Version classiqueVersion mobile

Les banques françaises et la Grande Guerre

 | 
Fabien Cardoni

Personnel et clientèle

Les Caisses d’épargne ordinaires et la clause de sauvegarde : l’exemple d’un moratoire (1914-1916)

Vincent Tournié

Texte intégral

  • 1  Environ 150 euros de 2015.

1Le choc de l’annonce de la guerre fut brutal, non pas qu’une guerre fût inenvisageable – la revanche était programmée et chaque Français vivait dans la perspective d’un départ pour le front. Cependant, à la Belle Époque, ce conflit n’était peut-être plus aussi attendu qu’auparavant. À la fin du mois de juillet 1914, les épargnants, par crainte des tensions internationales et de l’annonce d’une mobilisation, se sont rués dans les établissements bancaires et notamment dans les Caisses d’épargne. Ces runs bancaires d’avant-guerre amenèrent le Gouvernement à prendre des mesures lourdes de conséquences en décrétant des moratoires sur les comptes afin de limiter l’hémorragie monétaire et la thésaurisation. Le 30 juillet par décret fut mise en place la clause de sauvegarde, c’est-à-dire un moratoire sur les livrets des Caisses d’épargne limitant les retraits à 50 francs1 par quinzaine et par livret. Ce fut d’ailleurs la toute première mesure législative de cette guerre qui marqua profondément les épargnants, parce que ce moratoire toucha un grand nombre de Français, 35 % de la population française possédant un livret des Caisses d’épargne en 1914 ; parce que sa période d’application fut longue – deux ans –, alors que le moratoire sur les dépôts bancaires fut supprimé le 1er janvier 1915 ; et parce que la rigueur avec laquelle il fut appliqué marqua les esprits des épargnants bien au-delà de la guerre durant toute la première moitié du xxe siècle.

  • 2  Bertrand Blancheton, « Les improvisations financières de la guerre de 1914‑1918 en France. Les enj (...)

2De « mal nécessaire », la clause de sauvegarde devint le symbole de tous les maux subis par les Caisses d’épargne pendant les premières années de guerre. Si elle permettait d’envisager sereinement l’entrée dans le conflit et garantissait le crédit de la Caisse des dépôts et consignations, son application sur un temps long n’était pas sans conséquence. Comme le fait remarquer Bertrand Blancheton, les autorités françaises ont sans doute sous-estimé l’appréhension des épargnants face à la guerre2. Pour comprendre ces décisions, il est important d’analyser les conditions de la mise en place de la clause de sauvegarde pour les Caisses d’épargne. Si, très rapidement, des voix s’élevèrent pour dénoncer cette restriction et les risques encourus par l’ensemble de l’économie, le Gouvernement persista néanmoins dans cette voie. Faut-il y voir un aveuglement de sa part ou une fuite en avant ? La réponse se trouve dans la préparation et dans les simulations que l’État et les établissements bancaires avaient faites avant le début du conflit. La genèse de la guerre et ses conséquences peuvent ainsi s’analyser à la lumière de la modélisation et des pronostics effectués à propos d’un hypothétique conflit. Les simulations annonçant une guerre courte sont sans doute à l’origine de bien des difficultés. Cette étude sur la clause de sauvegarde, au-delà de l’analyse d’un moratoire, vise également à présenter les difficultés rencontrées dans la préparation d’une entrée en guerre, à montrer jusqu’à quel point le dirigisme économique fut acceptable et dans quelle mesure il ne fut pas en définitive contre-productif.

I. Les Caisses d’épargne à la veille du conflit

3À la veille du premier conflit mondial, les Caisses d’épargne sont, depuis leur création en 1818, des établissements philanthropiques d’utilité publique dont la mission première est d’éduquer le peuple aux vertus de l’épargne. Ce sont donc des établissements ayant pour vocation de recueillir l’épargne populaire en formation. L’idée des fondateurs était d’éradiquer la pauvreté grâce à l’éducation par la prévoyance. Pour qu’elle fonctionne, il fallait impérativement mettre en place une solution attractive et sécurisée afin que le plus grand nombre ait confiance dans cette nouvelle institution.

4Les fondateurs prirent exemple sur le modèle des caisses étrangères et adoptèrent le système du livret. Pour sécuriser les dépôts, ils firent appel à l’État ainsi qu’à la Caisse des dépôts et consignations, qui sera le seul établissement habilité à placer les fonds des Caisses d’épargne et uniquement en valeurs d’État.

5Pour rendre le système des Caisses d’épargne attractif, le livret est rémunéré, défiscalisé et très souple d’utilisation : la rémunération est proche de celle des placements à long terme, en moyenne de 4 % au xixe siècle – 3,25 % pour l’année 1914 –, ce qui, dans une période sans inflation, est particulièrement intéressant pour une épargne que l’on peut demander du jour au lendemain sur simple présentation de son livret. La défiscalisation est totale ; on ne paie ni impôt ni taxe sur le capital ou sur les intérêts. Enfin, le livret permet de faire un placement à terme, mais exigible à vue sur simple demande au guichet de sa Caisse d’épargne.

  • 3  Ce qui correspond à peu près au plafond actuel (2015) du livret A.
  • 4  À l’exception de la grande bourgeoisie.

6Les nombreux avantages du livret sont contrebalancés par quelques limitations. Comme il s’agit d’un placement destiné aux catégories populaires, les dépôts ne doivent pas être illimités. En effet, afin que les livrets ne connaissent pas une croissance excessive, il a été décidé dès 1829 de les « plafonner ». Par exemple, en 1914 on ne peut pas mettre plus de 1 500 francs3 par livret. Malgré cette restriction importante, les Caisses d’épargne furent très appréciées par les catégories aisées, notamment par la petite bourgeoisie, qui ont trouvé dans les Caisses un moyen pratique et rémunérateur pour faire fructifier une partie de leur épargne. Ainsi, dès les origines, on retrouve parmi la clientèle des Caisses toutes les catégories sociales4. Ce fait a été longtemps nié par les Caisses, qui ne voulaient pas croire ou feignaient de ne pas voir qu’elles avaient en leur sein de gros déposants. Si l’on regarde attentivement le découpage des dépôts des Caisses d’épargne à la Belle Époque, 25 % des déposants possèdent 75 % du solde total des dépôts et 14 % des livrets sont au plafond (1 500 francs) ou le dépassent. Ce point est d’une importance fondamentale pour notre problématique sur la clause de sauvegarde, car, comme dans toutes les crises, ce sont les gros dépôts qui posent le plus de difficultés. En effet, 25 % des déposants pouvaient du jour au lendemain retirer plus de 2,5 milliards de francs. On comprend dès lors les inquiétudes des autorités et de la Caisse des dépôts et consignations face à cette épée de Damoclès que faisaient peser les Caisses d’épargne sur les finances de l’État et plus généralement sur l’ensemble du système financier.

Tableau 1. Les Caisses d’épargne privées en 1914

Nombre de Caisses

550

     Nombre de succursales     

1860

Nombre de déposants

8,6 millions

     Solde dû aux déposants     

     4 milliards de F     

Moyenne par livret

463 F

Source : Données issues des Rapport[s] à Monsieur le Président de la République sur les opérations des Caisses d’épargne ordinaires pour l’année…, Paris, Imprimerie nationale (BNF 4-LF262-1)

7En 1914, les 550 Caisses d’épargne privées, toutes indépendantes les unes des autres, sont régies par la loi organique du 20 juillet 1895. Cette loi prévoit plusieurs éléments qui sont intéressants. Tout d’abord, comme nous l’avons déjà mentionné, elle réaffirme l’existence d’une clause de sauvegarde dans son article 3 et exige que cette mention soit faite en tête de livret, soit sur la couverture, soit en première page, de sorte que pour le Gouvernement nul ne puisse ignorer que par décret, en cas de force majeure, les remboursements peuvent être limités à 50 francs par quinzaine (soit environ 150 euros), donc 100 francs par mois (soit environ 300 euros).

8Cette loi de 1895 instaure également pour chaque Caisse d’épargne l’existence d’un fonds de réserve qui doit servir à pallier les runs en cas de crise, afin de laisser le temps à la Caisse des dépôts et consignations de vendre ses titres. Ce fonds de réserve, placé sur un compte au Trésor ou à la Banque de France, est donc liquide et ne peut excéder 10 % du total des dépôts.

9Ce panorama des Caisses d’épargne à la veille de la première guerre mondiale permet de comprendre ce qu’elles pèsent dans le paysage bancaire français. On s’aperçoit immédiatement du danger qu’elles peuvent représenter avec la possibilité de déstabiliser le système financier dans son ensemble. En effet, dans l’hypothèse d’une guerre qui entraînerait des runs violents, la Caisse des dépôts et consignations, établissement centralisateur des placements des Caisses, serait contrainte de vendre massivement ses titres. Or, 70 % de son passif sont composés de titres détenus pour le compte des Caisses d’épargne. En cas de runs vigoureux, cet établissement se trouverait immédiatement dans une position intenable entraînant une réaction en chaîne de déstabilisation des marchés boursiers, de fragilisation de l’État ou encore l’incapacité de la Banque de France à fournir toute la liquidité demandée en billets de banque, la totalité des dépôts des Caisses d’épargne équivalant à l’ensemble de la circulation fiduciaire en 1914.

10Dans ce contexte et dans l’hypothèse de ce scénario catastrophe, le seul élément rassurant pour l’ensemble des institutions parties prenantes réside dans l’existence d’un moratoire – la fameuse clause de sauvegarde. Elle est perçue par tous comme la solution pour pallier l’ensemble des risques de guerre encourus : c’est l’ultime rempart.

11Et c’est précisément sur ce point que se nouent les divergences entre d’une part les autorités et les institutions et d’autre part les épargnants. Pour les uns, c’est une sécurité, pour les autres, c’est un piège, c’est une souricière ! L’incompréhension entre ces deux logiques se lit clairement dans la préparation du conflit.

  • 5  Pour plus de détails, voir Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’é (...)

12Pour toutes les institutions financières, tout comme pour le reste de la société, le risque d’une guerre, notamment contre l’Allemagne, était envisagé de longue date. Jusqu’à la veille de la guerre, la question des réactions éventuelles des épargnants était au cœur des débats. Les plans de préparation des Caisses d’épargne prennent comme unique modèle la guerre de 1870-1871. La préparation en 1914 part de l’idée qu’il y a eu « une bonne tenue des épargnants » durant la guerre de 1870-1871. Or, cette idée ne correspond pas à la réalité vécue en 1870. En effet, les Caisses d’épargne ont eu à faire face à des runs importants qui ont obligé le Gouvernement à appliquer des restrictions de remboursement. Les retraits durant la période de juillet à septembre 1870 furent tels que le décret du 17 septembre 18705 imposa la mesure suivante : « Les demandes de remboursements de fonds des Caisses d’épargne, exigibles à partir du 22 septembre, ne seront provisoirement acquittées en espèces que jusqu’à concurrence de 50 francs par livret. » En outre, ce fameux décret du 17 septembre 1870 n’est abrogé que le 12 juillet 1871, c’est-à-dire qu’il fut appliqué pendant près de dix mois. Cela marqua profondément les esprits en imprimant dans l’inconscient collectif des épargnants qu’une mesure présentée comme transitoire pouvait en réalité être appliquée sur un temps long.

13En effet, les épargnants de la Belle Époque ne voient pas dans la clause de sauvegarde qu’une mesure d’exception ; ils y voient surtout un blocage de leur avoir et une incertitude quant à l’avenir. Ils sont d’autant mieux informés que le souvenir de 1870-1871 est présent chez un grand nombre d’entre eux, qui ont déjà eu à la subir.

14Comme on peut le constater, la guerre de 1870-1871 ne s’est pas aussi bien passée que veulent le croire les Caisses en 1914. Pourquoi en 1914 avait-on le sentiment d’une bonne gestion de la crise de 1870 et « d’une bonne tenue des épargnants » ? Parce qu’un certain nombre d’arguments ont servi de grille de lecture pour analyser la crise de 1870. Le principal réside dans le fait que les retraits engendrés par la crise ne seraient pas si importants comparés à la somme totale des dépôts. Or, cette analyse est biaisée. En effet, si l’on utilise le ratio retrait/total des dépôts, on relativise fatalement l’événement sans tenir compte de l’ensemble des contraintes que génère une telle crise, notamment l’incapacité des autres institutions à pouvoir fournir toute la liquidité demandée dans un temps très court. Les retraits lors d’une crise politique ne doivent pas être analysés par rapport à l’ensemble des dépôts mais par rapport à la capacité pour les Caisses à délivrer les espèces demandées c’est-à-dire à leur coefficient de liquidité. Dès lors on obtient une tout autre lecture de la crise.

15Il semble également que la crise de 1870 ait été relativisée par celle de 1848, qui fut beaucoup plus dure pour les Caisses d’épargne. La comparaison de ces deux crises est une des clefs pour comprendre la relative satisfaction des Caisses en 1870, qui ont évité les terribles runs de 1848. Enfin, le fait qu’il n’y a pas eu de grands mouvements de défiance comme en 1848, et ceci malgré les restrictions apportées à la liberté de mouvement des livrets, a sans doute été également un objet de satisfaction.

16C’est donc à partir de ce scénario très optimiste qu’ont été élaborées toutes les hypothèses de l’épargne de guerre à la Belle Époque.

  • 6  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, Henry Derivaud, procès-ver (...)
  • 7Ibid.
  • 8Ibid.

17Henry Derivaud, président de la Caisse d’épargne de Bordeaux en juin 1914, rapporte ainsi qu’« en cas de guerre, l’État n’aura pas à redouter les retraits de dépôts, car ces retraits seront relativement sans importance6 ». Pour étayer son hypothèse, il utilise bien évidemment les statistiques de la guerre de 1870-1871 et les compare avec celles des conflits du début du xxe siècle. Il interroge les consuls à Saint-Pétersbourg, Tokyo, Constantinople, Athènes, Belgrade, Bucarest et Sofia. Partout, il constate que les retraits sont moindres que lors de la guerre de 1870-1871. Il en conclut donc que « chez les peuples modernes, les livrets de Caisses d’épargne sont considérés comme une toute dernière et extrême réserve7 ». Puis, dans un second temps, il tente de faire une simulation « au cas où la France serait entraînée dans une grande guerre ». Dans tous les cas de figure il estime que la clause de sauvegarde ne poserait pas de difficulté particulière puisque les déposants sont informés de son existence par l’article 3 inscrit sur tous les livrets. Derivaud affirme que tous les épargnants ont lu très attentivement le règlement et qu’ils réagiront donc de la meilleure façon. Enfin, il lui semble que la clause ne sera pas utilisée ou alors durant une période très courte seulement, car, dit-il, « de l’avis des plus grands écrivains militaires, la durée d’une grande guerre européenne ne pourra excéder trois mois ; c’est donc sur ce temps, quelque improbable qu’il soit, que nous devrons tabler pour nos calculs8 ».

18Un mois avant la guerre, les Caisses d’épargne, à l’instar du président de Bordeaux, semblent donc très optimistes quant à leur capacité à faire face à un conflit.

  • 9Ibid.

19Néanmoins, cette façon de voir n’est pas partagée par tous. En effet, la question de se préparer à une guerre avait déjà été débattue, notamment en juillet 1913, lors de la conférence générale des Caisses d’épargne, où Émile Amet, président de la Caisse de Sézanne et représentant des Caisses du Nord et de l’Est, avait présenté un rapport sur le fonctionnement des Caisses d’épargne en temps de guerre. Les Caisses du Nord et de l’Est souhaitaient un régime d’exception de la clause de sauvegarde pour les régions frontalières et la mise en place d’un système financier spécial capable de répondre aux problèmes de ces régions. En ce qui concerne la clause de sauvegarde, l’argumentaire d’Amet est le suivant : « À la frontière, la clause de sauvegarde pourra jouer une fois, peut-être même deux fois, c’est-à-dire pendant quinze jours ou un mois. Puis les Caisses seront fermées, et cela pour deux raisons : d’abord par suite de l’épuisement rapide du numéraire resté dans les coffres et ensuite par la difficulté d’obtenir de nouveaux fonds9. »

20Effectivement, les régions frontalières du Nord et de l’Est de la France ont conscience qu’elles risquent d’être des zones de combat et qu’en conséquence l’approvisionnement en billets deviendrait impossible, notamment en raison du repli des succursales de la Banque de France. Ainsi, même si les Caisses d’épargne restaient ouvertes, elles n’auraient plus de billets à distribuer. Pour Amet, la solution serait la suivante :

  • 10  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, rapport d’Émile Amet, « Le (...)

« En premier lieu, il paraît indiqué de réduire à la semaine le délai de quinzaine prévu par la clause de sauvegarde et de porter à cent francs le chiffre de cinquante francs qu’elle indique. Une zone suffisamment large pourrait être délimitée à l’avance pour l’application éventuelle des précautions dont il s’agit. Enfin, les Caisses de la zone frontière seraient autorisées à ouvrir leurs guichets quotidiennement, à partir du premier jour de la mobilisation10. »

21Faut-il donc comprendre que les Caisses des régions frontalières ne sont pas aussi confiantes que celle de Bordeaux dans la bonne préparation d’un éventuel conflit, ou bien que deux thèses antinomiques coexistent au sein des Caisses d’épargne ? En fait, il s’agit de deux débats différents sur un même sujet. La thèse de Derivaud a pour unique but d’obtenir une augmentation du plafond des livrets alors que le rapport d’Amet, plus technique, montre avec une certaine finesse d’analyse l’intérêt de modifier la loi sur la clause de sauvegarde. Or, les deux thèses ne peuvent pas cohabiter. Si l’on suppose que la guerre ne présente pas de difficulté majeure, il n’y a donc pas de raison de modifier la loi sur la clause de sauvegarde, et si les régions frontalières peuvent connaître certaines difficultés, alors il semble malaisé pour le Parlement d’autoriser l’augmentation du plafond demandée avec tant d’insistance.

  • 11  Ministère de tutelle des Caisses d’épargne au début du xxe siècle.
  • 12Journal des Caisses d’épargne, 1914, p. 157.
  • 13  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, propos rapportés lors de l (...)

22Le 13 janvier 1914, toute la presse se fait l’écho du compte rendu du Conseil des ministres sur l’accord entre le ministre du Travail11 et son homologue des Finances annonçant un projet de loi pour élever le plafond des livrets à 3 000 francs. Cela déclenche un véritable enthousiasme au sein des Caisses d’épargne. L’euphorie est néanmoins de courte durée car le projet est retiré le 7 février 1914. En effet, la commission du Budget refuse la proposition du Gouvernement au motif qu’elle serait beaucoup trop dangereuse en cas de crise ! Elle demande au Gouvernement de modifier son texte, mais aucun accord n’est trouvé. Le rejet du projet de loi est bien le fait des craintes d’une crise politique, ce que fait remarquer auprès de la commission du Budget l’ancien ministre des Finances, Jules Roche. Pour ce dernier, en cas de crise, la responsabilité de l’État serait notablement accrue puisqu’on ne pourrait réaliser sans de fortes pertes, sans une perturbation énorme du marché et des valeurs du portefeuille des Caisses d’épargne. Ce point de vue a été repris par la presse, ce qui a heurté les Caisses d’épargne, ainsi que l’agent général de Nancy. Dans un article du Journal des Caisses d’épargne, ce dernier écrit à propos de « la campagne entreprise par une certaine presse contre notre projet » : « il m’a été facile de me rendre compte que ces assaillants sont animés plus par des considérations politiques que par des idées financières12 ». Des motifs politiques ont certes joué en défaveur des Caisses, notamment à l’approche des élections et du fait de l’obligation de voter le budget. Mais les arguments étaient-ils pour autant infondés ? La réponse faite par le baron Cerise, vice-président de la Commission supérieure des Caisses d’épargne, n’était pas satisfaisante. Il avance deux arguments : le premier réside dans l’idée que les dangers n’existeraient pas si le portefeuille des Caisses d’épargne pouvait comporter d’autres valeurs que la rente en diversifiant les placements, notamment vers des fonds d’États étrangers. Le second argument consiste à dire qu’en cas de guerre la clause de sauvegarde pourrait recevoir son application13. Ce raisonnement ne pouvait satisfaire le Parlement, car le premier point n’était qu’un vœu pieux de la conférence générale des Caisses d’épargne. Il était totalement illusoire de croire que l’État accepterait une telle proposition, qui – du reste – ne recueillait pas l’assentiment de la majorité des administrateurs des Caisses. Le second point évoquait une mesure redoutée par beaucoup de Caisses. Dès lors, il ne restait plus qu’à utiliser les arguments traditionnels, en soulignant que les 1 500 francs de 1895 ne représentaient plus la même valeur en 1914 et qu’il serait également souhaitable pour les œuvres sociales que le plafond des livrets soit augmenté. Cependant, cela ne répondait pas à la question fondamentale de la protection des finances de l’État en cas de crise grave.

  • 14  Archives historiques de la Caisse d’épargne Lorraine Champagne-Ardenne, fonds de la Caisse d’éparg (...)
  • 15  Archives historiques de la Caisse d’épargne Nord France Europe, fonds de la Caisse d’épargne de Li (...)

23L’argumentaire des régions frontalières est, quant à lui, fondé sur l’expérience vécue par les Caisses du Nord et de l’Est lors du coup d’Agadir en 1911. Cet événement est un précédent qui permettait déjà à ces Caisses d’envisager ce que pourrait être le déclenchement d’une guerre franco-allemande. En effet, la crise d’Agadir opposait directement la France à l’Allemagne et fit craindre aux déposants des régions frontalières de l’Est et du Nord de la France la possibilité d’une guerre entre les deux pays. Les réactions furent immédiates, par exemple à Montbéliard, cas intéressant en raison de sa proximité avec l’Alsace (donc avec l’Allemagne) et la frontière suisse, certains déposants vidant leur livret pour aller placer leur argent dans les Caisses d’épargne helvètes. À Nancy, au plus fort de la crise, les 12, 13 et 14 septembre, ce sont 150 000 francs par jour qui sont retirés. Au total, 1,8 million de francs est retiré, soit le double d’un mois de septembre normal. Il est à noter une activité particulière des gros livrets avec des retraits compris entre 500 et 1 500 francs, ainsi qu’une certaine compréhension de la part des dirigeants de cette Caisse : « chacun d’eux sentait que le péril était imminent et agissait avec prévoyance14 ». Enfin, à Lille, « les déposants, impressionnés par la crainte d’une guerre avec une puissance voisine, vinrent en foule retirer leur fonds15 ». Nous pourrions multiplier ainsi les exemples dans tout le Nord et l’Est du pays. Dans le reste de la France, les réactions des épargnants furent moindres que dans les régions frontalières.

24Ainsi, dès 1911, on connaissait déjà la tournure que pourrait prendre l’épargne dans un conflit avec l’Allemagne, c’est-à-dire le risque de retraits de grosses sommes sur les gros livrets.

25Trois éléments fondamentaux sont à retenir de cette préparation. Tout d’abord, les études et les rapports sur un éventuel conflit établis par les Caisses d’épargne étaient surtout destinés à rassurer l’État et la Caisse des dépôts et consignations quant à l’éventualité d’un run massif des déposants. Ensuite, toutes les institutions étaient persuadées de l’efficacité de la clause de sauvegarde et de l’adhésion totale des épargnants au bien-fondé de celle-ci. Enfin, la voix discordante des régions frontalières ne fut pas suffisamment entendue, sans doute parce qu’elle contrariait trop les projets nationaux des Caisses d’épargne.

26À la veille de la Grande Guerre, la question de la préparation à un éventuel conflit s’est donc construite sur trois postulats erronés. Le premier concerne la guerre de 1870-1871, qui ne fut pas analysée avec tout le recul qu’il aurait fallu. Le second est sans doute l’erreur de jugement sur l’adhésion des épargnants aux restrictions de remboursement. Enfin, l’hypothèse d’une guerre courte a sans doute été extrêmement préjudiciable. Cependant, sur ce dernier point, à la décharge des Caisses et du Gouvernement, l’ensemble de la société civile ainsi que les militaires n’avaient pas pleinement pris conscience du bouleversement que pouvait représenter un conflit moderne et de ses conséquences pour l’économie.

II. L’entrée en guerre et l’instauration de la clause de sauvegarde

  • 16  Lors d’une crise politique, notamment face au risque de guerre, les épargnants transforment leur m (...)
  • 17  À partir du 2 août, les runs sont également réduits dans les banques à la suite de l’instauration (...)

27L’entrée en guerre fut finalement assez conforme aux schémas de crise de l’épargne face à un tel événement16. En effet, dès la fin du mois de juillet 1914, les établissements bancaires et les Caisses d’épargne sont pris d’assaut. Les épargnants ont anticipé la déclaration officielle du conflit et n’ont pas voulu se trouver pris au piège par la clause de sauvegarde. Ils se sont donc constitué une encaisse de réserve liquide. Selon les villes et les régions, les premiers runs se déclenchent entre le 24 et le 27 juillet 1914, c’est-à-dire au moment des premiers ultimatums, puis s’intensifient pour atteindre leur paroxysme entre le 28 et le 31 juillet. Les runs ont été réduits par la promulgation de la clause de sauvegarde17 – diminués mais pas stoppés, puisque la mobilisation générale et l’entrée en guerre accroissent la nécessité de se constituer une encaisse de précaution liquide.

28Ces runs sont importants en volume car concentrés sur peu de jours. Par exemple, à Paris, les 28, 29 et 30 juillet, 2 500 déposants s’alignent devant les guichets et 1 500 000 francs sont remboursés en chiffre rond. À Paris, 2 500 déposants par jour est le nombre maximum que pouvait accueillir et servir cette Caisse en prolongeant les heures de service et en obtenant des facilités auprès de la Banque de France, située à une centaine de mètres du siège de la Caisse parisienne. Toutes les personnes dans les files d’attente du mois de juillet n’ont pu être servies le jour même. Les épargnants n’ayant pu accéder aux guichets recevaient un ticket leur permettant d’être prioritaires le lendemain.

29La même effervescence est constatée dans toute la France, par exemple à la Caisse d’épargne de Saint-Étienne où, durant ces mêmes jours, 2 800 déposants ont demandé à être remboursés pour près de 2 millions de francs. Si l’on regarde dans le détail, cela correspond à un retrait moyen de 714 francs. À titre de comparaison, le retrait moyen à Saint-Étienne à la même période tournait autour de 322 francs. On est donc à plus du double d’un retrait moyen, ce qui nous laisse présumer qu’il s’agit là principalement de l’œuvre des gros déposants, sachant que le livret moyen se situe aux alentours de 400 francs.

30L’agent général de la Caisse d’épargne de Saint-Étienne a laissé un témoignage éloquent sur ce sujet :

  • 18  Récit de l’agent général Gardon de la Caisse d’épargne de Saint-Étienne, publié par le Journal des (...)

« À la nouvelle des événements austro-serbes, le lundi 27 juillet, dès la première heure, le public s’est précipité en foule aux guichets de la Caisse d’épargne de Saint-Étienne, pour y encaisser le montant de ses dépôts. L’encombrement des bureaux et le bruit de la foule occasionnèrent, pendant deux heures, une lenteur dans les opérations qui fut mise à profit pour s’organiser. Quelques agents de police vinrent ramener un peu d’ordre et de silence pendant que le service des remboursements était doublé par celui des versements, à peu près inoccupé18. »

Graphique 1. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires par décade de mai à décembre 1914

Graphique 1. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires par décade de mai à décembre 1914

Source : Données issues des Rapport[s] à Monsieur le Président de la République sur les opérations des Caisses d’épargne ordinaires pour l’année…, Paris, Imprimerie nationale (BNF 4-LF262-1)

31Les témoignages « à chaud » révèlent l’anxiété des épargnants et le climat de tension qui règnent alors. Ils montrent également une certaine violence dans les files d’attente : par exemple, des dégradations furent commises à Lyon. Aux abords et à l’intérieur des Caisses d’épargne, les forces de l’ordre sont obligées d’intervenir. Ces témoignages sont d’autant plus intéressants que les discours produits bien après l’événement tendent à relativiser la violence de la foule, quand ils ne la dénient pas complètement. Un an après les événements, le président de la Caisse d’épargne de Paris déclare que la foule, bien que très nombreuse, était restée calme. D’une manière générale, les Caisses d’épargne se réjouissent de la bonne tenue de leurs établissements, surtout en fin d’année, où elles constatent également que les runs de juillet n’ont pas dépassé les 10 % de retraits et que, si l’on compare avec les crises de 1848 et de 1870, la clientèle des Caisses d’épargne n’a connu « aucun affolement comparable ». Or, dans les faits, les runs ont été très violents car localisés sur quatre ou cinq jours. De plus, en appeler à ces 10 % de retraits – c’est-à-dire le ratio retrait/total des dépôts – pour justifier le calme n’a pas une grande signification, comme nous l’avons déjà expliqué pour la guerre de 1870. L’utilisation de cet indicateur conduit obligatoirement à relativiser les retraits et ne reflète en rien la réalité des mouvements de fonds. Ce chiffre est d’autant plus faussé que les retraits sont en fait calculés sur l’ensemble du mois de juillet, qui est normal jusqu’au 25 juillet. De toute évidence, ce discours relativiste un an plus tard poursuit un but très précis : celui d’obtenir la suppression de la clause de sauvegarde mise en place le 31 juillet 1914. Il fallait en effet minimiser les runs d’avant l’établissement de la clause de sauvegarde pour pouvoir demander la levée de celle-ci.

32Le cas des Caisses d’épargne n’est pas une exception dans le paysage bancaire français : les files d’attente sont également longues aux guichets des banques de dépôt et à ceux de la Banque de France, aussi bien à Paris qu’en province.

33Ces runs obligent le Gouvernement à prendre des mesures. S’il existe un débat pour savoir si légalement on peut imposer un moratoire bancaire, en revanche l’établissement de la clause de sauvegarde ne pose aucune difficulté, puisqu’elle est inscrite dans la loi. Ainsi, le Gouvernement décrète le 30 juillet 1914 la clause de sauvegarde et, deux jours plus tard, il se résout à instaurer également un moratoire bancaire.

34Dans un premier temps, la mise en place de la clause de sauvegarde ne souleva pas d’objection, car tout le monde estimait qu’elle n’était pas dénuée de tout fondement. Il fallait protéger les Caisses d’épargne, qui ne pouvaient faire face à de très gros runs, et il fallait surtout protéger la Caisse des dépôts et consignations, le crédit de l’État ainsi que les marchés financiers.

35Si l’établissement du décret de la clause de sauvegarde ne pose pas de difficulté en soi, en revanche ses modalités d’application sont particulièrement discutables et furent contestées. En effet, la circulaire d’application du 31 juillet 1914 précise que le décret de la clause de sauvegarde doit limiter les remboursements à 50 francs tous les quinze jours, comme la loi le prévoit. Mais il précise également la suspension du remboursement à vue.

  • 19Ibid.
  • 20Ibid.

36La circulaire prévoit donc de limiter les sorties de monnaie à 50 francs par quinzaine, c’est-à-dire dans la limite la plus sévère. Le Gouvernement avait la faculté de fixer le montant des retraits à 100, 200, voire 500 francs par quinzaine. Il a opté pour le choix le plus drastique. Ensuite et surtout, dans le cadre de la clause de sauvegarde, il pouvait maintenir le remboursement à vue. En d’autres termes, le Gouvernement pouvait autoriser les épargnants à se présenter aux guichets pour recevoir immédiatement un remboursement jusqu’à concurrence de 50 francs, puis attendre encore 15 jours avant de pouvoir faire une nouvelle demande. Avec la circulaire d’application du 31 juillet 1914, la règle change. Il faut dès lors venir au guichet pour déposer une demande de 50 francs. La Caisse d’épargne vous délivre un bordereau avec lequel vous devez vous présenter quinze jours plus tard pour toucher vos 50 francs. Ce point a été particulièrement mal perçu par les Caisses d’épargne, dont un grand nombre, à l’instar de la Caisse d’épargne de Paris, a continué, pendant la première quinzaine suivant le décret de sauvegarde, à effectuer les remboursements à vue. Le conseil de la Caisse d’épargne de Paris estimait alors que la loi du 20 juillet 1895 (art. 3 § 1) lui en donnait le droit et qu’aucun autre texte législatif ne pouvait l’en empêcher, l’agent général ajoutant ceci : « en tirant de ces textes la conclusion que les remboursements à vue étaient provisoirement supprimés, la circulaire ministérielle du 31 juillet les interprète d’une manière extensive, qui n’apparaît pas juridiquement admissible19 ». Cette première contestation semble légitime, d’autant plus qu’il était en effet impossible pour la Caisse d’épargne de Paris, assiégée au lendemain du décret par plusieurs milliers de déposants, de les renvoyer purement et simplement après leur avoir fait signer une demande ou de fermer ses guichets de remboursement pendant quinze jours. « Une telle manière de faire eût provoqué, sans doute, des mouvements fâcheux et n’eût pas manqué de porter atteinte au crédit de la Caisse d’épargne20. » Le 5 août 1914, le ministère ayant envoyé une note sommant la Caisse d’épargne de Paris de respecter scrupuleusement la circulaire d’application, celle-là dut s’exécuter.

37L’application fut donc stricte, une seule concession étant faite : « pour une raison quelconque, se trouvant empêchés de se présenter en personne à la Caisse, ils [les déposants] peuvent charger un tiers, porteur d’une simple autorisation présentant les garanties nécessaires, de toucher successivement les acomptes de 50 F ». Cette possibilité s’adresse en particulier aux hommes mobilisés qui, partant au front, ne peuvent pas retirer eux-mêmes les sommes souhaitées.

38À la fin du mois d’août, la Caisse des dépôts et consignations est sauvée. Elle n’a pas eu besoin de vendre ses titres. Ce décret a permis de ralentir les runs à partir du 5 août, mais il n’a pas en revanche stoppé les retraits. En effet, ceux-ci, dorénavant limités à 100 francs par personne et par mois, se sont poursuivis à une moyenne de 12,5 millions de francs par mois pour l’ensemble des épargnants des Caisses d’épargne.

39Le lundi 3 août 1914, il fallait ainsi patienter deux heures et demie pour accéder à la salle des coffres ou attendre derrière cinq cents autres personnes pour parvenir à un guichet. Pourquoi les retraits ne se sont-ils pas arrêtés avec la clause de sauvegarde ? Parce que la constitution d’encaisses de protection fut indispensable à la survie des familles, notamment celles des mobilisés. Loin de constituer une fuite ou de révéler une crainte vis-à-vis des Caisses, les retraits trouvent en grande partie leur explication dans la réorganisation à laquelle chacun doit procéder pour continuer sa vie quotidienne. Le départ massif des mobilisés les oblige nécessairement à constituer une réserve liquide non seulement pour eux, mais également pour leur famille.

III. Une solution transitoire qui s’installe dans la longue durée

40Si l’application de la clause de sauvegarde dans les premières heures de la guerre ne fut pas contestée, en revanche sa durée, qui s’étend d’août 1914 à septembre 1916, soit près de 25 mois, causera de graves difficultés à la fois aux épargnants et aux Caisses d’épargne.

41L’application de la clause de sauvegarde sur un temps long pose un certain nombre de problèmes qui n’avaient pas forcément été envisagés. Que faire des successions dans le cadre de la clause de sauvegarde ? Cette question se pose dès les premiers mois. Dans un premier temps, les Caisses d’épargne remboursent l’intégralité des livrets aux héritiers. Mais le Gouvernement, en septembre 1914, exige que la clause de sauvegarde s’applique également au livret des défunts, c’est-à-dire que leurs héritiers n’aient droit qu’à un remboursement de 50 francs par quinzaine. Cette disposition engendra de grandes difficultés car, bien souvent, le livret d’épargne était la seule disponibilité liquide pour pouvoir payer les frais de succession. La seule concession accordée par le Gouvernement fut d’autoriser le virement de la totalité du livret du défunt sur celui d’un des héritiers. Cependant, en définitive, cette mesure ne changea rien pour les héritiers, puisque le livret recevant la somme était lui aussi bloqué.

42Globalement, ce sont surtout les femmes et les réfugiés qui rencontreront les plus grands obstacles. En effet, le cas le plus complexe à gérer fut celui des réfugiés des régions envahies, notamment les femmes mariées avec des enfants (quelle que soit la région d’origine). En effet, si le mari n’avait pas signé de procuration, la femme mariée ne pouvait se servir ni de son propre livret ni de celui de ses enfants. Si le mari était aux armées, il lui était possible de faire une procuration. Les archives de certaines Caisses en ont gardé des traces avec des liasses entières de procurations envoyées dans les premiers mois de guerre. Cependant, si le mari était retenu dans un territoire occupé par les Allemands sans moyen de communication, les femmes étaient dans l’incapacité de pouvoir se faire rembourser. À cela vient s’ajouter le fait que les Caisses d’épargne ne constituent pas encore un réseau bancaire. Elles sont toutes indépendantes les unes des autres et, concrètement, il est très difficile pour une Caisse de rembourser le livret d’une autre Caisse. Si en plus cette Caisse est fermée parce qu’elle se trouve dans une zone de combat et qu’il est donc impossible d’avoir accès à ses livres de comptes, on comprend que cela devienne très compliqué pour les épargnants.

43Dès le début de la guerre, les Caisses d’épargne interrogent le Gouvernement sur la possibilité de rembourser les réfugiés. Au début de l’année 1915, diverses procédures sont mises en place, mais toujours dans la limite de la clause de sauvegarde. Or, les témoignages des administrateurs des Caisses d’épargne sont unanimes : certains réfugiés sont dans un tel dénuement que 50 francs par quinzaine ne sont pas suffisants. De plus, la clause de sauvegarde crée ce paradoxe de bloquer de grosses sommes dans les Caisses alors qu’il y a clairement des manques dans l’aide humanitaire, que les Caisses d’épargne, fidèles à leur mission philanthropique, pourraient aisément pallier. C’est là que se joue le paradoxe : les Caisses d’épargne ont de l’argent dans leurs coffres, notamment grâce au fameux fonds de réserve qui devait servir en cas de run, argent qui, avec la clause de sauvegarde, devient inutile. Les Caisses demandent donc au Gouvernement de pouvoir aider avec l’argent de ce fonds toutes les personnes touchées par la guerre. Le ministère du Travail et celui des Finances a priori ne trouvent là rien à redire mais interrogent la Caisse des dépôts et consignations, qui, pour sa part, refuse, car, en cas de revers militaire, les Caisses d’épargne ne seraient pas à l’abri d’un nouveau run. En réalité, la Caisse des dépôts et consignations avait peur que cette mesure, si elle était acceptée, perdure après la guerre. En la circonstance, il était difficile de refuser cette demande aux Caisses. Cependant, le ministère des Finances met en place tellement de « garde-fous » qu’au final peu de Caisses sont autorisées à utiliser leurs fonds et que parmi les rares à obtenir l’agrément ne figure aucune des grandes Caisses.

44Le cas des femmes mariées fut particulièrement critique, car elles furent doublement victimes, à la fois de la clause de sauvegarde et de l’absence de la puissance paternelle ou maritale. Les hommes partis au front ayant la puissance maritale ou paternelle, leur épouse et leurs enfants mineurs sans procuration ne pouvaient accéder aux sommes bloquées sur les livrets. Cela a sans doute été l’une des conséquences les plus douloureuses de la mobilisation rapide et massive. Elle touche cette fois non pas une ou deux régions de France mais l’ensemble du territoire.

45Depuis la mobilisation d’août 1914, les femmes des mobilisés ne pouvaient plus effectuer de retraits sur leurs livrets ni sur ceux de leurs enfants. Il fallut attendre un an pour que cette question des femmes mariées et de l’exercice de la puissance paternelle soit définitivement réglée. Par la loi du 3 juillet 1915, les femmes mariées dans l’impossibilité d’obtenir l’autorisation maritale pour cause de guerre seront autorisées provisoirement à obtenir l’exercice de la puissance paternelle. Le député Paul Meunier, rapporteur du projet de loi, précise dans son rapport les principes et les modalités d’application de la loi. Il cite notamment les trois conditions suivantes :

  • Qu’il y ait urgence pour la femme ou pour la mère d’agir à la place du mari ;

  • Qu’il y ait impossibilité pour le mari d’intervenir ;

  • L’obligation d’une décision de justice.

46C’est bien l’impossibilité de correspondre avec le mari mobilisé qui est à l’origine de ce projet de loi. Néanmoins, il n’est pas pour autant question d’accorder aux femmes leur émancipation économique. Le rapporteur insiste bien sur le fait qu’il s’agit d’une mesure provisoire, dictée par les circonstances exceptionnelles de la guerre. Il insiste également sur le fait que la nouvelle loi a pour but de remplacer l’autorisation maritale ou paternelle par une autorisation de justice. En d’autres termes, la femme ou le mineur ne sont pas émancipés mais passent simplement d’une autorité à une autre. Enfin, les femmes mariées ne seront bien évidemment pas autorisées à prélever au-delà de ce qui est autorisé par la clause de sauvegarde.

Graphique 2. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires durant la clause de sauvegarde

Graphique 2. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires durant la clause de sauvegarde

Source : Données issues des Rapport[s] à Monsieur le Président de la République sur les opérations des Caisses d’épargne ordinaires pour l’année…, Paris, Imprimerie nationale (BNF 4-LF262-1)

47Face au prolongement de l’application de la clause de sauvegarde sur une longue durée, les épargnants comme les Caisses cherchent des stratégies de contournement.

48Une première stratégie légale se dessine en février 1915. En effet, deux députés déposent une proposition de loi pour permettre aux déposants des Caisses d’épargne d’utiliser les fonds de leur livret qui sont bloqués pour l’achat d’obligations nationales. Les Caisses d’épargne s’alarment de cette proposition qui risque d’accélérer les retraits. Elles essayent de démontrer que l’opération serait absurde du point de vue des finances publiques, puisqu’elle consiste à faire souscrire un nouvel emprunt avec de l’argent qui est déjà, en fait, entre les mains de l’État par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations. Pour une fois, la Caisse des dépôts est d’accord avec les Caisses d’épargne et le projet de loi est écarté. Cependant, en novembre 1915, au moment où se prépare la loi sur le premier emprunt de la Défense nationale, le Gouvernement change d’avis et propose que l’épargnant puisse souscrire à l’emprunt envisagé, moitié en espèces, moitié avec les fonds bloqués sur son livret d’épargne. Ainsi, une partie des fonds bloquée sur les livrets peut sortir pour financer l’emprunt de la Défense nationale.

49Les Caisses d’épargne cherchent également des moyens de contourner la clause de sauvegarde : par exemple, la Caisse d’épargne de Paris rembourse à vue les dépôts postérieurs au décret du 30 juillet ainsi que les livrets ouverts après cette date, estimant que la clause ne concerne que les livrets et les dépôts antérieurs à la date du 31 juillet. Évidemment, le Gouvernement et la Caisse des dépôts et consignations ne l’entendent pas ainsi et demandent aux Caisses d’épargne récalcitrantes de bien vouloir appliquer la clause de sauvegarde à l’ensemble des dépôts. La crainte de la Caisse des dépôts et consignations est que les épargnants vident entièrement leur livret, le clôturent et en ouvrent un nouveau, qui, lui, ne serait pas soumis à la clause de sauvegarde. Effectivement, on imagine très bien le danger que cela pouvait représenter dans l’hypothèse d’une crise. Seulement, l’application prolongée de la clause mettait en péril l’existence même des Caisses d’épargne. En effet, à plus ou moins brève échéance, elles ne pourraient plus faire face à leurs frais de fonctionnement, car, bien qu’étant des établissements créés pour recueillir la petite épargne en formation, les Caisses ne peuvent faire face à leurs frais que grâce à la ponction qu’elles prélèvent sur le taux d’intérêt des gros dépôts. Or, les gros dépôts n’existent quasiment plus en 1916. On se souvient qu’il y avait 14 % des livrets proches du plafond avant la guerre, mais, à partir de 1915 et à cause de la clause de sauvegarde, il n’y en a plus. Les livrets continuent de se vider mois après mois et les quelques versements effectués ne sont pas de nature à contrebalancer la tendance. Au début de l’année 1916, la situation devient très critique pour les Caisses, qui, à plus ou moins brève échéance, ne pourront plus faire face à leurs frais de fonctionnement. Cette situation oblige le Gouvernement en mars 1916 à assouplir sa position par une circulaire qui supprime la clause de sauvegarde pour les dépôts versés après le 27 mars 1916. Cette mesure n’empêche pas les retraits, mais, en revanche, elle permet de voir une augmentation des dépôts par de nouveaux versements. C’est un premier signe encourageant, suivi en juillet par l’augmentation du plafond, qui passe de 1 500 à 3 000 francs, et, enfin, par la suspension de la clause de sauvegarde, le 23 septembre 1916. Cette suspension marque le retour des dépôts. En effet, on assiste à un excédent de dépôts dans les Caisses d’épargne dès le mois suivant.

50Bien évidemment, la Caisse des dépôts et consignations n’est pas satisfaite et craint d’être de nouveau dans une position délicate dans l’hypothèse d’un revers militaire ou d’une crise politique, mais le Gouvernement maintient sa décision et s’engage à aider la Caisse des dépôts et consignations en cas de run des épargnants. De toute évidence, le Gouvernement n’avait pas le choix et ne pouvait laisser les Caisses d’épargne dans une situation qui pouvait, à terme, les étouffer.

 

51Quel bilan peut-on tirer de ces deux années d’utilisation de la clause de sauvegarde ? Tout d’abord, les runs bancaires des mois de juillet et d’août 1914 permettent de revisiter le mythe de la fleur au fusil et constituent un élément confortant le fait que les Français n’avaient pas le cœur à la fête. En réalité, ils étaient dans les files d’attente devant les établissements bancaires et aux guichets des Caisses d’épargne. Ces runs ont contraint le Gouvernement à mettre en place la clause de sauvegarde. Son utilisation a permis de couper court aux runs d’avant la guerre et de protéger ainsi le système financier fragilisé dans son ensemble. Mais ce fut sans doute une victoire à la Pyrrhus, car au final plus d’argent a été retiré sur les deux années que si l’on avait laissé la libre disposition des fonds. La preuve en est qu’à partir de la fin de l’année 1916 les dépôts reviennent. Certes, après 1916 on assiste à des mouvements de fonds en fonction des événements, notamment militaires, mais aucune défiance, aucun run comparables à ceux de 1914.

52En réalité, les conséquences de la clause de sauvegarde seront dramatiques après la guerre. Chaque crise internationale suscitera chez les épargnants la crainte de se retrouver dans la même situation qu’à l’été 1914. La première guerre mondiale fut donc la matrice des réflexes de crise du xxe siècle. Chaque crise internationale entraîne une réaction, chaque crise politique est vécue comme une réminiscence de 1914 pour les épargnants : des runs d’avant-crise et la constitution d’une encaisse liquide en monnaie fiduciaire au cas où le Gouvernement viendrait à décréter un moratoire.

53Les autorités ont également tiré les leçons de 1914 et sont arrivées à la conclusion que le blocage n’est pas une bonne solution car il participe à engendrer la peur et pousse finalement les épargnants à essayer de s’en prémunir, augmentant ainsi les retraits. Certes, elles n’iront pas jusqu’à supprimer la clause de sauvegarde, qui existe encore aujourd’hui, mais ce fut la dernière fois qu’elle fut décrétée.

  • 21  Pour plus de détails sur cette crise, voir notre ouvrage, V. Tournié, Épargne et crises politiques (...)

54La question de la clause de sauvegarde se posera évidemment lorsque se profilera une nouvelle guerre avec l’Allemagne et plus particulièrement en septembre 1938 lors des accords de Munich. En effet, pour l’ensemble de la population française à cette date, la guerre n’était plus qu’une question d’heures. Les Français ont cru revivre les événements de juillet 1914 et se sont rués dans les Caisses d’épargne, mettant à mal le système. Au moment de la signature des accords, il n’y avait plus un seul billet dans les coffres de la Banque de France21. Pourtant, malgré les risques encourus par le système monétaire, le Gouvernement ne décréta pas la clause de sauvegarde, montrant ainsi que les leçons de 1914 ont été retenues. Il semble bien que la principale erreur en 1914 fut de ne pas avoir pris en compte la logique des épargnants. L’ensemble des institutions pensait que, puisque les épargnants connaissaient l’existence de ce moratoire, ils allaient en accepter les conséquences. Cette erreur d’appréciation a conduit les autorités comme les Caisses d’épargne à bâtir des prévisions fictives de l’épargne en guerre sans tenir réellement compte de la réaction des épargnants. La guerre de 1870-1871 et les crises de la Belle Époque avaient pourtant donné de bonnes indications de ce que pourrait être la panique d’une entrée en guerre. Cependant, les autorités étaient tellement persuadées que la guerre serait courte qu’à leurs yeux la clause de sauvegarde ne présentait pas de difficulté particulière, cela ne devait être qu’une solution transitoire. Néanmoins, dans le cadre d’une guerre longue, la problématique change radicalement, et le maintien durant deux années complètes de la clause de sauvegarde fut sans doute la seconde erreur d’appréciation que les gouvernements d’après-guerre cherchèrent à ne plus jamais reproduire.

Notes

1  Environ 150 euros de 2015.

2  Bertrand Blancheton, « Les improvisations financières de la guerre de 1914‑1918 en France. Les enjeux de la liquidité », Cahiers du GREThA, janvier 1914.

3  Ce qui correspond à peu près au plafond actuel (2015) du livret A.

4  À l’exception de la grande bourgeoisie.

5  Pour plus de détails, voir Carole Christen-Lécuyer, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’épargne, Paris, Economica, 2004, p. 611‑621.

6  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, Henry Derivaud, procès-verbal de la conférence générale des Caisses d’épargne de France du 14 juin 1914.

7Ibid.

8Ibid.

9Ibid.

10  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, rapport d’Émile Amet, « Le fonctionnement des Caisses d’épargne en temps de guerre », procès-verbal de la conférence générale des Caisses d’épargne, 1913.

11  Ministère de tutelle des Caisses d’épargne au début du xxe siècle.

12Journal des Caisses d’épargne, 1914, p. 157.

13  Archives historiques des Caisses d’épargne, fonds des organes centraux, propos rapportés lors de la conférence du Nord et de l’Est du 28 mai 1914.

14  Archives historiques de la Caisse d’épargne Lorraine Champagne-Ardenne, fonds de la Caisse d’épargne de Nancy, compte rendu de la Caisse d’épargne de Nancy pour l’année 1911.

15  Archives historiques de la Caisse d’épargne Nord France Europe, fonds de la Caisse d’épargne de Lille, compte rendu de la Caisse d’épargne de Lille pour l’année 1911.

16  Lors d’une crise politique, notamment face au risque de guerre, les épargnants transforment leur monnaie scripturale en monnaie fiduciaire afin de se constituer une encaisse plus liquide directement utilisable pour se prémunir de l’incertitude et de la suite des événements. Pour plus d’explications sur ce schéma, voir le chapitre II de notre ouvrage, Vincent Tournié, Épargne et crises politiques en France. Les mouvements de panique dans les Caisses d’épargne au xxe siècle, Paris, Economica, 2011, 329 p.

17  À partir du 2 août, les runs sont également réduits dans les banques à la suite de l’instauration du moratoire bancaire.

18  Récit de l’agent général Gardon de la Caisse d’épargne de Saint-Étienne, publié par le Journal des Caisses d’épargne, 1914.

19Ibid.

20Ibid.

21  Pour plus de détails sur cette crise, voir notre ouvrage, V. Tournié, Épargne et crises politiques en France, op. cit., p. 199‑219.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires par décade de mai à décembre 1914
Crédits Source : Données issues des Rapport[s] à Monsieur le Président de la République sur les opérations des Caisses d’épargne ordinaires pour l’année…, Paris, Imprimerie nationale (BNF 4-LF262-1)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Graphique 2. Excédent de dépôts ou de retraits dans les Caisses d’épargne ordinaires durant la clause de sauvegarde
Crédits Source : Données issues des Rapport[s] à Monsieur le Président de la République sur les opérations des Caisses d’épargne ordinaires pour l’année…, Paris, Imprimerie nationale (BNF 4-LF262-1)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Auteur

Docteur en histoire, Vincent Tournié est chargé de cours à l’université Paris Diderot-Paris 7. Ses recherches portent sur les paniques bancaires, la monnaie et les Caisses d’épargne durant les crises du xxe siècle. Il achève actuellement une étude sur les administrateurs des Caisses d’épargne aux xixe et xxe siècles. Il a notamment publié « The Crisis and the French savings banks », Perspectives, nº 66, Bruxelles, European Savings and Retail Banking Group, 2013, p. 63‑75 ; Épargne et crises politiques, les mouvements de panique dans les Caisses d’épargne au xxe siècle, Paris, Economica, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search