Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Les affaires en temps de guerre

Paribas ou l’impact de la guerre sur la stratégie d’une banque d’affaires

Éric Bussière

Texte intégral

1Les effets de la première guerre mondiale sur Paribas peuvent s’analyser comme le résultat des conséquences économiques du conflit sur l’économie française en général, conséquences prolongées et amplifiées par la seconde guerre mondiale jusqu’aux années 1950. Ce sont le recentrage des activités sur l’espace national et impérial, la diminution drastique des activités financières internationales et l’affectation privilégiée des ressources au profit de l’économie nationale, notamment de l’industrie. Les contraintes de change liées à une position financière extérieure dégradée puis inversée, les nécessités financières des deux reconstructions expliquent largement ce changement durable de paradigme.

  • 1  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872‑1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992, p. 81‑86.
  • 2Ibid., p. 84‑85.

2L’avant-guerre put ainsi rétrospectivement représenter l’âge d’or des activités internationales de Paribas, appuyées sur un vaste réseau de partenaires en Europe et dans le monde, un contexte sur lequel les affrontements entre nations avaient assez peu de prise, la concurrence s’exerçant alors beaucoup plus entre réseaux organisés sur des bases multinationales qu’entre capitalismes nationaux1. Paribas était ainsi partie prenante du financement de l’État bulgare aux côtés des banques allemandes au moment des guerres balkaniques précédant immédiatement 1914 et ne renonça pas à son partenariat avec la Deutsche Bank malgré les pressions du ministère des Affaires étrangères. Les sources donnent à la même époque plusieurs exemples de cette attitude générale2. Tout se passe donc comme si le facteur politique n’était que second dans l’analyse de long terme des déterminants de la stratégie de la banque. Le retour de Paribas à des activités internationales fonctionnant en réseau dès que les conditions économiques les rendirent possible au début des années 1960 conforte cette analyse : le cadre macroéconomique détermine les stratégies.

3Le conflit mondial invite pourtant à une autre lecture de cette histoire et les sources nous suggèrent de réintroduire le facteur politique dans l’analyse. Ce dernier n’avait jamais été absent de la stratégie des banquiers d’affaires. Paribas avait été ainsi créée en 1872 dans un contexte politique bien particulier, celui de la réunion des moyens et des relais internationaux d’une partie des banquiers de la place parisienne dans la perspective de l’émission sur les grands marchés européens des emprunts français destinés à régler l’indemnité de guerre due à la Prusse. Par la suite et à plusieurs reprises, l’analyse politique joua son rôle dans l’évaluation par la haute direction de la banque des partenariats internationaux à développer, par exemple avec les banques américaines, japonaises ou russes. Mais l’enjeu change de nature lorsqu’il s’agit, en 1914, de la survie immédiate du pays. Les données politiques et économiques sont alors associés comme jamais auparavant et les dispositions prises dans l’urgence au début du conflit trouvent leur prolongement dans l’élaboration de stratégies plus durables associant sur de nouvelles bases enjeux économiques, enjeux politiques et enjeux de sécurité. S’insère ainsi dans le cadre des tendances de longue durée imposées par les données économiques générales une chronologie plus courte englobant le début du conflit et ses prolongements immédiats, jusqu’à ce qu’au milieu des années 1920 la stratégie d’ensemble de Paribas tende à se recomposer selon des tendances de plus long terme. Mais la nature même de la banque et de son activité sort transformée de la décennie qui commence en 1914. Une nouvelle synthèse s’est dessinée, produit pour partie de l’expérience composite que représente la guerre, dont on essaiera d’évaluer les effets dans les pages qui suivent.

I. La guerre comme matrice

4Le début du conflit représente l’intrusion durable du facteur national et politique dans sa dimension patriotique, à la fois collective et personnelle. Se superposent ainsi une série d’aventures et de drames personnels sur les structures de gouvernance de la banque, ce d’autant plus que Paribas se présente alors comme une structure à la fois puissante et restreinte organisée autour de quelques grandes directions d’affaires et des services qui leur sont rattachés. Beaucoup repose donc sur l’équation personnelle de cinq ou six directeurs et des réseaux qu’ils développent au plan national et international.

  • 3  Éric Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871‑1945, Paris, Fayard, 1996, p. 101‑102 et 113‑121.
  • 4  Tué en mars 1915.
  • 5  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 95.

5La guerre déclenche une série d’événements qui affectent les individus et l’établissement dans son ensemble3. Horace Finaly, le directeur, qui allait de fait piloter la banque durant le conflit puis devenir directeur général en 1919, n’est plus mobilisable. Mais le frère de son épouse, Léon Pompée4, son beau-fils, Boris Aslan, et les époux de ses deux sœurs, le docteur Matza et le vicomte Henri de Cossette, officier de cavalerie, sont mobilisés. Boris Aslan, blessé en 1914, reprend le combat comme aviateur jusqu’à la fin du conflit. Outre les dangers encourus par les membres de sa famille, Finaly est également très affecté par la mort de son valet de chambre, Charles Vasseur, au service de sa famille puis de lui-même de très longue date, tué au combat en novembre 19155.

6À la banque, une partie du personnel est mobilisé, à l’instar d’un proche collaborateur de Finaly, André Laurent-Atthalin, haut fonctionnaire devenu secrétaire général de la banque. En août 1914, une partie du personnel doit quitter Paris, où l’activité ne reprendra qu’au cours des mois de septembre et d’octobre. La guerre modifie également les relations entre le siège de Paris et les succursales. Celle de Bruxelles, de loin la plus importante, est coupée du siège dès l’été 1914 et le sera durant tout le conflit du fait de l’occupation de la plus grande partie de la Belgique par les Allemands. Les contacts ne peuvent se faire que par la Hollande et sur des bases très restreintes. La succursale d’Amsterdam reste en revanche accessible et un fondé de pouvoir y est envoyé de Paris pour renforcer une liaison qui revêt, du fait des circonstances et vu sa proximité avec la Belgique et l’Allemagne, une valeur politique accrue. Genève reste accessible et jouera également un rôle des plus utiles.

  • 6Ibid., p. 112.

7Le contexte de la guerre marque également les esprits du fait du raidissement nationaliste qu’il inspire à une partie de la presse et qui touche à la fois les individus et la banque. Ruy Blas en janvier 1916 s’attaque aux étrangers accusés de collusion avec les intérêts « boches », à l’image d’un « Finaly, autrichien, [d’un] Noetzlin, suisse, [d’un] Turrettini, italien6 ». Si ce type d’allégation n’eut aucun effet réel sur la conduite de la banque, à moyen terme la guerre a des conséquences importantes quant à la structure du groupe dirigeant et à ses principaux relais d’affaires. La direction se trouve ainsi profondément remaniée à la fin du conflit. Nous avons dit qu’Horace Finaly prend en main les destinées de la banque pendant la guerre et en devient directeur général en 1919 et ce jusqu’en 1937. En décembre 1918, c’est l’arrivée de Jules Chevalier, alors directeur de l’Office national des valeurs mobilières et en charge de la défense des intérêts français à l’étranger. Il jouera un rôle essentiel dans la réorganisation des dettes publiques de différents États dans l’après-guerre, participera à l’élaboration des clauses économiques et financières du traité avec l’Autriche-Hongrie et suivra par la suite les dossiers relatifs au pétrole. Louis Wibratte, polytechnicien du corps des Ponts, ancien collaborateur de Lyautey au Maroc où il était en charge du développement des chemins de fer puis réorganisateur de la Brazil Railway, est engagé comme directeur en 1920, en charge notamment des affaires d’électricité. Il est l’un des spécialistes à Paribas des questions relatives à la rationalisation industrielle dans les années 1920.

8L’arrivée de Maurice Boyer accompagne pour sa part l’inflexion américaine de la stratégie de Paribas. Entré à la banque dès avant la guerre, marié à une Américaine, il est « prêté » par la banque au Gouvernement pour accompagner André Tardieu, haut-commissaire français aux États-Unis à partir de 1917. En 1919, Boyer est membre de la délégation française à la conférence d’Atlantic City qui débouche sur la création de la Chambre de commerce internationale (CCI) à Paris l’année suivante, organe représentatif, à sa création, du monde des entreprises des pays alliés et dont les États-Unis resteront membres malgré la non-ratification du traité de Versailles. Présent aux États-Unis durant l’été 1919, Boyer y prend contact pour Paribas avec le Trésor et la Federal Reserve. Au sein de la CCI, il noue des amitiés précieuses et durables avec les dirigeants des plus grandes entreprises américaines, dont Bedford, président de la Standard Oil.

9Henry Urban allait jouer au lendemain de la guerre un rôle capital dans les grandes affaires industrielles de la banque. Issu d’une grande famille d’ingénieurs et d’industriels belges, il est avant la guerre le patron d’un grand holding du secteur de l’électricité, les Chemins de fer économiques, entreprise très active en Belgique, en France, comme au plan international. Replié à Paris en septembre 1914, il est désigné pour prendre la tête de la succursale de Bruxelles dès 1916 avec pour dessein de développer pour la banque une stratégie internationale dans le secteur de l’électricité visant à remettre en cause la domination allemande sur ce secteur en Europe.

  • 7Richard F. Kuisel, Ernest Mercier, French Technocrat, Berkeley-Los Angeles, University of Californ (...)

10À la périphérie de Paribas, ce sont les relations nouées avec de grands ingénieurs impliqués dans la mobilisation industrielle comme Ernest Mercier, collaborateur du ministre Louis Loucheur. Mercier accompagne Paribas dans plusieurs créations d’affaires industrielles à la fin de la guerre avant de prendre la tête d’entreprises majeures dans le domaine de l’énergie en France dont la banque sera partie prenante (électricité dans la région parisienne, pétrole du Proche-Orient)7. De La Vallée Poussin, du service des Poudres du ministère de la Guerre, accompagne dès le début du conflit les initiatives de la banque dans l’industrie chimique. Citons encore Maurice Pernot, journaliste, spécialiste des questions allemandes, en mission auprès du grand quartier général durant la guerre, membre de la mission française à Berlin en août 1919 qui suit, pour le compte de Paribas, l’élaboration du traité de Versailles et bénéficie dès cette époque des réactions et analyses de grands banquiers allemands comme Max Warburg.

  • 8  Jean-Luc Barré, Le seigneur chat, Philippe Berthelot, 1886‑1934, Paris, Plon, 1988, 433 p.

11Le monde politique et de la haute administration représente le troisième cercle du renouvellement du réseau de la banque. On citera Étienne Clémentel, puis Louis Loucheur (Mobilisation industrielle, Reconstruction), Anatole de Monzie (Marine), Paul Painlevé (Guerre, présidence du Conseil). Aux Affaires étrangères, Philippe Berthelot, secrétaire général du ministère, devient le partenaire privilégié de la banque pour la dimension internationale de son action8.

12La guerre transforme ainsi en profondeur l’armature humaine de taille encore relativement restreinte que représente Paribas. Elle est rupture à la fois individuelle et collective aux effets profonds. À l’été 1914, la banque subit les pressions auxquelles les individus comme le pays dans son ensemble sont confrontés et semble elle-même menacée de dislocation. La consolidation qui s’opère à partir de l’automne puis dans les années suivantes en fait un organisme remodelé dans et par la guerre. L’environnement au sein duquel elle agit et les réseaux qu’elle a reconstitués en sont issus. Un symbole de cette transformation est peut-être le défilé de la Victoire du 14 juillet 1919, qu’Horace Finaly, nouveau directeur général, peut voir des fenêtres de son appartement au 8, rue de Presbourg, près de l’Étoile. Le projet généré par la guerre prend ainsi la forme d’un projet « national » qui guide une stratégie d’entreprise.

II. L’intérêt national à l’origine d’une stratégie d’ensemble

  • 9  É. Bussière, Paribas…, op. cit., p. 80.
  • 10  Archives BNP-Paribas, copie de lettres de Finaly, Finaly à Wallenberg, 7 juillet 1919.

13Dès les premiers mois, la guerre impose une série d’initiatives pour lesquelles les impératifs de la défense nationale priment. La Société norvégienne de l’azote (Norsk Hydro) est au cœur de cette problématique. Paribas est devenue un peu avant la guerre – depuis 1911 – le principal actionnaire, aux côtés d’intérêts norvégiens et allemands, d’une entreprise créée en 1905 destinée à mettre en œuvre le procédé de synthèse de l’ammoniaque à arc électrique. En 1911, cette participation apparaît, aux yeux de Finaly, qui a géré le dossier, comme le résultat du « sauvetage d’une affaire mal engagée9 ». En 1919, le même Finaly explique que « jamais la Banque de Paris et des Pays-Bas et les actionnaires français ne s’engageraient dans une telle voie10 », c’est-à-dire la cession du contrôle de l’affaire à un groupe norvégien.

  • 11  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 104‑107.

14La Norvégienne est l’une des pionnières de la synthèse des produits azotés, dont seules quelques entreprises au monde, dont l’allemande BASF, ont la maîtrise. La mise en marche du procédé à arc électrique a été difficile, mais l’entreprise est en bon ordre de fonctionnement à la veille de la guerre, notamment grâce à un contrat de travail avec la BASF, qui délivre à la Norvégienne certaines fournitures en échange de la commercialisation d’une partie de sa production. Ce contrat court jusqu’en 1916. La guerre fait de l’azote une production stratégique vitale notamment pour la fabrication d’explosifs. Dès le début des hostilités, l’objectif est tout d’abord de mettre un terme aux relations avec le partenaire allemand et de détourner la production vers les Alliés franco-anglais. La manœuvre est lancée dès l’automne par une série de discussions associant le service des Poudres (La Vallée Poussin), l’état-major de Paribas et le président du Conseil Viviani. Le Gouvernement obtient le séquestre des actions allemandes (27 000 titres qui seront rachetés par Paribas en 1921) et la réorientation de la production vers la France, ce malgré la résistance des actionnaires scandinaves, qui souhaitent une « nationalisation » de l’actionnariat de l’entreprise. Un nouveau directeur général est nommé pour mener à bien cette politique, que vient consolider la construction d’une usine de fabrication d’acide nitrique dans les Pyrénées sous la direction technique de l’Azote et financée sur la base d’avances du Gouvernement français, acheteur de toute la production11.

15La banque participe également à la mobilisation industrielle en épaulant la conversion des usines Delaunay-Belleville, spécialisée avant-guerre dans les chaudières à vapeur et les automobiles, vers la construction d’automitrailleuses, d’obus et de moteurs d’avion. Paribas soutient l’entreprise par des avances en compte courant et des émissions d’obligations. Delaunay-Belleville devient administrateur de la banque en 1916. La création des Chantiers navals français en octobre 1917 s’inscrit dans la perspective de la préparation de l’après-guerre. Elle a pour objectif la reconstruction de la flotte de commerce que la guerre a largement détruite. L’affaire résulte d’une initiative commune à la banque et au secrétariat d’État à la Marine (de Monzie). Les études sont réalisées par Ernest Mercier et suivies par Finaly. Le chantier est installé près de Caen et bénéficiera d’une première série de commandes de l’État. Mercier est nommé fin 1918 administrateur pour représenter Paribas.

  • 12  Georges Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Pa (...)

16Les options prises pendant la guerre ont leur prolongement durant l’après-guerre dans le cadre de la définition et du développement d’une stratégie industrielle d’ensemble, elle-même intégrée à une perspective politique. Désormais les données économiques, industrielles et technologiques sont perçues comme des éléments de vulnérabilité, de puissance et de sécurité au plan international. Cette stratégie se déploie au plan national, mais aussi dans le cadre interallié à base franco-britannique tel que défini par la conférence économique de Londres de 191612, puis dans un cadre atlantique en s’appuyant sur les Américains.

  • 13  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 163 et suiv.

17Au plan national, l’objectif impulsé par Louis Loucheur, ministre de la Reconstitution industrielle, est ainsi de développer la chimie des produits azotés en s’appuyant sur la valorisation des acquis de la guerre. En 1919, plusieurs options autour de chacun des procédés disponibles sont possibles : procédé Haber, mis au point par la BASF et dont le brevet est désormais rendu disponible puisque cédé par l’Allemagne à la suite du traité de Versailles, procédé français Georges-Claude, procédé norvégien à arc électrique. Paribas tente d’abord de valoriser l’actif hérité de la guerre, l’usine du Soulom dans les Pyrénées, dont elle cherche à faire l’un des pivots d’une industrie française de l’azote encore à construire, en s’appuyant pour ce faire sur ses « amis de la direction des Poudres ». Elle doit pourtant prendre en compte les souhaits du Gouvernement, puisque le ministre Louis Loucheur veut favoriser un groupement d’industriels en vue de l’exploitation des brevets BASF. Au printemps 1920, Paribas réussit à agglomérer autour d’elle un ensemble de partenaires composé de Kuhlmann, de l’Azote, des Mines de Béthune et du belge Solvay. Mais le conflit entre partisans du procédé BASF et ceux du procédé Georges-Claude se durcit au cours de l’année 1920 et Paribas doit renoncer à jouer le rôle de fédérateur des industriels. Elle se concentre dès lors sur la gestion de sa participation dans la Norvégienne13.

18La stratégie définie par Henry Urban durant les hostilités tire les leçons de l’expérience de la guerre, qui elle-même vient consolider des analyses antérieures au conflit en France, en Grande-Bretagne et en Belgique quant à l’ascendant de l’industrie allemande en Europe. C’est le modèle de l’industrie électrique allemande qu’Urban cherche ainsi à reproduire, selon un modèle établi dès 1917, en le déployant à partir des bases dont il pouvait disposer chez les Alliés. La base en était représentée par les grands holdings électriques belges actifs en Europe et en Amérique latine dans les secteurs de la production-distribution d’électricité, les tramways électriques et des activités d’ingénierie. Un vaste redéploiement devait se faire en amont à travers la constitution d’une base industrielle franco-belge – les constructions électriques de France et les constructions électriques de Belgique – appuyée sur les brevets de l’English Electric Company Ltd. Ce modèle devait se déployer en France notamment à travers la constitution d’un important réseau de production et de distribution d’électricité entre le Massif central, les Pyrénées et la vallée du Rhône. Paribas est ainsi conduite à financer ces développements durant la première moitié des années 1920.

19La stratégie atlantique de la banque se confond largement, dans un premier temps, avec une stratégie industrielle dont le pétrole constitue le cœur. La guerre en est une fois de plus l’élément déclencheur avec le constat des lacunes du dispositif national dans une filière qui se révèle comme essentielle. La faiblesse du dispositif se situe surtout en amont : quasi-absence de production et de prospection à grande échelle dans l’espace national et son prolongement impérial, faiblesse de l’industrie du raffinage qui se limite à des opérations de transformation ultime et superficielle de produits importés déjà raffinés, distribution certes entre les mains de firmes nationales mais de taille moyenne et de fait entre les mains de fournisseurs extérieurs. La position de la France dans la filière ne peut donc se comparer à celle de l’allié britannique et moins encore à celle du partenaire américain. La politique pétrolière nationale impulsée par le Gouvernement vise donc à fonder une filière complète pour des motifs alliant sécurité politique et sécurité économique. Elle détermine l’intervention de l’État à travers l’emploi de l’instrument diplomatique en vue de l’acquisition de gisements, de la politique impériale, de la réglementation de l’importation des produits pétroliers, de la mobilisation des entreprises du secteur et des banques. Comme dans d’autres domaines, la victoire sur l’Allemagne sert de levier à la mise en œuvre de cette politique globale, qui se joue d’abord dans un cadre franco-britannique, celui des accords Long-Bérenger de 1919, qui seront suivis par les accords de San Remo de 1920. Ce sont ces accords qui règlent le transfert entre les mains françaises des parts allemandes des pétroles du Proche-Orient, soit un quart des actions de la Turkish Petroleum Company (TPC, future Irak Petroleum Company). Le Gouvernement associe à ces accords diplomatiques la mise en place d’un monopole d’importation lui permettant de contrôler les flux d’entrée des produits pétroliers sur le territoire national de façon à valoriser les gisements que la victoire doit lui apporter. Le Gouvernement a ainsi privilégié l’option britannique, qui semblait incontournable au plan diplomatique. Il a pourtant cherché à atténuer les inconvénients potentiels de cette alliance en nouant un partenariat global avec la Royal Dutch-Shell, entreprise anglo-néerlandaise actionnaire à hauteur de 25 % de la TPC. Ce partenariat joue à deux niveaux : la Shell a accepté le principe du monopole d’importation et s’est engagée dans l’approvisionnement de la France en pétrole ; elle s’est associée à hauteur de 50 % dans la création de la Société pour l’exploitation des pétroles (SPEP), chargée de porter et de valoriser les 25 % du capital de la TPC devant revenir à la France. La stratégie ainsi définie se positionne clairement dans un cadre franco-britannique, le Gouvernement cherchant à compenser le caractère asymétrique de cette relation en s’appuyant dans le cadre d’une politique globale sur un grand acteur étranger du secteur moins dépendant du Gouvernement britannique. Paribas devient ainsi en août 1919, un des principaux actionnaires de la SPEP, mais sans occuper la place de chef de file et dans un cadre qui lui échappe assez largement.

20Paribas va rapidement défendre une seconde option, visant elle aussi à équilibrer le poids relatif du Gouvernement britannique dans cette équation d’ensemble en s’appuyant sur le partenaire américain. Cette option américaine bénéficie du soutien du ministère des Affaire étrangères et de son secrétaire général, Philippe Berthelot, qui souhaite, lui aussi, pour des raisons politiques, moins dépendre du partenaire britannique. Cette option repose sur deux paramètres : favoriser l’insertion du partenaire américain au Proche-Orient et sa participation au développement de l’industrie pétrolière nationale, avec deux corollaires : soutenir la politique américaine de la porte ouverte et remettre en cause l’option du monopole d’importation choisie par le Gouvernement ; mais aussi avec une conséquence : s’appuyer sur l’entreprise américaine dominant le secteur, la Standard Oil.

21L’essentiel se joue entre l’automne 1919 et le printemps 1920. À la conférence d’Atlantic City d’octobre 1919, où la banque est présente à travers Maurice Boyer en charge des relations de Paribas avec les États-Unis, la Standard Oil, représentée par Bedford, son président, a défendu le principe de la porte ouverte. Dans les semaines qui suivent, le dialogue entre Paribas et la Standard se développe, alors que des tensions se manifestent entre pétroliers anglais et américains. S’ensuit un accord global établi début août et la création en septembre de la Standard franco-américaine, présidée par l’ambassadeur Jules Cambon et qui va devenir le principal pivot de l’action de la Standard Oil en France. Dès lors, Paribas va s’employer à appuyer les options de cette dernière en France (le monopole d’importation est supprimé en 1921) et au Proche-Orient (entrée d’un groupe américain au sein de la TPC). Le voyage de Finaly en mai-juin 1922 aux États-Unis, où il rencontre les dirigeants de la Standard et les principaux chefs de l’exécutif américain, scelle définitivement l’alliance américaine de Paribas.

22Celle-ci se déploie dans d’autres champs d’activité, parmi lesquels se détache le secteur des communications. Comme pour la chimie et le pétrole, la guerre révéla à la fois l’importance des communications radioélectriques en matière de sécurité et les insuffisances françaises en ce domaine. L’alliance franco-anglaise semblait dans un premier temps devoir s’imposer à travers le renforcement de la présence de la firme britannique Marconi en France. Cependant, ici encore, Paribas, avec l’appui du Quai d’Orsay, organisa la mobilisation des intérêts français avec la création de la CSF, Compagnie générale de TSF. L’alliance de cette dernière avec la RCA américaine s’imposa ici comme pour le pétrole, dès la fin de 1919, afin de contrebalancer les intérêts britanniques dans les radiocommunications internationales. La CSF put ainsi tout à la fois développer l’ensemble du secteur en France à travers des filiales spécialisées et sa participation aux premiers grands accords internationaux de l’après-guerre en 1921.

III. La position internationale de la France

  • 14  Jean-Noël Jeanneney, « Finances, presse et politique. L’affaire de la Banque industrielle de Chine (...)

23Ce qui vient d’être expliqué quant à la dimension allemande de la politique industrielle de Paribas permet de faire le lien avec le renforcement de sa présence à l’étranger. De manière très classique et selon des processus fort anciens, la banque organise ses activités à l’étranger à travers un réseau de partenaires, pour l’essentiel des banques, qui en constituent les pivots. L’après-guerre offre donc une série d’opportunités pour renforcer ou se constituer des positions clés à travers l’éviction des concurrents allemands. Il s’agit ainsi de prendre le contrôle d’établissements devant contribuer à stabiliser économiquement des régions que le Gouvernement souhaite placer sous influence française dominante. L’essentiel se joue aux abords immédiats de l’Europe occidentale, où se situe l’essentiel des intérêts nationaux de la France : en Europe centrale et en Méditerranée. Les impératifs de sécurité rejoignent une fois de plus les enjeux économiques. L’impulsion vient pour une part de la diplomatie française – le secrétaire général du Quai d’Orsay, Philippe Berthelot – et mobilise aux côtés de Paribas le groupe de la Banque industrielle de Chine (BIC) animé par André Berthelot, frère de Philippe, qui pense pour un temps pouvoir faire de la BIC l’outil d’une présence française renforcée en Extrême-Orient avec l’appui de Paribas14.

24La question de l’Europe centrale associe le retrait de l’influence économique et politique de l’Allemagne à la consolidation d’une Autriche indépendante et viable préservant autant que possible une partie de son influence économique dans la région. Paribas est informée de la situation dramatique que connaît ce pays, où l’effondrement économique s’accompagne d’une pénurie alimentaire extrême obligeant les Alliés à venir au secours de la population. Jules Chevalier, entré à la banque en décembre 1918, est envoyé à Vienne au printemps 1919 pour le compte du ministère des Finances. Il s’agit tout à la fois d’une mission d’information, de participer au secours alimentaire de ce pays, d’analyser la situation pour le compte du ministère des Finances comme pour celui de la banque. Chevalier a des contacts privilégiés avec d’Adler, directeur du Wiener Bankverein, et plus globalement avec l’ensemble des banques viennoises qui font savoir leur désir de s’appuyer désormais sur des banques des pays alliés. Les informations et les entretiens approfondis de Chevalier avec les ministères des Finances et des Affaires étrangères français doivent à ce pays un traitement moins sévère que celui imposé à l’Allemagne et permirent aux entreprises autrichiennes de maintenir leur présence économique dans les États successeurs, mais cela au moyen d’une participation d’établissements alliés à leur capital. Du côté français, la manœuvre fut suivie de près par Philippe Berthelot, qui fit connaître son souhait, en octobre 1919, de voir Paribas prendre le contrôle de la Länderbank de Vienne. Les négociations conduites par Paribas aboutirent à un accord entre les deux établissements qui devait permettre à la Länderbank de préserver l’essentiel de ses affiliations en Europe centrale en contrepartie de la montée en puissance de Paribas au capital. La mise en œuvre – difficile – de cet accord aboutit à la reconfiguration de l’ensemble du dispositif de Paribas en Europe centrale entre 1919 et 1921.

25En Méditerranée, deux axes majeurs déterminèrent les nouvelles orientations de la banque. En Turquie, la Banque impériale ottomane (BIO), placée sous le contrôle de ses actionnaires anglais et français, est au cœur d’une économie nationale largement dominée par les intérêts européens. Elle assure les fonctions de banque d’émission, de banque d’affaires et de dépôt, et entretient d’étroites relations avec l’administration de la Dette publique, elle-même sous la dépendance des créanciers extérieurs de la Turquie. De la même manière que pour les banques autrichiennes, la BIO pouvait représenter un atout maître dans la lutte pour l’influence au Proche-Orient pour peu qu’elle puisse préserver sa présence et ses intérêts dans les États successeurs de l’Empire ottoman. Dès 1919, une filiale, la Banque de Syrie, avait été créée à cet effet. La prise de contrôle de Paribas et de son groupe en octobre 1920 est la conséquence du rachat d’un bloc d’actions détenu par un investisseur italien. L’opération est conduite avec l’appui du Quai d’Orsay et de la présidence de la République, et se réalise aux dépens des actionnaires de référence français et anglais d’avant-guerre qui doivent céder le contrôle de la BIO à Paribas et à ses alliés. Cependant, comme pour l’Europe centrale, les événements politiques perturbèrent la mise en œuvre de la stratégie imaginée à Paris. Entre le traité de Sèvres de 1920 et celui de Lausanne en 1923, l’ensemble des cartes est redistribué au profit de l’État kémaliste. Pour la banque et les intérêts français, tout est encore à construire.

26Le Maroc constitue le second point d’appui de Paribas en Méditerranée. La Banque d’État du Maroc (BEM) en constitue le pivot. Sa création en 1906 à la suite des accords d’Algésiras en fait une banque consortiale où Allemands et Autrichiens étaient représentés, mais où les Français disposent de trois parts sur quatorze. Ces parts sont détenues par le consortium des banques françaises, dont Paribas assure la présidence. À la fin de la guerre, dès janvier 1919, Paribas fait l’acquisition de la part russe, puis des parts autrichienne, allemande et suédoise. Compte tenu des accords passés avec les autres actionnaires anglais, espagnols, belges, hollandais et portugais, on peut dire que le contrôle est verrouillé en faveur de Paribas dès 1920. Ici encore, la manœuvre avait été réalisée avec l’appui politique du résident général, le maréchal Lyautey, et des Affaires étrangères. Il fallut cependant attendre 1924 pour que la situation soit définitivement éclaircie pour Paribas et pour que le contentieux qui opposait la BEM à la Banque de l’Algérie, qui désirait imposer le franc français émis en Algérie sur le territoire marocain, soit réglé.

IV. Entre crise de 1921 et impérialisme du pauvre, vers une nouvelle synthèse

  • 15  Éric Bussière, « Entre la banque mixte et la banque d’affaires : la Banque de Paris et des Pays-Ba (...)
  • 16Idem, Horace Finaly…, op. cit., p. 348‑349.
  • 17Ibid.

27L’essentiel a été écrit quant au retour des ambitions françaises à de plus justes proportions au cours des années de l’immédiat après-guerre. Les ambitions industrielles définies à l’aune du contexte de la guerre subissent l’épreuve de vérité du fait de la crise de 1921. Dans la métallurgie, le groupe Delaunay-Belleville, très endetté, peine à opérer sa reconversion, et Paribas doit en prendre en mains la réorganisation au prix d’importants sacrifices financiers et en faisant appel à des groupes industriels extérieurs. Les Chantiers navals français subissent pour leur part les effets de la crise du transport maritime et de la baisse du prix de vente des navires neufs à partir de 1920. L’entreprise surcapitalisée, prise à contre-pied et endettée, survit en accumulant les pertes dues à des charges financières trop lourdes. Quant aux ambitions de la banque dans le secteur de l’électricité, il faut ici encore les revoir à la baisse. La partie industrielle du projet d’Henry Urban, Constructions électriques de France (CEF), Constructions électriques de Belgique, entre rapidement dans une période difficile et ne peut se maintenir que grâce à des avances des banques, bientôt converties en actions15. Le poids des engagements pris durant la guerre devient donc lourd pour Paribas, qui doit plusieurs années durant soutenir de ses crédits des entreprises à la viabilité contestée et procéder entre 1922 et 1924 à de sérieux amortissements sur les crédits accordés aux entreprises dont elle avait soutenu l’activité pendant la guerre16. L’épilogue de cette série d’épisodes se situe entre 1928 et 1930, moment où la banque, tirant parti d’une conjoncture économique et surtout boursière favorable, réussit à passer la main dans une série d’opérations industrielles difficiles, notamment dans le secteur de la construction électrique (cession des CEF à Alsthom), ou en renouant avec des partenaires allemands jugés quelques années avant encore indésirables (accord IG Farben-Norvégienne de 1927)17. Dans le secteur pétrolier, la banque consolida sa relation avec le groupe de la Standard dans la distribution en France, construisit une position durablement solide au sein du groupe Compagnie française des pétroles-Total, mais dut adopter une position de profil bas dans les affaires pétrolières roumaines dans lesquelles elle avait lourdement investi en 1920.

  • 18  J.-N. Jeanneney, « Finances, presse et politique… », op. cit. ; É. Bussière, Horace Finaly…, op. c (...)
  • 19  Georges-Henri Soutou, « L’impérialisme du pauvre », Relations internationales, nº 7, 1976, p. 219‑ (...)

28Les initiatives de la banque au plan international subissent également une série de difficultés. La crise qui affecte la BIC à partir de 1920 et les difficultés que représente son sauvetage pour Paribas affaiblissent l’un des pivots du redéploiement de la banque au plan international tant dans le domaine financier que dans le champ politique18. Plus largement, les difficultés économiques et politiques que connaît l’Europe centrale, celles rencontrées par Paribas pour s’imposer vis-à-vis du Gouvernement d’Ankara dans la conduite des affaires de la Banque impériale ottomane et les contraintes résultant de la crise du franc français jusqu’en 1926 contraignent la banque à limiter ses ambitions et à opter pour la prudence dans les affaires d’Europe centrale, même si l’essentiel des positions acquises dans l’immédiat après-guerre put être sauvé et même si l’investissement dans la BEM représenta une très brillante opération19.

Conclusion : entre l’économique et le politique

29Comme nous l’affirmions au début de cette contribution, la première guerre mondiale introduit bien une rupture dans la définition et la conduite de la stratégie des banques d’affaires. Cette rupture relève tout à la fois de données économiques de long terme progressivement identifiées et prises en compte et de données politiques immédiates de nature exceptionnelle et vécues comme telles. Ces données, largement subies, représentent deux lignes de force pouvant sembler indépendantes l’une de l’autre, mais qui se rejoignent en une nouvelle synthèse quelques années après la fin du conflit. Celle-ci vise à concilier une plus juste appréhension des données conditionnant l’activité des entreprises et des banques françaises avec les impératifs de sécurité économique s’imposant désormais au pays.

30Cette nouvelle synthèse éloigne Paribas d’une série d’initiatives marquées par la rationalité propre au temps de la guerre et dont la viabilité à long terme se trouve rapidement compromise. La banque ressort alourdie du conflit, ses bénéfices en valeur réelle sont plombés pour de nombreuses années et les activités constituant son cœur de métier – les opérations financières internationales – ne sont pratiquement plus possibles plusieurs années durant. Bien plus, les positions prises en Europe centrale dans l’euphorie de la victoire se révèlent économiquement aventureuses et difficiles à tenir. Le premier conflit mondial a ainsi généré une série d’orientations contraires aux options d’avant-guerre : rupture avec les Allemands dans la chimie, prise d’une série d’engagements industriels alors que la banque ne disposait pas des infrastructures de suivi adéquates et avait décidé, peu de temps avant 1914, de s’abstenir de nouvelles initiatives en ce domaine.

31L’expérience difficile des années de l’immédiat après-guerre ne détermine pas pour autant un retour pur et simple au positionnement antérieur, tandis qu’une série de lignes de force apparues au tournant du siècle s’épanouissent. C’est ainsi que Paribas ne remet pas en cause le « tournant industriel » des années de guerre – les valeurs industrielles représentent un tiers de la valeur de son portefeuille en 1928 –, mais cherche désormais à appuyer la conduite de ses affaires en ce domaine sur une série de grands groupes de référence à l’échelle nationale ou internationale. Les stratégies les plus essentielles en termes de sécurité économique et de politique nationale, dans le pétrole notamment, sont préservées. Au plan international, les positions les plus importantes sont consolidées ou valorisées, mais dans une configuration tenant largement compte des rapports de force. Paribas encourage le mouvement des ententes industrielles et la prise en compte du rôle économique et politique de l’Allemagne en Europe. Plus encore, Paribas prolonge à travers sa stratégie nord-américaine des analyses économiques et politiques formulées au sein de la banque depuis le début du siècle et dont l’intervention des États-Unis dans le conflit avait révélé tout le bien-fondé.

Notes

1  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872‑1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992, p. 81‑86.

2Ibid., p. 84‑85.

3  Éric Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871‑1945, Paris, Fayard, 1996, p. 101‑102 et 113‑121.

4  Tué en mars 1915.

5  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 95.

6Ibid., p. 112.

7Richard F. Kuisel, Ernest Mercier, French Technocrat, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1967, 184 p. 

8  Jean-Luc Barré, Le seigneur chat, Philippe Berthelot, 1886‑1934, Paris, Plon, 1988, 433 p.

9  É. Bussière, Paribas…, op. cit., p. 80.

10  Archives BNP-Paribas, copie de lettres de Finaly, Finaly à Wallenberg, 7 juillet 1919.

11  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 104‑107.

12  Georges Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989, p. 233‑271.

13  É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 163 et suiv.

14  Jean-Noël Jeanneney, « Finances, presse et politique. L’affaire de la Banque industrielle de Chine », Revue historique, nº 514, 1975, p. 377‑416.

15  Éric Bussière, « Entre la banque mixte et la banque d’affaires : la Banque de Paris et des Pays-Bas et sa stratégie industrielle, 1900‑1930 », Entreprises et histoire, 1992, nº 2, p. 49‑64.

16Idem, Horace Finaly…, op. cit., p. 348‑349.

17Ibid.

18  J.-N. Jeanneney, « Finances, presse et politique… », op. cit. ; É. Bussière, Horace Finaly…, op. cit., p. 152‑161.

19  Georges-Henri Soutou, « L’impérialisme du pauvre », Relations internationales, nº 7, 1976, p. 219‑239.

Auteur

Professeur à l’université Paris 4-Sorbonne, titulaire de la chaire Jean-Monnet d’histoire de la construction européenne, Éric Bussière est directeur de l’IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe, UMR 8138), du labex EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe). Il est en outre membre de plusieurs conseils scientifiques, dont celui du Comité pour l’histoire économique et financière de la France et de celui de l’Association Georges-Pompidou, dont il est président d’honneur. Administrateur de la Fondation internationale Robert Triffin, il est membre correspondant de l’Académie d’histoire du Portugal et membre du conseil scientifique de l’Académie européenne de Yuste (Espagne). Il est également directeur ou codirecteur de plusieurs collections d’ouvrages scientifiques. Il est corédacteur en chef de la revue Histoire, économie et société. Ses travaux portent sur l’histoire des relations économiques internationales et de la construction européenne. Il a récemment codirigé La Commission européenne, 1973‑1986. Histoire et mémoires d’une institution, Luxembourg, OPOCE, 2014 ; publié avec Guia Migani Les années Barroso, 2004‑2014, Paris, Taillandier, 2014 ; et dirigé Histoire des provinces française du Nord. 5. Le xixe siècle (1815‑1914), Arras, Artois Presses Université, 2012, et Régionalisme européen et gouvernance mondiale au xxe siècle, Paris, Cahiers de l’IRICE, 2012. Il est par ailleurs l’auteur de 5 des 30 chapitres de La Commission européenne, 1958‑1972. Histoire et mémoires d’une institution, Michel Dumoulin (dir.), Luxembourg, Office des publications des Communautés, 2007.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search