Versione classicaVersione mobile

La politique du blé

 | 
Alain Chatriot

Deuxième partie. L’expérience de l’office du blé

Introduction de la deuxième partie

Testo integrale

1Réalisation symbolique du Front populaire, point d’aboutissement des débats sur la crise des années trente, moment d’ouverture d’une nouvelle d’intervention de l’État dans l’agriculture, aberration marxiste, monstre administratif, institution ayant sauvé la paysannerie française, les jugements tranchés ne manquent pas sur cette institution créée à l’été 1936. Ils sont inversement proportionnels à la connaissance réelle des pratiques de l’institution. L’accès à des archives, hélas partielles, aide à en savoir plus. D’autant que de nombreuses sources imprimées se recoupant sur les débuts de l’Office du blé permettent de saisir les réactions des différents acteurs collectifs de cette histoire.

2L’action de l’institution, à la fois dans ces premiers travaux et avec le sujet crucial de la fixation annuelle du prix du blé, offre un autre visage de ce « problème du blé ». Après les polémiques sur l’échec des régulations législatives et réglementaires de la première moitié des années trente, l’organisation du marché semble connaître une nouvelle étape. Il faut cependant rester attentif aux modifications que connaît l’Office entre 1936 et l’entrée en guerre. Les mesures prises en 1938 pour faire face à une récolte qui s’annonce excédentaire montrent que la situation n’est pas figée. Mais il est certain que la politique menée, avec la place accordée aux coopératives et au stockage, d’une part, et au financement, d’autre part, change profondément la vie des producteurs de blé et l’organisation même d’une partie des campagnes françaises.

3Avant de suivre les pratiques de l’Office et les équipes qui l’animent, toutes révélatrices du fonctionnement de l’État et de son administration, il est nécessaire de revenir sur la création de l’institution et sur le vote de la loi qui la fonde. En écho à l’étude de la première moitié des années trente, le débat est en effet très vif au Parlement à l’été 1936. Il se situe certes dans l’aboutissement de projets portés depuis des années par les socialistes, mais il prend, dans le contexte du Front populaire, un relief particulier qui mérite une analyse tant pour les arguments échangés que pour l’ampleur de l’obstruction parlementaire pratiquée. Les réactions, enfin, des acteurs collectifs, syndicaux ou associatifs, qui tentent d’influer sur le vote, le plus souvent sans succès, permettent de sortir du Parlement et d’essayer de tracer les grandes lignes du débat qui entoure les débuts de l’Office du blé en France et l’élaboration de cette nouvelle politique. Les commentaires des juristes et des économistes complètent ce tableau d’une création institutionnelle qui se fait dans le conflit d’intérêts et le débat politique. Le spectre de l’étatisme et des fonctionnaires est à nouveau agité par les libéraux, tandis que les agriculteurs réclament des prix du blé stables et rémunérateurs.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search