert-Dupont, Crédit industriel de Normandie, Crédit fécampois, 1819‑2007. Trois banques CIC au service de leur région, Rouen, Éditions PTC, 2007, p. 57.

12  Archives nationales du monde du travail (ANMT), 65 AQ A 962, rapport annuel, 16 avril 1916, p. 4. Je remercie vivement Gersende Piernas de m’avoir communiqué les rapports des exercices 1913 et 1915 conservés aux ANMT.

13  Rapport annuel, 26 avril 1915, p. 5, archives du CIC, Paris.

14  D’après les tableaux publiés par A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 171. Cette moyenne est calculée pour cinq grandes banques : Crédit Lyonnais, Société générale, Comptoir national d’escompte de Paris, Banque nationale de crédit et CIC.

15  D’après le récit détaillé d’Albert de Monplanet, rapport annuel, 2 avril 1915, p. 4, archives du CIC, Paris.

16  Du même ordre de grandeur que pour la moyenne (62 %) des grandes banques. Ibid. et A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 169‑171.

17Ibid., p. 162.

18  Jean Bouvier, Un siècle de banque française, Paris, Hachette, 1973, p. 25.

19  Rapport annuel, 21 mars 1916, p. 4, archives du CIC, Paris.

20  A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 198.

21  Rapport annuel, 20 mars 1917, p. 5, archives du CIC, Paris.

22  A. Théry, Les grands établissements de crédit français…, op. cit., p. 197‑198.

23Ibid.

24  Rapport annuel, 12 mars 1918, p. 5, archives du CIC, Paris. De même, André Théry, qui publie sa thèse de droit en 1921, ne fait aucune allusion à la dépréciation du franc dans son étude sur les banques.

25  Rapport annuel, 6 avril 1916, ANMT, 65 AQ A 962 ; T. Gaston-Breton, Société nancéienne Varin-Bernier…, op. cit., p. 40.

26  Louis Dupont était avant-guerre président de l’Union syndicale des banquiers des départements.

27  Rapport annuel, 18 mars 1919, p. 5, archives du CIC, Paris.

28  Rapport à l’assemblée générale extraordinaire, 18 mars 1919, p. 1, archives du CIC, Paris.

29  Edmond Lebée, « Le groupe des banques affiliées au Crédit industriel et commercial. Ses origines et son développement », Histoire des entreprises, nº 7, mai 1961, p. 14 ; H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, op. cit. ; Nicolas Stoskopf, 150 ans du CIC…, op. cit.

30  Depuis l’assemblée générale du 17 mars 1914 (rapport annuel, p. 7), les actionnaires ont la faculté de libérer leurs actions et d’acquitter les 75 % du montant non encore versé. 6,1 millions sur 75 sont ainsi entrés dans les caisses du CIC entre 1914 et 1919.

31  C’est le futur (1931) Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine (CIAL).

32  Rapport annuel, 21 mars 1922, p. 6, archives du CIC, Paris.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 2. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 3. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 4. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en pourcentage)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 5. Souscriptions aux guichets du CIC de titres de la Défense nationale (en millions de francs courants)
Crédits Source : Rapports annuels, 1914‑1918, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 6. Emplois du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 7. Ressources du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs constants, francs de 1913)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 8. Emplois de la Société nancéienne, 1913 et 1915
Crédits Source : Rapports annuels conservés, ANMT, 65 AQ A 962.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 9. Ressources de la Société nancéienne, 1913 et 1915 (en millions de francs courants)
Crédits Source : Rapports annuels conservés, ANMT, 65 AQ A 962.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 10. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs courants)
Crédits Source : Bilans publiés dans les rapports annuels, 1913‑1920, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 11. Total du bilan du CIC, 1913‑1920 (en millions de francs 1913)
Crédits Source : Bilans publiés dans les rapports annuels, 1913‑1920, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 12. Actions de sociétés régionales dans l’actif du CIC, 1914‑1927 (en millions de francs courants)
Crédits Source : D’après un tableau statistique des principaux postes du bilan, 1918‑1958, archives du CIC.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4215/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Nicolas Stoskopf est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Haute-Alsace (Mulhouse) et directeur adjoint du Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (EA 3436). Il travaille sur l’histoire des entreprises, des banques et du patronat. Il a publié en 2009 150 ans du CIC, 1859‑2009, Paris, La Branche, 2009, 2 vol. Il a récemment publié avec Pierre Lamard (dir.), L’entreprise rhénane, mythe ou réalité ? Hommage à Michel Hau, actes des cinquièmes journées d’histoire industrielle, Mulhouse, 25‑26 octobre 2012, Paris, Picard, 2015 ; « Deauville (1859‑1875), une histoire d’entreprise », Histoire urbaine, nº 41, 2014, p. 23‑44 ; avec Bertrand Risacher, « L’industrie alsacienne dans la Grande Guerre : un désastre économique ? », Revue d’Alsace, nº 139, « L’Alsace et la Grande Guerre », 2013, p. 77‑104.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search