Desktop versionMobile Version

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

De l’argent pour Armageddon. La mobilisation financière de l’Allemagne entre 1914 et 1918

Gerd Hardach

Volltext

Introduction

1La Première Guerre mondiale se joue sur plusieurs fronts. Il y a d’abord la guerre que mènent les soldats dans les tranchées, sur mer et dans les airs. Il y a ensuite un deuxième front, celui de l’arrière, où les ouvriers, les mineurs et les fermiers produisent en continu les biens destinés aux lignes de front. Enfin, il y a un troisième front, celui des fonctionnaires du gouvernement et de la banque centrale, qui procurent les financements nécessaires à l’achat des armes, munitions et autres produits de ravitaillement.

  • 1 Theo Balderston, « Industrial mobilization and war economies », dans John Horne (dir.), A companion (...)

2Les ressorts économiques de la mobilisation financière ont fondamentalement été les mêmes dans tous les pays belligérants. Seule une petite partie des dépenses destinées aux troupes, à l’armement, aux munitions et à d’autres usages liés à la guerre était financée par l’impôt. Pour la plus grande part, les fonds provenaient d’emprunts contractés par le gouvernement auprès de la banque centrale. Dans un second temps, des emprunts de guerre furent lancés pour financer la dette publique à court terme1.

  • 2 Theo Balderston, « War finance and inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History (...)
  • 3 Je tiens à remercier Carl-Ludwig Holtfrerich pour son aide et ses commentaires.

3La mobilisation financière de l’Allemagne au cours de la Grande Guerre a déjà été étudiée sous divers aspects, notamment en relation avec l’hyperinflation qui a sévi de 1918 à19232. Dans cette brève présentation, j’aborderai trois thèmes : la planification de la mobilisation financière avant la guerre, les aspects politiques et économiques de la mobilisation financière d’août 1914 à novembre 1918 et, plus rapidement, la démobilisation financière, c’est-à-dire la transition de la guerre à la paix3.

I. Août 1914

  • 4 Le représentant du chancelier, « Denkschrift über wirtschaftliche Massnahmen aus Anlass des Krieges (...)

4Au moment où les troupes allemandes envahissent la Belgique, le 4 août 1914, le Parlement du Reich (Reichstag) vote une série de lois qui organisent la mobilisation financière de l’Allemagne. La veille, des représentants du gouvernement et le Parlement s’étaient mis d’accord sur la procédure, permettant ainsi que soient votées à l’unanimité, dans un court laps de temps, plusieurs lois importantes modifiant la constitution financière de l’Empire et décidant de la suspension de l’étalon-or. Telle qu’elle était entendue à l’époque, la mobilisation financière désignait le recours à l’ensemble des instruments budgétaires et monétaires nécessaires au financement de la guerre4.

  • 5  Loi du 4 août 1914 modifiant le budget de l’Empire pour l’année 1914, RGBl, 1914, p. 345-346.
  • 6 Loi du 4 août 1914 portant modification de la loi bancaire, RGBl, 1914, p. 327 ; loi du 4 août 1914 (...)

5L’État est autorisé à contracter des emprunts à hauteur de 5 milliards de marks pour financer la guerre, ce plafond pouvant être relevé si nécessaire5. La banque centrale (Reichsbank) accorde des prêts à court terme pour financer les dépenses de guerre immédiates. Il est prévu que des emprunts à long terme (Kriegsanleihe) prennent ensuite le relais pour financer la dette flottante. Parallèlement aux obligations du ministère des Finances déjà en circulation (Reichsschatzanweisungen), un nouveau titre d’État est introduit : les bons du ministère des Finances (Reichsschatzwechsel), qui, du fait de leur similarité avec les effets de commerce, étaient supposés plus faciles à placer sur le marché que les obligations du ministère des Finances, moins bien connues6.

  • 7 Loi bancaire du 14 mars 1875, RGBl, 1875, p. 177-198.
  • 8 Loi du 4 août 1914 relative aux billets garantis par le ministère des Finances et aux billets de ba (...)

6Dans la mesure où la Reichsbank devait remplir la fonction d’agent financier de l’État, les règles de l’étalon-or qui liaient l’émission de billets par la banque centrale à ses réserves en or furent suspendues. Cependant, les changements formels restèrent limités ; le gouvernement et la banque centrale espéraient convaincre le pays et l’étranger que la stabilité de la monnaie n’était aucunement ébranlée. La loi bancaire de 1875 obligeait la banque centrale à constituer des réserves en or équivalant à un tiers de la circulation fiduciaire, ainsi qu’une petite quantité de billets garantis par le ministère des Finances (Reichskassenscheine). Le reste de la circulation fiduciaire devait être garanti par des effets de commerce. Si la circulation fiduciaire dépassait le plafond légal, la Banque devait acquitter une taxe spéciale7. La nouvelle législation autorisa la banque centrale à inclure dans ses réserves primaires les billets non capitalisés émis par de nouveaux établissements financiers, les caisses de prêt (Darlehnskassen), et à accepter les bons ou les obligations du ministère des Finances comme réserves secondaires. La convertibilité-or des billets de la banque centrale fut suspendue et la taxe spéciale, supprimée8.

  • 9 Loi du 4 août 1914 relative aux caisses de prêt, RGBl, 1914, p. 340-345.
  • 10 Bureau de l’administration centrale des caisses de prêt, Die Darlehnskassen des Reichs im Jahr 1914(...)

7Les caisses de prêt furent créées. Liées aux agences régionales de la Reichsbank, elles étaient placées sous le contrôle de la banque centrale. Leur mission était de fournir du crédit aux entreprises, ainsi qu’aux États fédérés et aux autorités locales, de manière à permettre à la Reichsbank de se consacrer au financement de l’État fédéral. Ces établissements émettaient leur monnaie propre, les Darlehnskassenscheine. Ces billets constituaient la monnaie fiduciaire admise comme réserve primaire auprès de la banque centrale, parallèlement aux dépôts en or et aux billets garantis par le ministère des Finances9. Dès le lendemain de l’adoption des lois sur la mobilisation financière, plus de 100 agences de ces caisses de prêt étaient opérationnelles dans différentes régions d’Allemagne10.

  • 11 Le chancelier au Bundesrat et au Reichstag, 2 août 1914, BArch R 2 /41134.

8La préparation de la mobilisation financière avait déjà commencé de manière informelle avant le 4 août. Lors de la panique financière qui s’était emparée du pays à la fin du mois de juillet 1914, la banque centrale avait augmenté la masse monétaire et, le 31 juillet, avait suspendu les paiements en espèces afin de protéger son encaisse or. Le 2 août 1914, les réserves en or de l’Empire, qui s’élevaient à 240 millions de marks, avaient été transférées à la banque centrale pour augmenter l’encaisse or de celle-ci11.

  • 12 Office des statistisques, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland, Berlin, Hobbing, 1925, p. 45.

9La mobilisation financière du 4 août 1914 avait été soigneusement planifiée. Les projets de lois modifiant la constitution financière et le système monétaire de l’Empire avaient été préparés dans les moindres détails ; il ne manquait plus qu’un vote du Parlement et les signatures indispensables. D’importantes quantités de billets de la banque centrale, des caisses de prêt et de billets garantis par le ministère des Finances avaient été imprimés à l’avance et mis de côté dans l’éventualité d’une guerre, de manière à pouvoir mettre en circulation des centaines de millions de marks en quelques jours12.

  • 13 Apocalypse de Saint-Jean, ch. 13, v. 13-16.

10Le gouvernement et la Reichsbank estimaient que les lois d’août 1914 permettaient de mettre en œuvre ce plan soigneusement préparé. Personne n’imaginait l’étendue sans précédent des morts, des destructions et de la misère qui allaient suivre : la mobilisation financière assurait le financement d’Armageddon13.

II. La mobilisation financière d’avant-guerre

11L’Empire allemand fondé en 1871 était une fédération regroupant plusieurs États de tailles très variées. La Prusse, de loin le plus grand de ces États, concentrait alors 60 % de la population allemande. Les États et les autorités locales disposaient de la plupart des prérogatives en matières politique et financière. Les impôts directs, notamment les impôts sur le revenu, revenaient aux États et aux autorités locales. Les recettes budgétaires de l’Empire provenaient des droits de douane, de certains impôts indirects et des contributions versées par les États fédérés. Le budget ordinaire de l’État fédéral servant à financer son action courante devait être équilibré.

12Les missions d’administration et de financement de l’armée de terre et de la marine étaient réparties entre l’État fédéral et les États fédérés. L’armée impériale (Reichsheer) était constituée des contingents des États fédérés. Seules la marine et les troupes coloniales étaient des forces impériales. Les dépenses militaires (armée de terre et marine) étaient supportées par l’État fédéral et étaient de loin le poste le plus important du budget de l’Empire (90 % de l’ensemble des dépenses en 1913). En 1913, une contribution impériale exceptionnelle sur le revenu et la fortune, la « contribution à la Défense » (Wehrbeitrag), est introduite ; elle est destinée à financer un nouveau et coûteux programme d’armement.

  • 14 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck/Hamburg, Ma (...)
  • 15 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 195.

13Des dépenses exceptionnelles, principalement liées à des investissements publics, pouvaient être inscrites dans un budget extraordinaire financé par des emprunts. L’argument était que les générations futures bénéficieraient de ces investissements et qu’à ce titre, il était normal qu’elles contribuent au remboursement du principal et des intérêts des emprunts ayant permis de financer les projets. En réalité, le choix entre un financement de la guerre par l’impôt et un financement de la guerre par l’emprunt ne joue pas tant sur la répartition du coût économique de la guerre entre les générations que sur celle entre les différentes classes de la société : le choix du financement par l’emprunt induisait une prise en charge de la plus grande partie des dépenses immédiates par les classes aisées, en mesure d’investir dans des obligations d’État. L’État rembourserait ensuite les emprunts grâce aux recettes provenant des impôts directs et indirects versés par l’ensemble des citoyens, toutes classes sociales confondues14. À la fin de 1913, la dette de l’État fédéral s’élevait à 4,9 milliards de marks15.

  • 16 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung des Deutschen Reiches 1870-1914, manuscrit, 1929, archives (...)

14Les premiers plans de mobilisation financière en cas de guerre reposaient sur la combinaison d’importantes réserves de liquidités et d’emprunts. Au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870-1871, le nouvel Empire allemand exigea de la France des réparations s’élevant à 4 milliards de marks, dont 120 millions furent mis de côté pour constituer un trésor de guerre (Reichskriegsschatz) destiné à être utilisé lors de la phase initiale d’une mobilisation militaire pour financer le ravitaillement des soldats et les dépenses en armes, munitions, transport et autres. Les autres dépenses de guerre devaient être financées par l’emprunt. Les responsables justifiaient ce schéma en arguant du fait qu’une victoire militaire, un peu comme un investissement16, profiterait aux générations futures.

  • 17 Chancellerie à la Caisse du trésor de guerre, 5 mai 1874, archives fédérales, Berlin (BArch) R 2101 (...)
  • 18 Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p.  (...)

15Le trésor de guerre, constitué de 1 200 solides coffres en bois remplis de pièces allemandes en or, était conservé depuis 1874 dans la vieille citadelle de la ville de Spandau, aujourd’hui un quartier de Berlin17. Pour un observateur moderne, les caisses d’or impériales évoquent un conte des temps très anciens, un peu comme l’Or du Rhin de Wagner, à la différence que le décor n’était pas le Rhin, mais la Havel, petite rivière qui entoure la citadelle de Spandau, et que l’or scintillant n’était pas gardé par un gnome cupide mais par l’armée prussienne. Dans les années 1870, cependant, il semblait assez raisonnable de disposer d’une réserve d’or, puisque les pièces d’or constituaient à l’époque une part importante de la monnaie en circulation18.

  • 19 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung…, op. cit., p. 12.

16Depuis les années 1880, le ministre prussien des Finances exhortait le gouvernement impérial à revoir son plan de mobilisation financière. Les coûts auxquels on pouvait s’attendre en cas de guerre avaient en effet été largement revus à la hausse du fait du nombre de soldats engagés et du nouveau et coûteux programme d’armement19. En avril 1891, le secrétaire du ministère des Finances de l’Empire, le ministre prussien des Finances, le président de la Reichsbank et d’autres responsables discutèrent d’un nouveau plan de mesures budgétaires et monétaires à mettre en œuvre en cas de guerre. Celui-ci prévoyait que les dépenses de guerre soient inscrites dans le budget extraordinaire et financées par l’emprunt. La banque centrale devenait l’agent financier de l’État. La Reichsbank, bien que privée, était placée sous la tutelle du gouvernement de l’Empire. Elle lui accordait des prêts à court terme qui seraient complétés par un emprunt de guerre, voire plusieurs. Les banques d’émission régionales de moins grande envergure qui existaient alors ne seraient pas appelées à participer au plan de mobilisation financière dans la mesure où elles n’étaient pas placées sous le contrôle de l’État.

17Si la banque centrale devenait l’agent financier de l’État, la convertibilité-or devait être suspendue. La banque centrale serait autorisée à intégrer dans ses réserves primaires, en lieu et place de l’or, la monnaie fiduciaire des nouveaux établissements financiers qu’étaient les caisses de prêt, et les effets du ministère des Finances à court terme seraient acceptés dans les réserves secondaires au même titre que les effets de commerce. La convertibilité-or des billets ne serait pas abandonnée et la taxe due par la banque centrale, en cas de dépassement du plafond de la circulation fiduciaire lié au montant de l’encaisse or, serait supprimée.

  • 20 Leo Feuchtwanger, Die Darlehnskassen des Deutschen Reiches mit Berücksichtigung der entspechenden K (...)

18Pour limiter la demande de prêts de la banque centrale, de nouvelles caisses de prêt devaient être créées. Ce type d’établissement avait une histoire : il avait été créé par le gouvernement prussien lors des crises du crédit provoquées par la révolution de 1848 et la guerre civile de 1866 ; la Confédération de l’Allemagne du Nord avait également établi des caisses de prêt lors de la crise ayant marqué le début de la guerre franco-allemande de 1870-187120. Les caisses de prêt seraient garanties par l’État, mais gérées par la Reichsbank. Leur mission serait d’accorder aux entreprises, aux États fédérés et aux autorités locales des prêts qui seraient garantis par des titres ou des biens. Les caisses de prêt émettraient leurs propres billets (Darlehnskassenscheine), qui circuleraient sur un pied d’égalité avec les billets émis par la Reichsbank, avec la monnaie émise par les banques d’émission régionales et avec les billets garantis par le ministère des Finances. Les caisses de prêt jouaient en réalité le rôle de banque centrale parallèle, avec des règles plus souples. Les crédits qu’elles accordaient n’apparaissaient pas au bilan de la Reichsbank, et leurs émissions de billets n’avaient pas besoin d’être garanties par des réserves. Le président de la Reichsbank émit des objections à la possibilité pour les caisses de prêt d’émettre du papier-monnaie non capitalisé, mais elles ne furent pas retenues.

  • 21 Conférence sur le financement de la guerre, 14 avril 1891, BArch R 2/275.
  • 22 R. Zilch, Die Reichsbank und finanzielle Kriegsvorbereitung…, op. cit., p. 120-122.

19Les financements nécessaires en cas de mobilisation militaire devant être apportés par la banque centrale, la fonction du trésor de guerre conservé à Spandau évolua. Ce trésor ne serait pas utilisé pour des paiements en espèces, mais serait transféré à la banque centrale pour augmenter son encaisse or en contrepartie de son équivalent en marks. Il fut spécifié qu’il n’était pas nécessaire que les 1 200 coffres remplis d’or soient transportés dans la chambre forte de la Reichsbank à Berlin ; seules les clés de l’imposante tour de la citadelle où était gardé le trésor seraient remises à la banque centrale21. Dans le cadre du programme d’armement de 1913, il fut décidé d’augmenter de 120 millions de marks-or le trésor de guerre de Spandau, qui constituait désormais une réserve pour la banque centrale. L’État allait quant à lui constituer une réserve en espèces de 120 millions de marks-argent22.

  • 23 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 17 avril 1912, BArch R 2/41282.

20Le scénario sur lequel reposait la mobilisation financière imaginée en 1891 était celui d’une guerre courte, s’achevant sur une victoire de l’Allemagne. Si la distinction entre budget ordinaire et budget extraordinaire pouvait avoir quelque chose d’artificiel, elle avait l’avantage de donner corps à la promesse que le déficit de l’État ne serait que temporaire et qu’il serait comblé après la guerre. Le caractère temporaire de la mobilisation financière fut également confirmé par les mesures monétaires décidées. La guerre fait de l’étalon-or un concept vide de sens, puisque la convertibilité-or de la monnaie est supprimée et que la banque centrale peut augmenter sans limite la quantité de monnaie en circulation en utilisant les billets des caisses de prêt comme réserve primaire. Au lieu de faire des caisses de prêt une banque centrale parallèle émettant sa propre monnaie, on aurait pu imaginer que la Reichsbank accorde davantage de crédits à l’État et aux entreprises, ou que l’État finance les dépenses de guerre en émettant des billets garantis par le ministère des Finances. Mais faire des caisses de prêt des établissements financiers autonomes permettait de mettre l’accent sur le caractère temporaire de l’abandon de l’étalon-or. Après la guerre, les caisses de prêt seraient supprimées et la convertibilité-or rétablie. Les billets émis par les caisses de prêt ne seraient alors plus nécessaires pour diluer les réserves de la banque centrale. La Reichsbank a toujours insisté sur le fait que la réforme bancaire devait être limitée de manière à préserver la confiance dans la monnaie allemande23.

  • 24 Chancellerie au ministre prussien des Finances, 5 juin 1891, BArch R 2/274.
  • 25 Situation de la Reichsbank en cas de guerre et introduction du cours forcé, note non datée, BArch R (...)
  • 26 Entretien sur l’élaboration de mesures financières dans l’éventualité d’une mobilisation, 1er avril (...)
  • 27 Directoire de la Reichsbank au ministère des Finances, 23 juillet 1906, BArch R 2/41279 ; directoir (...)

21À la suite de la conférence d’avril 1891, le ministère des Finances de l’Empire (Reichsschatzamt) élabore une série de projets de lois destinés à être adoptés en cas de guerre24. Le programme de mobilisation financière est complété au cours des années qui suivent par des plans plus détaillés qui prévoient l’implantation de caisses de prêt en lien avec les agences régionales de la Reichsbank25. Des millions de billets de la banque centrale, des caisses de prêt et de billets garantis par le ministère des Finances sont imprimés à l’avance dans l’éventualité d’une mobilisation financière26. Pour faciliter l’accès de l’État au marché financier, la banque centrale suggère en 1906 d’émettre, en cas de guerre, un nouveau type de titre d’État à court terme, les bons du ministère des Finances (Reichsschatzwechsel), dont l’appellation suggère une similarité avec les effets de commerce existants. Les obligations du ministère des Finances existantes (Reichsschatzanweisungen) étaient moins bien connues et pouvaient se révéler plus difficiles à placer en grandes quantités27.

  • 28 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 117-131.

22Avec l’intensification des tensions internationales au tournant du siècle, naît en Allemagne un vif débat public sur la mobilisation financière. Des experts et des journalistes traitent, dans des livres et des articles, des différents instruments possibles. Aucune conclusion tranchée n’émerge de ce débat : certains experts préconisent de financer les dépenses de guerre par l’emprunt, d’autres, par l’impôt28. Si d’illustres économistes de l’époque prennent part au débat, ce dernier n’a néanmoins aucune influence sur la politique gouvernementale. Le programme de mobilisation financière élaboré en 1891 demeurera dans ses grandes lignes le même jusqu’à sa mise en œuvre en août 1914.

III. L’illusion d’une guerre courte

  • 29 Oliver Janz, Der Große Krieg, Francfort, Campus, 2013, p. 31-32, p. 71-72 ; Jörn Leonhard, Die Büch (...)

23Les lois d’août 1914 permettaient la mise en application du plan de mobilisation financière en préparation depuis 1891. Le gouvernement et le commandement militaire promettaient que la guerre serait courte. Le plan stratégique préparé depuis 1905 prévoyait de porter un coup décisif à la France en l’attaquant par le Luxembourg et la Belgique, pays neutres, avant que la Russie ne puisse mobiliser son imposante armée. Lorsqu’à l’été 1914, l’Allemagne engage les hostilités avec l’Autriche-Hongrie, son alliée, le commandement militaire estime que cette stratégie est toujours réaliste. La France, de même que la Belgique et le Royaume-Uni, allaient être vaincus en quelques semaines et l’armée allemande pourrait ainsi, avec son allié austro-hongrois, porter son attention sur la Russie. Quelques semaines suffiraient alors pour voir arriver la fin de la guerre29. Une guerre courte, s’achevant sur une victoire des puissances centrales, signifiait que la dette publique serait limitée, qu’elle pourrait être remboursée en utilisant les réparations versées par les pays vaincus, et que l’étalon-or serait rétabli.

  • 30 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1914, Berlin, 1915, p. 4-5.

24Du fait de la distinction entre budget ordinaire et budget extraordinaire, l’État recourt massivement à l’emprunt dès le début de la guerre. Seules les dépenses civiles sont inscrites au budget ordinaire et financées par les recettes fiscales et autres revenus assimilables de l’État. La crise économique, au début du conflit, entraîne une chute des recettes de l’État, mais, paradoxalement, la guerre a aussi pour effet de faire baisser les dépenses courantes du fait que les dépenses militaires sont transférées dans le budget extraordinaire financé par l’emprunt. Le service de la dette, en rapide augmentation, est, quant à lui, inscrit au budget ordinaire. L’État obtient de la banque centrale des prêts à court terme en quantité illimitée en escomptant des bons du ministère des Finances. Au même moment, la Reichsbank consent davantage de crédits au secteur privé afin d’enrayer le mouvement de panique bancaire entamé à la fin du mois de juillet. La masse monétaire constituée de billets et de dépôts à vue augmente d’autant30.

  • 31 Préfecture de Düsseldorf, Questions liées à la guerre, 14 septembre 1914, GStA I. HA Rep. 151 HB 98 (...)
  • 32 Die Darlehnskassen des Reichs im Jahre 1914…, op. cit., p. 3-4.
  • 33 Reichsbank, Département des statistisques, Kriegsanleihen, BArch R 2501/539.
  • 34 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1918, Berlin, 1919, p. 11.

25Un emprunt de guerre au taux de 5 % (ce qui est relativement élevé comparé aux obligations d’État émises avant la guerre) est lancé en septembre 1914 pour consolider la dette à court terme. Les banques commerciales, les caisses d’épargne et les coopératives de crédit participent à la campagne de souscription. Les caisses d’épargne autorisent leurs clients à retirer sans préavis leurs économies pour souscrire à l’emprunt de guerre31. De leur côté, les caisses de prêt acceptent ces obligations en garantie des prêts qu’elles accordent32. Une grande campagne de propagande est organisée pour promouvoir l’emprunt. À en croire certains articles de journaux, ceux qui ne souscrivent pas à l’emprunt de guerre pourraient avoir à le regretter. Ils font valoir que le taux d’intérêt est attractif et que la victoire étant proche, cet emprunt de guerre pourrait bien être le seul proposé33. L’emprunt attire 1,2 million de souscripteurs, ce qui permet à l’État de recueillir 4,5 milliards de marks. Il est considéré comme un immense succès34.

  • 35 Hugh Strachan, « The war experienced: Command, strategy and tactics, 1914-1918 », dans John Horne ( (...)

26Au moment du lancement de l’emprunt, il est déjà évident qu’une victoire rapide n’a été qu’une illusion : début septembre 1914, les forces françaises et britanniques réussissent à arrêter l’invasion allemande près de la Marne. En Allemagne, ni le commandement militaire ni le gouvernement ne disposent d’un plan de rechange. La seule option possible est de tenir aussi longtemps qu’il y a des soldats et une main-d’œuvre suffisante pour les ravitailler, en espérant que les ennemis, à force d’usure, finiront par demander l’armistice35.

  • 36 Discours du président de la Reichsbank lors de la réunion du conseil de surveillance de la banque c (...)

27À la fin du mois de septembre 1914, le président de la Reichsbank, Rudolf Havenstein, expose la situation financière au conseil de surveillance de la Banque (Reichsbankkuratorium). Selon lui, la mobilisation financière se déroule comme prévu. L’État a obtenu les fonds nécessaires à l’effort de guerre et l’emprunt a remporté un grand succès, puisque les fonds récoltés sont supérieurs à la dette à court terme de l’État. La franchise de Havenstein ne laisse pas d’étonner : il admet que la stratégie militaire initiale a échoué et que le conflit sera probablement long, tout en se disant confiant dans le fait que la stratégie de recours à l’emprunt, qui a porté ses fruits jusque-là, est également adaptée à une guerre prolongée36.

IV. Mobilisation financière et guerre d’usure

28Le gouvernement, à l’instar du président de la Reichsbank, estime que le plan de mobilisation financière préparé pour une guerre courte est aussi adapté à une longue guerre d’usure. Il est prévu que les dépenses de guerre soient financées par une combinaison de crédits à court terme et d’emprunts. Augmenter les impôts est inutile tant que le budget ordinaire demeure équilibré.

29La guerre dure depuis près d’un an lorsque le gouvernement décide d’évaluer le dispositif de mobilisation financière. En juillet 1915, le nouveau secrétaire du ministère des Finances, Karl Helfferich, invite les ministres des Finances des États fédérés à une conférence sur le financement de la guerre. Helfferich pense encore que la guerre s’achèvera sur une victoire de l’Allemagne, probablement avant la fin de l’année et au plus tard à l’hiver 1915-1916. Il affirme que les augmentations d’impôts ne sont pas nécessaires ; les dépenses de guerre peuvent être financées au moyen d’une combinaison de crédits à court terme et d’emprunts. Néanmoins, selon lui, le remboursement de la dette publique après la guerre sera très problématique. Les dépenses de guerre ont en effet augmenté au-delà de toutes les prévisions. D’après le secrétaire du ministère des Finances, l’État aura, d’ici la fin de la guerre, accumulé une dette gigantesque, probablement de l’ordre de 60 à 70 milliards de marks. L’Allemagne ne doit pas s’attendre à recevoir des réparations suffisantes pour rembourser l’ensemble de sa dette ; une solution nationale doit être trouvée.

  • 37 Note relative aux discussions engagées par le secrétaire du ministère des Finances avec les différe (...)

30Les ressources limitées de l’État fédéral ne lui permettent pas de rembourser la dette. Le Parlement refusera de créer de nouveaux impôts indirects s’ils ne sont pas accompagnés d’impôts directs sur le revenu et la fortune. Mais les États fédérés défendent avec force leurs prérogatives en matière de fiscalité directe. La guerre a eu pour conséquence de transférer de nombreuses compétences des États fédérés vers l’État fédéral, et les États fédérés craignent que la création par l’État fédéral de nouveaux impôts sur le revenu et la fortune ne fasse qu’accentuer la centralisation des pouvoirs. Deux options sont débattues. Helfferich propose que les États fédérés soutiennent l’État fédéral en lui versant des contributions plus importantes, financées par une hausse des impôts directs au niveau des États. La seconde option consiste à créer, après la guerre, une taxe exceptionnelle sur les bénéfices de guerre, à l’image de la contribution à la Défense introduite en 1913. La conférence ne débouche sur aucune décision, mais les participants conviennent que le problème du remboursement de la dette publique doit rester confidentiel37.

  • 38 K. Helfferich, Discours sur la loi de finances rectificative pour l’année 1915-1916, 14 août 1915, (...)

31En public, le gouvernement continue d’affirmer que les politiques budgétaire et monétaire de l’Allemagne sont adaptées et que le remboursement des prêts de guerre ne pose aucun problème. Lorsque Helfferich présente le budget pour l’année 1915-1916 devant le Reichstag, il promet que le gouvernement n’introduira pas de nouveaux impôts pendant la guerre. Les dépenses militaires seront financées par l’emprunt et la dette publique sera remboursée après la guerre en utilisant les réparations versées par les ennemis vaincus38.

32Rétrospectivement, la distinction entre budget ordinaire et budget extraordinaire peut sembler quelque peu artificielle, mais à l’époque, cela faisait tout à fait sens. Le gouvernement affirmait que la stabilité des finances publiques et du système monétaire n’était pas menacée tant que le budget ordinaire était équilibré, et la population semble avoir adhéré à ce point de vue. Au début de la guerre, équilibrer le budget ordinaire n’avait pas été difficile, mais à mesure que le conflit se prolongeait au-delà des prévisions et que la dette publique se creusait, le gouvernement rencontrait de plus en plus de difficultés à financer le service de la dette.

  • 39 Chancelier, note du 31 janvier 1916, BArch R 2 / 41232.

33En 1916, le gouvernement n’est plus en mesure de respecter sa promesse de ne pas augmenter les impôts. En janvier 1916, le chancelier Bethmann Hollweg annonce que le budget ordinaire se détériore rapidement et que de nouveaux impôts sont dès lors indispensables pour financer le service de la dette. L’autre option de financement possible, à savoir le recours à l’emprunt, serait contraire aux règles budgétaires établies39. En juin et juillet 1916, le Reichstag vote une série de lois portant création ou augmentation d’impôts. Une taxe sur les bénéfices de guerre prélevée sur les personnes morales et physiques, résultat d’un compromis entre l’État fédéral et les États fédérés, est introduite en juin 1916.

  • 40 Loi du 21 juin 1916 relative à l’impôt de la guerre, RGBl, 1916, p. 561-572 ; K. Roesler, Die Finan (...)

34Cette taxe est présentée comme une taxe exceptionnelle sur les bénéfices de guerre, à l’image de la contribution à la Défense de 1913 ; elle n’est pas destinée à devenir un impôt pérenne sur le revenu. Mais la guerre se prolongeant, cette taxe est de nouveau prélevée en 1917 et 1918, et donc, de fait, il y a bien un nouvel impôt d’État sur le revenu et la fortune40.

  • 41 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 191-194.

35Une faible taxe sur les ventes est créée en 1916, puis augmentée en 1918. Elle est aujourd’hui une composante pérenne du système fiscal allemand. De nouveaux impôts ou taxes sont créés sur le tabac, le café, le thé, la bière, le vin, le vin mousseux, l’eau minérale, le charbon et les transports ferroviaires, ou les impôts et taxes frappant ces produits et services sont augmentés. Certains de ces nouveaux prélèvements indirects permettent simplement de transférer des montants entre les budgets ordinaire et extraordinaire. La taxe sur le charbon et celle sur le transport ferroviaire permettent de réduire le déficit du budget ordinaire, mais augmentent celui du budget extraordinaire, puisqu’elles se répercutent sur les prix que le gouvernement doit acquitter pour les ravitaillements de guerre41. La réforme fiscale de 1916-1918 permet d’équilibrer le budget ordinaire. Le gouvernement ne tente pas d’augmenter les impôts pour alimenter le budget extraordinaire.

  • 42 Loi du 21 juin 1916 relative à l’impôt de guerre, RGBl, 1916, p. 561-572.
  • 43 Ministère des Finances aux gouvernements des États, 22 février 1916, GStA I. HA Rep. 151 HB 989.

36Dans la mesure où toutes les dépenses de guerre sont considérées comme des dépenses exceptionnelles, les emprunts et crédits à court terme demeurent les principaux instruments de mobilisation financière. Les fonds ainsi recueillis sont suffisants pour financer la guerre sans provoquer de conflit avec le Parlement ou les États fédérés ; le gouvernement de l’Empire ne voit donc aucune raison d’engager des changements profonds. Il transfère régulièrement à la banque centrale des bons et des obligations du ministère des Finances. Après le premier emprunt de guerre de septembre 1914, deux emprunts sont lancés chaque année aux mois de février-mars et septembre, afin de consolider la dette à court terme ; le neuvième et dernier emprunt sera lancé en septembre 1918. Chaque emprunt fait l’objet de la même grande campagne de propagande qui a accompagné le premier emprunt de guerre. Les ménages et les entreprises sont encouragés à investir leurs liquidités dans des obligations de guerre. La combinaison de placements à moyen et long termes rend les emprunts de guerre plus attractifs : il est possible d’investir non seulement dans des obligations à 10 ans, mais aussi dans des obligations du ministère des Finances à 5 ans. Les caisses de prêt continuent d’accepter les obligations de guerre en garantie des crédits qu’elles accordent, comme elles l’ont déjà fait en septembre 1914, et la taxe sur les bénéfices de guerre introduite en 1916 peut être acquittée en obligations de guerre ou en obligations du ministère des Finances42. Nombreux sont ceux qui achètent des obligations de guerre sans le savoir : les dépôts auprès des caisses d’épargne augmentent considérablement pendant la guerre, et une grande partie est investie dans ces titres43.

  • 44 Reichsbank, Matériel pour la campagne promotionnelle du sixième emprunt de guerre, BArch R 2501/397

37À mesure que la dette publique augmente, le problème de son remboursement devient de plus en plus aigu. Le gouvernement veille à ne pas laisser paraître ses doutes sur la possibilité de rembourser la dette à l’aide des réparations, évoquée pour la première fois en juillet 1915. Mais avec l’augmentation rapide de la dette, la population ne semble plus non plus croire à cette possibilité. C’est ainsi qu’au début de 1917, les arguments de la propagande en faveur des emprunts de guerre sont revus. Dans ses brochures sur le sixième emprunt, la Reichsbank met désormais en avant l’ampleur des ressources nationales. La richesse nationale et le revenu national seraient suffisamment importants pour garantir le remboursement de la dette publique, et l’Allemagne n’aurait pas besoin des réparations de guerre44.

  • 45 Office fédéral des statistiques, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, Kohlhammer, 1972, (...)
  • 46 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1918…, op. cit., p. 207.

38Le nombre de souscriptions aux emprunts de guerre passe de 1,2 million pour le premier emprunt, en septembre 1914, à 7,1 millions pour le sixième emprunt, lancé en mars 1917, un chiffre impressionnant si on le rapporte au nombre de ménages allemands (14 millions en 1910)45. Des personnes qui n’avaient auparavant jamais acheté de titres investissent leurs économies dans les emprunts de guerre. À partir du septième emprunt (septembre 1917), l’enthousiasme retombe un peu. La propagande a convaincu de nombreux investisseurs, mais pas tous. Le dernier emprunt, de septembre 1918 n’attire que 2,7 millions de souscripteurs46.

39Si le nombre de souscriptions diminue, l’argent recueilli grâce aux emprunts de guerre demeure considérable. Le huitième emprunt, de mars 1918, rapporte 15 milliards de marks. Ce n’est qu’à partir du neuvième emprunt, de septembre 1918, alors que la défaite est imminente, que le montant récolté diminue (10,4 milliards de marks). Le succès des emprunts de guerre peut en partie s’expliquer par la pénurie de solutions alternatives. Pendant la guerre, le revenu nominal augmente, mais la consommation et l’investissement dans la production civile sont bridés par la planification. Les possibilités de placement offertes aux ménages et aux entreprises en dehors des emprunts de guerre sont peu nombreuses : compte-épargne et titres d’État à court terme principalement, pour ceux qui ne choisissaient pas de conserver leurs espèces.

  • 47 Ibid.

40Si les obligations de guerre sont souscrites par un large éventail de la population, il reste que la plus grosse partie des montants récoltés est le fait d’investisseurs se situant au sommet de la pyramide des revenus et du patrimoine. Les souscriptions à l’ensemble des neuf emprunts de guerre lancés de 1914 à 1918 peuvent être classées en trois catégories : une catégorie inférieure comprenant les souscriptions jusqu’à 1 000 marks, une catégorie intermédiaire comprenant les souscriptions de 1 100 à 100 000 marks, et une catégorie supérieure comprenant les souscriptions supérieures à 100 100 marks. Les souscriptions de la catégorie inférieure (81 % du total) ont rapporté 10 % du total des sommes recueillies ; les souscriptions de la catégorie intermédiaire (19 % du total), 46 % des sommes ; enfin, les souscriptions de la catégorie supérieure (0,2 % du total), 44 % des sommes47.

  • 48 T. Balderston, War finance…, op. cit., p. 224-231, p. 241-242.
  • 49 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1918…, op. cit., p. 3-4.

41Les quatre premiers emprunts, lancés jusqu’en mars 1916, ont permis de lever plus d’argent qu’il n’était nécessaire pour consolider la dette représentée par les bons et obligations du ministère des Finances. Mais à partir de septembre 1916, les fonds recueillis grâce aux emprunts ne suffisent plus à consolider la dette à court terme. Environ la moitié de cette dette est placée sur le marché monétaire, l’autre moitié demeurant dans le portefeuille de la banque centrale. C’est l’une des différences significatives avec la mobilisation financière telle qu’elle a été menée au Royaume-Uni. Dans ce pays, le marché monétaire absorbait davantage de bons du ministère des Finances et contribuait donc de manière plus importante au financement de la guerre48. Au fur et à mesure que l’appétit des Allemands pour les emprunts de guerre diminue, la dette à court terme de l’État se creuse de manière considérable. Une partie des bons et obligations du ministère des Finances est placée sur le marché monétaire, mais un montant équivalent de dette publique à court terme demeure dans le portefeuille de la Reichsbank49.

  • 50 T. Balderston, War finance…, op. cit., p. 224-225.

42Au cours de l’exercice budgétaire allant d’avril 1913 à mars 1914, les dépenses de l’État (budget ordinaire et budget extraordinaire) s’élèvent à 3 milliards de marks. Au cours du budget 1914-1915, le premier à subir les effets de la guerre, les dépenses augmentent pour atteindre 9 milliards de marks. Au cours du budget 1915-1916, le deuxième de la période de guerre, les dépenses augmentent rapidement jusqu’à atteindre 26 milliards de marks, puis 28 milliards en 1916-1917 et 52 milliards en 1917-1918. D’après les statistiques officielles, en 1918-1919, les dépenses redescendent à 44 milliards de marks, peut-être grâce à la fin de la guerre, qui intervient en novembre 1918. Ce chiffre a néanmoins été contesté et, de fait, l’augmentation de la dette publique laisse penser que les dépenses en 1918-1919 ont en réalité été plus importantes50.

  • 51 Schiffer, ministre des Finances du Reich ; Die Finanzen des Deutschen Reichs in den Rechnungsjahren (...)

43Toujours selon les statistiques officielles, le gouvernement de l’Empire aurait, entre avril 1914 et mars 1919, dépensé au total 159 milliards de marks, dont seulement 13 % étaient consacrés aux dépenses courantes financées par l’impôt et les autres revenus courants de l’État ; les 87 % restants correspondaient à des dépenses exceptionnelles financées par des crédits à court terme ou par des emprunts de guerre51.

  • 52 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; K. Roesler,
    Die Finanz (...)

44En décembre 1918, la dette totale de l’État fédéral s’élève à 135 milliards de marks. Sur ce montant, 80 milliards correspondent à des emprunts à long terme (dont une petite proportion d’obligations du ministère des Finances à moyen terme), 28 milliards aux bons du ministère des Finances placés sur le marché monétaire et 27 milliards à la dette flottante au sens strict, c’est-à-dire les bons et obligations du ministère des Finances détenus par la banque centrale52.

  • 53 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 201.
  • 54 Ministère des Finances au ministre prussien des Finances, 21 décembre 1914, GStA I. HA Rep. 151 HB (...)
  • 55 Bureau de l’administration centrale des caisses de prêt, Die Darlehnskassen des Reichs im Jahre 191 (...)
  • 56 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; K. Roesler, Die Finanz (...)

45Les États fédérés et les autorités locales accusent, comme l’État fédéral, de graves déficits budgétaires53. En décembre 1914, il est convenu que les États fédérés et les autorités locales ne doivent plus émettre d’emprunts ; le marché financier est réservé aux titres émis par l’État fédéral. Les États et les autorités locales doivent se financer auprès des caisses de prêt. Ces dernières avaient été créées à l’origine pour financer le secteur privé ; leur mission de financement des États et des autorités locales ne devait être que secondaire. Mais les rôles sont bientôt inversés. La demande de financement du secteur privé est faible ; les entreprises qui contribuent à l’effort de guerre sont financées par des commandes publiques aux conditions très avantageuses54. En 1918, 85 % des prêts accordés par les caisses de prêt sont destinés aux États et aux autorités locales55. En décembre 1918, la dette publique totale (État fédéral, États fédérés et autorités locales) est estimée à 160 milliards de marks, dont 135 milliards reviennent à l’État et 25 milliards aux États fédérés et aux autorités locales56.

V. La mobilisation économique

46La combinaison crédits à court terme/emprunts permet au gouvernement de disposer de ressources illimitées pour acheter les biens et services destinés au conflit apocalyptique qui durera plus de quatre ans. Les limites de la mobilisation économique sont imposées non pas par des considérations financières, mais par les contraintes de l’économie réelle, en termes de main-d’œuvre, de ressources nationales et d’importations.

  • 57 Walther G. Hoffmann, Franz Grumbach, Helmut Hesse, Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der M (...)
  • 58 Albrecht Ritschl, « The pity of peace. Germany’s economy at war, 1914-1918 and beyond », dans Steph (...)

47Le transfert de millions d’actifs dans les forces armées, la pénurie de matières premières, la baisse des investissements et d’autres contraintes provoquent une baisse du produit national réel. D’après les estimations, alors qu’il était en 1913 de 52 milliards de marks57, le produit national réel ne représente plus que 90 à 92 % de son niveau d’avant-guerre en 1914, 81 à 85 % en 1915, 76 à 81 % en 1916, 74 à 79 % en 1917 et 71 à 77 % en 191858.

  • 59 Gerald Feldman, Army, industry and labor in Germany, Princeton, Princeton University Press, 1966; G (...)
  • 60 A. Ritschl, The pity of peace, op. cit., p. 44.

48Une part croissante du produit national est mobilisée par l’État pour financer la guerre. La mobilisation économique prend la forme d’incitations financières combinées à des mesures de planification. L’État achète au prix fort armes, munitions et autres marchandises. Mais la conversion de l’économie à la production militaire n’est pas uniquement régie par les mécanismes du marché. Dès le début de la guerre, un dispositif de planification est mis en place, qui débute par le contrôle des importations stratégiques et la fixation de prix plafond pour les produits de première nécessité. Lorsque le conflit se transforme en une longue guerre d’usure, la planification est étendue. À partir de 1916, la plupart des secteurs de l’économie allemande sont soumis à un contrôle des prix et à des mesures de rationnement. Les salaires sont négociés entre les employeurs, les salariés et le gouvernement59. En 1914, les produits et services destinés à la guerre représentent 15 % du produit national, 35 à 37 % en 1915, 35 à 37 % en 1916 également, pour atteindre en 1917 le niveau record de 53 à 57 %. Par la suite, l’appauvrissement du pays rend impossible le maintien de la mobilisation économique à un tel niveau, de sorte qu’en 1918, la part de la production liée à la guerre retombe à 36-39 % du produit national60.

  • 61 W.G. Hoffmann, F. Grumbach, H. Hesse, Wachstum der deutschen Wirtschaft…, op. cit., p. 825-826; A.  (...)

49La valeur nominale du produit national est gonflée par les augmentations de prix autorisées par le gouvernement en dépit des mesures de rationnement et du contrôle des prix. En 1918, alors que le produit national réel est indexé sur l’indice des prix de gros, le produit national net nominal se situe entre 81 et 88 milliards de marks61.

VI. L’inflation

50La mobilisation économique et financière, qui repose en grande partie sur une stratégie de financement par le déficit de la part de l’État fédéral, des États fédérés et des autorités locales, et qui se caractérise par un niveau élevé des bénéfices et des salaires nominaux, entraîne de fortes tensions inflationnistes.

  • 62 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 45-46.

51L’inflation se traduit dans la vie quotidienne par une rapide augmentation des liquidités en circulation, qui recouvraient, avant la guerre, un mélange de pièces, de billets de la banque centrale, de billets des banques régionales d’émission et de billets garantis par le ministère des Finances. Seules les pièces en or, certaines pièces en argent (jusqu’en 1907) et, à partir de 1910, les billets de la banque centrale ont cours légal, mais tous les types de pièces et de papier-monnaie circulent à égalité. À la fin de 1913, le montant total des liquidités en circulation s’élève à 6,6 milliards de marks, dont 39 % de billets de la Reichsbank, 5 % d’autres billets et billets garantis par le ministère des Finances, et 56 % de pièces. À partir du mois d’août 1914, les nouveaux billets émis par les caisses de prêt provoquent une augmentation de la monnaie fiduciaire en circulation, tandis que les pièces en or disparaissent. À la fin de 1918, la monnaie fiduciaire en circulation atteint 33,1 milliards de marks, soit 502 % de son niveau de 1913. La hausse annuelle moyenne est de 38 %. Les billets de la Reichsbank représentent désormais 67 % de la monnaie en circulation, contre 31 % pour les billets des caisses de prêt, la monnaie de guerre par excellence62.

  • 63 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 58-62.

52On a estimé qu’à la fin de 1913, la masse monétaire, composée des espèces et des divers dépôts à vue auprès de la Reichsbank, des banques régionales d’émission, des banques commerciales et des établissements de comptes postaux, s’élève au total à 17 milliards de marks. Elle augmente de 18 % en 1914, de 20 % en 1915 et d’encore davantage par la suite. Il semble que de nombreux ménages et entreprises aient préféré conserver des espèces plutôt qu’acheter des obligations de guerre ou des bons du ministère des Finances. La masse monétaire augmente de 34 % en 1916, de 55 % en 1917 et de 53 % en 1918. À la fin de 1918, elle s’élève à 74,8 milliards de marks, soit 440 % de son niveau de 191363.

  • 64 Ibid.

53La Reichsbank cherche à encourager les dépôts par rapport à la conservation d’espèces, afin d’améliorer le taux de réserve, qui correspond au ratio entre encaisse or et circulation fiduciaire. Mais cette tentative est contrariée par les caisses de prêt, qui ne proposent que des billets et pas de possibilité de dépôts. En 1913, la monnaie fiduciaire représente 38 % de la masse monétaire. Cette part fluctue pendant la guerre : elle augmente en 1914 et 1915, baisse en 1916 et 1917, puis augmente de nouveau en 1918. Entre 1914 et 1918, elle est en moyenne de 40 %64.

  • 65 Loi du 4 août 1914 relative aux prix plafond, RGBl, 1914, p. 339-340.
  • 66 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 6, 16.
  • 67 G. Hardach, The First World War…, op. cit., p. 112-120.

54Dans une économie dans laquelle les marchés fonctionnent correctement, les tensions inflationnistes entraînent une hausse des prix et une diminution de la valeur de la monnaie sur les marchés des changes. Or, dans l’économie de guerre allemande, les prix et les taux de change sont contrôlés. Le 4 août 1914, le Parlement adopte, en même temps que les lois sur la mobilisation financière, une loi autorisant les gouvernements des États fédérés à fixer des prix plafond65. Les années suivantes, les contrôles sont étendus. Pendant la guerre, les prix plafond, les mesures de rationnement et le contrôle des changes permettent de contenir l’inflation. Seule une hausse limitée du niveau des prix et du taux de change du mark par rapport aux monnaies plus stables est autorisée, empêchant ainsi de prendre toute la mesure des tensions inflationnistes. Les prix de gros augmentent de 5 % en 1914 et de 35 % en 1915. Le contrôle des prix devient ensuite plus efficace, de sorte que le taux d’inflation ne reflète pas les pénuries réelles. En 1916, les prix de gros augmentent de 7 %, en 1917 de 18 % et en 1918 de 21 %. En 1918, l’indice des prix de gros en marks est 217 fois supérieur à celui de 1913 ; à Berlin, le taux de change officiel du mark par rapport au dollar est 143 % supérieur à la parité or d’avant-guerre66. Les tensions inflationnistes sont davantage perceptibles sur le marché noir, où les prix sont considérablement plus élevés que les prix officiels. Les contrôles n’y sont pas très stricts, et au vu des sommes dormant dans les bas de laine ou sur les comptes bancaires, on ne s’étonnera guère que certaines personnes aient pu se permettre de payer davantage pour obtenir des rations supplémentaires67.

  • 68 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1916, Berlin, 1917, p. 7-13.
  • 69 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 48-51.

55Le gouvernement et la Reichsbank déploient de grands efforts pour convaincre la population, à l’intérieur comme à l’étranger, que l’inflation n’est que temporaire et que l’Allemagne retournera à l’étalon-or après la guerre. Ils estiment qu’un engagement sur la stabilité budgétaire et monétaire est indispensable pour placer les emprunts de guerre et obtenir des prêts de l’étranger. La propagande officielle met en particulier en avant l’encaisse or de la Reichsbank, qui s’élève à 1,1 milliard de marks en 1913. Pour augmenter sa réserve d’or, la banque centrale tente de retirer l’or de la monnaie en circulation, avec un certain succès puisque la population échange une quantité importante de pièces d’or contre des billets de banque. Une fois récupéré la quasi-totalité des pièces en or, la Reichsbank lance en 1916, à destination des citoyens patriotes, une campagne de rachat des bijoux, chaînes de montre et autres objets en or68. Une certaine quantité de cet or sert à financer les importations et à soutenir les alliés de l’Allemagne. Mais au bout du compte, cela permet surtout à la Reichsbank d’augmenter sa réserve d’or ; de 1,5 milliard de marks en 1914, celle-ci passe à 2,4 milliards en 1915 et à 2,5 milliards en 1916 et 1917. En 1918, l’encaisse or de la banque centrale diminue légèrement, pour passer à 2,4 milliards de marks69.

  • 70 Ibid.

56Le taux de réserve est au cœur de la campagne de propagande monétaire du gouvernement et de la Reichsbank. En 1913, l’encaisse or de la banque centrale équivaut à 50 % de la monnaie fiduciaire en circulation. La tentative d’augmenter ce taux en substituant les dépôts aux espèces a donc échoué. Mais les caisses de prêt contribuent à préserver le taux de réserve dans la mesure où leur papier-monnaie n’a pas à être garanti par des réserves et peut de surcroît se substituer à l’or dans les réserves primaires de la banque centrale. Une part croissante de la monnaie en circulation étant émise par les caisses de prêt, l’encaisse or de la banque centrale est, dans les premières années de la guerre, assez importante pour couvrir la circulation fiduciaire. En 1913, le taux de couverture métallique de la circulation fiduciaire est de 50 %. Il diminue ensuite à 48 % en 1914, à 42 % en 1915 et à 35 % en 1916. À partir de 1917, la banque centrale accepte les billets des caisses de prêt dans ses réserves primaires, ainsi qu’une petite quantité de bons du ministère des Finances afin de respecter la proportion minimale d’un tiers des réserves primaires prévue par la législation, alors que le taux de couverture métallique passe de 27 % en 1917 à 17 % en 191870.

57Avec l’adoption de la législation bancaire du 4 août 1914, l’or perd sa fonction de contrôle de la création monétaire. Mais l’importance de l’encaisse or de la banque centrale, qui est en 1918 près de deux fois supérieure à celle de 1913, peut avoir contribué à convaincre de nombreux investisseurs, en Allemagne et à l’étranger, de l’engagement de l’Allemagne à restaurer la convertibilité-or après la guerre.

VII. Les limites de la mobilisation financière : le commerce extérieur

58L’argent que le gouvernement allemand recevait en abondance de la Reichsbank lui permettait d’acheter des biens et des services sur le marché national, mais la monnaie allemande n’était pas nécessairement acceptée pour le paiement des importations. Le commerce extérieur a ainsi révélé les limites de la mobilisation financière.

  • 71 Carsten Burhop, Wirtschaftsgeschichte des Kaiserreichs 1871-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (...)
  • 72 W.G. Hoffmann, F. Grumbach, H. Hesse, Wachstum der deutschen Wirtschaft…, op. cit., p. 817.

59À l’aube de la Première Guerre mondiale, l’Allemagne est très bien intégrée dans une économie mondiale en pleine expansion71. En 1913, ses exportations de marchandises s’élèvent à 10 milliards de marks contre 11 milliards de marks d’importations. Le déficit de la balance commerciale et les exportations de capitaux sont financés par l’excédent enregistré dans les services, y compris par les revenus tirés des avoirs à l’étranger72.

  • 73 G. Hardach, First World War…, op. cit., p. 11-34; Nicholas A. Lambert, Planning Armageddon. British (...)

60Lorsque la guerre éclate, l’illustre marine britannique met immédiatement en place un blocus des ports des puissances centrales et tente d’empêcher les échanges commerciaux directs avec l’étranger. L’Allemagne a besoin des importations pour s’approvisionner en matières premières stratégiques, en produits alimentaires et autres produits destinés à l’effort de guerre ; elle a besoin d’exporter pour recueillir des devises. Le gouvernement allemand réagit de plusieurs façons à ce blocus, notamment en reportant ses échanges commerciaux sur les pays neutres voisins et en faisant transiter ses échanges avec les pays plus éloignés par les ports des pays neutres. Dans un premier temps, le blocus n’est pas très efficace, mais avec les années, il est durci, ce qui a pour conséquence de diminuer sérieusement les échanges commerciaux des puissances centrales. Le gouvernement allemand dénonce un « blocus de la faim ». Mais la guerre n’est jamais très propice à la vérité ; en réalité, l’Allemagne bénéficie au cours de la guerre de flux de ressources nets jamais connus jusque-là73.

61Compte tenu des limites imposées par le blocus, le financement de l’excédent d’importations devient un aspect important de la mobilisation financière. Pour soutenir son économie de guerre, le gouvernement de l’Empire cherche à importer clandestinement autant que le permet le blocus. Dans le même temps, les exportations diminuent non seulement en raison du blocus, mais aussi du fait de la pénurie de main-d’œuvre et de la conversion de l’industrie à la production destinée à l’effort de guerre, ce qui entraîne une aggravation du déficit commercial.

  • 74 Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 10 novembre 1914, GStA Rep. 151 HB 984.
  • 75 Reichsbank au ministre de l’Intérieur, 6 janvier 191d [sic], GStA Rep. 151 HB 984.
  • 76 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1915, Berlin 1916, p. 7.
  • 77 Directoire de la Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 15 juin 1916. BArch R 2/41671.

62Dès novembre 1914, la Reichsbank tire la sonnette d’alarme et souligne la difficulté de financer l’excédent d’importations en provenance des pays neutres. Si les importateurs allemands paient en marks, ces sommes seront ensuite placées sur les marchés des changes des pays neutres, ce qui entraînera une dépréciation du taux de change de la monnaie allemande. Une partie des importations doit par conséquent être payée avec l’or provenant de la banque centrale et des importateurs privés74.À la fin de 1914, la banque centrale a déjà perdu 110 millions de marks75. En novembre 1915, les exportations d’or par les entreprises et les particuliers sont interdites ; les transferts d’or deviennent le monopole de la banque centrale76. Pour financer le déficit commercial croissant, le gouvernement, la Reichsbank et les entreprises cherchent à obtenir des prêts auprès des pays neutres et à vendre des titres libellés en marks ou en devises. Pendant deux ans, étonnamment, l’Allemagne parvient à attirer des capitaux étrangers. Lorsque la Reichsbank négocie des prêts dans les pays neutres, ces derniers acceptent en garantie des obligations émises par l’État fédéral et les États fédérés avant la guerre77. Apparemment, l’argument principal de la propagande monétaire, à savoir l’encaisse or de la banque centrale, a fait mouche auprès des investisseurs étrangers.

  • 78 Ibid.
  • 79 Directoire de la Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 15 septembre 1916, BArch R 2/4 (...)

63Avec le prolongement de la guerre, la situation en matière de change se détériore rapidement. À partir de 1916, la confiance des investisseurs étrangers dans la monnaie allemande diminue. En août 1916, la banque centrale informe le gouvernement que le financement des importations se complique. La dépréciation du mark entraîne une hausse des prix à l’importation ; les ventes de titres dans les pays neutres diminuent, de même que les revenus en devises tirés des exportations. Les importations doivent faire l’objet de restrictions78. Un mois plus tard, la banque centrale réitère son avertissement. La pénurie de devises impose de réduire sérieusement les importations. Les exportations doivent augmenter pour recueillir davantage de devises, mais cela est contraire aux impératifs militaires79.

  • 80 Communication sur la déclaration de titres, 23 août 1916, RGBl, 1916, p. 952.
  • 81 Reichsbank, Montant total des titres détenus au 30 septembre 1916, BArch R 2501/6664.
  • 82 Titres étrangers détenus en Allemagne, postérieurement à la signature de l’accord de paix, BArch R (...)

64En 1916, le gouvernement envisage de réquisitionner les avoirs en devises du secteur privé et de verser à leurs détenteurs une compensation en marks80. Une enquête est lancée par la banque centrale sur les avoirs en devises détenus par les entreprises et les particuliers allemands. D’après les estimations, le volume des portefeuilles détenus en devises en juillet 1914, c’est-à-dire avant la guerre, était de 20 milliards de marks. Jusqu’en septembre 1916, 4 milliards de marks de titres et participations auraient été vendus, ramenant ainsi les avoirs en devises à 16 milliards de marks. Une grande partie de ces avoirs étaient bloqués dans des pays ennemis, ou investis en Autriche-Hongrie ou dans d’autres pays alliés de l’Allemagne, où ils n’étaient pas d’une grande aide81. D’octobre 1916 à la fin de la guerre, seulement 2 milliards de marks de titres sont vendus82.

  • 83 Compte rendu d’une discussion au ministère de l’Intérieur, 19 juin 1917, BArch R 2/41673.

65Lors d’une réunion entre des représentants du gouvernement et de la banque centrale en juin 1917, la situation du commerce extérieur de l’Allemagne est décrite comme extrêmement préoccupante, proche du désastre. La Reichsbank ne voit aucune solution à la crise. Elle place des marks dans les pays neutres, mais cela accélère la dépréciation de la monnaie allemande ; la banque centrale vend également une partie considérable de sa précieuse réserve d’or pour financer les importations83. Parallèlement au blocus, les contraintes financières entraînent une baisse des importations allemandes.

  • 84 Harvey E. Fisk, The Inter-Ally Debts. An analysis of war and post-war public finance 1914-1923, New (...)
  • 85 Le sous-secrétaire de la Chancellerie au secrétaire du ministère des Finances, 1er septembre 1917, (...)
  • 86 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung…, op. cit., p. 78-79.

66L’Allemagne soutient ses alliés les plus faibles, comme l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la Turquie, en leur accordant des prêts de guerre, dans une moindre proportion néanmoins que ne le font l’Angleterre, puis les États-Unis avec leurs propres alliés84. Le gouvernement allemand espère que ses alliés utiliseront ces prêts pour s’approvisionner en Allemagne. Mais l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la Turquie les utilisent également pour acheter des biens dans les pays neutres ou vendent des marks sur les marchés des changes des pays neutres, contribuant ainsi à la dépréciation de la monnaie allemande85. Le gouvernement turc obtient de l’Allemagne des transferts en or pour acheter des biens dans les territoires éloignés de l’Empire ottoman, où le papier-monnaie n’est pas accepté86.

  • 87 G. Hardach, First World War…, op. cit., p. 32-33.
  • 88 Directoire de la Reichsbank, Die deutsche Zahlungsbilanz und der Auslandskredit, note du 2 janvier (...)

67Globalement, pendant la guerre, l’Allemagne aura eu recours aux ressources étrangères dans une proportion jamais égalée jusque-là. D’août 1914 à décembre 1918, les importations allemandes s’élèvent à 32 milliards de marks, contre seulement 17 milliards pour les exportations87. En plus de son déficit commercial de 15 milliards de marks, l’Allemagne finance celui de ses alliés à hauteur de 5 milliards de marks. Ce déficit total de 20 milliards de marks est financé par des transferts d’or, par la vente de titres sur les marchés des pays neutres et par des emprunts en marks ou en devises88.

  • 89 Reinhold Zilch, Okkupation und Währung im Ersten Weltkrieg. Die deutsche Besatzungspolitik in Belgi (...)
  • 90 Pierre-Cyrille Hautcœur, « Was the Great War a watershed? The economics of World War I in France », (...)
  • 91 Ministère prussien de la Guerre, note du 16 octobre 1918, BArch R 704/25.
  • 92 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 8 mars 1918, BArch R 704/29.

68Les zones occupées en Belgique, France, Russie, puis en Roumanie sont contraintes de contribuer à l’effort de guerre allemand. Les autorités d’occupation militaires et civiles y réquisitionnent des aliments et autres produits destinés à l’armée, et exigent des contributions financières89. À mesure que la guerre se prolonge, des matières premières, des machines, du matériel ferroviaire et d’autres biens d’équipement sont confisqués et envoyés en Allemagne90. Les autorités militaires ont estimé à 3,5 milliards de marks les contributions imposées aux zones occupées91. À elle seule, la Belgique contribua jusqu’en mars 1918 à hauteur de 1,5 milliard de marks ; des biens d’équipement industriels représentant 2,5 milliards de marks furent aussi démantelés et transportés vers Allemagne92.

VIII. De la guerre à la paix

  • 93 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 179-195.

69Alors que l’Allemagne avait soigneusement préparé sa mobilisation financière plusieurs années avant la guerre, elle n’avait pratiquement rien prévu pour sa démobilisation. En 1917, un vif débat public naît sur cette question, sans trouver apparemment d’écho dans les cercles gouvernementaux93.

  • 94 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 29 juillet 1918, BArch R 2/1849.

70Le premier problème est le retour à la stabilité budgétaire et monétaire. En juillet 1918, la Reichsbank plaide en faveur d’un retour à l’équilibre des finances publiques et à la stabilité monétaire après la guerre. L’une des conditions à la stabilisation de la monnaie est de mettre un terme à la politique de financement par le déficit et de réduire la dette à court terme de l’État. La réduction des dépenses et l’augmentation des recettes fiscales sont nécessaires pour rééquilibrer le budget94.

  • 95 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; W.G. Hoffmann, F. Grum (...)

71Un autre problème imminent est le remboursement de la dette publique. Ce problème n’avait plus été abordé depuis que le secrétaire du ministère des Finances et les ministres des Finances des États fédérés avaient échoué à s’accorder sur une solution en juillet 1915. Il était régulièrement promis que les emprunts de guerre seraient remboursés, mais le gouvernement n’avait aucune stratégie en place pour avoir un budget en excédent. À la fin de la guerre, l’inflation avait considérablement réduit le fardeau de la dette. Compte tenu de la pénurie de données fiables sur la dette publique ou le produit intérieur de l’époque, on ne peut que faire une estimation approximative du ratio entre ces deux grandeurs, qui est aujourd’hui un indicateur très utilisé pour mesurer le poids relatif de la dette. Si l’on part du postulat que la dette publique totale (État fédéral, États fédérés et autorités locales) s’élevait en décembre 1918 à 160 milliards de marks, on peut estimer que la dette publique pouvait en 1918 représenter 182 à 198 % du produit national net95.

  • 96 Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondial (...)
  • 97 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 8 mars 1918, BArch R 704/29.
  • 98 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 29 juillet 1918, BArch R 2/1849.

72Le troisième problème est le retour de l’économie allemande sur le marché mondial. Au printemps 1918, les plans très ambitieux de création d’une grande zone économique en Europe centrale placée sous le contrôle de l’Allemagne sont abandonnés. À la place, des représentants gouvernementaux et des personnalités économiques éminentes débattent des différents moyens de contrer l’objectif des pays de l’Entente, qui est d’isoler l’Allemagne après la guerre. Tous conviennent que l’approvisionnement en matières premières et l’accès aux marchés à l’exportation sont indispensables pour l’avenir de l’économie allemande. Un retour à l’économie mondiale multilatérale d’avant-guerre est essentiel96. En mars 1918, alors que les militaires allemands lancent une ultime offensive désespérée à l’Ouest, Havenstein, le président de la Reichsbank, rédige une note sur les perspectives d’un retour de l’Allemagne dans l’économie mondiale une fois la guerre terminée, dans laquelle il estime que l’état d’épuisement général, tant militaire qu’économique, des pays belligérants exigera de conclure un accord de paix à l’automne 1918. Il est néanmoins encore influencé par l’optimisme des responsables militaires dans la mesure où il pense que l’Allemagne sera en position de force pour négocier. Si l’Allemagne ne peut s’attendre à obtenir d’importantes réparations qui lui permettront de rembourser sa dette publique, elle peut en revanche tenter d’obtenir des réparations modérées sous la forme de matières premières et de devises de manière à compenser son déficit commercial, qui persistera quelques années encore après la guerre97. En juillet 1918, Havenstein recommande encore une fois de réintégrer dès que possible l’Allemagne dans l’économie mondiale après la guerre98.

  • 99 Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Deutsche Bundesbank (dir. (...)

73La tâche du gouvernement de la République mis en place à Berlin le 9 novembre 1918 s’annonce difficile. L’importante diminution des dépenses militaires ne signifie pas un retour à la situation d’avant-guerre. Le gouvernement doit faire face à de nouvelles responsabilités, qui impliquent de nouvelles dépenses : pensions pour les invalides de guerre, les veuves et les orphelins, soutien aux entreprises qui doivent passer d’une production de guerre à une production civile, service de la dette publique colossale, nouveaux programmes de politique sociale et versement des réparations de guerre. Rétrospectivement, on estime que si l’ensemble des dépenses de l’État, des États fédérés et des autorités locales avait dû être financé par les revenus courants, le taux des prélèvements obligatoires aurait dû être de 35 %, un taux beaucoup plus élevé que le taux d’environ 15 % qui prévalait dans l’ex-Empire. La charge aurait néanmoins été moins difficile à supporter que pendant la guerre99.

  • 100 Directoire de la Reichsbank, note du 1er juillet 1919, BArch R 2 / 3889 ; directoire de la Reichsba (...)
  • 101 John Maynard Keynes, A tract on monetary reform (1923). Collected writings, vol. 4, Londres, Macmil (...)
  • 102 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 179-204.

74La Reichsbank recommande une stabilisation budgétaire et monétaire, comme elle l’avait fait les derniers mois de la guerre. Le président Havenstein n’a de cesse d’avertir que l’augmentation de la dette flottante est préoccupante et qu’elle est à l’origine de l’accélération de l’inflation. Il plaide vivement pour une réduction des dépenses publiques et pour une hausse des recettes fiscales100. Mais les gouvernements républicains, en proie à l’instabilité, rejettent cette recommandation et préfèrent mener, de novembre 1918 à 1923, une politique inflationniste, principalement en raison de la situation politique. Le contexte révolutionnaire de l’époque, où le gouvernement a à affronter l’opposition radicale aussi bien de la gauche que de la droite, pousse ce dernier à éviter les coupes dans les dépenses et toute augmentation massive des impôts. L’inflation est une forme d’imposition que même des gouvernements affaiblis peuvent utiliser101. Par ailleurs, il existait des arguments économiques en faveur de l’inflation : elle contribuait à réduire la dette de l’État, stimulait la production et l’emploi, et pouvait convaincre les pays de l’Entente que l’Allemagne n’était pas en mesure de verser des réparations trop élevées. La banque centrale coopéra avec le gouvernement en dépit de ses avertissements répétés. Jusqu’en mai 1922, la banque centrale est sous la tutelle du gouvernement. Mais même après son indépendance, son président se sent contraint de soutenir le gouvernement. La banque centrale escompte de plus en plus de bons et d’obligations du ministère des Finances et augmente la masse monétaire102.

75Les politiques budgétaire et monétaire menées de 1918 à 1923 constituent un choix délibéré, indépendant de la mobilisation financière de 1914-1918. Les prêts à court terme de la banque centrale deviennent un instrument courant de financement des dépenses de l’État ; la frontière entre dépenses courantes et dépenses exceptionnelles est ignorée ; les prix plafond ne sont plus respectés, puis sont finalement supprimés. En l’absence de toute contrainte formelle, l’inflation monte en flèche et se transforme en hyperinflation en 1922-1923.

  • 103 Ibid., p. 219-246; Peter-Christian Witt, « Staatliche Wirtschaftspolitik in Deutschland 1918-1923. (...)
  • 104 Carl-Ludwig Holtfrerich, « Amerikanischer Kapitalexport und Wiederaufbau der deutschen Wirtschaft 1 (...)

76La politique inflationniste se termine fin 1923 en désastre monétaire. Toutefois, rétrospectivement, les historiens affirment que, comparé à une politique d’austérité budgétaire et de stabilisation monétaire, l’inflation de l’après-guerre était le moindre de deux maux. L’inflation a eu un effet positif sur la production et l’emploi, ce qui contribua à la stabilisation politique de la toute nouvelle République de Weimar. L’Allemagne échappa ainsi à la crise mondiale de 1920-1921 tout en contribuant, par le volume important de ses importations, à la reprise internationale103. Financer l’excédent d’importations fut plus facile que ne l’avait imaginé la banque centrale en mars 1918. L’Allemagne bénéficia d’importants capitaux venant de l’étranger, où les investisseurs s’attendaient à un retour du mark à la parité avec le dollar qui prévalait avant la guerre104.

Conclusion

  • 105 J. Leonhard, Die Büchse der Pandora…, op. cit., p. 845-938.

77L’étude de la mobilisation financière de l’Allemagne ne modifie guère l’état actuel des connaissances sur la Première Guerre mondiale. La guerre se jouait avant tout sur les lignes de front. Depuis juillet 1918, les armées des puissances centrales (Autriche-Hongrie, Bulgarie, Allemagne et Turquie) reculaient sur tous les fronts105. L’effondrement économique n’a été qu’une cause secondaire de la défaite militaire. Vers la fin de la guerre, les puissances centrales étaient épuisées, que ce soit au front ou à l’arrière, où étaient produits les biens de ravitaillement. Aucun montage financier ingénieux n’aurait pu changer l’issue de la guerre.

78En revanche, l’étude du troisième front apporte certains éléments nouveaux à notre perception de la Grande Guerre. Dès la fin des années 1890, l’Allemagne avait pensé un programme de mobilisation financière reposant principalement sur des crédits à court terme de la banque centrale et sur des emprunts de guerre. La mobilisation financière débuta en août 1914 conformément à ce qui avait été prévu, alors que dominait l’illusion que la guerre serait de courte durée. Lorsqu’il apparut que c’était une chimère, le système de mobilisation financière fut adapté à la nouvelle situation, sans être pour autant profondément modifié. Le modèle de mobilisation financière fondé sur l’emprunt assurait les fonds nécessaires à l’achat de quantités croissantes de biens et de services destinés à la guerre, de sorte que le gouvernement pouvait réduire au minimum les conflits autour de la fiscalité.

79Le modèle allemand de mobilisation financière fondé sur l’emprunt à court terme a engendré une inflation latente qui allait compliquer la démobilisation financière. La banque centrale conseillait pour l’après-guerre un retour à l’équilibre budgétaire et à l’étalon-or, mais l’attitude du gouvernement de l’Empire à cet égard semble avoir été ambiguë.

80La mobilisation financière de l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale est parfois considérée comme un prélude à la grande inflation de 1918-1923. L’habitude de financer l’augmentation des dépenses publiques par l’emprunt plutôt que par l’impôt, les dispositifs institutionnels qui permettaient un recours illimité à la banque centrale par le pouvoir exécutif et la suspension de l’étalon-or auraient donné un mauvais exemple aux gouvernements républicains de l’immédiat après-guerre. Mais les objectifs, les instruments et les résultats de la mobilisation financière pendant la guerre étaient assez différents de ceux des politiques budgétaire et monétaire qui suivirent. Le point de vue largement répandu selon lequel l’évolution de l’inflation allemande de 1914 à 1923 a été un processus continu est erroné. L’Allemagne a connu, au début du xxe siècle, deux types d’inflation : l’inflation latente induite par la mobilisation financière et l’inflation d’après-guerre, élément à part entière de la politique de reconstruction de 1918 à 1923.

81L’étude de l’action de ceux qui, en Allemagne, furent aux manettes des politiques budgétaire et monétaire pendant la Première Guerre mondiale non seulement apporte des éléments empiriques nouveaux à nos connaissances sur la guerre, mais aussi permet d’illustrer le caractère vain de la rationalité économique dans un monde irrationnel.

Anmerkungen

1 Theo Balderston, « Industrial mobilization and war economies », dans John Horne (dir.), A companion to World War I, Chichester, Wiley-Blackwell, 2012, p. 223-224 ; Gerd Hardach, The First World War 1914-1918, Londres, Allen Lane, 1977, p. 139-173 ; Georges-Henri Soutou, « Comment a été financée la guerre », dans Paul-Marie de La Gorce (dir.), La Première Guerre mondiale, 2 vol., Paris, Flammarion, 1991, vol. 1, p. 281-297.

2 Theo Balderston, « War finance and inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History Review, 42, 1989, p. 222-244; Gerald Feldman, The Great Disorder. Politics, economics and society in the German inflation, 1914-1924, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 25-96; Stephen Gross, « Confidence and gold: German war finance 1914-1918 », Central European History, 42, 2009, p. 223-252; Stephen Gross, « War finance (Germany) », 1914-1918-online, Freie Universität Berlin, 2014; Carl-Ludwig Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne 1914-1923. Causes et conséquences au regard du contexte international, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008 ; Konrad Roesler, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches im Ersten Weltkrieg, Berlin, Duncker & Humblot, 1967 ; Manfred Zeidler, « Die Deutsche Kriegsfinanzierung 1914 bis 1918 und ihre Folgen », dans Wolfgang Michalka (dir.), Der Erste Weltkrieg. Wirkungen, Wahrnehmung, Analyse, Munich, Piper, 1994, p. 415-433.

3 Je tiens à remercier Carl-Ludwig Holtfrerich pour son aide et ses commentaires.

4 Le représentant du chancelier, « Denkschrift über wirtschaftliche Massnahmen aus Anlass des Krieges », 23 novembre 1914, débats au Reichstag, 13e législature, 2e session parlementaire, vol. 35, annexe 26, p. 4.

5  Loi du 4 août 1914 modifiant le budget de l’Empire pour l’année 1914, RGBl, 1914, p. 345-346.

6 Loi du 4 août 1914 portant modification de la loi bancaire, RGBl, 1914, p. 327 ; loi du 4 août 1914 relative à la loi organique relative aux dettes de l’Empire, RGBl, 1914, p. 325-326.

7 Loi bancaire du 14 mars 1875, RGBl, 1875, p. 177-198.

8 Loi du 4 août 1914 relative aux billets garantis par le ministère des Finances et aux billets de banque, RGBl, 1914, p. 347.

9 Loi du 4 août 1914 relative aux caisses de prêt, RGBl, 1914, p. 340-345.

10 Bureau de l’administration centrale des caisses de prêt, Die Darlehnskassen des Reichs im Jahr 1914, Berlin, 1915, p. 4.

11 Le chancelier au Bundesrat et au Reichstag, 2 août 1914, BArch R 2 /41134.

12 Office des statistisques, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland, Berlin, Hobbing, 1925, p. 45.

13 Apocalypse de Saint-Jean, ch. 13, v. 13-16.

14 Peter-Christian Witt, Die Finanzpolitik des Deutschen Reiches von 1903 bis 1913, Lübeck/Hamburg, Matthiessen, 1970.

15 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 195.

16 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung des Deutschen Reiches 1870-1914, manuscrit, 1929, archives culturelles secrètes de l’État prussien (GStA) I. HA Rep. 151 HB 970; archives du Reich, Kriegsrüstung und Kriegswirtschaft, vol. 1, Berlin, Mittler, 1930; Archives du Reich, Kriegsrüstung und Kriegswirtschaft. Anlagen zum ersten Band, Berlin, Mittler, 1930.

17 Chancellerie à la Caisse du trésor de guerre, 5 mai 1874, archives fédérales, Berlin (BArch) R 2101/1.

18 Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld- und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p. 14-16.

19 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung…, op. cit., p. 12.

20 Leo Feuchtwanger, Die Darlehnskassen des Deutschen Reiches mit Berücksichtigung der entspechenden Kreditorganisation des Auslands, Stuttgart/Berlin, Cotta, 1918; Reinhold Zilch, Die Reichsbank und die finanzielle Kriegsvorbereitung 1907 bis 1914, Berlin, Akademie-Verlag, 1987, p. 122-123.

21 Conférence sur le financement de la guerre, 14 avril 1891, BArch R 2/275.

22 R. Zilch, Die Reichsbank und finanzielle Kriegsvorbereitung…, op. cit., p. 120-122.

23 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 17 avril 1912, BArch R 2/41282.

24 Chancellerie au ministre prussien des Finances, 5 juin 1891, BArch R 2/274.

25 Situation de la Reichsbank en cas de guerre et introduction du cours forcé, note non datée, BArch R 2 / 41285.

26 Entretien sur l’élaboration de mesures financières dans l’éventualité d’une mobilisation, 1er avril 1901, BArch R 2/41275 ; Imprimerie de l’Empire au ministère des Finances, 20 janvier 1906, BArch R 2/41278.

27 Directoire de la Reichsbank au ministère des Finances, 23 juillet 1906, BArch R 2/41279 ; directoire de la Reichsbank au ministère des Finances, 4 octobre 1906, BArch R 2/41279.

28 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 117-131.

29 Oliver Janz, Der Große Krieg, Francfort, Campus, 2013, p. 31-32, p. 71-72 ; Jörn Leonhard, Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs, Munich, Beck, 2014, p. 52-53 ; Herfried Münkler, Der Große Krieg. Die Welt 1914-1918, Berlin, Rowohlt, 2013, p. 71-90.

30 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1914, Berlin, 1915, p. 4-5.

31 Préfecture de Düsseldorf, Questions liées à la guerre, 14 septembre 1914, GStA I. HA Rep. 151 HB 983.

32 Die Darlehnskassen des Reichs im Jahre 1914…, op. cit., p. 3-4.

33 Reichsbank, Département des statistisques, Kriegsanleihen, BArch R 2501/539.

34 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1918, Berlin, 1919, p. 11.

35 Hugh Strachan, « The war experienced: Command, strategy and tactics, 1914-1918 », dans John Horne (dir.), A companion to World War I, Chichester, Wiley-Blackwell, 2012, p. 35-48.

36 Discours du président de la Reichsbank lors de la réunion du conseil de surveillance de la banque centrale, 25 septembre 1914, BArch R 43/2398.

37 Note relative aux discussions engagées par le secrétaire du ministère des Finances avec les différents ministres des Finances sur la situation financière du Reich, 14 juillet 1915, BArch R 2/41231.

38 K. Helfferich, Discours sur la loi de finances rectificative pour l’année 1915-1916, 14 août 1915, débats au Reichstag, 13e législature, 2e session, vol. 306, Rapports sténographiés, p. 224 A.

39 Chancelier, note du 31 janvier 1916, BArch R 2 / 41232.

40 Loi du 21 juin 1916 relative à l’impôt de la guerre, RGBl, 1916, p. 561-572 ; K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 189-191.

41 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 191-194.

42 Loi du 21 juin 1916 relative à l’impôt de guerre, RGBl, 1916, p. 561-572.

43 Ministère des Finances aux gouvernements des États, 22 février 1916, GStA I. HA Rep. 151 HB 989.

44 Reichsbank, Matériel pour la campagne promotionnelle du sixième emprunt de guerre, BArch R 2501/397.

45 Office fédéral des statistiques, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, Kohlhammer, 1972, p. 98.

46 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1918…, op. cit., p. 207.

47 Ibid.

48 T. Balderston, War finance…, op. cit., p. 224-231, p. 241-242.

49 Verwaltungsbericht der Reichsbank 1918…, op. cit., p. 3-4.

50 T. Balderston, War finance…, op. cit., p. 224-225.

51 Schiffer, ministre des Finances du Reich ; Die Finanzen des Deutschen Reichs in den Rechnungsjahren 1914 bis 1918, note du 12 mars 1918, débats de l’Assemblée nationale constituante, vol. 135, annexe 158, p. 99-114 ; K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 195-200.

52 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; K. Roesler,
Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 88.

53 K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 201.

54 Ministère des Finances au ministre prussien des Finances, 21 décembre 1914, GStA I. HA Rep. 151 HB 984.

55 Bureau de l’administration centrale des caisses de prêt, Die Darlehnskassen des Reichs im Jahre 1918, Berlin, 1919, p. 3.

56 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; K. Roesler, Die Finanzpolitik…, op. cit., p. 88.

57 Walther G. Hoffmann, Franz Grumbach, Helmut Hesse, Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, Springer, 1965, p. 825-826.

58 Albrecht Ritschl, « The pity of peace. Germany’s economy at war, 1914-1918 and beyond », dans Stephen Broadberry et Mark Harrison (dir.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 44.

59 Gerald Feldman, Army, industry and labor in Germany, Princeton, Princeton University Press, 1966; G. Hardach, The First World War…, op. cit., p. 55-75.

60 A. Ritschl, The pity of peace, op. cit., p. 44.

61 W.G. Hoffmann, F. Grumbach, H. Hesse, Wachstum der deutschen Wirtschaft…, op. cit., p. 825-826; A. Ritschl, The pity of peace…, op. cit., p. 44; Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 5.

62 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 45-46.

63 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 58-62.

64 Ibid.

65 Loi du 4 août 1914 relative aux prix plafond, RGBl, 1914, p. 339-340.

66 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 6, 16.

67 G. Hardach, The First World War…, op. cit., p. 112-120.

68 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1916, Berlin, 1917, p. 7-13.

69 Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 48-51.

70 Ibid.

71 Carsten Burhop, Wirtschaftsgeschichte des Kaiserreichs 1871-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, p. 101-117.

72 W.G. Hoffmann, F. Grumbach, H. Hesse, Wachstum der deutschen Wirtschaft…, op. cit., p. 817.

73 G. Hardach, First World War…, op. cit., p. 11-34; Nicholas A. Lambert, Planning Armageddon. British economic warfare and the First World War, Cambridge MA / Londres, Harvard University Press, 2012.

74 Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 10 novembre 1914, GStA Rep. 151 HB 984.

75 Reichsbank au ministre de l’Intérieur, 6 janvier 191d [sic], GStA Rep. 151 HB 984.

76 Verwaltungsbericht der Reichsbank für das Jahr 1915, Berlin 1916, p. 7.

77 Directoire de la Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 15 juin 1916. BArch R 2/41671.

78 Ibid.

79 Directoire de la Reichsbank au secrétaire du ministère des Finances, 15 septembre 1916, BArch R 2/41672.

80 Communication sur la déclaration de titres, 23 août 1916, RGBl, 1916, p. 952.

81 Reichsbank, Montant total des titres détenus au 30 septembre 1916, BArch R 2501/6664.

82 Titres étrangers détenus en Allemagne, postérieurement à la signature de l’accord de paix, BArch R 2501/6664.

83 Compte rendu d’une discussion au ministère de l’Intérieur, 19 juin 1917, BArch R 2/41673.

84 Harvey E. Fisk, The Inter-Ally Debts. An analysis of war and post-war public finance 1914-1923, New York, Bankers Trust Co., 1924.

85 Le sous-secrétaire de la Chancellerie au secrétaire du ministère des Finances, 1er septembre 1917, BArch R 2/41674.

86 H. Pantlen, Die finanzielle Mobilmachung…, op. cit., p. 78-79.

87 G. Hardach, First World War…, op. cit., p. 32-33.

88 Directoire de la Reichsbank, Die deutsche Zahlungsbilanz und der Auslandskredit, note du 2 janvier 1919, BArch R 2/41674.

89 Reinhold Zilch, Okkupation und Währung im Ersten Weltkrieg. Die deutsche Besatzungspolitik in Belgien und Russisch-Polen 1914-1918, Keip, Goldbach, 1994.

90 Pierre-Cyrille Hautcœur, « Was the Great War a watershed? The economics of World War I in France », dans Stephen Broadberry et Mark Harrison (dir.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 169-205; Vejas Gabriel Liulevicius, « German occupied Eastern Europe », dans John Horne (dir.), A companion to World War I, Chichester, Wiley-Blackwell, 2012, p. 447-463; Sophie de Schaepdrijver, « Belgium », dans John Horne (dir.), A companion to World War I, op. cit., p. 386-402.

91 Ministère prussien de la Guerre, note du 16 octobre 1918, BArch R 704/25.

92 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 8 mars 1918, BArch R 704/29.

93 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 179-195.

94 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 29 juillet 1918, BArch R 2/1849.

95 État de la dette de guerre capitalisée au 31 décembre 1918, BArch R 2/1895 ; W.G. Hoffmann, F. Grumbach, H. Hesse, Wachstum der deutschen Wirtschaft…, op. cit., p. 825-826 ; A. Ritschl, The Pity of peace…, op. cit., p. 44 ; K. Roesler, Finanzpolitik…, op. cit., p. 88 ; Office des statistiques, Zahlen zur Geldentwertung…, op. cit., p. 5.

96 Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989, p. 726-745.

97 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 8 mars 1918, BArch R 704/29.

98 Directoire de la Reichsbank au chancelier, 29 juillet 1918, BArch R 2/1849.

99 Heinz Haller, « Die Rolle der Staatsfinanzen für den Inflationsprozess », Deutsche Bundesbank (dir.), Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Francfort, Knapp, 1976, p. 139.

100 Directoire de la Reichsbank, note du 1er juillet 1919, BArch R 2 / 3889 ; directoire de la Reichsbank au ministre des Finances, 18 juillet 1919, BArch R 2 / 1894 ; directoire de la Reichsbank, note du 29 juillet 1919, BArch R 2/1894.

101 John Maynard Keynes, A tract on monetary reform (1923). Collected writings, vol. 4, Londres, Macmillan, 1971, p. 37.

102 C.-L. Holtfrerich, L’Inflation en Allemagne…, op. cit., p. 179-204.

103 Ibid., p. 219-246; Peter-Christian Witt, « Staatliche Wirtschaftspolitik in Deutschland 1918-1923. Entwicklung und Zerstörung einer modernen wirtschaftspolitischen Strategie », Gerald Feldman, Carl-Ludwig Holtfrerich, Gerhard Ritter, Peter-Christian Witt (dir.), Die deutsche Inflation. Eine Zwischenbilanz, Berlin/New York, de Gruyter, 1982, p. 151-179.

104 Carl-Ludwig Holtfrerich, « Amerikanischer Kapitalexport und Wiederaufbau der deutschen Wirtschaft 1919-1923 im Vergleich zu 1924-1929 », Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 64 (1977), p. 497-529.

105 J. Leonhard, Die Büchse der Pandora…, op. cit., p. 845-938.

Autor

Professeur d’histoire économique et sociale à l’université de Marburg, Allemagne, 1972-2006. Ses publications sont centrées sur l’histoire économique et sociale des xixe et xxe siècles, dont The First World War 1914-1918, Londres, Allan Lane, 1977 ; « La mobilisation industrielle », in Paul Marie de la Gorce (dir.), La première guerre mondiale, 2 vol. , Paris, Flammarion, 1991 ; « Nation building in Germany : the economic dimension », in Alice Teichova and Herbert Mathis (dir.), Nation, state, and the economy in history, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; « Financial Mobilization in Germany 1914-1918 », eabh Papers, n° 14-08.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search