Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Les affaires en temps de guerre

Les activités boursières des banques : les ruptures de la guerre

Introduction

Laure Quennouëlle-Corre

Texte intégral

  • 1  Paul Leroy-Beaulieu, L’art de placer et gérer sa fortune, Paris, C. Delagrave, 1906, p. 92‑94.

1À plusieurs titres, les banques sont partie prenante des activités boursières, que ce soit pour leurs activités de crédit ou leurs opérations sur le marché financier. Bien qu’il leur soit interdit d’être opérateurs sur le marché financier, les banques forment un complément indispensable aux opérations des agents de change en raison de leur savoir-faire dans l’organisation des émissions de titres et des ressources qu’elles peuvent mettre à la disposition du marché, grâce à leur capacité de placement auprès de leur clientèle. À la veille de la guerre, les banques commerciales jouent ainsi un rôle important en amont et en aval du marché financier. Depuis le xviiie siècle, l’introduction de titres en bourse constitue l’une des principales activités de la haute banque, tant pour le lancement d’émissions que pour le placement de titres. Les banques participent ainsi au financement de secteurs entiers de l’économie. Grâce à leurs réseaux internationaux, les banques d’affaires, comme Rothschild, sont les chefs de file de grands emprunts étrangers à Paris. Un autre exemple est donné par la diversité du portefeuille-titres des banques d’affaires1: en 1903, Paribas compte ainsi dans son portefeuille-titres 358 placements divers, dont 34 fonds d’État, 278 sortes d’actions différentes et 46 catégories d’obligations.

2Pour leur part, grâce à leur forte capacité de placement auprès de leur clientèle, les grands établissements de crédit créés dans les années 1860 participent de plus en plus fréquemment aux syndicats bancaires mis en place pour le lancement de grandes émissions nationales et internationales. Mais c’est surtout grâce à leur puissance de placement que ces établissements acquièrent une place prépondérante dans le fonctionnement du marché boursier. À la veille de la première guerre mondiale, les grandes banques de dépôt sont les premiers placeurs de titres, tandis que les petites banques d’affaires gardent un rôle dans le placement des petites valeurs auprès d’une clientèle plus étroite, pour les émissions qui ne sont pas admises à la cote officielle.

  • 2  Circulaire du 11 octobre 1895, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AHCL), 098 AH 85.

3Ainsi, pour le compte de leurs clients, les grandes banques parisiennes monopolisent-elles toute une série d’opérations : achat et vente de titres, conservation des titres au coffre, paiement des coupons. Pour ces services, elles touchent une partie du courtage, une commission pour frais de correspondance, de transport et d’assurance, sans oublier les frais de garde des titres et la location de coffres-forts. Obtenir le dépôt des titres permet en pratique à un établissement d’avoir la gestion de toutes les autres opérations de bourse de ses clients. Elles profitent de remises sur les opérations de bourse de la part des opérateurs boursiers qui souhaitent élargir la clientèle boursière. Le Crédit Lyonnais est alors la première banque de placement de titres et a vocation à « devenir de plus en plus en province l’intermédiaire privilégié des capitalistes2 ». Enfin, il faut mentionner également le rôle prépondérant des banques de dépôt dans le bon fonctionnement du marché à terme : elles assurent la liquidité du marché boursier en fournissant près de la moitié (47 %) des reports en bourse.

4La guerre va modifier sensiblement les activités du marché boursier et par voie de conséquence celles des banques dans ce domaine.

 

5C’est, en premier lieu, l’essor de la dette publique qui modifie l’activité financière des banques. La guerre a entraîné un fort accroissement des souscriptions de différents types de banques aux emprunts publics, que ce soit aux bons du Trésor, aux bons de la Défense nationale, aux obligations de la Défense nationale ou aux quatre grands emprunts de guerre.

  • 3  Même si les bons de la Défense nationale sont placés dans le public, ce sont souvent les banques q (...)
  • 4  La Banque de France est alors un concurrent direct des autres banques dans la recherche de clientè (...)

6Grâce à leur réseau d’agences, les grandes banques de dépôt sont bien évidemment les meilleurs placeurs des effets publics3. La part des banques commerciales cumulée avec l’énorme part de la Banque de France4 dans le placement des titres publics représente alors entre 75 % et 90 % du total souscrit. C’est dire si l’État a besoin des banques pour le placement de ses titres ; les relations qu’il entretient avec elles sont conditionnées par ses besoins impérieux. Le poids des établissements de province pour les deux derniers emprunts de guerre et la part croissante du portefeuille-effets des banques d’affaires, liée à l’acquisition de bons de la Défense nationale, sont aussi à prendre en considération. Ces dernières aident également l’État à obtenir des crédits à l’étranger et effectuent pour lui des opérations de change à terme garanties.

7Le conflit marque l’arrêt des nouvelles émissions étrangères sur le marché de Paris, tandis que le défaut des emprunts russes ou d’Europe centrale entraîne une désaffection des épargnants pour les titres étrangers. Ces deux événements auront des conséquences directes sur l’activité financière de certaines banques et sur leur bilan après la guerre.

 

8On ne peut pas dire que le marché financier ait profité de la guerre : il s’est provisoirement replié, il a changé de physionomie, est devenu moins international et s’est tourné essentiellement vers les emprunts d’État. Cependant, depuis 1919 jusqu’à la fin des années 1920, le marché parisien connaît une hausse des cours quasi permanente avec un développement du marché des actions, aussi bien du point de vue de la hausse des cours et de l’augmentation des sociétés cotées que de la capitalisation boursière.

  • 5  Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 1919‑1931, Paris, Fayard, t (...)

9Plusieurs critères permettent d’affirmer cela. Depuis la fin de la guerre, le marché des actions françaises est à nouveau dans une conjoncture favorable, grâce au rapatriement d’une offre de capitaux, même réduite, vers l’Hexagone. Les besoins nouveaux nés de la reconstruction dynamisent les émissions de sociétés françaises qui se recapitalisent pour faire face à la demande. Les grandes banques d’affaires portent des augmentations de capital de sociétés cotées (chemins de fer, banques, compagnies de navigation), mais aussi de nouvelles entrées en bourse (chantiers navals, pétrole), selon une spécialisation sectorielle qui renforce les liens entre la banque et l’entreprise qu’elle finance. L’indice des valeurs à revenu variable est en augmentation par rapport à 1913, surtout entre 1924 et 1928, mais avec de fortes variations suivant les différents groupes5. Le cours en valeur or (calculé par rapport à 1913) est supérieur au pair dans les groupes d’électricité, de matériaux de construction, d’assurances, de sociétés coloniales et de textile.

  • 6   Par exemple entre 1922 et 1928 à la Société générale, voir le Livre du centenaire de la Société g (...)

10L’essor de la spéculation sur les devises – surtout sur le mark à l’époque6 –, à laquelle se livrent les particuliers, les entreprises et les banques elles-mêmes, entraîne un redémarrage du marché des changes. Les opérations de change auxquelles se livrent les banques leur permettent de tisser de nouveaux liens avec les agents de change à la bourse de Paris, qui a rouvert un département de change au sein du palais Brongniart.

 

  • 7  Olivier Moreau-Néret, Les valeurs mobilières, Paris, Sirey, 1939, tome 1, p. 297. L’auteur calcule (...)
  • 8  En francs or également, calculés par Olivier Moreau-Néret, op. cit., t. 2, p. 286.
  • 9  Laure Quennouëlle-Corre, La place financière de Paris au xxe siècle. Des ambitions contrariées, Pa (...)

11L’ensemble de la capitalisation boursière du marché officiel à Paris s’établit à plus de 205 milliards de francs courants au 31 décembre 1921 et à presque 396 milliards au 31 décembre 19277. Pour leur part, les valeurs françaises (publiques et privées) se sont renouvelées pour plus de la moitié au cours de la décennie. Le montant de nouvelles émissions est également en hausse, essentiellement des valeurs françaises. Alors que la moyenne pour les sociétés françaises s’établit pour 1907‑1913 à 1,7 milliard, le montant des émissions est de 1,8 milliard de francs 1914 en 1921 et de 1,5 milliard en 1923 ; il retombe à 922 millions en 1925 puis remonte à partir de 19288. La cote est renouvelée avec 2 433 nouvelles valeurs françaises admises au parquet entre 1914 et 19299. Ainsi, les admissions à la cote officielle parisienne atteignent-elles des niveaux élevés, non seulement en nombre absolu, mais aussi en nombre de sociétés cotées.

  • 10  A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres…, op. cit., p. 397. Même en pren (...)
  • 11  Sur le marché des actions dans l’entre-deux-guerres, voir Pierre-Cyrille Hautcœur, « Le marché bou (...)

12Enfin, la reprise des transactions est également significative. Dès 1923, le volume des transactions boursières, calculé par Alfred Sauvy, est à peu près le double de 1913. En 1928, il est trois fois supérieur à celui de 191310 et traduit le regain d’intérêt pour la bourse d’un nombre croissant d’épargnants, attirés par la hausse des cours et désireux de transformer leurs rentes en actions plus rentables. Les cours maximaux sont atteints en 1923‑1924, autant que durant les années qui suivent la stabilisation Poincaré, ce qui confirme le lien entre fuite devant la monnaie et demande d’actions11.

  • 12  Jean-Claude Debeir, « Inflation et stabilisation en France (1919‑1928) », Revue économique, nº 4, (...)

13Les émissions d’emprunts publics qui se poursuivent après la guerre et l’activité soutenue du marché de la rente modifient également la configuration du marché des valeurs à revenu fixe. Le placement des emprunts publics sur le marché a un double effet d’entraînement mais aussi d’éviction. Ainsi, dû en grande partie à l’émission de la rente française à 6 % en 1920 – près de 28 milliards de francs –, le redémarrage de la bourse en 1921 est-il remarquable. Alors que le renouvellement des valeurs étrangères est faible, de nouvelles valeurs d’État font irruption massivement sur le marché : en 1919, la rente constitue plus de la moitié de la capitalisation des valeurs inscrites à la cote et s’accroît des deux emprunts de liquidation de 1920. La dette bancaire du Trésor, constituée surtout de bons, demeure toujours importante entre 1919 et 1926. Ce type de bons était très prisé par les banques car il était réescomptable sans limite auprès de la Banque de France. 87 % des valeurs du portefeuille d’escompte des banques de dépôt étaient constitués de valeurs du Trésor en 1921 et cela au moins jusqu’en 1923. Le portefeuille d’escompte (qui englobe les effets publics) reste important jusqu’en 1926 par rapport au portefeuille-titre, qui est insignifiant (6 millions de francs contre 3,8 milliards pour le Crédit Lyonnais en 1921). Selon Jean-Claude Debeir, en 1921, la part des revenus de valeurs mobilières dans les bénéfices du Crédit Lyonnais est de 115 186 000 francs sur 256 477 000 francs ; dans ceux de la Société générale, le rapport s’établit de 121 364 000 francs à 207 343 000 francs – plus de la moitié12. Selon ses calculs, les deux principales banques d’affaires, Paribas et la Banque de l’union parisienne, constituent le deuxième groupe de placeurs, avec environ 30 millions de francs de revenus tirés des valeurs mobilières : ce chiffre met en lumière la part non négligeable que ce type d’établissement souscrit en titres – fait ancien, mais amplifié depuis la guerre.

 

14Après la guerre, l’État continue de faire appel en priorité aux établissements bancaires pour placer ses titres et rentes, sans oublier le placement des valeurs semi-publiques telles que les obligations du Crédit national, du Crédit foncier, etc.

  • 13  « Conditions d’émission des emprunts publics 1917‑1939 », SAEF, fonds Trésor, B 6198011.
  • 14  « Bons du Trésor et bons de la Défense nationale », réunion au Crédit Lyonnais du 18 décembre 1925 (...)

15L’intérêt bien compris de l’ensemble des banques pour les emprunts publics tient aux rémunérations qui leur sont liées : le montant de la commission de placement, qui s’établit entre 33,5 ‰ et 15 ‰ suivant les types d’émission et leur durée ; le montant du service financier, qui oscille entre 0,15 % et 0,30 % par coupon13. Les établissements bancaires semblent parfois se satisfaire de cette manne financière et confortent le système qui se met en place, réclamant même des avantages fiscaux en faveur des émissions publiques au motif de les rendre plus attrayantes. Les réunions entre banques pour préparer le placement des émissions publiques, comme pour les autres émissions, attestent de l’intérêt croissant des banques pour ce type de titres, qui leur permettent de se concerter sur les commissions et sur le choix des titres selon leur degré de liquidité. Elles contribuent en outre à resserrer les liens entre établissements. Lors d’une réunion sur les bons de la Défense nationale le 18 décembre 1925, le représentant du Crédit Lyonnais souligne ainsi « l’intérêt pour les grands établissements de suivre une politique commune [en matière de bons]14 ».

16Hormis les bons à court terme émis par l’État, les banques conservent un rôle non négligeable dans le placement des emprunts à long terme. Cependant, l’accaparement de leurs emplois par les bons du Trésor et les bons de la Défense nationale limite leurs engagements à long terme pour le secteur public comme pour le secteur privé. Ceci est aussi valable pour les banques d’affaires, comme l’indiquent les placements de Paribas et de la Banque de l’union parisienne : gonflement du portefeuille-effets dû principalement à la souscription de bons de la Défense nationale, maintien relatif du poste « Titres et participations » et chute des reports en bourse.

 

17Dans ces années de tension sur la trésorerie de l’État et de difficulté de placement des valeurs publiques, les établissements bancaires sont souvent consultés par le Mouvement général des fonds sur le type d’émission et le moment opportun du placement des titres ou bien encore sur les méthodes d’emprunt. Face aux propositions du ministère des Finances en matière de volume et de taux, les banques font front commun, souvent sous la bannière du Crédit Lyonnais, leur opposant une résistance plus ou moins tenace au gré des conditions du marché. Pour les années 1920, les conversations entre l’État et les banques retranscrites dans les archives du Crédit Lyonnais montrent les préoccupations du Mouvement général des fonds concernant le classement des rentes, qui régulièrement pose problème. Plusieurs fois par mois, le ministère des Finances réunit les représentants des principales banques pour trouver des remèdes ou des expédients au placement des rentes de plus en plus difficile. Au fil des réunions, l’État finit par maîtriser progressivement le calendrier des emprunts et par imposer ses vues aux banques.

18S’instaurent donc dès les années d’après-guerre des relations régulières entre la trésorerie de l’État et les grandes banques sur les conditions d’émission et de placement des titres publics. Signe des nouveaux besoins financiers de l’État, cette organisation du marché de la dette s’ancre durablement dans les pratiques de la place et domine les années de l’entre-deux-guerres. En effet, le mouvement se poursuivra bien au-delà de la guerre.

19De même les pratiques d’entente entre les six grandes banques sur les barèmes d’émission de titres vont-elles se développer à partir des années 1920, réduisant alors des pratiques concurrentielles sur le marché financier déjà bien entamées par l’irruption des émissions publiques. À cela s’ajoute le développement de la pratique de la prise ferme pour les titres non écoulés lors des nouvelles émissions, qui favorise les grands établissements de crédit qui ont les fonds nécessaires pour supporter les éventuelles « colles ».

 

20Nouveaux secteurs d’intervention, nouvelles pratiques, réorientation des activités : la première guerre mondiale a bel et bien changé les rapports entre les banques et le marché financier. Mais elle a aussi renforcé l’influence des grandes banques de dépôt auprès des émetteurs de titres, influence qui va devenir prépondérante lors de l’établissement formel de cartels bancaires pour les opérations financières à partir de 1929.

Notes

1  Paul Leroy-Beaulieu, L’art de placer et gérer sa fortune, Paris, C. Delagrave, 1906, p. 92‑94.

2  Circulaire du 11 octobre 1895, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AHCL), 098 AH 85.

3  Même si les bons de la Défense nationale sont placés dans le public, ce sont souvent les banques qui les souscrivent pour ensuite les placer auprès de leur clientèle. Il ne faut pas négliger non plus le rôle des comptables publics, des facteurs, des notaires, qui ont tous été mobilisés pour écouler ce type de titres à court terme.

4  La Banque de France est alors un concurrent direct des autres banques dans la recherche de clientèle.

5  Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, 1919‑1931, Paris, Fayard, t. I, 1965.

6   Par exemple entre 1922 et 1928 à la Société générale, voir le Livre du centenaire de la Société générale, 1864‑1964, Paris, Imprimerie Chaix, 1964, 272 p.

7  Olivier Moreau-Néret, Les valeurs mobilières, Paris, Sirey, 1939, tome 1, p. 297. L’auteur calcule le capital nominal des actions et obligations sur le marché officiel (hors coulisse).

8  En francs or également, calculés par Olivier Moreau-Néret, op. cit., t. 2, p. 286.

9  Laure Quennouëlle-Corre, La place financière de Paris au xxe siècle. Des ambitions contrariées, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015, p. 75 et suiv., http://books.openedition.org/igpde/3820.

10  A. Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres…, op. cit., p. 397. Même en prenant en compte la dépréciation monétaire des années 1920 – puisque le franc de 1928 ne vaut plus que 20 % de celui de 1914 –, il y a une augmentation des transactions.

11  Sur le marché des actions dans l’entre-deux-guerres, voir Pierre-Cyrille Hautcœur, « Le marché boursier et le financement des entreprises françaises (1890‑1939) », doctorat, sous la direction de Christian de Boissieu, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1994, ex. dactyl., chap. 7.

12  Jean-Claude Debeir, « Inflation et stabilisation en France (1919‑1928) », Revue économique, nº 4, juillet 1980, p. 622‑647.

13  « Conditions d’émission des emprunts publics 1917‑1939 », SAEF, fonds Trésor, B 6198011.

14  « Bons du Trésor et bons de la Défense nationale », réunion au Crédit Lyonnais du 18 décembre 1925, AHCL, 031 AH 764.

Auteur

Laure Quennouëlle-Corre est directrice de recherche au CNRS (Centre de recherches historiques) et enseigne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du conseil scientifique du Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Ses travaux portent sur l’histoire monétaire et financière contemporaine et sur l’histoire des politiques publiques. Elle a récemment publié La place financière de Paris au xxe siècle. Des ambitions contrariées, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015 (http://books.openedition.org/igpde/3820) ; avec Florence Descamps (dir.), La mobilisation financière pendant la Grande Guerre. Le front financier, un troisième front, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015 (http://books.openedition.org/igpde/4177) ; avec Youssef Cassis (dir.), Financial Markets and International Capital Flows in the 19th-20th Centuries, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; avec Robert Jablon et André Straus, Politique et finance dans l’Europe du xxe siècle. Entretiens avec Robert Jablon, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search