Version classiqueVersion mobile

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

La campagne en faveur des économies de guerre en Grande‑Bretagne : naissance d’une politique moderne de l’épargne

Michael Moss

Note de l’auteur

Michael Moss souhaite remercier Hannah Riley, alors employée à la Bodleian Library d’Oxford, qui a supervisé la restauration de la collection décrite à la note de bas de page n° 16 ; le personnel des archives de la Banque d’Angleterre et du British Postal Museum and Archive ; Anthony Brown, pour avoir attiré son attention sur les liens de lord Rhondda avec le mouvement anti-alcool ; Edwin Green ; le professeur Derek Oddy ; le professeur Hew Strachan et Thorsten Wheber (note 1 dans l'ouvrage papier).

Texte intégral

1Lorsque la guerre fut déclarée, en août 1914, cela faisait un siècle que le Royaume-Uni n’avait pas été impliqué dans un grand conflit européen, si l’on fait abstraction de la guerre de Crimée (1853‑1856). Le ministère des Finances, dirigé par le jeune John Bradbury, était convaincu que le Royaume-Uni disposait de ressources suffisantes pour mener une campagne de courte durée, qui pourrait être financée en grande partie par la vente d’obligations à des établissements financiers. Cependant, au printemps 1915, les responsables politiques commencèrent à s’inquiéter des répercussions macroéconomiques d’un conflit qui s’annonçait long. Les inquiétudes du ministère des Finances se cristallisaient autour de la hausse de la masse monétaire consécutive à l’injection massive de liquidités dans l’économie pour financer le matériel de guerre, qui se traduisait à son tour par une forte augmentation des revenus intérieurs, à mesure qu’une part croissante de la population venait rejoindre les rangs des actifs. Les tensions inflationnistes étaient exacerbées par la baisse de la quantité de biens disponibles sur le marché, le faible niveau des taux d’intérêt et le volume d’emprunts à court terme contractés par l’État auprès de la Banque d’Angleterre, qui revenait dans les faits à un assouplissement quantitatif, alors qu’un resserrement de la politique monétaire aurait été attendu, selon la logique prévalant en temps de paix. Le ministère des Finances n’était pas sûr de la meilleure manière dont il convenait de gérer cette situation, mais il pensait qu’il n’avait guère d’autres options que de laisser filer l’inflation pour freiner la demande :

  • 2 The National Archives (TNA) T208/12B, « The War and Finance », Treasury memoranda: war-time finance (...)

« Cela signifie que les plus aisés doivent s’accommoder de vivre simplement et les ouvriers, de manquer de nourriture et de vêtements ; cela signifie probablement aussi que les familles de ceux qui se battent pour leur pays doivent subir un certain degré de privation. Mais si cela était correctement expliqué aux travailleurs, je ne suis pas sûr qu’ils ne comprendraient pas et qu’ils ne consentiraient pas aux sacrifices nécessaires, à condition que des efforts soient également demandés aux nantis2. »

  • 3 Michael L. Sanders et Philip M. Taylor, British Propaganda during the First World War, 1914-18, Lon (...)
  • 4 TNA NSC 7/2, « Finance of the War – Pessimism misplaced », National Savings Committee: origin, hist (...)
  • 5 TNA T208/12B, « The War and Finance », Treasury memoranda: war-time finance etc., 17 mars 1915, JB.

2Le seul problème était que l’État manquait d’expérience en matière de communication à grande échelle et qu’il ne disposait d’aucun organisme de propagande efficace, à l’exception du comité parlementaire de recrutement (Parliamentary Recruiting Committee, ou PRC), un organisme pluripartite créé à la suite de l’appel aux armes lancées par Horatio Herbert Kitchener, nommé depuis peu secrétaire d’État à la Guerre3. Le PRC était dirigé par les trois chefs de parti : Herbert Asquith, le Premier ministre, Arthur Bonar Law, l’ancien Premier ministre conservateur, et Arthur Henderson, député travailliste. Il mit rapidement en place une structure composée de comités régionaux et locaux en s’appuyant sur l’organisation locale des partis. Pour John Bradbury, il y avait deux solutions : augmenter les impôts directs, ce qui risquait de rendre la guerre impopulaire, ou vendre des obligations à long terme au grand public et à des investisseurs institutionnels, ce qui réduirait le pouvoir d’achat à court terme, mais, comme toute épargne, représentait un report de consommation dans le temps. Les réflexions qu’il a menées après la guerre l’ont conduit à penser qu’il aurait fallu élargir l’assiette de l’impôt sur le revenu et augmenter immédiatement cet impôt de façon beaucoup plus forte pour tuer l’inflation dans l’œuf, malgré le risque politique4 que cela représentait. Lorsque la guerre éclata, 1,13 million de personnes seulement étaient redevables de l’impôt sur le revenu, dont le taux était alors de 6 %. Il était également possible de suivre l’exemple de l’Allemagne et de rationner les biens de première nécessité, à l’aide de tickets de rationnement. Pour le ministère des Finances, quelles que soient les mesures adoptées, l’inflation était inévitable, mais il était déterminé à utiliser l’impôt sur le revenu pour protéger les plus vulnérables. Bien que le pays se trouvât loin du front, il était essentiel de gérer la politique fiscale avec doigté afin de préserver le moral de la population, au moment où la liste des victimes s’allongeait5.

  • 6 TNA T208/12B « The Financial Position in May », 8 juin 1915.
  • 7 Hartley Withers, Poverty and Waste, Londres, Smith Elder & Co., 1914, p. 8-11.
  • 8 On attribue souvent à Keynes l’élaboration de la notion de report de consommation pour lutter contr (...)
  • 9 BEA AC30/345, « War Loan », JB, 7 juin 1915, T170/71 memo 2a, p. 2.
  • 10 TNA T170/71, War Loan, mai 1915.
  • 11 Informations communiquées par Thorsten Wheber.

3En juin 1915, Hartley Withers, qui venait de quitter le journal The Morning Post pour rejoindre le ministère des Finances au poste de directeur des enquêtes financières, était inquiet de la progression rapide de la masse monétaire, sous l’effet de la politique d’assouplissement quantitatif. Le montant de la circulation fiduciaire avait augmenté de 4 millions de livres sterling, et la Banque d’Angleterre avait créé plus de 38 millions de livres sterling sous la forme de crédits d’urgence. La Banque d’Angleterre avait réussi à apaiser les tensions inflationnistes en empruntant des sommes massives dont « elle ne voulait pas », mais il était probable que cela ne durerait pas. La forte baisse des dépôts auprès des caisses d’épargne était tout aussi préoccupante. Hartley Withers pensait que le niveau élevé des salaires combiné à l’inflation favorisait la dépense plutôt que l’épargne, et que les seuls moyens d’inverser cette tendance étaient une hausse des impôts ou « une déclaration officielle effectuée de telle façon qu’elle l’atteigne [la population] et soit comprise par elle6 ». L’année précédente, il avait publié un opuscule intitulé Poverty and Waste (littéralement « Pauvreté et gaspillage »), dans lequel il défendait la nécessité d’économiser en temps de paix, à la fois pour réduire les tensions inflationnistes sur les biens de première nécessité pour les moins aisés et pour libérer des fonds pouvant être investis dans l’appareil productif 7. Il s’agissait d’un nouvel argument dans le discours sur l’épargne, qui se concentrait habituellement sur le besoin de mettre de l’argent de côté pour faire face aux vicissitudes de la vie plutôt que sur celui de répondre à un objectif macroéconomique quelconque8. Dans le même temps, John Bradbury était parvenu à la conclusion qu’il était devenu dangereux de financer la dépense publique à l’aide de titres d’emprunt à court terme et qu’il était indispensable de lancer un nouvel emprunt, qui, sur les conseils de Keynes, devrait être exonéré d’impôt pour tout le monde9. Dudley Ward, assistant d’Hartley Withers, qui avait quitté Cambridge pour rejoindre le ministère des Finances, suggéra de s’inspirer du mouvement antialcool et d’inviter la population à signer une déclaration dans laquelle chacun s’engageait à mettre de côté chaque semaine une part de ses revenus, une idée qui serait reprise plus tard dans le cadre de la campagne en faveur des économies de nourriture10. Il est à noter qu’en Allemagne, où le rationnement avait été mis en place dès les premiers temps de la guerre, il y avait un fort excédent du revenu disponible, qui ne pouvait qu’être placé dans les caisses d’épargne11.

  • 12 War Savings Committee, Londres, 1915.

4Le gouvernement réagit immédiatement face aux inquiétudes du ministère des Finances. Le comité parlementaire d’épargne de guerre (Parliamentary War Savings Committee, ou PWSC) fut créé à la hâte, en se contentant de reproduire la structure du PRC. Comme ce dernier, il était présidé par Herbert Asquith, Arthur Bonar Law et Arthur Henderson, et deux députés, John Gulland et lord Edmund Taylor, en assuraient la coprésidence. L’une des premières initiatives de ce comité fut la publication d’un livret intitulé Why We Must Save and How12 (« Pourquoi et comment devons-nous économiser »). Celui-ci reprenait une grande partie des arguments qu’Hartley Withers avait formulés l’année précédente, mais en remplaçant l’investissement productif par l’investissement dans l’effort de guerre :

« Faire des économies est devenu un devoir national parce que, si nous dépensons notre argent, premièrement cela nous empêche de le prêter à l’État, qui en a besoin pour la guerre la plus coûteuse jamais menée, et, deuxièmement, cela prive les gens que nous faisons ainsi travailler de la possibilité de se consacrer à la guerre ou de fabriquer des biens qui seront expédiés et vendus à des pays étrangers. »

  • 13 Michael Moss et Iain Russell, An Invaluable Treasure: A History of the TSB, London, Weidenfeld et N (...)
  • 14 National Records of Scotland (NRS) GD 193/309, « Memorandum on the thrift campaign », 1916.
  • 15 Laurie Dennett, A Sense of Security: 150 Years of Prudential, Cambridge, Granta Editions, 1998.

5Le rôle décisif des femmes dans la gestion des dépenses du ménage fut mis en avant et la population fut incitée à boire du thé avec modération, à ne pas manger entre les repas, à éviter les voyages inutiles et à récolter des fruits sauvages. La sécurité alimentaire et les économies de nourriture prirent une place aussi importante que l’achat d’obligations de guerre dans la campagne en faveur des économies de guerre. Rien de tel n’avait jamais été expérimenté auparavant. Les mutuelles d’épargne (Trustee Savings Banks, ou TSB), dont l’origine remonte au début du xixe siècle, étaient des organisations paternalistes fragmentées farouchement attachées à leur indépendance, dont les activités ne couvraient de toute façon pas l’ensemble du territoire national13. La caisse d’épargne des services postaux (Post Office Savings Bank, ou POSB), mise en place par William Gladstone lorsqu’il était ministre des Finances en 1861, offrait un mécanisme permettant de sécuriser la collecte de l’épargne dans l’ensemble du Royaume-Uni sans pour autant avoir jamais activement fait campagne pour encourager l’épargne14. Les TSB et la POSB participaient à la mission du PWSC, étant donné que la plus grande partie des dépôts était déjà investie en titres de dette nationale. La seule entreprise commerciale d’envergure nationale qui collectait les économies des petits épargnants était la Prudential, qui proposait des assurances-vie15. Même si des particuliers détenaient des parts dans les fonds (rentes consolidées), la plupart des investisseurs étaient fortunés. La dette publique n’avait jamais été vendue sous la forme de titres à faible valeur nominale, encore moins commercialisée auprès du grand public. La campagne en faveur des économies de guerre visait à ce que la propension à réaliser des économies ne soit plus perçue comme une simple vertu personnelle mais comme un devoir national, et était soutenue pour la première fois par des moyens publicitaires et commerciaux modernes à grande échelle. De fait, le mouvement en faveur de l’épargne et des économies allait être nationalisé.

  • 16 Bodleian Library d’Oxford, documents et affiches liés aux économies de guerre (1914-1920), cote 232 (...)
  • 17 Cité dans Hew Strachan, Financing the First World War, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 14 (...)
  • 18 M.L. Sanders et P.M. Taylor, British Propaganda during…, op. cit.
  • 19 Bodleian Library, prospectus n° 2.
  • 20 BPMA POST 75/103, synthèse des instructions concernant les certificats d’épargne de guerre.
  • 21 BEA AC30/345, formulaire de demande de conversion, 1915.

6Une réunion entre organisations patronales et syndicats en vue de promouvoir les économies de guerre fut organisée le 25 juin 1915 à l’initiative de Reginald McKenna, qui avait succédé à David Lloyd George à la tête du ministère des Finances16. Il fit appel aux services de Hedley Le Bas, de l’agence de publicité Caxton, qui avait travaillé pour le PRC. Son conseil fut le suivant : « Nous devons offrir à l’investisseur une contrepartie pour qu’il confie son argent au pays. En d’autres termes, pourquoi ne pas rendre le patriotisme rentable17 ? » Lorsque la guerre éclata, les capacités de propagande du gouvernement, à l’exception du ministère des Affaires étrangères, étaient très faibles18. Des prospectus publicitaires très simples furent distribués pour faire la promotion d’un nouvel emprunt de guerre sous la forme de titres d’une valeur nominale de 1 livre sterling offrant un rendement de 4,5 % exonéré d’impôt sur le revenu, soit 1 point de plus que celui du premier emprunt de guerre, émis un an auparavant. Étant donné la faible proportion de la population soumise à l’impôt sur le revenu, seuls les investisseurs les plus riches étaient susceptibles d’être séduits par l’argument de l’exonération. Ces titres, appelés « war savings deposits », pouvaient être achetés auprès des POSB et d’autres guichets pour seulement 15 shillings et six pence et étaient remboursables à leur valeur nominale s’ils étaient conservés jusqu’à échéance, soit pendant cinq ans19. Aucune restriction n’avait été instaurée quant aux revenus des acquéreurs, mais personne n’était autorisé à acheter pour plus de 500 livres de titres20. Les détenteurs de titres de précédents emprunts de guerre rémunérés à 2,5 % et 3,5 % pouvaient les convertir en nouveaux titres21. Des supports promotionnels furent distribués par le biais d’organisations patronales, de syndicats et des comités régionaux et locaux du PRC. Dès le début, la campagne mit l’accent sur un retour aux vieilles vertus jumelles de la frugalité et de l’épargne, non plus en prévision de difficultés à venir mais pour soutenir l’effort de guerre. L’idée de reporter la consommation commença à apparaître, en écho à l’engagement du gouvernement d’introduire dans le budget de 1911 des mesures de protection sociale réduisant la nécessité d’épargner :

  • 22 Bodleian Library, War Saving, « £1 for 15/6 – How We use Our Savings, by a Working Man’s Wife ».

« [N]ous aurions bien besoin d’autres meubles mais ce n’est probablement pas le moment de dépenser cet argent. Nous achèterons tout ça après la guerre, je l’espère, et nous les apprécierons d’autant plus que nous aurons le sentiment d’avoir apporté notre contribution22. »

7La campagne veillait à mettre l’accent sur l’équité ; chacun devait participer, selon ses moyens :

  • 23 Brand, R. H, War and National Finance, London, E Arnold & Co., 1921, p. 145.

« L’homme riche doit abandonner son automobile et ses cigares, mais l’homme pauvre, lui aussi, doit faire attention à sa consommation de thé, de café, de sucre et de tabac. Ces dernières années, le luxe et les excès ont infiltré toutes les classes de la nation23. »

8Herbert Asquith, Arthur Bonar Law et Arthur Henderson énoncèrent clairement la politique menée dans une lettre ouverte aux employeurs destinée à promouvoir le programme :

  • 24 Bodleian Library, War Saving, 5 juillet 1915.

« […] Il est tout aussi important que l’on n’ait pas l’impression qu’une quelconque pression ait été exercée pour obliger la classe ouvrière à participer à l’Emprunt ou à apporter sa contribution d’une manière ou d’une autre24. »

9Cette déclaration reflétait des préoccupations assez anciennes quant à l’absence de capacité d’épargne des moins aisés, et les inquiétudes de la gauche sur « l’épargne forcée », deux questions régulièrement soulevées pendant toute la durée du conflit.

  • 25 Bodleian Library, War Saving, lettre d’Arthur Wheeler, juillet 1915.
  • 26 TNA NSC7/1, note de G. Wallace Carter au sujet des économies de guerre.
  • 27 Ibid., p. 3.

10Arthur Wheeler, agent de change de Leicester, qui devint la tête de file du marché des obligations de guerre, rédigea une lettre ouverte encourageant « chaque sujet britannique loyal [à] investir autant que possible dans cet emprunt tout à fait attractif25 ». Malgré ce discours patriotique et le rendement intéressant des titres, la campagne ne donna pas les résultats escomptés. Lorsque les titres commencèrent à être échangés à un prix inférieur au cours vendeur, la POSB les retira. Comme l’expliqua G. Wallace Carter, du Parti libéral, dans une note détaillée et critique adressée à Reginald McKenna, cette campagne avait été lancée à une période peu propice de l’année, lorsque beaucoup de gens étaient en vacances26. G. Wallace Carter, qui avait eu l’occasion de diriger des campagnes de son parti avant la guerre (à l’occasion des élections législatives de 1906) et de promouvoir les politiques d’assurance nationale, de libre-échange et de réforme foncière du gouvernement libéral, critiqua l’impréparation des porte-parole de la campagne et le fait que, bien souvent, ils ne maîtrisaient absolument pas les notions économiques les plus élémentaires. Beaucoup de députés ne saisirent pas le message principal, qui était que tout le monde devait faire des sacrifices pour soutenir l’effort de guerre : un « représentant parlementaire essaya de soutenir qu’en achetant du pétrole, des vins, des liqueurs et des cigares, il faisait plus de bien au pays, par le biais des taxes qu’il versait sur ces biens, qu’il ne le ferait en s’en passant ». G. Wallace Carter, comme Hartley Withers, était catégorique sur l’idée que chaque personne devait réduire ses dépenses au « point le plus bas possible et que ce genre d’héroïsme sobre [était] désormais le seul genre d’héroïsme dont le pays [avait] besoin27 ». Il était convaincu que ce message devait être au cœur de toute campagne ultérieure. Il recommanda également une amélioration significative de l’organisation de la campagne : les comités locaux devaient être composés de personnes ayant des connaissances en économie, et la publicité et les supports promotionnels devaient être efficaces.

  • 28 TNA NSC7/1, « National Finance », octobre 1915.
  • 29 TNA NSC 7/1, « Report of the Committee on War Loans for the Small Investor », cmd 8179, 1916.
  • 30 L. Margaret Barnett, British Food Policy during the First World War, Boston, Allen & Unwin, 1985, p (...)

11En octobre 1915, la situation financière du pays était devenue inquiétante. Le déficit de l’exercice budgétaire en cours était estimé à 600 millions de livres sterling et une crise de la balance des paiements se profilait par suite de l’effondrement des exportations. Pour les consommateurs, la principale préoccupation était l’inflation, qui grimpait au rythme effrayant de 2 points par mois ; les prix des aliments avaient augmenté de 35 % depuis le début de la guerre. Le fait que l’inflation fût beaucoup plus prononcée en Autriche et en Allemagne pouvait apporter un certain réconfort, mais il restait néanmoins urgent de prendre des mesures pour réduire la consommation et la masse monétaire par le biais d’une hausse de la fiscalité et d’une incitation à l’épargne28. Plutôt que de se lancer dans une autre campagne, Reginald McKenna instaura un comité sur les emprunts de guerre pour les petits investisseurs, présidé par le député libéral Edwin S. Montagu, secrétaire financier du ministère des Finances et comptant parmi ses membres le gouverneur de la Banque d’Angleterre et John Bradbury29. Edwin S. Montagu était membre du comité du cabinet sur les disponibilités alimentaires et avait exprimé avec vigueur ses préoccupations au sujet de l’inflation, tout en étant néanmoins d’avis qu’il fallait que « la classe ouvrière ressente la dureté de la guerre30 ». Le mandat du comité commençait par : « a) La réduction de la consommation, à même de mettre un frein à la hausse des prix » et « b) La levée d’une certaine somme d’argent pour mener la guerre ». Les besoins des petits investisseurs étaient décrits en ces termes :

  1. une méthode simple pour investir ses économies ;

  2. la garantie que la valeur en capital de l’investissement ne se dépréciera pas ;

  3. la possibilité de retirer des fonds dans de courts délais ;

    • 31 Ibid.

    l’assurance de voir leur argent rémunéré de la même façon que celui des gros investisseurs31.

  • 32 TNA T 170/97, procès-verbal du 4 janvier 1916.
  • 33 TNA T 170/97, note de Thomas Jaffrey, 10 janvier 1916.

12Marion Phillips, sœur de quatre éminents hommes d’affaires, qui apporta son témoignage, considérait que « la somme qui pouvait être épargnée par la classe ouvrière était tout à fait insignifiante à l’échelle nationale, mais considérable du point de vue des intérêts de chaque épargnant. Cette épargne serait insignifiante non seulement en tant que moyen de mener la guerre mais aussi comme frein à la consommation32 ». Elle ajoutait que beaucoup de ménages mettaient à profit la hausse de leur revenu disponible pour se désendetter plutôt que pour consommer davantage. Les faits rapportés par Thomas Jaffrey, actuaire de la caisse d’épargne d’Aberdeen, étaient plus encourageants : il était ravi d’annoncer que la banque avait enregistré, cette année-là, le plus gros volume de dépôts en cent ans d’histoire33.

  • 34 On trouvera une copie de ce rapport dans TNA NSC 7/1, cmd 8179, 1916.
  • 35 Jeremy Wormell, Management of the National Debt of the United Kingdom 1900-1932, London, Routledge, (...)
  • 36 BPMA POST 30/4235A, lettre de Morgan à Blackett, 16 novembre 1916.
  • 37 Au Royaume-Uni, la majeure partie des dépôts effectués dans des caisses d’épargne étaient investis (...)
  • 38 NRS NSC1/1, proposition des Trustee Savings Banks, juillet 1916.

13Dans son rapport, le comité abordait essentiellement des thèmes déjà soulevés dans le passé et mettait un point d’honneur à traiter une question qui avait taraudé le mouvement en faveur de l’épargne au xixe siècle, celle de savoir si, même en période de plein-emploi, les revenus des ménages les plus pauvres n’étaient pas insuffisants pour que ceux-ci puissent épargner. L’une des principales recommandations de ce rapport était de remplacer le PWSC par des comités nationaux pour l’Angleterre et le pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande, qui coordonneraient des associations locales à l’échelle des comtés, s’occuperaient de la propagande et concevraient des produits adaptés aux petits investisseurs. Il recommandait par ailleurs de constituer des associations d’épargne volontaire dans le plus grand nombre de localités possible et dans toutes les régions du pays34. Avant même la publication du rapport final du comité Montagu, en application de recommandations provisoires, le plafonnement des sommes pouvant être investies dans des caisses d’épargne avait été supprimé. Les POSB, en plus de vendre des titres à faible valeur nominale, devaient être utilisés par les petits investisseurs pour constituer une épargne régulière avec laquelle ils achetaient soit des titres d’épargne de guerre à 1 livre, rebaptisés « certificats » (war savings certificates), soit des bons du ministère des Finances des services postaux (Post Office Exchequer Bonds), d’une valeur nominale de 5 livres à 100 livres, par tranches de 5 livres, procurant un rendement de 5 % et de 6 % respectivement35. Plutôt que d’utiliser des comptes de dépôt, il était possible de se constituer une épargne en achetant des bons ou timbres d’épargne de guerre (« war savings coupons/stamps »), d’une valeur de deux shillings et six pence et de cinq shillings36. Pas moins de 15 millions de bons furent imprimés en décembre 1916. Pour l’État, ils présentaient l’avantage supplémentaire d’être rémunérés à un taux d’intérêt relativement bas : 2,5 %, contre 5% pour les certificats37. Les TSB, en particulier ceux situés en Écosse, où le mouvement était puissant, étaient furieux de ne pas avoir été pris en considération dans ces décisions38.

  • 39 Maud Pember Reeves, Round About a Pound a Week, Londres, G. Bell & Son, 1913.
  • 40 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, First Annual Report, 1er juillet 1917. Malgré l’inst (...)
  • 41 Ibid., p. 4.

14À la suite de ces recommandations, le Comité national d’organisation des économies de guerre (National Organising Committee on War Savings, plus tard rebaptisé National War Savings Committee, ou NWSC) fut créé pour remplacer le PWSC. Il était présidé par Robert Molesworth Kindersley, agent de change et gouverneur de la Banque d’Angleterre. Parmi ses membres figurait Maud Pembers Reeves, appartenant à la Fabian Society et auteure de Round About a Pound a Week39. Elle fut rapidement rejointe par Beatrice Chamberlain, spécialiste de l’éducation et sœur d’Austen Chamberlain, membre du Parti libéral. Un comité distinct fut créé en Écosse ; il était présidé par Charles Bine Renshaw, ancien député unioniste et homme d’affaires, et était interconfessionnel et composé de nombreux ecclésiastiques, sans doute pour apaiser les inquiétudes au sujet des liens étroits entre l’Écosse et l’Irlande. Il comptait également une femme, Elizabeth Haldane, rejointe par E.K. Hannay et, à compter du mois de décembre, par la journaliste, correspondante de guerre et linguiste Jean E.H. Findlay (plus tard connue sous le nom de lady Dunedin), qui occupa la fonction de secrétaire. Le comité écossais se vantait d’avoir simplifié le dispositif, principalement en ayant recours « chaque fois que possible à des organisations existantes offrant un lieu de réunion où les gens pouvaient apporter leurs économies et se constituer en association d’épargne de guerre40 ». Afin de ménager les susceptibilités politiques, aucun comité ne fut instauré en Irlande, et il fallut attendre début 1917 pour que le comité écossais étende ses activités au nord de l’Irlande41.

  • 42 On trouvera une copie dans TNA NSC 7/1.
  • 43 TNA NSC7/1, procès-verbal du 5 juin 1916.
  • 44 TNA NSC7/1, rapport sur les ventes de certificats d’épargne de guerre, juin à décembre 1916.

15Le lancement de la nouvelle campagne, plus dynamique, eut lieu le 1er mars lors d’une réunion au Guildhall de Londres, à laquelle participèrent le Premier Ministre et son épouse, l’archevêque de York, le ministre des Finances et son épouse, Horatio Herbert Kitchener, ministre de la Guerre, de nombreux députés et, ce qui est peut-être le plus important, les personnes appelées à diriger les comités de comté, notamment des lords-lieutenants et leurs épouses. Le logo de la nouvelle campagne était le swastika, symbole de bien-être. Comme G. Wallace Carter l’avait suggéré, de nouveaux supports publicitaires expliquant les particularités de chaque produit et l’objectif de la campagne furent distribués à grande échelle. Un livret intitulé A Matter of Interest fut publié ; il contenait des informations sur le coût de la guerre, les différentes manières de faire des économies, la façon dont les femmes pouvaient apporter leur contribution et le besoin d’investissements destinés à la reconstruction lorsque la guerre serait terminée. Quant à How to Save and Why, il exhortait les personnes restées au pays à suivre l’exemple de ceux qui s’étaient portés volontaires pour aller au front en faisant des sacrifices et en économisant de l’argent pour le prêter à l’État. Il expliquait sans détour que comme la guerre coûtait 180 millions de livres sterling chaque année et que le gouvernement ne percevait que 40 millions de livres sterling en recettes fiscales, la différence devait être financée par l’emprunt42. On fit appel à deux dramaturges, James Barrie et Arthur Pinero, pour écrire des saynètes destinées à faire connaître la campagne43. Après un début en demi-teinte au printemps, les effets de la campagne se firent de plus en plus sentir et, à compter du mois de juillet, plus d’un million de livres sterling étaient collectés tous les mois44. Une semaine de l’épargne de guerre (« war savings week ») fut organisée en juillet, au moment où se déclenchait la bataille de la Somme. Reginald McKenna déclara alors :

  • 45 TNA T172/299, lettre de Reginald McKenna à Robert Molesworth Kindersley, 11 juillet 1916.

« Sommes-nous là, chez nous, satisfaits d’être simples spectateurs de ce formidable effort ? La semaine de l’épargne de guerre offre à la population civile restée au pays une opportunité équivalente, qui est à la fois un devoir et un privilège45. »

  • 46 BPMA POST30/4345a, règles concernant les certificats d’épargne de guerre, 1917-1919.

16La facilité à se faire rembourser les certificats auprès des POSB présentait un inconvénient : le risque de fraude était permanent46.

  • 47 TNA NSC7/1, lettre de Reginald McKenna à Robert Molesworth Kindersley, 3 octobre 1916.
  • 48 TNA NSC 7/1, procès-verbal du 30 décembre 1915, et NRS NSC, procès-verbal du 22 mai 1916.
  • 49 TNA NSC7/1, audit, 1916.

17Les lords-lieutenants se révélèrent le plus souvent inefficaces pour ce qui était de mettre en place un semblant d’organisation par comté, et ce n’est que lorsque les comités de comté pour l’éducation (Country Education Committees) furent associés à l’effort qu’une structure administrative commença à prendre forme. Fin septembre, près de 9 000 associations locales d’épargne de guerre avaient été constituées à travers l’ensemble du Royaume-Uni et, à la fin de l’année, l’organisation par comté était presque achevée dans le nord de l’Angleterre, qui comptait alors 854 comités centraux et locaux chargés de coordonner les activités des associations. La plupart des travaux menés à l’échelle des comtés étaient effectués par les épouses de membres des deux Chambres du Parlement, qui se réunirent en octobre à l’occasion d’une conférence des femmes présidée par le ministre des Finances47. Les organisateurs veillèrent à s’adresser directement aux femmes, en leur disant que quiconque parmi elles « employait de la main-d’œuvre sans que cela soit nécessaire se montr[ait] aussi peu patriote qu’un homme refusant d’apporter sa contribution à la guerre ». À l’automne, toutes les associations de femmes, telles que la Women’s Labour League et la National Union of Women Workers, et, en Écosse, la Scottish Women’s Workers Association et la Scottish Domestic Servants Association, furent invitées à s’impliquer en formant leurs propres associations, et des publicités furent publiées dans des revues pour femmes48. Le NWSC rassembla des données statistiques détaillées, fixant les objectifs de collecte des comités de comté en fonction de la taille de la population49.

  • 50 TNA NSC 7/1, lettre de Guy Ridpath à Robert Molesworth Kindersley, 7 septembre 1916, et rapport.

18Robert Molesworth Kindersley n’était pas satisfait de la structure organisationnelle du NWSC et demanda à Guy Ridpath, alors directeur général de l’approvisionnement en munitions au sein du ministère des Munitions, de se pencher sur la question. La conclusion de ce dernier fut que le NWSC comptait un trop grand nombre de comités et manquait d’orientations claires. Il proposa l’instauration d’une structure de gestion très simplifiée et allégée, qui donnerait aux directeurs une plus grande latitude50. À la suite de cela, Theodore Chambers fut nommé directeur des organisations externes mi-novembre, et chargé de coordonner les comités et associations locaux. Il se rendit rapidement compte que l’East Anglia et les comtés du sud étaient beaucoup moins bien représentés que ceux du nord. Il s’agissait de la partie du Royaume-Uni où les établissements d’épargne avaient de tout temps été faibles. Sa priorité, au cours des premiers mois de 1917, fut de remédier à cette situation, ce à quoi l’aida le besoin urgent d’économiser les ressources alimentaires.

  • 51 NSC 7/37, lettre du 24 mai 1916.
  • 52 NSC7/37, « The Food Supply of the United Kingdom », cmd 8421, 1917.
  • 53 TNA NSC 7/37, lettre relative à la campagne sur la nourriture, 10 mars 1915.
  • 54 NSC 7/37, lettre du 10 mars 1917.

19À la fin de l’année 1916, tandis que les sous-marins allemands commençaient à menacer les approvisionnements, la campagne mettait tout autant l’accent sur les économies de nourriture que sur l’épargne. Dès mai 1916, le NWSC avait eu des échanges avec l’association des négociants en viande de Londres (London Meat Traders Association) au sujet de possibles ruptures d’approvisionnement51. Au même moment, le président de la Bourse de commerce avait demandé à la Royal Society de faire de toute urgence le point sur les disponibilités alimentaires, tâche qui fut exécutée par un comité présidé par A.D. Waller, professeur à l’University College London, et achevée à la fin du mois de juillet52. D’après les conclusions du rapport, il existait une marge de gaspillage d’environ 5 % au niveau de la consommation. Début 1917, le ministère de l’Alimentation demanda au NWSC de lui apporter de toute urgence son assistance pour mettre en œuvre la politique de planification alimentaire. Il n’existait aucun autre organisme d’envergure nationale vers lequel se tourner. Le NWSC admit que cette mission serait beaucoup plus difficile que la question de l’emprunt de guerre, car : « Elle durera plus longtemps et nécessitera un traitement détaillé et un grand soin53. » Certains comités locaux avaient déjà formé des comités de vigilance alimentaire54. Il fut demandé aux comités locaux d’épargne de guerre de transmettre au comité d’information sur la nourriture (Food Information Committee) des informations au sujet du gaspillage, en particulier du pain et de la farine, et des moyens de faire des économies de nourriture.

  • 55 National War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, cmd 9112, p. 4, et L.M. Barnett, Britis (...)
  • 56 TNA NSC 7/37, « Food Economy Campaign March 10-August 14, 1917 », War Finance Campaign: Food Contro (...)
  • 57 William Beveridge, British Food Control, Londres, Oxford University Press, 1928, p. 38.
  • 58 Ibid., p. 38 et informations communiquées par Thorsten Wheber.
  • 59 TNA NSC 7/37, lettre du 10 avril 1917.
  • 60 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, First Annual Report, 1917, cmd 8799, p. 4.
  • 61 Source : http://www.advertisingarchives.co.uk/detail/87517926/1/Poster/Scottish-War-Savings-Committ (...)
  • 62 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 34-35.

20Une liste de suggestions destinées aux autorités locales et aux comités d’épargne de guerre fut élaborée à la hâte ; elle soulignait la gravité de la situation et proposait toute une série de mesures à mettre en œuvre, notamment l’organisation de démonstrations de cuisine et la distribution de cartes de rationnement volontaire au porte-à-porte. Une campagne de communication fut mise sur pied par le NWSC et le directeur général des économies de nourriture, l’énergique Kennedy Jones, cofondateur du Daily Mail et député unioniste, allié du patron de presse lord Northcliffe55. À la suite du succès de la campagne de souscription à l’emprunt de guerre, un très grand nombre d’affiches furent imprimées : 3 millions d’exemplaires pour Mr Slice of Bread (« M. Tranche de pain »), 2,5 millions pour How to get the most out of Food (« Comment tirer le maximum de la nourriture ») et 3 millions pour Wanted, 40,000,000 Food Controllers (« Avis de recherche : 40 millions d’agents de planification alimentaire »). Ces affiches devaient être disposées dans les gares ferroviaires et sur les bus, les trains et les camionnettes de grandes sociétés à travers tout le pays56. Des brochures furent éditées en flamand, en français et en yiddish à l’intention des réfugiés, en particulier à Londres. Il existait un manuel de la campagne en faveur des économies de nourriture que, d’après William Beveridge, « des membres de la Royal Society soumirent impitoyablement au pilori de la science57 ». Bien que ce déferlement de publicité ait été moqué par certains, il avait son pendant en Allemagne, où des affiches faisant la promotion des économies de guerre étaient disposées à presque tous les coins de rue58. Début avril, une crise de l’approvisionnement en pain éclata en raison de l’interruption des expéditions de blé de mouture en provenance d’Amérique du Nord. Le comité de planification alimentaire (Food Control Committee) exhorta le NWSC à trouver des solutions pour réduire la consommation de 20 %. Comme dans le cadre des économies de guerre, le NWSC fut informé que l’objet de la campagne était de convaincre la population de « l’extrême gravité de la situation » et non d’imposer des mesures sous la contrainte59. Des diapositives sur verre pour lanterne magique furent distribuées afin d’être utilisées lors de conférences publiques, et des copies furent envoyées à tous les cinémas du pays. La propagande du comité écossais, conduite par sa secrétaire Jean Findlay, était plus agressive : elle avait recours à des « affiches percutantes attirant l’attention des gens sur la grande question économique60 ». L’une d’entre elles affirmait tout bonnement que la victoire était dans la cuisine61. La campagne présentait les mêmes limites que celle sur les économies de guerre : la majorité de la population, qui se trouvait alors pour l’essentiel en situation de plein-emploi, était-elle en mesure de réduire sa consommation de nourriture ? Comme le souligna plus tard William Beveridge, les estimations de la consommation « n’avaient pas de base scientifique et étaient complètement déconnectées des réalités de la vie pour les trois quarts de la population62 ».

  • 63 TNA NSC 7/37, note du 7 avril 1917.
  • 64 Oxford DNB.
  • 65 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 8.
  • 66 TNA NSC 7/37, note à Lord Devonport, 10 avril 1917.
  • 67 TNA NSC 7/37, procès-verbal et note, 11 mai 1917.

21Le 7 avril, lord Devonport, que David Lloyd George avait nommé ministre de l’Alimentation, créa un comité conjoint avec le NWSC, présidé par Henry Rew, pour orchestrer une campagne de rationnement volontaire de la nourriture63. Parmi ses membres figuraient Constance Peel et Maud Pembers Reeves, codirectrices des services aux femmes au ministère, qui œuvraient assidûment à la promotion de la campagne, organisant des démonstrations de cuisine et concevant de nouvelles recettes à partir d’ingrédients peu courants64. La plupart des actions de communication passaient par le biais du sous-comité des femmes, une nouvelle instance rattachée au Metropolitan War Savings Committee, dont la présidente était l’épouse du Premier ministre, Margaret Lloyd George, et la vice-présidente, Beatrice Chamberlain, et dans laquelle la plupart des organisations de femmes étaient représentées65. L’origine de ce comité remontait à la conférence des femmes organisée au mois d’octobre précédent. K. Manley, inspectrice en chef des écoles en matière de cours d’enseignement ménager, fut missionnée par le Conseil de l’éducation auprès du NWSC pour aider à mettre sur pied des programmes de sensibilisation dans toutes les écoles du pays. La situation était si critique qu’il fut demandé à chaque comité local de créer immédiatement des comités de campagne sur la nourriture (Food Campaign Committees), constitués de bénévoles pouvant s’appuyer sur quelques commissaires à l’alimentation salariés désignés par le ministère de l’Alimentation et dotés de « pouvoirs disciplinaires ou du pouvoir de perquisition » en vue d’enquêter sur les personnes soupçonnées d’accumuler des réserves de nourriture66. En prévision d’un éventuel rationnement obligatoire de la nourriture, des « correspondants officiels » bénévoles devaient constituer un registre de tous les points de vente de nourriture au détail dans leurs districts, estimer le nombre d’habitants et communiquer des informations au sujet des disponibilités alimentaires. Un compte rendu était adressé toutes les semaines au service des informations sur la nourriture (Food Information Department) du NWSC, nouvellement créé, qui en faisait une synthèse à l’intention du Premier ministre et au ministère de l’Alimentation et publiait une lettre d’information hebdomadaire diffusée auprès de 3 500 fonctionnaires participant à la campagne. Les fonctionnaires et les bénévoles recevaient tous un insigne portant le slogan « Eat less Bread » (« Mangez moins de pain »)67. Le NWSC veillait à éviter toute allusion au rationnement ou à un caractère obligatoire, car dès le début la campagne avait été résolument basée sur les économies volontaires en soutien à l’effort de guerre.

  • 68 TNA NSC 7/37, proclamation royale, 29 mai 1917.
  • 69 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 115.
  • 70 TNA NSC 7/37, note du 10 mai et procès-verbal du Joint Food Committee du 11 mai 1917.

22L’entrée en guerre des États-Unis, le 1er avril 1917, rendit le problème des disponibilités alimentaires un peu moins aigu, même si la perte de chargements détruits par les sous-marins allemands constituait toujours une grave menace. Lord Devonport et le ministère de l’Alimentation disposèrent ainsi d’un peu de temps pour désigner des commissaires locaux à l’alimentation et planifier l’introduction d’un rationnement, si cela s’avérait nécessaire. Plutôt que de mettre en place un rationnement, dont la gestion serait compliquée et qui était impopulaire en Allemagne, d’après les informations obtenues auprès de prisonniers de guerre, le comité conjoint demanda au roi George V de publier une proclamation royale pour encourager la population à « réduire la consommation de pain dans leurs foyers respectifs d’au moins un quart par rapport à la quantité consommée en temps normal68 ». Il s’agissait là d’une nouvelle version de la proclamation de 1800 du roi George III, qui avait le même objectif69. Avant sa publication au début du mois de mai, des cartes d’engagement personnel, imitant celles utilisées lors de la campagne en faveur de l’abstinence de consommation d’alcool, furent distribuées. Elles comprenaient une copie de la proclamation et engageaient leurs détenteurs à respecter l’injonction de réduire la consommation de leur ménage70. La proclamation fut lue, quatre dimanches de suite, dans des églises et des chapelles à travers l’ensemble du territoire, et des réunions publiques furent organisées dans tout le pays pour encourager la population à signer l’engagement.

  • 71 TNA NSC 7/37, « Progress of the Food Campaign », 17 mai 1917, p. 3.

« Ce n’est que par un travail régulier et laborieux, jour après jour, maison après maison, porte après porte, et en faisant comprendre à tout le monde à quel point la situation est critique et le danger est grave que la campagne en faveur des économies peut être remportée71. »

  • 72 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 117-118.
  • 73 TNA NSC 7/37, « Machinery for Compulsory Rationing », mai 1917.

23La proclamation ne fut pas bien accueillie par tous. À King’s Lynn, 43 % de la population refusa de la signer au motif que le comté ne manquait pas de nourriture et que, pour la première fois de leur vie, les habitants avaient les moyens d’en acheter. De nombreuses voix s’élevaient contre la hausse des prix des aliments, que le gouvernement n’avait rien fait pour endiguer72. Dans ce contexte, le comité conjoint poursuivit la planification du rationnement obligatoire et adressa un rapport au cabinet de guerre au mois de mai73.

  • 74 TNA NSC 7/37, lettre de Robert Molesworth Kindersley à lord Rhondda, 18 juin 1917.
  • 75 TNA NSC 7/37, procès-verbal du comité conjoint, 20 juin 1917.
  • 76 Pour en savoir plus sur la campagne en faveur des économies de nourriture, voir Derek J. Oddy, From (...)
  • 77 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 355.

24Le 16 juin 1917, Robert Molesworth Kindersley écrivit à lord Rhondda, un militant de premier plan de la campagne antialcool devenu ministre de l’Alimentation après le départ de lord Devonport, le mois précédent, pour l’informer que les travaux du NWSC visant à soutenir la campagne sur la nourriture étaient arrivés à leur terme et que les comités locaux avaient presque atteint les limites de l’aide qu’ils pouvaient concrètement apporter au ministère. Il annonçait que, un mois plus tard, le NWSC reprendrait ses missions habituelles et se concentrerait sur la prochaine campagne de souscription à l’emprunt de guerre74. À cette date, on estimait que plus d’un million de personnes avaient participé aux réunions de la campagne sur la nourriture. Cette décision n’empêcha pas Constance Peel et Maud Pembers Reeves de faire publier leur prospectus visant à encourager l’élaboration de soupe à partir de bouillon de viande, et celui de Maud Pembers Reeves donnant des conseils pratiques aux foyers de la classe ouvrière et contenant notamment des recettes de la Pudding Lady, Florence Petty75. Bien que Robert Molesworth Kindersley eût assuré à lord Rhondda que le NWSC reprendrait la campagne si une nouvelle crise l’exigeait, le ministère de l’Alimentation décida de créer sa propre organisation en parallèle, sur le même modèle que le NWSC76. William Beveridge attribua ensuite le succès ultérieur de la politique de planification alimentaire à cette décision77. Les correspondants locaux en matière d’alimentation devaient quant à eux rester en fonction.

  • 78 TNA NSC 7/37, lettre de Lloyd George à Robert Molesworth Kindersley, 8 juillet 1917.
  • 79 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 116.
  • 80 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 32-50.

25Pour marquer la fin de l’implication du NWSC, le Premier ministre écrivit une lettre officielle à Robert Molesworth Kindersley en juillet 1917 pour le remercier personnellement, ainsi que tous les comités locaux, dont les efforts « ont indubitablement largement contribué à éviter la nécessité immédiate d’un rationnement obligatoire78 ». Cette activité frénétique suscita de nombreuses moqueries au sein de la communauté scientifique, qui considérait que certains des conseils dispensés étaient trompeurs, voire incorrects, mais elle réussit tout de même à réduire la consommation de céréales de 10 % entre février et juin79. Dans son ouvrage relatif à la planification alimentaire au Royaume-Uni pendant la guerre, William Beveridge accorde peu d’attention à cette phase de la campagne : il ne consacre que dix-huit pages au mandat de lord Devonport80. Ce choix, qui ne rend pas justice au travail de lord Devonport, reflète l’opposition de Beveridge à la doctrine du volontarisme, profondément ancrée dans le mouvement travailliste en raison du souvenir amer que lui avait laissé l’épisode d’épargne forcée et d’encadrement des prix dans les magasins d’usine. Néanmoins, il était devenu clair, à ce stade, que l’épargne destinée à financer l’effort de guerre avait peu d’incidence sur l’inflation, qui était due tout autant à des facteurs d’incitation, tels que la bataille de l’Atlantique, qu’à des facteurs de répulsion.

26Bien qu’il ait été convenu que la campagne en faveur des économies de nourriture ne devait pas perturber l’achat d’obligations de guerre et de certificats d’épargne de guerre par les petits investisseurs, c’est évidemment ce qui arriva. Le NWSC s’inquiéta des rumeurs qui se répandaient, selon lesquelles les obligations de guerre n’étaient pas sûres, leur achat contribuait à prolonger le conflit et prêter de l’argent à l’État encourageait l’inflation et l’inefficacité dans la manière de mener la guerre. Dans son livre intitulé War Finance, publié en 1917, Joseph Nicholson critique vivement les dépenses excessives de la « bureaucratie [de guerre] qui imprègne tout » :

  • 81 Joseph Shield Nicholson, War Finance, London, P.S. King, 1918, p. 436.

« Combien d’argent est gaspillé par les innombrables fonctionnaires très éloignés de la conduite effective de la guerre ? On nous dit qu’à Londres, il y a une disette de machines à écrire. Il n’y a pas assez de machines et pas assez de jeunes femmes formées à leur utilisation. La guerre sera-t-elle gagnée par des machines à écrire, mortes ou vives ? L’emprunt de guerre ne fera que créer un surcroît de bureaucratie. Emprunter augmentera l’inflation81. »

  • 82 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 317.
  • 83 BPMA POST 75/103, « National War Bonds », décembre 1917.
  • 84 National War Savings Committee, First Annual Report, op. cit., p. 7.
  • 85 Cet emprunt est étudié en détail dans J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., chap. (...)
  • 86 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 322 et p. 328-329, où les conditions de (...)
  • 87 TNA T172/771, note du 4 septembre 1919.
  • 88 National War Savings Committee, First Annual Report, p. 10.

27Arthur Bonar Law, qui prit la suite de Reginald McKenna à la tête du ministère des Finances lorsque David Lloyd George devint Premier ministre en décembre 1916, ne pouvait pas se permettre de laisser des critiques aussi malvenues porter atteinte à la campagne en faveur de l’épargne, qui était alors une pièce maîtresse de l’arsenal de mesures du ministère des Finances82. Dès qu’il fut nommé, il entama des négociations avec les banques en vue du lancement d’une nouvelle émission massive de titres obligataires, qui resterait ouverte tout au long de l’année et serait connue sous le nom de « grand emprunt de guerre » (« Great War Loan »). Les négociations furent tendues et compliquées, mais, fin décembre, un accord était acquis. Bien que cette émission fût avant tout destinée aux gros investisseurs, il était possible d’acheter des titres d’une valeur nominale de 5 livres sterling auprès des POSB au moyen d’un formulaire d’enregistrement simplifié, à la place des bons habituels83. Ces titres remplaçaient les bons du ministère des Finances des services postaux, qui avaient permis de collecter 44 millions de livres sterling avant d’être retirés à la fin de l’année84. Les POSB en faisaient la promotion parallèlement aux certificats d’épargne de guerre à 1 livre sterling, qui restaient disponibles pour les petits investisseurs85. Les banques acceptèrent que les revenus futurs des investisseurs pussent servir de garantie d’emprunt et que le taux d’intérêt sur ces prêts fût valable jusqu’à la fin de la guerre et pas seulement pour les trois mois suivants, comme cela se faisait habituellement86. Cette pratique ne fit pas l’unanimité. Ainsi, selon Malcolm Ramsay, fonctionnaire du ministère des Finances : « Il ne sert à rien de donner de faux airs de patriotisme à ce qui est en réalité une pratique tout à fait malsaine87. » Le NWSC accepta que son organisation, présente dans l’ensemble du pays, pût être utilisée pour faire la promotion du nouvel emprunt, en plus de celle des certificats d’épargne de guerre88.

  • 89 Cité dans J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 333.
  • 90 NRS NSC 1/289, rapport annuel 1917.
  • 91 War Savings, février 1918, p. 55.
  • 92 TNA T172/746, prospectus « Have you asked your Insurance Company… », février 1917.
  • 93 BEA AC 30/356, lettre d’Arthur Bonar Law, 11 janvier 1917.

28Le grand emprunt de guerre fut officiellement lancé par David Lloyd George et Arthur Bonar Law au Guildhall de Londres le 11 janvier 1917. Ils encouragèrent les investisseurs à emprunter autant que possible pour souscrire à l’emprunt. La campagne fut soigneusement planifiée. Dans son discours, Arthur Bonar Law avertit : « tant qu’il y a de l’argent dans le pays, la guerre ne sera pas stoppée ; l’avancée de la guerre ne sera pas entravée par le manque d’argent89 ». Le lendemain, le ministre des Finances s’adressa aux présidents de toutes les associations d’épargne et à d’autres personnes impliquées dans la campagne au Central Hall Westminster. Le 18 janvier, Arthur Bonar Law donna le coup d’envoi de la campagne en Écosse lors d’une réunion au St Andrews Hall de Glasgow90. Au cours des cinq semaines qui suivirent, 1 300 réunions publiques, auxquelles participèrent des membres du NWSC, des ministres et des députés, furent organisées. Plus de 11 millions de prospectus et d’affiches furent distribués, ainsi que 14 000 notes servant d’appui à des sermons sur l’emprunt de guerre. L’une de ces affiches représentait le Kaiser avançant péniblement à travers une tempête de titres et portait la légende : « l’ensevelir sous une avalanche » (« snowing him under »)91. Les détenteurs d’assurance-vie furent encouragés à contacter leur société d’assurances pour lui demander combien ils pouvaient emprunter pour acheter des titres en apportant leur contrat en garantie92. Une lettre entièrement écrite de la main du ministre des Finances, adressée aux hommes et aux femmes, fut envoyée dans des foyers à travers tout le pays pour les exhorter à continuer d’investir dans le nouvel emprunt de guerre : « l’issue dépendra moins de la bravoure de nos fils et de nos frères qui se battent pour nous que des efforts que nous, restés au pays, aurons faits pour les soutenir93 ». Le coût du conflit montait en flèche et il était tout aussi nécessaire de mobiliser l’épargne personnelle que d’économiser la nourriture. Arthur Bonar Law réfuta tous les arguments mettant en doute la sécurité des investissements dans l’emprunt de guerre et affirma que l’effort de guerre, loin de gaspiller des ressources, avait augmenté la productivité et l’efficience.

  • 94 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 334.
  • 95 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 5.

29À la fin du mois de janvier 1917, Arthur Bonar Law, mécontent de la manière dont Hedley Le Bas avait géré la publicité, fit appel à Kennedy Jones, qui avait participé à la campagne en faveur des économies de nourriture. Il commenta plus tard que « le changement qu’il provoqua fut extraordinaire », ce qui se traduisit par un bond dans les ventes94. De son côté, Theodore Chambers, le nouveau directeur des organisations externes du NWSC, consacra toute son énergie, en 1917, à la mise en place d’une véritable couverture nationale pour contrecarrer le déclin des ventes des certificats d’épargne de guerre, qui avaient chuté à 3,5 millions de livres sterling par mois à peine en août (fig. 1, p. 261). Tout au long de l’été, vingt-six conférences dispensées par les dirigeants des comités d’épargne locaux furent organisées pour mettre à jour la stratégie. Il en ressortit qu’il était nécessaire de « sensibiliser le public au besoin urgent de constituer des économies personnelles pour augmenter le nombre d’associations locales, puis utiliser le réseau élargi pour attirer plus de membres et les convaincre de souscrire régulièrement aux emprunts ». Il fut demandé à chaque comité local de nommer un responsable de la publicité qui servirait d’interlocuteur au service de la publicité du siège, récemment créé par Kennedy Jones95. En s’appuyant sur les conseils de F.P. Symonds, de la Prudential et sur la machine à calculer de la société, des objectifs de vente furent fixés en fonction du nombre d’habitants dans la zone de rayonnement de chaque association. Au cours du dernier trimestre de l’année, le nombre d’associations passa de 14 000 à 16 911, grâce notamment à l’organisation de spectacles de lanterne magique, parmi lesquels The Money Behind the Guns (« L’Argent derrière les armes ») de Hartley Withers, et What is the Navy doing (« Que fait la Marine royale ? ») d’Edward Noble. Ces bons résultats étaient imputables en grande partie au Conseil de l’éducation, qui apportait son assistance aux services nationaux d’inspection des écoles (His Majesty’s Inspectors of Schools, ou HMI) pour former des associations dans les écoles.

  • 96 Ibid., p. 2.
  • 97 Ibid., p. 3.
  • 98 Ibid., p. 6.
  • 99 TNA 172/775, « The Thousand Million », 12 août 1918.
  • 100 Voir, pour comparer, TNA T1712/746.
  • 101 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 6.
  • 102 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 347.

30Malgré ce succès, Theodore Chambers prévint que l’élévation du coût de la vie pouvait facilement ébranler les ventes lors de la campagne d’automne à venir. Ces craintes se révélèrent sans fondement, puisqu’on enregistra une hausse du solde entre dépôts et retraits dans les POSB et les TSB au cours de l’année96. La stratégie de communication fut remaniée pour stimuler les ventes. De nouvelles affiches furent distribuées et le responsable de la publicité de chaque comité fut chargé de les disposer dans les endroits les plus stratégiques. Les associations furent encouragées à distribuer des prospectus au porte-à-porte dans leurs districts97. Des campagnes spéciales furent menées dans les grandes agglomérations, hors Londres, avec des slogans tels que : « Les sous-marins allemands sont actifs. Et vous ? », « Ne dépensez pas : prêtez. », « Obligations de guerre ou bière : que choisissez-vous ? » Ces mesures entraînèrent une hausse des ventes mensuelles auprès de petits investisseurs en Angleterre et au pays de Galles, qui passèrent d’un peu moins de 4 millions de livres sterling en septembre à plus de 5 millions de livres sterling au cours des deux premiers mois de la campagne d’automne. Celle-ci fut lancée le 22 octobre 1917, lors d’une grande réunion de bénévoles de toutes les associations d’épargne de guerre au Albert Hall de Londres. L’enjeu de cette campagne était tel que le Premier ministre et le ministre des Finances s’exprimèrent lors de cette réunion, en présence de l’ensemble du cabinet de guerre98. Ce n’était néanmoins pas suffisant pour faire face à la hausse constante du coût de la guerre. Plutôt que de s’inspirer du succès du grand emprunt de guerre de l’année précédente, Arthur Bonar Law se laissa convaincre de demander au pays de prêter de l’argent au fur et à mesure des besoins, par le biais d’un processus dénommé « emprunt continu », à hauteur de 20 ou 25 millions de livres sterling par semaine99. Malgré le potentiel de ce plan en tant qu’outil de propagande s’il était un succès, il présentait la difficulté de devoir convaincre les banques de participer à un autre emprunt massif100. Arthur Bonar Law confia la publicité et la propagande de toute la campagne au NWSC et il fut demandé à chaque comité local de constituer un comité de la campagne de souscription à l’emprunt de guerre (War Bond Campaign Committee)101. Il avoua plus tard qu’il doutait que l’emprunt continu pût permettre d’obtenir une somme aussi élevée que le grand emprunt de guerre, qui avait permis de collecter 1 milliard de livres sterling102.

  • 103 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 6.
  • 104 TNA NSC 7/2, « Staff », National Savings Committee: origin, history and development, 1917.
  • 105 M.L. Sanders et P.M. Taylor, British Propaganda during…, op. cit., p. 80.
  • 106 TNA NSC 7/38, rapport sur la semaine du char de Bristol, 1917.

31Le 21 novembre, George Sutton, président d’Amalgamated Press, fut nommé directeur de la publicité du NWSC, à l’origine principalement pour stimuler les ventes d’obligations de guerre. Homme d’action énergique, il apporta à la campagne la touche de professionnalisme dont elle manquait jusqu’alors et la détermination d’atteindre des objectifs beaucoup plus ambitieux103. Il rejoignit le comité central du NWSC en même temps que T.L. Gilmour, issu du nouveau service du renseignement (MI7) chargé de la propagande en temps de guerre, dirigé par John Buchan104. T.L. Gilmour était à la tête de la section presse et cinéma du MI7105. Peu après la nomination de George Sutton, le conseil de l’Armée proposa une idée originale pour collecter les économies de guerre : utiliser les nouveaux chars à la fois comme moyen de promouvoir la campagne et comme banques temporaires, à l’intérieur desquelles se trouveraient des caissières délivrant des certificats sur lesquels figurerait un cachet spécial. Les chars avaient frappé les imaginations lorsqu’ils avaient été utilisés pour la première fois, à l’occasion de la bataille de la Somme. Il fut demandé à toutes les associations locales de promouvoir activement ce programme et de convaincre le plus grand nombre de personnes possible d’apporter leur contribution et d’« alimenter le char ». Lors d’une manifestation soigneusement planifiée, la foule devait escorter le char jusqu’au centre-ville en une grande procession animée par des groupes de musiciens. Chaque jour, des dignitaires, notamment des responsables politiques et des militaires de haut rang, s’adressaient à la foule du haut du char. Les chars devaient être livrés par voie ferroviaire et les inspecteurs des boroughs furent chargés de s’assurer que les rails et les ponts sur leur route pouvaient supporter leurs 25 tonnes. La première semaine du char (« tank week ») fut organisée à Londres début décembre et ses résultats dépassèrent toute attente. D’autres suivirent peu après. La semaine du char de Bristol, qui eut lieu au cours de la troisième semaine de décembre, permit de collecter 14 millions de livres sterling. L’analyse des recettes révéla toutefois que les sommes apportées par les petits investisseurs étaient relativement modestes : moins de 50 000 livres sterling de certificats à faible valeur nominale furent vendus106. Néanmoins, en décembre, le montant total souscrit sous la forme de certificats à 1 livre sterling augmenta de 1,75 million de livres sterling environ, ce qui rassura le gouvernement sur le fait que ces efforts contribuaient à la politique macroéconomique recherchée.

32George Sutton transforma la stratégie de communication à l’aide d’une série d’affiches bien conçues, aux couleurs vives, faisant la promotion de chaque campagne, telles qu’un portrait de Jeanne d’Arc portant la légende « Jeanne d’Arc a sauvé la France. Femmes de Grande-Bretagne, sauvez votre pays : achetez des certificats d’épargne de guerre ». Une autre montrait des soldats allemands en uniforme vert-de-gris, coiffés de casques à pointe et armés de fouets, conduisant des hommes et des femmes vers une énorme presse en acier, avec la légende : « Achetez des obligations de guerre ». D’autres encore ciblaient des campagnes spécifiques, comme cette illustration d’un chantier naval accompagnée du slogan : « À chaque livre investie dans des obligations de guerre nationales, c’est plus de navires, plus de nourriture et une victoire plus proche » ou cette autre, d’une bombe en train d’exploser avec le texte : « Bombardez-les d’obligations de guerre ». Il énonça dans des termes simples la manière dont chaque citoyen pouvait apporter sa contribution :

  1. Vivre plus simplement ;

  2. Réduire les dépenses personnelles, domestiques et professionnelles au strict minimum ;

  3. Investir immédiatement l’excédent de revenus hebdomadaires ou mensuels, déduction faite des dépenses indispensables, dans des obligations de guerre nationales ou des certificats d’épargne de guerre ;

  4. Conserver le solde des comptes bancaires au niveau le plus bas possible ;

  5. Pour les particuliers ayant constitué une épargne, retirer autant que possible et investir cet argent dans des obligations de guerre nationales ;

    • 107 TNA T172/775, « Money and Victory », 1918.

    Pour les professionnels et entreprises ayant constitué une épargne, retirer tout ce qui n’est pas strictement nécessaire à leurs activités107.

© The Bodleian Library Oxford

© The Bodleian Library Oxford

© The Bodleian Library Oxford

  • 108 TNA T172/776, lettre de George Sutton à l’évêque de Londres, 9 mai 1918.
  • 109 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 7.

33Ces principes étaient mentionnés dans chaque appel à souscription. Lorsque la vente d’obligations montra des signes de ralentissement, fin avril, George Sutton écrivit à l’évêque de Londres pour lui signifier qu’il acceptait sa proposition, faite au début de la guerre, de promouvoir « l’épargne dans tout le pays108 ». Pour attirer les personnes qui n’avaient pas accès aux services bancaires, il prit exemple sur la Prudential et mit en place un programme de vente des obligations et des certificats par le biais d’agents officiels, de particuliers ou d’organisations affiliés à des associations, qui les achetaient en leur propre nom, puis les revendaient109.

  • 110 TNA T172/776, lettre de JCCD au Général, 29 janvier 1918.
  • 111 Voir, par exemple, TNA T172/776, « Tank Timetable », 10 mai 1918.
  • 112 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, p. 3. Le char écossais é (...)
  • 113 TNA NSC 7/38, « Business Men’s Week », non daté.
  • 114 Plus de détails dans TNA 172/776. Elles continuèrent après la guerre (voir BPMA POST39/ 4534A).
  • 115 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, p. 4.

34Les semaines du char étaient si populaires que le ministre des Finances y vit la seule manière d’inciter le grand public à acheter des obligations de guerre110. L’armée apporta volontiers son soutien, et les semaines du char se multiplièrent en 1918. De véritables chars étaient acheminés vers les plus grandes agglomérations, tandis que les communes de taille plus modeste devaient se contenter de répliques mises à leur disposition pour une journée111. Preuve que le ministre des Finances avait raison de croire en ce dispositif : 14 millions de livres sterling furent collectés à Glasgow lors d’une semaine placée sous les pires conditions météorologiques que la ville eût connues depuis de nombreuses années112. En Angleterre et au pays de Galles, les semaines du char furent complétées, dans un premier temps, par une autre idée lumineuse de George Sutton : une semaine des hommes d’affaires (« businessmen’s week »), qui eut lieu du 4 au 9 mars 1918 et produisit de très bons résultats. Liverpool, commune à laquelle il avait été demandé de collecter 2,5 millions de livres sterling, en obtint près de 13 millions. Ipswich, avec dix fois moins d’habitants, collecta 431 200 livres sterling, soit près de trois fois son objectif113. Des semaines des boutiques (« shop weeks ») furent également organisées dans les grands magasins114. L’Écosse décida de remplacer la semaine des hommes d’affaires par une semaine des armes de guerre écossaises (« Scottish War Weapons week »), pendant laquelle « était confiée à chaque commune d’Écosse, grande ou petite, la tâche patriotique de lever suffisamment de fonds au cours de la semaine pour acheter une arme de guerre sur la base de 2 livres sterling et 10 shillings par habitant ». Des affiches furent créées pour l’occasion : elles représentaient différentes armes que les communes pouvaient acheter et auxquelles elles pouvaient donner leur nom. Des réunions furent organisées à travers tout le pays. Cette semaine connut un grand succès et permit de collecter plus de 19 millions de livres sterling115. À l’occasion de la campagne de Noël, fut éditée une affiche aux couleurs vives représentant une bougie allumée accompagnée du slogan : « 100 000 nouveaux épargnants de guerre recherchés d’ici Noël. Au réveillon, une bougie à chaque fenêtre et un détenteur de titres d’épargne de guerre dans chaque maison ».

© The National Records of Scotland Edinburgh

  • 116  N.d.T. : expression signifiant à la fois, au sens propre, « la balle en argent » et, au sens figur (...)
  • 117 Comme le découvrirent les villes de Glasgow et Hull, cette mesure ne s’appliquait pas aux croiseurs (...)
  • 118 Ibid., « War Weapons Week », 14 mai 1918, p. 1
  • 119 TNA NSC 7/38, « War Weapons Week », mai à août 1918.
  • 120 TNA T172/7775, lettre non datée d’Arthur Bonar Law, de juillet 1918 d’après le contexte.
  • 121 Ibid., « War Bond Triumph », 12 août 1918.
  • 122 BEA AC30/355.

35George Sutton ne tarda pas à imiter cette initiative et planifia une série de campagnes liées aux armes sous le slogan général « the silver bullet116 ». Les districts participants se voyaient offrir la possibilité de donner leur nom à une arme117. Malgré les doutes exprimés dans certains districts sur le fait que la population fût en mesure de fournir un effort d’économie supplémentaire, ces campagnes eurent un franc succès. Les semaines des armes de guerre permirent de collecter, en tout, au cours des cinq semaines précédant le 4 mai 1918, plus de 80 millions de livres sterling118, dont 30 millions lors des seules deux semaines du milieu du mois de juillet, alors qu’une issue victorieuse se dessinait plus concrètement119. Pour maintenir cet élan, Arthur Bonar Law rédigea, à la mi-juillet 1918, une lettre que les banques devaient adresser à tous les clients qui avaient encore de l’argent sur leurs comptes120. À 16 heures le 12 août 1918, les ventes cumulées d’obligations de guerre atteignirent 1 milliard de livres sterling, soit un chiffre supérieur au grand emprunt de guerre de l’année précédente121. Il est possible que ce succès tienne plus de la prudence que du patriotisme, car beaucoup d’investisseurs s’attendaient à une baisse des taux d’intérêt après la guerre et saisissaient cette opportunité pour convertir les obligations qu’ils possédaient en titres à plus long terme et offrant un meilleur rendement122, ou empruntaient pour acheter plus de titres. En outre, l’argument de l’exonération fiscale du placement avait d’autant plus de chances de séduire que, suite à l’élargissement de l’assiette de l’impôt sur le revenu, 3 millions de personnes en étaient désormais redevables.

  • 123 TNA T172/777, lettre du gouverneur au ministre des Finances, 19 juin 1918.
  • 124 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 172.
  • 125 TNA NSC 7/38, « Guns Campaign », 1918.

36Malgré ce succès, les rumeurs au sujet des dépenses excessives du gouvernement, qu’Arthur Bonar Law s’était efforcé de dissiper l’année précédente, continuaient à circuler, tout comme la crainte que le prélèvement sur le capital prôné par le Parti travailliste fût mis en place. Elles prenaient tellement d’ampleur que le gouverneur de la Banque d’Angleterre ressentit la nécessité d’écrire au ministre des Finances, au mois de juillet, pour l’avertir123. À ce moment-là, la menace était en grande partie écartée, car la progression de l’armée allemande au printemps avait suscité une nouvelle vague de patriotisme124. Cela permit au NWSC de fixer l’objectif de vente de certificats à 200 millions de livres sterling pour l’année suivante, soit près du double des 108 millions collectés en 1918, à savoir 5 livres sterling par habitant. Sur cette base, les quotas par commune étaient considérables. Quarante-cinq millions de livres sterling devaient être collectés dans la seule ville de Londres. Même la petite commune de Rutland, avec ses 20 000 habitants, devait trouver 204 000 livres sterling. Cette campagne ambitieuse fut intitulée « Alimentez les armes à feu » et illustrée par une série de magnifiques affiches qui traitaient de la guerre sur terre, en mer et dans les airs. Cette campagne, la plus professionnelle organisée jusqu’alors, était soigneusement planifiée125. Elle s’appuyait sur le besoin d’obtenir la victoire, et pas juste une paix négociée :

« Nous devons gagner la guerre. Pour des raisons personnelles, sociales et internationales, nous devons mener la guerre de manière à nous placer dans une position d’avantage militaire avant de pouvoir faire le dernier pas vers un règlement définitif correspondant à ce que désirent ardemment tous les cœurs.

Si nous ne parvenons pas à prendre cet avantage militaire, nous n’avons aucune chance et aucun espoir d’obtenir un règlement ne serait-ce que modérément acceptable. »

  • 126 Ibid., « announcement in the Silver Bullet ».
  • 127 Ibid., compte rendu lors d’une réunion de lancement de la campagne d’automne en faveur des économie (...)
  • 128 Silver Bullet, 18 septembre 1918, p. 1.

37Ce message devait être inculqué aux membres de l’ensemble des associations126. La campagne fut lancée le 30 septembre 1918, lors d’une réunion au Guildhall de Londres. Le Premier ministre, David Lloyd George, qui était souffrant, déclara, dans un discours lu en son nom, qu’il était essentiel que les Alliés occupent une Allemagne vaincue et ne se contentent pas de négocier un armistice. Il exhorta les épargnants à faire un dernier effort héroïque pour soutenir l’effort de guerre127. Pour illustrer la vie au front, une reproduction de champ de bataille fut installée à Trafalgar Square128. Malgré ses doutes l’année précédente, Arthur Bonar Law expliqua dans son discours que la guerre pouvait être financée de deux manières : par les « grands emprunts » ou par « un système d’emprunt continu ». Il ajoutait :

  • 129 TNA T 172/771, résumé du discours.

« Personne n’a jamais eu le moindre doute sur le fait que la seconde méthode était, de tous points de vue, la meilleure. Elle permet de lever les fonds en réduisant au minimum les éventuelles perturbations des conditions financières […]129. »

  • 130 TNA T 172/775, lettres d’octobre et novembre 1918.

38Une dispute éclata entre George Sutton et Jean Findlay, la secrétaire du comité écossais et architecte de sa propagande, qui prévoyait de lancer une campagne sur la victoire plutôt qu’une campagne « Alimentez les armes à feu ». Ce différend ne se résolut que grâce à l’intervention du député travailliste Horatio Bottomley et à celle d’Arthur Bonar Law en personne130. Avant que la campagne « Alimentez les armes à feu » pût porter ses fruits, le type d’armistice contre lequel s’était exprimé David Lloyd George avait été signé. Cet événement ne marqua toutefois pas la fin de l’épargne nationale. Contre toute attente, le comité écossais aurait ce qu’il voulait.

  • 131 TNA NSC 7/2, rapport du 18 février 1918.
  • 132 Ibid., p. 7.
  • 133 National War Savings Committee, Third Annual Report, 1919, p. 3.
  • 134 Ibid., p. 8.
  • 135 TNA NSC 7/2, « memorandum 445 », National Savings Committee: origin, history and development, 29 oc (...)

39Dès juin 1917, avec l’aval du nouveau ministère de la Reconstruction, le NWSC avait créé un sous-comité chargé « d’étudier quels instruments d’épargne devaient être proposés aux petits investisseurs après la guerre131 ». Le comité était convaincu que l’État devait conserver un programme d’épargne nationale après la fin des hostilités, ne fût-ce qu’en raison du poids écrasant de la dette. Bien que cette question ne fît pas directement partie de son domaine de compétence, le comité attira l’attention sur les possibles conséquences macroéconomiques du versement de quelque 110 millions de livres sterling aux troupes démobilisées à la fin de la guerre, qui risquait fortement d’accentuer l’inflation : « Le danger nous apparaît si grand que nous considérons qu’il est impératif de concevoir un programme destiné à orienter cette gratification vers l’épargne plutôt que la consommation132. » Dans l’immédiat, le NWSC avait réagi en lançant une campagne dans chacune des trois armées et dans la marine marchande133. Le rapport du comité ne ménageait pas la sensibilité des établissements d’épargne existants et faisait la recommandation suivante : « Le nouveau mouvement en faveur de l’épargne devrait, si possible, être associé à la promotion d’avancées sociales nécessitant des dépenses d’équipement, comme le logement134. » Cette proposition supposait de pouvoir continuer à compter sur l’appui, par le biais des associations, de l’armée de volontaires recrutés pour soutenir le mouvement en faveur de l’épargne de guerre et de mettre en œuvre une politique fiscale pénalisant à la dépense. Malgré le manque chronique de logements, les petits investisseurs n’avaient pas coutume d’être propriétaires. L’idée était que l’épargne nationale d’après-guerre, en plus d’aider à faire face à la dette du pays, servirait également à développer les logements sociaux, que les économies des ménages pourraient contribuer à financer. Il s’agissait là d’une extension logique de la thèse développée pendant la guerre, selon laquelle les citoyens devaient économiser et transférer leur pouvoir d’achat à l’État135. La nouvelle priorité donnée aux avancées sociales constitua une nouvelle étape dans le discours sur l’épargne, vers ce que l’on appellerait ensuite « l’épargne à finalité » (« purpose savings ») ou, en termes macroéconomiques, « le report de consommation ».

  • 136 Ibid., procès-verbal du 23 juillet 1918.
  • 137 Ibid., communiqué de presse du 15 novembre 1918.
  • 138 Ibid., extrait de novembre 1918.
  • 139 Ibid., discours du 7 mars 1919.
  • 140 TNA NSC 7/1 400/1, « To our fellow countrywomen ».
  • 141 National Savings Association, Fourth Annual Report, 1920, cmd 775, p. 2.

40Alors qu’il apparaissait de plus en plus clairement que l’offensive allemande du printemps avait été repoussée, au mois de juillet, il fut officiellement décidé de lancer, dès la fin des hostilités, une campagne en faveur de l’épargne en temps de paix136, qui serait planifiée parallèlement à la campagne « Alimentez les armes à feu » d’automne. Le ton et le style des publicités changèrent pour mettre en avant la vie de famille et l’épargne destinée à assurer l’avenir des enfants. Une attention particulière fut accordée au rôle des femmes dans le retour à la paix. Quatre jours à peine après la signature de l’armistice, Robert Molesworth Kindersley annonça que le programme d’épargne de guerre se poursuivrait et deviendrait « un élément permanent de la machinerie nationale », avec le même objectif ambitieux pour l’année à venir : 200 millions de livres sterling137. Le comité du ministère des Finances sur les instruments financiers apporta son appui en déclarant : « l’épargne constitue un véritable apport à la richesse du pays, qui aura à coup sûr des répercussions positives sur le commerce et l’industrie138 ». En lançant le programme d’épargne nationale (« National Savings Scheme »), Robert Molesworth Kindersley prit soin de ne pas donner l’impression que l’objectif principal des économies de guerre avait été de poursuivre les hostilités et expliqua, à la place, qu’il était « d’offrir à la nation tous les avantages découlant de l’établissement réussi d’une méthode d’investissement sûre, pratique et rentable pour les personnes ayant peu de moyens139 ». Le comité auxiliaire des femmes (successeur du sous-comité des femmes du Metropolitan War Savings Committee), toujours présidé par Margaret Lloyd George, publia un manifeste appelant à continuer à mener une vie sobre, en particulier au sein de la classe aisée. Ce comité s’était alors ouvert davantage et était notamment composé de représentants des défenseurs et des opposants à l’octroi du droit de vote aux femmes, de l’association des enseignants de cours d’enseignement ménager, de la ligue des actrices et de tous les partis politiques140. Au printemps 1919, le NWSC était devenu le comité de l’épargne nationale (National Savings Committee) et les obligations et certificats d’épargne de guerre avaient été rebaptisés à l’occasion d’une campagne de la victoire. Au cours de ce processus, la plupart des associations d’épargne de guerre furent transformées en associations d’épargne nationale141. Le montant total des certificats d’épargne vendus au cours de l’année s’éleva à près de 80 millions de livres sterling, et les remboursements à 20 millions de livres sterling, contre 108 millions et 16 millions en 1918 (voir figure 1, p. 261). Bien que l’objectif fût loin d’être atteint, il s’agissait là d’une performance remarquable. Le rapport relatif à la campagne abordait la stratégie à mettre en œuvre à l’avenir :

  • 142 TNA NSC 7/2, rapport sur la campagne d’automne, 1917-1918, p. 18.

« Une grande tâche attend l’organisation. Elle doit éduquer la population pour lui donner une juste conception du véritable sens de la “richesse” : comment elle est produite et comment elle est conservée et utilisée pour l’amélioration de l’humanité. Elle doit prêcher la bonne parole des biens et des services repensés pour la paix. Elle doit inculquer l’idée de l’abstention du gaspillage et des plaisirs éphémères immédiats et encourager une dépense juste et sage afin que la nation soit en meilleure santé et plus efficace. Elle prône le développement, la construction et la hausse de la production grâce à une organisation efficace et à une vigueur et une énergie intactes142. »

41La campagne de l’emprunt de la victoire fut lancée le 16 juin par Arthur Bonar Law et dura un peu moins d’un mois. Au total, elle permit de collecter près de 770 millions de livres sterling.

42La campagne en faveur des économies de guerre au Royaume-Uni modifia radicalement le paysage de l’épargne, l’ôtant des mains de la multitude d’organisations d’épargne paternalistes, notamment les Trustee Savings Banks et les « friendly societies », et la transformant en une entreprise nationale, un élément essentiel de la politique macroéconomique. Au grand dam des TSB, les titres étaient surtout délivrés par le biais de la POSB, même si, comme les TSB, son succès dépendait de la mobilisation d’un nombre massif de bénévoles. Cette campagne a prouvé qu’il était possible, en ayant recours à la publicité à grande échelle et à l’éducation, d’encourager l’ensemble de la population à épargner de manière volontaire dans des proportions insoupçonnées. Si l’épargne ne permit pas véritablement de juguler l’inflation en absorbant l’excédent de revenus143, les économistes du ministère des Finances avaient redéfini l’épargne en termes d’investissement national et de report de consommation, notions qui devaient devenir, aussi déplaisant que cela puisse être pour certains, la pierre angulaire du mouvement en faveur de l’épargne au cours des cinquante années suivantes. Beaucoup allèguent que les organisations d’épargne se sont effondrées en raison de la concurrence des banques de détail, oubliant qu’elles avaient aussi cessé d’être considérées comme ayant une quelconque importance aux fins de la politique macroéconomique, notamment en raison de la forte croissance des fonds de pension, qui étaient devenus les principaux souscripteurs de titres de dette publique pour sécuriser leurs engagements.

Figure 1 – Souscriptions de titres d’épargne à faible valeur nominale, de juin 1916 à décembre 1919

Figure 1 – Souscriptions de titres d’épargne à faible valeur nominale, de juin 1916 à décembre 1919

Notes

2 The National Archives (TNA) T208/12B, « The War and Finance », Treasury memoranda: war-time finance etc., 17 mars 1915, JB, p. 3.

3 Michael L. Sanders et Philip M. Taylor, British Propaganda during the First World War, 1914-18, Londres, Macmillan, 1982, p. 16-17.

4 TNA NSC 7/2, « Finance of the War – Pessimism misplaced », National Savings Committee: origin, history and development, 1917-1919, p. 7. Les historiens sont généralement d’accord avec cette analyse : Forrest Capie et Geoffrey Wood, « Money in the Economy », dans Roderick Floud et D.N. McCloskey (dir.), The Economic History of Britain since 1700, vol. 3 : 1939-1992, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 233-234. Les chiffres de la masse monétaire et de l’inflation figurent dans le tableau 10, p. 39 du document suivant : Stephen N. Broadberry et Peter Howlett, The United Kingdom during World War I: Business as Usual?, 2003, disponible à l’adresse http://piketty.pse.ens.fr/files/BroadberryHowlett03.pdf (consulté en juillet 2014).

5 TNA T208/12B, « The War and Finance », Treasury memoranda: war-time finance etc., 17 mars 1915, JB.

6 TNA T208/12B « The Financial Position in May », 8 juin 1915.

7 Hartley Withers, Poverty and Waste, Londres, Smith Elder & Co., 1914, p. 8-11.

8 On attribue souvent à Keynes l’élaboration de la notion de report de consommation pour lutter contre l’inflation, dans sa note du 9 septembre 1915 intitulée « Financial Prospects of this Financial Year » (TNA CAB 37/34/12), mais cette idée est antérieure à cette note.

9 BEA AC30/345, « War Loan », JB, 7 juin 1915, T170/71 memo 2a, p. 2.

10 TNA T170/71, War Loan, mai 1915.

11 Informations communiquées par Thorsten Wheber.

12 War Savings Committee, Londres, 1915.

13 Michael Moss et Iain Russell, An Invaluable Treasure: A History of the TSB, London, Weidenfeld et Nicolson, 1994.

14 National Records of Scotland (NRS) GD 193/309, « Memorandum on the thrift campaign », 1916.

15 Laurie Dennett, A Sense of Security: 150 Years of Prudential, Cambridge, Granta Editions, 1998.

16 Bodleian Library d’Oxford, documents et affiches liés aux économies de guerre (1914-1920), cote 232971, circulaire d’Herbert Asquith, Arthur Bonar Law et Arthur Henderson, 6 juillet 1915. Il s’agit de la collection la plus complète, mais en aucun cas exhaustive, de documents sur les économies de guerre. En octobre 1917, W.P. Ellis contacta le comité d’épargne de guerre d’Oxford pour obtenir une copie de tous les supports promotionnels. Sa demande fut transmise au contrôleur, Theodore Chambers, qui envoya immédiatement « des copies de toute notre propagande en faveur des économies de guerre » et promit de transmettre toutes les publications à venir (lettre du contrôleur à Ellis, 18 octobre 1917). Il faut en effet savoir que les bibliothèques avaient dès le départ été mobilisées pour la campagne en faveur des économies de guerre (lettre de W.PA. Derrick aux bibliothèques, 15 juillet 1915).

17 Cité dans Hew Strachan, Financing the First World War, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 148.

18 M.L. Sanders et P.M. Taylor, British Propaganda during…, op. cit.

19 Bodleian Library, prospectus n° 2.

20 BPMA POST 75/103, synthèse des instructions concernant les certificats d’épargne de guerre.

21 BEA AC30/345, formulaire de demande de conversion, 1915.

22 Bodleian Library, War Saving, « £1 for 15/6 – How We use Our Savings, by a Working Man’s Wife ».

23 Brand, R. H, War and National Finance, London, E Arnold & Co., 1921, p. 145.

24 Bodleian Library, War Saving, 5 juillet 1915.

25 Bodleian Library, War Saving, lettre d’Arthur Wheeler, juillet 1915.

26 TNA NSC7/1, note de G. Wallace Carter au sujet des économies de guerre.

27 Ibid., p. 3.

28 TNA NSC7/1, « National Finance », octobre 1915.

29 TNA NSC 7/1, « Report of the Committee on War Loans for the Small Investor », cmd 8179, 1916.

30 L. Margaret Barnett, British Food Policy during the First World War, Boston, Allen & Unwin, 1985, p. 36 et 76.

31 Ibid.

32 TNA T 170/97, procès-verbal du 4 janvier 1916.

33 TNA T 170/97, note de Thomas Jaffrey, 10 janvier 1916.

34 On trouvera une copie de ce rapport dans TNA NSC 7/1, cmd 8179, 1916.

35 Jeremy Wormell, Management of the National Debt of the United Kingdom 1900-1932, London, Routledge, 2002, p. 194, et National War Savings Committee, First Annual Report, 1917, cmd 8156, p. 7.

36 BPMA POST 30/4235A, lettre de Morgan à Blackett, 16 novembre 1916.

37 Au Royaume-Uni, la majeure partie des dépôts effectués dans des caisses d’épargne étaient investis auprès des commissaires de la dette nationale, ce qui en garantissait la sécurité.

38 NRS NSC1/1, proposition des Trustee Savings Banks, juillet 1916.

39 Maud Pember Reeves, Round About a Pound a Week, Londres, G. Bell & Son, 1913.

40 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, First Annual Report, 1er juillet 1917. Malgré l’instabilité de la situation politique, un comité d’épargne de guerre finit par être créé à Dublin en février 1918. TNA T172/776, « Visit to Ireland », 24 février 1918.

41 Ibid., p. 4.

42 On trouvera une copie dans TNA NSC 7/1.

43 TNA NSC7/1, procès-verbal du 5 juin 1916.

44 TNA NSC7/1, rapport sur les ventes de certificats d’épargne de guerre, juin à décembre 1916.

45 TNA T172/299, lettre de Reginald McKenna à Robert Molesworth Kindersley, 11 juillet 1916.

46 BPMA POST30/4345a, règles concernant les certificats d’épargne de guerre, 1917-1919.

47 TNA NSC7/1, lettre de Reginald McKenna à Robert Molesworth Kindersley, 3 octobre 1916.

48 TNA NSC 7/1, procès-verbal du 30 décembre 1915, et NRS NSC, procès-verbal du 22 mai 1916.

49 TNA NSC7/1, audit, 1916.

50 TNA NSC 7/1, lettre de Guy Ridpath à Robert Molesworth Kindersley, 7 septembre 1916, et rapport.

51 NSC 7/37, lettre du 24 mai 1916.

52 NSC7/37, « The Food Supply of the United Kingdom », cmd 8421, 1917.

53 TNA NSC 7/37, lettre relative à la campagne sur la nourriture, 10 mars 1915.

54 NSC 7/37, lettre du 10 mars 1917.

55 National War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, cmd 9112, p. 4, et L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 115.

56 TNA NSC 7/37, « Food Economy Campaign March 10-August 14, 1917 », War Finance Campaign: Food Control Campaign, p. 2-3.

57 William Beveridge, British Food Control, Londres, Oxford University Press, 1928, p. 38.

58 Ibid., p. 38 et informations communiquées par Thorsten Wheber.

59 TNA NSC 7/37, lettre du 10 avril 1917.

60 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, First Annual Report, 1917, cmd 8799, p. 4.

61 Source : http://www.advertisingarchives.co.uk/detail/87517926/1/Poster/Scottish-War-Savings-Committee (consulté en juin 2014).

62 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 34-35.

63 TNA NSC 7/37, note du 7 avril 1917.

64 Oxford DNB.

65 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 8.

66 TNA NSC 7/37, note à Lord Devonport, 10 avril 1917.

67 TNA NSC 7/37, procès-verbal et note, 11 mai 1917.

68 TNA NSC 7/37, proclamation royale, 29 mai 1917.

69 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 115.

70 TNA NSC 7/37, note du 10 mai et procès-verbal du Joint Food Committee du 11 mai 1917.

71 TNA NSC 7/37, « Progress of the Food Campaign », 17 mai 1917, p. 3.

72 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 117-118.

73 TNA NSC 7/37, « Machinery for Compulsory Rationing », mai 1917.

74 TNA NSC 7/37, lettre de Robert Molesworth Kindersley à lord Rhondda, 18 juin 1917.

75 TNA NSC 7/37, procès-verbal du comité conjoint, 20 juin 1917.

76 Pour en savoir plus sur la campagne en faveur des économies de nourriture, voir Derek J. Oddy, From Plain Fare to Fusion Food: British Diet from the 1890s to the 1990s, Woodbridge, Boydell Press, 2003, chap. 4 ; Hugh Barty-King, Making Provision, A Centenary History of the Provision Trade, Londres, Quiller Press, 1986, et L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit.

77 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 355.

78 TNA NSC 7/37, lettre de Lloyd George à Robert Molesworth Kindersley, 8 juillet 1917.

79 L.M. Barnett, British Food Policy…, op. cit., p. 116.

80 W. Beveridge, British Food Control, op. cit., p. 32-50.

81 Joseph Shield Nicholson, War Finance, London, P.S. King, 1918, p. 436.

82 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 317.

83 BPMA POST 75/103, « National War Bonds », décembre 1917.

84 National War Savings Committee, First Annual Report, op. cit., p. 7.

85 Cet emprunt est étudié en détail dans J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., chap. 11, et dans BPMA POST 75/75.

86 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 322 et p. 328-329, où les conditions de conversion sont détaillées.

87 TNA T172/771, note du 4 septembre 1919.

88 National War Savings Committee, First Annual Report, p. 10.

89 Cité dans J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 333.

90 NRS NSC 1/289, rapport annuel 1917.

91 War Savings, février 1918, p. 55.

92 TNA T172/746, prospectus « Have you asked your Insurance Company… », février 1917.

93 BEA AC 30/356, lettre d’Arthur Bonar Law, 11 janvier 1917.

94 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 334.

95 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 5.

96 Ibid., p. 2.

97 Ibid., p. 3.

98 Ibid., p. 6.

99 TNA 172/775, « The Thousand Million », 12 août 1918.

100 Voir, pour comparer, TNA T1712/746.

101 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 6.

102 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 347.

103 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 6.

104 TNA NSC 7/2, « Staff », National Savings Committee: origin, history and development, 1917.

105 M.L. Sanders et P.M. Taylor, British Propaganda during…, op. cit., p. 80.

106 TNA NSC 7/38, rapport sur la semaine du char de Bristol, 1917.

107 TNA T172/775, « Money and Victory », 1918.

108 TNA T172/776, lettre de George Sutton à l’évêque de Londres, 9 mai 1918.

109 National War Savings Committee, Second Annual Report, op. cit., p. 7.

110 TNA T172/776, lettre de JCCD au Général, 29 janvier 1918.

111 Voir, par exemple, TNA T172/776, « Tank Timetable », 10 mai 1918.

112 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, p. 3. Le char écossais était appelé « Julian ». Cf. M.A. Taylor, The Tank Banks in Edinburgh and Leith, non daté, téléchargeable depuis http://www.scotlandswar.ed.ac.uk/sites/default/files/pdf_Tank_Banks_Edinburgh_Leith_1.pdf (consulté en janvier 2016).

113 TNA NSC 7/38, « Business Men’s Week », non daté.

114 Plus de détails dans TNA 172/776. Elles continuèrent après la guerre (voir BPMA POST39/ 4534A).

115 NRS NSC 1/289, Scottish War Savings Committee, Second Annual Report, 1918, p. 4.

116  N.d.T. : expression signifiant à la fois, au sens propre, « la balle en argent » et, au sens figuré, « le remède miracle ».

117 Comme le découvrirent les villes de Glasgow et Hull, cette mesure ne s’appliquait pas aux croiseurs ni aux cuirassés. TNA T172/776, note du 27 février 1918.

118 Ibid., « War Weapons Week », 14 mai 1918, p. 1

119 TNA NSC 7/38, « War Weapons Week », mai à août 1918.

120 TNA T172/7775, lettre non datée d’Arthur Bonar Law, de juillet 1918 d’après le contexte.

121 Ibid., « War Bond Triumph », 12 août 1918.

122 BEA AC30/355.

123 TNA T172/777, lettre du gouverneur au ministre des Finances, 19 juin 1918.

124 J. Wormell, Management of the National Debt…, op. cit., p. 172.

125 TNA NSC 7/38, « Guns Campaign », 1918.

126 Ibid., « announcement in the Silver Bullet ».

127 Ibid., compte rendu lors d’une réunion de lancement de la campagne d’automne en faveur des économies de guerre, 30 septembre 1918.

128 Silver Bullet, 18 septembre 1918, p. 1.

129 TNA T 172/771, résumé du discours.

130 TNA T 172/775, lettres d’octobre et novembre 1918.

131 TNA NSC 7/2, rapport du 18 février 1918.

132 Ibid., p. 7.

133 National War Savings Committee, Third Annual Report, 1919, p. 3.

134 Ibid., p. 8.

135 TNA NSC 7/2, « memorandum 445 », National Savings Committee: origin, history and development, 29 octobre 1918.

136 Ibid., procès-verbal du 23 juillet 1918.

137 Ibid., communiqué de presse du 15 novembre 1918.

138 Ibid., extrait de novembre 1918.

139 Ibid., discours du 7 mars 1919.

140 TNA NSC 7/1 400/1, « To our fellow countrywomen ».

141 National Savings Association, Fourth Annual Report, 1920, cmd 775, p. 2.

142 TNA NSC 7/2, rapport sur la campagne d’automne, 1917-1918, p. 18.

143 Source : http://piketty.pse.ens.fr/files/BroadberryHowlett03.pdf, tableau 10, p. 39.

Auteur

De 1970 à 1974, Michael Moss est greffier du Registre national des Archives (Ecosse), où il est en charge de la collecte et de la sauvegarde des dossiers de nombreuses entreprises de construction navale et d’ingénierie maritime. De 1974 à 2001, il est archiviste à l’Université de Glasgow. De 2001 jusqu’en 2013, il est professeur de recherche d’archivistique à cette même université où il met en place un cours de maîtrise en gestion de l’information et de la conservation. De 2007 à 2013, il est membre du Conseil consultatif du Lord Chancellor sur des documents et archives nationales. Il est également administrateur des Archives nationales d’Ecosse. Depuis 2013, il est professeur d’archivistique à l’Université de Northumbria.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search