Version classiqueVersion mobile

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

« Du papier, de grâce du papier pour l’amour de Dieu. » Le ministère du Commerce au secours de la circulation monétaire pendant la Grande Guerre : monnaies de nécessité consulaires et chèques postaux

Clotilde Druelle-Korn

Texte intégral

  • 1 Guy Corvol, L’Émission des bons de monnaie par les chambres de commerce, Paris, Rousseau et Cie édi (...)
  • 2 Pour une approche théorique, voir Irving Fisher, Stamp Scrip, New York, Adelphi, 1933. L’auteur s’a (...)

1« Du papier, de grâce du papier pour l’amour de Dieu », c’est le cri lancé par Louis Latzarus en conclusion de son article consacré à « La Grève des pièces », paru dans le journal L’Avenir du 15 mars 19201. Du papier, il y en a déjà eu et il y en aura encore, sans compter des jetons de toutes sortes. Le modeste estaminet, l’usine ou la salle de réunion un peu austère d’une chambre de commerce sont, dès août 1914, des laboratoires d’innovation monétaire. John Maynard Keynes aurait pu y observer à loisir comment une crise transforme soudainement la monnaie. À l’heure de l’événement terrible, son rôle d’intermédiaire dans les échanges tend à s’effacer au profit de celui de refuge ; les pratiques monétaires se modifient, monnaies parallèles et de fait se multiplient. La monnaie métallique, particulièrement prisée, disparaît de la circulation, thésaurisée, alors que son besoin augmente. Les billets eux-mêmes deviennent plus rares. Pour éviter que la crise économique ne s’ajoute au drame national dans lequel s’engage le pays, un peu partout sur le territoire s’inventent des solutions locales. L’imagination monétaire n’a pas attendu les théoriciens pour exister. Sont ainsi créés des substituts temporaires de la monnaie qui a déserté, caractérisés par de faibles émissions sur une période courte. Ce sont bien des monnaies, des moyens de paiement pouvant être conservés et dépensés, mais il ne s’agit pas de monnaies classiques au sens où elles ne peuvent pas venir alimenter un magot caché. Lesdites caractéristiques facilitent la rapidité de leur circulation, des échanges et donc l’activité commerciale et industrielle2, ces monnaies prennent les formes de bons et jetons. Dites « de nécessité », elles ont un statut ambigu. Non officielles, elles sont cependant tolérées et encouragées par les autorités, en l’espèce la Banque de France, le ministère des Finances et le ministère du Commerce, sous la tutelle duquel sont placées en France les chambres de commerce, principales émettrices.

  • 3 Louis Amiard (1872-1935), inscrit au groupe radical et radical-socialiste, vice-président de la com (...)
  • 4 Cité dans Jacques Bouchacourt, « Aspects économiques et financiers des chèques postaux », thèse, un (...)
  • 5 Sur ce point, voir Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économique de la Premi (...)

2Remplaçant la monnaie divisionnaire métallique, les bons et jetons de monnaie ci-après étudiés, pour importants qu’ils soient pour la bonne marche de l’activité économique quotidienne, représentent peu de chose face à l’accroissement considérable des charges de l’État et à l’émission d’un flot de monnaie papier. Il s’avère vite indispensable de trouver de nouveaux moyens pour limiter, dans la mesure du possible, le chiffre de l’émission des billets de la Banque de France. Le montant en triple presque en deux ans, passant en juillet 1914 d’environ 6 milliards de francs à plus de 15,5 milliards de francs en juin 1916. L’heure était enfin venue pour le ministère du Commerce en charge des Postes, des Télégraphes et des Téléphones, de demander au Parlement de voter sans attendre davantage le texte en souffrance instituant un service de comptes courants postaux et créant le chèque postal. C’était l’aboutissement de longs atermoiements et de débats entamés dès 1879. Remis sur le métier par le ministre Étienne Clémentel (1864-1936), un texte de compromis était voté sans débat par la Chambre en septembre 1916, le Sénat suivait lentement à l’automne 1917. La loi du 7 janvier 1918, complétée par un décret du même jour, porte création d’un service de chèques et comptes courants postaux. Il commence à fonctionner le 1er juillet 1918. Le député Louis Amiard3, rapporteur du texte, énonçait ainsi ses buts : a) « Remédier à l’insuffisance du numéraire par la méthode des compensations en usage à l’étranger et l’emploi vulgarisé du chèque », b) « préparer l’offensive commerciale de la bataille économique qui ne manquerait pas de marquer l’après-guerre4 ». On retrouve dans les motifs la double urgence, celle des Finances et celle du ministre du Commerce Clémentel, dont on connaît l’énergie à mettre en ordre de bataille les forces productives françaises et alliées5.

3À côté des négociations entre Alliés et des prêts croisés portant sur des milliards de francs, de dollars ou de livres sterling, notre communication se propose de revenir sur les conséquences de la guerre à des échelles modestes mais néanmoins essentielles de la circulation monétaire en temps de guerre. Les solutions pragmatiques de monnaies de confiance et du chèque postal adoptées pendant le conflit se prolongent dans l’après-guerre. Elles favorisent, dans le cas des jetons de nécessité émis par les chambres de commerce de France, une transition vers la fin du bimétallisme et une acceptation de la monnaie divisionnaire fiduciaire. L’adoption du chèque postal entraîne quant à lui un essor sensible de la monnaie scripturale et de son usage. La monétarisation de la société française s’accélère et se transforme à l’occasion du conflit.

  • 6 Voir la communication à paraître de Jean-François Eck et Béatrice Touchelay, « La Banque de France (...)

4De cette étude, nous excluons la situation, passionnante par ailleurs, de la monnaie créée dans les territoires envahis6. Dans les dix départements totalement ou partiellement occupés pendant les quatre années de guerre, les formalités légales sont suspendues. Ces régions deviennent de très importantes émettrices de monnaies dans un cadre particulier et contraint. Il s’agit, dans leur cas, de véritables créations monétaires, émises le plus souvent par des communes et syndicats de communes sans contreparties financières légales, à quelques exceptions près. Les émissions sont exigées des autorités allemandes d’occupation alors que les monnaies de nécessité émises dans le reste du territoire s’apparentent, sauf exception, à des bons de monnaie représentant le fractionnement de valeurs légales déposées et bloquées.

I. Lorsque la nécessité fait loi, les chambres de commerce de France auxiliaires des autorités monétaires

  • 7 À titre de comparaison, en 1914, le salaire journalier varie grosso modo de 3,50 francs pour un ouv (...)
  • 8 Clotilde Druelle-Korn, Philippe Verheyde, « Maintenir la vie économique et financer la guerre, août (...)
  • 9 Le billet de 10 francs ne sera mis en service qu’en mai 1916. Voir Bertrand Blancheton, Le Pape et (...)

5Le 30 juillet 1914, le ministère des Finances décidait de l’application de la clause de sauvegarde. À titre provisoire, les retraits sur les livrets de caisse d’épargne étaient limités à 50 francs par quinzaine7. Sur les comptes bancaires, les retraits restaient autorisés jusqu’à 250 francs. La mesure visait à éviter tout effet de rush aux guichets et à maintenir une encaisse suffisante. En ce début d’août, l’application se fait en partie au détriment des déposants, notamment dans le monde rural, où certains guichets ne sont ouverts qu’un jour par semaine, entraînant une inquiétude et une gêne pour de nombreuses familles8. Le lendemain de la déclaration de guerre, la Chambre votait une loi préservant la valeur de la monnaie. Elle est aussitôt appliquée par décret. L’article 1 dispose que « les billets de banque seront reçus comme monnaie légale par les caisses publiques et les particuliers », c’est le cours forcé du billet. Il s’agit à la fois de préserver le stock d’or dont dispose la Banque de France, considéré comme un trésor indispensable à la poursuite de la guerre, et de garantir la valeur du billet comme moyen de paiement. La Banque de France avait partiellement anticipé le risque de thésaurisation des espèces métalliques en imprimant et fournissant les succursales en petites coupures de 20 et 5 francs. Le 10 août, circulent déjà dans le pays 20 millions de billets de 20 francs et 40 millions de billets de 5 francs9.

  • 10 Pour mémoire, le billon est une petite monnaie d’alliage qui ne représente pas la valeur pour laque (...)

6En dépit de ces mesures, les premiers jours du conflit, voire son anticipation, provoquent une thésaurisation des billets et surtout des espèces métalliques : écus d’argent de 5 francs, autres monnaies divisionnaires d’argent et même petite monnaie, le billon10. La disparition dans les bas de laine est accélérée par la collecte officielle de l’or en 1915, puis celle du nickel – métal stratégique – composant la pièce de 25 centimes Patey. Le défaut de pièces et de petites coupures inférieures à 5 francs se fait immédiatement ressentir, alors que les besoins sont immenses. Il faut pourvoir aux transactions quotidiennes les plus modestes, au paiement des salaires journaliers, au règlement d’allocations diverses. Municipalités, entreprises et surtout chambres de commerce se souviennent du précédent franco-prussien et créent des bons de monnaie.

A. Les embarras de l’activité économique devant la raréfaction de la monnaie divisionnaire

  • 11 Voir les témoignages rassemblés dans les dossiers CAEF série K 5-67, 68, 69, ainsi que ceux reprodu (...)
  • 12 La chambre de commerce du Doubs signale que la monnaie divisionnaire est si rare qu’il est difficil (...)
  • 13 Sur le cas lyonnais, voir Audrey Soria, « Les Monnaies de nécessité à Lyon (1914-1922) », Revue eur (...)
  • 14 CAEF série K 5-70 : lettre circulaire de la Société industrielle de la Schappe, 17 août 1914. Dans (...)

7Depuis le 1er août, il n’y a plus de ventes à crédit ; tous les achats, même de valeur minime, se font au comptant. Or, les paiements journaliers se font souvent en monnaie divisionnaire. Depuis leur généralisation au siècle précédent, les chambres de commerce sont particulièrement attentives aux problèmes de la circulation monétaire : les pénuries entravent le fonctionnement de toutes les activités économiques. Elles suivent donc de près l’usage des monnaies qui circulent sur le territoire11. Les élus du commerce et de l’industrie sont au cœur du processus de monétarisation croissante de l’économie française. Ils sont ainsi les premiers à recevoir les doléances des patrons qui ne peuvent plus payer les travailleurs et des commerçants qui ne peuvent plus rendre la monnaie12. Dans le métro parisien, les files s’allongent aux guichets, et on ressuscite un vieux décret révolutionnaire demandant aux citoyens de « faire l’appoint ». Des ventes sont manquées faute de pouvoir rendre la monnaie. Face à cette situation ou pour la prévenir, les chambres consulaires se réunissent dès les premiers jours d’août. L’administration des Monnaies et Médailles fait savoir qu’elle n’est pas en mesure de répondre aux besoins extraordinaires ; son personnel est mobilisé, puis des ateliers déménagés. Certaines chambres délibèrent très précocement de la mise en circulation de bons de monnaie. La chambre de commerce de Limoges vote la première une émission le 5 août, celle de Paris le 6 août, de Lyon le 14 août13. L’importante Société industrielle de la Schappe, à Tenay dans l’Ain, informe les commerçants de la cité qu’elle ne peut payer ses ouvriers qu’au moyen de bons de diverses valeurs, remboursables dès que les circonstances le lui permettront. Elle demande aux commerçants d’accepter ces bons en paiement de denrées alimentaires de première nécessité. L’entreprise traitant les déchets de soie ajoute que pour leur permettre de renouveler leurs approvisionnements, elle leur échangera ces bons contre des billets de banque dans la mesure de ses disponibilités14. Loin d’être ponctuelle, la crise de la monnaie divisionnaire est récurrente en 1915 et 1916, 1918, puis encore en 1919, 1920. Les journaux y consacrent de longs développements, s’interrogent sur les raisons, proposent des solutions.

  • 15 Sans compter, à partir de la fin de 1917, l’arrivée des soldats américains sur le sol français, CAE (...)
  • 16 G. Corvol, L’Émission…, op. cit., p. 77, et CAEF série K 5 70 à 72 : réponses des préfets à l’enquê (...)

8En dehors de la thésaurisation, bien réelle, il faut, pour comprendre le manque de monnaie métallique, tenir compte des énormes besoins de monnaie divisionnaire et de petites coupures aux armées15. Les trésoriers payeurs devaient en disposer prioritairement pour payer les avances aux soldats, ce qui signifiait qu’ils devaient trouver chaque semaine des sommes considérables. Hors de question de ne pas payer les troupes, de leur demander de « faire l’appoint » ou de rendre la monnaie. C’était une quantité énorme de pièces qui était retirée de la circulation courante. En plus des sommes versées aux soldats, il faut ajouter les achats pour la subsistance des troupes qui se faisaient localement, pour partie au comptant. La trésorerie aux Armées émit elle aussi des bons dans un second temps. Une enquête, diligentée par la direction du Mouvement général des fonds en 1916 auprès des trésoriers-payeurs généraux pour connaître l’état de leurs régions, signale que dans un grand nombre de départements, la demande de monnaie divisionnaire provient des casernes, des cantonnements, des hôpitaux militaires ou des usines de guerre. Ces besoins s’ajoutent ainsi sensiblement aux besoins ordinaires de la population16.

B. Le précédent de la guerre franco-prussienne et le recours aux émissions de billets de nécessité par les chambres de commerce en remplacement de la monnaie divisionnaire

  • 17 Raymond Habrekorn, Monnaies de nécessité, Paris, Société française de numismatique, 1976, 196 p. Vo (...)

9Sans remonter à la période des assignats, les périodes troublées ont engendré, en France et dans d’autres pays, des monnaies de remplacement. En août 1914, les acteurs ont en mémoire la guerre franco-prussienne. La loi du 12 août 1870 avait installé le cours légal et forcé des billets de la Banque de France. Contre la thésaurisation des monnaies d’or et d’argent et le manque de monnaie divisionnaire, l’improvisation à l’échelle locale avait prévalu. Les bons de monnaie émis par les municipalités, des banques régionales ou des chambres de commerce avaient permis aux caisses publiques de payer des pensions et allocations diverses, et à la population de pourvoir à ses transactions journalières. Dans son étude numismatique de référence, Raymond Habrekorn a retrouvé des traces d’émissions dans 48 départements, inventorié 180 émetteurs industriels, 140 municipalités, banques ou chambres de commerce émettrices de près de 1 000 types de coupures17. Dans le département du Nord, par exemple, le préfet républicain, le docteur Achille Testelin (1814-1891), fut nommé le 6 septembre 1870. Il prenait en charge la défense nationale des départements du Nord, de l’Aisne, du Pas-de-Calais et de la Somme. Par un arrêté préfectoral du 15 septembre, Testelin autorisa les industriels du Nord-Pas-de-Calais à mettre en circulation des bons pour payer leurs ouvriers. Les quatre départements industriels furent ainsi à l’origine de la moitié des émissions industrielles et de plus du quart des autres, semi-officielles, recensées pour ce conflit. Le souvenir de ce précédent est vivace, puisque les édiles de Lille font revivre la Banque d’émission de Lille le 8 août 1914. Se souvenant pareillement de ce précédent, dès le 2 août, la ville de Nancy lance sa propre émission de bons.

  • 18 Il faut rappeler que l’émission de monnaie divisionnaire d’argent entrait dans le régime de l’Union (...)

10En ces premiers jours de guerre et pendant toute sa durée, face à la crise de la monnaie divisionnaire des pièces d’argent de 2 francs, 1 franc, 0,50 francs, l’État ne va pas lui-même imprimer des billets ou des bons, et n’engage pas non plus la Banque de France à le faire18 ; il ne souhaite pas davantage que la crise soit notoire aux yeux des opinions publiques nationale et étrangères. Le ministère des Finances, fort du précédent de 1870-1871, laisse les crises locales être réglées par les organismes au statut particulier que sont les chambres de commerce. Ce sont des établissements publics aux missions définies par la loi du 9 avril 1898, placés sous la responsabilité du ministère du Commerce. Ces organismes, à la fois indépendants, respectés et au cœur de l’activité économique locale, dépendent donc de l’État et sont de fait plus faciles à surveiller. Secondaires lors du conflit franco-prussien, leur rôle dans l’émission des monnaies de confiance est déterminant pendant la Grande Guerre.

C. Le cadre légal de l’émission des monnaies de nécessité pendant et après la guerre

  • 19 Journal officiel, 15 août 1914.
  • 20 Imprimés, les billets de cette première émission de la chambre de commerce de Paris sont détruits d (...)

11Les émissions de nécessité des chambres de commerce sont davantage tolérées que véritablement encadrées par la loi. De fait, la seule loi qui les mentionne est celle organisant leur retrait en 1926. Interrogé par la chambre de commerce de Paris, alors que des compagnies en province ont déjà lancé des émissions, le ministre des Finances Jean-Baptiste Noulens répond, le 14 août, par une lettre insérée au Journal officiel19. Ce simple courrier fixe la jurisprudence et le cadre juridique des billets de nécessité. Le titulaire des Finances, en accord avec celui du Commerce, déclare avoir pris connaissance avec un « vif intérêt » de l’initiative engagée par la chambre de commerce de Paris d’émettre des bons au porteur pour un montant total de 10 millions de francs20. Mais, s’empresse-t-il d’ajouter :

« conformément à la doctrine suivie en cette matière, […] l’émission des bons par les municipalités, chambres de commerce ou syndicats ne comporte pas en principe l’autorisation officielle ; ainsi que l’écrivait l’un de mes prédécesseurs en novembre 1871, si cette mesure tout exceptionnelle trouve sa justification dans les circonstances, son application reste sous la responsabilité des corps ou associations qui en prennent l’initiative. »

12Noulens cite exactement, en cette occasion, Pouyer-Quertier, écrivant le 15 novembre 1871, en réponse à la demande de la chambre de commerce de Lyon :

« L’émission des bons par les municipalités, chambres de commerce ou syndicats, ne comporte pas en principe, l’autorisation officielle. En fait la mesure, toute d’expériences, trouve ici justification dans les circonstances actuelles. La nécessité fait loi, mais son application reste sous la responsabilité des corps ou associations qui en prennent l’initiative. La seule adhésion que l’administration puisse donner, est d’autoriser les caisses publiques à recevoir les nouveaux bons, lorsqu’elle trouve que leur émission est convenablement gagée, bien garantie et maintenue dans la limite des besoins réels de la circulation. La Chambre de Commerce de Lyon peut compter sur cette adhésion dans les conditions que j’indique. »

13En août 1914, le ministre des Finances ajoute que l’initiative de Paris « ne peut qu’être approuvée par le Gouvernement ».

14De facto, la publication au Journal officiel de la réponse du ministre, communiquée en province le cas échéant par les préfets aux compagnies, confère une existence officielle à ces billets de nécessité. Sur un plan strictement financier, les émissions ne correspondent pas à une véritable création monétaire. Les bons de monnaie sont en fait des bons au porteur représentant un fractionnement de valeurs légales : billets de la Banque de France, bons du ministère des Finances ou plutôt de la Défense nationale déposés officiellement auprès de la Banque de France et de ses succursales dans les régions. La Banque de France estime que son privilège d’émission n’est pas entamé. Le cas échéant, c’est même sa succursale locale qui suggère elle-même l’émission à la chambre consulaire. Ainsi, le 7 août 1914, le directeur de la succursale de Marseille écrit au président de la compagnie :

  • 21 Cité par G. Corvol, L’Émission…, op. cit., p. 125.

« J’ai l’honneur de vous informer que, par suite d’instructions que je viens de recevoir, il ne me sera plus possible de vous alimenter en monnaie divisionnaire, cette dernière étant exclusivement réservée aux besoins de la guerre21. »

  • 22 Montant correspondant, aux termes de la loi du 14 juillet 1866, au pouvoir libératoire de la monnai (...)

15Les billets de nécessité, encore appelés bons de monnaie, n’ont ni cours forcé ni cours légal. Ils doivent être remboursés en billets de banque. On ne pouvait forcer ni le public ni les commerçants à les recevoir et ils n’avaient plus de pouvoir libératoire au delà de 50 francs22. Théoriquement, ces bons ne pouvaient pas circuler hors de la circonscription de la chambre émettrice. Concrètement, cela n’a pas empêché les particuliers de s’en servir très largement et de leur faire confiance. Cette dernière était renforcée par l’instruction donnée le 28 août par le directeur du Mouvement général des fonds à ses agents, afin qu’ils ne refusent pas la monnaie créée par les chambres.

  • 23 Les cas ont existé à Béziers, Perpignan, Libourne, Amiens et Épinal, si on suit Guy Corvol, L’Émiss (...)
  • 24 Yvonig Gicquel, La Chambre de commerce et deux siècles d’économie du Morbihan (1807-2007), Spézet, (...)

16En pratique, une chambre délibérait d’une émission, envoyait copie au ministre du Commerce en lui faisant savoir les motifs de l’émission. Celui-ci transmettait à son collègue des Finances, et plus spécialement au Mouvement général des fonds. Ce dernier s’enquérait auprès du trésorier-payeur général du département de l’état de la circulation monétaire. Enfin, le ministre du Commerce répondait à la compagnie consulaire. Les chambres, dès lors, avaient la liberté de faire fabriquer des coupures et se mettaient en rapport avec le graveur et l’imprimeur de leur choix. Les considérations artistiques entraient en ligne de compte pour le graphisme à adopter. Le soin accordé à l’iconographie exprimait un « localisme marchand » qui fait aujourd’hui la joie des collectionneurs. Soucieuses d’éviter les contrefaçons, les chambres considéraient la qualité du papier23. Certaines d’entre elles employèrent même du papier filigrané qui leur était fourni par l’intermédiaire de la Banque de France. Les coupures imprimées étaient enfin remises au trésorier et, par les soins de celui-ci, à la Banque de France, qui se chargeait de les répandre dans le public. Après la vague de 1914, chaque année fut marquée par de nouvelles émissions. La Monnaie de Paris, en dépit d’une production plus importante, n’arrivait pas à faire face aux besoins de la circulation des pièces. Il fallait de plus remplacer les bons maculés ou trop usagés et faire face localement aux besoins d’une activité commerciale plus soutenue. Toutes les chambres de commerce ne se sont pas lancées dans l’émission aisément. Celle de Lorient et du Morbihan, pourtant pressée par l’alliance locale du commerce, refuse d’abord la prise en charge de bons de monnaie et préfère demander à la Banque de France de mettre en circulation la monnaie légale nécessaire. Finalement c’est contrainte qu’elle se lance dans une émission pour 500 000 francs24. L’inquiétude qu’expriment les compagnies réticentes est celle de revenir à une fragmentation monétaire du pays et de supporter des risques trop importants. Pour répondre à une partie de ces craintes et ne pas entraver le commerce, les billets émis localement pouvaient être échangés à un guichet spécial dans les succursales de la Banque de France.

D. La question de la répartition des pertes et profits des émissions entre les chambres et l’État, bilan des émissions

17La responsabilité entière des chambres suscitait donc des réserves. De plus, les frais occasionnés par l’émission, puis son suivi étaient loin d’être négligeables. La contre-valeur des billets de nécessité représentant la monnaie divisionnaire manquante ne correspondait pas à proprement parler à une création monétaire. Ces billets étaient gagés par la remise de véritables billets de banque sur un compte spécial ouvert par chaque compagnie émettrice. Solution simple représentant cependant un inconvénient majeur, puisque les sommes retirées de la circulation ne portaient aucun intérêt pour les membres des chambres qui avaient déposé les grosses coupures et devaient supporter les coûts d’émission. Dès l’origine, dans certaines succursales de la Banque de France, la contre-valeur acceptée pour l’émission consistait à la fois en billets et en bons de la Défense nationale (BDN). La combinaison, qui se généralise vite, présente le grand avantage de procurer un bénéfice aux chambres de commerce sans préjudice pour les porteurs. Si la solution est approuvée par le ministre du Commerce dans sa circulaire du 30 août 1915, la Banque de France n’est en revanche pas favorable à la combinaison, fort intéressante pour les compagnies. Elle déroge en effet à la règle de la complète liquidité et convertibilité de billets de nécessité, dont la contre-valeur, les bons de la Défense nationale, ne sont pas mobilisables à tout instant.

18Se posait aussi la question de la destination du produit d’un intérêt de 5 % attaché à ces derniers. À qui appartenait-il ? Comment devait-il être partagé ? Le ministre du Commerce informa les chambres émettrices qu’à compter du 9 décembre 1916, elles devraient verser les sommes non plus à la Banque de France mais au ministère des Finances. Le gage des porteurs de coupures n’était plus, dès ce moment, représenté par des billets de banque ou des bons de la Défense nationale, mais par une créance des chambres sur les comptables du ministère des Finances. Aux termes de la circulaire, les chambres devaient déposer dans les caisses publiques le montant des billets représentant leurs émissions. Il leur serait versé un intérêt de 2 % pour les couvrir de leurs frais. Les compagnies étaient autorisées à conserver une somme égale aux dépenses occasionnées par l’opération et ne confiaient au ministère des Finances que le surplus. Dans l’exemple fourni, une émission de coupures valant 500 000 francs et coûtant 20 000 francs donnerait lieu à un versement en compte courant de 480 000 francs seulement, les intérêts servant à en assurer l’entretien. En pratique, les chambres se faisaient ouvrir un compte courant chez le trésorier-payeur général de leur département, et la Banque de France virait à ce compte les sommes qu’elle avait obtenues en mettant les coupures en circulation. Le dispositif permettait aux trésoriers de tenir une comptabilité exacte des émissions des chambres, des intérêts et des fonds. Ainsi, les émissions de billets de nécessité figuraient désormais dans les écritures du ministère des Finances. C’était pour l’État un moyen de contrôle, et surtout de se procurer des sommes non négligeables en payant un intérêt moindre que celui qu’il versait aux porteurs de bons de la Défense nationale.

19Les chambres protestèrent vivement. La différence de trois points de pourcentage entre les intérêts portés par les BDN et par les bons du ministère des Finances était sensible. Les compagnies estimaient que les frais occasionnés par les émissions étaient grands et les risques élevés. Elles menaçaient de cesser les émissions et d’exiger publiquement de l’État qu’il exerce les fonctions monétaires de son ressort. Leur crainte était que l’État ne se réserve à terme les profits et ne leur laisse que les risques. Par une circulaire du 30 juillet 1917, le ministre du Commerce s’engagea à maintenir le principe d’attribution des bénéfices aux chambres qui continuèrent ainsi leurs émissions. Le versement des intérêts ne s’arrêta qu’en 1924.

  • 25 Archives du Sénat, commission des finances du Sénat, séance du 23 décembre 1925. Pour la période de (...)

20La question de l’affectation des bénéfices se reposa au moment de la discussion du retrait des billets de nécessité. Le court délai de trois mois provoquant la prescription libératoire acquise au profit des chambres de commerce, prévu à l’article 2 du texte de retrait, suscitait l’embarras des parlementaires25. Outre ce qui était prévu par les circulaires, un certain nombre de billets n’étaient pas présentés au remboursement : perdus, détruits accidentellement, oubliés, déjà entrés dans les collections. Environ 8 % des émissions n’auraient pas été remboursés, soit un bénéfice évalué aux alentours de 40 millions de francs. Après débat public, la circulaire du 29 mars 1926 posa le principe suivant :

« de même que toutes les sommes dont disposent les chambres de commerce, les fonds provenant de l’attribution de bonis ne peuvent être dépensés qu’après que le ministre du Commerce en aura autorisé l’emploi. Cet emploi sera conforme aux règles suivant lesquelles les sommes qui sont à la disposition des chambres de commerce doivent être affectées à des œuvres d’intérêt général se rapportant au commerce et à l’industrie ».

  • 26 Clotilde Druelle-Korn, Pascal Plas, 150 ans d’avenir, l’histoire de la chambre de commerce de Limog (...)

21À savoir : travaux d’amélioration des voies navigables et des ports maritimes, captation des forces hydrauliques, subventions accordées à divers services publics d’intérêt général, œuvres d’enseignement technique, établissement de magasins généraux ou d’entrepôts, acquisition et aménagement d’immeubles nécessaires à l’installation des services des chambres de commerce. En juin 1926, les compagnies consulaires versèrent, au titre de la contribution volontaire, 2 millions de francs et affectèrent le reste. Le ministère du Commerce exerça un contrôle strict, approuvant les comptes et donnant quitus. Pour sa part, la chambre de commerce de Limoges incinéra 92 % des billets de nécessité qu’elle avait émis. Le solde créditeur était affecté au fonctionnement des cours d’apprentissage et au personnel de la Banque de France26.

  • 27 Montants mentionnés par Guy Corvol corroborés par les données parlementaires et les papiers de la s (...)

22Au total, entre août 1914 et le 15 mai 1924, date de la dernière émission, 124 chambres de commerce sur un peu plus de 150 ont émis des billets de nécessité pour une valeur totale de 668 millions de francs. La loi du 12 janvier 1926 mit fin à la circulation, et l’arrêté du 28 janvier 1926 fixa leur démonétisation à l’expiration d’un délai de trois mois. Si l’on tient compte des départements recouvrés d’Alsace, de Lorraine et des colonies, l’émission totale a atteint 948,8 millions de francs27.

E. 1919-1928 : poursuite des émissions de nécessité, les jetons-monnaies des chambres de commerce et fin de la monnaie métallique divisionnaire

23L’armistice ne met pas fin aux émissions de nécessité. En définitive, c’est seulement avec la restauration monétaire et financière du pays, en 1928, que disparaissent les bons, puis les jetons émis par les compagnies consulaires. À partir de 1920, la substitution des jetons aux billets entre dans un processus de substitution d’une monnaie de nécessité nationale aux monnaies locales, puis correspond à une période de transition vers une monnaie divisionnaire fiduciaire, c’est-à-dire d’abandon de la monnaie d’argent qui prévalait jusqu’alors. La loi de stabilisation du 25 juin 1928 prévoit la frappe de jetons de bronze d’aluminium émis par l’État en remplacement des jetons des chambres de commerce. Le retour à la convertibilité métallique, avec l’adoption de l’étalon-or, s’accompagna d’une convertibilité limitée au lingot d’or et, comme on le sait, sanctionna une dévaluation enfin acceptée de 79,69 % du franc germinal. Pendant les dix années séparant la fin de la Grande Guerre de la loi de stabilisation, les monnaies de nécessité émises par les chambres de commerce ou sous leur couvert allaient permettre d’accompagner les crises de la monnaie divisionnaire d’argent et plus généralement celle du franc.

  • 28 R. Habrekron, Monnaies…, op. cit., et Au Secours…, op. cit.

24Tout d’abord, entre l’automne 1918 et 1924, année de la dernière émission à titre exceptionnel, de nouveaux types de bons sont imprimés. Dans les territoires libérés, le nouveau groupement régional consulaire installé par Étienne Clémentel formant la région économique du Nord-Pas-de-Calais lance une première émission. D’autres régions ou sous-régions consulaires suivent dans le centre du pays. Les risques sont mutualisés et les billets circulent sur de plus vastes territoires, cependant les chambres rechignent de plus en plus à se lancer dans de nouvelles émissions. Dans le cas des départements recouvrés de l’Est, le ministre des Finances demanda à la chambre de commerce de Belfort, toujours sous sa propre garantie, d’émettre des billets qui, dans les trois départements, étaient surchargés de la mention « circulation légale dans toute l’Alsace Lorraine28 ».

  • 29 Le franc français, avant la guerre et pendant les premiers mois des hostilités, faisait légèrement (...)
  • 30 CAEF série K 4-58 : conférence monétaire du 16 octobre 1919. La conférence monétaire se réunit sous (...)
  • 31 Idem, K 4-58 : conférence monétaire du 16 octobre 1919.

25Venons-en à la question des jetons. La Grande Guerre, comme nous l’avons vu, a favorisé la thésaurisation des monnaies métalliques et engendré de nouvelles spéculations auxquelles le bimétallisme était confronté depuis les années 1870. Le système de l’Union latine était très altéré et l’on s’acheminait vers le monométallisme or29. Si, en 1914, les pièces divisionnaires d’argent valaient environ le quart de leur valeur faciale, tel n’était plus le cas au sortir de la guerre. Le 16 octobre 1919, la conférence monétaire se réunit dans le plus grand secret à la demande du ministre des Finances pour évoquer la question. Avec une valeur de 1,40 franc pour une valeur faciale de 1 franc, il était à craindre que la rare monnaie métallique ne disparaisse totalement, thésaurisée ou fondue en lingots, ces derniers sortis du pays et revendus à grand profit. Pendant la guerre, la Monnaie avait frappé pour 500 millions de pièces neuves, en majeure partie disparues du fait d’une thésaurisation marquée dans les régions où ne circulait que le papier, c’est-à-dire au sud de la Loire30. La commission décida de demander à la presse de faire silence sur la hausse de l’argent métal et envisagea les mesures pénales à prendre pour limiter la fonte des pièces émises dans ce métal31. La frappe d’argent était décidément compromise, celle de la Semeuse d’argent cessa en France en 1920. L’Union monétaire latine, bien malmenée depuis la guerre, fut officiellement dissoute en janvier 1927. En France, la loi du 7 août 1926 sanctionna l’abandon de l’argent et permit le rachat des monnaies d’or et d’argent à un prix supérieur à leur valeur légale. La mesure rentrait dans le cadre du plan de rétablissement financier et permit à la Banque de France d’augmenter ses réserves métalliques. Jusqu’à la fin officielle de l’Union latine, il a donc fallu trouver des expédients au déficit de monnaie divisionnaire en se passant d’argent métal.

  • 32 CAEF série K 4-55 : procès-verbal de la commission monétaire du 20 juillet 1918 examinant la propos (...)

26Dès 1918, au fait de la hausse de ce métal, les chambres de commerce s’étaient inquiétées des conséquences sur la circulation monétaire, anticipant de nouvelles pénuries et posant la question du devenir des émissions de nécessité qui devaient, selon elles, cesser au plus vite. En janvier, les édiles de Narbonne proposèrent de demander à l’État d’émettre de la monnaie divisionnaire avec un titre de 50 % inférieur à celui pratiqué. L’affaire, reprise par la presse, fut longuement évoquée lors de la commission monétaire du 20 juillet 191832. La solution débattue sur la place publique n’était pas vue favorablement par les membres de la commission.

  • 33 CAEF série K 4-59 : commission monétaire du 20 octobre 1920. La loi de finances du 29 avril 1921 pr (...)

27La crise de la monnaie métallique qui, jusque-là, ménageait Paris et sa région s’étendit à tout le pays. Le 19 mars 1920, la chambre de commerce de Paris, après avis positif du ministère du Commerce, obtint l’autorisation d’émettre par tranches pour 200 millions de francs de billets de nécessité à son nom, avec autorisation officielle de circulation dans toute la France. Il s’agissait encore de pallier la raréfaction des pièces et d’engager l’échange, puis le retrait des bons de monnaie locale. La presse – très certainement incitée par certains acteurs dans cette affaire – évoqua de plus en plus l’idée d’une émission nationale de jetons. La commission monétaire du 20 octobre 1920 considéra longuement la question. Émis par l’État, les jetons auraient nécessité une encaisse d’argent. Le moment paraissait mal venu pour y procéder. L’idée d’avoir recours à l’émission de petites coupures par la Banque de France était à peine rappelée, le conseil de régence n’ayant jamais admis l’émission par la Banque de « petits billets » correspondant aux monnaies divisionnaires33. Une solution déjà éprouvée et plus économique pour les finances de l’État consistait à passer par l’intermédiaire des chambres de commerce. Le 2 juillet 1920, le ministre du Commerce demanda aux chambres si elles étaient disposées à remplacer les billets de nécessité émis dans le pays par des jetons. Le président de la chambre de commerce de Paris, Pascalis, fit part à la commission monétaire, dont il était membre, d’un certain nombre de conditions pour que l’émission nationale de jetons officiellement diffusés par les chambres de commerce de France puisse avoir lieu. Les assemblées consulaires consultées donnèrent une réponse favorable le 8 novembre 1920. Elles ne prendraient part ni aux risques ni aux avantages de l’opération proposée, et serviraient de « façade » à l’État.

  • 34 CAEF série K 5 70-71-72 : dossiers de recueil d’articles sur les monnaies de guerre.
  • 35 Cas des villes de Bône et Bougie en 1915, Alger 1916, Marseille 1916-1918. CAEF série K 5 67-68-69.
  • 36 CAEF série K 5 70-71-72 : lettre des Grands Cafés de Toulouse du 19 avril 1916, lettre de la mairie (...)
  • 37 Ce succédané a été utilisé aux États-Unis pendant la guerre de Sécession. Il s’agissait des Encased (...)

28Un bref rappel est ici nécessaire quant aux émissions de jetons. Parallèlement aux billets, il a existé une petite monnaie de nécessité. Le manque de sous a été sensible en 1916, puis de nouveau entre 1920 et 1923. La presse, là encore, se faisait l’écho de la crise du billon34. Aux phénomènes précédemment évoqués, 40 millions de pièces en nickel de 25 centimes Patey avaient été retirées au début de la guerre du fait du métal stratégique dont elles étaient composées. En 1917, la Monnaie de Paris avait commencé à frapper les pièces trouées en cupro-nickel de 25 centimes, 10 centimes et 5 centimes, cependant ces émissions restaient insuffisantes. Pour pallier ce manque, des chambres de commerce avaient émis des jetons métalliques, souvent en laiton35. Ces jetons de 25 centimes et en deçà n’avaient fait l’objet d’aucune autorisation, même officieuse. Ils étaient destinés à une circulation très restreinte. On rejoint ici d’autres pratiques locales de commerçants ou de services locaux confrontés au manque de petite monnaie. Très tôt, les détaillants incapables de rendre des sous à leurs clients éditèrent des cartons ou jetons. Les Grands Cafés de Toulouse émirent des jetons dont ils transmirent des exemplaires à l’Administration. En cas de gêne plus générale, des associations de commerçants ou des municipalités firent imprimer des tickets-monnaies. Ces derniers étaient valables chez les adhérents du groupement formé dans la ville. À Toulouse, la mairie proposait des tickets municipaux de 0,05 et 0,10 franc sans avertir aucune autorité, prenant au pied de la lettre la réponse du ministre des Finances du 15 août 1914. À Auch, un comité d’action commerciale édita des jetons livrés contre dépôt, entre les mains du receveur municipal, de pareilles valeurs en billets de banque36. Autres avatars, les timbres-poste, devenus monnaie auxiliaire, voire les tickets de métro à Paris. Un brevet FYP fut même déposé en mars 1920 : le « Fallait-Y-Penser » était un timbre inséré dans un disque d’aluminium pouvant devenir le support d’une publicité37.

  • 38 CAEF série K 5-72 : recherches de types Mercure réalisées pour les nouveaux jetons de bronze d’alum (...)

29Il existait donc des précédents monétaires sous la forme de jetons. À la fin de la guerre, le ministre des Finances Klotz avait chargé la Monnaie de Paris d’étudier un alliage de métaux inaltérable, résistant, pour remplacer l’argent dans la monnaie métallique. À terme, la Semeuse devait être frappée dans un alliage de bronze et d’aluminium. À la réflexion, ce n’était pas l’État qui décidait de se charger, dans un premier moment, de cette tâche. Comme nous l’avons dit, une telle frappe aurait violé les conventions de l’Union latine, même moribonde. D’après ses termes, l’État adhérent ne pouvait émettre que les monnaies divisionnaires stipulées dans les accords internationaux. Sous la double contrainte d’un manque criant de monnaie divisionnaire et de la hausse très sensible de l’argent métal, l’idée avait alors cheminé de s’adresser aux chambres de commerce, dans un premier temps peu enthousiastes à l’idée de servir de prête-nom à l’État. Les jetons-monnaies dont les ateliers de la Monnaie commençèrent la frappe étaient destinés à remplacer les billets de nécessité. Ils étaient libellés au nom des « chambres de commerce de France » et portaient la mention « Bon Pour [valeur] », bien que considérés comme monnaie légale de l’État. Le motif choisi pour orner l’avers représentait un Mercure assis avec la légende circulaire « Commerce-Industrie38 ». La frappe des pièces commença fin 1920 avec des jetons de 1 franc et de 2 francs puis de 50 centimes. La mise en circulation par les caisses publiques débuta à Paris et se poursuivit en province. Les succursales de la Banque de France des villes où une chambre de commerce avait créé des bons de monnaie recevaient les stocks de jetons définis par le Mouvement général des fonds d’après les chiffres des montants des bons émis, non compris les émissions de remplacement. Au total, 964 millions de pièces valant 924 millions de francs furent produites. Ces pièces-jetons furent très appréciées. Les « jaunets », qui doivent leur nom au fait qu’ils étaient frappés dans un alliage de cuivre et d’aluminium, se substituèrent peu à peu aux billets de nécessité. Autre argument en faveur des jetons, ils étaient considérés comme plus hygiéniques, ce qui, en ces temps de grippe dite « espagnole » et de diphtérie, était appréciable.

II. Le recours à la compensation par la création attendue des chèques postaux

  • 39 J. Bouchacourt, « Aspects économiques et financiers des chèques postaux… », thèse citée. Nous empru (...)

30En matière de chèques postaux, la France présente une situation singulière. Première nation à conférer, dès 1817, aux services de La Poste une certaine activité financière en créant le mandat-poste, elle est une des dernières nations d’Europe occidentale à autoriser les chèques postaux. L’Autriche en 1883, la Hongrie en 1889, l’Allemagne en 1900 ont organisé des services de chèques postaux, suivis du Luxembourg, de la Belgique, de la Hollande. L’embarras monétaire, l’insuffisance à faire grossir les stocks d’or et d’argent au rythme des développements économiques favorisaient la mise en place de services de virements et de chèques postaux évitant l’emploi de signes monétaires. Caisses d’épargne et bureaux de poste se complétaient. Ces derniers, facilement accessibles dans les villes et les campagnes, favorisaient le commerce et les échanges tout en limitant les besoins en billets et numéraires. Sans trancher, Jacques Bouchacourt avance dans sa thèse plusieurs raisons à ce retard39 : de moindres difficultés de circulation monétaire en France que chez ses voisins, des besoins couverts ? La puissance de banques de dépôts déjà bien implantées, à l’instar du Crédit Lyonnais, ou de banques locales inquiètes de la concurrence ? L’opposition d’économistes libéraux adversaires de tout empiétement de l’État hors de son domaine traditionnel propre, et qui estimaient que la tenue de comptes courants devait être laissée à l’initiative privée ?

A. Le vote de la loi du 7 janvier 1918

31En tout état de cause, la loi du 5 avril 1879 avait autorisé l’administration française des Postes à remplacer les mandats par l’ouverture de comptes courants au débit desquels figurerait un droit égal à celui perçu pour la délivrance d’un mandat-poste. L’administration des Postes n’utilisa pas cette latitude. En 1905, le député Guillaume Chastenet de Castains, spécialiste des assurances et des questions de circulation monétaire, rappelait, à l’occasion du dépôt de la première proposition de loi relative à la création d’un service de comptes courants postaux, les résultats très insuffisants obtenus par la loi du 14 juin 1865 sur l’usage des chèques bancaires. Les dispositions restrictives des opérations de virements et de compensation avaient engendré un essor restreint comparé à ceux obtenus en Angleterre. Selon le député, l’accroissement substantiel du volume des transactions scripturales pouvait être obtenu en France par l’intermédiaire d’un service public des chèques postaux analogue à celui qui fonctionnait en Autriche. Le changement de législature s’accompagnait du dépôt d’un projet de loi suivi de missions à l’étranger et de rapports multiples. Le 14 décembre 1912, le comité consultatif des Postes et Télégraphes émettait enfin à l’unanimité un vœu tendant à la création d’un service des chèques postaux prévu par le projet de loi déposé par le gouvernement en 1909, à condition cependant que les fonds soient versés au ministère des Finances, sans intérêts octroyés aux déposants et en instituant des taxes fixes pour le versement et à la charge du débiteur. Les banques privées étaient de fait protégées.

  • 40 Louis Amiard, Rapport sur la proposition de loi concernant les Chèques postaux, Chambre des députés (...)
  • 41 Pierre Delaisi, Comptes de banques et comptes courants postaux, Paris, Recueil Sirey, 1933.

32À nouveau, dans le cas des chèques postaux, nécessité fit loi. Le ministre Clémentel se rapprocha en 1916 de la commission des Postes. Son vice-président, le député Louis Amiard40, rapporta à la Chambre le projet sur lequel la commission s’était accordée. Voté sans débat par la Chambre le 12 octobre 1916, plus difficilement au Sénat le 11 décembre 1917, le projet fut définitivement adopté le 7 janvier 1918. Il fut complété par un décret du même jour portant création d’un service de chèques et comptes courants postaux. L’organisation initiale fut inspirée du souci de ne pas faire jouer à l’administration des Postes le rôle d’une banque. Le service des comptes courants ne devait pas être un service de conservation de fonds. Son but déclaré était au contraire d’activer le mouvement des capitaux, ainsi que l’avait déclaré son rapporteur au Sénat. Dans un premier temps, le chèque postal était un chèque nominatif non endossable, et aucune sanction pénale n’était prévue en cas de défaut de provision41.

B. Juillet 1918-année 1919 : l’essor spectaculaire des comptes courants et des chèques postaux

  • 42 Rapport présenté par M. Clémentel, ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégrap (...)

33En dépit de ces restrictions, le rapport présenté par le ministre au président du Conseil sur la mise en service des comptes et chèques postaux pour l’exercice 1918 soulignait déjà le succès de l’entreprise42. Il fallut moins de six mois pour aménager les locaux, se procurer les machines, recruter et former les personnels. Au 1er juillet 1918, le service décentralisé fonctionnait dans toute la France à partir de six centres : Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille, Clermont-Ferrand, Nantes, auxquels s’ajoutèrent, dès le 1er décembre, Dijon, Nancy, Rouen, Toulouse, l’ouverture du centre de Lille étant annoncée. Dans ces premiers mois, plus de 3 000 demandes de comptes furent enregistrées. À la fin de 1918, 9 012 comptes étaient recensés. L’article 3 de la loi du 7 janvier 1918 donnait une nomenclature très large de personnes pouvant se faire ouvrir un compte : « toute personne, association, société, maison de commerce et tout groupement de fait ou de droit dont la demande a été agréée par l’Administration ». Ces résultats dépassaient de beaucoup les prévisions de l’Administration, qui comptait sur 6 000 comptes. En revanche, poursuivit le ministre, le nombre des transactions était inférieur aux attentes mais pas le montant, jugé considérable, des opérations.

  • 43 Sous-Secrétariat des Postes et des télégraphes, Chèques postaux, Rapport sur le service des comptes (...)

34Le décret du 6 décembre 1918, prévoyant l’ouverture de comptes courants aux comptables publics et régisseurs comptables des départements, des communes ou des établissements publics en vue du paiement des dépenses de l’État, accrut sensiblement le nombre et le volume des transactions. Le rapport sur le service des comptes courants et chèques postaux pour 1919 est éloquent : de 9 012 au 1er janvier 1919, le nombre de comptes atteignait 41 803 au 31 décembre 191943.

Tableau 1 – Opérations enregistrées par le service des chèques postaux années 1918 et 1919

Année 1918

Année 1919

Nombre

Montant en francs

Nombre

Montant en francs

Opérations de crédit

505 473

962 283 346,24

3 080 451

7 878 026 785,38

Opérations de débit

157 245

774 639 250,08

779 895

7 771 441 733,00

Totaux

662 718

1 736 922 596,92

3 880 346

15 649 468 518,38

Source : Rapport sur le service des comptes courants et chèques postaux, années 1918-1919, Paris, Imprimerie nationale.

  • 44 Rapport du ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes, à M. Le Président du Co (...)

35Le ministre se réjouit de l’importance des sommes laissées sans intérêt à la disposition du ministère des Finances et du chiffre élevé qu’atteignaient les opérations effectuées par les titulaires de comptes. Le tout témoignait de la confiance que la nouvelle institution inspirait au public. Clémentel proposait qu’à l’avenir, les versements opérés par des tiers au profit de titulaires de comptes de chèques bénéficient d’un tarif moins élevé que celui des mandats-poste alors en vigueur. La réduction de cette taxe affaiblirait certes les recettes budgétaires, par contre elle accroîtrait indirectement les ressources du ministère des Finances. L’augmentation du nombre de comptes laisserait en effet dans les caisses de l’État des soldes créditeurs plus considérables en attente d’emploi. Le ministre faisait la comparaison entre les 5 % que l’État aurait dû payer si les sommes avaient été placées, soit un montant de 1 800 000 francs, et le revenu plus modeste issu du tarif des mandats44.

36Le potentiel d’usages était immédiatement perçu par le ministre et ses services. Les retraits et dépôts des fonds étaient aisés, puisque le titulaire d’un compte avait la faculté de faire ses versements dans tous les bureaux de poste et qu’il obtenait rapidement, et à faible coût, dans une localité quelconque le paiement d’un chèque tiré sur lui-même. L’essor attendu encouragea l’Administration à faire évoluer les règles dès la fin de 1918 : suppression du maximum de 100 000 francs, création des retraits par télégraphe et des chèques au porteur, réduction à 5 francs du dépôt de garantie fixé à 50 francs par la loi de 1918, création des comptes particuliers (1920), des mandats-lettres de crédit, des cartes de remboursement, des virements internationaux (1922), etc.

  • 45 Rapport sur le service des comptes courants et chèques postaux années 1918-1919, op. cit. p. 60.

37Dans la conclusion du rapport de 1919, l’Administration se félicitait de ce que « grâce au nouveau service, le public s’habitue de plus en plus au règlement des créances sans manipulation de fonds et les personnes, qui jusqu’à ce jour, n’avaient pas la pratique des opérations de banques, ont une tendance très marquée à utiliser le chèque postal45 ». Le rapport pour l’année 1920 mentionne que l’usage du chèque postal pour le paiement de l’impôt sur le chiffre d’affaires, les virements entre comptables publics, la souscription à la deuxième émission des obligations du Crédit national par virement depuis un compte courant postal ont démultiplié les mouvements et engagé la population à ouvrir des comptes. Au dernier jour de l’année 1920, on dénombrait 73 559 titulaires. Désormais, le service des chèques postaux était bien installé dans la société française. La barrière élevée par le législateur entre les chèques postaux et les chèques bancaires disparaîtra au cours des années qui suivront.

Conclusion

38Le ministère du Commerce, par l’intermédiaire des chambres de commerce françaises placées sous son autorité et l’administration des Postes, des Télégraphes et des Téléphones, dépendante de son portefeuille, est venu au secours de la circulation monétaire nationale pendant la Grande Guerre, puis lors de la longue sortie de guerre, marquée par des dérèglements nombreux de la sphère monétaire.

39Les monnaies de nécessité ont soulagé le ministère des Finances et la banque d’émission des embarras de la thésaurisation. Elles ne l’ont pas causée, au plus elles l’ont accentuée très ponctuellement, en application de la loi de Gresham. Plutôt vertueuses, elles n’ont pas participé à l’augmentation de la circulation fiduciaire, à l’exception des quelques mois où il était permis aux bons de monnaie d’être émis avec comme contrepartie des bons de la Défense nationale. Le risque d’inflation lié à leur recours était bien léger et n’avait pas grand-chose à voir avec les milliards de francs que demandait l’État à la Banque de France. Sur un plan économique et social, ces monnaies de confiance ont allégé les difficultés quotidiennes des commerçants, artisans, paysans, ménagères et soldats, en favorisant les échanges. Ainsi que nous l’avons souligné, en tant qu’auxiliaires temporaires des autorités monétaires, les chambres de commerce ont encouragé le recours à la monnaie fiduciaire papier et métallique dans une période délicate de l’histoire monétaire du pays.

40Les chèques postaux créés en pleine guerre n’ont pas seulement donné au public des facilités nouvelles. Leur but visait explicitement à diminuer la circulation du numéraire en développant l’usage des règlements par compensation. Nous l’avons vu, ils répondent dès leur mise en service à cette attente. Sur un plan pratique, les chèques postaux ont permis de lutter contre la thésaurisation de signes monétaires par la mise à disposition du public, sur toute l’étendue du territoire, de moyens de règlements rapides et sûrs. Le chèque postal développé par le service public de la Poste incitait de nouvelles populations urbaines et rurales à s’approprier la monnaie scripturale. Il participa, dans la décennie qui suivit la guerre, à une croissance généralisée des échanges et de la production.

  • 46 Parmi d’autres titres, voir Nigel Dodd, The Social Life of Money, Princeton, Princeton University P (...)

41Guerres et crises économiques sont des temps privilégiés d’imagination de moyens de paiement et de nouvelles formes de monnaie. Ils incitent les acteurs d’une société à repenser l’évidence monétaire, à réfléchir aux rôles économique et social de la monnaie, comme le démontrent l’actuelle profusion des expériences de monnaies locales et la vigueur des réflexions sur la vie sociale de la monnaie46.

Notes

1 Guy Corvol, L’Émission des bons de monnaie par les chambres de commerce, Paris, Rousseau et Cie éditeurs, 1930, cité p. 49. L’ouvrage, issu d’une thèse de droit pour laquelle l’auteur a eu accès aux dossiers de la Banque de France, est une des seules études sur le sujet et offre de très utiles repères. La question des monnaies de nécessité peut partiellement être suivie au travers des débats et documents parlementaires de 1916 à 1926. Les dossiers de la série K « Systèmes monétaires et questions internationales (1747-1944) » conservés au Centre des archives économiques et financières (CAEF) à Savigny-Le-Temple permettent de suivre les discussions internes de la commission monétaire traitant du sujet. Les cotes K5 – 67, 68, 69 rassemblent les articles de presse relatifs à la crise récurrente de la monnaie métallique.

2 Pour une approche théorique, voir Irving Fisher, Stamp Scrip, New York, Adelphi, 1933. L’auteur s’appuie sur les exemples américains survenus au moment de la crise de 1929 aux États-Unis.

3 Louis Amiard (1872-1935), inscrit au groupe radical et radical-socialiste, vice-président de la commission des P.T.T. de 1914 à 1919.

4 Cité dans Jacques Bouchacourt, « Aspects économiques et financiers des chèques postaux », thèse, université de Paris, Faculté de droit, sous la présidence de Henri Laufenburger, 1950.

5 Sur ce point, voir Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économique de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1990.

6 Voir la communication à paraître de Jean-François Eck et Béatrice Touchelay, « La Banque de France face aux monnaies de nécessité émises en 1914-1918 : le cas du nord de la France occupé », colloque Banque de France, Paris, 13 et 14 novembre 2014.

7 À titre de comparaison, en 1914, le salaire journalier varie grosso modo de 3,50 francs pour un ouvrier agricole à 8,30 francs pour un ouvrier parisien.

8 Clotilde Druelle-Korn, Philippe Verheyde, « Maintenir la vie économique et financer la guerre, août-octobre 1914 », dans le catalogue scientifique de l’exposition, Août 14, Tous en guerre !, Paris, Archives nationales, 2014.

9 Le billet de 10 francs ne sera mis en service qu’en mai 1916. Voir Bertrand Blancheton, Le Pape et l’Empereur. La Banque de France, la direction du ministère des Finances et la politique monétaire de la France (1914-1928), Paris, Albin Michel, 2001.

10 Pour mémoire, le billon est une petite monnaie d’alliage qui ne représente pas la valeur pour laquelle elle est mise en circulation. Elle est composée à l’époque de bronze, nickel et cuivre. Ce sont les pièces de 25, 10, 5, 2 et 1 centimes.

11 Voir les témoignages rassemblés dans les dossiers CAEF série K 5-67, 68, 69, ainsi que ceux reproduits dans le numéro spécial de la Revue d’histoire consulaire, n° 28, 2005, consacré à l’expérience des monnaies de nécessité des chambres de commerce françaises de 1915 à 1926.

12 La chambre de commerce du Doubs signale que la monnaie divisionnaire est si rare qu’il est difficile de payer le salaire des ouvriers et les prêts aux soldats, dans La Chambre de commerce et d’industrie du Doubs, 1819-1969, Cent cinquante ans d’économie régionale, éditée par la CCI du Doubs, 1969, sans auteur, p. 105.

13 Sur le cas lyonnais, voir Audrey Soria, « Les Monnaies de nécessité à Lyon (1914-1922) », Revue européenne des sciences sociales, XLV-137, 2007. Il s’agit d’un des rares articles récents consacrés à l’histoire des monnaies de nécessité.

14 CAEF série K 5-70 : lettre circulaire de la Société industrielle de la Schappe, 17 août 1914. Dans ce cas, à la crise de la monnaie métallique s’ajoute, pour la SIS, l’effet du moratorium.

15 Sans compter, à partir de la fin de 1917, l’arrivée des soldats américains sur le sol français, CAEF série K 4-54 : procès-verbal de la commission monétaire du 28 mai 1918.

16 G. Corvol, L’Émission…, op. cit., p. 77, et CAEF série K 5 70 à 72 : réponses des préfets à l’enquête diligentée par le ministère des Finances et l’administration des Monnaies. Les préfets sont chargés de rapporter toutes les émissions de monnaies de nécessité réalisées dans leurs départements, tous émetteurs confondus.

17 Raymond Habrekorn, Monnaies de nécessité, Paris, Société française de numismatique, 1976, 196 p. Voir aussi, du même auteur, Au secours de la circulation monétaire, les chambres de commerce émettrices de « monnaies de nécessité », 1870-1914-1940, Paris, publication des CCI, 1988, 37 p. Ces deux publications très utiles abordent la question sur un plan plus numismatique qu’historique.

18 Il faut rappeler que l’émission de monnaie divisionnaire d’argent entrait dans le régime de l’Union latine. Signée le 23 décembre 1865, la convention lie la France, l’Italie, la Belgique, la Suisse et la Grèce : la pièce de 1 franc de 5 grammes est ramenée au titre de 835/1000. Voir CAEF, dans la série K, les nombreuses cotes relatives à l’Union monétaire latine.

19 Journal officiel, 15 août 1914.

20 Imprimés, les billets de cette première émission de la chambre de commerce de Paris sont détruits devant l’avancée des armées allemandes menaçant Paris. La chambre reprend l’initiative en 1920, voir infra.

21 Cité par G. Corvol, L’Émission…, op. cit., p. 125.

22 Montant correspondant, aux termes de la loi du 14 juillet 1866, au pouvoir libératoire de la monnaie divisionnaire d’argent.

23 Les cas ont existé à Béziers, Perpignan, Libourne, Amiens et Épinal, si on suit Guy Corvol, L’Émission…, op. cit., p. 185. Dans ce cas, la perte reposait entièrement sur la chambre émettrice. CAEF série K 4 54-55, voir les différentes commissions monétaires de 1918 évoquant les cas de fraude.

24 Yvonig Gicquel, La Chambre de commerce et deux siècles d’économie du Morbihan (1807-2007), Spézet, Éd. Coop Breizh, 2007.

25 Archives du Sénat, commission des finances du Sénat, séance du 23 décembre 1925. Pour la période de la Grande Guerre et les années qui suivent, les séances des commissions sont désormais accessibles en ligne sur le site du Sénat.

26 Clotilde Druelle-Korn, Pascal Plas, 150 ans d’avenir, l’histoire de la chambre de commerce de Limoges et de la Haute-Vienne (1858-2008), Clermont-Ferrand, Un, Deux… Quatre Éditions, 2009.

27 Montants mentionnés par Guy Corvol corroborés par les données parlementaires et les papiers de la série K du CAEF.

28 R. Habrekron, Monnaies…, op. cit., et Au Secours…, op. cit.

29 Le franc français, avant la guerre et pendant les premiers mois des hostilités, faisait légèrement prime sur le franc suisse ; il commença à se déprécier à partir de 1915. La France continua cependant à frapper des pièces divisionnaires (à cours international), espérant maintenir ainsi la confiance du public dans les billets de banque émis en grandes quantités. Par ailleurs, la Monnaie de Paris utilisa des lingots pour une partie importante de ces frappes, bien que cela fût interdit par la convention de 1908, la France s’engageant à refondre des écus pour un poids équivalent après l’armistice. Une partie de ces émissions n’entrait pas dans la circulation française, mais était exportée vers la Suisse, d’abord légalement, puis, après des mesures décrétées en juillet et août 1915, d’une manière clandestine, ce que confirment les rapports de la chambre de commerce du Doubs, dans La Chambre…, op. cit. Au cours du conflit, Belgique et Italie abandonnèrent de facto l’Union latine.

30 CAEF série K 4-58 : conférence monétaire du 16 octobre 1919. La conférence monétaire se réunit sous l’égide du ministre des Finances ; elle comprenait des représentants de la Cour des comptes, des parlementaires des commissions concernées, le gouverneur de la Banque de France, le président de la chambre de commerce de Paris, le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, le directeur du Mouvement général des fonds, un représentant de la chambre de compensation des banquiers de Paris, le directeur de l’administration des Monnaies et Médailles, divers représentants de ministères et une personnalité qualifiée, Edmond Théry, économiste et directeur du journal L’Économiste européen.

31 Idem, K 4-58 : conférence monétaire du 16 octobre 1919.

32 CAEF série K 4-55 : procès-verbal de la commission monétaire du 20 juillet 1918 examinant la proposition de la chambre de commerce de Narbonne. La discussion porte notamment sur la possibilité de démonétiser partiellement des séries d’argent anciennes, ce qui aurait pu avoir pour conséquence de faire réapparaître des écus de la part de détenteurs inquiets.

33 CAEF série K 4-59 : commission monétaire du 20 octobre 1920. La loi de finances du 29 avril 1921 prévoyait en outre des peines d’emprisonnement et d’amendes pour avoir procédé à la fusion, à la refonte et à la démonétisation dans un but industriel ou privé de monnaies nationales, de monnaies de l’Union latine ou de monnaies étrangères ayant cours en France.

34 CAEF série K 5 70-71-72 : dossiers de recueil d’articles sur les monnaies de guerre.

35 Cas des villes de Bône et Bougie en 1915, Alger 1916, Marseille 1916-1918. CAEF série K 5 67-68-69.

36 CAEF série K 5 70-71-72 : lettre des Grands Cafés de Toulouse du 19 avril 1916, lettre de la mairie de Toulouse du 18 octobre 1916, lettre de la ville d’Auch 11 octobre 1916.

37 Ce succédané a été utilisé aux États-Unis pendant la guerre de Sécession. Il s’agissait des Encased Postage Stamps, officiellement autorisés par le gouvernement fédéral en 1862 pour faire face au manque de monnaie divisionnaire.

38 CAEF série K 5-72 : recherches de types Mercure réalisées pour les nouveaux jetons de bronze d’aluminium.

39 J. Bouchacourt, « Aspects économiques et financiers des chèques postaux… », thèse citée. Nous empruntons l’historique à cet ouvrage.

40 Louis Amiard, Rapport sur la proposition de loi concernant les Chèques postaux, Chambre des députés, n° 2275, 1916.

41 Pierre Delaisi, Comptes de banques et comptes courants postaux, Paris, Recueil Sirey, 1933.

42 Rapport présenté par M. Clémentel, ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, à M. le Président du Conseil sur les mesures de réorganisation réalisées et préparées par le service des Postes, des Télégraphes et des Téléphones, exercice 1918, Paris, Imprimerie nationale, 1919.

43 Sous-Secrétariat des Postes et des télégraphes, Chèques postaux, Rapport sur le service des comptes courants et chèques postaux, années 1918-1919, Paris, Imprimerie nationale, 1921.

44 Rapport du ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes, à M. Le Président du Conseil, op. cit. p. 42 et suiv.

45 Rapport sur le service des comptes courants et chèques postaux années 1918-1919, op. cit. p. 60.

46 Parmi d’autres titres, voir Nigel Dodd, The Social Life of Money, Princeton, Princeton University Press, 2014.

Auteur

Clotilde Druelle-Korn est maître de conférences en histoire contemporaine économique et sociale à l’Université de Limoges, membre du CRIHAM 4270 et associé à l’IDHES Paris I. Ses travaux portent sur l’histoire des organisations économiques nationales et internationales et sur l’histoire du ministère français du Commerce et de l’Industrie dans la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres (cf. sa thèse soutenue en 2004 à l’IEP de Paris, Un laboratoire réformateur, le Département du commerce en France et aux États-Unis de la Grande Guerre aux années vingt, 596 p.). Elle achève une histoire du ravitaillement des territoires français occupés pendant la Grande Guerre. Elle a publié récemment « Entre concurrence et structuration du champ syndical patronal, genèse et affirmation de la Confédération Générale de la Production Française (1919-1925) », in D. Fraboulet, P. Vernus (dir.) Les Organisations patronales en Europe, vol 1, Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; « De la pensée à l’action économique, Étienne Clémentel (1864-1936), un ministre visionnaire », in Histoire@Politique. Politique, culture, société, 2012/1, n16 (http://www.histoire-politique.fr), et avec Philippe Verheyde, « Maintenir la vie économique et financer la guerre », in Août 14, Tous en Guerre !, Archives Nationales, 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search