Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Personnel et clientèle

Gérer le personnel au Crédit Lyonnais pendant la première guerre mondiale (1914‑1919)

Cécile Omnès

Texte intégral

Introduction

  • 1  Chiffre extrait d’un tableau statistique intitulé « Campagne 1914‑1918 », situation au 30 septembr (...)
  • 2  Au 31 décembre 1914, les effectifs s’élèvent à 16 790, cf. les comptes de profits et pertes au 31  (...)

1La mobilisation générale décrétée le 1er août 1914 concerne toutes les « forces vives » du pays, composées des hommes valides âgés de 20 à 40 ans. De fait, les établissements industriels et commerciaux, de même que les ministères et les campagnes, sont très vite confrontés à une pénurie de main-d’œuvre masculine. Le Crédit Lyonnais ne fait pas exception : il est privé de plus de la moitié de ses effectifs : 9 568 membres1 de son personnel masculin titulaire seront finalement mobilisés dans le service armé, sans compter ceux mobilisés dans la réserve2. Nombreux parmi eux sont des employés qualifiés, appartenant aux états-majors des services :

  • 3  Instruction de la direction des Agences régionales datée du 5 décembre 1914, AHCL, 068 AH 038, cit (...)

« nos chefs, nos sous-chefs et nos premiers employés sont, pour la plupart, en raison de leur âge, encore soumis aux obligations des lois militaires et nous avons tout lieu de craindre que cette crise ne s’accentue encore, soit par les départs des employés appartenant aux dernières classes de la réserve territoriale, soit par les départs des employés qui sont ou vont être reconnus bons par les conseils de révision ou de réforme devant lesquels ils doivent se présenter3 ».

2Dès lors, comment l’établissement gère-t-il son personnel pour faire face aux impératifs militaires et professionnels, alors même que les affaires courantes continuent, doublées bientôt des campagnes de lancement des emprunts pour la Défense nationale ? Comment les personnels de cet établissement se sont-ils comportés au front et à l’arrière ? Comment donc, face à la complexité de cette gestion des personnels dans la guerre confrontés bientôt au nouveau défi de l’inflation, l’administration prend-elle conscience de la nécessité de créer une nouvelle direction dans l’entreprise, la direction du personnel ?

3Afin de répondre à ces questions, nous avons distingué trois temps forts :

  • le temps de la mobilisation et de l’engagement des personnels tout d’abord ;

  • le temps de l’adaptation à une guerre qui dure ensuite, consistant à tenter de compenser l’absence des effectifs mobilisés d’une part et d’autre part de gérer les conséquences de l’inflation à partir de 1916 ;

  • le temps de la démobilisation enfin.

I. Le temps de la mobilisation et de l’engagement

A. La mobilisation et ses conséquences

4Dans sa séance du 5 mars 1919, le conseil d’administration dresse un bilan de la mobilisation des effectifs. Il indique ainsi :

« la mobilisation a privé les groupes français de 63,70 % de l’ensemble de leur personnel et de 73,95 % de leur personnel masculin. Le siège central et les agences dans Paris ont été les plus éprouvés par la mobilisation de 80,60 % de leur personnel masculin. Cette proportion a été réduite à 54 % si on tient compte du personnel féminin. Enfin, depuis le 15 février 1915 jusqu’au 17 février 1919, le mouvement du personnel parisien a été de :
  - 6 597 employés entrés dont 784 démobilisés ;
  - et de 5 547 employés sortis.

  • 4  Procès-verbal du conseil d’administration du 5 mars 1919, AHCL, 004/006.

Tant aux entrées qu’aux sorties, ces nombres dépassent le total du personnel4 ».

  • 5Ibid.

5Il précise que « ces quelques données permettent de se faire une idée des difficultés inhérentes au recrutement du personnel que l’établissement a rencontrées dès le début de la guerre et pendant les hostilités5 ».

6Cela ne fut donc pas sans incidence sur l’organisation des services. Dès le mois de novembre 1914, quand le directeur du groupe Lyonnais (le siège social avec le groupe des agences régionales), André Madinier, adresse à celui qui n’est alors que secrétaire général, Eugène Lefèvre, une liste de noms d’employés mobilisés pour lesquels il souhaite des sursis d’appel, il appuie sa demande en faisant référence à la désorganisation des services.

7Ces employés ont des points communs : ils sont tous mobilisés dans la réserve territoriale et tous, de par leur âge et leur expérience, très qualifiés. Il en est ainsi d’Albert B., 41 ans, inspecteur de banque des agences régionales, mobilisé à Jausiers dans les Basses-Alpes, de Joseph M., âgé de 42 ans, contrôleur permanent des services à l’agence de Marseille, mobilisé à Besançon, de Léon V., âgé de 46 ans, chef comptable de l’agence de Dijon, ville où il est mobilisé, ou encore de Francis M., âgé de 44 ans, chef du portefeuille à l’agence de Besançon, ville où il est aussi mobilisé. Les demandes de sursis pour ces employés sont toutes motivées par la désorganisation des services consécutive à la mobilisation générale. Madinier précise dans sa lettre du 18 novembre 1914 adressée à Lefèvre :

  • 6  Liste de demandes de sursis transmise dans une lettre du 18 novembre 1914 adressée par Madinier à (...)

« le service de l’Inspection des agences régionales à Lyon est actuellement désorganisé et le directeur de ce groupe a un besoin urgent d’avoir à côté de lui un collaborateur qui puisse le seconder et auquel il puisse confier des missions délicates, lesquelles en raison des événements actuels, sont très fréquentes », ou bien encore : « nous avons un besoin urgent de ce collaborateur pour diriger la comptabilité des agences de Moulins et de Nevers, dont le personnel comptable a été absolument décimé par la mobilisation », ou bien aussi : « le personnel de la comptabilité de l’agence de Dijon étant complètement désorganisé, nous aurions absolument besoin de Léon V. pour diriger ce service », ou enfin : « la présence de Francis M. est urgente à l’agence de Besançon parce que les employés sérieux des services Portefeuille, Entrées et sorties et Correspondance ont été mobilisés et qu’il ne reste dans ses bureaux que des tout jeunes gens6 ».

  • 7  AHCL, 98 AH 167.

8Dans une lettre datée du 22 mars 1915 adressée au siège central, Louis Macé, directeur des agences régionales, souligne, pour justifier de nouvelles demandes de sursis, que « le départ de la plupart de nos chefs de Titres met l’établissement dans l’embarras pour assurer la marche des services Comptabilité et Titres ; si les collaborateurs ci-dessus lui étaient rendus, il pourrait les utiliser dans celles des agences qui sont les plus éprouvées7 ».

B. L’engagement du Crédit Lyonnais

1. L’engagement de l’administration

9Les mobilisés sont souvent les seuls soutiens de famille ; de fait, le conseil d’administration décide dès le début de la mobilisation, convaincu comme tous que la guerre serait courte, de verser l’intégralité de leur traitement à ceux des employés mobilisés qui sont mariés et la moitié de leur traitement à ceux qui sont célibataires.

  • 8  Procès-verbaux du conseil d’administration du 26 octobre 1912 au 23 décembre 1920, AHCL, 004/006.
  • 9  Procès-verbal de la séance du 30 mars 1915, AHCL, 004/006.
  • 10  Procès-verbal de la séance du 14 mai 1919, AHCL, 004/006.
  • 11  Note de la direction générale datée du 6 octobre 1915, AHCL, 98 AH 167.
  • 12  Note de Macé, directeur des agences régionales aux directeurs des agences régionales du 23 juin 19 (...)
  • 13Ibid.

10Dans sa séance du 16 novembre 1914, il décide de proroger cette mesure jusqu’au 31 décembre 1914 en précisant aussi que « les employés célibataires qui ont à leur charge des parents âgés toucheront également l’intégralité de leurs traitements jusqu’à la fin de l’année8 ». Cependant, à partir de 1915, conscient désormais que la guerre va durer, le conseil révise à la baisse cette mesure généreuse en n’accordant désormais « aux employés mobilisés qui sont mariés » plus que « la moitié de leurs appointements » et plus que le quart aux employés célibataires9. Cette mesure, réaffirmée tous les trois mois, est prolongée tout au long de la guerre, jusqu’au 31 août 191910. Seuls les employés faisant partie des classes 1911, 1912 et 1913 ont été exclus de ce dispositif, au prétexte qu’« ils ne faisaient pas partie du Crédit Lyonnais au moment de la mobilisation11 ». Les employés des jeunes classes 1914 et suivantes ainsi que les engagés volontaires partis depuis le début de la guerre devaient pour recevoir cette allocation être entrés au Crédit Lyonnais avant le 1er août 1914, date de la mobilisation générale. Cependant, « à partir du 1er avril 1917, les employés de cette catégorie, y compris ceux de la classe 1918 qui sont entrés au Crédit Lyonnais après le 1er août 1914, bénéficieront aussi de l’allocation de mobilisés, à condition qu’ils aient 6 mois de présence dans les bureaux au moment de leur départ du régiment12 ». « Pour les employés mariés, tués à l’ennemi ou décédés à la suite de blessures ou de maladies contractées au cours de la guerre, les veuves toucheront, pendant la même période, l’appointement qu’auraient touché leurs maris, c’est-à-dire la moitié du traitement qu’ils avaient avant la Guerre13. »

  • 14Ibid.

11Enfin, l’administration se préoccupe du cas de « ceux des collaborateurs qui, à la suite de blessures graves reçues à la guerre, ont été réformés nº 1 avec pension de l’État et qui sont incapables de reprendre leur emploi dans l’établissement ». À ceux-là, elle déclare que les directeurs d’agences devront continuer à payer, tant qu’ils n’auront pas obtenu une pension de l’État, l’allocation des mobilisés, suivant la catégorie à laquelle ils appartiennent. Mais elle précise que lorsqu’ils apprendront qu’un de leurs employés réformé dans ces conditions est entré en jouissance de sa pension, ils auront à soumettre son cas à la direction des Agences régionales afin qu’elle l’examine14.

  • 15Ibid.

12C’est pourquoi Macé exige de ses directeurs qu’ils tiennent à jour toutes les informations nécessaires « pour guider son appréciation, en lui indiquant notamment le chiffre de la pension dont il bénéficie, le travail auquel il peut se livrer et les ressources qu’il peut en tirer15 ».

  • 16  Fondée en 1905 par Marie-Thérèse Brincard, fille du fondateur du Crédit Lyonnais, cf. C. Omnès, La (...)
  • 17  Note de la direction des Agences régionales adressée aux agences régionales, datée du 7 octobre 19 (...)

13Par le biais de la Société des amis des employés du Crédit Lyonnais (SAECL)16, organisation paternaliste de secours fondée par la baronne Brincard, fille d’Henri Germain, et dirigée par Mlle Marcoud, l’administration se préoccupe aussi à l’approche de l’hiver 1915 de « fournir quelques vêtements chauds aux prisonniers de guerre qui appartiennent à l’établissement ». À cet effet, elle imprime un certain nombre de cartes postales qu’elle diffuse dans les directions du groupe sur la base du nombre d’employés prisonniers qu’elles ont déclarés en leur demandant de « les expédier aux collaborateurs en captivité de façon à ce qu’ils puissent demander directement à la SAECL les vêtements dont ils ont besoin17 ».

  • 18  Lettre de la direction générale du 2 décembre 1914 relative aux employés mobilisés, blessés ou mal (...)
  • 19  Lettre de la direction générale adressée le 15 décembre 1915 au siège social relative à l’envoi de (...)

14Dès décembre 1914, des initiatives sont aussi prises par certains directeurs et gérants d’agence pour visiter ou faire visiter les employés hospitalisés « à la suite des blessures reçues devant l’ennemi ou de maladies contractées au cours de la campagne ». La direction générale décide de généraliser ces visites afin de « donner à son personnel, qui combat si vaillamment pour la France une preuve de sympathie et de bonne camaraderie »18. Enfin, les directions s’organisent pour envoyer aux employés « appelés sous les drapeaux qui sont actuellement au front » des colis pour Noël19. Ainsi, le siège social à Lyon répond à la direction générale à Paris, dans une lettre du 13 décembre 1915, en envoyant les adresses de 250 employés du siège social, ainsi que celles de 1 167 employés des agences régionales, présents au front.

15Pour ce qui est des prisonniers civils, comme ce fut le cas de six employés de l’agence de Roubaix, qui ont dû évacuer la ville, donc l’agence, le 9 octobre, pour tomber dans les lignes ennemies, être faits prisonniers le 10 et envoyés dans un camp en Allemagne, l’administration leur envoie des mandats d’une somme de 50 francs, prélevés sur ce qui leur restait d’appointements et d’allocations qu’elle leur verse. L’un d’entre eux, Henri D., employé comptable, est resté détenu trois ans en Allemagne avant de pouvoir rentrer à Roubaix, où il meurt en novembre 1918 des suites de la grippe. Son état de santé précaire, après une si longue captivité, a dû favoriser la survenue de sa maladie.

2. L’engagement des personnels

16Dans une circulaire adressée le 6 février 1919 à tous les groupes de l’établissement (siège social et direction des Agences régionales, service du personnel du siège central, direction des Agences départementales, direction des Agences étrangères et direction des Agences de la région parisienne), le baron Brincard, alors président, demande des renseignements sur l’état de la composition des personnels du Crédit Lyonnais pendant la guerre qui vient de s’achever en exigeant :

  • 20  Circulaire de la direction générale datée du 6 février 1919, AHCL, 98 AH 167.

« - le nombre total du personnel masculin (titularisés et auxiliaires fixes) à la date du 1er août 1914 ;
  - le nombre total du personnel féminin (titularisées et auxiliaires fixes) à la date du 1er août 1914 ;
  - le nombre total des employés mobilisés au cours de la guerre ;
  - le nombre total des tués ;
  - le nombre total des disparus ;
  - le nombre total des blessés ;
  - le nombre total des prisonniers ;
  - le nombre total des employés décorés, pendant la guerre, de la Légion d’honneur, de la croix de Guerre et de la médaille militaire20 ».

17Nous ne disposons malheureusement pas des réponses de chacun des groupes mais d’un tableau statistique global élaboré tardivement, à la date du 30 septembre 1918 (un mois et demi avant l’armistice, les chiffres présentés au baron Brincard peuvent donc être supérieurs), et sans indication des décorations.

Tableau 1. Campagne 1914‑1918

Services

  Nombre d’employés  

  Blessés  

  Prisonniers  

  Disparus  

  Tués  

Siège social

489

119

25

10

58

Siège central

2 788

695

200

113

382

Agences régionales 

3 097

719

162

79

353

Agences départementales  

2 663

310

168

76

293

Agences de la région parisienne  

43

11

1

2

3

Agences étrangères  

488

51

17

5

38

Totaux

9 568

1 905

573

285

1 127

  • 21  Elles correspondent aux classes mobilisées dans l’armée d’active (20 à 23 ans) et sa réserve compr (...)

Source : Situation au 30 septembre 1918 des classes 1914 à 1919 et des classes 1911 à 191321. Tableau reconstitué à partir d’un tableau statistique, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

  • 22  Chiffre obtenu en additionnant le nombre de tués, de disparus et de blessés divisé par le nombre t (...)
  • 23  Cité dans François Barbier, « L’armée française en 1914‑1918 », Recherches CEGFC, nº 334, mars 201 (...)

18D’après ces chiffres, le taux de pertes au Crédit Lyonnais s’élève donc à 37,6 %22 des effectifs mobilisés. C’est un chiffre très élevé, montrant l’engagement des personnels du Crédit Lyonnais, puisqu’il se situe au-delà des taux nationaux de pertes pour les mêmes classes : ils s’élèvent en effet à 29 % pour les classes 1914, à 28 % pour les classes 1912 et 1915 et à 27 % pour la classe 191323.

19Le nombre de citations ou de décorations attribuées au personnel du Crédit Lyonnais n’est pas indiqué dans ce tableau. En revanche, des dossiers de personnel témoignent de l’engagement de certains employés au front.

  • 24  AHCL, dossier Walewski, DP 355, BD 09.60.
  • 25  « Toujours bon employé qui travaille bien et sérieusement. Il nous paraîtrait bon de ne pas faire (...)
  • 26  AHCL, dossier René G. Les dossiers de personnel des agences départementales sont classés par ordre (...)

20Il en va ainsi du comte Walewski, ancien chef du personnel du siège central, entré au Crédit Lyonnais en 1905 à l’âge de 57 ans après une carrière militaire, qui meurt au champ d’honneur le 25 octobre 191624 ; il en va de même pour ce jeune employé de l’agence de Rennes, René G., où il est entré à 16 ans en 1910, parti au régiment le 26 novembre 1913, très bien noté par sa hiérarchie25, qui meurt au champ d’honneur le 3 octobre 1917 dans des conditions qui sont connues par la citation que le général de la 131e division rédige en son honneur le 19 octobre : « sergent de la 10e compagnie du 7e régiment d’infanterie, très courageux et très énergique. Le 3 octobre 1917, malgré un tir de barrage des plus violents, grâce à son sang-froid et à son exemple, a su faire avancer son unité à travers des boyaux bouleversés et à découvert, pour la lancer à la contre-attaque, a été tué pendant l’action »26.

  • 27  AHCL, dossier Edmond G.

21Il en est aussi ainsi d’Edmond G., jeune employé qui entre à l’agence de Bayonne en 1912, au service de la comptabilité puis au service des titres, avant de partir au régiment le 14 décembre 1914. Blessé une première fois en Champagne en 1915, guéri, il rejoint son corps avant d’être blessé une seconde fois, puis fait prisonnier, il décède le 8 juillet 1918 dans une ambulance allemande à Guise. Cet employé fait l’objet d’une citation à l’ordre du régiment rédigée par le lieutenant-colonel commandant le 144e régiment d’infanterie : « Le caporal, matricule 7317, qui était chargé de la liaison dans les combats du 1er au 9 mai 1917, a fait preuve d’initiative dans des circonstances très difficiles. A été d’un dévouement, d’un courage et d’une audace remarquables dans l’exécution des missions qui lui ont été confiées27. »

22Par ailleurs, deux lettres adressées par le directeur de l’agence de Bayonne à la direction des Agences départementales montrent comment il se tient au courant de l’état de ses employés mobilisés et témoigne de l’engagement et des souffrances du personnel au front. La première, datée du 17 mai 1916, précise :

« à la liste de nos blessés, je vous prie de faire ajouter :
  - D. de l’agence d’Oloron : une fracture de la jambe ;
  - G. de l’agence de Bayonne : balle dans le bras ;
  - P. de l’agence de Bayonne : éclat de grenade dans la cuisse ;
  - A. de l’agence de Biarritz : pieds gelés ;
Tous sont guéris et ont rejoint leur régiment.
  - G. de l’agence de Dax a été fait prisonnier à Verdun ».

23La seconde, datée du 22 juin 1918, indique :

  • 28  Lettres du directeur de l’agence de Bayonne à la direction des Agences départementales, 17 mai 191 (...)

« depuis les dernières communications du directeur de l’agence de Bayonne, ils ont eu 3 blessés :
  - S. de l’agence de Pau : pieds gelés : guéri ;
  - S. de l’agence de Pau : intoxication par les gaz : guéri ;
  - G. de l’agence de Bayonne : blessure grave.
Ces deux derniers ont malheureusement été faits prisonniers ainsi que D. du service de la comptabilité28 ».

24Ces blessures témoignent de la nature industrielle de cette guerre d’un nouveau genre, qui, rappelons-le, est la première guerre totale (« éclat de grenade », « intoxication par les gaz »), et des conditions de vie difficiles des soldats au front, notamment l’hiver (« pieds gelés ») dans ces régions du Nord-Est de la France où ont lieu les combats.

  • 29  Dossiers de personnel d’employés morts au champ d’honneur, AHCL.

25Un autre employé de l’agence de Bordeaux, Louis-Joseph G., entré en 1906 à l’âge de 16 ans au service du portefeuille-risque, mobilisé en août 1914, a obtenu deux citations, l’une en avril 1917, l’autre en juillet 1918. La première, à l’ordre du régiment, signale que « les 17 et 30 avril 1917, il est allé relever des camarades blessés dans une zone violemment bombardée et les a ramenés au poste de secours sous un feu violent d’artillerie ». La seconde, à l’ordre du génie divisionnaire de la 33e division, indique : « Louis G., sapeur-mineur, nº matricule 477, brancardier d’un dévouement et d’un cran dignes de tous éloges. Le 4 juillet 1918 s’est distingué par son mépris du danger en relevant sous un bombardement d’obus de gros calibres son lieutenant grièvement blessé. L’a pansé sous le feu avec un calme remarquable lui sauvant vraisemblablement la vie. Déjà cité29. » Il finit par mourir au champ d’honneur peu avant l’armistice, le 4 novembre 1918.

  • 30  Lettre de Maurice D. adressée le 6 mars 1915 à M. Aubry, inspecteur général des Agences départemen (...)
  • 31Ibid.
  • 32  Lettre du directeur de l’agence de Valence, datée du 18 février 1915, AHCL, direction du personnel (...)
  • 33  AHCL, dossier Maurice D.

26Enfin, un autre exemple est significatif de l’engagement non seulement militaire mais aussi professionnel du personnel. Il est incarné par l’employé Maurice D., entré à l’âge de 16 ans à l’agence de Roubaix en 1911. Il évacue la ville le 9 octobre et est capturé le 10, puis est interné à Parchim dans le Mecklembourg avec cinq autres employés de l’agence, dont « le fils du directeur d’agence et le chef des Titres ». Il parvient à s’échapper et à rejoindre l’agence de Valence, auprès de laquelle il se met à disposition : « Les jeunes gens en dessous de 17 ans et les vieillards au-dessus de 60 ans ayant été relâchés, j’ai pu me glisser parmi eux quoiqu’étant âgé de 19 ans. Nous avons été dirigés sur la Suisse, après un arrêt de 15 jours au camp de concentration de Rastatt, et de là sur la France où je suis arrivé à Valence30. » Il prend soin de préciser que « ses collègues ainsi que le sous-chef conservateur de l’agence de Bruxelles, dont ils avaient fait la connaissance au camp où il se trouvait comme prisonnier de guerre belge, étaient tous en très bonne santé à son départ de Parchim31 ». Le directeur de l’agence de Valence manifeste « d’autant mieux le désir d’utiliser les services de ce jeune homme qu’il prévoit encore le départ de deux nouveaux employés32 ». Mais très vite, en mars 1915, cet employé reçoit son ordre d’incorporation au 33e régiment d’infanterie, ordinairement en garnison à Arras, mais alors à Cognac. Il obtient deux citations et sera décoré de la Croix de guerre pour ses faits militaires : « mitrailleur digne d’éloges, a déjà fait preuve à multiples reprises de sa grande bravoure. Pendant les contre-attaques du 17 au 20 avril, a donné le plus grand exemple de sang-froid et d’abnégation »33. Obtenant une permission de trois jours et demi le 23 mai 1918, il se met à la disposition du service annexe de l’Inspection générale du Crédit Lyonnais. Il meurt finalement au champ d’honneur le 28 septembre 1918 à Mont-Frémy dans la Marne.

27Pour les autres employés vivants décorés soit de la Légion d’honneur, soit de la Croix de guerre, soit de la médaille militaire, le conseil d’administration décide dans sa séance du 5 mars 1919 de leur accorder à leur retour une plaquette destinée à porter les insignes de ces distinctions dans l’établissement.

  • 34  Procès-verbal du conseil d’administration daté du 21 octobre 1920, AHCL, 004/006.

28Le conflit de 1914‑1918 est aussi le premier conflit mondial. Le Crédit Lyonnais est dès 1914 une entreprise multinationale. De fait, l’établissement est non seulement concerné par les combats qui ont lieu sur le sol national, c’est-à-dire sur le front ouest, mais aussi par les événements qui ont lieu sur le front est, particulièrement en 1917. En effet, à la suite de la révolution de février 1917 en Russie, le Crédit Lyonnais décide dès mars d’envoyer un collaborateur en mission spéciale pour assurer la direction de l’agence de Petrograd. Ce dernier finit par être arrêté et mis en prison le 2 juin 1919 pour espionnage. Le conseil d’administration lui rend hommage en soulignant les « dures souffrances physiques et morales qu’il dut subir pendant six mois d’emprisonnement et dix mois de détention comme otage dans un camp de concentration près de Moscou34 ».

II. Une guerre qui dure : compenser l’absence des effectifs mobilisés et gérer les conséquences de l’inflation

A. Recruter du « personnel de fortune » et des dames auxiliaires, et promouvoir le personnel féminin dans les agences

  • 35  Instruction de la direction des Agences régionales datée du 5 décembre 1914, AHCL, 068 AH 038.
  • 36  Maurice Mogenet, Un siècle d’économie française, 1863‑1963, ouvrage paru à l’occasion du centenair (...)
  • 37Ibid.

29Compte tenu de la mobilisation des forces vives du Crédit Lyonnais – comprenez les « hommes valides dont l’âge se situe entre 20 et 40 ans » –, un « personnel de substitution » devait donc être recruté pour parer à « cette pénurie tout à fait exceptionnelle d’employés formés35 ». Ainsi, l’ensemble du recrutement des personnes civiles encore valides dispensées de l’obligation militaire s’est traduit par une augmentation de 27 % des effectifs comptabilisés : de 16 790 en 1914, ces derniers s’élèvent à 21 277 en 1918. Comme l’a souligné Maurice Mogenet, « l’expérience fait naturellement défaut aux nouveaux éléments alors que des tâches nouvelles issues des réglementations administratives et des dispositions fiscales récentes ont alourdi le travail des services36 ». Pour compenser l’absence des personnels mobilisés, la direction des Agences régionales, toujours dirigée par Macé, encourage ses directeurs à d’abord « chercher au dehors s’ils ne pourraient pas s’attacher temporairement des employés de commerce ou d’administration inoccupés par suite de l’état de guerre, qui seraient susceptibles de rendre des services immédiats et de se familiariser en très peu de temps à nos travaux37 ». Macé précise les conditions de recrutement et la nature des travaux qui doivent leur être confiés :

  • 38Ibid.

« nos directeurs devront se renseigner d’une façon très précise sur la valeur et la moralité de ces employés, engagés à titre tout à fait temporaire, c’est-à-dire pendant la durée de la guerre. En outre, il est bien convenu qu’on ne devra confier à ces employés que des travaux matériels, afin d’éviter qu’ils aient la possibilité de se procurer, pendant le passage chez nous, des renseignements que nous ne voudrions pas voir être divulgués38 ».

30La référence au « secret bancaire » est ici explicite, et l’on comprend mieux la stratégie de la maison, qui consistait à former des cadres issus du rang plutôt que de recruter des cadres externes.

31On a l’exemple d’un ouvrier lithographe de 50 ans, non mobilisé, qui entre le 7 août 1915 à l’agence de La Rochelle comme garçon auxiliaire au service de garde et de nettoyage, qui devient veilleur de nuit en 1916, avant d’être remercié en 1917 « en raison du retour du garçon titulaire ».

  • 39Ibid.

32Ensuite, la direction du même groupe encourage les directeurs à « recruter des jeunes gens dont ils peuvent avoir besoin pour l’exécution de la besogne matérielle secondaire39 ».

  • 40Ibid.

33En dernier lieu seulement, la direction évoque la possibilité de « recruter, sur certains points, du personnel féminin, pour la durée de la guerre tout au moins », en précisant toutefois que « cette question étant délicate, ceux des directeurs qui verraient l’opportunité de prendre quelques femmes employées voudront bien en parler à la direction générale au préalable40 ». La façon dont le recrutement féminin est ici évoqué témoigne, d’une part, que les femmes étaient absentes de l’espace des agences avant la guerre et, d’autre part, que leur recrutement était censé n’être que temporaire – il s’est révélé définitif.

34Dans quelle mesure les femmes ont-elles, pendant la Grande Guerre, investi massivement et définitivement des espaces de travail qui dans la banque leur avaient jusqu’alors été fermés ?

35Nous allons voir que les espaces de travail féminins au Crédit Lyonnais sont désormais étendus, même s’ils sont toujours circonscrits à la nature administrative des travaux effectués. En effet, l’espace de travail féminin s’est élargi au siège central, d’une part, et dans les agences, d’autre part. Dans le premier cas, elles accèdent à des services jusque-là réservés aux seuls employés masculins, comme ceux de la comptabilité, des contrôles et inspections, de la correspondance, du portefeuille, des risques, des monnaies, de la trésorerie, des études financières, des fonds publics, des comptes courants, de la bourse et de l’économat, elles qui jusqu’alors n’étaient cantonnées qu’aux services des coupons, des titres et des recouvrements ; dans l’autre cas, elles accèdent à cet espace particulier que constituent les agences régionales et départementales. Dans sa thèse consacrée à l’histoire du réseau des agences régionales avant 1914, Jacques Dagneau n’évoque à aucun moment la présence de personnel féminin. Il en est autrement à partir de 1914 : elles sont présentes par exemple dans les agences départementales du Havre, de Tours, de Versailles, de Bordeaux, d’Angers, de Nancy ou d’Arras.

  • 41  AHCL, dossier Suzanne L.

36Citons l’exemple de Suzanne L. Titulaire de son brevet élémentaire, elle entre à l’agence de Caen le 23 novembre 1914 à l’âge de 22 ans. Elle se marie le 4 décembre 1915 à Georges K., employé au Bon Marché à Paris. Initialement employée comme caissière comptable chez Mrs. David & Fils, tailleurs à Caen, elle quitte cet emploi le 31 juillet 1914 pour se marier… mais la mobilisation fait reculer son mariage et la pousse à entrer à l’agence du Crédit Lyonnais en novembre 1914. Elle débute comme dame auxiliaire temporaire à 2,50 francs par jour au service des titres, à la conservation et au détachement des coupons, avant d’entrer à partir du 1er février 1915 au service du guichet et coupons (pour les coupons à l’encaissement et en souffrance), où elle est titularisée à partir du 1er juillet 1917 avec des appointements annuels s’élevant à 1 500 francs, qui passeront au 1er janvier 1918 à 1 800 francs Elle démissionne le 31 juillet 1918 sans indiquer sa nouvelle situation. Ses notes annuelles indiquent une employée de qualité, que le directeur de l’agence de Caen a promue chef du service des titres avec la mention suivante : « Excellente. De tout premier ordre. S’est mariée en 1915. Son mari est mobilisé. Vit chez sa mère41. »

  • 42  Sylvie Zerner, Travail domestique et force de travail : ouvrières et employées entre la première g (...)

37Cet exemple de promotion d’une femme à un poste de direction illustre bien les conclusions de l’historienne Sylvie Zerner selon lesquelles « l’élévation du niveau d’instruction des femmes, les places laissées vacantes par les hommes partis au front, l’obligation dans laquelle elles se voient de travailler, tout cela a permis une formidable percée des femmes dans les administrations, les bureaux, derrière les guichets et dans les magasins42 ». Pour ce qui est de la percée des femmes derrière les guichets du Crédit Lyonnais, la réponse doit cependant être nuancée. Aucune d’elles ne semble avoir occupé un emploi susceptible de les faire entrer en contact avec la clientèle ou bien susceptible de comporter des déplacements. Les hommes partis au front, le métier de démarcheur ne s’est pas pour autant décliné au féminin pendant la guerre. Il continue d’être occupé par des employés masculins qualifiés : les demandes répétées de la direction de l’établissement auprès du ministère de la Guerre pour obtenir des « mises régulières en sursis d’appel » de quelques collaborateurs pourtant mobilisés mais considérés comme indispensables au fonctionnement de certains services en témoignent, comme on va bientôt le voir.

  • 43  Instruction de la direction des Agences régionales, 7 septembre 1916, AHCL, 068 AH 042.

38On peut donc conclure que le personnel féminin, dépourvu des compétences exigées pour assurer la continuité des services productifs, n’est recruté que pour assurer celle des services administratifs. L’accès des femmes à ces emplois administratifs dans de nouveaux services dans les sièges et dans les agences, considéré au début de la guerre comme étant une solution « extrême » à la pénurie de personnel dont souffre le réseau à cette date, est clairement encouragé à partir de septembre 1916, comme l’illustrent ces propos du directeur des Agences régionales : « J’insiste notamment sur l’emploi du personnel féminin qui nous a donné de très bons résultats, même dans des postes relativement difficiles, et j’engage nos directeurs à étendre l’utilisation de ce personnel, de façon à rendre disponibles le plus grand nombre possible de nos collaborateurs43. » Les recrues féminines doivent en effet permettre de libérer des tâches administratives les rares employés masculins encore en fonction pour qu’ils puissent être placés autant que possible derrière les guichets et dans les services de démarche :

  • 44Ibid.

« pour rechercher les affaires nouvelles et améliorer ainsi les inventaires, il est indispensable de réorganiser dans la mesure du possible les services de démarche et de placer derrière les guichets des employés aptes à servir la clientèle. Il faut donc que vous cherchiez dans votre personnel masculin les employés qui seraient susceptibles de travailler à la production (car ce ne sont pas seulement les employés de 1er rang qui font défaut en ce moment, mais sur certains points nous rendrions service à nos agences en leur procurant des sujets de second et même de troisième rang, pourvu qu’ils soient sérieux et travailleurs) pour les utiliser au guichet ou au dehors, en les remplaçant dans les travaux intérieurs soit par des jeunes gens, soit par des hommes mûrs, dégagés de toute obligation militaire, soit par des dames44 ».

39Si les services administratifs se féminisent donc réellement au Crédit Lyonnais pendant la Grande Guerre, les services productifs en revanche demeurent la chasse gardée du personnel masculin.

B. Obtenir des sursis pour certains employés titulaires masculins

  • 45  AHCL, 98 AH 167.

40Dès le 11 novembre 1914, Madinier s’adresse à la direction générale pour l’informer qu’un officier d’état-major a exprimé l’avis que l’établissement pourrait « obtenir des sursis d’appel en faveur de quelques membres du personnel dirigeant, étant donné surtout qu’ils font partie de la réserve de l’armée territoriale [en italique dans le texte] et que le Crédit Lyonnais peut être considéré comme étant d’intérêt public et indispensable à la reprise des affaires ». Madinier prend soin d’ajouter qu’« il y a plus d’hommes qu’il n’en faut dans la réserve de l’armée territoriale et ce n’est pas les quelques sursis que nous solliciterions qui pourraient gêner en quoi que ce soit ; d’ailleurs, la campagne menée contre les embusqués n’est pas dirigée contre les territoriaux mais contre l’active et la réserve de l’active »45. La Compagnie du gaz et de l’électricité avait ainsi déjà obtenu qu’on lui rende plusieurs de ses agents appartenant à la réserve territoriale qui avaient été mobilisés. Un article de presse locale prévenait les minotiers qu’ils pouvaient aussi obtenir des sursis d’appel pour leurs ouvriers meuniers appartenant à la réserve territoriale.

  • 46  Lettre de Madinier à Lefèvre, Lyon, 18 novembre 1914, AHCL, 98 AH 167.
  • 47  Instruction de la direction des Agences régionales, 9 février 1915, AHCL, 068 AH 039.
  • 48  Instruction de la direction des Agences régionales, 26 juillet 1915, AHCL, 068 AH 039.

41Et Madinier d’ajouter qu’il lui semble que « l’industrie bancaire aussi est nécessaire à la vie civile et à la reprise des affaires et qu’il y aurait lieu de le faire valoir au ministre de la Guerre pour obtenir quelques faveurs dans le sens indiqué car l’appel de la classe 1915 et des réservistes de la territoriale non encore mobilisés va achever de désorganiser les services dont le fonctionnement est déjà bien difficile ». Mais la réponse qu’il reçoit de Paris déçoit ses espérances : « j’ai été surpris quand on m’a dit à Paris que nous devions rester dans d’aussi étroites limites. Je précise que si la liste du siège social était encore trop longue, vous voudriez bien supprimer le dernier nom. Je préférerais avoir seulement trois exemptés à Lyon et voir accepter telle quelle la liste des agences régionales46 ». Le 9 janvier 1915, la direction générale informe la direction des Agences régionales dans une communication téléphonique que le « ministère de la Guerre serait disposé à lui rendre, sur sa demande, les employés des classes 1887 et 1888 appartenant au service armé et ceux des classes 1887 à 1892 inclus appartenant aux services auxiliaires47 ». Les directeurs d’agence étaient aussi priés de réduire le plus possible leurs demandes « afin que la requête ait plus de chance d’aboutir48 ».

  • 49  Lettre de la direction des Agences régionales relative aux demandes de sursis d’appel en faveur du (...)

42De nouvelles demandes sont transmises en mars et mai 1915 au ministère de la Guerre : « Lors de son séjour à Lyon, notre secrétaire général, M. Lefèvre, nous a fait connaître qu’il croyait avoir la possibilité de présenter au ministère de la Guerre une nouvelle liste portant les noms d’un certain nombre de nos collaborateurs faisant partie de l’état-major de nos agences, en vue d’obtenir pour eux des sursis d’appel49. » Macé déclare remettre une liste de 15 noms et signale aussi que le directeur de l’agence de Moulins a lui-même formulé par l’intermédiaire de la préfecture de l’Allier une demande de sursis en faveur du sous-directeur de l’agence de la ville et du directeur de la sous-agence de Vichy.

  • 50  Instruction de la direction des Agences régionales, 27 octobre 1915, AHCL, 068 AH 040.
  • 51  Lettre-circulaire adressée par la direction des Agences régionales aux directeurs d’agence relativ (...)
  • 52Ibid.

43Durant l’été 1915, à l’instar des administrations de la Société générale et du Comptoir national d’escompte, la direction générale du Crédit Lyonnais peut obtenir « la mise régulière en sursis d’appel de quelques collaborateurs mobilisés dont la présence est absolument nécessaire au fonctionnement de certains sièges et au besoin de la clientèle commerciale, industrielle et de particuliers50 ». En faisant part de cette information aux directeurs d’agence, la direction des Agences régionales précise que « les demandes ont dû malheureusement être très limitées comme nombre et ne viser que des collaborateurs appartenant soit à la réserve de l’armée territoriale (service armé et auxiliaire), soit à l’armée territoriale (service auxiliaire seulement). Encore fallait-il, dans ces derniers temps, qu’ils ne soient pas gradés51 ». Plus la guerre dure, et plus les conditions d’attribution des sursis se durcissent en effet. Cependant, en plus de ces sursis officiels, la direction générale du Crédit Lyonnais obtient, à chaque fois qu’un emprunt d’État est lancé, des « rentrées momentanées » de son personnel ; la direction des Agences régionales précise à ses directeurs d’agence qu’« il ne s’agit pas de solliciter des sursis d’appel » dans la mesure où « les employés réclamés resteraient soldats » ; il s’agit seulement, de la part des autorités militaires, de leur accorder « la permission de venir travailler dans les agences pendant la durée de la souscription publique52 ». Une décision du ministre de la Guerre datée du 21 décembre 1915 permet au Crédit Lyonnais, comme à l’ensemble des établissements de crédit, de recourir ainsi aux services d’une partie de son personnel masculin qualifié, pourtant mobilisé :

  • 53  Instruction de la direction des Agences régionales du 23 décembre 1915, AHCL, 068 AH 040.

« après entente avec le ministre des Finances, le ministre de la Guerre a décidé de laisser dans leur situation actuelle jusqu’au 8 janvier inclus, les militaires qui ont été mis, pour les opérations de l’emprunt, à la disposition du ministère des Finances, des banques et des établissements de crédit et des agents de change. Ces mesures concernent aussi bien les militaires en sursis que ceux en permission ou prêtés à ces administrations53 ».

  • 54  Lettre adressée par Eugène Lefèvre à l’inspecteur régional des sursis de la région du Nord datée d (...)
  • 55Ibid.
  • 56  M. Mogenet, Un siècle d’économie française, 1863‑1963, op. cit., p. 113.

44Au mois de février de l’année 1916, alors que les opérations concernant le lancement du premier emprunt sont achevées, l’administration du Crédit Lyonnais réitère auprès de l’inspecteur régional des sursis de la région du Nord des demandes de sursis d’appel pour 211 de ses agents : « pour toute la France, nous demandons 211 sursis sur un personnel mobilisé de plus de 8 000 agents54 ». Eugène Lefèvre, alors secrétaire général, justifie ces demandes en raison de certaines qualifications professionnelles des employés concernés qu’il est impossible à court terme d’obtenir du « personnel de fortune » recruté : « si nous demandons pour eux des sursis, comme pour leurs collègues, c’est que tous font partie d’un cadre dont la formation technique exige des années ; qu’ils ne peuvent par conséquent être remplacés par un personnel de fortune rapidement recruté55 ». Les demandes de sursis d’appel sont réitérées tout au long de la guerre, au moment du lancement de chaque emprunt : en septembre 1916, en septembre 1917 et en septembre 1918. En raison de la raréfaction des emplois commerciaux durant cette période, les banques élargissent en effet leur champ d’activité en participant au financement des besoins du Trésor, qui sont alors immenses : l’accroissement des dépenses de guerre et la diminution du rendement de l’impôt ont en effet déséquilibré le budget de l’État. « Ce dernier décide d’emprunter en émettant des bons du Trésor, des bons de la Défense nationale et en lançant des emprunts à long terme, souscrits par les particuliers et par les institutions financières : ainsi, un quart des dettes fut couvert par des bons de la Défense nationale à court terme, un peu moins de 40 % par l’émission des rentes 5 % 1915‑1916, 4 % 1917 et 1918. Les banques ont contribué activement au placement dans leur clientèle tant des rentes – pour lesquelles le Crédit Lyonnais recueillit un total de souscriptions voisin de 8 milliards – que des bons de la Défense nationale56. » Or, les émissions de bons et les lancements d’emprunts exigent des compétences professionnelles dont l’acquisition demande du temps : on travaille alors dans l’urgence. Tout ceci explique les demandes réitérées de sursis auprès du ministère de la Guerre.

  • 57  Elle dresse une liste des professions pour lesquelles un sursis pouvait désormais être accordé.
  • 58  Lettre de Madinier à la direction générale, 5 avril 1917, siège social à Lyon, papiers Paul Platet (...)
  • 59  Lettre de Madinier à la direction générale, 12 juillet 1917, siège social à Lyon, papiers Paul Pla (...)

45À partir de la loi Mourier du 10 août 191757, qui succède à la loi Dalbiez du 17 août 1915, les conditions d’attribution des sursis deviennent plus restrictives et une instruction ministérielle du 19 octobre 1917 durcit les conditions de travail des sursitaires en leur imposant le port d’un signe distinctif, un brassard, et en fixant des sanctions sévères en cas d’infraction allant jusqu’à l’annulation du sursis. Il est vrai qu’après la saignée de la bataille du Chemin des dames (avril-mai 1917), les mutineries de 1917, « les planqués des Grands Boulevards », comme le fredonne la chanson de Craonne, n’étaient pas en odeur de sainteté. Et, en effet, une partie de l’opinion publique devenait de plus en plus critique à l’encontre de ceux qu’elle appelait « les sursitaires de l’administration des Finances », comme en témoigne l’article éponyme paru dans un numéro de L’Œuvre daté du 18 mars 1918. La correspondance entre la direction générale et le siège social au printemps et à l’été 1917 indique le nombre de sursis dont disposent le siège social et les agences régionales : à la date du 1er avril 1917, le premier dispose de dix employés mis en sursis d’appel, les secondes de 5258 ; le 12 juillet, « non compris les sursis spéciaux accordés pour l’emprunt », le siège social dispose de 11 sursis et les agences régionales de 6359. Cependant, avec le durcissement de la législation relative aux demandes de sursis, on peut supposer que leur nombre a encore baissé.

C. Une précarisation de la condition du personnel et ses conséquences : la participation à la grève de mai 1917

  • 60  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 174‑177. Il (...)
  • 61  Instruction du directeur des agences régionales, Lyon, 27 septembre 1916, AHCL, 068 AH 042.

46Sous l’effet des conditions d’exploitation rendues difficiles, le personnel non mobilisé du Crédit Lyonnais doit, au moins jusqu’en juillet 1916, renoncer entièrement à certains avantages dont il bénéficiait avant la guerre : la semaine anglaise, les congés annuels et les augmentations de fin d’année60. La durée hebdomadaire et annuelle du travail s’allonge donc considérablement, tandis que la rémunération diminue, alors même que le coût de la vie augmente à partir de 1916. Enfin, la durée journalière de travail s’allonge, notamment lors des opérations de lancement des emprunts nationaux. À l’automne 1916, à l’occasion du lancement du nouvel emprunt, la direction précise aux directeurs d’agence qu’« il y aurait naturellement pour cette vaste opération un effort exceptionnel à fournir qui consiste en tout premier lieu dans les heures de travail61 ». Dans ce contexte, le climat social commence à se dégrader au sein de l’établissement : la participation relativement importante du personnel du Crédit Lyonnais à la grève des employés de banque en mai 1917 en témoigne.

  • 62  Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Paris, Robert Laffont, 1980, p. 193.
  • 63  Télégramme du 8e district au directeur de la police municipale, 26 mai 1917, Archives de la préfec (...)
  • 64  Rapport des Renseignements généraux, 26 mai 1917, APPP, Ba 1406.
  • 65  Presses et notes, 1917, réunion de la Chambre syndicale des employés de banque et de bourse, 24 ju (...)
  • 66Ibid.

47Certes, cette grève s’inscrit dans le contexte des mouvements revendicatifs de l’année 1917. Dès janvier, les ouvrières parisiennes de la couture sont descendues dans la rue. Le mécontentement reprend au printemps du fait de la flambée des prix62. Une grève « généralisée » éclate à Paris le 11 mai 1917 : elle se prolonge jusqu’au 3 juillet. Elle s’étend à 73 corporations et touche jusqu’à 98 373 salariés. Les banques participent à ce mouvement de protestation. Dans les établissements de crédit, la grève dure toute la semaine qui s’étend du 25 mai au 1er juin : elle touche 4 600 salariés, parmi lesquels 2 000 employés et employées du Crédit Lyonnais. Dans cet établissement, la grève se déclenche le 26 mai : « s’étant réunis au siège central, entre 11 h et 11 h 45, les employés nomment un comité de grève pour élaborer leurs revendications qui consistent essentiellement en une augmentation de salaire63 ». Les femmes ont participé à la grève. Cette participation est attestée par une note des Renseignements généraux : « les employées de la Société générale ont été rejointes par les employés, hommes et femmes, du Crédit Lyonnais et du Comptoir national d’escompte64 ». Après la grève du printemps, l’activité syndicale, très discrète depuis la guerre, reprend, avec une plus grande participation des femmes. Au début de l’été en effet, les réunions syndicales deviennent régulières et se peuplent de femmes. La réunion organisée le 24 juin par les syndicats des employés de banque et de bourse rassemble ainsi près de 700 personnes, dont une majorité écrasante de femmes (650). Les orateurs s’adressent aux « dames » et les encouragent à se syndiquer65. « Particulièrement nombreuses à être venues remplacer les employés de banque masculins, les femmes sont les premières victimes des bas salaires et de la cherté de la vie dans ces secteurs. C’est le cas notamment à la Société générale où travaillent désormais à Paris 2 300 femmes pour 2 700 employés66. » Nous ne disposons pas de chiffres précis qui permettent de mesurer le taux de féminisation au Crédit Lyonnais pendant la guerre, mais l’exemple de la Société générale, où il atteint 85 %, nous donne une idée de l’ampleur du phénomène. Parmi leurs revendications, le droit à la semaine anglaise pour toutes les femmes sans exception occupe une place de choix, comme le montre ce tract :

  • 67Ibid.

« Qu’elle travaille dans les ateliers de couture, dans les bureaux ou dans toutes les autres maisons, elles ont toutes les mêmes besoins (on ne peut pas dire besoin de repos puisqu’en raison de son “sexe faible”, sans doute ?) la femme n’a pas le droit au repos comme l’homme quand elle rentre de son travail ! Mais faut-il encore qu’elle ne tombe pas littéralement en loques. Elle a besoin au moins du temps matériel pour raccommoder, entretenir son linge et ses vêtements, ceux de ses enfants et de son mari quelquefois aussi. Elle a également besoin de faire son ménage à fond, impossible de faire en semaine. Elle a besoin de faire des courses que personne ne peut faire pour elle. Quelques maisons accordent la semaine anglaise. Pourquoi toutes les maisons ne l’accorderaient-elles pas […] au moins à la femme à qui elle est indispensable67. »

  • 68  Procès-verbal du conseil d’administration du 5 mars 1918, AHCL, 004/006.
  • 69  Presses et notes, note du 16 mars 1918, Arch. nat., F7 13 719.
  • 70  Procès-verbal du conseil d’administration du 11 avril 1918, AHCL, 004/006.

48En mars de l’année suivante, le personnel des banques recommence à s’agiter : si les « salaires de famine » ont déclenché la grève précédente, les « quelques miettes de pain » alors obtenues, rapidement érodées par l’inflation, ne lui suffisent plus. Une « prime de vie chère » a en effet été accordée à l’ensemble du personnel des établissements de crédit à l’issue du conflit de mai 1917. Au Crédit Lyonnais, son coût global s’élève pour l’année 1917 à 3 255 708 francs. Aussi, une rumeur selon laquelle cette prime allait être portée de 2 à 3 francs, vite démentie, mit-elle le feu aux poudres, d’abord à la Société générale, puis au Crédit Lyonnais. En effet, dans sa séance du 5 mars 1918, le conseil d’administration décide de « proroger » sur la même base, soit « 2 francs par jour ouvrable, soit 50 francs mensuellement, jusqu’au 31 décembre 1918, l’indemnité de cherté de vie accordée “indistinctement” à tous les employés ayant un traitement au-dessous de 6 000 francs68 ». Ce mouvement de revendication est mené au Crédit Lyonnais par des femmes, plus précisément par celles du service des coupons : « c’est ainsi que tout récemment, au cours d’un exercice d’alerte au Crédit Lyonnais, les nombreuses employées des Coupons descendues dans les sous-sols, ont profité du désarroi pour réclamer les 3 francs sur l’air des lampions69 ». Mais la grève fut une nouvelle fois écartée : les employés de la Société générale comme ceux du Crédit Lyonnais obtinrent les 3 francs. Dans sa séance du 11 avril 1918, le conseil d’administration décide que « l’indemnité de cherté de vie de 2 francs par jour ouvrable allouée à tous les employés ayant un traitement inférieur à 6 000 francs sera portée à 3 francs à compter du 1er avril courant70 ».

  • 71  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 182‑183.

49Ainsi, après avoir pénétré des espaces de travail diversifiés au Crédit Lyonnais, les femmes ont également investi les organismes de défense professionnelle bancaire71. En 1918, à l’approche de la fin de la guerre, elles sont donc parfaitement intégrées au marché du travail de ce secteur d’activité : désormais expérimentées dans les emplois administratifs de sténographe, de dactylographe ou de comptable tout en continuant à être moins rémunérées que leurs homologues masculins, elles ne font pas l’objet d’un plan de licenciement lors du retour de ces derniers ; mieux, elles continuent d’être embauchées. La Grande Guerre a donc incontestablement modifié la structure du personnel du Crédit Lyonnais en débouchant sur une féminisation non seulement massive mais aussi définitive de certains emplois bancaires. Pas plus que par un retour des femmes à leur foyer ou à leur emploi d’antan, la fin de la guerre ne s’est pas traduite par un retour au calme social. Après avoir étudié une démobilisation relative des esprits à partir de 1917 face à cette guerre qui n’en finit pas, comment s’est passée la démobilisation militaire après l’armistice du 11 novembre 1918 ?

III. Le temps de la démobilisation

A. Faire rentrer les mobilisés

  • 72  Lettre de la direction générale au siège social, 19 novembre 1918, AHCL, 98 AH 167.
  • 73Ibid.
  • 74  Lettre de la direction générale au siège social, 12 février 1919, AHCL, 98 AH 167.
  • 75Ibid.
  • 76  Lettre de la direction générale au siège social, 17 avril 1919, AHCL, 98 AH 167.

50Dès le 19 novembre 1918, huit jours après la signature de l’armistice, la direction générale s’adresse au siège social pour lui indiquer son intention d’obtenir désormais « un plus grand nombre de sursis grâce aux événements favorables », même si « rien n’a encore été réglé en ce qui concerne les mobilisés sur le front » ; je cite : « on nous permettra vraisemblablement de demander un plus grand nombre de sursis par la voie ordinaire et on nous les accordera plus facilement72 ». Ainsi, la direction générale demande non seulement de dresser des listes en vue des prochaines « demandes de soldats sur le front », mais aussi de formuler désormais des « demandes individuelles plus nombreuses concernant les soldats se trouvant à l’arrière » pour les faire aboutir. Elle prévoit que ces demandes atteignent « 50 par groupe » et demande donc d’indiquer « un ordre de priorité »73. Le 12 février 1919, elle informe le siège social qu’il peut dorénavant « adresser des demandes de sursis en faveur des mobilisés appartenant aux classes 1900 à 1910 incluses, c’est-à-dire à la réserve, mais que seules les demandes concernant les directeurs, les chefs de service ou de section auront des chances d’aboutir74 ». Elle rajoute d’ailleurs que, dans ces limites, il peut « tenter d’obtenir la mise en sursis de mobilisés appartenant au service armé75 ». Et de fait les hommes mettent du temps à rentrer. Dans sa lettre adressée le 17 avril 1919 à Madinier, la direction générale s’interroge sur les raisons pour lesquelles certains officiers ne sont pas démobilisés avec leur classe : « est-ce à leur demande, est-ce du fait de l’autorité militaire ? », mais, dans le doute, décide de « continuer à leur servir l’indemnité des mobilisés et à leur payer la prime de démobilisation76 ».

  • 77  Circulaire de la direction générale, 10 janvier 1919, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AH (...)
  • 78  Circulaire de la direction générale, 7 janvier 1919, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHC (...)

51La direction générale décide enfin de prendre des mesures destinées à accélérer le retour de ses employés mobilisés. En effet, dans sa séance du 9 janvier 1919, le conseil décide d’accorder une allocation de démobilisation « de 300 francs à tout employé du Crédit Lyonnais mobilisé, au moment où il reprend ses fonctions dans l’établissement à condition toutefois que l’employé soit resté mobilisé au moins jusqu’à la signature de l’armistice et que son traitement, au moment de la mobilisation, soit inférieur à 6 000 francs77 ». Pour encore accélérer ces retours et éviter des démissions, lesquelles se multiplient, elle décide d’une part que « leur traitement sera celui qu’auraient eu les employés s’ils n’avaient pas été mobilisés compte tenu des augmentations dont ils auraient normalement bénéficié pendant la guerre » et d’autre part que « les employés ne devront pas être placés sous les ordres de camarades qui étaient hiérarchiquement leurs inférieurs au moment de la mobilisation78 ». Et pourtant, malgré ces mesures, le climat social continue de se détériorer.

B. Un climat social sous tension, prélude à une réflexion d’ensemble sur la gestion du personnel

  • 79  Procès-verbal du conseil d’administration, 5 février 1920, AHCL, 004/006.
  • 80  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 209.

52Dans sa séance du 5 février 1920, le conseil d’administration est préoccupé par « les démissions d’employés qui se multiplient tant à Paris qu’en Province » et tente d’en expliquer les causes, qui lui « paraissent multiples : développement des banques assez récentes, hauts salaires dans les régions libérées, nécessité impérieuse pour le commerce et l’industrie de trouver un personnel comptable ou déjà formé au commerce ». Mais surtout, le conseil prend conscience de la véritable crise de la main-d’œuvre que révèlent et provoquent ces démissions : « le recrutement est insuffisant et les employés expérimentés sont remplacés par des nouveaux sans formation ». Si le conseil souligne que cette situation est « très préjudiciable à la bonne marche de l’établissement », il précise toutefois que « cette situation se manifeste également avec la même intensité dans les diverses grandes banques »79. Ces démissions, que les relèvements de salaire d’abord effectués à Paris puis généralisés à la province n’ont pas freinées, ont motivé la création d’un comité de travail relatif au personnel du siège central et des agences dans Paris qu’entérine le conseil dans sa séance du 8 novembre 1919. C’est ce comité qui conclura à la nécessité de créer une direction du Personnel au Crédit Lyonnais. Elle devient effective en 192080. Mais ceci est une autre histoire.

Conclusion

  • 81  Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France : 1871‑1890, Paris, Le Seuil, 1984, 325 p.

53On vient de voir que la guerre n’agit pas seulement comme facteur de destruction : comme Michèle Perrot l’a souligné il y a bien longtemps81, la guerre, comme la grève d’ailleurs, agit bien souvent comme facteur d’innovation sur les organisations. Le Crédit Lyonnais n’a pas échappé à la règle : autour d’une gestion au départ chaotique, répondant dans l’urgence aux défis de la mobilisation, des pénuries de personnel masculin qualifié, des avancées ennemies qui menaçaient les succursales proches du front (comme à Roubaix, à Arras ou encore à Petrograd), de l’inflation et de ses conséquences sociales, ainsi que des grèves à répétition, s’est développée une réflexion sur la nécessité d’une gestion plus rationnelle des personnels de l’établissement, débouchant sur une structuration de la fonction personnel dans une nouvelle direction ad hoc. Elle est confiée en 1920 à Alfred Poindron, un polytechnicien général de brigade.

Notes

1  Chiffre extrait d’un tableau statistique intitulé « Campagne 1914‑1918 », situation au 30 septembre 1918, issu des papiers de Paul Platet, 98 AH 167. Il comporte 8 295 mobilisés des classes 1914 à 1919 et 1 273 des classes 1911 à 1913.

2  Au 31 décembre 1914, les effectifs s’élèvent à 16 790, cf. les comptes de profits et pertes au 31 décembre, Archives historiques du Crédit Lyonnais-CASA (AHCL), 31 AH 332‑363, 1894‑1928.

3  Instruction de la direction des Agences régionales datée du 5 décembre 1914, AHCL, 068 AH 038, cité dans Cécile Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939 : une fonction en devenir (genèse, maturation, rationalisation), Bruxelles, PIE, 2007, 451 p.

4  Procès-verbal du conseil d’administration du 5 mars 1919, AHCL, 004/006.

5Ibid.

6  Liste de demandes de sursis transmise dans une lettre du 18 novembre 1914 adressée par Madinier à Lefèvre, AHCL, 98 AH 167.

7  AHCL, 98 AH 167.

8  Procès-verbaux du conseil d’administration du 26 octobre 1912 au 23 décembre 1920, AHCL, 004/006.

9  Procès-verbal de la séance du 30 mars 1915, AHCL, 004/006.

10  Procès-verbal de la séance du 14 mai 1919, AHCL, 004/006.

11  Note de la direction générale datée du 6 octobre 1915, AHCL, 98 AH 167.

12  Note de Macé, directeur des agences régionales aux directeurs des agences régionales du 23 juin 1917, AHCL, 98 AH 167.

13Ibid.

14Ibid.

15Ibid.

16  Fondée en 1905 par Marie-Thérèse Brincard, fille du fondateur du Crédit Lyonnais, cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 161.

17  Note de la direction des Agences régionales adressée aux agences régionales, datée du 7 octobre 1915, relative à la SAECL, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

18  Lettre de la direction générale du 2 décembre 1914 relative aux employés mobilisés, blessés ou malades, en traitement dans les hôpitaux temporaires, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167. Le Crédit Lyonnais s’inspire d’une mesure qui s’était mise en place à la Société générale.

19  Lettre de la direction générale adressée le 15 décembre 1915 au siège social relative à l’envoi de colis pour Noël, AHCL, 98 AH 167.

20  Circulaire de la direction générale datée du 6 février 1919, AHCL, 98 AH 167.

21  Elles correspondent aux classes mobilisées dans l’armée d’active (20 à 23 ans) et sa réserve comprenant les hommes âgés de 24 à 35 ans, l’armée territoriale, ceux de 35 à 41 ans et sa réserve, qui comprend ceux de 41 à 48 ans.

22  Chiffre obtenu en additionnant le nombre de tués, de disparus et de blessés divisé par le nombre total des employés mobilisés indiqué pour ces classes, représentant le service armé. En effet, par pertes, les autorités militaires comprennent non seulement les tués et disparus, mais aussi les blessés.

23  Cité dans François Barbier, « L’armée française en 1914‑1918 », Recherches CEGFC, nº 334, mars 2010.

24  AHCL, dossier Walewski, DP 355, BD 09.60.

25  « Toujours bon employé qui travaille bien et sérieusement. Il nous paraîtrait bon de ne pas faire attendre plus longtemps une nouvelle augmentation » (sa feuille de notation de 1912).

26  AHCL, dossier René G. Les dossiers de personnel des agences départementales sont classés par ordre alphabétique et par année de sortie.

27  AHCL, dossier Edmond G.

28  Lettres du directeur de l’agence de Bayonne à la direction des Agences départementales, 17 mai 1916 et 22 juin 1918, AHCL, dossier Edmond G.

29  Dossiers de personnel d’employés morts au champ d’honneur, AHCL.

30  Lettre de Maurice D. adressée le 6 mars 1915 à M. Aubry, inspecteur général des Agences départementales, relative à sa mise à disposition de l’agence de Valence, AHCL, direction du personnel, dossier Maurice D.

31Ibid.

32  Lettre du directeur de l’agence de Valence, datée du 18 février 1915, AHCL, direction du personnel, dossier Maurice D.

33  AHCL, dossier Maurice D.

34  Procès-verbal du conseil d’administration daté du 21 octobre 1920, AHCL, 004/006.

35  Instruction de la direction des Agences régionales datée du 5 décembre 1914, AHCL, 068 AH 038.

36  Maurice Mogenet, Un siècle d’économie française, 1863‑1963, ouvrage paru à l’occasion du centenaire du Crédit Lyonnais, Montrouge, Draeger frères, 1963, p. 112.

37Ibid.

38Ibid.

39Ibid.

40Ibid.

41  AHCL, dossier Suzanne L.

42  Sylvie Zerner, Travail domestique et force de travail : ouvrières et employées entre la première guerre mondiale et la Grande Crise, doctorat, économie, université Paris Ouest Nanterre La Défense, 1985, p. 407.

43  Instruction de la direction des Agences régionales, 7 septembre 1916, AHCL, 068 AH 042.

44Ibid.

45  AHCL, 98 AH 167.

46  Lettre de Madinier à Lefèvre, Lyon, 18 novembre 1914, AHCL, 98 AH 167.

47  Instruction de la direction des Agences régionales, 9 février 1915, AHCL, 068 AH 039.

48  Instruction de la direction des Agences régionales, 26 juillet 1915, AHCL, 068 AH 039.

49  Lettre de la direction des Agences régionales relative aux demandes de sursis d’appel en faveur du personnel mobilisé, 24 mars 1915, AHCL, 98 AH 167.

50  Instruction de la direction des Agences régionales, 27 octobre 1915, AHCL, 068 AH 040.

51  Lettre-circulaire adressée par la direction des Agences régionales aux directeurs d’agence relative aux demandes de sursis, 1917, AHCL, 98 AH 167.

52Ibid.

53  Instruction de la direction des Agences régionales du 23 décembre 1915, AHCL, 068 AH 040.

54  Lettre adressée par Eugène Lefèvre à l’inspecteur régional des sursis de la région du Nord datée de février 1916, AHCL, 068 AH 041.

55Ibid.

56  M. Mogenet, Un siècle d’économie française, 1863‑1963, op. cit., p. 113.

57  Elle dresse une liste des professions pour lesquelles un sursis pouvait désormais être accordé.

58  Lettre de Madinier à la direction générale, 5 avril 1917, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

59  Lettre de Madinier à la direction générale, 12 juillet 1917, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

60  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 174‑177. Ils seront répartis partiellement à partir de juillet 1916.

61  Instruction du directeur des agences régionales, Lyon, 27 septembre 1916, AHCL, 068 AH 042.

62  Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Paris, Robert Laffont, 1980, p. 193.

63  Télégramme du 8e district au directeur de la police municipale, 26 mai 1917, Archives de la préfecture de police de Paris (APPP), Ba 1406.

64  Rapport des Renseignements généraux, 26 mai 1917, APPP, Ba 1406.

65  Presses et notes, 1917, réunion de la Chambre syndicale des employés de banque et de bourse, 24 juin 1917, Archives nationales (Arch. nat.), F7 13 719.

66Ibid.

67Ibid.

68  Procès-verbal du conseil d’administration du 5 mars 1918, AHCL, 004/006.

69  Presses et notes, note du 16 mars 1918, Arch. nat., F7 13 719.

70  Procès-verbal du conseil d’administration du 11 avril 1918, AHCL, 004/006.

71  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 182‑183.

72  Lettre de la direction générale au siège social, 19 novembre 1918, AHCL, 98 AH 167.

73Ibid.

74  Lettre de la direction générale au siège social, 12 février 1919, AHCL, 98 AH 167.

75Ibid.

76  Lettre de la direction générale au siège social, 17 avril 1919, AHCL, 98 AH 167.

77  Circulaire de la direction générale, 10 janvier 1919, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

78  Circulaire de la direction générale, 7 janvier 1919, siège social à Lyon, papiers Paul Platet, AHCL, 98 AH 167.

79  Procès-verbal du conseil d’administration, 5 février 1920, AHCL, 004/006.

80  Cf. C. Omnès, La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939…, op. cit., p. 209.

81  Michelle Perrot, Jeunesse de la grève, France : 1871‑1890, Paris, Le Seuil, 1984, 325 p.

Auteur

Professeure certifiée d’histoire-géographie et docteure en histoire contemporaine, Cécile Omnès enseigne en section internationale au lycée Monge à Charleville-Mézières, où elle prépare les élèves simultanément au baccalauréat et à l’abitur. Après avoir contribué aux recherches sur la spoliation des biens juifs pendant la seconde guerre mondiale, elle a participé ensuite aux recherches sur le personnel de la Caisse des dépôts et consignations dans le cadre des recherches entreprises pour le bicentenaire de cette institution. Elle a notamment publié La gestion du personnel au Crédit Lyonnais de 1863 à 1939. Une fonction en devenir (genèse, maturation et rationalisation), Bruxelles, PIE Peter Lang, 2007 ; avec Claire Andrieu (dir.), La spoliation financière, Paris, La Documentation française, 2000, 2 vol. ; « La grève de l’été 1925 » (p. 135‑151) et « La mise en œuvre de la rationalisation au Crédit Lyonnais dans l’entre-deux-guerres » (p. 211‑244), dans Le Crédit Lyonnais, 1863‑1986. Études historiques, Bernard Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis et André Straus (dir.), Genève, Droz, 2003.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search