Version classiqueVersion mobile

La politique du blé

 | 
Alain Chatriot

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu d’un manuscrit d’abord présenté dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches le 18 novembre 2013 à l’Institut d’études politiques de Paris, le dossier d’ensemble étant intitulé L’État et les groupes sociaux dans l’élaboration des politiques économiques et sociales en France au xxe siècle. Je suis très reconnaissant à Paul-André Rosental, qui avait accepté d’en être le garant, d’avoir accompagné l’ensemble de ce travail. Les membres de mon jury m’ont fait de précieuses remarques auxquelles la transformation de mon texte a tenté de répondre. J’ai donc un grand plaisir à saluer ici Nadine Vivier, Marc Olivier Baruch, Olivier Dard, Philip Nord et Pierre Rosanvallon.

2Cette recherche sur le marché du blé, au départ solitaire, a grandement bénéficié du travail collectif de l’équipe ERIHMOR (Équipe de recherches pour l’histoire du monde rural, groupe de recherche du Centre de recherches historiques, UMR CNRS/EHESS). Les débats avec Gérard Béaur, Laurent Herment, Niccolo Mignemi, N. Vivier, Fabrice Boudjaaba et Pablo Luna, entre autres, m’ont aidé à mieux appréhender ce champ d’études. Notre mobilisation dans le cadre du GDRI CRICEC m’a donné une ouverture internationale bienvenue sur ces objets, renforcée par la participation aux activités de l’EURHO (European rural history organisation). Une partie de cette recherche a été réalisée alors que je travaillais avec mes amis d’AHMOC, et l’appréhension de l’histoire politique dans ce cadre doit beaucoup aux échanges avec Stéphane Audoin-Rouzeau, M. O. Baruch, Jordi Canal, Yves Chevrier, Laura Lee Downs, Vincent Duclert, Kostas Kostis, Christophe Prochasson, P.-A. Rosental, Perrine Simon-Nahum et Valérie Tesnière. Le séminaire sur l’histoire de l’État tenu à l’Institut d’études politiques de Paris entre 2011 et 2014 m’a permis de profiter des riches discussions avec Jean-François Chanet, Nicolas Delalande, Marc Lazar, Claire Lemercier et Jakob Vogel. Mes collègues et amis Marie-Emmanuelle Chessel, Jean-Claude Daumas, François Denord, Dieter Gosewinkel, Gilles Richard et Stephen Sawyer ont aussi enrichi mes approches de leurs points de vue avisés. Mes amis jauressiens, et au premier titre Gilles Candar et Marion Fontaine, ne m’ont pas découragé de m’intéresser aux questions agricoles et, grâce à Thierry Merel et à la Fondation Jean-Jaurès, j’ai travaillé la question de Jaurès et des paysans, élément à l’arrière-plan de ce présent livre.

3Ce travail a donné lieu à des interventions dans différents séminaires, conférences et colloques qui ont à chaque fois, par leurs discussions scientifiques, enrichi et précisé mon propos. Je remercie ici pour leurs invitations mes collègues François Sigault (†), Dominique Barjot, Alessandro Stanziani, Gilles Laferté, Hervé Joly, Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau et Alain-Gilles Chaussat.

4Le Comité pour l’histoire des offices agricoles, d’abord lancé par Jean Moulias (†), puis présidé par Edgar Leblanc, a été un cadre de progrès de la connaissance scientifique sur ces questions. Je suis redevable à tous ses membres actifs, dont sa secrétaire générale, Françoise Langevin-Mijangos. Les deux colloques successifs organisés en 2012 et 2015, avec entre autres mes collègues Édouard Lynch et Fabien Conord, ont montré ce dynamisme rendu possible par le soutien de FranceAgriMer (FAM), et au premier titre par l’aide constante apportée par Frédéric Brun. L’archiviste de FAM Nadia Yanès a facilité certains dépouillements. Steven L. Kaplan a parfois dialogué avec moi sur l’histoire de l’ONIC, qui l’intéresse ô combien.

5Je suis aussi reconnaissant, pour l’aide qu’ils m’ont apporté dans l’accessibilité à différentes sources, envers Anthony Lorry (†) au Musée social, Cécile Daussun au Sénat, Cyprien Henry aux Archives nationales, Jean-Charles Agricole au Centre des Archives économiques et financières (CAEF), Vincent Tuchais aux Archives de la Seine, Josée Vincent à l’AGPB et Fabrice Reuzé à la Banque de France.

6Je remercie Philippe Bezes et Michel Margairaz pour avoir soutenu ce projet de publication dans la collection du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, et salue pour leur aide l’équipe du bureau de la recherche de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE).

7Enfin, famille et amis attendaient un livre qui hantait mes discours depuis trop longtemps : voici donc un premier volume sur l’agriculture ! Ils savent qu’ils m’ont grandement aidé à achever cette étape, et s’étonnent peut-être que j’ai choisi d’écrire d’abord sur le blé plutôt que sur la vigne !

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search