Version classiqueVersion mobile

La politique du blé

 | 
Alain Chatriot

Première partie. Comment résoudre la crise agricole ?

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1  E. de Fels, « Une politique du blé », La Revue de Paris, 1er août 1931, p. 508-527, p. 509-510.

« Cette question annonaire en quête d’une solution définitive comporte des éléments psychologiques que l’observation directe et attentive des choses normales ne laisse pas de révéler et qu’il est indispensable de noter tout d’abord. Le blé n’est pas un produit comme un autre. Les lois de l’économie politique ne lui sont pas pleinement applicables, notamment cette fameuse loi de l’offre et de la demande qui ne joue pas à son égard en même façon que pour les denrées secondaires. Nous relevions dernièrement dans un simple commentaire de mercuriale cette curieuse et significative appréciation : “Le marché du blé est sensible et nerveux comme pas un. Un rien le trouble et le déséquilibre.” Ce qui revient à dire qu’en dépit des changements considérables survenus dans l’alimentation générale le blé n’a rien perdu du caractère sacré que les siècles lui ont attribué. Pour l’agriculteur le plus modernisé dans l’exploitation la plus industrialisée, le blé demeure toujours le produit fondamental, l’étalon du profit, le mètre de la prospérité. Quand le blé se vend à bon prix, la paix sociale et le consentement politique règnent sur nos campagnes. Quand il est déprécié, les colères grondent sourdement. Tranchons le mot. L’hectolitre ou le quintal de blé est resté, dans les temps nouveaux, une unité monétaire au même titre que le franc. À l’heure actuelle encore, ce n’est pas le franc qui mesure le blé, c’est le blé qui mesure le franc. C’est au quintal de blé qu’en économie rurale tout se rapporte1. »

1Ce jugement d’un grand notable conservateur extérieur au monde agricole et à leurs différents intérêts introduit assez bien aux enjeux multiformes de ce « problème du blé », qui devient, du milieu des années vingt au milieu des années trente, un enjeu de politique publique. Pour présenter cette politique et en comprendre les ressorts, il faut d’abord tenir compte des mutations du secteur céréalier. À partir du milieu des années vingt, des éléments se mettent en place, qui encadrent les modes possibles d’intervention étatique. Le nouveau rôle tenu par la mobilisation des céréaliculteurs, regroupés dans une forme syndicale neuve : l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), est si déterminant qu’il mérite une étude à part. La complexité des étapes parlementaires et judiciaires oblige à ne pas respecter une approche strictement chronologique afin de distinguer des dossiers dont il est sinon impossible de comprendre la logique.

2Les débats politiques portés par les parlementaires au premier titre mais aussi par certains ministres de l’Agriculture à partir de la fin des années vingt montrent bien comment les vieux instruments de la politique agricole (pour l’essentiel les tarifs douaniers) ne sont plus adaptés aux mutations du marché et à la demande d’intervention des agriculteurs. Mais la politique envisagée reste encore très hésitante et s’affronte à deux questions anciennes qu’elle peine à résoudre : l’admission temporaire (une procédure spécifique intéressant les meuniers mais permettant éventuellement de contourner les tarifs douaniers) et la réforme de la Bourse de commerce. Ces deux problèmes, en apparence anodins, mettent en fait en cause l’ensemble des acteurs du marché du blé et sont la source de scandales, et, pour le cas de la Bourse de commerce, de longues et complexes procédures judiciaires.

3À partir du printemps 1933, l’activisme parlementaire et politique transforme pour une part le visage de cette politique du blé. L’adoption, le 10 juillet 1933, d’une loi qui instaure un prix minimum pour le blé pour la campagne 1933-1934 est non seulement une nouveauté, mais elle a surtout de lourdes conséquences. Outre la complexité de son dispositif et les nombreuses réactions qu’elle fait naître et que l’on peut restituer avec précision, son application pose de graves questions avec un développement assez considérable de fraudes. Entre décisions de justice et reprise incessante du travail parlementaire sur cette question, le prix minimum devient vite l’objet de crispation par excellence. La décision de retour au libre marché en décembre 1934 est intéressante, car elle montre bien les différents intérêts et stratégies à l’œuvre.

  • 2  E. Peyrou, L’Office du blé piège à paysans !, Paris, Centre de propagande des républicains nationa (...)

« Ainsi, de 1929 à 1934, s’étend une période où le législateur suivit les impulsions qui lui venaient du marché. Dans sa lutte contre les lois naturelles, il se montra impuissant et il donna l’impression de se débattre sans succès dans le désordre, la confusion et la fraude2. »

  • 3  Un observateur étranger note non sans raison : « Le caractère des mesures précitées vis-à-vis de l (...)

4À ce discours sévère d’un militant politique conservateur, on préfère, dans cette partie, essayer de comprendre et non de juger cette politique : ces expériences comme ces échecs sont en effet déterminants pour saisir le devenir ultérieur de l’Office du blé. Ils sont aussi très révélateurs du fonctionnement de la IIIe République. On ne cachera pas les difficultés de la politique du blé alors menée3.

Notes

1  E. de Fels, « Une politique du blé », La Revue de Paris, 1er août 1931, p. 508-527, p. 509-510.

2  E. Peyrou, L’Office du blé piège à paysans !, Paris, Centre de propagande des républicains nationaux, novembre 1936, p. 17.

3  Un observateur étranger note non sans raison : « Le caractère des mesures précitées vis-à-vis de la situation qui s’était ainsi produite sur le marché du blé résidait surtout dans le fait que bien des mesures n’envisageaient que le moment actuel, que leur exécution et leur observation ne pouvaient que difficilement être contrôlées et qu’elles n’avaient pas entre elles et avec la politique agricole en général la cohésion nécessaire. », H. Böker, « La politique française du blé depuis 1929 », Revue internationale d’agriculture, 1935, p. 97-107, p. 104.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search