Version classiqueVersion mobile

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Les emprunts français aux États-Unis 1914-1917 : vers un nouvel ordre monétaire et financier international

Laure Quennouëlle-Corre

Texte intégral

1On le sait : la Première Guerre mondiale constitue un tournant majeur pour les mouvements de capitaux internationaux, les pays créanciers d’avant-guerre, comme la Grande-Bretagne et la France, devenant débiteurs, surtout auprès des États-Unis. Certes, la montée en puissance de l’économie américaine, depuis quelques décennies, augurait un changement d’équilibre entre les grandes puissances, mais la guerre a précipité le mouvement d’inversion. Plusieurs raisons se sont accumulées pour expliquer ce brutal renversement de situation du côté français. D’une part une guerre longue et coûteuse, d’autre part des finances publiques mal préparées au conflit.

  • 1 Gaston Jèze, Les Finances de guerre de la France, t. 1 : Les Besoins financiers de la France jusqu’ (...)

2À la veille de 1914, l’héritage financier de la guerre de 1870 n’est pas encore digéré (versement des 5 milliards de francs-or à l’Allemagne), tandis que la gestion des finances publiques est désordonnée et peu rigoureuse, soumise à des budgets souvent en déficit et votés en retard. Ceci a entraîné un développement de la dépense publique : + 1,77 milliards de francs d’augmentation entre 1904 et 1914, financée en partie par des impôts nouveaux, en partie par des expédients financiers (comptes spéciaux, obligations du ministère des Finances)1.

  • 2 Gaston Jèze, Les Finances de guerre de la France, t. 2 : La Politique financière du gouvernement pe (...)
  • 3 Le stock d’or de la Banque de France augmente certes pendant la guerre ; fin 1914, la Banque dispos (...)

3D’autre part, la guerre n’a pas été préparée financièrement et s’avérera plus longue que prévue : le financement de la guerre, largement improvisé, repose d’abord sur l’augmentation des emprunts à court terme et les avances de la Banque de France, l’impôt progressif sur le revenu des personnes physiques étant mis en place tardivement en 1917 (voir la communication de Bertrand Blancheton). Au fur et à mesure que la guerre s’enlise, en raison de l’augmentation des dépenses de guerre, les expédients utilisés entre août et décembre 1914 ne suffisent plus. L’épargne intérieure est largement mise à contribution avec l’émission d’un grand emprunt 5 % en novembre 1915 et la poursuite des émissions de bons de la Défense nationale. Mais cette ressource ne suffit pas à couvrir l’ensemble des dépenses de guerre, qui s’élève à 22,8 milliards de francs pour 1915, puis à 32,64 milliards pour 19162. Aussi, pour couvrir des dépenses croissantes, l’appel aux emprunts extérieurs devient rapidement nécessaire. Mais il doit servir également à couvrir le déficit commercial de la France avec certains pays. Le montant vertigineux des besoins extérieurs français ne peut être réglé seulement en or3, en valeurs mobilières, en avances, en crédit à court terme ou en traites commerciales. En effet, en raison du conflit, les dépenses françaises à l’étranger ont considérablement augmenté et les importations ont changé de provenance. Parmi elles, les importations en provenance des États-Unis se sont fortement accrues entre 1914 et 1918 : importations de produits alimentaires (blé, sucre), de coton, de métaux et machines-outils, d’huiles et d’essences, de munitions et d’explosifs… Le total des importations en provenance des États-Unis s’élève, entre 1914 et 1918, à 26,9 milliards de francs, les exportations à 2,54 milliards de francs. Le déficit commercial avec la Grande-Bretagne pendant la guerre est de 17,5 milliards de francs (charbon, métaux acier, machines).

4D’où un besoin accru de devises fortes (le dollar et la livre sterling) pour le paiement de ces produits importés. Or, au fur et à mesure que la guerre se prolonge, les réserves en devises s’épuisent et la valeur du franc baisse : 1 dollar vaut 5 francs en 1914, 5,60 francs en 1915, 5,90 francs en 1916, puis, le franc subissant une légère hausse après l’entrée en guerre des Etats-Unis, 5,75 francs en 1917 et 5,60 francs en 1918. L’évolution du change suit la même courbe négative vis-à-vis de la livre sterling, qui continue de jouer un rôle international comme monnaie de paiement. En parallèle, on assiste à une hausse continue des prix des produits importés et du fret : la question du change devient donc cruciale, et cela dès 1915.

5Les emprunts extérieurs ne constituent pas seulement un moyen de se procurer des ressources financières supplémentaires, ils sont aussi un moyen de régler en partie ce problème de change. En effet, les emprunts extérieurs permettent de payer les fournitures, soit en livres sterling pour les paiements privés (le fret), soit en obtenant des crédits directs pour des achats aux États-Unis qui ne nécessitent pas de change (les commandes publiques). C’est l’une des raisons pour lesquelles les emprunts français se sont concentrés sur les États-Unis, l’autre raison étant bien évidemment le volume d’épargne disponible outre-Atlantique. L’appel à des ressources extérieures devient une double nécessité, financière et monétaire.

Tableau 1 – Ressources extérieures de la France 1914-1919 (en millions de francs)

Pays prêteurs

1914

1915

1916

1917

1918

1919

Totaux

Amérique

51

1 845

1 624

7 532

5 388

9 267

25 707

Angleterre

814

6 968

3 997

5 388

9 267

15 132

Espagne

131

67

570

768

Suisse

46

164

73

283

Pays scandinaves

147

47

11

205

Autres pays

30

232

979

249

1 490

Totaux

51

2 806

8 800

11 885

8 695

11 348

43 585

Source : d’après Henri Truchy, Les Finances de guerre de la France, Publications de la dotation Carnegie pour la paix internationale, Paris, PUF/Yale University Press, 1926. Sur les 43 milliards de francs empruntés à l’étranger entre 1914 et 1919, plus de 4 milliards ont été remboursés avant cette date, ce qui monte les ressources nettes obtenues de l’étranger à 39,4 milliards, soit 23 % de la dette totale (y compris les avances de la Banque de France).

  • 4 Pierre Renouvin, « La politique des emprunts étrangers aux États-Unis de 1914 à 1917 », Annales, éc (...)

6La place centrale tenue par les États-Unis dans les ressources extérieures de la France incite à se pencher plus particulièrement sur la manière dont se sont déroulés le lancement et le placement des différents emprunts, qu’il s’agisse d’avances bancaires, de crédits commerciaux ou d’emprunts d’État. Les négociations financières serrées entre Français, Anglais et Américains ont déjà été étudiées par les historiens, essentiellement des points de vue politique et diplomatique4. Il ressort de ces travaux que les enjeux politiques, monétaires et commerciaux se mêlent étroitement dans une diplomatie financière en plein renouvellement, qui voit s’affronter des positions différentes au sein même des pays et se nouer des accords éphémères dictés par les intérêts nationaux. La chronologie fine des relations financières entre les principaux protagonistes offre ainsi des mouvements contrastés, faits de revirements, de coups de théâtre et de crispations qui laisseront des traces dans les règlements de l’après-guerre. Ce ballet diplomatique constitue l’arrière-plan de notre propos, qui souhaite se concentrer sur les aspects proprement financiers et bancaires des opérations menées aux États-Unis par la France entre 1914 et 1917. Les émissions d’emprunts aux États-Unis constituent en effet une innovation majeure des deux côtés de l’Atlantique. C’est la première fois que des emprunts d’une telle ampleur sont émis sur le marché américain : Comment les négociations et le placement des emprunts ont-ils été menés ? Quels sont les protagonistes américains et français qui ont conduit les négociations ? Quels sont les enjeux de ces opérations, à l’échelle économique, financière et monétaire ? Quelles sont les conséquences à moyen terme pour les deux pays du point de vue de leurs marchés de capitaux et de leur place respective dans les flux de capitaux internationaux ? Quelles sont les conséquences pour le ministère des Finances et pour sa place dans l’organisation gouvernementale ? Nous nous concentrons sur la période qui précède l’entrée des États-Unis en guerre, car si cette deuxième époque n’est pas exempte de péripéties et d’obstacles, elle change la donne du côté américain : tous les emprunts étrangers sont désormais contrôlés par la trésorerie américaine, alors qu’avant avril 1917, les acteurs étaient pluriels et obéissaient à des préoccupations variées. Les banques américaines sont alors les principaux interlocuteurs du gouvernement français, tandis que le Federal Reserve Board émet des recommandations et que le gouvernement fait pression sur les milieux bancaires et les milieux d’affaires. Les préoccupations des uns et des autres divergent, les positions évoluent, les accords se succèdent, les ennemis d’hier deviennent les alliés du moment. Cette étude au plus près des acteurs est passionnante en ce qu’elle révèle de la complexité des attitudes qui se nourrissent de tant de motivations diverses.

7L’emprunt anglo-français de septembre 1915, qui est le premier grand emprunt étranger sur le marché financier américain, est le point de départ de notre étude. Il apparaît emblématique du nouvel ordre monétaire et financier qui se met en place, car il inaugure de nouvelles pratiques sur les marchés financiers, de nouveaux réseaux bancaires à l’échelle du monde. Il offre une photographie précise de l’état des relations triangulaires complexes et parfois tendues entre la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne en 1915. Il est certain que se focaliser sur l’étude des relations franco-américaines de cette époque pourrait fausser l’analyse, car la France, également débitrice de la Grande-Bretagne, conclut avec elle des accords monétaires et financiers sur lesquels sont adossés ses paiements aux États-Unis. Aussi le point de vue qui nous intéresse ici, le changement des marchés, des pratiques, des mouvements de capitaux né de la guerre, prend tout de même en compte les rivalités monétaires et financières de la Grande-Bretagne et des États-Unis.

8Puis nous évoquerons les autres opérations financières menées après 1915, qui donnent lieu également à des innovations financières : emprunts des villes françaises, emprunts sur titres, ventes de titres neutres.

9Enfin dans une troisième partie, nous étudierons les conséquences de cette activité nouvelle aux États-Unis sur l’organisation administrative française, avec la naissance de nouvelles institutions.

I. L’emprunt franco-anglais, enjeux et conséquences (automne 1915)

A. La situation financière tendue des Alliés à l’été 1915

  • 5 Le ministère des Affaires étrangères français a démenti le fait que le gouvernement ait envisagé ce (...)
  • 6 Alexandre Ribot, Lettre à un ami : souvenirs de ma vie politique, Paris, Éditions Bossard, 1924, p. (...)
  • 7 Le gouvernement britannique avait dissuadé les banques de Londres de prêter aux banques françaises (...)

10Assez rapidement après le début de la guerre, le gouvernement français songe à emprunter aux États-Unis pour payer ses achats. Début août, Rothschild sonde la banque Morgan pour un prêt du gouvernement français de 100 millions de francs, mais sans succès, car le marché américain est encore sous le coup de la crise financière de l’été 19145. Toutefois, en novembre 1914, 10 millions de dollars de bons du ministère des Finances à un an sont escomptés par la National City Bank : il s’agit du premier prêt accordé aux États-Unis à un pays en guerre. Mais c’est surtout en février 1915, alors que le franc commence à baisser sur les marchés des changes, que le problème du paiement des achats à l’étranger se trouve posé. Les mesures de restriction des achats à l’étranger et d’interdiction d’exportation de capitaux n’ont pas suffi à redresser la balance des comptes. La situation financière de la Grande-Bretagne est également préoccupante ; aussi la conférence de Paris, qui réunit les représentants français et britanniques début février 1915, conclut-elle à la nécessité d’une solidarité financière entre les pays de l’Entente (Russie comprise) et d’une concertation sur les achats. Toutefois, les positions française et britannique divergent quant aux moyens à utiliser. Le ministre des Finances français Alexandre Ribot préconise le lancement d’un emprunt commun des Alliés aux États-Unis6 et se heurte à la réticence britannique, peu désireuse que son marché financier soit mis à contribution et soucieuse avant tout de préserver le cours de la livre. Dans cette optique, les Britanniques cherchent essentiellement à maintenir ou accroître leur stock d’or. Le 30 avril 1915, Ribot négocie une ouverture de crédit de 42 millions de livres sterling par la Grande-Bretagne et ne l’obtient que moyennant la vente de 20 millions de livres d’or à Londres7 pour les achats aux États-Unis.

  • 8 C’est tout du moins l’analyse qu’en fait Lamont, de la banque Morgan de New York, qui a sondé la co (...)

11En avril 1915, à l’issue de négociations difficiles sur les conditions de son lancement, une nouvelle émission de bons du ministère des Finances à un an au taux de 5 % est lancée sur le marché américain par l’entremise de la banque Morgan, de la National City Bank et de la First National Bank pour un capital de 50 millions de dollars, remboursables en dollars à New York ou en francs à Paris selon un taux fixe (5,181 francs pour un dollar) ; toutefois, en raison de la réticence des investisseurs à financer des belligérants8, l’opération ne rapporte que 26,2 millions de dollars, ce qui est bien insuffisant pour payer les achats aux États-Unis du ministère de la Guerre jusqu’en septembre.

  • 9 Le ministère des Finances rachète aux porteurs français à des cours légèrement supérieurs à ceux co (...)
  • 10 Une fois en possession des titres, l’État peut les négocier en Bourse, les offrir en garantie de cr (...)

12D’autres initiatives sont prises en matière de crédits bancaires, qui montrent la capacité d’initiative des banques françaises mais aussi des autorités financières. À partir de l’été 1915, le gouvernement français entreprend d’acheter aux capitalistes français leurs titres américains. Ainsi, en juillet 1915, la maison Rothschild de Paris obtient d’un groupe de banques américaines un crédit de 30 millions de dollars à 5 % contre le dépôt d’obligations de chemins de fer Pennsylvania et Chicago Milwaukee, qui seront ensuite rachetées discrètement par le ministère des Finances français9. L’opération sera reprise par un groupe bancaire dirigé par la banque Kuhn Loeb, ce qui permit un nouveau crédit porté au gouvernement français. Mais, contrairement aux capitalistes britanniques, les Français ne disposent que de l’équivalent de 150 millions de titres américains10.

13Au même moment, l’idée d’un règlement général des crédits commerciaux fait son chemin. Pour régler les paiements des achats américains en dollars, lord Reading, chef de la délégation britannique aux Etats-Unis, et son homologue français Octave Homberg ont bien tenté de créer un marché pour la négociation de traites en dollars qui seraient acceptées par les banques américaines. Mais le projet échoue devant l’opposition de la City, bien déterminée à ne pas se laisser concurrencer par New York et à maintenir la suprématie de la livre dans les règlements internationaux. Il apparaît en effet, au fil des archives, que de grandes banques américaines penchent alors du côté des pays de l’Entente et aspirent à établir des liens directs avec les pays européens sans passer par Londres, tentant ainsi par ce biais de concurrencer la City qui, pour sa part, sent bien le danger pointer et reste vigilante. Ceci ne facilite pas les relations entre la France et la Grande-Bretagne.

14On assiste alors à des initiatives isolées : en août 1915, par l’entremise de la Banque de France, un groupe de banques françaises dirigé par le Crédit Lyonnais se voit obtenir un crédit de 20 millions de dollars par un groupe de banques américaines mené par Brown Brothers. Pour sa part, la maison Bronbright fait un premier crédit de 15 millions de dollars à Schneider et Cie en décembre 1915, qui sera suivi en 1916 et 1917 de crédits d’un même montant.

  • 11 M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 108.

15À la fin de l’été, tous les expédients ont été utilisés – envoi d’or en garantie, prêt ou vente, vente de titres américains, crédits bancaires, émission de bons du ministère des Finances – et s’avèrent insuffisants pour enrayer la chute du franc et de la livre. Aussi, lors d’une conférence à Boulogne-sur-Mer à la fin du mois d’août 1915, la nécessité d’un grand emprunt des pays de l’Entente aux États-Unis est-elle finalement acceptée par la Grande-Bretagne. Alexandre Ribot semble bien en avoir été l’instigateur, alors que le ministre des Finances McKenna aurait préféré un emprunt purement britannique précédé d’un envoi d’or11.

Si le principe chez les Alliés est désormais acquis, les modalités sont loin d’être arrêtées.

B. Les difficiles négociations de l’emprunt

  • 12 AEF, B 62521, télégramme de Gueyraud au ministre des Affaires étrangères et au ministre des Finance (...)

16D’emblée, l’annonce à la mi-septembre d’un emprunt franco-anglais de 500 millions de dollars aux États-Unis fait réagir les milieux américains de diverses manières. D’un côté, l’opinion publique américaine se montre favorable à l’emprunt des Alliés. La France jouit d’un capital de sympathie indéniable – le souvenir de La Fayette n’est pas si lointain –, tandis que la Grande-Bretagne bénéficie d’un meilleur crédit, mais elle se verra très vite reprocher sa politique du blocus commercial qui nuit aux intérêts des industriels américains qui commercent avec l’Allemagne. La presse se fait d’abord l’écho de ce courant favorable à l’emprunt des Alliés et fait sensation en lançant des manchettes sur « l’emprunt géant d’un milliard de dollars12 », chiffre fantaisiste qui nuit de fait à la crédibilité des emprunteurs.

17En revanche, l’accueil des banquiers est beaucoup plus réservé et cela pour différentes raisons. La principale tient au fait qu’il s’agit d’un emprunt étranger d’un montant sans précédent et que le marché n’est pas habitué à ce type de titres. Les épargnants américains sont traditionnellement plus portés vers les actions des entreprises du pays que vers des fonds d’État à revenu fixe. Parmi les quelques emprunts étrangers achetés jusqu’alors par les Américains figurent des titres japonais, canadiens ou argentins, mais en aucun cas européens. Il s’agit là d’un obstacle important que le système bancaire américain n’est pas habitué à affronter. Disposant de moins de guichets que leurs homologues européens, les banques américaines n’ont pas leur capacité de placement ; le nombre de banques étant beaucoup plus élevé et le système bancaire fédéral très dispersé et décentralisé, il leur est difficile de canaliser l’épargne du pays sur un tel montant pour une seule opération. D’autant que la réglementation des banques nationales leur interdit de placer plus de 10 % de leur capital et de leurs réserves dans une même valeur. C’est ce qui pousse la banque Morgan, chef de file de l’emprunt, à proposer un emprunt par tranches de 250 millions de dollars, qui, selon elle, permettrait au public de se familiariser avec ce type de titre. Mais la proposition est repoussée par les gouvernements français et anglais, qui préfèrent un montant plus important, susceptible d’assurer les paiements des prochains mois à venir.

1. Le rôle central de la banque Morgan

  • 13 Sur ce point, voir Vincent P. Carosso, The Morgans, Cambridge, London, Harvard University Press, 19 (...)

18La banque Morgan jouit en Europe d’une bonne réputation depuis sa participation à l’emprunt international du gouvernement français en 1870 pour 50 millions de dollars, grâce à laquelle elle a noué des relations continues avec les gouvernements du continent. Plus généralement, depuis la fin du xixe siècle, la banque développe ses financements internationaux au gré de l’expansion américaine, d’abord en Amérique latine, puis en Europe13. Dès les années 1890, elle dispose du leadership en matière de prêts gouvernementaux étrangers sur presque tous les continents. C’est surtout la maison de Londres qui assure alors les prêts aux États ottoman, russe et prussien et se fait connaître auprès des gouvernements européens. Au début du xxe siècle, la banque Morgan de New York émerge comme le banquier leader sur les emprunts étrangers aux Etats-Unis, et sort renforcée de la panique financière de 1907, dans laquelle elle a permis le sauvetage de la place financière de New York.

  • 14 Octave Homberg a passé le concours du Quai d’Orsay avant d’entrer rapidement à la Banque de l’Indoc (...)
  • 15 Selon M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 98.

19Au début de la guerre, en raison notamment de ses liens avec Morgan Grenfell à Londres, Morgan jouit d’une bonne renommée en Grande-Bretagne, dont le gouvernement lui a confié la centralisation de ses achats aux États-Unis. En France, elle ne jouit pas de la même popularité que la National City Bank, qui a accepté d’escompter les bons du ministère des Finances français dès novembre 1914. Toutefois, sous la pression des Anglais et en dépit de la réticence d’Octave Homberg14, à la suite de la conférence de Paris, qui organise la centralisation des achats entre Alliés, Ribot se résout à faire de Morgan l’agent commercial et financier de la France aux États-Unis, espérant bien que la France tirerait profit de ce rapprochement franco-anglais15.

20Après la disparition du grand banquier John Pierpont Morgan en 1913, la relève est assurée par son fils Jack et grâce aux associés expérimentés que sont Henry Davison, Thomas Lamont et Dwight Morrow. C’est plus particulièrement Davison qui sera l’interlocuteur des Français pour la négociation des emprunts et qui devra affronter la méfiance, voire l’hostilité d’Octave Homberg, qui voit en lui un homme « arrogant », qui ne parle pas français et ne connaît pas la France. Homberg reprochera également à la banque Morgan son manque d’autorité sur les autres banques, son absence d’initiatives et parfois son manque d’organisation et de méthode. Certes, l’associé parisien de Morgan, Herman Harjes, un proche d’Alexandre Ribot, permet de contourner la méfiance d’Octave Homberg, mais il n’est pas décisionnaire : la partie se joue surtout à New York, entre les délégations britannique et française, les banques américaines et, dans une moindre mesure, avec le Federal Reserve Board.

21Ces relations tendues entre la France et la banque ne vont pas s’améliorer lorsque les gouvernements français et anglais annoncent leur intention d’émettre un grand emprunt de 500 millions de dollars à New York, initiative vivement déconseillée par la banque Morgan, échaudée par le mauvais placement des bons du ministère des Finances en avril 1915.

22Toutefois, au regard de sa position de leader à Wall Street, notamment depuis la crise financière de 1907, Morgan apparaît incontournable pour être le chef de file de l’emprunt. Si les télégrammes d’Octave Homberg laissent échapper régulièrement des remarques acerbes sur son comportement, il est bien lucide sur la position de leader de la banque :

  • 16 AEF, B 62521, télégramme d’O. Homberg au ministre des Finances, 21 septembre 1915.

« M. P. Morgan est craintif, ne paraît pas trouver les concours nécessaires ; les jalousies que sa situation d’agent de l’Angleterre et de la France lui a values et dont quelques-unes sont féroces, se retournent contre lui. Il manque d’autorité […] Nous ne pouvons nous passer de M. P. Morgan : mais il faudrait que celui-ci élargît considérablement sa plate-forme. Avec le manque de cohésion et de centralisation des banques américaines cela est extrêmement difficile16. »

23Ces relations de méfiance pèsent lourdement alors que les négociations pour boucler le syndicat de placement s’annoncent difficiles. En effet, au fil des jours, les oppositions de tout bord se développent dans le pays.

2. Des oppositions politiques, des rivalités entre Alliés

24La campagne de presse des pro-Allemands, menée efficacement par le Dr Dernburg, prend une nouvelle dimension en jouant habilement sur le blocus anglais des exportations allemandes vers les Etats-Unis, qui nuit aux commerçants américains et sur la situation budgétaire catastrophique des pays de l’Entente, qui ne pourront rembourser. Le déroulement des combats ne contribue pas à accréditer une victoire certaine des Alliés. Le refus catégorique des délégués français et anglais d’un emprunt avec nantissement de titres est habilement exploité par le parti pro-allemand : selon eux, un emprunt non garanti n’étant pas une opération de banque privée mais un prêt consenti à des pays, il constituerait une violation du principe de neutralité. Cette position est largement relayée dans l’opinion par le groupe de presse Hearst.

  • 17 AEF, B 62521, télégramme de Gueyraud, 22 septembre 1915.

25S’y ajoute l’opposition d’une partie des banques new-yorkaises à la participation de la Russie à l’emprunt, en raison de l’antisémitisme du régime tsariste. Otto Kahn, dirigeant de la maison Kuhn Loeb, annonce dans la presse qu’il participera à l’emprunt sur ses fonds personnels, mais que la maison ne soutiendra pas un emprunt destiné à payer « des instruments de mort » et qui sera mis en partie à la disposition de la Russie17.

26Jour après jour, l’opposition à l’emprunt se développe dans l’Ouest, tandis que Chicago se déclare contre l’emprunt en raison de la prise de position anglaise sur le blocus commercial. Pour sa part, M. Rockfeller, qui avait d’abord apporté son soutien à l’emprunt, dénonce l’attitude du gouvernement britannique, qui combat la Standard Oil au profit de sa rivale, la Shell.

27Les concurrents de l’emprunt franco-anglais sur le marché ne facilitent pas la tâche des organisateurs : au même moment, les Italiens cherchent à placer des bons du ministère des Finances sur le marché américain, au grand dam des autres pays de l’Entente. Pour sa part, la maison Bronbright, qui comptait ouvrir un crédit au Creusot, se voit priée d’ajourner son opération. À l’insu des Français, début octobre, les joint stock banks londoniennes préparent des ouvertures de crédits par acceptation aux États-Unis. Toutes ces initiatives mettent au jour le manque de coordination des Alliés et nuisent à leur crédit sur le marché américain.

28Les délégués doivent donc se battre sur plusieurs fronts, tandis que leurs gouvernements doivent s’accorder entre eux. Depuis le début de la guerre, la France et la Grande-Bretagne n’ont pas les mêmes préoccupations et divergent sur les moyens financiers à mettre en œuvre. D’un côté, les Anglais craignent que New York ne supplante la City en tant que centre financier international et sont favorables au maintien de l’étalon-or coûte que coûte, mais d’un autre côté, des divisions apparaissent entre la trésorerie britannique, la Banque d’Angleterre et le gouvernement sur la nécessité ou non de renforcer l’armée britannique pour écourter la guerre – ce qui impliquerait d’emprunter à la fois sur le marché anglais et sur le marché américain.

29Face à la détérioration de la position des Alliés dans le pays, Morgan propose soit de rabaisser les conditions de prise ferme des obligations 5 % à 5 ans par le syndicat de 97 ½ % à 96 %, et, pour le cours de l’émission dans le public, de 99 % à 97 ½ %, soit de faire une émission ramenée à 250 millions. Alors que pour les Français, le montant prime sur les conditions, lord Reading, assez isolé côté anglais, hésite à descendre en dessus de 97 ½ % et attend l’accord de McKenna. Le 24 septembre, Homberg et Mallet câblent à Ribot :

  • 18 AEF, B 62521, télégramme du 24 septembre 1915.

« La situation est restée extrêmement tendue. Les négociations ont failli plusieurs fois d’être rompues. Les meetings de protestation se multiplient dans tout le pays ; on exploite tout contre nous. Les banquiers prennent peur ; beaucoup ne cherchent qu’un prétexte pour se retirer et la banque Morgan, qui n’a pas assez d’autorité pour les retenir, est sur le point de perdre courage18 ».

30Les Anglais finissent par accepter la première proposition de Morgan, et le contrat est enfin conclu et signé le 4 octobre 1915. Le bouclage du contrat est perçu comme difficile mais somme toute assez rapide, puisqu’il est signé moins d’un mois et demi après l’annonce. Il se fait donc sur la base d’une émission solidaire entre les gouvernements anglais et français de 500 millions de dollars d’obligations quinquennales au taux de 5 %, au prix de 96 %, le taux à l’émission étant de 98 %. Les obligations seront convertibles au pair dans un délai de 5 ans. Le paiement se fera par acompte et les titres seront exempts de taxes anglaises ou françaises : à New York, l’emprunt est coté comme les fonds nationaux américains, du point de vue des taxes et des courtages. Ces conditions apparaissent assez avantageuses pour le porteur, la seule condition imposée aux gouvernements alliés étant de dépenser aux États-Unis les fonds recueillis.

C. Les résultats de l’emprunt : de l’enthousiasme à la déception

31La formation relativement rapide du syndicat permet aux délégués alliés de respirer un peu et d’envisager l’avenir avec sérénité. D’autant que, dans un premier temps, la souscription au syndicat de l’emprunt paraît offrir de bons résultats, grâce à un véritable mouvement populaire qui a encouragé les banquiers du pays à souscrire, relayé par une presse financière favorable. La bonne mobilisation des commerçants américains a certainement eu un grand effet d’entraînement. En témoigne une circulaire parue dans le Wall Street Journal du 18 octobre 1915 et signée de 14 grands noms de commerçants américains, qui recommande le lancement de l’emprunt franco-anglais. Les arguments portent sur les retombées économiques concrètes pour le pays tout entier que va induire l’emprunt :

  • 19 ABF, boîte 1370200008/154, 3 Emprunt anglo-français.

« […] Chaque dollar [de l’emprunt] ira directement ou indirectement à un fermier, un ouvrier, un négociant américain, sous forme de paiement en espèces pour des subsistances, des vêtements, du matériel, du travail ou des produits qui sont nécessaires aux Anglais et aux Français.
[…] L’Amérique se rend compte que pour faire progresser le commerce américain, elle doit devenir une nation créditrice prête à accorder du crédit à toute nation solvable et qui a qualité pour le demander19 ».

32Un responsable de la Guaranty Trust Company of New York rend compte directement au gouverneur de la Banque de France du succès, assuré selon lui, de l’emprunt.

  • 20 ABF, boîte 1370200008/154, 3 Emprunt anglo-français, lettre de Jacques Minotto au gouverneur Pallai (...)

« L’opinion publique aux États-Unis a toutes ses sympathies pour la France et l’affection de l’Amérique pour votre république est chaleureuse et sincère. […] Il y a même des financiers d’une grande expérience qui disent : la France seule aurait beaucoup plus facilement pu placer un emprunt extérieur aux États-Unis20. »

  • 21 Mais elle dut racheter par la suite pour 30 millions de titres.

33Dès le 1er octobre, le montant dépasse les 400 millions de dollars. À la clôture du syndicat, le 5 octobre, s’élève un excédent de 100 millions sur les 500 millions escomptés. L’emprunt a bénéficié de plus de 1 500 souscripteurs et de 953 dépositaires dans tout le pays, dont plus de 800 banques syndiquées. Géographiquement, la place de New York est loin devant, car toutes les maisons de banques et les trusts companies de la ville y ont adhéré, excepté Kuhn Loeb et Speyer. Hormis New York, les plus importantes souscriptions se retrouvent à Boston, Pittsburg et Philadelphie, et se concentrent à l’est du pays. La banque Morgan à elle seule a pris presque 140 millions, et six banques ont souscrit 1/5e de l’emprunt (soit 100 millions). Enfin, de gros industriels ont souscrit, dont Dupont de Nemours (pour 35 millions) et Rockfeller, qui finalement a pris 10 millions de dollars dans le syndicat, sans compter les industriels qui commercent avec les Alliés. L’emprunt produit au total 482,4 millions de dollars répartis officiellement entre les deux pays, dont un cinquième sera affecté ensuite à la Russie. La France dispose donc de 194 millions de dollars21.

  • 22 AEF, B 62521, lettre manuscrite d’O. Homberg à A. Ribot, 19 novembre 2015.

34Toutefois, l’euphorie est de courte durée. À l’issue de la dissolution du syndicat de placement, en décembre 1915, il était prévu que la moitié des titres, soit 250 millions de dollars, soit conservée par les membres du syndicat, tandis que l’autre moitié serait placée dans le public. Or, le placement se fait difficilement car il ne touche pas vraiment les petits porteurs (seulement 10 à 20 % des souscripteurs), qui ont déjà été sollicités pour le syndicat. D’autre part, les ventes au New York Stock Exchange sont faibles et le risque d’un flottant de 200 millions de dollars de titres est envisagé. De grosses entreprises américaines, ayant souscrit pour plus de 80 millions de dollars, peuvent à tout moment revendre leurs paquets de titres et entraîner ainsi une baisse des cours. « Un vif courant d’émulation » entre banques et « la vanité et le désir de faire étalage de ses ressources (qui pouvaient ne pas toujours correspondre aux ressources réelles) ont joué un grand rôle », écrit Octave Homberg22, conscient que cette posture peut se retourner rapidement contre l’emprunt.

  • 23 Ibid.
  • 24 On sent poindre chez le délégué financier une certaine amertume quant au comportement des Anglais : (...)

35Très vite, le délégué français, rompu aux métiers de la banque, alerte le ministre du risque politique et financier qu’une baisse des cours de l’emprunt entraînerait et de la menace qui pèserait ainsi sur le crédit des Alliés. Peu confiant dans l’intervention spontanée des banques américaines, dont celle de Morgan, Homberg propose aux deux gouvernements une mesure inédite pour des fonds d’État : intervenir sur le marché, en rachetant des titres pour leur compte sans que cela apparaisse, pour un montant estimé à 25 millions de dollars23. Lui-même a obtenu l’accord du délégué britannique, lord Reading, et espère que Ribot pourra convaincre McKenna du bien-fondé d’une intervention sur les marchés24.

36Devant le refus français de donner un blanc-seing à Morgan, lord Reading, revenu à Londres, tente de circonvenir l’hostilité persistante de Homberg envers la banque auprès de Ribot :

  • 25 AEF, B 62521, télégramme de Paul Cambon (ministère des Affaires étrangères à Londres) du 7 décembre (...)

« [lord Reading] reconnaît tous les défauts de cette maison, son manque d’initiative et d’organisation, etc., mais son séjour en Amérique lui a démontré que les rivaux de Morgan ne sont pas mieux équipés et qu’aucun, sauf Kuhn Loeb, auquel nous ne pouvons recourir, ne possède la même influence25 ».

  • 26 AEF, B 62521, télégramme d’O. Homberg, 28 décembre 1915.

37La banque se voit donc confier une mission sous la direction conjointe des deux agents financiers alliés : elle est autorisée à faire des achats jusqu’à 25 millions de dollars pour soutenir le cours de l’emprunt s’il est au-dessous de 95. Un compte d’intervention des gouvernements alliés est créé chez elle, alimenté par leurs soins. En dépit de capitaux abondants sur le marché américain et d’une opinion publique pourtant favorable aux Alliés, la dépréciation des titres se manifeste avec un cours aux alentours de 95, une baisse des transactions, un classement très lent. Les Alliés doivent affronter à nouveau une campagne des Germano-Américains, qui répand l’idée d’un état désastreux de leurs finances publiques. Le 15 décembre, jour de la dissolution du syndicat, le cours le plus bas frôle les 94 1/3. Toutefois, la baisse des cours élargit le marché de l’emprunt anglo-français et les transactions repartent. Le 28 décembre, les deux gouvernements interviennent pour défendre le cours à 94 et achètent pour un million de dollars de titres26. L’année 1916, les cours oscillent entre 93 ½ et 96. En juin 1916, les esprits se sont calmés et le marché est enfin orienté à la hausse. Toutefois, la déclaration du Federal Reserve Board de novembre 1916 aura un effet négatif sur le cours de l’emprunt, qui retombe à 94 (voir supra).

  • 27 AEF, B 62569/1, télégramme d’O. Homberg à A. Ribot, 18 février 1916.

38Au total, la perte sur le compte d’intervention Morgan s’élèvera à 300 000 dollars et sera soldée en 1918 par les deux gouvernements. Le remboursement de l’emprunt à échéance du 15 octobre 1920 fera également couler beaucoup d’encre. La part française sera remboursée grâce à l’émission d’un nouvel emprunt au taux de 8 % (94 millions de dollars), à l’achat de change (30 millions), à l’envoi d’or par la Banque de France (34 millions), à l’émission de bons du ministère des Finances (24,6 millions) et au rachat par le ministère des Finances pour 30 millions de dollars de titres. Cet emprunt, certes indispensable au financement des dépenses de guerre, s’est finalement avéré difficile à mettre en place et à soutenir, et il fut coûteux pour les emprunteurs. Il a laissé des traces dans les relations entre la banque Morgan avec les autorités françaises mais aussi avec les autres banques new-yorkaises, qui se plaignent qu’elle a été la seule à gagner dans l’emprunt alors qu’elle touche par ailleurs une commission sur les achats alliés27.

II. 1915-1917 : Une levée de crédits de plus en plus difficile

39À la suite du relatif échec du grand emprunt de 1915, la France est obligée de s’accommoder des exigences du marché américain et de diversifier ses formules d’emprunt. Divers types d’emprunt sont ainsi lancés entre 1915 et l’entrée en guerre des États-Unis, dont quelques-uns constituent des innovations financières pour la France. Leur relatif échec n’est pas seulement dû à la perception de la situation militaire des Alliés aux États-Unis, mais également à des enjeux économiques et politiques intérieurs qui interfèrent avec la situation du marché financier américain. Sans énumérer la liste des emprunts lancés aux États-Unis, je souhaite ici mettre au jour la complexité de la conjoncture qui détermine la réussite ou non des opérations. Deux exemples sont à ce titre intéressants : l’American Foreign Securities et les emprunts des villes françaises.

A. Les emprunts garantis sur titres

40Parmi les nombreux emprunts lancés après octobre 1915, retenons celui de l’American Foreign Securities, emblématique des difficultés croissantes pour les Alliés, et particulièrement pour la France, d’emprunter sur le marché américain.

41D’ores et déjà, il n’est plus possible pour les Alliés, après l’emprunt franco-anglais, d’emprunter sans gage collatéral, c’est-à-dire sans garantie de titres. Cette formule courante aux États-Unis avait été vivement rejetée par le ministre des Finances français, qui estimait alors qu’il n’était pas digne de la France d’adosser son emprunt à des titres. Dorénavant, tous les emprunts devront être garantis par des titres et la France doit s’y résoudre. Pour éviter de voir le crédit de la France entamé, le délégué financier imagine la formule suivante : un groupe de banques américaines crée une société, American Foreign Securities, qui émettra 100 millions d’obligations en dollars à 7,25 % et avancera la somme au gouvernement français, en échange d’un dépôt de titres d’une valeur de 120 millions de dollars. En cas de dépréciation des titres, de nouveaux titres seront donnés en nantissement.

42Du côté américain, les leçons de l’emprunt anglo-français ont été tirées : « Le provincialisme du capitaliste américain est proverbial. S’il place son argent, il veut sentir ses débiteurs tout près de sa main », écrit le Wall Street Journal le 10 mars 1916. D’où la nécessité d’associer des maisons de banques locales à de grandes banques new-yorkaises. Enfin, avec la nouvelle législation bancaire, les banques et les trusts peuvent prêter jusqu’à 25 % de leur capital et de leurs réserves si ces prêts sont garantis par des titres « sûrs » – terme sujet à interprétation !

  • 28 AEF, B 62569/1, dossier « American Foreign Securities Company ».

43La France ayant déjà vendu en partie ses titres américains, commence alors en janvier 1916 une négociation difficile avec la banque Morgan sur les titres des pays neutres utilisables comme collatéraux. La banque souhaite une mobilisation importante de fonds argentins, mais est plus réticente sur les fonds japonais, les titres du canal de Suez et de l’Égypte ainsi que les titres des chemins de fer espagnols28.

  • 29 AEF, B 62529, rapport au ministre du directeur du Mouvement général des fonds, 15 mars 1919.

44Au terme de négociations de plusieurs mois, les titres des pays neutres retenus sont : Argentine, Brésil, Danemark, Espagne, Égypte, Hollande, Norvège, Québec, Suède, Suisse, Uruguay, plus les valeurs du canal de Suez que les Français ont réussi à placer. Il appartient ensuite au ministère des Finances de faire appel aux porteurs français de titres étrangers afin qu’ils prêtent pour trois ans leurs titres en gage d’emprunts. À l’issue de ce délai, le ministère des Finances aura la faculté de les racheter, en échange d’obligations de la Défense nationale à plus de 5 %. À partir de mai 1916, l’État empruntera d’ailleurs aux porteurs français des titres neutres pour garantir ses avances. 2 milliards de francs de titres sont ainsi prêtés à l’État, qui a ensuite racheté en 1919-1920 pour 1,2 milliard de francs de titres, soit les deux tiers des valeurs prêtées29.

  • 30 AEF, B 62569/1, câble de Herman Harjes à John Pierpont Morgan, 29 juin 1916.

45L’été 1916, un nouveau coup de théâtre intervient lors de la crise mexicaine, qui pèse sur la situation financière étatsunienne. Harjes, l’associé parisien de Morgan, intervient auprès de la maison new-yorkaise pour accélérer la souscription. Il suggère même l’envoi de deux bateaux de guerre au Canada pour transporter les valeurs en garantie30.

L’émission connaît un succès apparent mais, in fine, l’emprunt nécessitera lui aussi un soutien des cours.

B. Les emprunts des villes françaises en septembre 1916

  • 31 AEF, B 62569/1, télégramme de Homberg à Ribot, 26 janvier 1916.

46La jalousie des autres banques new-yorkaises se traduit par leurs tentatives de contourner Morgan à plusieurs reprises. Pour l’American Foreign Securities, par exemple, Brown et la National City Bank avaient offert de former des groupes sans Morgan31. Surtout, une nouvelle banque entre en lice, Kuhn Loeb. En dépit de son hostilité à la Russie et de son pacifisme affiché, qui l’avaient écartée des précédents emprunts, la maison Kuhn Loeb réussit à obtenir le chef de filat pour l’émission d’obligations de la ville de Paris, à hauteur de 50 millions de dollars et au taux de 6 % pour 5 ans, à 98 ¾. À la fois pour mobiliser les épargnants américains et expliquer son changement d’attitude, la banque joue habilement sur les dépenses de charité liées à l’emprunt (installations hospitalières, orphelinat, aide aux veuves et aux chômeurs…) et sur le rayonnement international de Paris. Le faible montant de l’emprunt explique aussi son succès sur le moment : il est souscrit trois fois le lendemain de son lancement et dix fois au total. Suivra le lancement d’un emprunt 6 % pour les villes de Bordeaux (d’un montant de 20 millions), de Lyon et de Marseille (20 millions chacune), mais le placement est plus difficile : la prise ferme du syndicat est de 36 millions sur 60 et le reste n’est placé qu’aux deux tiers dans le public.

47Ce succès tout relatif est lié à la conjoncture économique et politique. La mauvaise situation financière des États-Unis ainsi que la déclaration du Federal Reserve Board de novembre 1916 ne facilitent guère le placement. Et Kuhn Loeb n’a pas la même capacité de placement que Morgan.

48Ces exemples mettent en lumière le poids du contexte politique mais aussi la dimension psychologique et irrationnelle des achats sur les marchés financiers. Ils démontrent également la difficulté de placement des emprunts français qui, indépendamment du contexte, coûtent de plus en plus chers à la France. Depuis 1915, le taux d’intérêt grimpe à 6 ou 7 %…

49C’est tout le paradoxe de ces emprunts français aux Etats-Unis, qui bénéficient au départ d’un succès d’estime de la part des syndicats de garantie, mais finissent par avoir du mal à se placer et à être décotés en Bourse.

C. Le poids des autorités monétaires et les atermoiements politiques américains

50L’attitude des autorités américaines vis-à-vis des emprunts alliés a considérablement évolué au sein même de la période de neutralité étatsunienne ; de surcroît, des divergences coexistent au sein du gouvernement et du Federal Reserve Board. Sans revenir sur le détail de ces postures américaines, largement étudiées par Georges-Henri Soutou, il n’est pas inintéressant de voir comment elles ont pu nuire ou favoriser le placement des emprunts étrangers, notamment l’emprunt franco-anglais.

  • 32 AEF, B 62520.

51Au début de la guerre, la neutralité des États-Unis et son pacifisme dominent, même si l’administration Wilson n’est pas exempte de tergiversations. Dès août 1914, le secrétaire d’État au ministère des Finances Bryan avait refusé à Morgan l’autorisation de prêter 50 millions de dollars au gouvernement français en raison de la crise financière de juillet-août, dont Wall Street n’était pas encore sorti et que les Français avaient sous-estimé. Mais deux semaines plus tard, le département d’État autorise les banques à prêter aux Alliés. La doctrine gouvernementale est alors : « C’est une affaire de banque, pas un investissement. Tout pays belligérant a le droit de lever des fonds pour payer ses obligations aux États-Unis. » Les enjeux économiques dominent alors la position américaine32. Cette attitude se maintient tout au long de l’année 1915, et l’emprunt franco-anglais est alors considéré comme une opération de banque privée qui ne met pas en cause la neutralité politique américaine – et cela en dépit de l’active campagne pro-allemande.

  • 33 Elle reprit corps juste après la guerre.

52Jusqu’en novembre 1916, le Federal Reserve Board, dominé par la personnalité de Benjamin Strong, le gouverneur du Federal Reserve Board de New York, maintient une position cohérente. La préoccupation première de Strong est de conserver le fonctionnement des échanges financiers internationaux dans le système de l’étalon-or et de s’assurer que les mouvements monétaires et financiers internationaux ne déstabilisent pas le marché monétaire et le marché du crédit intérieur. Selon Soutou, il y a une véritable obsession de sa part de régulariser les mouvements d’or et de maintenir la parité-or de la livre. En échange, le gouverneur est favorable à des prêts à moyen terme aux Alliés, avec l’aide de la banque Morgan. La création d’un marché d’acceptations en dollars pour financer les exportations américaines est poussée par le Fed avec l’appui de la France, qui accepte de payer par traites en dollars les différents crédits octroyés par Brown Brothers et Bonbright. L’initiative du marché des acceptations fut bloquée temporairement par les banquiers de Londres33, mais dorénavant la banque centrale américaine traite sur pied d’égalité avec les grandes banques centrales européennes.

  • 34 M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 151.

53La déclaration du Federal Reserve Board du 28 novembre 1916, considérant qu’il n’est pas dans l’intérêt du pays que les banques placent leurs liquidités en bons du ministère des Finances étrangers, fait l’effet d’une bombe. Le retournement de sa position, appuyée par l’administration Wilson, peut s’expliquer par un faisceau de raisons d’ordre politique et économique. Tout d’abord, la détention par les banques de valeurs de long terme ne laissait pas d’inquiéter régulièrement le Fed, soucieux de maintenir leur liquidité et une structure du crédit saine, alors que l’organisation du système bancaire américain n’était pas encore achevée34. C’était déjà l’une des raisons avancée pour restreindre la souscription à l’emprunt anglo-français. Déjà, en octobre, le crédit Bonbright de 100 millions de dollars accordé sous forme de traites de 18 mois renouvelables est peu orthodoxe aux yeux du Fed, qui apparaît divisé sur la question : d’une part Strong et Warburg justifient les traites à moyen terme par la nécessité d’assurer leur remboursement ultime aux États-Unis et le fait qu’il ne faut surtout pas interrompre le courant commercial qui profite à l’hégémonie américaine ; tandis que le président du Federal Reserve Board, Harding, se montre réservé sur la capacité de rembourser des Alliés et craint la perte de liberté d’action des États-Unis face à des débiteurs insolvables. Des considérations plus générales animent les autorités monétaires : à l’idée d’abréger la guerre en coupant les crédits, s’ajoute une inquiétude face aux risques d’inflation intérieure entraînée par l’augmentation des prix du fait du développement intense de la production.

54Wilson, pour sa part, ne voit pas d’un mauvais œil les difficultés financières des Alliés, qui lui permettent d’avancer sur l’idée d’une paix avec l’Allemagne qu’il essaie de négocier. La faible entente entre le chef de file des emprunts alliés aux États-Unis, la banque Morgan (proche des républicains) et l’administration démocrate n’a pas arrangé les choses ; elle se double d’une stratégie divergente vis-à-vis de l’Europe. D’un côté, la majorité de l’administration Wilson cherche à déloger les Européens du continent américain ; de l’autre, le Fed et les banques new-yorkaises souhaitent développer l’expansion américaine vers le marché européen.

55La déclaration entraîne une baisse générale des cours de tous les titres des Alliés. Les émissions en projet sont différées ou compromises. Celle des bons du ministère des Finances français et anglais, prévue quelques jours plus tard, est annulée. La souscription des emprunts des trois villes françaises est stoppée. La grande majorité des grands journaux condamnent la déclaration du Fed, excepté la presse du groupe Hearst, qui défend l’idée qu’en prêtant, on prolonge la guerre. Devant le tumulte provoqué, Harding revient sur sa déclaration le 14 décembre et met sur un pied d’égalité la nécessaire recherche de solvabilité des crédits intérieurs et extérieurs.

  • 35 Y.-H. Nouaihat, France-États-Unis…, op. cit., p. 365.

56Dans le courant de l’année 1916, une nouvelle alerte pèse sur les valeurs étrangères. Le contrôleur fédéral du Fed donne une interprétation restrictive de l’interdiction faite aux banques d’employer plus de 10 % de leur capital et de leurs réserves dans un même fonds : il considère toutes les valeurs alliées comme appartenant à un même fonds et contrôle rigoureusement les banques fédérales pour restreindre leurs engagements à l’étranger. Cette interprétation est bien évidemment défavorable à l’emploi dans les emprunts français et anglais35.

57En février-mars 1917, le Federal Reserve Board déclare qu’en raison de l’accroissement des réserves d’or, les placements des banques en valeurs étrangères sont légitimes, ce qui entraîne une hausse des valeurs alliées de 1 à 1,5 % et une reprise des emprunts français – 15 millions pour le Creusot et 100 millions de dollars avec gage collatéral pour le ministère des Finances français, mais ce dernier emprunt a un coût élevé : il se négocie au taux de 7,65 % sans clause de rachat en cas de baisse du franc.

58Enfin, en avril 1917, on assiste à un changement radical de la position des autorités américaines, qui penchent officiellement en faveur des Alliés. « Tout le pays est prêt à marcher vers la guerre », écrit Jacques de Neuflize au ministre des Finances. Ce qui ne veut pas dire que les emprunts étrangers seront facilités, car il faut laisser la place aux Liberty loans. Une autre bataille commence, mais cette fois-ci l’administration fédérale est au centre des négociations sur l’ouverture de crédits, qui prennent place parmi les différentes aides américaines : concours financier, concours militaire et naval, concours économique. Après quelques allers et retours avec New York, les représentants français vont finalement s’installer à Washington, nouveau centre du pouvoir financier. On assiste à la mise à l’écart de la banque Morgan par l’administration Wilson, qui entend contrôler les achats alliés par l’intermédiaire de la Commission interalliée et diriger à sa guise la répartition des ressources financières.

59Qu’elle ait été motivée par un faisceau d’arrière-pensées politiques ou économiques, l’évolution de l’attitude des autorités monétaires et politiques a été décisive pour la vie des emprunts français. De la bienveillante neutralité au contrôle direct en passant par la prise de distance puis par l’acceptation, toutes les palettes possibles d’intervention ont été mises en œuvre en trois ans. Finalement, la dernière étape marque la victoire de la stratégie de collaboration financière avec l’Europe sur la recherche de son isolement et son affaiblissement. Elle illustre aussi la toute-puissance américaine en marche.

III. Les nouveaux habits de la diplomatie financière française

60Du point de vue de l’organisation administrative française en matière de diplomatie financière, les emprunts français aux États-Unis marquent un tournant décisif. La terre américaine devient en fait, avec Londres, la tête de pont de l’organisation économique de la guerre. Une partie de cette organisation subsistera et s’épanouira après la guerre.

  • 36 Y.-H. Nouaihat, France-États-Unis…, op. cit., p. 247.
  • 37 AEF, B 63873, lettre de Homberg à Ribot, 18 octobre 1915.

61Alors que les Anglais avaient de leur côté organisé la centralisation de leurs achats aux États-Unis en la confiant à la maison Morgan, la France restait très désorganisée dans les premiers mois de la guerre. On rappellera l’importance des achats de guerre aux États-Unis – la moitié des achats du ministère de la Guerre –, qui n’étaient pas coordonnés à l’échelon gouvernemental, les missions d’achat œuvrant en ordre dispersé et sans relations avec les missions anglaises ou russes. Début mai 1915, la France se décide à s’aligner sur la Grande-Bretagne et confie à la banque Morgan la responsabilité de tous les achats et paiements aux États-Unis. Toutefois, il subsiste quelques exceptions à ce monopole, et les représentants du ministère de la Guerre continuent d’agir de leur côté, créant une certaine confusion36. En même temps, la désignation de la banque Morgan comme agent financier du gouvernement français lui donne une place centrale dans les relations entre les deux pays, d’autant que se profilent des opérations financières d’envergure. Trop centrale peut-être ? Animés par des sentiments ambigus vis-à-vis de la banque, les Français entendent renforcer leur représentation sur place afin de pouvoir garder leur indépendance dans les négociations. Cette fois, les Anglais et les Français sont sur la même longueur d’onde : Octave Homberg, le délégué financier français, et lord Reading, son homologue britannique, réclament tous deux à leurs ministres respectifs la création d’une agence financière de leur gouvernement. À Octave Homberg, jusque-là secondé par E. Mallet de la Banque de France, est d’abord proposé le sociologue et géographe André Siegfried, qui connaît bien l’anglais. Mais le poste requiert de bonnes compétences en comptabilité et Homberg plaide en faveur d’un fonctionnaire de l’administration des Finances37. C’est d’ailleurs ce type de recrutement que les Anglais ont adopté en envoyant un ancien conseiller financier en Égypte, secondé par un agent de la trésorerie britannique.

  • 38 Qui n’est autre que le père de François Bloch-Lainé. Il est, depuis le 15 novembre 1914, adjoint d’ (...)

62Le délégué français se voit alors adjoindre un inspecteur des Finances auparavant en poste à Londres, Jean-Frédéric Bloch38, rompu aux techniques financières anglo-saxonnes et parlant parfaitement l’anglais. Henri Depeyster, à Londres, voit partir Bloch avec regret, car il lui sera très difficile de le remplacer, alors que le service de Londres nécessite une présence continue du délégué ou de son adjoint pour la signature du gouvernement français :

  • 39 AEF, B 63873, lettre du délégué à la Commission internationale de ravitaillement au ministre des Fi (...)

« Par suite de l’état de guerre, les bons employés sont devenus très rares et ceux qui ne sont pas engagés dans l’armée trouvent facilement des emplois à des conditions trop avantageuses pour qu’on puisse songer à leur offrir une situation forcément provisoire, dans un service relevant du gouvernement français39 ».

  • 40 AEF, B 62569, lettre d’O. Homberg au ministre des Finances, 26 janvier 1916.

63Cette réflexion met en lumière la difficulté de l’Administration française à garder ses cadres pendant la guerre. Jean-Frédéric Bloch succédera à Octave Homberg comme chef de l’Agence financière aux États-Unis de 1916 à 1919. Son rôle sera central dans la gestion des emprunts français, depuis leur lancement jusqu’à leur remboursement, mais plus largement dans toutes les négociations sur les dettes envers les États-Unis. Il sera remplacé début 1920 par un autre inspecteur des Finances, Emmanuel Vergé. Les moyens de l’agence financière restent cependant très limités et, face à la demande du ministre de restreindre ses dépenses, en 1916, le délégué Octave Homberg décrit une situation pour le moins modeste : il vit à l’hôtel avec Bloch, il ne reçoit pas d’indemnité. Il lui est arrivé, pour faire face au manque de fonds, de puiser dans ses deniers personnels… Le délégué insiste pour le recrutement d’« un employé de plus [qui] peut sauvegarder des sommes considérables. Je vous citerai à titre d’exemple plusieurs centaines de mille francs d’intérêts sur les fonds provenant de l’emprunt [franco-anglais] qui ont déjà été sauvés par des placements temporaires dans d’autres banques que la banque Morgan40 ».

64Du point de vue du ministère des Finances, le remplacement de Homberg, banquier, par Bloch, inspecteur des Finances, marque un premier tournant : le poste de délégué financier est désormais occupé par un haut fonctionnaire, qui plus est inspecteur des Finances. En parallèle, le nom d’un autre inspecteur des Finances, Joseph Avenol, délégué à la Commission internationale du ravitaillement de 1916 à 1918, apparaît dans les courriers en tant que délégué financier à Londres, et cela dès octobre 1915. Au fil de l’accumulation des dossiers financiers entre la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, une filière professionnelle se met discrètement en place.

65Pour autant, l’organisation de 1915 n’est pas définitive. Le 15 avril 1917 est créé un haut-commissariat de la République française aux États-Unis, censé coordonner le travail de toutes les missions techniques aux États-Unis et assurer la liaison avec les missions des autres pays de l’Entente. L’agence financière est alors officiellement placée sous l’autorité du haut-commissaire et le restera jusqu’à la dissolution de ce dernier en 1919. Mais, localisée à New York et non à Washington, il semble qu’elle ait pu garder son autonomie. Surtout, elle s’étoffe avec le recrutement d’un autre inspecteur des finances, Félix Simon, qui devient directeur des services financiers aux États-Unis, auquel s’ajoutent l’adjoint de Bloch, M. Casenave – un ancien banquier reconverti dans la diplomatie –, un inspecteur de la Banque de France et un contrôleur financier. Régulièrement, Bloch demande le recrutement d’un nouvel agent et le relèvement de son budget.

66Après la guerre, l’écart entre les besoins accrus en personnel de l’agence financière et les demandes de compression d’effectifs émanant du gouvernement entraîne une tension vive entre les ministères et les services de l’autre côté de l’Atlantique. La démobilisation de certains agents (Simon, Audibert, Saint-Phalle) pose de gros problèmes à l’agence financière, tandis que les services français réclament le retour de leurs cadres sur le territoire (notamment la Banque de France). De son côté, Jean-Frédéric Bloch est fortement sollicité par trois banques françaises (Banque de l’Union parisienne, Paribas, Neuflize) pour diriger une nouvelle société chargée d’assurer leur action commune aux États-Unis, ce qu’il accepte fin 1919. En 1924, il dirigera la Banque transatlantique et la Banque nationale française du commerce extérieur.

  • 41 Un adjoint, une secrétaire, deux comptables, trois dactylos, un garçon de bureau.
  • 42 AEF, 63873, rapport au ministre, 10 novembre 1921. La direction s’est souvenue des déceptions avec (...)

67Dans le courant de l’année 1919, alors que les questions financières de la guerre semblent s’estomper, il est demandé au haut-commissaire de réduire ses effectifs de 650 à 300 personnes. L’agence financière, qui ne compte alors dans ses effectifs budgétaires qu’un inspecteur des Finances et huit employés41, refuse de voir réduire ses effectifs au regard des importants règlements financiers en cours. Les effectifs de l’agence commerciale, qui compte entre 100 et 200 personnes, sont en comparaison plus faciles à réduire. En octobre 1920, le maintien d’une direction générale des services rattachée à l’ambassade est acquis, chaque service relevant désormais de son ministère et non plus de la présidence du Conseil. L’agence financière se réduit à un chef, deux secrétaires, deux commis et quatre dames employées, puis à un chef et deux secrétaires. Jean de Rincquesen, l’inspecteur des Finances qui a remplacé Vergé, part en décembre 1921. Il ne reste que Casenave. La liquidation du service est proche, mais qui va gérer les dépenses financières de la France aux États-Unis ? Le Mouvement général des fonds n’est pas favorable à en donner le monopole à une maison américaine, ce qui « risquerait de compromettre dans une large mesure le maintien des bonnes relations que nos agents financiers ont su créer et entretenir avec les principaux banquiers de New York42 ». Pour la bonne exécution des paiements français, le département propose que ce rôle soit confié à l’attaché commercial qui relève du ministère du Commerce. Le ministère du Commerce n’est guère enthousiaste : l’attaché commercial aura-t-il le temps de s’occuper des affaires financières ? On ne peut reprocher aux ministères de l’époque d’être hégémoniques et de vouloir étendre leur influence. Bien au contraire, les uns et les autres se renvoient la balle et refusent d’endosser cette responsabilité, qui plus est source de dépense budgétaire en ces temps de restriction.

  • 43 AEF, 63873, lettre du ministre des Finances au président du Conseil et ministre des Affaires étrang (...)

68Le coup de théâtre vient du ministère des Affaires étrangères. Casenave s’étant montré imprudent dans la gestion des emprunts contractés par les départements et villes françaises, l’ambassadeur de France estime indispensable la présence d’un fonctionnaire des Finances. Le 7 avril 1922, en réponse, le ministre des Finances accepte de mettre à la disposition de l’ambassade de Washington un représentant du ministère, « à titre d’attaché financier ». Cette mission est censée avoir un caractère temporaire, car « intimement liée à la surveillance et à la gestion de notre dette extérieure43 ». On sait ce qu’il adviendra : le poste sera non seulement maintenu, mais il deviendra l’un des postes les plus en vue au sein du prestigieux Mouvement général des fonds.

  • 44 Robert Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique 1919-1945 », Relation (...)
  • 45 Ibid., p. 491. Le délégué financier était de fait déjà rattaché aux services de l’ambassade, et ses (...)

69Comme l’a écrit Robert Frank44, le poste est créé le 11 août 1919 en faveur de Joseph Avenol à Londres, officiellement dans le but de protéger le délégué financier d’éventuelles plaintes grâce à l’immunité diplomatique, en le rattachant à l’ambassade. Mais sur le fond, ses fonctions sont les mêmes que celles exercées depuis le début de la guerre par le délégué financier, d’autant que le ministre en personne, Louis Klotz, insiste pour qu’il ait les mêmes attributions45. Aux États-Unis, Jean Boyer est le premier attaché financier, nommé officiellement en 1922. Il résidera à New York, comme les délégués financiers précédents.

70Créé au lendemain de la guerre, le corps des attachés financiers est donc directement issu de la nécessité de régler les dettes extérieures françaises accumulées depuis 1914. Les emprunts français aux États-Unis, qu’ils aient été négociés à New York ou à Londres, auront donc conduit à la création d’un nouveau corps au sein du ministère des Finances, promis à un long et bel avenir. De ce point de vue, le conflit aura permis au ministère des Finances d’entrer de plain-pied dans la diplomatie financière, même si ce fut d’abord à son corps défendant.

Conclusion : vers un nouvel ordre monétaire et financier

  • 46 Denise Artaud, « La Question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929) » (...)

71Le 2 avril 1917, au grand soulagement des gouvernements anglais et français, McAdoo déclare son intention d’ouvrir des crédits aux Alliés. Désormais, le financement de la guerre passe par des accords intergouvernementaux entre la trésorerie américaine et les gouvernements alliés. Les quatre Liberty loans émis sur le marché serviront en partie à fournir des avances aux Alliés (soit 10 milliards de dollars), tandis que les dettes de guerre vont devenir un « instrument de la diplomatie américaine46 ». En contrepartie, l’accès direct des gouvernements alliés au marché américain est désormais difficile.

Les conséquences de ces emprunts français au États-Unis sont de plusieurs ordres :

a. Un ministère des Finances renforcé

72Après quelques années de flottement au début du conflit, le ministère des Finances s’étoffe et gagne en expertise par rapport au ministère des Affaires étrangères et au ministère du Commerce, les deux ministères en pointe en matière économique. La délégation financière deviendra un poste réservé aux inspecteurs des Finances via les attachés financiers, et renforcera à terme tout le département. La question des dettes puis celle des réparations, qui vont se nouer autour des mêmes négociations, vont permettre au ministère et plus particulièrement aux fonctionnaires du Mouvement général des fonds de participer à toutes les conférences internationales de l’après-guerre, qu’elles se déroulent à Paris, à Londres ou à la Société des Nations. À l’articulation des questions monétaires internes et externes, le Mouvement général des fonds prend de fait une place considérable au sein du ministère, et plus largement dans la machine gouvernementale.

  • 47 Sophie Zuberek, « Le Crédit Lyonnais et les perturbations bancaires et financières de la Première G (...)

73Du côté du marché financier, les emprunts à l’étranger ont permis aux banques françaises et au gouvernement de connaître le marché américain, ses particularités et ses procédés, comme les emprunts garantis sur titres. La guerre a été à l’origine de la création de nouvelles formules de crédits et d’avances. Des banques françaises se lancent à l’assaut du continent américain : Paribas, la Banque de l’Union parisienne et Neuflize créent la Compagnie française pour l’Amérique du Nord, tandis que la Banque transatlantique étend ses activités au Nouveau Monde. Les consortiums bancaires créés pour l’obtention d’avances et de crédits dans les pays neutres pendant les années de guerre, sont aussi l’occasion de nouer des relations plus étroites, comme avec les banques néerlandaises ou scandinaves47.

b. Les États-Unis à la conquête de l’Europe

74Les emprunts français pendant la guerre conduisent à un renforcement des liens entre banques américaines et françaises et à la mise en place d’une nouvelle stratégie américaine. Une série de banques vont s’installer en France après la guerre. Certes, Morgan est déjà présente, de même qu’American Express et les trusts Equitable Trusts Co. et Farmers Loans and Trust Co., mais de nouvelles maisons comme Kuhn Loeb, Bonbright, First National City Bank découvrent le marché européen grâce aux emprunts de guerre. De même les épargnants américains font-ils connaissance avec les fonds d’État européens.

  • 48 AEF, B 62533, note d’O. Homberg, 3 octobre 1917.

75Du point de vue des équilibres monétaires et financiers, les changements sont en devenir. Dès le début de la guerre, la concurrence entre les places financières de Londres et de New York s’affirme, symbolisée par la montée en puissance du dollar et de sa rivalité avec la livre : les deux monnaies sont les seules convertibles en or et sont donc pour plusieurs décennies les devises clés du système monétaire international. De manière empirique, les États-Unis font l’apprentissage de la gestion d’une monnaie internationale. Cette nouvelle situation de monnaie dominante entraîne des tensions sur le dollar, qui subit ainsi une forte pression depuis l’entrée en guerre américaine, du fait de l’accroissement des dépenses militaires et des prêts aux Alliés. Les archives donnent aussi l’exemple de la situation paradoxale de la peseta, qui prime sur le dollar, alors que la balance commerciale Espagne-États-Unis est favorable à ces derniers. En fait, le dollar est alors utilisé comme monnaie internationale de règlement par des pays qui ont une balance défavorable avec l’Espagne48. Plus que le signe d’un changement d’échelle pour le dollar, c’est celui d’un rôle nouveau que les autorités américaines ont souhaité, mais qu’elles vont devoir apprendre à maîtriser.

c. Quel est le poids des arrière-pensées économiques et financières dans la stratégie américaine ?

  • 49 P. Renouvin, « La Politique des emprunts étrangers… », art. cité.

76Alors que Pierre Renouvin considère qu’elles sont secondaires par rapport aux préoccupations politiques49, il apparaît, à l’issue de cette recherche, que l’acceptation des emprunts français et anglais par le gouvernement américain est liée à la certitude que financer les Alliés permettra aux entreprises d’exporter et de commercer et développera à terme la croissance économique américaine. Si la position des autorités américaines a hésité entre plusieurs stratégies, si les décideurs ont été divisés sur cette question, il semble toutefois que les arrière-pensées économiques se sont bien articulées avec les décisions politiques du gouvernement américain. La doctrine de la porte ouverte a prévalu et il semble que la guerre ait accéléré la stratégie américaine de conquête dans le sens d’une ouverture vers l’Europe plutôt que dans une configuration hémisphérique. De ce fait, au sortir de la guerre, les relations financières anglo-américaines sont plus que jamais empreintes de rivalité.

77Quant aux relations franco-anglaises, qui n’ont pas été étudiées ici en détail, elles ont été pétries de suspicion et d’incompréhension, en raison d’intérêts nationaux divergents. Même si elles n’apparaissent au grand jour qu’en 1919, les tensions de l’après-guerre à propos de l’or et les rivalités monétaires commencent en fait dès 1914-1915, Le conflit militaire est terminé, mais la guerre monétaire ne fait que commencer.

Notes

1 Gaston Jèze, Les Finances de guerre de la France, t. 1 : Les Besoins financiers de la France jusqu’en décembre 1914, Paris, M. Giard et E. Brière, 1915, p. 75.

2 Gaston Jèze, Les Finances de guerre de la France, t. 2 : La Politique financière du gouvernement pendant les années 1915 et 1916, Paris, M. Giard et E. Brière, 1918, p. 9.

3 Le stock d’or de la Banque de France augmente certes pendant la guerre ; fin 1914, la Banque dispose de 4,158 milliards d’or. La campagne de l’or menée auprès des citoyens français à partir de 1915 rapporte plus de 2 milliards et permet de financer en partie les avances au ministère des Finances et d’ouvrir des crédits à l’étranger par vente, prêt ou en garantie (à Londres principalement). Toutefois, la politique de l’or de la banque centrale qui est maintenue pendant toute la guerre est d’éviter le plus possible les sorties d’or du territoire. En décembre 1918, l’encaisse de la Banque de France est de 5,47 milliards de francs, mais le pourcentage par rapport à la circulation fiduciaire a chuté de 62 % à 18 %. Voir Régine Vignat, « La Banque de France des années 1897-1920 : la politique du gouverneur Pallain », thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Alain Plessis, université de Paris-Ouest Nanterre, 2001, et Suzanne Giraud, « Le Rôle de la Banque de France pendant la guerre », thèse de doctorat de droit, Montpellier, 1918.

4 Pierre Renouvin, « La politique des emprunts étrangers aux États-Unis de 1914 à 1917 », Annales, économies, sociétés, civilisations, juillet-septembre 1951, n° 3 ; Georges-Henri Soutou, L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989 ; Martin Horn, Britain, France and the Financing of the First World War, Montreal and Kingston, London-Ithaca, MacGill-Queen’s University Press, 2002.

5 Le ministère des Affaires étrangères français a démenti le fait que le gouvernement ait envisagé cette idée qui nuirait au crédit de la France aux États-Unis. Mais on voit mal les Rothschild prendre une telle initiative sans en référer au gouvernement. Voir M. Horn, Britain, France…, op. cit., chap. III.

6 Alexandre Ribot, Lettre à un ami : souvenirs de ma vie politique, Paris, Éditions Bossard, 1924, p. 83.

7 Le gouvernement britannique avait dissuadé les banques de Londres de prêter aux banques françaises pour éviter une baisse de la livre sterling.

8 C’est tout du moins l’analyse qu’en fait Lamont, de la banque Morgan de New York, qui a sondé la communauté financière de la côte ouest et a sous-estimé la neutralité des autres investisseurs du pays. Lettre de Lamont à Harjes, 9 juin 1915, AEF, B 62520.

9 Le ministère des Finances rachète aux porteurs français à des cours légèrement supérieurs à ceux constatés les jours précédents. En échange, les porteurs recevaient des obligations de la Défense nationale au taux de 5,60 %, ce qui était avantageux. Le ministère des Finances se procura l’argent à la Banque de France à 1 % et obtint du change à bon marché. Voir Yves-Henri Nouailhat, France-États-Unis : août 1914-avril 1917, Paris, Presses de la Sorbonne, 1979, p. 268-269.

10 Une fois en possession des titres, l’État peut les négocier en Bourse, les offrir en garantie de crédit ou les céder aux compagnies émettrices. À partir de mai 1916, l’État empruntera des titres neutres pour garantir des avances : 2 milliards de francs de titres ont ainsi été prêtés à l’État, qui les a ensuite rachetés pour les deux tiers en 1919-1920. Voir supra.

11 M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 108.

12 AEF, B 62521, télégramme de Gueyraud au ministre des Affaires étrangères et au ministre des Finances, 18 septembre 1915.

13 Sur ce point, voir Vincent P. Carosso, The Morgans, Cambridge, London, Harvard University Press, 1987.

14 Octave Homberg a passé le concours du Quai d’Orsay avant d’entrer rapidement à la Banque de l’Indochine, puis à la Banque de l’Union parisienne, dont il a été le vice-président. Il devient conseiller d’Alexandre Ribot en septembre 1914, puis il dirige la délégation française aux États-Unis avant de devenir chef de l’agence financière du gouvernement français d’octobre 1915 à juillet 1916.

15 Selon M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 98.

16 AEF, B 62521, télégramme d’O. Homberg au ministre des Finances, 21 septembre 1915.

17 AEF, B 62521, télégramme de Gueyraud, 22 septembre 1915.

18 AEF, B 62521, télégramme du 24 septembre 1915.

19 ABF, boîte 1370200008/154, 3 Emprunt anglo-français.

20 ABF, boîte 1370200008/154, 3 Emprunt anglo-français, lettre de Jacques Minotto au gouverneur Pallain, 5 octobre 1915. Sur la place à part de la France aux États-Unis, voir Y.-H. Nouailhat, France-États-Unis…, op. cit., p. 202 et suiv.

21 Mais elle dut racheter par la suite pour 30 millions de titres.

22 AEF, B 62521, lettre manuscrite d’O. Homberg à A. Ribot, 19 novembre 2015.

23 Ibid.

24 On sent poindre chez le délégué financier une certaine amertume quant au comportement des Anglais : « Vous savez, mieux encore que moi, combien nos alliés anglais sont souvent opportunistes et comment il leur arrive d’attendre que le mal se soit produit pour y porter remède ». AEF, B 62521, lettre manuscrite d’O. Homberg à A. Ribot, 19 novembre 2015.

25 AEF, B 62521, télégramme de Paul Cambon (ministère des Affaires étrangères à Londres) du 7 décembre 1915 au ministre des Finances.

26 AEF, B 62521, télégramme d’O. Homberg, 28 décembre 1915.

27 AEF, B 62569/1, télégramme d’O. Homberg à A. Ribot, 18 février 1916.

28 AEF, B 62569/1, dossier « American Foreign Securities Company ».

29 AEF, B 62529, rapport au ministre du directeur du Mouvement général des fonds, 15 mars 1919.

30 AEF, B 62569/1, câble de Herman Harjes à John Pierpont Morgan, 29 juin 1916.

31 AEF, B 62569/1, télégramme de Homberg à Ribot, 26 janvier 1916.

32 AEF, B 62520.

33 Elle reprit corps juste après la guerre.

34 M. Horn, Britain, France…, op. cit., p. 151.

35 Y.-H. Nouaihat, France-États-Unis…, op. cit., p. 365.

36 Y.-H. Nouaihat, France-États-Unis…, op. cit., p. 247.

37 AEF, B 63873, lettre de Homberg à Ribot, 18 octobre 1915.

38 Qui n’est autre que le père de François Bloch-Lainé. Il est, depuis le 15 novembre 1914, adjoint d’Henri Depeyster, membre de la commission internationale du ravitaillement à Londres de 1914 à 1917 et délégué à la commission financière interalliée depuis 1916.

39 AEF, B 63873, lettre du délégué à la Commission internationale de ravitaillement au ministre des Finances, 23 octobre 1915. La description de la charge de travail du service financier de Londres met au jour la place centrale de Londres pour les fournitures de marchandises et les paiements internationaux.

40 AEF, B 62569, lettre d’O. Homberg au ministre des Finances, 26 janvier 1916.

41 Un adjoint, une secrétaire, deux comptables, trois dactylos, un garçon de bureau.

42 AEF, 63873, rapport au ministre, 10 novembre 1921. La direction s’est souvenue des déceptions avec la maison Morgan, qui remplit de surcroît ces fonctions auprès de la Belgique et de la Grande-Bretagne.

43 AEF, 63873, lettre du ministre des Finances au président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, 7 avril 1922.

44 Robert Frank, « L’entrée des attachés financiers dans la machine diplomatique 1919-1945 », Relations internationales, n° 32, 1982. Après le conflit, le délégué ne bénéficiait plus de l’immunité.

45 Ibid., p. 491. Le délégué financier était de fait déjà rattaché aux services de l’ambassade, et ses télégrammes passaient par le déchiffrement du ministère des Affaires étrangères.

46 Denise Artaud, « La Question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929) », thèse de doctorat d’État en histoire, université de Paris I, 1976, vol. 1, p. 29.

47 Sophie Zuberek, « Le Crédit Lyonnais et les perturbations bancaires et financières de la Première Guerre mondiale », mémoire de maîtrise sous la direction d’Emmanuel Chadeau, université Charles de Gaulle, Lille, 1996, p. 79 et sv. Par exemple, le consortium entre le Crédit Lyonnais, Paribas, le Comptoir national d’escompte et des banques néerlandaises, ou bien le consortium qui regroupe Rothschild, Paribas, le Crédit Lyonnais, la BUP, le Comptoir, le CIC et la Banque des pays du Nord avec quatre banques norvégiennes.

48 AEF, B 62533, note d’O. Homberg, 3 octobre 1917.

49 P. Renouvin, « La Politique des emprunts étrangers… », art. cité.

Auteur

Laure Quennouëlle-Corre est directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre de Recherches Historiques (CRH). Diplômée de l’IEP-Paris et docteure en histoire, elle a publié son HDR en 2015 : La place financière de Paris au XXe siècle. Des ambitions contrariées, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière, http://books.openedition.org/igpde/3820. Ses principaux centres d’intérêt sont l’histoire monétaire et financière contemporaine, plus particulièrement la politique économique et financière, la dette publique, les marchés financiers, étudiés dans leur dimension nationale et internationale (Financial Markets and international Capital Flows in the XIXth-XXth Centuries, co-direction avec Youssef Cassis, Oxford University Press, 2011). Enseignante à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, elle co-anime également plusieurs séminaires de recherche sur le ministère des Finances, la dette publique et le marché monétaire.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search