Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Les affaires en temps de guerre

La Société générale confrontée à la première guerre mondiale

Hubert Bonin

Texte intégral

  • 1  Sont évacués sur Paris dès 1914 : Reims, Charleville, Laon, Lille, Valenciennes, Bruxelles, Soisso (...)
  • 2  Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, Archives historiques de la Socié (...)
  • 3  Dossier Grève de mai 1917, AHSG.

1Comme tous les « grands établissements de crédit » parisiens, la Société générale a souffert de la guerre : mobilisation d’une bonne partie de son personnel masculin (6 591 actifs à l’armée à la date de mai 1917), d’où le travail de quelque 3 337 femmes en juin 1917 ; transfert de la direction à Bordeaux entre le 31 août et le 5 septembre 1914, avant son retour entre le 18 septembre et le 11 novembre ; pertes endurées par les combattants ; évacuation puis destruction d’agences dans le Nord-Est, à l’été1 1914 puis encore à l’été2 1918 ; participation aux contributions forcées imposées par l’occupant allemand dans le Nord (l’une de 16 millions de francs en février 1916) ; salariés prisonniers de guerre (140 à la date du 8 mars 1915) ; perturbations des flux habituels de l’argent dans le pays et en Europe ; effets implicites de l’inflation ; difficultés puis tensions sociales (avec une grève3 en mai 1917, apaisée par une « indemnité de vie chère ») ; isolement de sa filiale Sogénal en Alsace-Lorraine, passée du statut de société allemande à entité sous contrôle ennemi, etc.

2Sans pouvoir être exhaustif dans ce texte et sans vouloir non plus aborder ici le thème des ressources humaines (combattants, victimes, personnel supplétif, aspects et enjeux du travail féminin), ni celui de la banque commerciale d’entreprise et de crédit, je souhaite me concentrer sur deux thèmes seulement, en méditant notamment, au-delà du court terme, sur les conséquences stratégiques du conflit sur la deuxième banque du pays (ou la troisième, si l’on tient compte de la Banque de France). Je soupèserai ensuite la force de frappe de la Société générale dans sa contribution à l’effort de guerre, et donc la mobilisation de son réseau et de ses équipes au service de la guerre financière, en levier de la machine industrielle de guerre.

I. L’inflexion de la stratégie internationale de la Société générale

3Le choc que provoque la guerre en scindant l’Europe en deux blocs ennemis disloque l’unicité du monde des affaires, qui, au-delà de la compétition entre les puissances sur les divers marchés en essor, entretenait un monde bancaire plutôt « coopératif ».

A. Une vive croissance dans les années 1890‑1910

  • 4  Hubert Bonin, « Louis Dorizon, dirigeant de la Société générale : la construction d’une carrière e (...)
  • 5  Hubert Bonin, « La stratégie de déploiement international de la Société générale (des années 1870 (...)
  • 6  Hubert Bonin, « Un modèle ? La Sogénal, une banque régionale européenne (1881‑2001) », dans Banque (...)
  • 7  Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne, 1871‑1996, Paris, Mission Histoire, Société (...)

4À travers plusieurs équipes de direction successives, notamment sous l’impulsion de Louis Dorizon4 dans les années 1890‑1910, la Société générale avait conduit une stratégie d’internationalisation plurielle5 – en dehors de son implantation nécessaire en Allemagne quand son réseau d’Alsace-Lorraine avait constitué l’ossature de la filiale Sogénal6. Tout d’abord, en support de son activité de banque du négoce international (trade finance) et de banque de placement de titres (brokeragebanking), elle avait développé sa succursale pivot de Londres7. Grâce à elle, mais aussi à des entités actives à Paris, Bruxelles, Anvers et en Suisse, elle s’était profondément insérée sur le marché des financements à court terme interbancaire (correspondant banking and clearing markets) européens et sur le marché des changes (FOREX), y compris avec des banques allemandes et austro-hongroises. Ensuite, elle avait participé aux affaires d’émissions de titres à l’échelle européenne et transatlantique. Elle avait pris des participations dans de grandes émissions de titres et même structuré des initiatives en amont (en tant que cœur des « syndicats » d’émission, de placement et de portage durable, le temps de trouver des acheteurs) au profit de firmes actives sur les champs de déploiement du capitalisme investisseur (Russie, Grèce, Égypte, Empire ottoman, Bulgarie, Autriche-Hongrie, Amérique latine, notamment).

  • 8  Hubert Bonin, « La Société générale en Espagne (des années 1860 aux années 1930) : un eldorado rêv (...)
  • 9  Hubert Bonin, « Un outre-mer bancaire en Orient méditerranéen : des banques françaises marraines d (...)
  • 10  Hubert Bonin, La Société générale en Russie (Histoire des activités financières et bancaires de la (...)

5Enfin, elle avait animé une stratégie d’implantation de plusieurs métiers bancaires dans des pays cibles : en Espagne, avec l’esquisse d’un réseau orienté vers la banque commerciale d’entreprise8, à la lisière de la Grèce et de l’Empire ottoman, elle avait accompagné la croissance d’une banque commerciale vigoureuse, la Banque de Salonique9 ; et, surtout, elle avait été la marraine d’une banque sœur en Russie, la Banque du Nord (à partir de 1901), puis, après sa fusion avec la Banque russo-chinoise en 1910, la Banque russo-asiatique10. Or celle-ci s’était érigée en grande banque commerciale en s’appuyant sur plusieurs métiers clés : banque d’entreprise, banque du négoce, en particulier, au point de devenir la première banque russe à la veille de la guerre.

B. Un modèle stratégique disloqué par la première guerre mondiale

  • 11  Procès-verbal du conseil d’administration, janvier 1918, AHSG.
  • 12  Hubert Bonin, « L’émergence de la coopération industrielle, bancaire et commerciale franco-soviéti (...)

6Ce modèle stratégique est disloqué par la première guerre mondiale et ses effets géopolitiques. De façon banale, l’ensemble des intérêts, filiales et entreprises parrainées, et des partenariats nourris en Russie par la Société générale est balayé par la révolution bolchevique : « Le conseil de direction de la Banque russo-asiatique à Petrograd a été dessaisi de ses fonctions par le pouvoir maximaliste11. » La Générale perd son parrainage sur la première banque universelle russe ! Ce choc, concrétisé aussi, sur plusieurs semestres, par d’énormes amortissements et dépréciations de valeurs et encours russes figurant au bilan, impose un repli dramatique sur l’Europe occidentale, jusqu’à la reprise des relations financières et bancaires avec l’URSS12 au milieu des années 1960. Comme plusieurs consœurs belges, allemandes ou britanniques, la Générale aura dû tailler dans ses actifs et ses activités de façon ample et brutale, sans qu’on puisse identifier véritablement les valeurs en cause. Les redécoupages et soubresauts vécus par l’Europe centrale et orientale ébranlent les positions de la maison dans ces contrées.

  • 13  Cf. Hubert Bonin, « Les quatre crises de la Société générale (1886‑2008). La crise d’un modèle éco (...)
  • 14Richard Roberts, « The London financial crisis of 1914 », dans Convergence and Divergence of Natio (...)
  • 15  Cf. dossier Crise de la Société générale en 1914, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AH (...)
  • 16  Dossier Crise de la Société générale (diverses notes ; procès-verbal du Conseil de régence du 11 j (...)

7Déjà, en 1913‑1914, ses engagements auprès de ses partenaires allemands et austro-hongrois avaient déclenché une crise de défiance13 quand la diplomatie européenne s’était durcie sous l’effet des guerres balkaniques et surtout d’une montée des tensions nationalistes. Elle se serait trouvée en porte-à-faux par rapport à la logique diplomatique française et, surtout, elle découvre que sa stratégie requiert des refinancements en liquidités plutôt fragiles, sinon aléatoires. Alors même que toutes les places européennes sont en effervescence, comme la City14, des rumeurs circulent en mai-juin 1914 dans la presse parisienne mais aussi provinciale, curieusement mobilisée contre la Générale15. Tout en menant une campagne de communication institutionnelle en réaction en juin et tout en s’appuyant sur deux syndicats de banques amies (autour de Paribas et de gros industriels amis et clients), qui achètent des lots d’actions de la Générale sur le marché, celle-ci bénéficie alors de la « solidarité de place » sous l’égide d’une Banque de France16 agissant en véritable banque centrale et selon le fameux principe de Bagehot. Elle accorde en effet une avance énorme de 200 millions de francs à la deuxième banque du pays, le 6 juin 1914, quand celle-ci vient mobiliser son portefeuille-effets auprès de la Rue de la Vrillière. L’avance passe à 300 millions le 7 juin, puis même à 800 millions, montant constaté au 29 septembre 1914, à mettre en rapport avec un encours de dépôts de 917 millions le 26 mai et avec un actif « immédiatement réalisable » de 1 177 millions (encaisse, effets, coupons, reports), et avec un actif total de 1 601 millions au 30 novembre.

  • 17  Paribas, Comptoir d’escompte, Crédit Lyonnais et Rothschild : chacun 9,9 millions ; Banque de l’un (...)
  • 18  Procès-verbal du conseil d’administration du 24 juillet et du 1er août 1914, AHSG. Le conseil se r (...)
  • 19  Note Avance à la Société générale, Archives de la Banque de l’union parisienne, dossier nº 548234.

8Dans un deuxième temps, une avance temporaire de 10 millions est accordée le 8 juin par des banquiers, rejoints par tous les hauts cadres de la Générale ; elle est prorogée tous les six mois avant d’être remboursée le 15 janvier 1917. Puis un biais d’un prêt de 50 millions de francs17 est négocié le 31 juillet 1914, sous la forme de « billets à ordre souscrits par la Société générale à l’ordre des établissements de crédit sur nantissement de titres18 », avec une troisième signature apportée par le président Frédéric Hély d’Oissel lui-même, qui avalise ces billets. Le prêt est ainsi garanti par le nantissement de titres et divers papiers pour 52,9 millions, déposés à la Banque de France, « qui a été subrogée par les participants dans le bénéfice de ce nantissement19 ». Son remboursement est opéré entre avril et juillet 1915 (pour 25,1 millions) et en février 1916 (pour le solde) – heureusement d’ailleurs, car plusieurs paquets des titres gagés étaient constitués par des valeurs d’entreprises russes…

9On peut se demander si la guerre est la seule responsable de cette recomposition de la stratégie d’après-guerre. En effet, les troubles surgis en 1914 ont pu convaincre la direction qu’il était délicat de conduire la gestion d’une grande banque de dépôt tout en déployant des actifs amples dans des pays considérés « à risque » alors que la volatilité des dépôts et la négociabilité des actions d’un capital élargi pouvaient constituer des facteurs d’instabilité. Dès 1913, des débats internes et la pression de la diplomatie française avaient conduit à « exfiltrer » le directeur général Louis Dorizon vers une présidence non exécutive, qu’il doit quitter au 31 décembre 1914 (au profit d’Henri Guernaut), tant il était impliqué dans la définition et la conduite de cette stratégie.

10La place bruisse de rumeurs sur l’état bilanciel réel de la Générale, sur les retombées de ses engagements en Allemagne et en Europe centrale. On lui reproche discrètement sa stratégie de croissance à tout va :

  • 20  Baron Émile du Marais, directeur à la direction financière du Crédit Lyonnais, compte rendu de vis (...)

« Le baron Edmond de Rothschild se demande si cette modification [l’appel à Guernaut] sera suffisante pour assurer le relèvement de la Société. Selon lui, le fonctionnement de la Générale a été mauvais dès sa création. On n’a jamais voulu distinguer quel devait être son objet. Elle fut non un établissement de crédit, mais une banque d’affaires travaillant avec ses dépôts, ce qui est une déplorable conception. Le baron Edmond se demande comment on peut relever l’affaire. Il craint que le capital ne soit complètement mangé, et ne voit qui apportera des fonds pour rembourser éventuellement les dépôts en cas de retrait. Il insiste sur l’intérêt que nous avons tous à éviter la chute de la Générale. Je réponds que nous sommes très désireux d’éviter cette chute, mais que le concours qui a déjà été apporté à deux reprises à cet établissement paraît devoir être l’effort maximum qu’on ait pu nous demander20. »

11Et une future étude des flux de financement entre les banques des États-Unis et de la France (crédits Brown et Bonbright) va révéler que, probablement faute de moyens d’action, car surendettée à cause de son prêt de sauvetage, la Générale est la seule des grands établissements de crédit – accompagnés par les maisons de haute banque – à ne pas participer aux syndicats de ces prêts…

12L’inquiétude reste vive encore à la fin de l’année 1914 – alors qu’aucune information n’est fournie par les archives de la Générale elle-même, bien que les discussions aient dû y être amples et torrides.

  • 21  Entretien entre Marais et Édouard de Rothschild, 24 décembre 1914, AHCL, DAF 297-1.

« Le baron Édouard [de Rothschild] se préoccupe de la situation de la Société générale. M. Ribot [Alexandre, ministre des Finances] lui a demandé quels concours seraient nécessaires pour assurer le paiement de tous les dépôts. M. Ribot ne veut, à aucun prix, laisser tomber la Société générale. Le baron Édouard répondit qu’au point de vue du personnel nouveau à introduire dans cette maison, il ne paraît pas possible de demander aux établissements de crédit, déjà si diminués par la guerre, de lui en fournir. Quant au concours financier, les maisons et établissements qui ont fourni à la Société générale une avance de 50 millions en juillet dernier sont décidés à ne pas aller au-delà. Or la Générale n’a plus aucune ressource à offrir à la Banque de France, son actif à recouvrer est encore de 200 millions, correspondant à ses avances à la clientèle. Il reste, en outre, 250 millions à appeler sur le capital. Si on ne brusque rien, le baron Édouard espère qu’on pourra arriver à reconstituer ultérieurement l’affaire, mais, pour éviter une suspension de paiements, il croit que le concours direct de l’État sera indispensable21. »

  • 22  Hubert Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen. Histoire du CFAT (Crédit foncier d’Algérie et d (...)
  • 23  Éric Bussière, « The interests of the Banque de l’union parisienne in Czechoslovakia, Hungary and (...)

13Quoi qu’il en soit, dorénavant, la Société générale délaisse durablement les affaires turques et hellènes, et elle vend la Banque de Salonique au Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, en mal de déploiement en Méditerranée orientale22. Une sorte de recentrage stratégique s’effectue. On peut également prétendre que se produit un aggiornamento consensuel des missions géo-économiques des banques françaises : les banques d’affaires Banque de l’union parisienne (BUP) et Paribas s’occupent en priorité de l’Europe danubienne – comme l’a étudié Éric Bussière23 –, tandis que les banques de dépôt se replient sur la banque d’entreprise (et la reconstruction) en France même.

C. De bonnes occasions de rebond à l’international

  • 24  Procès-verbaux du conseil d’administration de la Société générale, 12 juillet 1915, 2 septembre 19 (...)
  • 25  Bertrand Blancheton, « Fonctions et structures de la Banque de France durant l’entre-deux-guerres  (...)
  • 26  Octave Homberg, Les coulisses de l’Histoire. Souvenirs, 1898‑1928, Paris, Fayard, 1938 ; Raymond P (...)

14Ce serait néanmoins quelque peu abusif de parler de « repli » de la Société générale sur le champ international car plusieurs tremplins lui fournissent de bonnes occasions de rebond. En effet, après qu’elle a récupéré de facto sa filiale Sogénal dès le 28 novembre 1918, avant de reprendre le contrôle du capital en janvier 1919 et de la direction, elle peut l’orienter vers le marché rhénan, sous influence française pendant quelque temps, et plus largement vers le marché allemand, bénéficiaire d’un accord commercial avec l’Alsace. D’autre part, elle conserve des bases actives en Belgique et en Suisse pour les opérations de banque du négoce ; d’ailleurs, la « francisation » de la Société suisse de banque et de dépôts constitue une priorité dès septembre-octobre 1914 : la maison mère, qui y était majoritaire, en devient la seule propriétaire et, surtout, y impose désormais son contrôle managérial, ce qui facilite certainement les financements d’opérations européennes du côté des Alliés, sans plus de flux vers les puissances centrales24. La guerre a affûté les compétences de la Générale en matière de marché des changes, même si c’est le Lyonnais qui fournit le haut cadre qui va créer un service des changes à la Banque de France25 et si c’est Lazard qui est le fer de lance des opérations transatlantiques en dollars26.

  • 27Cf. Hubert Bonin, « The challenged competitiveness of the Paris banking and finance markets, 1914‑ (...)

15La succursale londonienne27 et la salle des changes de la Générale restent des leviers puissants au service des clients de banque d’entreprise, de la banque du négoce et des marchés, devenus spéculatifs, sur les devises pour compte des clients ou pour compte propre, par exemple par le biais de reports. La déstabilisation du franc qu’a causée la guerre aura in fine contribué à affûter le métier des équipes de FOREX, à la Générale comme chez ses consœurs. Enfin, notons la reprise rapide (dès la stabilisation du mark) des opérations de refinancement à court terme de correspondants bancaires en Allemagne, puisque les positions déclarées par la maison en 1931‑1932 s’avèrent imposantes : elle est l’un des leaders européens des avances très liquides aux banques allemandes, avant l’immobilisation de ces positions par le moratoire et leur lent remboursement au fil de l’eau jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale.

II. La Société générale partie prenante du financement de l’effort de guerre

16Sans originalité mais à sa juste place, la banque a constitué, elle aussi, l’un des rouages puissants de la machine de financement de l’effort de guerre, soit en mobilisant son réseau, soit en mobilisant ses ressources.

A. La mobilisation de la Société générale dans la guerre financière

  • 28  Cf. Philippe Vatin, « Publicité et politique. La propagande pour l’emprunt en France de 1915 à 192 (...)

17Sans se distinguer de ses consœurs, la Société générale mobilise ses divisions de banque financière et de banque de placement et de courtage au service de la mobilisation de l’épargne nationale afin de financer le déficit budgétaire croissant28. Elle aussi place des lots de bons de la Défense nationale et d’obligations étatiques. Si les institutions publiques ou mixte (la Banque de France) dominent ces opérations, la Générale vient au deuxième rang des banques à guichets (voir le tableau 1), avec une part de marché oscillant entre un quart et trois dixièmes si l’on considère le trio des trois grandes et, à l’échelle de chaque emprunt, entre 6 et 8 % du total placé.

  • 29  Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, AHSG, 22 novembre 1917.

18Elle confirme ainsi sa position au sein de l’économie bancaire et donc sa puissance de feu en tant que comonteuse d’opérations financières et en tant que courtier de titres. Sur ce registre, elle est à même de convaincre des directions financières de firmes de placer une partie de leur trésorerie en valeurs publiques ; et, en tant que banque de réseau et de proximité, elle est elle aussi apte à drainer l’épargne des diverses couches bourgeoises qui constituent sa clientèle habituelle et à séduire des strates de clients occasionnels. Mais il faut du personnel, et pour le placement de 1917, « 800 agents mobilisés ont été mis en sursis pour la période de l’emprunt29 ». C’est toute la « machine à placer » des titres qui est mise sous tension, dans la lignée des grandes émissions de valeurs d’avant-guerre (emprunts russes, obligations de firmes industrielles, etc.). L’enjeu est de tenir son rang face aux deux rivaux, Crédit Lyonnais et Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP), comme l’indique le premier, sorti vainqueur de cette compétition implicite :

  • 30  L’administrateur délégué du Crédit Lyonnais Edmond Fabre-Luce, lettre aux agences, 13 septembre 19 (...)

« Aucun autre établissement français n’a pu donner au pays un concours de pareille importance. Ces beaux résultats doivent être attribués au zèle et au dévouement de tous nos collaborateurs […]. Mais [ils] témoignent aussi de la fidélité de notre clientèle ; ils nous apportent la conviction que notre établissement a conservé, au milieu de la crise que traverse le pays, toute sa vitalité et toute sa puissance, et qu’il sera capable d’en donner de nouvelles preuves au moment de la paix et de la reprise des affaires30. »

  • 31  Cf. Hubert Bonin, Banque et identité commerciale. La Société générale, 1864‑2014, Villeneuve-d’Asc (...)

19Un point important, pas assez souligné, d’après nous, est que cette « machine de courtage » a acquis pendant la guerre une dimension qu’on peut qualifier de « nouvelle » : désormais, entre 1919 et le milieu des années 1930, son portefeuille de savoir-faire est bien rodé, techniquement et humainement, afin de pouvoir agir efficacement au service des grosses opérations orientées vers le financement de la sphère publique (obligations, bons du Trésor, Crédit national) ou semi-publique (emprunts de reconstruction, notamment). Une telle intensification du capital de compétence de la Générale dans ce domaine commercial31 constitue l’un des héritages « positifs » de la guerre, en levier de l’économie d’endettement public et semi-public qui s’épanouit dans l’entre-deux-guerres en un flux continu – tout en réveillant le rôle joué par la banque au service de son métier de banque d’entreprise et des émissions privées.

Tableau 1. Répartition des placements pour les quatre emprunts de guerre de 1915‑1918 (en millions de francs courants)

Novembre-décembre 1915

5-23 octobre 1916

Novembre-décembre 1917

Novembre 1918

Capital nominal

15 000

(15 205)

11 514

11 000

31 304

(Valeurs effectivement souscrites)

(Autre statistique)

%

(Valeurs effectivement souscrites)

(Autre statistique)

(Autre statistique)

%

(Valeurs effectivement souscrites)

(Autre statistique)

(Nominal)

%

Capital effectif

13 242

9 957

7 195

Banque
de France

2 963

2 600

17,18

3 890

3 890

34,27

3 465

13 388

42,77

Trésor

2 000

Caisse
des dépôts et consignations

1 000

Crédit Lyonnais

1 657

1 658,2

dont « 1 442,6 effectifs »

10,95

1 316

1 318,6

1 314

11,57

1 100

1 547

3 364

10,75

Société générale

880

(dont
la moitié
en espèces)

900

5,94

810

850

820

7,22

755

1 000

1 777

ou 2 500

7,99

Comptoir d’escompte

800

ou

725

5,94

750

720

750

(ou 710)

6,60

580

830

2 000

6,39

Crédit industriel et commercial

350

343
ou 275

1,81

200

200

200

1,76

200

302

500 ou 900

2,87

Société centrale
des banques
de province

360

265

1,67

500

360

3,17

343

1 373

4,39

Banque nationale
de crédit

144

195

0,89

201

202

1,78

192

800

2,55

Crédit du Nord

95

117

1,03

361

1,15

Banque suisse et française (futur CCF)

100

135

1,19

BFCI

128

0,41

Banque des pays du Nord

30

76

0,24

SMC

100

100

0,88

Crédit mobilier

100

0,66

100

0,88

Paribas

80

70

150,5

0,48

Banque privée

50

0,33

75

236

0,91

Banque française

70

Crédit foncier de France

60

Crédit français

35

55

Compagnie algérienne

60

BUP

25

60

Syndicat
de la Coulisse

7

50

Agents
de change

800

820

5,41

430

480

4,23

576

1 153

3,68

Poids de la Générale par rapport au trio constitué avec le Lyonnais
et le Comptoir d’escompte

26,4 %

28,2 %

31 %

25 %

Nombre de souscripteurs ayant utilisé la Société générale

328 000

245 000

275 147

Source : Dossier Emprunts 1915‑1917, 10 novembre 1921, AHSG.

Ce dossier fournit des données mises à jour et correspondant aux valeurs effectivement réalisées, d’où des écarts avec d’autres statistiques, établies à chaud lors des émissions. Colonnes 3 et 4 : AHCL, obligations de la Défense nationale 1915, DAF 297-1 BE 17/30, 1915 et croisement de diverses sources, 1929. Colonnes 7 et 8 : Résultats provenant de diverses sources croisées par le Crédit Lyonnais au début des années 1920 ; note du 14 novembre 1916, AHCL, DAF 299-2 BE 17/30. Colonnes 11 et 12 : AHCL, obligations de la Défense nationale 1915, DAF 129 AH 47 ; la direction financière croise diverses sources officieuses pour établir des statistiques plausibles.

B. L’engagement en direct de la Société générale dans le soutien du budget de guerre

20En parallèle, la maison s’engage par elle-même, « pour compte propre » dirait-on aujourd’hui, dans le financement de l’effort de guerre. En effet, elle semble pouvoir mobiliser des disponibilités restant liquides à l’actif. Faute d’étude explicite, on peut supposer que les capitaux circulants collectés par la maison manquaient d’occasions d’emploi sur le marché (prêts interbancaires européens, prêts aux firmes, opérations de change ou de report, etc.). Dès lors, des placements à court terme massifs et des paquets de placements à moyen et même long termes (jusqu’à dix ans) sont opérés, comme l’indique le tableau 2 ci-dessous :

Tableau 2. Les placements de fonds à court, moyen ou long terme effectués chaque année par la Société générale pendant la guerre (en millions de francs courants)

Obligations
à dix ans
de la Défense nationale

Obligations
à deux ans
de la Défense nationale

Bons
de la Défense nationale

Obligations de la Ville
de Paris

Bons municipaux

1914

24,9

1915

182,6

283,7

1916

28,1

774,4

1917

4,2

12,8

1 620,3

29

1918

1,3

2,9

3 421,2

Premier trimestre 1919

670,9

Total

216,2

15,7

6 795,3

29

28,8

Source : Dossier Opérations de la Société générale pour la Défense nationale, AHSG, note de 1918.

21Si l’inflation gonfle les chiffres au fil du temps, la masse d’argent orientée vers le budget public est tout de même énorme : pendant quelques années, la Société générale, comme ses consœurs, est insérée dans un nouveau système d’économie mixte, alimenté par l’économie bancaire de façon substantielle. La guerre change donc le profil du bilan des banques, comme cela a été déjà bien étudié.

  • 32  Procès-verbal du conseil d’administration, 19 août 1916, AHSG.

22Enfin, à la lisière de toutes ces opérations, le réseau de la Générale est utilisé pour inciter la clientèle à « mobiliser » les titres d’entreprises ou d’États concernant des pays neutres (dont les États-Unis pendant plusieurs semestres). Ces valeurs sont vendues à l’État français en échange de bons de la Défense nationale. Ainsi, à la date du 18 août 1916, la maison en a brassé pour un montant de 128,4 millions, soit « 10 % de tous les titres apportés au Trésor par le public32 ».

Conclusion

23Nous avons juste traité de deux thèmes clés seulement, car nous consacrerons des textes futurs à d’autres analyses, notamment dans la prochaine histoire structurée et exhaustive localisée dans le troisième tome (1913‑1920) de l’Histoire de la Société générale, en cours de méditation. J’ai ici évalué sommairement comment le portefeuille de métiers et de compétences de la banque lui a permis de contribuer – pas mieux, mais comme ses consœurs – à l’effort de guerre. Son expertise en banque de courtage et de gestion de patrimoine lui permet de participer activement aux levées de fonds par la puissance publique. Cependant, la guerre s’avère aussi un choc pour la Société générale, car elle est confrontée à des tensions qui ébranlent son assise. La crispation géopolitique des années 1913‑1914 et la montée vers la guerre déstabilisent une banque qui paraît alors trop orientée vers l’Europe centrale – après des déboires causés plutôt par l’Amérique latine dans les années 1880 et encore dans les années 1910 ou par l’Égypte. La maison semble avoir pris trop de risques et, tandis que les troupes montent au front, les banquiers de la place, la Banque de France, Paribas et des industriels se mobilisent pour sauver l’établissement d’une crise de confiance aiguë. Après ces vibrations angoissantes, c’est au tournant de 1918 l’effondrement du véritable « système » de banque et de financement bâti par la Générale en Russie : il va falloir redéfinir une stratégie en tenant compte du choc de 1914 et du choc de 1918, en redéfinissant les axes de déploiement international en liaison avec un recentrage du portefeuille d’activités stratégiques.

24Enfin, l’innovation perverse que constitue l’inflation de guerre pour des banques habituées au franc germinal, l’engloutissement dans les profondeurs d’un bilan opaque des dépréciations et amortissements provoqués par le tsunami russe et les déficiences de partenaires brésiliens, le manque à gagner de la banque d’entreprise pendant un conflit qui voit s’orienter une masse de disponibilités vers des valeurs publiques et le retard mis à monter une augmentation du capital constituent autant de facteurs qui contribuent à affaiblir les structures bilancielles de celle qui devient néanmoins la première banque de dépôt et de crédit française pendant quelques années. La sortie de la guerre suscite en réaction une course à l’ingéniosité des dirigeants pour faire rentrer des fonds stables et pour maîtriser tout risque de défiance, en louvoyant entre le redémarrage de la croissance et les équilibres actif-passif, afin d’éviter les crises vécues par plusieurs concurrents tout aussi affaiblis, mais moins habiles ou inspirés.

Notes

1  Sont évacués sur Paris dès 1914 : Reims, Charleville, Laon, Lille, Valenciennes, Bruxelles, Soissons, Saint-Dié.

2  Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, Archives historiques de la Société générale (AHSG), 11 juillet 1918. Sont alors évacuées (coffres, colis précieux, titres) les agences d’Amiens, Meaux, La Ferté-sous-Jouarre et Compiègne.

3  Dossier Grève de mai 1917, AHSG.

4  Hubert Bonin, « Louis Dorizon, dirigeant de la Société générale : la construction d’une carrière et d’une stratégie bancaires (1874‑1914) », Revue historique, CCXC/2, 1994, p. 511‑527.

5  Hubert Bonin, « La stratégie de déploiement international de la Société générale (des années 1870 aux années 1970) », Revue d’histoire diplomatique, tome CXXVII, 2013, p. 327‑348 ; « La stratégie de déploiement international de la Société générale (des années 1870 aux années 1970) », dans L’économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Olivier Feiertag et Isabelle Lespinet-Moret (dir.), Genève, Droz, 2010, p. 303‑324.

6  Hubert Bonin, « Un modèle ? La Sogénal, une banque régionale européenne (1881‑2001) », dans Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Michel Lescure et Alain Plessis (dir.), Paris, Albin Michel, 2004, p. 390‑410.

7  Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne, 1871‑1996, Paris, Mission Histoire, Société générale, 1996, 100 p. (paru en français et en anglais).

8  Hubert Bonin, « La Société générale en Espagne (des années 1860 aux années 1930) : un eldorado rêvé, un marché de niches », dans Des économies et des hommes. Mélanges offerts à Albert Broder, Florence Bourillon, Philippe Boutry, André Encrevé et Béatrice Touchelay (dir.), Bordeaux, Éditions Bière, 2006, p. 345‑358.

9  Hubert Bonin, « Un outre-mer bancaire en Orient méditerranéen : des banques françaises marraines de la Banque de Salonique (de 1907 à la seconde guerre mondiale) », Revue historique, CCCV/3, novembre 2003, p. 268‑302 ; idem, French Banks and the Greek « Niche Market », mid-1880’s-1950’s, Genève, Droz (« Publications d’histoire économique et sociale internationale »), 2013, 380 p.

10  Hubert Bonin, La Société générale en Russie (Histoire des activités financières et bancaires de la Société générale en Russie dans les années 1880‑1917), Paris, Mission Histoire, Société générale (« En feuilletant notre histoire »), 1994 (rééd. 2005), 100 p. (paru en français et en russe).

11  Procès-verbal du conseil d’administration, janvier 1918, AHSG.

12  Hubert Bonin, « L’émergence de la coopération industrielle, bancaire et commerciale franco-soviétique dans les années 1960 », dans De Gaulle et la Russie, Maurice Vaïsse (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 229‑252.

13  Cf. Hubert Bonin, « Les quatre crises de la Société générale (1886‑2008). La crise d’un modèle économique au cœur des crises conjoncturelles », Revue historique, nº 668, octobre 2013, p. 905‑933.

14Richard Roberts, « The London financial crisis of 1914 », dans Convergence and Divergence of National Financial Systems. Evidence from the Gold Standards, 1871‑1971, Patrice Baubeau et Anders ögren (dir.), Londres, Pickering & Chatto, 2010, p. 161‑178.

15  Cf. dossier Crise de la Société générale en 1914, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AHCL), 16 AH 12.

16  Dossier Crise de la Société générale (diverses notes ; procès-verbal du Conseil de régence du 11 juin 1914, etc.), Archives historiques de la Banque de France.

17  Paribas, Comptoir d’escompte, Crédit Lyonnais et Rothschild : chacun 9,9 millions ; Banque de l’union parisienne : 4,4 millions ; Hottinguer, Mallet, Heine, Mirabaud, Neuflize, Vernes et CIC : chacun 3 millions.

18  Procès-verbal du conseil d’administration du 24 juillet et du 1er août 1914, AHSG. Le conseil se réunit tous les jours à 11 heures pour faire le point durant ces semaines « chaudes » de mai à juillet 1914.

19  Note Avance à la Société générale, Archives de la Banque de l’union parisienne, dossier nº 548234.

20  Baron Émile du Marais, directeur à la direction financière du Crédit Lyonnais, compte rendu de visites aux barons Édouard et Edmond de Rothschild, 7 janvier 1915, AHCL, DAF 297-1.

21  Entretien entre Marais et Édouard de Rothschild, 24 décembre 1914, AHCL, DAF 297-1.

22  Hubert Bonin, Un outre-mer bancaire méditerranéen. Histoire du CFAT (Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie), 1880‑1991, Paris, Publications de la Société française d’histoire des outre-mers, 2004 (rééd. 2010) ; idem, « Une banque française maître d’œuvre des outre-mers levantin : le Crédit foncier d’Algérie et de Tunisie, du Maghreb à la Méditerranée orientale (1919‑1970) », Outre-Mers. Revue d’histoire, premier semestre 2004, t. 91, nº 342‑343, p. 239‑272.

23  Éric Bussière, « The interests of the Banque de l’union parisienne in Czechoslovakia, Hungary and the Balkans, 1919‑1930 », dans International Business and Central Europe, 1918‑1939, Philip Cottrell et Alice Teichova (dir.), Leicester, Leicester University Press, 1983, p. 399‑410 ; idem, Paribas, l’Europe et le monde, 1872‑1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992 ; Hubert Bonin, La Banque de l’union parisienne (1874/1904‑1974). De l’Europe aux outre-mers, Paris, Publications de la SFHOM, 2011 ; idem, « La Banque de l’union parisienne en Roumanie (1919‑1935). Influence bancaire ou impérialisme du pauvre ? », Revue historique, nº 2, 1985, p. 349‑381.

24  Procès-verbaux du conseil d’administration de la Société générale, 12 juillet 1915, 2 septembre 1915, 7 octobre 1915, AHSG.

25  Bertrand Blancheton, « Fonctions et structures de la Banque de France durant l’entre-deux-guerres », dans Gouverner une banque centrale (du xviiie siècle à nos jours), Olivier Feiertag et Michel Margairaz (dir.), Paris, Albin Michel, 2010, p. 181‑200.

26  Octave Homberg, Les coulisses de l’Histoire. Souvenirs, 1898‑1928, Paris, Fayard, 1938 ; Raymond Philippe, Le drame financier de 1924‑1928, Paris, Gallimard (« NRF »), 1931.

27Cf. Hubert Bonin, « The challenged competitiveness of the Paris banking and finance markets, 1914‑1958 », dans London and Paris as International Financial Centres in the Twentieth Century, Youssef Cassis et Éric Bussière (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 183‑204.

28  Cf. Philippe Vatin, « Publicité et politique. La propagande pour l’emprunt en France de 1915 à 1920 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXVII, avril-juin 1980, p. 208‑236.

29  Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, AHSG, 22 novembre 1917.

30  L’administrateur délégué du Crédit Lyonnais Edmond Fabre-Luce, lettre aux agences, 13 septembre 1915, AHCL, DAF 297-1 BE 17/30.

31  Cf. Hubert Bonin, Banque et identité commerciale. La Société générale, 1864‑2014, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2014, 290 p.

32  Procès-verbal du conseil d’administration, 19 août 1916, AHSG.

Auteur

Hubert Bonin est professeur émérite et chercheur en histoire économique à Sciences Po Bordeaux et au GREThA (Groupe de recherche en économie théorique et appliquée, UMR 5113) à l’université de Bordeaux. Il est spécialiste d’histoire bancaire et financière, mais aussi de l’histoire des entreprises et des organisations tertiaires, de l’esprit d’entreprise, du négoce et de la banque ultramarine. Il intervient en communication institutionnelle, culturelle et historique au profit de groupes transnationaux, d’associations européennes fédérant des entreprises ou de comités franco-chinois. Il cogère la Société française d’histoire des outre-mers (SFHOM). Il a récemment publié Banque et identité commerciale. La Société générale, 1864‑2014, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2014 ; avec Carlo Brambilla (dir.), Investment Banking History. National and Comparative Issues (19th21st centuries), Bruxelles, PIE Peter Lang (« Euroclio. Studies and Documents », nº 78), 2014 ; avec Yves Bouvier et Denis Varaschin (dir.), Histoire économique et sociale de la Savoie de 1860 à nos jours, Genève, Droz (« Publications d’histoire économique et sociale internationale », nº 30), 2014 ; « Europeanized French bankers ? (From the 1830s to the 1970s) », Business History, vol. 56, nº 8, 2014, p. 1312‑1334.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search